AUJOURD’HUI AU CONGO PLUS QUE JAMAIS LE PROBLÈME C’EST ‘JK’, LA SOLUTION : ’SON ÉLIMINATION' ! C’EST A TROP L’OUBLIER QUE LES CONGOLAIS (ET LEURS AMIS DEHORS ?) S’ENFERRENT DANS DES IMPASSES ! « IL N’AURAIT RIEN PROMIS », AH BON ?

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: AUJOURD’HUI AU CONGO PLUS QUE JAMAIS LE PROBLÈME C’EST ‘JK’, LA SOLUTION : ’SON ÉLIMINATION' ! C’EST A TROP L’OUBLIER QUE LES CONGOLAIS (ET LEURS AMIS DEHORS ?) S’ENFERRENT DANS DES IMPASSES ! « IL N’AURAIT RIEN PROMIS », AH BON ?

Message  ndonzwau le 15/9/2017, 1:50 am

[PS]

"Appel à la mobilisation anti-Kabila devant l’Onu"
° https://afrique.lalibre.be/8577/appel-a-la-mobilisation-anti-kabila-devant-lonu/
"Des Congolais vont marcher devant le siège de l’ONU à New York"
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2017/09/14/congolais-marcher-devant-siege-de-lonu-a-new-york.htm

"« Seule, la mobilisation peut libérer le Congo »"
° https://afrique.lalibre.be/8315/seule-la-mobilisation-peut-liberer-le-congo/

"RDC : Au stade la foule chante : « Yahwe sala Kabila akufa! »"
° https://afrique.lalibre.be/8299/rdc-au-stade-la-foule-chante-yahwe-sala-kabila-akufa/

"RDC : L’UDPS-Extérieure appelle à un conclave pour l’unité"
° https://afrique.lalibre.be/8571/rdc-ludps-exterieure-appelle-a-un-conclave-pour-lunite/

"RDC: une chute inexorable"
° https://afrique.lalibre.be/8456/rdc-une-chute-inexorable
l
"Martin Fayulu : « Il faut mettre le Parlement en congé et capitaliser l’argent de son fonctionnement pour financer les élections »"
° https://actualite.cd/2017/09/13/martin-fayulu-faut-mettre-parlement-conge-capitaliser-largent-de-fonctionnement-financer-elections/

"CNSA : la décrispation à l’ordre du jour"
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2017/09/14/cnsa-decrispation-a-lordre-jour.html

"Front anti-Kabila : l'UNC et le MLC d'accord avec Félix Tshisekedi"
° https://www.mediacongo.net/article-actualite-30084.html

" Le manque d'implication de la communauté internationale comme frein à une sortie de conflit (Elie Thomas) "
° http://www.congoforum.be/fr/analysedetail.asp?subitem=&id=208025&analyse=selected

"Langue de bois"
° http://lepotentielonline.com/index.php?option=com_content&view=article&id=17685:langue-de-bois&catid=85:a-la-une&Itemid=472


"LA TRIPARTITE CNSA-GOUVERNEMENT-CENI : PSEUDO-EVALUATION OU SOLUTION PERTINENTE POUR LA SORTIE DE LA CRISE ?"
° http://www.lephareonline.net/tripartite-cnsa-gouvernement-ceni-pseudo-evaluation-solution-pertinente-sortie-de-crise/

"Fayulu rappelle à Kabila la ligne rouge : 31 décembre 2017"
° http://www.lephareonline.net/fayulu-rappelle-a-kabila-ligne-rouge-31-decembre-2017/

"Martin Fayulu exhorte à adhérer au Manifeste du citoyen congolais"
° https://actualite.cd/2017/09/08/martin-fayulu-exhorte-a-adherer-au-manifeste-du-citoyen-congolais/

"Martin Fayulu dissèque le processus électoral dans le #NewsForum d’ACTUALITE.CD ce samedi à Faden House "
° https://actualite.cd/2017/09/07/martin-fayulu-disseque-processus-electoral-newsforum-dactualite-cd-samedi-a-faden-house/


"Le processus électoral compromis : Nangaa se lave les mains, Olenghankoy piégé"
° http://lepotentielonline.com/index.php?option=com_content&view=article&id=17702:le-processus-electoral-compromis-nangaa-se-lave-les-mains-olenghankoy-piege&catid=85:a-la-une&Itemid=472

"La dernière chance"
° http://lepotentielonline.com/index.php?option=com_content&view=article&id=17708:la-derniere-chance&catid=85:a-la-une&Itemid=472


"Calendrier électoral: Atundu appelle la société civile à laisser la CENI faire son travail"
° http://cas-info.ca/calendrier-electoral-atundu-appelle-la-societe-civile-a-laisser-la-ceni-faire-son-travail/
"APRES LE 31 DECEMBRE 2017
LA MP SE RÉFÉRERA À L’ACCORD DU 31 DÉCEMBRE 2016"

° http://www.forumdesas.org/spip.php?article13084

"RDC : « Lucha et Filimbi agissent sous l’emprise et la direction d’un génie du mal » (MP)"
° https://actualite.cd/2017/09/14/rdc-lucha-filimbi-agissent-lemprise-direction-dun-genie-mal-mp/

"Atundu : « S’il n’ y a pas élections en 2017, la CENI, le CNSA et le Gouvernement  décideront de la suite »"
° https://actualite.cd/2017/09/13/atundu-sil-n-y-a-elections-2017-ceni-cnsa-gouvernement-decideront-de-suite/

"RDC : La MP dénonce des personnalités européennes qui tentent d’obtenir une condamnation du pouvoir de Kinshasa à l’ONU"
° https://actualite.cd/2017/09/13/rdc-mp-denonce-personnalites-europeennes-tentent-dobtenir-condamnation-pouvoir-de-kinshasa-a-lonu/

"«Le Rassemblement a profité de la mort de Tshisekedi pour torpiller l’arrangement particulier et en modifier la mission» – (MP)"
° https://actualite.cd/2017/09/13/rassemblement-a-profite-de-mort-de-tshisekedi-torpiller-larrangement-particulier-modifier-mission-mp/

"Selon Top Congo : la Majorité dame les pions à l’Opposition"
° http://www.politico.cd/encontinu/2017/09/14/selon-top-congo-majorite-dame-pions-a-lopposition.html

"RDC : un bus rempli « d’armes de guerre » intercepté à Lubumbashi"
° https://afrique.lalibre.be/8563/rdc-un-bus-rempli-darmes-de-guerre-intercepte-a-lubumbashi/

"RDC: Sud-Kivu: 28 détenus mourants exposés à la charité publique"
° https://afrique.lalibre.be/8540/rdc-sud-kivu-28-detenus-mourants-exposes-a-la-charite-publique/

"Kinshasa : Affrontements entre policiers et militants à la 10e rue Limete ce jeudi soir"
° https://actualite.cd/2017/09/07/kinshasa-affrontements-entre-policiers-militants-a-10e-rue-limete-jeudi-soir/

"Lubumbashi: “La détention des activistes des droits de l’homme est une preuve de répression de la voix discordante au pouvoir” (ACAJ)"
° https://actualite.cd/2017/09/07/lubumbashi-detention-activistes-droits-de-lhomme-preuve-de-repression-de-voix-discordante-pouvoir-acaj/

"RDC: Le CNSA exige des émoluments décents pour assurer l’indépendance de ses membres"
° https://actualite.cd/2017/09/07/rdc-cnsa-exige-emoluments-decents-assurer-lindependance-de-membres/


"Actu Expliquée 15.09.17 : Le Rassop et le MLC rejettent l'idée d'un 3eme Dialogue"





Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: AUJOURD’HUI AU CONGO PLUS QUE JAMAIS LE PROBLÈME C’EST ‘JK’, LA SOLUTION : ’SON ÉLIMINATION' ! C’EST A TROP L’OUBLIER QUE LES CONGOLAIS (ET LEURS AMIS DEHORS ?) S’ENFERRENT DANS DES IMPASSES ! « IL N’AURAIT RIEN PROMIS », AH BON ?

Message  ndonzwau le 15/9/2017, 10:16 pm

"Enjeux, défis et risques du vote (semi-)électronique en RD Congo – Alain-Joseph Lomandja"
cyclops  cyclops  cyclops  cyclops  cyclops                
° http://desc-wondo.org/fr/enjeux-defis-risques-vote-semi-electronique-rd-congo-alain-joseph-lomandja/


"Le Rassemblement dit non au 3ème dialogue"
° http://lepotentielonline.com/index.php?option=com_content&view=article&id=17719:le-rassemblement-dit-non-au-3eme-dialogue&catid=85:a-la-une&Itemid=472
"3e dialogue : Dernier tour de passe-passe de la MP dont ne veut pas l’opposition"
° http://cas-info.ca/3e-dialogue-dernier-tour-de-passe-passe-de-la-mp-dont-ne-veut-pas-lopposition/

"Katumbi : « Avec Kabila, il ne peut y avoir ni dialogue ni négociation »"
° https://afrique.lalibre.be/8624/katumbi-avec-kabila-il-ne-peut-y-avoir-ni-dialogue-ni-negociation/

"RDC: nouveau bras de fer opposition-gouvernement"
° http://www.rfi.fr/afrique/20170915-rdc-nouveau-bras-fer-opposition-gouvernement


"La Présidentielle le 31 décembre 2017, calendrier électoral proposé à Nangaa "
° http://www.politico.cd/actualite/2017/09/15/presidentielle-31-decembre-2017-calendrier-electoral-propose-a-nangaa.html

"La CENI pourrait publier le calendrier électoral la semaine prochaine "
° http://www.politico.cd/en-off/2017/09/15/ceni-pourrait-publier-calendrier-electoral-semaine-prochaine.html


"ONU : LA RDC AU NOMBRE DE GRANDS DOSSIERS DE LA FRANCE A L’ASSEMBLEE GENERALE CE MARDI "
° http://www.lefigaro.fr/international/2017/09/10/01003-20170910ARTFIG00109-quels-sont-les-grands-dossiers-de-la-france-a-l-onu.php
° http://lepotentielonline.com/index.php?option=com_content&view=article&id=17705:onu-la-rdc-au-nombre-de-grands-dossiers-de-la-france-a-l-assemblee-generale-ce-mardi&catid=90:online-depeches&Itemid=472


"Session des enjeux décisifs Parlement : la tête de Tshibala en danger !"
° https://laprosperiteonline.net/2017/09/14/session-des-enjeux-decisifs-parlement-la-tete-de-tshibala-en-danger/
° http://groupelavenir.org/parlement-une-rentree-de-tous-les-enjeux/
° http://www.forumdesas.org/spip.php?article13106
"Rentrée parlementaire:
Kinshasa : le Palais du peuple transformé en forteresse"

° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=11951
"Parlement : la rentrée de tous les enjeux et de tous les dangers - Le Phare"
°  http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=208796&Actualiteit=selected
"Congo Nouveau reste dubitatif et s’interroge : « rentrée parlementaire ou rentrée inutile ? »"
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=208796&Actualiteit=selected


" Graham Zebedee : « Le peuple congolais veut voter. J’espère que les politiciens vont répondre à cette aspiration du peuple » – Interview"
°  https://actualite.cd/2017/09/15/graham-zebedee-peuple-congolais-veut-voter-jespere-politiciens-repondre-a-cette-aspiration-peuple-interview/

"Kengo: «L’Accord global et inclusif constitue, pour le moment, la seule piste susceptible de sortir de la crise»"
° https://actualite.cd/2017/09/15/kengo-laccord-global-inclusif-constitue-moment-seule-piste-susceptible-de-sortir-de-crise/

" RDC: « Qu’on le veuille ou non, on arrivera à la confrontation »"
° https://afrique.lalibre.be/8647/rdc-quon-le-veuille-ou-non-on-arrivera-a-la-confrontation/

" Bruno Tshibala : “Ce n’est pas exact de dire que le pouvoir a créé le chaos pour qu’il n’y ait pas élection”"
° https://actualite.cd/2017/09/15/bruno-tshibala-ce-nest-pas-exact-de-dire-que-le-pouvoir-a-cree-le-chaos-pour-quil-ny-ait-pas-electionbruno-tshibala-ce-nest-pas-exacte-de-dire-que-le-pouvoir-a/


"RDC: le nonce dénonce un « Etat prédateur de son peuple » "
° https://afrique.lalibre.be/8639/rdc-le-nonce-denonce-un-etat-predateur-de-son-peuple/


"Assemblée générale de l’ONU : Cette tribune où Joseph Kabila promettait les élections"
Evil or Very Mad  Twisted Evil  Embarassed  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  
° http://cas-info.ca/assemblee-generale-de-lonu-cette-tribune-ou-joseph-kabila-promettait-les-elections/


"Plan Marshall pour la Reconstruction de la RDC Maison de France de Kinshasa: Noël Tshiani face aux congolais ce samedi!"
° https://laprosperiteonline.net/2017/09/14/plan-marshall-pour-la-reconstruction-de-la-rdc-maison-de-france-de-kinshasa-noel-tshiani-face-aux-congolais-ce-samedi/


"REFERENDUM, 3EME DIALOGUE ET ELECTION 2017"




Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: AUJOURD’HUI AU CONGO PLUS QUE JAMAIS LE PROBLÈME C’EST ‘JK’, LA SOLUTION : ’SON ÉLIMINATION' ! C’EST A TROP L’OUBLIER QUE LES CONGOLAIS (ET LEURS AMIS DEHORS ?) S’ENFERRENT DANS DES IMPASSES ! « IL N’AURAIT RIEN PROMIS », AH BON ?

Message  ndonzwau le 7/10/2017, 11:03 pm

"RDC : Devant l’Atlantic Council, Nangaa annonce la publication du calendrier électoral pour la semaine prochaine
Evil or Very Mad  Twisted Evil  Embarassed  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes
° https://actualite.cd/2017/10/07/rdc-devant-latlantic-council-nangaa-annonce-publication-calendrier-electoral-semaine-prochaine/



Corneille Nangaa aurait annoncé que le calendrier électoral sera publié la semaine prochaine, rapporte  l’Atlantic Council, l’un des think tanks américains les plus influents.

«  Nangaa a annoncé que le calendrier électoral devrait être publié à Kinshasa la semaine prochaine. Il a également parlé des difficultés logistiques rencontrées par la RDC, mais il a également exprimé son optimisme pour l’avenir », rapporte l’Atlantic Council qui avait reçu Nangaa le 5 octobre à Washington.
La  discussion était animée par le directeur des programmes et études Afrique Centre et directeur adjoint Bronwyn Bruton.
Nangaa, qui revient à Kinshasa ce dimanche, était accompagné par François Balumuene, ambassadeur de la RDC aux États-Unis.
Du côté de la CENI, on tempère.
« Le calendrier électoral ne peut être publié qu’à la fin de l’évaluation entre le CNSA, la CENI et le Gouvernement. On nous a proposé de la tenir du 12 au 16 octobre. On va essayer de voir », rapporte à ACTUALITE.CD, une source du bureau de la CENI."



"Pas d’élections en RDC avant “décembre 2018”!
Twisted Evil  Embarassed  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Question  Question  Question  Question  Question  Question
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2017/10/06/delections-rdc-decembre-2018.html
A en croire l’agence de presse Reuters, citant des sources diplomatiques, la Commission éléctorale nationale indépendante (CENI) s’apprête à annoncer la tenue des élections en RDC vers “décembre 2018”

La commission électorale de la République démocratique du Congo devrait annoncer dans les prochains jours que les élections pour remplacer le président Joseph Kabila ne peuvent avoir lieu avant la fin de l’année 2018“, dit Reuters dans un article publié ce vendredi.
Si elle était confirmée, la décision pourrait mettre en colère l’opposition politique,  qui a menacé de faire appel à la rue pour “chasser “le président Kabila du pouvoir.
La commission indépendante estime qu’elle ne peut pas achever les préparatifs pour assurer une élection sécurisée et transparente qu’en décembre 2018, a déclaré les deux sources sur la RDC” ajoutent nos confrères britanniques, dont l’article est à lire ici (en Anglais")



"EXCLUSIVE-Congo poised to see election pushed back to late 2018 -sources"
° http://af.reuters.com/article/africaTech/idAFL2N1MH01V
WASHINGTON, Oct 6 (Reuters) - The Democratic Republic of Congo’s electoral commission is expected to announce in the coming days that a vote to replace President Joseph Kabila cannot take place until the end of 2018 at the earliest, people familiar with the process said.

If confirmed, the decision could anger Congo’s political opposition, which had struck a deal with Kabila for a ballot by the end of 2017.
Kabila’s refusal to step down at the end of his second elected term in December 2016 sparked protests that killed dozens of people and raised fears that the chronically unstable country could slide back into civil war. Term limits preclude him from running again.
]The independent commission believes it cannot complete preparations to ensure a secure, transparent election until December 2018, said the two sources from Congo, who spoke to Reuters in Washington on condition of anonymity ahead of an official announcement.
Even that 2018 date presumes that there will be significant domestic and international support for the election, which is expected to cost $526 million to carry out, excluding expenses for registering voters.
Without sufficient support, preparations for the election could take even longer, pushing the vote to May or July of 2019, the first source said.

One of the big challenges is a lack of trust within Congo about the political process itself, the sources said. Securing international support for the new date will also be vital, since a global backlash could trigger more infighting in Congo.
“There is mistrust between actors, especially political actors,” the first source said. “No one trusts nobody. And this mistrust is ... also even towards the electoral process.”
For example, any U.S. decision to contest the new date could “put in motion contestations of the calendar and delay, again, the elections,” the second source said.
Government spokesman Lambert Mende said the electoral commission was independent of the administration and had sole responsibility for setting the election calendar.

The stakes are high. Resource-rich Congo, which gained independence from colonial power Belgium in 1960, has never had a peaceful transition of power.
Kabila’s opponents have long suspected he intends to repeatedly delay elections until he can organize a referendum to let himself stand for a third term, as his counterparts in the neighboring Congo Republic and Rwanda have done.
Kabila denies those accusations, saying the election delays stemmed from budgetary constraints and the challenge of registering millions of voters. Congo is moving toward “credible, transparent and peaceful elections,” he told the United Nations last month.
The first source also cited several hurdles to preparing for the next election, including completing a $400 million effort to register Congo’s 45 million voters and ensure that none of them can cast more than one ballot.
Some 42 million people have been registered so far.

CROWDED BALLOT(...)"


° http://www.congonewsplustv.com/2017/10/urgent-pas-delections-en-rdc-avant.htmL

Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: AUJOURD’HUI AU CONGO PLUS QUE JAMAIS LE PROBLÈME C’EST ‘JK’, LA SOLUTION : ’SON ÉLIMINATION' ! C’EST A TROP L’OUBLIER QUE LES CONGOLAIS (ET LEURS AMIS DEHORS ?) S’ENFERRENT DANS DES IMPASSES ! « IL N’AURAIT RIEN PROMIS », AH BON ?

Message  ndonzwau le 9/10/2017, 4:44 pm

Le changement chez nous passe par "l'élimination de 'JK'", postule ce sujet mais encore... ?

Lorsqu'on est un leader responsable, consciencieux et réaliste comme Mukwege, l'idéal de l'avenir du pays ne peut être envisagé qu'en termes de (re)construction tant tout est par terre chez-nous... N'empêche, cela n'excusera jamais de ne pas traiter de la nécessité immédiate, d'où l'indispensable équilibre entre l'urgent, le possible tout de suite et ces utiles bases à édifier pour les meilleurs moyen et long termes...
Du coup la question d'une "Transition" surgit toujours dès qu'il s'agit de Mukwege qu'à raison nous voyons comme l'un de nos meilleurs candidats à la "présider" mais en même temps mettant la 'charrue avant les bœufs', nous nous entichons à lui demander d'accepter (ou non) cette charge, au lieu de 'discuter' des conditions et moyens d'obtenir cette transition; ce qui biaise le débat...

En vérité nous aurions tort de fétichiser les dates et les délais malgré les urgences, nous ferions mieux de prendre aussi le temps à nous assurer des meilleures 'bases' à planter sans nous cristalliser sur la 'lettre' de la Constitution qui pour l'heure est dépassée de fait mais à nous atteler au contraire au respect de son "esprit"...
C'est ce qu'on peut lire à travers les réponses de Mukwege ci-dessous et c'est tout le vaste chantier qui se trouve devant nous...
Serons-nous capables de relever ce défi capital : planter les fondations solides et durables d'un "changement de gouvernance'" ?  


"Mukwege: je ne suis candidat à rien mais si la base me le demande…
° http://blog.lesoir.be/colette-braeckman/2017/10/08/mukwege-je-ne-suis-candidat-a-rien-mais-si-la-base-me-le-demande/
Rentrant de New York, où il se trouvait à l’occasion de l’Assemblée générale des Nations Unies, le Docteur Mukwege est passé par la Belgique où, dans une conférence organisée à l’occasion du 40e anniversaire de l’hôpital Erasme il dialoguera, le 12 octobre prochain, avec des collègues obstétriciens à propos du «corps des femmes ».
A New York cependant, le médecin chef de l’hôpital de Panzi, au sud de Bukavu, a abordé le sort d’un autre « grand malade » la République démocratique du Congo qui s’enfonce dans la crise. Nous lui avons demandé s’il avait le sentiment que les » grands de ce monde » et l’opinion internationale dans son ensemble avaient pris la mesure exacte de la gravité de la situation en RDC.


On perçoit la gravité de la situation, mais ne voit pas que faire. Entre ceux qui pensent que les élections peuvent attendre et ceux qui pensent qu’elles doivent avoir lieu rapidement il y a un fossé qu’il faut essayer de combler. Il est clair que le 31 décembre prochain, l’accord dit de la Saint Sylvestre, (conclu grâce à la médiation de la conférence des évêques congolais ) et qui donnait encore une petite légitimité au pouvoir de Kinshasa arrive à son terme. Et au-delà de cet accord, il n’y a rien.
Je vous rappelle que, normalement, il aurait fallu organiser les élections avant cette date. Mais on voit très bien que les manœuvres de Kinshasa c’est d’éviter cette échéance : en plus des cinq ans, durée du dernier mandat présidentiel, ils ont eu douze mois pour organiser ces élections. Comme ils n’avaient rien fait durant cinq ans, on leur a donné un peu plus de temps…

Neuf mois ont été consommés, mais ils n’ont même pas terminé le recensement Par contre, comme je l’avais déjà dit, on ouvre les prisons. En quelques mois, une vingtaine de prisons ont été vidées et, à mon avis, le but de l’opération, c’était d’alimenter les groupes armés, pour créer l’insécurité. Une insécurité qui fournira un autre alibi pour ne pas organiser les élections…
Combien de temps la communauté internationale va-t-elle accepter de jouer ce rôle de pompier, tout en sachant très bien qui est le pyromane ? Ce qui se joue c’est « moi et le chaos ». Un chaos qui est préparé et qui se répand. Il y a des territoires qui sont presque complètement aux mains des groupes armés. Il y a longtemps que je dis que beaucoup de ces groupes sont créés par ceux là même qui sont au pouvoir. Aujourd’hui tout le monde semble surpris mais si on pousse l’analyse on constate que la plupart des crises proviennent des fiefs des proches du président..

Ce qui se passe aujourd’hui à Fizi (où un groupe de rebelles dirigé par un certain Yakutumba a lancé une nouvelle rébellion ) est en lien direct avec le directeur de cabinet du chef de l’Etat. Au Kasaï, la crise a été provoquée par l’ancien Ministre de l’Intérieur Evariste Boshab… Dans la région de Beni c’est pareil, on retrouve des proches du chef de l’Etat…
Après le 30 juin j’avais fait un appel aux jeunes, leur demandant de rejoindre ceux qui sont en train de faire une résistance pacifique et non pas ces groupes qui sont en train de retraumatiser la population pour maintenir au pouvoir ceux-là même qui maltraitent cette population . On a l’impression que la communauté internationale dispose de toutes ces informations ; nul ne peut dire qu’il ne sait pas ce qui se passe, on sait quelle est l’origine de tout cela. On joue les sapeurs-pompiers alors que l’on sait bien qui est le pyromane. Ce qu’il faut faire, c’est demander au pyromane d’arrêter ses manœuvres, de ne plus semer les foyers d’incendie…

Ne craignez vous pas qu’ à un moment ces foyers échappent à tout contrôle, y compris par celui ou ceux qui ont allumé le feu ?

J’ai toujours dit que la violence ne pouvait engendrer que la violence. Vous la lancez contre les autres mais elle peut vous rattraper…Des milliers de jeunes que vous avez armés et que vous avez laissé faire ont créé l’insécurité mais qui est à l’origine de cela…
Quelle est la situation près de chez vous, aux alentours de l’hôpital de Panzi ?
Avant même que je quitte Panzi, il y avait des assassinats tous les deux jours, comme pour traumatiser les gens au maximum…Il n’y a pas de prévention et ne pas nommer les responsables de cette situation, cela équivaut à la faire trainer encore davantage, alors qu’elle devrait se résoudre autrement…
L’Union africaine s’est cependant montrée plus compréhensive que les Occidentaux, en déclarant qu’elle pourrait accepter des élections en 2018 à condition qu’elles soient bien organisées…Comme si elle voulait donner un nouveau délai au régime…
Il est dommage que cela se passe comme cela…Ceux qui veulent donner un nouveau répit au régime, ce sont des gens qui n’aiment pas les Congolais… Cela fait vingt ans, jour pour jour, qu’il y a des habitants de ce pays qui n’ont pas pu rester Dans les Kivus, depuis la guerre dite de libération, il y a des populations qui n’ont jamais connu ladant…

On a eu une transition avec le président Kabila, puis, par referendum, on a adopté une Constitution. Ceux qui veulent donner plus de temps au régime doivent retenir une chose : en 2006, les élections locales n’avaient pas été organisées. Les gens ne s’étaient pas rendu compte que, pour contrôler la population, il faut avoir des autorités légitimes. Bourgmestres, maires de ville, chefs de quartier, personne parmi ces gens n’a été élu, personne n’est redevable auprès de la population. Ils ne rendent compte qu’à celui qui les a nommés à Kinshasa, au pouvoir central..… C’est pourquoi les manifestants sont régulièrement réprimés par ceux qui ne doivent rendre de comptes qu’à Kinshasa. Il s’agît là d’une manipulation que les gens semblent ignorer et qui explique cependant la difficulté de pouvoir mobiliser à la base…
En 2011 on aurait du avoir tout le cycle électoral, mais les élections locales n’ont pas eu lieu, ni les législatives.. Et donc le Sénat, (dont les membres devaient être élus au suffrage indirect) n’a pas été élu lui non plus, il se maintient dans l’illégalité, et les députés provinciaux non plus ne sont pas légitimes. Avec pour conséquence le fait que tous ces hommes qui se retrouvent dans le sénat, dans les Parlement provinciaux sont contents d’y rester, d’autant plus que si l’on organisait des élections ils ne seraient pas certains de gager les élections. Ils jouent donc le jeu du régime…Au total, cela fait du monde…Ajoutez à cela le Parlement national, le président : plus personne n’est légitime…En plus, une partie de l’opposition a été intégrée dans le gouvernement et donc, comme on dit chez nous, « elle mange aussi »…

C’est une formule de corruption incroyable car il faut tout de même retenir qu’un député gagne 12 000 dollars par mois et un simple militaire doit se contenter de miettes. Autrement dit, il y a rupture entre la classe politique dans son ensemble et la population et ceux qui devraient être la « voix de la base », c’est-à-dire les élus, ne le sont plus… Ce qui veut dire que la population est abandonnée à elle-même, opprimée…Tous ses relais ont été achetés…
Les plus sincères devraient choisir la démission, puisqu’ils sont hors mandat mais ils ne le font pas… Le résultat, c’est que l’on a un groupe de gens qui profitent de la situation et qui ne voudront donc jamais céder…


Qui va débloquer cette situation ?
Je ne crois plus à une solution qui viendrait du sommet… Ce que nous venons de décrire montre très bien que, plus on monte, plus on a des gens qui participent à ces blocages pour des intérêts privés. Le dialogue auquel on a assisté était plutôt une bataille pour des intérêts personnels. Je pense que la solution doit venir de la base.
Si la base exerce suffisamment de pressions, c’est de là que viendra la solution. Mais nous avons un problème : au Congo, les gens qui manifestent pacifiquement sont tués et malheureusement, la communauté internationale se tait. Tout le monde se tait alors qu’il y a une répression très forte et qui n’entraîne aucune conséquence pour ses auteurs. C’est là le danger : ce peuple affamé, massacré, opprimé devrait pouvoir se soulever pour réclamer cette alternance. J’ai suivi les jeunes qui, à Goma, Bukavu, Kisangani, ont manifesté pour que le 30 septembre on puisse en appeler aux élections qui doivent avoir lieu avant la fin de l’année. Ils ont été arrêtés et ne sont toujours pas libérés.
Je suis surpris que, dans un tel contexte, les Africains puisent encore soutenir cette situation (NDLR. L’Union africaine, soutenant le processus électoral, accepte l’hypothèse selon laquelle les scrutins ne pourraient être organisés qu’en 2018). Accepter cela, c’est ne pas mesurer les conséquences d’une nouvelle crise dans laquelle le Congo pourrait basculer… Aujourd’hui il est plus qu’important de faire appel aux leaders africains, de leur faire comprendre que la crise risque d’avoir un impact plus grand qu’on ne l’imagine. N’oublions pas que le Congo a neuf frontières…
Cette inquiétude doit se traduire par une prise de position, et il faut rappeler qu’un pays ne peut pas fonctionner sans la loi. Lorsqu’on met la loi fondamentale entre parenthèse, cela signifie que l’on décide de mener une politique de la terre brûlée, qui permet à chacun de faire ce qu’il veut. L’Est a déjà été le sanctuaire de nombreux mouvements rebelles. Tout cela aura une conséquence néfaste sur les pays voisins, sur la stabilité de la région et il faut tenter de résoudre cette crise avant qu’elle ne devienne régionale.

Une troisième guerre régionale ne serait donc pas exclure ?
Il faut le dire : nous avons passé vingt ans dans une guerre menée pour le contrôle du coltan. Je suis inquiet : si cette situation se prolonge, nous allons assister à une autre guerre, qui sera menée pour le contrôle du cobalt.
Je reviens de Suède : en 2020 Volvo ne construire plus de voitures fonctionnant avec du carburant, il n’y aura plus que des moteurs électriques. Or celles-ci utilisent le cobalt et le Congo détient entre 70 et 80% des réserves mondiales de cobalt, au Katanga principalement. Une fois de plus le Congo détient les ressources dont le monde a besoin.
Si les Congolais ne prennent pas d’initiatives, de mesures permettant aux hommes d’affaires de travailler correctement, nous assisterons à une spoliation de plus, avec des conséquences humaines désastreuses. C’est une perspective qui fait peur. On en va pas empêcher le monde d’accéder au cobalt puisque nous en avons ; l’Est a beaucoup souffert à cause du coltan, mais la guerre pour le contrôle du cobalt pourrait éclater au Katanga et personne ne pourra enrayer une telle évolution…

Croyez vous que les dialogues qui se succèdent (un troisième dialogue est déjà évoqué…) pourraient représenter une solution ?
Déjà au moment du premier dialogue, dirigé l’automne dernier par le médiateur togolais Edem Kodjo, j’étais sceptique. J’avais mis en garde, souligné que l’on ne pouvait commencer à négocier une Constitution, à la mettre entre parenthèses.. Je pense vraiment que le dialogue ne peut pas remplacer les élections. Mais comme au bout du compte, il y avait des postes à distribuer, tout le monde s’était précipité. Et aujourd’hui voilà que l’on parle d’un troisième dialogue…
Que va-t-on dire ? Le gens sont-t ils suffisamment naïfs pour croire que l’on va continuer à discuter, à signer des documents portant sur un accord qui finalement ne sera pas appliqués. Les signataires sont-ils naïfs ?
Ne seraient-ils pas tout simplement cupides, intéressés par le « partage du gâteau » ?

C’est vous qui le dites…A propos de gâteau, j’ai le sentiment que ce dernier est en train de diminuer sérieusement. Pouvez vous imaginer un pays de 80 milions d’habitants ? Qui n’est pas un désert où rien ne pousse, où il n’y aurait rien ? Dans ce pays, pour ces 80 millions d’habitants, le budget de l’an dernier était de quatre milliards ? Un chiffre tellement bas ? Où sont les budgets de la santé, de l’éducation, de la sécurité..
Ceux qui se précipitent pour gagner quelque chose pour eux-mêmes ne réfléchissent pas au fait que, pour vivre, on a besoin d’avoir un entourage …
Voyez la situation actuelle : à Goma, à Bukavu, le choléra sévit. Et cela alors qu’autour de Bukavu, il y a au moins une vingtaine de rivières dont il suffirait de capter l’eau…
Chez nous la santé, l’éducation, cela n’existe pas. Où part l’argent ?
Les quatre milliards du budget c’est pour pouvoir faire tourner la machine des dirigeants. Le peuple lui, se sent complètement abandonné, perdu…Des richesses du pays, la population, ne voit rien. Ceux qui se précipitent pour diriger devraient tout de même se demander : diriger qui, et à quel prix ?

De par ma profession, dans mon hôpital, je vois se dérouler de véritables drames. Une telle pauvreté, un tel dénuement.. J’ai vu des femmes qui, après avoir accouché, préfèrent laisser leur bébé à l’hôpital.. Elles disparaissent, car elles ne peuvent emmener leur enfant là où elles vivent et elles déclarent alors « je ne veux pas le voir mourir, comme les quatre précédents, victime de la malnutrition, de diarrhées… » L’une de ces femmes me disait : « je suis enceinte car j’ai dû céder à mon mari, mais cet enfant dont je viens d’accoucher, je ne veux pas le voir mourir… » Cela traduit une misère profonde, un désespoir immense… Les enfants viennent à l’hôpital, sont soignés, guérissent, puis la maman disparaît. Et je me retrouve avec des enfants abandonnés, à cause de la misère. C’est un phénomène nouveau… Lorsque l’on voit une telle misère tous les jours, que les gens vous posent des questions sur l’alimentation de leurs enfants, leur éducation, on ne peut pas se taire. Car ce que je vois à Panzi existe évidemment ailleurs aussi. C’est le miroir de la société, des exemples comme cela se comptent par centaines. Près de chez moi, le curé de la paroisse dit la même chose : jamais il n’a vu une telle misère, indescriptible…J’avais envie de lui poser la question : comment songer à évangéliser des gens qui ont passé trois jours sans manger ? Pour des gens comme cela, que signifient des élections ?

Que veulent ces cens, ces citoyens de base ?
Ce qu’ils veulent, c’est d’abord manger…Puis aller aux élections…Parlons de cette fameuse transition… SI elle devait commencer, ce serait une transition sans Kabila, TSK, comme dit l’opposition…
Je vous rappelle qu’en 2002, Kabila avait commencé par une transition. Aujourd’hui il termine par une transition, plus ou moins. En tous cas, il est là. Et il n’a aucune intention de quitter. Alors moi je pense que face à ce président qui veut rester au pouvoir, qui fait preuve de mauvaise foi, de manière évidente, nous avons besoin du Conseil de Sécurité..
A vos yeux, pour que des élections claires, transparentes crédibles puissent avoir lieu, il faut que le pouvoir actuel se retire ?
Bien sûr : il faudra alors mettre en place une équipe neutre qui respectera certains principes. Cette équipe technique sera chargée de mettre les choses en place, d’organiser les élections.
Au Congo, ce ne sont pas les individus qu’il faut changer, c’est le système.
Je vous l’avais dit, si tous ces individus, de la base jusqu’au sommet vivent de ce système au détriment de la population, c’est le système qu’il faut changer. Cette transition doit être dotée de principes clairs.
Nous ne sommes plus un Etat, nous n’avons plus de frontières, au Kasaï, l’armée tire à bout portant sur une population sans armes, nous avons donc besoin du soutien de la communauté internationale si nous voulons changer les choses. Il faut mettre en place des principes qui permettent que désormais tous les partis politiques, après la transition, pourront concourir à égalité des chances, défendre leur programme politique.


Il n’empêche que c’est Kabila qui dispose encore des armes, de l’argent, de la force, des réseaux, sinon des soutiens internationaux…Qui donc va mettre en place cette transition sans Kabila dont vous parlez ? Il faudrait presque un miracle ?
Le miracle peut quelquefois être accompli par les gens de bonne volonté, par ceux qui comprennent, qui mesurent le coût de ce qui est en train de se préparer… Que le monde aujourd’hui n’agisse pas, cela relèverait de la pire hypocrisie…
Qui donnera le « coup de pouce » ? La communauté internationale, si on y croit, ou un miracle, en interne ?
Quelque chose peut se passer en interne. Mais la destruction est telle que l’on aura toujours besoin des pays amis pour reconstruire et même pour faire une transition et mettre en place des institutions qui permettront l’organisation des élections. Nous n’avons pas d’armée car peut on qualifier d’armée des troupes qui tirent sur leur propre population ? Beaucoup de Congolais n’ont pas d’identité. A Panzi, chez moi, il y a eu une crise : des jeunes ont attrapé des policiers qui étaient venus voler et plus de 50 policiers ont ainsi été blessés…Pensez vous que l’on puisse organiser une transition sans au moins pouvoir résoudre, ne serait-ce qu’en partie, de telles situations ? Les conditions en ce moment ne sont pas réunies…

Résumons : il faudrait donc une période transitoire, qui permettrait de remettre de l’ordre, et à la tête du pays on placerait des personnalités crédibles et provisoires…
Il faudrait que les personnes qui accepteraient de jouer un rôle dans la transition, durant une période déterminée, sachent qu’elles n’auront pas le droit de présenter leur candidature aux élections. La mission sera très claire : mettre les choses en place et pas seulement les urnes. Les élections ne vont pas résoudre les problèmes du Congo. Ce qu’il faudra, c’est un changement de mentalité. Une révolution morale. Par laquelle les gens se diront : « on est tombé très bas, il faut maintenant reconstruire un Etat digne… »
Une révolution morale doit permettre de discuter de certaines valeurs que nous défendons. Tout le monde doit avoir une vision, savoir où nous allons, ce que nous voulons faire. Ce n’est pas la transition entant que telle qui va résoudre nos problèmes…On avoir des élections, mais si elles sont mal organisées elles remettront les mêmes personnes à la tête du pays…
Par contre si tout le monde accepte que ça va très mal, que la situation est inacceptable, cette prise de conscience peu amener à ce que les gens se battent pour la paix, pour la liberté de pensée, d’expression, pour des points de base comme manger, vivre quoi.. C’est fondamental et cela nous amène vers un idéal de dignité humaine.


Allez vous trouver une équipe capable de gérer cette période intermédiaire, transitoire. Et vous-même, pouvez vous jouer un rôle dans cette équipe ?
On se pose beaucoup de questions sur les capacités des Congolais. Il faut qu’ils aient le courage de dire « ça ne va pas, cela va mal, mais cela va changer, c’est ma responsabilité ». Il faut que chacun se dise que lui, il peut jouer son rôle pour que cela change. Voici un mois j’avais organisé à Kinshasa une conférence à laquelle participaient une soixantaine d’intellectuels, d’universitaires.
La réflexion portait sur ceci : « comment des gens qui vont enseigner partout dans le monde ne prennent-ils pas le temps de réfléchir à la situation dans notre propre pays, où se passent des énormités ? Au cours de cette conférence, des gens ont pris des risques pour parler, pour dénoncer des situations inacceptables.
Oui, dans ce pays, il y a des gens qui sont capables de se lever, de se lancer dans la bataille. Mais la communauté internationale doit les sécuriser…
Le pouvoir utilise toujours l’argument de la souveraineté, mais en fait on invoque la souveraineté quand il s’agît de protéger certains intérêt, et sans tenir compte des obligations qui en découlent…


Nous sommes dans une période où le soutien de la Monusco nous est plus nécessaire que jamais. On ne peut pas faire partir la force onusienne avant d’avoir réformé le secteur de la sécurité, c’est une nécessité absolue… Comment peut on penser faire cette transition s’il n’y a pas un système d’accompagnement international… Rappelez vous : de 2001 à 2006 il y avait le CIAT (comité d‘accompagnement de la transition), où se retrouvaient entre autres les ambassadeurs des Etats Unis et de Belgique ainsi que le patron de la Monusco. Nous aurons besoin d’une structure comparable, il faut être humble…La communauté internationale ne peut pas continuer à assister à la destruction massive de la population congolaise par la volonté d’un seul individu. Il y a là non assistance à personne en danger… C’est là que s’appliquerait le droit humanitaire.

Si cette transition se mettait en place, accepteriez vous de jouer avec l’équipe ?
Ah cette question… Je ne suis candidat à rien du tout. Il faudrait que le peuple comprenne mon raisonnement : plus encore que la transition, que les élections elles mêmes, ce qu’il faut réaliser, c’est le changement de mentalité, pour se dire que nous voulons arriver à un idéal qui mette l’homme au centre des préoccupations, qui respecte la dignité humaine. Si les gens comprennent cela, qui que ce soit, il faut comprendre que deux ans, ce sera juste le temps de comprendre certains principes, de jeter les bases pour aller vers un changement du système…
C’est un rôle qu’on ne peut jouer que si le peuple le décide. Ce n’est pas moi qui doit le solliciter, mais si la base me le demande, c’est qu’elle va me soutenir dans la vision qui est la mienne. Et là, je peux être sûr que cette construction va se mettre en place…

A Panzi, à Bukavu, et aussi à l’étranger, vous êtes très connu. Mais à l’intérieur du Congo, où vous n’apparaissez jamais à la télévision, quel est votre degré de notoriété ?
Je reviens des Etats Unis, je suis régulièrement en Belgique… Mais lorsque j’étais à Kinshasa la dernière fois, je ne pouvais pas traverser la rue sans que les gens m’interpellent et me disent « ne refuse pas… » Même si on ferme les télés et les radios, l’information passe. Dans la rue les gens me disent « il ne faut pas refuser sinon nous, on va vous traiter comme un traître… » On peut penser qu’il y a un black out sur l’information mais si, même sans campagne, sans publicité, les gens vous reconnaissent, pensent que vous pouvez les aider, c’est déjà un début de révolution morale…

Dans le pays lui-même les idées se diffusent… La diaspora envoie des messages, « radio trottoir » fonctionne, les gens suivent… Quand les gens disent « nous pensons que le Dr Mukwege peut faire la transition puisqu’il est intègre » c’est un argument qui me plaît, un message d’ordre moral… Cela signifie que ce n’est pas uniquement sur la base de la distribution de billets de banque que les gens peuvent décider, mais sur les qualités morales, éthiques, de la personne… C’est cela le changement…La moralité, c’est cela qu’il faut pour atteindre notre idéal…Même lorsque je voulais expliquer à la télévision le travail que nous menons j’ai été victime d’un black out…
Si les intellectuels décident que l’on peut faire un consensus autour de ma personne ce sera très important… Il ne suffit pas d’avoir de l’argent, il faut aussi développer les qualités morales, éthiques pour pouvoir discuter…J’ai été frappé par les déclarations d’un homme politique de Kinshasa, Martin Fayulu, membre de l’opposition,(le parti ECIDE) qui s’est prononcé en ma faveur. (ndlr Martin Fayulu, l’un des leaders de l’opposition avait déclaré : « quand on a un joueur comme Messi, on ne le laisse pas sur le banc..) Il est important de relever que Fayulu, qui est originaire du Bandundu, soutient quelqu’un du Kivu, qui n’est donc pas de sa province… Voyant cela je me dis que nous avons encore des hommes et des femmes qui peuvent faire la différence… Moi, je crois au peuple congolais.
Lorsque la base s’est exprime, elle est accueillie par la répression, on tire à balles réelles. Et je trouve que les organisations de défense des droits de l’homme ne protestent pas assez…C’est tous les jours qu’il faudrait dénoncer ce qui se passe dans ce pays…
A New York, j’ai rencontré la mère de l’experte de l’Onu assassinée au Kasaï, c’était très dur, très émouvant…

Comment se sortir de l’oppression ?
La répression que nous subissons est très forte, si vous saviez le nombre de gens que j’ai perdus autour de moi, parmi ma famille, mes amis.. Chaque jour nous perdons des vies humaines, mais nous n’allons pas lâcher. Nous ne sommes pas faibles, pas éteints… On peut encore rebondir. Les Congolais ne sont pas couchés, ils sont debout… J’ai reçu des lettres, des menaces, beaucoup a été fait pour me pousser à aller en exil. Mais cela je ne peux pas le faire. J’ai déjà perdu beaucoup de gens autour de moi, il y a des veuves, des gens qui ont perdu les leurs, massacrés. Ce serait une lâcheté de les abandonner, de me sauver. Non je ne peux pas faire cela. Je ne serais jamais tranquille. Ici, je ne serais jamais heureux…"


° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2017/10/08/denis-mukwega-ne-suis-candidat-a-rien.html
° https://actualite.cd/2017/10/08/transition-kabila-mukwege-se-positionne/
° http://www.politico.cd/encontinu/2017/10/08/mukwege-veulent-donner-nouveau-repit-regime-gens-naiment-congolais.html
° http://www.politico.cd/encontinu/2017/10/08/mukwege-combien-de-temps-communaute-internationale-va-t-accepter-de-jouer-role-de-pompier-sachant-tres-bien-pyromane.html


"ALEXANDER DE CROO : « PAS D’ISSUE POSSIBLE AVEC KABILA »"
Twisted Evil  Embarassed  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Question  Question  Question  Question
° http://www.lepotentielonline.com/index.php?option=com_content&view=article&id=17880:alexander-de-croo-pas-d-issue-possible-avec-kabila&catid=85:a-la-une&Itemid=472



Entre Bruxelles et Kinshasa, c’est le « je t’aime moi non plus ». Puissance coloniale, la Belgique suit de très près tout ce qui se passe dans son ancienne colonie et ne  jure que par l’organisation des élections pour sauver la RDC d’un chaos généralisé né de la non tenue d’élections dans les délais constitutionnels(décembre 2016).  « Pas d’issue possible avec  Kabila », lance Alexander De Croo, vice-Premier ministre belge qui estime que le chemin des élections ne peut être balisé tant que le président Kabila trônera.

La Belgique se positionne en faveur de l’alternance en République démocratique du Congo. Bruxelles ne rate pas une seule occasion pour alerter la communauté internationale face au chaos politique dans lequel est plongée la RDC, son ancienne colonie.
Après l’intervention de son Premier ministre, Charles Michel, devant la tribune des Nations unies, la Belgique vient de récidiver par la voie de son vice-Premier ministre, Alexander De Croo. Ce dernier ne mâche pas ses mots. Interrogé par le média néerlandophone MO.be, il a laissé entendre que la République démocratique du Congo « n’était pas un État, mais un système d’enrichissement personnel ».
Selon l’home d’Etat belge, il est impossible que la situation s’améliore sur le plan politique comme humanitaire en RDC tant que Kabila restera aux commandes. « Il me semble plus qu’évident que le Congo n’organisera pas d’élections cette année. Si cela continue comme ça, elles n’auront pas lieu l’année prochaine non plus. Le plan, à savoir confier à Kabila la transition vers des élections auxquelles il ne peut participera échoué », a déclaré Alexander De Croo.

Alexander De Croo présente un pays en état de décomposition, miné par une catastrophe humanitaire. Dans l’état actuel de la RDC, le vice-Premier ministre belge minimise les chances de remonter le pays sous la présidence de Kabila. « À cause de la corruption et du ralentissement de l’économie, les pouvoirs publics congolais ne disposent à présent plus d’aucuns moyens. Puisque militaires et  fonctionnaires ne sont plus payés, la corruption augmente et la situation ne fait qu’empirer. Pendant ce temps, la situation humanitaire est dramatique. Le conflit interne qui a éclaté au Kasaï s’est propagé dans 9 des 26 provinces de la RDC. L’année passée, on dénombrait le nombre record de 3,8 millions de déplacés. L’ONU estime que les besoins humanitaires s’élèvent à plus de 800 millions de dollars, dont à peine un quart serait disponible aujourd’hui. Le financement souffre donc d’un déficit de 600 millions de dollars. Nous devons faire en sorte que l’intervention humanitaire soit possible », soutient-il.

D’après lui, seule une coordination des Nations Unies pourrait la garantir. « Il faut instaurer une certaine stabilité avant de pouvoir accorder un financement et ensuite mettre partiellement fin à la corruption », préconise-t-il.
Le gouvernement de Kabila peut-il être maintenu en fonction durant un tel processus ? Alexander De Croo tranche : « Dans les conditions actuelles, je ne vois pas comment ce serait possible ».

Pression accrue sur la personne de Kabila(...)"



"Élections en 2018 : les « grandes lignes » d’un calendrier électoral (très) attendu en RDC
° http://www.jeuneafrique.com/481101/politique/elections-en-2018-les-grandes-lignes-dun-calendrier-electoral-tres-attendu-en-rdc/
Après son passage la semaine dernière au siège d'Atlantic Council à Washington, Corneille Nangaa, président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), a regagné dimanche soir Kinshasa où il compte publier incessamment le calendrier électoral tant attendu en RDC. En voici les « grandes lignes ».

Visiblement serein et imperturbable, Corneille Nangaa est rentré dimanche 8 octobre à Kinshasa après un échange très musclé au centre Afrique de l’Atlantic Council à Washington. Il s’agissait d’un « briefing » sur les prévisions de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) en RDC, organisé le jeudi 5 octobre par ce think tank pro-républicain.
En face du président de la Ceni congolaise, une vingtaine de personnalités triées sur le volet : responsables politiques américains, Elizabeth Jaffee du bureau Afrique du département d’État américain et Gregory Simpkings, directeur du sous-comité de la chambre des représentants sur l’Afrique, la santé globale et les droits de l’Homme, entres autres, mais aussi des personnalités de la société civile américaine (surtout) et congolaise.

Tripartite d’abord, calendrier électoral ensuite

Lors des discussions modérées par Bronwyn Bruton, directeur des programmes et études au centre Afrique d’Atlantic Council, Corneille Nangaa, accompagné de François Balumuene, ambassadeur congolais aux États-Unis, est revenu sur les enjeux du processus électoral en cours en RDC et les contraintes techniques, logistiques et financières – 528 millions de dollars pour les scrutins présidentiel, législatif et provincial – auxquelles la Ceni est confrontée. Mais « il n’a jamais indiqué que le calendrier électoral sera publié cette semaine », comme on a pu le lire sur le site d’Atlantic Council, souligne-t-on dans l’entourage du président de la Ceni.
D’après nos informations, le calendrier électoral ne pourra être rendu public avant la deuxième réunion d’évaluation du processus électoral. Celle-ci est programmée ce jeudi 12 octobre entre la Ceni, le gouvernement et le Conseil national de suivi de l’accord (CNSA).
L’accord dont la mise en oeuvre en cours est dénoncée par le Rassemblement de l’opposition et les évêques catholiques, médiateurs des pourparlers, avait prévu cette tripartite pour « unanimement apprécier le temps nécessaire pour le parachèvement [des] élections ».

De janvier à novembre 2018 ?

En attendant, quelques « grandes lignes » de ce calendrier tant attendu en RDC ont été révélées à la réunion d’Atlantic Council. Après recoupement avec des sources au sein de la Ceni, il en ressort que l’enrôlement des électeurs sera « clôturé en janvier [2018] au Kasaï ». Mais, « entre-temps, la consolidation des données du fichier électoral est déjà enclenchée », rassure-t-on du côté de la Ceni. Mais cette vérification pourrait s’étendre jusqu’au mois de février.
Ce n’est qu’après que pourraient intervenir les « activités critiques du processus », celles qui nécessitent la fin de l’une pour déclencher le début de l’autre. À commencer par l’examen et l’adoption de la proposition ou du projet de loi sur la répartition des sièges.

À ce stade, le président de la Ceni souhaite que tous les acteurs politiques, parlementaires compris, s’impliquent réellement pour l’aboutissement du processus. « Corneille Nangaa a effet expliqué qu’en réalité la plupart de ceux qui, à Kinshasa, exigent des élections n’en veulent pas », rapporte un autre participant à la réunion d’Atlantic Council.
Viendra ensuite l’étape de l’ouverture des candidatures. « Avec plus de 600 partis, il faudra s’attendre à environ 28 000 candidats pour la députation nationale et un peu plus pour les élections provinciales », fait savoir à Jeune Afrique le président de la Ceni. C’est pourquoi, pour ce dernier, « la machine à voter n’est pas une proposition mais une option prise » pour faire face à cette situation. Une fois les candidatures enregistrées, la Ceni procédera à la « commande des matériels sensibles », notamment des bulletins de vote.


"Je ne suis pas allé à Washington pour convaincre qui que ce soit"
Nangaa a enfin rappelé ses trois options présentées aux politiques pour la tenue des scrutins : une seule élection – la présidentielle – en décembre 2017, deux élections – présidentielle et législatives – en mai 2018 ou trois élections – présidentielle, législatives et provinciales – en novembre 2018.
L’accord de la Saint-Sylvestre, on le sait, a choisi le troisième cas de figure, mais en ramenant l’échéance « au plus tard en décembre 2017 ». Ce qui est « techniquement impossible » jure-t-on à la Ceni qui semble s’accrocher à son schéma initial. Le Rassemblement de l’opposition a déjà indiqué que si les élections n’ont pas lieu cette année, une « transition sans Kabila » doit être mise en place.

À Washington, Corneille Nangaa s’est également évertué à « [démentir] les allégations selon lesquelles la violence actuelle [notamment dans le Kasaï, dans le centre du pays, NDRL] serait liée au processus électoral et à l’impossibilité d’organiser les élections », rapporte un autre participant à la réunion.
Mais, à en croire le compte rendu publié sur le site internet d’Atlantic Council, pendant les échanges, les explications de Corneille Nangaa n’ont pas convaincu la plupart des invités.
« Difficile d’en être autrement lorsque chacun a déjà ses appréhensions », commente un proche du président de la Ceni. Et Nangaa lui-même de conclure : « Je ne suis pas allé à Washington pour convaincre qui que ce soit, mais pour présenter les faits. »"



"Selon la presse belge, Nikki Haley vient à Kinshasa “pour avertir Kabila qu’il risque de comparaître devant la CPI”"
Evil or Very Mad  Twisted Evil  Embarassed  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes
° http://www.politico.cd/encontinu/2017/10/08/selon-presse-belge-nikki-haley-vient-a-kinshasa-avertir-kabila-quil-risque-de-comparaitre-devant-cpi.html

"Assemblée Nationale : la démocratie du plus fort"
° http://www.lephareonline.net/assemblee-nationale-democratie-plus-fort/

"Elections en RDC : à quel jeu joue l’UA ?"
° http://www.lephareonline.net/elections-rdc-a-jeu-joue-lua/
° http://www.lephareonline.net/message-rassemblement-a-lua-kabila-principal-obstacle-processus-electoral/


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: AUJOURD’HUI AU CONGO PLUS QUE JAMAIS LE PROBLÈME C’EST ‘JK’, LA SOLUTION : ’SON ÉLIMINATION' ! C’EST A TROP L’OUBLIER QUE LES CONGOLAIS (ET LEURS AMIS DEHORS ?) S’ENFERRENT DANS DES IMPASSES ! « IL N’AURAIT RIEN PROMIS », AH BON ?

Message  ndonzwau le 11/10/2017, 4:47 pm

"RDC : Nangaa confirme et signe. Pas de scrutin avant 2019
Twisted Evil  Evil or Very Mad  Embarassed  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Question  Question  Question  Question
° https://afrique.lalibre.be/9643/rdc-naanga-confirme-et-signe-pas-de-scrutin-avant-2019/
Depuis le passage éclair de Joseph Kabila, président hors mandat de la République démocratique du Congo, aux Nations unies, le plan de bataille mis sur pied par la majorité présidentielle pour se maintenir coûte que coûte au pouvoir s’évente chaque jour un peu plus « au fur et à mesure que les acteurs de la majorité se sentent réconfortés par l’évolutIon des événements », explique un diplomate en poste aux Etats-Unis. « Ils en sont convaincus, décembre 2017 passera comme décembre 2016 », poursuit-il.

Au lendemain de la prestation matinale et devant un auditoire clairsemé à l’Assemblée générale des Nations unies de Joseph Kabila, les premières informations avaient commencé à fuiter sur le « plan Nangaa ».
Le patron de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) avait précédemment affirmé qu’il n’y aurait pas d’élections en 2017. Aubin Minaku, le président de la Chambre, avait confirmé en expliquant qu’il était préférable de patienter quelque peu pour être certain d’avoir des élections irréprochables.
Dans la foulée du retour de la délégation à Kinshasa, c’est le président du CNSA, Joseph Olenghankoy qui avait été secoué par Kalev, le patron des renseignements, et Néhémie, le dirCab de Kabila. Le message était encore plus limpide et la date des scrutins, bien plus éloignée. Rendez-vous avec les urnes en décembre 2019 !

Scrutin indirect

« Kabila organisera les élections, mais pas tout de suite. Il se prépare à glisser très très longtemps », expliquait Herman Cohen à LalibreAfrique.be, quelques jours après son entretien avec le président Kabila à New York. L’ancien diplomate américain expliquait encore que « Kabila parle de la difficulté d’organiser douze scrutins simultanément. »
Toutes ces informations se recoupent dans les dernières fuites. Selon ces dernières, relayées par des diplomates présents récemment aux Etats-Unis, le plan de la Ceni se décompose en « 6 points mais un seul objectif » selon l’expression de ce diplomate : « permettre à Kabila de rester encore quelques longues années de plus grâce à un processus qui userait la volonté des Congolais et qui doit se donner suffisamment d’apparences légales pour être accepté par la communauté internationale ».

Pour atteindre son objectif, le patron de la Ceni veut imposer le vote semi-électronique (« encore un contrat sur lequel certains pourront prélever leur dîme, tout en garantissant suffisamment d’opacité pour assurer la victoire de son favori »). Sans oublier, au passage, qu’il faudra encore un peu plus de temps pour installer ces machines que les bonnes vieilles urnes en bois.
Comme l’annonçait Kabila à Herman Cohen, tous les scrutins se dérouleront le même jour, pour des raisons fallacieuses d’économie, notamment. On l’aura compris, il est complètement impossible, selon ce scénario, d’organiser ce scrutin avant décembre 2019, ce qui revient à la conversation entre Néhémie-Kalev et Olenghankoy. D’autant que pour tenter de calmer la nervosité de la diaspora, le pouvoir entend justifier quelques mois de délais supplémentaires par l’absolue nécessité d’inclure les Congolais de l’étranger dans le fichier électoral.

Et le troisième dialogue ? « Une distraction pour laisser le temps à la MP de ficeler son projet de calendrier électoral et de réforme constitutionnelle, tout en tâtant le terrain pour débaucher encore l’un ou l’autre opposant de second rang ». Car il y a, dans le plan Naanga une dernière petite surprise déjà évoquée : « le président sera désormais élu au scrutin indirect. Le peuple se fait voler son droit de choisir directement le président. Celui-ci étant élu par les députés et les sénateurs. Histoire d’éviter toute surprise », conclut le diplomate qui rappelle qu’il ne croit pas un seul instant que la réunion des présidents africains le 19 octobre à Brazzaville « apporte la moindre avancée dans la crise congolaise » et qui invite « par contre » à être « attentif à la viste de  l’ambassadrice américaine aux Nations Unies » Nikki Haley. « Elle suit le dossier RDC et encore plus le cas de la famille Kabila de très près », prévient-il."


° https://afrique.lalibre.be/9140/rdc-menaces-et-chantage-pour-une-presidentielle-en-decembre-2019/
° https://afrique.lalibre.be/9066/herman-cohen-kabila-se-voit-glisser-tres-longtemps/
° https://afrique.lalibre.be/9307/rdc-lambassadrice-americaine-a-lonu-a-kinshasa-le-21-octobre/

"RDC : La CENI a besoin de 504 jours après la fin de l’enrôlement pour arriver au jour du vote (Nangaa)
Twisted Evil  Evil or Very Mad  Embarassed  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Question  Question  Question  Question  Question  Question
° https://actualite.cd/2017/10/11/rdc-la-ceni-a-besoin-de-504-jours-apres-la-fin-de-lenrolement-pour-arriver-au-jour-du-vote-nangaa/

"MAINTIEN DE KABILA : LE PLAN EN SIX POINTS DE LA MP
Evil or Very Mad  Twisted Evil  Embarassed  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Question  Question  Question  Question  Question  Question
° http://www.lepotentielonline.com/index.php?option=com_content&view=article&id=17891:maintien-de-kabila-le-plan-en-six-points-de-la-mp&catid=85:a-la-une&Itemid=472



- Plus de troisième dialogue
- Aucune élection avant fin 2019
- Présidentielle au second degré
- Vote semi-électronique pour garantir la victoire de JKK
- Couplage de toutes les élections
- Pas d'élection sans l'enrôlement des Congolais de l'étranger.
Le schéma concocté par la MP pour conserver le fauteuil de son autorité morale a fuité. Selon des sources diplomatiques basées à Washington, la feuille de route actualisée est libellée en six points. La Céni est mise à contribution pour repousser les élections au-delà de 2019, tout en garantissant la victoire de Joseph Kabila au moyen d’un vote semi-électronique, après le référendum constitutionnel.


La Majorité présidentielle ne craint pas l’échéance de décembre 2017, date prévue pour la tenue de la présidentielle. Comme en 2016, ses principaux ténors sont convaincus que le ciel ne va pas leur tomber sur la tête. Un cadre bien placé de la MP, en séjour à Washington, a d’ailleurs glissé sur un ton ironique : « Le 31 décembre 2017 passera comme le 31 décembre 2016 ».
D’où la MP tire-t-elle cette arrogance? La vérité est qu’au sein de la famille politique, des stratèges ont actualisé le plan de glissement du processus électoral afin de conforter davantage le pouvoir du président Joseph Kabila dont le deuxième et dernier mandat a pris fin en décembre 2016. Il s’agit d’une feuille de route élaborée en six points, à savoir plus question de troisième dialogue ; vote semi-électronique pour garantir la victoire de Joseph Kabila ; élection présidentielle au second degré ; couplage de toutes les élections ; aucune élection avant fin 2019 ; pas d'élection avant la fin de l'enrôlement des Congolais de l'étranger.

La MP y travaille à fond. Pour y arriver, elle a mis à contribution la Céni. Le camouflage est bien trouvé : donner un semblant de légitimité au lugubre schéma.
Dans ces mêmes colonnes, Le Potentiel avait, après recoupement, simulé la première mouture que la MP prévoyait de mettre en œuvre dès janvier 2018. Ce schéma renvoyait les élections au plus tard fin 2019. La Majorité est revenue à la charge en actualisant sa copie, enrichie de nouvelles trouvailles.
Le fond du problème, c’est que la MP anticipe sur la publication du calendrier électoral. Elle ne semble même pas s’en émouvoir. Elle reste convaincue que rien ne sera précipité tant que la centrale électorale n’aura pas bouclé les opérations dans le Grand Kasaï et au niveau de la diaspora congolaise.

La supercherie repose sur le gain de temps. Trois ou quatre mois pour couvrir toutes les circonscriptions du Grand Kasaï ; trois ou quatre mois davantage en faveur des Congolais basés à l’étranger. Qu’est-ce qu’ils sont bien inspirés, les  stratèges de la MP dans leur quête de suffisamment de prétextes pour justifier le glissement du processus électoral et de la prolongation du bail de leur autorité morale au sommet de l’Etat ! Vu sous cet angle, le bouclage de l’enrôlement des électeurs ne pourrait pas intervenir avant le second semestre de 2018.  Et les élections sont bien renvoyées aux calendes grecques. Ce qui est sûr pour l’instant c’est que, dans ce contexte créé de toute pièce, les jeux sont faits ; la publication d’un calendrier électoral réaliste et consensuel comme l’exige la communauté internationale devient une gageure pour la Céni. 

La MP a décidé de faire brûler le pays

Certes, la centrale électorale dit attendre les conclusions de la tripartite Céni-Gouvernement-CNSA prévue du 12 au 16 octobre 2017 pour publier son calendrier. Mais d’aucuns sont d’avis que c’est juste de la poudre aux yeux de l’opinion publique pour calmer les ardeurs d’une population remontée par l’incertitude qui plane sur le processus électoral.

En réalité, la MP est à pied d’œuvre sur un schéma qui s’écarte totalement de ce qu’attend l’ensemble de la population. Selon elle, seul le maintien au pouvoir de son autorité morale passe avant tout. Qu’importe les élections !
En tout cas, la MP n’entrevoit pas la tenue d’élections avant 2019. Elle mise également sur un changement de la Constitution qui modifierait le mode de scrutin présidentiel, passant d’un scrutin direct à un tour à un scrutin indirect au niveau du Parlement.
Pour compliquer davantage la donne électorale, la MP prévoit le couplage de toutes les élections essentielles, à savoir la présidentielle ainsi que les législatives nationales et provinciales, alors qu’elle  est consciente des contraintes logistiques et financières sous condition d’enrôler les Congolais de la diaspora.

La MP a donc décidé de voguer à contre-courant de l’histoire. Au moment où tous ne jurent que par la tenue d’élections, la MP s’inscrit dans un schéma risqué : le saut périlleux. Les fuites qui ont été organisées autour de sa feuille de route en témoignent.
Comme on l’a toujours prédit, la fin de cette année est entourée d’une très grande incertitude. Dans les tiroirs, la feuille de route est déjà bien ficelée. Il ne reste plus qu’à passer à l’action pour en accélérer la mise en œuvre. Toujours est-il qu’à ce stade, la famille politique écarte l’option d’un 3èmedialogue par lequel elle pensait séduire l’aile la plus dure de l’Opposition, c’est-à-dire le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement.

A tout prendre, on n’est plus loin d’une confrontation. Comme le peint Christophe Rigaud, analyste politique à Afrikarabia, « une chose est sûre, les Congolais ne peuvent plus compter que sur eux-mêmes pour provoquer les élections et l’alternance au sommet de l’Etat. La population le sait bien… et les groupes armés aussi. A Uvira, la semaine dernière, le mouvement insurrectionnel qui a essayé de prendre la ville se fait appeler Alliance de l’article 64 (AA64), en référence au fameux article de la Constitution congolaise. Mais il n’y a pas que les groupes armés qui plaident pour l’application de l’article 64 : mouvements citoyens et politiques de tous bords brandissent désormais la menace. Tout est donc prêt pour l’explosion … il ne manque plus que l’étincelle ».
En décidant de brûler le pays pour protéger à tout prix son autorité morale, la MP s’est lancée dans une aventure périlleuse dont l’issue reste la grande inconnue."



"Le MLC et sa coalition rejettent le CNSA et exigent les élections “avant le 31 décembre 2017”
° http://www.politico.cd/encontinu/2017/10/09/mlc-coalition-rejettent-cnsa-exigent-elections-31-decembre-2017.html

"Corneille Nangaa: “Je ne suis pas allé à Washington pour convaincre qui que ce soit”
° http://www.politico.cd/encontinu/2017/10/09/corneille-nangaa-ne-suis-alle-a-washington-convaincre-soit.html
° http://www.jeuneafrique.com/481101/politique/elections-en-2018-les-grandes-lignes-dun-calendrier-electoral-tres-attendu-en-rdc/
° http://www.atlanticcouncil.org/events/past-events/briefing-on-the-electoral-commission-s-plans-in-the-democratic-republic-of-the-congo


"LE RÈGNE DU GLISSEMENT"
° http://www.lepotentielonline.com/index.php?option=com_content&view=article&id=17888:le-regne-du-glissement&catid=85:a-la-une&Itemid=472

"Calendrier électoral: la publication continue à poser problème"  
° http://www.latempete.info/25671-2/


"Pour Mende, les propos de De Croo “ne sont pas dignes” de son rang"
Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2017/10/09/mende-propos-de-de-croo-ne-dignes-de-rang.html
° https://www.mo.be/nieuws/bedreigen-de-vs-kabila-met-het-internationaal-strafhof-als-hij-op-burgers-schiet?utm_content=buffer089d0&utm_medium=social&utm_source=twitter.com&utm_campaign=buffer

"Le Congo est un ETAT!"
° http://www.politico.cd/grand-angle/2017/10/09/le-congo-est-un-etat.html


"António Guterres encourage les dirigeants congolais à faire avancer le processus électoral"
° https://www.radiookapi.net/2017/10/11/actualite/politique/antonio-guterres-encourage-les-dirigeants-congolais-faire-avancer-le

"Crise politique en RDC: Les USA, l’ONU et l’UE se réunissent jeudi à La Haye"
° https://actualite.cd/2017/10/10/crise-politique-rdc-usa-lonu-lue-se-reunissent-jeudi-a-haye/

"La demande de soutien à la RDC sera également sur la table des discussions aux assemblées annuelles du FMI"
° https://actualite.cd/2017/10/09/demande-de-soutien-a-rdc-sera-egalement-table-discussions-aux-assemblees-annuelles-fmi/

"RDC : « Nous sommes avec la population congolaise »"
° https://afrique.lalibre.be/9618/rdc-ne-pas-faire-semblant-que-tout-va-bien/

"L’intérieur du Congo est abandonné depuis quinze ans (ENTRETIEN)"
° http://www.lalibre.be/actu/international/l-interieur-du-congo-est-abandonne-depuis-quinze-ans-entretien-59dbba29cd70be70bce5a272

Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: AUJOURD’HUI AU CONGO PLUS QUE JAMAIS LE PROBLÈME C’EST ‘JK’, LA SOLUTION : ’SON ÉLIMINATION' ! C’EST A TROP L’OUBLIER QUE LES CONGOLAIS (ET LEURS AMIS DEHORS ?) S’ENFERRENT DANS DES IMPASSES ! « IL N’AURAIT RIEN PROMIS », AH BON ?

Message  ndonzwau le 12/10/2017, 4:55 pm

"RDC: pas d'élection avant 2019, selon la Céni
° http://www.rfi.fr/afrique/20171011-rdc-pas-election-avant-2019-annonce-ceni
Même si un accord signé entre pouvoir et opposition prévoyait que les élections soient organisées d'ici la fin de l'année ou au maximum d'ici juin 2018, il n'y aura pas d'élections avant 2019 en RDC. C'est la dernière annonce en date de la Commission électorale. Une annonce faite lors d'une rencontre entre la société civile et la Céni chargée d'organiser ces élections.

Aucune annonce officielle, mais cette nouvelle échéance découle du calcul que la Commission électorale a présenté à des organisations de la société civile à Kinshasa, ces mardi et mercredi. Selon la Céni, il faut d’abord terminer l’enrôlement de tous les électeurs. Une opération qui devrait s’achever à la fin de l’année seulement puisque les électeurs au Kasaï ayant tout juste commencé à s’enregistrer.
Une fois cette étape terminée, la Céni estime qu’il lui faut 504 jours pour organiser l'ensemble des trois scrutins : les législatives, la présidentielle et les provinciales. Pourquoi 504 jours? Officiellement, ce délai doit servir à nettoyer le fichier électoral, adopter les lois qui manquent à l'organisation des législatives, mais aussi préparer les listes de candidat, recruter et déployer les 650 000 agents qui devront superviser ces élections. Toute une série de tâches pour lesquelles la Commission électorale promet de publier un calendrier détaillé d'ici la fin du mois.

Mais pourquoi l’enrôlement et le reste des opérations ne peuvent-ils pas être menés en parallèle ? Pourquoi 504 jours alors qu’en 2006 et en 2011, la Ceni avait eu moins de temps pour préparer les élections ? Voilà quelques-unes des questions qui se posent et qui font dire à l’opposition qu’il s’agit là d’une nouvelle manipulation pour reporter les élections et l’alternance au pouvoir. D’autant plus que l’accord signé entre pouvoir et opposition en décembre dernier est formel : l’élection doit être organisée en juin 2018 au plus tard."


"Crise en RDC: pas d'élection pour remplacer Kabila avant début 2019"
° http://www.lalibre.be/actu/international/crise-en-rdc-pas-d-election-pour-remplacer-kabila-avant-debut-2019-59defb51cd70461d268ff560
° http://www.lesoir.be/118879/article/2017-10-11/congo-pas-delection-pour-remplacer-kabila-avant-debut-2019
"RDC: un possible report des élections en 2019 loin de faire l’unanimité"
° http://www.rfi.fr/afrique/20171012-rdc-possible-report-elections-2019-loin-faire-unanimite
"L’heure de vérité:
CENI : "Pas d’élections avant 2019"

° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=11999
° http://www.congoforum.be/upldocs/12%2010%2017.pdf

"Elections pas avant 2019: l’opposition en appelle à la rue
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2017/10/12/elections-2019-lopposition-appelle-a-rue.html
L’annonce du président de la CENI, Corneille Nangaa laissant entendre qu’il n’y aura pas d’élections en République démocratique du Congo pas avant avril 2019 a déclenché la colère de l’opposition, qui en appelle désormais à la rue.

Les élections tant attendues en République démocratique du Congo n’auront pas lieu avant au moins avril 2019, laisse entendre le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Corneille Nangaa a affirmé dans une déclaration à la suite d’une réunion avec des représentants de la société civile mardi qu’il faudrait au moins 504 jours pour organiser le scrutin une fois l’enrôlement des électeurs terminé.
Cette annonce a déclenché une vive contestation auprès de l’opposition congolaise qui annonce vouloir faire recours à la rue. “Mr Nangaa vient d’enclencher le détonateur. Les Congolais Debout avec les forces politiques et citoyennes vont passer à l’action“, réagit pour sa part le leader du mouvement citoyen des Congolais début via son compte Twitter.
2 ans de retard, pas de calendrier, les morts s’amoncellent, la RDC brûle, [Joseph Kabila] s’amuse. Il refuse toujours de prononcer le mot +alternance+“, s’inquiètait-il déjà le mardi.

Pour Claudel André Lubaya, ce que la CENI a annoncé “n’est pas un calendrier électoral, mais un calendrier assassinant des élections.
La déclaration de la CENI est une agression contre la patrie et un acte ostentatoire de provocation qui ne peut laisser peuple indifférent“, dit-il dans une publication sur son compte twitter. Pour lui, “tout repose maintenant sur les épaules de la population, qui doit prendre les choses en main.”
La tenue d’élections est devenue un outil politique de Monsieur Kabila pour distraire le peuple“, a déclaré par téléphone le député de l’opposition et cadre du Rassemblement Jean-Bertrand Ewanga, cité par Reuters.
Ce n’est pas un problème de logistique. Ce n’est pas un problème d’argent. C’est un problème de quelqu’un qui cherche à tromper 80 millions de personnes. Le problème dans notre pays s’appelle Joseph Kabila. Il doit partir“, insiste-t-il.
Le Rassemblement “ne le [Joseph Kabila] reconnaîtra plus comme chef de l’Etat” après le 31 décembre, a ajouté le député Ewanga."[/size]


« RDC : la Ceni indique avoir besoin de 504 jours après la fin de l’enrôlement pour organiser l’élection présidentielle
° http://www.jeuneafrique.com/482491/politique/rdc-la-ceni-indique-avoir-besoin-de-504-jours-apres-la-fin-de-lenrolement-pour-organiser-lelection-presidentielle
Dans sa dépêche du mardi 10 octobre, la Commission électorale indépendante (Ceni) indique qu'il lui faudra plus de 500 jours après la fin du recensement des électeurs pour organiser le scrutin présidentiel, renvoyant de facto à 2019 l'élection à l'issue de laquelle Joseph Kabila doit être remplacé.

Dans la dernière dépêche de la Commission nationale électorale indépendante (Ceni), en date du 11 octobre, une phrase suscite de vives réactions en RDC : « La Ceni a besoin de 504 jours après la fin de l’enrôlement pour arriver au jour de scrutin ». Ce recensement étant en cours, et ce pour plusieurs semaines encore dans les régions du Kasaï, cette déclaration de la Ceni revient donc à affirmer qu’il n’y aura pas d’élection en RDC avant le premier trimestre 2019. Le président Joseph Kabila peut se maintenir au pouvoir jusqu’à cette date. Son second et dernier mandat a pris fin le 20 décembre 2016 et la Constitution ne lui permet pas de se représenter.

Cette déclaration enterre l’accord entre le pouvoir et l’opposition du 31 décembre 2016. Conclu sous l’égide de l’Église catholique, le texte prévoyait des élections présidentielle, législative et locale au plus tard fin 2017. Cet accord dit de la Saint-Sylvestre avait été conclu pour éviter de nouvelles violences après le maintien au pouvoir du chef de l’État.

« Transition sans Kabila »

« Il n’y a plus à attendre. Congolais, la force de la rue, c’est maintenant… ou jamais », a réagi sur Twitter le mouvement Lutte pour le changement (Lucha).




LUCHA 
@luchaRDC
[ltr]Il n'y a plus à attendre: Congolais, la force de la rue c'est maintenant...ou jamais !http://www.bbc.com/afrique/region-41583642 …[/ltr]
20:35 - 11 oct. 2017



RDC: "pas de présidentielle avant avril 2019"
La Commission électorale en République démocratique du Congo (CENI) annonce que les élections présidentielles ne pourront pas se tenir avant avril 2019.
bbc.com
[/size]
 
[ltr]
Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité[/ltr]


Félix Tshisekedi, de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), et l’opposant Moïse Katumbi, ex-gouverneur du Katanga, demandent quant à eux depuis le 18 septembre « une transition sans Kabila » après le 31 décembre 2017, « conduite par des personnalités consensuelles chargées de préparer les élections ».
Dans un rapport spécial intitulé « Revue stratégique de la mission de l’ONU en RDC », signé du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, et publié le 11 octobre, les Nations unies semblaient déjà anticiper le report des élections : « La majorité des interlocuteurs consultés reconnaissent que le calendrier des élections fixé dans l’accord du 31 décembre ne sera pas respecté », peut-on notamment lire dans ce document."


"504 jours incompressibles. Elections : les vérités de Nangaa !
° https://laprosperiteonline.net/2017/10/12/504-jours-incompressibles-elections-les-verites-de-nangaa/
° http://www.lephareonline.net/elections-507-jours-apres-fin-de-lenrolement/
"“504 jours pour les élections, ça préfigure un coup d’État constitutionnel” – (Lubaya)
° https://actualite.cd/2017/10/12/504-jours-elections-ca-prefigure-coup-detat-constitutionnel-lubaya/
° http://www.politico.cd/encontinu/2017/10/11/claudel-lubaya-declaration-de-ceni-agression-contre-patrie.html

« Élections en 2019 : que va devenir l’accord de la Saint Sylvestre ?
° http://cas-info.ca/elections-en-2019-que-va-devenir-laccord-de-la-saint-sylvestre/

« “Mr Nangaa vient d’enclencher le détonateur”, affirme Sindika Dokolo
° http://www.politico.cd/encontinu/2017/10/12/mr-nangaa-vient-denclencher-detonateur-affirme-sindika-dokolo.html

« Le Rassemblement ne reconnaîtra plus Kabila comme Chef de l’Etat après le 31 décembre,  affirme Ewanga
° http://www.politico.cd/encontinu/2017/10/11/rassemblement-ne-reconnaitra-plus-kabila-chef-de-letat-apres-31-decembre-affirme-ewanga.html

« Les Congolais devant se prononcer: Entre un bulletin de vote de 52 pages et la machine à vote électro-manuelle
° http://groupelavenir.org/les-congolais-devant-se-prononcer-entre-un-bulletin-de-vote-de-52-pages-et-la-machine-a-vote-electro-manuelle/

« HIER AU PALAIS DU PEUPLE
CORNEILLE NANGAA -ACTEURS POLITIQUES : UNE RENCONTRE DES VÉRITÉS

° http://www.forumdesas.org/spip.php?article13429


« Crise politique en RDC: Les USA, l’ONU et l’UE se réunissent jeudi à La Haye
° https://actualite.cd/2017/10/10/crise-politique-rdc-usa-lonu-lue-se-reunissent-jeudi-a-haye/
° https://www.radiookapi.net/2017/10/12/actualite/en-bref/les-etats-unis-lonu-et-lue-discutent-de-la-crise-en-rdc-la-haye

« RDC : l’ONU « s’inquiète » des violences et de l’incertitude politique
° http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/10/12/rdc-l-onu-s-inquiete-des-violences-et-de-l-incertitude-politique_5199926_3212.html

Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: AUJOURD’HUI AU CONGO PLUS QUE JAMAIS LE PROBLÈME C’EST ‘JK’, LA SOLUTION : ’SON ÉLIMINATION' ! C’EST A TROP L’OUBLIER QUE LES CONGOLAIS (ET LEURS AMIS DEHORS ?) S’ENFERRENT DANS DES IMPASSES ! « IL N’AURAIT RIEN PROMIS », AH BON ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum