NOUVELLES SANCTIONS DES AMERICAINS & EUROPEENS

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: NOUVELLES SANCTIONS DES AMERICAINS & EUROPEENS

Message  ndonzwau le 16/6/2017, 3:30 am

"RDC : Sanctions: Kinshasa voudrait la « réciprocité »
° https://afrique.lalibre.be/4961/rdc-sanctions-kinshasa-voudrait-la-reciprocite/
Depuis l’imposition, le 29 mai, de sanctions européennes contre neuf Congolais pour leur implication dans une répression sanglante et disproportionnée au Kasaï ou dans l’étouffement de toute opposition politique, suivies, le 1er juin, de sanctions américaines contre le chef de la Maison militaire du président Joseph Kabila pour avoir « harcelé les opposants politiques », Kinshasa a prédit plusieurs fois, directement ou indirectement, une réaction « très forte ».

Refus de visa et gel des avoirs au Congo

Après avoir annoncé le 31 mai, de « source gouvernementale » anonyme, des sanctions ciblées contre la Belgique parce que la RDC n’a « pas les moyens d’affronter l’UE », le journal en ligne congolais 7sur7.cd a évoqué mercredi de nouvelles pistes.
Le 31 mai, il s’agissait  de « réduire la fréquence de la desserte de Bruxelles Airlines (sic) à Kinshasa au profit d’Air France , par exemple » et « le retrait du signal FM de la RTBF ». Il est à noter que Brussels Airlines est aujourd’hui à 100% allemande.
Cette semaine le même media annonce qu’un groupe informel de travail, le « Groupe de soutien au Gouvernement de la RDC » a été formé, à l’initiative du gouvernement de Kinshasa, pour « identifier » des « personnalités occidentales à sanctionner et le type de sanctions à prendre ». 
Le site présente les 10 personnalités que pourrait viser Kinshasa au titre de la « réciprocité », « dont 7 belges, une italienne et deux américaines ». Ces personnes devraient être punies pour leur participation à la politique de sanctions de l’UE ou des Etats-Unis, selon l’article, ou pour avoir critiqué le régime Kabila.

Il s’agit de:
– Didier Reynders, ministre belge des Affaires étrangères – interdiction de visa pour la RDC et gel des avoirs dans ce pays
– Bart Ouvry, représentant permanent de l’UE à Kinshasa – expulsion
– Bertrand de Crombrugge, ambassadeur de Belgique à Kinshasa – isolement diplomatique
– Koen Vervaeke, directeur Afrique au Service Action extérieure européen – interdiction de visa et gel des avoirs en RDC
– Maria Arena, députée européenne – interdiction de visa et gel des avoirs en RDC
– Karl Vanlouwe, membre de la NVA – interdiction de visa et gel des avoirs en RDC
– Peter Luyckx, député fédéral NVA – interdiction de visa et gel des avoirs en RDC
– Cecile Kyenge, député européenne pour l’Italie – interdiction de visa et gel des avoirs
– Sasha Levnev, directeur associé de l’ONG américaine Enough Project: interdiction de visa et gel des avoirs
– Ida Sawyer, directrice Afrique centrale de l’ONG américaine Human Rights Watch – interdiction de visa et gel des avoirs

Le média précise qu’il s’agit de propositions que le gouvernement de Kinshasa doit encore discuter."



"…RDC / UE : Info ou canular ?
° http://www.congoforum.be/upldocs/15%2006%2017.pdf
Un document circule depuis hier sur « l’Internet congolais ». Il annonce – ou préconise – que le pouvoir réplique aux sanctions de l’UE et des USA par des sanctions du même ordre (gel des avoirs, interdiction de voyager) à l’encontre d’une brochette de personnalités européennes.
Cela s’intitule « Le gouvernement de la RDC décide aussi de sanctionner » et porte la signature d’un Groupe de Soutien au Gouvernement de la RDC, inconnu par ailleurs.
Voici ce document : (...)"



"L’impossible réciprocité
° https://afrique.lalibre.be/4965/limpossible-reciprocite/
Commentaire

Avant même que soit prise la décision officielle de sanctions contre des Européens et Américains par Kinshasa,  l’impossibilité de la « réciprocité » annoncée saute aux yeux.
Les puissants congolais en appellent volontiers au nationalisme de leurs concitoyens contre les étrangers qui soulignent leurs abus, mais ils n’ont pas le patriotisme minimum d’investir dans leur propre pays, dans lequel ils manquent visiblement de confiance, et expatrient leur argent. En revanche, les Européens et les Américains n’ont pas pour habitude de placer leur argent dans des banques congolaises, parce qu’il y en a beaucoup d’autres qui leur conviennent infiniment mieux.
Quant au nombre d’investisseurs européens et américains au Congo, il a bien diminué avec les années en raison de l’instabilité politique et juridique dans ce pays. C’est moins le cas pour les mines, mais la conjoncture présente n’est pas favorable aux investissements miniers, que l’on considère les cours des métaux, le manque d’infrastructures ou l’instabilité politique accrue du Congo depuis que les autorités, n’ayant pas organisé les élections dues, n’ont plus de légitimité.

Ni la Belgique, ni l’Union européenne, ni les Etats-Unis ne reçoivent d’argent de la RDC, alors que celle-ci dépend de l’aide extérieure pour plus de la moitié de son budget.
Bien sûr, le régime Kabila peut expulser un représentant étranger ou en empêcher d’autres de venir à Kinshasa pour leur travail – dont une partie touche à l’aide au Congo. Mais, l’Union européenne étant le principal donateur de la RDC, si celle-ci adoptait les propositions du « Groupe de soutien », cela ne masquerait pas leur nature réelle: la vengeance de quelques individus, qui passerait difficilement pour l’affirmation d’un nationalisme dont les Congolais n’ont guère ressenti l’existence à la tête de l’Etat et de l’administration jusqu’ici.
La main qui donne est toujours au-dessus de celle qui reçoit, dit le proverbe; la colère des sanctionnés du régime Kabila ne changera pas cette évidence.
La meilleure réplique à opposer aux sanctions européennes et américaines serait de développer la RDC, afin qu’elle ne dépende plus de l’aide extérieure, et d’en faire l’Etat de droit qu’attendent les Congolais. Pour que le Congo soit enfin le « pays plus beau qu’avant » chanté par l’hymne national post-mobutiste."



"Le Belge Bart Ouvry, ambassadeur de l'UE en RDC, pourrait être expulsé du pays
° http://www.lalibre.be/actu/international/le-belge-bart-ouvry-ambassadeur-de-l-ue-en-rdc-pourrait-etre-expulse-du-pays-59424b76cd702b5fbf2a59ad
INTERNATIONAL
Dix personnalités, dont le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders, pourraient faire l'objet de sanctions en République démocratique du Congo, selon une proposition relayée par le site congolais 7sur7.cd. La mesure la plus remarquable est l'expulsion de l'ambassadeur de l'UE en RDC, le Belge Bart Ouvry.
Sept Belges figurent sur la liste des personnalités occidentales à sanctionner, établie par un groupe informel de travail dénommé Groupe de soutien au Gouvernement de la RDC, selon le site d'informations. Cette liste fait suite aux sanctions décidées par l'UE et par les Etats-Unis à l'encontre de hauts cadres congolais.
(...)"
Le groupe informel n'exclut pas non plus des sanctions économiques ou la fermeture de représentations consulaires appartenant à des pays qui "s'ingèrent de manière notoire" dans les affaires internes de la RDC.
belga"



" La diplomatie appliquée : Vers un remake de l’isolement diplomatique de la RDC des années 1990 ? – JJ Wondo"
° http://desc-wondo.org/fr/la-diplomatie-appliquee-vers-un-remake-de-lisolement-diplomatique-de-la-rdc-des-annees-1990-jj-wondo/
L’opinion se rappelle qu’à la suite des événements qualifiés à tort ou à raison de « Massacre du Campus de l’Université de Lubumbashi », en 1990, les pays occidentaux, au premier rang desquels la Belgique, ont intensifié des pressions diplomatiques sur le régime zaïrois. Cela avait conduit à la rupture de la coopération technique de la plupart des pays occidentaux au Zaïre (aujourd’hui la RDC. Ces actions se sont déroulées durant la période dite de « transition démocratique » instaurée à la suite du discours pathétique du président Mobutu, le 24 avril 1990, lfin au monopartisme dominé par le MPR[1] et libéralisant l’espace politique congolais vers plus de multipartisme.

Cette décision intervient dans un double contexte sociopolitique interne et géopolitique international particulier. Des stratèges autour de Mobutu, qualifiés de « colombes[2] », partisans d’un pouvoir ouvert et conciliant, s’y étaient affairés des années auparavant pour amorcer une certaine ouverture vers les opposants au régime Mobutu. A leur opposé, des faucons du régime zaïrois optaient pour un pouvoir pur, dur et sans aucune concession ni ouverture à l’opposition.

En effet, le discours du 24 avril 1990 est compris comme une résultante de la conjonction d’une part, de la mission de consultations populaires menées avec dextérité par deux cadres du régime de l’époque, qualifiées de colombes, l’ambassadeur Roger Nkema Liloo, ancien conseiller spécial de Mobutu chargé de la sécurité (surnommé père de la perestroïka) et l’actuel sénateur Edouard Mokolo wa Mpombo. D’autre part, des bouleversements politiques survenus en Europe de l’Est, le Perestroïka soviétique initié par le Secrétaire général et Présidente de l’Union soviétique (URSS) Mikhaïl Gorbatchev et la chute du mur de Berlin, le 9 novembre 1989 ont considérablement impacté la politique occidentale en Afrique. Le maréchal Mobutu, soumis aux intenses pressions diplomatiques occidentales pilotées par Washington, initie les « consultations populaires ». Il sillonne toutes les provinces du Zaïre pour sonder lea population sur les changements sociopolitiques attendus du régime issu du  coup d’état du 24 novembre 1965. Ces consultations avaient été clôturées dans la capitale où, toutes les couches de la population étaient représentées le 24 mars 1990, à la Cité du parti à N’Sele[3]. Il faut aussi rappeler que la genèse de ce processus démocratique remonte au début des années 1980, à la suite de la lettre des « Treize parlementaires » qui a abouti à la création du parti UDPS (Union pour la Démocratie et la paix sociale), dont Etienne Tshisekedi, Frédéric Kibassa Maliba, Mbwankien et Gabriel Kyungu étaient des figures les plus populaires.

Ce discours enclencha une période de transition politique chahutée et chaotique marquée par une bipolarisation de la vie politique entre Mobutu et son camp politique, la « Mouvance présidentielle » d’un côté (l’équivalant de la Majorité présidentielle aujourd’hui) et Etienne Tshisekedi autour duquel s’est constituée l’ « Union sacrée de l’opposition » et alliés (l’équivalent du Rassemblement aujourd’hui), quelques leaders de la société civile de l’époque dont Pierre Lumbi Okongo, Modeste Bahati, Modeste Mutinga, etc. ainsi que la puissante église catholique. L’épreuve de force entre Mobutu et Tshisekedi tourna plutôt au début, en faveur de l’opposition et des forces du changement incarnées par Etienne Tshisekedi, ancien haut cadre du MPR considéré lui-même comme un des pères du « Manifeste de la N’sele », le livre de la doctrine du parti.
C’est dans ce rapport de forces favorable à l’opposition que Mobutu, après plusieurs tentatives de récupération du jeu politique, fut contraint à convoquer la Conférence nationale souveraine (CNS) qui élit de manière triomphale Etienne Tshisekedi au poste de Premier ministre de la première transition. Mais les faucons du régime ne s’étaient pas avouer vaincus. Par un subtil jeu d’achat et de débauchage d’opposants, à l’instar de ce que Kabila parvient d’opérer actuellement, de multiplication des faux partis alimentaires d’opposition dont l’UDI (Union des démocrates indépendants) de Léon Kengo wa Dondo et de durcissement de la répression – via le terrorisme d’Etat – contre l’opposition et les contestataires du régime, mené particulièrement par le trio Nzimbi, Baramoto et Ngbanda, Mobutu parvint bon an mal an à récupérer la situation en sa faveur et à bloquer le processus démocratique, en neutralisant Etienne Tshisekedi, considéré par la majorité des Congolais comme étant le père du processus démocratique du pays. Ce blocage ou le rétrécissement de l’espace politique va durer six ans.

Une transition démocratique bloquée par Mobutu, sur conseil de ses conseillers radicaux dans un régime failli(...)"



Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: NOUVELLES SANCTIONS DES AMERICAINS & EUROPEENS

Message  ndonzwau le 18/6/2017, 9:00 am

Les pressions de la CI occidentale sur le pouvoir de Kinshasa semblent prendre un tour exponentiel; plus aucun doute n’est encore permis : Américains et Européens (à l’instigation ou non de la Belgique) ont définitivement décider le 'dégagement' de ‘JK’ de la tête du Congo !
Pour le bonheur des Congolais ou d'abord pour leurs intérêts ?
Y arriveront-ils de suite ou à l'usure comme ce fut pour le 'Maréchal' (d'opérette ?) ?
Et par qui voudraient-ils le remplacer, par Katumbi ou par un autre ?

Toutes ces questions ne trouveront des réponses qui conviennent que si les Congolais eux mêmes y mettent du leur...

L’art de la guerre, selon Homère (« Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage… », dit-on  de son ‘Odyssée’), Sun Tzu, Von Clausewitz ou Ngongo Lutete, gardant toujours ses fondamentaux restent les mêmes, le ‘gagnant’ est toujours celui qui y a mis son courage, sa détermination et sa science...
Du coup ne rêvons pas trop, rien ne nous sera entièrement donné, l’issue d’une victoire finale dépendra encore et toujours des succès (et défaites) lors de multiples batailles que nous aurons eu du cœur et l’intelligence de gagner quelle que soit l’aide qui nous sera apportée d’ailleurs, personnellement je n’en démords point…

Voici en l’’étranger’ plus que jamais à notre secours, bonne nouvelle : des fronts successifs s’ouvrent de partout contre l’autocratie ‘kanambienne’ tandis que celle-ci menace d’y répondre ‘réciproquement’ au risque hélas d’un isolement qui plomberait (socio-économiquement) son peuple sans garanties de gagner à terme la bataille...
Quant aux patriotes qui veulent le changement, ont-ils assez digéré qu'il ne suffit plus que d’un déclic qui les engage décisivement au combat pour remportions la ‘guerre’ ?Autrement dit nos « oppositions minables » et notre « population souvent résignée » relèveront-elles enfin ce dernier défi ?

Sinon la CI se retrouve devant ce paradoxe où elle est consciente que le pays donc la population Congolaise a besoin de la coopération internationale (l’UE par exemple l’affirme clairement) mais en même temps elle est obligée de resserrer l’étau même économique (voir les dernières mesures des Usa quant aux transactions en dollars) pour atteindre le pouvoir qu’elle veut déboulonner !
Les Africains comme toujours soit réagissent à la marge sur le sillage des Occidentaux (voir K Anan et Cie) soit se taisent ou sont hostiles par souveraineté déplacée ou plus souvent par opportunisme étant eux-mêmes coupables...
 
Jusqu’où ? ‘Poker menteur' des puissants opportunistes ou véritable ‘casse-tête’ sur fond de ‘cas de conscience’ ?
Encore une fois c’est là la démonstration que seule notre part propre fera à terme basculer l'issue en notre faveur…


"« Les oppositions africaines sont minables »
° http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/06/13/les-oppositions-africaines-sont-minables_5143713_3212.html
Notre chroniqueur étrille les hommes qui dénoncent les systèmes au pouvoir sur le continent, et sont prêts à toutes les compromissions pour prendre leur place. Les oppositions africaines ont la particularité de posséder souvent les mêmes tares que les pouvoirs dont elles dénoncent les actions et auxquels elles veulent succéder.(…)"

"RDC : La coopération avec l’Europe continue"
Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes
° https://afrique.lalibre.be/5052/rdc-la-cooperation-avec-leurope-continue/
L’ambassadeur de l’Union européenne au Congo, le Belge Bart Ouvry, a assuré à Kinshasa que les sanctions européennes visant des responsables congolais n’entamaient pas la coopération entre l’UE et le RDC, a rapporté ce samedi Radio Okapi.(...)"

"Les sanctions européennes n’affectent pas la coopération UE-RDC, selon Barth Ouvry"
Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes
° http://www.radiookapi.net/2017/06/17/actualite/politique/les-sanctions-europeennes-naffectent-pas-la-cooperation-ue-rdc-selon
A l’occasion du lancement des journées de diplomaties vertes vendredi 16 juin à Kinshasa, Barth Ouvry, ambassadeur de l’Union européenne, a assuré que les sanctions ciblant des responsables congolais n’entamaient pas la coopération entre l’UE et le RDC.

«Je peux vous rassurer que des mesures qui portent sur des individus ne touchent en aucun cas notre coopération. Aujourd’hui, nous sommes dans la continuité de notre coopération […], qui porte sur une longue période», a déclaré M. Ouvry.
Selon lui, la coopération est quelque chose qui porte sur le long terme et «n’est pas touchée par les aléas politiques, qui portent sur ce que nous percevons aujourd’hui comme une situation très délicate au niveau institutionnel, au niveau du retard dans l’organisation des élections.»(...)"


Sanctions de l’Union européenne: Kinshasa promet «une réponse raisonnée»
Evil or Very Mad  Twisted Evil  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Laughing  Laughing  Laughing
° http://www.radiookapi.net/2017/06/12/actualite/politique/sanctions-de-lunion-europeenne-kinshasa-promet-une-reponse-raisonnee
Le ministre congolais des Affaires étrangères, Léonard She Okitundu, a annoncé lundi 12 juin à l’Assemblée nationale que la RDC allait réagir aux sanctions prises par l’Union européenne contre des responsables congolais.

Le chef de la diplomatie congolaise avertit que si l'Union européenne ne retire pas ses sanctions après la demande qui sera formulée par le gouvernement congolais, Kinshasa sera obligé de prendre des mesures de réciprocité.
« La réciprocité est un principe qui gouverne les relations interétatiques. Si la RDC ne réagit pas contre ce que nous considérons comme une violation des droits fondamentaux, en ce moment-là, il faut faire la génuflexion devant l’Union européenne. C’est une situation que je ne saurai en aucun cas accepter », a déclaré M. Okitundu.

Le chef de la diplomatie congolaise a expliqué que Kinshasa n’a pas immédiatement réagi à ces sanctions pour éviter une réaction dictée par l’émotion. Laughing  Laughing
« Nous avons mis du temps à ne pas réagir parce qu’on ne veut pas réagir sous le coup de l’émotion. Il faut une réponse raisonnée. Et nous prenons du temps. Et qu’on ne prenne pas notre silence comme une position de faiblesse. La réponse viendra », a souligné le ministre congolais des Affaires étrangères.
Léonard She Okitundu veut une réaction « concertée sur le plan national », soutenant que c’est « la RDC qui a été attaquée ».

« C’est le gouvernement de la République qui a été attaqué. C’est la RDC qui a été attaquée. Par conséquent, nous devons réagir en conséquence. Nous voulons une réponse qui soit vraiment concertée sur le plan national. C’est pour cette raison qu’il était important qu’on vienne en discuter ici avec la représentation nationale », a fait savoir le chef de la diplomatie congolaise devant les députés.
Vous pouvez écouter les explications de M. Okitundu dans cet extrait sonore.


  • play

  • stop

  • mute

  • max volume


00:00
01:09

  • repeat


Télécharger

L’Union européenne a imposé en mai dernier des sanctions individuelles contre neuf responsables congolais pour de « graves violations des droits de l’homme ». En décembre dernier, l’UE avait déjà sanctionné sept autres responsables congolais. D’autres responsables sont sous le coup de sanctions du Trésor américain."


"RDC : Plus de dollars pour les banques congolaises ordonne Washington"
° https://afrique.lalibre.be/5003/rdc-plus-de-dollars-pour-les-banques-congolaises-ordonne-washington/
°  http://www.lalibre.be/actu/international/rdc-plus-du-tout-de-dollars-pour-les-banques-congolaises-ordonne-washington-5943fe78cd70d27800a91a87
Selon le journal Les Afriques – siège en Suisse, filiales au Maroc et en France – à la suite d’un rappel à l’ordre de la Réserve fédérale américaine, les banques européennes ont procédé à l’arrêt des transactions en dollars à destination des banques congolaises qui ne se conformeraient pas à la législation américaine en matière de transparence des capitaux.

« C’est effectivement un mouvement en marche », confirme à La Libre Afrique.be, une source bancaire. « La crainte de sanctions américaines l’emporte en effet sur les intérêts commerciaux des correspondants bancaires européens des banques congolaises » et ces derniers sont en train d’arrêter d’exécuter les opérations en dollars pour les banques congolaises concernées.

Un levier extraordinaire

« Les Américains ont la chance exceptionnelle d’avoir leur devise, le dollar, utilisé pour 80% des transactions dans le monde », a expliqué à La Libre Afrique.be une source professionnelle. « Cela leur donne le pouvoir extraordinaire de punir les banques dans le monde entier parce que toutes, à un moment ou à un autre, doivent travailler en dollars ». Ce levier a déjà été utilisé contre l’Iran ou le Soudan, par exemple. Il l’est aujourd’hui contre la RDC.
« Concrètement, poursuit cette source professionnelle, cela veut dire qu’une série de banques qui voulaient financer des projets en RDC, si elles ont une dimension internationale, doivent désormais se soumettre à l’injonction américaine. Maintenant, il faut savoir que les opérations avec ce pays sont toujours un peu difficiles. Depuis un an ou deux, il y avait une petite reprise et il y avait même eu des missions économiques belges. Mais tout a ralenti avec l’incertitude créée par l’absence d’élections », bien qu’elles soient exigées par la Constitution congolaise, et la fin du dernier mandat légal du président Joseph Kabila en décembre 2016.

La mesure constitue une forte pression sur le régime car elle est une lourde menace dans un pays comme la RDC où les trois quarts des grosses transactions sont effectuées en dollars et où beaucoup de biens – y compris alimentaires – sont importés."


"RDC : S’achemine-t-on vers un arrêt des transactions en dollar?
° http://www.lesafriques.com/actualite/rdc-s-achemine-t-on-vers-un-arret-des-transactions-en-do.html?Itemid=89
Suite à un rappel à l’ordre de la Réserve fédérale américaine, les banques européennes ont procédé à l’arrêt des transactions en dollar à destination des établissements bancaires de la RDC qui ne se conformeraient pas à la législation américaine en matière de la transparence des capitaux.

Les banques européennes sont menacées de sanctions par la Réserve fédérale américaine en cas de transactions en dollar américain avec des banques/clients congolais qui ne respecteraient pas la législation américaine sur le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. 
C’est ainsi que ces institutions européennes qui servent de correspondant en dollar américain pour les banques congolaises ont décidé d’arrêter d’exécuter les opérations en devise américaine pour ces établissements de la RDC. 

Cette décision lourde de conséquences, notamment dans un pays où le dollar est utilisé dans 70% des transactions économiques, financières et commerciales, va certainement avoir un impact sur la capacité des banques congolaises et leurs clients à réaliser des transactions internationales en dollar américain. 
La suite à lire dans le prochain numéro du magazine." 


La diplomatie appliquée : Vers un remake de l’isolement diplomatique de la RDC des années 1990 ? – JJ Wondo
° http://desc-wondo.org/fr/la-diplomatie-appliquee-vers-un-remake-de-lisolement-diplomatique-de-la-rdc-des-annees-1990-jj-wondo/


"Bruxelles accusée d’orchestrer la valse des sanctions
° http://blog.lesoir.be/colette-braeckman/2017/06/16/bruxelles-accusee-dorchestrer-la-valse-des-sanctions/
Chaque jour, les relations se tendent davantage entre Kinshasa et la Belgique, et donc, par extension, avec l’Union européenne elle-même. Les autorités congolaises estiment en effet qu’en tant qu’ « ancienne puissance coloniale » la Belgique influence la politique étrangère de l’Union, entre autres via ses diplomates placés à des postes importants, Bat Ouvry ambassadeur de l’UE en RDC et Koen Vervaeke, ambassadeur de l’UE en Afrique. Relevons aussi que la « maison Schengen » où sont délivrés les visas vers les pays adhérant au groupe du même nom dépend à Kinshasa de fonctionnaires belges chargés de verrouiller ou non les portes de la « maison Europe. »
C’est pourquoi les sanctions décidées à Bruxelles contre neuf personnalités du régime ont été très mal ressenties : outre le gel des avoirs, elles impliquent l’impossibilité de voyager dans l’espace européen et plus largement, un discrédit moral difficile à supporter par des personnalités telles que Lambert Mende, le ministre de l’ Information ou Evariste Boshab, un pur produit de la Faculté de droit de l’UCL, ancien étudiant de Francis Delpérée, sans oublier M. Kalev Mutomb chef de l’ANR (services de renseignements)…

La nature des sanctions est cependant particulière : épargnant des projets de coopération, elles se veulent ciblées et visent des personnalités considérées comme responsables des violences commises au Kasaï et ailleurs, ou impliquées dans des actes de répression et de censure.
Le déplaisir des Congolais s’est encore aggravé depuis la mise à l’instruction d’un dossier concernant le ministre de la Justice Thambwe Mwamba, à la suite de plaintes déposées par les familles de victimes de l’attentat commis contre un avion de Congo Airlines le 18 octobre 1998. Cet appareil, avec à son bord 43 passagers civils et sept membres d’équipage, avait été abattu aux abords de Kindu, (Maniéma) . Alewis Thambwe Mwamba, qui était alors l’un des leaders du RCD Goma (un mouvement rebelle soutenu par le Rwanda) avait revendiqué cet attentat au nom du mouvement rebelle, au prétexte que l’appareil aurait transporté des militaires pro-Kabila, ce qui fut démenti immédiatement.
Une plainte pour crime contre l’humanité a été déposée par Me Alexis Deswaef et c’est le juge Michel Claisse qui a été chargé de l’instruction du dossier. La plainte porte aussi sur des détournements de fonds publics.

Sans évoquer la détérioration de la situation sécuritaire, qui sont de sa propre responsabilité, Kinshasa estime que ces sanctions en série et les procès qui s’annoncent sont la suite logique des propos tenus par Didier Reynders en mai dernier. Le ministre des Affaires étrangères avait alors estimé que le gouvernement constitué par Bruno Tshibala (ancien militant du parti de Tshisekedi durant plusieurs décennies) n’était pas conforme à l’esprit de l’accord de la Saint Sylvestre, conclu grâce à la médiation de la Conférence épiscopale congolaise.
Chaque jour,, l’exaspération de Kinshasa va croissant et un journal de la place, Politico .Cd a annoncé que Kinshasa adopterait à son tour des « sanctions ciblées » (interdiction de visa et gel des avoirs au Congo ) à l’encontre d’un certain nombre de personnalités, Didier Reynders étant la première cible de l’ire congolaise. Non seulement il lui est reproché d’être l’instigateur des sanctions belges et européennes mais à demi mot, Kinshasa le soupçonne de « rouler » pour l’ex gouverneur du Katanga Moïse Katumbi et d’avoir été l’organisateur de la rencontre de l’opposition congolaise à Genval l’été dernier. Les autres cibles sont les euro députées européennes Marie Arena et Cécile Kyenge (Italienne d’origine congolaise), l’ambassadeur Koen Vervaeke et des représentants d’ONG américaines Human Rights Watch et Enough Project accusées d’avoir documenté les dossiers à charge du pouvoir congolaise.

Ces menaces de rétorsion contre des personnalités européennes n’ont cependant pas encore été mises à exécution, pas plus que des sanctions économiques. Si le « gel des avoirs » est une mesure plus que théorique, en revanche une éventuelle réduction des vols de Brussels Airlines pourrait s’avérer douloureuses, tandis que la solidarité de l’Union africaine pourrait être invoquée pour faire pièce aux « ingérences » européennes et au risque de « faire du Congo une autre Libye. »"



"RDC: l’ONU rappelle que l’élection présidentielle doit se tenir au plus vite"
° http://www.rfi.fr/afrique/20170617-rdc-onu-lacroix-election-presidentielle-joseph-kabila

"Au Congo les faits sont plus éloquents que les diplomates"
° http://blog.lesoir.be/colette-braeckman/2017/06/16/au-congo-les-faits-sont-plus-eloquents-que-les-diplomates/

"Contre la Belgique : la guerre que Kabila ne pourrait gagner "
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2017/06/15/contre-belgique-guerre-kabila-ne-pourrait-gagner.html
« Que l’œuf tombe sur la pierre ou que la pierre tombe sur l’œuf, dit-on au Sénégal, c’est toujours l’œuf qui se brise ». Il n’est pas bon de croiser le fer avec son ancienne puissance coloniale en Afrique, surtout sans le soutien  de son peuple. (…)"


"Lacroix (ONU) renvoie aux Congolais la responsabilité d’organiser les élections en 2017"
° https://actualite.cd/2017/06/17/lacroix-onu-renvoie-aux-congolais-responsabilite-dorganiser-elections-2017/
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2017/06/17/decision-de-fixer-date-elections-appartient-aux-congolais-eux-memes-affirme-lonu.html
° http://www.radiookapi.net/2017/06/16/actualite/politique/rdc-elections-les-decisions-fondamentales-reviendront-aux-congolais


"André Flahaut : “ Le problème de l’Europe, c’est dans quelle mesure elle est capable de parler sans arrière-pensée de la politique africaine”"
Evil or Very Mad  Twisted Evil  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Question  Question  Question  Laughing  Laughing
° https://actualite.cd/2017/06/17/andre-flahaut-probleme-de-leurope-cest-mesure-capable-de-parler-arriere-pensee-de-politique-africaine/

"La MP demande au gouvernement de soutenir les officiels sanctionnés par l’UE"
Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing
° https://actualite.cd/2017/06/16/mp-demande-gouvernement-de-soutenir-officiels-sanctionnes-lue/


"RDC : Koffi Annan et neuf ex-chefs d’Etat africains sonnent l’alarme"
° https://afrique.lalibre.be/5013/rdc-koffi-annan-et-neuf-ex-chefs-detat-africains-sonnent-lalarme/
L’ex-secrétaire général de l’Onu, le Ghanéen Koffi Annan, et neuf anciens chefs d’Etat africains, ont lancé jeudi un « appel urgent à une transition pacifique en RDC ». Cet appel survient alors que la diplomatie congolaise travaille à obtenir du prochain sommet de l’Union africaine, début juillet, une mobilisation contre les sanctions européennes et américaines.

Outre Koffi Annan, le Béninois Thomas Boni Yayi, les Ghanéens John Kuofor et John Mahama, le Sud-Africain Thabo Mbeki, le Tanzanien Benjamin Mkapa, le Botswanais Festus Mogae, le Nigérian Olusegun Obasanjo, le Capverdien Pedro Pires et le Mauricien Cassam Uteem se disent « profondément préoccupés par la situation politique en RDC, qui représente une menace à la stabilité, la prospérité et la paix dans les Grands lacs et même pour l’Afrique toute entière. Nous nous sentons obligés de sonner l’alarme avant qu’il soit trop tard ».

L’Accord de la Saint-Sylvestre

Les signataires expliquent la crise par la non-organisation de l’élection présidentielle due fin 2016 pour désigner le succeseur du président Kabila. Il soulignent que l’Accord de la Saint-Sylvestre – obtenu par la médiation des évêques – donnant un an de plus pour organiser ce scrutin et partageant le pouvoir jusque-là , a « évité un désastre mais (que) sa mise en œuvre fait face à des difficultés croissantes qui compromettent le processus ». Ce sont à la fois « la lettre et l’esprit de l’Accord qui ne sont pas respectés, mettant ainsi en danger une transition non-violente, que nous croyons vitale pour la prospérité et la stabilité futures de la RDC ».
Et d’insister: « Des élections intègres sont la seule stratégie possible pour résoudre la crise de légitimité qui assaille les institutions congolaises ».
Et les signataires de « presser les dirigeants politiques congolais de mettre l’intérêt national à la première place ».

Implications continentales

Les chefs d’Etat ajoutent: « Bien que la crise affecte d’abord et avant tout les vies et moyens de subsistance de nos frères et sœurs congolais », elle aurait « des implications continentales » si elle « demeurait non résolue ». Et d’appeler le gouvernement congolais et la communauté internationale à « fournir les ressources nécessaires à l’organisation des élections dans les délais prévus » par l’Accord.
« L’avenir de la RDC est en grave danger. Nous appelons donc le Président et les autres dirigeants congolais à redoubler d’efforts pour mettre en œuvre pleinement et de bonne foi l’Accord de la Saint-Sylvestre » et « assurer des élections libres, crédibles et pacifiques pour la fin de l’année ».

La Majorité botte en touche

Vendredi, le porte-parole de la Majorité présidentielle, Alain Atundu Liongo, n’a pas semblé prendre la mesure de cet appel puisqu’il a réagi, sur les antennes de la BBC, par de l’autosatisfaction (« Cet appel montre l’importance de la RDC dans la stabilité politique de l’Afrique et des Grands lacs ») et par un dégagement en touche (« La responsabilité de la précarité politique actuelle n’est certainement pas de la responsabilité du gouvernement Kabila »)".


° http://www.rfi.fr/afrique/20170616-rdc-est-grand-danger-koffi-annan-9-ex-presidents-africains
° http://www.jeuneafrique.com/448300/politique/rdc-kofi-annan-neuf-anciens-presidents-africains-lancent-appel-tenue-delections-2017/
° http://www.radiookapi.net/2017/06/15/actualite/politique/lavenir-de-la-rdc-est-en-grave-danger-estiment-koffi-annan-et-9


"RDC-Kabila dénonce Reynders-Sanctions contre sanctions-Justine Kasa-Vubu analyse"




"Elections en RDC : Lambert Mende refuse de répondre à un journaliste belge"





Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: NOUVELLES SANCTIONS DES AMERICAINS & EUROPEENS

Message  ndonzwau le 19/6/2017, 1:42 am

PS


ndonzwau a écrit:Les pressions de la CI occidentale sur le pouvoir de Kinshasa semblent prendre un tour exponentiel; plus aucun doute n’est encore permis : Américains et Européens (à l’instigation ou non de la Belgique) ont définitivement décider le 'dégagement' de ‘JK’ de la tête du Congo !
Pour le bonheur des Congolais ou d'abord pour leurs intérêts ?
Y arriveront-ils de suite ou à l'usure comme ce fut pour le 'Maréchal' (d'opérette ?) ?
Et par qui voudraient-ils le remplacer, par Katumbi ou par un autre ?

Toutes ces questions ne trouveront des réponses qui conviennent que si les Congolais eux mêmes y mettent du leur...

L’art de la guerre, selon Homère (« Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage… », dit-on  de son ‘Odyssée’), Sun Tzu, Von Clausewitz ou Ngongo Lutete, gardant toujours ses fondamentaux restent les mêmes, le ‘gagnant’ est toujours celui qui y a mis son courage, sa détermination et sa science...
Du coup ne rêvons pas trop, rien ne nous sera entièrement donné, l’issue d’une victoire finale dépendra encore et toujours des succès (et défaites) lors de multiples batailles que nous aurons eu du cœur et l’intelligence de gagner quelle que soit l’aide qui nous sera apportée d’ailleurs, personnellement je n’en démords point…

Voici en l’’étranger’ plus que jamais à notre secours, bonne nouvelle : des fronts successifs s’ouvrent de partout contre l’autocratie ‘kanambienne’ tandis que celle-ci menace d’y répondre ‘réciproquement’ au risque hélas d’un isolement qui plomberait (socio-économiquement) son peuple sans garanties de gagner à terme la bataille...
Quant aux patriotes qui veulent le changement, ont-ils assez digéré qu'il ne suffit plus que d’un déclic qui les engage décisivement au combat pour remportions la ‘guerre’ ?Autrement dit nos « oppositions minables » et notre « population souvent résignée » relèveront-elles enfin ce dernier défi ?

Sinon la CI se retrouve devant ce paradoxe où elle est consciente que le pays donc la population Congolaise a besoin de la coopération internationale (l’UE par exemple l’affirme clairement) mais en même temps elle est obligée de resserrer l’étau même économique (voir les dernières mesures des Usa quant aux transactions en dollars) pour atteindre le pouvoir qu’elle veut déboulonner !
Les Africains comme toujours soit réagissent à la marge sur le sillage des Occidentaux (voir K Anan et Cie) soit se taisent ou sont hostiles par souveraineté déplacée ou plus souvent par opportunisme étant eux-mêmes coupables...
 
Jusqu’où ? ‘Poker menteur' des puissants opportunistes ou véritable ‘casse-tête’ sur fond de ‘cas de conscience’ ?
Encore une fois c’est là la démonstration que seule notre part propre fera à terme basculer l'issue en notre faveur…


"« Les oppositions africaines sont minables »
° http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/06/13/les-oppositions-africaines-sont-minables_5143713_3212.html
Notre chroniqueur étrille les hommes qui dénoncent les systèmes au pouvoir sur le continent, et sont prêts à toutes les compromissions pour prendre leur place. Les oppositions africaines ont la particularité de posséder souvent les mêmes tares que les pouvoirs dont elles dénoncent les actions et auxquels elles veulent succéder.(…)"

"RDC : La coopération avec l’Europe continue"
Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes
° https://afrique.lalibre.be/5052/rdc-la-cooperation-avec-leurope-continue/
L’ambassadeur de l’Union européenne au Congo, le Belge Bart Ouvry, a assuré à Kinshasa que les sanctions européennes visant des responsables congolais n’entamaient pas la coopération entre l’UE et le RDC, a rapporté ce samedi Radio Okapi.(...)"

"Les sanctions européennes n’affectent pas la coopération UE-RDC, selon Barth Ouvry"
Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes
° http://www.radiookapi.net/2017/06/17/actualite/politique/les-sanctions-europeennes-naffectent-pas-la-cooperation-ue-rdc-selon
A l’occasion du lancement des journées de diplomaties vertes vendredi 16 juin à Kinshasa, Barth Ouvry, ambassadeur de l’Union européenne, a assuré que les sanctions ciblant des responsables congolais n’entamaient pas la coopération entre l’UE et le RDC.

«Je peux vous rassurer que des mesures qui portent sur des individus ne touchent en aucun cas notre coopération. Aujourd’hui, nous sommes dans la continuité de notre coopération […], qui porte sur une longue période», a déclaré M. Ouvry.
Selon lui, la coopération est quelque chose qui porte sur le long terme et «n’est pas touchée par les aléas politiques, qui portent sur ce que nous percevons aujourd’hui comme une situation très délicate au niveau institutionnel, au niveau du retard dans l’organisation des élections.»(...)"


Sanctions de l’Union européenne: Kinshasa promet «une réponse raisonnée»
Evil or Very Mad  Twisted Evil  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Laughing  Laughing  Laughing
° http://www.radiookapi.net/2017/06/12/actualite/politique/sanctions-de-lunion-europeenne-kinshasa-promet-une-reponse-raisonnee
Le ministre congolais des Affaires étrangères, Léonard She Okitundu, a annoncé lundi 12 juin à l’Assemblée nationale que la RDC allait réagir aux sanctions prises par l’Union européenne contre des responsables congolais.

Le chef de la diplomatie congolaise avertit que si l'Union européenne ne retire pas ses sanctions après la demande qui sera formulée par le gouvernement congolais, Kinshasa sera obligé de prendre des mesures de réciprocité.
« La réciprocité est un principe qui gouverne les relations interétatiques. Si la RDC ne réagit pas contre ce que nous considérons comme une violation des droits fondamentaux, en ce moment-là, il faut faire la génuflexion devant l’Union européenne. C’est une situation que je ne saurai en aucun cas accepter », a déclaré M. Okitundu.

Le chef de la diplomatie congolaise a expliqué que Kinshasa n’a pas immédiatement réagi à ces sanctions pour éviter une réaction dictée par l’émotion. Laughing  Laughing
« Nous avons mis du temps à ne pas réagir parce qu’on ne veut pas réagir sous le coup de l’émotion. Il faut une réponse raisonnée. Et nous prenons du temps. Et qu’on ne prenne pas notre silence comme une position de faiblesse. La réponse viendra », a souligné le ministre congolais des Affaires étrangères.
Léonard She Okitundu veut une réaction « concertée sur le plan national », soutenant que c’est « la RDC qui a été attaquée ».

« C’est le gouvernement de la République qui a été attaqué. C’est la RDC qui a été attaquée. Par conséquent, nous devons réagir en conséquence. Nous voulons une réponse qui soit vraiment concertée sur le plan national. C’est pour cette raison qu’il était important qu’on vienne en discuter ici avec la représentation nationale », a fait savoir le chef de la diplomatie congolaise devant les députés.
Vous pouvez écouter les explications de M. Okitundu dans cet extrait sonore.


  • play

  • stop

  • mute

  • max volume


00:00
01:09

  • repeat


Télécharger

L’Union européenne a imposé en mai dernier des sanctions individuelles contre neuf responsables congolais pour de « graves violations des droits de l’homme ». En décembre dernier, l’UE avait déjà sanctionné sept autres responsables congolais. D’autres responsables sont sous le coup de sanctions du Trésor américain."


"RDC : Plus de dollars pour les banques congolaises ordonne Washington"
° https://afrique.lalibre.be/5003/rdc-plus-de-dollars-pour-les-banques-congolaises-ordonne-washington/
°  http://www.lalibre.be/actu/international/rdc-plus-du-tout-de-dollars-pour-les-banques-congolaises-ordonne-washington-5943fe78cd70d27800a91a87
Selon le journal Les Afriques – siège en Suisse, filiales au Maroc et en France – à la suite d’un rappel à l’ordre de la Réserve fédérale américaine, les banques européennes ont procédé à l’arrêt des transactions en dollars à destination des banques congolaises qui ne se conformeraient pas à la législation américaine en matière de transparence des capitaux.

« C’est effectivement un mouvement en marche », confirme à La Libre Afrique.be, une source bancaire. « La crainte de sanctions américaines l’emporte en effet sur les intérêts commerciaux des correspondants bancaires européens des banques congolaises » et ces derniers sont en train d’arrêter d’exécuter les opérations en dollars pour les banques congolaises concernées.

Un levier extraordinaire

« Les Américains ont la chance exceptionnelle d’avoir leur devise, le dollar, utilisé pour 80% des transactions dans le monde », a expliqué à La Libre Afrique.be une source professionnelle. « Cela leur donne le pouvoir extraordinaire de punir les banques dans le monde entier parce que toutes, à un moment ou à un autre, doivent travailler en dollars ». Ce levier a déjà été utilisé contre l’Iran ou le Soudan, par exemple. Il l’est aujourd’hui contre la RDC.
« Concrètement, poursuit cette source professionnelle, cela veut dire qu’une série de banques qui voulaient financer des projets en RDC, si elles ont une dimension internationale, doivent désormais se soumettre à l’injonction américaine. Maintenant, il faut savoir que les opérations avec ce pays sont toujours un peu difficiles. Depuis un an ou deux, il y avait une petite reprise et il y avait même eu des missions économiques belges. Mais tout a ralenti avec l’incertitude créée par l’absence d’élections », bien qu’elles soient exigées par la Constitution congolaise, et la fin du dernier mandat légal du président Joseph Kabila en décembre 2016.

La mesure constitue une forte pression sur le régime car elle est une lourde menace dans un pays comme la RDC où les trois quarts des grosses transactions sont effectuées en dollars et où beaucoup de biens – y compris alimentaires – sont importés."


"RDC : S’achemine-t-on vers un arrêt des transactions en dollar?
° http://www.lesafriques.com/actualite/rdc-s-achemine-t-on-vers-un-arret-des-transactions-en-do.html?Itemid=89
Suite à un rappel à l’ordre de la Réserve fédérale américaine, les banques européennes ont procédé à l’arrêt des transactions en dollar à destination des établissements bancaires de la RDC qui ne se conformeraient pas à la législation américaine en matière de la transparence des capitaux.

Les banques européennes sont menacées de sanctions par la Réserve fédérale américaine en cas de transactions en dollar américain avec des banques/clients congolais qui ne respecteraient pas la législation américaine sur le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. 
C’est ainsi que ces institutions européennes qui servent de correspondant en dollar américain pour les banques congolaises ont décidé d’arrêter d’exécuter les opérations en devise américaine pour ces établissements de la RDC. 

Cette décision lourde de conséquences, notamment dans un pays où le dollar est utilisé dans 70% des transactions économiques, financières et commerciales, va certainement avoir un impact sur la capacité des banques congolaises et leurs clients à réaliser des transactions internationales en dollar américain. 
La suite à lire dans le prochain numéro du magazine." 


La diplomatie appliquée : Vers un remake de l’isolement diplomatique de la RDC des années 1990 ? – JJ Wondo
° http://desc-wondo.org/fr/la-diplomatie-appliquee-vers-un-remake-de-lisolement-diplomatique-de-la-rdc-des-annees-1990-jj-wondo/


"Bruxelles accusée d’orchestrer la valse des sanctions
° http://blog.lesoir.be/colette-braeckman/2017/06/16/bruxelles-accusee-dorchestrer-la-valse-des-sanctions/
Chaque jour, les relations se tendent davantage entre Kinshasa et la Belgique, et donc, par extension, avec l’Union européenne elle-même. Les autorités congolaises estiment en effet qu’en tant qu’ « ancienne puissance coloniale » la Belgique influence la politique étrangère de l’Union, entre autres via ses diplomates placés à des postes importants, Bat Ouvry ambassadeur de l’UE en RDC et Koen Vervaeke, ambassadeur de l’UE en Afrique. Relevons aussi que la « maison Schengen » où sont délivrés les visas vers les pays adhérant au groupe du même nom dépend à Kinshasa de fonctionnaires belges chargés de verrouiller ou non les portes de la « maison Europe. »
C’est pourquoi les sanctions décidées à Bruxelles contre neuf personnalités du régime ont été très mal ressenties : outre le gel des avoirs, elles impliquent l’impossibilité de voyager dans l’espace européen et plus largement, un discrédit moral difficile à supporter par des personnalités telles que Lambert Mende, le ministre de l’ Information ou Evariste Boshab, un pur produit de la Faculté de droit de l’UCL, ancien étudiant de Francis Delpérée, sans oublier M. Kalev Mutomb chef de l’ANR (services de renseignements)…

La nature des sanctions est cependant particulière : épargnant des projets de coopération, elles se veulent ciblées et visent des personnalités considérées comme responsables des violences commises au Kasaï et ailleurs, ou impliquées dans des actes de répression et de censure.
Le déplaisir des Congolais s’est encore aggravé depuis la mise à l’instruction d’un dossier concernant le ministre de la Justice Thambwe Mwamba, à la suite de plaintes déposées par les familles de victimes de l’attentat commis contre un avion de Congo Airlines le 18 octobre 1998. Cet appareil, avec à son bord 43 passagers civils et sept membres d’équipage, avait été abattu aux abords de Kindu, (Maniéma) . Alewis Thambwe Mwamba, qui était alors l’un des leaders du RCD Goma (un mouvement rebelle soutenu par le Rwanda) avait revendiqué cet attentat au nom du mouvement rebelle, au prétexte que l’appareil aurait transporté des militaires pro-Kabila, ce qui fut démenti immédiatement.
Une plainte pour crime contre l’humanité a été déposée par Me Alexis Deswaef et c’est le juge Michel Claisse qui a été chargé de l’instruction du dossier. La plainte porte aussi sur des détournements de fonds publics.

Sans évoquer la détérioration de la situation sécuritaire, qui sont de sa propre responsabilité, Kinshasa estime que ces sanctions en série et les procès qui s’annoncent sont la suite logique des propos tenus par Didier Reynders en mai dernier. Le ministre des Affaires étrangères avait alors estimé que le gouvernement constitué par Bruno Tshibala (ancien militant du parti de Tshisekedi durant plusieurs décennies) n’était pas conforme à l’esprit de l’accord de la Saint Sylvestre, conclu grâce à la médiation de la Conférence épiscopale congolaise.
Chaque jour,, l’exaspération de Kinshasa va croissant et un journal de la place, Politico .Cd a annoncé que Kinshasa adopterait à son tour des « sanctions ciblées » (interdiction de visa et gel des avoirs au Congo ) à l’encontre d’un certain nombre de personnalités, Didier Reynders étant la première cible de l’ire congolaise. Non seulement il lui est reproché d’être l’instigateur des sanctions belges et européennes mais à demi mot, Kinshasa le soupçonne de « rouler » pour l’ex gouverneur du Katanga Moïse Katumbi et d’avoir été l’organisateur de la rencontre de l’opposition congolaise à Genval l’été dernier. Les autres cibles sont les euro députées européennes Marie Arena et Cécile Kyenge (Italienne d’origine congolaise), l’ambassadeur Koen Vervaeke et des représentants d’ONG américaines Human Rights Watch et Enough Project accusées d’avoir documenté les dossiers à charge du pouvoir congolaise.

Ces menaces de rétorsion contre des personnalités européennes n’ont cependant pas encore été mises à exécution, pas plus que des sanctions économiques. Si le « gel des avoirs » est une mesure plus que théorique, en revanche une éventuelle réduction des vols de Brussels Airlines pourrait s’avérer douloureuses, tandis que la solidarité de l’Union africaine pourrait être invoquée pour faire pièce aux « ingérences » européennes et au risque de « faire du Congo une autre Libye. »"



"RDC: l’ONU rappelle que l’élection présidentielle doit se tenir au plus vite"
° http://www.rfi.fr/afrique/20170617-rdc-onu-lacroix-election-presidentielle-joseph-kabila

"Au Congo les faits sont plus éloquents que les diplomates"
° http://blog.lesoir.be/colette-braeckman/2017/06/16/au-congo-les-faits-sont-plus-eloquents-que-les-diplomates/

"Contre la Belgique : la guerre que Kabila ne pourrait gagner "
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2017/06/15/contre-belgique-guerre-kabila-ne-pourrait-gagner.html
« Que l’œuf tombe sur la pierre ou que la pierre tombe sur l’œuf, dit-on au Sénégal, c’est toujours l’œuf qui se brise ». Il n’est pas bon de croiser le fer avec son ancienne puissance coloniale en Afrique, surtout sans le soutien  de son peuple. (…)"


"Lacroix (ONU) renvoie aux Congolais la responsabilité d’organiser les élections en 2017"
° https://actualite.cd/2017/06/17/lacroix-onu-renvoie-aux-congolais-responsabilite-dorganiser-elections-2017/
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2017/06/17/decision-de-fixer-date-elections-appartient-aux-congolais-eux-memes-affirme-lonu.html
° http://www.radiookapi.net/2017/06/16/actualite/politique/rdc-elections-les-decisions-fondamentales-reviendront-aux-congolais


"André Flahaut : “ Le problème de l’Europe, c’est dans quelle mesure elle est capable de parler sans arrière-pensée de la politique africaine”"
Evil or Very Mad  Twisted Evil  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Question  Question  Question  Laughing  Laughing
° https://actualite.cd/2017/06/17/andre-flahaut-probleme-de-leurope-cest-mesure-capable-de-parler-arriere-pensee-de-politique-africaine/

"La MP demande au gouvernement de soutenir les officiels sanctionnés par l’UE"
Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing
° https://actualite.cd/2017/06/16/mp-demande-gouvernement-de-soutenir-officiels-sanctionnes-lue/


"RDC : Koffi Annan et neuf ex-chefs d’Etat africains sonnent l’alarme"
° https://afrique.lalibre.be/5013/rdc-koffi-annan-et-neuf-ex-chefs-detat-africains-sonnent-lalarme/
L’ex-secrétaire général de l’Onu, le Ghanéen Koffi Annan, et neuf anciens chefs d’Etat africains, ont lancé jeudi un « appel urgent à une transition pacifique en RDC ». Cet appel survient alors que la diplomatie congolaise travaille à obtenir du prochain sommet de l’Union africaine, début juillet, une mobilisation contre les sanctions européennes et américaines.

Outre Koffi Annan, le Béninois Thomas Boni Yayi, les Ghanéens John Kuofor et John Mahama, le Sud-Africain Thabo Mbeki, le Tanzanien Benjamin Mkapa, le Botswanais Festus Mogae, le Nigérian Olusegun Obasanjo, le Capverdien Pedro Pires et le Mauricien Cassam Uteem se disent « profondément préoccupés par la situation politique en RDC, qui représente une menace à la stabilité, la prospérité et la paix dans les Grands lacs et même pour l’Afrique toute entière. Nous nous sentons obligés de sonner l’alarme avant qu’il soit trop tard ».

L’Accord de la Saint-Sylvestre

Les signataires expliquent la crise par la non-organisation de l’élection présidentielle due fin 2016 pour désigner le succeseur du président Kabila. Il soulignent que l’Accord de la Saint-Sylvestre – obtenu par la médiation des évêques – donnant un an de plus pour organiser ce scrutin et partageant le pouvoir jusque-là , a « évité un désastre mais (que) sa mise en œuvre fait face à des difficultés croissantes qui compromettent le processus ». Ce sont à la fois « la lettre et l’esprit de l’Accord qui ne sont pas respectés, mettant ainsi en danger une transition non-violente, que nous croyons vitale pour la prospérité et la stabilité futures de la RDC ».
Et d’insister: « Des élections intègres sont la seule stratégie possible pour résoudre la crise de légitimité qui assaille les institutions congolaises ».
Et les signataires de « presser les dirigeants politiques congolais de mettre l’intérêt national à la première place ».

Implications continentales

Les chefs d’Etat ajoutent: « Bien que la crise affecte d’abord et avant tout les vies et moyens de subsistance de nos frères et sœurs congolais », elle aurait « des implications continentales » si elle « demeurait non résolue ». Et d’appeler le gouvernement congolais et la communauté internationale à « fournir les ressources nécessaires à l’organisation des élections dans les délais prévus » par l’Accord.
« L’avenir de la RDC est en grave danger. Nous appelons donc le Président et les autres dirigeants congolais à redoubler d’efforts pour mettre en œuvre pleinement et de bonne foi l’Accord de la Saint-Sylvestre » et « assurer des élections libres, crédibles et pacifiques pour la fin de l’année ».

La Majorité botte en touche

Vendredi, le porte-parole de la Majorité présidentielle, Alain Atundu Liongo, n’a pas semblé prendre la mesure de cet appel puisqu’il a réagi, sur les antennes de la BBC, par de l’autosatisfaction (« Cet appel montre l’importance de la RDC dans la stabilité politique de l’Afrique et des Grands lacs ») et par un dégagement en touche (« La responsabilité de la précarité politique actuelle n’est certainement pas de la responsabilité du gouvernement Kabila »)".


° http://www.rfi.fr/afrique/20170616-rdc-est-grand-danger-koffi-annan-9-ex-presidents-africains
° http://www.jeuneafrique.com/448300/politique/rdc-kofi-annan-neuf-anciens-presidents-africains-lancent-appel-tenue-delections-2017/
° http://www.radiookapi.net/2017/06/15/actualite/politique/lavenir-de-la-rdc-est-en-grave-danger-estiment-koffi-annan-et-9


"RDC-Kabila dénonce Reynders-Sanctions contre sanctions-Justine Kasa-Vubu analyse"




"Elections en RDC : Lambert Mende refuse de répondre à un journaliste belge"




Compatriotiquement!


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: NOUVELLES SANCTIONS DES AMERICAINS & EUROPEENS

Message  ndonzwau le 19/6/2017, 10:52 pm

"Sanctions ciblées, affaire Thambwe Mwamba, enquête de l’ONU au Kasai,… : La communauté internationale met la pression sur Kinshasa"
° https://www.africa243.com/sanctions-ciblees-affaire-thambwe-mwamba-enquete-de-lonu-au-kasai-la-communaute-internationale-met-la-pression-sur-kinshasa/
Les ennuis judiciaires du ministre d’Etat congolais en Belgique ajoutés aux sanctions ciblées font monter la tension dans la capitale congolaise, alors qu’il ne reste qu’environ six mois à la RDC pour organiser les élections
(...)

Après les sanctions ciblées des Etats-Unis d’Amérique à l’endroit de certains proches de Joseph Kabila, l’affaire Thambwe Mwamba vient en rajouter sur une vive tension déjà perceptible à Kinshasa, à six mois et quelques jours du sursis accordé au régime J. Kabila pour organiser l’élection présidentielle tant attendue en RD Congo pour permettre à ce pays de vivre sa première alternance démocratique."


° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=208050&Actualiteit=selected

"RD Congo : les pressions s’exercent de toutes parts sur Joseph Kabila"
° http://www.agenceecofin.com/politique/1806-48204-rd-congo-les-pressions-s-exercent-de-toutes-parts-sur-joseph-kabila
Agence Ecofin) - Cette semaine, les pressions se sont multipliées pour amener Joseph Kabila à assurer « une transition pacifique et démocratique en RDC ». Neuf anciens chefs d’Etat africains ont joint leurs voix à celle de Kofi Annan, ex-Secrétaire général de l’ONU, pour déclarer « la RDC en grave danger ».

Kofi Annan (ONU), Thabo Mbeki (Afrique du Sud), Boni Yayi (Bénin), John Kufuor (Ghana), Olusegun Obasanjo (Nigeria), Benjamin Mkapa (Tanzanie), John Mahama (Ghana), Pedro Pires (Cap-Vert), Cassam Uteem (Maurice) et Festus Mogae (Botswana) se disent « consternés » par la situation en RDC qui, selon eux, constitue une menace « pour l’Afrique toute entière ».
Dans le même temps Moïse Katumbi annonce son retour en RDC, avec le soutien du comité des droits de l'homme de l'ONU qui demande aux autorités de Kinshasa de le laisser   « participer, librement et en toute sécurité, en tant que candidat, aux élections présidentielles.»
« Nous allons demander à la Monusco sa protection efficace, efficiente, pour ne pas qu’il lui arrive malheur » a déclaré l’avocat français de M. Katumbi, Me Dupond-Moretti. «Le monde entier va scruter le sort qui sera réservé à Moïse Katumbi en RDC» assure de son côté Olivier Kamitatu."



"Enquête Onusienne : La RDC menace de refuser des visas aux enquêteurs de l’ONU"
Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes
° https://actualite.cd/2017/06/19/enquete-onusienne-rdc-menace-de-refuser-visas-aux-enqueteurs-de-lonu/

"Trump pire qu’Obama pour Kinshasa ?"
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2017/06/19/trump-pire-quobama-kinshasa.html
Six mois après le départ de Barack Obama, le nouveau président américain
semble, à son tour, poser des sérieux problèmes aux autorités congolaises.(...)"


"Transactions en dollars : Trump serre les vis"
° https://www.lepotentielonline.com/index.php?option=com_content&view=article&id=17179:transactions-en-dollars-trump-serre-les-vis&catid=85:a-la-une&Itemid=472


"RDC : Sidikou dit être en « difficulté » de bien accomplir sa mission (Filimbi)"
° https://actualite.cd/2017/06/19/rdc-sidikou-dit-etre-en-difficulte-de-bien-accomplir-sa-mission-filimbi/

"MONUSCO : LUCHA et FILIMBI demandent le remplacement de Maman Sidikou"
° http://www.radiookapi.net/2017/06/20/actualite/politique/monusco-lucha-et-filimbi-demandent-le-remplacement-de-maman-sidikou


"Bosco Ntaganda devant la CPI: un chef de guerre congolais à la solde du Rwanda"
° http://geopolis.francetvinfo.fr/bosco-ntaganda-devant-la-cpi-un-chef-de-guerre-congolais-a-la-solde-du-rwanda-146857


"URGENT EXCLUSIF dAlexis Tambwe Mwamba Conférence de presse "




"Actu Expliquée du 19.06.17 : Arrogant, Thambwe Mwamba nargue l'ONU à Genève"
Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes




"A Genève Tambwe Mwamba très abattu réagit enfin à la plainte portée à Bxl et au dossier Katumbi"
Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes
° https://www.youtube.com/watch?v=Vs0z8h6nD-A




Je viens d’écouter de loin des bribes du point de presse de Tambwe, on dirait qu’il y’a un peu de rétropédalage, dans tous les cas il n’est plus aussi comminatoire sur Katumbi, le Kasai… , il explique davantage comme pour chercher à se justifier plutôt qu'à s'imposer…
Et surtout en un laborieux avocat du régime il déroule comme un robot son logiciel qui conte automatiquement sa fable alors qu’il sait bien que le Congo que conduit son aréopage est loin d’être composé d’automates mais de fieffés menteurs et pervers démagogues de chair et d’os qui n’opèrent que pour se maintenir illégalement déjà fortement illégitimés...
Tout ce qu'il nous débite aurait été le fonctionnement normal d'une justice ou d'une administration indépendantes et irréprochables mais tout le monde sait que le Congo est très loin de ce décor démocratique…

Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: NOUVELLES SANCTIONS DES AMERICAINS & EUROPEENS

Message  ndonzwau le 22/6/2017, 3:12 am

"21-06-17/ REVUE DE LA PRESSE CONGOLAISE DE CE MERCREDI (CongoForum)
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=208101&Actualiteit=selected
Deux sujets, essentiellement, dans l’actualité de ce mercredi 21 juin 2017, retiennent l’attention de la presse parue à Kinshasa Il y a d’abord la situation sécuritaire au Kasaï avec le refus exprimé par Lambert Mende d’une enquête internationale et son rejet des sanctions internationales. Il y a aussi la sortie du G7 par la voix de Pierre Lumbi, pour lequel des élections doivent avoir lieu en décembre 2017, sans Kabila. 

Enquête sur le Kasaï / L’interview de L. Mende

Nous reprenons ici le texte diffusé par DigitalCongo, sous le titre «  Fustigeant l’ingérence européenne en Rdc : Le gouvernement s’oppose au déploiement d’une commission internationale dans l’espace kasaïen » et avec le « chapeau » suivant : « La RDC entend ainsi réaffirmer sa souveraineté et sa volonté de poursuivre et de juger tous les auteurs des crimes allégués en rapport avec ce phénomène à travers des enquêtes menées par les instances judiciaires congolaises avec la collaboration ou l’appui de toutes les bonnes volontés, y compris les Nations unies. 
Le gouvernement a rejeté mardi l’idée du déploiement sur le territoire congolais d’une commission internationale d’enquête qui travaillerait en vase clos et parallèlement aux instances judiciaires du pays, ont souligné les sources officielles. 


« La feuille de route que le gouvernement a proposée depuis le 24 mai 2017 demeure la base des discussions sur la collaboration souhaitée avec la MONUSCO et le BCNUDH », a déclaré le ministre de la Communication et Médias, Lambert Mende Omalanga, porte-parole du gouvernement, au cours d’un point de presse à Kinshasa. 
Le gouvernement, a ajouté le porte-parole, a présenté mardi à Genève un Livre blanc sur les atrocités commises dans les Kasaï apportant la preuve que les autorités n’ont pas dérogé à leurs missions régaliennes d’œuvrer au rétablissement de la sécurité au Kasaï et de contribuer à la manifestation de la vérité sur les atrocités commises afin que justice soit faite.


Livre blanc sur la situation au Kasaî présenté mardi à Genève  
Le Livre blanc présenté mardi au Conseil des droits de l’homme de l’ONU par la ministre des Droits humains est une synthèse des péripéties ayant conduit aux événements tragiques connus sous l’étiquette de « phénomène Kamuina Nsapu. Selon le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende Omalanga, ce Livre blanc intitulé « Eléments d’information liés au phénomène Kamuina NSapu », est une coproduction du ministère de l’Intérieur et Sécurité et du ministère de la Justice et Garde de sceaux.  
Il balaye les différents aspects de ce phénomène depuis la localisation du groupement rural Kamuina Nsapu, dans le secteur de Dibatayi, territoire de Dibaya, au Kasaï Central, l’identité et la situation administrative de l’individu qui lui a donné naissance jusqu’aux remèdes politiques et institutionnelles apportés par le gouvernement lors de l’aggravation de la situation.  
Destiné à l’opinion tant nationale qu’internationale, ce Livre blanc se donne pour objectifs de rétablir la vérité sur les événements dramatiques qui ont endeuillé la RDC et particulièrement les provinces du Kasaï Central et du Kasaï et de rendre justice à toutes les victimes. 
 
La RDC entend ainsi réaffirmer sa souveraineté et sa volonté de poursuivre et de juger tous les auteurs des crimes allégués en rapport avec ce phénomène à travers des enquêtes menées par les instances judiciaires congolaises avec la collaboration ou l’appui de toutes les bonnes volontés, y compris les Nations unies. Ci-après l’interview de Mende
.
Depuis quelques mois, la RDC en général et ses Institutions en particulier sont l’objet d’une avalanche de propos aigres-doux, voire haineux de la part de certains lobbies et de quelques acteurs étrangers qui, en plus d’afficher ouvertement leur hostilité envers lesdites Institutions, n’hésitent plus le moins du monde à instrumentaliser des organisations internationales et régionales et même la Justice de certains pays pour lui coller une image de paria. Conduits par la Belgique qui ne parvient décidément toujours pas à faire le deuil de la décolonisation des structures économiques de son ancienne colonie-phare et qui ne cesse de se revendiquer comme le propriétaire éternel de notre pays, ces officines se distinguent dans des campagnes de dénigrement et de fragilisation systématiques de la RDC dans lesquelles elles embarquent quelques technostructures des Nations-Unies dans une tentative délibérée de les détourner de leur objectif avoué de stabiliser ce pays post-conflit.
  
A cela s’ajoutent depuis peu les rumeurs, les campagnes d’intoxication et des pressions de plus en plus grossières, œuvre de quelques adeptes du chaos, sinon de la disparition de la RDC au profit de leurs intérêts particuliers. 
Ainsi, après les sanctions unilatérales contre plusieurs personnalités politiques et militaires congolaises, ces officines en sont venues à présent à imaginer des incriminations virtuelles répandues non seulement sur les réseaux sociaux, mais aussi dans des médias traditionnels ayant pignon sur rue pour condamner sans aucune forme de procédure des patriotes mis à l’index dans le seul but de nuire à leur réputation et aggraver de la sorte la fragilité de l’Etat congolais qu’ils servent.
 
La dernière rumeur en date qui a défrayé la chronique a fait état d’une interpellation purement imaginaire du Ministre d’Etat, Ministre de la Justice et Garde des Sceaux Alexis Thambwe Mwamba dont certains commentateurs malveillants se sont laissés aller à annoncer l’embastillement à Bruxelles alors qu’il faisait escale dans cette ville, en route pour une mission officielle à Genève en Suisse où il était attendu pour, entre autres, délivrer un message ainsi que la position officielle du Gouvernement au Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU ; message se rapportant aux graves événements qui ont endeuillé la RDC en général et deux des cinq nouvelles provinces issues du grand Kasaï en particulier et qui font par ailleurs l’objet de la publication d’un Livre Blanc .
Avant de vous livrer la substance de ce Livre Blanc qui est en train d’être présenté en ce moment même aux membres du Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU par une délégation gouvernementale conduite par le Ministre d’Etat, Ministre de la Justice et Garde des Sceaux et comprenant notamment la Ministre des Droits Humains, j’aimerais au préalable me faire l’écho de l’indignation de notre Gouvernement et de l’incompréhension de beaucoup de patriotes de ce pays qui sont estomaqués de voir qu’il se trouve des Congolais pour applaudir et féliciter ceux qui s’acharnent à réduire l’autodétermination de leur propre peuple et à vilipender systématiquement ceux qui sont accusés d’un seul tort : la défense de la RDC et de ses Intérêts Nationaux. 

C’est l’occasion de rappeler aux uns et aux autres que le patriotisme n’est pas un complot contre quiconque ni un mécanisme destiné à exercer une quelconque vengeance pour quoi que ce soit. C’est simplement ce devoir sacré de revendiquer, défendre et protéger en permanence les Intérêts Nationaux et la souveraineté du pays dont on est le citoyen. C’est un droit consacré par les dispositions pertinentes de la Charte des Nations-Unies qui, en ses articles 2 alinéa 1er et 4, réaffirment tour à tour le principe de l’égalité souveraine de tous les Etats-Membres et stipulent que lesdits Membres des Nations-Unies doivent s’abstenir, dans leurs relations internationales, de recourir à la menace ou à l’emploi de la force, soit contre l’intégrité territoriale ou l’indépendance politique de tout Etat, soit de toute autre manière incompatible avec les buts des Nations-Unies. L’appui que des Etats-Membres peuvent volontairement apporter à un Etat-Membre dans le cadre du principe de la solidarité et de la complémentarité ne doit pas se transformer en ce cirque politico-judiciaire qui amène les premiers cités à vouloir carrément se substituer à ce dernier ou à le soumettre à leurs propres intérêts en réminiscence d’un passé impérial ou colonial révolu.

Certains chroniqueurs nous opposent des faits peu ragoûtants chez nous qui, selon eux, seraient « plus éloquents que les diplomates ». Nous savons d’expérience que quelle que soit la gravité des problèmes qui nous assaillent, aucun des diplomates étrangers qui s’agitent pour imposer ou faire imposer leurs solutions à nos problèmes ne peut aimer le Congo plus que les Congolais. Après avoir souffert le martyr de l’esclavage et du colonialisme consécutifs à l’extranéité de la gouvernance, l’Afrique est aujourd’hui en proie à un fléau beaucoup plus vicieux qui procède du chaos causé par des ingérences et des fausses solutions venues d’ailleurs. La Lybie prospère du Colonel Kadhafi, le Mali, la Centrafrique, la Somalie, le Soudan du sud qui sont déjà tragiquement sonnés par les coups de massue de ces solutions non régaliennes et prêt-à-porter sont autant d’exemples qui devraient nous inspirer tous.  
De ce qui précède, tout patriote a l’obligation de s’opposer à ce droit que s’octroie un pays européen, toujours le même, de s’ingérer de manière ridiculement agressive dans les affaires intérieures de la RDC, en poussant l’outrecuidance jusqu’à prétendre régir à son gré le fonctionnement intime de ses institutions politiques. 

Mais le plus grave est ailleurs. En effet, alors que le Congo belge a laissé la place depuis le 30 juin 1960 à un Etat indépendant et souverain, que des Congolais banalisent de tels événements et les laissent glisser sur la carapace de leurs ambitions petite-bourgeoises ou simplement de l’indifférence, cela pose un sérieux problème et soulève une profonde inquiétude quant à la survie de la Nation congolaise. Pendant que des messes noires réunissent loin des rives du fleuve Congo des nostalgiques et des néocolonialistes autour du sort de leur pays, ces Congolais, qui se recrutent essentiellement au sein des élites sociales et politiques, s’abîment dans la quête des prébendes auprès de ceux qui ne peuvent croire ou faire croire être des acteurs plus ou moins significatifs de la scène internationale qu’en projetant une pseudo-expertise des affaires de la RDC lorsqu’ils ne sont pas englués jusqu’au cou dans des querelles politiciennes et dans une course effrénée aux postes alors qu’un danger réel pèse sur l’existence même de la terre de leurs ancêtres. Seule les préoccupe, la participation au banquet politique et aux noces d’une certaine tontine situationniste.

Le temps est largement venu pour les Congolais de prendre la mesure de ce danger réel qui menace l’existence même de la RDC car il appert de plus en plus clairement aujourd’hui que les velléités de balkanisation de ce pays, dénoncées en son temps par Patrice-Emery Lumumba n’ont jamais cessé. Depuis 1960 en effet, malgré le changement des animateurs à la tête des institutions congolaises, les mêmes assauts s’observent de manière récurrente de la part des mêmes acteurs au-delà des générations.  
Venons-en à présent au Livre Blanc du Gouvernement qui est en train d’être présenté ce jour au Conseil des Droits de l’Homme à Genève. C’est une coproduction des Ministères de l’Intérieur et Sécurité, de la Justice et Garde des Sceaux et Des Droits Humains, et est intitulé : « Éléments d’information liés au phénomène Kamuina Nsapu ». 

Cette compilation qui en est à son premier tome est une synthèse des péripéties ayant conduit aux événements tragiques connus sous l’étiquette de phénomène Kamuina Nsapu, un phénomène que d’aucuns ont voulu considérer comme une « simple manifestation politique » jusqu’au terrible drame de l’assassinat dans des conditions particulièrement atroces de deux experts des Nations-Unies dont l’un fut tout simplement décapité. 
Subdivisé en neuf chapitres, ce document balaye les différents aspects de ce phénomène depuis la localisation du groupement rural Kamuina Nsapu dans le secteur de Dibataïe en territoire de Dibaya au Kasaï-Central, l’identité et la situation administrative de l’individu qui lui a donné naissance jusqu’aux remèdes politiques et institutionnels apportés par le Gouvernement lorsque les choses se sont aggravées, en passant par les causes tant endogènes qu’exogènes, sans oublier le caractère terroriste du mode opératoire ainsi que les conséquences tant humaines, économiques que socio-culturelles dudit phénomène . Destiné à l’opinion tant nationale qu’internationale, ce Livre Blanc se donne pour objectifs, d’une part, de rétablir la vérité sur les événements dramatiques qui ont endeuillé la RDC et particulièrement les Provinces du Kasaï-Central et du Kasaï et d’autre part de rendre justice à toutes les victimes de cette barbarie sans précédent dans notre pays. Au-delà, il s’agit de réaffirmer à la fois la souveraineté de la RDC et la volonté de l’Etat congolais de poursuivre et juger tous les acteurs, quels qu’ils soient, des crimes allégués en rapport avec ce phénomène à travers des enquêtes transparentes, impartiales et crédibles conduites par les instances judiciaires congolaises avec la collaboration ou l’appui de toutes les bonnes volontés à l’intérieur du pays ou à l’étranger, y compris les Nations-Unies dont deux enquêteurs ont trouvé la mort en faisant leur travail dans cette partie du territoire national. 

En clair et comme il est écrit dans le Livre Blanc, la République Démocratique du Congo apprécie l’offre de collaboration des Nations-Unies dans la lutte contre les violations graves des droits de l’homme dans les provinces du Kasaï, mais elle n’est pas disposée à accepter l’idée du déploiement sur son territoire d’une commission d’enquête internationale qui travaillerait en vase clos et parallèlement aux instances judiciaires nationales comme si elle était devenue un Etat néant. A cet égard, seule la feuille de route que le Gouvernement a proposé depuis le 24 mai 2017 demeure la base des discussions sur la collaboration qui est hautement souhaitée avec la MONUSCO et le BCNUDH en dépit des réticences exprimées par le Haut-Commissaire des Nations-Unies aux Droits de l’Homme, Monsieur Zeid Ra’ad Al Hussein dont on comprend maintenant le refus d’accuser réception de ces propositions qui lui avaient bel et bien été transmises.
S’agissant des actions entreprises par l’Etat congolais et ses institutions pour le règlement de ce conflit et le rétablissement de l’autorité de l’Etat dans les zones perturbées de l’espace kasaïen, il importe de rappeler qu’en plus des enquêtes judiciaires en cours, le Chef de l’Etat a décidé de la mise sur pied en mars 2017 d’une zone opérationnelle militaire à Kananga. Cette initiative a permis, entre autres, de freiner l’expansion des groupes terroristes qui ont essaimé dans cette région.

Concomitamment, des négociations ont été menées par le Vice-Premier Ministre, Ministre de l’intérieur et Sécurité. Elles ont conduit à des mesures politiques, administratives et sociales parmi lesquelles : la remise effective des restes du défunt Chef Kamuina Nsapu, l’initiateur du phénomène décédé lors d’affrontements avec les forces de l’ordre à sa famille biologique ; la désignation et l’installation de son successeur ; la reddition d’un grand nombre de terroristes et la récupération d’armes de guerre grâce notamment à l’implication des confessions religieuses et la reconstruction des villages. 
En conclusion, contrairement à ce qu’affirment de mauvaises langues habituées au ‘Congo bashing’, le Livre Blanc rendu public ce jour à Genève apporte la preuve que les autorités congolaises n’ont pas dérogé à leurs missions régaliennes d’œuvrer au rétablissement de la sécurité au Kasaï, de contribuer à la manifestation de la vérité sur ces atrocités indicibles et humainement inacceptables afin que justice soit rendue à toutes les victimes de l’entreprise terroriste qui y a été déclenchée.  

Sous d’autres cieux, les velléités terroristes sont traitées avec beaucoup plus de disproportion que cela n’a été le cas dans notre pays. L’indignation à géométrie variable et la commisération de certains membres de la communauté internationale face à la barbarie du Kasaï ne doivent pas occulter les souffrances des premières victimes que sont le peuple congolais et les institutions démocratiques de la RDC. Inutile donc de chercher à terroriser l’Etat congolais et les animateurs de ses institutions en tapant du poing sur la table comme je l’ai lu dans certaines de vos livraisons en essayant de le rendre coupable d’une entreprise criminelle dont il est une des premières victimes. 
Je profite de cette opportunité pour rassurer les populations du Grand Nord-Kivu inquiètes de la recrudescence des bruits de bottes. La vigilance de la population et la solidarité avec les forces de l’ordre qui ont déjà par le passé aidé à venir à bout des M23 sont indispensables pour stopper toute velléité de résurgence d’une nouvelle aventure déstabilisatrice de la part des ennemis de la paix. Que nos compatriotes soient rassurés que le Gouvernement et les FARDC seront toujours à leurs côtés jusqu’au recouvrement rapide et définitif de la paix.(...)"



"RDC : Le Conseil des droits de l’homme pourrait voter ce jeudi une résolution
° https://actualite.cd/2017/06/20/rdc-conseil-droits-de-lhomme-pourrait-voter-jeudi-resolution/
La 35ème session du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, ouverte ce mardi 20 juin 2017, devra se clôturer le vendredi prochain. D’après Sonia Rolley, un des journalistes ayant pris part à ces assises, le vote sur la résolution pour la République démocratique du Congo (RDC) pourrait intervenir le jeudi 22 juin 2017.

La situation sociopolitique et sécuritaire en RDC a été au cœur du débat dans cette 35ème session du Conseil des droits de l’homme des Nations unies, notamment à propos des exactions commises dans l’espace Kasaï qui ont largement dominé le débat entre les chefs des gouvernements et les experts des droits de l’homme.
La résolution du Conseil des droits de l’homme, une fois adoptée, pourrait donc fournir une piste des solutions afin de mettre un terme, entre autres, aux crimes qui se commettent dans le centre de la RDC, à cause des affrontements entre miliciens et forces de sécurité."


"RDC: à Genève, deux visions diamétralement opposées se dégagent"
° http://www.rfi.fr/afrique/20170620-rdc-geneve-deux-visions-diametralement-opposees-degagent
Toujours aucune certitude quant à la création d’une commission d’enquête internationale sur le Grand Kasaï. Un débat a eu lieu comme prévu à la mi-journée. Le haut commissaire aux droits de l’homme de l'ONU, la ministre congolaise des Droits de l’homme, les délégués des Etats membres et des ONG ont pris la parole tour à tour.
Avec notre envoyée spéciale à Genève,  Sonia Rolley

Le haut-commissaire aux droits de l’homme appuyé par l’Union européenne et les ONG internationales est formel, il faut une enquête internationale pour faire toute la lumière sur les violences commises dans le Grand Kasaï et notamment sur les exactions imputables aux forces de sécurité et à leurs alliés présumés.
Le gouvernement congolais n’aurait pas fait la preuve de sa volonté ces derniers mois de mener des enquêtes poussées. Deux procès se sont certes ouverts, mais l’ONU a dénombré au moins 42 fosses communes depuis octobre 2016 pour lesquelles, dit-elle, aucune enquête n’a été menée. Et les entraves sur le terrain sont telles que les équipes du haut-commissariat ont dû se rendre en Angola pour rencontrer les victimes de ces violences.

[ltr]
[/ltr]



Sonia Rolley 
@soniarolley
[ltr]#RDC #HRC35 : "livre blanc" distribué par le gouvernement sur le phénomène Kamuina Nsapu[/ltr]

3:15 PM - 20 Jun 2017
[ltr]
Twitter Ads info and privacy/ltr]

L’autre vision, c’est celle présentée devant le conseil par la ministre congolaise des Droits de l’homme. Kinshasa promet de juger les responsables des violences, qu’ils soient militaires ou miliciens, tout en affirmant d’ores et déjà, dans un livre blanc, que les miliciens Kamuina Nsapu sont à l’origine de l’essentiel des violences, des « boucheries » a même martelé la ministre.
Le gouvernement congolais entend garder la direction des enquêtes, demandant simplement à l’ONU de ne venir qu’en soutien. Enquêtes pour lesquelles, malgré les récriminations du haut-commissaire et des ONG, Kinshasa a été chaudement félicité par les délégués africains et notamment le Togo, l’Algérie ou encore le Burundi.
A l’issue du débat, pas de vote. Les tractations se poursuivent entre les groupes européen, africain et la RDC pour tenter de trouver une solution consensuelle. Le vote pourrait intervenir au mieux jeudi matin.
→ Découvrez notre webdocumentaire-enquête sur les violences dans le Kasaï. Cliquez sur l'image ou sur le lien ici.



"RDC: le Grand Kasaï au menu du Conseil des droits de l'homme de l'ONU"
° http://www.rfi.fr/afrique/20170620-rdc-prince-zeid-grand-kasai-onu-commission-enquete

"Violences dans le Grand Kasaï en RDC: poursuite des tractations à Genève"
° http://www.rfi.fr/afrique/20170621-violences-grand-kasai-rdc-poursuite-tractations-geneve-droits-homme

"Thambwe Mwamba : « Le courrier de l’ONU ne change rien à la situation de Katumbi »"
° http://www.jeuneafrique.com/449189/politique/thambwe-mwamba-courrier-de-lonu-ne-change-rien-a-situation-de-katumbi/

"Massacres au Kasaï: la société civile demande une enquête internationale"
° http://www.radiookapi.net/2017/06/21/actualite/securite/massacres-au-kasai-la-societe-civile-demande-une-enquete

"RDC : Le Burundi à la rescousse de Mushobekwa au Conseil des droits de l’homme à Genève"
° https://actualite.cd/2017/06/21/rdc-burundi-a-rescousse-de-mushobekwa-conseil-droits-de-lhomme-a-geneve/

"RDC-Kasaï : La France souhaite une résolution « robuste » autorisant une enquête internationale"
° https://actualite.cd/2017/06/21/rdc-kasai-france-souhaite-resolution-robuste-autorisant-enquete-internationale/

"Katumbi demande aux pays africains de soutenir la perspective d’une enquête de l’ONU dans les Kasaï"
° https://actualite.cd/2017/06/21/katumbi-demande-aux-pays-africains-de-soutenir-perspective-dune-enquete-de-lonu-kasai/

"Pourquoi il faut accepter la commission d’enquête internationale"
° https://afrique.lalibre.be/5162/rdc-pourquoi-il-faut-accepter-la-commission-denquete-internationale/

" Enquête Internationale au Kasaï: Lubaya déplore le “refus” du Gouvernement"
° https://actualite.cd/2017/06/21/enquete-internationale-kasai-lubaya-deplore-refus-gouvernement/

° http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/rdc-le-gouvernement-refuse-le-deploiement-dune-commission-internationale-pour-enqueter-dans
° https://actualite.cd/2017/06/19/enquete-onusienne-rdc-menace-de-refuser-visas-aux-enqueteurs-de-lonu/


"Il n’y aucune restriction sur l’utilisation du dollar imposée aux banques congolaises – (ACB)"
Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes
° https://actualite.cd/2017/06/21/ny-aucune-restriction-lutilisation-dollar-imposee-aux-banques-congolaise-acb/

"La Monusco dénonce la “mauvaise interprétation” des propos de Sidikou lors de sa rencontre avec les mouvements citoyens"
Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes
° https://actualite.cd/2017/06/21/monusco-denonce-mauvaise-interpretation-propos-de-sidikou-lors-de-rencontre-mouvements-citoyens/

"RDC : «Des Congolais ont téléphoné l’Élysée pour solliciter une pression sur le gouvernement» – (Rapport fait à Macron)"
Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes
° https://actualite.cd/2017/06/21/rdc-congolais-ont-telephone-lelysee-solliciter-pression-gouvernement-rapport-a-macron/

Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: NOUVELLES SANCTIONS DES AMERICAINS & EUROPEENS

Message  ndonzwau le 22/6/2017, 7:16 pm

"RDC : Il n’y aura pas une enquête internationale dans les Kasaï
° https://actualite.cd/2017/06/22/rdc-ny-aura-enquete-internationale-kasai/
L’ONU ne conduira pas d’enquête internationale sur les violences dans les Kasaï. C’est sous la pression des États africains que l’Union européenne a retiré sa proposition d’une mission indépendante.

Des discussions en cours à la 35e session des droits de l’homme à Genève, il a été convenu que le gouvernement de la RDC gardera la direction des investigations.
Le gouvernement congolais avait brandi la menace de ne pas accorder l’accès à son territoire aux membres d’une mission d’enquête indépendante.
Un groupe d’experts sera envoyé dans les Kasaï et déposera le résultat de leurs investigations aux autorités judiciaires congolaises.
Initialement prévu ce jeudi, le vote de la résolution sur la RDC se fera le vendredi 23 juin 2017."

" RDC: l’ONU ne lancera pas d'enquête internationale sur les violences au Kasaï
° http://www.radiookapi.net/2017/06/22/actualite/politique/rdc-lonu-ne-lancera-pas-denquete-internationale-sur-les-violences-au
L'ONU ne lancera pas une mission d'enquête internationale sur les violences au Kasaï. D’après une dépêche de  l’agence d’information belge Belga parvenue ce jeudi à Radio Okapi,  cette décision est consécutive au retrait d'un projet de résolution au Conseil des droits de l'homme à Genève demandant une enquête internationale sur les violences au Kasaï.

Un autre projet de résolution sur la situation au Kasaï sera débattu vendredi. Il ne prévoit seulement que l'envoi d'une équipe d'experts pour l'établissement des faits. Selon ce document, les experts de l’ONU devront remettre leurs conclusions aux autorités judiciaires congolaises, renseigne Belga.
La question sur les violences au Kasaï faisait depuis lundi l’objet des débats au Conseil des droits de l'homme à Genève après que le Haut-Commissaire aux droits de l'Homme de l'ONU, Zeid Ra’ad Al Hussein a enjoint le Conseil de mettre sur pied une commission afin d'enquêter sur les graves abus commis dans la région.

Le haut fonctionnaire de l’ONU avait accusé les autorités de la RDC d'armer une milice dénommée «Bana  Mura», pour mener des attaques «contre les civils des communautés Luba et Lulua dans le Kasaï.
Mais le gouvernement congolais avait rejeté l’option d’une commission d’enquête internationale de l’ONU dans la région et avait menacé lundi de ne pas accorder l'accès à son territoire aux membres de cette commission.

Mardi dernier, le gouvernement congolais avait rappelé sa position sur la question, proposant l’option d’une enquête sur les violences au Kasaï menée sous son leadership mais appuyée techniquement par l’ONU. Et avec la nouvelle résolution qui sera débattue vendredi, le gouvernement congolais conservera donc la direction des investigations au Kasaï.
Selon un document de la nonciature apostolique de la RDC, environ trois mille personnes ont été tuées depuis octobre 2016 dans le Kasaï suite aux violences qui secouent cette région du centre de la République démocratique du Congo."


"RDC: l’option d’une enquête internationale sur les Kasaï s’éloigne"
° http://www.rfi.fr/afrique/20170622-rdc-option-une-enquete-internationale-kasai-s-eloigne
"RDC: l’ONU ne lancera pas de mission d’enquête internationale sur les violences au Kasaï"
° https://afrique.lalibre.be/5272/lonu-ne-lancera-pas-de-mission-denquete-internationale-sur-les-violences-au-kasai/


"RDC : bras de fer entre Kinshasa et l’ONU sur les Kasaï"
Question  Question  Question  Question  Question  Question  Question  Question  Question  Question  Exclamation  Exclamation  Exclamation
° http://afrikarabia.com/wordpress/rdc-bras-de-fer-entre-kinshasa-et-lonu-sur-les-kasai/


"Ces pays qui défendent la RDC sur la crise au Kasai"
° http://www.politico.cd/encontinu/2017/06/22/pays-defendent-rdc-crise-kasai.html
"13 pays d’Afrique contre une enquête internationale au Kasaï !"
° http://www.lephareonline.net/13-pays-dafrique-contre-enquete-internationale-kasai/
(...)
Il s’agit d’une part du bloc occidental, totalement acquis à la thèse d’une enquête internationale, et, d’autre part, du banc africain, foncièrement opposé à pareille démarche.
Hier mercredi 21 juin,  treize pays d’Afrique ont clairement exprimé leur refus d’une enquête internationale au Kasaï. Il s’agit de :
1. Botswana ; 2. Burundi ; 3. Congo/Brazzaville ; 4.Côte d’Ivoire ; 5. Egypte ; 6. Kenya ; 7. Ethiopie ; 8. Nigeria ; 9. Rwanda ; 10. Tunisie ; 11. Togo ; 12. Ghana ; 13. Afrique du Sud.
A ce sujet, le représentant du Togo par exemple, Ousmane Afo Salifou, a fait valoir le principe du respect de la souveraineté des Etats, un argument que brandit machinalement le gouvernement de Kinshasa, depuis que les Nations Unies, l’Union Européenne, les USA, la France, la Belgique ainsi que plusieurs Ong tant nationales qu’internationales soutiennent l’idée de la conduite d’investigations neutres au Kasaï.

Le bloc Afrique ne s’est pas privé de saluer les efforts déployés par les autorités  congolaises pour non seulement ramener une paix durable dans l’espace kasaïen mais aussi tirer le dossier au clair à travers des enquêtes déjà menées par la justice militaire et des procès cours d’instruction.
Les « Africains » ont par ailleurs totalement souscrit à la proposition de Kinshasa de voir la communauté internationale l’accompagner dans des enquêtes additionnelles, en vue d’enrichir les dossiers judiciaires déjà ouverts ou à ouvrir, en vue d’engager des
poursuites judiciaires contre les vrais commanditaires et coupables des massacres et autres violations des droits humains.
En l’état actuel de la situation à Genève, le vote d’une Résolution devant formaliser l’ouverture d’une enquête internationale en RDCongo parait des plus incertains. Et si les 47 pays participants passaient effectivement aux « urnes » d’ici la fin de la semaine, une victoire du bloc occidental risque de ne pas produire les effets attendus sur le terrain, la RDC ayant déjà «verrouiller» ses frontières contre toute ingérence extérieure."



"RDC: « Le Conseil des droits de l’homme n’avait pas d’autres choix que de se soumettre à notre proposition » – (Mende)"
Evil or Very Mad  Twisted Evil  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Embarassed  Embarassed  Shocked  Laughing  Laughing  Laughing
° https://actualite.cd/2017/06/22/rdc-conseil-droits-de-lhomme-navait-dautres-choix-de-se-soumettre-a-proposition-mende/


"RDC – Kasaï : Le glaçant plaidoyer du Haut-Commissaire Zeid pour obtenir une enquête internationale"
° https://actualite.cd/2017/06/22/rdc-kasai-glacant-plaidoyer-haut-commissaire-zeid-obtenir-enquete-internationale/


"RDC: L’ONU reconduit les sanctions contre la RDC et proroge le mandat de ses experts"
° https://actualite.cd/2017/06/22/rdc-lonu-reconduit-sanctions-contre-rdc-proroge-mandat-de-experts/
Le Conseil de Sécurité de l’ONU a, à travers la résolution  2360 votée unanimement ce mercredi 21 juin 2017, prorogé jusqu’au 1er juillet 2018 les sanctions concernant la République démocratique du Congo (RDC). Le Conseil a également reconduit jusqu’au 1er août 2018 le mandat du Groupe d’experts du Comité 1533 chargé de surveiller l’application des sanctions imposées.

A en croire la résolution 2360 consultée par ACTUALITE.CD,  le Conseil prévoit de réexaminer les dispositions de la présente résolution le 31 octobre 2017 au plus tard «une fois que le rapport final du Groupe d’experts aura été présenté». Expliquant que les experts travaillent «actuellement dans des circonstances extraordinaires»,  le Conseil proroge jusqu’au 15 août 2017 le délai de soumission dudit rapport qui, aux termes de la résolution 2293 (2016) adoptée le 23 juin dernier, aurait dû être remis le 15 juin 2017 au plus tard.
Le Conseil de sécurité a également condamné le double assassinat en mars dernier de ses experts en mars dernier alors qu’ils «surveillaient l’application du régime de sanctions dans le Kasaï Central».
Parmi les sanctions de l’ONU figurent l’embargo les armes, sanctions contre la RDC liées notamment à la prolifération et au trafic d’armes dans le pays."


"RDC: Le refus d’une enquête internationale aux Kasaï est une honte pour les dirigeants de la RDC – (UDPS)"
° https://actualite.cd/2017/06/22/rdc-refus-dune-enquete-internationale-aux-kasai-honte-dirigeants-de-rdc-udps/

"Enquête internationale sur le Kasaï: Kinshasa seul contre tous"
Evil or Very Mad  Twisted Evil  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Question  Question  Question
° http://www.latempete.info/22932-2/

Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: NOUVELLES SANCTIONS DES AMERICAINS & EUROPEENS

Message  ndonzwau le 23/6/2017, 6:54 am

PS


"La honte : L’Onu renonce à sa mission d’enquête au Kasaï"
cyclops  cyclops  cyclops                    
° https://afrique.lalibre.be/5289/la-honte-lonu-renonce-a-sa-mission-denquete-au-kasai/
« Vous avez eu à choisir entre la guerre et le déshonneur; vous avez choisi le déshonneur, vous aurez la guerre ». La phrase est de Winston Churchill s’adressant au Premier ministre britannique Neville Chamberlain devant la Chambre des communes, le parlement britannique en 1938, après la signature des accords de Munich. 

Commentaire

Le panache des grands hommes à cela de magique qu’il est toujours vivace. En 1938, Churchill, chef de l’opposition, humiliait son Premier ministre par cette phrase entrée dans l’histoire. Une citation qui pourrait être ressortie aujourd’hui et lancée à la face des responsables du comité des droits de l’homme des Nations unies de Genève incapables de s’entendre pour forcer un gouvernement congolais devenu illégitime à accepter une mission d’enquête sur son territoire. Face à la violence, à la brutalité, à l’inhumanité de la répression au Kasaï, ces responsables devaient oser affronter la colère de Kinshasa.
Toutes les nations qui n’ont pas oeuvré en faveur de l’envoi de cette commission d’enquête peuvent méditer la déclaration de Churchill. Elles se sont déshonorées. Mais la lumière sera faite, un jour ou l’autre, les responsabes seront poursuivis et ceux qui auront fermé les yeux seront jeté dans la catégorie des parias.

Des chiffres insupportables

Quarante-deux fosses communes au minimum, deux experts de l’Onu assassinés, plus de 3 300 morts civils dans des affrontements entre les forces armées congolaises et une rébellion de paysans depuis le mois de septembre et, comme si cette énumération ne suffisait pas, 1,3 million de personnes contraintes de fuir leur région face aux violences quotidiennes.
Face à cette dérive totale, les autorités congolaises ont brillé par leur immobilisme et leur silence. Il a fallu attendre la mort des deux experts de l’Onu, en avril dernier, et la diffusion d’une vidéo montrant des militaires congolais tirant sur des civils (hommes, femmes et enfants désarmés) pour que Kinshasa se lance, poussé dans le dos par la critique internationale et la menace de l’envoi d’une commission d’enquête internationale, dans un semblant de justice.

Des militaires ont été arrêtés. La plupart s sont évaporés depuis. Pour le meurtre des deux experts de l’Onu, deux civils ont été arrêtés et sont jugés loin des caméras. Face à cet enchaînement de catastrophes humaines, le Haut commisaire aux droits de l’homme des Nations unies a demandé l’envoi d’une commission d’enquête indépendante pour tenter de faire toute la lumière sur les événements qui ensanglantent le Kasaï. Un texte plaidant la cause de cette commission avait été concocté. Finalement, ce texte n’arrivera jamais sur la table des négociations. L’instance onusienne, basée à Genève et composée de 54 nations, dont 13 africaines, n’est jamais parvenue à dégager un consensus suffisant pour contraindre Kinshasa à accepter cette mission indépendante.

La fin d’une institution ?

Une fois de plus, le haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, le prince jordanien Zeid Raad al-Hussein, n’aura pas été entendu sur son appel à des investigations internationales en République démocratique du Congo. Pourtant l’homme n’a pas ménagé sa peine, n’hésitant pas à envoyer la semaine dernière ses experts pour aller recueillir les témoignages de ceux qui ont fui la barbarie du Kasaï. Le rôle du gouvernement a été clairement pointé du doigt. Mais Kinshasa, qui avait menacé lundi de ne pas accorder l’accès à son territoire aux membres d’une mission d’enquête indépendante d’un an, a obtenu gain de cause.
Un revers de taille pour le Comité des droits de l’homme des Nations unies déjà très décrié pour sa passivité par l’administration américaine. La Maison-Blanche avait fait de ce cas une ligne rouge que le comité a franchie en ne parvenant pas à se mettre d’accord sur un dossier aussi évident. La survie de ce comité est clairement remise en cause. Sa crédibilité, elle, est déjà enterrée.

Des sanctions

Les Etats-Unis, lassés de cette inaction des Nations unies, une institution pas vraiment en odeur de sainteté à Washington et tout particulièrement détestée par le président Trump, ont déjà démontré dans un passé récent qu’ils sont déterminés face aux dérives congolaises. Des dérives qui ont atteint un point de non-retour. La Maison-lanche ourrait donc être tentée de sortir une nouvelle liste de personnalités rattrapées par des sanctions. Une liste est en préparation depuis quelques semaines. Elle ciblerait plus particulièrement un cercle d’acteurs économiques gravitant autour du président Kabila et de sa famille."


° https://afrique.lalibre.be/5272/lonu-ne-lancera-pas-de-mission-denquete-internationale-sur-les-violences-au-kasai/
° http://www.radiookapi.net/2017/06/22/actualite/securite/violences-au-kasai-la-vsv-regrette-labsence-de-lenquete-de-lonu
° http://www.radiookapi.net/2017/06/22/actualite/politique/pas-denquete-de-lonu-au-kasai-la-voix-de-la-sagesse-prevalu-selon
° http://www.radiookapi.net/2017/06/22/actualite/politique/rdc-lonu-ne-lancera-pas-denquete-internationale-sur-les-violences-au


"RDC : « Il faut aller à la CPI pour le Kasaï »"
° https://afrique.lalibre.be/5319/rdc-il-faut-aller-a-la-cpi-pour-le-kasai/
Le manque du minimum de courage dans le chef de certains Etats du comité des droits de l’homme des Nations unies de Genève, déjà célébré comme une victoire diplomatique dans certains cercles kinois, ne sonne pas la fin des tensions au Kasaï, ni la fin des interrogations internationales sur la  situation dans cette province et sur les principaux responsables de ces exactions.

« Le pouvoir de Joseph Kabila espère avoir gagné un peu de temps avec l’enterrement de cette commission d’enquête internationale sur le Kasaï. Le vote de ce vendredi portera sur une mission technique qui n’a aucun intérêt », explique un diplomate qui connaît bien la maison genevoise. « Pis, l’envoi de cette mission pourrait donner un semblant d’épaisseur aux conclusions du pouvoir congolais. Mais ça ne dupera personne », poursuit-il, convaincu que « le Haut-commissaire n’a pas dit son dernier mot. Cet échec est une humiliation pour lui. Il s’est investi personnellement, il a fait mener des enquêtes, il a des témoignages lourds de sens qu’il ne va pas enfermer dans un coffre-fort fût-il suisse. »
Pour notre homme, comme pour un ancien diplomate français, il ne fait aucun doute que « ces pièces vont ou sont déjà à la CPI ».
 .
La plupart des faits évoqués au Kasaï relèvent du crime contre l’humanité. « Il ne faut pas perdre de vue non plus que les familles des deux experts ne vont pas baisser les bras« , enchaîne le diplomate qui fréquente très régulièrement les cenacles onusiens. « Quand vous avez un mort, de mort violente, dans votre famille, vous voulez répondre aux questions: qui et pourquoi  ? C’est le cas dans les familles des deux experts, en Suède comme aux Etats-Unis, c’est aussi le cas parmi tout le personnel des Nations unies. Cela fait du monde. Des gens déterminés. La vérité éclatera. »

Double ras-le-bol américain

Les Etats-Unis de Trump ont déjà montré leur impatience vis-à-vis de l’inaction des Nations unies en RDC. Le non envoi d’une enquête indépendante, « ça ne va pas passer », nous explique un bon connaisseur de Washington.  « Les sanctions vont tomber contre le pouvoir à Kinshasa. Elles vont viser le cercle économique autour de Kabila. Il faut taper les poches de ces gars, c’est le nouveau leitmotiv aux Etats-Unis. L’été risque d’être très chaud pour certains. Aux Nations unies aussi, ça rique d’être torride. Trump ne veut plus déverser ces centaines de millions pour un « machin » qui ne fonctionne pas. Le cas du Kasaï peut être le début d’une vraie révolution pour l’Onu. »".



Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: NOUVELLES SANCTIONS DES AMERICAINS & EUROPEENS

Message  Troll le 23/6/2017, 12:44 pm

@ bounce

En attendant la reaction des USA dont l´ambassadrice NIKKI menace directement le HC des droits de l´Homme tongue , l´affaire Thambwe Mwamba...ou plus proche JP Bemba nous apprend que ceux qui comme Mende danse pour la victoire Basketball n´ont aucune comprehénsion de la notion du temps Basketball

Les familles de ces deux experts en Suède et aux USA ne vont pas accepter une enquête du gouvernement congolais...et se reservent le droit d´aller plus loin s´il faut affraid

Comme La Libre le souligne, la CPI serait sans doute l´ultime institution... Tout comme des "sanctions" vont pleuvoir non seulement pour cette affaire du Kasai, mais surtout pour le refus d´organiser les élections qui devient de plus en plus visible pale pale

cyclops WAIT AND SEE

Revenir en haut Aller en bas

Re: NOUVELLES SANCTIONS DES AMERICAINS & EUROPEENS

Message  ndonzwau le 24/6/2017, 3:24 am

"C’est officiel ! Pas de commission internationale d’enquête, mais une équipe d’experts internationaux dans les Kasaï"
° https://actualite.cd/2017/06/23/cest-officiel-de-commission-internationale-denquete-equipe-dexperts-internationaux-kasai/
La résolution adoptée à Genève ce vendredi 23 juin 2017 au cours de la 35e session du Conseil des droits de l’homme officialise l’envoi d’une équipe d’experts internationaux et régionaux dans les Kasaï. Ces experts auront pour mission de tenter d’établir les faits et circonstances des violences  depuis août 2016. Cette résolution est le fruit d’âpres négociations entre les européens soutenus par une grande partie de la société civile et le groupe africain soutenu notamment par quelques pays asiatiques et d’Amérique du Sud.
[ltr]

[/ltr]


 Suivre
Sonia Tancic @SoniaTancic
[ltr]Enquête sur le #Kasai: texte de la résolution a minima adoptée au Conseil des droits de l'homme #RDC #HRC35[/ltr]

11:45 - 23 Jun 2017

"RDC: des experts internationaux seront déployés pour enquêter sur les violences aux Kasaï
° http://www.radiookapi.net/2017/06/23/actualite/societe/rdc-des-experts-internationaux-seront-deployes-pour-enqueter-sur-les
Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU a adopté vendredi 23 juin à Genève une résolution qui demande au Haut-commissaire des droits de l’homme de désigner une équipe d’experts internationaux incluant des experts régionaux pour collecter les informations et déterminer les faits et les circonstances liés aux violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire dans les Kasaï.

Selon cette résolution, ces experts devront fournir au Conseil des droits de l’homme de l’ONU ainsi qu’aux autorités judiciaires congolaises les conclusions de leurs investigations pour établir la vérité et s’assurer que les auteurs des crimes soient traduits en justice.
Le conseil a aussi demandé au Haut-commissaire aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein de présenter un rapport oral de l’évolution de l’enquête lors de sa 37e session ordinaire.

Le conseil a par ailleurs demandé au bureau du Haut-commissaire aux droits de l’homme de fournir l’assistance technique nécessaire au gouvernement congolais dans les investigations que mène ce dernier sur les allégations des violations des droits de l’homme et des abus commis dans la région des Kasaï.
«Nous soutenons pleinement l’établissement d’une commission d’enquête internationale et la considérons comme un pas de plus vers l’identification et la poursuite des auteurs de graves violations des droits de l’homme », a déclaré le Haut-commissaire Zeid Ra’ad Al Hussein après l’adoption de cette résolution.

M. Zeid a annoncé que l’équipe d’experts internationaux «mènera son enquête de manière entièrement  indépendante, dans le respect des normes internationales et conformément au mandat qui lui a été conféré par le Conseil».
«La résolution réitère clairement l’importance d’assurer la protection de toutes les personnes qui collaborent avec l’équipe, ce qui souligne la nécessité que le groupe d’experts opère en totale indépendance. Nous comptons sur la pleine coopération des autorités, en particulier pour nous octroyer un accès illimité à tous les sites, dossiers, individus et lieux concernés», a-t-il ajouté.

Des violences ensanglantent les provinces du Kasaï depuis l’année passée. Selon l’Eglise catholique, plus de 3 000 personnes y ont été tuées. L’ONU a recensé 1,3 million de personnes originaires de la région du Kasaï qui ont été déplacées par les violences, et 30 000 se sont réfugiées en Angola"


"RDC: pas d’enquête internationale, mais des experts onusiens envoyés au Kasaï"
° http://www.rfi.fr/afrique/20170622-rdc-pas-enquete-internationale-mais-experts-onusiens-envoyes-kasai
° http://www.lalibre.be/actu/international/rdc-l-onu-va-envoyer-des-experts-pour-enqueter-sur-les-violences-au-kasai-594d0723cd70e30bb27eac70


"RDC : la menace d’une enquête internationale de l’ONU dans le Kasaï s’éloigne, Kinshasa respire"
° http://www.jeuneafrique.com/450204/politique/rdc-menace-dune-enquete-internationale-de-lonu-kasai-seloigne-kinshasa-respire/

"RDC : l’Union européenne abandonne les Kasaï à Genève"
° http://afrikarabia.com/wordpress/rdc-lunion-europeenne-abonne-les-kasai-a-geneve/

"RDC-Conseil des droits de l’homme de l’ONU: compromis sur le Kasaï"
° https://actualite.cd/2017/06/23/rdc-larmee-dit-poursuivre-traque-miliciens-nord-de-ville-de-beni/

"Violences au Kasaï : « Il n’y a rien de pire pour un peuple en détresse que l’indifférence »"
° http://www.jeuneafrique.com/449986/politique/449986/

"RDC : « Cette résolution risque de ne pas suffire à empêcher les massacres dans les Kasaï » – Paul Nsapu (FIDH)"
° https://actualite.cd/2017/06/23/rdc-cette-resolution-risque-de-ne-suffire-a-empecher-massacres-kasai-paul-nsapu-fidh/

"Félix Tshisekedi appelle à une enquête internationale dans le Kasaï "
° http://www.politico.cd/encontinu/2017/06/22/felix-tshisekedi-appelle-a-enquete-internationale-kasai.html

"Enquête dans les Kasaï: La Belgique met la pression sur Kinshasa"
° https://actualite.cd/2017/06/23/enquete-kasai-belgique-met-pression-kinshasa/

"RDC-Kasaï : La France insiste toujours sur la nécessité d’une enquête internationale"
° https://actualite.cd/2017/06/23/rdc-kasai-france-insiste-toujours-necessite-dune-enquete-internationale/

"Enquête aux Kasaï: «Le gouvernement a démontré au monde qu’il cache des choses» – (Lubaya)"
° https://actualite.cd/2017/06/23/enquete-aux-kasai-gouvernement-a-demontre-monde-quil-cache-choses-lubaya/

"RDC-Kasaï : Le Haut commissaire aux droits de l’homme sollicite de Kinshasa l’accès “illimité” à tous les sites durant l’enquête"
° https://actualite.cd/2017/06/23/rdc-kasai-haut-commissaire-aux-droits-de-lhomme-sollicite-a-kinshasa-lacces-illimite-a-sites-durant-lenquete/


"Actu Expliquée 23.06.17 : A cause des Africains, pas d'enquête internationale sur le Kasaï"




Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: NOUVELLES SANCTIONS DES AMERICAINS & EUROPEENS

Message  ndonzwau le 26/6/2017, 12:04 am

"RDC: l'ONU va envoyer des experts pour enquêter sur les violences au Kasai"
° http://www.izf.net/afp/rdc-lonu-va-envoyer-des-experts-pour-enqueter-sur-les-violences-au-kasai
° http://www.lalibre.be/actu/international/rdc-l-onu-va-envoyer-des-experts-pour-enqueter-sur-les-violences-au-kasai-594d0723cd70e30bb27eac70
° https://afrique.lalibre.be/5361/rdc-lonu-va-envoyer-des-experts-pour-enqueter-sur-les-violences/

"Kasaï: Reynders salue l’adoption d’une résolution par le Conseil des Droits de l’Homme"
° https://afrique.lalibre.be/5357/kasai-reynders-salue-ladoption-dune-resolution-par-le-conseil-des-droits-de-lhomme/

"Enquête de l'Onu sur les massacres au Kasaï en RDC: les limites de l'exercice"
° http://www.rfi.fr/afrique/20170624-enquete-onu-massacres-kasai-rdc-limites-exercice-droits-homme

"Enquête aux Kasaï : Sesanga demande à Kinshasa de garantir des largesses aux Envoyés internationaux et régionaux"
° https://actualite.cd/2017/06/24/enquete-aux-kasai-sesanga-demande-a-kinshasa-de-garantir-largesses-aux-envoyes-internationaux-regionaux/

Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: NOUVELLES SANCTIONS DES AMERICAINS & EUROPEENS

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum