QUE PENSEZ-VOUS A CE STADE, NOUS RESERVE L’APRES 19 DECEMBRE 2016 ???

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: QUE PENSEZ-VOUS A CE STADE, NOUS RESERVE L’APRES 19 DECEMBRE 2016 ???

Message  ndonzwau le 21/12/2016, 1:17 am

"La violence se rallume et tue à Lubumbashi et Kinshasa
° http://blog.lesoir.be/colette-braeckman/2016/12/20/la-violence-se-rallume-et-tue-a-lubumbashi-et-kinshasa/
Alors que Kinshasa attendait le retour des évêques, appelés en consultation à Rome et qui se préparaient à reprendre leur médiation ce mercredi, c’est un véritable coup de force qui a été mené quelques minutes avant la fin du mandat du président Kabila : la liste du nouveau gouvernement a été promulguée, sans tenir compte d’un éventuel accord avec les plus récalcitrants des opposants qui ont donc été « dribblés ». Cette proclamation du nouveau gouvernement, -une équipe pléthorique de 68 personnes- a été saluée par un concert improvisé qui n’avait rien d’artistique. Toute la ville a soudain retenti du bruit des sifflets, des casseroles battues avec l’énergie du désespoir et des coups de feu non identifiés se sont ajoutés à la cacophonie. En outre dans certains quartiers, Yolo et Matete, des colonnes de fumée, provoquées sans doute par des pneus enflammés, ont obscurci le ciel de la capitale tandis que, restés éveillés, de nombreux habitants sortaient dans les ruelles pour commenter la situation avec leurs voisins.

Tandis que des partisans de Kabila expliquaient que la promulgation du nouveau gouvernement visait à éviter un vide du pouvoir et que l’équipe pouvait encore être remaniée sinon élargie, la plupart des Kinois exprimaient colère et indignation. L’équipe dirigée par M. Badibanga est en effet pléthorique : elle se compose de 68 ministres, dans un pays où le budget de l’Etat n’est que de 4,5 milliards de dollars. « Ils sont tellement nombreux qu’on ne leur trouvera même pas une chaise ou un bureau » commentait, goguenard, un Kinois joint par téléphone. Au vu du nom des élus, il ajoutait « qu’on avait voulu récompenser tout le monde » et en particulier les membres de l’opposition qui, après avoir participé au dialogue chapeauté par Edem Kodjo avaient conclu un accord récusé par une partie non négligeable de la classe politique réunie dans le Rassemblement dirigé par Etienne Tshisekedi. Ce « gâteau » aussi largement partagé laisse un goût amer : sa composition laisse deviner le souci d’envoyer en première ligne des poids lourds de la majorité présidentielle comme Léonard She Okitundu, qui fut chargé des droits de l’homme. Il aura la lourde charge de faire lever les sanctions prises par les pays occidentaux tandis que Lambert Mende demeure en charge des médias et Tambwe Mwamba de la Justice.

Des personnalités de l’opposition, jadis proches de Tshisekedi, l’homme à affaiblir et qui a appelé ses concitoyens à ne plus reconnaître Kabila, se retrouvent aussi à la table du « partage du gâteau », comme Holy Ilunga à la Santé (il était le médecin personnel de Tshisekedi…) ou Tharcisse Loseke aux Finances…
Ces calculs d’apothicaires politiques ont été rapidement dépassés par la colère populaire : à Lubumbashi, fief de l’opposant et ex- gouverneur Moïse Katumbi, des tirs nourris ont commencé tôt dans la journée dans des quartiers populaires et les morts n’ont pas tardé à s’accumuler : des sources privées ont dénombré 8 morts, victimes de tirs à balles réelles dans le quartier Matshipisha, 5 à la Katuba, deux élèves sur la route de Kipushi, tandis que 4 policiers et deux militaires ont également été tués. Le gouverneur de la province n’a fait état pour sa part que de deux morts et trois blessés. « Nous sommes à deux doigts de pillages massifs » relevait un journaliste de la place, ajoutant que les dégâts matériels, après une journée de colère populaire, étaient déjà très importants. En effet, la population en fureur a attaqué plusieurs stations service (réputées pour appartenir à la famille Kabila) et quatre pompes à essence ont été incendiées. Ailleurs dans le pays, malgré le déploiement policier et les interdictions de manifester, la tension est également vive : à Kananga, dans le centre du pays, des tirs d’armes légères et des détonations d’armes lourdes ont provoqué des mouvements de panique et un prêtre catholique a décrit la fuite des habitants des quartiers proches de l’aéroport.
En fin de journée, des sources gouvernementales relevaient que les violences avaient fait neuf morts à Kinshasa.

(avec AFP)"



"Talk and fight, négocier et combattre…
° http://blog.lesoir.be/colette-braeckman/2016/12/20/talk-and-fight-negocier-et-combattre/
Le miracle n’a pas eu lieu : sans attendre le retour des membres de la Conférence épiscopale, qui avaient prévu de reprendre mercredi les négociations avec les derniers récalcitrants de l’opposition, Joseph Kabila, dans les dernières minutes de son mandat présidentiel, a nommé son nouveau gouvernement. Autrement dit, craignant peut-être le vide du pouvoir, il a pris de court les hommes de bonne volonté qui, suivant le conseil du pape François, essayaient encore de « construire des ponts ». Défiant l’opinion, il a ainsi adressé une sorte de pied de nez aux évêques qui, à sa demande d‘ailleurs, avaient entrepris une « négociation de la dernière chance ».
Alors qu’il était jeune militaire dans les rangs de l’AFDL, (Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo), un mouvement piloté par le Rwanda et qui finit par renverser Mobutu en 1997, Joseph Kabila, dans l’ombre de son père Laurent Désiré, apprit l’une des tactiques de base des rebelles auprès desquels il s’initiait au métier des armes : talk and fight. Parler, c’est à dire négocier, mais aussi combattre. Et ne jamais perdre de vue l’objectif final.

Depuis les élections de 2011, contestées à cause de nombreuses fraudes et irrégularités, Joseph Kabila n’a jamais cessé de mettre en œuvre cette méthode éprouvée : faire mine de négocier mais aussi combattre afin de rester au pouvoir au-delà de délais prévus. C’est ainsi qu’il organisé en 2012 les « concertations nationales », vaste forum réunissant l’opposition et la majorité présidentielle, qui accouchèrent de résolutions qui ne furent jamais mises en œuvre. Le « dialogue politique » mené à la cité de l’Organisation africaine, avec l’appui du médiateur nommé par l’Union africaine, Edem Kodjo, eut la même finalité : réunir la majorité présidentielle et des membres de l’opposition dans une vaste palabre, distribuer généreusement indemnités financières et promesses de partage du pouvoir, convaincre tout ce beau monde de l’impossibilité matérielle d’organiser les élections à la date prévue. Evidemment : la Commission électorale se révélait sous financée, les listes n’étaient pas prêtes, les nouveaux électeurs n’avaient pas été recensés…La nécessité s’imposait donc d’ organiser une transition sur mesure, avec délai élastique. Autrement dit le «glissement », c’est-à-dire un maintien au pouvoir qui ne porte pas ce nom. Si le président demeure taiseux, ses proches s’expriment, promettent, tentent de rassurer, s’engagent à soutenir un gouvernement de transition associant une partie de l’opposition. Durant des semaines, le « talk » occupe le devant de la scène. Mais dans les coulisses, c’est le « fight » qui domine : les forces de sécurité reçoivent du matériel neuf, la garde républicaine est renforcée, les agents de renseignements redoublent d’activité et la répression se durcit.
Cependant, on ne peut tromper tout le monde tout le temps : s’il devait se confirmer que, comme bien d’autres avant eux, les évêques eux aussi ont été roulés, il faut craindre le coup de crosse. Sinon pire."



"Les dessous de la nomination du gouvernement Samy Badibangi"
° http://www.politico.cd/encontinu/2016/12/20/dessous-de-nomination-gouvernement-samy-badibangi.html
GRAND ANGLE - Les dessous de la nomiation du gouvernement Samy Badibangi, comment et pourquoi il est appelé à échouer.

Peu avant la fin de son deuxième et dernier mandat constitutionnel, Joseph Kabila Kabange, successeur de son père à la tête du pays assassiné en 2001, élu en 2006 -à l’issue de premières élections considérées comme démocratiques en RDC- et réélu en 2011, a publié un nouveau gouvernement.
Un gouvernement qui fait suite au Dialogue politique national controversé de la Cité de l’Union africaine « UA ». Conformément à cet accord, Samy Badibanga, président du groupe parlementaire UDPS et alliés et naturellement chef de la délégation de l’Opposition à ces assises, a été nommé Premier ministre. Une nomination qui n’a pas fait l’unanimité.
En quête de l’inclusivité, le Chef de l’État a confié une mission de bons offices aux prélats catholiques. Mission acceptée, ces évêques ont réussi à mettre autour d’une table les signataires de l’accord du 18 octobre -La Majorité présidentielle et une partie de l’Opposition – et l’aile dure de l’Opposition en l’occurrence le Rassemblement, plateforme dont l’opposant historique Étienne Tshisekedi est président du conseil des sages.

Ne se mettant pas d’accord sur la quantité et la qualité des concessions à faire, ces pourparlers directs stagnent. Bloqués, ces évêques n’avaient pas d’autres choix que de recourir au Saint-père. Alors qu’ils sont en train de recevoir la bénédiction papale au Vatican, le président de la République les a pris de court: il publie le gouvernement Badibanga.
« Ce qui est sûr, recevant les évêques, Kabila leur a demandé de signifier à Tshisekdi que le pays doit être gouverné et qu’un gouvernement serait mis en place. A l’issue de ces pourparlers directs de l’interdiocesain, la donne pourra changer et un autre gouvernement pourrait être nommé« , temporise un membre du Rassemblement sous le sceau de l’anonymat.

Principale mission confiée au gouvernement Badibanga: organisation des élections et préservation des acquis économiques. Les fins observateurs sont très sceptiques. Ils estiment que Samy Badibanda a plus de chance d’échouer que de réussir. Tenez: quelques jours avant sa démission, Augustin Matata Ponyo, Premier ministre sortant, a demandé et obtenu de Kabila la nomination de ses proches dans des régies financières.
Sele Yalagulli, directeur de cabinet de Matata Ponyo a été placé à la Direction générale des impôts -DGI-, Patrice Kitebi Kibol Mvul a hérité du Fonds de promotion de l’industrie -FPI- alors qu’India Omari, homme à tout faire, a été catapulté Administrateur directeur général adjoint de l’OGEFREM. « Toutes les régies financières ou presque sont tenues par Augustin Matata Ponyo, le même qui n’a pas voulu organiser les élections. Je me demande comment Samy Badibanga pourra réussir sa mission sans avoir le contrôle des finances publiques? « , s’interroge un analyste politique avant de trancher : »Je ne vois pas Samy Badibanga réussir en un an sans moyens ce que Matata Ponyo avec beaucoup de moyens a échoué en quatre ans« .
Qu’à cela ne tienne, le gouvernement Badibanga est mis en place, les jours à venir seront décisifs. Le rendez-vous est donc pris pour avril 2018, date prévue pour les élections"



"La Monusco dénonce la Police, l’ANR et la Garde Répbulicaine"
° http://www.politico.cd/encontinu/2016/12/20/monusco-denonce-police-lanr-garde-repbulicaine.html

"La Belgique hausse le ton contre Kabila"
° http://www.politico.cd/actualite/2016/12/20/belgique-hausse-contre-kabila.html

"Journée de violences en RDC, à la fin du second mandat de Kabila
° http://www.rfi.fr/afrique/20161220-fin-mandat-kabila-rdc-journee-violences-lubumbashi
Quelques heures après la fin du second et dernier mandat constitutionnel du président Joseph Kabila, des violences ont éclaté en RDC, faisant au moins 11 morts, selon l'Agence France-Presse (AFP). Tout rassemblement de plus de dix personnes était interdit, avait prévenu la police.

Les forces de sécurité avaient prévenu que tout rassemblement de plus de 10 personnes était interdit. Pourtant, dans certains quartiers, les manifestants ont tenté de braver cet interdit. Au petit matin, déjà, les deux parties semblaient épuisées par un jeu de cache-cache qui avait duré toute la nuit dans les quartiers populaires de Kinshasa.
Des barricades avaient été érigées et les services de sécurité s'évertuaient à les dégager : tirs de gaz lacrymogènes et coups de feu contre jets de pierre. Les manifestants dénoncent des morts, des blessés, des dizaines d'arrestations, des fouilles dans leurs domiciles. A Gaba, en larmes, une femme de ne comprend pas comment son frère de 21 ans a pu mourir d'une balle dans la tête. « Il ne sifflait même pas », assure-t-elle au micro de RFI.

« Ce sont des inciviques, des bandits, ils jettent des pierres, ils érigent des barricades », justifie le porte-parole de la police. Un haut responsable des services de sécurité affirme, lui, que la situation est restée globalement calme. Et si l'on compare avec les manifestations de septembre, peu de destructions ou de pillages sont à déplorer. Le siège du PPRD (le parti présidentiel) et un poste de police à la périphérie de la ville ont été incendiés.
Dans d'autres quartiers, l'appel à la ville morte a été très suivi. Quasi aucune circulation, boutiques et marchés fermés, forces de sécurité, patrouilles onusiennes et journalistes se croisaient sans cesse. Au fur et à mesure de la journée, de plus en plus de jeunes sortaient dans les rues pour jouer au football. Signe de détente.

Heurts meurtriers à Lubumbashi

A Lubumbashi, la deuxième ville de République démocratique du Congo (RDC), les affrontements ont fait deux morts, dont un policier, selon le gouverneur de la province cité par l'Agence France-Presse (AFP). Plusieurs quartiers ont été touchés, mais c'est dans la commune de la Katuba que les violences se sont concentrées.
Il faisait encore nuit lorsque la population de la Katuba a dressé les premières barricades. Rapidement, les forces de l'ordre sont arrivées en nombre. « Nous nous sommes réveillés dans une ébullition, raconte Me Somville, habitant du quartier et porte-parole du rassemblement pour le Haut-Katanga. La population a été vexée par la publication du gouvernement et elle a dit "trop c'est trop !". Des pneus ont été brûlés sur toutes les grandes artères de la commune de la Katuba pour barrer la route à la police. »

Des pillages ont aussi été signalés, la tension est montée et des tirs sporadiques ont été entendus tout au long de la journée. Une fillette a même reçu une balle dans la tête à quelques encablures de là, sous les yeux de son père, rapporte Me Somville. « L'enfant était dans la maison. Quand moi je suis arrivé, il voulait venir me voir. Quand il s'est tenu debout à côté de sa mère, une balle perdue est entrée dans sa tête. »
Ce mardi soir, la tension restait vive. A Ruashi, en revanche, où des affrontements avaient éclaté dans la matinée, le calme semble être revenu. Au centre-ville, pas de violences, mais des rues qui se sont vidées au fil de la journée et un climat d'incertitude. Joint par RFI le maire de Lubumbashi estime que globalement la situation est restée « calme ». Il déplore toutefois « la casse orchestrée par des bandits ».

Affrontements à Kananga

Tirs et tension à Kananga aussi dans le centre du pays. Dans la capitale du Kasaï central, des affrontements entre une milice locale et les forces de l'ordre ont eu lieu en début de matinée autour de l'aéroport et non loin du marché Laurent Désiré Kabila.
Des tirs ont retenti pendant plus d'une heure dans cette zone, selon des habitants joints sur place par RFI, avant que toute la ville ne soit bouclée par la police et l'armée. Ce dispositif était toujours en place ce mardi soir avec des habitants terrés chez eux pour la plupart.
Fin septembre, les hommes du chef traditionnel Kamwina Nsapu, qui demande le départ du président Joseph Kabila, avaient réussi à prendre le contrôle de l'aéroport de Kananga pendant plusieurs heures, avant d'en être délogés par l'armée au cours d'affrontements qui ont fait une centaine de morts."



"A Kinshasa, le régime réprime la contestation réclamant le départ du président Kabila "
° http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/12/20/a-kinshasa-le-regime-reprime-les-mouvements-de-contestation-reclamant-le-depart-du-president-kabila_5052072_3212.html
Selon l’ONU, près de vingt personnes auraient été tuées par la police et la Garde républicaine mardi dans la capitale congolaise.



Ce mardi 20 décembre au petit matin, Nisenga, 53 ans, a retrouvé l’un de ses cinq enfants mort. Cet électricien reste digne et désemparé. Il ne pleure pas devant le corps de son fils, Patrick, 22 ans, abattu d’une balle dans la tête aux environs de 7 heures dans le quartier populaire de Ngaba à Kinshasa. Recouvert d’un bout de wax, le corps de ce chauffeur de taxi gît sur une pancarte métallique de la police nationale dégoulinante de sang dans une ruelle du quartier voisin de Lemba Terminus. Balle perdue ou tir direct ? Là, maintenant, nul expert en balistique. L’heure n’est pas à l’enquête sur cette balle qui a transpercé le visage du jeune homme. Dans les rues adjacentes, policiers et militaires tirent à balles réelles sur des jeunes miséreux armés de cailloux. Ils ratissent ces quartiers devenus champs de bataille.

« J’ai honte de voir mon fils comme ça, je ne sais pas quoi faire du corps, personne ne s’occupe de nous, et je n’ai pas l’argent pour le transporter à la morgue ni pour organiser des funérailles », dit Nisenga. Autour du corps de Patrick, des jeunes se recueillent et s’excitent. on hurle des slogans hostiles à Joseph Kabila, le président de la République démocratique du Congo (RDC) dont le second et dernier mandat aurait dû se terminer dans la nuit, à 23 h 59. Sauf que la cour constitutionnelle a autorisé le chef de l’Etat, âgé de 45 ans, à se maintenir au pouvoir jusqu’à la présidentielle, repoussée en avril 2018.
En attendant, les rues de Kinshasa, mégalopole de plus de 12 millions d’habitants, habituellement congestionnées, sont désertes. Loin du centre-ville sécurisé, les quartiers pauvres de Kinshasa se sont embrasés dans la nuit. En ordre dispersé. Aux sifflets et tambourinages de casseroles, aux jets de pierres, les forces de l’ordre déployées en grand nombre ont repliqué à balles réelles, lancé de puissants gaz lacrymogènes rose vif qui empoisonnent l’air des rues terreuses où se replient les émeutiers. Ceux-ci appellent au départ de Joseph Kabila. Qui pour le remplacer ? Revient le nom d’Etienne Tshisekedi, opposant historique âgé de 84 ans, qui a fait de Kinshasa son fief.

Où est la Monusco ?

Toute la matinée, des avenues de Limete, Lemba, Matete - où une antenne du parti présidentiel a été incendiée - et d’autres communes redoutées par le pouvoir pour leur mobilisation, ont été le théâtre d’affrontements. Des pneus brûlent. De petites barricades sont montées. Vite écrasées par les camions de l’armée. Le pouvoir rappelle, dés que besoin, sa force brute et expose son arsenal. Les foules compactes se dispersent lorsque les balles sifflent. Puis se recomposent. Les véhicules de la Mission de l’Organisation des Nations unies pour la stabilisation du Congo (Monusco), la plus importante et la plus coûteuse mission de l’ONU déployée dans le monde, sont très rares.

Une mère de famille, enseignante - son salaire mensuel d’environ cent dollars est impayé depuis quatre mois - prend part aux émeutes à Lemba. « Nous, les femmes du quartier, on a décidé de sortir pour ne pas laisser, seuls, nos enfants se faire tirer dessus et appeler au respect de la Constitution », dit-elle. Un nuage de gaz lacrymogène disperse la foule.

La nuit leur appartient

Des jeunes sont arrêtés, d’autres tombent sous les balles. A l’entrée de la morgue, un employé en blouse bleue élude les questions, refuse de décliner son identité et d’ouvrir l’accès au site. « Aucun mort par balles n’a été amené dans la nuit, ni ce matin. Il y a des morts ? », demande-t-il. Faut-il alors écouter le balayeur de la morgue ? Il vit à quelques mètres de l’entrée dans une case exiguë faite de bric et de broc, d’objets de fer glanés on ne sait où. Les mains et poignets de ce mystique néoapostolique s’ornent de bagues et de petites cuillères en guise de bracelets. « Cette nuit, assure-t-il, j’ai vu des convois de policiers amener des corps à la morgue ».
Les autorités n’ont livré aucun bilan. Demeurent les présomptions. Les manifestations en septembre s’étaient soldées par une cinquantaine de morts, selon l’ONU. Dans les quartiers populaires de Kinshasa, les jeunes, déterminés mais finalement impuissants face aux forces de l’ordre, ne veulent plus dormir. La nuit leur appartient, pensent-ils. Les pluies nocturnes et tropicales ont cessé depuis peu. Professionnels et amateurs de l’émeute urbaine y voient là un signe divin. Tous promettent que ce n’est que le début.

Du côté du pouvoir, ces émeutes circonscrites ne suscitent pas d’inquiétude. « La situation est sous contrôle », veut croire un conseiller de Joseph Kabila. Le premier ministre issu des rangs de l’opposition, Samy Badibanga, a exhorté ce mardi 20 décembre les forces de l’ordre « à faire preuve de discipline et de retenue ». Un appel bienvenu car selon José Maria Aranaz, le directeur du bureau des Nations unies aux droits de l’homme en RDC, « la situation est mauvaise »« Nous vérifions des informations selon lesquelles 20 civils auraient été tués mais cela semble assez solide », a-t-il dit par téléphone à l’agence Reuters."


" RDC : Kabila passe en force, scènes d’émeute dans la capitale malgré les appels au calme "
° http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/12/20/rdc-kabila-passe-en-force-l-opposition-appelle-le-peuple-a-ne-plus-reconnaitre-le-president_5051544_3212.html
° http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/12/20/au-soir-du-19-decembre-a-kinshasa-l-elite-trinque-a-l-apocalypse-qui-n-a-pas-eu-lieu_5051625_3212.html


"Un 20 décembre mortel en RDC"
° http://www.voaafrique.com/a/kabila-passe-en-force-mais-rival-appelle-a-ne-plus-le-reconnaitre/3643309.html

""Vingt civils tués à Kinshasa""
° http://www.bbc.com/afrique/region-38383841


"Kabila sort le gouvernement Badibanga à quelques minutes de la fin de son mandat"



"Coup d'Etat : Tshisekedi appelle les Congolais à ne plus reconnaître J. Kabila"



"Fin Mandat de J. Kabila : La population affronte les militaires à Kinshasa et Lubumbashi"



"Alerte Kinshasa : La Police opère des raffles des jeunnes garçons dans les quartiers"





Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUE PENSEZ-VOUS A CE STADE, NOUS RESERVE L’APRES 19 DECEMBRE 2016 ???

Message  zobattants le 21/12/2016, 9:33 am

Donzwau, Cesse avec ta signature de " COMPATRIOTIQUEMENT"
tu n' es en rien un patriote, mais un vendu au service des francais.
Tu devrais signer avec un " INFIDELEMENT"
ca te va bien...

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUE PENSEZ-VOUS A CE STADE, NOUS RESERVE L’APRES 19 DECEMBRE 2016 ???

Message  Imperium le 21/12/2016, 4:07 pm

zobattants a écrit:Donzwau, Cesse avec ta signature de " COMPATRIOTIQUEMENT"
tu n' es en rien un patriote, mais un vendu au service des francais.
Tu devrais signer avec un " INFIDELEMENT"
ca te va bien...
Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUE PENSEZ-VOUS A CE STADE, NOUS RESERVE L’APRES 19 DECEMBRE 2016 ???

Message  ndonzwau le 21/12/2016, 5:11 pm

Qu'est-ce qui va se passer maintenant dans notre chère patrie, le Congo ?

Le statu quo
après les foyers de résistance à travers le pays à Kinshasa, à Lubumbashi, à Goma, au Kasai… qui vont s’éteindre avec le temps et un pouvoir qui continue à tuer, réprimer, à éradiquer les droits et libertés de ces citoyens… et à gouverner par défi ?

Le fameux dialogue/bis  va-t-il se poursuivre et surtout si les prélats catho bien angéliques et responsables vont être au rdv malgré le pied de nez que leur a infligé 'JK' avec la nomination précipitée du gouvernement, à quoi vont servir ces négociations vidées ainsi de leur a parti-pris d’inclusiveté et où les blocages persistaient sur des positions inconciliables ?

De quoi va être capable ce gouvernement pléthorique dans un pays au budget famélique et tout acquis à la majorité en place alors qu’il était censé être conduit par l’opposition en sanction du pouvoir coupable ?

Il se passera sûrement des choses mais serviront-elles l’intérêt du pays ou alimenteront-elles une fois de plus l’éternelle contestation de nos institutions et de nos gouvernants, lit de tous nos conflits internes, sources des retards coupables d’un Congo potentiellement riches en hommes et en matières premières mais dont la population reste une des plus miséreuses de la planète ?

De quoi sera capable notre peuple pour relever tous ces douloureux défis, un peuple qui a bien compris que personne d’autre ne le fera vraiment à sa place et que sa classe politique ne mérite pas leur estime pour l’y aider ?

Que pourra faire d’efficace et de profitable pour le peuple Congolais la CI occidentale notamment dans son appui à la Cenco (le Pape n’est pas en reste) et quoi la CI régionale et intracontinentale toujours prompte aux reniements et aux statu quo irresponsables ? Les sanctions de l’une s’étendront-elles et porteront-elles des fruits ?


Aurons-nous des réponses satisfaisantes à ces questions capitales dans la période transitoire qui s’annonce ou tournons-nous décidément et indéfiniment  au rond-point à compter nos morts, nos viols, nos pillages, nos souffrances diverses un demi-siècle après l’accès à notre souveraineté ?


"RD CONGO: KABILA RESTE, AU MOINS ONZE MORTS DANS DES VIOLENCES "
° http://www.izf.net/afp/rd-congo-kabila-reste-au-moins-onze-morts-des-violences

"RDC : 20 civils tués à Kinshasa selon l’ONU, le gouvernement conteste"
° http://www.jeuneafrique.com/385750/politique/rdc-20-civils-tues-a-kinshasa-selon-lonu-gouvernement-conteste/

"19 morts et 45 blessés, l’ONU condamne « l’usage excessif de la violence par l’Armée, la Police et l’ANR"
° https://actualite.cd/2016/12/21/19-morts-45-blesses-lonu-condamne-lusage-excessif-de-violence-larmee-police-lanr/

"Manifestations 20 décembre: au moins 26 personnes tuées par balles selon HRW"
° https://actualite.cd/2016/12/21/manifestations-20-decembre-26-personnes-tuees-balles-selon-hrw/

"Contractions sur le bilan des manifestations du 20 décembre en RDC "
° http://www.politico.cd/actualite/2016/12/21/contractions-bilan-manifestations-20-decembre-rdc.html

"REVUE DE PRESSE AFRIQUE
A la Une: violences en RDC "

° http://www.rfi.fr/emission/20161221-une-violences-rdc-kabila-tshisekedi


"Reprise timide des activités à Kinshasa "
° http://www.radiookapi.net/2016/12/21/actualite/societe/reprise-timide-des-activites-kinshasa


"Reprise du dialogue mercredi en RDC dans un climat de tension "
° http://www.voaafrique.com/a/reprise-du-dialogue-en-rdc-sous-un-climat-de-tension/3644054.html

"Le Dialogue reprend à 13H00, le Rassemblement confirme sa présence"
° https://actualite.cd/2016/12/21/dialogue-reprend-a-13h00-rassemblement-confirme-presence/

"Dialogue inclusif : la CENCO annonce la reprise des pourparlers ce mercredi"
° http://www.radiookapi.net/2016/12/21/actualite/politique/dialogue-inclusif-la-cenco-annonce-la-reprise-des-pourparlers-ce

"Le pape appelle les Congolais à être "des artisans de la paix"
(AFP 21/12/16) "

° http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/le-pape-appelle-les-congolais-etre-des-artisans-de-la-paix


"RDC: la difficile tâche du nouveau gouvernement "
° http://www.rfi.fr/afrique/20161221-rdc-difficile-mission-nouveau-gouvernement-transition-cenco-securite


"Procès Franck Diongo : « un montage », selon son avocat "
° http://www.radiookapi.net/2016/12/21/actualite/justice/proces-franck-diongo-un-montage-selon-son-avocat
° http://www.radiookapi.net/2016/12/19/actualite/justice/rdc-lopposant-franck-diongo-arrete-kinshasa
" Fascisme :
Le député national Diongo molesté par des sicaires de « Kabila » "

° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=11397
° http://www.voaafrique.com/a/le-jugement-en-flangrance-de-l-opposant-diongo-renvoyee-au-23-mai/3644700.html
° https://actualite.cd/2016/12/20/franck-diongo-admis-a-clinique-ngaliema/
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2016/12/21/toile-rend-hommage-sindigne-franck-diongo.html


"18 militants de la LUCHA arrêtés ce matin à Goma alors qu’ils réclamaient le départ de Kabila"
° https://actualite.cd/2016/12/21/18-militants-de-la-lucha-arretes-ce-matin-a-goma-alors-quils-reclamaient-le-depart-de-kabila/


"Un Belge à la tête du nouveau gouvernement congolais qui compte… 67 membres "
° http://www.lalibre.be/actu/international/un-belge-a-la-tete-du-nouveau-gouvernement-congolais-qui-compte-67-membres-58598667cd70fa7e37c4eeb6



Compatriotiquement!

PS

La Cenco semble désormais résolue à plus de réalisme et donc à plus de fermété dans son pilotage : elle lance un ultimatum aux politiques fixé au 25 décembre càd encore 4 jours et, semble-t-il, réduit de 32 à 16 participants directs aux discussions; elle veut une résolution sans tarder, accord ou désaccord ?...


" La CENCO lance un ultimatum aux politiciens! Fin des travaux souhaitée avant le 25 décembre – AUDIO"
°  https://actualite.cd/2016/12/21/cenco-lance-ultimatum-aux-politiciens-fin-travaux-souhaitee-25-decembre-audio/
La Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) a été ferme à la reprise des travaux du Dialogue ce mercredi 21 décembre 2016. Les évêques souhaitent qu’un accord soit trouvé avant le 25 décembre.
« La CENCO n’est pas disposée à des prolongements indéfinis et à des manœuvres politiques dilatoires. Notre souhait est de clôturer avant Noël. Et si la CENCO réalise que les acteurs politiques n’arrivent pas à se faire des concessions pour une gestion consensuelle de la période transitoire, elle en tirera toutes les conséquences qui s’imposent. Au nom de la mission prophétique de l’église, elle ne pouvait se contenter d’être un accompagnateur passif et indifférent du sort de la population. Nous sommes convaincus que si tout le monde est de bonne volonté, nous pourrons vider rapidement des questions restées en suspens dans les commissions Election et Gouvernance, » a dit l’Abbé Donatien Nshole dans mot de circonstance.]
Des propos que vous pouvez écouter ici.
° https://soundcloud.com/actualitecd/la-cenco-lance-un-ultimatum

" RD Congo: ultimatum des évêques à la classe politique pour un accord "avant Noël" "
° http://www.courrierinternational.com/depeche/rd-congo-ultimatum-des-eveques-la-classe-politique-pour-un-accord-avant-noel.afp.com.20161221.doc.jb5bk.xml
Les évêques catholiques de la République démocratique du Congo ont adressé mercredi un ultimatum aux hommes politiques du pays, les pressant de s'entendre "avant Noël" sur une voie de sortie de la crise provoquée par le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila.

La Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) "n'est pas disposée à des prolongements indus et à des maneuvres dilatoires", a déclaré son président, Mgr Marcel Utembi, à la reprise des négociations arbitrées par l'Église.
"Notre souhait est de clôturer avant Noël. Si les acteurs politiques et de la société civile n'arrivent pas à un compromis à cette échéance, à faire des concessions pour une gestion consensuelle de la période transitoire, la Cenco en tirera toutes les conséquences qui s'imposent", a-t-il ajouté.

La RDC a connu mardi, jour du terme du mandat du président Kabila, une journée de violences liées à la contestation de son maintien au pouvoir au-delà du terme de son mandat.
Selon un "bilan provisoire" donné à la presse par le chef du Bureau conjoint des Nations unies pour les droits de l'Homme en RDC (BCNUDH), José Maria Aranaz, 19 personnes ont été tuées mardi à Kinshasa, Lubumbashi (Sud-Est) et Matadi (Ouest), et 45 autres blessées.
Selon les autorités, il y a eu onze morts : neuf dans la capitale et deux à Lubumbashi. Le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, a mis au défi quiconque de prouver que le bilan officiel des morts à Kinshasa n'était pas conforme à la réalité.

L'Église catholique a joué un rôle majeur dans l'ouverture démocratique de la décennie 1990 en RDC pendant les dernières années du règne du dictateur Mobutu Sese Seko, renversé en 1997 par Laurent-Désiré Kabila, père de l'actuel président congolais.
Elle jouit en RDC d'une audience sur les questions politiques qui dépasse largement le cercle de ses fidèles, qui représentent environ 40% de la population."


"Dialogue: La CENCO décide de travailler avec un groupe restreint de dix personnes"
° https://actualite.cd/2016/12/21/dialogue-cenco-decide-de-travailler-groupe-restreint-de-dix-personnes/


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUE PENSEZ-VOUS A CE STADE, NOUS RESERVE L’APRES 19 DECEMBRE 2016 ???

Message  ndonzwau le 22/12/2016, 2:50 am

" DÉCRYPTAGE
Crise politique en RDC: une solution politique est-elle possible?"

° http://www.rfi.fr/emission/20161221-crise-politique-rdc-une-solution-politique-est-elle-possible


"Violences en RDC: les évêques veulent trouver un accord avant Noël"
° http://www.rfi.fr/afrique/20161221-violences-rdc-eveques-veulent-trouver-accord-avant-noel

"Crise en RDC : l’Eglise tape du poing sur la table"
° http://afrikarabia.com/wordpress/crise-en-rdc-leglise-tape-du-poing-sur-la-table/

"Crise politique au Congo: les évêques lancent un ultimatum pour un accord avant Noël"
° http://www.lesoir.be/1397344/article/actualite/monde/2016-12-21/crise-politique-au-congo-eveques-lancent-un-ultimatum-pour-un-accord-avant-noel

"Président de la CENCO : « Les auteurs des tueries des 19 et 20 décembre doivent répondre de leurs actes »"
° https://actualite.cd/2016/12/21/president-de-cenco-auteurs-tueries-19-20-decembre-doivent-repondre-de-leurs-actes/


"La RDC s’enfonce dans la violence"
° http://afrikarabia.com/wordpress/la-rdc-senfonce-dans-la-violence/

"RDC : L’Allemagne suspend les négociations sur de l’aide publique au développement"
°  https://actualite.cd/2016/12/21/rdc-lallemagne-suspend-les-negociations-sur-de-laide-publique-au-developpement/

"L’Allemagne adopte des mesures contre Kabila"
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2016/12/21/lallemagne-adopte-mesures-contre-kabila.html


"Le dispositif militaire maintenu jusqu’à la fin de la période des fêtes"
° https://actualite.cd/2016/12/21/le-dispositif-militaire-maintenu-jusqua-la-fin-de-la-periode-des-fetes/

"Bilan de la PNC : 275 personnes interpellées, 116 transférées au parquet"
° https://actualite.cd/2016/12/21/bilan-de-pnc-275-personnes-interpellees-116-transferees-parquet/

"Le gouverneur du Haut-Katanga, Jean-Claude Kazembe s’enfuit après avoir été attaqué par la population!"
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2016/12/21/gouverneur-haut-katanga-jean-claude-kazembe-senfuit-apres-ete-attaque-population.html


Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUE PENSEZ-VOUS A CE STADE, NOUS RESERVE L’APRES 19 DECEMBRE 2016 ???

Message  ndonzwau le 22/12/2016, 4:33 am

Imperium a écrit:
zobattants a écrit:Donzwau, Cesse avec ta signature de " COMPATRIOTIQUEMENT"
tu n' es en rien un patriote, mais un vendu au service des francais.
Tu devrais signer avec un " INFIDELEMENT"
ca te va bien...
Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy

Sad  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Question  silent  silent        

Ce cher Confucius disait :
« Lorsque l'on se cogne la tête contre un pot et que cela sonne creux, ça n'est pas forcément le pot qui est vide.  Laughing  Laughing   »
Sun Tzu que
« Notre invincibilité dépend de nous, la vulnérabilité de l'ennemi de lui  cyclops  cyclops  »
et ailleurs ceci :
«  « La guerre est semblable au feu, lorsqu'elle se prolonge elle met en péril ceux qui l'ont provoquée.      »
Quant au Général Von Clausewitz :
«  « La victoire revient à celui qui tient le dernier quart d'heure.     »

Et comme je n’ai pas ambition à rivaliser avec quiconque sur ce forum comme ailleurs  et  comme je suis pressé mais ne veux me précipiter ni oublier ma tête, je me retrouve bien avec ces illustres personnages et surtout jamais dans ma tête je ne « crois vaincre sans convaincre »; bien conscient de mes limites je donne encore le temps au temps pour y arriver un jour dans le seul intérêt de mon pays !
Je suis en effet si lâche que je me sens incapable d’être esclave d’un leader, si méritant soit-il, et ni de Dieu ni du Diable, ma conscience d’Homme se voulant maître de mon humanisme me suffit jusque-là, libre de toute chapelle…

Je me trompe peut-être est-il que je me convaincs ainsi que ma pleine humanité rejoint toutes les vertus et faiblesses de cette existence de simple mortel et au-delà de l’absolu cosmique et transcendantal !
Croire à l’excellence possible dans la gestion de mon pays n’’en devient plus une utopie mais un combat possible et si pour d’autres rien n’est possible au-delà des hommes et des scénarii qui nous gouvernent, je me fierai encore à cette autre sagesse de Sun Tzu :  

« Entendre un coup de tonnerre ne prouve pas qu'on a l'ouïe fine.   »
; du tout, j’y crois ; il y a encore moyen d’autres entendements pour mieux gérer et sauver notre cher pays…

Nous pouvons et devons faire autrement que demain soit un meilleur jour pour notre Congo…
Notre illustre aîné  Frantz Fanon ne disait-il pas  

« Chaque génération doit dans une relative opacité découvrir sa mission, la remplir ou la trahir »

A bon entendeur………….


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #
]


Dernière édition par ndonzwau le 23/12/2016, 1:19 am, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUE PENSEZ-VOUS A CE STADE, NOUS RESERVE L’APRES 19 DECEMBRE 2016 ???

Message  ndonzwau le 22/12/2016, 7:40 am


"Actu Expliquée 21Déc : La Cenco donne un ultimatum aux politiciens pour ce 23 décembre"



"Actu Expliquée 21DEC : Franck Diongo a subi de méchants et humiliants traitements"



"Analyse du 20 décembre 2016 sur la fin du «mandat» de Joseph Kabila"



"INFO DU JOUR; LE 21 Dec 2016 RDC : LES JEUNES DETERMINES "AU FINISH" KABILA BYE BYE !"
Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes



"RDC-GENERAL BISENGIMANA VEUT RENVERSER KABILA???VERS UN COUP D’ÉTAT MILITAIRE AU CONGO... "
Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes




Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUE PENSEZ-VOUS A CE STADE, NOUS RESERVE L’APRES 19 DECEMBRE 2016 ???

Message  ndonzwau le 23/12/2016, 1:16 am

"SORTIE DE CRISE EN VUE EN RDC: LES PRINCIPAUX POINTS DE L'ACCORD "
° http://www.izf.net/afp/sortie-crise-en-vue-en-rdc-les-principaux-points-laccord
Pouvoir et opposition en République démocratique du Congo se sont mis d'accord jeudi soir sur les grandes lignes d'un accord devant déboucher sur un régime de transition politique destiné à sortir de la crise provoquée par le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila.
L'accord, dont une équipe de juristes des deux délégations devait régler les derniers détails dans la nuit sous l'égide des évêques catholiques de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco), doit être adopté en séance plénière vendredi matin pour permettre une cérémonie officielle de signature dans l'après-midi.
L'AFP a pu consulter le document de travail devant servir de base aux juristes. En voici les principaux points :


Transition politique
L'accord doit permettre un régime de transition pendant lequel M. Kabila reste en fonctions jusqu'à la passation de pouvoirs avec un successeur élu.
L'opposition a lâché du lest sur ses exigences de voir M. Kabila, dont le mandat s'est achevé mardi, quitter le pouvoir immédiatement.
En contrepartie, elle obtient la création d'un "Conseil national de transition" chargé de veiller à la bonne exécution de l'accord, particulièrement sur les questions électorales.

Élection présidentielle
Le scrutin qui aurait dû avoir lieu en 2016 sera tenu "fin 2017". Cela répond à l'une des exigences principales de l'opposition alors que le pouvoir répétait qu'il n'était pas en mesure de pouvoir tenir cette élection avant avril 2018.

Respect de la Constitution
L'opposition, qui soupçonne M. Kabila de vouloir s'accrocher éternellement au pouvoir, voulait obtenir la garantie que le président ne chercherait pas à contourner d'une façon ou d'une autre l'interdiction constitutionnelle qui lui est faite de se représenter.

Ces garanties sont codifiées par deux phrases :

"Conformément à son adresse à la Nation à travers le Congrès, le président de la République qui a accompli deux mandats ne briguera pas un troisième" mandat.
Dans ce discours prononcé en novembre, M. Kabila a assuré que la Constitution ne serait pas violée.
"Les parties s'engagent à ne pas recourir au référendum ou tout autre moyen de modification ou de changement de la Constitution pendant la période de transition"."


"RDC: Vital Kamerhe révèle le contenu de l’accord politique
°  https://actualite.cd/2016/12/22/rdc-vital-kamerhe-revele-le-contenu-de-laccord-politique/
Le président de l’UNC s’est réjoui des avancées qu’il a qualifié de spectaculaire concernant les différents points de divergences initialement soulevés par la CENCO. Vital Kamerhe révèle point par point le contenu de l’accord et confirme le maintien de Joseph Kabila à la tête du pays en contrepartie d’un partage du pouvoir au niveau du gouvernement central et des gouvernements provinciaux.

« Il y a des avancées spectaculaires. Nous avons déjà la fumée grise et la fumée blanche, c’est pour demain, » a-t-il dit avant de fournir les détails suivants:
1. Les évêques nous ont fait une synthèse que tout le monde a apprécié. Toutes les composantes ont accepté que le président Kabila reste pendant cette période jusqu’à la tenue des élections, y compris le Rassemblement
2. En contrepartie, le président, càd sa famille politique ne doit pas garder toutes les institutions. Le gouvernement va être réclamé certainement par d’autres composantes, mais l’Assemblée National et le sénat demeurent. Les Assemblées provinciales demeurent aussi. Il y aura recomposition des gouvernements provinciaux
3. Personne ne va toucher à la constitution pendant cette période de transition
4. Nous avons fait des propositions par rapport au calendrier électoral. La CENI avait fait deux propositions: élections en 2017, nous utilisons le vote électronique ou alors, selon le calculs, on peut faire les élections en 2018. Nous avons écarté les deux propositions et nous avons proposé que puisqu’il s’agit du peuple qui attend de nous un sursaut patriotique, de garder 2017. De toute façon, il y a toujours l’incise qui dit qu’on peut prolonger en cas de problème.

Aujourd’hui, je pense que les esprits se sont apaisés. Demain, je suis convaincu que nous aurons un accord. »
Vital Kamerhe confirme en outre qu’un comité dont la dénomination doit encore être précisé sera mis en place pour le suivie de l’accord.
“Nous avons parlé aussi du Conseil de transition. À cité de l’UA, nous avions parlé du comité de suivie. Nous avons convenu que ça sera ni l’un ni l’autre. Et demain une petite équipe va travailler pour une formulation qui ne sera ni celle de la cité de l’UA ni celle du Rassemblement, » a-t-il ajouté.
Feront partie de ce comité, Étienne Tshisekedi, Kampiamba Nkulu, Delly Sessanga et Azarias Ruberwa a confié à ACTUALITE.CD le président de l’UNC."



"Accord trouvé entre la Majorité et le Rassemblement: Kabila reste au pouvoir, un nouveau gouvernement arrive!"
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2016/12/22/accord-trouve-entre-majorite-rassemblement-kabila-reste-pouvoir-nouveau-gouverneur-arrive.html
Un accord a été trouvé cette nuit aux discussions directes entre la Majorité et l'Opposition sous l'égide de la CENCO en RDC, annonce l'Agence France Presse. 

Selon l’Agence France Presse, un accord sera signé cette nuit entre le Rassemblement et la Majorité présidentielle dans le cadre des discussions directes en cours sous l’égide de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO).
« On va boucler cette nuit », a déclaré ne source ecclésiastique, citée par à l’AFP. « L’accord doit être signé demain, les évêques devant être dans leurs diocèses au plus tard samedi » 24 décembre pour la messe de la nuit de Noël, a ajouté la source au lendemain de l’ultimatum adressé par la Conférence épiscopale nationale de Congo (Cenco) à la classe politique congolaise pour qu’un accord soit conclu « avant Noël ».
 L’AFP affirme avoir a pu consulter le document de travail résumant les principaux points du projet d’accord devant être finalisé et approuvé en séance plénière dans les heures à venir. Ce texte prévoit l’instauration d’une « transition politique » et la tenue « fin 2017 » de la présidentielle qui aurait dû être organisée cette année.

Par ailleurs, d’autres sources indiquent à Politico.cd que le président Joseph Kabila se serait engagé à ne plus se représenter pour un troisième mandat."




"RDC: VERS UNE SORTIE DE CRISE APRÈS QUATRE JOURS DE VIOLENCES "
° http://www.izf.net/afp/rdc-vers-une-sortie-crise-apres-quatre-jours-vio
La République démocratique du Congo s'acheminait dans la nuit de jeudi à vendredi vers un accord de sortie de crise, après quatre jours de violences meurtrières autour de la fin du mandat du président Joseph Kabila.
"C'est sûr, nous terminerons demain" (vendredi), a déclaré dans la soirée Mgr Fridolin Ambongo, vice-président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco), qui assure la médiation des négociations ouvertes le 8 décembre en vue d'instaurer une transition politique pacifique.


"Nous avons obtenu tout ce que nous voulions", a confié une source dans l'opposition.
"Normalement, l'accord sera signé demain vendredi", a ajouté Félix Tshisekedi, chef de la délégation de l'opposition à l'issue d'une séance plénière peu après 22H00 (21H00 GMT).
"Le président a fait suffisamment de concessions, l'accord sera signé demain", a également estimé Lumanu Mulenda, négociateur de la majorité.
Des équipes de juristes de chaque camp devaient finaliser durant la nuit la rédaction de l'accord en vue de son adoption en séance plénière vendredi matin avant une cérémonie de signature officielle dans l'après-midi.

L'AFP a consulté le document de travail résumant les principaux points du projet d'accord ayant fait l'objet d'un consensus en commission.
Ce texte prévoit l'instauration d'une "transition politique" et la tenue "fin 2017" de la présidentielle, qui aurait dû être organisée cette année et que le pouvoir disait jusque-là ne pas pouvoir organiser avant avril 2018.
L’opposition obtient également la garantie que le président Kabila ne briguera pas un troisième mandat, conformément à la Constitution.
Un "Conseil national de transition" doit être créé afin de veiller à la bonne exécution de l'accord, particulièrement sur les questions électorales.
En contrepartie, l'opposition, rassemblée autour de la figure historique d’Étienne Tshisekedi, a accepté le principe du maintien au pouvoir de M. Kabila jusqu'à une passation de pouvoir avec un successeur élu, alors qu'elle demandait jusque-là son retrait immédiat de la vie publique.

Âgé de 45 ans, M. Kabila est au pouvoir depuis 2001. Son second mandat s'est achevé mardi dans un climat de violence, et la Constitution lui interdit de se représenter.

- Tensions dans les provinces -

Depuis lundi, entre 56 et 104 personnes, selon les sources, ont péri dans des violences politiques ou interethniques. Ces chiffres ne tiennent pas compte d'affrontements au bilan encore inconnu mardi dans la ville de Kananga (centre) entre forces de l'ordre et une milice opposée au gouvernement central.
Mardi, jour d'expiration du mandat de M. Kabila, des affrontements entre forces de l'ordre et jeunes contestant sa légitimité ont fait 20 morts à Kinshasa, Lubumbashi (deuxième ville du pays) et dans deux villes de l'Ouest, selon la police.
L'ONG Human Rights Watch affirme avoir documenté le décès de 34 personnes dans ces violences. L'ONU, elle, avançait mardi un "bilan provisoire" de 19 morts "confirmés".
La situation s'était calmée mercredi dans la capitale Kinshasa, qui a repris timidement vie jeudi, après un début de semaine de paralysie totale. Les forces de l'ordre y restaient toujours déployées en nombre.

Des tensions subsistaient dans plusieurs provinces.

A Lubumbashi(sud-est), fief de l'opposant en exil Moïse Katumbi, l'armée a bouclé jeudi à l'aube un quartier théâtre de violences au cours des deux jours précédents et procédé à des arrestations massives.
L’Église a, elle, lancé "un SOS", après une nouvelle attaque menée mardi par des Pygmées, en conflit avec l'ethnie Bantou, et qui a fait selon elle au moins 40 morts mardi dans la ville de Manono, à 480 km au nord de Lubumbashi. Les autorités, elles, parlent de six morts.
Dans l'est du Congo, déchiré par les conflits armés depuis plus de vingt ans, treize civils de l'ethnie Nande ont été tués jeudi dans l'attaque d'un village du Nord-Kivu par des miliciens hutu.

État-continent de 70 millions d'habitants, la RDC n'a jamais connu de transition pacifique du pouvoir depuis son indépendance de la Belgique en 1960.
Les cinq premières années de son existence ont été marquées par une lutte pour le pouvoir ayant entraîné une guerre civile dont est sorti seul vainqueur le général Mobutu en 1965.
Celui-ci sera déposé en 1997 par Laurent-Désiré Kabila, père de l'actuel président, qui lui succèdera à son assassinat en 2001, en pleine deuxième guerre du Congo (1998-2003).
Confirmé en 2006 à la tête du pays lors des premières élections libres organisée depuis l'indépendance, M. Kabila a été réélu en 2011 lors d'un scrutin entaché de fraudes massives, à l'origine de la crise actuelle."



"RDC – Dialogue: vers un Accord politique
° https://actualite.cd/2016/12/22/rdc-dialogue-vers-accord-politique/
Le compromis politique entre les signataires de l’Accord politique du 18 octobre et les non-signataires est en passe d’être trouvé. Les travaux du groupe restreint avancent. Les délégués devraient travailler encore tard pour proposer un texte consensuel ce vendredi 23 décembre 2016 en plénière.
D’après l’Agence France Presse, le  groupe restreint serait arrivé à un compromis pour l’organisation de la présidentielle fin 2017. C’est Joseph Kabila qui devrait diriger la période transitoire.


« Attention ! Même si un compromis est trouvé dans ce groupe restreint, les résultats devront être présentés en plénière, discutés avant leur adoption. Les caciques de la Majorité étaient à l’Assemblée nationale, donc il faut faire attention » a dit à ACTUALITE.CD, un dirigeant de la Majorité présidentielle.
L’ultimatum fixé par les évêques aux parties prenantes arrive à échéance le 24 décembre. La journée de vendredi sera donc déterminante.'



"Accord en vue au dialogue en RDC"
° http://www.voaafrique.com/a/accord-en-vue-au-dialogue-en-rdc/3647397.html

"Les manifestations anti-Kabila en RDC ont fait 34 morts-HRW
(Reuters 22/12/16) "

° http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/les-manifestations-anti-kabila-en-rdc-ont-fait-34-morts-hrw

"Fin du mandat de Kabila: la contestation s’essouffle en RDC"
° http://www.rfi.fr/afrique/20161222-fin-mandat-kabila-contestation-essouffle-rdc-cenco-afrique-sud

"Samy Badibanga investi comme Premier ministre en RDC "
° http://www.voaafrique.com/a/le-parlement-de-la-rdc-investit-samy-badibanga-comme-premier-ministre/3646765.html
° http://www.rfi.fr/afrique/20161222-rdc-samy-badibanga-gouvernement-prete-serment-climat-tendu
° http://www.radiookapi.net/2016/12/22/actualite/politique/elections-raison-detre-du-gouvernement-badibanga


Actu Expliquée Live : un ACCORD est trouvé au Dialogue de la Cenco et sera signé le 23 décembre 2016



" Franck Diongo : voici des précisions sur Rumeurs folle concernant son état de santé"




"Triste République démocratique du Congo"
° http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/12/22/triste-republique-democratique-du-congo_5052913_3232.html
Editorial. Le président de la RDC, Joseph Kabila, vient à nouveau de démontrer qu’il n’hésitera jamais à faire tirer sur des manifestants désarmés pour conserver son pouvoir.



Editorial du « Monde ». 
Silencieux, enfermé dans sa tour d’ivoire, comme à son habitude, le président de la République démocratique du Congo (RDC), Joseph Kabila, vient à nouveau de démontrer qu’il n’hésitera jamais à faire tirer sur des manifestants désarmés pour conserver son pouvoir.


Lundi 19 et mardi 20 décembre, ce sont plusieurs dizaines de personnes – vingt-neuf, selon l’organisation de défense des droits de l’homme Human Rights Watch – qui sont tombées sous les balles des forces de sécurité. En septembre déjà, cent autres Congolais, qui manifestaient contre la détermination du président Kabila à demeurer sur son siège, avaient subi le même sort. Quelques mois plus tôt, on avait déploré un bilan plus lourd encore dans les rues de Kinshasa, mobilisées pour la même raison.
Catapulté au pouvoir en 2001 à l’âge de 29 ans après l’assassinat de son père, Laurent-Désiré, Joseph Kabila ne donne aucunement l’impression qu’il est disposé à lâcher le pouvoir. La Constitution lui interdit-elle de briguer un troisième mandat ? Le président gagne du temps face à une opposition divisée menée par un chef vieillissant. Grâce au soutien d’un parti présidentiel aux ordres, d’une Cour constitutionnelle sous influence, et grâce à l’appui d’une frange minoritaire de l’opposition, Kabila a fait réécrire le calendrier électoral : le scrutin présidentiel a été repoussé à 2018, alors que son mandat s’est terminé ce 19 décembre.

La RDC est cet immense pays d’Afrique centrale, peuplé de quelque 70 millions d’habitants, pour la plupart misérables alors que le sol et le sous-sol congolais regorgent de richesses. Kabila est d’abord préoccupé de sa survie politique. Il a nommé cette semaine un nouveau gouvernement, sans se soucier du dialogue politique avec l’opposition mené sous l’égide de l’Eglise catholique. C’est pour protester contre un tel déni démocratique, exacerbé par une pauvreté endémique, que les Congolais ont marché dans les rues de la capitale armés de cailloux face à une police et à une garde présidentielle armées jusqu’aux dents.

Qui peut gouverner cet immense pays ?

Les Congolais doivent se sentir bien seuls. Jusqu’à présent, les quelques sanctions ciblées prises par l’ONU, les Etats-Unis ou l’Union européenne à l’encontre d’une poignée de personnalités de son entourage n’ont pas fait plier le président Kabila. On ne saurait lui donner tort. Ces derniers mois, pour ne parler que de cette partie du continent noir, les « hold-up » électoraux organisés par les régimes en place au Gabon et au Congo-Brazzaville sont passés comme lettres à la poste. Au Cameroun, Paul Biya affiche trente-quatre années de pouvoir.
Paris, notamment, préfère détourner les yeux. L’Union européenne aussi, qui aide la RDC. Mais, en toile de fond de ces événements tragiques, il y a, toujours, la même question : qui peut gouverner cet immense pays ? Et comment ?

Il n’est pas impossible que Kabila parvienne à rétablir le calme par la force à Kinshasa et dans les villes de province en ébullition. Mais pour combien de temps ? Les aspirations démocratiques, la lassitude vis-à-vis d’un régime corrompu et prévaricateur, comme vient de le démontrer une enquête de l’agence Bloomberg, le désespoir social ne sont pas les seuls carburants alimentant la contestation. Dans ce pays secoué par des guerres d’une horreur indicible dans les années 1990, des groupes armés se réveillent et aggravent le chaos auquel semble abonnée une RDC qui ne parvient décidément pas à décoller. Triste Congo."


Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUE PENSEZ-VOUS A CE STADE, NOUS RESERVE L’APRES 19 DECEMBRE 2016 ???

Message  ndonzwau le 23/12/2016, 4:55 pm

Confidentiel !!!

Admin
, par hasard auriez-vous des nouvelles de notre sœur Tsippora ?
Je m’étais laissé dire en « confidentiel » que de Toronto elle avait eu un poste à Abidjan du côté de la présidence ivoirienne… Y est-elle encore ?
Si vous avez encore des nouvelles d’elle, faites-moi signe ; j’aurais voulu lui faire un petit coucou en cette fin d'année; sinon j’utiliserai moi-même directement le mp… Je l'affiche ici juste pour que si quelqu'un d'autre est au courant puisse me répondre (en mp !)
Merci...



Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUE PENSEZ-VOUS A CE STADE, NOUS RESERVE L’APRES 19 DECEMBRE 2016 ???

Message  ndonzwau le 23/12/2016, 5:19 pm

"RDC : accord politique à portée de main, mais signature après Noël (source Église)
(AFP 23/12/16)

° http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/rdc-accord-politique-portee-de-main-mais-signature-apres-noel-source-eglise
L'accord négocié sous l'égide de l'Église catholique en vue de sortir de la crise provoquée en République démocratique du Congo par le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila reste à portée de main mais ne devrait être signé qu'après Noël, a-t-on appris vendredi auprès de la médiation.
"C'est illusoire de penser à une signature aujourd'hui" vendredi, mais "on peut aboutir à un consensus en plénière cet après-midi", a déclaré à l'AFP une source à la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco), à propos de la séance plénière convoquée à 14h00 (13h00 GMT) pour adopter les termes définitifs de l'accord.
"La signature pourrait alors intervenir entre Noël et le Nouvel An", a-t-on ajouté de même source.

Jeudi soir, la Cenco avait annoncé un dénouement des négociations pour la matinée de vendredi en vue d'une cérémonie officielle de signature dans l'après-midi, et des délégués des deux camps autour de la table avait affiché le même optimisme.
Mais vendredi matin, l'espoir avait fait place au doute, la source à la Cenco ayant fait état de complications dans les tractations finales.

Le projet d'accord, dont l'AFP a pu voir un document résumant les grandes lignes, porte sur l'instauration d'une période de transition politique permettant à M. Kabila de rester au pouvoir jusqu'à l'élection de son successeur à l'issue d'un scrutin qui devra être tenu "fin 2017".
Selon la source à la Cenco, il reste essentiellement deux points à régler : la question de la composition de la commission chargée d'organiser les élections et celle du partage des rôles pour le gouvernement du pays.
Âgé de 45 ans, M. Kabila est au pouvoir depuis 2001. La constitution lui interdit de se représenter. Son second mandat s'est achevé mardi dans un climat de violences meurtrières dans le pays."



"RDC: la situation "se complique" concernant la signature d'un accord de transition (source écclésiastique)
(AFP 23/12/16)

° http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/rdc-la-situation-se-complique-concernant-la-signature-dun-accord-de-transition-source-0
La situation "se complique" en République démocratique du Congo concernant la signature vendredi d'un accord pour sortir de la crise provoquée par le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila, pourtant annoncée comme imminente la veille, a-t-on appris de source proche des négociations.
"Ça se complique", a laconiquement confié vendredi matin à l'AFP une source au sein de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) qui assure la médiation des négociations.

Les négociateurs s'étaient quittés la veille au soir en affichant un certain optimisme, laissant leurs juristes finaliser la rédaction de l'accord sur la base d'un document de travail.
"C'est sûr, nous terminerons demain" (vendredi), avait assuré Mgr Fridolin Ambongo, vice-président de la Cenco.
"Nous avons obtenu tout ce que nous voulions", confiait de son côté à l'AFP une source dans l'opposition. "Normalement, l'accord sera signé demain vendredi", ajoutait Félix Tshisekedi, chef de la délégation de l'opposition à l'issue d'une séance plénière vers 22h00 (21h00 GMT).
"Le président a fait suffisamment de concessions, l'accord sera signé demain", avait également affirmé Lumanu Mulenda, négociateur de la majorité.

L'AFP a pu consulter le document de travail résumant les principaux points du projet d'accord ayant fait l'objet d'un consensus lors de travaux en commission jeudi en fin d'après-midi.
Ce texte prépare l'instauration d'une "transition politique" et la tenue "fin 2017" de la présidentielle, qui aurait dû être organisée cette année et que le pouvoir disait ne pas pouvoir organiser avant avril 2018.
Il inclut aussi une garantie que le président Kabila ne briguera pas un troisième mandat, conformément à la Constitution, et prévoit la création d'un "Conseil national de transition" chargé de veiller à la bonne exécution de l'accord, particulièrement sur les questions électorales.
En contrepartie, l'opposition, rassemblée autour de la figure historique d’Étienne Tshisekedi, accepterait le principe du maintien au pouvoir de M. Kabila jusqu'à une passation de pouvoir avec un successeur élu, alors qu'elle demandait jusque-là son retrait immédiat de la vie publique.

Âgé de 45 ans, M. Kabila est au pouvoir depuis 2001. La Constitution lui interdit de se représenter pour un troisième mandat.
Son second mandat s'est achevé mardi dans un climat de violence.
Depuis lundi, entre 56 et 104 personnes, selon les sources, ont péri dans des violences politiques ou interethniques. Ces chiffres ne tiennent pas compte d'affrontements au bilan encore inconnu mardi dans la ville de Kananga (centre) entre forces de l'ordre et une milice opposée au gouvernement central."



"Dialogue politique en RDC: les grandes lignes de l'accord se dessinent"
° http://www.rfi.fr/afrique/20161223-dialogue-politique-rdc-grandes-lignes-accord-dessinent-cenco

"Accord surprise en RDC : Kabila lâche du lest
° http://afrikarabia.com/wordpress/accord-surprise-en-rdc-kabila-lache-du-lest/
Un nouvel accord politique est sur la table des négociations à Kinshasa pour trouver une porte de sortie à la crise congolaise.(...)"

"RD Congo : vers un accord entre Joseph Kabila et Étienne Tshisekedi"
° http://www.jeuneafrique.com/386668/politique/rd-congo-vers-accord-entre-joseph-kabila-etienne-tshisekedi/

"Accord trouvé entre la Majorité et le Rassemblement: Kabila reste au pouvoir, un nouveau gouvernement arrive!"
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2016/12/22/accord-trouve-entre-majorite-rassemblement-kabila-reste-pouvoir-nouveau-gouverneur-arrive.html

"RDC : Fin du Dialogue politique prévue à 14h"
°  https://actualite.cd/2016/12/23/rdc-fin-dialogue-politique-prevue-a-14h/


"Félix Tshisekedi Premier ministre à la place de Samy Badibanga ?
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2016/12/23/felix-tshisekedi-premier-ministre-a-place-de-samy-badibanga.html
Dans un article publié sur son site internet, La Libre affirme que les jours de Samy Badibanga à la Primature pourraient déjà être comptés, faisant allusion à l’accord qui pourrait être conclu cet après-midi, cédant ce poste au Rassemblement d’Etienne Tshisekedi...

Dans un article publié sur son site internet, La Libre affirme que les jours de Samy Badibanga à la Primature pourraient déjà être comptés, faisant allusion à l’accord qui pourrait être conclu cet après-midi, cédant ce poste au Rassemblement d’Etienne Tshisekedi.
« Pour le clan Tshisekedi, le poste devrait revenir à l’UDPS. Le nom de Félix Tshisekedi arrive donc sur la table… pour le plus grand bonheur de la majorité qui flingue l’arrivée du père et du fils à deux organes supérieurs de la nation« , déclare cet article du média belge.

Félix, au nom du père?

Le fils du leader historique de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) a été nommé Secrétaire général adjoint de ce parti de l’opposition en octobre dernier, faisant de lui le numéro 3. Cette promotion de Félix Tshisekedi, annoncée depuis le 14 octobre, est la deuxième vague de nominations en espace de quelques mois seulement. Le 10 août dernier, Etienne Tshisekedi a nommé Jean Marc Kabund-a-Kabund au poste du Secrétaire général de son parti, en remplacement de Bruno Mavungu.
Ce dernier s’est par la suite attaqué publiquement à Félix Tshisekedi, le traitant de « corrompu« . « On m’a écarté pour placer Félix [Tshisekedi] à la tête de l’UDPS« , déclarait Bruno Mavungu dans une interview, le 17 août dernier sur Politico.cd

« Félix Tshisekedi et ses amis profitent de l’Udps pour remplir leurs poches, tout en tuant le parti à petit feu. Ces propos de l’has been Secrétaire général de l’Udps ont été très applaudis par plus d’une centaine de membres et sympathisants réunis dans la soirée à la permanence du parti« , accusait l’ancien Sécrétaire général de l’UDPS.
L’ascension de Félix Tshisekedi est en effet fulgurante au sein de ce mouvement de l’opposition historique en RDC.  Nommé Secrétaire national chargé de l’extérieur à l’UDPS, fin 2008, il montre très vite ce qu’il veut, en ces années de « schisme » au sein du parti, pour éviter « la cacophonie ».  En novembre 2011, il obtint un siège de député national à Mbuji-Mayi. Cependant, la position de l’UDPS à la suite des élections était on ne peut plus claire : « pas question de siéger au sein des institutions issues des élections frauduleuses ». Joignant l’acte à la parole, il s’abstint de siéger au Parlement et ne tarda pas à être invalidé pour « absentéisme ».

Pressenti pour occuper le poste de rapporteur de la Commission Electorale Nationale Indépendante (Ceni) en mai 2013, M. Tshisekedi rejeta l’offre, déclarant à Radio Okapi : « Je ne tiens pas à mettre ma carrière politique entre parenthèses« , en référence à l’article 17 de la Ceni qui écarte toute compatibilité entre l’appartenance à une formation politique et la qualité de membre de cet organe.
Toujours aux côtés de son père, impliqué dans des discussions en coulisse, comme lors de la récéption au Quai d’Orsay en juillet dernier, ou avec le président Sassou-Nguesso à Brazzaville en septembre dernier, Félix Tshisekedi prend de l’ampleur et balise son chemin. Avec cette nouvelle nomination, le fils d’Etienne Tshisekedi peut logiquement rêver succéder à son père très âgé, et qui a entamé une refonte complète du parti depuis son retour à Kinshasa en juillet dernier. Est-ce ouvrir le chemin à son fils?"



"RDC: au moins 40 morts dans plusieurs villes pendant les manifestations anti-Kabila (ONU)
(AFP 23/12/16)"

° http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/rdc-au-moins-40-morts-dans-plusieurs-villes-pendant-les-manifestations-anti-kabila-onu

"RDC: 17 morts lors d’affrontements dans la province de la Mongala"
° http://www.rfi.fr/afrique/20161223-rdc-affrontements-violents-lisala-mongala-secte-force-ordre-esclavage


"Alternance démocratique :
Les divagations de Lambert Mende"

° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=11400


]"Jean-Jacques Lumumba : « La RDC n’est plus démocratique et Joseph Kabila est représentatif de cette déviation » "
° https://actualite.cd/2016/12/23/jean-jacques-lumumba-rdc-nest-plus-democratique-joseph-kabila-representatif-de-cette-deviation/


Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUE PENSEZ-VOUS A CE STADE, NOUS RESERVE L’APRES 19 DECEMBRE 2016 ???

Message  ndonzwau le 23/12/2016, 11:36 pm

PS

"Dialogue de la Cenco : Les points de l'Accord expliqués par D. Sessanga"



"Actu Expliquée Live - Dialogue de la Cenco : La signature de l'Accord se complique"



"Actu Expliquée Live - Dialogue : La signature de l'Accord reportée après Noel"



"Actu Expliquée Live : Echos du Dialogue et Images du Procès Franck Diongo"





"RDC : Si l’accord politique n’est pas trouvé ce soir, les travaux se poursuivront samedi matin -AUDIO"
° https://actualite.cd/2016/12/23/rdc-laccord-politique-nest-trouve-soir-travaux-se-poursuivront-samedi-matin-audio/
° https://soundcloud.com/actualitecd/si-les-delegues-narrive-pas-a
° http://www.radiookapi.net/2016/12/23/actualite/politique/dialogue-inclusif-la-cloture-des-travaux-pourrait-etre-renvoyee

"RDC: l’accord de sortie de crise devrait être signé après Noël"
° http://www.lesoir.be/1399132/article/actualite/monde/2016-12-23/rdc-l-accord-sortie-crise-devrait-etre-signe-apres-noel
°  http://www.lalibre.be/actu/international/rdc-un-accord-politique-a-portee-de-main-mais-la-signature-apres-noel-585d17e7cd70138bd424d7b7
L’accord négocié sous l’égide de l’Église catholique en vue de sortir de la crise provoquée en République démocratique du Congo (RDC) par le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila reste à portée de main mais ne devrait être signé qu’après Noël, a-t-on appris vendredi auprès de la médiation.

«C’est illusoire de penser à une signature aujourd’hui» vendredi, mais «on peut aboutir à un consensus en plénière cet après-midi», a déclaré à l’AFP une source à la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco), à propos de la séance plénière convoquée à 14h00 pour adopter les termes définitifs de l’accord.
«La signature pourrait alors intervenir entre Noël et le Nouvel An», a-t-on ajouté de même source.
Jeudi soir, la Cenco avait annoncé un dénouement des négociations pour la matinée de vendredi en vue d’une cérémonie officielle de signature dans l’après-midi, et des délégués des deux camps autour de la table avait affiché le même optimisme.
Mais vendredi matin, l’espoir avait fait place au doute, la source à la Cenco ayant fait état de
complications dans les tractations finales.

Deux conditions à discuter

Le projet d’accord, dont l’AFP a pu voir un document résumant les grandes lignes, porte sur l’instauration d’une période de transition politique permettant à M. Kabila de rester au pouvoir jusqu’à l’élection de son successeur à l’issue d’un scrutin qui devra être tenu «fin 2017».
Selon la source à la Cenco, il reste essentiellement deux points à régler : la question de la composition de la commission chargée d’organiser les élections et celle du partage des rôles pour le gouvernement - alors que l’équipe du nouveau Premier ministre Samy Badibanga a été investie jeudi par l’Assemblé nationale."



"RDC : Fin de la plénière, reprise des travaux en commission – situation à 18H30"
°  https://actualite.cd/2016/12/23/rdc-fin-de-pleniere-reprise-travaux-commission-situation-a-18h30/

"RDC : L’accord politique toujours pas trouvé, la plénière pas encore convoquée – Situation à 17H00"
° https://actualite.cd/2016/12/23/rdc-laccord-politique-toujours-trouve-pleniere-convoquee-situation-a-17h00/


"Les 6 points de l’accord du Dialogue!
° http://www.politico.cd/encontinu/2016/12/22/6-points-de-laccord-dialogue.html
Pas de 3ème mandat pour Kabila, libération de Diomi, retour de Katumbi: ce qu’on sait de l’accord du Dialogue!
Selon des informations à notre procession, il est stipulé dans cet accord que:


  • le président Joseph Kabila restera en fonction pour conduire une transition, mais ne pourra pas se représenter pour un troisième mandat,
  • la tenue des élections aura lieu dans le dernier trimestre de 2017,
  • un gouvernement dirigé par le Rassemblement et composée « à part égale »,
  • la libération de 7 prisonniers politiques et d’opinion emblématiques dont Diomi Ndongala, Jean-Claude Muyambo
  • Arrêt des poursuites et  retour de Moïse Katumbi en RDC
  • Mise en place du  comité de surveillance et de suivi de l’accord.

L’accord sera signé demain à l’issu de sa présentation en plénière par la CENCO."


"RDC: Kabila au pouvoir jusqu'en novembre 2017"
° http://www.lalibre.be/actu/international/rdc-kabila-au-pouvoir-jusqu-en-novembre-2017-585c4d8acd7014981b3f97c0
INTERNATIONAL
Un accord est intervenu en RDC : Kabila va rester président jusqu'à fin 2017, un opposant va devenir Premier ministre.

Les évêques catholiques de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) qui mènent le dialogue de la dernière chance en République démocratique du Congo ont été clairs mercredi soir. Quoi qu'il arrive, ils clôtureront le dialogue ce vendredi afin de pouvoir retourner dans leurs paroisses à l'occasion des fêtes de Noël. Ils avaient aussi prévenu qu'en cas d'échec, ils n'hésiteraient pas à en « tirer les conclusions et à pointer du doigt publiquement les responsables ». Ce jeudi, les règles du dialogue ont été modifiées pour le rendre plus compact.
Les évêques ont limité chaque camp à 5 représentants. Côté majorité présidentielle, les seconds couteaux présents jusqu'ici au dialogue ont fait place aux cadors. Aubin Minaku (président du parlement), Kalev Mutond (patron du service de renseignements) et André Kimbuta (gouverneur de la ville-province de Kinshasa) étaient notamment face aux évêques en fin de matinée.

Pourquoi la mobilisation des gros bras de la kabilie ? « Parce que Kabila a compris qu'il était temps d'arrêter de jouer au plus malin », tente d'expliquer un membre de l'opposition qui ne cache pas que la mobilisation « de ces proches du président est aussi la preuve que les négociations vont rentrer dans le dur. Il va falloir être très prudent, les pièges ne vont pas manquer ».

Avancées prudentes

Quatre grands points étaient inscrits sur la feuille de route : la non candidature de Joseph Kabila à un troisième mandat, la non modification de la constitution, le calendrier de la présidentielle et l'architecture institutionnelle à mettre sur pied pour encadrer le processus.
Sur le premier point, le message des kabilistes était habituel « le président a toujours dit qu'il respecterait la constitution », explication de la même veine pour la non modification de la constitution. Pour le calendrier, la majorité avait obtenu la date du mois d'avril 2018 pour la tenue des élections lors du dialogue de l'OUA (organisation de l'unité africaine). Une date imbuvable pour l'opposition qui exige le scrutin au printemps ou en été 2017. Un compromis serait sur la table pour novembre 2017.

C'est sur le quatrième point, celui de l'architecture institutionnelle, que les lignes ont le plus bougé. Dans le nuit de mercredi à jeudi, les évêques ont rendu visite au vieux leader Etienne Thisekedi. Une discussion nocturne qui a débouché sur une vraie surprise, le patron de l'UDPS (Union pour la démocratie et le progrès social), qui a toujours affirmé qu'il était le vrai vainqueur de la présidentielle de 2011 et qu'il déniait toute autorité à Joseph Kabila, a accepté un principe de cohabitation entre la fin de ce dialogue et la tenue de la présidentielle en 2017. En échange de cet accord, Etienne Tshisekedi dirigerait le Conseil national de Transition (une terminologie refusée par le trio de la majorité parce qu'il rappelle trop le scénario tunisien ou centrafricain après le déboulonnage du président en place). Outre la difficulté de trouver un nom, il faut encore circonscrire le pouvoir de ce nouvel organe de la transition. Pour la majorité, pas question de lui accorder la moindre mission de l'exécutif, qui resterait donc entre les mains de Kabila.

Qui comme Premier ministre ?

Les jours de Samy Badibanga à la Primature pourraient déjà être comptés. Dans ce nouveau « big deal à la congolaise », le poste de Premier ministre serait toujours destiné à l'opposition. Mais quelle opposition ? Pour le clan Tshisekedi, le poste devrait revenir à l'UDPS. Le nom de Félix Tshisekedi arrive donc sur la table... pour le plus grand bonheur de la majorité qui flingue l'arrivée du père et du fils à deux organes supérieurs de la nation. Et c'est ici que commence un nouveau débat sur le terme opposition et ceux qui peuvent prétendre relever de cette qualification. Pour l'UDPS, il s'agit du «Rassemblement de l'opposition », pour la majorité, tous ceux qui ne sont pas dans l'actuelle majorité.
Le blocage sur cette question est sérieux et pourrait crisper au sein des rangs de l'opposition.
Mais le clergé catholique n'a pas le choix, il doit aboutir sous peine d'être sanctionné durement par le peuple. Dans le Congo Central, à Boma, des manifestants n'ont pas hésité à incendier une église parce qu'ils considéraient que les représentants catholiques les avaient trahis en ne poussant pas Joseph Kabila vers une porte de sortie.

Tensions dans le Katanga

Pendant que les négociations se poursuivaient à Kinshasa, une « opération porte à porte » selon l'expression d'un témoin, se déroulait à Lubumbashi, dans la commune de Katuba et en particulier dans le quartier de Mutshipisha-Gbadolite. Militaires et policiers étaient descendus en force dès 4h du matin pour arrêter tous les jeunes hommes qui étaient ensuite chargés dans un camion et emmenés vers une destination inconnue. La veille, le gouverneur du Haut-Katanga, Jean-Claude Kazembe Musonda, s'était rendu dans cette commune qui avait été très active lors des manifestations du 20 décembre. Le gouverneur voulait démontrer qu'il avait repris les choses en main. Mal lui en a pris, il a été contraint de rebrousser chemin, chassé par les habitants armés de tout ce qu'ils pouvaient ramasser à même le sol. Pour beaucoup d'observateurs, cette descente des forces de l'ordre et l'enlèvement de dizaines de jeunes hommes s'expliquent par la colère du gouverneur.

Par ailleurs, plus au nord mais toujours dans l'ex-province du Katanga, à Manono, l'évêque du diocèse, Mgr Vincent de Paul Kwanga, a lancé un SOS jeudi face aux « attaques répétées » qui rythment le conflit entre les communautés Pygmée et Bantou dans la région. Au-delà des victimes directes des attaques, il y a un "risque humanitaire causé par la faim et les épidémies" parmi les nombreuses personnes qui fuient ces violences, a-t-il souligné, à trois jours de la fête de Noël. 
Manono, située à 480 km au nord de Lubumbashi, accueille selon lui plus de 50.000 déplacés. Selon le Bureau diocésain de Justice et de Paix (BDJP), la dernière attaque en date, menée mardi par des Pygmées à Manono, a fait 40 morts et 125 blessés."En tant qu'Eglise catholique, nous demandons aux autorités nationales et provinciales compétentes d'assurer la protection des personnes et de leurs biens. (...) La population meurt sous le regard passif de l'armée et de la police", a déclaré dans un communiqué l'abbé Alain Kabange, directeur du BDJP. 
Il a également "déploré la passivité des Casques bleus de la Mission de l'Onu pour la Stabilisation du Congo (Monusco), qui se seraient retranchés dans leur base lors de cette attaque" mardi. Les assaillants "ont marché sur quatre kilomètres en tirant partout sans aucune réaction", a affirmé Mgr Kwanga, en rappelant le "rôle de protection des civils" dévolu à la Monusco."



"Tshisekedi supervisera la mise en oeuvre de l’accord issu du Dialogue de la CENCO"
° http://www.politico.cd/encontinu/2016/12/23/tshisekedi-supervisera-mise-oeuvre-de-laccord-issu-dialogue-de-cenco.html
Etienne Tshisekedi aura la charge de superviser la mise en  application de l'accord politique qui devrait être signé entre le pouvoir et les opposants cet après-midi à Kinshasa, apprend-on des sources concordante.

La Majorité Présidentielle et la coalition des opposants du Rassemblement, du Front pour le Respect de la Constitution, des signataires du Dialogue de la Cité de l’UA, et les organisations de la Société civile pourraient signer un accord cet aprrès-midi pour mettre un terme à la crise politique que traverse la République démocratique du Congo.
Cet accord, apprend-on, autorise le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila jusqu’à la fin de l’année prochaine. En contrepartie, le chef de l’Etat s’engage à ne pas chercher à modifier la Constitution pour pouvoir briguer un troisième mandat en 2017.
Un nouveau Premier ministre sera également désigné, et, toujours d’après plusieurs sources, la mise en oeuvre de cet accord politique sera supervisée par l’opposant historique Etienne Tshisekedi."



"Fin du mandat de Kabila : Des attaques en série contre les journalistes et contre les médias – JED"
° https://actualite.cd/2016/12/23/fin-mandat-de-kabila-attaques-serie-contre-journalistes-contre-medias-jed/
"L’armée fait du « porte-à-porte pour arrêter des jeunes » à Lubumbashi "
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2016/12/22/larmee-porte-a-porte-arreter-jeunes-a-lubumbashi.html


"Kinshasa: les habitants dénoncent le «blocage prolongé» des réseaux sociaux"
° http://www.radiookapi.net/2016/12/23/actualite/societe/kinshasa-les-habitants-denoncent-le-blocage-prolonge-des-reseaux


"Un président jeune qui a…perdu le soutien de la jeunesse"
° http://blog.lesoir.be/colette-braeckman/2016/12/22/un-president-jeune-qui-a-perdu-le-soutien-de-la-jeunesse/


"Wamu Oyatambwe: “Kabila bye bye” sur fond de misère sociale"
° http://blog.lesoir.be/colette-braeckman/2016/12/22/wamu-oyatambwe-kabila-bye-bye-sur-fond-de-misere-sociale/

"Les Etats-Unis se disent « disposés à imposer des sanctions additionnelles » contre Kabila"
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2016/12/22/etats-unis-se-disent-disposes-a-imposer-sanctions-additionnelles-contre-kabila.html


"La China Taihe Bank évoquée par le gouverneur de la BCC pour reprendre la BIAC n’existe pas !"
Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing
° http://www.politico.cd/encontinu/2016/12/23/china-tahie-bank-evoquee-gouverneur-de-bcc-reprendre-biac-nexiste.html


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUE PENSEZ-VOUS A CE STADE, NOUS RESERVE L’APRES 19 DECEMBRE 2016 ???

Message  ndonzwau le 24/12/2016, 5:45 am

PPS

"Dialogue politique en RDC: le protocole d'accord sur la table"
° http://www.rfi.fr/afrique/20161223-dialogue-politique-rdc-protocole-accord-negociations-joseph-kabila-eveques

"Accord en RDC : après l’optimisme, place au doute"
° http://afrikarabia.com/wordpress/accord-en-rdc-apres-loptimisme-place-au-doute/

"ACCORD DE SORTIE DE CRISE EN RDC : LES NÉGOCIATIONS SE PROLONGENT"
° http://www.izf.net/afp/accord-sortie-crise-en-rdc-les-negociations-se-prolongent


"RDC: l'Angola entre dans la danse "
° http://www.lalibre.be/actu/international/rdc-l-angola-entre-dans-la-danse-585d9530cd7014981b3fb476
INTERNATIONALCe n’est pas bloqué mais rien n’est réglé encore”, nous indiquait vendredi après-midi une source à la Conférence des évêques du Congo (Cenco), qui parraine à Kinshasa les négociations de la “dernière chance” pour trouver un accord sur une transition pacifique.

40 à 100 morts, des centaines d’arrestations

Les émeutes qui ont accueilli depuis mardi le maintien du président Kabila au pouvoir en dépit de la fin de son dernier mandat légal, et leur répression, ont fait 40 morts au moins, selon l’Onu, tandis que l’AFP en avait, elle, comptabilisé “de 56 à 104, selon les sources”, et qu’une ONG de Lubumbashi (Katanga, sud), l’Institut de Recherche en droits humains (IRDH), en signalait au moins 20, dont 6 policiers, rien que dans cette ville entre lundi et jeudi. En outre, l’Onu rapporte “au moins 460 arrestations”, tandis que l’IRDH en comptabilise “plus de 500” pour la seule Lubumbashi, où les émeutes se sont prolongées.

Jeudi, le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende – qui est un des négociateurs de “la dernière chance” – avait expliqué que les morts n’étaient pas attribuables à la police nationale mais à des manifestants ou à des vigiles défendant des biens contre des pillards – au grand étonnement des Kinois qui savent que les vigiles n’ont pas le droit de porter d’armes.

Plusieurs pierres d’achoppement

Après l’annonce qu’un accord avait été atteint en comité réduit (10 négociateurs au lieu de 32), jeudi soir, et qu’il serait signé vendredi, l’ouverture de la séance plénière des négociateurs s’est fait attendre hier. Alors qu’elle était reportée pour la troisième fois de la journée, notre source à la Cenco expliquait qu’on attendait “le texte que 4 avocats – deux pour chaque camp – sont en train de travailler”, mais plusieurs points faisaient problème, reconnaissait cette source.
“C’est courant : dans la dernière ligne droite, chacun essaie de rattraper ce qui a été accordé à l’autre camp”, nous explique un connaisseur.
Selon l’annonce faite jeudi dans la nuit, l’opposition aurait reconnu au président Kabila le droit de rester à la tête de l’Etat jusqu’aux élections, ramenées d’avril 2018 à novembre 2017, soit un gain de 5 mois. Le Président ne cherchera pas, dans l’intervalle, à modifier la Constitution ni à se présenter à un troisième mandat inconstitutionnel. Le Premier ministre sera issu de l’opposition. Tout comme le président d’un comité de suivi de l’accord et de la transition. Sept prisonniers politiques emblématiques seront libérés et les poursuites judiciaires abandonnées contre le principal rival de Joseph Kabila, le Katangais Moïse Katumbi.

Selon nos sources, deux points surtout continuaient vendredi soir d’opposer les deux camps. D’abord le comité national de suivi (ou de transition). Pour l’opposition, c’est un super-organe de surveillance; le camp Kabila refuse qu’il diminue les pouvoirs de celui-ci. “La Majorité présidentielle et Vital Kamerhe (issu de l’opposition, il s’est rallié au maintien de Kabila par un accord signé le 18 octobre) font des pieds et des mains pour que ce comité ne soit pas dirigé par Etienne Tshisekedi (comme l’entend l’opposition) et qu’il soit anodin, comme le prévoyait l’accord du 18 octobre”, nous dit une source bien informée.

La Commission électorale et le Premier ministre

Autre pierre d’achoppement : la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), vomie par l’opposition en raison de sa complaisance envers le camp Kabila.
L’opposition veut “au moins” en remplacer le président, Corneille Nangaa, qui n’a pas organisé la présidentielle dans les temps légaux; la majorité présidentielle l’estime intouchable.
Va-t-on en rester à ce bras de fer? L'Angola, principal soutien militaire et diplomatique de Joseph Kabila, pourrait faire la différence. Après avoir fait pression, ces dernières semaines, sur le président Kabila, en faveur d'une issue pacifique à la crise, Luanda vient de décider, selon les informations recueillies par La Libre Belgique, de retirer ses soldats du Congo-Kinshasa, où ils appuient les forces militaire de M. Kabila, et de cesser la coopération militaire avec Kinshasa. "La raison officielle est que l'Angola veut garder sa neutralité" dans le conflit congolais, nous indique notre source. Comme le président Dos Santos est le principal soutien de Joseph Kabila dans la région, ce désir de neutralité revient donc à lâcher son protégé alors que ce dernier a choisi de s'enfoncer dans un enfermement qui confine à l'autisme"


"L'Angola retire ses troupes militaires de RDC "
° http://www.rfi.fr/afrique/20161224-troupes-militaires-angolaises-retirent-rdc-pression
L'Angola condamne «la violence récurrente» en République démocratique du Congo et appelle la classe politique, réunie en ce moment autour de l'Eglise catholique, à «préserver la paix», a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Georges Chikoti, lors de son discours de fin d’année vendredi 23 décembre. Une autre information circulait également : les militaires angolais présents en RDC ont quitté le pays. S'agit-il de pressions sur le gouvernement congolais ?

Ces militaires angolais étaient en RDC pour former les forces de sécurité. Une coopération de longue date destinée principalement à la garde républicaine et à la police, deux corps particulièrement épinglés dans les événements de ces derniers jours.
Selon une source diplomatique angolaise, ces militaires seraient tous partis en permission, sans pour autant être relevés. « Ils ont plié bagage et sont partis avec tout », assure un officiel du Bas-Congo où étaient déployés ces formateurs.

.Pour d'autres sources diplomatiques, il s'agit bien d'un repositionnement de l'Angola pour démontrer sa neutralité. « Un signal clair de la condamnation de la violence récurrente », commente un diplomate occidental, qui estime que cette décision, vu l'importance historique de l'Angola pour le président Kabila, peut peser.
Fin octobre, le président Dos Santos semblait davantage en phase avec Joseph Kabila venu à Luanda recevoir les félicitations de ses pairs de la région pour l'accord politique obtenu au terme du dialogue avec une partie de l'opposition. Entre-temps, de nouvelles discussions politiques se sont engagées sous l'égide des évêques catholiques. Le pays a été confronté à de nouvelles violences meurtrières et à des arrestations massives. L'Angola s'est impliqué pour un règlement pacifique de la crise congolaise et n'a jamais caché son inquiétude face à une escalade qui aurait des conséquences sur tous les voisins de la RDC."



"Crise en RD Congo : les pays de l’Union européenne réagissent"
° http://www.jeuneafrique.com/386266/politique/crise-rd-congo-pays-de-lunion-europeenne-reagissent/

"Joseph Kabila n’est pas prophète en son Katanga natal"
° http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/12/23/en-rdc-kabila-tente-de-survivre-a-la-crise_5053344_3212.html

" oseph Kabila, roi du silence et du Congo-Kinshasa"
° http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/12/21/joseph-kabila-roi-du-silence-et-du-congo-kinshasa_5052379_3212.htm

"L’université de Kinshasa et ses profs « fantômes » sous sanctions américaines"
° http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/12/15/l-universite-de-kinshasa-et-ses-profs-fantomes-sous-sanctions-americaines_5049760_3212.html


"Analyse du 23 décembre 2016"



[/size]




Compatriotiquement!





# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUE PENSEZ-VOUS A CE STADE, NOUS RESERVE L’APRES 19 DECEMBRE 2016 ???

Message  mongo elombe le 24/12/2016, 2:07 pm

Honte à la Cenco qui depuis le départ aurait dù remettre les uns et les autres à leurs places. Ils sont égale à leurs fourberie depuis des siècles. Kabila un stratège et les autres aiment bien se faire rouler dans la farine.

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUE PENSEZ-VOUS A CE STADE, NOUS RESERVE L’APRES 19 DECEMBRE 2016 ???

Message  ndonzwau le 26/12/2016, 12:06 am

"Congo: Les négociations complètes "à 95%", Le Premier ministre au parti de Tshisekedi
° http://www.lalibre.be/actu/international/congo-les-negociations-completes-a-95-le-premier-ministre-au-parti-de-tshisekedi-585fae0ccd7014981b3fe790
INTERNATIONAL
Les évêques congolais et les négociateurs chargés de trouver une transition pacifique au Congo ont travaillé toute la nuit jusqu'à 5 heures, samedi matin, pour avancer dans la mise au point d'un accord avant de rejoindre leurs diocèses pour la célébration de la Nativité.
"Les difficultés sont aplanies à 95%", a déclaré Mgr Marcel Utembi, président de la Conférence épiscopale congolaise (Cenco) et la signature de l'accord est programmée pour vendredi prochain.
"Il faut trouver qui va signer dans chacun des camps", indique à La Libre Belgique une source à la Cenco, "et voir comment la population va avaler ça".


Les deux parties se sont en effet entendues pour que Joseph Kabila, honni par une grande part des Congolais, reste au pouvoir un an de plus que ce que lui permet la Constitution, soit jusqu'à l'élection de son successeur (qu'il n'a pas organisée dans les temps cette année); celle-ci est fixée, en même temps que les législatives à la fin 2017. "Mais il y a des garde-fous", précise la source à la Cenco. Ainsi, l'accord précise qu'on ne touchera pas à la Constitution, "ni par révision, ni en organisant un référendum à cette fin, et que (le Président) ne pourra donc pas se présenter à un troisième mandat".
En outre, un comité de suivi sera chargé de contrôler l'application de l'accord et son exécution. Selon Mgr Utembi, ce poste a été attribué à l'opposition non signataire de l'accord du 18 octobre, qui autorisait Joseph Kabila à rester en place, en dépit de la Constitution, jusqu'à après avril 2018, en échange d'un poste de Premier ministre.

Le Premier ministre au parti de Tshisekedi

C'est le Rassemblement d'opposition, présidé par le vieil opposant Etienne Tshisekedi et non signataire de l'accord du 18 octobre, qui se voit attribuer le poste de Premier ministre. Exit, donc, le nouveau gouvernement investi jeudi dernier par l'Assemblée nationale, composé de 67 membres et dirigé par le Belge Samy Badibanga.
Par ailleurs, la composition du bureau de la Ceni (Commission électorale nationale indépendante), qui a échoué à préparer les élections dans les temps, sera modifiée. Son président, Corneille Nangaa, est jugé par l'opposition totalement inféodé à Joseph Kabila.
Quant aux mesures de "décrispation" (libération de détenus politiques), elle ne semble pas entièrement réglée alors qu'on continue à arrêter massivement - et à torturer, selon certaines sources - ceux qui s'opposent au maintien de Joseph Kabila à la tête de l'Etat. En outre, le camp présidentiel ne veut pas entendre parler de l'abandon des poursuites - politiquement motivées, comme l'a clamé la juge à l'origine de celles-ci et qui a fui en Europe - contre le principal rival de M. Kabila, l'ex-gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi.

L'armée tue quatre rebelles ougandais des ADF dans la foulée d'un massacre

L'armée congolaise a tué samedi quatre présumés rebelles ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF) dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC) à la suite d'une attaque meurtrière contre des paysans, a rapporté dimanche la radio onusienne Okapi, citant une source militaire. Les Forces armées de la RDC (FARDC) ont abattu ces quatre hommes au cours d'une opération menée à Mayimoya, une localité du territoire de Beni, dans la province troublée du Nord-Kivu.
Selon le porte-parole des opérations Sokola I lancées contre les groupes armés présents dans cette région, ces hommes ont été neutralisés au cours d'une opération de poursuite menée par les FARDC après un nouveau massacre de neuf civils dans le village de Mapiki, attribué aux ADF. Les FARDC poursuivaient dimanche la traque des miliciens, a précisé le capitaine Mak Hazukay à Radio Okapi, parrainée par l'ONU.
De présumés rebelles ADF avaient attaqué samedi vers 10h00 locales (09h00 HB) un groupe de paysans en pleine récolte de noix de palme. Cinq d'entre eux ont été tuées à la machette et les quatre autres par balles.

Depuis octobre 2014, plus de 700 personnes ont été tuées essentiellement à l'arme blanche et à la machette dans une série de massacres ou d'attaques dans la région de Beni. Le gouvernement congolais et la Mission de l'ONU en RDC (Monusco) attribuent ces tueries aux rebelles ougandais musulmans des ADF.
Cette version est remise en cause par des chercheurs à New York et un groupe d'experts onusiens pour qui les ADF partagent cette responsabilité avec d'autres groupes armés et certains éléments de l'armée congolaise, avec la complicité de certains chefs militaires locaux.
Opposés au président ougandais Yoweri Museveni, les ADF sont présents en RDC depuis 1995"



" RD Congo : négociations suspendues, accord espéré pour le 30 décembre
° http://www.izf.net/afp/rdc-negociations-suspendues-accord-espere-pour-30-decembre
Malgré 48 heures d'intenses négociations, pouvoir et opposition se sont séparés samedi à Kinshasa sans s'être entendus sur un accord pour sortir la République démocratique du Congo de la crise provoquée par le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila.
Des négociations informelles, qui se déroulent depuis le 8 décembre sous l'égide de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco), doivent se poursuivre après la pause de Noël.


"Nous pensons que vendredi [30 décembre] sera le jour [...] solennel au cours duquel l'accord sera adopté et signé", a déclaré samedi le président de la Cenco, Mgr Marcel Utembi, qui avait enjoint mercredi la classe politique de s'entendre "avant Noël".
Selon les grandes lignes de l'accord qui avaient été convenues jeudi soir, le texte en gestation prévoit l'instauration d'une période de transition politique permettant à Joseph Kabila de rester au pouvoir jusqu'à l'élection de son successeur "fin 2017".
Âgé de 45 ans, M. Kabila est au pouvoir depuis 2001 et la Constitution lui interdit de se représenter. Après le report sine die de la présidentielle, son second mandat s'est achevé mardi dans un climat de violences politiques et interethniques ayant fait au minimum entre 56 et 125 morts à l'échelle du pays.

Après une nuit entière de discussions, "nous sommes arrivés au bout du tunnel", a assuré samedi Mgr Utembi, selon qui "la divergence sur la gestion consensuelle de la période transitoire a été aplanie à 95%".
"La Cenco fera le travail qui reste à travers les passerelles auprès des autorités [le président Kabila, NDLR] et des chefs [de délégation] des deux camps", a ajouté le prélat, archevêque catholique de Kisangani, grande ville du nord-est du Congo.

Les désaccords qui subsistent sont néanmoins essentiels. D'après Jean-Marc Kabund, secrétaire général de l'UDPS, le parti de l'opposant historique Etienne Tshisekedi, ils ont trait au partage du pouvoir pendant la période de transition, et en particulier au poste de Premier ministre et au contrôle des provinces.
D'autres interrogations demeurent notamment sur la façon dont les deux camps utiliseront le délai donné par la médiation pour s'entendre, tandis que l'ONU, les Occidentaux et le Vatican multiplient les appels aux négociateurs pour qu'ils discutent "de bonne foi", dans l'"intérêt supérieur" de la RDC.

- "Médiocrité grave" -

Dans la nuit de samedi à dimanche, au moment où les négociations piétinaient, un responsable participant à la Cenco a confié à l'AFP, dépité : "Notre classe politique est d'une médiocrité grave. Ils (les hommes politiques) ont remis en cause tout ce que nous avions convenu la veille".
Si l'accord prévoit effectivement l'organisation d'une présidentielle fin 2017, la question du financement de cette élection devrait rester entière après sa signature, dans un pays, parmi les moins développés de la planète, qui se débat depuis 18 mois dans une grave crise économique provoquée par la chute des prix des matières premières.
"Les recettes de notre budget n’augmentent pas, et notre budget est en chute libre", a déclaré jeudi le nouveau Premier ministre Samy Badibanga dans son discours de politique générale.
Dans ces conditions, l'accord, s'il est finalement conclu, apportera-t-il les garanties réclamées par la communauté internationale pour lui permettre de financer l'organisation d'élections "libres et transparentes" qu'elle appelle de ses voeux ?

Enfin, comment la population de ce pays immensément riche en matières premières mais dont près de 90% des habitants survivent dans une pauvreté absolue, accueillera-t-elle la prolongation des discussions ?
"On n'est pas près de la signature d'un accord qui de toute façon [est négocié] au détriment d'une population érigée en témoin muet" des agissements des hommes politiques, estime un analyste sous le couvert de l'anonymat.

Etat-continent de plus de 70 millions d'habitants, la RDC n'a jamais connu de transition pacifique du pouvoir depuis son indépendance de la Belgique en 1960.
Le pays a été ravagé entre 1996 et 2003 par deux guerres qui ont fait au moins trois millions de morts et sa partie orientale reste déchirée par de multiples conflits armés depuis plus de vingt ans.
Revenant sur les événements tragiques de la semaine, le cardinal Laurent Monsengwo, archevêque de Kinshasa, a déclaré dans son homélie de la nuit de Noël à la cathédrale Notre-Dame du Congo : "Il est révolu le temps où l'on cherchait à conserver le pouvoir par les armes en tuant son peuple, ces jeunes qui ne réclament que leurs droits de vivre un peu plus dignement".
"Celui qui respecte la Constitution n’a rien à craindre de la justice. Celui dont les droits sont bafoués se sent protégé par la même Constitution", a-t-il ajouté."



"RDC : suspension du dialogue mais l’accord « à portée de main » selon la Cenco"
° http://www.rfi.fr/afrique/20161225-rdc-dialogue-politique-suspension-cenco

"RDC: pas d'accord de sortie de crise après une nuit de négociations
(AFP 24/12/16"

° http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/rdc-pas-daccord-de-sortie-de-crise-apres-une-nuit-de-negociations

"Dialogue politique en RDC: les ultimes négociations suspendues jusqu'à jeudi"
° http://www.rfi.fr/afrique/20161224-dialogue-politique-rdc-negociations-cenco-eglise-eveque

"RDC: pas d'accord de sortie de crise après une nuit de négociations
(AFP 24/12/16)"

° http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/rdc-pas-daccord-de-sortie-de-crise-apres-une-nuit-de-negociations

"Dialogue inclusif: la CENCO espère la signature d’un accord le 30 décembre "
° http://www.radiookapi.net/2016/12/24/actualite/politique/dialogue-inclusif-la-cenco-espere-la-signature-dun-accord-le-30

"Cardinal Monsengwo : « Il est révolu le temps où l’on prenait le pouvoir par les armes » "
° http://www.radiookapi.net/2016/12/25/actualite/societe/cardinal-monsengwo-il-est-revolu-le-temps-ou-lon-prenait-le-pouvoir-par

"SORTIE DE CRISE EN RDC: LES PRINCIPAUX POINTS DE L'ACCORD"
° http://www.izf.net/afp/sortie-crise-en-rdc-les-principaux-points-laccord


Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUE PENSEZ-VOUS A CE STADE, NOUS RESERVE L’APRES 19 DECEMBRE 2016 ???

Message  ndonzwau le 27/12/2016, 12:14 am

"CONTRE L’ACCÈS ET LE MAINTIEN AU POUVOIR PAR LES ARMES, LE CARDINAL MONSENGWO ENFLAMME LA TOILE"
° http://www.africanewsrdc.com/la-une/2016/12/25/contre-lacces-maintien-pouvoir-armes-cardinal-monsengwo-enflamme-toile.html

"RD Congo : ce que le cardinal Monsengwo a dit à Kabila, aux opposants et au peuple"
° http://www.jeuneafrique.com/387369/politique/rd-congo-cardinal-monsengwo-a-dit-a-kabila-aux-opposants-peuple/

« Cardinal Monsengwo : « Qui tue par l’épée périra par l’épée »."
° http://www.radiookapi.net/2016/12/26/actualite/revue-de-presse/la-prosperite-rdc-les-exigences-du-rassemblement-inquietent
° https://actualite.cd/2016/12/25/rdc-monsengwo-tue-lepee-perira-lepee-lintegralite-message-cardinal/

"Le Cardinal Monsengwo exhorte les Congolais à rechercher la paix du Christ"
° http://acpcongo.com/acp/cardinal-monsengwo-exhorte-congolais-a-rechercher-paix-christ/

"Réquisitoire :
Le cardinal Monsengwo "tance" "Joseph Kabila""

° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=11407

"RDC: à Kinshasa, une homélie de Noël très politique"
° http://www.rfi.fr/afrique/20161225-rdc-kinshasa-homelie-noel-tres-politique-pasinya

"RDC – Monsengwo : « Le fait de prendre le pouvoir par les armes ne justifie pas qu’on ne puisse le quitter que par les armes »"
°  https://actualite.cd/2016/12/25/rdc-monsengwo-de-prendre-pouvoir-armes-ne-justifie-quon-ne-puisse-quitter-armes/

"Cardinal Monsengwo : « Il est révolu le temps où l’on prenait le pouvoir par les armes »"
° http://www.radiookapi.net/2016/12/26/actualite/societe/cardinal-monsengwo-il-est-revolu-le-temps-ou-lon-prenait-le-pouvoir-par

"Mende : « Nous n’avons pas un problème avec la recommandation du Cardinal Monsengwo »"
° https://actualite.cd/2016/12/26/mende-navons-probleme-recommandation-cardinal-monsengwo/



"CADEAU DE NOËL QUAND MÊME !"
° http://www.forumdesas.org/spip.php?article9851

"Douleurs de l’enfantement du consensus autour de la CENCO. RDC : les exigences du Rassemblement inquiètent !"
+ http://www.laprosperiteonline.net/affi_article.php?id=12170&rubrique=POLITIQUE

"La principale divergence sur l'accord en vue en RDC: le poste de Premier ministre"
°  http://www.lalibre.be/actu/international/la-principale-divergence-sur-l-accord-en-vue-en-rdc-le-poste-de-premier-ministre-5860f1fecd70138bd4253d0c
° http://www.radiookapi.net/2016/12/26/actualite/politique/dialogue-inclusif-la-grande-divergence-cest-la-primature-affirme-le


"RDC : bientôt une Haute Autorité de Transition  - Le Phare"
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=206677&Actualiteit=selected

"La crise actuelle était évitable - Le Soir (Colette Braeckman)"
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=206677&Actualiteit=selected
° http://www.lesoir.be/1400309/article/selection-abonnes/2016-12-25/rd-congo-crise-actuelle-est-evitable

"APPELS SUR L'ACTUALITÉ
[Vos réactions] RDC : vers un accord ?"

° http://www.rfi.fr/emission/20161226-vos-reactions-rdc


"RDC: des membres des mouvements citoyens portés disparus"
° http://www.rfi.fr/afrique/20161226-rdc-membres-mouvements-citoyens-portes-disparus

"Les militants de la LUCHA interpellés à Goma transférés en prison"
° http://www.radiookapi.net/2016/12/24/actualite/societe/les-militants-de-la-lucha-interpelles-goma-transferes-en-prison

"RDC : Dix jours après la disparition de la militante Gloria Sengha, son père ne sait par où commencer"
°  https://actualite.cd/2016/12/26/rdc-dix-jours-apres-disparition-de-militante-gloria-sengha-pere-ne-sait-commencer/


"Lambert Mende : « A ma connaissance, nous n’avons pas de militaires Angolais dans notre pays »"
° https://actualite.cd/2016/12/26/lambert-mende-a-ma-connaissance-nous-navons-pas-des-militaires-angolais-dans-notre-pays/


"Quand Kalev Mutond et Alexis Thambwe s’opposent au retour de Moïse Katumbi"
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2016/12/26/kalev-mutond-alexis-thambwe-sopposent-retour-de-moise-katumbi.html
° http://www.afrik.com/rdc-dialogue-cenco-kamerhe-mutond-et-thambwe-contre-katumbi


"Ban Ki-moon appelle les Congolais à négocier la tenue des élections"
° http://www.radiookapi.net/2016/12/26/actualite/politique/ban-ki-moon-appelle-les-congolais-negocier-la-tenue-des-elections

"Noël: message de vœux de Maman Sidikou aux Congolais"
° http://www.radiookapi.net/2016/12/25/actualite/politique/noel-message-de-voeux-de-maman-sidikou-aux-congolais


"« Joseph Kabila » sur les traces de Mzee ?"
°  http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=11406


Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUE PENSEZ-VOUS A CE STADE, NOUS RESERVE L’APRES 19 DECEMBRE 2016 ???

Message  ndonzwau le 27/12/2016, 3:48 am


"Dialogue : Retour sur la longue nuit de négociations + Procès Franck Diongo"



"Actu Expliquée 26 DEC : Le Cardinal Monsengwo met en garde J. Kabila "



"APARECO TV: Réaction de l’APARECO aux événements du 19 décembre 2016 (Lingala)"





"TO KOMI WAPI?: NDEKO ELIEZER EN DANGER"



"Analyse du 25 décembre spécial Noël 2016"




Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUE PENSEZ-VOUS A CE STADE, NOUS RESERVE L’APRES 19 DECEMBRE 2016 ???

Message  ndonzwau le 27/12/2016, 8:03 pm

Où en sommes-nous avec cet accord attendu de beaucoup sinon peut-être même d'une majorité de Congolais ?
L’accord issu du dialogue/bis enfin inclusif sera-t-il signé comme prévu ce 30 décembre et avec quelles clauses finales ?


Disons de suite que contrairement à certains d’entre nous qui y voient une trahison parce que constituant une violation de la Constitution, personnellement je trouve qu'un compromis intelligent et responsable serait la seule bonne issue pour espérer régler l’impasse d’une non préparation et d’une non-organisation des élections dans le temps, fussent-elles délibérées et que si on peut en garantir l’application, il permettra au pays d’opérer enfin une alternance démocratique et retrouver un cours institutionnel normal…
C'est un risque mais son enjeu majeur autorise qu'il soit tenté !

Disons aussi que la Cenco a quelques atouts « moraux » pour le faire signer en en vantant les bienfaits pour l’avenir du pays et en poussant ainsi les acteurs politiques à plus de responsabilisation et de patriotisme, seulement personne n’ignore qu’elle a encore difficile à harmoniser les vues adverses sur quelques points !
Et si on considère la clause la plus clivante aplanie, l’acceptation pour tous d’une Transition raisonnable dans le temps avec toujours comme ‘JK’ PR même avec des pouvoirs amoindris dans la mesure où la conduite du gouvernement est confiée à l’opposition, avec un peu plus de bonne volonté de tous, on arrivera à signer sur les autres points qui continuent à poser problème…

Il s’agit :
1° de la désignation du PM !
L’actuel, Mr Badibanga vient d’être nommé dans le cadre du premier dialogue où on le considérait comme faisant partie de l’opposition mais l’opposition ralliée au pouvoir à la Cité de l’Oua est aujourd’hui officiellement disqualifiée, le nouveau dialogue n’ayant acté que deux camps principaux, les participants et les non-participants au premier dialogue… Ainsi logiquement le poste du PM devrait être attribué au camp de non-participants càd le Rassemblement, le Front pour le Respect de la Constitution et la Société civile qui lui est associée !
Le nom le plus cité c‘est celui de F Tshisekedi et le Rassemblement sinon l’Udps le revendique fort ! Néanmoins non seulement le fait que son père est pressenti à la tête de l’organe censé piloter la Transition et pour d'autres considérations inavouables de la Majorité mais aussi parce que de plus venant et proche de l’Udps, Badibanga à peine nommé peut rester à son poste, représentant l’opposition..., rétorquent certains...

Que dire sinon s'il le faut pour en sortir le changement du PM à moins d'un mois d'existence n'est peut-être pas incontournable, si Badibanga lui-même accepte de regagner pleinement la vraie opposition, quitte à jouer aussi sur une recomposition du Gouvernement autour des ministres régaliens, il ne serait pas illogique de le garder…
Mais que sortira-t-il de la palabre en cours ? Osons espérer que la priorité à l’essentiel intérêt du pays plutôt que les gains immédiats corporatistes prévaudra et départagera utilement les protagonistes…

2° La restructuration de la Ceni !
Elle est hélas nécessaire à la bonne mise en œuvre de l’accord durant cette Transition tant son équipe actuelle, son Président en tête, est inféodée jusqu'au coup au pouvoir et lorsqu’on sait que la tenue des élections à la date prévue, aujourd’hui fin 2017, tient beaucoup à la (bonne) volonté  politique et à une révision de la technique de la Ceni, il est indispensable que celle-ci travaille autrement !
Les deux camps continuent à s’opposer là-dessus : la Majorité continue à tenir ne fût-ce à son Président actuel tandis que l’Opposition le voit comme le premier obstacle…
Si à la sortie on garde Nanga, l’Opposition aurait alors mieux à jouer sur un contrôle plus ténu de la Ceni par l’Autorité de suivi de l’accord et du pilotage de la Transition pour la tenir quotidiennement à l’œil cette…

3° L’effectivité des mesures de décrispation !
Elle bloquerait essentiellement autour de deux cas : Katumbi et Diomi, devenus pour des raisons inavouables des « prisonniers personnels » de ‘JK’ !
Katumbi l’ancien allié devenu son rival le plus sérieux serait l’ennemi à abattre ou plus clairement à ne pas voir demain à sa place !
Le paradoxe est que son exclusion de la compétition en plus d’arranger le camp du pouvoir pourrait aussi faire l’affaire de certains de ses nouveaux amis au Rassemblement sauf pour le G7, un rival en moins…
Quant à Diomi, le cas par cas confié à un cartel des magistrats pour en juger chacun risque encore fort de lui nuire : malgré ou à cause de maints dossiers internationaux qui jugent son cas relevant d’une procédure invalide, le pouvoir le tiendrait aussi comme un un impudent à abattre…
Sans pressions internes et internationales accrues, ces deux cas risquent hélas de passer par pertes et profits à moins que le nouveau gouvernement daigne les régler au mieux et il le faut pour mieux entrer en démocratie…

4° L'appellation exacte de l’organe pilotant la Transition et le suivi de l’accord !
Vrai faux problème comment les Congolais ont l'habitude de les créer, le seul enjeu qui vaille ce sont les attributions et les moyens adaptés à lui accorder…
Le mieux serait un organe supérieur de contrôle qui ait les fonctions juridiques, administratives et politiques conséquentes…
Que renferme aujourd’hui l’accord à ce niveau ?

Enfin, il nous faut peut-être revenir aux reproches de ceux qui désapprouvent ce scénario…
En effet, rassurez-vous, je ne crois pas que ‘JK’ et son clan sont devenus tout d’un coup de saints hommes,seulement qu'ils sont acculés par une logique de survie et par toutes les pressions internes et externes à négocier leur meilleure « sortie » de cette impasse qu’ils ont créée…
Cela n’autorise pas pour autant une absence de vigilance de tous les temps et on espère que les mécanismes proposés par la Cenco y veilleront !

Sinon après la grave accusation de l’impunité accordée à quelqu’un qui a violé délibérément la Constitution il y’a celle selon laquelle si il n’a pu respecter la Loi fondamentale comment s’illusionner qu’il respectera cet accord tant qu’il lui reste quelque pouvoir quand on connait son propension naturelle à l’arbitraire ?  
Il y’a aussi le reproche aux politiciens de l’opposition d’être aussi peu « patriotes » que ceux qui leur font  face et qu’ils n’ont voulu ce nouveau dialogue si inclusif soit-il que pour se partager des postes juteux avec le pouvoir…
Nous avons déjà évoqué le manque de volonté et de moyens notamment financiers pour mettre en œuvre cet accord surtout pour en respecter le calendrier…

Nous y reviendrons, pour le moment nous souhaitions célébrer plutôt l’heureuse occurrence, selon nous, de l'accord, sans angélisme quelconque seulement avec l'espoir réaliste d'une bonne issue pour le pays…
Si comme je l’espère la majorité de notre population arrive à en savoir malgré tout gré aux prélats catholiques d’avoir favorisé une médiation entre les politiques pour apaiser à ce stade la crise que le pouvoir nous a imposée, c’est déjà ça, le reste viendra avec le temps à travers l'évaluation des résultats effectifs de cet accord…
A plus………….


"RDC : Quatre points bloquent encore la signature de l’Accord politique – AUDIO
°  https://actualite.cd/2016/12/27/rdc-quatre-points-bloquent-signature-de-laccord-politique-audio/
Georges Kapiamba, président de l’Association pour l’accès à la justice(ACAJ), a révélé à ACTUALITE.CD les quatre points qui, selon lui, bloquent encore la signature de l’accord politique annoncée le vendredi 30 décembre 2016. Il est l’un de 32 participants aux discussions directes entre signataires et non signataires de l’Accord du 18 octobre au Centre interdiocésain autour de la Conférence épiscopale nationale du Congo(CENCO).

Extraits :

1.L’attribution du gouvernement au Rassemblement 
« Le gouvernement et sa Majorité ne veulent pas qu’il y ait une formulation claire et explicite à ce niveau. »
2.La mise en œuvre des mesures de décrispation, principalement pour sept cas emblématiques
« Jusque-là, nous n’avons constaté aucun signal pouvant rassurer que Katumbi, Anzuluni, Mbusa, Lumbala peuvent revenir sans être inquiétés. Moni Della, Diomi et Muyambo pourront avoir leur liberté avant la signature de l’accord vendredi. »
3.La cogestion des exécutifs provinciaux
« Nous avons toujours constaté que lors des campagnes et des manifestations politiques que les opposants et les acteurs de la société civile sont toujours inquiétés. Ces pressions viennent souvent des responsables provinciaux. »
4.La reconfiguration du Bureau de la CENI
« Ils ne veulent pas entendre parler du départ des actuels gestionnaires de la CENI. »

« Nous sommes à 50% de la réussite de ces discussions directes eu égard à ces divergences. C’est notre analyse,» a dit à ACTUALITE.CD Georges Kapiamba.

Vous pouvez suivre l’intégralité de cette intervention ici.
° https://soundcloud.com/actualitecd/quatre-points-bloquent-encore-la-signature-de-laccord-politique


"Dialogue en RDC : pourquoi l’accord bloque (encore) sur le sort de Moïse Katumbi
° http://www.jeuneafrique.com/387417/politique/dialogue-rdc-laccord-bloque-sort-de-moise-katumbi/
Si les pourparlers entre les signataires de l'accord du 18 octobre et le Rassemblement de l'opposition avancent, quelques points divisent encore les protagonistes, notamment le sort de l'opposant Moïse Katumbi. Décryptage à cinq jours de la signature annoncée de l'accord.

De l’avis même de la médiation, « l’accord est à la portée de main ». Le consensus serait déjà trouvé sur « 95% du draft » [le brouillon de l’accord], avance, optimiste, la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco). Selon toute vraisemblance, il ne resterait donc que quelques réglages et une bonne dose de volonté politique pour parvenir à un accord le 30 décembre, date annoncée de sa signature.
Quelques points de blocages persistent pourtant sur la voie de ce compromis politique. Il s’agit avant tout du sort de l’opposant Moïse Katumbi, candidat déclaré à la présidentielle, aujourd’hui contraint à l’exil après avoir été successivement inculpé d’atteinte à la sûreté de l’État et condamné à trois ans de prison dans une affaire de spoliation d’immeuble. La restructuration, ou non, de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) est un autre élément problématique, de même que la dénomination de l’organe de suivi de l’accord à venir et le poste de Premier ministre.

1. Le sort de Moïse Katumbi

« On ne doit pas se voiler la face : lorsque nous discutons de mesures de décrispation politique, il s’agit avant tout du sort de Moïse Katumbi. » Les propos de ce cadre de la Majorité présidentielle (MP) ont le mérite d’être clairs. Le Rassemblement de l’opposition a en effet présenté une liste de sept prisonniers et exilés politiques dont Moïse Katumbi, lesquels devaient bénéficier, en priorité, de ces mesures de décrispation politique. Mais qu’est-ce qui bloque encore ?

« Tout doit se faire conformément à la Constitution », répond Adam Chalwe, coordonnateur de la jeunesse de la MP, qui participe aux « réunions informelles de briefing et débriefing » des pourparlers en cours sous la médiation des évêques catholiques.
« Pour nous, les politiciens ne doivent pas se substituer aux juges en décidant de l’abandon des poursuites contre des individus », explique-t-il, défendant l’option de la mise en place d’une commission ad hoc de magistrats chargée d’examiner au cas par cas les affaires des sept prisonniers ou exilés politiques emblématiques : Moïse Moni Della, Eugene Diomi Ndongala, Floribert Anzuluni, Jean-Claude Muyambo, Antipas Mbusa Nyamwisi, Roger Lumbala et Moïse Katumbi.

Une position que défendrait également Vital Kamerhe, selon ses détracteurs. « Au centre inter-diocésain, avec José Makila et Jean-Lucien Bussa, le leader de l’Union pour la nation congolaise (UNC) compte en effet parmi les fervents défenseurs du camp de Kabila », affirme Raph Kabengele qui participe aux négociations en tant qu’expert du Rassemblement.
Pour ce proche collaborateur d’Étienne Tshisekedi, « exiger une commission ad hoc pour ces 7 cas emblématiques, c’est tenter de gagner du temps ». À l’en croire, « les évêques abondent dans le même sens que le Rassemblement : le pouvoir doit donner des signaux forts de décrispation politique en libérant ces sept prisonniers et exilés ».

« Personne n’a intérêt à ce que Katumbi revienne »
« Bruno Tshibala [le porte-parole de l’UDPS, ndlr] a été libéré sans passer par une commission ad hoc. Que reproche-t-on par exemple à l’opposant Moïse Moni Della pour qu’il ne bénéficie pas de la même mesure ? » interroge-t-il, dénonçant un « combat d’arrière-garde » du chef de la MP. « Le Rassemblement est par ailleurs d’accord pour que les autres 300 cas de prisonniers et détenus politiques soient examinés par cette commission », conclut-il.

S’il y a suffisamment de volonté politique pour décrisper le climat politique, on n’a pas besoin de trop de procédures.

Affirmant parler « à titre personnel » − son parti n’a pas encore organisé de compte-rendu pour faire connaître la position à adopter à ce sujet −, le député UNC Juvénal Munubo estime aussi que « s’il y a suffisamment de volonté politique pour détendre l’atmosphère et décrisper le climat politique, on n’a pas besoin de trop de procédures. »
« Dans tous les cas, à l’UNC, nous sommes pour que Kabila amnistie Katumbi pour permettre à Katumbi de revenir au pays », jure-t-on dans l’entourage de Vital Kamerhe. Mais, à vrai dire, « personne n’a intérêt à ce que Katumbi revienne », fait remarquer un observateur des arcanes politiques congolais. « Beaucoup aujourd’hui brassent de l’air pour lui montrer qu’ils sont en train de le défendre mais, en réalité, que ce soit à la MP, à l’UNC, au MLC, voire au Rassemblement, la disqualification de Katumbi […] ferait les affaires de leurs leaders. Un adversaire de moins, c’est toujours ça de gagné ! », souligne notre source.

2. Le cas Badibanga

Dans le futur accord, le poste de Premier ministre reviendra à l’opposition. Ou plutôt au Rassemblement, selon Raph Kabengele. « Les évêques l’ont bien dit et le feront clairement ressortir dans le document de l’accord », soutient-il. Autrement dit, Samy Badibanga, chef du gouvernement issu de l’accord du 18 octobre, bien que membre de l’opposition, devra être remplacé. Une perspective que n’acceptent pas, pour l’instant, certains caciques de la MP.
« C’est surtout [une question d’] équité : le Rassemblement aura déjà la direction de l’organe chargé de suivi. Pourquoi l’opposition qui a participé au premier dialogue ne garderait pas la primature ? » tance un opposant dont le parti a pris part aux pourparlers de la Cité de l’OUA sous la facilitation du Togolais Edem Kodjo.

3. Quelle dénomination pour le CNT congolais ?

Sur le fond, les protagonistes se sont mis d’accord sur la mise en place d’un organe de suivi de la mise en oeuvre de l’accord. « Il sera également chargé de superviser la Ceni, de veiller à ce que celle-ci organise les scrutins à la date convenue ; il aura aussi un rôle d’arbitre auprès des institutions », confie Raph Kabengele.
Cette structure sera dirigée par Étienne Tshisekedi, si l’on croit l’entourage de ce dernier.
Mais comment cet organe sera-t-il dénommé ? La MP ne veut pas entendre d’un « Conseil national de transition ». « On pourra peut être se mettre d’accord sur le terme de Haute Autorité pour ma mise en oeuvre et le suivi de l’accord (HAMA) », glisse l’opposant Martin Fayulu.

4. Quid de la Ceni ?

Dernier bémol : la restructuration de la Ceni. Seule la MP semble ne pas y être favorable. « Restructurer la Ceni, c’est retarder les élections », estime Adam Chalwe.
Mais même à l’UNC, pourtant signataire du premier accord avec le camp de Kabila, la balance penche du côté d’une restructuration de la commission. Une position défendue également par le Rassemblement."



"Gros enjeux !
° http://www.laprosperiteonline.net/affi_article.php?id=12178
Cette cinquante-deuxième et dernière semaine de l’année 2016 sera de tous les enjeux dans l’arène politique de la République démocratique du Congo. En effet, dès ce mercredi 28 décembre au Centre Interdiocésain, à Kinshasa, c’est la reprise des pourparlers entre les signataires de l’accord du 18 octobre 2016, d’une part, et le Rassemblement de l’Opposition et le Front pour le Respect de la Constitution, d’autre part, sous les auspices de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO). Les ultimes points de divergences seront, à en croire les évêques catholiques, aplanis en vue de la signature de ce très attendu accord en date du vendredi 30 décembre. Puis,  le lendemain, le Président de la République, Joseph Kabila Kabange, adressera à la Nation son traditionnel message des vœux à l’occasion de la Saint-Sylvestre. Sur ce quoi sera principalement axée cette allocution du Chef de l’Etat en cette dernière ligne droite ?

Dans un climat politique apaisé et décrispé, Joseph Kabila prononcera un discours conciliant. Il fera, certainement,  le tour d’horizon de la situation politique de son pays tenant compte de  différents compromis et accords politiques. D’abord, le dialogue politique national inclusif qu’il avait convoqué par voie d’Ordonnance présidentielle, le 28 novembre 2015. Sous la facilitation du Togolais Edem Kodjo, ce forum de la Cité de l’Union Africaine qui a mis autour d’une table,  la Majorité Présidentielle, l’Opposition pro-dialogue et une frange de la Société civile et des confessions religieuses, a débouché sur l’accord du 18 octobre 2016. Il s’en est suivi la nomination et l’investiture du Premier Ministre Samy Badibanga et de son gouvernement. Ensuite, à l’instar d’un bon berger qui, ayant 99 brebis dans l’enclos, a tenu à retrouver la 100ème qui était égarée, le Président Joseph Kabila a recouru aux bons offices des princes de l’Eglise catholique en vue de ramener au bateau du dialogue,  la frange radicalisée de l’Opposition et, en l’espèce,  le Rassemblement mené par le Patriarche Etienne Tshisekedi et le Front pour le Respect de la Constitution piloté par Eve Bazaïba.

D’ores et déjà, il est acquis que Joseph Kabila reste en fonction jusqu’à l’installation effective du Président élu, conformément à l’article 70 alinéa 2 de la Constitution et à l’arrêt de la Cour constitutionnelle du 11 mai 2016 et à l’Accord du 18 octobre et à celui qui est, aujourd’hui, en gestation au Centre Interdiocésain.  L’élection présidentielle couplée aux législatives nationales aura lieu en décembre 2017. Il sera procédé à la reconfiguration partielle de la centrale électorale. Durant cette Transition de douze à quatorze mois, il n’y aura ni révision constitutionnelle,  ni référendum. La libération des prisonniers dit politiques et la cessation des tracasseries à l’endroit de certains acteurs sont aussi acquises. Un comité de suivi de l’accord de 28 membres piloté par Etienne Tshisekedi et Eve Bazaïba sera mis sur pied. A l’instar du président de la République en exercice, tous les détenteurs des mandats électifs demeurent. Reste à savoir si la Primature reviendra aux signataires de l’accord du 18 octobre ou au Rassemblement made in Genval. Donc, des gros enjeux en cette dernière ligne droite."



"Cité de l’UA-Centre Interdiocésain : pas de grande différence"
° http://www.forumdesas.org/spip.php?article9868

"Rassemblement : La bagarre de postes et non d’élections"
° http://groupelavenir.org/rassemblement-la-bagarre-de-postes-et-non-delections/

"Danse du désordre politique au Zaïre : les Congolais se souviennent"
° http://www.lephareonline.net/danse-desordre-politique-zaire-congolais-se-souviennent/

"RD Congo : quand Bruxelles exfiltre les Lumumba"
° http://www.jeuneafrique.com/mag/387268/politique/rd-congo-bruxelles-exfiltre-lumumba/

"Elections en 2017 ?"
° http://www.lephareonline.net/elections-en-2017/

"Discours programme prononcé par le Premier ministre Samy Badibanga Ntita"
° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=11399

"RDC-Goma: Arrêtés alors qu’ils manifestaient pour réclamer la démission de Kabila, 18 militants de la LUCHA remis en liberté provisoire "
° https://actualite.cd/2016/12/27/rdc-goma-arretes-quils-manifestaient-reclamer-demission-de-kabila-18-militants-de-lucha-remis-liberte-provisoire/

"La militante Gloria Sengha libérée : « Je reste combattante jusqu’à la mort » – Témoignage"
° https://actualite.cd/2016/12/27/militante-gloria-sengha-liberee-reste-combattante-jusqua-mort-temoignage/

"« Les politiques doivent  quitter la CENI ! », c’est le credo d’Antoinette N’Samba Kalambay"
° http://www.lephareonline.net/politiques-doivent-quitter-ceni-cest-credo-dantoinette-nsamba-kalambayi/


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUE PENSEZ-VOUS A CE STADE, NOUS RESERVE L’APRES 19 DECEMBRE 2016 ???

Message  ndonzwau le 28/12/2016, 2:20 am

"Cécile Kyenge : La transition et les impératifs démocratiques en RDC – Tribune"
° https://actualite.cd/2016/12/27/cecile-kyenge-transition-imperatifs-democratiques-rdc-tribune/
Dans une tribune envoyée exclusivement à ACTUALITE.CD, l’eurodéputée Cécile Kyenge évoque les préalables nécessaires à la réussite du Dialogue politique facilité par la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO). Elle pose également un regard prospectif sur la suite des évènements en RDC.(…)


"Le G7 s’insurge contre la levée de l’immunité de Gabriel Kyungu"
°  https://actualite.cd/2016/12/27/g7-sinsurge-contre-levee-de-limmunite-de-gabriel-kyungu/


"Actu Expliquée 27 DEC : Son immunité levée, Kyungu bientôt en prison pour offense à J. Kabila? "



"Paul Nsapu de la FIDH départ de Kabila est la solution à la crise actuelle"



"Analyse du 26 décembre 2016: Message du Cardinal Monsengwo à l'occasion de Noël"



"Accords post-19.12.2016 à Kin. Témoignage de Me Claude Kayembe Mbayi"



"fin Kabila. Des jeunes kinois déversent par terre la farine don de « Bukanga-Lonzo »"



""ACCORDS POLITIQUES POUR UNE TRANSITION OU UNE TRAHISON?""



"francis kalombo abimisi verité ya dialogue ya cenco na ba idée cacher ya joseph kabila "






Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUE PENSEZ-VOUS A CE STADE, NOUS RESERVE L’APRES 19 DECEMBRE 2016 ???

Message  ndonzwau le 29/12/2016, 12:23 am

PS

J’avais oublié un point encore au débat du dialogue : la querelle autour des exécutifs provinciaux dont l’opposition voudrait bien assuré la gestion à concurrence plus équilibrée avec la majorité !
Si je perçois tout à fait l’inquiétude fondée de l’opposition d’être dépossédée à plus de 85% des provinces (les nouvelles provinces ont d’ailleurs été précipitamment créées pour y accentuer l’emprise du pouvoir), j’avoue ne pas bien saisir leurs propositions des solutions dans la mesure où les assemblées provinciales ne sont pas concernées par les résolutions du dialogue (les députés provinciaux et nationaux restent en place, or ce sont eux qui élisent les gouverneurs, ils venaient de le faire en votant les personnes déjà cooptées...) comment peut-elle alors changer le déséquilibre en place en leur défaveur ?

Je tenterais de relire leurs demandes mais notons en passant que je regrette, qu’au-delà du fonctionnement et de la composition de la Ceni, l’opposition ne se préoccupe pas de l’enrôlement en cours : dans toutes ces provinces acquises à la majorité, Nanga a vite profité de collecter des données biaisées, programmées pour fausser exprès les votes prochains…
Ainsi la revendication de l'opposition d'équilibrer la gestion des provinces est juste et capitale notamment pour des élections crédibles, comment y arriver ?

Autre chose dans l'actualité: à côté de la tragédie qui persiste au Nord Kivu avec des morts et encore des morts et particulièrement autour de Beni mais aussi dans le reste de la province qui témoignent de la démission complice du pouvoir-central, ‘JK’ souhaite-t-il réellement une « réconciliation » entre Congolais, telle qu'entreprise notamment à travers sa reconnaissance de la médiation de la Cenco ?
En effet non seulement ses sbires continuent à arrêter et à intimider les jeunes activistes pour la démocratie pendant qu'ils en libèrent certains, il vient maintenant de faire embastiller Diongo, un député dans une procédure de flagrance bien douteuse et vient de faire lever l’immunité de Kyungu, député et grand notable du Katanga et ténor du G7, accusé d'une ridicule « offense au Chef de l'Etat » ?

On se demande si derrière n'est organisé un plan réfléchi d’assécher la contestation d’un Katanga devenu frondeur quasiment en état de siège aujourd'hui, militarisé dans tous les coins ! Il y’a eu l’exclusion judiciaire et policière de Katumbi, puis la mort inopinée du patriarche Mwando et aujourd’hui le musèlement de Kyungu
A entendre les protestations politiques et populaires qui s’y poursuivent, ‘JK’ aura difficile à y reprendre la main même avec l’aide de Gédéon qu’il a exprès libéré pour cette besogne…
Plus généralement ces répressions font craindre que la décrispation du climat politique et social exigée autour du dialogue soit « à deux vitesses » et feinte; pourra-t-elle pour autant sauver totalement le PR sortant et surtout ne va-t-elle pas tuer « le compromis inter-Congolais recherché par toute la Nation en cette période de tension extrême »?

 
Ailleurs, que fait Ruberwa au Ministère d’Etat de la Décentralisation et à ce Comité de rédaction des résolutions du dialogue ?
A-t-il plus de mérites personnels que d'autres pour y figurer ou n'est-il qu'un « Cheval de Troie des occupants » ?
 
En effet sa fonction de Vice-Président chargé de la Défense lors du 1+4 était déjà une illustration de l’occupation ougando-rwandaise, le revoilà à la tête d’un Ministre chargé de la Décentralisation où il aura tout le loisir d’officialiser l’occupation de Minembwe et environs où comme par génération spontanée son frère s'est constitué « chef coutumier du coin » ?
Curieux et dommage qu’aucun homme politique notable n’ait jusque-là eu le courage de dénoncer cette cette balkanisation à bas bruit où des rwandophones à loyauté double agissent aisément sans jamais être inquiétés !
Quand les Congolais réaliseront-ils que cette occupation rwandaise est leur premier péril ? Jusqu’où, jusque quand ? Pauvre pays !  

Au final, malgré les divergences et et autres coups bas passagers l'accord sera-t-il enfin signé solennellement ce vendredi 30 décembre avec des clauses responsables au bonheur de beaucoup de Congolais qui l'attendent avec suspense et joie et ainsi espérer une Transition consensuelle et acceptable qui aboutisse à l’organisation des élections présidentielle, législatives nationales et provinciales, l'alternance donc dans un an ?  
Osons croire que nos hommes politiques de la Majorité et de l'Opposition se montreront cette fois et pour la suite capables de se transcender pour l'intérêt du pays et offrir au peuple ce « présent » qu’il attend légitimement ? Nos « prières » que les pasteurs catholiques soient assez « divins » pour opérer cet heureux « miracle » au seuil de cette Année Nouvelle !


"RDC: le Rassemblement menace de reprendre les actions de rue faute d'accord samedi "
° http://www.lalibre.be/actu/international/rdc-le-rassemblement-menace-de-reprendre-les-actions-de-rue-faute-d-accord-samedi-5863b622cd70138bd4258952
Le Rassemblement, une large coalition d'opposition congolaise, a menacé mercredi de reprendre les actions de rue après le 31 décembre 2016 si aucun accord politique n'est signé avant cette date pour sortir la République démocratique du Congo (RDC) de la crise provoquée par le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila au delà de la fin constitutionnelle de son mandat. 

Des négociations informelles, entamées le 8 décembre sous l'égide de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco), doivent reprendre mercredi après la pause de Noël.
Le comité de rédaction de l'accord qui doit sanctionner les discussions directes entre la Majorité présidentielle (MP, qui soutient l'action de M. Kabila) et l'opposition doit rendre sa copie mercredi. Les négociations proprement dites sont prévues jeudi, avec l'espoir d'une signature vendredi.
"Nous n'allons pas nous éterniser dans des discussions interminables. Pour le Rassemblement, la ligne rouge c'est le 31 décembre. Si à cette date aucun accord n'est signé, nous allons tirer conséquence de la mauvaise foi de la Majorité. Par conséquent nous allons reprendre l'autonomie de nos actions. Face à un gouvernement têtu, notre moyen c'est la rue. Le peuple nous a toujours fait confiance", a affirmé le conseiller juridique de l'opposant historique Etienne Tshisekedi, Peter Kazadi, au site d'information Actualité.cd.

M. Kazadi a rappelé la position du Rassemblement des Forces Acquises au Changement. Cette plate-forme d'opposition est prête à concéder à M. Kabila la présidence de la République pendant la période intermédiaire "seulement si le Rassemblement prend la tête du gouvernement afin d'atteindre les objectifs liés à l'organisation des élections dans un délai de douze mois et la direction du comité de suivi de l'accord politique". Il exige aussi que les responsabilités soient "partagées" au sein des gouvernements provinciaux."

° https://actualite.cd/2016/12/28/rdc-rassemblement-menace-de-reprendre-actions-de-rue-accord-nest-signe-31-decembre/

"Claudel Lubaya: “ CENCO, c’est fini !”"
Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  
°  https://actualite.cd/2016/12/28/claudel-lubaya-cenco-cest-fini/
Le député national Claudel Lubaya a porté un regard critique sur les discussions directes pilotées par la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) depuis début décembre à Kinshasa. Pour lui, ces entrevues sont purement et simplement  finies.

Pour Claudel Lubaya, la Majorité, déjà opposée au départ à la tenue des discussions sous l’égide de la CENCO, semble avoir décidé de vider ces assises de toute leur substance. “Preuve, au moment où tout le monde semble rêver d’un accord, certains dirigeants de l’opposition proches du Rassemblement font l’objet de harcèlements judiciaires sans nombre”, souligne le président de l’UDA/Originelle, en précisant qu’outre les députés Franck Diongo et Kyungu wa Kumwanza qui, selon lui, sont livrés à  la merci d’une justice aux ordres, plusieurs jeunes activistes pro-démocratie continuent à croupir dans des cellules où ils sont détenus depuis plusieurs jours.

“Une chose est sûre, dit-il, la majorité est consciente que ses atermoiements lui profitent et pourraient contribuer, dans une certaine mesure, à discréditer le Rassemblement dans l’opinion”
A cette allure, il s’interroge finalement sur la nécessité de poursuivre encore les discussions avec des partenaires “non fiables et prêts à vous poignarder à tout moment”. « La rue semble seule détenir la clé et la décision », conclut l’élu de Kananga."



"RDC – Félix Tshisekedi : “Les cas Diongo et Kyungu risquent de tout bloquer ”"
° https://actualite.cd/2016/12/28/rdc-felix-tshisekedi-cas-diongo-kyungu-risquent-de-bloquer/
Pour Félix Tshisekedi, la levée de l’immunité de Gabriel Kyungu et le procès en cours contre le député Franck Diongo risquent de bloquer les discussions directes autour de la CENCO.

Le chef de la délégation  du Rassemblement  à ces pourparlers a qualifié  de provocation et de rétropédalage ces différents dossiers judiciaires contre ces membre de l’Opposition.
“Il nous sera impossible de signer un accord dans un contexte pareil. Comment peut on vouloir évoluer avancer d’une part et faire des coups bas d’autre part, » déclaré Félix Tshisekedi dans une interview accordée à ACTUALITE.CD
Il a également indiqué  qu’il y a encore des divergences majeures qui se posent en obstacles avant la signature de l’accord politique autour de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO).

“Nous veillons pas à  pas à ce que les intérêts du peuple soit sauvegardés c’est- à-dire le respect  de la constitution », a-t-il dit en ajoutant que “si les discussions échouent ce sera peuple de décider sur l’identité de la personne qui devra diriger le pays pendant la transition”

Vous pouvez suivre cette interview ici.
° https://soundcloud.com/actualitecd/felix-tshisekedi-les-cas-diongo-et-kyungu-risquent-de-tout-bloquer

"Vers un accord en RD-Congo"
° http://www.la-croix.com/Journal/Monde/Vers-un-accord-en-RDCongo-2016-12-28-1100813218?utm_term=527035
L’Église catholique, mobilisée de Rome à Kinshasa, espère trouver un compromis vendredi.
Le président Joseph Kabila est de plus en plus isolé tandis que le Kivu est frappé par une nouvelle vague de massacres.
(...)
Quoi qu’il arrive, Joseph Kabila a perdu presque toute crédibilité dans son pays, et fait quasiment l’unanimité contre lui à l’extérieur de ses frontières, aussi bien du côté des grandes puissances occidentales que de l’Afrique, à l’exception notable de l’Afrique du Sud. Dernière défection en date, l’Angola. Cet allié de toujours du clan Kabila a condamné « la violence récurrente » qui touche la RD-Congo et a rapatrié ses soldats engagés dans les forces de sécurités congolaises comme la garde républicaine et la police.
La nouvelle vague de massacres qui a ensanglanté le Kivu, le week-end de Noël, accroît le discrédit du président sortant : au moins 35 civils ont été tués dimanche et lundi dans le conflit qui oppose milices nandes et milices hutues rwandophones dans la région de Rutshuru, Masisi et Lubero (Nord-Kivu). Un bilan terrible qui s’ajoute aux 22 civils massacrés dans le Nord-Kivu, dans un raid attribué à la rébellion d’origine ougandaise ADF."



"Les Congolais attendent la date du 30 décembre, promesse d'un accord potentiel"
° http://www.voaafrique.com/a/les-congolais-attendent-la-date-du-30-decembre-promesse-d-un-accord-potentiel/3653782.html

"Centre Interdiocésain : Ruberwa, Nkulu, Sessanga et Bazaiba présentent le projet d’accord aujourd’hui "
°  http://www.lephareonline.net/centre-interdiocesain-ruberwa-nkulu-sessanga-bazaiba-presentent-projet-daccord-aujourdhui/
Mis sur pied au petit matin (5 h 30) du samedi 24 décembre 2016, après une nuit sans sommeil consacrée aux échanges autour des divergences majeures entre la Majorité Présidentielle et le Rassemblement, le Comité de rédaction composé d’Azarias Ruberwa, Norbert Nkulu Kilombo, Delly Sessanga et Eve Bazaiba, est appelé à rendre sa copie ce mercredi au Centre Interdiocésain. Cet exercice va se passer devant le staff de la Cenco (Conférence Episcopale Nationale du Congo) et le groupe restreint de travail qui avait dégagé les grandes lignes de l’Accord politique devant sanctionner les négociations directes entre les signataires et les non signataires de l’Accord Politique de la Cité de l’Union Africaine.

Le Comité de rédaction devait, notamment, procéder au toilettage, des convergences éventuellement dégagées au sujet de la Haute Autorité de la Transition, du statut du Chef de l’Etat actuellement en fonctions, de la direction du gouvernement de transition, du respect de la Constitution,  du financement des élections, de la révision du fichier électoral, de la sécurisation du processus électoral, des séquences des élections présidentielle, législatives nationales et provinciales, de la configuration de la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante) et des exécutifs provinciaux, de la décrispation politique (libération des prisonniers politiques et d’opinions, retour d’opposants exilés, réouverture des médias fermés, fin du dédoublement des partis politiques), etc.

Les avis de Kabila et Tshisekedi attendus…

         La « plénière » de ce jour a pour objectif de tenter de vider totalement les divergences persistantes autour de l’engagement personnel de Joseph Kabila de ne pas briguer un troisième mandat, du pilotage de la Primature (Opposition signataire de l’Accord de la Cité de l’Union Africaine ou Rassemblement des Forces Politiques et Sociales non signataires), de la CENI (restructuration de l’institution ou changement de personnes), de la représentation du Rassemblement au sein des exécutifs provinciaux, des dates exactes de la tenue des scrutins du président de la République, des députés nationaux et provinciaux, de la liste des prisonniers politiques et d’opinions à libérer ou à autoriser à rentrer d’exil, etc.
         Dans l’hypothèse où un consensus politique serait acquis, Mgr Utembi et ses principaux collaborateurs au sein de l’équipe de médiation vont se charger de rencontrer de nouveau le Président de la République, Joseph Kabila, et le président du Comité des Sages du Rassemblement, Etienne Tshisekedi le même mercredi ou le jeudi, de manière à recueillir leurs derniers avis en rapport avec le projet d’Accord politique. Et s’il n’y a pas d’objection de leur part ou s’ils proposent des amendements qui ne remettent pas en cause l’ensemble du travail, rendez-vous serait pris pour le vendredi 30 décembre 2016 pour la signature solennelle qui devrait marquer la fin de la crise politique en République Démocratique du Congo et le début d’une période de Transition qui devait avoir, pour point de chute, l’organisation des élections présidentielle, législatives nationales et provinciales.

C’est donc le grand suspense d’ici à l’arrivée effective du « train » à la dernière gare. La Majorité Présidentielle et le Rassemblement sont-ils capables de se transcender et d’offrir au peuple congolais le cadeau de la « Bonana » qu’il attend avec une patience mêlée de fortes inquiétudes ? Nul ne peut le prédire."


"Déjà la reprise à la CENCO. Dialogue bis : le diable se cache dans les 5 pourcents qui bloquent !"
° http://www.laprosperiteonline.net/affi_article.php?id=12189
Les discussions directes de la CENCO devraient reprendre demain jeudi 30 décembre. Aujourd’hui, mercredi 29 décembre, imprévu omis, Marcel Utembi, Fridolin Ambongo, Donatien Nshole et Cie regagnent déjà Kinshasa. Où, sont-ils attendus pour négocier le dernier virage du dialogue qu’ils mènent. 95 pourcents d’avancées et 5 pourcents qui bloquent, voilà, l’état des lieux de ces assises. Mathématiquement, les divergences semblent mineures, donc simplement des détails à régler. C’est ainsi qu’une signature solennelle de l’Accord est projetée pour ce vendredi 30 décembre. Mais, le diable, ainsi que le dit un vieil adage, est dans les détails. Si le secrétariat technique de la Conférence Episcopale Nationale du Congo n’est pas arrivé tout le week-end à les élaguer et que le jeudi 29, ces derniers ne sont pas décantés par la plénière, un report serait, malheureusement, encore au rendez-vous. Quelles sont, en clair, ces détails ?

Zoom


Toutes informations brassées, les politiques de tout bord ont tablé sur les grandes questions politiques et électorales de l’après 19 décembre 2016 en RDC, sous les hospices de la CENCO. Mais, seulement, deux choses à ranger, visiblement, dans les 5 pourcents qui bloquent et persistent. Et, ces deux aspects riment avec quelques noms ; Corneille Nangaa, Badibanga Samy Ntita et Katumbi. L’un est clairement à la tête de la Commission Electorale Nationale Indépendante, l’autre détient désormais les clefs de la Primature et le dernier est en haut de la liste de personnes devant bénéficier des mesures de décrispation politique. Le cas de ce dernier, bien que tranché avec ceux de 6 autres, n’a clairement pas eu des perspectives tangibles d’être traité au plus tôt. Par ailleurs, le Rassemblement, plateforme chère au tandem Tshisekedi-Katumbi aimerait bien que ces Badibanga et Nangaa soient boutés dehors. Raisons ?

Primo, cette plateforme ne croit pas en Nangaa qu’il estime être, comme Kodjo, un grand Kabiliste. De la sorte, si les dialogueurs ont pu tracer un chronogramme pour les prochaines joutes électorales, il faudrait une nouvelle équipe à la CENI, l’institution patentée pour l’accomplir. Les délégués du camp des signataires de l’Accord de la Cité de l’Union Africaine sont plutôt d’avis que Nangaa devrait rester car, le faire partir c’est jouer l’enlisement en créant des conditions aptes à paralyser la tenue des élections dans les délais souhaités. D’où, ont-ils proposé au Rassop et au Front pour le Respect de la Constitution de désigner des personnes devant être aux cotés de ce dernier pour la neutralité.
Cette question divise certes mais, à tout point de vue, moins que la problématique du départ de Samy Badibanga Ntita de son poste de Premier Ministre du Gouvernement de Transition. En effet, ce sujet passionne mieux que tous les débats aux discussions directes de la CENCO. S’il faut cogérer avec Kabila et ses hommes, le Rassemblement pose comme condition de placer un des siens à la Primature. Et, aucun homélie ni belles phrases n’arrivent à changer cette position jusqu’ici puis que la mouvance requalifiée à la Cité de l’Union Africaine sous la bénédiction de Kodjo Edem, de son côté, semblent braquer. Pour eux, Badibanga reste.

Dans les cinq pourcents qui bloquent, il faut aussi classer des aspects techniques liés à la forme et au fond du protocole d’Accord. Selon l‘entendement de la CENCO, il s’agirait simplement des problèmes de formulation de ceci et cela. La population congolaise espère que les évêques munie de l’onction de la célébration de la Noël sauront exorciser le diable qui se cache dans les détails qui bloque la signature de l’Accord car le temps, encore lui, n’a de cesse  de s’écouler, l’année 2017 est déjà au portillon. La RDC va-t-elle la franchir sans compromis politique Inclusif ? Telle est l’équation."



"IMMUNITÉS LEVÉES: KYUNGU, OPTION MANDAT D’ARRÊT"
° http://www.africanewsrdc.com/politique/2016/12/28/immunites-levees-kyungu-option-mandat-darret.html
"Immunités levées: L’étau se resserre sur Kyungu wa Kumwanza"
° http://groupelavenir.org/immunites-levees-letau-se-resserre-sur-kyungu-wa-kumwanza/
"RDC : décrispation politique à deux vitesses"
° http://www.lephareonline.net/rdc-decrispation-politique-a-deux-vitesses/

"INDIGNE PAR LA LEVEE DE L’IMMUNITE PARLEMENTAIRE DE SON NOUVEAU DOYEN, LE G7 DENONCE
GABRIEL KYUNGU : UN COUAC À LA DÉCRISPATION "

° http://www.forumdesas.org/spip.php?article9886
"Levée des immunités de Gabriel Kyungu. Cenco : le G7 menace de quitter les discussions directes !"
° http://www.laprosperiteonline.net/affi_article.php?id=12191&rubrique=POLITIQUE
"Levée de l’immunité de Kyungu : le G7 regrette la « répression » de ses membres"
° http://www.radiookapi.net/2016/12/28/actualite/politique/levee-de-limmunite-de-kyungu-le-g7-regrette-la-repression-de-ses
"AR condamne la levée de l’immunité de Gabriel Kyungu "
° https://actualite.cd/2016/12/28/ar-condamne-levee-de-limmunite-de-gabriel-kyungu/

"Arbitraire :
Lubumbashi : "Kabila" se dit "offensé" par Kyungu"

° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=11408
"L’UNAFEC juge «inopportune» la levée de l’immunité de Gabriel Kyungu"
° http://www.radiookapi.net/2016/12/28/actualite/politique/lunafec-juge-inopportune-la-levee-de-limmunite-de-gabriel-kyungu
"RDC: l'opposition Unafec dénonce la levée de l'immunité de son président"
° http://www.rfi.fr/afrique/20161228-rdc-opposition-unafec-denonce-levee-immunite-son-president
"RDC : l’immunité de l’opposant Kyungu levée, 19 militants de la Lucha libérés"
° http://www.jeuneafrique.com/387757/societe/rdc-limmunite-de-lopposant-kyungu-levee-19-militants-de-lucha-liberes/


"Portrait d’Azarias Ruberwa, ministre   d’Etat de la Décentralisation et   Réformes institutionnelles "
° http://www.lephareonline.net/portrait-dazarias-ruberwa-ministre-detat-de-decentralisation-reformes-institutionnelles/

"Le cardinal Monsengwo, le « Wojtyla congolais »
(La Croix 28/12/16)"

° http://www.la-croix.com/Religion/Monde/Le-cardinal-Monsengwo-Wojtyla-congolais-2016-12-27-1200813168




Compatriotiquement!





# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUE PENSEZ-VOUS A CE STADE, NOUS RESERVE L’APRES 19 DECEMBRE 2016 ???

Message  ndonzwau le 29/12/2016, 2:58 am


"Actu Expliquée 28DEC : Franck Diongo comparaît sous perfusion à la Cour Suprême"



"RDC:Reynders interpellé au Parlement Belge-Kabila 3eMandat illégal-J.Kasa-Vubu précise les Enjeux"



"Dialogue inclusif : MAJORITE - OPPOSITION, vers un nouvel accord !"




"RDC : Le verdict est tombé ! 5 ans de prison ferme pour Franck Diongo"
° https://actualite.cd/2016/12/28/rdc-verdict-tombe-5-ans-de-prison-ferme-franck-diongo/

"Cour suprême :
Flash : L’opposant Franck Diongo à la merci d’un "médecin" de l’ANR"

° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=11409


"Prisonniers et exilés politiques : ACAJ déplore le retard dans la mise en oeuvre de la mesure de décrispation"
°  https://actualite.cd/2016/12/28/prisonniers-exiles-politiques-acaj-deplore-retard-mise-oeuvre-de-mesure-de-decrispation/

"Prisonniers politiques: “les magistrats vont répondre conformément à leur conviction”, assure L. Mende"
° https://actualite.cd/2016/12/28/prisonniers-politiques-magistrats-repondre-conformement-a-conviction-l-mende/


Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUE PENSEZ-VOUS A CE STADE, NOUS RESERVE L’APRES 19 DECEMBRE 2016 ???

Message  ndonzwau le 29/12/2016, 11:44 pm

PPS

Je me trompe peut-être est-il que personnellement je reste convaincu qu'une bonne majorité des Congolais attend beaucoup de cet accord et espère qu’abouti avec des clauses telles qu'annoncées, il réglera largement la crise que connait le pays !
Néanmoins là où opposants et sceptiques ont raison contrairement à ses adorateurs aveugles ou cupides, « 'JK' est bien un  problème » : que pour pour cause de réalisme l’accord le gratifie d’une dose d’impunité ne peut le dédouaner entièrement d'être le premier coupable de cette crise, pis, dans le fond 'JK' s’en satisfait(fera) parce que cet accord lui accorde une « sortie plus sécurisée » !

C'est bien ça : aujourd'hui ‘JK’ se préoccupe encore moins du meilleur avenir du pays, le respect de la Constitution est par exemple le dernier de ses soucis, seul accapare son esprit sa sécurité, physique, juridique, financière... demain... Quant à sa survie politique, il est assez malin pour comprendre que quoi qu’il fasse, elle est largement hypothéquée…
Ça ne l"empêchera pas, méfiez-vous, de continuer à jouer au malin, à poser ses « lapins diaboliques » y compris en se servant ou d'ailleurs en sacrifiant ses soutiens internes et régionaux...

Ses complices
parmi les plus faucons ne le réalisent peut-être pas toujours mais leurs tentatives pour disculper leur gourou ne trompent plus grand monde, elles sont là à tirer de cet accord quelques garanties pour ne pas perdre tous leurs acquits matériels face au sombre avenir de leur régime !
Ce qui risque d’ailleurs de bloquer une fois de plus la signature de cet accord !
Si on devait trouver matière à appuyer cet avis sur 'JK', je vous ferais remarquer qu’au vu des actes et du silence de ‘JK’ plus d’un observateur sérieux s’est publiquement ou pas posé la question de savoir ce qui se passait dans la tête de ‘JK’ ? On n’en saura pas plus de tous les détails de son cheminement intérieur : une chose reste que ‘JK’ a très peur pour son avenir, voilà le faux mystère, la raison ultime pour laquelle il ne veut pas partir et la source d'autres subterfuges qu'il continuera à planter ici et là !

Pourquoi 'JK' a tant peur ? Parce que dépossédé des immunités avouables et inavouables dont il dispose en tant que PR du Zaïre/Congo, en dehors demain sa sécurité juridique et même physique est en danger ! Pourquoi ? Parce que ‘JK’ est le pire prédateur économique et peut-être le plus criminel dirigeant que notre pays ait eu et conscient il voit que demain il risque de perdre son immense butin pillé sur les richesses du pays et se voir poursuivi pour répondre de tous ses crimes…

Maintenant tous ces impairs autorisent-ils de forcer le départ de ce pouvoir au risque d’autres tragédies, de ne pas donner une chance au compromis tenté par les prélats et soutenu par une majorité des Congolais et par la CI occidentale ?
Je ne le pense pas et ma crainte aujourd’hui est que les politiciens Congolais de deux bords ne se transcendent assez et  empêchent que ce compromis ne soit conclu, soit parce qu’ils s’accrochent mafieusement à leur pouvoir ou qu’ils veulent conquérir tout, au mépris d’un certain réalisme qui seul défendra mieux l’intérêt du pays !



Autre chose dans l’actualité : la presse Congolaise revient passionnément sur l’homélie très politique du Cardinal Monsengwo !
J’y reviens surtout parce que personnellement je me suis posé la question de son « opportunité » en plein dialogue
médié exactement par ses « frères » catholiques : quel est au fond le message que visiblement le Cardinal adressait à la classe politique en tête le pouvoir mais sans doute aussi à ses « confrères » qui pilotent ce dialogue ?

Vous aurez compris, ici mon interrogation ne se situe pas du côté de ceux qui lui reprochent de n’être pas neutre, « l’Eglise au milieu du village », par ses allusions à des politiques coupables car j’attends bien d’une « autorité morale » ce courage et cet impératif à épingler nos « brebis galeuses »; je me demande plutôt quel effet ont pu avoir ses « vérités » sur le destin de ce dialogue, sur ses collègues médiateurs comme sur les protagonistes politiques (et ici je pense beaucoup à ‘JK’ lui-même véritable commanditaire du côté du pouvoir)... ?
Je ne peux encore y répondre mais la sortie de l'Evêque m’a intrigué mais je m’imagine que les médiateurs de la Cenco l’ont bien (com)pris et en étaient sans doute prévenus comme leur hiérarchie à la Nonciature et au Vatican… Il ne restera pas vain, que non !

A plus...
 

"Dialogue en RDC: les évêques présentent un protocole d'accord à Joseph Kabila"
° http://www.rfi.fr/afrique/20161229-rdc-diplomatie-souterraine-tractation-accord
C'est la dernière ligne droite avant l'éventuelle signature d’un accord politique en République démocratique du Congo (RDC). Ce jeudi 29 décembre, les évêques de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) sont en rendez-vous avec le président Joseph Kabila pour lui présenter le protocole d’accord qui pourrait le conduire à quitter le pouvoir d’ici un an. Ce serait l’ultime validation pour un texte négocié depuis des semaines.

Cette fois, pas question pour les évêques de jouer les prolongations. Le texte est en cours de finalisation avec les derniers amendements à intégrer. En attendant la validation du chef de l’Etat qui est le premier concerné par cet accord.
Avant de voir Joseph Kabila, les évêques ont rencontré une délégation du Rassemblement de l’opposition, principale force politique jusque-là hostile au maintien au pouvoir du chef de l’Etat, au-delà de la fin de son deuxième et dernier mandat constitutionnel.

Derniers blocages

Mais du côté de la majorité comme de l’opposition, on dit ce jeudi être d’accord sur l’essentiel, les grands principes, qu’il n’y a plus que quelques détails qui fâchent, mais ils seraient en cours de règlement.

Reste notamment la question de la primature.
Un gouvernement d’union nationale issu d’un précédent accord avec une frange de l’opposition vient tout juste d’être investi. Le président Kabila acceptera-t-il de le faire tomber pour donner la primature au Rassemblement ? C’est ce qui se joue dans cette rencontre entre les évêques et le chef de l’Etat.
Autre point de tension : les mesures de décrispation, jugées insuffisantes par l’opposition. Elle souhaite notamment la libération de plusieurs prisonniers politiques emblématiques et le retour au pays notamment de l’un de ses candidats, l’ancien gouverneur Moïse Katumbi, sous le coup d’une condamnation au Congo. Un point qui coince toujours jusqu'à maintenant."



"Dialogue de la Cenco: « la plénière est fixée pour ce vendredi"
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2016/12/29/dialogue-de-cenco-pleniere-fixee-vendredi.html

"RDC : La CENCO chez Kabila à 17H, plénière du Dialogue renvoyée à demain"
°  https://actualite.cd/2016/12/29/rdc-cenco-chez-kabila-a-17h-pleniere-dialogue-renvoyee-a-demain/

"RDC – Abbé Nshole : « Les évêques vont mettre fin à ce stade de bons offices demain» "
° https://actualite.cd/2016/12/29/rdc-abbe-nshole-eveques-mettre-fin-a-stade-de-bons-offices-demain/
° https://soundcloud.com/actualitecd/cenco-demain-quil-pleuve-ou

"Reprise du dialogue en RDC: la Cenco reste confiante malgré des divergences"
° http://www.rfi.fr/afrique/20161228-dialogue-politique-rdc-cenco-discussions-gouvernement-opposition

"Reprise du dialogue jeudi à Kinshasa : un accord le 30 décembre ?"
° http://www.voaafrique.com/a/reprise-du-dialogue-jeudi-a-kinshasa-un-accord-a-venir/3655283.html

"Dialogue sous l’égide de la CENCO : l’ultime reprise !"
° http://www.laprosperiteonline.net/affi_article.php?id=12207

"DANS L’ATTENTE D’UN CADEAU DE FIN D’ANNÉE"
° http://www.forumdesas.org/spip.php?article9904

"Primature : la Majorité s’accroche à Badibanga"
° http://www.lephareonline.net/primature-majorite-saccroche-a-badibanga/

"RDC : Un groupe de signataires de l’Accord du 18 octobre exige le remplacement de Samy Badibanga"
Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes
° https://actualite.cd/2016/12/29/rdc-groupe-de-signataires-de-laccord-18-octobre-exige-remplacement-de-samy-badibanga/

"Manipulation :
CENI : Nangaa s’oppose à la restructuration"

° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=11412

" Suite à la gloutonnerie du Rassemblement: Pomme de discorde sur les 5% restants »"
° http://groupelavenir.org/suite-a-la-gloutonnerie-du-rassemblement-pomme-de-discorde-sur-les-5-restants/

" RDC : la refonte de la CENI pourrait retarder l’organisation des élections, craint la société civile "
° http://www.radiookapi.net/2016/12/29/actualite/societe/rdc-la-refonte-de-la-ceni-pourrait-retarder-lorganisation-des-elections

"NÉGOCIATIONS DIRECTES : IL N’Y A PAS DE PROBLÈME KABILA "
° http://www.forumdesas.org/spip.php?article9905


"A Kinshasa, siffler la fin du mandat de Joseph Kabila, au péril de sa vie "
° http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/12/29/a-kinshasa-siffler-la-fin-du-mandat-de-joseph-kabila-au-peril-de-sa-vie_5055337_3212.html


"Un prélat qui perd la maîtrise - L’Observateur"
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=206696&Actualiteit=selected
"Anatomie d’une homélie de Noël quand un prélat refuse de rester au centre du village"
° http://www.forumdesas.org/spip.php?article9914


"RDC : accusé d’avoir séquestré trois soldats, l’opposant Diongo condamné à 5 ans de prison"
° http://www.jeuneafrique.com/387994/societe/rdc-accuse-davoir-sequestre-trois-soldats-lopposant-diongo-condamne-a-5-ans-de-prison/
"RD Congo: cinq ans de prison ferme pour l’opposant Diongo Shamba"
° http://www.rfi.fr/afrique/20161229-rd-congo-cinq-prison-ferme-opposant-diongo-shamba
° http://www.voaafrique.com/a/cinq-ans-de-prison-pour-un-opposant-accuse-d-avoir-sequestre-des-militaire-en-rdc/3655388.html
° http://www.lephareonline.net/diongo-condamne-a-5-ans-de-prison/
° http://www.laprosperiteonline.net/affi_article.php?id=12210
"RDC: Franck Diongo transféré à Makala"
° https://actualite.cd/2016/12/29/rdc-franck-diongo-transfere-a-makala/
° https://actualite.cd/2016/12/29/georges-kapiamba-condamnation-de-diongo-compromettre-discussions-de-cenco/
° https://actualite.cd/2016/12/29/rdc-olenghankoy-condamnons-verdict-contre-diongo-continuons-discussions-directes/
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2016/12/29/lit-de-malade-a-prison-centrale-de-makala-frank-diongo-transfere.html
"RDC: les avocats de Franck Diongo comptent saisir les juridictions internationales"
°  https://actualite.cd/2016/12/29/rdc-avocats-de-franck-diongo-comptent-saisir-juridictions-internationales/


"RD CONGO: AU MOINS 50 MORTS DANS DES INONDATIONS "
° http://www.izf.net/afp/rd-congo-au-moins-50-morts-des-inondations
"RD Congo: la pluie fait plus de 50 morts et des milliers de sans-abris "
° http://www.rfi.fr/afrique/20161229-rd-congo-pluie-fait-plus-50-morts-milliers-abris
° http://www.voaafrique.com/a/rd-congo-au-moins-50-morts-dans-des-inondations-dans-le-sud-ouest/3655238.html
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2016/12/29/boma-50-morts-10-000-abris-apres-inondations.html



Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #


Dernière édition par ndonzwau le 30/12/2016, 3:19 am, édité 2 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUE PENSEZ-VOUS A CE STADE, NOUS RESERVE L’APRES 19 DECEMBRE 2016 ???

Message  ndonzwau le 30/12/2016, 2:02 am

"RD Congo : pourquoi l’Église se retrouve au cœur du jeu politique"
° http://www.jeuneafrique.com/387961/societe/rd-congo-leglise-se-retrouve-coeur-jeu-politique/



Sous l'égide de la Conférence épiscopale nationale du Congo, les pourparlers de la dernière chance pourraient aboutir d'ici vendredi à la signature d'un accord de sortie de crise, confortant ainsi la place immuable de l'Église dans le jeu politique congolais. Décryptage.

Vont-ils réussir là où l’Union africaine (UA) a récolté un résultat mitigé ? En tout cas, les évêques catholiques de la Cenco, médiateurs des négociations directes entre les signataires de l’accord du 18 octobre (majorité présidentielle et une frange de l’opposition) et le Rassemblement, sont tout près d’arracher un compromis plus global et réellement inclusif aux protagonistes. Deux mois plus tôt, le facilitateur Edem Kodjo, désigné par l’UA, s’était contenté d’un accord partiel…

« Malgré les divergences, personne n’a quitté la table des négociations », se félicite déjà un clergé catholique joint au téléphone, le mercredi 28 décembre, par Jeune Afrique. La signature de l’accord de sortie de crise est même attendue pour ce 30 décembre, le premier délai – avant Noël – n’ayant pas été tenu. Les derniers réglages seraient en cours.
« Pour débloquer ce qu’il reste – notamment le sort de Moïse Katumbi -, c’est le président Joseph Kabila qui détient la clé, les évêques ayant déjà fait leur travail », souffle une source proche du dossier. Mais comment et pourquoi l’Église se retrouve ainsi au cœur du jeu politique en RDC ?



  • L’Église, « un pilier du système congolais »



« Avec l’Administration et l’économie, l’Église a toujours été, depuis l’époque coloniale, l’un des trois piliers du système congolais », rappelle Bob Kabamba, professeur à l’Université de Liège et coordonnateur de la cellule d’appui politologique en Afrique centrale. Ce n’est donc pas une première dans l’histoire politique de la RDC.


L’Église a créé les premiers résistants à la colonisation.
« L’Église a travaillé dans les domaines de l’éducation – construction des écoles notamment – et de la santé, a créé les premiers résistants à la colonisation et consolidé en même temps les premiers leaders politiques congolais à la fin de la colonisation », poursuit le politologue. Il fait ici référence, entre autres, à Joseph Kasa-Vubu, devenu premier président du Congo indépendant, Joseph Ileo, successeur de Patrice Lumumba au poste de Premier ministre, ou à Joseph-Albert Malula, archevêque de Kinshasa ordonné cardinal en 1969.
Dans un pays où presque rien ne fonctionne correctement, l’Église tient aussi sa force de son organisation. « En RDC, elle est aujourd’hui la seule structure qui existe avec un commandement capable de faire passer et suivre ses décisions du sommet de sa hiérarchie jusqu’à la base », souligne le professeur Bob Kabamba.



  • L’Église, combattue mais jamais vaincue



Après l’indépendance, le président Joseph Kasa-Vubu a vu en cette surpuissante Église une alliée incontournable. D’autant que l’autre leader de l’époque, le Premier ministre Patrice Lumumba, était perçu, à tort ou à raison, comme un communiste, un anti-religieux par les milieux chrétiens.
Durant les premières années de l’indépendance, l’Église conserve ainsi son aura. Mais dès que Joseph Désiré Mobutu prend le pouvoir en 1965, il va essayer de la combattre, ne supportant pas qu’une autorité, même religieuse, soit au-dessus de lui.
Pendant le règne de celui qui s’autoproclama le « Maréchal du Zaïre », les croix sont alors enlevées des salles de classe et des édifices publics, les prénoms chrétiens supprimés dans le registre de l’état-civil. Oubliez le Joseph-Désiré, place à Mobutu Sese Seko Kuku Ngbendu Wa Za Banga. Traduction : Mobutu, « le guerrier qui va de victoire en victoire sans que personne puisse l’arrêter ».

Tous les Zaïrois suivent l’exemple du chef et bannissent les prénoms à consonance étrangère. Nous sommes au début des années 1970. La Zaïrianisation sur fond du « recours à l’authenticité » a le vent en poupe. Mais lorsque Mobutu tente de nationaliser les immenses propriétés de l’Église, celle-ci résiste. Le pouvoir recule.



  • L’Église, Dieu, le pape et le cardinal



L’avantage de l’Église croît encore, avec la visite début mai 1980 du pape Jean-Paul II au Zaïre, un pays de plus de 70 millions d’habitants majoritairement chrétiens.
Avant de recevoir le souverain pontife, le président Mobutu, pourtant chantre de l’authenticité, n’a d’autre choix que de se conformer aux prescriptions chrétiennes : il se marie religieusement avec son ex-maîtresse Bobi Ladawa.
S’il est protestant et son épouse catholique, l’actuel Président Joseph Kabila a pour sa part fait le choix d’une cérémonie œcuménique lors de son mariage, peu avant la présidentielle de 2006. Et la première dame Olive Lembe ne cache pas sa proximité avec le cardinal Laurent Monsengwo, archevêque de Kinshasa, réputé pourtant hostile au président congolais.

Et peu importe si, au passage, quelques règles protocolaires sont bousculées. Comme ce 16 janvier, lors de la commémoration du 15 anniversaire de l’assassinat de Kabila père, lorsque Kabila fils, chef de l’État, se lève pour accueillir le cardinal conduit sur le lieu de la cérémonie par Olive Lembe.


 
Le poids de l’Église transparaît aussi aujourd’hui dans la prestation de serment du président de la République. Le constituant ne s’est jamais opposé à ce que le président de la République jure « devant Dieu et la nation ».



  • L’Église, dernier recours



Dans les années 1990, lorsque le vent de la démocratie souffle sur le continent, l’Église soutient, finance et accompagne plusieurs structures de la société civile. Ces dernières ont ainsi participé activement aux travaux de la Conférence nationale souveraine (CNS) dirigés par Monseigneur Laurent Monsengwo. Ce dernier devient par la suite une personnalité centrale pendant la période de transition.
Toujours au cœur du jeu politique, l’Église fait même descendre des chrétiens dans les rues de Kinshasa pour réclamer la réouverture de la CNS après sa fermeture par le président Mobutu. Une marche réprimée dans le sang le 14 février 1992.
Près de 25 ans plus tard, l’Église est de nouveau à la manœuvre. Par l’intermédiaire de ses évêques, elle tente, en dernier recours, de trouver une voie de sortie de crise dans le pays. Une crise créée par la non-organisation de l’élection présidentielle et l’arrivée à son terme du mandat de Joseph Kabila depuis le 19 décembre. « C’est la concrétisation de ce que l’Église a toujours été depuis l’époque coloniale », conclut le professeur Bob Kabamba."

° http://www.jeuneafrique.com/143211/politique/rdc-le-cardinal-monsengwo-l-indign-de-la-r-publique/
° http://www.jeuneafrique.com/dossiers/rdc-la-nostalgie-mobutu/
° http://www.jeuneafrique.com/387369/politique/rd-congo-cardinal-monsengwo-a-dit-a-kabila-aux-opposants-peuple/


"Actu Expliquée 29DEC : Franck Diongo transféré à la Prison Centrale de Makala "



"TOKOMI WAPI? NDEKO ELIEZER ASILIKI PONA CONDAMNATION
YA FRANCK DIONGO?"




"TOKOMI WAPI? HON FRANCK DIONGO ALELI NA PROCES PO BA CONDAMNE YE 5 ANS DE PRISON?"



"Dialogue Cenco : Retour sur la dernière plenière avec les interviews de politiciens "



"TOKOMI WAPI GLORIA YA LUCHA ABIMISI BA VERITE YA KALEV ?"



"TO KOMI WAPI? CONDAMNATION YA FRANCK DIONGO."





Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUE PENSEZ-VOUS A CE STADE, NOUS RESERVE L’APRES 19 DECEMBRE 2016 ???

Message  ndonzwau le 30/12/2016, 5:41 am

Evil or Very Mad  Twisted Evil   confused  Rolling Eyes  Rolling Eyes  silent  silent  silent    

"Kabila refuse tout dialogue
(Publié le jeudi 29 décembre 2016 à 23h03) 

° http://www.lalibre.be/actu/international/kabila-refuse-tout-dialogue-5865883dcd70717f88e101f1
INTERNATIONAL
Trois semaines de palabres pour rien. Les évêques de la CENCO (conférence épiscopale natioanle du Cogo) qui ont tenté d'arracher un accord entre majorité et opposition pour éviter le chaos en République démocratique du Congo, sont sortis ce jeudi soir sans mot dire de leur dernière rencontre avec le président Kabila dont le second et dernier mandat s'est terminé le 19 décembre dernier.

Alors que depuis dix jours ces évêques annoncent qu'ils sont sur le point d'obtenir la signature d'un accord de partage du pouvoir pendant une période de transition devant amener le pays vers des "élections apaisées et démocratiques", ils se sont fait éconduire sans ménagement jeudi soir par le président Joseph Kabila qui leur a annoncé qu'il n'entendait signer aucun accord et qu'il allait organiser un référendum populaire. Comme pour prouver qu'il s'agissait d'une vraie détermination, les kabilistes ont déjà commencé à collecter des signatures, dès ce jeudi, dans la ville de Kolwezi (sud-est), pour obtenir le droit d'aller au référendum. Objectif : une modification de la constitution en violation complète de l'article 220 de cette même constitution.

Ce vendredi, les évêques congolais, comme ils l'avaient annoncé, clôtureront les débats du dialogue. Mais, contrairement à ce qu'ils espéraient, ils n'auront pas de signature d'un accord mais bien ce qui pourrait passer comme une déclaration de guerre du pouvoir de Joseph Kabila à l'égard d'une opposition qui a fait énormément de concessions pour entrer dans ce dialogue et, surtout, à l'égard de la population congolaise qui a souvent martelé qu'elle ne voulait pas de prolongation du mandat de Kabila et encore moins d'un nouveau mandat.

Des heures troubles s'annoncent en République démocratique du Congo pu le jeu politique paraît plus bloqué que jamais par la (mauvaise) volonté d'un seul homme



"Kabila va annoncer un référendum pour se maintenir au pouvoir!
° http://www.politico.cd/actualite/2016/12/29/kabila-va-annoncer-referendum-se-maintenir-pouvoir.html
Le président Joseph Kabila a annoncé aux évêques catholiques ce jeudi son intention de ne pas signer les accords de la CENCO, affirme La Libre.
Selon ce média belge, Joseph Kabila qui s’est entretenu ce jeudi dans la journée avec une délégation de la  Conférence épiscopale nationale du Congo, aurait fait part de son intention de ne plus signer l’accord pourtant annoncé dans des discussions entre la Majorité et l’Opposition sous l’égide des Catholiques.(...)"

[/b]



Compatriotiquement! Evil or Very Mad




# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUE PENSEZ-VOUS A CE STADE, NOUS RESERVE L’APRES 19 DECEMBRE 2016 ???

Message  ndonzwau le 31/12/2016, 12:49 am

"RDC : La signature de l’Accord politique renvoyée à samedi 9H – Discours intégral de Mgr Utembi
° https://actualite.cd/2016/12/30/rdc-la-signature-de-laccord-politique-renvoyee-a-samedi-9h-discours-integral-de-mgr-utembi/
La cérémonie de la signature de l’accord politique est renvoyée à samedi 31 décembre entre 9 et 10 heures. C’est ce qu’a dit en fin de soirée Monseigneur Utembi, président de la conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO).
« Nous sommes pratiquement parvenus à voir la lumière au bout du tunnel (…) Les délégués examinent le texte pour vérifier si les amendements apportés ont été rapportés fidèlement et intégralement. Le compromis politique ne peut pas être signé aujourd’hui. Ils vont travailler aujourd’hui et demain, » a dit Monseigneur Utembi en plénière.

Extraits de son discours en plénière.
Les délégués se sont accordés sur les différents points. Il s’agit de :


  • La présidence de la république sera assurée par Joseph Kabila pendant la période de transition
  • L’assemblée nationale, le sénat et les assemblées provinciales restent en fonction
  • La primature est confiée à l’opposition politique non signataire/Rassemblement
  • La composition du gouvernement central, les différentes composantes se retrouveront la MP, l’Opposition, la société civile
  • Calendrier électoral : Il est demandé de tout mettre en œuvre pour que les élections soient organisées au plus tard fin 2017
  • Séquence des élections : Présidentielle, législatives nationales et provinciales
  • Parmi les sept cas emblématiques, quatre viennent de trouver solution. Les informations devraient venir sous peu
  • 11 cas des prisonniers pourront être présentés à Kabila pour espérer bénéficier d’une grâce présidentielle
  • Un conseil national pour le suivi de l’Accord politique. Il sera institué comme une institution d’appui de la démocratie.

Vous pouvez suivre l’intégralité de ce discours ici."
° https://soundcloud.com/actualitecd/mgr-utembi-la-lumiere-au-bout


"RDC : Selon la CENCO, l’accord a été trouvé, la primature au Rassemblement, la présidentielle en 2017
° https://actualite.cd/2016/12/30/rdc-selon-cenco-laccord-a-ete-trouve-primature-rassemblement-presidentielle-2017/
La signature de l’accord politique est renvoyée à samedi 31 décembre entre 9 et 10 heures.
C’est ce qu’a dit en fin de soirée Monseigneur Utembi, président de la conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) qui se dit heureux de l’aboutissement de ce processus.
Il a confirmé que les parties prenantes sont arrivées à ce fameux accord. Cette nuit, les délégués examinent le texte pour vérifier si les amendements apportés ont été rapportés fidèlement et intégralement.


Cet accord politique prévoit que la présidence de la république soit assurée par l’actuel chef de l’Etat  Joseph Kabila pendant la période de transition.
Le poste de Premier ministre sera confié au Rassemblement de l’Opposition.
Le gouvernement issu de cet accord politique sera composé des toutes les parties prenantes à ces discussions.
Les deux parties se sont également convenues que la  Présidentielle, les législatives nationales et provinciales soient organisées au plus tard à la fin de l’année 2017.
Selon le compte rendu fait par Monseigneur Utembi, ce compromis prévoit galement constitué un  conseil national pour le suivi de l’Accord politique. Il sera institué comme une institution d’appui de la démocratie.
D’après les informations ACTUALITE.CD, le cas de Moise Katumbi, opposant en exil sera traité après la signature de l’accord politique."



"Impasse politique: La CENCO annonce la signature de l’accord de la Saint Sylvestre
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2016/12/30/impasse-politique-cenco-annonce-signature-de-laccord-de-saint-sylvestre.html
Les délégués de l’opposition et de la majorité ont trouvé un compromis autour de points qui bloquaient la signature de l’accord pour la conduite de la transition. La rupture a été évitée et les délégués ont travaillé sur le dernier toilletage du texte.

Le front pour le respect de la constitution a claqué la salle de discussions n’ayant pas obtenu la commande de du comité de suivi de l’accord, une institution d’appui à la démocratie dont la direction a été octroyée à Étienne Tshisekedi par la délégation du Rassemblement. Le MLC et alliés denonce un complot contre la République et refuse d’accompagner ce dernier.
Les points de divergences qui ont été aplanis concernent notamment la •cession de la primature au Rassemblement

•Quant au processus electoral, les différents délégués se sont accordés sur la sequence du calendrier électoral. Il est demandé au gouvernement et aux institutions de l’exécutif a tout mettre en oeuvre pour que les élections soient organisées au plutard fin 2017;
• En ce qui est de la décrispation politique une commission des hauts magistrats a été mise sur pied. Cette commission travaillera sur les dossiers des prisonniers politiques, d’opinions et exilés politiques mais également les médias des leaders d’oppositions qui ont été fermés y compris ;
Enfin, la clôture des assises du centre interdiocésain  est programmée pour ce samedi à 9 heures a annoncé la CENCO."



"Dialogue inclusif: la signature de l’accord renvoyé à samedi
° http://www.radiookapi.net/2016/12/30/actualite/politique/dialogue-inclusif-la-signature-de-laccord-renvoye-samedi
Au dialogue inclusif, la signature de l’accord de paix est renvoyée à samedi 31 décembre, au Centre interdiocésain, à Kinshasa.
Le président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), Monseigneur Marcel Utembi, l'a annoncé.
L’archevêque métropolitain de Kisangani a présenté les grandes lignes de ce document devant les diplomates et les journalistes en la salle des plénière des travaux.


Selon cet accord, la Primature a été confiée au Rassemblement de l’opposition et l’actuel chef de l’Etat de la RDC, Joseph Kabila va rester en fonctions pendant la période pré-électorale et électorale. 
Au nom du Rassemblement, Freddy Matungulu Ilankir, a estimé important que la Primature revienne à sa famille politique. Il a salué le travail de bons offices de la CENCO et l’implication de la communauté internationale qui, selon lui, ont permis l’aboutissement de cet accord.
«Une fois l’accord est signé que nous puissions garder le même engagement dans sa mise en œuvre pour que la période de transition puisse être brève et que la question de légitimité du pouvoir puisse être résolue », a conclu le président du parti de l'opposition Congo na biso (CNB).

Pour sa part, José Makila Sumanda, signataire de l’accord du 18 octobre, se réjouit que les Congolais trouvent de consensus pour amener le pays aux élections.
«L’essentiel pour nous, ce ne sont pas de postes. Ce qui est important est qu’on puisse aller vite aux élections et le peuple va se choisir ses dirigeants », a-t-il souligné.
Ces discussions directes, sous l'égide de la CENCO, avaient débuté le 8 décembre, en vue de désamorcer la crise politique à travers le pays."



"Dialogue politique en RDC: la signature de l'accord reportée à samedi"
° http://www.rfi.fr/afrique/20161230-dialogue-politique-rdc-toujours-pas-accord-majorite-opposition-cenco-signature
Toujours pas d'accord conclu entre la majorité et l'opposition en République démocratique du Congo après quinze jours de discussions sous l'égide de l'Eglise congolaise (Cenco), médiatrice de ces négociations. Le texte devait être présenté vendredi 30 décembre dans l'après-midi, mais dans la soirée, la Cenco a annoncé qu'il n'y aurait pas de signature aujourd'hui. Elle a toutefois donné les grandes lignes du compromis.

Les évêques avaient pourtant fixé l'ultimatum pour les négociations à ce vendredi. « Les délégués poursuivent leurs travaux de finalisation du texte. Le compromis politique ne peut pas être signé aujourd'hui », a pourtant déclaré vendredi soir Marcel Utembi, le président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco), qui mène la médiation politique, [color=#ff0033]à l'issue d'une journée rocambolesque.
A 10h, le Rassemblement de l’opposition est seul face à une salle vide. La Conférence épiscopale avait convoqué une réunion. Le patron de l’Agence nationale des renseignements est chez les évêques. Les opposants se perdent en conjectures, pessimistes quant à la signature d’un accord. Le directeur de cabinet du président et le secrétaire général de la majorité s’engouffrent à leur tour chez les évêques pendant que majorité, opposition et société civile commencent à lire le protocole d’accord.

A 15h, les diplomates arrivent, de même que la chorale, le traiteur. Une véritable cohue, c’était l’heure prévue pour la signature. Ils sont tous renvoyés chez eux. Rendez-vous cette fois à 20h.[/color
Plusieurs leaders du Rassemblement assurent avoir obtenu la primature. C’était l’un des points essentiels de blocage. Finalement, c’est le président de la Conférence épiscopale qui prend la parole devant la communauté diplomatique et quelques acteurs politiques égarés. Il annonce les grandes lignes de l'accord.

Les points clés du compromis

Le président Kabila resterait en fonction jusqu'à fin 2017, sans possibilité de briguer un troisième mandat, ni de changer la Constitution. Officiellement, son deuxième et dernier mandat s'est terminé le 19 décembre dernier.
Pendant cette période de transition, la primature revient au Rassemblement de l'opposition. Pour rappel, depuis l'accord signé en octobre entre la majorité et une fraction de l'opposition, c'est un homme issu des rangs de l'opposition qui a participé à ce premier dialogue, qui dirige le gouvernement d'union nationale. Samy Badibanga a prêté serment le 22 décembre. Mais l'accord, en l'état actuel, hypothèque clairement l'avenir de ce gouvernement.

Un comité de suivi sera chargé de faire le suivi de l'accord et de veiller au respect de ses dispositions.
Les élections présidentielle, législatives et provinciales seront couplées et devraient être organisées, non pas en 2018 comme prévu par l'accord d'octobre, mais d'ici la fin 2017.
[size=14]Quant aux mesures de décrispation, à savoir la libération des prisonniers politiques, ce sera étudié au cas par cas.


RDC son soir 30 dec nshole sur grande
30-12-2016 - Par Sonia Rolley
00:00
 00:00

Plusieurs personnalités annoncent qu'elles ne signeront pas

Mais au même moment, devant le centre interdiocésain, l’autre plateforme politique d’opposition, le Front pour la réforme de la Constitution, par la voix d’Eve Bazaiba, du Mouvement de libération du Congo (MLC), annonce que quoi qu’il arrive, ils ne signeront pas l’accord.
De même, dans la soirée, l'actuel Premier ministre, Samy Badibanga, l’un des vice-Premier ministre, José Makila, et un membre du gouvernement, Jean-Lucien Bussa, ont aussi assuré qu’eux non plus ne signeront pas l’accord
Vendredi soir, en tout cas, la Cenco disait espérer maintenant une signature samedi matin. Et d'ici là, les acteurs politiques devaient travailler pour régler les dernières questions."



"Dialogue de la CENCO, vers la signature de l’accord ? "
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2016/12/30/dialogue-de-cenco-vers-signature-de-laccord.html


"AE Live : Ridiculisés par J. Kabila, les Evêques annoncent la fin du dialogue ce 30 décembre "



"AE Live - Dialogue : Plénière reportée à 20h00, vers la signature d'un Accord partiel?"




" RDC: la CENCO annonce la signature de l’accord à 15h30- Document"
° https://actualite.cd/2016/12/30/rdc-cenco-annonce-signature-de-laccord-a-15h30-document/

"RDC: Ce que Kabila a dit à la CENCO ce jeudi – Exclusif "
° https://actualite.cd/2016/12/30/rdc-kabila-a-dit-a-cenco-jeudi-exclusif/

"Dialogue inclusif: la CENCO annonce la clôture des travaux même sans l’accord"
° http://www.radiookapi.net/2016/12/30/actualite/politique/dialogue-inclusif-la-cenco-annonce-la-cloture-des-travaux-meme-sans

"Dialogue inclusif: la majorité soutient la suspension des travaux jusqu’au mois de janvier 2017 "
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2016/12/30/dialogue-inclusif-majorite-soutient-suspension-travaux-jusquau-mois-de-janvier-2017.html

"Une association des femmes a investi le siège de la CENCO et oblige la signature de l’accord "
° https://actualite.cd/2016/12/30/association-femmes-a-investi-siege-de-cenco-oblige-signature-de-laccord/
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2016/12/30/dialogue-de-cenco-femmes-exige-prise-otage-dialogistes-jusqua-signature-de-laccord.html

"RDC: Les tweets du Rassemblement qui prédisent l’échec des discussions directes "
° https://actualite.cd/2016/12/30/rdc-tweets-rassemblement-predisent-lechec-discussions-directes/

"RDC : Dispositif de sécurité renforcé dans des grandes villes, annonce la Police "
° https://actualite.cd/2016/12/30/rdc-dispositif-de-securite-renforce-grandes-villes-annonce-police/

"Conseil des ministres : Kabila a donné quatre orientations au gouvernement Badibanga "
° https://actualite.cd/2016/12/30/conseil-ministres-kabila-a-donne-quatre-orientations-gouvernement-badibanga/

"En RDC, dernières heures de négociations pour une sortie de crise"
°  http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/12/29/en-rdc-dernieres-heures-de-negociations-pour-un-accord-de-sortie-de-crise_5055449_3212.html

"NEGOCIATIONS DIRECTES
LA CENCO MET FIN AUX BONS OFFICES CE VENDREDI"

° http://forumdesas.org/spip.php?article9917

"Négociations directes. Centre Interdiocésain : l’Accord attendu aujourd’hui !"
° http://www.laprosperiteonline.net/affi_article.php?id=12228&rubrique=POLITIQUE

"Avant la signature de l’accord: Ultime face-à-face J. Kabila-CENCO "
° http://groupelavenir.org/avant-la-signature-de-laccord-ultime-face-a-face-j-kabila-cenco/

"Bout du tunnel !"
° http://www.laprosperiteonline.net/affi_article.php?id=12221

"RDC : 28 membres pour composer le « Conseil national de suivi du Compromis (CNSC) » – Projet d’accord "
° https://actualite.cd/2016/12/30/rdc-28-membres-composer-conseil-national-de-suivi-compromis-cnsc-projet-daccord/

" RDC : Finalement, la CENCO annonce une autre plénière à 20H"
° https://actualite.cd/2016/12/30/rdc-finalement-cenco-annonce-pleniere-a-20h/


"Analyse du 29 décembre 2016 "



"TOKOMI WAPI? BA KINOIS BA LELI FRANK DIONGO PE BA BETI MOKIA? "





L’épopée bien à rebondissements d’un « accord  » pas encore signé à cette heure mais qui le sera sans doute demain !?!

Selon les nouvelles en direct de Léo, il semble qu’après avoir eu l’outrecuidance d’éconduire les prélats catholiques hier soir, ‘JK’ a vu chauffer son téléphone et ses réseaux toute la nuit, le prévenant des gros risques pour le pays et même des foudres qui ne manqueraient de tomber sur sa personne…  Laughing  Laughing  Laughing
Du coup sa nuit lui a porté conseil et l’a décidé d’envoyer aux premières heures ce matin son sbire en chef, sieur K Mutond, chez les évêques de la Cenco pour essayer d’adoucir les angles !

Les discussions ont alors repris de plus belle entre les parties, les unes et les autres déterminées à en finir à leurs avantages et sont passées d’un projet d’accord partiel puis différé dans son application jusqu’à un accord quasi global sauf sur quelques points mineurs !
Ce soir et cette nuit les délégués finiront de vérifier phrase par phrase la fidélité et la concordance à leurs conclusions des textes pour être signés sans autre discussion demain dans la matinée !
Les prélats de la Cenco n’entendent pas prolonger d’un jour de plus les discussions, d’ailleurs ils rentrent tous demain dans leurs paroisses !

Vous avez peut-être entendu le dicours de clôture de Mgr Utembi, Président de la Cenco : que pensez-vous d’ores et déjà de cet accord ; dans tous les cas signé, nous en aurons très vite le texte dans la presse ?
Le peuple Congolais certes n'a pas encore gagné la guerre, à peine une bataille si le compromis est signé demain sans autres couacs, ce que 'JK' et son camp, fourbes, ne sont pas hommes sur qui reposer tous ses espoirs mais il est possible de continuer la lutte pour les pousser à accepter enfin des options politiques bénéfiques au pays !
Lutta continua !!!  cyclops  cyclops  cyclops




Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUE PENSEZ-VOUS A CE STADE, NOUS RESERVE L’APRES 19 DECEMBRE 2016 ???

Message  zobattants le 12/4/2017, 9:48 pm

ndonzwau a écrit:QUE PENSEZ-VOUS A CE STADE, NOUS RESERVE L’APRES 19 DECEMBRE 2016 ???

Plus personne d’entre Congolais de dedans et de dehors et parmi tous les amis et ennemis de notre pays n’ignore que le 19 décembre 2016 à minuit sonne l’heure du terme constitutionnel du dernier mandat de notre « petit raïs » mais aussi que cette fin de mandat risque fort de le voir toujours à la tête du pays contrairement à la stricte lecture de notre Constitution !
C’est l’objet des préoccupations et craintes de toutes parts : le pays se trouve devant un « fait accompli », l’absence d’élections pour réaliser l’alternance politique, potentiellement lourd de gros risques pour le pays !
Que faire pour résoudre cette impasse ?


On s’en doute, l’organisation d’élections est une opération techniquement, logistiquement et financièrement complexe et coûteuse dans un vaste pays sans grandes infrastructures et aux moyens toujours minimisés mais non hors de portée pour un gouvernement efficient d’autant qu’il avait 5 ans depuis les dernières élections disputées pour la préparer…
La principale cause de ce retard est ainsi attestée de nous tous : le pouvoir en place a à dessein gelé la fin de son mandat en boycottant la préparation du scrutin qui devrait nous y conduire ! Et bien davantage il s’est fabriqué un sas de sortie en initiant hors des structures institutionnelles démocratiques existantes un « dialogue de son cru » d’où un « accord politique voulu consensuel » était censé en même temps solder son impunité que « légaliser, légitimer et sécuriser » le « glissement » càd son maintien au pouvoir au-delà du cadre constitutionnel…
Où en sommes-nous aujourd’hui ?

Des résolutions sont sorties d’un « dialogue bâtard », « non-inclusif », insuffisamment représentatif des forces politiques et sociales du pays et s’accordant un « mandat national » douteux alors que le pays dispose d’institutions légales pour répondre du pays ! Elles ont décrété un « prolongement » exceptionnel du mandat en cours et des élections 17 mois au-delà des dates constitutionnelles en avril 2018 tandis que le PR sortant reste à la tête du pays !
Quid sinon du « respect strict de la Constitution de son esprit » si à travers celles-ci aucune garantie n’est accordée au « refus d’un troisième mandat et du tripatouillage de la Constitution notamment par un référendum » ?

Ces résolutions posent aussi la question de leur opposabilité légale à tout le pays et à tous les Congolais »
vu la « dimension plutôt informelle » de ce forum et vu la « non-reconnaissance de ce dialogue par une frange politique et populaire importante » mais ce n’est pas pour autant qu’on ne puisse « leur reconnaître quelques avancées dans la résolution de la crise en cours » mais le plus important, selon moi, c’est que dans notre contexte coutumier de « faits accomplis imposés » et d’une « gouvernance par défi » elles finiront par passer comme avant en application dans le pays…
Alors tout est-il aplani pour autant à éviter d’autres convulsions violentes comme mi-janvier 2015 et les 19 et 20 septembre courants ou plus substantiellement cet accord suffira-t-il à éteindre la crise qui s’annonçait plus tragique ?

Le pouvoir et sa clientèle comme la « communauté régionale » autour de la CIRGL et la SADC
y croient (on vient d’en lire la confirmation au sommet de Luanda) mais une opposition politique et populaire y croit nettement moins et prévoit sa résistance ; qu’en est-il exactement dans ce dernier   cas ?
Le « Rassemblement », plateforme de l’ «opposition radicale » autour du vieil opposant historique Tshisekedi non seulement récuse le dialogue et ses résolutions revendiquant même un « autre dialogue plus inclusif » qui ferait échanger la Majorité et « son » opposition réunies à la Cité de l’OUA d’avec leur camp mais aussi planche pour « régime spécial sans « JK » » pour l’après 19 décembre…
Au passage, selon moi, c’est un « faux-problème » que de discuter de la constitutionnalité d’un tel dispositif : à ce stade rien n’est plus strictement constitutionnel, le maintien de « JK » pour raisons de « continuité de l’Etat » ne l’est pas davantage car nous nous trouvons en fait devant une situation inédite pas exactement prévue dans la Constitution qui nécessite une solution aussi exceptionnelle, l’interprétation mécanique de la Constitution n’y suffira pas…

A cette même aune je suis aussi étonné par des incantations quasi-religieuses, des prophéties auto-réalisatrices souvent autour des sympathisants du « Rassemblement » qui nous prédisent le départ effectif de « JK » le lendemain du 19 décembre sans trouver des arguments nets à leur pronostic… A quoi riment-elles exactement ? Je suppose que beaucoup y font confiance à « la rue » d’être capable d’entrainer une contestation qui essaime décisivement dans tout le pays mais personnellement je donne à ce stade ma langue au chat car malgré les « mobilisations spontanées et massives de janvier 2015 et de septembre 2016 », je ne vois pas les indicateurs évidents des prochaines manifestations plus énergiques surtout après ce « dialogue » qui pour moi a sapé les bases d’une contestation plus populaire…

L’opposition politique intransigeante comme on le voit reste à sa mesure à l’attaque : après avoir initié les « manifestations qui ont dégénéré les 19 et 20 septembre », elle est passée à une « ville morte  le 19 octobre » et prévoit un « meeting le 05 octobre prochain » ; jusqu’où ira-t-elle,  que réussira-t-elle davantage dans le futur et surtout le 19 décembre et au-delà ?
En même temps que ces dernières proclamations « optimistes », on lit dans le chef de la CI occidentale une injonction répétée au départ de « JK » sinon à un scrutin devant se tenir au plus tard fin 2017 contrairement aux résolutions du fameux dialogue et de la position de la CIRGL et de la SADC et même de l’UA ?
A noter qu’au Congo même l’Eglise catholique est aussi sur la ligne de la CI occidentale : un autre forum plus inclusif, des élections avant fin 2017…
Qui a ou va se donner les moyens de matérialiser sur le terrain ses desirata ? Je me pose là aussi la question…

Bref divers scénarii nous attendent !
Le plus probable, selon moi, est l’application des résolutions du dialogue…
Il n’en reste pas pour autant moins évident qu’une résistance plus active, politique et populaire, à celles-ci vienne bousculer le plan établi par le pouvoir et ses « opposants alliés…
Il y’a aussi à côté du syndicat des pouvoirs autocrates de la région et même du continent qui appuie sans réserve « JK », une CI occidentale plus rétive à le laisser faire…

Qu’en sortira-t-il ; que pensez-vous nous réserve le futur aujourd’hui immédiat ?
Je sais, nos digressions ici ne changeront rien à la réalité mais peut-être peuvent-elles éclairer tel ou tel décideur surtout dans l’opposition mais aussi peuvent-elles contenir des propositions concrètes qui servent à notre résistance…
A vos avis !



Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

La reponse a votre question:
Kabila, pragmatique et un president constant dans ces idees de reunir le pays et exposer les faux opposants
Bruno Tshibala, nouveau premier ministre
La rupture de relation entre Fatshi et Samy Badiganga son cousin
Exclusion de Mubake
La fuite de Felix alias fatshi( he is fat anyway)
la retraite de libreExamen
Diomi toujours en prison
Lumbala revenu au congo avec la benediction de Tshilombo alias fatshi( he is fat anyway)
Katumbi toujours en exil et bientot bankrupt
vous en voulez plus???

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUE PENSEZ-VOUS A CE STADE, NOUS RESERVE L’APRES 19 DECEMBRE 2016 ???

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum