NOUVELLES SANCTIONS DES AMERICAINS & EUROPEENS

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: NOUVELLES SANCTIONS DES AMERICAINS & EUROPEENS

Message  Troll le 15/12/2016, 11:57 pm

Shocked Shocked SANCTIONS ? Question


Empereur HH What a Face yo mutu o vandi na State What a Face
http://www.voaafrique.com/a/empire-economique-de-la-famille-kabila-lui-rapporte-une-fortune/3637293.html Idea

Après les sanctions......la fortune sera "sanctionée" Question What a Face

Revenir en haut Aller en bas

Re: NOUVELLES SANCTIONS DES AMERICAINS & EUROPEENS

Message  Hiro-Hito le 16/12/2016, 12:34 am

Frere c depuis ce matin que je me suis reveiller avec cet article de Bloomberg, Je dois avouer q'il y a un conflit en moi.
Apres avoir vu cet article, j'ai vu qlqch qui parlait des discussions autour de la Cenco, une offre tres louable, mais a voir la suite jusque la, Kabila serait moins intelligent de ne pas accepter cette offre.
Au fait, Je lisais qu'on proposait a Kabila de rester Senateur a vie et de ne pas faire object d'une quelconque investigation. il devait declarer ds les 48 hrs qui suivait l'accord, en public, qu'il n'allait pas se presenter coe candidat a sa succession et mm pas modifier la constitution, les elections allaient etre organizer autour de mi-2017, et apartir de l'accord, les pretres prennaient tte la charge, c dire la tete de la CENI, le suivi des resolutions et l'executif, donc Kabila allait etre juste un simple figurant jusqu'en 2017 vers le milieu.

Je pensais que c'etait un bon deal pour lui, bien que avec tt ce qu'il a vole comme on nous revele, il n'allait pas etre inquiete, c cette partie qui ne m'arrange pas, et c evidemment cette incertitude qui fasse qu'il soit reticent.
Jusque la, on dit que pas de compromise autour de la CENCO, la MP XL c'est dire + UNC...ou disons en gros les signataires de l'accord du 18, ne veulent pas qu'on parle de Kabila ne peut se presenter ou ne peut modifier la constitution, pour les mesures de decrispations, ils veulent une commission qui va examiner cas par cas...



Troll a écrit:Shocked Shocked    SANCTIONS ? Question


Empereur HH What a Face yo  mutu  o vandi na State What a Face
http://www.voaafrique.com/a/empire-economique-de-la-famille-kabila-lui-rapporte-une-fortune/3637293.html Idea

Après  les sanctions......la fortune sera "sanctionée" Question What a Face

_________________
Cooperation only lasts as long as the status quo is unchanged (National Treasure)

I demand respect, if I can't get it, I'll take it

et que celui qui n'a pas d'épée vende son vêtement et achète une épée. Luc 22:36
avatar
Hiro-Hito
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NOUVELLES SANCTIONS DES AMERICAINS & EUROPEENS

Message  Troll le 16/12/2016, 12:49 am

Razz "DEAL DU VATICAN"

Pendant le dialogue de Kodjo, Kabila avait fait un voyage au Vatican... Jusqu´á ce jour nous ne savons pas très bien de quoi il avait parlé avec le Pape Cool

Bo zo landa? Sans surprise, Kabila se tourne vers l´Église Catholique...pour tenir un second dialogue Surprised Surprised

Le cas Pinochet


Ceux qui ne prenent pas en compte l´impact du Vatican..devraient se souvenir de Pinochet, malade en Grande Bretagne qui devait être "transferé" en Espagne pour être jugé Idea Like a Star @ heaven sur intervention du Vatican Like a Star @ heaven ..la Grande Bretagne avait relaché Pinochet Like a Star @ heaven

Le "deal du Vatican" Question ...En tout cas, les informations que les USA sont entrain de lacher en public...seraient une sorte de message What a Face ..si les USA souhaitent réellement que Kabila decampe le 20 decembre, que peuvent faire les évêques et le Nonce ?

Notez en passant comment le Nonce (ambassadeur du Vatican) avait dit expressement que Like a Star @ heaven Katumbi devait revenir Like a Star @ heaven Et depuis, le camp Kabila semble faire obstacle á cette demande Embarassed


Le deal du Pape Question Wait and see Like a Star @ heaven

Revenir en haut Aller en bas

Re: NOUVELLES SANCTIONS DES AMERICAINS & EUROPEENS

Message  ndonzwau le 16/12/2016, 1:32 am

Arafat a écrit:
ndonzwau a écrit:

La logique des Usa qui l'excomunient à ce stade est d'épingler les plus "responsables"
à leurs postes dans la volonté et les actes du pouvoir à empêcher l'alternance mais ils ont, selon les fuites, au moins une trentaine des noms pour lesquels ils ont pour chacun un dossier bien documenté...
Ne doutez donc point que Butshabu qui cumule les charges intellectuelles et exécutives (d'autres y compris vous-même ont déjà tenté de les détailler sur cette page, je n'y reviendrais donc pas) que vous semblez négliger mérite son inculpation à tous ces niveaux...
Oui, je veux bien que vous fassiez allusion à la logique des USA, n´est-ce pas qu´ils avaient aussi demontré aux yeux de tous et avaient brandi des preuves au monde entier démontrant que Saddam Hussein détenait des armes chimiques?

Vous avez tout à fait raison et je l’ai dit plus haut : derrière les sanctions de l’Occident il y’a « une logique impérialiste et un ciblage sélectif du Congo » qui sont préjudiciables aux « Damnés de la Terre » que nous sommes et supposent aussi omissions et mensonges de leur part…
Ce que je condamne davantage ici ce sont les mensonges et crimes de nos propres potentats : entre les rodomontades ridicules et impuissantes de Mende ou de Butshabu, les Congolais et les mensonges d’Obama, l’Américain, qu’est-ce qui cache le mécanisme le plus destructeur pour le peuple Congolais ?
Et surtout dans les intrigues délictuelles de nos potentats et de leurs collaborateurs la vérité est connue de tous !
Cela dit, deux remarques :


1° Vous n’allez pas vous sauver en comparant deux ordres d’évènements et d’actes incomparables : les mensonges de Bush (Powel) sur des armes chimiques introuvables de S Hussein qui ont signé l’entrée en guerre de l’hyperpuissance américaine en Irak, càd la matérialisation pour les stratèges américains d’une lutte contre leur « axe du mal », la sinistre « guerre mondiale des civilisations » rôdant autour, avec l’excomuniation d’un petit potentat des bidonvilles planétaires qu’est ‘JK’…
La guerre en Irak puis en Afghanistan, vous n’en doutez pas est autrement plus importante et sa décision exigeait bien des témérités d’Etat peut-être pas transposables à tout…

Malgré ce mensonge non seulement rien n’a empêché l’Amérique d’entrer en guerre mais aussi de drainer derrière elle quasiment tout l’Occident…
Là encore on mesure combien la réponse qui dans votre bouche relaie l’avis de Mende et de ce pouvoir est vraiment anecdotique, un coup d’épée dans l’eau qui affaiblit encore plus le Congo et l’Afrique : il faut une résistance autrement plus responsable et plus intelligente qui défend la souveraineté en étant efficace pour son peuple, tout le contraire du pouvoir de ‘JK’ depuis 10 ans qu’il a été élu et réélu…

Bref, s’agissant de Butshabu et de ses congénères, le problème disais-je, est autrement moins stratégique que la guerre en Irak et surtout il est ailleurs : en même temps qu’on doute que la grande Amérique prenne un risque inutile de fabriquer des dossiers bidons pour des minables (à leurs yeux) « collabo » du Tiers-Monde Congolais, nous n’avons pas besoin de notre côté d’eux pour connaître la vérité, elle saute aux yeux de tout observateur un tant soit peu sensé et honnête…

Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: NOUVELLES SANCTIONS DES AMERICAINS & EUROPEENS

Message  ndonzwau le 26/5/2017, 4:45 am

"L'UE menace la RDC de nouvelles sanctions"
° http://www.rfi.fr/afrique/20170307-union-europeenne-menace-rdc-nouvelles-sanctions-transition-violences

"HRW appelle à de nouvelles sanctions contre des autorités de la RDC"
° http://www.voaafrique.com/a/hrw-appelle-a-de-nouvelles-sanctions-contre-des-autorites-de-la-rdc/3844714.html

"L’UE envisage de nouvelles sanctions contre l’entourage de Joseph Kabila le 15 Mai prochain "
° http://www.sangoyacongo.com/2017/05/lue-envisage-de-nouvelles-sanctions.html

"L’Union européenne prépare de nouvelles sanctions contre la RDC"
° http://www.voaafrique.com/a/l-union-europeenne-prepare-de-nouvelles-sanctions-contre-la-rdc/3869325.html

"Des sanctions “imminentes” de l’UE cibleraient 9 nouveaux responsables congolais"
° https://actualite.cd/2017/05/24/des-sanctions-imminentes-de-lue-cibleraient-9-nouveaux-responsables-congolais/

"Sanctions de l’UE: «Nous n’allons pas accepter cela, je l’ai déjà dit» (Okitundu)"
° https://actualite.cd/2017/05/24/sanctions-de-lue-nallons-accepter-lai-deja-dit-okitundu/

"Voici les neuf personnes qui pouraient être sanctionnées par l’UE"
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2017/05/25/boshab-mende-sharady-kazembe-voici-neuf-personnes-pouraient-etre-sanctionnees-lue.html


"Belges et Français protègent des ‘’infiltrés’’"
Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes
° http://lepotentielonline.com/index.php?option=com_content&view=article&id=17031:belges-et-francais-protegent-des-infiltres&catid=85:a-la-une&Itemid=472
° ° http://lepotentielonline.com/index.php?option=com_content&view=article&id=17028:brebis-galeuses&catid=85:a-la-une&Itemid=472

Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: NOUVELLES SANCTIONS DES AMERICAINS & EUROPEENS

Message  ndonzwau le 28/5/2017, 1:58 am

PS

ndonzwau a écrit:
"L'UE menace la RDC de nouvelles sanctions"
° http://www.rfi.fr/afrique/20170307-union-europeenne-menace-rdc-nouvelles-sanctions-transition-violences

"HRW appelle à de nouvelles sanctions contre des autorités de la RDC"
° http://www.voaafrique.com/a/hrw-appelle-a-de-nouvelles-sanctions-contre-des-autorites-de-la-rdc/3844714.html

"L’UE envisage de nouvelles sanctions contre l’entourage de Joseph Kabila le 15 Mai prochain "
° http://www.sangoyacongo.com/2017/05/lue-envisage-de-nouvelles-sanctions.html

"L’Union européenne prépare de nouvelles sanctions contre la RDC"
° http://www.voaafrique.com/a/l-union-europeenne-prepare-de-nouvelles-sanctions-contre-la-rdc/3869325.html

"Des sanctions “imminentes” de l’UE cibleraient 9 nouveaux responsables congolais"
° https://actualite.cd/2017/05/24/des-sanctions-imminentes-de-lue-cibleraient-9-nouveaux-responsables-congolais/

"Sanctions de l’UE: «Nous n’allons pas accepter cela, je l’ai déjà dit» (Okitundu)"
° https://actualite.cd/2017/05/24/sanctions-de-lue-nallons-accepter-lai-deja-dit-okitundu/

"Voici les neuf personnes qui pouraient être sanctionnées par l’UE"
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2017/05/25/boshab-mende-sharady-kazembe-voici-neuf-personnes-pouraient-etre-sanctionnees-lue.html


"Belges et Français protègent des ‘’infiltrés’’"
Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes
° http://lepotentielonline.com/index.php?option=com_content&view=article&id=17031:belges-et-francais-protegent-des-infiltres&catid=85:a-la-une&Itemid=472
° ° http://lepotentielonline.com/index.php?option=com_content&view=article&id=17028:brebis-galeuses&catid=85:a-la-une&Itemid=472
Compatriotiquement !

"Répression en RDC: l'Union européenne épingle de nouveau des noms d'officiels"
° http://www.rfi.fr/afrique/20170527-rdc-ue-congo-union-mende-shadari-kasai-mutond
L'UE avait déjà pris des sanctions contre des personnalités congolaises. Elle vient de dresser une nouvelle liste de neuf hauts responsables de RDC, qui vont se voir à leur tour sanctionnés le mois prochain. Ceux-ci n'auront plus droit aux visas Schengen et leurs biens et avoirs en Europe vont être gelés.

Les Européens constatent qu'à l'évidence, le message de leur condamnation - au moins morale - de la conduite des affaires en République démocratique du Congo n'a pas été bien compris à Kinshasa. Aussi, l'UE entend faire preuve d'une fermeté nouvelle vis-à-vis de ceux qui, en RDC, se rendent coupables de violations graves et répétées des droits humains, de recours excessif à la force, et qui par leur parole et leurs actions, sabotent systématiquement toute tentative de décrispation.
Une liste de sept individus liés au régime actuel avait été dressée à la fin de l'année dernière, déclenchant à l'encontre de ces personnes les sanctions personnelles classiques : interdiction de séjour et de transit dans l'UE, gel des biens et des avoirs détenus dans l'Union européenne. Selon l'Union européenne, ces personnes sont impliquées dans la répression, principalement dans les trois provinces du Kasaï, au Kivu, au Congo central et dans la capitale Kinshasa.

Or, des éléments factuels nouveaux ont été portés à l'attention des pays de l'UE, et de ce fait, les ambassadeurs des Vingt-Huit pays membres de l'Union viennent d'avaliser une extension de cette liste à neuf personnes supplémentaires, tel que proposé par la délégation européenne dans la capitale congolaise. La liste vise trois militaires ou miliciens, et six responsables politiques, ministres ou gouverneurs de province.

Quelques noms bien connus en RDC

On relève en particulier le nom d'Evariste Boshab, vice-Premier ministre et ministre de l'Intérieur et de la sécurité publique jusqu'en décembre 2016. Il y a aussi Ramazani Shadary, actuel ministre de l'Intérieur et de la sécurité publique, responsable à ce titre de l'usage disproportionné de la force dans le Kasaï, selon l'UE. Mais l'UE n'oublie pas le visage médiatique du pouvoir congolais, le ministre de l'Information Lambert Mende, considéré comme le porte-parole de la politique répressive du gouvernement.
Au tout dernier moment, le colonel Paul Mugisha Muhumuza a été retiré de la liste faute de preuves jugées suffisantes. En revanche, le nom de Kalev Mutond, très redouté directeur de l'Agence nationale de renseignement, a été rajouté. Il est épinglé pour son rôle central dans la répression. En privé, diplomates et députés européens précisent que ces listes constituent autant de balises pour d'éventuelles inculpations le jour venu devant la justice nationale ou internationale.

Pour entrer en vigueur, la nouvelle liste de neuf noms doit cependant être entérinée par le Conseil des ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne le 19 juin prochain à Luxembourg. A moins qu'à l'initiative des Français et des Belges, on opte pour une procédure accélérée."


° http://www.politico.cd/en-off/2017/05/27/kalev-mutond-nouvelle-liste-sanctions-de-lue.html
°  https://actualite.cd/2017/05/27/ue-mende-boshab-shadary-6-autres-officiels-congolais-devraient-etre-sanctionnes-juin/


Pour ma part, je reste réservé quant aux succès de toutes ces successives sanctions diplomatiques et financières(?) lancées de l’Occident car si elles concernent de plus en plus le haut de l’appareil de ‘JK’, je crains qu’elles ne handicapent pas sur le terrain les ciblés et leur commanditaire dans leurs exercices diaboliques, ils gardent leurs latitudes de manœuvres aussi longtemps que ni les avoirs éventuellement placés en Occident, ni leur nécessité de s’y rendre ne seront vraiment prohibitifs pour toujours…

De plus si une CI occidentale (et alliés) est unanime dans cette condamnation, elle est quelque peu balancée par une autre CI (russe, chinoise et alliées) qui peut valablement suffire pour nos potentats sans compter des rumeurs d’une présence d’« infiltrés » autour de ‘JK’ ou dans son appareil que protégerait telle ou telle autre chancellerie parmi celles de cette CI occidentale…

Bref, selon moi, les cellules stratégiques de cette CI doivent fourbir d’autres armes que ces sanctions qui elles, agissent effectivement et directement sur le terrain…
Attendons voir…

Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: NOUVELLES SANCTIONS DES AMERICAINS & EUROPEENS

Message  ndonzwau le 29/5/2017, 5:24 am


"RDC:Sanctions incompletes-A quand des sanctions contre KABILA ? S'interroge Justine KASA-VUBU"




"TOKOMI WAPI? ENTRE BA COMBATTANTS NA U.E, NANI MUKOLO
BA SANCTIONS?"





Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: NOUVELLES SANCTIONS DES AMERICAINS & EUROPEENS

Message  ndonzwau le 29/5/2017, 9:43 pm

L’UE vient de confirmer formellement et officiellement ses sanctions contre les hauts-responsables Congolais coupables d’entraves à la démocratie et particulièrement de répression arbitraire des opposants et des citoyens qui ne pratiquent que leurs droits et libertés démocratiques, sans oublier leur responsabilité dans les foyers de tension en cours, aujourd’hui au Kasai et toujours au Nord-Kivu !

La question qui se pose comme nous l’ avions-nous déjà avancé, c’est d’évaluer dans quelle mesure l’interdiction de séjour dans l’espace de l’UE et le gel de leurs avoirs en Occident (pour presque tous la même mesure avait déjà été prise par les Américains) qui les frappent constituent des sanctions à ce point handicapantes sur le terrain ?

Rappelons leurs noms : 1° Kalev, 2° Bitshabu, 3° Mende, 4° Ramazani, 5° Gédéon Kyungu, 6° Kazembe (le contesté Gouverneur du Haut Katanga), 7° Kande (Gouverneur du Kasai Central), 8° Général Muhindo alias  Mundos (le sectateur des ADF et M23), 9° Général Ruhorimbere (jadis à Beni aujourd’hui au Kasai) !

Perso je ne vois pas en alternative plus efficace les (mêmes) sanctions appliquées à ‘JK’ comme je l’entends ici là car je ne crois pas la mesure ‘juridiquement et diplomatiquement recevable’ – les usages n’admettent pas tant que ça des sanctions directes des chefs d’Etats à partir d’institutions internationales certes mais sans pouvoir judiciaire explicite comme le sont la CPI ou la CIJ...
Ce qui quelque part peut se défendre tant si ce parti-pris manifeste était de mise, on n’hésiterait pas à accuser davantage les ‘puissants’ de rendre impossible l’exercice à bien des chefs d’Etat des pays faibles sinon le jeu diplomatique et souverain normal de tous…

Dans notre cas, il faut plutôt des sanctions plus en prise avec le terrain susceptibles de peser directement sur le cours des choses, elles doivent exister, l’Occident serait mieux avisé de les trouver et de les empoigner…


"Répression en RDC: neuf hauts responsables officiellement sanctionnés par l’UE
° http://www.rfi.fr/afrique/20170529-repression-rdc-neuf-hauts-responsables-sanctionnes-ue
Les noms avaient déjà commencé à circuler ce week-end, mais ce lundi 29 mai, l’information est désormais officielle. L’Union européenne prend des sanctions contre neuf hauts responsables du régime de Joseph Kabila en RDC. Signe que l’UE semble avoir pris la mesure des violences qui secouent le Kasaï, la plupart des noms sont en lien direct avec cette crise.

Il y a d'abord le très redouté chef de l'Agence nationale des renseignements congolais, Kalev Mutond. Jusqu'ici, il avait échappé aux sanctions, notamment à celles prises en décembre dernier. Il est épinglé pour son rôle central dans la répression qui frappe la RDC dans les Kasaï, mais aussi à Kinshasa.
Autre nom sur la liste : Evariste Boshab. L’ex-vice-Premier ministre et ministre de l'Intérieur et de la sécurité publique jusqu'en décembre 2016 est considéré comme l'architecte de la répression qui frappe les Kasaï, au centre du pays depuis août dernier.

Une situation qui tient à ses fonctions : la gestion de la sécurité sur le territoire, mais aussi celle des gouverneurs. Idem pour l'actuel ministre de l'Intérieur et de la sécurité publique Ramazani Shadari, responsable à ce titre de l'usage disproportionné de la force dans le Kasaï, selon l'UE.
Dans le collimateur de l’Union également, le chef milicien Gédéon Kyungu, dont les hommes sévissent dans cette zone alors qu'il est censé être en résidence surveillé à Lubumbashi.
]Mais aussi le gouverneur du Kasaï central, Alex Kandé Mupompa, présenté comme le relais du pouvoir de Kinshasa sur place. Ou encore le brigadier général Eric Ruhorimbere, chef des opérations militaires dans la région, accusé d'avoir commis des crimes depuis 20 ans dans le pays.
Dans la liste, on retrouve aussi Jean-Claude Kazembe Musonda, l'ex-gouverneur du Haut-Katenga et Muhindo Akili Mundos, commandant de la 31ème brigade de l’armée congolaise.

L'Union européenne n'a pas oublié non plus ceux qui, pour elle, entravent le processus démocratique, à commencer par le visage médiatique du pouvoir congolais, Lambert Mende. L’organisation régionale le considère comme le porte-parole de la politique répressive du gouvernement vis à vis des médias.« Un politique qui viole le droit à la liberté d'expression et d'information et compromet une solution consensuelle et pacifique en vue de la tenue d'élections », estime l'UE dans un communiquéToutes ces personnalités sont désormais visées par une interdiction de pénétrer sur le territoire de l’Union européenne, un gel de leurs avoirs ainsi que par l'interdiction de percevoir des fonds de quelqu'un en Europe."



"Sanctions UE: Voici ce qu’on reproche aux 8 officiels congolais et Gédéon Kyungu"
° https://actualite.cd/2017/05/29/sanctions-ue-voici-de-quoi-reproche-9-officiels-congolais/
L’Union Européenne vient d’adopter des sanctions contre Lambert Mende, ministre de la communication, Shadary Ramazani, ministre de l’intérieur, Evarist Boshab, ancien Ministre de l’Intérieur, Kalev Mutomb, inspecteur national de l’ANR, Alex Kande, gouverneur du Kasaï central, Jean-Claude Kazembe, gouverneur du Haut-Katanga, Erick Ruhorimbere, brigadier général, Muhindo Akili Mundos, un commandant de l’armée congolaise.
Voici en intégralité de quoi ces officiels sont reprochés.


Evariste Boshab, ancien vice-Premier ministre et ministre de l’intérieur et de la sécurité
En sa qualité de vice-Premier ministre et ministre de l’intérieur et de la sécurité de décembre 2014 à décembre 2016, Evariste Boshab était officiellement responsable des services de police et de sécurité ainsi que de la coordination du travail des gouverneurs provinciaux. À ce titre, il s’est rendu responsable de l’arrestation de militants et de membres de l’opposition, ainsi que d’un recours disproportionné à la force, notamment entre septembre 2016 et décembre 2016, en réponse à des manifestations organisées à Kinshasa, pendant lesquelles de nombreux civils ont été tués ou blessés par les services de sécurité. Evariste Boshab a donc contribué, en les planifiant, dirigeant ou commettant, à des actes constituant de graves violations des droits de l’homme en RDC.
Gédéon Kyungu Mutanga
Lorsqu’il était à la tête des milices Bakata Katanga, entre 2011 et 2016, Gédéon Kyungu Mutanga a contribué à de graves violations des droits de l’homme et à des crimes de guerre tels que des exécutions de civils et des attaques contre eux, notamment dans les zones rurales de la région du Katanga.
Gédéon Kyungu Mutanga dirige actuellement un groupe armé impliqué dans des atteintes aux droits de l’homme dans la province du Kasaï et soutenant des forces gouvernementales responsables de violations des droits de l’homme. Gédéon Kyungu Mutanga a donc contribué, en les planifiant, dirigeant ou commettant, à des actes constituant de graves atteintes ou violations des droits de l’homme en RDC.

Alex Kande Mupompa, Gouverneur du Kasaï central
En tant que gouverneur du Kasaï central, Alex Kande Mupompa est responsable du recours disproportionné à la force, de la répression violente et des exécutions extrajudiciaires, qui sont le fait des forces de sécurité et de la PNC au Kasaï central depuis 2016, y compris les assassinats illégaux présumés de miliciens Kamuina Nsapu et de civils à Mwanza Lomba, Kasaï central, en février 2017.
Alex Kande Mupompa a donc contribué, en les planifiant, dirigeant ou commettant, à des actes constituant de graves violations des droits de l’homme en RDC.
Jean-Claude Kazembe Musonda, ancien gouverneur du Haut-Katanga
En tant que gouverneur du Haut-Katanga jusqu’en avril 2017, Jean-Claude Kazembe Musonda a été responsable du recours disproportionné à la force et de la répression violente qu’ont exercé les forces de sécurité et la PNC dans le Haut Katanga, notamment entre le 15 et le 31 décembre 2016, période pendant laquelle 12 civils ont été tués et 64 blessés en raison d’un usage de la force létale par les forces de sécurité, notamment des agents de la PNC, en réponse à des protestations à Lubumbashi.
Jean-Claude Kazembe Musonda a donc contribué, en les planifiant, dirigeant ou commettant, à des actes constituant de graves violations des droits de l’homme en RDC.

Lambert Mende, ministre des communications et des médias, et porte-parole du gouvernement
En tant que ministre des communications et des médias depuis 2008, Lambert Mende est responsable de la politique répressive menée envers les médias en RDC, politique qui viole le droit à la liberté d’expression et d’information et compromet une solution consensuelle et pacifique en vue de la tenue d’élections en RDC. Le 12 novembre 2016, il a adopté un décret limitant la possibilité pour des médias étrangers de diffuser en RDC.
En violation de l’accord politique conclu le 31 décembre 2016 entre la majorité présidentielle et les partis d’opposition, en mai 2017 la diffusion d’un certain nombre de médias n’avait toujours pas repris.
En sa qualité de ministre des communications et des médias, Lambert Mende est donc responsable d’avoir fait obstacle à une solution consensuelle et pacifique en vue de la tenue d’élections en RDC, notamment par des actes de violence, de répression ou d’incitation à la violence, ou des actions portant atteinte à l’État de droit.
Muhindo Akili Mundos, commandant de la 31e brigade des FARDC
Muhindo Akili Mundos était le commandant des FARDC, dans le cadre de l’opération Sukola I, responsable d’opérations militaires contre les Forces démocratiques alliées (ADF) d’août 2014 à juin 2015. Il a recruté et équipé d’anciens combattants d’un groupe armé local pour participer à des exécutions extrajudiciaires et à des massacres à partir d’octobre 2014.
Muhindo Akili Mundos a donc contribué, en les planifiant, dirigeant ou commettant, à des actes constituant de graves violations des droits de l’homme en RDC.

Général de brigade Éric Ruhorimbere, commandant adjoint de la 21e région militaire (Mbuji-Mayi)
En tant que commandant adjoint de la 21e région militaire depuis le 18 septembre 2014, Éric Ruhorimbere s’est rendu responsable du recours disproportionné à la force et des exécutions extrajudiciaires perpétrées par les FARDC, notamment contre les milices Nsapu, ainsi que des femmes et des enfants.
Éric Ruhorimbere a donc contribué, en les planifiant, dirigeant ou commettant, à des actes constituant de graves violations des droits de l’homme en RDC.
Ramazani Shadari, vice-Premier ministre et ministre de l’intérieur et de la sécurité
Dans ses fonctions de vice-Premier ministre et ministre de l’intérieur et de la sécurité depuis le 20 décembre 2016, Ramazani Shadari est officiellement responsable des services de police et de sécurité ainsi que de la coordination du travail des gouverneurs provinciaux. À ce titre, il est responsable de la récente arrestation d’activistes et de membres de l’opposition, ainsi que de l’usage disproportionné de la force depuis sa nomination, tel que les mesures de répression violente prises contre des membres du mouvement Bundu Dia Kongo (BDK) au Kongo central, la répression à Kinshasa en janvier et février 2017 et le recours disproportionné à la force et à la répression violente dans les provinces du Kasaï.
À ce titre, Ramazani Shadari contribue donc, en les planifiant, dirigeant ou commettant, à des actes constituant de graves violations des droits de l’homme en RDC.

Kalev Mutondo, directeur (officiellement administrateur général) de l’Agence nationale du renseignement (ANR)
Depuis longtemps directeur de l’Agence nationale du renseignement (ANR), Kalev Mutondo est impliqué dans l’arrestation arbitraire et la détention de membres de l’opposition, de militants de la société civile et d’autres personnes, ainsi que dans les mauvais traitements qui leur ont été infligés, et en porte la responsabilité. Par conséquent, il a porté atteinte à l’État de droit, fait obstacle à une solution consensuelle et pacifique en vue de la tenue d’élections en RDC, et planifié ou dirigé des actes qui constituent de graves violations des droits de l’homme en RDC."


° http://www.radiookapi.net/2017/05/29/actualite/politique/rdc-lue-sanctionne-9-personnalites-pour-violation-des-droits-de
° http://www.politico.cd/encontinu/2017/05/29/mende-boshab-shadary-mutond-officiellement-sanctionnes-lue.html
° http://www.voiceofcongo.net/kalev-mende-boshab-et-autres-officiellement-sanctionnes-par-lue


" L’Union Européenne justifie ses sanctions"
°  http://www.politico.cd/actualite/la-une/2017/05/29/lunion-europeenne-justifie-sanctions.html
Le Conseil de l’Union Européenne a adopté ce lundi des nouvelles sanctions contre 9 personnes occupant des postes de responsabilités dans l’administration de l’Etat et dans la chaîne de commandement des forces de sécurité en République démocratique du Congo (RDC). Elles s’ajoutent aux 7 personnes que l’UE avaient déjà soumises à des sanctions le 12 décembre 2016, en réponse aux « entraves au processus électoral et aux violations des droits de l’homme qui y étaient liées.  »

Pout cette institution, ces personnalités sont « responsables de graves violations des droits de l’Homme« .
« L’UE reste également préoccupée par les restrictions persistantes sur l’espace démocratique et les droits fondamentaux, notamment les restrictions sur les médias et l’interdiction des manifestations«
 , explique-t-on dans un communiqué publié dans la foulée.
Ces sanctions sont également motivées par, sur le plan politique, par « le manque de consensus » pouvant aider à conduire la transition. Cette instabilité ne pourra se stabiliser que, selon l’UE, que si le pays réussit à organiser les élections « dans les meilleurs délais et dans le respect de la Constitution ainsi que de l’Accord politique du 31 décembre 2016« .

L’UE plaide également pour la mise en place « de bonne foi » des institutions de transition réellement inclusives et la mise en œuvre rapide des mesures de décrispation. « Un espace d’expression et de débat sans entrave est indispensable pour permettre aux citoyens de se prononcer librement en vue des élections« , souhaite-t-on.
Pour réussir l’organisation des élections réellement transparentes et crédibles, l’UE reste d’avis qu’il faut la publication d’un calendrier électoral et d’un budget « consensuels conformément à l’Accord politique« .
En attendant des mesures additionnelles, ces neufs proches du Chef de l’État sont interdits de pénétrer sur le territoire de l’UE et leurs avoirs sont gelés."



" « La crise dans le Kasaï a atteint une ampleur exceptionnelle », dénonce l’UE"
° http://www.politico.cd/encontinu/2017/05/29/crise-kasai-a-atteint-ampleur-exceptionnelle-denonce-lue.html

"En marge des enquêtes de la justice militaire et du député Sesanga : massacres au Kasaï pas seulement Kanku !"
° http://www.lephareonline.net/marge-enquetes-de-justice-militaire-depute-sesanga-massacres-kasai-kanku/

"Jean-Marc Kabund dénonce le rapport du SG de l’ONU"
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2017/05/29/jean-marc-kabund-denonce-rapport-sg-de-lonu.html


"INVITÉ AFRIQUE
G. Chikoti: au Kasaï en RDC, «la solution, c’est une entente globale entre tribus»"

° http://www.rfi.fr/emission/20170529-georges-chikoti-ministre-angolais-relations-exterieures

"Tueries de Beni (2015 -2016) : les Nations Unies accusent des officiers FARDC"
° http://www.lephareonline.net/tueries-de-beni-2015-2016-nations-unies-accusent-officiers-fardc/


"La RDC et le Nigeria sont les pays africains les plus touchés par les déplacements internes de population en 2016"
° http://www.jeuneafrique.com/440802/politique/rdc-parmi-pays-plus-affectes-deplacements-de-population/


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: NOUVELLES SANCTIONS DES AMERICAINS & EUROPEENS

Message  ndonzwau le 30/5/2017, 5:16 am

"RDC : l’UE sanctionne plusieurs caciques du pouvoir"
° http://afrikarabia.com/wordpress/rdc-lue-sanctionne-neuf-caciques-du-pouvoir/
Neufs hauts responsables de l’appareil sécuritaire de République démocratique du Congo (RDC) ont été sanctionnés par l’Union européenne (UE) pour leur rôle dans les violences au Kasaï et dans la répression

L’étau se resserre autour de l’appareil séculaire congolais. La sanction de l’Union européenne est tombée ce lundi pour neuf personnalités congolaises responsables, selon l’UE, « de graves violations des droits de l’homme ». En décembre 2016, sept hauts responsables avaient déjà été sanctionnés par l’Union, essentiellement pour leur implication dans la violente répression des manifestations anti-Kabila de septembre 2016, qui avait fait une cinquantaine de morts. Dans cette première liste, on retrouvait le commandant de la région militaire de Kinshasa, Gabriel Amisi, le commandant de la garde présidentielle, Ilunga Kampete, le patron de la police de Kinshasa, Célestin Kanyama, ou le général Numbi.

Les politiques désormais ciblés

Ce lundi, l’Union européenne a décidé de durcir le ton et d’élargir la liste, en sanctionnant également des politiques. Ce sont les violences au Kasaï, « d’une ampleur exceptionnelle sur le plan à la fois sécuritaire, humanitaire et des droits de l’Homme » qui ont poussé l’Union européenne à sévir une nouvelle fois. « L’UE s’inquiète des rapports faisant état de l’usage disproportionné de la force par les services de l’Etat, et en particulier les forces de sécurité, dans la gestion de la crise au Kasaï » estime le Conseil de l’Union. Dans cette nouvelle liste, des responsables politiques de premier plan sont cette fois-ci touchés. On y trouve Ramazani Shadari, vice-Premier ministre et ministre de l’intérieur et de la sécurité, pour son rôle dans la répression contre les membres du mouvement Bundu dia Kongo en janvier et février 2017. Mais figure également Évariste Boshab, ancien vice-Premier ministre et ministre de l’intérieur et de la sécurité pour avoir eu recours à la force pendant les manifestations de septembre et décembre 2016. Jean-Claude Kazembe Musonda, ancien gouverneur du Haut-Katanga est également sur la liste pour la répression violente des opposants politiques dans la riche province minière en décembre 2016. Alex Kande Mupompa, gouverneur du Kasaï central est visé pour « assassinat illégal et exécutions extrajudiciaires » dans sa province à l’encontre de miliciens Kamuina Nsapu.

Mende et Kalev sanctionnés

Mais le message le plus fort provenant de l’Union européenne concerne le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, qui fait lui aussi l’objet de sanctions. L’UE lui reproche sa répression envers les médias, la publication d’un décret limitant la possibilité pour des médias étrangers de diffuser en RDC, et on pense bien sûr à RFI, interdite d’émettre à Kinshasa depuis novembre 2016. Òn notera que l’UE s’attaque enfin au très redouté patron des services de renseignements congolais (ANR), Kalev Mutondo, jusque-là étonnamment épargné par la communauté internationale. Au coeur du système de répression congolais, on disait de Kalev qu’il rendait quelques menus services à certains pays occidentaux. Son nom est désormais sur la liste noire de l’Union. Et comme les autres responsables sanctionnés : ses avoirs sont gelés et il a interdiction de voyager dans l’Union européenne. Le Conseil spécifiant bien que « les mesures restrictives entrent en vigueur immédiatement. » Les trois dernières personnes ciblée sont Gédéon Kyungu,  l’ancien chef de milices et deux commandants de brigades, Muhindo Akili Mundos, commandant de la 31e brigade des Forces armées congolaises, et Éric Ruhorimbere, général de brigade. Reste à savoir si ces sanctions produiront un adoucissement de l’appareil sécuritaire congolais. Pour l’heure, les premières sanctions de décembre n’ont pas vraiment produits d’effets sur la répression politique et sur la spirale de la violence qui entraîne les Kasaï."



"« Nous serons heureux de voir l’UE cibler directement Joseph Kabila » (Kabund) "

° https://actualite.cd/2017/05/29/nous-serons-heureux-de-voir-lue-cibler-directement-joseph-kabila-kabund/
Jean-Marc Kabund, secrétaire général de l’UDPS (Union pour la Démocratie et le Progrès Social), s’est dit satisfait des sanctions imposées par l’UE à huit officiels congolais et Gédéon Kyungu. Dans une interview accordée à ACTUALITE.CD, le numéro un de l’Udps invite l’Union Européenne à élargir les sanctions jusqu’au président de la République, Joseph Kabila.

Quelle appréciation faites-vous des sanctions contre les neuf officiels congolais ?
Présentement j’éprouve le sentiment de grande joie parce que l’Union Européenne vient de comprendre que le Congo n’a pas de problème que Kabila et sa bande. En sanctionnant tous ces gens du pouvoir, l’UE donne raison au peuple congolais et au Rassemblement. Nous attendons voir ces sanctions être appliquées valablement parce que nous estimons que la bande à monsieur Kabila ne comprend pas que ce pays doit subsister après eux. Ils sont prêts à tout faire pour se maintenir au pouvoir au grand malheur du peuple congolais. Ce qui se passe au Kasaï et à l’Est ne peut pas passer indifférent. Nous appelons à ce que l’UE élargisse encore le filet pour cibler d’autres personnalités qui ne sont pas encore inquiétées. L’UE a bien ciblé les personnes mais ils doivent comprendre que la question aujourd’hui dans ce pays c’est Joseph Kabila qui ne veut pas appliquer l’Accord, qui envoie des gens commettre des forfaits. Nous serons heureux d’entendre que l’UE a ciblé directement Joseph Kabila.
Tout ça pour quel résultat ?
C’est un message. Ce pays nous appartient, mais il appartient aussi à la communauté internationale. Il est du devoir des Congolais de pouvoir s’assumer en tant que seuls responsables du destin de leur pays. Nous n’allons pas oublier l’apport important de la communauté internationale. Tout ce qui se passe dans ce pays concerne aussi la communauté internationale. Elle lance le ton et nous donne le chemin à suivre. Et c’est à nous de récupérer et rebondir sur ça.

Ne pensez-vous pas que vous êtes en train d’accompagner le pouvoir dans la non application de l’accord ?
Comment le Rassemblement peut accompagner le pouvoir ? Aujourd’hui, l’application de l’Accord ce n’est pas seulement la nomination du Premier ministre ni du président de la CNSA (ndlr : Commission nationale de suivi de l’accord). Il comporte plusieurs aspects dont la libération des prisonniers politiques, la libéralisation du média public, la RTNC. Et aujourd’hui l’opposition ne sait pas comment déployer ses activités. Mais la majorité se déploie sans problème. Ce pays leur appartient.
Mais actuellement le Rassemblement ne veut pas siéger dans les institutions, par exemple au gouvernement tel que l’exige l’Accord ?
Nous ne sommes allés au dialogue pour nous partager le pouvoir pour rien. L’esprit qui nous a amené au dialogue était de baliser la voie aux élections crédibles. Et nous pensons qu’une cogestion  de ce pouvoir devait être mise sur pieds. Les conditions ont été posées. Kabila reste pour une année et le Rassemblement gère le gouvernement et le CNSA. Mais d’où vient cette histoire de liste ou de tripatouillage de l’Arrangement particulier. Nous croyions que c’est Kabila et sa bande qui ne veulent plus de la mise en œuvre de l’accord.
Qu’est-ce qui explique le silence du Rassemblement ce dernier temps ?
Nous sommes en train de réfléchir sur les questions de l’heure. Dire que nous sommes aphones, c’est faux. Le moment venu vous aurez notre réaction."



"Sanctions UE : Le gouvernement promet une réponse appropriée"
° https://actualite.cd/2017/05/29/sanctions-ue-gouvernement-promet-reponse-appropriee/
Le gouvernement congolais promet une réponse appropriée aux sanctions prises ce lundi 29 mai 2017 par l’Union Européenne.
« Nous ne pouvons pas rester indifférents face à ces sanctions injustes qui ne respectent à aucun cas la souveraineté de la RDC. Il y aura une réponse appropriée à ces sanctions », a réagi à ACTUALITE.CD un membre du cabinet du vice-Premier ministre en charge des Affaires étrangères.


Le vice-Premier ministre rentre ce soir à Kinshasa et il a dit que la réaction du gouvernement sera très forte », a-t-il ajouté.
Sanctionné par l’Union Européenne, le ministre de Communication et des Médias, Lambert Mende, contacté, s’est refusé à tout commentaire, promettant une réaction appropriée dès son retour au pays.
L’Union Européenne a adopté des sanctions contre les autorités congolaises qu’elle accuse d’agir contre la décrispation politique en RDC, conformément aux prescrits de l’accord du 31 décembre 2016.

Sont concernés par ses sanctions, Lambert Mende, ministre de la Communication et des Médias, Shadary Ramazani, ministre de l’Intérieur, Evarist Boshab, ancien ministre de l’Intérieur, Kalev Mutomb, inspecteur national de l’ANR (Agence Nationale de Renseignement), Alex Kande, gouverneur du Kasaï Central, Jean-Claude Kazembe, gouverneur du Haut-Katanga, Erick Ruhorimbere, brigadier général, Muhindo Akili Mundos, un commandant de l’armée congolaise."



° https://afrique.lalibre.be/3886/rdc-les-cibles-des-nouvelles-sanctions-europeennes/
° https://afrique.lalibre.be/3895/rdc-lunion-europeenne-sanctionne-9-autres-responsables/
° http://lepotentielonline.com/index.php?option=com_content&view=article&id=17049:nouvelles-sanctions-ciblees-l-europe-frappe-neuf-dirigeants-congolais&catid=85:a-la-une&Itemid=472
° http://lepotentielonline.com/index.php?option=com_content&view=article&id=17038:un-refus-de-trop&catid=85:a-la-une&Itemid=472

"L’ONU déplore la politique-spectacle de Kinshasa
° http://lepotentielonline.com/index.php?option=com_content&view=article&id=17043:l-onu-deplore-la-politique-spectacle-de-kinshasa&catid=85:a-la-une&Itemid=472
Dans un rapport présenté dernièrement devant te Conseil de sécurité, le SG de l’Onu a appelé, une nouvelle fois, la classe politique congolaise à se tourner vers la dynamique du Centre interdiocésain. Appel fait après une évaluation à mi-parcours de la mise en œuvre de l’Accord du 31 décembre 2016. Selon Antonio Guterres, « Le processus politique (en RDC) continue d’être entravé par l’intransigeance et la politique spectacle, au lieu d’être facilité par l’exigence de bonne foi et l’esprit de compromis ».

Les Nations unies font fi du dernier développement politique en RDC. La nomination du gouvernement Bruno Tshibala ou encore le processus en cours de désignation des membres du Conseil de suivi de l’Accord sont de nul effet pour l’ONU. Dans un rapport récent, le secrétaire général appelle, une nouvelle fois, la classe politique congolaise à se tourner vers l’Accord du 31 décembre 2016, conformément à la dynamique du Centre interdiocésain, seul cadre pour un processus électoral apaisé.
La République Démocratique du Congo continue de tourner en rond. Le temps passe mais rien de concret n’est fait pour résoudre la crise politique. La tension politique persiste entre la Majorité présidentielle et le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement. L’insécurité gagne toujours du terrain et plusieurs contrées dé la République ne sont pas épargnées par cette gangrène qui met en mal l’intervention des forces de l’ordre. Renverser la tendance devient de plus en plus une gageure. Le Kasaï, le Tanganyika, la partie Est de la République restent toujours des foyers d’insécurité où la mort et les violences font bon ménage et se poursuivent inlassablement.

Ce décor s’amplifie, malgré la récente nomination du gouvernement piloté par le Premier ministre Bruno Tshibala dont l’équipe est composée principalement des membres de la Majorité présidentielle et de quelques débauchés du Rassemblement. C’est même pour cette raison que la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) a qualifié la mise en place de ce gouvernement d’entorse à l‘Accord global et inclusif du 31 décembre 2016. Monté sur base de l’arrangement particulier du Palais du peuple, signé le 27 avril 2017, le gouvernement Tshibala reste un stratagème de la famille politique du chef de l’Etat destiné uniquement à retarder le processus électoral. Non inclusif, suite à l’absence du Rassemblement dirigé par Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi, l’actuel exécutif n’est pas en mesure de garantir la cohésion nationale, gage d’un processus électoral apaisé.

L’ONU PERSISTE ET SIGNE

Dans un rapport du secrétaire général, daté du 17 mai, fait devant le Conseil de sécurité, soit un jour seulement après l’investiture du gouvernement Tshibala, l’Onu décortique la situation politique de la République démocratique du Congo. Dans ce rapport, le secrétaire général de l’Onu, Antonio Guterres, réaffirme son attachement à l’Accord de la Saint-Sylvestre conclu entre les acteurs politiques de la RDC sous la médiation de la Cenco. Cette communication du secrétaire général fait suite à la résolution 2348 du 30 mars 2017 du Conseil de sécurité qui avait chargé le secrétaire général de le tenir informé par écrit tous les 45 jours, des progrès réalisés et des obstacles qui pourraient se poser aux niveaux politique et technique dans la mise en œuvre de l’Accord du 31 décembre 2016.
Dans son exposé, le secrétaire général de l’Onu a édifié le Conseil de sécurité en relatant le développement des principaux faits politiques en RDC et de la stagnation que connaît l’Accord du 31 décembre 2016. « Les divisions persistantes entre factions politiques en République démocratique du Congo ont fait courir le risque de voir remis en cause le large consensus obtenu avec la signature de l’accord politique du 31 décembre », constate le SG de l’Onu.

Pour Antonio Guterres, l’application intégrale, en toute bonne foi, de l’accord politique du 31 décembre, comme le prévoit la résolution 2348 (2017), reste la seule voie viable vers la création d’un climat politique apaisé et la tenue d’élections crédibles en République démocratique du Congo ».
Cependant, le secrétaire général de l’Onu redoute que certains facteurs puissent avoir une « incidence négative sur le processus électoral ». « Les incertitudes politiques, conjuguées à l’amenuisement de l’espace politique, l’intensification de la violence dans la région du Kasaï, la précarité des conditions de sécurité dans certaines régions de l’Est de la République Démocratique du Congo et la détérioration rapide de la situation socioéconomique risquent d’aggraver une situation déjà difficile », relève Antonio Guterres dans son rapport.

De même, le secrétaire général de l’ONU constate que « le processus politique continue d’être entravé par l’intransigeance et la politique- spectacle, au lieu d’être facilité par l’exigence de bonne foi et l’esprit de compromis qui s’imposent à toutes les parties ». « Si une telle situation devait se poursuivre, les tensions politiques pourraient se raviver et le processus électoral pourrait accuser des retards supplémentaires ».
Pour lui, le gouvernement’ devrait, dans un geste de bonne volonté, s’employer à appliquer les mesures de confiance envisagées dans l’accord et veiller au respect de tous les droits de l’Homme et de toutes les libertés fondamentales garantis par la Constitution », prévient le patron de l’Onu.

L’ONU EXIGE L’ENRÔLEMENT AU KASAÏ

Pour autant, l’Onu encourage la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) à continuer le processus d’enrôlement des électeurs. Il importe au plus haut point que tout soit mis en œuvre pour mener à terme le processus d’inscription des électeurs partout dans le pays, y compris les provinces du Kasaï, dans les délais fixés par la Commission électorale nationale indépendante, afin que puissent être organisées des élections crédibles conformément à l’accord ».
Concernant le Kasaï, l’Onu trouve anormal qu’on ne puisse pas enrôler près de 6 à 8 millions d’électeurs vivant dans les provinces du Kasaï, soit 20% du corps électoral national. Antonio Guterres est d’avis que l’espace Kasaï représente « une importance particulière pour le caractère inclusif et crédibilité de la mise à jour des listes électorales et des élections à venir ».

Et de souligner : « la Commission devrait veiller à mettre en place un processus d’inscription largement représentatif organiser des campagnes de sensibilisation visant à garantir une forte participation dans tout le pays et publier le calendrier électoral sans tarder ».
Comme pour prouver qu’il exige toujours la reprise des négociations entre la Majorité présidentielle et le Rassemblement, le secrétaire général maintient que son représentant spécial en RDC, le patron de la Monusco, et son envoyé spécial, continueront «d’exercer leurs bons offices en coordination avec les autres parties prenantes régionales et internationales concernées pour appuyer de manière concertée l’application intégrale de l’accord, en vue de l’organisation des élections dans les délais prévus».
Il ne reste plus qu’aux parties prenantes à la crise en RDC de répondre favorablement à cet appel des Nations unies en donnant des signaux de bonne foi indiquant qu’elles sont réellement engagées dans la voie qui mène vers les élections à la fin de cette année."


Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: NOUVELLES SANCTIONS DES AMERICAINS & EUROPEENS

Message  ndonzwau le 31/5/2017, 1:59 am

"Bras de fer
Kalev Mutondo persona non grata sur le territoire européen

° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=11753
Le Conseil de l’Union Européenne a mis en exécution, lundi 29 mai, les «mesures restrictives» annoncées à l’encontre de plusieurs personnalités civiles et militaires de l’oligarchie au pouvoir au Congo-Kinshasa. Kalev Mutondo, le très redouté et abominé patron de l’ANR (Agence nationale de renseignements), la police politique du régime, occupe, sur cette liste, la place de «guest star». L’invité vedette. Tout un symbole. La présence de «Gédéon» sur ce document indique l’efficacité des «services» de l’UE. Il en est de même de celle du "général de brigade" Eric Ruhorimbere. Ces mesures de l’UE sont tombées au moment où le torchon brûle entre le pouvoir kabiliste et le Conseil de sécurité de l’Onu. En cause, l’assassinat des enquêteurs onusiens Zaida Catalan et Michaël Sharp à Tshimbulu, au Kasaï Central. Aveuglé par ses certitudes, «Joseph Kabila» parait décidé à croiser le fer avec deux adversaires redoutables en l’occurrence l’UE et l’ONU. Un pari risqué.

Les «nominés» sont : Evariste Boshab (ancien ministre de l’Intérieur), Gédéon Kyungu Mutanga (ex-chef milicien), Alex Kande Mupompa (gouverneur du Kasaï Central), Jean-Claude Kazembe Musonda (gouverneur évincé du Haut Katanga), Lambert Mende Omalanga (ministre des Communications et des médias, porte-parole du gouvernement), Muhindo Akili Mundos (commandant de la 31ème brigade des FARDC), Eric Ruhorimbere (général de brigade, commandant adjoint de la 21è Région militaire - Mbuji-Mayi), Emmanuel Ramazani Shadari (ministre de l’Intérieur et de la sécurité), Kalev Mutondo (administrateur général de l’Agence nationale de renseignements).
A dater du 29 mai 2017, les neuf personnes précitées n’ont plus le droit d’entrer dans le territoire des 27 pays de l’UE. Les avoirs des concernées sont gelés. De même, il est interdit de faire des transactions avec elles.
Il leur est reproché « des actes constituant de graves violations des droits de l’Homme », le « recours disproportionné à la force » et des « exécutions extrajudiciaires » au Congo-Kinshasa en général et dans les provinces du Kasaï en particulier. Inamovible ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Mende « paie » son excès de zèle s’illustrant par une « politique répressive » envers les médias.

Bakata Katanga

La présence de « Gédéon » sur cette « liste noire » est révélatrice de l’efficacité des services de renseignements de l’UE. Dès le lendemain de la disparition des investigateurs onusiens Zaida Catalan et Michaël Sharp, le 12 mars, des sources ont signalé la présence à Kananga des ex-miliciens Bakata Katanga. «Un avion a fait la rotation entre Lubumbashi et Kananga», apprenait-on.
Chacun pourrait ergoter sur l’efficacité de ce genre de sanctions. Il reste que la mention de Kalev Mutondo - un des piliers du régime kabiliste – constitue tout un symbolique. C’est le premier cercle du pouvoir qui est ainsi visé. Il ne reste plus qu’un pas à franchir pour atteindre d’autres «intouchables». Et pourquoi pas des membres de la fratrie «Kabila» ?
A propos de la crise au Kasaï, l’UE exhorte les autorités congolaises « à initier sans retard des enquêtes sérieuses et transparentes, en parallèle d’une expertise internationale de haut niveau pour renforcer leur crédibilité et indépendance ». L’objectif est d’identifier les responsables des actes de violence et des massacres.
Dans le communiqué publié le 29 mai, le Conseil de l’UE ne ferme pas la porte. Tout en exprimant son « inquiétude » face au « manque de consensus pour conduire la transition », elle réitère « sa disponibilité à engager un dialogue politique au plus haut niveau (…) ». Le régime kabiliste n’est pas au bout de sa peine. Il doit laisser organiser une enquête indépendante sur la mort de Catalan et de Sharp.

Désinvolture

Deux mois après la découverte des corps sans vie des deux enquêteurs du Conseil de sécurité, la justice militaire congolaise a fait preuve d’une désinvolture inqualifiable au niveau des enquêtes.
Auditeur général de l’armée congolaise, le général Pondé Isambwa a été le premier à annoncer l’arrestation de deux suspects. « L’un d’eux s’est enfui », déclarait-il. Le 20 mai, l’avocat général des FARDC, le colonel Odon Makutu, a confirmé le démarrage du procès des présumés assassins des experts de l’Onu. Les audiences se tiendront à Kananga. Pourquoi pas à Kinshasa ? Depuis son avènement à la tête de l’Etat, « Joseph Kabila » n’a-t-il pas habitué l’opinion congolaise au transfert dans la capitale des affaires judiciaires « les plus sensibles » ?
On le sait, le 24 mai, le porte-parole de l’Onu a mis en doute les conclusions de l’enquête congolaise. Cette prise de position a fait bondir Léonard She Okitundu, le ministre congolais des Affaires étrangères. « Nous sommes surpris de l’instrumentalisation du Conseil de sécurité par certaines membres qui veulent à tout prix décrédibiliser la procédure judiciaire menée par les autorités de la RDC », déclarait-il le 25 mai sur RFI.

Pour des anciens membres du sérail kabiliste, Okitundu exprime en réalité la position personnelle de « Joseph Kabila » et non celle du gouvernement. « C’est le président Kabila qui décide sur tout. Le ministre des Affaires étrangères ne fait que répéter ce qu’on lui a dit de dire».
Le représentant de la France au Conseil de sécurité est loin d’être en odeur de sainteté au sein du pouvoir kabiliste. L’ambassadeur français François Delattre a demandé au numéro un des Nations Unies, Antonio Guterres, «de diligenter une enquête spéciale » sur l’assassinat des deux enquêteurs. Parlant de l’enquête menée à ce sujet par les autorités congolaises, le diplomate hexagonal a estimé qu’«il reste encore de trop nombreuses zones d’ombre».
Une certaine panique semble régner au sein de la « Kabilie ». A preuve, après Okitundu, Le ministre de la Justice, Alexis Thambwe Mwamba, s’est adressé, vendredi 26 mai, aux chefs des missions diplomatiques accréditées à Kinshasa. Au centre de la réunion - qui a eu lieu au ministère des Affaires étrangères -, l’enregistrement audio d’une conversation entre le député Clément Kanku Bukasa et un prétendu milicien Kamwina Nsapu nommé Constantin Tshiboko. L’élément a été retrouvé dans le PC portable de Zaida Catalan.

Selon Thambwe, cet enregistrement a été fait par les « services ». Pour lui, le but était de «les utiliser pour connaitre la vérité sur ce qui se passait dans le Kasaï ». Et d’ajouter : «Il n’ y a pas que Monsieur Clément Kanku qui était sur écoute. D’autres individus le sont également ». Il est resté évasif sur la présence de cet élément d’écoute dans l’ordinateur portable de la dame Catalan. Il s’est contenté de parler d’une « fuite ». Les "responsables" seraient, semble-t-il, recherchés.
Thambwe a invité "quiconque" qui aurait "d’autres informations qu’il n’a pas retrouvées dans le dossier est invité à pouvoir les communiquer et la RDC souhaite que le procès puisse se dérouler avec une transparence absolue pour que les coupables soient punis conformément au code pénal congolais".
Aux dernières nouvelles, les familles des deux enquêteurs onusiens ont donné de la voix en exigeant une enquête internationale. "Aucun agent public n’a été mis en cause" pour ce meurtre, a déclaré le colonel Odon Makutu.
"Joseph Kabila" va devoir croiser le fer non seulement avec l’UE mais aussi avec le Conseil de sécurité. "L’assassinat de ces deux experts onusiens va plomber le régime Kabila jusqu’à sa chute, commente un analyste kinois. Il semble bien que le Conseil Européen est en possession de toutes les informations sur cette affaire. Il sait que la Suédoise Catalan et l’Américain Sharp ont été tués par des forces de sécurité dans un territoire contrôlé par l’armée congolaise...". Il semble que le Conseil de sécurité détiendrait des informations accablantes..."



"Sanctions contre les autorités de la Rdc, l’UE se justifie
° http://www.kinshasatimes.cd/sanctions-contre-les-autorites-de-la-rdc-lue-se-justifie/
L’Union Européenne a confirmé il ya peu, ses sanctions contre plusieurs personnalités congolaises et en donne ici toutes les raisons qui ont motivé ses décisions sur la situation qui prévaut actuellement en Rdc.
Voici l’intégralité de cette décision :

La Déclaration de l’UE sur la situation en République démocratique du Congo.

L’Union européenne reste gravement préoccupée par la détérioration de la situation en République démocratique du Congo (RDC).
La crise dans le Kasaï a atteint une ampleur exceptionnelle sur le plan à la fois sécuritaire, humanitaire et des droits de l’Homme.
Tout en condamnant fermement tout acte de violence quelle qu’en soit l’origine, l’UE s’inquiète des rapports faisant état de l’usage disproportionné de la force par les services de l’Etat, et en particulier les forces de sécurité, dans la gestion de la crise.
Elle exhorte les autorités de la RDC à agir dans le respect des droits de l’Homme et des libertés fondamentales et à initier sans retard des enquêtes sérieuses et transparentes, en parallèle d’une expertise internationale de haut niveau pour renforcer leur crédibilité et indépendance, et qui puissent identifier les responsables des actes de violence et des massacres.
Elle souligne la nécessité que la MONUSCO puisse pleinement exercer son mandat et que l’accès des acteurs humanitaires aux régions touchées par la crise soit garanti. L’UE reste également préoccupée par les restrictions persistantes sur l’espace démocratique et les droits fondamentaux, notamment les restrictions sur les médias et l’interdiction des manifestations. Sur le plan politique, l’UE exprime son inquiétude quant au manque de
consensus pour conduire la transition.

Elle rappelle la nécessité, pour une sortie de crise durable, que la transition aboutisse dans les meilleurs délais à la tenue d’élections transparentes et démocratiques, dans le respect de la Constitution et de l’Accord Politique du 31 décembre 2016. La mise en place de bonne foi des institutions de transition réellement inclusives et la mise en œuvre rapide des mesures de décrispation sont particulièrement nécessaires, car fondamentales pour un environnement électoral ouvert et apaisé.
Un espace d’expression et de débat sans entrave est indispensable pour permettre aux citoyens de se prononcer librement en vue des élections. Le processus électoral reste l’enjeu principal des prochains mois à commencer par la définition d’un calendrier électoral et d’un budget consensuels conformément à l’Accord Politique. Le respect de la résolution 2348 du CSNU et des engagements pris dans le cadre de l’Accord Politique permettra un appui à ce processus par l’Union
européenne. La détermination d’un chronogramme sera de nature à guider le processus ainsi qu’à permettre la mobilisation en temps utiles du soutien des partenaires régionaux et internationaux. L’UE encourage et soutient les efforts faits dans cette optique par les Nations Unies, l’Union africaine, l’Organisation Internationale de la Francophonie et les autres partenaires internationaux.
La situation socio-économique critique, aggravée par la mauvaise gouvernance et le détournement de ressources nationales, laisse une très grande partie de la population, et spécialement les jeunes, avec peu de perspectives d’avenir et constitue un risque de déstabilisation.
Face à la détérioration importante de la situation, et comme indiqué dans ses conclusions du 6 mars 2017, l’UE a pris la décision aujourd’hui d’imposer de nouvelles mesures restrictives à l’encontre de neuf individus responsables de graves violations des droits de l’Homme.

L’Union européenne suivra avec grande attention l’évolution politique et des droits de l’Homme en RDC dans les prochains mois et, en fonction de l’évolution de celles-ci pourra envisager des mesures restrictives additionnelles ou, à l’inverse, d’en retirer certaines.
Elle réitère à cet égard sa disponibilité à engager un dialogue politique au plus haut niveau conformément à l’article 8 de l’Accord de Cotonou.
La décision de ce jour concerne l’ancien et l’actuel ministres de l’intérieur, le gouverneur du Kasaï central, l’ancien gouverneur du Haut-Katanga, deux haut gradés militaires, un chef de milice, et le directeur de l’Agence nationale du renseignement, listés pour avoir contribué, en les planifiant, dirigeant ou commettant, à des actes constituant de graves violations des droits de l’homme en RDC.
Le ministre de la communication et des médias et porte-parole du gouvernement est également listé en tant que responsable de la politique répressive menée envers les médias en RDC, politique qui viole le droit à la liberté d’expression et d’information et compromet une solution consensuelle et pacifique en vue de la tenue d’élections.
Les noms des personnes concernées et les raisons qui ont amené le Conseil à les inscrire sur la liste figurent au Journal officiel du 29 mai 2017. Les mesures restrictives entrent en vigueur immédiatement. Elles incluent une interdiction de pénétrer sur le territoire de l’UE et un gel des avoirs ainsi que l’interdiction de mettre des fonds et ressources économiques à la disposition des personnes listées."



"Sanctions UE: «Vous avez déjà la paix, laissez Gédéon Kyungu vivre tranquillement» (Porte-parole/Gedéon)
Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes          
° https://actualite.cd/2017/05/30/sanctions-ue-avez-deja-paix-laissez-gedeon-kyungu-vivre-tranquillement-porte-parolegedeon/
Thierry Mukelekele, porte-parole de Gédéon Kyungu Mutanda, a réagi, ce mardi 30 mai, dans une interview accordée à ACTUALITE.CD, aux sanctions imposées lundi dernier par  l’Union Européenne à neuf (9) responsables congolais dont son leader.  Également porte-parole du Mouvement révolutionnaire des indépendantistes africains (MIRA), parti cher à Gédéon Kyungu,  Thierry Mukelekele a qualifié les sanctions de l’UE de “vaste blague”.
Quelle est votre réaction après la sanction de Kyungu par l’UE ?(…)"



"Le parti de Lambert Mende très en colère contre l’EU
Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing
° http://www.politico.cd/encontinu/2017/05/30/parti-de-lambert-mende-tres-colere-contre-leu.html
La Convention des Congolais Unis (CCU), parti membre de la Majorité Présidentielle (MP) et dirigé par Lambert Mende est très énervée par la décision de l’Union Européenne de sanctionner neuf nouvelles personnalités au pouvoir en République démocratique du Congo.(…)"


"Le silence bavard de Kinshasa après les sanctions de l’UE
Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2017/05/30/silence-bavard-de-kinshasa-apres-sanctions-de-leu.html
Le gouvernement congolais ne veut pas, ou n’a pas encore réagi aux nouvelles sanctions européennes prises contre neuf de ses responsables.

Le Conseil de l’Union Européenne a adopté le lundi des nouvelles sanctions contre 9 personnes occupant des postes de responsabilités dans l’administration de l’Etat et dans la chaîne de commandement des forces de sécurité en République démocratique du Congo (RDC). Elles s’ajoutent aux 7 personnes que l’UE avaient déjà soumises à des sanctions le 12 décembre 2016, en réponse aux « entraves au processus électoral et aux violations des droits de l’homme qui y étaient liées. »
Dans la capitale congolaise, aucun responsable du Pouvoir n’a souhaité officiellement s’exprimer à ce sujet. « Nous préparons une réponse appropriée«, s’est borné de répondre un ministre qui a requis l’anonymat.
De son côté, le président Kabila, qui parle peu, a pris le soin de s’afficher en fin de journée du lundi en une tenue que les internautes n’ont pas hésité à qualifier de « militaire ». « Kabila lance un message: je suis prêt pour la guerre« , pouvait-on lire sur un message posté sur le compte de POLITICO.CD.

La réaction « imprévisible » des autorités congolaises n’est pas moins redoutée. Le gouvernement avait qualifié d’« illégales »  et « aux antipodes du droit international », les sanctions prises en 2016 de l’UE contre ces sept hauts-responsables, en promettant de l« attaquer »  en justice.
Une inquiétude qu’a exprimé Rostin Manketa de l’ONG La voix des sans voix le week-end dernier sur TV5 Monde. « Mais les autorités congolaises ont clairement dit que si l’UE prenait des sanctions, elles allaient réagir. Nous craignons des réactions imprévisibles », -a-t-il dit.
« Nous avons peur pour la population mais aussi pour nous, défenseurs des droits humains qui sommes souvent accusés à tort d’être le relais des puissances étrangères. Nous craignons qu’il y ait des retombées négatives sur nous », ajoute-t-il.  
La République démocratique du Congo a toujours fait savoir qu’elle avait « aussi »  les moyens de sanctionner l’Occident. En mars dernier, Kinshasa a même suspendu sa coopération militaire avec la Belgique en signe de protestation. "


° http://www.lephareonline.net/boshab-shadari-mende-kalev-alex-kand  e-nouvelle-liste-noire-de-lue/
° http://www.latempete.info/22322-2/


"Processus électoral : L’Union européenne décaisse 16 millions de dollars pour les élections - L’Observateur"
Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Question  Question  Question  Question  Question  Question
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=207826&Actualiteit=selected

"Les actions de maintien de la paix de l’Onu ont des retombées positives, selon Antonio Guteress », indique leBulletin de l’ACP . "
Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing
° htt Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing p://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=207826&Actualiteit=selected



"Sanctionné par l’EU, le gouverneur Alex Kande est-il belge?"
Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2017/05/30/sanctionne-leu-gouverneur-alex-kande-belge.html

"Sanctions de l’UE : le ministre des Affaires étrangères de l’Angola « choqué »"
Question  Question  Question  Question  Question  Question  Question  Question  Question  Question  Question  Question  Question
° http://www.radiookapi.net/2017/05/30/actualite/politique/sanctions-de-lue-le-ministre-des-affaires-etrangeres-de-langola

Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: NOUVELLES SANCTIONS DES AMERICAINS & EUROPEENS

Message  djino le 1/6/2017, 4:23 pm

Les Sanctions Européennes ne sont à mon humble avis que une vraie Hypocrisie et une diversion qui n'auront aucun effet sur la vie de notre Pauvre Congo.v Smile  Shocked

Nous le savons tous que les massacres au Congo émanent de JOSEPH KABILA KABANGE LUI et LUI SEUL !!!

A Combien des morts veulent ils avoir leur compteur pour enfin Lui envoyer un vrai MANDAT D'arrêt INTERNATIONAL ?

Il Viole la constitution , vole , tue, viole , pille, et on nous fait de chi-chi-chiwawa des soit disant mandat d'arrêt ...

Qu'est il advenu de ce fameux TOM PERIELLO cet émissaire qui nous a menti et réparti comme un voleur, et qui se tait ..Et KABILA est toujours là !

Ne voit ils pas comment les accords de la CENCO ont été violés ?

Ce nègre-Président OBAMA qui nous a donné d'espoir et qui est sorti par la petite porte ...?

Ils nous a bien divertit à Limété lui avec ce fameux ambassadeur américain ?



Les Sanctions !!!! Parlons en !      

Les personnes sanctionnées ont tous soit une triple nationalité ou une double nationalités. Elles peuvent simplement Utiliser leurs autres passports avec des vrais-faux noms sans se faire arrêter.

Que sont ils advenus des cas KANYAMA, et Cie qui furent sanctionnés ? Ils voyagent, leurs familles vivent tous en occidents, leurs enfants fréquentent les Ecoles privées ainsi que les Universités ...

Chers Compatriotes, Les commanditaires qui pilotent le pillage du Congo, savent qu'en ce moment KABILA leur donne sur un plateau d'Or tout ce qu'ils désirent obtenir en RDC et pourquoi changeraient ils de pulain alors que Celui qui est là les donnent tout ce qu'ils voudront obtenir !

Qu'attendent ils pour envoyer un mandat d'arrêt international Contre KABILA directement ?

Qu'est il advenu de l'enquête internationale sur le CHARNIER de MALUKU ?  What a Face
Qu'est il advenu de l'enquête de la Communauté internationale sur les massacres de BENI ?  What a Face
Qu'advient t-il de l'enquête du meurtre de Floribert CHEBAYA ?  monkey

La nébuleuse EU ou la Communauté Internale sont comptable et applique la théorie du "The Commitment BEHIND"

Veux dire :

Se cacher derrière les vassaux ( Le Rwanda, Burundi, Ouganda, et la MP )qui font le sale Job pour pouvoir bien piller le Congo !

Ensuite La MONUSCO leur police qui ne fait le décompte MACABRE et surveillent les vassaux et les recadrent au besoin !!!

Nous devaons savoir que notre génération est sacrifiée perdue, et SEULE un vrai soulevement qui viendra DU PEUPLE Tout entier PEUX nous sauver !

Les quelques partis externes comme externes tentent de faire quelque chose mais la mâchoire des tenailles est tellement énormes que ce peuple est réduit au Silence !

Les ingrédients qu'utilise le Pouvoir sont tellement bien fuseler que le peuple est réduit à la clochardisation, à la mendicité, se complaint dans la victimisation et surtout TRAHIS par ceux à) QUI il fait confiance !!!!

SANCTIONS VOUS AVEZ DIT ?
Je dirai pour quel éffet : NADA, Tshijengu, Libungu tulu !!

Congo Mawa !!!!  


Revenir en haut Aller en bas

Re: NOUVELLES SANCTIONS DES AMERICAINS & EUROPEENS

Message  Admin le 1/6/2017, 10:23 pm

http://www.jeuneafrique.com/444370/politique/rdc-general-francois-olenga-chef-de-maison-militaire-de-kabila-sanctionne-etats-unis/

La c'est fort! Ça commence a être très sérieux
avatar
Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NOUVELLES SANCTIONS DES AMERICAINS & EUROPEENS

Message  Troll le 1/6/2017, 11:12 pm

Admin a écrit:http://www.jeuneafrique.com/444370/politique/rdc-general-francois-olenga-chef-de-maison-militaire-de-kabila-sanctionne-etats-unis/

La c'est fort! Ça commence a être très sérieux

ABU ARAFAT

O moni eloko na mekaka ko expliquer yo á partir ya jeux video "GHOST RECON WILDLANDS" Question Neti kaka na jeux video oyo, avant ba zwa EL SUENO, ba ko simba batu na ye un aprés un ..

Na site ya JJWONDO, na meka pe ko expliquer eloko moko ya stratégie militaire ya USA oyo ezali appliqué na politique étrangère Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven What a Face

Théorie ya TARGETING Like a Star @ heaven oyo ezo senga "mis á jour" ya ba attaques sur base ya évaluation sur le terrain na kati EBO (Effect Based Operation) Idea

Eloko oyo ezali nde suite logique tango ba moni ete Kabila azali kutu na intention ya tika élection esalama te No No Au contraire, stratégie ya "chaos" nde e zali en place What a Face

WAIT AND SEE

Revenir en haut Aller en bas

Re: NOUVELLES SANCTIONS DES AMERICAINS & EUROPEENS

Message  ndonzwau le 1/6/2017, 11:48 pm

"RDC: Après l’Union européenne, Washington annonce des sanctions
° https://afrique.lalibre.be/4098/rdc-apres-lunion-europeenne-washington-annonce-des-sanctions/
Le Département du Trésor américain (ministère des Finances) a annoncé jeudi qu’il ajoutait le général congolais François Olenga Tete à sa liste de personnes sanctionnées, ainsi qu’une entreprise qui lui appartient, le Safari Beach Club, un hôtel de grand luxe situé à la sortie de Kinshasa, sur la route de la Nsele, grâce à des fonds de provenance jugée suspecte. Le général Olenga est notamment sanctionné  pour avoir « harcelé des opposants politiques » procédé à des arrestations et exécutions arbitraires en empêchant l’action des observateurs de l’Onu », selon le communiqué américain.

Un vieux de la vieille

Tetela du Maniema, François Olenga, 69 ans aujourd’hui, dit avoir participé à la rébellion des « Simbas » dans l’est du Congo, au début des années 60. Il a vécu en exil en Tchécoslovaquie, en Suisse et en Allemagne; selon le « Tageszeitung » (novembre 2013) de Berlin, il a la nationalité allemande.
Fils d’un ancien compagnon de maquis de Laurent Kabila, François Olenga rejoint sa rébellion AFDL en 1996, où il est chargé de la logistique. Le 9 mars 2001, un peu plus d’un mois après l’assassinat de Laurent Kabila, son fils et successeur, Joseph Kabila, nomme François Olenga chef de l’armée de terre – poste occupé jusque-là par le nouveau chef d’Etat – avec le grade de général-major; le promu part suivre une formation de commandement au Zimbabwe. Il occupe ensuite les fonctions d’inspecteur général de l’armée, selon le politologue Jean Omasombo (« Biographies des acteurs de la troisième république ») quand, en avril 2008, il est suspendu de ses fonctions suite à l’assassinat par balles de deux personnes venues à sa résidence.

En novembre 2012, Olenga – qualifié par ceux qui le connaissent de « grande gueule » – retrouve son poste de chef de l’armée de terre (où il remplace le général Gabriel Amisi, dit « Tango Four », suspendu pour avoir vendu des armes aux rebelles de l’est, selon un rapport de l’Onu) au moment où elle doit faire face à l’insurrection du M23, qui a pris les villes de Saké et Goma (Nord-Kivu). Olenga se rapproche du président Joseph Kabila à la faveur de la mise à l’écart – sur pression internationale – d’un de ses favoris, le général (de police) John Numbi, impliqué dans l’assassinat du défenseur des droits de l’homme Floribert Chebeya le 2 juin 2010.
En août 2014, le général Olenga est chargé par le chef de l’Etat de décharger la Garde républicaine (garde présidentielle) de la protection des sites stratégiques à Kinshasa au profit des Forces de réaction rapide. Selon le Tageszeintung du 30 octobre 2014, il a des relations dans l’industrie de l’armement ukrainienne, auprès de laquelle il se fournit. Plus généralement, il est considéré comme le principal responsable des achats d’armes du régime depuis de longues années. Dernièrement, il a été promu chef de la Maison militaire du président Joseph Kabila.

De plus en plus près de Joseph Kabila

A ce titre, il saute aux yeux que les sanctions se rapprochent de plus en plus du chef de l’Etat congolais, qui est hors mandat depuis le 20 décembre 2016. Un Accord de la Saint-Sylvestre a été signé le 31 décembre 2016 pour le prolonger un an au pouvoir, le temps d’organiser les élections, mais il n’a, jusqu’ici, pas accompli sa part de l’accord visant à un partage du pouvoir d’ici à la présidentielle et à une transition pacifique.
C’est en octobre 2006, sous la présidence du républicain George W. Bush, qu’un programme de sanctions pour le Congo a été créé aux Etats-Unis parce que la violence et les atrocités régnant dans l’ex-colonie belge « menaçaient la stabilité régionale et représentaient une menace inhabituelle et extrordinaire pour la politique étrangère des Etats-Unis ». Outre l’interdiction de voyage et le gel des avoirs, les sanctions américaines comprennent  l’interdiction, pour les citoyens et entreprises des Etats-Unis, d’avoir des relations d’argent avec les Congolais ciblés.

Républicain comme démocrate

Le premier visé fut, en juin 2016, sous le démocrate Barack Obama, le chef de la police de Kinshasa, Célestin Kanyama, en raison de la violence de sa politique de répression. Le 28 septembre, ce fut au tour du général Gabriel Amisi, dit « Tango Four », responsable des forces de sécurité pour une région comprenant Kinshasa, en raison de la répression des manifestations de janvier 2015 (42 morts) contre le maintien au pouvoir de Joseph Kabila, et l’ex-chef de la police John Numbi pour avoir usé de violence afin d’assurer l’élection (controversée) au poste de gouverneur de province des candidats pro-Kabila.
Le 12 décembre 2016, une semaine avant la fin du dernier mandat légal de Joseph Kabila, Evariste Boshab, alors ministre de l’Intérieur, avait été sanctionné pour sa responsabilité dans la répression de l’opposition, ainsi que Kalev Mutomb, le chef des services de renseignement, pour les mêmes raisons. A l’époque, le ministre de l’Information, Lambert Mende (sanctionné depuis la semaine dernière par l’Union européenne) avait déclaré: « Nous ne considérons pas (ces sanctions) comme une action des Etats-Unis parce qu’Obama ne représente plus les Etats-Unis », alors qu’il ne cèderait le pouvoir à Donald Trump que cinq semaines plus tard.
Les sanctions annoncées jeudi montrent que, contrairement à ce que pensait le régime Kabila, les républicains américains sont aussi prêts que les démocrates à sanctionner les sorties de route."



"RDC : Washington sanction le général François Olenga
° http://www.radiookapi.net/2017/06/01/actualite/societe/rdc-washington-sanction-le-general-francois-olenga
Les Etats-Unis  ont placé ce jeudi 1er mai sur la liste noire financière le général François Olenga, chargé de la garde rapprochée du président Joseph Kabila, pour ses entraves au processus démocratique dans le pays.

A la tête de la maison militaire du Président, qui supervise notamment la Garde républicaine, le général François Olenga est accusé par Washington d’avoir « sapé le processus démocratique » dans le pays, plongé dans la crise depuis le maintien au pouvoir de M. Kabila après l’expiration de son mandat en décembre.
Sous son contrôle, la Garde républicaine aurait « harcelé des opposants politiques », procédé à des arrestations et exécutions arbitraires et entravé l’action des observateurs de l’ONU, détaille le Trésor américain dans un communiqué.
Aux termes de ces sanctions, les avoirs du général Olenga aux Etats-Unis sont gelés et il ne pourra pas nouer de relations d'affaires avec des entités ou individus américains.
Le complexe touristique Safari Beach qui est placé sous son contrôle est également visé. « Cette mesure envoie clairement le message que des actes de violences, d'agression et d'élimination commis par les FARDC contre ses propres citoyens sont inacceptables », a commenté John Smith, le directeur de l'entité du Trésor chargé des sanctions.
Fin décembre, neuf hauts responsables de l’appareil sécuritaire congolais avaient déjà été sanctionnés par Bruxelles et Washington, accusés de violences ou l’entrave à l’élection présidentielle censée se tenir en décembre 2017.
Avec AFP"


"Washington impose des sanctions contre le principal conseiller militaire de Joseph Kabila"
° https://actualite.cd/2017/06/01/washington-impose-sanctions-contre-principal-conseiller-militaire-de-joseph-kabila/
"RDC : le général François Olenga, chef de la maison militaire de Kabila, sanctionné par les États-Unis"
° http://www.jeuneafrique.com/444370/politique/rdc-general-francois-olenga-chef-de-maison-militaire-de-kabila-sanctionne-etats-unis/


"Congo-Kinshasa: Sanctions de l'UE contre de hauts dignitaires - Et Kabila dans tout ça ?
° http://lepays.bf/sanctions-de-lue-contre-de-hauts-dignitaires-congolais-kabila-ca/
L'Union européenne (UE) vient de prendre des sanctions contre neuf hauts responsables en RD Congo. L'information est officielle depuis le 29 mai dernier.

Il s'agit de Kalev Mutond, chef de l'Agence nationale des renseignements congolais, Evariste Boshab, ex-vice-Premier ministre et ex-ministre de l'Intérieur et de la sécurité publique, Ramazani Shadari, actuel ministre de l'Intérieur et de la sécurité publique, Alex Kandé Mupompa, gouverneur du Kasaï central, le brigadier général Eric Ruhorimbere, chef des opérations militaires dans la région, Jean-Claude Kazembe Musonda, ex-gouverneur du Haut-Katanga, Muhindo Akili Mundos, commandant de la 31e brigade de l'armée congolaise, Gédéon Kyungu, chef milicien et Lambert Mendé, le ci-devant porte-parole du gouvernement.
Si les huit premiers cités sont dans le collimateur de l'institution européenne pour faits de violation des droits de l'Homme et usage disproportionné de la force par les services de l'Etat, le truculent porte-parole du gouvernement, Lambert Mendé, semble, pour sa part, payer pour sa verve et son sens un peu trop poussé de la répartie en faveur de la politique répressive du gouvernement de Joseph Kabila. Toutes choses qui le font passer, à bien des égards aux yeux de l'UE, pour l'un des obstacles au bon déroulement du processus démocratique.

Les sanctions prises contre ces personnalités congolaises vont de l'interdiction de pénétrer sur le territoire de l'UE au gel de leurs avoirs et à l'interdiction de percevoir des fonds de quelqu'un en Europe.
Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'UE, à la différence de l'Union africaine (UA) qui prône un dialogue dont elle sait pertinemment qu'il n'aboutira à rien, n'est pas impassible face à la détérioration de la situation en RDC où le président Joseph Kabila, constitutionnellement en fin de mandat depuis décembre dernier et disqualifié pour prétendre à sa propre succession, est à la manœuvre pour se maintenir au pouvoir.
S'appuyant sur des collaborateurs zélés acquis à sa cause ou tenus par la barbichette. Et c'est peu de dire que la situation de tension qui prévaut dans les Kasaï avec son lot de morts et d'exactions sur les populations, est pain bénit pour le satrape de Kinshasa qui joue visiblement la montre pour ne pas aller aux élections.

C'est pourquoi, au-delà de leur pertinence et de leur opportunité qui peuvent être sujettes à caution, ces sanctions de l'UE contre ces hauts responsables congolais dans le but de faire bouger les lignes, sont à saluer.
D'autant plus qu'elles sont dirigées contre des personnalités influentes dont les actes sont jugés nuisibles à l'intérêt général et à l'avancée du processus démocratique, dans une RDC aujourd'hui à la croisée des chemins, du fait de l'incurie de la classe politique. Mais et Kabila dans tout ça, peut-on s'interroger ?

L'on peut regretter que l'UE ait frappé à la périphérie en évitant de frapper au centre

En effet, si l'objectif est de punir les principaux acteurs de la scène politique congolaise dont les actions freinent ou mettent en péril le processus démocratique, l'on ne comprend pas comment l'UE peut s'en prendre à du menu fretin et épargner le gros poisson Kabila dont tout le monde sait aujourd'hui que c'est lui et lui seul le principal problème en RDC.
C'est pourquoi l'on peut regretter que l'UE ait frappé à la périphérie en évitant de frapper au centre. Pourquoi frapper les acolytes et épargner le chef bandit ? Cela aussi est l'une des curiosités de la politique des Blancs que la raison de l'Africain lambda ne comprend pas toujours sur le continent.
Maintenant que ces sanctions ont été prises, la véritable question est de savoir ce qu'elles représentent et quel impact elles pourraient avoir sur les intéressés.

En tout cas, au-delà de l'effet d'annonce, il y a lieu de craindre que ces sanctions ne produisent pas les effets escomptés et qu'elles coulent sur la peau des intéressés, comme de l'eau sur les plumes d'un canard.
Pire, ces sanctions pourraient au finish apparaître comme des mesurettes qui auront le don de galvaniser davantage les intéressés dans leur combat pour maintenir le satrape au pouvoir.
Et l'on ne serait pas surpris qu'un Lambert Mendé se fende d'une de ces répliques incendiaires dont lui seul a le secret, pour tourner en dérision ces sanctions. Il aurait donc fallu aller plus loin.
Quoi qu'il en soit, à la faveur de ces sanctions ciblées qui frappent des proches de Joseph Kabila alors que lui-même est épargné, l'on pourra toujours tirer la leçon qu'il ne faut jamais lier étroitement son destin à celui d'un dictateur.
En cas de coup dur, lui pourrait toujours s'en sortir là où ses collaborateurs les plus fidèles laisseraient des plumes et pas des moindres, si ce n'est leur honneur. Le cas de l'ex-président burkinabè Blaise Compaoré est d'ailleurs suffisamment éloquent à ce propos. Que chacun se le tienne donc pour dit."



"Sanctions de l'UE - Le pays peut riposter en appliquant la réciprocité"
° http://www.radiookapi.net/2017/05/30/actualite/politique/sanctions-de-lue-la-rdc-peut-riposter-en-appliquant-la-reciprocite
Le  professeur Mwayila Tshiyembe, directeur de l’Institut panafricain de géopolitique de Nancy en France, qui commente les sanctions prises par l’Union Européenne (UE) contre certaines personnalités congolaises, indique que toute organisation internationale peut, de façon unilatérale, prendre des sanctions contre un Etat avec qui elle a signé des accords. Mais, il précise tout de même que la RDC peut riposter à ces sanctions en appliquant la réciprocité.
 
« Les sanctions sont l’un des moyens de pression à la disposition des Etats souverains ou des organisations internationales dans leurs rapports avec les partenaires. Je ne sais pas si les sanctions qui sont annoncées auront un impact sur la vie politique ou sur les personnalités concernées. Les organisations internationales peuvent prendre des actes unilatéraux. Et Ces actes unilatéraux ont  des conséquences sur les Etats contre lesquels ils sont pris. Ces derniers peuvent riposter. C’est ce qu’on appelle la réciprocité », analyse Mwayila Tshiyembe. 
Il fait remarquer que dès lors  qu’un pays a signé des accords avec l’UE sur la gouvernance démocratique et les respects des droits de l’homme, cette dernière peut prendre des sanctions sur les personnalités de ces pays qui violent ces accords. 
 
« Je ne sais pas si les raisons avancées par l’UE sont avérées, mais sur le principe du droit, dès lors qu’il y a un partenariat qui a été signé dans le cadre des droits de l’homme et que l’UE considérant que pour ce qui se passe en RDC, il y a des activités ou des comportements dans les chefs de la Police ou des autorités,  elle peut prendre de actes unilatéraux », rappelle le professeur Mwayila Tshiyembe. 
Le Conseil des ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne a pris lundi 29 mai des sanctions contre neuf personnalités congolaises qui sont interdites de voyage dans l’Union européenne et dont les avoirs financiers sont gelés.
Les personnes visées par ces sanctions sont: l'ancien et l'actuel ministre de l'Intérieur (Evariste Boshab Mabudj et Emmanuel Ramazani), le gouverneur du Kasaï-Central (Alex Kande), le gouverneur du Haut-Katanga (Jean-Claude Kazembe), deux haut gradés militaires (Eric Ruhorimbere et Muhindo Akili Mundos) un chef de milice (Gédéon Kyungu) et le directeur de l'Agence nationale de renseignement (Kalev Mutond)."



"Sanctions de l'UE : la Belgique principale cible des représailles de la RDC. SN Bruxelles et la RTBF dans le viseur"
° http://7sur7.cd/new/2017/05/sanctions-ue-la-belgique-principale-cible-des-represailles-de-la-rdc-sn-bruxelles-et-la-rtbf-dans-le-viseur/

"RDC : vers une réaction "très forte" aux sanctions européennes ?
° http://www.lalibre.be/actu/international/rdc-vers-une-reaction-tres-forte-aux-sanctions-europeennes-592d9a04cd70022543218625
INTERNATIONAL Au lendemain des sanctions de l’UE contre des personnes impliquées dans la crise au Kasaï, le président Kabila s’y est rendu.
En décembre dernier, après les premières sanctions européennes individuelles contre sept personnalités congolaises, Kinshasa les avait qualifiées, par la bouche du ministre de l’Information Lambert Mende, d’"illégales" et "aux antipodes du droit international". S’étant aperçues qu’il n’en était rien, les autorités congolaises étaient plus discrètes mardi, au lendemain de l’annonce de nouvelles sanctions européennes contre neuf autres personnalités congolaises, généralement impliquées dans la sanglante répression au Kasaï.
Le site Actualités.cd, citant un membre du cabinet du ministre des Affaires étrangères, She Okitundu, rentré lundi soir à Kinshasa, annonçait mardi une réaction "très forte" du gouvernement, qui ne nous était pas connue mardi soir.

Des ministres parmi les cibles

Rappelons que deux ministres figurent parmi les nouveaux ciblés : Lambert Mende et son collègue de l’Intérieur, Emmanuel Ramazani Shadari, ainsi que le prédécesseur de celui-ci, Evariste Boshab. Deux gouverneurs, ceux du Kasaï central et du Haut Katanga, sont également visés, ainsi que le chef du service de renseignement, Kalev Mutond; deux militaires, les généraux "Mundos" et Ruhorimbere; et le chef de milice katangais Gédéon Kyungu.
La réaction la plus remarquée a été celle du secrétaire général du parti d’opposition UDPS, Jean-Marc Kabund-a-Kabund, qui a fait part à Actualités.cd de sa "grande joie" que l’UE ait pris ces sanctions, l’appelant à les élargir "pour cibler d’autres personnalités qui ne sont pas encore inquiétées". "Nous serons heureux d’entendre que l’UE a ci blé directement Joseph Kabila", qui multiplie les manœuvres pour ne pas quitter le pouvoir malgré la fin de son dernier mandat légal le 19 décembre 2016.

"Elles les touchent très fort"

Sur les réseaux sociaux, les avis se partageaient entre ceux qui applaudissaient à l’annonce des sanctions contre ces neuf personnes - voire demandaient qu’elles soient "élargies" - et des partisans de ces dernières, qui y voyaient une "ingérence" dans les affaires congolaises.
"La plupart des Congolais apprécient les sanctions parce qu’elles sont vues comme visant à protéger la population", nous dit une source au Katanga. "Il y a des mouvements d’humeur vis-à-vis de Belges de la part du camp officiel, surtout de la part des personnes visées", nous dit un compatriote. "Ces sanctions les touchent très fort parce que plusieurs d’entre eux ont des enfants en Belgique". On cite ainsi le cas d’Evariste Boshab, "qui se considère comme un citoyen de Louvain-la-Neuve", où il a fait ses études de droit et "a longtemps joui de l’estime des professeurs de la faculté de Droit", ou de Lambert Mende, qui a un fils musicien - et Belge - à Bruxelles, où il était arrivé lorsque son père était opposant à Mobutu.

Joseph Kabila à Kananga

Les projecteurs officiels étaient, eux, braqués sur Kananga (Kasaï central), où le président Kabila est arrivé mardi après-midi - première manifestation de sa préoccupation pour le Kasaï. C’est la situation dans cette région, plongée dans de sanglantes violences depuis un an, qui a motivé les sanctions européennes.
Parmi les personnalités venues l’accueillir figurait le successeur du chef coutumier - Kamwina Nsapu - tué par les forces de l’ordre le 12 août dernier. C’est sa révolte contre le refus des autorités de reconnaître sa nomination selon la tradition qui avait lancé l’insurrection paysanne frappant maintenant plusieurs provinces."



"RD Congo : l'Union européenne choisit de frapper au portefeuille"
° http://afrique.lepoint.fr/actualites/rd-congo-l-union-europeenne-choisit-de-frapper-au-portefeuille-31-05-2017-2131710_2365.php
° http://afrique.latribune.fr/politique/2017-05-30/rdc-l-ue-frappe-au-portefeuille-de-proches-de-joseph-kabila-726635.html

° http://www.rfi.fr/afrique/20170531-rdc-majorite-presidentielle-reagit-sanctions-decidees-ue


Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #


Dernière édition par ndonzwau le 2/6/2017, 2:18 am, édité 2 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: NOUVELLES SANCTIONS DES AMERICAINS & EUROPEENS

Message  El-Shaman le 2/6/2017, 12:17 am

............


Dernière édition par El-Shaman le 2/6/2017, 4:25 pm, édité 2 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: NOUVELLES SANCTIONS DES AMERICAINS & EUROPEENS

Message  ndonzwau le 2/6/2017, 12:36 am

Troll a écrit:
Admin a écrit:http://www.jeuneafrique.com/444370/politique/rdc-general-francois-olenga-chef-de-maison-militaire-de-kabila-sanctionne-etats-unis/

La c'est fort! Ça commence a être très sérieux

ABU ARAFAT

O moni eloko na mekaka ko expliquer yo á partir ya jeux video "GHOST RECON WILDLANDS" Question  Neti kaka na jeux video oyo, avant ba zwa EL SUENO, ba ko simba batu na ye un aprés un ..

Na site ya JJWONDO, na meka pe ko expliquer eloko moko ya stratégie militaire ya USA oyo ezali appliqué na politique étrangère Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven What a Face

Théorie ya TARGETING Like a Star @ heaven oyo ezo senga "mis á jour" ya ba attaques sur base ya évaluation sur le terrain na kati EBO (Effect Based Operation) Idea

Eloko oyo ezali nde suite logique tango ba moni ete Kabila azali kutu na intention ya tika élection esalama te No No Au contraire, stratégie ya "chaos" nde e zali en place What a Face

WAIT AND SEE

Pour les Yankees la pioche de Olenga compte double : au-delà de ce qu’ils lui reprocheraient d’entraves à la démocratisation, ils essaient d’atteindre un lien de ‘JK’ avec le ‘bloc de l’Est’, Russie, Ukraine…

Quant à l’impact réel de ces sanctions sur le pouvoir, Admin, ne rêvons pas trop, aussi longtemps qu’elles ne limiteront que peu la latitude de ses mouvements sur le terrain, ‘JK’ a encore bien des ressources pour sa « présidence à vie », fût-ce le temps que la fameuse CI décidément trop naïve ou peu convaincue de frapper ciblé et fort adapte ses plans…

Il faut plus que l’interdiction de séjour en Occident et le gel des avoirs infligés aux coupables qui ne les empêchent pas de vivre et d'agir surtout qu’ils peuvent les contourner de mille façons, le symbole ne suffit pas... Il faut des sanctions plus étroites qui les atteignent directement, des « tribunaux expresses » par exemple qui les condamnent et les rendent ‘parias’ déclarés pour tous leurs partenaires, des sanctions qui les touchent dès le pays, quitte à provoquer des crises diplomatiques ouvertes…

Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: NOUVELLES SANCTIONS DES AMERICAINS & EUROPEENS

Message  djino le 2/6/2017, 12:04 pm


Il faut des sanctions plus étroites qui les atteignent directement, des « tribunaux expresses » par exemple qui les condamnent et les rendent ‘parias’ déclarés pour tous leurs partenaires, des sanctions qui les touchent dès le pays, quitte à provoquer des crises diplomatiques ouvertes…

Compatriotiquement!




like Suspect  Suspect  Suspect  Suspect

Revenir en haut Aller en bas

Re: NOUVELLES SANCTIONS DES AMERICAINS & EUROPEENS

Message  Troll le 2/6/2017, 12:34 pm

Cool Mr DJINO

Santion ezali na "impact psychologique" avant tout What a Face Contrairement aux apparences, TOUS ceux dont les noms se retrouvent dans ces sanctions sont "touchés" psychologiquement affraid

Ils se demandent si ces "sanctions" ne sont pas une PLAINTE qui est mis au point et un jour, la liste des sanctions va se transformer á une plainte devant la justice internationale affraid pale bounce


L´autre objectif est de "fragiliser" le premier cercle drunken du pouvoir pale Une fois de plus, nous avons tenté d´expliquer cette stratégie militaire sur le site de JJ Wondo Basketball

Si vous consultez Wikipedia en recherchant "La théorie de 5 cercles" de John Warden Idea vous allez une petite idée de la manière dont les USA font le "TARGETING" @ du cercle proche de Kabila*

To ko zwa temps ya ko expliquer un peu plus sur base ya jeux vidéo Ghost Recon Wildlands Ba oyo ba zali na playstation 4 ¤ bo meka ko beta lisano oyo, bo ko comprendre ba stratégies militaires oyo ezali na kombo ya Effect Based Operations Like a Star @ heaven

Revenir en haut Aller en bas

Re: NOUVELLES SANCTIONS DES AMERICAINS & EUROPEENS

Message  Admin le 2/6/2017, 3:46 pm

Apres les révélations sur la nationalité belge du gouvernement A Kande, on apprends également que le général Olenga possède la nationalité allemande.


http://www.lalibre.be/actu/international/apres-bruxelles-les-usa-sanctionnent-la-rdc-593059adcd700225432bbd87

Tetela du Maniema, François Olenga, 69 ans aujourd’hui, a vécu en exil en Tchécoslovaquie, en Suisse et en Allemagne; selon le "Tageszeitung" de Berlin, il a la nationalité allemande.

Troll et surtout Ndonzwau, qui doute de l'efficacité des sanctions ... On peut lire également ceci: Selon le "Tageszeitung" du 30 octobre 2014, il a des relations dans l’industrie de l’armement ukrainienne, auprès de laquelle il se fournit. Plus généralement, il est considéré comme le principal responsable des achats d’armes du régime depuis de longues années. Dernièrement, il a été promu chef de la Maison militaire du président Joseph Kabila.
avatar
Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NOUVELLES SANCTIONS DES AMERICAINS & EUROPEENS

Message  ndonzwau le 2/6/2017, 6:56 pm

Admin a écrit:Apres les révélations sur la nationalité belge du gouvernement A Kande, on apprends également que le général Olenga possède la nationalité allemande.

http://www.lalibre.be/actu/international/apres-bruxelles-les-usa-sanctionnent-la-rdc-593059adcd700225432bbd87

Tetela du Maniema, François Olenga, 69 ans aujourd’hui, a vécu en exil en Tchécoslovaquie, en Suisse et en Allemagne; selon le "Tageszeitung" de Berlin, il a la nationalité allemande.

Troll et surtout Ndonzwau, qui doute de l'efficacité des sanctions ... On peut lire également ceci: Selon le "Tageszeitung" du 30 octobre 2014, il a des relations dans l’industrie de l’armement ukrainienne, auprès de laquelle il se fournit. Plus généralement, il est considéré comme le principal responsable des achats d’armes du régime depuis de longues années. Dernièrement, il a été promu chef de la Maison militaire du président Joseph Kabila.

ndonzwau a écrit:
Troll a écrit:
Admin a écrit:http://www.jeuneafrique.com/444370/politique/rdc-general-francois-olenga-chef-de-maison-militaire-de-kabila-sanctionne-etats-unis/

La c'est fort! Ça commence a être très sérieux

[...]

Pour les Yankees la pioche de Olenga compte double : au-delà de ce qu’ils lui reprocheraient d’entraves à la démocratisation, ils essaient d’atteindre un lien de ‘JK’ avec le ‘bloc de l’Est’, Russie, Ukraine…

Quant à l’impact réel de ces sanctions sur le pouvoir, Admin, ne rêvons pas trop,
aussi longtemps qu’elles ne limiteront que peu la latitude de ses mouvements sur le terrain, ‘JK’ a encore bien des ressources pour sa « présidence à vie », fût-ce le temps que la fameuse CI décidément trop naïve ou peu convaincue de frapper ciblé et fort adapte ses plans…

Il faut plus que l’interdiction de séjour en Occident et le gel des avoirs infligés aux coupables qui ne les empêchent pas de vivre et d'agir surtout qu’ils peuvent les contourner de mille façons, le symbole ne suffit pas... Il faut des sanctions plus étroites qui les atteignent directement, des « tribunaux expresses » par exemple qui les condamnent et les rendent ‘parias’ déclarés pour tous leurs partenaires, des sanctions qui les touchent dès le pays, quitte à provoquer des crises diplomatiques ouvertes…


Compatriotiquement!

"RDC : un général proche du président Kabila sanctionné par Washington"
° http://afrikarabia.com/wordpress/rdc-un-general-proche-du-president-kabila-sanctionne-par-washington/

"Sanctions ciblées : après Kanyama et Amisi… les USA frappent Olenga"
° http://www.lephareonline.net/sanctions-ciblees-apres-kanyama-amisi-usa-frappent-olenga/

" François Olenga, un général « qui ne commande rien »! "
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2017/06/01/francois-olenga-general-ne-commande-rien.html
° https://actualite.cd/2017/06/01/washington-impose-sanctions-contre-principal-conseiller-militaire-de-joseph-kabila/

"Les pays africains, dont l’Angola, appelés à faire pression sur Kabila"
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2017/06/01/pays-africains-dont-langola-appeles-a-faire-pression-kabila.html
° https://actualite.cd/2017/06/01/rdc-hrw-appelle-lonu-a-sanctionner-responsables-violences-notamment-contre-journalistes/
° http://www.radiookapi.net/2017/06/02/actualite/politique/rdc-hrw-exhorte-les-dirigeants-africains-faire-pression-sur-joseph

" Pourquoi les sanctions européennes font très mal au Pouvoir"
°  http://www.politico.cd/encontinu/2017/06/01/sanctions-europeennes-tres-mal-pouvoir.html

"Sanctions UE : «Cela ne favorise pas l’organisation des élections dans le délai» (Minaku)"
° https://actualite.cd/2017/05/31/sanctions-ue-ne-favorise-lorganisation-elections-delai-minaku/

Compatriotiquement!

PS


"Moïse Katumbi, le principal opposant, s’attaque à Kabila à l’ONU à Genève"
° https://afrique.lalibre.be/4249/moise-katumbi-le-principal-opposant-sattaque-a-kabila-a-lonu-a-geneve/
(...)
Son avocat, le ténor du barreau français Eric Dupond-Moretti, a formellement déposé cette requête pour « acharnement continu du pouvoir congolais » contre l’ancien gouverneur régional et ses proches. Devant la presse, il a reproché à l’Etat congolais d’avoir violé à plusieurs reprises le Pacte international sur les droits civils et politiques.
Et de mentionner des abus liés au droit à l’intégrité physique, à un procès équitable, au respect de la vie privée, à la liberté d’expression et à la participation politique. Ancien allié du président, M. Katumbi était passé dans l’opposition en septembre dernier et avait ciblé la volonté de Joseph Kabila de se présenter à troisième mandat interdit par la Constitution.
Il a ensuite été condamné à trois ans de prison dans une affaire immobilière, provoquant son inéligibilité, avant d’être autorisé à rejoindre la Belgique pour être soigné. Il doit encore comparaître dans un procès sécuritaire.
« Deux affaires bidon », a rétorqué Me Dupond-Moretti. Elles ont été « délibérément mises en place ». Le jugement dans la première affaire a été « extorqué » à une magistrate, désormais protégée en France, qui a dit avoir dû le prononcer une arme pointée sur elle, dit aussi l’avocat.
Il s’étonne aussi du calendrier. Le ministre de la justice a lancé une procédure contre lui « le jour où il a annoncé sa candidature à l’élection présidentielle ». Son client a été « interpellé et détenu arbitrairement et sauvagement tabassé », selon l’avocat.
Les autorités ont indiqué qu’elles l’arrêteraient s’il revient en République démocratique du Congo (RDC). Un retour que M. Katumbi prévoit dès que le calendrier de la présidentielle, qui doit avoir lieu avant fin 2017, sera connu. « Je n’ai rien fait. Je vais rentrer », a-t-il affirmé.

La procédure devant le Comité des droits de l’homme devrait prendre plusieurs années. Mais selon Me Dupond-Moretti, l’institution peut recommander des mesures provisoires pour demander à l’Etat la protection de son client. M. Katumbi pourrait alors exiger leur application par la Mission de l’ONU en RDC (MONUSCO) ou l’Union africaine (UA).
D’autres plaintes pourraient aussi ensuite être déposées directement contre Joseph Kabila devant d’autres juridictions. L’avocat a toutefois indiqué à l’ats ne pas savoir si le Comité avait déjà autorisé ce type de mesures provisoires.
Le second mandat de Joseph Kabila a pris fin en décembre dernier, mais il a refusé de se retirer malgré l’interdiction d’une troisième période. Intermédiaire dans le compromis trouvé sur le calendrier électoral, la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) a récemment demandé « le retrait » de la décision d’arrestation immédiate de M. Katumbi et le rétablissement de ses droits « civils et politiques ». Du côté de l’opposant, pas question de négocier une nouvelle fois avec le président.
S’il ne peut pas se présenter, il appellera ses concitoyens à activer l’article de la Constitution qui les contraint à s’élever contre un individu qui prend le pouvoir par la force. « Tout est possible », a-t-il dit, sans préciser si la situation pourrait aboutir à un conflit armé. Il est aussi favorable à un Tribunal international sur les violations des droits de l’homme, notamment au Kasaï, a-t-il déclaré."


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #


Dernière édition par ndonzwau le 3/6/2017, 12:17 am, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: NOUVELLES SANCTIONS DES AMERICAINS & EUROPEENS

Message  Troll le 3/6/2017, 12:07 am

Razz TO KOMI KO PESA BA EXPLICATIONS ?

http://www.radiookapi.net/2017/06/02/actualite/politique/le-general-olenga-aucune-sanction-ne-me-fera-trembler Idea Idea

E komi ko samba avant kutu film e koma molayi**
Tout en affirmant ne pas avoir peur des sanctions Embarassed et ne jamais visiter les USA Rolling Eyes Olenga commence á apporter des explications precises sur le "fonctionement" Idea du système*

En plus, il se demande pourquoi le chef d´EMG D Etumba et le chef de la police Bisengimana ne figurent sur aucune liste Question

Est-il naif en croyant que les services de renseignement militaires des USA ignorent comment fonctione le système de sécurité et quelle est la part de la responsabilité de chacun Question

Etumba qui ne "commande" pas la Garde Républicaine dont les hommes sont toujours á la pointe de la repression:idea: Bisengimana qui ne possede aucune autorité sur Kanyama..qui recoit les ordres directement du président Kabila:evil: ne peuvent pas être "responsables" juridiquement des actions dont lui qui "supervise" la GR est auteur:arrow:
cyclops cyclops

"VOYAGE AUX USA" @

Quand sur la liste des sanctions on indique que les Banques ou les citoyens des USA ne doivent pas faire des "affaires" avec Olenga pale Monsieur le "général" devrait se dire que les Banques qui gèrent sa fortune font des transactions en $ pale et possedent des connections avec le système financier US tongue @

Ce que sa fortune sera touchée par la sanction..
drunken sunny

Mais sa réaction indique une sorte de panique quand il est sur la "défensive" sunny cherry Et il commence á donner des "explications" avant le jugement

TALA KU TSEKI

Revenir en haut Aller en bas

Re: NOUVELLES SANCTIONS DES AMERICAINS & EUROPEENS

Message  ndonzwau le 6/6/2017, 1:50 am

"Sanctions UE-USA : Une réunion entre le président et le gouvernement devrait décider de la réplique (Mende)"
° https://actualite.cd/2017/06/05/sanctions-ue-usa-reunion-entre-president-gouvernement-decider-de-replique-mende/

"Général Olenga : «Je suis un officier nationaliste et révolutionnaire, aucune sanction ne me fera trembler»"
° https://actualite.cd/2017/06/03/general-olenga-suis-officier-nationaliste-revolutionnaire-aucune-sanction-ne-me-fera-trembler/

" SANCTIONS : ENFIN, KABILA RÉAGIT"
° http://www.forumdesas.org/spip.php?article11868

"Sanctions de l’ EU et USA : Steve Mbikayi exige la solidarité congolaise"
° http://groupelavenir.org/sanctions-de-l-eu-et-usa-steve-mbikayi-exige-la-solidarite-congolaise/

"RDC : L’UE prépare un désordre généralisé dans le pays comme ce fut le cas avec la Libye (Mbikayi)"
Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes
° https://actualite.cd/2017/06/04/rdc-lue-prepare-desordre-generalise-pays-cest-fut-cas-lybie-mbikayi/

Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: NOUVELLES SANCTIONS DES AMERICAINS & EUROPEENS

Message  ndonzwau le 6/6/2017, 4:42 am

PS


"Affaire Catalan & Sharp :
Parodie de procès à Kananga

° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=11766
Le procès des présumés assassins de deux enquêteurs envoyés par le Conseil de sécurité a débuté lundi 5 juin devant le tribunal militaire de garnison de Kananga. L’affaire est déjà renvoyée à lundi 12 juin. La Suédoise Zaida Catalan et l’Américain Michaël Sharp chargés d’investiguer sur des cas de violations des droits humains au Kasaï Central ont été assassinés mi-mars dernier. Selon le gouvernement congolais, ce double crime pour le moins odieux serait l’oeuvre des "miliciens Kamuina Nsapu". Des conclusions jugées hâtives qui ont été rejetées par le Conseil de sécurité. Celui-ci exige la mise sur pied d’une enquête internationale. "Il n’est nulle question de substituer une enquête internationale sur l’enquête congolaise", s’enrageait le ministre des Affaires étrangères, Léonard She Okitundu. C’était le 25 mai sur les antennes de RFI. Le Congo-Kinshasa aurait-il quelque chose à cacher?

Qui a assassiné Zaida Catalan et Michaël Sharp? Qui a commandité ce double crime? Quel en est le mobile? Que sont devenus les accompagnateurs congolais de ces victimes? Voilà quatre questions qui appellent des réponses claires et nettes. Des réponses susceptibles de faire éclater la vérité sur les circonstances exactes de ces deux homicides.
Lundi 5 juin, le tribunal de garnison de Kananga a ouvert le procès des présumés
assassins. Contre toute attente, l’affaire est déjà renvoyée à lundi 12 juin. Selon Trésor Kabangu, l’avocat des accusés, le renvoi a été demandé par le ministère public.

Qui sont les accusés? Il y a d’une part un gamin de 16 ans qui répondrait au nom d’Evariste Ilunga. Il y a de l’autre, un trentenaire nommé Mbayi Kabasele, vendeur d’huile de palme de son état. Les deux individus sont poursuivis du chef de "crime de guerre par meurtre, crime de guerre par mutilation, terrorisme, participation à un mouvement insurrectionnel". D’aucuns y voient des lampistes.
Des observateurs sont surpris par la "non-délocalisation" de ce dossier aux implications politico-diplomatiques évidentes. "Des affaires aussi sensibles sont généralement transmises aux juridictions de la capitale, commente un avocat kinois. Je ne m’explique pas ce changement d’attitude de la part des autorités nationales". D’aucuns y voient une volonté de dissimuler "quelque chose". Quoi donc? Il semble que les deux experts ont été exécutés dans un territoire (Tshimbulu) contrôlé par des éléments de l’armée congolaise.

Témoins gênants

Zaida Catalan et Michaël Sharp faisaient partie d’un panel d’investigateurs du Conseil de sécurité. Ils étaient chargés d’enquêter sur des graves cas de violation des droits de l’homme et l’existence de fosses communes au Kasaï Central. Ont-ils eu accès à des informations "sensibles" sur les fosses communes devenant ainsi des témoins gênants?
Au commencement était un conflit d’ordre politico-administratif. Selon des sources, le grand chef Kamwina Nsapu s’était révolté en apprenant notamment que des "policiers rwandais" avaient perquisitionné sa résidence. Le 12 août 2016, le Chef est abattu par des policiers venus l’arrêter sur ordre du ministre de l’Intérieur d’alors, Evariste Boshab.

Dans une interview accordée à la libre.afrique.be, le député Clément Kanku, mis en cause dans ce dossier, ne dit pas autre chose : "Nous avons en tout cas vainement essayé de convaincre Monsieur Evariste Boshab d’accéder à la demande du chef Kamuina Nsapu qui voulait se rendre sous la protection de la Monusco. A ce jour, je suis persuadé que si le ministre de l’Intérieur, M. Boshab, avait accédé à la demande du grand chef, les choses auraient évolué différemment." Le parlementaire a nié toute responsable tant dans les violences au Kasaï que sur la mort de deux experts.
Selon des sources sécuritaires, Catalan et Sharp, accompagnés des citoyens congolais Betu Tshintela (interprète) et Issac Kabuayi et deux conducteurs de moto, ont été attaqués, le 12 mars, à quelques 15 kilomètres de Kananga. Il semble qu’un de leur accompagnateur était en réalité un agent de l’Agence nationale de renseignements.

Manque de coopération

Interrogé le 13 mars par l’AFP, le ministre Lambert Mende a semblé en savoir plus. Il a cité l’endroit précis de l’attaque. Selon lui, c’était "au niveau du pont de la rivière Moyo". Les victimes auraient été par la suite conduites "dans la forêt par des éléments inconnus".
Dès le lendemain de la disparition des deux experts, l’ONG Human Right Watch déplorait, dans un communiqué, le "manque de coopération" du gouvernement congolais. Le 18 mars, la Mission onusienne dénoncera les "restrictions imposées par les forces de sécurité à sa liberté de circulation à Kananga".

Les corps sans vie des deux experts ont été "retrouvés" le 25 mars. Cette découverte macabre a été précédée par l’annonce de la "décapitation" de 40 policiers. Des atrocités attribuées à la nébuleuse milice Kamuina Nsapu. L’information a été donnée par François Kalamba, président de l’Assemblée provinciale du Kasaï. Selon lui, les faits se seraient passés sur la route Tshikapa-Kananga. Question : le pouvoir kabiliste voulait-il conditionner l’opinion internationale ?
On le sait, le Conseil de sécurité reste sceptique face à la précipitation avec laquelle les autorités congolaises ont imputé ces actes barbares aux prétendus miliciens Kamuina Nsapu. Le Conseil a refusé d’agréer les conclusions de l’enquête congolaise. Le pouvoir kabiliste dit flairer, derrière l’exigence d’une enquête internationale, "une opération de déstabilisation", dixit Okitundu.

Dans l’interview qu’il a accordée à lalibre.afrique.be, Clément Kanku est passé à l’offensive : "Il est impérieux d’imposer d’urgence la mise en place d’une enquête indépendante. Il faut établir les responsabilités. La justice doit savoir. Les famille des victimes doivent savoir. Les responsables doivent être punis".
Agir autrement reviendrait à faire l’éloge d’une parodie de procès qui aura pour effet de punir des boucs émissaires...

A l’image de l’assassin qui revient sur le lieu du crime, «Joseph Kabila» vient de séjourner à Kananga..."



"RDC : procès des présumés assassins des experts de l’Onu"
° https://afrique.lalibre.be/4408/rdc-proces-des-assassins-des-deux-experts-de-lonu/
Faux départ pour ce procès de deux hommes accusés du meurtre des Zaida Catalan et Michael Sharp.

La justice militaire congolaise a ouvert lundi le procès des présumés assassins de deux experts de l’ONU tués en mars dans le Kasaï, dans le centre de la République démocratique du Congo, théâtre d’une rébellion depuis septembre 2016, a-t-on appris auprès de la défense.
Le tribunal militaire de garnison de Kananga a « ouvert le procès aujourd’hui (lundi 5 juin) avant de le renvoyer à lundi (12 juin) sur demande du ministère public », a déclaré à l’AFP Me Trésor Kabangu, avocat de deux présumés assassins des experts de l’ONU.

Les deux présumés assassins, Evariste Ilunga (élève, âgé de 16 ans) et Mbayi Kabasele (vendeur d’huile de palme, âgé de 30 ans), ont comparu et sont poursuivis pour « crime de guerre par meurtre, crime de guerre par mutilation, terrorisme, participation à un mouvement insurrectionnel », a-t-il expliqué.
En mai, la justice avait indiqué que 16 personnes étaient « incriminées » dans cette affaire.
La demande de renvoi a été faite après que la défense eut mis en cause la « compétence du tribunal: est-il habilité à juger le crime de guerre? », s’est interrogé Me Kabangu, qui estime par ailleurs que la détention de ses clients est « irrégulière ».
« Il faut régulariser la détention » et « nous souhaitons que ce procès soit un combat loyal », a-t-il ajouté.

L’Américain Michael Sharp et la Suédo-chilienne Zaida Catalan, deux experts missionnés par le secrétaire général de l’ONU pour enquêter sur les violences dans la province du Kasaï-central, secouée par la rébellion de Kamwina Nsapu, chef traditionnel tué en août 2016 lors d’une opération militaire, avaient été enlevés le 12 mars et leurs corps retrouvés 16 jours plus tard dans une fosse commune. Mme Catalan a été décapitée et sa tête n’a pas été retrouvée.
Depuis septembre 2016, la région du Kasaï est secouée par la rébellion de Kamwina Nsapu, chef traditionnel tué en août lors d’une opération militaire après s’être révolté contre les autorités de Kinshasa.
Michael Sharp et Zaida Catalan faisaient partie d’un groupe d’experts qui enquêtaient sur une quarantaine de fosses communes découvertes dans la région.
Selon l’ONU, ces violences ont fait plus de 400 morts et causé le déplacement de 1,3 million de personnes.

Le 1er juin, plusieurs ONG congolaises et internationales ont appelé le Conseil des droits de l’homme de l’ONU à lancer une enquête internationale sur ces violences meurtrières.
Ce procès s’est ouvert, 48 heures après le séjour du président Joseph Kabila au Kasaï, sa première visite officielle dans la région, huit mois après l’éclatement des violences."



"Mort des experts de l’ONU: 1ère audience pour 2 des assassins présumés"
° http://www.rfi.fr/afrique/20170605-mort-experts-onu-premiere-audience-express-2-assassins-presumes
Le procès des assassins présumés des deux experts de l'ONU, tués en mars dernier en République démocratique du Congo, s'est ouvert ce lundi matin devant le tribunal militaire de Kananga la capitale de la province du Kasaï-central. Dans ce dossier, 16 personnes sont accusées, mais seules deux se trouvent dans le box des accusés. Il s’agit d’Evariste Ilunga Lumu, un élève qui s'apprêtait à passer son baccalauréat dans quelques jours, et Mbayi Kabasele, un coupeur de noix de palme.

La première audience n'aura duré qu'un peu plus d'une heure devant une salle clairsemée, selon un des avocats de la défense. 16 personnes sont accusées dans ce dossier mais seulement deux se trouvaient dans le box.
Evariste Ilunga Lumu, un élève qui s'apprêtait à passer son baccalauréat avant d'être arrêté. Son âge a fait débat, car il dit avoir 17 ans, mais il est présenté comme âgé de 22 ans dans les procès verbaux. Il a été arrêté non loin du lieu du drame. Aucun indice n'a été trouvé sur lui, assure son avocat, lui même clame son innocence.

Autre accusé dans le box, Mbayi Kabasele coupeur de noix de palme, père de trois enfants. Les autres accusés sont en fuite, mais tous sont présentés comme étant des miliciens Kamuina Nsapu.
Ce sont tous des civils, d'où l'exception soulevée par les avocats qui dénoncent l'incompétence du tribunal militaire, critiquant également le libellé des accusations, jugé obscur, avec six qualifications pour le même fait.
L'audience a été renvoyée au lundi 12 juin, le temps pour l'accusation de préparer sa réponse. Le juge pourra à son tour prendre plusieurs jours pour répondre aux parties. Les avocats craignent que le procès traine en longueur et  s'inquiètent de l'absence d'observateurs indépendants à l'audience."


Nous, ce qui nous intéresse, c’est un procès équitable.
Serge Miseka
05-06-2017 - Par Marie-Pierre Olphand
00:00 
00:00


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: NOUVELLES SANCTIONS DES AMERICAINS & EUROPEENS

Message  ndonzwau le 8/6/2017, 3:49 am

" Quels impacts des sanctions internationales sur le régime de Kabila ?"
° http://desc-wondo.org/fr/quels-impacts-des-sanctions-internationales-sur-le-regime-de-kabila/
L’analyse intéressante reprise dans la vidéo ci-dessous, d’un débat politique à la chaîne de télévision CCTV,  fait un décryptage des effets des sanctions tous azimuts prises par la « communauté internationale » contre le régime de Kabila. Le pays est quasiment dans une situation pré-explosive d’impasse socioéconomique :  inflation hémorragique des prix des biens et des services , dévaluation monétaire continue, effondrement des réserves de la banque centrale, croissance économique faible, baisse de l’aide financière extérieure pour soutenir le budget de l’Etat et effondrement des investissement à la suite d’un double climat économique et politique très instable.
 
La caractéristique de ces sanctions est d’isoler davantage le pouvoir congolais sur le plan diplomatique, mais également de lui couper des moyens d’action financiers dans un contexte de grave crise économique où tous les principaux indicateurs de performance socioéconomique de la RDC sont au rouge. Ainsi, la marge de manœuvre du régime de Kabila se rétrécit progressivement sur les plans diplomatique, politique et socio-économique dans une conjoncture où ses recours excessifs à l’usage disproportionné de la force contre la population et ses contestataires, ainsi que ses fréquentes violations des droits humains font désormais l’attention de la « communauté internationale » qui cible désormais les hommes-clés du régime.
(Jean-Jacques WONDO)"


Lecteur vidéo
00:00
41:59
° http://desc-wondo.org/wp-content/uploads/2017/06/voici-comment-les-sanctions-atteindront-kabila-bientot.mp4?_=1


"Cécile Kyenge : Les sanctions européennes auront un impact, certains ont déjà arrêté de parler” – Interview
° https://actualite.cd/2017/06/07/cecile-kyenge-sanctions-europeennes-auront-impact-certains-ont-deja-arrete-de-parler-interview/
L’eurodéputée Cécile Kyenge s’est confiée à ACTUALITE. CD sur les dernières sanctions de l’Union Européenne contre des personnalités congolaises. Pour l’ancienne ministre italienne d’Intégration, les sanctions de l’UE devraient être appuyées par les efforts de l’Union africaine afin de répondre aux besoins des peuples africains, en général, et du peuple congolaise, en particulier.

Interview.

Quel regard portez-vous sur les sanctions de l’Union européenne à l’encontre de certains officiels congolais ?


La RDC traverse une grande crise qui a amené l’Union Européenne à s’y impliquer. Parce qu’à travers les accords de Cotonou, l’Union Européenne a le droit de s’y impliquer. Là il ne s’agit pas d’ingérence. Alors dans le cas de la RDC, il s’agit d’un cas particulier. Lors des manifestations, il y a eu des morts, le président Kabila a violé la Constitution en restant au pouvoir. Et l’Union Européenne est en train d’agir sur base des accords de Cotonou. Le peuple congolais doit se prendre en charge. Nous sommes là pour l’accompagner dans le parcours de la démocratie. L’Union Européenne ne peut pas prendre la place des Congolais. Mais, par contre, en ce qui concerne des massacres, nous sommes en train de faire des sanctions à ce point là. Si ça ne dépendait que de moi, il faut exprimer la voix du peuple. Et le peuple avait déjà parlé. Donc le président Kabila doit écouter la voix du peuple.

Comment réagissez-vous sur le fait que le ministre angolais des Affaires étrangères ait annoncé que l’Union Africaine soutiendra les autorités de la RDC contre les sanctions européennes ?(...)"



"Cécile Kyenge : "Si ça ne dépendait que de moi, J. Kabila serait sanctionné...""




Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: NOUVELLES SANCTIONS DES AMERICAINS & EUROPEENS

Message  ndonzwau le 14/6/2017, 2:04 am

"RDC : des sanctions ciblées « illégales et contre-productives »"
Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes
° http://afrikarabia.com/wordpress/rdc-des-sanctions-ciblees-illegales-et-contre-productives/

"Le gouvernement sollicite l’appui de l’Assemblée nationale et de l’UA contre les sanctions européennes"
Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes
° https://actualite.cd/2017/06/12/gouvernement-sollicite-lappui-de-lassemblee-nationale-de-lua-contre-sanctions-europeennes/

° http://www.radiookapi.net/2017/06/10/actualite/politique/rdc-de-jeunes-militants-appellent-des-sanctions-internationales
° http://www.politico.cd/encontinu/2017/06/13/normalisation-de-nos-relations-lue-conditionnee-levee-sanctions.html

Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: NOUVELLES SANCTIONS DES AMERICAINS & EUROPEENS

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum