L'EXECUTION DE DEUX AGENTS DE L'ONU PAR LES KASSAIENS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'EXECUTION DE DEUX AGENTS DE L'ONU PAR LES KASSAIENS

Message  Imperium le 25/4/2017, 5:48 pm

Ils ont voulu incriminer les FARDC et notre gouvernement pour le meurtre de ces soit disant experts de l'ONU a la recherche de fosses communes.
MAlheur leur a pris ils sont tombe dans les mains des assassins cannibales. Troll chez vous la, silence radion. Pourtant la femme qui a ete decapitee etait suedoise comme toi:) Smile Smile Smile

Preparez-vous a avoir trump dans vos culs. On ne tue pas un americain comme une mouche Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'EXECUTION DE DEUX AGENTS DE L'ONU PAR LES KASSAIENS

Message  Admin le 25/4/2017, 5:53 pm

En tout cas on ne put pas dire que les auteurs de ce double assassinat sont de l'armée.
Maintenant bon ces rebelles peuvent avoir été manipulés par des chefs qui ont des agendas cachés.
avatar
Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'EXECUTION DE DEUX AGENTS DE L'ONU PAR LES KASSAIENS

Message  ndonzwau le 26/4/2017, 12:23 am

Simple entreprise diabolique d’une dictature aux abois, descente en enfer des passions et obscurantismes africains ou fuite en avant bien plus risquée du pouvoir de Kinshasa qui nous livre une vidéo (choquante !) du massacre des experts de l’Onu au Kasai ?
Pourquoi aujourd’hui, qui sont les auteurs de ces images, pourquoi et comment les ont-ils réalisées ?
Quelle est la vraie vérité derrière les images qui en elles-mêmes sont peut-être plus manipulables qu'elles ne paraissent ?
En effet quel dessein morbide que d’avoir commis un affreux assassinat et de plus d’avoir pris le soin de l’enregistrer, pour le garder où et pourquoi, pour le montrer à qui ?

On n’épuisera guère les interrogations mais il reste évident que cet horrible meurtre recèle des secrets que le pouvoir comme la Monusco détiennent sans doute et qu’ils ne nous ont pas (encore) révélés…
Qui en sont les « exécuteurs directs » et qui « les commanditaires ou les auteurs moraux » ?
Quelle est dans ce massacre la part des « Kamuina Nsapu » (lesquels d’ailleurs ?) et des militaires loyaux ou autonomes ?
Quels sont les risques réels que la Monusco aurait pris ou pas en engageant ses agents dans une enquête pour le moins dangereuse ?

Ailleurs était-il indiqué de présenter cette vidéo au public à ce stade sinon pour quel plan surtout que logiquement l’enquête est en cours ?
Certes un jour nous en connaîtrons un peu plus la vérité audible mais qu’aurions-nous voulu l’apprendre dès aujourd’hui pour donner un peu plus de chances à la résolution de cette tragédie qui comme à l’Est essaime et s’enkyste, des centaines de morts, près d'un million des déplacés et toute une région déstabilisée, des misères sur tous les secteurs de la vie ?


"Assassinat des deux experts de l'ONU en RDC: les autorités présentent une vidéo
° http://www.rfi.fr/afrique/20170424-rdc-assassinat-deux-experts-onu-kasai-video-kamwina-nsapu-catalan-sharp


Les experts de l'ONU Zaida Catalan (photo de 2009) et Michael Sharp ont été assassinés dans le Kasaï, en mars 2017.

Ce sont des images extrêmement choquantes que les autorités de Kinshasa ont présentées à la presse lundi 24 avril. Celles de l'exécution des deux experts onusiens. Des images qui auraient jusqu'à présent été entre les mains de la justice congolaise uniquement.

L'Américain Michael Sharp et la Suédoise Zaida Catalan ont été tués en mars dernier alors qu'ils enquêtaient sur de possibles violations des droits de l'homme commises dans les Kasaï, région au centre de la RDC secouée par le soulèvement de partisans du chef coutumier Kamwina Nsapu, assassiné en août dernier. 
Ce conflit qui dure depuis neuf mois a fait plus d'un million de déplacés, selon les Nations unies. Près de 40 fosses communes qui doivent encore être exhumée ont également été découvertes par l'ONU qui accuse les autorités d'un usage excessif de la force. Pour les autorités congolaises, dévoiler cette vidéo aux responsables de médias congolais et aux correspondants étrangers doit permettre de montrer la violence avec laquelle opère le groupe qui utilise le label Kamwina Nsapu. Des « terroristes » qu'il faut « éradiquer » pour le porte-parole du gouvernement Lambert Mende.

Des images accablantes

Dans la vidéo, les deux experts onusiens se déplacent avec un groupe d'hommes à travers champs. Leurs mains ne sont pas attachées, ils semblent détendus. Les hommes qui les entourent, un bandeau rouge autour de la tête, auraient dit vouloir emmener les enquêteurs sur un site de fosse commune. C'est en tout cas ce qu'a affirmé le porte-parole de la police hier qui assurait la traduction. Le son étant inaudible pour les journalistes.
Les deux experts s'assoient ensuite au sol et tout va alors très vite. Michael Sharp est tué presque à bout portant. Zaida Catalan juste après. Deux hommes qui suivent les instructions d'autres placés hors champ coupent quelques mèches des cheveux de la jeune femme avant de lui trancher la tête. 
Pour le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, cette vidéo laisse peu de place au doute sur l'identité de ceux qui les ont tués.
Des images accablantes qui révèlent que le meurtre était prémédité. Mais par qui ? La question reste posée. Car si les hommes filmés ont les attributs des adeptes de Kamuina Nsapu, quel était le mobile de cet assassinat et pourquoi prendre le temps de le filmer et de laisser ainsi des traces compromettantes ? Les autorités promettent que l'enquête répondra très vite à ces questions. L'auteur de la vidéo aurait déjà été arrêté,  retrouvé par la police après avoir mis en ligne cette vidéo, affirme Lambert Mende.


La vidéo concernant les deux enquêteurs des Nations unies montre très bien leur mise à mort par le Kamwina Nsapu. Il y a même des propos, on entend, ceux qui traduisaient ce qui se disait en tshiluba,tout ça... et on les voit très bien à l'oeuvre, c'est très visible... Nous ne sommes pas catégoriques [qu'il s'agit des Kamina Nsapu, ndlr], nous ne sommes pas juges. Nous, nous avons des images qui montrent des Kamwina Nsapu en train de faire cela. Si ce ne sont pas des Kamwina, le juge le dira. Mais nous avons montré ce qu'il y a pour que l'on cesse de parler de la police et de l'armée. Ceux qui accusent les forces armées aussi n'ont pas d'éléments. Donc nous avons voulu montrer quelle est la nature de cette violence que subissent les Kasaïens aujourd'hui. C'est une violence terroriste. Ce n'est pas une violence de revendication sociale. D'ailleurs, on ne voit pas pourquoi on doit négocier avec avec des terroristes. Pourquoi seul le Congo est appelé à négocier avec des terroristes. Nous devons les reprimer. C'est ça notre devoir.
Lambert Mende
24-04-2017 - Par Léa-Lisa Westerhoff
Porte-parole du gouvernement



L'ONU a critiqué lundi la décision des autorités de présenter cette vidéo. Pour l'organisation, cela pourrait gêner l'enquête. « La vidéo est une preuve du crime. Nous ne pensons pas qu'elle aurait dû être publiée. Nous ne pensons pas qu'elle aurait dû être montrée », a affirmé le porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric. « On ne peut qu'imaginer combien cela est traumatisant pour les familles des victimes », a-t-il déploré, précisant que la vidéo est authentique."


"RDC. L'ONU « horrifiée » par une vidéo du meurtre de ses deux experts
° http://www.ouest-france.fr/monde/republique-democratique-du-congo/rdc-l-onu-horrifiee-par-une-video-du-meurtre-de-ses-deux-experts-4949075

Le 12 mars, deux enquêteurs de l’ONU ont disparu alors qu’ils étaient en mission dans la province de Kasaï-Central, dans le centre-sud de la République démocratique du Congo. Fin mars, leurs corps ont été retrouvés. Lundi, le gouvernement de la RDC a présenté à des journalistes une vidéo qui semble montrer l’exécution de ces deux enquêteurs. L'Onu s’est dite horrifiée par ces images.

Les Nations unies ont dit lundi être horrifiées par une vidéo présentée par le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) qui semble montrer l’exécution de deux enquêteurs de l’ONU, un Américain et une Suédoise.

Le film a été montré lundi aux journalistes à Kinshasa, le gouvernement expliquant qu’il ne voulait pas être accusé de complicité des assassinats de l’Américain Michael Sharp et de la Suédoise Zaida Catalan qu’il impute à la milice Kamuina Nsapu.
Le gouvernement, qui s’exprimait par la voix de son porte-parole Lambert Mende, n’a pas expliqué comment il était entré en possession de la vidéo.



 Suivre
RFI Afrique 
@RFIAfrique
[ltr]Assassinat des deux experts de l'ONU en RDC: les autorités présentent une vidéo http://rfi.my/1772.t [/ltr]



21:54 - 24 Apr 2017

Chargés de superviser des sanctions imposées au Congo

Les deux enquêteurs de l’ONU ont disparu le 12 mars alors qu’ils étaient en mission dans la province de Kasaï-Central, dans le centre-sud de la RDC où ont lieu des affrontements entre les forces de sécurité et la milice tribale Kamuina Nsapu depuis juillet. Les Nations unies estiment à 400 le nombre de morts liés à ces heurts.
Les deux experts faisaient partie d’un groupe chargé de superviser des sanctions imposées au Congo par le Conseil de sécurité des nations unies. Leurs corps ont été retrouvés fin mars ainsi que celui de leur interprète congolais.

40 charniers au Kasaï trouvé par les Nations unies

La vidéo montrée aux journalistes lundi semble montrer les deux experts en train de marcher avec un groupe d’hommes portant des bandeaux rouges caractéristiques de la milice Kamuina Nsapu, selon le journaliste de Reuters qui était présent.
Le film est ensuite coupé et on voit les deux employés de l’ONU assis par terre. Des coups de feu sont tirés puis Zaida Catalan est décapitée.
Les Nations unies ont dit avoir trouvé 40 charniers au Kasaï et ont laissé entendre qu’ils pourraient relever de la compétence de la Cour pénale internationale (CPI)."



"Meurtre de deux experts de l'ONU: la RDC présente une vidéo"
° http://www.la-croix.com/Monde/Meurtre-deux-experts-ONU-RDC-presente-video-2017-04-24-1300842023

"Assassinats des experts onusiens au Kasaï :
Affaire Catalan & Sharp : Mende orchestre une mise en scène macabre

° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=11671
Inamovible ministre de la Communication et médias, Lambert Mende Omalanga a convoqué lundi 24 avril une rencontre avec les représentants de la presse congolaise et internationale. Objet de la réunion : projection d’une vidéo sur l’exécution des experts onusiens Zaida Catalan et Michaël Sharp. Le double crime est imputé aux "terroristes" Kamwena Nsapu. Question : Comment l’exécutif congolais a pu entrer en possession de cette vidéo censée se trouver - secret d’instruction oblige - entre les mains des enquêteurs de l’auditorat militaire? Des observateurs y voient une nouvelle fuite en avant pour brouiller les pistes. Des pistes qui conduisent aux sicaires de l’armée et de l’ANR. Des sources sécuritaires sont formelles : les deux enquêteurs mandatés par le Conseil de sécurité ont été attaqués dans une zone contrôlée par l’armée congolaise.

La vidéo diffusée, d’une durée de moins de cinq minutes, montre dans un premier temps la Suédoise Zaida Catalan et l’Américain Michaël Sharp entourés par une dizaine d’individus armés de bâtons et de machettes. Un seul portait un vieux fusil. Le fameux calibre 12. Arborant des bandeaux rouges autour de la tête, ces personnes s’exprimaient en tshiluba et en français.
Les deux experts avaient été mandatés par le Conseil de sécurité pour enquêter notamment sur les groupes armés et les violations des droits de l’Homme et les fosses communes dans l’ex-province du Kasaï Occidental. C’est le dimanche 12 mars qu’ils ont été vus pour la dernière fois en compagnie d’un interprète et de trois conducteurs de moto sur l’axe Tshimbulu-Bukonde.

« L’œuvre des terroristes…»

Grâce au concours d’un interprète non visible sur la vidéo, ces individus armés ont promis de montrer aux deux investigateurs les lieux où se trouveraient des charniers. Subitement, les deux Occidentaux ont été contraints à s’asseoir par terre. Un coup de feu est tiré sans qu’on puisse voir le tireur. Sharp est atteint à la poitrine. Un deuxième tir retentit. On voit en ce moment Catalan se jeter sur son collègue comme pour lui servir de bouclier. Elle est atteinte dans le dos. Une voix tonne : « Tirez ! ». Pas moins de trois coups de feu ont été entendus. La même voix d’ordonner : « Ne gaspillez plus les munitions, coupez la tête. Coupez d’abord les cheveux pour renforcer mon pouvoir ». Une scène insoutenable va s’en suivre...
Après la projection, Mende de lancer à la presse : « Voici comment opèrent les hommes de Kamwina Nsapu ». Pour lui, ce double assassinat montre «l’oeuvre des terroristes qu’il faut éradiquer par tous les moyens». Y compris des exécutions extrajudiciaires?

Des questions fusent aussitôt. Qui a réalisé cette vidéo ? Où cette scène macabre a-t-elle été filmée ? Par quel canal le gouvernement est-il entré en possession de cette « pièce à conviction » censée se trouver entre les mains des enquêteurs de l’auditorat militaire ? «Les autorités ont mis la main sur cette vidéo grâce à la perspicacité de la police scientifique », a déclaré, sans rire, le porte-parole de la police nationale, le colonel Pierre-Rombaut Mwanamputu. Qui est l’homme qui a donné l’ordre d’abattre les deux experts et de mutiler le cadavre de la dame? Quel est le mobile des présumés assassins ? Où sont passés les effets personnels des deux étrangers (PC portables, pièces d’identité, portefeuilles, montres etc.) ? En diffusant cette vidéo, les autorités congolaises voudraient-elles sous-entendre que le dossier est clos ?
Des sources proches du dossier donnent une toute autre version. Primo : les deux enquêteurs onusiens s’étaient rendus dans une « zone sensible » où ils ont pu recueillir des informations accablantes pour le pouvoir en place. Secundo : Ils auraient été attaqués dans une zone contrôlée non pas par les rebelles mais par les Forces armées de la RDC. Tertio : les effets personnels des deux victimes se trouveraient au siège de l’Agence nationale de renseignements à Kinshasa. C’est le cas notamment d’une montre munie d’une puce géo-localisable que portait Sharp. Quarto : « Les sujets de Kamwina Nsapu n’avaient aucun intérêt à éliminer les deux experts. Il est connu que ces gens font plus confiance aux forces de la Monusco qu’à la force publique congolaise, concluent en chœur ces sources contactées séparément par l’auteur de ces lignes.»

Mise en scène macabre

Au lendemain de la disparition de ces experts, Lambert Mende déclarait dans un étrange souci de détail ces mots : «Ils ont été kidnappés au niveau du pont de la rivière Moyo et conduits dans la forêt par des éléments inconnus ainsi que quatre Congolais : trois chauffeurs de taxi-moto et un interprète ». C’était le lundi 13 mars. Le lendemain, il ajouta sur un ton de reproche que Zaida Catalan et Michaël Sharp et leurs accompagnateurs sillonnaient « la province du Kasaï-central à moto sans que les autorités locales en aient été informées ». « Ils seraient tombés entre les mains des forces négatives ». Comment a-t-il pu obtenir toutes ces informations ?
Selon le chercheur belge Kris Berwouts, les deux enquêteurs onusiens n’étaient nullement des "kamikazes". Il l’a dit avant la découverte des corps. «Ce qui est certain, déclarait-il à l’AFP, c’est que tous deux connaissent bien le pays et ne sont pas du genre à négliger la sécurité».

Nombreux sont des analystes qui pensent que la vidéo projetée par le ministre Mende n’est ni plus ni moins qu’une mise en scène macabre. «C’est une fuite en avant pour justifier les massacres commis dans l’ex-Kasaï Occidental par des militaires et des policiers sur ordre personnel du président Joseph Kabila », confie un de nos interlocuteurs.
Un autre de renchérir : « Quarante-huit heures avant la découverte des cadavres des deux victimes et celui de leur interprète, le président de l’assemblée provinciale du Kasaï, François Kalamba, a annoncé que 42 policiers ont été décapités par des miliciens Kamwena Nsapu ». C’était le 27 mars. «Avez-vous entendu les autorités nationales divulguer les identités des policiers tués ou organiser une cérémonie solennelle d’inhumation ? Personne n’est dupe. L’objectif était de conditionner l’opinion puisque les deux corps seront découverts, comme par hasard, le 29 mars. Les prétendus miliciens Kamwena Nsapu ont bon dos. La communauté connait pourtant la vérité…»."



"RDC : Kinshasa dévoile une vidéo présentée comme celle de l’assassinat des experts de l’ONU"
° http://www.jeuneafrique.com/432298/politique/rdc-kinshasa-devoile-video-presentee-celle-de-lassassinat-deux-experts-de-lonu/

"L'ONU dénonce la diffusion d'une vidéo de l'assassinat de ses experts
° http://www.radiookapi.net/2017/04/25/actualite/societe/rdc-lonu-denonce-la-diffusion-dune-video-du-meurtre-de-ses-experts
Les Nations unies ont critiqué lundi 24 avril la décision des autorités congolaises de présenter une vidéo montrant ce qu'elles affirment être les assassinats de deux experts de l'ONU tués en mars dans le pays, affirmant que la décision pourrait gêner l'enquête.
Les autorités de la République démocratique du Congo avaient montré à la presse quelques heures plus tôt cette vidéo d'environ deux minutes, dans le but apparent d'écarter les soupçons qui pèsent sur Kinshasa, dans cette affaire.


« La vidéo est une preuve du crime. Nous ne pensons pas qu'elle aurait dû être publiée. Nous ne pensons pas qu'elle aurait dû être montrée », a affirmé le porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric.
« On ne peut qu'imaginer combien cela est traumatisant pour les familles des victimes », a-t-il déploré, précisant que la vidéo est authentique.

Sur la vidéo, on aperçoit un homme et une femme qui correspondent au signalement des deux experts, Michael Sharp (Américain) et Zaida Catalan (Suédo-chilienne) entourés par sept personnes parlant tshiluba, la langue dominante au Kasaï, coiffés de bandeaux rouges et armés de machettes, de bâtons, et pour l'un d'un vieux fusil.
Rapidement, les deux étrangers sont contraints à s'asseoir par terre puis abattus. Un adolescent coupe alors la tête d'une des victimes.

Ils faisaient partie d'un panel d'experts qui enquêtaient sur l'existence de fosses communes dans la région.
Le Kasaï-central et trois autres provinces voisines sont en proie à des violences mêlant miliciens, policiers et soldats. Elles ont fait des centaines de morts au minimum depuis septembre, après le soulèvement de partisans d'un chef coutumier local, Kamwina Nsapu, tué en août par les forces de l'ordre après s'être rebellé contre les autorités congolaises.
(AFP)"


° http://www.izf.net/afp/meurtre-deux-experts-lonu-rdc-presente-une-video
° https://www.letemps.ch/monde/2017/04/25/lonu-denonce-diffusion-dune-video-lassassinat-experts
° https://actualite.cd/2017/04/24/%E2%81%A0%E2%81%A0%E2%81%A0rdc-gouvernement-a-presente-premiere-video-de-lexecution-deux-experts-de-lonu/


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'EXECUTION DE DEUX AGENTS DE L'ONU PAR LES KASSAIENS

Message  Imperium le 26/4/2017, 3:07 am

C'est a cause de felix tshisekedi que le gouvernement a pris le devant pour montrer cette video de l'execution de ces deux experts(espions) en fosses communes.
Il incriminait deja les FARdCs et le gouvernement.
A qui la faute? Laughing Laughing Laughing

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'EXECUTION DE DEUX AGENTS DE L'ONU PAR LES KASSAIENS

Message  zobattants le 26/4/2017, 3:42 am

Imperium a écrit:C'est a cause de felix tshisekedi que le gouvernement a pris le devant pour montrer cette video de l'execution de ces deux experts(espions) en fosses communes.
Il incriminait deja les FARdCs et le gouvernement.
A qui la faute? Laughing Laughing Laughing
like
L'ONU desapprouve la diffusion de cette video,mais quand on diabolisait les fardc ou bien Kabila, c'etait OK pour eux?
Il faut eclairer les gens en diffusant cette tuerie pour eviter a ce que le mensonge se transforme en verite selon fatshi et les mondialistes sinistres

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'EXECUTION DE DEUX AGENTS DE L'ONU PAR LES KASSAIENS

Message  NgongaEbeti le 26/4/2017, 4:32 am

zobattants a écrit:
Imperium a écrit:C'est a cause de felix tshisekedi que le gouvernement a pris le devant pour montrer cette video de l'execution de ces deux experts(espions) en fosses communes.
Il incriminait deja les FARdCs et le gouvernement.
A qui la faute? Laughing Laughing Laughing
like
L'ONU desapprouve la diffusion de cette video,mais quand on diabolisait les fardc ou bien Kabila, c'etait OK pour eux?
Il faut eclairer les gens en diffusant cette tuerie pour eviter a ce que le mensonge se transforme en verite selon fatshi et les mondialistes sinistres

Exactement!
Lorsqu'il s'agit de faussement accuser les FARDC de toutes sortes de crimes, l'ONU n'attend jamais la conclusion des enquetes mais dans ce cas ou le gouvernement a lui aussi pu trouver des preuves de l'implication des criminels dans cet odieux assassinat, l'ONU se fache! Et bien que l'ONU s'énerve et rouspète au moins cette fois-ci les FARDC ne seront pas pointé du doigt et les apprenti-sorciers comme Félix Tshiseekedi vont pleurer car étant privé d'une raison pour vilipender leur propre gouvernement et leur armée.

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'EXECUTION DE DEUX AGENTS DE L'ONU PAR LES KASSAIENS

Message  until le 26/4/2017, 10:20 am

Admin a écrit:En tout cas on ne put pas dire que les auteurs de ce double assassinat sont de l'armée.
Maintenant bon ces rebelles peuvent avoir été manipulés par des chefs qui ont des agendas cachés.  

Vous allez tres vite en besogne. La pensee critique libere de la manupilation.

Lu pour vous:

OPÉRATION SOUS FAUSSE BANNIÈRE (FALSE FLAG)

C'est une action menée avec utilisation des marques de reconnaissance de l'ennemi. C'est ce qu'a fait le gouvernement illégitime et illégal en R.D.C dans l'assassinat de deux experts de l'ONU pour faire porter le chapeau à KAMWINA NSAPU,
1. Kamwina Nsapu ne se cache pas dans la brousse pour tuer.
2. Kamwina Nsapu filme ses actions sans se cacher.
3. Kamwina Nsapu parle exclusivement en Ciluba lors de ses actions.
4. Kamwina Nsapu crie BULOB'EBU BUIKALA BUENU.
5. Kamwina Nsapu combat le régime Kabila et ses représentants mais pas les experts de l'ONU.

Que ceux qui sont 'epris de la verite revisent les video de kamuena nsapu et les confrontent avec celle-ci en ces 5 points. ils veront clair.

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'EXECUTION DE DEUX AGENTS DE L'ONU PAR LES KASSAIENS

Message  Troll le 26/4/2017, 1:03 pm

Sad FRACTURE SECURITAIRE ET ABSENCE DE RESPONSABILITE

Dans 8 mois si Kabila quitte le pouvoir, les congolais vont hérités d´une fracture sécuritaire très importante What a Face

Quand on s´en prend tantôt á l´ONU et aux "kasaiens" Like a Star @ heaven sans toute fois dire tout haut que ce qui est entrain de se passer au Kasai Like a Star @ heaven resulte soit de l´incompetance, soit de l´absence de l´autorité de l´État, et même pire d´un sabotage visant á destabiliser le pays par Kabila No

On regardais comment les deux candidats au second tour des élections en France étaient présent non loin du président en fonction pour rendre honneur á un policier assassiné dans la rue á Paris
Like a Star @ heaven

Au Congo depuis que le Kasai est destabilisé, le président de la Républiqu, premier responsable de l´armée et de la police n´a pas encore pris le temps de descendre sur le terrain..ni même de saluer la memoire de tous les policiers et militaires morts au combat face aux milices No Evil or Very Mad


Le plus choquant sur cette page est qu´il existe "encore" des gens qui défendent le prezz No Twisted Evil

S´il ya un responsable sur l´assassinat des agents de l´ONU, c´est avant tout le président Kabila á qui imcombe d´assurer la sécurité des Like a Star @ heaven congolais et Like a Star @ heaven des étrangers sur le territoire congolais


"MONTAGES"


Vous vous souvenez des propos de Mende No quand les videos sur la guerre civile du Kasai avaient commencées á circuler dans les médias Question
Mende affirmait que "c´étaient des montages" No

Á tous les lecteurs une petite question: Pourquoi la vie de deux agents de l´ONU vaut plus que celle des miliciens congolais executés in live, tués contrairement aux règles internationales de la "guerre" dont les images circulent encore dans les médias Question

S´il ya eu des crimes de guerre au Kasai... What a Face JP Bemba sejourne en prison pour les mêmes crimes.. Rolling Eyes Arrow Et tous ceux continuer de soutenir le "prezz" devraient réflechir deux fois quand ils s´expriment sur cette page Evil or Very Mad

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'EXECUTION DE DEUX AGENTS DE L'ONU PAR LES KASSAIENS

Message  zobattants le 26/4/2017, 2:56 pm

Troll a écrit:Sad FRACTURE SECURITAIRE ET ABSENCE DE RESPONSABILITE

Dans 8 mois si Kabila quitte le pouvoir, les congolais vont hérités d´une fracture sécuritaire très importante What a Face

Quand on s´en prend tantôt á l´ONU et aux "kasaiens" Like a Star @ heaven  sans toute fois dire tout haut que ce qui est entrain de se passer au Kasai Like a Star @ heaven  resulte soit de l´incompetance, soit  de l´absence de l´autorité de l´État, et même pire d´un sabotage visant á destabiliser le pays par Kabila No

On regardais comment les deux candidats au second tour des élections en France étaient présent non loin du président en fonction pour rendre honneur á un policier assassiné dans la rue á Paris
Like a Star @ heaven

Au Congo depuis que le Kasai est destabilisé, le président de la Républiqu, premier responsable de l´armée et de la police n´a pas encore pris le temps de descendre sur le terrain..ni même de saluer la memoire de tous les policiers et militaires morts au combat face aux milices No Evil or Very Mad


Le plus choquant sur cette page est qu´il existe "encore" des gens qui défendent le prezz No Twisted Evil

S´il ya un responsable sur l´assassinat des agents de l´ONU, c´est avant tout le président Kabila á qui imcombe d´assurer la sécurité des Like a Star @ heaven  congolais et Like a Star @ heaven des étrangers sur le territoire congolais


"MONTAGES"


Vous vous souvenez des propos de Mende No  quand les videos sur la guerre civile du Kasai avaient commencées á circuler dans les médias Question
Mende affirmait que "c´étaient des montages" No

Á tous les lecteurs une petite question: Pourquoi la vie de deux agents de l´ONU vaut plus que celle des miliciens congolais executés in live, tués contrairement aux règles internationales de la "guerre" dont les images circulent encore dans les médias Question

S´il ya eu des crimes de guerre au Kasai... What a Face  JP Bemba sejourne en prison pour les mêmes crimes.. Rolling Eyes Arrow  Et tous ceux continuer de soutenir le "prezz" devraient réflechir deux fois quand ils s´expriment sur cette page Evil or Very Mad

hmmm...
Notre expert en Executive Outcome aye lisusu...
Kabila quitte le pouvoir dans 8 mois, dis-tu?...
Akolongwa ki prez par quel moyen? coup d'Etat ou bien apres l'election presidentielle?
n'est-ce pas kaka yo ozalaki koloba que Kabila partira en decembre 2016???
Lelo tozali Avril 2017... bientot May... Decembre eza koya tic tac tic tac...Dans une annee, nous aurons un nouveau prez...
comment justifiez vous vos messages apocalyptiques?

Razz

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'EXECUTION DE DEUX AGENTS DE L'ONU PAR LES KASSAIENS

Message  Troll le 26/4/2017, 5:52 pm

Laughing Laughing PREZZZZ Twisted Evil

Zobbatante...votre "prezzz" a signé un accord où il s´engage á dégager d´ici decembre 2017 Idea

Lá où vous lisez une prophetie, il existe des textes... une résolution de l´ONU, un Accord signé par le "prezzzz" Idea Rolling Eyes

Oyo buzoba ya ndenge nini? Ata ko ba komi na mokanda, balingi ko tanga te Idea Arrow No

Mayele na yo moko, ba bondela yo ?

Vous avez besoin de Troll pour apprendre que le "prezzzz" est hors mandat et doit dégager cette année drunken Sleep

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'EXECUTION DE DEUX AGENTS DE L'ONU PAR LES KASSAIENS

Message  until le 27/4/2017, 9:33 am

..... Nos services ont extrait les métadonnées du fichier et les données révèlent que c’est un appareil d’Apple qui avait filmé la scène. Où-est-ce que la milice Kamwena Nsapu a-t-elle trouvé un iPhone au milieu de ces cases dans la brousse ?

Aussi qui a réinitialisé la date de la création du fichier qui est enfui dans les métadonnées de la vidéo et qui demande une grande technicité pour extraire et modifiée. Peut-on faire cela en brousse ? NON !

Même question pour la remise à Zéro de la date de retraçage et modification du fichier qui est enfui dans les fins fonds métadonnées de la vidéo et qui demande une grande technicité pour extraire et modifiée. Pour quel objectif ?

La vidéo montre clairement deux personnes : un homme blanc et une femme blanche marchant comme si c’était de touristes, mais guidée par des Congolais de la place très sympathiques qui pourraient être membres de Kamwena Nsapu.

Au cours de ce passage, ils ont tous entendu des coups de fusil de tireurs bien embusqués. Clairement, les tirs étaient destinés à l’équipe de visiteurs (blancs). Ils tombent par terre, mort et peut-être encore vivant. Les hommes de Kamwena Nsapu ont couru et disparaissent pour se protéger. Par ailleurs les membres de Kamwena Nsapu n’utilisent pas traditionnellement d’armes à feu pour tuer. Ils croient au gris-gris…

Les tirs ont été tirés par un tireur bien formé en utilisant avec un fusil d'assault du type AK47 pour frapper sur les cibles. La vidéo montre clairement que les hommes de Joseph Kabila sont derrière l’assassinat de ces enquêteurs de l’ONU.

Au moment des fusillades, c’est sur la vidéo on entend les hommes de Kamwena Nsapu crier leur slogan d’incantation en Tshiluba pour se protéger et dire qu’ils ont tué les pauvres ‘Blancs’

Bref, les preuves sont très accablantes pour le gouvernement et tous les services spécialisés au monde vont arriver aux mêmes résultats que nos experts. De ces faits, Joseph Kabila est responsable de ce forfait. Il allume des foyers de tensions partout à travers le Pays pour apparaître comme étant seul capable rétablir la sécurité et partant, il lui faudrait du temps pour le faire. Ainsi les élections seraient repoussées aux calendes grecques, le temps de réaliser son référendum constitutionnel qui constitue son obsession.....
Lire la suite:

http://www.congovox.com/les-turpitudes-de-joseph-kabila-trahi-par-les-m%C3%A9tadonn%C3%A9es-de-la-vid%C3%A9o-de-l%E2%80%99assassinat-de-catalan-et

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'EXECUTION DE DEUX AGENTS DE L'ONU PAR LES KASSAIENS

Message  ndonzwau le 27/4/2017, 5:03 pm

J’avoue mon étonnement face à une certaine unanimité dont font preuve beaucoup de Congolais même ici sur CD selon laquelle à la vue de la vidéo il serait entendu que l’Armée (et donc quelque part le pouvoir) est bel et bien lavée dans ce crime des experts de l’Onu au Kasai...
Comme si d’un coup tout le monde avait oublié cette prudence élémentaire, « à qui profite le crime ? », comme si par un subit syndrome de Stockholm tous ces Congolais victimes de ce pouvoir depuis deux décennies se mettaient à embrasser leur bourreau…

Bon, rien n'est encore démontré que le pouvoir a tout ourdi mais qui ignore le complot des images, qui oublie par exemple celles célébrèrent truquées sur Ceausescu ? Des spécialistes démagogues et pervers arrivent souvent à leur faire dire ce qu’elles ne sont pas en réalité par une mise en scène à laquelle le public-monde succombe au Congo comme ailleurs…
Alors si l'usine à trucages s’était une fois de plus mise à fabriquer efficacement une vérité bricolée à merveille aussi du côté de Léo pour notre malheur ?
Attention donc, prudence pour le moins !


"RDC: interrogations autour de la vidéo de l'assassinat des deux experts de l'ONU "
° http://www.rfi.fr/afrique/20170427-rdc-interrogations-autour-video-assassinat-deux-experts-onu
En RDC, les réactions d'indignation se multiplient après la diffusion par les autorités de Kinshasa d'une vidéo montrant l'exécution de deux experts de l'ONU par des miliciens présumés au Kasaï. Après les Nations unies, la France déplore la publicité faite par les autorités congolaises à une vidéo montrant leur assassinat, alors même que des enquêtes sont toujours en cours. A Kinshasa aussi, la diffusion de cette vidéo fait polémique et des doutes sur la véracité de la version présentée par le gouvernement émergent.

Dès lundi, les Nations unies s'étaient dit choquées de la décision des autorités congolaises de montrer la vidéo de l'assassinat des deux experts onusiens à la presse. Rendre public un élément de preuve pourrait gêner l'enquête, avait alors estimé le porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric.
Même son de cloche mercredi 26 avril à Kinshasa du côté de la Mission de l'ONU en RDC, la Monusco. « Nous ne pensons pas que cette vidéo devrait être diffusée publiquement, affirme Charles Bambara, le directeur de l’information publique de la Monusco. Il constitue effectivement une évidence dans les séances d’enquête criminelle. Et cela aussi pourrait, dans une certaine mesure, traumatiser les familles ».

Des doutes sur l'identité des meurtriers

Traumatisante, en violation du secret de l'instruction, l'Association africaine de défense des droits de l'homme (Asadho) à Kinshasa pointe aussi le risque de se baser sur cette vidéo pour accuser les miliciens Kamuina Nsapu d'avoir assassiné les deux experts comme l'on fait les autorités.
« On se base sur le fait que les gens qu’on a vus tout autour des experts portaient un ruban rouge autour de la tête. Ce ruban, on peut le faire porter à n’importe qui, explique Jean-Claude Katende, le président de l'AsadhoLa justice indépendante ne pourrait pas tenir compte de ce simple élément distinctif pour arriver à la conclusion selon laquelle ce sont les miliciens de Kamuina Nsapu qui ont assassiné les deux experts ».

D'autres milices portent en effet des bandeaux rouges. L'Asadho demande donc l'ouverture d'une enquête véritablement indépendante. Elle n'est pas la seule, d’autres interrogations émergent : pourquoi le lingala et le français sont-ils utilisés dans cette vidéo alors que la langue des miliciens Kamuina Nsapu est le tshiluba ? Enfin pourquoi tuer deux personnes qui viennent justement enquêter sur les exactions dont les Kamuina Nsapu sont victimes ? Et pourquoi prendre le temps de filmer cet assassinat sans jamais le revendiquer ? Autant de questions auxquelles l’enquête encours devra répondre."



"Experts de l’ONU tués : une vidéo « authentique » mais toujours des interrogations"
° http://cas-info.ca/experts-de-lonu-tues-une-video-authentique-mais-toujours-des-interrogations/
Le gouvernement de la République Démocratique du Congo a rendu publique lundi la vidéo de l’assassinat de deux experts de l’Onu Michael Sharp et Zaida Catalan tués en Mars dernier dans la région agitée du Kasaï.
Des images d’une rare violence qui démontrent le danger que représentent les auteurs de ce crime, « des terroristes qu’il faut éradiquer » comme l’a martelé le porte-parole du gouvernement Lambert Mende.
Du côté des Nations unies, la vidéo a été reçue avec effroi. Dans une déclaration à l’Afp, le porte-parole de l’Organisation Stéphane Dujarric reconnait tout de même l’authenticité de la vidéo tout en dénonçant une diffusion « traumatisante » pour les familles des victimes . Même si les interrogations demeurent.

« Nous allons leur donner le coup fatal »

Dans cette vidéo qui dure environs 6 minutes, les deux humanitaires sont conduits dans une brousse par 6 à 7 personnes, bandeau rouge autour de la tête, symbole de la milice Kamwina Nsapu. Visiblement à la recherche des fosses communes sur lesquelles les deux agents de l’ONU enquêtent. Michal Sharp et Zaida Catalan parlent en français avec un des miliciens présumés.
Mais tout bascule, lorsque, soudain, les deux experts onusiens sont priés de s’asseoir. Les hommes à bandeau rouge commencent alors à parler en Tshiluba, la langue parlée dans la région. Leur accent est villageois et ils deviennent peu rassurant.
« Évite de les pointer du doigt », chuchote la voix d’un assaillant. Puis, une deuxième voix ajoute : « nous allons leur donner le coup fatal…, le lance-roquette est déjà prêt », explique la voix de l’assaillant qui fait vraisemblablement référence à l’arme dont il s’apprête à faire usage.

Très vite, le premier tir retentit, Michael Sharp est à terre. Zaida Catalan tente de s’en fuir en vain. Elle est abattue de 3 balles.
« Nous sommes les enfants de Kamwina Nsapu, tous ceux qui viennent nous attaquer, leur sort c’est la mort », lance enfin une dernière voix toujours en Tshiluba. L’horrible scène est toujours filmée lorsque l’un des hommes décapite le cadavre de la jeune femme.
Comment alors, deux experts de l’ONU, enquêtant sur des massacres présumés des Kamwina Nsapu, sont-ils tués par ces derniers (si les meurtriers présents dans la vidéo appartiennent à la milice Kamwina Nsapu) ? Pourquoi filment-ils leur crime ? Dans quel intérêt ?
Les difficiles questions auxquelles l’ONU qui exige toujours une enquête internationale va devoir répondre."


"RDC : Doute et polémique autour de la vidéo de l’exécution des experts de l’ONU"
° https://africapostnews.com/2017/04/27/rdc-doute-polemique-autour-de-video-de-lexecution-experts-de-lonu/
Actualité RDC – Les réactions et les avis se multiplient sur la vidéo de l’assassinat des deux experts de l’ONU tué dans le Kasaï. Parmi les voix qui s’élèvent, certains critiquent la diffusion de la bande, tandis que d’autres émettent de sérieux doutes quant à la version des faits soutenue par les autorités.

En début de semaine, les autorités congolaises avaient rendu public, la vidéo de l’exécution des deux experts de l’ONUMichael Sharp et Zaida Catalan. Dans une conférence de presse, le ministre de la Communication et des Médias, porte-parole du gouvernement Lambert Mende avait formellement accusé la milice Kamwina Nsapu , d’être l’auteur de ce meurtre sanglant. L’homme avait mis en lumière des éléments distinctifs des miliciens dans la vidéo. Cette dernière, permettrait également d’éloigner tout soupçon sur les forces armées congolaises suite à ce double homicide.

Cependant, la diffusion de la bande n’a pas été bien accueillie dans l’opinion nationale et internationale. La première réaction fut celle de l’ONU qui a vivement critiqué la décision des autorités congolaises de présenter ces images à la presse. Le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric, avait estimé d’une part que les images pourraient être un choc pour les familles. D’autre part, la vidéo étant une preuve dans cette affaire, sa diffusion pourrait gêner l’enquête avait-il estimé.
La Monusco  , par la voix de son directeur de l’information publique Charles Bambara, s’est elle aussi dite indignée par la publication de la vidéo. « Nous ne pensons pas que cette vidéo devrait être diffusée publiquement », a-t-il déclaré. Il a ensuite exprimé les mêmes réserves que l’ONU concernant l’enquête.

Les doutes au niveau de la version des autorités

La polémique autour de la vidéo ne s’arrête pas aux indignations consécutives à sa diffusion. L’interprétation des faits par le ministre de la Communication est aussi remise en cause. De plus, plusieurs zones d’ombre subsistent dans cette affaire. Les miliciens qui s’expriment en lingala, alors que les membres de Kamwina  Nsapu s’expriment en Tshiluba, le mobile du crime assez flou, ou encore le fait que la milice n’ait pas revendiqué cet acte.
Pour Jean-Claude Katende, président de l’Association africaine de défense des droits de l’homme (Asadho), la prudence est de mise. « On se base sur le fait que les gens qu’on a vus tout autour des experts portaient un ruban rouge autour de la tête. Ce ruban, on peut le faire porter à n’importe qui […] La justice indépendante ne pourrait pas tenir compte de ce simple élément distinctif pour arriver à la conclusion selon laquelle ce sont les miliciens de Kamuina Nsapu qui ont assassiné les deux experts ».
Cette vidéo qui devait apporter des lumières sur l’assassinat des experts onusiens vient finalement soulever de nouvelles interrogations. En attendant que l’enquête aboutisse, les regards sont désormais tournés vers les autorités congolaises."



" DESC investigation : Assassinat des enquêteurs de l’ONU : Les incohérences de la vidéo diffusée par le gouvernement congolais"
° http://desc-wondo.org/fr/desc-investigation-assassinat-des-enqueteurs-de-lonu-les-incoherences-de-la-video-diffusee-par-le-gouvernement-congolais/

"RDC: la vidéo du meurtre des deux experts de l’ONU fait polémique"
° http://afrikarabia.com/wordpress/rdc-la-video-du-meurtre-des-deux-experts-de-lonu-fait-polemique/

"Vidéo du meurtre des experts ONU : « ce n’est pas à la France ou à l’ONU de se substituer à la justice congolaise » – (Mende)"
° https://actualite.cd/2017/04/27/video-meurtre-experts-onu-nest-a-france-a-lonu-de-se-substituer-a-justice-congolaise-mende/

"RDC: Le flou sur l'assassinat des experts des Nations unies"
° http://www.dw.com/fr/rdc-le-flou-sur-lassassinat-des-experts-des-nations-unies/a-38603417

"ENQUÊTER SUR L’ASSASSINAT DE DEUX EXPERTS DE L’ONU"
° https://www.amnesty.be/je-veux-m-informer/actualites/article/enqueter-sur-l-assassinat-de-deux-experts-de-l-onu

"Au Kasaï, un conflit coutumier qui dégénère en sale guerre"
° http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/04/26/au-kasai-un-conflit-coutumier-qui-degenere-en-sale-guerre_5118087_3212.html
Depuis la mort du chef Kamwina Nsapu, dans le centre de la RDC, milices et policiers multiplient les atrocités dans un contexte politique national toujours plus délétère.

Cela avait au départ l’apparence d’un banal conflit coutumier. C’est désormais une véritable guerre sale, meurtrière, confuse. En huit mois, les provinces du Kasaï, au centre de la République démocratique du Congo (RDC), sont devenues le théâtre de la barbarie de miliciens et de militaires congolais. Depuis début mars, quarante fosses communes ont été documentées par les Nations unies, des miliciens ont été massacrés par des soldats, des policiers ont été exécutés par des miliciens. Deux experts mandatés par les Nations unies pour tenter d’apporter un peu de lumière y ont été assassinés dans un contexte qui reste encore trouble.
Tout a démarré il y a un an avec le chef traditionnel Kamwina Nsapu, de son vrai nom Jean-Pierre Mpandi qui, à défaut d’être reconnu par l’Etat central comme successeur de son oncle décédé en 2012, a amorcé un début de sédition contre le régime de Joseph Kabila. Le nouveau Kamwina Nsapu est tué lors d’une brutale opération de police en août 2016. Ses fidèles se sont constitués en milices, reconnaissables à leur front ceint d’un bandeau rouge. On y trouve des femmes, des enfants, d’anciens policiers à la dérive. Ils affrontent l’armée, s’en prennent aux symboles du pouvoir, aux écoles, aux églises, avec pour seules armes des machettes, quelques vieux fusils de brousse et la croyance en leurs protections mystiques. Le pouvoir à Kinshasa les considère aujourd’hui comme des « terroristes ».

Entraves

L’insurrection s’est rapidement étendue à plusieurs provinces, cristallisant les mécontentements de nombreux habitants de cette région délaissée et traditionnellement favorable à l’opposition politique. Les revendications se sont politisées et appellent à l’organisation d’élections, à une alternance. Ce qui serait une première dans l’histoire du pays. Les violences se sont démultipliées. Des atrocités perpétrées par les deux camps sont filmées et diffusées sur Internet alors que le nombre de charniers exhumés ne cesse de grimper.
Lundi 24 avril, le gouvernement congolais a présenté une vidéo présumée de l’assassinat de l’Américain Michael Sharp et de la Suédoise Zaida Catalan, les deux experts qui enquêtaient pour le compte de l’ONU dans la région. On y voit des hommes portant l’accoutrement des miliciens de Kamwina Nsapu, bandeau rouge au front, tirer à bout portant sur les deux enquêteurs avant d’égorger Mme Catalan. Cette vidéo ainsi que d’autres sont diffusées sur les réseaux sociaux… et suscitent encore des questions. Pourquoi ces miliciens auraient-ils tué ceux qui venaient enquêter sur des crimes supposément commis par l’armée contre eux ? Pourquoi auraient-ils filmé ce double assassinat qui appuie les accusations du gouvernement ?
Les Nations unies, la Cour pénale internationale (CPI), qui pourrait se saisir du dossier, et plusieurs pays occidentaux ont exprimé leurs vives préoccupations sur ce qui pourrait constituer des éléments de preuves de crimes de guerre. Kinshasa s’est échiné à limiter l’accès d’observateurs et d’enquêteurs indépendants, quitte à entraver le travail de l’ONU, qui prévoit néanmoins de renforcer sa présence civile et militaire dans la région.

Un million de personnes déplacées

Acculé, le pouvoir politique a fini par dialoguer et négocier avec ce pouvoir traditionnel et spirituel qu’il a voulu réorganiser pour mieux le maîtriser. Les autorités congolaises ont fini par débuter une sorte de médiation avec la famille de Kamwina Nsapu, dont certains membres sont suspectés d’être corrompus et infiltrés par les services de renseignement. Un cousin du défunt chef a été désigné pour lui succéder le 16 avril. La famille régnante a appelé au calme. En vain. Les problèmes coutumiers ne semblent pas encore près d’être résolus. Une partie des Kamwina Nsapu continue le combat.
Les violences se poursuivent à l’est et à l’ouest de Kananga, capitale du Kasaï-Central, ainsi qu’à 200 km au nord-ouest, à Luebo, et dans des zones diamantifères, ce qui laisse craindre une exploitation illégale pour alimenter le conflit. Des affrontements se sont déplacés plus au sud, en direction de la frontière avec l’Angola traversée par près de 11 000 habitants fuyant le conflit. Le régime de José Eduardo dos Santos, puissance militaire régionale et principal protecteur de Joseph Kabila à ses débuts, a renforcé son dispositif sécuritaire à la frontière. Soucieux de la stabilité régionale dont dépend celle de la RDC, Luanda s’est distancié du régime de Kabila ces derniers mois et craint un débordement du conflit et de la crise humanitaire. Selon l’ONU, les violences ont provoqué le déplacement interne de plus d’un million de personnes.

Plusieurs observateurs redoutent aujourd’hui que le conflit s’enfonce dans une crise identitaire. Entre Tshokwe et Luba notamment. Le 19 avril, des affrontements intercommunautaires ont causé la mort de vingt personnes non loin de Tshikapa, chef-lieu de la province du Kasaï, vient d’annoncer l’ONU.
Certains politiques locaux assimilent désormais les miliciens Kamwina Nsapu à une insurrection luba, au risque d’attiser les haines. Selon plusieurs témoignages, les miliciens ont eu tendance à épargner les Luba, comme ce fut apparemment le cas lors du massacre de quarante policiers tués fin mars, et prennent soin de sélectionner leurs cibles en fonction de leur ethnie. Des embryons de milices Kamwina Nsapu ont également été repérés par les autorités congolaises dans l’ex-Katanga. La région la plus riche du pays est aussi celle de Joseph Kiabila et de celui qui apparaît désormais comme son principal opposant, l’ex-gouverneur Moïse Katumbi.
Certains hauts responsables du régime Kabila n’hésitent pas à évoquer des liens entre des caciques de Kamwina Nsapu et des membres de l’opposition, voire de parler d’une « armée de l’UDPS », acronyme du parti cofondé par la grande figure de l’opposition Etienne Tshisekedi, originaire du Kasaï, décédé le 1er février à Bruxelles.

Violation de l’accord de décembre 2016

Depuis, le dialogue politique inclusif avec le pouvoir débuté sous l’égide de l’Eglise catholique congolaise est au point mort. Joseph Kabila, dont le deuxième et dernier mandat s’est achevé le 19 décembre 2016, a négocié son maintien au pouvoir jusqu’à la tenue d’élections générales en décembre 2017. L’opposition, désormais divisée, conteste la nomination le 7 avril par le chef de l’Etat du nouveau premier ministre, Bruno Tshibala, issu des rangs de l’UDPS. L’Eglise catholique congolaise a dénoncé une violation de l’accord signé par la majorité présidentielle et l’opposition le 31 décembre 2016 puisque le texte prévoyait que le poste de premier ministre revienne à un membre proposé par l’opposition et désigné par le chef de l’Etat. Or M.Tshibala a été directement nommé par Joseph Kabila.
Cette nomination unilatérale suscite l’inquiétude des partenaires occidentaux, d’autant plus que le premier ministre n’a toujours pas présenté de gouvernement. Pas de quoi infléchir la position de Joseph Kabila qui se refuse toujours à recevoir les leaders d’une fragile opposition qu’il est parvenu à diviser pour finir par s’en servir. Le temps passe et le président, qui peut désormais se projeter au-delà de 2017, semble tout faire pour empêcher la tenue des élections. Pas de calendrier électoral, pas de budget, pas d’importation du matériel électoral et un enrôlement des électeurs désormais impossible dans les provinces du Kasaï.
L’organisation de ces élections, censées permettre la première alternance politique pacifique de l’histoire du pays, est techniquement impossible d’ici la fin de l’année, selon plusieurs experts électoraux. Ce qui pourrait motiver encore un peu plus ceux qui croient dans les armes plutôt que dans les urnes."


° https://dkpod.com/a-la-une-interrogations-autour-dune-video/
° http://actu.orange.fr/monde/678e8444601c39d323903a6e82919245/rdc-l-assassinat-des-deux-experts-de-l-onu-confirme-la-derive-du-pays-liberation-CNT000000FzK9Z.html
° https://player.fm/series/rfi-revue-de-presse-afrique-1336524/a-la-une-interrogations-autour-dune-vido-26042017


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'EXECUTION DE DEUX AGENTS DE L'ONU PAR LES KASSAIENS

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum