Samy Badibanga 1er Ministre

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Samy Badibanga 1er Ministre

Message  ndonzwau le 20/11/2016, 4:11 am

"La nomination de Samy Badibanga «viole la constitution de la RDC», selon Jacques Djoli"
° http://www.radiookapi.net/2016/11/19/actualite/politique/la-nomination-de-samy-badibanga-viole-la-constitution-de-la-rdc-selon

"Jean-Lucien Bussa et Willy Mishiki saluent la nomination du nouveau Premier ministre"
° http://www.radiookapi.net/2016/11/19/actualite/politique/jean-lucien-bussa-et-willy-mishiki-saluent-la-nomination-du-nouveau

"Au Congo-Kinshasa, la nomination d’un nouveau premier ministre n’apaise pas les tensions
Samy Badibanga est critiqué par les principaux partis d’opposition"

° http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/11/19/au-congo-kinshasa-la-nomination-d-un-nouveau-premier-ministre-n-apaise-pas-les-tensions_5034066_3212.html

"RDC: tractations pour la formation du gouvernement Badibanga"
° http://www.radiookapi.net/2016/11/18/actualite/politique/rdc-tractations-pour-la-formation-du-gouvernement-badibanga

"Justin Bitakwira : « Le prochain gouvernement doit respecter l’accord signé à la cité de l’UA »"
° https://actualite.cd/2016/11/19/justin-bitakwira-prochain-gouvernement-respecter-laccord-signe-a-cite-de-lua/

"Lumeya-Dhu-Malegi : « La nomination de Badibanga peut-être une source de conflit au sein du Rassemblement"
° https://actualite.cd/2016/11/19/lumeya-malegi-nomination-de-badibanga-etre-source-de-conflit-sein-rassemblement/

"Julien Paluku à Samy Badibanga: La population du Nord-Kivu attend le rétablissement de la paix à Beni"
° https://actualite.cd/2016/11/18/julien-paluku-a-samy-badibanga-population-nord-kivu-attend-retablissement-de-paix-a-beni/



Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: Samy Badibanga 1er Ministre

Message  Arafat le 21/11/2016, 3:32 pm

ndonzwau a écrit:
"Julien Paluku à Samy Badibanga: La population du Nord-Kivu attend le rétablissement de la paix à Beni"
Il est déjà écartelé le nouveau premier ministre au risque de dévier de la trajectoire fixée par le président de la république.


Revenir en haut Aller en bas

Re: Samy Badibanga 1er Ministre

Message  Hiro-Hito le 21/11/2016, 9:03 pm

La nationalite Belge de S. Badibanga pose problem

_________________
Cooperation only lasts as long as the status quo is unchanged (National Treasure)

I demand respect, if I can't get it, I'll take it

et que celui qui n'a pas d'épée vende son vêtement et achète une épée. Luc 22:36

Hiro-Hito
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Samy Badibanga 1er Ministre

Message  Hiro-Hito le 21/11/2016, 9:07 pm

Ndeko Arafat, etes vous en train de nous dire que Kamerhe ne recherchait pas la primature selon l'accord du camp tshatshi?

Arafat a écrit:
Hiro-Hito a écrit: Dans l'entre tps, la deception continue du cote de l'UNC, après une reunion urgente aujourd'hui, ils ne savent plus sur ql pieds danser

Gouvernement de cohésion: l’UNC s’interroge sur sa participation, l’option sera levée demain

https://actualite.cd/2016/11/17/gouvernement-de-cohesion-lunc-sinterroge-participation-loption-sera-levee-demain/
Kamerhe a toujours dit que seule la présidence l´intéressait, vous l´avez tous accusé de traître pour avoir accepter d´aller au dialogue et ce, en échange de la primature, et voilà que les circonstances démontrent le contraire. Kamerhe soigne son image d´homme de paix, cela lui servira pour sa campagne présidentielle, il ne fera certainement pas partie de ce gouvernement bien que certains analystes disent qu´on le verra bien comme vice-premier ministre & ministre de l´intérieur mais je ne crois pas à cette hypothèse, il avait déjà annoncé la couleur au début du dialogue, je ne suis pas venu ici pour mon intérêt personnel mais plutôt pour l´intérêt du peuple congolais. Je le verrai plutôt au comité de suivie mais par contre, je pense que l´UNC va participer au gouvernement de cohésion vu le travail abattu par son président lors du dialogue. Je verrai bien le porte-parole de l´UNC, le deputé provincial kinois Jolino Makelele qui a été omniprésent aux côtés de Kamerhe pendant le dialogue occupé un poste dans ce gouvernement. Mes pronostics pour les ministres Jean-Lucien Busa qu´on qualifie comme un expert en matière budgetaire occupera aussi un poste intéressant, il sera sûrement vice-premier ministre avec un super ministère regroupant l´économie, les finances et le budget. She Okitundu, vice-premier ministre et ministre des affaires étrangères (poste desiré aussi par Alexis Mwamba).

_________________
Cooperation only lasts as long as the status quo is unchanged (National Treasure)

I demand respect, if I can't get it, I'll take it

et que celui qui n'a pas d'épée vende son vêtement et achète une épée. Luc 22:36

Hiro-Hito
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Samy Badibanga 1er Ministre

Message  ndonzwau le 22/11/2016, 1:15 am

Hiro-Hito a écrit: Ndeko Arafat, etes vous en train de nous dire que Kamerhe ne recherchait pas la primature selon l'accord du camp tshatshi?

Arafat a écrit:
Hiro-Hito a écrit: Dans l'entre tps, la deception continue du cote de l'UNC, après une reunion urgente aujourd'hui, ils ne savent plus sur ql pieds danser

Gouvernement de cohésion: l’UNC s’interroge sur sa participation, l’option sera levée demain

https://actualite.cd/2016/11/17/gouvernement-de-cohesion-lunc-sinterroge-participation-loption-sera-levee-demain/
Kamerhe a toujours dit que seule la présidence l´intéressait, vous l´avez tous accusé de traître pour avoir accepter d´aller au dialogue et ce, en échange de la primature, et voilà que les circonstances démontrent le contraire. Kamerhe soigne son image d´homme de paix, cela lui servira pour sa campagne présidentielle, il ne fera certainement pas partie de ce gouvernement bien que certains analystes disent qu´on le verra bien comme vice-premier ministre & ministre de l´intérieur mais je ne crois pas à cette hypothèse, il avait déjà annoncé la couleur au début du dialogue, je ne suis pas venu ici pour mon intérêt personnel mais plutôt pour l´intérêt du peuple congolais. Je le verrai plutôt au comité de suivie mais par contre, je pense que l´UNC va participer au gouvernement de cohésion vu le travail abattu par son président lors du dialogue. Je verrai bien le porte-parole de l´UNC, le deputé provincial kinois Jolino Makelele qui a été omniprésent aux côtés de Kamerhe pendant le dialogue occupé un poste dans ce gouvernement. Mes pronostics pour les ministres Jean-Lucien Busa qu´on qualifie comme un expert en matière budgetaire occupera aussi un poste intéressant, il sera sûrement vice-premier ministre avec un super ministère regroupant l´économie, les finances et le budget. She Okitundu, vice-premier ministre et ministre des affaires étrangères (poste desiré aussi par Alexis Mwamba).

ndonzwau a écrit:Une conclusion d’étape ?!?

Selon moi, trois facteurs et/ou évènements récents ont scellé l’avenir immédiat et à moyen terme du pays, hélas largement en faveur de l’autocratie en place…

Plus inquiétant, les opposants les plus crédibles autour du Rassemblement ne semblent pas en avoir pris suffisamment la mesure, leurs décisions et actions restent les mêmes alors qu’on ne leur voit pas de résultats exploitables à leur profit…

1° C’est d’abord le dialogue dans son occurrence actuelle, rendu possible et validé par la participation/trahison de Kamerhe étiqueté pourtant jusque-là de l’opposition ; il traduit ainsi le (demi-)échec de Genval, l’union indispensable de l’opposition n’a pas été au rdv mais en même-temps n’en est pas moins le fruit de son vice originel : construit autour d’un noyau partisan, le duo Tshisekedi/Katumbi, il téléphonait les dissensions à venir…
Passons, mais l’essentiel à en dire ici est que quels que soient les qualités, défauts et destin de ses résolutions, ce dialogue a porté un coup sérieux au projet indispensable de changement défendu par le « Rassemblement » combien capital pour le pays…

2° La nomination de Badibanga comme PM sorti du dialogue
qui attribue ce poste à l’opposition mais pourtant le nommé est en en fait « un transfuge » plutôt qu’un membre toujours validement encarté à l’Udps va d’abord servir ici l’agenda de « JK » qui l’a propulsé à ce poste…
Autrement dit : Badibanga sera bel et bien utilisé et manipulé pour un projet pas toujours compatible à celui de l’opposition d’où il est censé sortir, y causant au besoin confusion et division ; quoi qu’il veuille et quoi qu’il fasse, son difficile travail échappera non seulement aux vœux de l’opposition mais aussi ne résoudra pas la crise que le pouvoir a infligé au pays ; voilà pourquoi un Badibanga PM risque d’être plus nuisible qu’un Kamerhe à sa place…

3° Le double échec des tentatives de manifestations de l’opposition, les meetings avortés du 05 et 19 novembre
pèsera lourd pour la suite : il en est presque fini d’un 19 décembre et après qui bousculent l’arbitraire du pouvoir…

Alors s’impose au « Rassemblement » et à ceux qui le suivent un double impératif, celui de prendre la mesure de cet enchaînement funeste de coups durs qui leur ont été ainsi portés et d’en attester un échec regrettable qui risque de se prolonger s’ils ne réagissent pas ciblé et donc celui d’adapter sans tarder leur stratégie et leurs actions pour tenter à leur tour de porter l’estocade au pouvoir qui les défait…
Il est fort curieux et bien regrettable qu’on entende d’eux qu’une satisfaction pour le coup impuissante de semer la peur dans le camp du pouvoir… Mais que vaut celle-ci s’ils ne peuvent la capitaliser en manifestant enfin de façon décisive à déstabiliser le pouvoir ?

Bref, s'ils ne se reprennent pas en mains, cette transition qui s'annonce et sa suite bien après et longtemps leur seront fatales comme à tout le pays…
En effet que personne ne se méprenne, n’en déplaise certains « idéologues » autour du « Rassemblement » davantage rivés en la foi en leurs bons sentiments qu’ils vouent à une victoire certaine sans s’en donner les outils concrets, encore une fois « JK » a joué et bien joué et gagné à ce stade : « échec et mat » résolu ?
Le « combat pour le changement » n’a de chances de triompher que si Badibanga, le nouveau PM se montre capable d’indépendance, de lucidité et de courage pour agir au nom de « l’intérêt supérieur de la Nation » plutôt que de l’agenda de « JK » qui l’a nommé à ce poste ?
En est-il effectivement capable, en a-t-il la conviction et les moyens ? Bénéficiera-t-il de l’aide de l’opposition dans sa lourde tâche ou la recherchera-t-il ?
Ce sont les réponses à ces interrogations essentielles qu’on verra très vite à travers la composition de son gouvernement et ses premières mesures qui nous éclaireront sur la suite…

A bon entendeur…


Compatriotiquement!


Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #


Dernière édition par ndonzwau le 22/11/2016, 4:17 pm, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: Samy Badibanga 1er Ministre

Message  ndonzwau le 22/11/2016, 3:41 am

"TOKOMI WAPI? PONA NINI BA TIE SAMY BADIBANGA 1er MINISTRE? "



"MPBTV Actualité19.11.2016:Polémique sur Samy Badibanga-Roger Lumbala à BXL "



"Nomination de Badibanga : Une arnaque politique pour la presse internationale "



"TOKOMI WAPI? HON FRANK DIONGO ABALUKELI SAMY BADIBANGA? "



"Le calcul Badibanga voué à l'échec selon un membre du Rassemblement "



"Actu Expliquée : A peine nommé, S. Badibanga éclaboussé et fragilisé par sa nationalité belge "



"Actu Expliquée : La nomination S. Badibanga annulée pour faux et usage de faux?"





Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: Samy Badibanga 1er Ministre

Message  Arafat le 22/11/2016, 9:50 am

Hiro-Hito a écrit: Ndeko Arafat, etes vous en train de nous dire que Kamerhe ne recherchait pas la primature selon l'accord du camp tshatshi?
Emporio, tout cela reste dans le domaine des spéculations, on ne connaîtra jamais la verité. Selon plusieurs analystes, Kamerhe n´avait pas le profil pour occuper la primature pour 3 raisons :1) L´équilibre géopolitique, le premier ministre devrait être du centre ou de l´ouest pour deswahiliser le pays selon le terme employé. 2) La forte personnalité de Kamerhe aurait pu faire ombrage au chef de l´état, nul ne souhaitait qu´un conflit puisse éclater entre le premier ministre et le président de la république en cette période sensible.3) Il reste encore des sequelles suite à la manière dont Kamerhe avait été evincé du perchoir, les proches de Kabila ne l´ont jamais pardonné d´avoir tenu tête au chef etc........

Revenir en haut Aller en bas

Re: Samy Badibanga 1er Ministre

Message  ndonzwau le 22/11/2016, 5:07 pm

Arafat a écrit:
Hiro-Hito a écrit: Ndeko Arafat, etes vous en train de nous dire que Kamerhe ne recherchait pas la primature selon l'accord du camp tshatshi?
Emporio, tout cela reste dans le domaine des spéculations, on ne connaîtra jamais la verité. Selon plusieurs analystes, Kamerhe n´avait pas le profil pour occuper la primature pour 3 raisons :1) L´équilibre géopolitique, le premier ministre devrait être du centre ou de l´ouest pour deswahiliser le pays selon le terme employé. 2) La forte personnalité de Kamerhe aurait pu faire ombrage au chef de l´état, nul ne souhaitait qu´un conflit puisse éclater entre le premier ministre et le président de la république en cette période sensible.3) Il reste encore des sequelles suite à la manière dont Kamerhe avait été evincé du perchoir, les proches de Kabila ne l´ont jamais pardonné d´avoir tenu tête au chef etc........

Justement AA, même les « raisons objectives » bien à propos que vous citez sont une explication au rejet de la candidature de Kamerhe par « JK » mais non la « vérité » de ses intentions lorsqu’il est entré dans ce dialogue... N’empêche, croyez-vous vraiment qu’un ambitieux comme lui s’y serait aventuré s’il n’en attendait pas une gratification ? Quel salaire à sa mesure sinon le poste de PM ? (A moins que ce soit une « récompense sonnante et trébuchante bien juteuse » pour sa bourse, qui semble-t-il, criait disette ?)
Dans tous les cas, vous n’êtes pas sans avoir noté sa première réaction qui reflétait sa déception : alors qu’il faisait partie d’un groupe qu’il a d’ailleurs piloté en tant que Co-Modérateur, il est allé jusqu’à se demander si son parti devait participer au Gouvernement… Une interrogation bien révélatrice pour un parti et son leader qui ont pris le risque de rendre possible ce dialogue et de le crédibiliser : à quoi rimait une non-participation de leur part alors qu’ils ont animé ce forum qui disons-le sans Kamerhe n’aurait rien valu ?

Bref, sans non plus prétendre entrer dans sa « vérité intime », il n’est pas usurpé d’en conclure que Kamerhe visait bien le poste de PM même si devant l’évidence des faits, sa non-nomination à ce poste, il retombera sur ses pattes en briguant par exemple la « présidence du comité de suivi »…

Quant aux « raisons objectives » retenues par « JK » pour ne pas le choisir, merci d’y ajouter que ce dernier voulant davantage légitimer « son » dialogue se faisait un devoir de conquérir du côté de Tshisekedi et qu’en cette matière Kamerhe ne représentait pas le meilleur butin ! Le choix de Badibanga plutôt que Kamerhe a été ainsi hautement tactique de la part de notre "petit raïs", n'en doutez guère !
Ceci explique d’ailleurs les tractations et coulisses qui ont fait trainer la décision et orienter son choix vers quelqu’un qui représente quelque part une victoire sur Tshisekedi… (A propos referez-vous aux rumeurs que moi je trouve fondées qui ont réintroduit Tshibala dans la course et vous comprendrez mieux…)


Compatriotiquement!





# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: Samy Badibanga 1er Ministre

Message  Arafat le 22/11/2016, 5:35 pm

ndonzwau a écrit:

Quant aux « raisons objectives » retenues par « JK » pour ne pas le choisir, merci d’y ajouter que ce dernier voulant davantage légitimer « son » dialogue se faisait un devoir de conquérir du côté de Tshisekedi et qu’en cette matière Kamerhe ne représentait pas le meilleur butin !
Ceci explique d’ailleurs les tractations et coulisses qui ont fait trainer la décision et orienter son choix vers quelqu’un qui représente quelque part une victoire sur Tshisekedi… (A propos referez-vous aux rumeurs que moi je trouve fondées qui ont réintroduit Tshibala dans la course et vous comprendrez mieux…)
[/b]
[b]
Je n´ai jamais crû en cette histoire farfelue de Tshibala, comment aurait-ce été possible dans la mesure où les accords précisent que le premier ministre doit être issu de l´opposition signataire de ces accords et à ce que je sache, Tshibala n´en faisait pas parti mais toujours est-il que je soutiens la réflexion selon laquelle Sammy aurait été choisi dans le but de lancer un clin d´oeil au clan Tshisekedi.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Samy Badibanga 1er Ministre

Message  ndonzwau le 22/11/2016, 6:22 pm

Arafat a écrit:
ndonzwau a écrit:

Quant aux « raisons objectives » retenues par « JK » pour ne pas le choisir, merci d’y ajouter que ce dernier voulant davantage légitimer « son » dialogue se faisait un devoir de conquérir du côté de Tshisekedi et qu’en cette matière Kamerhe ne représentait pas le meilleur butin ! Le choix de Badibanga plutôt que Kamerhe a été ainsi hautement tactique de la part de notre "petit raïs", n'en doutez guère !
Ceci explique d’ailleurs les tractations et coulisses qui ont fait trainer la décision et orienter son choix vers quelqu’un qui représente quelque part une victoire sur Tshisekedi… (A propos referez-vous aux rumeurs que moi je trouve fondées qui ont réintroduit Tshibala dans la course et vous comprendrez mieux…)

Je n´ai jamais crû en cette histoire farfelue de Tshibala, comment aurait-ce été possible dans la mesure où les accords précisent que le premier ministre doit être issu de l´opposition signataire de ces accords et à ce que je sache, Tshibala n´en faisait pas parti mais toujours est-il que je soutiens la réflexion selon laquelle Sammy aurait été choisi dans le but de lancer un clin d´oeil au clan Tshisekedi.

Libre à vous, AA, de vous satisfaire de vos évidences, moi contrairement à vous, je crois en cette histoire de Tshibala d’autant plus que cette démarche entre dans la ligne de « JK » telle que je vous l’ai brossée et même démontrée !

Quant à la condition de faire partie de ceux qui ont participé au dialogue pour être nommé PM,
vous oubliez sans doute exprès que dans tous les sermons et textes en rapport avec ce dialogue, le pouvoir ne cesse de nous bassiner que sa signature reste ouverte à ceux qui jusque-là n’y avaient pas pris part… Autrement dit, toujours accessible au « Rassemblement », la cible principale !
Vous oubliez aussi que Badibanga (et même Kamerhe) ont d’abord été des conquêtes de « JK »
et vous ne savez pas les deals secrets éventuels conclus avant leur débauchage… Croyez-vous à ce point naïfs, Kamerhe, Badibanga, Busa… y être entrés sans garanties de récompense ?

Tshibala  y serait de même entré soit comme « appât »  pour y amener Tshisekedi et son « Rassemblement » (d’ailleurs n’oubliez pas que même Félix Tshisekedi était dans la ligne de mire) soit comme « débauché » pour affaiblir son camp et du moment où il l’acceptait, disais-je, il faisait de suite partie du(es) dernier(s) signataire(s) ; donc c’est un faux-problème que de convoquer cette condition… Tout était bien calculé par les stratèges du pouvoir, ne les sous-estimez surtout pas !
(Etes-vous au courant des raisons exactes et conditions de l'arrestation de Tshibala que curieusement l'Udps ne semble pas défendre à la hauteur de son implication dans le parti ? Méfiez-vous !)

Et d'ailleurs la Cenco n'a pas non plus renoncé à sa médiation qui réintroduirait le Rassemblement dans un dialogue alors plus inclusif, la CI occidentale de même, jusqu'à aujourd'hui mettre en garde celui-ci contre des propos "incendiaires... (Kabund laissé quasi seul à la défense acharnée et parfois désespérée de son parti, FT est aux abonnés absents, ne s'y retrouve-t-il pas quelque peu exposé ? Qui vivra verra !)
Voilà mon avis !


Compatriotiquement!




# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: Samy Badibanga 1er Ministre

Message  ndonzwau le 22/11/2016, 10:36 pm

ndonzwau a écrit:
Arafat a écrit:
ndonzwau a écrit:
Quant aux « raisons objectives » retenues par « JK » pour ne pas le choisir, merci d’y ajouter que ce dernier voulant davantage légitimer « son » dialogue se faisait un devoir de conquérir du côté de Tshisekedi et qu’en cette matière Kamerhe ne représentait pas le meilleur butin ! Le choix de Badibanga plutôt que Kamerhe a été ainsi hautement tactique de la part de notre "petit raïs", n'en doutez guère !
Ceci explique d’ailleurs les tractations et coulisses qui ont fait trainer la décision et orienter son choix vers quelqu’un qui représente quelque part une victoire sur Tshisekedi… (A propos referez-vous aux rumeurs que moi je trouve fondées qui ont réintroduit Tshibala dans la course et vous comprendrez mieux…)

Je n´ai jamais crû en cette histoire farfelue de Tshibala, comment aurait-ce été possible dans la mesure où les accords précisent que le premier ministre doit être issu de l´opposition signataire de ces accords et à ce que je sache, Tshibala n´en faisait pas parti mais toujours est-il que je soutiens la réflexion selon laquelle Sammy aurait été choisi dans le but de lancer un clin d´oeil au clan Tshisekedi.

Libre à vous, AA, de vous satisfaire de vos évidences, moi contrairement à vous, je crois en cette histoire de Tshibala d’autant plus que cette démarche entre dans la ligne de « JK » telle que je vous l’ai brossée et même démontrée !

Quant à la condition de faire partie de ceux qui ont participé au dialogue pour être nommé PM,
vous oubliez sans doute exprès que dans tous les sermons et textes en rapport avec ce dialogue, le pouvoir ne cesse de nous bassiner que sa signature reste ouverte à ceux qui jusque-là n’y avaient pas pris part… Autrement dit, toujours accessible au « Rassemblement », la cible principale !
Vous oubliez aussi que Badibanga (et même Kamerhe) ont d’abord été des conquêtes de « JK »
et vous ne savez pas les deals secrets éventuels conclus avant leur débauchage… Croyez-vous à ce point naïfs, Kamerhe, Badibanga, Busa… y être entrés sans garanties de récompense ?

Tshibala  y serait de même entré soit comme « appât »  pour y amener Tshisekedi et son « Rassemblement » (d’ailleurs n’oubliez pas que même Félix Tshisekedi était dans la ligne de mire) soit comme « débauché » pour affaiblir son camp et du moment où il l’acceptait, disais-je, il faisait de suite partie du(es) dernier(s) signataire(s) ; donc c’est un faux-problème que de convoquer cette condition… Tout était bien calculé par les stratèges du pouvoir, ne les sous-estimez surtout pas !
(Etes-vous au courant des raisons exactes et conditions de l'arrestation de Tshibala que curieusement l'Udps ne semble pas défendre à la hauteur de son implication dans le parti ? Méfiez-vous !)

Et d'ailleurs la Cenco n'a pas non plus renoncé à sa médiation qui réintroduirait le Rassemblement dans un dialogue alors plus inclusif, la CI occidentale de même, jusqu'à aujourd'hui mettre en garde celui-ci contre des propos "incendiaires... (Kabund laissé quasi seul à la défense acharnée et parfois désespérée de son parti, FT est aux abonnés absents, ne s'y retrouve-t-il pas quelque peu exposé ? Qui vivra verra !)
Voilà mon avis !


Compatriotiquement!

PS

AA,

Depuis le début, je suis ainsi préoccupé sinon obnubilé par les dessous autour du dialogue et aujourd’hui autour de la nomination de Badibanga, ce que pour moi sans eux on ne peut non seulement savoir où nous en sommes exactement et où nous allons mais aussi où il faudrait que nous allions pour garantir à ce pays plus de chances pour son avenir…
C’est quelque part ce que je tente de débusquer avec mes propos depuis, même ci-dessus, vous seriez donc mieux avisé d’être conséquent : approuver les agendas et actes du pouvoir ne peut pas aller tout à fait sans lui reconnaître un « génie maléfique mais d’abord génial tenu par des stratèges efficaces »…

Bref, le bruit de ces coulisses se murmure ici et là et bien sûr, personne ne viendra officiellement dissiper ses ombres mais se devinent et s’éclairent au fil d’indiscrétions et de faits successifs eux-mêmes : il semble bien que ni Tshisekedi et son entourage à l’Udps ni le pouvoir à la manœuvre ne sont peut-être pas tous blancs comme neige ou ne dialoguent pas en secret comme ils nous chantent (lire aussi ci-dessous les propos de Okitundu)  (et qu’au sein du « Rassemblement » on n’est peut-être pas si solidaire qu’on veut le faire croire)…

Tenez, lisez ci-dessous ce billet des révélations de « Cité Africaine » : que celles-ci ne soient pas entièrement authentiques s’entend, d’autant que se profile sans discussion entre les lignes le parti-pris anti-opposition de l’auteur, mais pour le coup l’adage, « pas de fumée sans feu », serait-il complètement excessif ? Lisez-le et tirez-en vos conclusions !
La seconde analyse pas moins « affective » mais toujours autour de la nomination du nouveau PM laboure d’autres champs mais nous pose à nouveau des questions sur les coulisses de notre scène politique ! Au passage, le respect de la Constitution notamment en termes d’une « nationalité Congolaise exclusive » vaut-il moins ici qu’ailleurs ? La double nationalité au Congo sera heureusement adoptée dans le futur, c’est le bon choix mais en attendant sommes-nous acculés à une lecture à la tête du client sinon à un décor juridique lâche, dangereusement relativant ? Bonne lecture !


" Nomination de Samy Badibanga: A quoi jouent E. Tshisekedi et l’Udps ? »
° http://citaf.over-blog.com/2016/11/nomination-de-samy-badibanga-a-quoi-jouent-e.tshisekedi-et-l-udps.html
L’information circulait jusque-là sous le manteau. Mais hier jeudi, une source autorisée a confié à La Cité africaine que le dimanche 13 novembre, donc la veille de son discours sur l’Etat de la nation devant le Parlement réuni en congrès, le Président Joseph Kabila avait bel et bien reçu Félix Tshisekedi, en compagnie de Samy Badibanga, nommé depuis lors au poste de Premier ministre du Gouvernement d’Union nationale. Selon la même source, au cours de cette audience, Félix Tshisekedi avait présenté au Chef de l’Etat une liste de deux noms pour le poste de Premier ministre, dont celui de Samy Badibanga. Félix Tshisekedi dit-on, avait dit qu’il avait été mandaté pour ce faire par son père.

Cette information recoupée par nos soins, éclaire d’un jour nouveau la partie de poker-menteur qui se déroule à l’heure actuelle au sein de la partie de l’opposition regroupée dans la plateforme dit du « Rassemblement ». Cela signifie que l’actuel Premier ministre a été nommé à ce poste avec le consentement plus ou moins tacite d’Etienne Tshisekedi, et que ce dernier est vraiment loin de jouer franc-jeu avec ses autres partenaires du « Rassemblement », principalement avec le G7 regroupé autour de Moïse Katumbi. Cela démontre aussi que le leader de l’Udps savait dès le départ que le meeting programmé pour le samedi 19 novembre n’aurait plus lieu, tout en laissant ses autres partenaires dans l’ignorance la plus totale de ses propres faits et gestes, au point de laisser trois des jeunes militants de son parti se faire cravater par les services de sécurité, alors qu’ils s’attelaient à la distribution des tracts dans la ville.  
Une semaine avant, le même Tshisekedi aurait envoyé paître une délégation des évêques catholiques de la Cenco, qui lui proposait de soumettre au Chef de l’Etat une liste de trois candidats au poste de Premier ministre, mais apparemment, le leader de l’Udps se serait ensuite résolu de reprendre l’idée à son compte à l’insu des hommes en soutane et des autres partenaires de sa plateforme politique.

Les faits et gestes du Président de l’Udps ces derniers temps laissent penser à un divorce irréversible entre l’Udps et ses alliés du G7. Déjà, des murmures se faisaient jour du côté de Moïse Katumbi sur un non- respect de la part de Tshisekedi, des engagements mutuels pris par les deux parties au terme du conclave de Genval en Belgique au début de l’année en cours, notamment l’engagement qui donnait au leader de l’Udps la responsabilité d’obtenir par des pressions de la rue, l’arrêt des poursuites contre le patron du G7.  
Une atmosphère de suspicion mutuelle s’était progressivement installée entre les deux camps, au point de pousser un des acteurs du G7 Olivier Kamitatu, à rendre public un sondage controversé mais largement repris par la presse internationale, donnant Moïse Katumbi gagnant à 33% aux élections présidentielles, contre seulement 18% pour Etienne Tshisekedi. Et voilà que pas plus tard que mardi de la semaine dernière, le même Kamitatu, qui fait désormais office de « Tshitshi boy » de Moïse Katumbi de Bruxelles où il s’est désormais installé, annonçait par twitter que le nouveau Premier ministre nommé par Joseph Kabila, était en fait belge de nationalité.
L’intention de nuire était manifeste, mais aussitôt, la twittosphère et l’ensemble des réseaux sociaux lui, ont retourné le coup.
Des internautes vigilants lui ont notamment rétorqué sur Facebook que lui-même n’avait rien à envier au nouveau premier ministre en terme de double nationalité, que son collègue du G7 José Endundo était belge, tandis que leur patron du moment Moïse Katumbi, pouvait lui prétendre au statut de véritable citoyen du monde, avec près de quatre nationalités différentes, dont la grecque, l’italienne et la belge. Un plaisantin ajoutait même sur son compte Facebook qu’à l’allure où allaient les choses et au regard de son assiduité dans la fréquentation des cercles politiques américains à Washington et à New York, l’ancien Gouverneur du Katanga n’était pas loin de s’affubler d’une cinquième nationalité.  
C’est un acteur politique congolais Vital Kamerhe, alors Président de la Chambre basse du Parlement, qui le premier, avait compris que cette histoire de nationalité cachée était une véritable bombe à retardement qu’il fallait manier avec toutes les précautions d’usage, pour éviter de faire exploser l’ensemble de la classe politique nationale. Un moratoire qui profite à tout le monde permet depuis la précédente législature à toute la classe politique de sauver la face, en attendant un éventuel amendement de la constitution actuelle, peut-être quand le débat sur ce texte fondateur sera dépassionné. Après tout, les congolais acceptent sans sourciller et applaudissent des deux mains quand leurs fils désormais belges, français ou anglais acceptent de concourir avec l’équipe nationale et contribuent à ramener des coupes au pays.

Au cours de la campagne électorale de 2006, de nombreux candidats à l’élection présidentielle avaient fait l’objet des procès en double nationalité, à commencer par le Chef de l’Etat actuel, accusé tantôt d’être rwandais, tantôt burundais, ou encore par les plus imaginatifs, tanzanien de souche. A ses côtés, des soupçons de double nationalité avaient aussi effleuré le Président du Mlc Jean-Pierre Bemba, qui fût pendant un temps accusé successivement d’être un brésilien et un portugais. Mais curieusement, un autre candidat à la course Azarias Ruberwa, était épargné par la même polémique, alors que lui au moins, présentait tous les signes extérieurs d’une nationalité suspecte. Ainsi va le Congo démocratique. Chacun accuse de rage le chien qu’il veut abattre ». "



" RDC : la grande distraction !   – Le Phare
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=206405&Actualiteit=selected
La classe politique congolaise a trouvé deux noix spéciales à croquer : la nomination de Samy Badibanga à la Primature et sa présumée double nationalité. S’agissant de la première noix, on note que sénateurs, députés, partis politiques, mandataires publics, gouverneurs de provinces, chefs coutumiers, organisations féminines, estudiantines et juvéniles, motocyclistes, amis et connaissances… rivalisent de messages de félicitations. Dans ces marques de sympathie et de soutien, qui répondent à une vieille tradition, le fait le plus inquiétant se trouve être la mise en exergue des origines du nouveau locataire de l’Hôtel du Conseil. En effet, un accent particulier était mis sur la montée au pouvoir d’un fils du Grand Kasai, comme si c’était une première en République Démocratique du Congo. On a vu une autorité provinciale se parader en moto à Kinshasa, loin de ses administrés toujours en prise avec l’insécurité, et multiplier des déclarations portant une forte dose d’ethnisme et de tribalisme.  
C’est à croire que le contrôle du gouvernement devrait obéir non pas aux critères de compétence, d’expérience, de probité morale, de nationalisme, mais plutôt à ceux de tribu, d’ethnie, de province. Si la montée de Samy Badibanga à la Primature devrait être un motif singulier de joie et de fierté pour les Kasaïens, que dire dès lors des tribus et ethnies qui n’ont jamais eu de Premier ministre dans ce pays ? Que penser des tribus et ethnies régulièrement marginalisées dans les compositions des équipes ministérielles ? Faut-il ouvrir une compétition nationale des tribus, ethnies et familles biologique pour la course à la Primature ?
Le rattachement de la fonction de Premier ministre aux origines de celui qui est décrit comme l’oiseau rare du moment est d’autant dangereux qu’il peut susciter des sentiments de rejet chez certains fils et filles du pays qui ne se reconnaîtraient pas dans sa tribu, son ethnie ou sa province d’origine.
 
L’autre sujet de distraction servi aux Congolaises et Congolais est à chercher dans un non-événement, à savoir la présumée double nationalité de Samy Badibanga. On se rappelle qu’en 2008, à l’époque où Vital Kamerhe occupait le fauteuil de président de l’Assemblée Nationale, la motion de José Makila avait été bloquée par un moratoire qui devait courir sur trois mois. Il avait été entendu qu’au bout de cette échéance, tous les compatriotes présents dans les institutions de la République devaient opter soit pour la Nationalité congolaise, soit pour celle d’emprunt. Dans ce dernier cas, ils devaient se retirer desdites institutions.  
Le constat fait est qu’au bout de trois mois, on n’a plus jamais évoqué la question de l’exclusivité de la nationalité congolaise. La raison est simple : de nombreux ministres, sénateurs, députés, gestionnaires d’entreprises publiques, gouverneurs de province, hauts cadres de l’administration publique…sont détenteurs d’une nationalité étrangères, à laquelle ils n’ont jamais renoncé jusqu’à ce jour. D’où attaquer le nouveau Premier ministre sur ce terrain, c’est chercher la dissolution du gouvernement, du Sénat, de l’Assemblée nationale, des assemblées provinciales, des comités de gestion des entreprises publiques, etc.

La crise politique est-elle passée ?
 
En vantant les origines du nouveau Premier ou en l’accusant de détenir une nationalité étrangère, a-t-on résolu le problème de fond qui préoccupe des millions de Congolaises et Congolais, à savoir la crise de légitimité au sommet de l’Etat ? Nombre d’observateurs sont d’avis que le vrai débat à continuer d’engager pour le moment est celui consistant à réfléchir aux voies et moyens susceptibles de ramener à la table des négociations la Majorité Présidentielle et l’Opposition absente au dialogue de la Cité de l’Union Africaine.  Point n’est besoin de souligner que la vie politique au pays est sérieusement empoisonnée par les incertitudes qui entourent la tenue des élections, surtout présidentielle, ainsi que la fin du second et dernier mandat du Chef de l’Etat. Tout le monde aura constaté que la nomination de Samy Badibanga à la Primature aujourd’hui et la sortie de son gouvernement dans les jours à venir n’ont rien changé au décor du chaos politique et social qui menace la République Démocratique du Congo.  
Tant que la crise politique n’aura pas trouvé de solution à travers un dialogue inclusif et ses principaux protagonistes n’auront pas dégagé un consensus autour de l’organisation d’élections apaisées, démocratiques et transparentes à des échéances précises, le grand Congo risque de connaître tout le mal du monde à fonctionner comme un Etat normal. Le problème est d’autant compliqué que les partenaires étrangers insistent sur la clarification des règles du jeu démocratique en vue de permettre au souverain primaire congolais de décider du sort de ses futurs élus dans les urnes. Il faut donc remonter aux racines de la crise et lui trouver une solution consensuelle pour garantir la survie de l’Etat-Nation ». "



" She Okitundu : « Nous discutons avec le Rassemblement sur la gestion du pays pendant la transition »
° https://actualite.cd/2016/11/22/she-okitundu-discutons-rassemblement-gestion-pays-pendant-transition/
Le porte parole de la composante Majorité présidentielle au dialogue, Leonard She Okitundu, a déclaré à Radio okapi que les consultations de la CENCO ne sont pas faites en vue d’un nouveau dialogue.
Selon le sénateur MP, sa famille politique maintient le contact avec le Rassemblement de l’opposition pour trouver une solution sur la gestion du pays pendant la transition.
 

« A travers la CENCO, nous voulons maintenir le contact avec le Rassemblement pour trouver une solution particulièrement sur la gestion du pays pendant la période préélectorale.  Mais croire qu’il y aura un nouveau dialogue comme ils le réclament, ce n’est pas faisable. C’est comme si tout ce qui a été fait à la cité de l’Union Africaine ne valait rien du tout alors que ce dialogue a été tenu en présence de  toute la Communauté internationale. Cet accord a été avalisé par la CIRGL lors du sommet de l’Angola. Et en même temps la délégation du Conseil de Sécurité qui est passée par ici a considéré cet accord comme une étape importante. Par conséquent  nous voulons élargir. Nous pouvons maintenir le contact avec le Rassemblement mais ça ne nécessite pas un forum comme celui qui a eu lieu à l’Union Africaine où toutes les questions principales ont été vidées. Il y a des contacts informels qui continuent. Il ne faut pas que les gens croient  qu’il n’y a pas de contact avec le Rassemblement. Nous espérons pouvoir ramener le Rassemblement  autour d’une table pour qu’on se mette d’accord sur la manière de gérer le pays », a dit She OKitundu.

Le Rassemblement réclame la tenue d’un nouveau dialogue entre d’un côté les signataires de l’accord de la cité de l’UA et de l’autre, le Rassemblement et ses alliés. "



"Les Etats-Unis veulent un « accord plus inclusif » en RDC
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2016/11/22/etats-unis-veulent-accord-plus-inclusif-rdc.html
Dans un message diffusé sur la page Facebook de l'Ambassade américaine en RDC, le département d'Etat des Etats-unis dit appuyer "les efforts continus en vue d'un accord plus inclusif en RDC."
« Les États-Unis reconnaissent que les prochaines semaines seront essentielles pour déterminer si la République démocratique du Congo (RDC) poursuit une voie de principes démocratiques et de compromis ou risque de retourner à la violence et à l’instabilité« , déclare ce communiqué du Départ d’Etat américain.(…)"



"Samy Badibanga: « les élections et la cohésion nationale entre autres priorités de mon gouvernement »
° https://actualite.cd/2016/11/22/samy-badibanga-elections-cohesion-nationale-entre-autres-priorites-de-gouvernement/



Au sortir du premier tête à tête  avec le président de la République, le premier Ministre a tracé de manière sommaire les grandes lignes de la mission assignée à  son gouvernement.
Samy Badibanga, qui s’est confié pour la première fois à la presse depuis sa nomination, a révélé qu’au delà de la mission d’organiser les élections,le gouvernement d’union nationale  se fixe  comme entre autre priorités la cohésion nationale et l’amélioration du social de la population congolaise.


“Nous avons une mission principale qui est celle d’organiser les élections mais chemin faisant il faut penser à la cohésion nationale, il faut rassembler tout le peuple , espérer avoir tout le monde dans la marche que nous allons mener,  penser à l’économie, surtout au social de la population”, a dit le Premier Ministre.
Nommé premier ministre dans le cadre de l’accord politique de la cité de l’UA, le 23ème Premier Ministre du pays depuis l’indépendance est perçu comme la personne idéale du fait de son rapprochement avec le Rassemblement."



" Vital Kamerhe félicite Samy Badibanga et lui souhaite plein succès"



"Actu Expliquée : Nommé par le directeur de cabinet, Badibanga rencontre Kabila"



"Tokomi Wapi? Eyindi Belgique esengi na ressortissant na bango Samy Badinga a démissionné "







Compatriotiquement!




# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: Samy Badibanga 1er Ministre

Message  ndonzwau le 23/11/2016, 3:16 am

"TOKOMI WAPI? Pdt GABIN TSHITEYA, J. KABILA A PIEGER SAMY BADIBANGA?



" MPBTV Actualité 22.11.2016:Affaire Nationalité Belge..Olivier Kamitatu Jaloux de Samy Badibanga? "



"RDC:Affaire Nationalité de Kabila et de Samy Badibanga-Cyprien Wetshi Réagit "



"RDC: 2 CARTONS JAUNES RATES,LE 19 DECEMBRE EKO SIMBA? "



"EYINDI: Felix TSHISEKEDI APUPOLI Samy BADIBANGA!!! ALOBI IL FAUT 2è DIALOGUE KAKA OU CARTON ROUGE!!! "
Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes



"Jean-Marc KABUNDA (S.G. de l’UDPS) : Samy BADIBANGA n’est pas de l’UDPS"





"Jean Samy BADIBANGA vient être reçu par Joseph KABILA + W. MISHIKI doute sur la nationalité de KAMITATU"





Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: Samy Badibanga 1er Ministre

Message  Arafat le 23/11/2016, 11:47 am

ndonzwau a écrit:

" Nomination de Samy Badibanga: A quoi jouent E. Tshisekedi et l’Udps ? »
° http://citaf.over-blog.com/2016/11/nomination-de-samy-badibanga-a-quoi-jouent-e.tshisekedi-et-l-udps.html
L’information circulait jusque-là sous le manteau. Mais hier jeudi, une source autorisée a confié à La Cité africaine que le dimanche 13 novembre, donc la veille de son discours sur l’Etat de la nation devant le Parlement réuni en congrès, le Président Joseph Kabila avait bel et bien reçu Félix Tshisekedi, en compagnie de Samy Badibanga, nommé depuis lors au poste de Premier ministre du Gouvernement d’Union nationale. Selon la même source, au cours de cette audience, Félix Tshisekedi avait présenté au Chef de l’Etat une liste de deux noms pour le poste de Premier ministre, dont celui de Samy Badibanga. Félix Tshisekedi dit-on, avait dit qu’il avait été mandaté pour ce faire par son père.

A propos justement de cette fameuse liste remise au président de la république, il se murmurait que Tshisekedi aurait proposé deux noms : Félix Tshisekedi et François Mwamba, Sammy Badibanga quant à lui ne figurait pas sur cette liste. Le G7 de son côté aurait proposé Olivier Kamitatu.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Samy Badibanga 1er Ministre

Message  LORD MBAKAMA le 23/11/2016, 2:45 pm

Arafat a écrit:
ndonzwau a écrit:

" Nomination de Samy Badibanga: A quoi jouent E. Tshisekedi et l’Udps ? »
° http://citaf.over-blog.com/2016/11/nomination-de-samy-badibanga-a-quoi-jouent-e.tshisekedi-et-l-udps.html
L’information circulait jusque-là sous le manteau. Mais hier jeudi, une source autorisée a confié à La Cité africaine que le dimanche 13 novembre, donc la veille de son discours sur l’Etat de la nation devant le Parlement réuni en congrès, le Président Joseph Kabila avait bel et bien reçu Félix Tshisekedi, en compagnie de Samy Badibanga, nommé depuis lors au poste de Premier ministre du Gouvernement d’Union nationale. Selon la même source, au cours de cette audience, Félix Tshisekedi avait présenté au Chef de l’Etat une liste de deux noms pour le poste de Premier ministre, dont celui de Samy Badibanga. Félix Tshisekedi dit-on, avait dit qu’il avait été mandaté pour ce faire par son père.

A propos justement de cette fameuse liste remise au président de la république, il se murmurait que Tshisekedi aurait proposé deux noms : Félix Tshisekedi et François Mwamba, Sammy Badibanga quant à lui ne figurait pas sur cette liste. Le G7 de son côté aurait proposé Olivier Kamitatu.

DU N'IMPORTE QUOI COMME TOUJOURS

Revenir en haut Aller en bas

Re: Samy Badibanga 1er Ministre

Message  ndonzwau le 23/11/2016, 6:57 pm

Arafat a écrit:
ndonzwau a écrit:

" Nomination de Samy Badibanga: A quoi jouent E. Tshisekedi et l’Udps ? »
° http://citaf.over-blog.com/2016/11/nomination-de-samy-badibanga-a-quoi-jouent-e.tshisekedi-et-l-udps.html
L’information circulait jusque-là sous le manteau. Mais hier jeudi, une source autorisée a confié à La Cité africaine que le dimanche 13 novembre, donc la veille de son discours sur l’Etat de la nation devant le Parlement réuni en congrès, le Président Joseph Kabila avait bel et bien reçu Félix Tshisekedi, en compagnie de Samy Badibanga, nommé depuis lors au poste de Premier ministre du Gouvernement d’Union nationale. Selon la même source, au cours de cette audience, Félix Tshisekedi avait présenté au Chef de l’Etat une liste de deux noms pour le poste de Premier ministre, dont celui de Samy Badibanga. Félix Tshisekedi dit-on, avait dit qu’il avait été mandaté pour ce faire par son père.

A propos justement de cette fameuse liste remise au président de la république, il se murmurait que Tshisekedi aurait proposé deux noms : Félix Tshisekedi et François Mwamba, Sammy Badibanga quant à lui ne figurait pas sur cette liste. Le G7 de son côté aurait proposé Olivier Kamitatu.

Qu’est-ce à dire, AA ?
Vous ravaliez la rumeur d’une visite de Tshibala en prison par un envoyé du pouvoir à une simple fable et ici vous semblez attester d’une liste de l’Udps pour le poste de PM remise à « JK » ; les deux info/intox relèvent pourtant de la même logique : plus qu'un simple « clin d’œil à Tshisekedi », « JK » veut légitimer « son » accord politique » qui légalise son maintien jusqu’à la date putative d’avril 2018 prévue pour les élections en y incluant Tshisekedi et son « Rassemblement »…
C’est dans ce sens qu’il a jeté son dévolu sur Badibanga plutôt que sur Kamerhe, il représente davantage l’aile intransigeante de l’opposition portée par Tshisekedi que le pouvoir veut conquérir l'amenant à la table de "son" accord et ainsi crédibiliser au mieux celui-ci, dedans et dehors; c'est de la stratégie mûrement réfléchie…

Le défi utile du pays revient alors aujourd’hui à souhaiter qu’un Badibanga PM de « JK » pendant cette transition n’en soit pas qu’à mimer l’« agenda » du "raïs" mais emprunter la voie du changement indispensable au pays par une gestion plus responsable, plus démocratique, plus efficace et forcément plus indépendante…
Le peut-il; le lui permettra-t-on ?
Sa mission selon le PR c'est "préparer et organiser les élections mais aussi améliorer le social", dans sa seule communication, lui ajoute : "assurer la cohésion nationale"... Vaste programme; j'espère qu'il s'en donnera les moyens ou il les recherchera sans se laisser marcher par d'autres : c'est sa seule chance !


Sinon certains « idéologues et fanatiques » autour du « Rassemblement » soit ignorent les dessous des tractations de leurs dirigeants, soit refusent de voir les vrais « signes du temps » !
En effet, n’en déplaise notre ami Lord Mbakama et d’autres, les « signes de temps » ne sont plus, selon moi, à favoriser la « rue, un soulèvement populaire » mais dedans et dehors (relisez les derniers communiqués en provenance du Département d’Etat) à privilégier un « accord politique plus inclusif » qui pour l'être recherche la participation de l'aile Tshisekedi…

C’est vers là, disais-je, que dedans, le camp de « JK » comme celui de Tshisekedi comme la Cenco  et dehors, la CI occidentale en tête les Usa, cheminent : le fameux «respect de la Constitution », des règles démocratiques passe aujourd'hui par un consensus valide qui empêche un éventuel chaos sorti d’une « rue contestataire »… Et là-dessus, il y'a une réalité que beaucoup semblent négliger, c’est que « JK » est bien conscient de cet impératif et l’a utilisé dans son choix de Badibanga… A ce dernier d'utiliser au besoin les «siens » pour réussir à tout prix sinon demain il subira la malice plantée par le pouvoir sur sa route pour être plus comptable des éventuels échecs que son malin commanditaire...

Le scénario du «consensus bricolé autour d'un accord politique inclusif » réussira-t-il ou un « niet fertile du Rassemblement entraînant un soulèvement populaire » viendra-t-il le perturber, le dénier ?
Il reste qu’aujourd’hui c’est bien « JK » qui reste à la manœuvre pour valider son interprétation  et sa pratique de cette voie et d’après ce qui se fait dans les coulisses et non ce que nous chante Kabund, Tshisekedi s’y est aussi résolu… Quid du reste de l’opposition radicale autour du Rassemblement notamment Katumbi et le G7 ? Des ombres subsistent…
Qui vivra verra mais à mon avis l’avenir du pays se joue aujourd’hui, bien plus dans les coulisses qu’au soleil… Pour quelle issue ?


"RDC: les Etats-Unis appellent à relancer un dialogue plus inclusif "
° http://www.rfi.fr/afrique/20161123-rdc-appel-etats-unis-dialogue-inclusif
Les Etats-Unis appellent le gouvernement et l'opposition en République démocratique du Congo à travailler avec la Conférence épiscopale (Cenco). Dans un communiqué, le département d'Etat américain a exhorté le Rassemblement de l'opposition à faire des propositions constructives et à éviter tout discours incendiaire. Et le gouvernement à s'acquitter de sa responsabilité à respecter les droits et libertés fondamentales.

Le nouveau Premier ministre de la RDC a rencontré mardi 22 novembre le président Joseph Kabila. Un entretien à l'issue duquel Samy Badibanga a défini deux priorités : l'organisation des élections et la cohésion sociale.
Dans le même temps, plusieurs mouvements, dont les jeunes du Rassemblement de l'opposition, ont lancé une campagne « Bye Bye Kabila » pour appeler à refuser le maintien au pouvoir du président, au-delà de la fin de l'année.

C'est dans ce contexte que les Etats Unis s'inquiètent du risque de dérapage, à l'approche du 19 décembre. Par la voix de leur ambassadeur à Kinshasa, ils appellent le gouvernement et l'opposition à relancer un dialogue, plus inclusif.
« Nous avons lancé un message à la fois aux autorités de la RDC et à l’opposition, soulignant qu’il ne reste moins d’un mois, avant le 19 décembre, fin du mandat élu du président Joseph Kabila. Ça ne représente que peu de temps pour qu’on arrive à un accord consensuel et plus inclusif que celui signé le 18 octobre. Nous croyons que l’accord du 18 octobre a représenté une bonne base », estime James Swan, l’ambassadeur américain à Kinshasa.

Dans le cadre de la Cenco

Mais l’ambassadeur juge aussi qu’il faut aller plus loin : « Evidemment ce serait dans l’intérêt de tout le monde que ça devienne plus inclusif et plus consensuel. Il y a une initiative entamée par les évêques de la Conférence épiscopale. C’est dans ce cadre que nous encourageons l’opposition [à] proposer des idées plus concrètes, plus pragmatiques, afin qu’on arrive à un consensus élargi. Je crois que c’est trop tard maintenant pour une politique de la chaise vide, une politique de refus. »
Le Conseil de sécurité, le Vatican, la plupart des chancelleries occidentales appellent la Cenco à poursuivre ses consultations et les acteurs politiques à y participer, malgré la nomination d'un Premier ministre issu des rangs de l'opposition et la signature de l'accord politique."



"RDC : les soutiens de Kabila bientôt sous le coup de nouvelles sanctions américaines ? "
° http://www.jeuneafrique.com/376457/politique/rdc-soutiens-de-kabila-bientot-coup-de-nouvelles-sanctions-americaines/
Si Washington continue à plaider pour un compromis politique plus large en RD Congo, les autorités américaines brandissent aussi la menace de sanctions contre les personnalités civiles du régime du président Kabila qui, selon elles "sapent le processus démocratique".

Les ultimes tractations se poursuivent à Kinshasa. La Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) s’évertue depuis plusieurs semaines à trouver un terrain d’entente entre le camp du président Joseph Kabila et le Rassemblement, principale coalition de l’opposition congolaise, rangé derrière Étienne Tshisekedi et Moïse Katumbi. Objectif : aboutir à un accord politique plus inclusif, celui conclu le 18 octobre ne concernant qu’une frange de l’opposition.
« Nous [apportons] notre soutien aux discussions facilitées par la Cenco, entre l’opposition politique et le gouvernement de la RDC, afin de parvenir à un consensus vers des élections crédibles et en temps voulu », a indiqué, ce mardi 22 novembre, John Kirby, porte-parole du secrétaire d’État américain John Kerry.

Washington insiste sur le calendrier électoral

Suivant l’accord signé le 18 octobre, la présidentielle devait intervenir d’ici avril 2018. En attendant, le président Joseph Kabila reste en place, avec un gouvernement de transition dirigé par un membre de l’opposition ayant participé aux pourparlers.
Mais ce schéma a été rejeté par le Rassemblement, qui préconise l’instauration d’un « régime spécial » après le 19 décembre, date de l’échéance du second mandat de Joseph Kabila, et l’organisation de la présidentielle au plus tard fin 2017. Dans ce bras de fer sur le planning électoral, Washington semble épouser le point de vue du Rassemblement.
« Nous demandons instamment au gouvernement de la RDC et à l’opposition de travailler avec la Cenco, pour répondre aux préoccupations qui subsistent, y compris le calendrier de l’élection présidentielle de 2017, des garanties que le président Joseph Kabila ne cherchera pas à briguer un autre mandat et que la Constitution ne sera pas modifiée, une indépendance accrue du leadership de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), un gouvernement de transition inclusif et un solide comité de surveillance indépendant », rappelle John Kirby.

Des proches de Kabila visés

La chambre des représentants du Parlement américain a par ailleurs adopté le 15 novembre 2016 %7D&r=1]une résolution qui agite le spectre des sanctions contre le régime de Kabila. « Les États-Unis devraient imposer des sanctions aux fonctionnaires qui entravent les avancées vers une transition démocratique pacifique par des élections crédibles dans le respect de la volonté du peuple congolais », propose le texte actuellement à l’examen au Sénat américain.
Si trois généraux ont été déjà frappés par Washington, les prochaines sanctions « devraient viser les figures clés du gouvernement du président Kabila ». Pour ceux dont « les actions sapent le processus démocratique » − aucun nom n’est avancé − des refus de visa et des gels des avoirs sont à prévoir.
Les élus républicains Chris Smith et Ed Royce et leurs collègues du parti démocrate Karen Bass et Eliot Engel, initiateurs de la résolution, ont également inséré dans leur texte la nécessité de réexaminer l’assistance économique ou sécuritaire des États-Unis en RDC « en vue d’une éventuelle annulation […] jusqu’à ce que la crise soit résolue ». Seule l’aide humanitaire serait épargnée.

Un nouveau Président exigé

Le texte précise enfin les conditions préalables à toute levée des sanctions en cours et envisagées : le président Kabila doit déclarer « sans équivoque et publiquement que, conformément à la Constitution, il ne restera pas au pouvoir une fois son mandat terminé le 19 décembre 2016 ».
Aussi des « progrès vérifiables sur le terrain pour l’organisation d’élections nationales libres et équitables en temps opportun, conformément à la Constitution » doivent-ils être accomplis. L’espace politique doit d’autre part être ouvert.
Ce n’est que dans ces conditions que le gouvernement américain pourrait « s’associer à d’autres donateurs pour aider [la RDC] dans la préparations des élections ».
Si sanctions il y a, elles ne seront levées que si le pays organise « une élection libre et équitable, conformément à la Constitution », et qu’un nouveau président est investi, prévient le texte.

Des « propositions constructives »

En attendant, le département d’État exhorte le Rassemblement « à faire des propositions constructives et à éviter les « propos incendiaires » et les « actions incompatibles avec les normes démocratiques ».
« Les prochaines semaines seront essentielles pour déterminer si la RDC poursuit une voie de principes démocratiques et de compromis ou risque de retourner à la violence et à l’instabilité », note John Kirby, son porte-parole."



" RD Congo : Samy Badibanga, le choix de la discrétion
° http://www.jeuneafrique.com/mag/375815/politique/rd-congo-samy-badibanga-choix-de-discretion/
Alors que tout le monde s’attendait à la nomination de Vital Kamerhe, c’est l’homme du Kasaï qui est devenu Premier ministre de la RD Congo.

Samy Badibanga n’a pas immédiatement réagi à sa nomination au poste de Premier ministre le 17 novembre. Comme s’il avait eu besoin de temps pour enfiler ce lourd costume. Comme s’il lui en fallait, aussi, pour rompre avec la discrétion qu’il s’est imposée ces dernières semaines.
Outsider dans la course à la primature, ce député de 54 ans l’a finalement emporté sur le favori, Vital Kamerhe. Les deux hommes avaient accepté de participer au « dialogue » voulu par le chef de l’État, qui s’est conclu le 18 octobre par un « accord » en forme de marché : le report de l’élection présidentielle à avril 2018 contre le choix d’un Premier ministre issu des rangs de l’opposition.

Flexible

Pendant toute cette séquence, Samy Badibanga est resté en retrait, évitant de faire des vagues. Il est apparu plus flexible que l’ambitieux Kamerhe, lequel saisissait tous les micros tendus par les médias avec une assurance qui a irrité certains caciques de la majorité, tout comme les opposants réfractaires au dialogue. Or la personnalité clivante de Kamerhe ne cadrait plus avec les objectifs du chef de l’État.
Joseph Kabila, dont le dernier mandat constitutionnel arrive à échéance en décembre, souhaite avant tout apaiser les tensions pour passer ce cap sans encombre. « Badibanga est un élu de la capitale, dont on nous dit qu’elle est un obstacle pour nous, confirme Bar­nabé Kikaya bin Karubi, un des conseillers du président. Et il est originaire du Kasaï, dans le centre du pays. Cela permet un rééquilibrage régional puisque son prédécesseur venait de l’est. »
Cette nomination est, surtout, une pierre dans le jardin d’Étienne Tshisekedi, irréductible opposant de 83 ans et lui aussi originaire du Kasaï. Pendant des décennies, Samy Badibanga l’a côtoyé : sous Mobutu, certaines réunions clandestines de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) se tenaient même au domicile familial des Badibanga. Important commerçant, le père du nouveau Premier ministre était muluba (comme Tshisekedi) et très proche des fondateurs du parti.


Proche de la famille Tshisekedi

Dans les années 2000, Samy devient un des principaux conseillers de Tshisekedi, jusqu’à la rupture de 2012. Arrivé deuxième à la présidentielle selon des résultats officiels très contestés, « le vieux » refuse de reconnaître sa défaite. Il interdit à ses députés élus de siéger. Samy Badibanga s’affranchit de ces consignes pour créer et présider le groupe parlementaire « UDPS et alliés ».
Dès lors, Tshisekedi refuse de le recevoir. Mais Badibanga reste très proche de la famille de l’opposant, et notamment de son fils, Félix. « Kabila veut nous diviser, mais cela ne changera rien à notre mobilisation, jure ce dernier. Nous avions de toute façon coupé les ponts avec lui depuis sa participation au dialogue. »
Jusqu’à ces dernières semaines, Badibanga avait gardé un discours d’opposant dur : il refusait le maintien au pouvoir de Kabila à la fin de son mandat et s’était même fait photographier en tête du cortège des très violentes manifestations de janvier 2015. Pourtant, ce fils de bonne famille, qui a étudié en Belgique et qui a longtemps vécu entre Bruxelles et Kinshasa avant de devenir consultant pour des groupes miniers, est bien plus un tacticien d’appareil qu’un leader populaire.
Il est l’artisan de la rencontre entre Félix Tshisekedi et Moïse Katumbi à Paris, en décembre 2015, prélude à leur alliance six mois plus tard. Sa bonne connaissance des arcanes de l’opposition compense, aux yeux du pouvoir, son déficit de notoriété.
Pour mener à bien ses missions – réconcilier le pays et organiser les élections –, le nouveau Premier ministre disposera toutefois de moyens limités : le budget de l’État est en net recul. Et avant son départ, l’équipe sortante a verrouillé les principaux offices de perception des recettes de l’État par des nominations de dernière minute."



"Herman Cohen : Kabila sait qu'il doit partir le 19 décembre et Trump suivra la politique d'Obama "



" Forte pression américaine sur le gouvernement de Kabila, ba ko tcha libaya to ba ko yebela? "






Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: Samy Badibanga 1er Ministre

Message  ndonzwau le 24/11/2016, 5:38 am

"Samy Badibanga: «Il faut penser à la cohésion nationale pour rassembler tout le peuple» "
° http://www.radiookapi.net/2016/11/23/actualite/en-bref/samy-badibanga-il-faut-penser-la-cohesion-nationale-pour-rassembler-0
Nommé la semaine dernière Premier ministre pour former un gouvernement d’union nationale en RDC, Samy Badibanga a été reçu officiellement mardi 22 novembre par le Président Joseph Kabila.
Au sortir de l’audience, Samy Badibanga a insisté sur la nécessité de consolider la cohésion nationale:

«Je ne suis pas encore au stade de parler à la population. Nous allons d’abord suivre le protocole. Notre mission principale est celle d’organiser les élections. Mais chemin faisant, il faut penser à la cohésion nationale pour rassembler tout le peuple et espérer avoir tout le monde dans la marche que nous allons mener consistant à penser à l’économie et surtout au social de la population.»"

"REVUE DE PRESSE AFRIQUE
A la Une: la difficile mission de Samy Badibanga

° http://www.rfi.fr/emission/20161122-rdc-difficile-mission-samy-badibanga-premier-ministre
D'après Le Potentiel à Kinshasa, le nouveau Premier ministre congolais devrait être en mesure de former un gouvernement à la fin de cette semaine. « Comme d'habitude, pointe le quotidien kinois, comme à l'ère Mobutu, Kabila voudrait bien ouvrir la mangeoire gouvernementale à ses partisans et surtout aux débauchés de l'opposition. Cela dans le but non seulement de faire taire les opposants mais aussi de donner la possibilité à chacun des membres de se faire une santé financière pour mieux se préparer aux joutes électorales (à venir). »
En tout cas, poursuit Le Potentiel, le nouveau Premier ministre n'aura pas la tâche facile : « banni de l'UDPS, parti sous le label duquel il avait été député national en 2011, Samy Badibanga est politiquement affaibli. » De plus, il « hérite d'un environnement socioéconomique hostile. Ses premiers pas seront scrutés à la loupe. Entre le défi de conduire l'action gouvernementale et l'impératif de gagner le pari des élections, les premiers obstacles se dressent déjà sur le parcours de Samy Badibanga. »

Congolais ou Belge ?

Qui plus est, le nouveau Premier ministre congolais doit faire face à une polémique sur sa nationalité… En effet, explique le site d’information congolais 7 sur 7, « Samy Badibanga serait de nationalité belge. Donc pas congolais, car la nationalité congolaise ne peut être détenue concurremment avec une autre nationalité. C’est l’ex-ministre du Plan, Olivier Kamitatu, qui en a donné l’alerte, ce week-end, sur son compte Twitter. Depuis l’affaire fait grand bruit. Si cette information se confirmait, si Samy Badibanga n’a jamais renoncé à sa nationalité belge, alors le chemin de son investiture par l’Assemblée nationale serait sérieusement compromis. Badibanga verrait la primature lui filer entre les mains. »

L’Observateur Paalga au Burkina s’interroge sur la suite des événements : « si cette affaire de double nationalité est avérée, Joseph Kabila fermera-t-il les yeux sur cette irrégularité constitutionnelle avec tous les risques que cela comporte ou bien va-t-il se plier à la légalité, ce qui l’obligera alors à rechercher un nouveau PM ? En attendant, le cas Badibanga est symptomatique de cet attachement souvent malsain à la pureté de la nationalité que l’on observe sous nos tropiques, pointe le quotidien ouagalais. Car ces querelles sur la double citoyenneté réelle ou fantasmée cachent généralement des desseins de règlements de comptes politiques.

Joseph Kabila lui-même, rappelle L’Observateur, n’avait-il pas, un moment, été taxé d’usurpateur ougandais ou rwandais ? Le Gabonais Ali Bongo n’avait-il pas eu maille à partir avec ses adversaires, accusé, à tort ou à raison, d’être un enfant biafrais adopté par son père Omar ? Ou encore Lionel Zinsou n’avait-il pas d’abord été rejeté par nombre de ses compatriotes du fait de sa nationalité franco-béninoise avant d’être toléré comme Premier ministre ? »

Un autre versant de l’immigration…

Plus largement, pointe le site d’information guinéen Ledjely.com, « la question de la double nationalité en Afrique est une problématique qui interpelle notamment la responsabilité de l’élite du continent. Une élite qui, incapable de prendre en charge les problèmes locaux, est prompte à trouver refuge auprès de l’ancienne puissance coloniale. La question, également révélatrice de tous les défis de l’Afrique, fait que la classe dirigeante, consciente des problèmes de santé, de sécurité et de toutes les incertitudes auxquelles renvoie l’image du continent africain, est engagée dans une course à la naturalisation dans les pays occidentaux. C’est un autre versant de l’immigration dont on parle moins. »
Enfin, pour en revenir à la situation politique en RDC, l’opposition « est en quête de remobilisation après son meeting avorté du week-end dernier. »

Une opposition affaiblie

C’est ce que souligne le site d’information Afrikarabia. « Après ce deuxième succès des autorités congolaises qui réussissent à museler sans affrontement la contestation populaire, l’opposition se retrouve en difficulté, constate le site. (…) Depuis les manifestations violemment réprimées des 19 et 20 septembre, la mobilisation est devenue de plus en plus timide, notamment lors des opérations villes- mortes, peu suivies dans le pays. Le camp présidentiel a-t-il pour autant réussi à éteindre toute velléité de contestation dans la rue ? Certainement pas, estime Afrikarabia. Mais la mobilisation populaire faiblit alors que l’on se rapproche de la date fatidique du 19 décembre. Pour réveiller la flamme de la contestation, le Rassemblement a promis ce week-end que le "compte à rebours" de la fin du mandat de Joseph Kabila avait bel et bien commencé. »
Et Afrikarabia de s’interroger : « l’argument sera-t-il suffisant pour jeter dans les rues des dizaines de milliers de Congolais ? »"



" Kamerhe : « Nous avons eu un échange fructueux avec le premier ministre, on doit préserver l’accord » "
° https://actualite.cd/2016/11/23/kamerhe-avons-echange-fructueux-premier-ministre-on-preserver-laccord/

" Union Européenne: « La nomination de Badibanga intervient à un moment critique » "
° https://actualite.cd/2016/11/23/union-europeenne-nomination-de-badibanga-intervient-a-moment-critique/

" James Swan au Rassemblement : « Il est trop tard pour une politique de la chaise vide » "
° https://actualite.cd/2016/11/23/james-swan-rassemblement-tard-politique-de-chaise-vide/

° http://www.radiookapi.net/2016/11/23/actualite/en-bref/le-depute-lokondo-recommande-un-gouvernement-de-35-ministres
° https://actualite.cd/2016/11/23/a-muzito-1er-ministre-nomme-va-echapper-controle-parlement/


Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: Samy Badibanga 1er Ministre

Message  Arafat le 24/11/2016, 9:42 am

ndonzwau a écrit:
Le défi utile du pays revient alors aujourd’hui à souhaiter qu’un Badibanga PM de « JK » pendant cette transition n’en soit pas qu’à mimer l’« agenda » du "raïs" mais emprunter la voie du changement indispensable au pays par une gestion plus responsable, plus démocratique, plus efficace et forcément plus indépendante…
Le peut-il; le lui permettra-t-on ?
Sa mission selon le PR c'est "préparer et organiser les élections mais aussi améliorer le social", dans sa seule communication, lui ajoute : "assurer la cohésion nationale"... Vaste programme; j'espère qu'il s'en donnera les moyens ou il les recherchera sans se laisser marcher par d'autres : c'est sa seule chance !
[/b]
C´est le sujet qui fait l´objet des divers débats des analystes, il en ressort que Sammy Badibanga n´a pas bonne presse, on le dit trop mou, malléable et il se laisserait facilement imposé certaines directives. Avant le départ de Matata, on a constaté les nominations intervenues dans quelques entreprises publiques et régies financières du pays, les proches de Matata se sont emparés de la DGI, DGRAD, DGDA, OCC et Ogefrem et Matata lui-même est cité pour occuper la BCC. La difficulté pour Badibanga sera surtout de pouvoir contrôler les diverses entrées d´argent pouvant renflouer les caisses de l´état. Beaucoup disent qu´on lui met déjà les bâtons dans les roues et sa mission risque apparemment d´être un échec. Shocked Shocked Shocked

Revenir en haut Aller en bas

Re: Samy Badibanga 1er Ministre

Message  ndonzwau le 24/11/2016, 10:25 pm

ndonzwau a écrit:
ndonzwau a écrit:
Arafat a écrit:
ndonzwau a écrit:
Quant aux « raisons objectives » retenues par « JK » pour ne pas le choisir, merci d’y ajouter que ce dernier voulant davantage légitimer « son » dialogue se faisait un devoir de conquérir du côté de Tshisekedi et qu’en cette matière Kamerhe ne représentait pas le meilleur butin ! Le choix de Badibanga plutôt que Kamerhe a été ainsi hautement tactique de la part de notre "petit raïs", n'en doutez guère !
Ceci explique d’ailleurs les tractations et coulisses qui ont fait trainer la décision et orienter son choix vers quelqu’un qui représente quelque part une victoire sur Tshisekedi… (A propos referez-vous aux rumeurs que moi je trouve fondées qui ont réintroduit Tshibala dans la course et vous comprendrez mieux…)

Je n´ai jamais crû en cette histoire farfelue de Tshibala, comment aurait-ce été possible dans la mesure où les accords précisent que le premier ministre doit être issu de l´opposition signataire de ces accords et à ce que je sache, Tshibala n´en faisait pas parti mais toujours est-il que je soutiens la réflexion selon laquelle Sammy aurait été choisi dans le but de lancer un clin d´oeil au clan Tshisekedi.

Libre à vous, AA, de vous satisfaire de vos évidences, moi contrairement à vous, je crois en cette histoire de Tshibala d’autant plus que cette démarche entre dans la ligne de « JK » telle que je vous l’ai brossée et même démontrée !
(...)

Compatriotiquement!
(...)

Compatriotiquement!

Kiekiekieeeeh, AA,
Voici à propos ce qu’on en dit ici : apparemment ils ne sont pas nombreux à prendre cette histoire pour une fable et plus généralement à croire impossibles les multiples extravagances de ce pouvoir !
Le bon sens (ne parlons surtout pas de l’éthique) est bien éloigné du Congo de « JK », vous seriez le seul à ne pas encore le comprendre, tout y est hélas possible même le plus invraisemblable ; vos curieuses sympathies qui les en dédouanent si facilement n’y feront rien !


"Regard sur.M.Fayulu:"Kabila est allé chercher Bruno Tshibala en prison pour le nommer 1 er Ministre "



"TOKOMI WAPI? MATATA PONYO ABETI KIMBEMBE MAZUNGA EGOGO "






Compatriotiquement !



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #


Dernière édition par ndonzwau le 25/11/2016, 12:33 am, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: Samy Badibanga 1er Ministre

Message  Jim KK le 24/11/2016, 11:56 pm

La fête de nos compatriotes du Grand Kasai continue !

Le premier ministre Samy Badibanga, fils du Grand Kasai a été reçu par les bonzes du Grand Kasai. La cérémonie a été organisée sur l´initiative du vice premier ministre sortant E. Boshab et organisée par le président de la fondation Grand Kasai Denis Kambay.

Tous les ministres kasaiens du gouvernement sortant étaient dans la salle : E. Boshab, L. Mende, R. Tshibanda, Maker Mwangu, Denis Kambay, Ernestine Nyoka, Martine B. Ntumba, Daniel Kalonji, Lisette Ngalamulume et ...

Certains conseillers spéciaux kasaiens du chef de l´état étaient aussi dans la salle : Prof. Lumanu, She Okitundu, J.M. Kassamba, J.P. Kambila (l´actuel vice-directeur de cabinet du chef de l´état), Didier Kazadi et...

Comme c´est souvent le cas lorsqu´il s´agit du Grand Kasai, il y a ni opposition, ni majorité. Certains Kasaiens du Rassemblement étaient aussi dans la salle !!! Sans compter certains membres de la CENI.

Bon je ne suis pas kasaien. Mais je trouve que nos compatriotes kasaiens ont le droit de jubiler. On ne peut pas interdire ca. Ca ne va pas fonctionner ! Le premier ministre est pour tout le Congo, mais il est originaire du Kasai. C´est un grand plaisir pour le peuple du Grand Kasai.

Je trouve que chaque pays a un peuple « frondeur », qui critique, conteste, et s´oppose. Et plus souvent, ce peuple « frondeur » a une armada d´intellectuels dans beaucoup de domaines. Je trouve que c´est le cas de nos compatriotes kasaiens. Je me trompe peut-être.




Revenir en haut Aller en bas

Re: Samy Badibanga 1er Ministre

Message  ndonzwau le 25/11/2016, 12:51 am

" Réunir les conditions pour des élections apaisées, «responsabilité première» de Samy Badibanga (UE) "
° http://www.radiookapi.net/2016/11/24/actualite/politique/reunir-les-conditions-pour-des-elections-apaisees-responsabilite

" A LA SUITE DU DEPARTEMENT D’ETAT AMERICAIN
L’UNION EUROPÉENNE APPELLE GOUVERNEMENT ET OPPOSITION À PRÉPARER DES ÉLECTIONS APAISÉES

° http://www.forumdesas.org/spip.php?article9531

" DIALOGUE INCLUSIF : L’UE SUR LES PAS DES ETATS-UNIS "
° http://lepotentielonline.com/

" Fortes pressions américaines sur Kabila et Tshisekedi pour éviter un chaos après le 19 décembre 2016 "
° http://lepotentielonline.com/

" RDC: «Une transmission pacifique du pouvoir à l’issue du mandat de Kabila est possible» (ONU)"
° http://www.radiookapi.net/2016/11/24/actualite/politique/rdc-une-transmission-pacifique-du-pouvoir-lissue-du-mandat-de-kabila

" Organisation des élections: L’UE interpelle Samy Badibanga "
° http://groupelavenir.org/organisation-des-elections-lue-interpelle-samy-badibanga/

" Gouvernement. RDC : Samy Badibanga sous fortes pressions ! "
° http://www.laprosperiteonline.net/affi_article.php?id=11873&rubrique=POLITIQUE

" Les premiers obstacles sur le parcours de S. Badibanga"
° http://lepotentielonline.com/

" Elections ou social : Samy Badibanga à l’heure du choix "
° http://www.lephareonline.net/elections-social-samy-badibanga-a-lheure-choix/

" RDC – Soraya Aziz (Lucha) : « La date du départ de Kabila est non négociable » "
° http://www.jeuneafrique.com/376707/politique/rdc-soraya-aziz-lucha-date-depart-de-kabila-non-negociable/

"Nouveau gouvernement: l’UNC n’a pas encore décidé pour sa participation
° http://www.radiookapi.net/2016/11/24/actualite/politique/nouveau-gouvernement-lunc-na-pas-encore-decide-pour-sa-participation

"REVUE DE PRESSE AFRIQUE
A la Une : les Etats-Unis et l’Union européenne accentuent la pression sur la RDC "

° http://www.rfi.fr/emission/20161124-une-etats-unis-union-europeenne-pression-rdc

" PREMIER MINISTRE DU GOUVERNEMENT D’UNION NATIONALE : SAMY BADIBANGA A DU PAIN SUR LA PLANCHE "
° http://lobservateur-rdc.com/premier-ministre-du-gouvernement-dunion-nationale-samy-badibanga-a-du-pain-sur-la-planche/

" APRÈS SA PREMIÈRE VISITE AU CHEF DE L’ETAT DEPUIS SA NOMINATION, SAMY BADIBANGA PRÉSENTE SES PRIORITÉS : ÉLECTIONS, SOCIAL ET COHÉSION NATIONALE "
° http://lobservateur-rdc.com/apres-sa-premiere-visite-au-chef-de-letat-depuis-sa-nomination-samy-badibanga-presente-ses-priorites-elections-social-et-cohesion-nationale/

° http://www.jeuneafrique.com/376373/politique/matata-ponyo-jai-navigue-eaux-infestees-de-crocodiles/

"Vital Kamerhe: “si Babibanga fait ce qu’il a promis, il risque d’innover et de réussir”"
° https://actualite.cd/2016/11/24/vital-kamerhe-babibanga-quil-a-promis-risque-dinnover-de-reussir/
"L’UNC participera au gouvernement Badibanga sous certaines conditions"
°  https://actualite.cd/2016/11/24/lunc-participera-gouvernement-badibanga-certaines-conditions/
" RDC: L’Union Européenne examinera la question des sanctions le 12 décembre"
° https://actualite.cd/2016/11/24/rdc-lunion-europeenne-examinera-question-sanctions-12-decembre/

"Ida Sawyer demande des sanctions contre Kalev et Boshab "
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2016/11/24/ida-sawyer-demande-sanctions-contre-kalev-boshab.html

° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2016/11/23/garde-presidentielle-aurait-enlevee-plus-de-100-personnes-a-kinshasa.html

" Postes ministériels: tensions au sein de la MP pour le choix des animateurs
° https://actualite.cd/2016/11/24/postes-ministeriels-tensions-sein-de-mp-choix-animateurs/
La Majorité Présidentielle (MP) a été reçue ce jeudi 24 novembre par le nouveau premier ministre Samy Badibanga. Au menu des discussions, le nombre et l’importance des ministères réservés à cette plateforme. Il y était aussi question des modalités de désignation de ses ministres partant de la procédure jusqu’aux profils des animateurs.
Selon une source bien renseignée, il règnerait actuellement une vive tension au sein dans la majorité quant au choix des personnes devant occuper des postes ministériels. Le format d’un gouvernement d’union nationale, impliquant un partage des postes avec l’opposition et la société civile, ne laisse pas beaucoup de places pour embarquer tous ceux qui le souhaitent.

D’après la même source, Aubin Minaku, Secrétaire Général de la MP, aurait annoncé aux sociétaires de sa famille présidentielle que Joseph Kabila ne souhaitait plus voir les dinosaures du camp présidentiel qui ont passé plus de 4 ans à un poste ministériel dans le nouveau gouvernement. Cette annonce aurait fortement déplu à certains cadres au point qu’ils ont failli en venir aux mains.
A quelques jours de la mise en place de l’équipe gouvernementale qui devra diriger la période de transition, la tension serait montée d’un cran au sein de la mouvance présidentielle. La question du choix des animateurs fait débat au sein de cette famille politique habituée depuis plusieurs années à régner sans partage."



"TOKOMI WAPI? MATATA PONYO A CREE MBUTU MBUTU NA MAJORITE? "



" Pas de Négociation, «Bye Bye KABILA !» lancée par FILIMBI, LUCHA, Jeunesse du RASSEMBLEMENT et MLC "



" Affaire Badibanga : J. Kabila se fout de la nationalité car lui-même a la double nationalité "





Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: Samy Badibanga 1er Ministre

Message  Arafat le 25/11/2016, 9:32 am

ndonzwau a écrit:
Kiekiekieeeeh, AA,
Voici à propos ce qu’on en dit ici : apparemment ils ne sont pas nombreux à prendre cette histoire pour une fable et plus généralement à croire impossibles les multiples extravagances de ce pouvoir !
Le bon sens (ne parlons surtout pas de l’éthique) est bien éloigné du Congo de « JK », vous seriez le seul à ne pas encore le comprendre, tout y est hélas possible même le plus invraisemblable ; vos curieuses sympathies qui les en dédouanent si facilement n’y feront rien !

Serait-ce là un procès d´intention? Nous ne sommes pas ici pour nous aligner derrière une pensée unique. J´ai dit ce que je pensais de cette histoire d´après la descritpion qu´on en avait faite, tant mieux si je suis donc le seul à ne pas y croire. Shocked Shocked Shocked

Revenir en haut Aller en bas

Re: Samy Badibanga 1er Ministre

Message  ndonzwau le 25/11/2016, 11:12 am

Arafat a écrit:
ndonzwau a écrit:
Kiekiekieeeeh, AA,
Voici à propos ce qu’on en dit ici : apparemment ils ne sont pas nombreux à prendre cette histoire pour une fable et plus généralement à croire impossibles les multiples extravagances de ce pouvoir !
Le bon sens (ne parlons surtout pas de l’éthique) est bien éloigné du Congo de « JK », vous seriez le seul à ne pas encore le comprendre, tout y est hélas possible même le plus invraisemblable ; vos curieuses sympathies qui les en dédouanent si facilement n’y feront rien !

Serait-ce là un procès d´intention? Nous ne sommes pas ici pour nous aligner derrière une pensée unique. J´ai dit ce que je pensais de cette histoire d´après la descritpion qu´on en avait faite, tant mieux si je suis donc le seul à ne pas y croire. Shocked Shocked Shocked

Méfiez-vous, « la pensée unique » n’est pas toujours là où on la croit ! Déjà qui entre un pouvoir omnipotent et omniscient et sa contestation si juste et si vigoureuse soit-elle a la capacité de l’installer ?
Personnellement, sauf « trahison manifeste à la Nation » càd « plan et actes délibérés d’agir contre celle-ci », j’ai toujours tenté, dans tous les cas je m’en suis toujours donné un point d’honneur, de « juger à l’acte » : ni toujours « contre » tout acte du pouvoir ni toujours « pour» ce que dit et fait son opposition !

Ainsi permettez-moi de trouver que c’est « une sympathie bien curieuse » lorsque quoique plus d’un indicateur plaide pour un pouvoir qui a bel et bien envoyé un émissaire pour « débaucher » Tshibala en prison, on le balaie purement et simplement d’un revers de main…
C’est selon moi loin d’un simple « procès d’intention » ; où sont en effet alors la « pensée unique » et un « jugement voulu objectif » ?


Compatriotiquement!




# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: Samy Badibanga 1er Ministre

Message  ndonzwau le 25/11/2016, 9:30 pm

" RDC : difficile équation gouvernementale pour Samy Badibanga "
° http://afrikarabia.com/wordpress/rdc-difficile-equation-gouvernementale-pour-samy-badibanga/
Nommé il y a maintenant une semaine, le Premier ministre Samy Badibanga n’a toujours pas composé son gouvernement. Pour cela il doit respecter un complexe équilibre entre majorité et opposition.

Le nouveau Premier ministre, Samy Badibanga, consulte, écoute… et cherche toujours à composer son gouvernement. Non pas que les[url=#67592521] postes[/url] soient difficiles à pourvoir (les CV s’entassent sur son[url=#63148416] bureau[/url]), mais l’équation paraît bien délicate à résoudre entre majorité et opposition, poids lourds et poids plumes de la politique congolaise. Le nouveau Premier ministre doit respecter plusieurs contraintes imposées par le chef de l’Etat. Et tout d’abord recruter des membres influents du Rassemblement de l’opposition au sein du nouveau gouvernement d’union nationale.

Des ministres du Rassemblement ?

Joseph Kabila est sous pression internationale et souhaite donner des gages d’ouverture aux Etats-unis et à l’Union européenne qui insistent pour que l’accord politique soit le plus inclusif possible. Entendez : faire entrer  dans  le processus le Rassemblement de Tshisekedi et Katumbi, qui ont boycotté le dialogue national et rejeté l’accord politique d’octobre. Une manière de faire passer la pilule pour Joseph Kabila serait donc de faire entrer dans le nouvel exécutif des membres imminents de l’opposition.

…après le 19 décembre

Plusieurs sources nous indiquent qu’à peine nommé, le Premier ministre Samy Badibanga a aussitôt décroché son[url=#90054829] téléphone[/url] pour essayer de convaincre des membres du Rassemblement d’intégrer le nouveau gouvernement. Autant dire que les réponses ont été plutôt fraîches. Pour l’instant, l’opposition radicale, qui ne reconnait pas l’accord politique, n’a pas vraiment intérêt à se ruer vers les[url=#3632565] postes[/url] ministériels avant le 19 décembre, date de la fin du mandat de Joseph Kabila. Le Rassemblement exige en effet que le chef de l’Etat quitte le pouvoir au soir du 19 décembre, comme l’exige la Constitution. Seulement voilà, le Premier ministre a eu pour consigne de composer au plus vite son équipe. Mais il n’est pas dit qu’après le 19 décembre, si Joseph Kabila continue de se maintenir au pouvoir, des caciques de l’opposition ne soient pas[url=#62679921] tenté[/url] de rejoindre le gouvernement pour piloter la transition.

L’UNC pose des conditions

Pour l’UNC de Vital Kamerhe, qui a participé au dialogue et signé l’accord politique, son entrée au gouvernement ne devait pas poser de problème. Sauf que Vital Kamerhe se serait bien vu à place de Samy Badibanga et composer son équipe à sa guise. Déçu d’avoir raté la Primature, Vital Kamerhe ne souhaite donc pas occuper de poste exposé au sein du gouvernement, mais pose désormais ses conditions à la participation de l’UNC et notamment sur la répartition des[url=#84289999] postes[/url]. Mais au final, l’UNC serait bien présente dans le nouvel exécutif congolais.

Ministères clés pour la MP

Samy Badibanga devra également composer avec les desideratas de la Majorité présidentielle (MP), partie prenante de l’accord politique d’octobre. Si Joseph Kabila veut en profiter pour faire le ménages dans ses rangs, notamment en écartant du nouvel exécutif les gros poissons de la majorité, les ministères clés devraient tout de même rester aux mains du[url=#61160249] camp[/url] présidentiel : l’Intérieur, les Finances, les Affaires étrangères et la Justice. L’opposition pourrait donc se voir attribuer, la Défense, le Budget, le Travail et le Social. Une indication intéressante est à noter : le ministère régalien de la Défense ne semble pas vraiment être[url=#34595540] une priorité pour[/url] la majorité, par contre l’Intérieur et sa police (très « efficace » lors des dernières manifestations) paraît avoir les faveurs et la confiance des[url=#53546867] soutiens[/url] au président Kabila pour tenir les rênes du régime. "


"RDC : quels contours pour l'équipe du Premier ministre Samy Badibanga? "
° http://www.rfi.fr/afrique/20161125-rdc-congo-contours-gouvernement-1er-ministre-samy-badibanga-kabila
Le Premier ministre congolais poursuit ses consultations en vue de former son gouvernement. Jeudi 24 novembre 2016, Samy Badibanga a officiellement reçu une délégation de la majorité. Il a également vu l’UNC et alliés. Vital Kamerhe lui a confirmé que son parti participerait au gouvernement issu de l’accord politique du 18 octobre. A quoi pourrait ressembler cette équipe ? Éléments de réponse.

Pour l'instant, selon les parties consultées par le Premier ministre, il ne s'agit pas de déterminer qui prendra quel poste précisément mais de définir la structure du gouvernement. Avec bien sûr les questions cruciales du nombre et de la composition de l'équipe. Il faut faire entrer les composantes du dialogue, opposition et société civile. Que vont devenir ceux qui ont participé aux discussions précédentes, les concertations nationales ? Quelle part restera-t-il pour la majorité ? Crise économique oblige, l'effectif du gouvernement restera stable ou connaîtra une légère augmentation, entre cinquante et soixante postes, vice-ministres compris, promet-on de tous les côtés.

En parallèle : des consultations officielles, des apartés... Chacun[url=#52585565] tente[/url] de faire valoir son poids politique, sa loyauté, sa crédibilité, voire sa menace de retrait ou de passer dans l'autre[url=#32694401] camp[/url]. Beaucoup d'interrogations aussi sur ce qui se discute avec le Rassemblement de l'opposition et Etienne Tshisekedi. Les consultations entreprises par l'Eglise catholique se poursuivent. Le Rassemblement de l'opposition a proposé une nouvelle feuille de route et a précisé sa position, expliquent plusieurs de ses membres. Du côté des signataires de l'accord politique, on vante la capacité du nouveau Premier ministre Samy Badibanga. Ce dernier fut un proche d'Etienne Tshisekedi et d'aucuns espèrent qu'il parviendra à obtenir le ralliement de certaines figures. Aucune chance, rétorque-t-on cependant du côté du Rassemblement."



"Nouveau gouvernement: Badibanga à l’œuvre"
° http://groupelavenir.org/nouveau-gouvernement-badibanga-a-loeuvre/

" La VSV invite[url=#63984520] le Chef  de[/url] l’Etat à sauvegarder son héritage politique – Le Phare "
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=206434&Actualiteit=selected

" Décrispation du climat politique, les propositions pratiques du Rassemblement à la Cenco – Le Potentiel "
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=206434&Actualiteit=selected

" Non à la violence. RDC : des appels à la paix se multiplient ! "
° http://www.laprosperiteonline.net/affi_article.php?id=11887&rubrique=POLITIQUE

" EU EGARD A CE QUI SE CHUCHOTE AUTOUR DE LA DATE FATIDIQUE DU 19 DECEMBRE
GARE A LA VIOLENCE"

° http://www.forumdesas.org/spip.php?article9550

" Atteintes aux droits de l’Homme : HRW exige des sanctions ciblées contre Kinshasa – Le Phare "
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=206434&Actualiteit=selected

" Répression en RDC: une résolution pour des sanctions européennes
° http://www.rfi.fr/afrique/20161125-rdc-sanctions-resolution-conseil-europe-marie-arena-gsd
Après les Etats-Unis, l’Union européenne fait aussi monter la pression sur la République démocratique du Congo pour que des sanctions soient prises contre des personnalités congolaises qui seraient impliquées dans la répression de manifestations ou les arrestations arbitraires qui se sont multipliées ces derniers mois dans le pays. Une résolution est en cours de préparation.

A la tête de cette initiative, les députés socialistes européens qui, depuis quelques jours, préparent une résolution demandant à ce que des sanctions soient prises contre un certain nombre de personnalités congolaises. Cette résolution sera présentée la semaine prochaine au Parlement européen et elle vise à faire pression sur le Conseil des ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne. La question des sanctions imposables à la RDC est au menu de la prochaine réunion prévue pour le 12 décembre.

RFI a interrogé Marie Arena, députée belge du groupe des Socialistes et Démocrates, qui participe à la rédaction de cette résolution. Pour elle, il est important « que l’Europe donne un message clair par rapport aux autorités congolaises sur la question de la sécurité et du respect des citoyens congolais ».
L’Europe est un des premiers donateurs de la République démocratique du Congo, rappelle la députée. « Nous sommes dans le cadre de l’accord de Cotonou, c’est-à-dire que nous avons, vis-à-vis de la République démocratique du Congo, un certain nombre de principes que mutuellement nous avons décidé de respecter. Et quand la République démocratique du Congo et son gouvernement ne respectent pas la question de la liberté d’expression par rapport à l’organisation des élections, eh bien ils ne respectent pas l’accord que nous avons passé entre nous pour pouvoir continuer à travailler ensemble ».

« Les Américains ont déjà pris un certain nombre de sanctions vis-à-vis de dirigeants congolais », rappelle encore Marie Arena, « donc je pense qu’il est important aussi que l’Europe donne ce message clair, pour faire en sorte que les autorités congolaises n’utilisent pas la force, comme elles l’ont fait jusqu’à maintenant, pour réprimer ces différents points de vue aujourd’hui qui s’expriment en RDC en ce qui concerne lacandidature du président Kabila ».

Marie Arena: «Il est important d'avoir des sanctions ciblées» pour ne pas pénaliser la population
25-11-2016 - Par Léa-Lisa Westerhoff
00:00 
00:00


 " La Monusco "adoube" le Premier ministre Badibanga "
° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=11330

"RDC: la présidence répond aux jeunes de la campagne «Bye bye Kabila» "
° http://www.rfi.fr/afrique/20161124-rdc-presidence-repond-jeunes-campagne-bye-bye-kabila


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: Samy Badibanga 1er Ministre

Message  ndonzwau le 26/11/2016, 4:51 pm

Depuis quelque temps, instruit par l’analyse plus exhaustive de la situation du pays en même temps qu’alerté par quelques fuites, je ne cesse de répéter que non seulement les « coulisses » des tractations autour de la signature de l’accord du dialogue de la Cité de l’Oua, de la nomination de Badibanga comme PM et de sa suite (composition de son gouvernement !) sont plus parlantes et donc nécessitent investigation mais aussi mutatis mutandis ce qui se dit en public notamment par l’Udps souvent dans la bouche du pauvre Kabund, son SG, est tout sauf la stricte vérité des décisions et actions stratégiques des véritables « répondants » au nom de Tshisekedi, son premier entourage familial et politique qui en fait, négocie avec le pouvoir comme il se doit dans la stricte discrétion !

Je ne cesse non plus de signaler ma préférence pour une stratégie moins intransigeante de négociation directe pouvoir-rassemblement parce que d’abord, qu’on le veuille ou non, c’est encore le pouvoir qui « réussit ses coups » et l’opposition qui «  échoue, se laisse imposer sa stratégie », ensuite parce que dans l’état actuel des choses, un électorat quelque peu lassé et déstabilisé devant l’échec de ses récentes mobilisations et l’occurrence même du dialogue (ce n’est pas rien que le pouvoir ait réussi de l’organiser en « débauchant » une frange pas si insignifiante de l’opposition) et enfin parce que je me rends de plus en plus compte que l’alternative politico-populaire a moins de chances de réussir…

Tout cela pour faire part ci-dessous des « révélations » peut-être un peu plus dignes de lecture parce que venant d’un site qui en assume la paternité, « Wondo dans son DESC », sur les « éventuelles conditions » que pose le « Rassemblement » pour rejoindre les signataires de l’accord issu dialogue ! (L'Apareco de Ngbanda ne dit pas exactement autre chose !)

Ce n’est pas de l’authenticité de tout le détail qu’il[url=#99763138] importe[/url] de discuter ici mais plutôt de l’indication qu’il donne sur les stratégies possibles et éventuellement en cours…
La question qui vaille c'est de savoir si cette voie plutôt logique plutôt réaliste réussira-t-elle mieux devant un adversaire/interlocuteur en relative position de force, dans tous les cas plus à l'initiative pour vendre ses conditions de paix et de stabilité ?
Attendons voir mais je ne crois toujours pas que si le "Rassemblement accepte de "négocier ses propres conditions", ne se donne pas plus de chances de réussir...


" Flash DESC : Le Rassemblement pose ses conditions pour cautionner le glissement de Kabila "
° http://desc-wondo.org/fr/flash-desc-le-rassemblement-pose-ses-conditions-pour-cautionner-le-glissement-de-kabila/



Il nous revient des sources autorisées que la plateforme politique et des forces sociales acquises au changement, le Rassemblement, vient de poser ses conditions d’acceptation que le président Joseph Kabila reste au pouvoir au-delà de son mandat prévu le 19 décembre 2016, pour une courte période transitoire d’un an maximum. Une période destinée uniquement à l’organisation de l’élection qui doit se tenir en 2017, qui sera cogérée principalement par la majorité présidentielle et le Rassemblement.
Alors qu’il était le dernier verrou à faire[url=#46280273] sauter[/url] pour permettre un règlement politique à la mission des bons offices entreprise par la CENCO, au lendemain de la signature de l’accord de la cité de l’UA, Etienne Tshisekedi, le président du Conseil des sages du Rassemblement, a accepté la possibilité de trouver compromis politique avec Joseph Kabila moyennant les conditions suivantes :
 



1. Kabila doit adresser un discours solennel à la nation dans lequel il déclare publiquement qu’il ne briguera pas un troisième mandat.
2. L’élection présidentielle doit se tenir à une date précise en 2017.
3. Kabila doit déclarer que la Constitution ne sera ni révisée ni changée et pas de référendum constitutionnel.
4. La libération de tous les prisonniers politiques avant le 19 décembre 2016.
5. Le Rassemblement cogère avec la MP la période transitoire, avec un partage équitable des[url=#69340148] portefeuilles[/url] ministériels (surtout régaliens), un contrôle équitable des services de sécurité (Armée, Police, Renseignements, DGM…), des entreprises (para)publiques et des organes d’appui aux institutions (CENI, CSAC : Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication).
6. Le Rassemblement désigne le Premier ministre au sein de l’opposition qui n’a pas participé au dialogue de la cité de l’UA.
7. Kabila (et non pas son Directeur de cabinet) doit apposer sa signature personnelle sur le document d’accord qui sera conclu!

La mission de conciliation menée par la CENCO a été parrainée par les Etats-Unis, l’Angola et le Congo-Brazzaville. Ces trois pays ont promis de superviser l’accord qui en serait issu, si Kabila accepte ce qu’il a refusé avec arrogance aux délégués du Conseil de sécurité de l’ONU!

Cependant, DESC reste très dubitatif sur la réussite de cette démarche – qualifiée de la dernière chance – entreprise par le prélat congolais. Nous pouvons avancer sans être contredit que ces conditions seront rejetées en bloc par Kabila dont la seule obsession est de se maintenir indéfiniment au pouvoir en RDC. Ayant eu vent de ces propositions, Kabila a précipité son discours à la nation, qu’il prononce habituellement en décembre, pour avertir que la seule base de compromis politique reste l’accord obtenu par Edem Kodjo et rien d’autre. C’est le même message qu’il a répété aux conciliateurs de la CENCO et transmis avec condescendance aux délégués des pays membres du Conseil de sécurité de l’ONU[1].
Il sied de rappeler que dans son échange avec les émissaires des Nations unies, le président Kabila a ouvertement fait savoir que la Constitution pouvait également faire l’objet d’une révision ou d’un changement par référendum. Ce, d’autant que toute référence à une interdiction explicite de briguer un troisième ou de modifier ou changer la constitution par référendum a été soigneusement sucrée dans le projet d’accord de la Cité de l’UA.

D’ailleurs, devant ses collaborateurs à Kingakati-Buene, Kabila avait averti de ne pas se laisser distraire par les négociations « bidon » avec le Rassemblement qu’entreprend la CENCO, alors que les cadres du Rassemblement et son réseau occidental se préparent à instaurer le chaos dans le pays en recourant à la violence.
Lors de la présentation de ses mémoires le 23 novembre à Bruxelles, l’ancien Sous-secrétaire d’Etat américain aux Affaires africaines, Herman J. Cohen là Bruxelles, a déclaré que les Etats-Unis, la France, la Belgique, la Grande-Bretagne et l’Union européenne travaillent désormais étroitement ensemble et dans une même direction sur le dossier Congo. Ils entretiennent des contacts très réguliers. D’ailleurs l’Envoyé spécial du président américain, Tom Perriello, se rend au moins une fois par moi en Belgique pour rencontrer les autorités politiques belges et européennes. Ces pays soutiennent tous la démarche de conciliation des points de vue entreprise par la CENCO, une démarche de la dernière chance, selon un diplomate européen. De la sorte, la partie qui refusera de jouer le jeu politique sera tenue responsable de l’échec de la mission de conciliation. Ainsi, la communauté internationale lui imputera la responsabilité totale du blocage politique et de la crise politique qui pourrait en découler. Par conséquent, en cas de graves troubles débouchant à la violence, la partie réfractaire au compromis politique sera passible de sanctions plus sévères et de poursuites pénales sur le plan international.

Petit-à-petit, il saute aux yeux de l’opinion nationale et internationale que le kamikaze politique du type jihadiste, Joseph Kabila, est le seul cancer de la crise congolaise aujourd’hui, qui survivra aux soins politico-diplomatico palliatifs proposés par la communauté internationale. Entretemps le temps est compté pour les Congolais qui aspirent à voir un autre président au 20 décembre 2016 et veulent lui dire Bye Bye le 19 décembre 2016.

Référence

[1]  See more at: http://desc-wondo.org/fr/desc-confidentiel-kabila-ridiculise-les-delegues-du-cs/#sthash.QyCP6KQ9.dpuf.

Exclusivité DESC"[/size]








[*]




Compatriotiquement!




# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: Samy Badibanga 1er Ministre

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 7:27 am


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum