MACRON, ET NOTRE "MACRON"

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: MACRON, ET NOTRE "MACRON"

Message  Troll le 26/4/2017, 7:46 pm

AVANTAGE

L´avantage de se trouver loin de la France...est la lecture ou les lectures qu´on ppeut faire en réflichissant en toute indépendance*

Troll recommande le site de www.lemonde.fr où on peut tomber sur des liens vers plusieurs sites qui apportent des analyses sous des angles differentes..

http://wwww.courrierinternational.com/article/en-direct-vu-dallemagne-pour-macron-le-plus-dur-est-venir study

On tombe sur plusieures "comprehensions" de la situation en France study Rassurez-vous, votre propre lecture est assez suffisante et enrichissante sans une exigeance des études academiques lol!

Revenir en haut Aller en bas

Re: MACRON, ET NOTRE "MACRON"

Message  Troll le 26/4/2017, 7:48 pm

AVANTAGE

L´avantage de se trouver loin de la France...est la lecture ou les lectures qu´on ppeut faire en réflichissant en toute indépendance*

Troll recommande le site de www.lemonde.fr où on peut tomber sur des liens vers plusieurs sites qui apportent des analyses sous des angles differentes..

http://wwww.courrierinternational.com/article/en-direct-vu-dallemagne-pour-macron-le-plus-dur-est-venir study

On tombe sur plusieures "comprehensions" de la situation en France study Rassurez-vous, votre propre lecture est assez suffisante et enrichissante sans une exigeance des études academiques lol!

Revenir en haut Aller en bas

Re: MACRON, ET NOTRE "MACRON"

Message  ndonzwau le 27/4/2017, 2:46 am

Mon petit Stupid Bastard,

Kiekiekie, tanga nainu likasa oyo, ewuti epayi na bino, akomi oyo ngai nakomaki awa !  
Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing
Vous me direz que ce n’est que le « Washington Post » (centre gauche et même droit), n’importe on voit de suite que l’auteure a de la culture, ça tombe bien, mutu na mutu na ligablo na ye : c’est mon péché mignon !
De plus une étrangère Américaine qui elle, semble bien connaître la France...

Kiekiekie, balukaka makambo, bakozwa…
Lisez donc (parfois on dirait même qu'elle a copié sur moi  Laughing  Laughing )…


France’s election reveals a new political divide
° https://www.washingtonpost.com/news/global-opinions/wp/2017/04/23/frances-election-reveals-a-new-political-divide/?hpid=hp_no-name_opinion-card-d%3Ahomepage%2Fstory&utm_term=.287bf571ec66
 
Le Pen and Macron to face off in French election runoff
 
True to the spirit of 1789, the revolutionary French are a step ahead of everyone else. On Sunday, they became the first large Western country to ditch, in a major election, the center-right/center-left political-party structure that has dominated European politics since the Second World War. Neither Emmanuel Macron nor Marine Le Pen, the two candidates who emerged from the first round of voting for the French presidency, belongs to the old gauche or the old droite. Neither will have a major parliamentary party behind his or her program. Neither, as president, would represent a continuation of the status quo.

If the most important political divide, in France as almost everywhere else, was once over the size of the state, the new political divide is not really about economics at all. It is about different visions of the identity of France itself. Le Pen, best described as a national socialist, would like to take France out of international institutions, including both the European Union and NATO; block borders; curtail trade; and impose quasi-Marxist state-dominated economics. Her voters are pessimistic about the present and nostalgic for a different France. Her most important foreign ally is Vladimir Putin, whose money funded her campaign, but in recent days President Trump has made positive noises about her, too. Her party, the National Front, has been part of French politics for decades, and has been historically noisy in its opposition to immigration.

On the other side is Macron, whose brand-new movement, En Marche — the name means “forward” — represents the brand-new radical center. Macron rejects political branding: “Honesty compels me to say that I am not a socialist,” he has said, despite having served in a Socialist Party government. He embraces markets, but says he believes in “collective solidarity.” His voters are more optimistic about the future, they support the European Union, they embrace France’s integration with the rest of the continent and the world: “You are the new face of French hope,” Macron told them in his victory speech Sunday night. Though Macron favors strong external borders of the European Union, he expresses no special dislike of immigrants. The foreign politician he most resembles is the young Tony Blair, who also put together a centrist coalition, though it wasn’t called that at the time.

Opinions newsletter

In this sense, the second round of France’s election has a clear agenda: open vs. closed, integrationist vs. isolationist, future vs. past. Unlike her father, who won 18 percent in the second round of the presidential election in 2002, Marine Le Pen is expected to win more, maybe much more, in the May 7 runoff. Though she is far behind Macron right now, a fluke victory cannot be excluded. There is a part of the old left, including those who voted for the Trotskyist, Jean-Luc Mélenchon, who sympathize with her objections to trade, bankers and international business; there is a part of the old right, including those who voted for François Fillon, who prefer her ostentatious endorsement of “traditional values.”
There are many who, confused by the new political divide, will abstain. The smear campaign that will now be aimed at Macron — backed by Russian, alt-right and pro-Trump trolls — is going to be unparalleled in its viciousness. It may well put people off voting altogether.

Whatever the final result, Le Pen and her party will not go away. They stand for a set of feelings that are real, that exist in every Western country, and that are now best fought openly, point by point, argument by argument — for they pose a genuine and powerful threat to liberal democracy as we know it. Though the origins of the National Front are indeed fascist — its founders included Vichy sympathizers — it is no good dismissing her candidacy on those grounds. The task now, for Macron and those who will now imitate him, is to find solutions for the many people who reject his “open” politics and his centrist vision.
Security for the fearful; safety for those who feel threatened, whether by immigration or unemployment; dynamism for static economies. On Sunday night, Le Pen called on French “patriots” to support her in the second round. In response, Macron must now define new forms of patriotism, and new forms of solidarity, for those in France who want to remain French but embrace the world"


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: MACRON, ET NOTRE "MACRON"

Message  zobattants le 27/4/2017, 4:58 am

ndonzwau a écrit:Mon petit Stupid Bastard,

Kiekiekie, tanga nainu likasa oyo, ewuti epayi na bino, akomi oyo ngai nakomaki awa !  
Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing
Vous me direz que ce n’est que le « Washington Post » (centre gauche et même droit), n’importe on voit de suite que l’auteure a de la culture, ça tombe bien, mutu na mutu na ligablo na ye : c’est mon péché mignon !
De plus une étrangère Américaine qui elle, semble bien connaître la France...

Kiekiekie, balukaka makambo, bakozwa…
Lisez donc (parfois on dirait même qu'elle a copié sur moi  Laughing  Laughing )…


France’s election reveals a new political divide
° https://www.washingtonpost.com/news/global-opinions/wp/2017/04/23/frances-election-reveals-a-new-political-divide/?hpid=hp_no-name_opinion-card-d%3Ahomepage%2Fstory&utm_term=.287bf571ec66
 
Le Pen and Macron to face off in French election runoff
 
True to the spirit of 1789, the revolutionary French are a step ahead of everyone else. On Sunday, they became the first large Western country to ditch, in a major election, the center-right/center-left political-party structure that has dominated European politics since the Second World War. Neither Emmanuel Macron nor Marine Le Pen, the two candidates who emerged from the first round of voting for the French presidency, belongs to the old gauche or the old droite. Neither will have a major parliamentary party behind his or her program. Neither, as president, would represent a continuation of the status quo.

If the most important political divide, in France as almost everywhere else, was once over the size of the state, the new political divide is not really about economics at all. It is about different visions of the identity of France itself. Le Pen, best described as a national socialist, would like to take France out of international institutions, including both the European Union and NATO; block borders; curtail trade; and impose quasi-Marxist state-dominated economics. Her voters are pessimistic about the present and nostalgic for a different France. Her most important foreign ally is Vladimir Putin, whose money funded her campaign, but in recent days President Trump has made positive noises about her, too. Her party, the National Front, has been part of French politics for decades, and has been historically noisy in its opposition to immigration.

On the other side is Macron, whose brand-new movement, En Marche — the name means “forward” — represents the brand-new radical center. Macron rejects political branding: “Honesty compels me to say that I am not a socialist,” he has said, despite having served in a Socialist Party government. He embraces markets, but says he believes in “collective solidarity.” His voters are more optimistic about the future, they support the European Union, they embrace France’s integration with the rest of the continent and the world: “You are the new face of French hope,” Macron told them in his victory speech Sunday night. Though Macron favors strong external borders of the European Union, he expresses no special dislike of immigrants. The foreign politician he most resembles is the young Tony Blair, who also put together a centrist coalition, though it wasn’t called that at the time.

Opinions newsletter

In this sense, the second round of France’s election has a clear agenda: open vs. closed, integrationist vs. isolationist, future vs. past. Unlike her father, who won 18 percent in the second round of the presidential election in 2002, Marine Le Pen is expected to win more, maybe much more, in the May 7 runoff. Though she is far behind Macron right now, a fluke victory cannot be excluded. There is a part of the old left, including those who voted for the Trotskyist, Jean-Luc Mélenchon, who sympathize with her objections to trade, bankers and international business; there is a part of the old right, including those who voted for François Fillon, who prefer her ostentatious endorsement of “traditional values.”
There are many who, confused by the new political divide, will abstain. The smear campaign that will now be aimed at Macron — backed by Russian, alt-right and pro-Trump trolls — is going to be unparalleled in its viciousness. It may well put people off voting altogether.

Whatever the final result, Le Pen and her party will not go away. They stand for a set of feelings that are real, that exist in every Western country, and that are now best fought openly, point by point, argument by argument — for they pose a genuine and powerful threat to liberal democracy as we know it. Though the origins of the National Front are indeed fascist — its founders included Vichy sympathizers — it is no good dismissing her candidacy on those grounds. The task now, for Macron and those who will now imitate him, is to find solutions for the many people who reject his “open” politics and his centrist vision.
Security for the fearful; safety for those who feel threatened, whether by immigration or unemployment; dynamism for static economies. On Sunday night, Le Pen called on French “patriots” to support her in the second round. In response, Macron must now define new forms of patriotism, and new forms of solidarity, for those in France who want to remain French but embrace the world"


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Very Happy Very Happy

Revenir en haut Aller en bas

Re: MACRON, ET NOTRE "MACRON"

Message  ndonzwau le 29/4/2017, 4:53 pm

Je me permets un dernier commentaire bien factuel avant l’élection prochaine car personnellement je maintiens mon avis que ce n’est pas ici le lieu d’ergoter sur la politique française dans la mesure où elle est l’affaire des citoyens français et même leur politique étrangère qui nous intéresse est une matière souveraine qui leur donne tout le droit de la mener selon leurs intérêts…
Quant à spéculer comment cette dernière devrait être à notre avantage, je crains fort que comme ailleurs par exemple en Amérique, nous ayons quelque latitude à l’orienter sensiblement tant sauf bouleversement notoire comme un peu avec Trump, elle est tracée selon un plan qui varie peu !

Dans ce sens, seule peut-être l’arrivée éventuelle d’une M Le Pen peut nous préoccuper car son probable protectionnisme politique et économique fera que face à l’Afrique et au reste du monde la donne peut significativement changer !
Certains Africains fatigués de la « compromission » des habituels dirigeants occidentaux avec nos potentats y trouvent des raisons de l'« essayer », elle dont la sensibilité n'a jamais été au pouvoir ! A nos risques et périls d'autant que déjà l'extrême-droite ne cache ni son hostilité à l'émigration dans son pays ni son extrême sévérité envers tous les étrangers présents chez elle; en sera-t-elle plus critique envers les leaders autoritaires africains ? Rien n'est moins sûr !

A propos quelles sont les chances de gagner d'une M Le Pen ?
Elles ne sont pas hélas ou heureusement absentes quoi que certains l’écartent vu les schémas qui ont toujours prévalu en France d’un plafond de verre que l’extrême-droite n’a jamais fendu, la situation a beaucoup évolué en France ou en Occident...
Ce que 2002 avec un Chirac quasiment assuré à l’avance de gagner face à un JM Le Pen est différent de 2017 avec un Macron déjà candidat de rupture selon les habitudes d’une droite ou d’une gauche de gouvernement et par ailleurs pas autant capables d’un « front républicain » efficace  à l’encontre d’un ‘Front National’ moins antisémite et plus normalisé en la personne d’une M Le Pen qui s’est employée à avec un certain succès de dédiaboliser ainsi son parti…
Comme avec Trump et comme dans le Brexit, les sociétés occidentales acceptent davantage cette issue face à une mondialisation (ou une européanisation) pas toujours heureuse...

Encore plus déterminant à mon avis, on ne le dit pas assez, c’est qu’il y’a un courant extrême (gauche) à travers l’Europe qui insidieusement mais de façon bien réfléchie et programmatique, institutionnalise le « chaos » (voir le soubassement intellectuel derrière un ‘Podemos’ en Espagne ou ‘Siriza’ en Grèce) : quitte à reconstruire une « nouvelle société plus égalitaire » vaut mieux le « pourrissement » de l’actuelle, le bouleversement que créera forcément  l’arrivée d’une extrême-droite au pouvoir joue l'affaire…
Je crains d’ailleurs que derrière le silence d’un Mélenchon qui ne donne pas de consigne directe à voter contre Macron l’adversaire de M Le Pen (proclamer « voter contre elle plutôt que pour lui » n’est pas tout à fait la même chose qu’inviter à voter clairement pour lui), le même Mélenchon qui dans le passé avait choisi clairement de voter pour Chirac, le refus de l’extrême-droite alors brandi avec ferveur, ne soit pas seulement déçu personnellement mais nourrit ce calcul de manière réfléchie…

Au final, loin de là, Macron n’a peut-être pas encore gagné et une M Le Pen PR française n’est pas encore impossible : la campagne (de l’un ou de l’autre et donc leur différentiel à terme) sera déterminante sur le vote final...
Est-ce ce dernier scénario une rupture qui puisse bénéficier à l’Afrique quant à la politique étrangère française ? Pourquoi pas !



"RDC-Des Eurodéputés dénoncent…Les Délires de Kabila-Cenco Fiasco - Justine Kasa-Vubu explique"



"MPBTV Actualité 30.04.2017:Les Francais-Africains votent lepen..Kabila glisse seul.."
Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes



"Emmanuel Macron-Marine Lepen et l'Afrique ? Dr.Celestin Kibutu s'Exprime sur la Diaspora Cogolaise…"



"Marine Le Pen et l'Afrique"



"MARINE LE PEN AU TCHAD POUR LIBERER L'AFRIQUE PRISE EN OTAGE PAR LA FRANCE?"



"MACRON EST UN DANGER POUR TOUTE NOTRE FRANCE AINSI QUE DANS NOTRE CONTINENT L' AFRIQUE 14/04/2017 "
Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes



"Le Crépuscule du Franc CFA et de l'imposture Rotschild en Afrique francophone"



"LE CHÉ AFRICAIN FRANÇAIS AINSI QUE KEVINE POINTE DE DOIGT LE CAC 40 DES MULTINATIONALES 666 TOUS DES "
Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing





Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: MACRON, ET NOTRE "MACRON"

Message  ndonzwau le 1/5/2017, 2:32 am

PS

Macron, M Le Pen et l’Afrique ?

Quels sont et que valent leurs projets pour l’Afrique ? Qui a la faveur des dirigeants africains (ou pour tel ou tel autre d’entre eux) et pour qui « votent » les Africains sur le continent et pour qui majoritairement sa diaspora notamment celle de France (et de l’Europe) ?
Et au-delà peut-on logiquement imputer à ce stade bénéfices ou désavantages au programme de l'un ou de l'autre ou serait-il plus prudent de voir le gagnant à l'oeuvre pour en juger plus justement ?
Enfin si la relative rupture de l'un et de l'autre (ni gauche ni droite, un Macron 'nouveau', une M Le Pen 'extrême-droite' jamais été au pouvoir) permettait en fait tous les espoirs (ou les périls), les divers scénarios sur la table que seuls les Africains seraient capables de bonifier enfin (s'ils s'en donnent les moyens) ?
Quelques dépêches en parlent :


"LE DÉBAT AFRICAIN
Présidentielles françaises: vote et représentation de la diaspora africaine

° http://www.rfi.fr/emission/20170430-presidentielles-francaises-vote-representation-diaspora-africaine
Jusque-là discrète, voire absente de l'échiquier politique national, elle semble désormais avoir décidé de se faire entendre, de participer de façon plus active à la vie de la cité. Comment vote la diaspora africaine de France, et quel est son poids électoral ?(...)"

"Présidentielle 2017: Marine Le Pen, Emmanuel Macron et l’Afrique"
° http://www.rfi.fr/afrique/20170424-france-presidentielle-2017-marine-pen-macron-afrique-front-national
En France, Emmanuel Macron et Marine Le Pen se sont qualifiés pour le second tour de l’élection présidentielle, le 7 mai prochain. L'occasion d'évoquer leurs visions de l'Afrique. Le Front national de Marine Le Pen, dénoncé comme un parti xénophobe et raciste, peu destiné, a priori, à entretenir des bonnes relations avec le continent, tente depuis quelques années de changer son image. De son côté, Emmanuel Macron prône un partenariat renouvelé avec les pays africains.

  • Le Front national, incompatible avec l'Afrique ?

La dédiabolisation du FN passe aussi par l'Afrique. Longtemps rejeté par le continent et ses dirigeants, le parti d'extrême droite tente, depuis plusieurs années, de casser son image négative. Il s'est entouré de connaisseurs et a noué des contacts avec la diaspora mais son plus beau coup, reste sans doute la rencontre entre Marine Le Pen et le président tchadien, Idriss Déby, en mars dernier. Une première.

Pourtant, tout semble opposer l'Afrique et le FN qui veut abolir la bi-nationalité pour les Africains, interdire la régularisation des sans-papiers et mettre fin à l'école gratuite pour leurs enfants. Or, Marine Le Pen tente de séduire les dirigeants en flattant leur fibre nationaliste. Elle s'attaque régulièrement à ce qui menace, selon elle, leur souveraineté, citant le franc CFA, la Cour pénale internationale mais surtout la Françafrique qu'elle décrit comme des « réseaux de corruption criminels et néocolonialistes ».
Quant à son cheval de bataille - la lutte contre l'immigration - la candidate frontiste insiste sur le besoin de développement, « seul rempart contre les migrations massives et le terrorisme », dit-elle.

Elle s'engage à faire passer l'aide française à 0,7% du PIB. Les pays du Sahel - notamment le Mali - seront prioritaires pour des raisons de sécurité. Les forces françaises y resteront d'ailleurs déployées, « tant que nos partenaires le voudront », a expliqué la présidente du Front national.
Quant à son cheval de bataille - la lutte contre l'immigration - la candidate frontiste insiste sur le besoin de développement, « seul rempart contre les migrations massives et le terrorisme », dit-elle.
Elle s'engage à faire passer l'aide française à 0,7% du PIB. Les pays du Sahel - notamment le Mali - seront prioritaires pour des raisons de sécurité. Les forces françaises y resteront d'ailleurs déployées, « tant que nos partenaires le voudront », a expliqué la présidente du Front national.


  • L'Afrique en marche de Macron

Emmanuel Macron a certes déclaré en Algérie que la colonisation avait été un crime contre l'humanité. Mais s'il est élu le 7 mai prochain, quelle sera sa politique africaine ?
Pour Macron, l'Afrique est en marche. Le peut-être futur jeune président français veut écrire une nouvelle page des relations franco-africaines. Et ce partenariat renouvelé passe d'abord par l'Europe. L'Europe et le continent doivent prospérer ensemble. Fini le misérabilisme, il faut s'appuyer sur les étudiants et les chefs d'entreprises, notamment en facilitant leur circulation.

Les priorités sont claires : la sécurité et la lutte contre le terrorisme. Pas question de désengagement de la France. Mais aussi la lutte contre le changement climatique, les droits des femmes, l'éducation et la formation, les infrastructures et le secteur privé.
Bruxelles est un levier et Paris de son côté doit reconquérir sa place dans les cœurs et sur les grandes places économiques africaines. Donc, voir grand, avec, prône Emmanuel Macron, la mise en place d'un partenariat stratégique entre l'Union européenne et l'Union africaine pour sortir des logiques de charité et de clientélisme.
Au niveau national, l'ambition est de créer un conseil présidentiel pour l'Afrique qui devra réunir des personnalités africaines et françaises pour inspirer la politique africaine de Paris. Là aussi, réformer mais sans bousculer.
Si Emmanuel Macron est élu, il devrait très vite se rendre sur le continent. Et son premier voyage pourrait être le Maroc."


"Présidentielle française : Macron, Le Pen et l’Afrique"
° http://www.jeuneafrique.com/videos/432921/pr-sidentielle-fran-aise-emmanuel-macron-marine-le-pen-et-l-afrique

"Présidentielle française : Macron ou Le Pen, qui pour sauver l’Afrique ?"
° http://www.afrique-sur7.fr/52207/presidentielle-francaise-macron-pen-sauver-lafrique/
Emmanuel Macron et Marine Le Pen sont les deux candidats qui sont arrivés en tête à la présidentielle française. Aussi, les Africains se posent la question de savoir qui des deux personnalités pourra véritablement sauver l’Afrique, une fois élu ?

Macron, Le Pen et la liberté de l’Afrique

Emmanuel Macron, 39 ans, est arrivé en tête du scrutin présidentiel de ce dimanche, avec 23,86% des suffrages exprimés. Il est suivi par Marine Le Pen, 48 ans, qui totalise un score inédit de 21,43% des voix. La candidate de l’extrême-droite comme le candidat centriste sont deux personnalités atypiques qui apparaissent comme anti-système. En effet, la leader du Front national (FN) prône un nationalisme radical et envisage également de quitter l’euro et l’Union européenne, dès qu’elle accède à l’Élysée. Elle évoque par ailleurs la mort de la France-Afrique qui est pour elle un système d’infantilisation de l’Afrique. Cela va sans dire que les attributs de ce système colonial, dont le franc CFA est le grand symbole, disparaitront. Par conséquent, la chasse aux sans-papiers africains pourrait être l’un de ses sports favoris lors de son quinquennat.

Il y a de l’autre côté, Emmanuel Macron, le candidat d’En Marche. Ancien ministre de l’Économie de François Hollande, le centriste se présente comme une personnalité iconoclaste désirant rompre avec le passé. Pour lui, l’échec conjoint de la gauche et de la droite depuis l’avènement de la Ve République est le signe évocateur d’une volonté des Français de tourner le dos au passé. Il se veut donc « le président des patriotes face à la menace des nationalistes ». C’est en cela qu’il a reçu le soutien expressément exprimé de ses adversaires François Fillon et Benoit Hamon. Mais faute d’implantation nationale, il pourrait se voir imposer une cohabitation lors de son quinquennat, après des législatives. En pareille occurrence, les liens multiséculaires qui lient la France à l’Afrique ne pourraient être rompus de si tôt.

Au vu de ces deux tableaux, les Africains balancent entre une Marine Le Pen prête à leur fermer les portes de l’Hexagone, à les rapatrier au besoin, mais qui prend également l’engagement de ne protéger aucun dictateur africain, de supprimer toutes les bases militaires françaises installées en Afrique, et un Emmanuel Macron qui pourrait poursuivre la « coopération franco-africaine » dont on a déjà vu les résultats. Cependant, le candidat d’En Marche! tente de rassurer les plus sceptiques : « Je tiens à agir dans la transparence, loin des réseaux de connivence franco-africains et des influences affairistes encore trop présentes. »

Le fait de mettre l’Afrique face à ses responsabilités n’est-il pas le moyen pour les enfants de ce continent de se prendre effectivement en charge ? Quoi qu’il en soit, l’élection présidentielle en France n’intéresse que les Français. Que ce soit Le Pen ou Macron, il appartiendra, en dernier ressort, aux Africains de s’affranchir eux-mêmes. Contre vents et marées bien entendu."



"Présidentielle française : Macron, Le Pen et l’Afrique"
° http://www.lemonde.fr/afrique/live/2017/04/24/afrique-du-sud-algerie-senegal-suivez-l-actualite-africaine-du-24-avril_5116418_3212.html
° http://www.lemonde.fr/afrique/live/2017/04/25/le-pen-face-a-macron-au-second-tour-de-la-presidentielle-rdc-algerie-suivez-en-direct-l-actualite-africaine_5117023_3212.html


"Présidentielle. Macron - Le Pen : quels projets sur la scène internationale ?"
° http://www.courrierinternational.com/video/presidentielle-macron-le-pen-quels-projets-sur-la-scene-internationale

"REVUE DE PRESSE AFRIQUE
A la Une: la présidentielle en France vue du continent "

° http://www.rfi.fr/emission/20170424-presidentielle-france-vue-continent-afrique-macron-marine-le-pen-burkina-faso-rdc
Beaucoup de réactions ce matin dans la médiasphère africaine après le premier tour de l’élection présidentielle française hier.

« Les prévisions sondagières ne s’étant pas trompées cette fois, Emmanuel Macron, d’En Marche! et Marine Le Pen, du Front national, arrivent logiquement en tête, constate tout d’abord Ledjely.com en Guinée. La dynamique positive de fin de campagne de Jean-Luc Mélenchon n’a donc pas suffi à qualifier le candidat de la France insoumise au second tour. Quant aux candidats des partis traditionnels que sont François Fillon (LR) et Benoit Hamon (PS), ils sont tout simplement disqualifiés, relève encore le site guinéen. Ce dernier en particulier, avec seulement 6 % des suffrages, semble avoir surtout souffert du bilan désastreux de François Hollande. François Fillon, de son côté, pressenti comme très probable occupant du palais de l’Elysée au sortir des primaires de la droite et du centre, incarne désormais une historique absence de son camp politique au second tour. Le paysage politique français entre donc dans une phase de recomposition dont le système classique devrait tirer toutes les leçons. »

« La France à la recherche de nouvelles valeurs », s’exclame La Nouvelle Tribune au Bénin. « Avec cette élection, on peut dire que c’est le renouvellement de la classe politique qui a commencé, précise le quotidien béninois. Les grands partis qui ont eu une position hégémonique sur l’échiquier politique français se voient dorénavant complètement caducs, incapables de féconder, d’emballer le grand monde. La France d’antan est en train de disparaître au profit d’une nouvelle, qui a fait le choix d’entendre autre chose que les discours ampoulés de politiciens déphasés, de tenter autre chose que le maintien d’un système dormant et stagnant, qui tourne dans le vide, annihile tout espoir et n’apporte aucune amélioration à l’existence des français. »

Macron, ce héraut…

Alors désormais, pointe Walfadjri à Dakar, « le candidat d’En Marche ! fait figure d’ultra favori au second tour. Avec 23,7 %, Emmanuel Macron qui était presque inconnu, il y a quelques mois du paysage politique français, est sur le point de devenir le futur président de la République française. En tout cas, il semble avoir toutes les cartes en main pour être la personnalité qui va succéder, à l’Elysée, au président François Hollande. »
« A Macron bien né, l’Elysée n’attend point le nombre des années », ironise Wakat Séra au Burkina. « Sauf cataclysme, le candidat d’En Marche ! crédité au premier tour de 23,29% des suffrages, sera le prochain locataire de l’Elysée. Pourtant inconnu au bataillon il y a encore trois ans, l’ancien ministre de l’Economie de François Hollande a su tisser sa toile à une vitesse grand V, mettant surtout en exergue, la soif de changement des Français. »
Aujourd’hui, toujours au Burkina, « l’Afrique vote les yeux fermés le héraut d’En Marche ! (…) qui incarne l’ouverture, la possibilité d’un changement de rapport et une certaine fraicheur qui rassure. (…) Emmanuel Macron va inspirer de nombreuses démocraties africaines. En cela, il est le candidat naturel du continent noir. »

Bonnet blanc, blanc bonnet ?

Non, répond L’Observateur Paalga  qui, lui, affirme sa préférence pour Marine Le Pen… « Elle est xénophobe et après ?, s’exclame le quotidien ouagalais. Pourquoi doit-on pousser des cris d’orfraie, s’effaroucher du fait qu’elle ait des préférences nationales quand, au même moment sur le continent africain, des barrières artificielles sont dressées entre les peuples ; qu’en Afrique centrale, il faut un visa pour aller d’un pays à l’autre et que, à intervalles réguliers, des Noirs sont pourchassés, maltraités, tués ou expulsés par leurs frères noirs en Afrique du Sud, en Libye, en Algérie ou encore au Nigeria et en Côte d’Ivoire ? Et puis, entre nous, poursuit L’Observateur, si elle devait s’installer rue du Faubourg-Saint-Honoré, la France de papa, ce serait vraiment fini et les négrillons seraient bien obligés de s’émanciper un peu plus au lieu de se retourner systématiquement vers l’ancienne métropole au moindre pépin. »

En fait, pour les Africains, c’est un peu bonnet blanc et blanc bonnet, estime Cas-Info  en RDC… « Emmanuel Macron et Marine Le Pen proposent tous deux une politique de l’immigration musclée : fin de la bi-nationalité pour les Africains, grosse menace sur les sans-papiers et le regroupement familial, pour Marine Le Pen. Avec des mots doux, mais sur la même lancée, Emmanuel Macron ne dit pas autre chose. »
Enfin, pour Le Pays au Burkina, cette présidentielle française doit être une source d’inspiration pour l’Afrique. « On espère bien que les pays africains atteindront un jour le niveau de démocratie que nous envions tous aujourd’hui et que les Français ont construit (…). Espérons que le second tour de cette présidentielle sera une autre source d’inspiration pour nos hommes politiques, afin qu’élections ne riment plus jamais avec violences et déchirure sociale (…). »"



"Macron - Le Pen : Pour quelle politique étrangère les Français vont-ils voter ?"
° http://elwatan.com/international/macron-le-pen-pour-quelle-politique-etrangere-les-francais-vont-ils-voter-28-04-2017-344154_112.php

"Macron et Le Pen en tête (7)-Des africains en France expriment leurs espoirs (Reportage)"
° http://www.afrikipresse.fr/international/macron-et-le-pen-en-tete-7-des-africains-en-france-expriment-leurs-espoirs-reportage
Les sondages ont prédit, les Français ont confirmé. Le premier tour des élections présidentielles en France a été enlevé par le duo, Macron-Marine. En obtenant 23,9% de vote, Emmanuel Macron est en tête devant Marine Le Pen (21,7%) au moment où nous mettions sous presse ces informations (22h). Pour la première fois dans l’histoire des élections en France, les deux grandes formations politiques (gauche et droite) sont éliminées dès le 1er tour.
(...)
Dans la foule, une poignée d’africain. « Ils sont tous allés au QG de Mélenchon », lance un jeune africain membre de la sécurité.
Nous quittons l’espace réservé à la presse pour nous fondre dans la foule.
« Personnellement, cela me fait plaisir qu’il gagne » dit Djibril, originaire de Bamako. Lorsque nous lui demandons pourquoi il a choisi d’être là ce soir, il répond : « Simplement parce que sa tête me plait ».
Sam K. Dibi est d’origine ivoirienne. Il vit en France depuis plus de 30 ans. Ce soir il est venu à la soirée électorale avec son fils, âgé de 19 ans. « J’ai voté Macron pour sa jeunesse, sa fraicheur et son programme » dit Sam K. Dibi avant de nous donner les autres raisons : « Pour l’instant son programme est dense et il n’a pas encore eu le temps véritablement de nous le déballer. C'est ce qu’il fera pour le 2e tour. Nous sommes là aussi pour lui donner des conseils par rapport à l’Afrique et à la coopération. Cette jeunesse nous permet de comprendre que le changement est possible».

Thomas est lui français d’origine congolaise ( Brazzaville) . Nous lui avons tendu également notre micro : « J’ai voté Macron parce que c’est le changement de la république. Les précédents ont tellement mal géré qu’il fallait tout remettre à plat. Il faut aussi noter que Macron n’est pas comme les autres qui sont allés en Afrique prendre nos richesses. Si je suis avec Macron, c’est pour sanctionner tous ceux qui sont allés piller la Côte d’ivoire, le Congo, la RDC, le Gabon et qui nous ont mis en retard. Et si on est beaucoup d’immigrés ici en France, c’est à cause d’eux. Mais j’ose croire et je suis persuadé que c’est  Emmanuel Macron qui changera les relations franco-africaines en notre faveur bien sûr ». 
Comme on le voit, le choix des africains de France est toujours guidé par le souci de voir les relations entre la France et les pays d’Afrique changer. 
Pendant la campagne, certains candidats tel que Jean-Luc Mélenchon avaient affiché clairement leur ambition de voir l’Afrique et la France dans un partenariat gagnant gagnant"


"Présidentielle française : le baromètre africain des candidats à l’Élysée"
° http://faceafrique.com/prsidentielle-franaise-le-baromtre-africain-des-candidats-lrsquolyse/
(...)
L’onglet « Baromètre » affiche les candidats en fonction de leur position sur les thèmes sélectionnés, sur une échelle élaborée par Jeune Afrique, du moins interventionniste au plus interventionniste par exemple. Vous pouvez ensuite cliquer sur les noms des candidats pour avoir des précisions sur leurs propositions.
(...)"


"L'activiste Franco-sénégalaise Rokhaya Diallo parle du rôle de l'Afrique dans la présidentielle française."
° http://www.bbc.com/afrique/monde-39684907

"France : « Emmanuel Macron a des idées extrêmement claires pour l’Afrique… » selon Lionel Zinsou"
° https://beninwebtv.com/2017/04/france-emmanuel-macron-a-idees-extremement-claires-lafrique-selon-lionel-zinsou/
"En Afrique Macron promet de rester « loin des réseaux de connivence »"
° http://www.seneweb.com/news/Politique/en-afrique-macron-promet-de-rester-laquo_n_214054.html
"L’impeccable leçon de Macron sur la colonisation"
° http://regardsurlafrique.com/limpeccable-lecon-de-macron-sur-la-colonisation/


"Présidentielle française : Ce que disent des africains pro- Marine Le Pen"
° http://afrique.niooz.fr/presidentielle-francaise-ce-que-disent-des-africains-pro-marine-le-pen-17726142.shtml

"Présidentielle française : Le Pen ou Macron pour zigouiller la Françafrique"
° http://news.alibreville.com/h/72329.html

° http://www.lopinion.fr/edition/international/fillon-macron-melenchon-qui-votent-ne-votent-pas-presidents-africains-124948
° http://afrique.latribune.fr/politique/leadership/2017-03-31/presidentielle-francaise-les-soutiens-africains-de-marine-le-pen.html
° https://www.facebook.com/macronemmanuel/?ref=nf


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: MACRON, ET NOTRE "MACRON"

Message  ndonzwau le 3/5/2017, 1:59 pm

"L’Afrique s’invite dans la campagne présidentielle
° http://www.france24.com/fr/20170502-journal-campagne-marine-le-pen-emmanuel-macron-afrique-lr-francois-baroin



Dans ce "Journal de campagne" du 2 mai, l'Afrique s'invite au cœur de l'élection présidentielle française. Marine Le Pen a participé à une réunion organisée par le collectif congolais "Les Africains" dans le 14e arrondissement de la capitale. Emmanuel Macron a quant à lui envoyé des membres de son équipe à la Bellevilloise dans le cadre d'une initiative lancée par le Collectif "Les Amis de l'Afrique".


Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: MACRON, ET NOTRE "MACRON"

Message  Troll le 3/5/2017, 7:32 pm

Shocked COMPARAISON ENTRE LA "CENCO" ET LA "CEF"

Bien que notre "MACRON" sera sans doute un candidat de la CENCO (car la Cenco penche plus vers l´opposition que la dictature Mad )..en France, on parle d´une faute morale de l´Eglise Catholique What a Face

Nous sommes très curieux de nature sur les absurdités et la politique en France..mais cette fois ici, la posture de la CEF (qui est l´équivalent de la Cenco Idea ) confirme que la grande Révolution en France n´a pas changée grand chose No


http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/05/03/la-faute-morale-de-l-eglise-de-france_5121531_3232.html What a Face

Même le Pape Rolling Eyes drunken se retrouve dans cette faute morale ]b]Le Pen est "catholique" tandis que Macron ne l´est pas[/b]

Ainsi, la CEF trouve du mal á faire voter Marcon contre une "catholique" dont les idées politiques conservatrices défendent la France "chrétienne" contre l´Islam ou le Judaisme..si pas les pratiques ésoteriques du genre Franc Macon

LA CENCO, PROGRESSISTE ?


Les évêques de la Cenco ne font pas mystère de leur choix..ce que pour la RDC qui doit absolument "ancrer" la démocratie, soutenir les élections, soutenir l´opposition et dire tout haut sa position politique sont des "gages" que la Cenco doit apporter pour garder la tête haute*

En France, l´extrême droite est "catholique" depuis toujours

Revenir en haut Aller en bas

Re: MACRON, ET NOTRE "MACRON"

Message  ndonzwau le 6/5/2017, 4:17 am

Un commentaire venu du Congo ! Un souhait qui peut paraître 'naïf' mais ce n’est qu’un Congolais, il est plutôt de ‘bon sens’ ! C’est déjà ça !

" MACRON OU LE PEN , POURVU QUE MEURE LA FRANÇAFRIQUE !"
° http://www.forumdesas.org/spip.php?article11467
Un zeste de politique hexagonale. Comment s’en priver à deux jours du second tour de la présidentielle française ? Une élection qui intéresse, certes, d’abord les Français. Une consultation qui ne sera pas tout de même pas sans conséquence sur l’Afrique.

Pas besoin de revenir en long et en large sur le poids international de Paris. La France faisant partie de cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations-Unies. L’Hexagone figurant parmi les six premières économies du monde.
De tous les pays européens, la France étant avec la Grande-Bretagne le pays le plus lié à l’Afrique. Histoire coloniale et postcoloniale oblige. La France, ce pays du Nord qui partage sa langue avec nombre de pays africains, dont la RDC. L’Hexagone étant l’un des pays européens qui compte un nombre important d’Africains .Tout cela mis ensemble fait que les Africains suivent avec un intérêt certain l’élection présidentielle française.

Alors Macron ou Le Pen, l’Afrique attend de savoir qui succédera à François Hollande. Le Continent serait surtout intéressé de savoir si le futur ou la future président(e) va effectivement rompre avec la fameuse françafrique.
Cette politique ou diplomatie parallèle, faite de "réseaux héritée de la Guerre froide qui voit Paris se comporter dans certains pays africains comme dans ses arrière-cours. Ce, notamment en y faisant et défaisant les dirigeants au gré des intérêts français.
L’expédition punitive contre Kadhafi, le règlement militaire du cas Gbagbo au crépuscule du mandat Sarkozy ; les leçons de démocratie à géométrie variable sous Hollande… Même si on peut faire crédit au Président "socialiste " français d’avoir stoppé l’avancée du radicalisme islamiste au Mali. Là aussi, une des conséquences de l’intervention dépourvue de service après -vente en Libye.

Bref, plus de cinquante ans après les indépendances, l’Afrique entend développer des relations adultes avec le reste du monde, dont la France. Président en exercice de l’Union africaine, Alpha Condé a bien transmis ce message-là à « son camarade socialiste » François Hollande.
José NAWEJ



Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: MACRON, ET NOTRE "MACRON"

Message  Troll le 7/5/2017, 10:38 pm

silent ET VOICI LE MONARQUE "PRESIDENTIEL" pale


rabbit Cette parole est de Melenchon bounce leader de la France Insoumise jocolor jocolor Dans d´autres démocraties en Occident, dès ce soir les électeurs allaient savoir avec precision quelle "proposition", quel sunny "choix politique" sunny ils ont votés elephant

La France avec la Constitution héritée de De Gaule...continue á être une "monarchie présidentielle" queen les électeurs dans ce pays doivent voter "deux fois" study cherry Ils ont votés pour Macron comme "président" et doivent voter une seconde fois pour élire une majorité au Parlement qui va designer le Premier Ministre albino

Et pourtant, les choses seraient si facile s´il ne fallait qu´élire une "majorité" sur base d´un programme politique sunny et ensuite cette majorité va designer un "Premier Ministre" chargé d´executer le programme que les électeurs ont choisie...via les élections sunny


La Constitution de De Gaule...c´est le vrai problème en France...et chez nous en RDC où nous avons copiés cette approche d´un "président monarque"Sleep

Donc, mister Macron...attendez la seconde élection:joker: jocolor pour voir si vous allez "enfin" faire imploser les vieux partis politiques..ou mieux:joker: faire comme en RFA oú Merkel avec une alliance "Gauche-Droite" fait de ce pays la première puissance de l´UE:study:

Revenir en haut Aller en bas

Re: MACRON, ET NOTRE "MACRON"

Message  Troll le 7/5/2017, 10:45 pm

Idea Idea LA PYRAMIDE, TOUT UN SYMBOLE Question


C´est si rare en France de voir une celebration nationale se deroule juste devant la Pyramide Wink un quartie que Troll frequente á chaque visite á Paris Like a Star @ heaven

Cette pyramide, tout un symbole...que Macron est entrain de lancer comme indication de son "pouvoir" Question Like a Star @ heaven

Revenir en haut Aller en bas

Re: MACRON, ET NOTRE "MACRON"

Message  ndonzwau le 8/5/2017, 5:37 am

Macron élu, c’est peut-être le moment de jeter un projecteur sur l’autre face de l’élection présidentielle française, la « montée de l’extrême droite en France et partout en Occident, je veux désigner les partis populistes nationalistes aujourd’hui en hausse en Occident ! Quel enseignement pour l’Afrique !

A des degrés divers selon les pays, la frange politique « nationaliste » volontiers xénophobe (d’abord « l’extrême-droite ») a fait une percée inédite en Occident, de Marseille à Reykjavik, de Los Angeles à Vladivostok, les Occidentaux fragilisés en cette ère de mondialisation se réfugient en un protectionnisme voulu salvateur…
L’épisode français en cours (la percée de Le Pen et son Front National) confirme cette réalité… Elle met ainsi au jour une nouvelle fracture interne, non plus celle traditionnelle entre ‘droite conservatrice’ rivée à sa rente et gauche ‘progressiste’ soucieuse de justice sociale mais entre fermeture ‘nationaliste’ et ouverture mondialisée, entre M Le Pen et Macron !
C’est un défi occidental inédit illustré notamment par l’arrivée de Trump, par le Brexit et par la montée de ‘partis populistes souverainistes’ un peu partout en Europe ! Mais quel avenir cela nous dessine-t-il lorsqu’on sait que le « Tiers-Monde » n’hésite plus d’« envahir l’Occident, les migrants déstabilisés par la misère et l’insécurité chez eux viennent chercher le bonheur en Occident tandis que celui-ci n’en continue pas moins d’exploiter les matières premières du Tiers-Monde ?

Paradoxalement cet Occident qui veut se protéger des ‘migrants venus du Tiers-Monde’ est le même qui prône le libre-échange, le capitalisme et parfois même l’ultra-libéralisme bâti sur la circulation libre des biens et ni l’alter-mondialisme qui promeut des solutions plus généreuses et plus écologiques ni les gauches ‘internationalistes’ rêvant des luttes prolétariennes n’ont donné des solutions à ce dilemme…
Il reste alors que seule la prise de conscience chez les ‘faibles’ que leur avenir leur appartient et que c’est à eux-mêmes de construire des Etats et des sociétés viables pour faire face au ‘protectionnisme occidental’qui à son tour aura besoin de négocier avec eux…

Alors plutôt que de spéculer ou de fantasmer sur le bénéfice qu’apporterait à l’Afrique l’extrême droite protectionniste occidentale qui ne cessera pas de rechercher ses intérêts dans nos pays et ne remplacera pas nos potentats de la Françafrique à notre place, les Africains qui tantôt appellent à voter pour Trump tantôt pour M Le Pen seraient mieux avisés de se donner les moyens de les chasser eux-mêmes…


Quant à Macron
, c’est d’abord aux Français de s’occuper de son mandat, c’est un problème franco-français et européen pas vraiment africain !
S’il gère mieux son pays peut-être la fin de la Françafrique comme le souhaite l’éditorialiste de Forum des As trouvera quelque solution mais ne rêvons pas trop, c’est un fléau néocolonialiste qui gardera encore longtemps ses relents, seule, disais-je, notre bonne gouvernance y apportera des solutions décisives dans la mesure où elle tempèrera à terme notre dépendance que le nouveau nationalisme occidental n’abolira pas en lui-même…


Une précision pas inutile : le Louvre à Paris avant l’érection toute récente de la Pyramide sur son site (initiée par Mitterrand dès son arrivée et bâtie de 1985 à 1989) était le siège du Ministère de l’Economie et bien avant encore c’était un palais royal, le Palais du Louvre ! Le choisir aujourd’hui comme symbole pour son entrée en présidence fait donc appel aussi à un passé séculaire de la France  et pas seulement en raison de la présence de la Pyramide !
C'est aussi un Musée d'art très célèbre
La Pyramide a fourni sans doute au ‘frère(!?) Macron des références ’personnelles’ mais le ‘Louvre’ en tant que tel une ‘communion’ historique avec sa France ! Le Palais du Louvre reste le symbole séculaire par excellence de l'autorité en France, l'Elysée, résidence du Président, est récent et plus intime !

Macron n’a d’ailleurs fait que renouveler l’entrée solennelle de Mitterrand (président nourri de culture historique) le jour de son élection le 11 mai 1981 qui lui, avait ‘marché’ exactement comme Macron mais devant le Panthéon, la rose (symbole du socialisme français) à la main !
Quant au Président français, bien sûr que c’est un « monarque républicain » et depuis plus d’un siècle les « Républiques » successives en France depuis qu’elles existent s’appliquent à s’éloigner de sa dimension « monarque » en même temps que personne ne veut et ne peut complètement l’abolir de crainte d’abimer l’image majestueuse (dynastique) consubstantielle à la France, les « gauches progressistes » (à l’image des saillies d’un Mélenchon) un peu plus, les droites conservatrices un peu moins…
C’est d’ailleurs là un témoignage de la vitalité démocratique !


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: MACRON, ET NOTRE "MACRON"

Message  El-Shaman le 8/5/2017, 12:39 pm

Troll a écrit:Idea Idea LA PYRAMIDE, TOUT UN SYMBOLE  Question


C´est si rare en France de voir une celebration nationale se deroule juste devant la Pyramide Wink  un quartie que Troll frequente á chaque visite á Paris Like a Star @ heaven

Cette pyramide, tout un symbole...que Macron est entrain de lancer comme indication de son "pouvoir" Question Like a Star @ heaven


Après les résultats de l'élection présidentielle 2017, les complotistes paniquent en voyant Macron devant la pyramide du Louvre
Maxime Bourdeau,Le Huffington Post il y a 6 heures


PRÉSIDENTIELLE 2017 - Il y a d'abord eu la marée de drapeaux tricolores, puis la lente arrivée solennelle au son de l'hymne européen et Emmanuel Macron est monté sur l'esplanade du musée du Louvre face à des dizaines de milliers de militants et dos à la célèbre pyramide du musée.

Alors qu'il se lançait d'une voix vibrante et presque cassée dans son discours de victoire à la présidentielle ce dimanche 7 mai, le président élu de 39 ans est apparu sur les télévisions avec la structure de verre qui l'encadrait. Conçue par l'architecte Ieoh Ming Pei à la demande de François Mitterrand en juillet 1983, la pyramide trône au milieu du plus grand musée du monde, tout un symbole de modernité donc.

Mais pas seulement. Comme s'en sont amusés les internautes dans la soirée, la figure géométrique est aussi l'un des emblèmes des Illuminati, cette société secrète qui aurait infiltré gouvernements et grandes entreprises pour diriger le monde à l'insu de tous, selon les amateurs de théories du complot.

Voir Macron devant une pyramide, surmontée d'une lumière semblable à l'œil qui surplombe la pyramide soi-disant illuminati, avait donc de quoi réveiller les pires peurs des complotistes, comme se sont moqués de nombreux utilisateurs de Twitter alors que d'autres semblaient y croire:

https://fr.yahoo.com/news/apr%C3%A8s-r%C3%A9sultats-l-apos-%C3%A9lection-025800068.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: MACRON, ET NOTRE "MACRON"

Message  Troll le 8/5/2017, 1:39 pm

El Shaman

C´est la lecture "indépendante" qui fait le plaisir de frequenter ce site

sunny F Mitterand son dernier voyage avant sa mort était en Egypte où il est allé visiter les Pyramides
Hasard ? albino quelques mois après son voyage, F Mitterand est mort farao farao farao

La Pyramide au Louvre study Tout un symbole face au Front National qui semble-t-il lutte pour la "France" sans se rendre compte combien ce pays doit aux autres civilisations ésoteriques non-occidentales sunny


Quel est le message de Macron en faisant le choix du Louvre avec la Pyramide construite par un architecte "chinois" comme "backgrund" farao farao

Augmentez vos connaissances study

Revenir en haut Aller en bas

Re: MACRON, ET NOTRE "MACRON"

Message  Troll le 8/5/2017, 1:41 pm

Like a Star @ heaven No

http://www.slate.fr/story/127766/islande-front-national pale silent confused

Revenir en haut Aller en bas

Re: MACRON, ET NOTRE "MACRON"

Message  Imperium le 8/5/2017, 4:20 pm


QUAND UNE VIEILLE FEMME EPOUSE UN JEUNE HOMME ON APPELLE CA COMMENT CHEZ-VOUS?
ICI, QUAND UN VIEUX HOMME EPOUSE UNE JEUNE FILLE ON APPELLE CA PEDOPHILIE. C'EST PUNISABLE PAR LA LOI.

Revenir en haut Aller en bas

Re: MACRON, ET NOTRE "MACRON"

Message  Admin le 8/5/2017, 4:51 pm

Bon sans surprise, la France a barré la route à l’extrême droite.
avatar
Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: MACRON, ET NOTRE "MACRON"

Message  ndonzwau le 9/5/2017, 5:41 am

Laissons volontiers de côté les spéculations, les fantasmes et pourquoi pas les réalités sur Macron au Louvre ou devant la Pyramide aux « complotistes de service résignés à cette tâche par leur impuissance» et aux « ésotériques invétérés pour qui la réalité n’en est pas sauf la leur » tant la vie d’un citoyen lambda de ce monde n’a pas toujours besoin de ses vues pour chercher son meilleur même si ce monde obéit sans doute à des ‘impondérables’ qui nous échappent mais dont les ‘religions’ ou le ‘cosmos’ bien ressenti donnent explication et assurance acceptables à celui qui les écoute…

Dans le cas de Macron la « mise en scène » qui sied à toute bonne investiture solennelle et le(s) symbole(s) qu’on y associe ont produit de la matière historique sur laquelle les Français (et d’autres spectateurs étrangers) se créeront leurs mythes, il en a toujours été ainsi de par le monde et dans l’histoire des figures historiques, ‘totémiques’ de chaque pays, de chaque ‘civilisation’, de chaque ‘mythe’ humain !
Osons espérer pour lui que dans 5 ans, dans 10 ans, on parlera dans les chaumières françaises de son passage comme d’un De Gaulle, comme d’un Mitterrand…

Revenons au phénomène du « populisme nationaliste occidental » dont je parlais ci-dessus !
Notre ami Troll nous a renvoyé à un lien que je me permets de transcrire in extenso !
Lisez-le, il complète quelque part ma tentative de speech dans la mesure où ce chercheur ébauche un état de lieu occidental plus exhaustif qui nous éclaire davantage sur la situation que nous « immigrés » vivons dans nos pays d’adoption ! Certes la petite Islande excentrée mi-heureuse mi-insatisfaite n’est pas l’archétype des besoins et des peurs européens mais à travers on peut lire les risques ou le présent insatisfait des Européens !


"L'Islande, ce pays où le Front national ne gagne pas"
° http://www.slate.fr/story/127766/islande-front-national
Si les résultats des élections islandaises de samedi étaient très suivies à l'étranger en raison du parti pirate, ils ont également confirmé la place à part de l'Islande au sein des pays nordiques tant l'extrême droite y brille par son absence.


Le président islandais Guðni Jóhannesson et sa femme Eliza Reid à Reykjavik, le 1er août 2016 | Haraldur Gudjonsson / AFP

En Suède avec les Démocrates suédois, en Norvège avec le Parti du progrès, au Danemark avec le Parti populaire, l'extrême droite et la droite populiste inondent peu à peu l'Europe du nord, obtenant sans cesse de nouveaux sièges dans les parlements nationaux et décrochant à chaque élection de nouveaux ministères.
Si ces partis connaissent des parcours différents et des vues divergentes sur le rôle de l'État-providence, force est de constater que leur dénominateur commun reste un rejet massif de l'immigration, de l'accueil de réfugiés et de l'islam, les trois thèmes se mêlant allégrement au sein de discours politiques xénophobes et islamophobes. La mise en scène du choc des cultures est particulièrement présente, opposant aux barbares violents et sexistes venus de l'étranger l'exceptionnalité de la démocratie scandinave, considérée comme l'unique rempart de la paix sociale, des droits des femmes et des LGBT. Il s'agit d'une stratégie particulièrement efficace dont s'est également inspirée l'extrême droite française.

Mais l'Islande, encore une fois, semble ici faire figure à part. L'île compte bien un parti d'extrême droite, le Front national islandais (Íslenska þjóðfylkingin) mais si celui-ci a réussi à se présenter dans deux circonscriptions aux élections législatives du 29 octobre, il n'a obtenu aucun député et seulement 303 votes en sa faveur dans tout le pays, soit moins de 0,2% du corps électoral islandais. Ce parti, qui lutte activement contre la construction de mosquées dans le pays, le port de la burqa et pour la sortie du pays de l'espace Schengen, reste incapable de percer politiquement malgré un scrutin à la proportionnelle particulièrement favorable aux petites structures. Pourquoi? Faut-il encore hisser l'Islande au rang d'utopie nordique, où ses habitants seraient plus ouverts, plus tolérants, moins obsédés par les questions d'identité nationale?

Comme d'habitude le cas islandais met à l'épreuve nos préjugés, et nous aurions tort de faire de ce pays le réceptacle de nos fantasmes politiques. Surtout après des élections qui, une fois de plus, ont fait la démonstration d'un malentendu évident entre les attentes internationales et la réalité locale. Tout le monde a en effet vu le parti pirate l'emporter, or celui-ci a obtenu dix sièges, pas exactement la percée espérée.
Malgré sa faible population, les dynamiques politiques islandaises restent tout aussi complexes et difficiles à saisir que dans n'importe quel autre pays, et elles trouvent leurs sources dans une multitude de causes. Ainsi l'absence d'une extrême droite puissante en Islande ne peut pas s'expliquer de façon monolithique et tire ses racines à la fois dans l'histoire, l'économie et les enjeux sociaux d'un pays longtemps resté en marge de l'Europe. À noter que l'île est depuis pleinement intégrée au processus de mondialisation, et accueille des migrants dans des proportions comparables aux autres pays européens, ainsi l'Islande compte déjà près de 10% d'immigrés sur son sol, un chiffre comparable à celui de la France ou du Danemark par exemple. Si l'accueil des réfugiés et des demandeurs d'asile reste une source de tension politique, la majorité des Islandais ne demande pas de politique gouvernementale plus stricte à leur égard, au contraire.

L'économie n'est pas l'explication

Alors que le pays a traversé la pire crise économique de son histoire en 2008, combiné à un effondrement de sa monnaie et à une explosion du chômage, cette situation n'a pas provoqué de fort ressentiment contre les migrants. La crise, son cortège de manifestations et la démission du gouvernement ont avant tout ouvert le débat médiatique sur la corruption des élites, la faiblesse de l'économie islandaise et le besoin d'exemplarité politique. Autrement dit, pour reprendre les mots de Virginie Despentes à propos de l'Espagne, face à la crise, les Islandais n'étaient pas convaincus que leur voisine voilée soit leur problème numéro un. Ce sont les politiques et leur gestion du pays qui ont été pointés du doigt et qui ont abouti pour la première fois à l'arrivée au pouvoir d'une coalition de gauche, avant que celle-ci ne soit à nouveau défaite en 2013 par le retour de la droite conservatrice aux affaires.
L'Islande a su depuis se relever économiquement, renouant avec la croissance économique et  un chômage à 3%, ce qui d'ailleurs n'a pas été sans sacrifices en terme de droits des travailleurs et de niveau de vie. On pourrait alors rétorquer que c'est désormais cette bonne santé économique qui expliquerait la faiblesse du discours politique xénophobe. Mais ici encore des indicateurs au vert ne sont pas suffisants, la Norvège obtient des scores économiques similaires et compte désormais des membres de la droite radicale dans son gouvernement... Autrement dit, pour le cas islandais la situation économique reste un facteur explicatif peu concluant.

Une ancienne colonie et un nationalisme puissant

C'est davantage sur le plan historique que l'on peut obtenir des premières pistes. Société aux marges de l'Europe, l'Islande reste une possession danoise jusqu'à son indépendance en 1944. Pays pauvre, isolé, on quitte davantage l'île qu'on ne vient s'y installer, la population islandaise migre au Canada, en Norvège, au Royaume-Uni pour trouver du travail, notamment dans l'industrie de la pêche. Il faut attendre le développement économique du pays et les années 90 pour que l'Islande devienne enfin un pays d'accueil. Difficile ici de ne pas faire de parallèle avec le Portugal ou l'Espagne, qui constituent aussi des terres d'immigration récentes et ne considèrent pas les étrangers comme une menace.
Ce passé d'ancienne colonie a aussi contribué à forger un nationalisme virulent, mais celui-ci tend plutôt à se diriger contre de grandes puissances étrangères comme le Royaume-Uni, l'Europe ou les États-Unis. Il se traduit aussi par la mise en scène fréquente de l'exemplarité et la singularité du pays, jeu auquel se laisse souvent prendre la presse internationale. La population islandaise reste particulièrement attachée à son indépendance et se méfie de l'intrusion de toute puissance étrangère dans ses affaires internes, comme en témoignent par exemple les débats permanents sur l'adhésion à l'UEqui divise profondément le paysage politique islandais.

Ces éruptions de fierté nationale étaient observables aussi lors du référendum pour la proposition de remboursement de la dette de la banque IceSave en 2011. Les électeurs islandais avaient refusé à 60% le plan proposé par leur gouvernement pour rembourser ses actionnaires britanniques et néerlandais. Un tel résultat est venu nourrir l'image du petit pays résistant fièrement à l'arbitraire de la finance internationale.

Racisme et islamophobie sans porte-voix

Doit-on en déduire pour autant que le racisme et l'islamophobie sont absents de la société islandaise? Non, certainement pas. Les réflexions et les clichés perdurent, et ont également des conséquences politiques concrètes, comme à travers la Direction de l'immigration, qui s'occupe des étrangers hors-Schengen et reste connue pour sa sévérité et sa propension à refuser les demandes d'asile. Le parti de l'Indépendance (droite conservatrice), s'est aussi illustré ces derniers temps par la photo devenue virale de l'une de ses députées où celle-ci donne le sein en pleine séance à l'Assemblée. Vue comme une preuve de la modernité islandaise, les médias internationaux se sont bien gardés de signaler que cette élue venait aussi défendre un projet de loi particulièrement sévère vis-à-vis des demandeurs d'asile.

De même, lorsque pour les élections municipales de 2014, le Parti du Progrès (centre-droit) a tenté de surfer sur l'opposition à la construction d'une mosquée à Reykjavík, le parti a fait un bond dans les sondages et a pu de justesse récupérer un certain nombre de sièges. Ce projet de construction de la première mosquée du pays pour une population de musulmans estimée à un millier, a donné lieu à de longs atermoiements administratifs. Des pages du Coran déchirées et maculées de sang ainsi que des morceaux de porcs ont été retrouvées sur le site de construction du futur bâtiment religieux tandis que l'un des instigateurs de l'acte est venu s'en vanter sur la station de radio Útvarp Saga, une radio connue pour ses propos xénophobes et homophobes. La polémique a fini par s'éteindre avec l'élection de Jón Gnarr à la mairie de Reykjavík, humoriste punk à la tête d'un parti ironique, qui a validé le projet de construction.
Ainsi, les Islandais ne sont pas plus vertueux, mais l'absence de caisses de résonance aux propos racistes ou islamophobes a ouvert des fenêtres d'opportunités à d'autres sujets de discussion. Ceux-ci, issus en partie des Pirates et des écologistes, recadrent le débat public sur les questions environnementales, sociales, la transparence et l'honnêteté du corps politique. En échappant à des querelles byzantines sur son identité nationale, l'Islande voit ainsi émerger sur sa scène politique une gauche islandaise d'inspiration libertaire, qui cherche à valoriser les libertés individuelles tout en les mêler à un héritage social-démocrate, une tentative souvent maladroite, contradictoire, mais qui a le mérite d'ouvrir des voies inexplorées.
Lionel Cordier 
Chercheur en science politique"



Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: MACRON, ET NOTRE "MACRON"

Message  Troll le 9/5/2017, 12:47 pm

I love you L´ISLANDE

Le second pays d´adoption de Troll...là où il a le feeling d´être " á la maison " Like a Star @ heaven á cause avant tout de l´attitude des islandais Like a Star @ heaven

Pour ceux qui le souhaitent, faite un weekend á Reyjkjavík avec Icelandair Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven La première chose qui va vous impressioner est le nombre des touristes Idea Toute la centre de Reykjavík est toujours plein des touristes de toute la planète....de plus en plus des jeunes chinois, vietnamiens, coréens du sud ou des japonais Idea




La première industrie de l´Islande est le tourisme I love you I love you dans ce pays, les gens savent qu´ils vivent de la visite des étrangers Like a Star @ heaven Idea D´où le racisme, la politique du genre "Front National" n´ont aucun impact quand plus de 80 % des islandais sont en contact permanent avec des gens qui apportent des devises chaque semaine dans leur pays I love you

Ko zanga ko yeba ezali liwa ya ndambu What a Face  Certaines personnes sur cette page ont besoin de voyager un peu pour elargir leur vision au lieu de s´enfermer dans un EGO destructif Like a Star @ heaven Laughing

Vous ferez mieux d´apprendre un fait étrange: La RFA, l´Islande, la Suède ect sont des pays qui sans hésiter ont pris un grand nombre des refugiés syriens chez eux I love you I love you I love you sunny Le Pen aura du mal á expliquer comment ces pays ont un % de croissance, et un % de chomage remarquablement faible par rapport á la France où on base sa politique électorale sur le refus de l´immigration sunny


farao PYRAMIDE farao pas un hasard que Napoleon lui même avait fait une campagne en Egypte...avant de devenir "Empereur" en France farao Macron "BIG MAC" n´est pas un ovni, un hasard politique...Attendons les législtatives avant de conclure farao


Augmentez vos connaissances, faites reculer votre EGO farao

Revenir en haut Aller en bas

Re: MACRON, ET NOTRE "MACRON"

Message  Troll le 9/5/2017, 12:55 pm

Imperium a écrit:
QUAND UNE VIEILLE FEMME EPOUSE UN JEUNE HOMME ON APPELLE CA COMMENT CHEZ-VOUS?
ICI, QUAND UN VIEUX HOMME EPOUSE UNE JEUNE FILLE ON APPELLE CA PEDOPHILIE. C'EST PUNISABLE PAR LA LOI.

Idea L´ISLAM

Cette religion doit en grande partie son existence á une femme bounce bounce La première épouse du prophète Mohamed était plus âgée, plus riche que lui bounce bounce
Grâce aux ressources économiques de cette femme, le prophète pouvait consacrer plus de temps aux meditations ou á la predication bounce
Mieux? Dans des moments de doute, cette femme était l´unique soutien du prophète Mohamed quand ce dernier ne comprenait pas toujours le sens des visions qu´il avait de temps en temps bounce
Cette femme a été la première á croire le message de prophète Mohamed, la première á le soutenir et l´assurer qu´il était un "messager de Dieu" sunny sunny


Epouser une femme âgée peut-être une "benediction" sunny

Revenir en haut Aller en bas

Re: MACRON, ET NOTRE "MACRON"

Message  Arafat le 9/5/2017, 3:09 pm

Troll a écrit:
Donc, mister Macron...attendez la seconde élection:joker: jocolor pour voir si vous allez "enfin" faire imploser les vieux partis politiques..ou mieux:joker:  faire comme en RFA oú Merkel avec une alliance "Gauche-Droite"  fait de ce pays la première puissance de l´UE:study:  
C´est la grande equation maintenant, je ne pense pas que son parti "La République en marche" puisse rafler la majorité absolue à l´assemblée nationale, on risque d´avoir des grandes tractations pour établir une majorité. On verra le profil du premier ministre qu´il va nommer, celui qui mènera la bataille des législatives, il faudrait alors un homme (une femme) d´experience. Ce n´est pas au sein de la société civile qu´il pourra le trouver, là il risque d´être pris à son propre piège d´avoir crier tout haut qu´il ne veut pas des vieilles figures dans son gouvernement. Rolling Eyes

Revenir en haut Aller en bas

Re: MACRON, ET NOTRE "MACRON"

Message  Troll le 9/5/2017, 7:19 pm

Sad Mbuta ARAFAT

C´est le malheur de la France avec cette constitution de De Gaule où un "président" doit se retrouver avec un Parlement...voté á part Mad

Si c´était en RFA, en Grande Bretagne ou en Suède...le choix est si simple: le parti politique ou la coalition qui obtient la majorité au Parlement dirige le pays*
En France on parle d´un président qui va "diriger"..mais comment diriger quand votre programme ne peut se réaliser qu´avec un gouvernement issue de la majorité parlementaire Mad ?

Nous sommes aussi entrain d´observer une tentative de recopier la recette de la RFA: Droite et Gauche se rassemble afin de "stabiliser" la gestion du pays en faisant des réformes courageuses sunny

Xavier Bertrand, Estrosi, Lemaire..et d´autres encore de la Droite vont soit soutenir Big MAC au niveau du parlement en formation une "majorité présidentielle" soit participer directement au gouvernement drunken

Á Gauche, Valls l´enfant terrible du gouvernement Hollande est la face "visible" de la fronde chez les socialistes qui souhaitent soutenir Big MAC drunken

Oui, ces Législatives en France risquent de changer la face de la scène politique profondement sunny Basketball bounce


La "République en marche" ¤ pas seulement un slogan, au contraire un programme destiné á reduire l´influence de deux vieux partis politiques (Socialistes et Républicains affraid )

WAIT AND SEE

Chez nous, le gouvernement Tshibala qui prend forme ...annonce aussi une posture importante drunken bounce Pour une fois, beaucoups dans l´opposition ont resistés á la tentation d´aller á la soupe sunny Subitement, quand les politiciens commencent á se soucier de l bom ´avenir bom

Revenir en haut Aller en bas

Re: MACRON, ET NOTRE "MACRON"

Message  Troll le 9/5/2017, 8:20 pm

Shocked Mbuta ARAFAT

La première victime de la victoire de Big MAC...se trouve dans le Front National Sad ..

Sur le site du journal Le Figaro, lisez l´article FN: Marion Marechal Le Pen va se retirer de la vie politique

Revenir en haut Aller en bas

Re: MACRON, ET NOTRE "MACRON"

Message  Troll le 9/5/2017, 9:13 pm

pale rabbit BIG MAC, LE PHILOSOPHE


http://www.courierinternational.com/article/presidentielle-les-surnoms-donnés-par-la-presse-etrangere-emmanuel-macron

On parle d´un "amour revendiqué pour la philosophie" study study Est-il si éloigné de l´ésoterisme lol!

Revenir en haut Aller en bas

Re: MACRON, ET NOTRE "MACRON"

Message  ndonzwau le 9/5/2017, 9:22 pm

"Quelle sera la politique africaine du président français Emmanuel Macron?"
° http://www.rfi.fr/afrique/20170508-france-quelle-sera-politique-africaine-president-francais-emmanuel-macron
L'Afrique s'est invitée dans le débat de la présidentielle française grâce à Marine Le Pen. Le mercredi 22 mars, la candidate est reçue par Idriss Déby à Ndjaména: elle étrille la Françafrique, le CFA, visite la force française Barkhane. Aujourd'hui Emmanuel Macron préside la France. Quelles intentions avaient affichées le candidat d'En marche ! ? Quelle sera la politique africaine d'Emmanuel Macron ? Avec qui va-t-il la mener ? Eléments de réponse.

Macron l'Africain fera-t-il, dans ses relations avec les chefs d'Etat du continent, du Macron simple, sympathique, à l'écoute de l'autre ? D'aucuns évoquent une Françafrique dépoussiérée. Le « patron » d'En marche ! l'a dit : la politique de normalisation engagée par François Hollande doit aller à son terme.
Pas de retour en arrière dans la lutte contre le terrorisme, l’Afrique subsaharienne restera un théâtre d'opération en y associant plus l'Union africaine, le G5 Sahel et le partenaire algérien.

Sur le plan économique, Emmanuel Macron entend mettre l'entreprise et l'Union européenne au cœur de son dispositif. Pour l'aide au développement, le fameux 0,7% du PIB français n'est pas démenti. C'est un objectif. Le jeune énarque découvre le continent lors d'un stage au Nigeria. Entre 2014 et 2016, le ministre de l'Economie visite quelques pays de la zone CFA, rencontre Alassane Ouattara, Macky Sall.
Le candidat, lui, se rend à Alger où il évoque les crimes contre l'humanité commis par la France, avant d'adoucir, de retour à Paris, son propos. Très vite, le nouveau président doit visiter les forces françaises sur le terrain. Incontournable aussi, Rabat. Surtout après le voyage à Alger. Le pragmatisme est un crédo assumé. Macron, c'est un changement de style dans la continuité.

Le philosophe sénégalais Souleymane Bachir Diagne voit dans son élection un signe positif pour les relations entre la France et l'Afrique :

C’est une Afrique nouvelle qui appelle à un partenariat et je crois qu’Emmanuel Macron l’a compris. Il a vu en l’Afrique un continent qui a un avenir, où la jeunesse peut devenir un atout.
Souleymane Bachir Diagne
08-05-2017

00:00 
00:00


Qui sont les hommes et les femmes qui seront à la manœuvre de la politique africaine d'Emmanuel Macron ?

Il y a ceux qui sont connus des Français et les amitiés lointaines. Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense de François Hollande, architecte des opérations militaires en Afrique, est l'homme incontournable dans la lutte contre le terrorisme. L'homme de la continuité. Cédric Lewandowski, très proche de Jean-Yves Le Drian, et qui a négocié dans l'ombre la libération des otages au Sahel, devrait occuper un poste clef. Plus connu des africanistes et des économistes, Jean-Michel Severino.
Ancien vice-président de la Banque mondiale, ancien patron de l'AFD, il a été à la manœuvre pour la dévaluation du CFA le 11 janvier 94. Severino est un proche du franco béninois Lionel Zinsou, finaliste malheureux de la présidentielle de 2016 au Bénin.

Entre Macron et Zinsou, deux ex-banquiers, le courant passe. La visite de Macron à Alger, le tête-à-tête Macron-Alpha Condé, c'est Aurélien Lechevallier, le chef d'orchestre de la politique internationale et africaine du nouveau locataire de l'Elysée. Macron, Lechevallier et Jules-Armand Aniambossou, franco-béninois comme Zinsou, ancien ambassadeur du Bénin à Paris, forment un vieux trio.
L'ENA a réuni les trois hommes au sein de la promotion Senghor. Citons aussi Renaud Dutreil, ex-ministre de droite, auteur d'un rapport critique sur la France et l'Afrique. Et Sibeth Ndiaye, d'origine sénégalaise, la clef de voûte des relations presse d'Emmanuel Macron."



"Présidence Macron : quelle politique avec l'Afrique ?"
° http://information.tv5monde.com/info/presidence-macron-quelle-politique-avec-l-afrique-168473
Emmanuel Macron, dans son programme de campagne, n'a pas stipulé précisément quelle politique africaine il voulait mener, mais s'est exprimé à plusieurs reprises sur ce sujet. Quelles grandes orientations pour l'Afrique avec Emmanuel Macron ?
 
C'est dans l'introduction du programme d'Emmanuel Macron, en page 5, que l'on trouve une référence à l'Afrique. Le sixième chantier du candidat — désormais élu — est celui de son engagement à l'international :  "Je m’engage au plan international à défendre les intérêts de notre pays. En relançant une Europe ambitieuse, qui investit et qui protège, et dont la vitalité démocratique et le goût pour l’avenir seront retrouvés. Et en assurant une nouvelle politique en Afrique où la paix et l’esprit d’entreprise construiront le siècle qui commence".
Quelle est cette nouvelle politique en Afrique "où la paix et l'esprit d'entreprise construiront le siècle qui commence" ? Est-elle basée sur des partenariats économiques, dans quels secteurs, avec quels moyens ? Pour la paix en Afrique, quelle politique ou coopération militaire compte activer le nouveau président ?

Accompagner "l'esprit startup" africain ?

Emmanuel Macron a décrit à plusieurs reprises le continent africain comme "un continent d'avenir", où les difficultés de gouvernance, de démographie, de pandémies, d'inégalités bien que nombreuses seraient surmontées par son "dynamisme". C'est sur ce concept de dynamisme économique africain qu'Emmanuel Macron veut s'appuyer pour créer un "partenariat ambitieux", comme il l'expliquait au quotidien Le Monde le 12 avril 2017 : "(…) Je veux établir un partenariat ambitieux entre la France, l’Europe, la Méditerranée et l’Afrique qui renforce nos intérêts mutuels dans tous les domaines : climat, commerce, emploi, innovation, mais aussi sécurité et stabilité." Toujours dans cette interview, le candidat expliquait alors, qu'"aux côtés des relations entre Etats, ce partenariat s’appuiera sur les forces vives africaines et françaises : intellectuels, ONG, diasporas de France et d’Afrique, entreprises."

Comment devrait s'y prendre le nouveau président ? De façon générale, il annonçait la chose suivante : "Il nous faudra renforcer la qualité de nos échanges, en facilitant la circulation des chercheurs et des entrepreneurs, et mobiliser les investisseurs privés, français et africains, pour innover et créer de la valeur ensemble."
De façon un peu plus concrète, le président français s'est basé sur des fondamentaux comme : "relancer l'aide bilatérale en Afrique, mobiliser plus de financements publics et privés pour financer les PME et les infrastructures africaines, et promouvoir le rôle des femmes en doublant le financement des projets liés à l’égalité femmes-hommes".
 
La vision d'Emmanuel Macron de la politique française pour l'Afrique semble axée sur un resserrement des relations étatiques avec la société civile africaine, ce qu'il a explicité dans une discussion avec Jeune Afrique le 5 mai dernier : "Dès le G20 de juillet en Allemagne, je mobiliserai les institutions et nos partenaires internationaux pour faire du développement durable des États et des économies africaines une priorité majeure de l’agenda international. J’entends également approfondir nos relations avec les acteurs de la société civile et les opérateurs économiques. C’est vital pour en terminer avec certains réseaux de connivence franco-africains et des influences affairistes qui, on l’a vu, subsistent malheureusement dans le système politique français, en particulier à droite."

Quid du gendarme français en Afrique ?

Le président français a déclaré avant son élection que l'Afrique subsaharienne resterait un théâtre d'opérations, mais avec une volonté d'associer plus l'Union africaine, le G5 Sahel et l'Algérie, la Tunisie et le Maroc. Sur le Mali, Emmanuel Macron a déclaré que la France ne pourrait pas se désengager à court terme, tout en précisant à nouveau qu'il "faudra agir en étroite coordination avec l’Union africaine". L'idée générale du président français sur la sécurité au niveau du continent africain vis-à-vis de la lutte contre le terrorisme est visiblement d'allier tous les pays concernés, aidé du renseignement américain.

Emmanuel Macron semble donc vouloir conserver une influence française militaire en Afrique mais davantage basée sur un renforcement de la coopération entre pays. La France deviendrait-elle alors une sorte d'arbitre, présent sur le terrain, mais plus pour coordonner des opérations que pour intervenir elle-même ?
Ce dimanche 7 mai, lors du résultat du deuxième tour, le banquier d'affaires et ancien Premier ministre du Bénin de 2015 à 2016, Lionel Zinsou réagissait sur TV5MONDE à l'élection d'Emmanuel Macron qu'il a soutenu et conseillé durant la campagne :



[ltr]


Lionel Zinsou : "C'est une très bonne nouvelle pour l'Afrique et les pays en développement, parce que c'est quelqu'un de très attaché au développement et à l'innovation en général. C'est un mouvement de jeunesse, l'Afrique est jeune et est tournée vers la technologie, et si la France peut accélérer la croissance africaine, en y contribuant, c'est quelque chose que Macron fera facilement."[/ltr]


Extrait de l'édition spéciale du 64' sur la politique africaine d'Emmanuel Macron :
[ltr]
[/ltr]



url=https://twitter.com/TV5MONDEINFO] Suivre[/url]
TV5MONDE Info @TV5MONDEINFO
[ltr]Emmanuel Macron : quelle politique africaine ?[/ltr]


18:36 - 8 May 2017[/size]

° http://www.lemonde.fr/afrique/live/2017/05/08/election-d-emmanuel-macron-quelle-signification-pour-l-afrique_5124163_3212.html


"Victoire d'Emmanuel Macron : ce qu'en disent les Africains"
° http://afrique.lepoint.fr/actualites/victoire-d-emmanuel-macron-ce-qu-en-disent-les-africains-08-05-2017-2125596_2365.php
Les réactions en Afrique à l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République française se multiplient. Tour d'horizon des commentaires.

De la Côte d'Ivoire, au Togo, en passant par le Maroc ou la Tunisie, personnalités et institutionnels ont commenté l'élection d'Emmanuel Macron à travers le continent africain. En Côte d'Ivoire, le président Alassane Ouattara a choisi dès le dimanche 7 mai d'adresser sur les réseaux sociaux, notamment Twitter, ses félicitations au nouveau chef de l'État français et appelé à un renforcement « des relations franco-ivoiriennes ».


 Suivre
Alassane Ouattara @adosolutions
[ltr]Mes chaleureuses félicitations à @EmmanuelMacron suite à sa brillante victoire à l'élection présidentielle française [/ltr]



22:23 - 7 May 2017



 Suivre
Alassane Ouattara @adosolutions
[ltr]Je voudrais l'assurer de ma disponibilité à œuvrer au raffermissement des liens d'amitié et de coopération entre la CI et la France [/ltr]



22:52 - 7 May 2017

En Guinée, sur Facebook, le chef de l'État guinéen et président en exercice de l'Union africaine, Alpha Condé, veut que « ce nouveau vent qui souffle sur la France puisse permettre de raffermir les excellents liens d'amitié et de coopération existant si heureusement entre la France et la Guinée d'une part et le continent africain d'autre part », a-t-il affirmé.
Le président malien Ibrahim Boubacar Keita a déclaré de son côté : « C'est une bonne nouvelle pour la démocratie et ce soir nous sommes rassurés, nous les démocrates. »
Le roi du Maroc Mohammed VI n'a pas non plus tardé avant de féliciter sur Twitter Emmanuel Macron pour sa victoire lors de l'élection présidentielle française, jugeant que son élection « couronne » son parcours politique.

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a félicité lundi Emmanuel Macron pour son « élection bien méritée », affirmant que le peuple français « a distingué un ami de l'Algérie ».
« Votre élection bien méritée (...) récompense, à bon droit, la force de votre volonté, la lucidité de votre vision et la rectitude de vos engagements », a déclaré M. Bouteflika dans un message diffusé par l'agence de presse APS.

Autre réaction, du Sénégal cette fois-ci, où le chef de l'État Macky Sall a tenu à féliciter Emmanuel Macron en ces termes : « Le Sénégal et la France entretiennent de solides relations d'amitié conviviale et de coopération multiforme, fondées sur des valeurs partagées et une confiance mutuelle », a écrit le président Sall dans son message de félicitations au président élu de la République française.
Au Togo, moins d'une heure après l'annonce des résultats provisoires de la présidentielle française, le chef de l'État Faure Gnassingbé a félicité le président élu, Emmanuel Macron. « Je tiens à vous adresser, au nom du peuple togolais et de son gouvernement ainsi qu'en mon nom personnel, mes très vives et chaleureuses félicitations pour cette victoire qui récompense votre vision pour la grande nation française », écrit M. Gnassingbé qui formule ses vœux pour un mandat « au service d'une France forte et engagée sans cesse en faveur de la paix et de la prospérité dans le monde ». Alors que les Français expatriés dans ce pays d'Afrique de l'Ouest ont voté à une majorité écrasante 88,54 % pour le candidat d'En marche ! contre 11,46 % pour la représentante du Front national.

L'ancien Premier ministre franco-béninois, Lionel Zinsou, s'est exprimé sur la chaîne internationale TV5 monde en des termes plutôt optimistes : « L'élection d'Emmanuel Macron est une très bonne nouvelle pour la France, l'Union européenne et l'Afrique. » Déclarant aussi que « l'occasion est venue pour la France de renouer des contacts forts avec l'Afrique se basant, par exemple, sur le fait que le président Macron veut doubler l'aide au continent dans les cinq années à venir ».



[ltr]

[/ltr]


 Suivre
TV5MONDE Info @TV5MONDEINFO
[ltr]#presidentielle2017 - Lionel Zinsou évoque la politique d'Emmanuel Macron concernant l'Afrique http://information.tv5monde.com/info/en-direct-presidentielle-2017-en-france-les-resultats-du-second-tour-168103 …[/ltr]
23:26 - 7 May 2017

« La France n'est pas nécessaire au développement de l'Afrique, mais elle peut être grandement utile », explique Lionel Zinsou, ex-Premier ministre du Bénin.
Toujours en Côte d'Ivoire, Henri Konian Bédié, président du parti PDCI-RDA, félicite « le nouveau président de la République française pour son succès et l'encourage à poursuivre la promotion des liens séculaires qui unissent si heureusement nos deux nations : la Côte d'Ivoire et la France . »
En Tunisie dans un message de félicitations, le président Béji Caïd Essebsi a estimé que la victoire d'Emmanuel Macron reflète « la fidélité de la France à ses valeurs traditionnelles de liberté, d'égalité et de fraternité ». Poursuivant dans un communiqué : « Outre les questions pendantes concernant la lutte contre le terrorisme, la stabilisation de la situation en Libye, en Afrique subsaharienne et en Syrie, la relance du processus de paix au Moyen-Orient, la Tunisie demeure attachée à la consolidation de son partenariat privilégié avec l'Union européenne ainsi qu'à la construction euro-méditerranéenne, dans l'objectif de contribuer à la construction de la paix, de la stabilité et du progrès »"



"Les réactions politiques en Afrique à l'élection d'Emmanuel Macron"
° http://www.rfi.fr/afrique/20170508-reactions-afrique-senegal-maroc-mali-rdc-niger-election-emmanuel-macron

"Les chefs d’État africains réagissent à l’élection d’Emmanuel Macron"
° http://www.jeuneafrique.com/436056/politique/chefs-detat-africains-reagissent-a-lelection-demmanuel-macron/
° http://afrique.latribune.fr/politique/2017-05-08/macron-president-florilege-des-reactions-des-chefs-d-etat-africains.html

" DOSSIER
Emmanuel Macron et l’Afrique"

° http://www.jeuneafrique.com/dossiers/france-lenigme-macron/
L'ex-candidat d’En Marche ! élu président de la république française le 7 mai demeure un personnage mystérieux et difficile à cerner. En France comme à l'étranger, ses premiers pas seront scrutés de près. Jeune Afrique a sondé ses positions sur le continent.(...)"

"Emmanuel Macron et l’Afrique"
° http://information.tv5monde.com/afrique/emmanuel-macron-et-l-afrique

"Ces Africains qui se rêvent en Macron"
° http://afrique.latribune.fr/politique/leadership/2017-05-08/ces-africains-qui-se-revent-en-macron.html


"ELECTION D’EMMANUEL MACRON : Quelles leçons pour l’Afrique ?
° http://lepays.bf/election-demmanuel-macron-lecons-lafrique/
Depuis le dimanche 7 mai dernier, le nom du successeur de François Hollande est connu. Il s’agit d’Emmanuel Macron, le candidat d’En Marche, qui a remporté sans coup férir l’élection présidentielle française au second tour avec 66,1% des suffrages, face à la candidate du Front national, Marine Le Pen, qui a obtenu 33,9% des votes. Si cette élection a connu une forte abstention (25 à 27%) et paraît, à certains égards, comme le vote de la raison sur la conviction, il n’en demeure pas moins qu’elle constitue un tournant dans l’histoire de la France, eu égard à la jeunesse du nouvel élu et surtout à son parcours politique hors du commun. Encore inconnu du grand public il y a de cela quelques années, Emmanuel Macron a surpris plus d’un en arrivant en tête de course lors du premier tour, devançant largement des adversaires autrement plus expérimentés tels l’ex-Premier ministre François Fillon et autres Jean-Luc Mélenchon qui paraissaient, à bien des égards, comme des dinosaures de la scène politique française, face à ce jeune preux qui fourbissait pratiquement ses premières armes. Mais comme le dit si bien Pierre Corneille dans son ouvrage Le Cid, « aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années ».

Sous nos tropiques, la culture de la démission est un phénomène aussi rare que les larmes d’un crocodile

Et tout porte à croire qu’Emmanuel Macron est une âme bien née qui a de la valeur, eu égard à l’exploit qu’il a réussi de renvoyer à ses chères études, la vieille classe politique française jusque-là organisée dans des systèmes partisans qui semblent avoir montré, avec cette élection, toutes leurs limites. En attendant la passation de pouvoir prévue pour le 14 mai prochain, quelles leçons peut-on tirer de la victoire du 8e président de la Vè république française pour l’Afrique ? La première est celle de l’audace. Car, l’on se rappelle que tout est pratiquement parti de la démission de l’ex-ministre de l’Economie de François Hollande, qui n’avait pas hésité à rendre le tablier « pour se consacrer entièrement à son mouvement politique », après avoir « touché du doigt les limites de notre système politique » qui étaient autant d’entraves à sa volonté de réformes. C’était le 30 août dernier. En Afrique, combien de ministres oseraient-ils un tel acte ? Car, non seulement cela pourrait être vu comme un crime de lèse-majesté, mais aussi cela pourrait valoir la diète à l’intéressé. C’est pourquoi ils sont nombreux les ministres à préférer le confort douillet du gouvernement pour bénéficier des avantages y afférents, même quand dans leur for intérieur, ils ne sont pas toujours sur la même longueur d’ondes que le chef de l’Etat.

Tant et si fait que la culture de la démission est un phénomène aussi rare que les larmes d’un crocodile sous nos tropiques. Deuxièmement, malgré son jeune âge, Emmanuel Macron a séduit plus d’un par l’étendue de sa culture et sa maîtrise des dossiers ; ce qui n’est pas toujours le cas pour tous ceux qui se réclament de l’élite politique africaine dont certains donnent le sentiment d’être entrés en politique par opportunisme ou d’être parvenus au pouvoir par effraction. Troisièmement, la victoire d’Emmanuel Macron devrait amener la jeunesse africaine à croire en ses chances et à éviter de laisser le sort de nos Etats entre les mains d’une vieille classe politique pourrie jusqu’à la moelle, corrompue jusqu’aux os, en manque d’imagination et incapable de faire le bonheur des populations. Mais pour cela, il faudra que la jeunesse soit mieux organisée et qu’elle se donne les moyens de renverser l’ordre établi, parce que s’il y a une chose dont on peut être sûr, c’est que la vieille classe politique ne lui offrira pas le pouvoir sur un plateau d’argent. Au contraire, tant que cette dernière pourra écraser la jeunesse pour maintenir les choses en l’état, elle n’hésitera pas à le faire.

L’Afrique se découvre de nouveaux défis

La preuve est qu’en pratiquement cinquante ans (de De Gaulle à Macron), la France est à son huitième président pendant qu’au sommet de certains Etats africains, des familles ont installé des dynasties qui totalisent, à elles seules, presque 50 ans de pouvoir, comme c’est par exemple le cas au Gabon des Bongo, au Togo des Gnassingbé, au Cameroun où après 35 ans de pouvoir, Paul Biya, le 2e président de ce pays depuis son indépendance, n’est toujours pas prêt à passer la main. Il en est de même pour le Congolais Denis Sassou Nguesso qui totalise plus de 32 ans de pouvoir et qui n’a rien trouvé de mieux que d’emprisonner son plus grand challenger pour s’ouvrir un boulevard à vie au pouvoir. Ce sont là autant d’actes et de gestes qui étouffent la démocratie sous nos tropiques. Il faut que ça change. Pour cela, il faudra non seulement un électorat plus mature, qui évite de s’aligner derrière un candidat pour des raisons subjectives, notamment ethniques, régionalistes ou même religieuses, mais aussi que les institutions en charge des élections, jouent réellement leur rôle d’arbitre en se mettant au-dessus de toutes les chapelles politiques. C’est en cela que l’Afrique pourra espérer un jour jouer dans la cour des grands, et non dans l’attitude partisane d’institutions inféodées, comme on l’a vu en Côte d’ivoire lors de l’élection présidentielle de 2010 et plus récemment au Gabon où tout porte à croire que Ali Bongo a volé la victoire avec la complicité des institutions en charge des élections. Cela dit, quand est-ce que l’Afrique connaîtra véritablement le bonheur de l’alternance dans la transparence et la non violence ? Bien malin qui saurait répondre à cette question. Mais avec la prise de conscience de plus en plus grandissante de la jeunesse et la montée en puissance des organisations de la société civile qui sont de plus en plus regardantes et critiques sur l’action des gouvernants, on peut dire que l’espoir est permis.

En tout état de cause, à la lumière de l’élection d’Emmanuel Macron, l’Afrique se découvre de nouveaux défis dans sa longue marche pour l’approfondissement de la démocratie. Mais le chemin reste encore long, et surtout parsemé d’embûches pour se hisser au rang des plus grandes démocraties. Il appartient surtout à la jeunesse de prendre ses responsabilités. Un autre monde est possible. Il suffit d’y croire et de s’en donner les moyens."



"Élection de Macron : Aux africains, l’indépendance ne s’offre pas, elle s’arrache"
° https://www.senenews.com/2017/05/08/election-de-macron-aux-africains-lindependance-ne-soffre-pas-elle-sarrache_190012.html

"Connexions africaines : les experts politiques d’Emmanuel Macron"
° http://www.jeuneafrique.com/mag/435189/politique/connexions-africaines-experts-politiques-demmanuel-macron/
.
"Vidéo : les visages de la politique africaine d'E. Macron"
° http://information.tv5monde.com/afrique/video-les-visages-de-la-politique-africaine-d-e-macron-168555

" France : Emmanuel Macron dans la continuité de Hollande en Politique Africaine"
° http://www.legriot.info/21836-france-emmanuel-macron-dans-la-continuite-de-hollande-en-politique-africaine.html







Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #


Dernière édition par ndonzwau le 10/5/2017, 1:05 am, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: MACRON, ET NOTRE "MACRON"

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum