LE CONGO (L’AFRIQUE) N’A-T-IL VRAIMENT RIEN A ATTENDRE DE CETTE FUMEUSE CI OU MANQUE-T-IL DE RÉALISME ET D'EXPERTISE POUR MIEUX COMPOSER AVEC ELLE A SON PROFIT ?

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LE CONGO (L’AFRIQUE) N’A-T-IL VRAIMENT RIEN A ATTENDRE DE CETTE FUMEUSE CI OU MANQUE-T-IL DE RÉALISME ET D'EXPERTISE POUR MIEUX COMPOSER AVEC ELLE A SON PROFIT ?

Message  ndonzwau le 17/9/2017, 4:38 am

LE CONGO (L’AFRIQUE) N’A-T-IL VRAIMENT RIEN A ATTENDRE DE CETTE FUMEUSE CI OU MANQUE-T-IL DE RÉALISME ET D'EXPERTISE POUR MIEUX COMPOSER AVEC ELLE A SON PROFIT ?

C’est aujourd’hui l’Assemblée onusienne annelle à laquelle les différents dirigeants des pays de la planète membres accourent, le nôtre y va aussi, semble-t-il, d’autant qu’il y est prévu une session annexe sur notre Congo…
La nocivité géopolitique de la CI avec ses ingérences essentiellement unilatérales en Afrique (et dans le Tiers-Monde) n’a plus besoin de démonstration, ses expéditions plus foireuses que réussies en Irak, en Afghanistan, en Côte d’Ivoire, en Lybie, en Syrie en témoignent…

En même temps partout en Afrique ou s’agissant de notre pays nous nous retrouvons face à un combat sans issue avec nos forces politiques et sociales de dedans et de dehors contre l’autocratie en place... Il nous arrive alors plus d'une fois de nous demander non sans raison, que fait la CI ? Comme pour l’appeler ouvertement ou insidieusement au secours…
C'est tout dire de sa prégnance, au-delà de nos condamnations légitimes à son égard...

C’est quoi d’abord cette fumeuse Communauté Internationale (CI) ?

Ne lui cherchons pas une définition juridique inexistante qui pousse certains esprits chagrins à décréter son absence : elle est bel et bien là et surgit davantage au détour des conflits internationaux, qui pour fustiger son ingérence partiale, qui d’autre pour l’applaudir parce que dans son sens… Elle pilote tantôt efficace tantôt impuissante les 'affaires internationales' !
La CI n’est ainsi rien d’autre que « l’ensemble des Etats influents à pousser la décision dans les affaires internationales »,…. Elle comprend bien sûr les cinq puissants membres du CS et leurs proches partenaires mais aussi les Etats alliés qu'ils utilisent selon la cause au débat…

L’Onu, gouvernement du monde avec ses organes, chapeaute tout ce beau monde mais heureusement ou malheureusement elle n’en navigue pas moins entre toute puissance juridique avec impuissance de fait…
Selon les aptitudes et les sensibilités de son SG, il est arrivé et il arrivera sans doute qu'elle compte encore un peu plus ou un peu moins dans les affaires de la planète...

Sa présence active quasi discontinue au Congo de l’ONUC des lendemains de notre indépendance à la Monuc puis à la Monusco actuelle témoigne pour le moins de son destin ambigu dans les 'Etats faibles' que nous sommes : elle nous nous protège de certaines catastrophes extrêmes mais ne peut nous éviter des malheurs endogènes souvent pires entre Etats (Congo vs Rwanda) pour suivisme politique des puissants alors même que sa mission est  « d'assurer la paix et la sécurité internationales »...
Son principal organe judiciaire la CIJ ne suffit pas d'où des Tribunaux ad hoc et cette CPI indépendante mais qu'elle instrumentalise abondamment via les plus grandes puissances...


Ce sujet ne fait pas fi de toutes ces pesanteurs géopolitiques et structurelles de la CI et non plus de l’impératif d’un Congo (et d’une Afrique) à construire avec ses propres forces sa « Maison », il suppose juste que nos pays peuvent en même temps bénéficier de l'assistance (ponctuelle ?) de cette CI honnie pour se (ré)armer si de leur côté ils se donnent les moyens de défendre une vision souveraine qu'ils négocient avec elle …

Une session de l’Assemblée des NU consacrée au Congo est incessamment programmée…
Comment et quel bénéfice un Congo patriote et souverain peut-il en tirer comme de tous les actes de la CI en se positionnant plus malin que par le passé, que par un anti-impérialisme incantatoire et peu réaliste ?
(J'ai appris que F Tshisekedi s"y précipitait, n'avait-il pas mieux à y aller avec d'autres de l'opposition pour y représenter un front uni plus large ?)

Pouvons-nous et comment contraindre la CI à véritablement nous accompagner ?
Voilà le débat auquel je vous invite…
A vous !


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CONGO (L’AFRIQUE) N’A-T-IL VRAIMENT RIEN A ATTENDRE DE CETTE FUMEUSE CI OU MANQUE-T-IL DE RÉALISME ET D'EXPERTISE POUR MIEUX COMPOSER AVEC ELLE A SON PROFIT ?

Message  ndonzwau le 18/9/2017, 4:58 pm

Quelques rappels historiques, juridiques et administratifs !

On ne peut parler de CI sans se concentrer sur l’Organisation des Nations Unies (ONU) !
L’ONU est née
au lendemain de la Deuxième Guerre en 1945 à San Francisco à l’instigation des puissances occidentales dont d’abord les USA sur les cendres de la Société des Nations (SDN) qui n'avait pas pleinement joué son rôle n'ayant pu empêcher la Seconde Guerre mondiale... Elle était ainsi prévue de devenir une nouvelle plate-forme de dialogue international et censée arrêter les guerres entre pays...

Ses objectifs sont donc
– de maintenir la paix et la sécurité dans le monde ;
- de développer les relations amicales entre les nations ;
- de réaliser la coopération internationale sur tous les sujets où elle peut être utile et en encourageant le respect des droits de l'Homme ;
- d’être un centre où s'harmonisent les efforts des nations dans des objectifs communs...
.
Si dans les textes l'ONU n'est pas un gouvernement mondial et ne légifère donc pas, ses résolutions donnent cependant une légitimité aux interventions des États et sont appliquées dans le droit national et international au travers des traités ou conventions internationales entre les nations.

L’ONU  compte la quasi-totalité des États du monde (193 sur 197) et comprend six organes principaux :
1° L'Assemblée générale
, où tous les États membres sont représentés et disposent d'une voix pour les recommandations qui sont portées au vote ;
2°Le Conseil de sécurité composé de 5 membres permanents avec droit de veto (USA, Russie (à la place de l'ancienne l'URSS), Chine, France, Royaume-Uni), et 10 non-permanents renouvelés tous les deux ans, est l'organe phare qui traite prioritairement des conflits flagrants avec au besoin des résolutions contraignantes pour les états concernés...
En pratique il décide ainsi des opérations de maintien de la paix avec le concours des états membres puisque l'ONU est dépourvue de moyens militaires propres sanctions contre un État.
tandis que les dix autres pays du conseil de sécurité n'y sont que pour deux ans.
3° Le Conseil économique et social chargé de la coopération économique et sociale et du développement ;
4° Le Conseil de tutelle significatif à l’époque de la colonisations mais désuet depuis sa fin;
5° La Cour internationale de justice à la Haye (Pays-Bas) qui tranche les différends entre les états et fournit des avis juridiques aux autres organes de l'Organisation
6° Le Secrétariat qui assure la gestion quotidienne de l'organisation

A noter l’existence des organes annexes techniques ou régionaux et des agences spécialisées (OMS, UNESCO, UNICEF) et au niveau judiciaire des tribunaux pénaux internationaux temporaires (TPI) (ex-Yougoslavie, Rwanda, Sierra-Leone) qui sont des juridictions ad hoc créées par l’ONU (CS) pour juger les violations graves du droit international dans les pays…

Ajoutons-y la Cour Pénale Internationale (CPI) de principe indépendante de l’ONU mais son auxiliaire dans les textes et surtout dans les faits...
La CPI est une juridiction pénale universelle permanente chargée de juger des personnes (et non des Etats relevant de la CIJ) accusées de génocide, de crime contre l’humanité, de crime d'agression et de crime de guerre, créée par le Statut de Rome, un traité international entre Etats adhérents dès 1998 mais entré en vigueur depuis 2002 après sa ratification par ces États (d’autres s’y sont joints); elle ne statue ainsi que sur des crimes commis à compter de cette date sans compétence rétrospective.

A noter que certains Etats importants dont les États-Unis, la Russie, la Chine, l’Inde, Israël, le Rwanda... soit ne l’ont pas signé soit ne l’ont pas ratifié. Néanmoins si sa compétence ne s’exerce de principe que sur une personne d’un État membre, ou si son crime est commis sur le territoire d’un État membre, elle peut être saisie par le Conseil de sécurité comme la Cour 'alertée' peut initier des enquêtes de son initiative...
La Cour est aussi conçue pour compléter les systèmes judiciaires nationaux : elle ne peut exercer sa compétence que lorsque les juridictions nationales n’ont pas la volonté ou la compétence pour juger de tels crimes. L’initiative en matière d’enquête et de jugement de ces crimes est donc laissée aux États...

J'en parle davantage parce que les premiers prévenus de la CPI sont Congolais et parce qu'elle fait l'objet des vives critiques (légitimes !) des Africains dont quelques Etats résolus à la quitter...

Le financement de l'Onu et de ses agences est assuré par les contributions obligatoires des pays membres et par des contributions volontaires de toutes organisations, entreprises ou encore particuliers !
Le budget ordinaire (environ 5 milliards d'euros? en 2013-2014), est établi, tous les deux ans, sur les contributions obligatoires fixées par l'Assemblée générale...

Depuis, l’ONU a tant bien que mal fait du chemin avec des règlements réussis et des échecs dans des conflits internationaux, ses objectifs pour la coopération dans le droit international, la sécurité, le développement économique, le progrès social, les droits de l’homme et en définitive la réalisation à terme de la paix mondiale, un lieu où se construit un avenir meilleur pour tous les êtres humains n’ont pas complètement été atteints, du coup elle prête à maintes polémiques mais peut-on se passer d’elle ?

Les temps de la Guerre froide où elle est née entre un bloc occidental et capitaliste sous la férule des Usa et le camp de l’Est communiste mené par l’URSS sont passés à la chute du Mur sanctionnant le décadence du monde communiste avec le démembrement de l’URSS et la récupération de ses alliés mais c’en n’est pas pour autant vraiment « la fin de l’histoire »…
Les rivalités entre grandes puissances qui en sont issues continuent sourdement et parfois plus, d’autres cadres de clivage sont apparus tant et bien que le bloc occidental capitaliste n’en est pas devenu tant le maître et l’hyperpuissance américaine en perd relativement de sa superbe, du coup le pilotage mondial de l’ONU reste encore laborieux…

Néanmoins plutôt que de décider de son abolition complète, c’est sa réforme qui revient régulièrement à l’ordre du jour sans être accomplie; sans doute que malgré ses insuffisances, l’ONU continue de remplir un rôle…

Hiérarchiquement c’est l’Assemblée Générale qui prime mais dans les faits l'assemblée générale dispose de compétences très larges mais n'émet pas de décisions contraignantes pour les États. c‘est le Conseil de Sécurité et ses cinq membres permanents avec leurs droits de vétos qui à terme décident jouant de leurs rivalités et de leurs divergences de vision pour la conduite du monde
ET l’Assemblée Générale annuelle est en cours, au-delà de la rencontre et la confrontation(?) (des vues) entre les principaux nouveaux venus, Antonio Guterres, le nouveau SG de l’organisation, Trump, le nouveau Président des USA, Macron, le nouveau Président français…, nous y reviendrons parce qu’il y sera aussi question de notre pays plongé dans une impasse à l’issue d’une fin de mandat constitutionnelle non conclue…


"La RDC au centre d’une importante réunion ce lundi à l’ONU"
° https://actualite.cd/2017/09/18/rdc-centre-dune-importante-reunion-lundi-a-lonu/
Une réunion  consacrée à la RDC  se tient ce lundi 18 septembre 2017 à New York, en marge de la 72ème session de l’ONU. La réunion sera présidée par Jean-Pierre Lacroix, chef du département des opérations de maintien de la paix à l’ONU.

Parmi les matières à traiter figurent notamment le soutien à l’accord du 31 décembre, les mesures de décrispation politique et les droits de l’homme.
Les autorités congolaises seront présentes à ces assises. L’ONU organise la réunion sur la RDC alors que la crise s’accentue au pays suite à la non-tenue des élections l’année dernière. Les élections censées se tenir en décembre prochain conformément à l’accord du 31 décembre deviennent de plus en plus “hypothétiques”.
L’ONU avait même demandé à la Commission électorale nationale indépendante (CENI) de publier le plus rapidement un calendrier électoral."



Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CONGO (L’AFRIQUE) N’A-T-IL VRAIMENT RIEN A ATTENDRE DE CETTE FUMEUSE CI OU MANQUE-T-IL DE RÉALISME ET D'EXPERTISE POUR MIEUX COMPOSER AVEC ELLE A SON PROFIT ?

Message  Admin le 19/9/2017, 8:22 pm

Tres bonnes questions
Les reponses se trouvent à mon avis sur le degre de sincerité de cette CI
avatar
Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CONGO (L’AFRIQUE) N’A-T-IL VRAIMENT RIEN A ATTENDRE DE CETTE FUMEUSE CI OU MANQUE-T-IL DE RÉALISME ET D'EXPERTISE POUR MIEUX COMPOSER AVEC ELLE A SON PROFIT ?

Message  ndonzwau le 19/9/2017, 10:43 pm

Pendant que notre 'petit raïs' fait semblant de défendre ou s’invente une cause de la paix à défendre au Kasai pour fuir l’affrontement civilisé et ouvert de New York à la 72ème Assemblée générale que s’y passe-t-il entre-temps ?
Notons en passant que nous croyons peu à la puissance déclarée de signataires ci-dessous 'opposants à 'JK'', leur groupe eût mieux gagné s'ils le constituaient plus large et moins en petite secte certes généreuse mais insuffisante...

Mutatis mutandis, contrairement à l'optimisme de notre ami Fita (infra), je crains beaucoup que leur déclaration ne soit à même de "mettre à mal la fuite en avant diplomatique du régime de Kabila", leurs 'exigences'sont les bienvenues mais elles sont naïves à prétendre porter en raison de leur seule bonne foi... Encore et encore l'opposition a besoin de plus d'habileté et d'expertise face à un ennemi qui lui n'en manque pas...

A bon entendeur............


"A quoi sert vraiment l’Assemblée générale de l’ONU ?
° http://www.lefigaro.fr/international/2017/09/18/01003-20170918ARTFIG00214--quoi-sert-vraiment-l-assemblee-generale-de-l-onu.php


"La RDC ne signera pas la déclaration de Donald Trump visant à reformer l’ONU"
Evil or Very Mad  Twisted Evil  Embarassed  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2017/09/18/rdc-ne-signera-declaration-de-donald-trump-visant-a-reformer-lonu.html


"Tête-à-tête entre Léonard She Okitundu et Didier Reynders à New York"
Evil or Very Mad  Twisted Evil  Embarassed  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Question  Question  Question  Question  Question
° http://www.politico.cd/encontinu/2017/09/18/tete-a-tete-entre-leonard-she-okitundu-didier-reynders-a-new-york.html

"DIPLOMATIE
BRUXELLES ET KINSHASA JOUENT À L’APAISEMENT"

Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Question  Question  Question  Question  Question  Question  Question  Question
° http://www.forumdesas.org/spip.php?article13131


"Donald Trump veut réformer l'ONU contre la «bureaucratie» et la «mauvaise gestion»"
° http://www.liberation.fr/planete/2017/09/18/donald-trump-veut-reformer-l-onu-contre-la-bureaucratie-et-la-mauvaise-gestion_1597235
° http://www.vonews.net/a-la-une/donald-trump-lance-le-debat-sur-la-reforme-de-lonu/


"Assemblée générale de l'ONU : Trump peut-il faire vaciller l'organisation ? (partie 1)"
° http://www.france24.com/fr/20170918-debat-partie-onu-reforme-Trump-guterres-Coree-Nord-Nucleaire-iranien-Climat



° http://www.france24.com/fr/20170918-debat-partie-deux-onu-reforme-Trump-guterres-Coree-Nord-Nucleaire-iranien-Climat




"Le projet porté par Trump de réforme de l’ONU adopté par 126 pays dont la Belgique
° http://www.lesoir.be/114788/article/2017-09-18/le-projet-porte-par-trump-de-reforme-de-lonu-adopte-par-126-pays-dont-la
Depuis son investiture en janvier dernier, le locataire de la Maison Blanche n’a pas caché sa volonté de voir l’ONU se réformer afin qu’elle soit plus efficace et coûte moins cher.

[center
©Justine Lane / EP
[/center]

Le président américain Donald Trump a présenté lundi matin à New York une déclaration politique non contraignante poussant l’Organisation des Nations Unies à se réformer. « L’ONU doit se concentrer plus sur les gens et moins sur la bureaucratie  », a-t-il préconisé. Le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, a assisté à ce bref discours, organisé à la veille de l’ouverture du débat de l’assemblée générale onusienne. La déclaration a été adoptée par 126 pays.

Depuis son investiture en janvier dernier, le locataire de la Maison Blanche n’a pas caché sa volonté de voir l’ONU se réformer afin qu’elle soit plus efficace et coûte moins cher. A l’heure actuelle, les Etats-Unis sont le premier contributeur financier à l’Organisation, assurant 28,5 % de son budget d’opérations de paix estimé à 7,3 milliards de dollars, et 22 % de son budget de fonctionnement qui atteint 5,4 milliards de dollars."



"Assemblée générale de l’ONU : Donald Trump à l’épreuve du multilatéralisme
° http://www.lemonde.fr/donald-trump/article/2017/09/19/le-president-americain-a-l-epreuve-du-multilateralisme_5187717_4853715.html
Le président américain doit prendre la parole à l’ONU mardi et présenter l’Etat-nation comme le meilleur moyen de promouvoir le progrès humain.

Un an après avoir fait campagne sur le thème isolationniste de « l’Amérique d’abord », Donald Trump devait prendre pour la première fois la parole, mardi 19 septembre, dans le temple du multilatéralisme, aux Nations unies. S’il a atténué les critiques dont il abreuvait l’OTAN depuis son arrivée à la Maison Blanche, le président a retiré, le 1er juin, les Etats-Unis de l’accord de Paris sur le climat et laisse entendre qu’il pourrait aussi rompre à l’échéance du 15 octobre avec celui conclu en 2015 par les grandes puissances (les membres permanents du Conseil de sécurité et l’Allemagne) avec Téhéran sur son programme nucléaire.
Lors de sa première apparition dans l’immeuble qui abrite les Nations unies, lundi matin, à l’occasion d’une réunion consacrée à la réforme de l’organisation, M. Trump s’est pourtant montré affable et optimiste sur la capacité de l’ONU à évoluer, considérant qu’elle avait été handicapée dans le passé par « la bureaucratie et la mauvaise gestion ». Alors qu’il avait dénoncé en décembre un « club » où « les gens passent un bon moment », il a rendu hommage au secrétaire général, Antonio Guterres, qui s’exprimera aussi pour la première fois mardi dans le cadre de la 72e Assemblée générale de l’organisation, pour sa volonté de s’attaquer à la bureaucratie onusienne. Fidèle à lui-même, le président n’a pas pu s’empêcher de se féliciter à demi-mot pour avoir construit la Trump Tower à quelques encablures de là, même si l’allusion a pu échapper à un bon nombre de responsables étrangers présents.

Optimisme(...)"



"ONU: que vaut le "multilatéralisme" que va défendre Macron?"
° http://www.lexpress.fr/actualite/monde/onu-que-vaut-le-multilateralisme-que-va-defendre-macron_1944611.html
Pour son premier discours à l'Assemblée générale de l'ONU, le chef d'Etat français compte défendre le multilatéralisme. Un concept de plus en plus attaqué.

Emmanuel Macron, chantre du multilatéral? Pour son premier discours lors d'une Assemblée générale de l'ONU, ce mardi, le président français compte "réaffirmer le rôle central du multilatéralisme". Et ce "dans un contexte de crises internationales faisant le lit du terrorisme (Syrie, Libye, Sahel), et de menaces contre la sécurité collective telles que la crise avec la Corée du Nord", promet l'Elysée. 
Son intervention devrait s'inscrire dans la droite ligne de son discours aux ambassadeurs du 29 août dernier. "Si nous ne sommes pas au rendez-vous du multilatéralisme, d'autres grandes puissances se saisiront de ces instruments" (comme l'ONU), avait-il alors indiqué. 

"Le contexte est nettement défavorable au multilatéralisme. La conjoncture est marquée par un retour très fort à l'unilatéralisme, avec le Brexit, Trump ou encore l'affirmation de la Chine. Tout va vers une restriction", estime pourtant Bertrand Badie, professeur de Relations Internationales à Sciences-Po Paris. Défendre le multilatéralisme actuellement, revient en l'occurrence à reconnaître sa perte de vitesse dans les relations internationales.
"Le climat est à une remise en cause du multilatéralisme, avec un retour du discours protectionniste et le recours à la force non-concertée" (comme la Russie en Syrie), abonde Manuel Lafont-Rapnouil, directeur du Conseil européen des relations internationalesà Paris. 

Le multilatéralisme, la France y trouve son compte(...)"



° http://www.leparisien.fr/politique/a-l-onu-macron-sur-tous-les-fronts-19-09-2017-7270758.php
° http://www.malinet.net/flash-info/onu-quand-lamerique-dabord-de-trump-rencontre-le-temple-du-multilateralisme/
° http://www.francetvinfo.fr/monde/usa/presidentielle/donald-trump/direct-donald-trump-et-emmanuel-macron-defendent-leurs-deux-visions-du-monde-a-l-onu_2379337.html
° http://www.la-croix.com/Journal/A-lONU-lavenir-multilateralisme-coeur-debats-2017-09-18-1100877629



"L'AG de l'ONU à New York minée par le « Rassemblement » et manifesterdc.com « Esili »"
Evil or Very Mad  Twisted Evil  Embarassed  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes
° http://www.cheikfitanews.net/2017/09/l-ag-de-l-onu-a-new-york-minee-par-le-rassemblement-et-manifesterdc.com-esili.html
La 72è Assemblée Générale de l'ONU s'ouvre le mardi 19 septembre 2017. Le blocage du processus électoral congolais y sera à l'agenda.

À quelques heures de l'ouverture de cette Assemblée Générale, le « Rassemblement » et le Manifeste du Citoyen Congolais « ESILI »viennent de publier une déclaration qui mettra à mal la fuite en avant diplomatique du régime de Kabila.
Signée par Félix Tshisekedi, Moise Katumbi du « Rassemblement », André Mbata, Paul Nsapu et Floribert Anzuluni du Manifeste du Citoyen Congolais « ESILI », cette déclaration exige « une transition sans Mr Kabila, devenu illégal et illégitime, conduite par des personnalités éminentes, consensuelles chargées de préparer les élections démocratiques, libres, transparentes et paisibles qui ne sont pas possibles ni avec Mr Kabila, ni avec la CENI dans sa configuration actuelle ».

Et les signataires de la déclaration «appellent  les Nations Unies à rejeter tout calendrier électoral de la CENI allant au delà de décembre 2017 et à soutenir la proposition de sortie de crise contenue dans le Manifeste du Citoyen Congolais pour un retour rapide à l'ordre démocratique/constitutionnel. »

Ci-dessous cette déclaration
Bruxelles, le 19 septembre 2017
Cheik FITA"





"RDC: Discussion à huis clos sur le Congo à l’Onu
° https://afrique.lalibre.be/8763/rdc-discussion-a-huis-clos-sur-le-congo-a-lonu/
Les Nations unies se penchent mardi sur l’impasse politique en République démocratique du Congo (RDC), où la tension monte à l’approche de la date-butoir – chaque jour plus illusoire – du 31 décembre 2017 pour organiser la succession du président Joseph Kabila.

Tenue en marge de l’Assemblée générale, la réunion au siège de l’ONU se tient sans le président congolais, qui inaugure un « forum pour la paix » au Kasaï. Les deux leaders de l’opposition Félix Tshisekedi et Moïse Katumbi se trouvent à New York « pour des rencontres informelles », a indiqué l’entourage du premier.

Ouvrir la voie à des élections
 
La réunion onusienne doit se tenir à huis-clos sous la présidence du secrétaire général adjoint Jean-Pierre Lacroix, « afin d’ouvrir la voie à des élections crédibles », a indiqué à l’AFP un responsable de l’ONU sous couvert d’anonymat. L’initiative entend favoriser « une meilleure coordination des efforts internationaux, régionaux et sous-régionaux » pour « la mise en oeuvre de l’accord du 31 décembre 2016 », ajoute la source onusienne.
L’ONU et sa mission en RDC (la Monusco) misent sur une application « complète et de bonne foi » de cet accord, pour éviter de nouvelles violences liées au maintien au pouvoir du président Joseph Kabila, dont le second mandat de cinq ans a pris fin le 20 décembre 2016. La Constitution lui interdit de se représenter.

Conclu sous l’égide de l’Eglise catholique, après des dizaines de morts à Kinshasa les 19 septembre et 19-20 décembre 2016, cet accord de la St-Sylvestre prévoit des élections présidentielle, législatives et provinciales « au plus tard en décembre 2017 ». Alors que le Premier ministre Bruno Tshibala a promis lundi « un calendrier (électoral) réaliste dans quelques jours », cette échéance de décembre apparaît chaque jour plus irréaliste.
Le recensement des derniers électeurs doit durer au moins jusqu’à mi-décembre dans la région du Kasaï théâtre de violences depuis un an. Et le Parlement doit encore voter des lois électorales. Le président de l’Assemblée, Aubin Minaku, cadre de la Majorité présidentielle (MP), parle d’élections « dans un délai accepté, sans précipitation inconsidérée, ni lenteur excessive ».

La tension monte
 
Comme en 2016 à l’approche de la fin du mandat de M. Kabila, la tension monte donc de nouveau à l’approche de l’échéance de décembre 2017. Un report des élections courant 2018 pourrait être accepté par les anti-Kabila, mais pas au-delà, envisage une source diplomatique à Kinshasa.
Les deux leaders de l’opposition, Félix Tshisekedi et Moïse Katumbi, ont exigé depuis New York « une transition sans Kabila », conduite par des « personnalités consensuelles », pour « préparer des élections démocratiques, libres, transparentes et paisibles ». Mais la MP rejette cette idée, accusant ses partisans de vouloir « remettre en cause la Constitution et l’accord de la Saint-Sylvestre pour déstabiliser tout le processus électoral », selon son porte-parole André-Alain Atundu Liongo.

Plusieurs éléments aggravent la crise politique en RDC. A la crise politique, s’ajoute une forte inflation causée par la dépréciation du franc congolais par rapport au dollar, dans ce pays parmi les plus pauvres du monde. Des observateurs redoutent une reprise de la violence, voire « l’implosion » de la RDC, où divers groupes armés sont actifs. En août, la Monusco a enregistré « une augmentation importante » des violations des droits de l’homme, avec 441 cas documentés, dont 64% commis par les agents étatiques et 36% par les groupes armés tous confondus."



"RD Congo: Tshisekedi et Katumbi demandent « une transition sans Kabila »
° https://afrique.lalibre.be/8758/rd-congo-tshisekedi-et-katumbi-demandent-une-transition-sans-kabila/
Les deux figures de l’opposition congolaise, Félix Tshisekedi et Moïse Katumbi, ont demandé « une transition » sans le président Joseph Kabila pour préparer des élections en République démocratique du Congo.

Les deux opposants ont co-signé lundi un communiqué daté de New York où les Nations unies tiennent mardi une réunion sur la crise en RDC liée au maintien au pouvoir du président Kabila dont le second mandat a pris fin le 20 décembre 2016. La Constitution ne lui permet pas de briguer un nouveau mandat.
Dans leur communiqué, MM. Tshisekedi et Katumbi pointent la responsabilité de M. Kabila « dans le non-respect de la Constitution et de l’accord du 31 décembre 2016 » qui prévoyait des élections d’ici décembre 2017.
« Pour prévenir le vide juridique et le chaos dans la perspective de la non-tenue des élections le 31 décembre 2017 au plus tard, (nous) exigeons une transition sans M. Kabila, devenu illégal et illégitime », écrivent les deux leaders du Rassemblement de l’opposition.

Cette transition sera « conduite par des personnalités éminentes consensuelles chargées de préparer les élections démocratiques, libres, transparentes et paisibles qui ne sont pas possibles, ni avec M. Kabila ni avec la commission électorale (Céni) dans sa configuration actuelle », ajoutent-t-ils.
Les deux signataires rejettent d’avance « tout projet de référendum constitutionnel » qui modifierait la Constitution sur la question du nombre et de la durée du mandat du président de la République. Le communiqué a été signé aussi par des animateurs de la société civile et de mouvements citoyens."



Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CONGO (L’AFRIQUE) N’A-T-IL VRAIMENT RIEN A ATTENDRE DE CETTE FUMEUSE CI OU MANQUE-T-IL DE RÉALISME ET D'EXPERTISE POUR MIEUX COMPOSER AVEC ELLE A SON PROFIT ?

Message  ndonzwau le 20/9/2017, 3:39 am

Admin a écrit:Tres bonnes questions
Les reponses se trouvent à mon avis sur le degre de sincerité de cette CI

Kiekiekieee, voilà Admin le pragmatique et l’entrepreneur, obligé de convoquer une valeur morale, « la sincérité » en géopolitique parce sans doute en « bon chrétien » il ne peut pas ne pas espérer un monde vivable sans les bons sentiments…
Désolé, je n’ai pas trouvé autre réponse à mon 'embarras politique' à votre réponse que de vous renvoyer à la « guerre de fait » dans la compétition internationale qui comme chacun le sait renvoie à la « stratégie »...
Elle suppose la « force » face à l’ennemi et qui quoi qu’on la dénigre moralement, appelle la « ruse » !

Pour moi la « ruse » est une qualité politique et intellectuelle dans ce domaine surtout pour les « faibles » que nous sommes... Et qui dit ruse, suppose expertise, intelligence poussée de la situation ; dommage que nous n’en ayons pas fait une arme indispensable en Afrique…
Pourquoi resterions-nous en effet en dehors de l’humanité vivante et n'attendre de l'adversaire CI que de la « sincérité »  alors qu’eux-mêmes sous des paravents moralistes de « générosité » envers nous pauvres ne poursuivent souvent avec force ruses que leurs intérêts chez-nous?


J’attends ainsi à New York, plus que des proclamations certes utiles de souveraineté et d’indépendance à la  Mobutu, une autre voix de l’Afrique, plus fidèle aux revendications de son peuple réclamant assistance à l’avènement des responsables enfin plus attentifs au sort des leurs, qui leur rendent des comptes et acceptent ainsi d’être sanctionnés en cas de mauvais bilan…
Je m’imagine qu’on a encore difficile à entendre telles revendications de nos leaders (intéressant d’entendre leurs discours) plus souvent potentats…

Ainsi l’aventure quasi solitaire d’un Tshisekedi et Katumbi me satisfait peu, j'aurais souhaité déjà au niveau de notre pays un front plus large et surtout qu'ils coalisent avec d’autres forces africaines pour revendiquer ensemble; çà pèse plus à ce niveau…

Voilà, Admin, le sens de ma relative opposition à « l’appel à la sincérité » de la CI, je lui préfère celui à notre « ruse » càd l’intelligence tactique face à un « ennemi » après tout autant « autorisé » à poursuivre ses intérêts que nous à conquérir les nôtres…


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CONGO (L’AFRIQUE) N’A-T-IL VRAIMENT RIEN A ATTENDRE DE CETTE FUMEUSE CI OU MANQUE-T-IL DE RÉALISME ET D'EXPERTISE POUR MIEUX COMPOSER AVEC ELLE A SON PROFIT ?

Message  Admin le 20/9/2017, 4:59 pm

La dernière fois que nous avons échangé, vous affichez (Mbuta permets moi le tutoiement) on se connait déjà trop longtemps ...
Je disais donc que j'étais optimiste quand tu penchais pour le contraire.
Je t'apprends que j'ai hélas eu tort.
Je me suis véritablement plongé dans l'arène ... en arrière cours qlq peu mais assez pour voir le jeu trouble des acteurs politiques congolais comme de ce que nous appelons la CI.
En gros je résume ça par qlq chose qui ressemble à la télé réalité… qlq chose entre réalité et fiction.
Il y a des opposants qui sont en réalité des acteurs dans le cinéma, ils jouent des rôles ... tout le monde le sait et tout le monde fait semblant
Je ne trouverai pas les mots exacts pour expliquer tout ça mais pas de doute que tu comprends.
Mais au-delà de tout ça, il NOUS appartient de trouver le moyen de NOUS sortir de cet imbroglio
avatar
Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CONGO (L’AFRIQUE) N’A-T-IL VRAIMENT RIEN A ATTENDRE DE CETTE FUMEUSE CI OU MANQUE-T-IL DE RÉALISME ET D'EXPERTISE POUR MIEUX COMPOSER AVEC ELLE A SON PROFIT ?

Message  ndonzwau le 21/9/2017, 12:25 am

Admin a écrit:La dernière fois que nous avons échangé, vous affichez (Mbuta permets moi le tutoiement) on se connait déjà trop longtemps ...
Je disais donc que j'étais optimiste quand tu penchais pour le contraire.
Je t'apprends que j'ai hélas eu tort.
Je me suis véritablement plongé dans l'arène ... en arrière cours qlq peu mais assez pour voir le jeu trouble des acteurs politiques congolais comme de ce que nous appelons la CI.
En gros je résume ça par qlq chose qui ressemble à la télé  réalité… qlq chose entre réalité et fiction.
Il y a des opposants qui sont en réalité des acteurs dans le cinéma, ils jouent des rôles ... tout le monde le sait et tout le monde fait semblant
Je ne trouverai pas les mots exacts pour expliquer tout ça mais pas de doute que tu comprends.
Mais au-delà de tout ça, il NOUS appartient de trouver le moyen de NOUS sortir de cet imbroglio   

Je crois t'avoir compris et suis tout à fait d'accord avec toi !

cyclops cyclops cyclops

Sinon un constat reste indéniable : que ce soit face à la fameuse Ci ou face au pouvoir mortifère de 'JK', les Congolais doivent se bouger autrement s'ils veulent un jour gagner cette guerre aujourd'hui trop longue !
Et je crains que la solution, si solution il y'a et il en faut, ne vienne que d'une mobilisation populaire massive, imprévue ou préparée; comme toi je crois que beaucoup de nos politiques sont hélas soit hors-sol soit dans un registre alimentaire personnel ou corporatiste...
Pauvre pays !


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CONGO (L’AFRIQUE) N’A-T-IL VRAIMENT RIEN A ATTENDRE DE CETTE FUMEUSE CI OU MANQUE-T-IL DE RÉALISME ET D'EXPERTISE POUR MIEUX COMPOSER AVEC ELLE A SON PROFIT ?

Message  ndonzwau le 21/9/2017, 3:04 am

"RDC : le huis clos à l’Onu inquiète !"
° https://laprosperiteonline.net/2017/09/20/rdc-le-huis-clos-a-lonu-inquiete/

"RDC: Discussion à huis clos sur le Congo à l’Onu"
° https://afrique.lalibre.be/8763/rdc-discussion-a-huis-clos-sur-le-congo-a-lonu/

" EN MARGE DE LA REUNION D’HIER SUR LA RDC
KATUMBI, FATSHI, SINDIKA ... FONT LE LOBBYING À NEW-YORK"

° http://www.forumdesas.org/spip.php?article13139

"Entretien entre Denis Mukwege et Didier Reynders à New York"
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2017/09/20/entretien-entre-denis-mukwege-didier-reynders-a-new-york.html

"Joseph Kabila s’adressera au monde à la 72ème Assemblée générale de l’ONU"
Evil or Very Mad  Twisted Evil  Embarassed  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Question  Question  Question  Question  Question  Question
° http://www.politico.cd/encontinu/2017/09/20/joseph-kabila-sadressera-monde-a-72eme-assemblee-generale-de-lonu.html
Ce samedi 23 septembre à la tribune de l’ONU
"Joseph Kabila devant le Tribunal des occidentaux – La Cité Africaine"

Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Question  Question  Question  Question  Question  Question  Question  Question
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=208845&Actualiteit=selected

"ONU : Quand Donald Trump ignore complètement Paul Kagame"
° http://www.politico.cd/en-off/2017/09/19/onu-donald-trump-ignore-completement-paul-kagame.html

"L’ONU va mettre en place une équipe d’experts pour assister la CENI dans l’organisation des élections"
° http://www.politico.cd/encontinu/2017/09/20/lonu-va-mettre-place-equipe-dexperts-assister-ceni-lorganisation-elections.html

"L’ONU appelle la CENI à la publication d’un calendrier électoral « dans les meilleurs délais »"
° http://www.politico.cd/encontinu/2017/09/20/lonu-appelle-ceni-a-publication-dun-calendrier-electoral-meilleurs-delais.html

"Le duel opposition-pouvoir dans les coulisses de l’ONU à New York"
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2017/09/19/duel-opposition-pouvoir-coulisses-de-lonu-a-new-york.html

" « Denis Mukwege est le candidat idéal pour la transition », Thierry Michel"
° http://www.politico.cd/encontinu/2017/09/19/denis-mukwege-candidat-ideal-transition-thierry-michel.html


"RDC: l’Onu table toujours sur des élections en 2017"
°  https://afrique.lalibre.be/8784/rdc-lonu-table-toujours-sur-des-elections-en-2017/


" E. Macron, défenseur de l’Afrique "
° http://lepotentielonline.com/index.php?option=com_content&view=article&id=17738:e-macron-defenseur-de-l-afrique&catid=85:a-la-une&Itemid=472



COMMUNIQUÉS DE PRESSE
SC/12995
19 SEPTEMBRE 2017


° http://www.un.org/press/fr/2017/sc12995.doc.htm

Réunion du Comité du Conseil de sécurité sur la République démocratique du Congo avec le Groupe d’experts, le 7 septembre

Le 7 septembre 2017, le Comité du Conseil de sécurité créé par la résolution 1533 (2004) concernant la République démocratique du Congo s’est réuni avec le Groupe d’experts sur la République démocratique du Congo, dont le mandat a été prorogé, le 21 juin 2017, jusqu’au 1er août 2018, comme suite à la résolution 2360 (2017).

Au cours de la réunion, le Groupe d’experts a présenté aux membres du Comité son programme de travail pour le mandat en cours.  Le Groupe a fait part de son intention de se pencher sur les activités de groupes armés comme les Forces démocratiques alliées (ADF), les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), le Conseil national pour le renouveau et la démocratie (CNRD), le groupe Nduma Défense du Congo-Renové (NDC-R) et les Maï Maï Yakutumba.  Il entend également enquêter sur l’implication de groupes armés et d’autres réseaux criminels dans l’exploitation et le commerce de l’or et de minéraux stannifères (contenant de l’étain), le trafic d’armes au profit de groupes armés et les violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire.  Enfin, le Groupe a déclaré que l’assassinat de deux de ses membres au cours de son précédent mandat, en mars 2017, était venu rappeler combien la situation en République démocratique du Congo était instable, et souligner à quel point il importait de poursuivre les auteurs de ces crimes.

Les membres du Comité ont accueilli avec satisfaction l’exposé du Groupe et ont apporté leur soutien au projet de programme de travail que ce dernier leur a présenté.  Ils se sont déclarés préoccupés par la persistance des violences en République démocratique du Congo, par la situation humanitaire catastrophique qui y régnait ainsi que par les violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire, y compris les violences et les atteintes sexuelles, qui y étaient commises. 




"Paul Nsapu à l'AG de l'ONU, recherche d'un nouveau glissement par kabila"



"Paul Nsapu alobi, batu ya kabila baye koluka glissement na onu Na lokuta"



"President Felix Tshisekedi a New York pour la journee de la RDC a l'ONU"



"USA L' ONU: La RDC au cœur d'une crise , l'avenir de KABILA serait-il "une page blanche ?"



"AUX ETATS-UNIS : Appel à La Mobilisation ANTI- KABILA au
72ème Assemblée générale de l’ONU"







Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CONGO (L’AFRIQUE) N’A-T-IL VRAIMENT RIEN A ATTENDRE DE CETTE FUMEUSE CI OU MANQUE-T-IL DE RÉALISME ET D'EXPERTISE POUR MIEUX COMPOSER AVEC ELLE A SON PROFIT ?

Message  ndonzwau le 21/9/2017, 7:34 am

PS

J'étais désespérément à la recherche du communiqué final sanctionnant la réunion sur la RDC tenue en marge de l’Assemblée générale mais ne l’ai trouvé nulle part même pas sur la page officielle de l’ONU...
A en croire les dépêches ci-dessous, l’ONU est restée ferme s’en tenant à l’application stricte de l’Accord de la St Sylvestre et de sa résolution 2348 qui entérinent la tenue des élections à la fin de cette année !

N’empêche que c’est une recommandation qui n’est ni une loi ni ne comporte de caractère obligatoire même si venant d’elle, elle appelle fortement son respect…
Et il y’a une nouveauté, l’ONU va déléguer sur place une 'équipe de coordination d’experts' pour « faciliter la mobilisation de l’appui politique, technique, financier et logistique requis », afin d’assister la CENI et d’appuyer les préparatifs des élections...
Il est d’autre part demandé au régime  de matérialiser la « décrispation » qui avait été convenue…
A noter que l'ONU a en même temps pris soin d'impliquer au delà d'elle-même, l’Union Africaine, l’Union européenne, l’Organisation Internationale de la Francophonie et la Communauté de Développement d’Afrique Australe (SADC), soit tous les acteurs internationaux et régionaux concernés par la crise Congolaise...

C’est un soulagement et une victoire partielle pour l’opposition et pour le peuple Congolais;  une défaite pour le pouvoir de n’avoir obtenu l’aval d’un glissement supplémentaire comme il le planifie…
Partant sur ces bases, je m’imagine que si ‘JK’ ne coopère pas, il subira après le 31 décembre prochain ou un peu avant des sanctions sévères directes : son entourage proche, sans doute sa famille et pourquoi pas directement lui-même, d’autant qu’il sera alors un PR pleinement illégal et illégitime, seront ciblés…

Un autre bras de fer entre ‘JK’ et la CI s'engage dès cette décision; aura-t-il toujours assez de ressources et d’appuis pour s’entêter ?
Attendons voir…


"Alternance 2017 :
Elections : la « communauté internationale » accule «Joseph Kabila»..."

° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=11966


"Joseph Kabila" en tenue de "pré-combat" Laughing  Laughing  Laughing

Réunis mercredi 19 septembre en marge de la 72ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies, des représentants du Conseil de sécurité de l’ONU, de l’Union Africaine, de l’Union Européenne, de l’Organisation Internationale de la Francophonie et de la SADC ont levé l’option pour la «mise en œuvre totale» de l’Accord de la Saint Sylvestre. En clair, l’élection présidentielle et les législatives doivent avoir lieu avant le 31 décembre prochain. Des experts vont être détachés auprès de la CENI (Commission électorale nationale indépendante). Mission : « appuyer les préparatifs des élections ». Des témoins assurent que le chef de la diplomatie congolaise, Léonard She Okitundu était mercredi dans tous ses états. «Joseph Kabila» n’a sans doute pas encore épuisé son stock de subterfuges. L’homme paraît acculé.

Prévue mardi 18 septembre, la réunion sur les préparatifs des élections au Congo-Kinshasa a été reportée à mercredi 19. Exténués par le désordre institutionnel provoqué par l’obsession de «Joseph Kabila» à s’accrocher au pouvoir pour le pouvoir, les Congolais de l’intérieur tout comme ceux de l’étranger avaient les oreilles tendues vers New York et les yeux rivés notamment sur la chaine de télévision américaine CNN.
On apprenait dans la matinée de jeudi 20 septembre que les participants à cette rencontre tiennent à la «mise en œuvre rapide et totale» de l’Accord de la Saint Sylvestre «pour appuyer la légitimité des institutions de la transition».
Ce langage diplomatique pour le moins aride a fait penser dans un premier temps que la communauté internationale avait choisi la posture de Ponce Pilate. Une manière de laisser les Congolais face à leur destin.

En lisant attentivement le résumé de la Résolution qui a été fait par le Président de cette séance, on peut relever quelques avancées majeures.
Primo : la mise en place auprès de la CENI d’une sorte de « belle-mère ». Il s’agit d’une «équipe de coordination d’experts». Celle-ci a pour mission de « faciliter la mobilisation de l’appui politique, technique, financier et logistique ».
Secundo : l’application des « mesures de décrispation supplémentaires ». Le but, peut-on lire, est de promouvoir un « environnement favorable » pour un aboutissement heureux du processus électoral.
Tertio : la nécessité pour la CENI de publier le calendrier électoral « dans les meilleurs délais ». Quarto : le gouvernement doit allouer à la centrale électorale « un budget conséquent ». Et ce en dépit des « contraintes financières ».

Pour la petite histoire, depuis 2015, « Kabila » n’a cessé de clamer que les élections "coûtent cher" au trésor public. Un crédo que le président de la CENI Corneille Nangaa a fait sien. « C’est une aberration de consacrer 300 millions de dollars à l’organisation des élections, déclarait Nangaa fin août à Kananga. Combien de kilomètres de route et des hôpitaux aurions-nous construit avec une telle somme ? »

« Une transition sans Kabila »

Selon des sources bien informées à New York, la délégation officielle venue de Kinshasa avait sous la main "son" calendrier électoral. Celui-ci fixe la tenue des élections au mois de novembre 2019. «Le président Joseph Kabila pouvait s’octroyer trois années de pouvoir-cadeau comme disent les Africains de l’Ouest », ironisait un combattant.
Les proches des membres de la fratrie "Kabila" sont d’avis que ceux-ci pensent à tout sauf à préparer un «déménagement». « Nous n’allons pas laisser le pouvoir à n’importe qui », avait déclaré « Zoé » dans une interview accordée à l’hebdomadaire Jeune Afrique en août 2016.

Présents à New York, Félix Tshisekedi Tshilombo, Moïse Katumbi Chapwe et des membres de la société civile ont signé mardi 19 septembre une déclaration demandant la mise sur pied d’une « transition sans Joseph Kabila ». Au motif que celui-ci ne jouit plus de la légitimité. Encore moins de la légalité. Et ce dans l’hypothèse où le régime en place renâclerait d’organiser l’élection présidentielle et les législatives avant le 31 décembre prochain.
Les signataires de ce texte ont rejeté «tout projet de référendum constitutionnel» dont le but est de faire sauter le "verrou" que représente l’article 220 de la Constitution. Une disposition qui interdit toute révision constitutionnelle touchant notamment au nombre ainsi qu’à la durée du mandat du président de la République.

Dans une tribune publiée le même mardi 19, Kenneth Roth et Ida Sawyer respectivement directeur exécutif et directeur pour l’Afrique centrale de la très influente ONG « Human Right Watch » (HRW) ont lancé un appel aux « partenaires internationaux et régionaux » du Congo-Kinshasa de soutenir l’idée d’une « transition citoyenne ». « Pour augmenter la pression sur Kabila pour qu’il démissionne, les États-Unis et l’Union européenne devraient imposer de nouvelles sanctions ciblées à l’encontre des membres de la famille de Kabila et de ses proches collaborateurs qui ont détourné des fonds ou abusé de leur pouvoir pour miner le processus démocratique », lit-on. Et de conclure : « Les dirigeants du monde entier réunis à New York cette semaine devraient exprimer leur soutien à un Congo démocratique et appeler Kabila à se retirer ».

Le Congo-Kinshasa est-il pour autant sorti de l’auberge ? Assurément pas ! En dix-sept années d’exercice du pouvoir d’Etat, « Kabila » a démontré son «talent» à renier la parole donnée. Aussi, les observateurs restent-ils prudents. Ils attendent de connaitre la teneur du discours que doit prononcer le « raïs » devant l’Assemblée Générale de l’ONU. Ce sera l’occasion de jauger ses intentions. «Une résolution du Conseil de sécurité n’est pas une loi. Elle n’est qu’une recommandation», aiment gloser les « nationalistes-souverainistes » autoproclamés qui gravitent autour de « Joseph Kabila »…"



"RDC : L’équipe Kabila dans les cordes aux Nations unies"
° https://afrique.lalibre.be/8820/rdc-lequipe-kabila-dans-les-cordes-aux-nations-unies/



Le ministre des Affaires étrangères de la RDC, Leonard She Okitundu « n’était pas à prendre avec des pincettes », explique un diplomate présent cette semaine à New York, avant de poursuivre, perfide, « il faut reconnaître que son bilan diplomatique est maigre. En même temps, avec ce que le pouvoir en place à Kinshasa avait à mettre sur la table, il ne devait pas espérer grand-chose ».

Et de fait, en ce milieu de semaine, en marge de la 72e Assemblée générale de l’Onu, l’Assemblée s’est mise d’accord, face à la crise congolaise, sur une approche impliquant l’ONU, l’Union Africaine, l’Union européenne, l’Organisation Internationale de la Francophonie et la Communauté de Développement d’Afrique Australe (SADC), notamment par la mise en place d’une équipe de coordination d’experts pour « faciliter la mobilisation de l’appui politique, technique, financier et logistique requis, en conformité avec la résolution 2348 (2017), afin d’assister la CENI et d’appuyer les préparatifs des élections. En d’autres termes, tous les acteurs régoniaux et internationaux impliqués dans la crise en RDC sont concernés. » Difficile, même pour le porte-parole du gouvernement congolais, d’accuser les Occidentaux d’ingérence au vu des instances présentes.

Félicitations !

Et tout ce beau monde s’est penché sur la situation en RDC pour, dans un même élan, féliciter le pouvoir congolais pour son « engagement à respecter la constitution ». Les acteurs présents autour de la table enregistrent donc la promesse du pouvoir en place à Kinshasa de pas modifier la constitution, ce qui induit l’impossibilité d’un troisième mandat pour le chef de l’Etat et bannit la possibilité d’un référendum.
Dans la foulée, ils insistent pour la mise en place de la décrispation prévue par l’Accord de la Saint-Sylvestre, ce qui implique, notamment, la réouverture des médias, le retour et/ou la libération des opposants.

Accord incontournable 

Ensuite, les participants ont insisté sur le côté « incontournable de l’Accord de la Saint-Sylvestre ». Nouvelle tuile pour la délégation congolaise qui espérait pouvoir brandir le tandem Tshibala – Olenghankoy, transfuge de l’opposition, comme la preuve du respect de cet accord. La ficelle était trop grosse. Sans se prononcer sur le stratagème monté par le pouvoir congolais, les acteurs présents autour de la table, ont insisté sur « la nécessité de la mise en œuvre totale de l’Accord de la Saint Sylvestre afin de baliser la voie pour la tenue d’élections libres, justes, pacifiques et crédibles en RDC ».
Selon les participants à cette réunion  « la mise en œuvre rapide et totale de l’Accord de Saint Sylvestre est primordiale pour appuyer la légitimité des institutions de la transition ». Ils ont donc réinsisté pour la tenue « d’élections présidentielle et législative libres, justes, pacifiques et crédibles dans les délais prescrits, conformément aux clauses de l’Accord de Saint Sylvestre », tout en saluant le travail de la Ceni, encadré par la Monusco et l’OIF. Ils en appelent donc à « publier le calendrier électoral dans les meilleurs délais et d’allouer un budget conséquent, conformément à l’Accord de Saint Sylvestre ».

Esseulé

Les termes de ce communiqué sont limpides et ne laissent que peu de marge de manoeuvre à l’équipe de Joseph Kabila qui semble avoir épuisé la patience de la plupart des instances internationales. Mais il s’agit d’un texte de plus. Un texte qui conforte l’opposition mais qui n’est accompagné d’aucune forme de pression.
Joseph Kabila, dans sa fuite en avant pour se maintenir au pouvoir peut-il être sensible à ces constats ou ces réprimandes de la communauté internationale ? Pas évident. Si les instances signataires de ce communiqué veulent conserver leur crédit, elles doivent faire en sorte que les termes de ce communiqué soient appliqués quitte à passer par un élargissement du régime des sanctions applicables aux principaux responsables de la crise congolaise. Un chef de l’Etat hors mandat pourrait très bien être ciblé directement, le message serait fort."




Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CONGO (L’AFRIQUE) N’A-T-IL VRAIMENT RIEN A ATTENDRE DE CETTE FUMEUSE CI OU MANQUE-T-IL DE RÉALISME ET D'EXPERTISE POUR MIEUX COMPOSER AVEC ELLE A SON PROFIT ?

Message  ndonzwau le 21/9/2017, 8:04 pm

Enfin une bonne nouvelle en provenance de cette CI légitimement honnie ?
C’est la question qui motive ici mon sujet !
Un peu quand même !


En effet entre l’imprévisible, commerçant et pragmatique Trump qui salue mercantilement le potentiel de l’Afrique à même de procurer des richesses faciles à ses amis, son indifférence bienvenue  envers le rusé Kagame et sa promesse d’y envoyer enfin sa coriace ambassadrice, entre Macron qui se proclame héraut des oubliés et donc de l’Afrique et cette décision de l’Onu qui maintient le cap d’une résolution rapide de la crise du Congo dans le respect de l’Accord de la St Sylvestre et de sa résolution 2348 qui entérinent la tenue des scrutins à la fin de l’année, il y’a peut-être une fenêtre de tir à travers laquelle une Afrique réaliste et responsable peut opérer…

Vous l’aurez compris, c’est mon plaidoyer, je suis personnellement pour un combat contre les puissants moins sur le registre de l’anti-impérialisme trop idéologique et ainsi souvent incantatoire, mais revendique une négociation gagnant/gagnant, comme on dit aujourd’hui, qui suppose de notre part une expertise pointue et même rusée de nos forces et faiblesses et surtout sur ce que nous voulons pour nos pays, pour faire face; et c’est possible…


« La réunion de l’Onu a convenu d'une approche coordonnée impliquant les NU, l'UA, l'UE, l'OIF et la SADC, notamment par la création d'une équipe coordonnée d'experts, afin de faciliter la mobilisation du soutien politique, technique, financier et logistique requis, conformément à la résolution 2348 (2017), pour assister la CENI..
Elle en outre exhorté toutes les parties prenantes de la crise à renforcer comme il était convenu, les mesures qui puissent créer un environnement propice à la résolution de la crise et à la réussite du processus électoral à travers une publication anticipée du calendrier et du budget, une maîtrise de la situation sécuritaire et même de la décrispation de la situation en libéralisant les médias et en libérant les prisonniers politiques (et d’opinion)… »

Je suis d’avis que sans avoir une dimension d’imposition obligatoire qui laisse encore beaucoup de marges de manœuvres de 'magouilles' au pouvoir, que ces mesures les condamnent sans appel constituant une référence/épouvantail dont tous les Congolais 'patriotes' ont raison de se satisfaire aujourd’hui et non pas décréter un RAS du coté de l’Onu comme le proclament certains sectateurs du pouvoir…
Au-delà elles permettent même de resserrer l’étau du pouvoir arbitraire en justifiant des sanctions directes ultérieures plus sévères envers la famille de ‘JK’ et pourquoi pas en l'endroit de 'JK' en personne…

Cela fait certes craindre une escalade de réactions dangereuses mais on ne peut non plus goûter à l’omelette sans casser les œufs…
Que proposer de plus sinon que l'opposition et le peuple patriote saisissent la balle au bond en multipliant 'citoyennement' des actions intelligentes, courageuses et déterminées qui accompagnent cette CI qui cette fois se présente comme notre « alliée objective » contre le pouvoir arbitraire et prédateur ?  
Il n'y a pas à 'fétichiser' des dates (le 31 décembre ou un peu après) ni des stratégies (transition sans 'JK' ou que sais-je) ni des hommes (il importe une 'unité citoyenne'), nous avons à sanctifier une 'cause', l'alternance démocratique dans un délai raisonnable et de manière la plus efficace de l'atteindre...
Voilà !


Document. Compte-rendu de la réunion sur la RD Congo en marge de l'AG de l'ONU (72ème session) "
° http://www.cheikfitanews.net/2017/09/document.compte-rendu-de-la-reunion-sur-la-rd-congo-en-marge-de-l-ag-de-l-onu-72eme-session.html

Note aux correspondants: Réunion sur la République démocratique du Congo en marge de la 72ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies 
 
1. Le 19 septembre 2017, les Nations Unies ont convoqué une réunion sur les préparatifs des élections en République démocratique du Congo au siège de l'Organisation des Nations Unies à New York, en marge du débat général de la soixante-douzième session du Assemblée générale des Nations Unies. La réunion a convenu d'une approche coordonnée impliquant les Nations Unies, l'Union africaine, l'Union européenne, l'Organisation internationale de la Francophonie et la Communauté de développement de l'Afrique australe, notamment par la création d'une équipe coordonnée d'experts, afin de faciliter la mobilisation de le soutien politique, technique, financier et logistique requis, conformément à la résolution 2348 (2017), pour assister la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI)
 
2. La réunion s'est félicitée de l'engagement exprimé par les autorités de la République démocratique du Congo de respecter la Constitution et a souligné la nécessité de renforcer les mesures de renforcement de la confiance pour créer des conditions propices à la poursuite et à la conclusion fructueuse du processus électoral. Les participants ont réaffirmé la centralité de l'accord du 31 décembre 2016 et la nécessité de sa mise en œuvre intégrale pour ouvrir la voie à la tenue rapide d'élections libres, équitables, pacifiques et crédibles en République démocratique du Congo.
 
3. La réunion a souligné que la mise en œuvre rapide et complète de l'accord du 31 décembre 2016 est essentielle pour soutenir la légitimité des institutions de transition. À cet égard, les participants ont exhorté les parties prenantes congolaises à redoubler d'efforts pour se préparer à la tenue rapide d'élections présidentielles et législatives gratuites, équitables, pacifiques et crédibles, conformément aux dispositions de l'accord du 31 décembre 2016 et, en parallèle, prendre un renforcement de confiance supplémentaire mesures, conformément à l'accord, afin de créer un environnement propice à la réussite du processus électoral.
 
4. La réunion a reconnu les progrès réalisés par la CENI dans l'enregistrement des électeurs, avec l'aide de la MONUSCO et le suivi de l'Organisation internationale de la Francophonie, et a souligné la nécessité d'une publication anticipée d'un calendrier électoral et d'un budget, selon l'accord du 31 décembre 2016. La réunion prend note de l'engagement répété des autorités de la République démocratique du Congo à financer le prochain cycle électoral, malgré les difficultés budgétaires auxquelles le gouvernement fait face. Les participants ont également encouragé les donateurs à financer le fonds multi-partenaires pour le Projet d'Appui au Cycle Electoral au Congo (PACEC) pour soutenir le processus électoral dès que ces éléments essentiels seront convenus et formalisés.
 
5. En ce qui concerne la situation sécuritaire, la réunion a souligné la nécessité du respect scrupuleux des droits de l'homme et des efforts renouvelés dans la lutte contre l'impunité en République démocratique du Congo, en particulier en raison du meurtre de civils par Etat et non- les acteurs de l'État, tandis que l'ONU a souligné son engagement à travailler de manière constructive avec les autorités congolaises pour relever les défis persistants à cet égard.
 
6. Les participants se sont également inquiétés de la crise de la sécurité et de l'humanité en RDC, aggravée par les activités déstabilisatrices des groupes armés étrangers et domestiques, et ont encouragé une coopération régionale renouvelée pour faire face aux cycles récurrents de violence, y compris au moyen du prochain Mécanisme régional de surveillance prévu le 19 octobre à Brazzaville, République du Congo. Ils ont encouragé un soutien international soutenu à l'aide humanitaire en République démocratique du Congo et ont souligné la nécessité d'un soutien global pour atténuer les souffrances des populations et pour fournir des secours aux pays hôtes recevant des réfugiés congolais. La réunion a en outre appelé à un groupe de donateurs plus diversifié, y compris aux États membres des régions économiques émergentes, *****


Participants
1. Union africaine 
2. République démocratique du Congo 
3. Union européenne 
4. Communauté économique des États d'Afrique centrale (CEEAC) 
5. Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) 
6. Conférence internationale pour la région des Grands Lacs 
7. Organisation Internationale de la Francophonie 
8. France 
9. Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord 
10. Fédération de Russie 
11. République populaire de Chine 
12. Représentant du groupe de contact international (Pays-Bas) 
13. Nations Unies


" Trump salue le "potentiel" de l'Afrique où ses amis vont pour "devenir riches""
° http://www.lalibre.be/actu/international/trump-salue-le-potentiel-de-l-afrique-ou-ses-amis-vont-pour-devenir-riches-59c34e5bcd705ab67ee4928e
"Donald Trump préoccupé par la crise en RDC et au Soudan du Sud"
° https://www.radiookapi.net/2017/09/21/actualite/politique/donald-trump-preoccupe-par-la-crise-en-rdc-et-au-soudan-du-sud
"Donald Trump annonce l’arrivée d’un émissaire américain en RDC"
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2017/09/21/donald-trump-annonce-larrivee-dun-emissaire-americain-rdc.html
° http://www.politico.cd/en-off/2017/09/19/onu-donald-trump-ignore-completement-paul-kagame.html


"À l’ONU, Macron se fait le porte-parole des «oubliés» (vidéos) "
° http://www.lesoir.be/114983/article/2017-09-19/lonu-macron-se-fait-le-porte-parole-des-oublies-videos
° http://lepotentielonline.com/index.php?option=com_content&view=article&id=17738:e-macron-defenseur-de-l-afrique&catid=85:a-la-une&Itemid=472


"ONU : Les participants à la réunion sur la RDC appellent à la mise en œuvre intégrale de l’Accord du 31 décembre "
° https://actualite.cd/2017/09/21/onu-participants-a-reunion-rdc-appellent-a-mise-oeuvre-integrale-de-laccord-31-decembre/
"72ème session de l’ONU : L’Assemblée générale indexe les acteurs étatiques dans les tueries des civils en RDC"
° https://actualite.cd/2017/09/21/72eme-session-de-lonu-lassemblee-generale-indexe-acteurs-etatiques-tueries-civils-rdc/
"Organisation des élections en Rdc: L’ONU exige la publication du calendrier électoral"
° http://groupelavenir.org/organisation-des-elections-en-rdc-lonu-exige-la-publication-du-calendrier-electoral/

"Laissés pour compte"
° http://lepotentielonline.com/index.php?option=com_content&view=article&id=17742:laisses-pour-compte&catid=85:a-la-une&Itemid=472


"CONTRAIREMENT AUX SUPPUTATIONS APOCALYPTIQUES SUR KINSHASA
RÉUNION RDC-ONU : RIEN À SIGNALER !"

° http://www.forumdesas.org/spip.php?article13159

"Transition sans Kabila : « même ceux qui en parlent savent déjà que c’est impossible », affirme Lambert Mende"
° http://www.politico.cd/encontinu/2017/09/21/transition-kabila-meme-parlent-savent-deja-cest-impossible-affirme-lambert-mende.html


"Rencontre entre Denis Mukwege et Bill Gates à New York"
° http://www.politico.cd/encontinu/2017/09/21/rencontre-entre-denis-mukwege-bill-gates-a-new-york.html


"A New York l’UDPS propose la tenue des élections au premier trimestre 2018"
° http://www.politico.cd/encontinu/2017/09/21/a-new-york-ludps-propose-tenue-elections-premier-trimestre-2018.html
"A New York, le plan de l’UDPS après le départ de Kabila"
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2017/09/21/a-new-york-plan-de-ludps-apres-depart-de-kabila.html


" « Le système doit changer pour que la RDC décolle vraiment », la très touchante lettre d’adieu de Graham Zebedde "
° http://www.politico.cd/grand-angle/2017/09/20/systeme-changer-rdc-decolle-vraiment-tres-touchante-lettre-dadieu-de-graham-zebedee.html
° https://actualite.cd/2017/09/20/graham-zebedee-systeme-dit-on-tel-letat-prend-enormement-dargent-peuple-congolais-aux-entreprises/

"L’absence d’élections crédibles contribue au climat de violence et d’impunité en RDC (Belgique) "
° http://www.politico.cd/encontinu/2017/09/20/labsence-delections-credibles-contribue-climat-de-violence-dimpunite-rdc-belgique.html

° http://www.politico.cd/encontinu/2017/09/20/belgique-annonce-mobilisation-de-6-millions-deuros-daide-humanitaire-supplementaire-rdc.html
° https://www.radiookapi.net/2017/09/21/actualite/societe/la-belgique-va-debloquer-6-millions-deuros-pour-laide-humanitaire-en


"Macron à l’ONU: “J’appelle à la désignation d’un représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies sur la protection des journalistes dans le monde”"
° https://actualite.cd/2017/09/21/macron-a-lonu-jappelle-a-designation-dun-representant-special-secretaire-general-nations-unies-protection-journalistes-monde/
"« La démocratie n’est pas la rue », la petite phrase de Macron qui divise en RDC"
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2017/09/21/democratie-nest-rue-petite-phrase-de-macron-divise-rdc.html
"DESC Diplomatique : La Francafrique newlook de Macron au chevet de Joseph Kabila ?  -  Dossier spécial de JJ Wondo "
° http://desc-wondo.org/fr/diplomatie_francafrique_newlook_de_macron_au_chevet_de_j_kabila_doc_special/


"Une « transition citoyenne » pour la RD Congo"
° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=11962
° https://www.hrw.org/fr/news/2017/09/19/une-transition-citoyenne-pour-la-rd-congo
° http://lepotentielonline.com/index.php?option=com_content&view=article&id=17743:transition-sans-kabila-hrw-pousse-l-onu-a-l-action&catid=85:a-la-une&Itemid=472


"Antonio Guterres appelle à « la restauration de la paix dans le monde »"
° https://www.radiookapi.net/2017/09/21/actualite/societe/antonio-guterres-appelle-la-restauration-de-la-paix-dans-le-monde


"RD Congo: va-t-on vers un nouveau dialogue ?"
° http://afrique.lepoint.fr/actualites/rd-congo-va-t-on-vers-un-nouveau-dialogue-20-09-2017-2158410_2365.php


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CONGO (L’AFRIQUE) N’A-T-IL VRAIMENT RIEN A ATTENDRE DE CETTE FUMEUSE CI OU MANQUE-T-IL DE RÉALISME ET D'EXPERTISE POUR MIEUX COMPOSER AVEC ELLE A SON PROFIT ?

Message  ndonzwau le 21/9/2017, 11:32 pm

"Washington – Kinshasa : vers la normalisation ?
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2017/09/21/washington-kinshasa-vers-normalisation.html
Donald Trump s’est exprimé pour la première fois depuis son arrivée au pouvoir sur la République démocratique du Congo ce jeudi, affirmant « suivre la situation de près », en décidant même d’envoyer une émissaire à Kinshasa. Les autorités congolaises y voient un signe de « normalisation » des relations dégradées entre les Etats-Unis et la RDC.

Huit mois après son arrivée au pouvoir, le président américain Donald John Trump s’est enfin exprimé publiquement sur la République démocratique du Congo, durant une réunion avec  des dirigeants africains en marge de la 72ème Assemblée générale de l’ONU.
Associant la RDC au Soudan du Sud, le président américain dit “suivre la situation” de près: “Des millions de vies sont menacées et nous continuons à fournir une aide humanitaire, mais des résultats réels pour arrêter cette catastrophe nécessiteront un processus de paix dirigé par les Africains et un engagement sincère et vraiment sincère de toutes les parties impliquées“.

A la différence de Barack Obama, le président Trump ne parle ni des Droits de l’homme, encore mois du départ de Kabila durant cette réunion certes généraliste. Il annonce par ailleurs l’arrivée prochaine en RDC, de Nikki Haley représente les Etats-Unis auprès des Nations unies. “Le voyage de Nikki Haley est prévu de longue date en RDC pour octobre et il est même souhaité par le vice-Premier minsitre Okitundu [Chef de la diplomatie congolaise] pour qu’elle se rende compte de la situation réelle en RDC pour éviter qu’elle ne prenne des positions souvent excessives en dehors des réalités sur base de rapports diplomatiques ou d’ONG et médias souvent biaisés“, explique-t-on à POLITICO.CD du côté des Affaires étrangères.

En effet, Mme Haley ne porte par les autorités congolaises dans coeur. Elle s’est attaquée en juillet dernier à la candidature de la RDC Conseil des droits de l’Homme.  «Quand des pays du groupe Afrique avancent la candidature d’un pays comme la RD Congo pour qu’il devienne membre du Conseil des droits de l’homme, cela n’affaiblit pas seulement cette institution, mais alimente également le conflit qui provoque tant de souffrances sur ce continent », affirmait-elle.

Signe de normalisation

Néanmoins, comme l’explique notre source, elle a rencontré le 10 aout 2017 l’Ambassadeur de la RDC aux Etats-Unis à New York,  “qui avait insisté dans ce sens pour qu’elle touche la réalité congolaise du doigt et comprenne ses défis immenses. Cela la rendra plus crédible.”
Par ailleurs, sans expérience diplomatique, Nikki Haley est une nouvelle dans la diplomatie américaine. Ex-gouverneure de Caroline du Sud d’origine indienne, elle est devenue de facto depuis janvier la voix de la diplomatie américaine, profitant d’un relatif effacement du secrétaire d’Etat Rex Tillerson et surtout de son lien direct et très fréquent avec Donald Trump.

A Kinshasa, on voit son arrivée d’un bon oeil. “En diplomatie, la visite d’un officiel dans un pays déterminé est toujours un signe de normalisation et de consolidation des relations diplomatiques car elle permet un échange sur les questions d’intérêt commun qui est noté dans les annales communes et nécessite un suivi de réciprocité“, nous explique un officiel congolais.
Une visite très attendue, d’autant plus que l’opposition congolaise clame l’illégitimité des institutions actuelles; alors que la présence de l’officielle américaine dans la capitale pourrait s’avérer être une reconnaissance de l’Administration Trump du pouvoir de Joseph Kabila. “N’oublions pas il y a plus de 180 pays dans le monde, dans une année visiter un pays est souvent un choix de grand d’intérêt car le temps est cher pour les top diplomats surtout du niveau de Nikky Halley. Dans cette perspective,c’est une normalisation évidente“, ajoute notre source.

Du côté de l’opposition, on espère que cette visite se rassemble à celle de Bill Richardson dans les années 1997, venu annoncer au président Mobutu qu’il devait quitter le pouvoir."

° http://www.politico.cd/encontinu/2017/09/21/rdc-daccord-decision-de-trump-denvoyer-emissaire-a-kinshasa.html


"Donald Trump : « Nous surveillons de près les violences en cours au Congo »"
° https://actualite.cd/2017/09/21/donald-trump-surveillons-de-pres-violences-cours-congo/

"ONU : Les participants à la réunion sur la RDC appellent  à la mise en œuvre intégrale de l’Accord du 31 décembre"
° https://actualite.cd/2017/09/21/onu-participants-a-reunion-rdc-appellent-a-mise-oeuvre-integrale-de-laccord-31-decembre/

"RDC : L’ONU insiste sur la tenue des élections d’ici le 31 décembre 2017 et exige la publication du calendrier électoral"
° https://actualite.cd/2017/09/21/rdc-lonu-insiste-tenue-elections-dici-31-decembre-2017-exige-publication-calendrier-electoral/

"Tête-à-tête entre Didier Reynders et des représentants du Rassemblement à New York"
° http://www.politico.cd/encontinu/2017/09/21/tete-a-tete-entre-didier-reynders-representants-rassemblement-a-new-york.html


"Election en 2018 : la mauvaise bonne solution de l’UDPS "
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2017/09/21/election-2018-mauvaise-bonne-proposition-de-ludps.html
"Voici le mémo complet des propositions de l’UDPS pour “l’après Kabila"
° http://www.politico.cd/encontinu/2017/09/21/voici-memo-complet-propositions-de-ludps-lapres-kabila.html


"L’opposition et la Société civile rejettent “tout calendrier électoral de la CENI allant au delà de décembre 2017”"
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2017/09/19/lopposition-societe-civile-rejettent-calendrier-electoral-de-ceni-allant-dela-de-decembre-2017.html
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2017/09/19/duel-opposition-pouvoir-coulisses-de-lonu-a-new-york.html


"Constitution, Kabila, accord du 31 décembre… Ce qu’il fallait retenir de la réunion organisée à New York sur la RDC
° http://www.jeuneafrique.com/476032/politique/constitution-kabila-accord-du-31-decembre-ce-quil-fallait-retenir-de-la-reunion-organisee-a-new-york-sur-la-rdc/
Une réunion de « haut niveau » consacrée à la situation en RDC a eu lieu mardi à huis clos, en marge de l’Assemblée générale des Nations unies. Voici point par point ce qu’il fallait en retenir.

Le respect de la Constitution

D’après le compte-rendu publié à l’issue de la rencontre, les participants ont d’emblée « salué l’engagement exprimé par les autorités de la République démocratique du Congo à respecter la Constitution ». Une allusion à l’article 71 de la Constitution, qui dispose que « le président de la République est élu au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois », et qui interdit de facto au président Joseph Kabila de concourir pour un troisième mandat.
Autrement dit, la communauté internationale, à travers les Nations unies, l’Union africaine, l’Union européenne, la Communauté économique des États d’Afrique centrale (CEEAC), la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC), la Conférence internationale pour la région des Grands Lacs (CIRGL), l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et les représentants de cinq pays membres permanents du Conseil de sécurité qui ont pris part à cette réunion dite de « haut niveau », s’inscrit en faux contre toute idée de prolongement du mandat de Joseph Kabila. Ceux qui, autour du chef de l’État congolais, avancent la piste d’un référendum constitutionnel sont ainsi prévenus. Petit bémol : les participants restent muets sur la proposition de l’opposition d’imposer une « transition sans Kabila » pour conduire le pays vers des élections.

Le rôle incontournable de l’accord de la Saint-Sylvestre

Les participants ont également réaffirmé le « rôle incontournable de l’accord de la Saint Sylvestre et la nécessité de sa mise en œuvre totale afin de baliser la voie pour la tenue d’élections libres, justes, pacifiques et crédibles ». D’après le texte, les scrutins présidentiels, législatifs et provinciaux doivent également se tenir « dans les délais prescrits, conformément à l’accord de la Saint-Sylvestre ». Une formulation qui se garde d’évoquer directement la fin décembre 2017 comme date butoir, ce que continue de réclamer une partie de l’opposition, laissant ainsi ouverte l’éventualité d’un report – prévu d’ailleurs par l’accord du 31 décembre.
En effet, « nous ne sommes pas partisans d’un quelconque fétichisme de date. Si la Ceni publie un calendrier réaliste qui renvoie les élections au premier trimestre de l’année prochaine et qu’il y a un consensus de la classe politique congolaise, nous ne nous y opposerons pas », explique une source occidentale basée à Kinshasa.

Des mesures de décrispation supplémentaires

Autre point saillant de cette réunion : la nécessité selon ses membres « de prendre des mesures de décrispation supplémentaires ». Déjà prévues dans l’Accord de la Saint-Sylvestre, ces mesures prévoyaient entre autres la libération des prisonniers politiques et le retour des exilés politiques. Mais le chemin à parcourir reste long : le Bureau conjoint des Nations unies aux Droits de l’Homme (BCNDH) avait recensé en juillet dernier « plus de 170 personnes détenues du fait de leurs opinions politiques ou d’activités citoyennes légitimes ». Le rapport des évêques catholiques et une lettre du Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l’homme a beau demander le retour au pays, en « homme libre », de l’opposant Moïse Katumbi, Kinshasa continue de faire la sourde oreille.

Le soutien apporté à la Ceni

Les participants ont également reconnu « les progrès réalisés par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), notamment dans l’enrôlement des électeurs », sans faire mention toutefois de la polémique autour des chiffres dans certaines provinces. Sur son fil Twitter, le député du Rassemblement de l’opposition Martin Fayulu s’était ainsi étonné fin août de l’augmentation exponentielle du nombre d’électeurs inscrits dans la province du Sankuru.
Des incongruités qui n’ont pas empêché les membres de la réunion d’encourager « les bailleurs à financer le Fond multipartenaires consacré au Projet d’Appui au Cycle Électoral au Congo (PACEC) afin d’appuyer le processus électoral ». Le communiqué évoque également la mise en place « d’une équipe de coordination d’experts » afin « d’assister la Ceni et d’appuyer les préparatifs des élections ». « Mais, jusqu’ici, la Ceni ne nous a toujours pas transmis le budget détaillé des élections à venir, encore moins la chaîne des dépenses des fonds qui auraient été débloqués par l’État congolais », déplore un diplomate belge."


Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CONGO (L’AFRIQUE) N’A-T-IL VRAIMENT RIEN A ATTENDRE DE CETTE FUMEUSE CI OU MANQUE-T-IL DE RÉALISME ET D'EXPERTISE POUR MIEUX COMPOSER AVEC ELLE A SON PROFIT ?

Message  ndonzwau le 23/9/2017, 4:57 pm

Que va dire notre pantin maléfique, alias « raïs de mes deux » aux Congolais et au monde de la tribune mondiale à New York ?
La question la plus judicieuse serait plutôt : quel est le discours le plus indiqué qu'il se devrait de prononcer, quel est le massage approprié à attendre de lui ?

Mentir encore et encore orbi et urbi qu’il est un leader responsable soucieux de son peuple et partenaire fiable de « lapaix et de la sécurité internationale » alors qu’il a fait du Congo un « Etat voyou » et lui-même devenu jour après jour un apprenti-sorcier toxique ?
Ou enfin atteint par les multiples pressions internes et extérieures il va y débuter la négociation pour son « départ forcé » ?


Il se raconte en effet qu’il se tâte à abandonner son siège illégal et illégitime pourvu qu’on lui permette une sortie en douceur garantissant sa sécurité physique et juridique comme celle de son butin mafieux ; et puis encore ? Il promettrait ainsi sans convaincre vu le spécimen des élections prétendues crédibles dans un délai raisonnable…
On aimerait le croire mais le réflexe indiqué est bien sûr d’en douter ou du moins de le mettre à l’épreuve (qui tient ses éphémérides se souvient que c'est de cette tribune qu'il promit en 2014 sans tenir sa parole des élections pour 2016... ° http://www.rfi.fr/afrique/20140926-rdc-devant-onu-joseph-kabila-confirme-elections-2016 Rolling Eyes  Rolling Eyes  Laughing  Laughing  Laughing)

Ainsi l’important ici serait de ne pas le croire sur parole, il n’a pas intégré par miracle ce que l’ambassadeur britannique partant « le pays doit changer de gouvernance pour décoller ; la CI a donc le devoir, si elle est vraiment attentive au sort des Congolais comme elle nous le proclame, de continuer et intensifier sa pression en lui fixant un cadre contraignant précis et détaillé qu’il doit suivre faute des sanctions directes envers sa personne et sa famille…
Le fera-t-elle ? C’est dans tous les cas ce qu’attendent les Congolais quitte pour eux de faire leur part pour l’accompagner càd une expertise exhaustive des forces et faiblesses du pays et une vision claire et pragmatique de leur avenir immédiat et à long terme…

En effet, nous devons cesser de dire encore et toujours, bienvenue à la CI  de réelle bonne foi,  cependant toutes les bonnes volontés extérieures ne suffiront jamais à construire ce pays, c’est d’abord à ses citoyens de se lancer dans des pratiques autrement payantes que par le passé de construire leur « Mison » !
A bon entendeur………….


"LE PRÉSIDENT KABILA INTERVIENT CE SAMEDI DEVANT L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L’ONU
° http://lepotentielonline.com/index.php?option=com_content&view=article&id=17749:le-president-kabila-intervient-ce-samedi-devant-l-assemblee-generale-de-l-onu&catid=85:a-la-une&Itemid=472
Après Kananga où il a inauguré mardi dernier le forum sur la paix et le développement dans l’espace Kasaï, le président de la République, Joseph Kabila, a mis le cap sur New-York où il prend la parole, sauf imprévu, demain samedi devant l’Assemblée générale des Nations unies. C’est dans la matinée de jeudi qu’il a quitté Kinshasa. Pour Joseph Kabila, il s’agit de solliciter plus de temps à l’ONU dans l’organisation des élections. Une mission à plusieurs inconnues.

Le président de la République, Joseph Kabila, a fait le déplacement de New-York (Etats-Unis) où il doit intervenir demain samedi devant l’Assemblée générale des Nations unies. Après Kananga (Kasaï Central) où il a lancé mardi dernier le forum sur la paix et le développement dans l’espace Kasaï, le chef de l’Etat a mis le cap sur les Etats-Unis où il va porter la voix de la RDC devant les instances des Nations unies.
Mais, Joseph Kabila arrive à New-York après le passage de principaux leaders de l’Opposition qui ont fait sur place un travail de fond dans le sens d’amener la communauté internationale à adhérer à l’option d’une transition sans Kabila. C’est donc cette courbe que le chef de l’Etat devra inverser.

A première vue, Kabila n’aura pas la tâche facile. Car, mardi dernier, une réunion spéciale consacrée essentiellement à la RDC a, en marge de l’Assemblée générale de l’ONU, posé les jalons pour la tenue effective d’élections dans les termes convenus dans l’accord politique du 31 décembre 2017. Les Nations unies ont clairement tracé la voie à suivre pour une alternance démocratique en RDC. Joseph Kabila se verra bien offrir rapidement un droit de réponse.
A New-York, le président Kabila va sûrement réitérer son éternelle promesse de tenir les élections dans un délai qui s’écarte fondamentalement de celui repris dans l’accord politique du 31 décembre 2016. Sans doute, le chef de l’Etat va solliciter de l’ONU plus de patience afin qu’il lui soit accordé le temps nécessaire pour préparer les élections.

Mais, il n’est pas évident que l’ONU adhère facilement à cette logique. Dans la réunion spéciale de mardi dernier sur la RDC, les plénipotentiaires ont opté pour une démarche qui s’appuie intégralement sur l’accord du 31 décembre.  Autant dire qu’à New-York, le président Kabila a un grand défi à relever ; toutefois, il part avec un handicap. Il atterrit à New-York au moment où la plupart de ses homologues ont quitté le siège des Nations Unies.
Dans la foulée, une question est posée par d’aucuns qui se demandent si Joseph Kabila n’aurait pas été contraint en dernière minute à rejoindre le siège de l’ONU ? Ou, en revanche, il s’agirait d’une stratégie savamment réfléchie à partir de Kinshasa ? Difficile à dire.
Dans une analyse reprise sur afrik.com, l’analyste Adrien Seyes ne donne aucune chance à Joseph Kabila. Selon lui, faire fléchir l’ONU n’est pas aussi évidente.

Satisfecit de l’Opposition à l’ONU

A la lecture du communiqué final, l’opposition RD congolaise a de quoi être satisfaite, note Adrien Seyes. Tout d'abord, pour l'ONU, les élections présidentielle et législatives doivent se tenir conformément à l'accord de la Saint-Sylvestre (dont la mise en œuvre doit être «totale »), soit fin 2017 au plus tard. Il s'agit-là d'une des exigences majeures des opposants congolais, très présents ces jours-ci à New-York.
Ensuite, l'ONU insiste lourdement sur la mise en œuvre des mesures de « décrispation politique ». Ce qui signifie, entre autres, la libération des nombreux prisonniers politiques, mais aussi le retour en RDC de Moïse Katumbi, considéré comme l'opposant numéro un au régime. Une perspective particulièrement redoutée par Joseph Kabila.

Par ailleurs, l'ONU souligne la nécessité impérative de sécuriser le financement du processus électoral, une façon de rappeler Kinshasa, passé maître dans l'art de la tergiversation, à ses obligations. En clair, l'instance onusienne n'admettra plus que le régime congolais argue de difficultés budgétaires pour ne pas remplir ses obligations en matière électorale.
Egalement, l'ONU « salue l'engagement exprimé par les autorités de la RDC de respecter la Constitution ». En première lecture, cette phrase pourrait paraître anodine. Pourtant, c'est à travers elle que l'instance onusienne proscrit toute modification de la Constitution laquelle pourrait permettre à Joseph Kabila de briguer un troisième mandat. Par conséquent, aucun référendum ne sera toléré, alors même que l'hypothèse est sérieusement envisagée par le régime de Kinshasa.

Enfin, fait important, ce communiqué « implique» l'ONU, l'Union européenne, l’OIF mais également l'Union africaine et la SADC, deux instances qui jusque-là prenaient fait et cause pour le régime de Kinshasa. Le message est-il perçu de manière claire par la MP qui s’imagine tout permis au pays. Au fond, il s'agit d'une véritable rupture dans le rapport de force diplomatique sur le dossier congolais.
Ainsi, à bien y regarder de près, les conclusions de cette réunion sur la RDC, tenue à l'occasion de la 72ème Assemblée générale de l'ONU, indiquent clairement que les marges de manœuvres de la majorité au pouvoir s’amenuisent davantage s’agissant du blocage du processus électoral où elle se sert de la Céni  comme un bouc-émissaire qui doit tout prendre sur elle."



"« Joseph Kabila à la 72ième AG de l’ONU: Quel discours face à la communauté internationale désorientée ?
° http://aaliyah21091234567.tk/index/?1641501770611
La célèbre messe des Chefs d’Etat du monde à la 72ième Session de l’Assemblée générale s’ouvre sur fond de la réforme du système des Nations Unies. La République Démocratique du Congo y est présente, le Chef de l’Etat Joseph Kabila prendra la parole ce samedi 23 septembre devant la tribune de l’Onu.
L’on se souviendra qu’à la 69ième Session, le Président de la République avait déclaré à la tribune de cet organe mondial qu’ il n’était  pas normal, en effet, que l’Afrique, continent auquel appartiennent six des dix économies les plus dynamiques du monde aujourd’hui, dont le taux de croissance et la jeunesse de la population augurent d’un statut de puissance démographique et qui, de par ses forêts, ses réserves d’eau douce et ses terres arables est incontournable dans la mise en œuvre des stratégies de développement durable, ne dispose pas de sièges permanents au sein de l’Organe des Nations Unies chargé de veiller sur la paix et la sécurité internationales. Il est temps, plus que temps que cela change.
C’est une question de justice. Quel discours du Chef de l’Etat Joseph Kabila face à la communauté internationale intransigeante, et qui fait une lecture biaisée de la situation réelle de la RDC ? Evil or Very Mad  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Question  Question  Laughing  Laughing  Laughing


Il a un look très particulier ce dernier temps. Il s’est fait enrôler avec chevelure assortie de la barbe blanche, Joseph Kabila sur qui repose le poids d’un si grand pays, au regard de son âge, en provenance de Kananga, dans le Grand Kasaï aux fins de réconcilier, pacifier ces provinces victimes de violence sans précédents des miliciens Kamwina Nsapu. Laughing  Laughing  Laughing
Ce look pour les uns, traduit la détresse du Chef de l’Etat du fait que son pays fait face non seulement aux critiques et attaques externes, mais aussi à une classe politique qui doit se montrer connectée à la pensée du chef, surtout face à la recrudescence de la violence de ce dernier temps.

Doit-on conclure que ce nouveau look de Joseph Kabila traduit le deuil ?
La détresse ou la détermination d’un homme qui en  a marre des incompréhensions de la classe politique à résoudre les problèmes auxquels fait face la population congolaise ?
Est-ce une déception d’avoir fait confiance aux hommes qui n’ont pas traduit sa pensée en actes ?
Est-ce le poids du pays qui pèse sur ses épaules, que Joseph Kabila attend se décharger à la tribune des Nations Unies au regard de la lecture biaisée de la communauté internationale aux problèmes que traversent le pays de Patrice Emery Lumumba ? Laughing  Laughing  Laughing

Les yeux des Congolaises et des Congolais restent rivés à l’apparence que va afficher Joseph Kabila à la tribune de la 72ième Assemblée Générale des Nations Unies, à New York. Va-t-il changer la coiffure, va-t-il garder le même look ? Attendons voir ce samedi lors de son discours devant ses collègues des pays du monde.
D’emblée, Joseph Kabila va s’appesantir sur la situation politique, économique, sécuritaire, diplomatique et sociale de son pays.

« Sur le plan politique, la consolidation de la démocratie et le renforcement de la cohésion nationale demeurent nos  objectifs prioritaires. A ce propos, je réaffirme la tenue prochaine des élections, conformément au calendrier arrêté par l’institution nationale compétente, à savoir la Commission Electorale Nationale Indépendante. Toutes les dispositions sont prises pour que notre pays en sorte plus apaisé, plus uni et plus fort », avait-il indiqué dans l’un de ses discours précédents à la même tribune.
Du point de vue politique, décidément il va rappeler le contexte de la convocation du dialogue de la Cité de l’Union Africaine sous l’égide de la communauté internationale, avec la présence d’Edem Kodjo. Ce dialogue avait accouché d’un Accord dit du 18 Octobre 2016, avec l’organisation des élections en avril 2018, sur un scrutin de trois séquences : présidentielle, législatives nationales et législatives provinciales. Son élargissement aux discussions du Centre Interdiocésain sous la médiation des Evêques, dont l’Accord prévoit l’organisation des élections fin décembre 2017.

De cet Accord impersonnel qui prévoit la nomination du Premier Ministre issu de l’opposition, après le décès d’Etienne Tshisekedi, désigné personae in tui tae. De ce même Accord, un additif, dit Arrangement particulier sur la désignation des personnalités devant animées les institutions non issues des urnes notamment, la primature et le Conseil National de Suivi de l’Accord, avait fixé le caractère discrétionnaire du Chef de l’Etat quant au choix de la personnalité suivant les critères édictés par les Evêques, dont la non conflictualité, la probité morale, le rassembleur et la probité intellectuelle. Il s’agit de Bruno Tshibala Nzenzhe, le dernier confident d’Etienne Tshisekedi et porte-parole du Rassemblement né de Genval qui a été nommé suivant le pouvoir discrétionnaire de Joseph Kabila; et la désignation par les membres du CNSA de Joseph Olenghankoy, figure emblématique de l’opposition radicale, né au lendemain de la Conférence Nationale Souveraine et désigné Président du Conseil des Sages de la plateforme Rassemblement. La République ne gère jamais les divergences politiques internes d’une famille politique, s’il faut en déduire les conflits de positionnement né de cette plateforme dirigée par les frondeurs du G7, et plutôt G5 après le décès de Charles Mwando Nsimba et le retrait de Dany Banza.

Donc, la nomination de ces personnalités politiques de l’opposition atteste que l’Accord est bel et bien respecté et appliqué, n’en déplaisent ceux qui personnalisent ledit Accord, à l’impératif de la nomination du fils d’Etienne Tshisekedi à la résidence politique de Patrice Emery Lumumba, dite Primature. Evil or Very Mad  Rolling Eyes  Embarassed  Question  Question  Laughing  Laughing  Laughing
[Le Chef de l’Etat Joseph Kabila va s’employer à éclairer la lanterne de ses homologues que son pays est résolument tourné vers l’organisation des élections, celles qui vont offrir au Congo une nouvelle classe politique selon le choix des citoyens congolais, et non selon la volonté édictée par les offices et forces du mal occidentales. Il va sans doute rappeler que la Ceni à ce jour a enrôlé plus de 40 millions, et les opérations se  poursuivent dans le Grand Kasaï, vaste territoire qui a connu des violences, meurtre de la population civile par les miliciens d’un chef traditionnel, dit Kamwena Nsapu. Les conséquences de ces crimes auxquels deux experts des Nations unies ont été décapités, la République Démocratique du Congo condamne fermement et poursuit les auteurs de ces crimes ; aucun d’eux ne resteront pas impunis, a-t-il d’ailleurs rappelé lors du Forum à Kananga sur la paix, la réconciliation et le développement dans le Grand Kasaï.

Du point de vue sécuritaire, la République Démocratique du Congo fait face aux rebelles des ADF/NALU, une rébellion ougandaise qui sévit à l’Est du pays ; la présence des FDLR Interhamwe rwandais, dont le rapatriement dans leur pays d’origine n’est pas facilité par la présence de la Monusco. Cette dernière fera également objet de discussion quant à la réduction de ses forces 20 ans après sans résultat adéquat, alors que les forces résiduelles et négatives continuent à asservir la population avec les tueries de Beni-Butembo etc. en plus des attaques de centres pénitentiaires des adeptes du député national Zacharie Badiengila, dit Ne Mwana Nsemi.

Sur le plan économique et social, la RDC connait la dépréciation de sa monnaie, du fait de la situation économique sur le marché des matières premières. Une situation à laquelle la population fait face.
Du point de vue des relations diplomatiques et coopération bi ou multilatérales, il importe que le premier citoyen de la République va rappeler à certains Etats, le principe sacrosaint de l’égalité et de la souveraineté des Etats, à s’abstenir à s’ingérer dans les affaires internes, puisque la RDC ne s’ingère en aucune affaire d’un pays qu’il soit ami ou frère. Certains diplomates se sont illustrés dans cette pratique qui ternit non seulement l’image des pays qui les a accrédités, mais également refroidit les relations entre la RDC et les Etats concernés à cause de positionnement politique mieux préféré pour garantir leurs intérêts.

La République Démocratique du Congo accepte les propositions des autres Etats, pas l’injonction dans les affaires internes, va-t-il rappeler Joseph Kabila. A l’occasion, il va réaffirmer son soutien à l’organisation des élections, balayant d’un revers de la main les allégations de se maintenir au pouvoir par la force. En appui au processus électoral, les Etats dits communauté internationale, la RDC attend leur apport financier pour parachever son cycle électoral au lieu d’instrumentaliser certains fils du pays, dont l’avenir politique est incertains à cause de démêlés  judiciaires.
Sans nul doute, Joseph Kabila va faire entendre la voix de plus de 70 millions des congolais, que la démocratie, l’Etat de droit, la liberté d’expression, la liberté des mouvements sont garantis dans son pays. Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Toutefois, certains acteurs politiques sont à l’antipode de ces valeurs républicaines, se versent les considérations d’ordre personnel, notamment  ceux qui ont de antécédents judiciaires avec les privés, et ceux qui se servent, et se cachent derrière la casquette politique à des fins d’abus sexuels.  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Laughing  Laughing  Laughing

« Sur le plan sécuritaire, le dialogue politique, la diplomatie et l’action militaire ont été judicieusement combinées afin de nous rapprocher surement de l’objectif que nous nous sommes fixé d’éradiquer les forces négatives de notre territoire, contribuant ainsi à ramener la paix dans l’Est de notre pays, comme avec les pays limitrophes. En vue de consolider cette paix et d’améliorer les conditions sociales de nos populations, nous travaillons à l’amélioration du climat des affaires afin de stimuler les investissements, de favoriser une plus grande création de valeur ajoutée locale, et de créer davantage d’emplois », avait déclaré Joseph Kabila Kabange.
La question de la présence des réfugiés sur le sol congolais va sûrement faire l’objet de la communication de Joseph Kabila à la tribune de la 72ième Session de l’Assemblée Générale des Nations Unies. Son pays fait face à une situation humanitaire, avec la présence massive des réfugiés centrafricains, sud soudanais sur son sol, lesquels sous la gestion du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés, HCR dont la présence peut compromettre la crédibilité des élections car, certains auraient obtenu des cartes d’électeurs en étant réfugiés.

S’agissant du dossier qui colle injustement son pays par rapport aux récentes tueries des burundais sur le sol congolais, le premier citoyen congolais va justement condamner ces actes, sinon, ces réfugiés munis d’armes ont été à l’origine de la mort de l’un des responsable militaires abattu froidement par ceux qui ont demandé l’assistance humanitaire sur le sol congolais. D’où, la nécessité de les rapatrier chacun dans leurs pays d’origines. Il en va de même des congolais réfugiés ailleurs de regagner leur pays d’origine, la RDC.
silent  silent  silent  silent  silent  silent  silent



"Processus électoral en RDC, Kinshasa-ONU : dialogue de sourds »"
° http://www.latempete.info/25289-2/


" DANS UN MEMO A L’ONU
L’UDPS PROPOSE UNE TRANSITION DE 6 MOIS "

° http://www.forumdesas.org/spip.php?article13176


"A New York, des discussions pour garantir la “sécurité” de Kabila"
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2017/09/23/a-new-york-discussions-garantir-securite-de-kabila.html


"Crise au Congo: Charles Michel en long tête-à-tête avec le président Kabila à New York"
° http://plus.lesoir.be/115703/article/2017-09-22/crise-au-congo-charles-michel-en-long-tete-tete-avec-le-president-kabila-new
"RDC-Belgique : pourquoi l’entourage de Kabila veut blacklister Didier Reynders"
° ° http://www.jeuneafrique.com/476350/politique/rdc-belgique-pourquoi-lentourage-de-kabila-veut-blacklister-didier-reynders/
"A New-York, Kabila snobe Reynders"
° https://actualite.cd/2017/09/23/a-new-york-kabila-snobe-reynders/


"Nations Unies – MIPAD Top 100 Mondial 2017: Arthur Katalayi dans la même liste que Beyoncé, Serena Williams, Lebron James et Tiger Woods"
° https://actualite.cd/2017/09/23/nations-unies-mipad-top-100-mondial-2017-arthur-katalayi-meme-liste-beyonce-serena-williams-lebron-james-tiger-woods/


"La Libre, Washington Times, Kabila, Katumbi : la guerre par médias interposés aura lieu"
° http://www.politico.cd/grand-angle/2017/09/15/libre-washington-times-kabila-katumbi-guerre-medias-interposes-aura-lieu.html

"Pour Katumbi, Kabila « trompe l’opinion américaine par des articles dans la presse »"
° http://www.politico.cd/en-off/2017/09/15/katumbi-kabila-trompe-lopinion-americaine-articles-presse.html


"(...)JKK
Quand il s’agit d’élucubrer à la gloire de Joseph, « La Voix de sa Sœur » ne se tient plus et
délire en volapük flamboyant des passages d’un splendide amphigouri.
« La RD Congo tient à favoriser une solution politique salvatrice pour tirer le pays de
l’ornière. Des leviers importants sont employés au moment où le président de la
République, déjà à New York et face aux représentants des 194 pays, va s’adresser au
monde dans un discours au cœur des attentes, à 15heures (locale), en vue de présenter
la situation prévalant en RDC et la position du pays au regard des questions de l’heure aux
niveaux régional et international », écrit DigitalCongo. (...)"

° http://www.congoforum.be/upldocs/23%2009%2017.pdf
 
lol!  lol!  lol! Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CONGO (L’AFRIQUE) N’A-T-IL VRAIMENT RIEN A ATTENDRE DE CETTE FUMEUSE CI OU MANQUE-T-IL DE RÉALISME ET D'EXPERTISE POUR MIEUX COMPOSER AVEC ELLE A SON PROFIT ?

Message  ndonzwau le 23/9/2017, 5:27 pm

Ça y'est; pendant que je me tâtais à mon laius, le dicours de notre petit raïs est tombé...
Je m'étais gouré sur l'horaire !

A plus pour les dépêches et la vidéo...

Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CONGO (L’AFRIQUE) N’A-T-IL VRAIMENT RIEN A ATTENDRE DE CETTE FUMEUSE CI OU MANQUE-T-IL DE RÉALISME ET D'EXPERTISE POUR MIEUX COMPOSER AVEC ELLE A SON PROFIT ?

Message  ndonzwau le 23/9/2017, 7:16 pm

PS

"ONU - Discours de Joseph KABILA, Président de la RD Congo; 72e Assemblée Général"




"RDC: Kabila confirme la marche "irréversible" vers des élections"
° http://www.lalibre.be/actu/international/rdc-kabila-confirme-la-marche-irreversible-vers-des-elections-59c67405cd70129e41839408


"Joseph Kabila à l’AG de l’assemblée générale de l’ONU : peu d’éclairage sur les élections"
° http://www.cheikfitanews.net/2017/09/joseph-kabila-a-l-ag-de-l-assemblee-generale-de-l-onu-peu-d-eclairage-sur-les-elections.html


"RD Congo : Kabila promet la "publication prochaine" du calendrier en vue de la présidentielle"
° http://www.france24.com/fr/20170923-rdc-congo-kabila-annonce-elections-presidentielle-legislatives-calendrier


"Kabila à l’ONU: le maître des surprises"
° http://blog.lesoir.be/colette-braeckman/2017/09/23/kabila-a-lonu-le-maitre-des-surprises/


"CONGOMIKILI: Discours de Kabila à l’ ONU New York, a lobi nini?"
° http://congomikili.com/congomikili-discours-de-kabila-a-l-onu-newyork-a-lobi-nini/


"Joseph Kabila à l’ONU : « Notre marche dans la direction des élections est irréversible… sans ingérence extérieure ni diktat »"
° https://actualite.cd/2017/09/23/joseph-kabila-a-lonu-marche-direction-elections-irreversible-ingerence-exterieure-diktat/
"Kabila à l’ONU : « Pour nous, le Dialogue est un mode permanent de règlement des différends politiques"
° https://actualite.cd/2017/09/23/kabila-a-lonu-dialogue-mode-permanent-de-reglement-differends-politiques/
"Kabila à l’ONU : « la force onusienne ne peut nourrir I ‘ambition de rester indéfiniment dans mon pays »"
° https://actualite.cd/2017/09/23/kabila-a-lonu-force-onusienne-ne-nourrir-i-ambition-de-rester-indefiniment-pays/
"Kasaï : “ Mon pays reste ouvert à toutes formes de collaboration pour établir vérité et justice” (Kabila)"
° https://actualite.cd/2017/09/23/kasai-pays-reste-ouvert-a-toutes-formes-de-collaboration-etablir-verite-justice-kabila/
"ONU-Kasai: “je déplore la barbarie dont les deux Experts de notre organisation ont été victimes” – (Kabila)"
° https://actualite.cd/2017/09/23/onu-kasai-deplore-barbarie-dont-deux-experts-de-organisation-ont-ete-victimes-kabila/


"Charles Michel : “Le processus démocratique est irréversible en RDC”"
° https://actualite.cd/2017/09/23/charles-michel-processus-democratique-irreversible-rdc/


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CONGO (L’AFRIQUE) N’A-T-IL VRAIMENT RIEN A ATTENDRE DE CETTE FUMEUSE CI OU MANQUE-T-IL DE RÉALISME ET D'EXPERTISE POUR MIEUX COMPOSER AVEC ELLE A SON PROFIT ?

Message  ndonzwau le 24/9/2017, 12:37 am

PS

"New York tourne-t-il à l’avantage de Kabila?"
Evil or Very Mad  Twisted Evil  Embarassed  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2017/09/23/retour-semaine-a-new-york-kabila-grand-gagnant.html

"Kabila debout!"
Twisted Evil  Evil or Very Mad  Embarassed  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes
° http://www.politico.cd/encontinu/2017/09/23/kabila-debout.html


"Des “Congolais debout” manifestent devant l’hôtel de Kabila à New York"
cyclops  cyclops  cyclops  cyclops  cyclops                
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2017/09/23/congolais-debout-manifestent-devant-lhotel-de-kabila-a-new-york.html
"Le mouvement de Sindika organise une mobilisation contre Kabila à New York"
° http://www.politico.cd/encontinu/2017/09/23/mouvement-de-sindika-organise-mobilisation-contre-kabila-a-new-york.html


"Kabila à l’ONU: la polémique de la salle vide n’est que congolaise"
° http://www.politico.cd/desintox/2017/09/23/kabila-a-lonu-polemique-de-salle-vide-nest-congolaise.html

"Quand la RNTC loupe le discours du président Kabila à New York"
° http://www.politico.cd/encontinu/2017/09/23/rntc-loupe-discours-president-kabila-a-new-york.html


° http://www.politico.cd/encontinu/2017/09/23/a-lonu-kabila-soppose-a-toute-ingerence-affirme-cap-vers-elections-irreversible.html
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2017/09/23/kabila-20-apres-monusco-songer-a-partir.html
° http://www.politico.cd/encontinu/2017/09/23/joseph-kabila-annee-pays-victime-dattaques-terroristes.html


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CONGO (L’AFRIQUE) N’A-T-IL VRAIMENT RIEN A ATTENDRE DE CETTE FUMEUSE CI OU MANQUE-T-IL DE RÉALISME ET D'EXPERTISE POUR MIEUX COMPOSER AVEC ELLE A SON PROFIT ?

Message  ndonzwau le 24/9/2017, 5:41 am

PS

A l’issue du discours de ‘JK’ à la tribune de l’Onu il est retombé un souffle, comme un ouf de soulagement dans son camp et comme une déception dans le camp des opposants et de nombreux patriotes qui veulent le changement !
Le « monstre » ne s’est pas laissé démonter, il a tenu droit dans ses bottes, il vit encore, se dit-on…

Cette impression bien médiatique est en fait à la mesure des attentes ou des craintes que l’atmosphère d’avant agitait comme une intoxication bête de ses ‘adversaires qui voulait laisser croire que le sort de ‘JK’ serait décidé là sur le devant de cette scène… Quelle erreur !
Néanmoins au-delà, cette impression de victoire de ‘JK’ est à plusieurs titres réductrice sinon hâtive selon moi ; voici ma tentative d’explication :

L’Assemblée visible est un cénacle des ‘gouvernements attitrés’, du moins son format le prescrit, leurs représentants viennent attester de leur présence officielle; et non une tribune pour bons ou mauvais « trublions » sortis justes de leurs maquis géographiques ou idéologiques d"opposants pour proclamer leurs revendications, ils n'ont de présence officielle que dans les coulisses…

Dans ce sens le public mondial ne voit et n’entend d’abord de cette réunion que les prestations à la tribune de leurs envoyés et celles des figures célèbres ou importantes…
C’est sur ce versant que nos opposants ont commis l’erreur de faire courir le sentiment qu’un chef de l’Etat invité, ‘JK’ en l’occurrence quoi qu’il ait fait serait exclu, défait en public alors qu’il représente pour ses hôtes apparatchiks de l’Onu, le chef d’Etat de droit et de fait du Congo malgré ce qu’on peut éventuellement lui reprocher, à moins de faire de la RDC un non-Etat…

Ailleurs, à la faveur de nos opposants, cette rencontre n’étant pas le sas des résolutions de l’Onu, seuls des constats solennels y sont évoqués, les résolutions décisives et contraignantes de l’Onu se décident au CS et les recommandations importantes de l’Assemblée se nouent en marge de l'Assemblée publique tel le ‘huis-clos’ sur le Congo qui a eu lieu mardi…
Celui-ci compte en fait plus que l’allocution mondialement télévisée de ‘JK’ même si celle-ci porte son poids médiatique et symbolique, ce qui certes n’est pas rien dans la compétition politique…

Cela n'empêche que c’est une victoire partielle pour nos opposants et les patriotes Congolais que la réunion entre les quatre murs sur le Congo eût confirmé dans sa 'recommandation la fermeté de l’Onu vis-à-vis du pouvoir de Kinshasa réaffirmant sa volonté appuyée de le voir résoudre réellement la crise née de l’absence de l’alternance démocratique qui aurait dû avoir lieu le 19 décembre 2016 et par la suite selon l’Accord du 31 décembre 2016 censé être consensuel et donc démocratique…

Malgré le crédit à ‘JK’ quant à ses revendications souverainistes qu’on aurait tous applaudies si elles venaient d’un chef conséquent et malgré son ton déterminé d’un leader fort même s’il y fait un peu fi de la difficulté des défis, son exercice à la tribune reste celui de tous les « apprentis-dictateurs » dans ce cas….

Ils tentent de rouler dans la farine leurs interlocuteurs se montrant plus responsables et plus démocratiques qu’ils ne le sont ; dans le fond cela ne trompe pas grand monde…
L’essentiel reste dans les détails càd dans la suite du respect des engagements qu’il a pris à travers ses proclamations…

L’Onu ne va pas se laisser déborder outre mesure par son discours, elle continuera à scruter ses actes et les sanctionnera s’ils ne respectent pas l’esprit démocratique de la maison…

Mais c’est vrai la contrainte effective de l’Onu auprès de ses membres reste encore diplomatique, diluée, naviguant entre toute puissance juridique et impuissance dans les dédales de ce monde trop vaste avec ses fondés de pouvoir nationaux…
C’est d’abord là que ‘JK’ garde hélas sa marge de manœuvres, à même de nous entuber encore longtemps s’il continue à en prendre le chemin et pas tellement parce qu’il aura prononcé à la tribune une allocution ferme…
C‘est aussi là où l’opposition peut à son tour gagner sa bataille si elle quitte les tribunes officielles pour aller sur le terrain avec au besoin l’appui souterrain de tous ces maîtres du monde ou plutôt leurs conseillers gagnés à leurs causes lors de leurs conciliabules secrets à New York…

Bref tout n’a pas été gagné par le pouvoir et rien n’est tout à fait perdu pour l’opposition, beaucoup reste encore à faire…

Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CONGO (L’AFRIQUE) N’A-T-IL VRAIMENT RIEN A ATTENDRE DE CETTE FUMEUSE CI OU MANQUE-T-IL DE RÉALISME ET D'EXPERTISE POUR MIEUX COMPOSER AVEC ELLE A SON PROFIT ?

Message  ndonzwau le 25/9/2017, 1:40 am

ndonzwau a écrit:PS

A l’issue du discours de ‘JK’ à la tribune de l’Onu il est retombé un souffle, comme un ouf de soulagement dans son camp et comme une déception dans le camp des opposants et de nombreux patriotes qui veulent le changement !
Le « monstre » ne s’est pas laissé démonter, il a tenu droit dans ses bottes, il vit encore, se dit-on…

Cette impression bien médiatique est en fait à la mesure des attentes ou des craintes que l’atmosphère d’avant agitait comme une intoxication bête de ses ‘adversaires qui voulait laisser croire que le sort de ‘JK’ serait décidé là sur le devant de cette scène… Quelle erreur !
Néanmoins au-delà, cette impression de victoire de ‘JK’ est à plusieurs titres réductrice sinon hâtive selon moi ; voici ma tentative d’explication :

L’Assemblée visible est un cénacle des ‘gouvernements attitrés’, du moins son format le prescrit, leurs représentants viennent attester de leur présence officielle; et non une tribune pour bons ou mauvais « trublions » sortis justes de leurs maquis géographiques ou idéologiques d"opposants pour proclamer leurs revendications, ils n'ont de présence officielle que dans les coulisses…

Dans ce sens le public mondial ne voit et n’entend d’abord de cette réunion que les prestations à la tribune de leurs envoyés et celles des figures célèbres ou importantes…
C’est sur ce versant que nos opposants ont commis l’erreur de faire courir le sentiment qu’un chef de l’Etat invité, ‘JK’ en l’occurrence quoi qu’il ait fait serait exclu, défait en public alors qu’il représente pour ses hôtes apparatchiks de l’Onu, le chef d’Etat de droit et de fait du Congo malgré ce qu’on peut éventuellement lui reprocher, à moins de faire de la RDC un non-Etat…

Ailleurs, à la faveur de nos opposants, cette rencontre n’étant pas le sas des résolutions de l’Onu, seuls des constats solennels y sont évoqués, les résolutions décisives et contraignantes de l’Onu se décident au CS et les recommandations importantes de l’Assemblée se nouent en marge de l'Assemblée publique tel le ‘huis-clos’ sur le Congo qui a eu lieu mardi…
Celui-ci compte en fait plus que l’allocution mondialement télévisée de ‘JK’ même si celle-ci porte son poids médiatique et symbolique, ce qui certes n’est pas rien dans la compétition politique…

Cela n'empêche que c’est une victoire partielle pour nos opposants et les patriotes Congolais que la réunion entre les quatre murs sur le Congo eût confirmé dans sa 'recommandation la fermeté de l’Onu vis-à-vis du pouvoir de Kinshasa réaffirmant sa volonté appuyée de le voir résoudre réellement la crise née de l’absence de l’alternance démocratique qui aurait dû avoir lieu le 19 décembre 2016 et par la suite selon l’Accord du 31 décembre 2016 censé être consensuel et donc démocratique…

Malgré le crédit à ‘JK’ quant à ses revendications souverainistes qu’on aurait tous applaudies si elles venaient d’un chef conséquent et malgré son ton déterminé d’un leader fort même s’il y fait un peu fi de la difficulté des défis, son exercice à la tribune reste celui de tous les « apprentis-dictateurs » dans ce cas….

Ils tentent de rouler dans la farine leurs interlocuteurs se montrant plus responsables et plus démocratiques qu’ils ne le sont ; dans le fond cela ne trompe pas grand monde…
L’essentiel reste dans les détails càd dans la suite du respect des engagements qu’il a pris à travers ses proclamations…

L’Onu ne va pas se laisser déborder outre mesure par son discours, elle continuera à scruter ses actes et les sanctionnera s’ils ne respectent pas l’esprit démocratique de la maison…

Mais c’est vrai la contrainte effective de l’Onu auprès de ses membres reste encore diplomatique, diluée, naviguant entre toute puissance juridique et impuissance dans les dédales de ce monde trop vaste avec ses fondés de pouvoir nationaux…
C’est d’abord là que ‘JK’ garde hélas sa marge de manœuvres, à même de nous entuber encore longtemps s’il continue à en prendre le chemin et pas tellement parce qu’il aura prononcé à la tribune une allocution ferme…
C‘est aussi là où l’opposition peut à son tour gagner sa bataille si elle quitte les tribunes officielles pour aller sur le terrain avec au besoin l’appui souterrain de tous ces maîtres du monde ou plutôt leurs conseillers gagnés à leurs causes lors de leurs conciliabules secrets à New York…

Bref tout n’a pas été gagné par le pouvoir et rien n’est tout à fait perdu pour l’opposition, beaucoup reste encore à faire…
Compatriotiquement!

PPS

Permettez-moi d’afficher in extenso des analyses du discours de ‘JK’ qui contrairement à la plupart de mes premiers liens me paraissent plus « exhaustives et plus proches de la réalité des défis que se pose et pose ‘JK’ au pays et à la CI et plus fidèles à la vérité de tous les épineux enjeux que se doit de poursuivre le pays, qu’il le veuille ou non dans la suite immédiate et à moyen terme des semaines et mois bien imprévisibles qui viennent…

Elles sont aussi, vous l’aurez compris, plus apparentées à ma propre lecture aussi critique : l’allocution onusienne de JK n’est pas un terme comme certains l’attendaient trop naïvement ou généreusement, c’est un épiphénomène bruyant de plus, mieux un symptôme de la difficile résolution de la crise qu’affronte notre pays, beaucoup reste à venir hélas…

Ailleurs il ressort de l'entretien Guterres-‘JK’ (voir ci-dessous) un enseignement que personnellement j’ai tiré du fameux discours de ‘JK’ à la tribune onusienne selon lequel la scène publique est moins instructive que les coulisses comme pour tempérer l'emballement qui a suivi cette allocution et comment ?

– L’Onu reçoit à son Assemblée automatiquement et solennellement càd diplomatiquement ses membres représentés par leurs chefs d’Etats ou de gouvernements qui s’expriment tant bien que mal urbi et orbi mais ses résolutions importantes au besoin contraignantes sortent des réunions du CS tandis que lors de l’Assemblée ses réelles recommandations se nouent en marge comme lors du huis-clos sur le Congo ou ce tête-à-tête…

– Mutatis mutandis il est plus utile de se concentrer et d’observer leur suivi des recommandations qu’initie l’Onu à cette issue et qui commence avec les rappels que Guterres a confiés à ‘JK’ et que son Secrétariat a ébruités aussitôt à dessein : il a “encouragé le Gouvernement et les acteurs politiques congolais à s’engager fermement dans la mise en œuvre effective et à temps de l’accord politique du 31 décembre 2016 », il a proposé le soutien des Nations unies aux efforts du Gouvernement pour “l’organisation dans un délai raisonnable d’élections crédibles et transparentes.”…

Qui dit encore mieux, l’essentiel reste dans les détails et ici ils sont dans la suite immédiate ou à moyen terme des actions que l’Onu va mener pour faire respecter ses recommandations…
Beaucoup est donc à venir : ‘JK’ continuera-t-il à se prévaloir de ses forces et ne pas les respecter, qui sait si l’Onu ne lui fera pas regretter sa fanfaronnade ?
Sinon le mieux à faire pour l’opposition et les patriotes Congolais est d’affuter leurs armes sur le terrain contre l’autocratie loin de leurs gains clandestins à New York pour mieux les fructifier…
A bon entendeur…………

Attentive lecture ; à plus…………..


"Joseph Kabila à l’ONU : un discours pour rien
° http://afrikarabia.com/wordpress/joseph-kabila-a-lonu-un-discours-pour-rien/
Une allocution vide dans une salle vide… Le président congolais n’a pas rassuré ce samedi à New-York. Joseph Kabila a certes affirmé que « la marche vers les élections (était) irréversible » mais il s’est refusé à donner une date, laissant planer le doute sur les problèmes d’organisation du scrutin.

Qui peut encore croire Joseph Kabila ? En septembre 2014, devant l’Assemblée générale des Nations unies, le chef de l’Etat congolais confirmait déjà la tenue des élections pour fin 2016 comme le prévoyait  la Constitution. Ce samedi devant la même Assemblée à New-York, Joseph Kabila a réaffirmé que « le cap vers des élections crédibles, transparentes et apaisées, (était) définitivement fixé ». Seul souci, il n’y a jamais eu d’élections en 2016… et il n’y en aura probablement pas non plus en 2017 ! Depuis maintenant 3 ans, le pays s’est installé dans une crise politique profonde, l’opposition accusant le président congolais de vouloir retarder volontairement l’organisation de la présidentielle pour se maintenir au pouvoir, alors que son dernier mandat s’est achevé le 20 décembre 2016.

Comme en 2014, Joseph Kabila a fait quelques promesses ce samedi devant la salle quasi vide de l’Assemblée générale des Nations unies. Joseph Kabila a dit attendre « la publication prochaine du calendrier électoral » par la CENI « seule institution compétente ». Une promesse qui n’engage donc pas vraiment le chef de l’Etat, puisque la Commission ne cesse d’annoncer la publication du fameux calendrier comme « imminente » depuis … 2014. Joseph Kabila s’est tout de même félicité « du fait que plus de 42 millions d’électeurs sur 45 millions ont d’ores et déjà été enrôlés ». Avant d’apporter un sérieux bémol sur les délais pour achever l’enregistrement complet des électeurs : « le défi en vue de l’organisation des élections dans mon pays demeure énorme, tant au plan logistique, financier, sécuritaire et normatif », laissant entrevoir un nouveau report du scrutin. Le conflit meurtrier dans les Kasaï a en effet profondément retardé la dernière phase d’enrôlement, qui vient tout juste de débuter dans ces provinces, reportant de facto la présidentielle fixée par l’accord politique de la Saint-Sylvestre, fin décembre 2017.

Le seul maître du calendrier électoral

Une nouvelle fois, Joseph Kabila n’a pas rassuré sur sa volonté réelle d’organiser rapidement les élections et de quitter le pouvoir, comme l’exige la Constitution qui lui interdit de briguer un nouveau mandat. L’opposition redoute que ce manque d’entrain pour aller aux urnes soit motivé par le désir de Joseph Kabila de provoquer un référendum afin de pouvoir se présenter de nouveau devant les électeurs. A New-York, le président à réaffirmé que la question électorale dépendait uniquement de son bon vouloir et que les élections se tiendraient « sans ingérence extérieure, ni diktat quelconque »… une façon de sous-entendre qu’il reste bien le seul maître du temps sur le calendrier électoral.

Concernant le volet sécuritaire, le discours du président Kabila inquiète également. Les massacres à répétition se poursuivent dans l’Est du pays, mais aussi dans les Kasaï, où un conflit préoccupe également la communauté internationale. Les violences entre miliciens Kamuina Nsapu et l’armée congolaise ont déjà fait plus de 3.000 morts depuis 2016 et ont jeté sur les routes 1,4 million de déplacés. Joseph Kabila a affirmé que « la lumière sera faite sur ces exactions ». Pour le président congolais, la RDC est depuis l’été 2016 « victime d’attaques terroristes menées par certains groupes armés, et dont l’objectif est d’anéantir la paix si chèrement acquise ». Seulement voilà, de manière assez contradictoire, le chef de l’Etat exige dans le même temps le « redimensionnement de la force de la Monusco », très présente au Congo, avec plus de 18.000 casques bleus. En clair, il souhaite voir partir rapidement la mission onusienne, jugée encombrante et inefficace par le pouvoir.

Droit dans ses bottes

Une posture bien connue du président congolais, qui se veut toujours en lutte contre les « ingérences étrangères ». « Il est clair qu’après vingt ans de déploiement, la force onusienne ne peut nourrir l’ambition de rester indéfiniment dans mon pays, ni d’y exercer son mandat avec le même format et sans tirer les leçons des faiblesses constatées ». Un discours bien rôdé sur  « la souveraineté de la République démocratique du Congo » qui permet au président congolais de réaffirmer son autorité en interne face à une communauté internationale très critique sur sa gouvernance autoritaire. Plusieurs caciques congolais, dont des ministres, sont en effet frappés par des sanctions ciblées des Etats-unis et de l’Europe pour la répression politique musclée menée par les forces de sécurité congolaises et pour les « multiples entraves à la démocratie » du pouvoir.

Joseph Kabila n’a donc rien dit de nouveau à New-York qui soit en mesure de décrisper la situation politique, toujours dans l’impasse à Kinshasa. Le président est resté droit dans ses bottes. Et comme après chacun de ses discours, la crise politique reste entière. Mais une chose est sûre, le chef de l’Etat ne paraît toujours pas disposé à rendre son tablier, annonçant une fin d’année 2017 des plus tendues et des plus dangereuses au Congo."



"A l’ONU, Kabila se présente comme le seul garant de la sécurité de son pays"
° http://www.rfi.fr/afrique/20170924-onu-kabila-presente-comme-seul-garant-securite-son-pays
Le président Joseph Kabila s’est finalement exprimé, samedi 23 septembre, devant l’Assemblée générale de l’ONU. C’est une surprise. Il était prévu dans le programme de l’ONU, mais son arrivée a été annoncée à la toute dernière minute et alors que la réunion sur la RDC avait eu lieu le mardi 19 septembre. Joseph Kabila, pour ce qui devrait être son dernier discours à l’AG, a voulu se présenter comme le garant de la sécurité du pays.
Avec notre correspondante à New York,  Marie Bourreau

Il est arrivé après la bataille puisque les principales délégations ont déjà quitté New York, mais cela n’a pas empêché Joseph Kabila de jouer une contre-offensive à la tribune des Nations unies. ll s’est ainsi présenté comme le seul garant de la sécurité en RDC.
« Nous avons inversé la tendance dangereuse de la situation sécuritaire au centre du pays avec comme résultat une amélioration très significative de la situation », a déclaré le chef d'Etat.
Alors certes, l’Assemblée générale était très vide pour écouter le président congolais, mais son message, entre les lignes, a sûrement été reçu cinq sur cinq : c’est lui qui détient encore les clés du pouvoir et de son éventuelle succession. « J’affirme que le cap vers des élections crédibles, transparentes et apaisées est définitivement fixé », a-t-il ajouté.

Joseph Kabila veut donc rester maître des horloges et ne s’engage sur aucun calendrier alors que l’ONU insiste pour qu’il respecte la date butoir du 31 décembre 2017.
Le secrétaire général Antonio Guterres le lui a rappelé lors de leur entretien bilatéral. Et ce n’était pas le seul. Joseph Kabila a aussi rencontré très discrètement le Premier ministre belge Charles Michel, la procureure de la Cour pénale internationale Fatou Bensouda et le président guinéen Alpha Condé.
La presse belge assure que le sort et la sécurité de Joseph Kabila après les élections ont été au cœur des discussions, ce que dément une source proche de Kinshasa.[

Une réduction de la Monusco

Joseph Kabila a également insisté sur les discussions en cours pour une réduction des effectifs de la Monusco, la plus importante mission des Nations unies actuellement. Il réclame une révision du mandat de cette mission des Nations Unies.
« Il est clair qu’après 20 ans après son déploiement, la force onusienne ne peut nourrir l'ambition de rester indéfiniment dans mon pays ni d'y exercer son mandat avec le même format et sans tirer les leçons des faiblesses constatées. Ce qui nous importe et qui devait être important aux yeux de tous, c’est la crédibilité de notre organisation et l’efficacité effective de l‘apport des troupes onusiennes sur le terrain. Voilà pourquoi, depuis plusieurs années, nous exigeons le redimensionnement de la force de la Monusco, au regard de missions devenues dynamiques, et la réorientation des moyens ainsi dégagés vers la satisfaction de nos besoins de développement. En ce domaine, comme en d’autres, nous n’entendons pas transiger avec le respect dû à la souveraineté de la République démocratique du Congo tel que garanti par la charte de notre organisation », a-t-il déclaré.
Le président congolais a également évoqué la situation sécuritaire dans les provinces du Kassaï, dans le centre, se disant déterminé à clarifier les circonstances du meurtre des deux experts de l'ONU, en mars dernier. Il a même promis « toute sorte de collaboration à ce sujet ».



■ Multiples réactions à Kinshasa

Un discours de grande maturité et de sérénité politique de la part d'un homme qui a la parfaite maîtrise des problèmes sécuritaires et de la situation générale du pays, c'est la réaction du porte-parole de la Majorité présidentielle Alain André Atundu. Cathy Kalanga de la société civile plurielle, parle aussi d'un bon discours, mais elle pose la question de savoir si les acteurs politiques vont respecter ce qu'a dit le chef de l'Etat. Selon elle, la société civile doit tout faire pour aider les acteurs politiques, sinon le pays va brûler.
A l'Union des patriotes républicains, Odette Babandoa constate que c'est la répétition d'un même discours ; la distraction. On parle d'un accord-cadre qui n'est pas respecté.
Et dans les rangs du Rassemblement des forces acquises au changement, Pierre Lumbi, le président du conseil des sages, considère que le discours est vide, c'est un discours de banalité qui n'apporte aucune réponse aux attentes des Congolais. Quant au député national Toussaint Alonga de la Nouvelle Dynamique de l'opposition, il trouve dans le discours du président Kabila la révélation de tout ce qui se mijote dans la Majorité présidentielle : pas d'ingérence de la communauté internationale."

► (Re) lire : Elections en RDC: 40,6 millions d’électeurs inscrits, mais pas de calendrier


"RDC : Sale temps à l’ONU pour la kabilie
° https://afrique.lalibre.be/8985/rdc-sale-temps-a-lonu-pour-la-kabilie/
Ce samedi, alors que la plupart des délégations avaient déjà plié bagages, Joseph Kabila, la président congolais hors mandat, s’est présenté au pupitre de la 72e assemble générale de l’Onu devant une sale plus que clairsémée, « pour ne pas dire déserte », selon les termes d’un diplomate présent à New York. « Les opposants au régime Kabila qui étaient dehors pour scander leur volonté d’en finir avec ce régime, étaient au moins dix fois plus nombreux que l’assistance venue écouter le président congolais », poursuit-il.

Et les absents n’ont même pas eu tort. Tant, une fois de plus, le discours était sans surprise. Kabila veut en finir progressivement avec la Monusco (mission des Nations unies en RDC).
« II est clair que près de vingt ans après son déploiement, la force onusienne ne peut nourrir l’ambition de rester indéfiniment dans mon pays, ni d’y exercer son mandat avec le même format et sans tirer les leçons des faiblesses constatées », a-t-il déclaré. Avant de poursuivre sur le même ton monocorde que la RDC maintient le dialogue stratégique avec les Nations unies sur l’avenir de la MONUSCO, conformément à la résolution 2348 du Conseil de sécurité. « Cette revue stratégique devra déterminer le rythme de réduction de la force de la MONUSCO jusqu’à son retrait total », a-t-il souhaité.
Ce qui importe pour lui c’est efficacité effective de l’apport des troupes onusiennes sur le terrain. « Voila pourquoi, depuis plusieurs années, nous exigeons le redimensionnement de la force de la MONUSCO au regard de missions devenues dynamiques et la réorientation des moyens ainsi dégagés vers la satisfaction de nos besoins de développement », a-t-il encotre lancé.

Sur la voie des élections…

L’autre grand thème de son discours : la tenue des élections. Sur ce point, Joseph Kabila s’est voulu aussi déterminé que crédible. « J’affirme que le cap vers les élections crédibles, transparentes et apaisées est définitivement fixé et que notre marche dans cette direction est irréversible. Le tout, sans ingérence extérieure ni dictat quelconque », a déclaré Joseph Kabila, demandant toutefois aux « vrais amis » de son pays de soutenir « sincèrement le processus électoral en cours. »
Une déclaration qui n’a ému personne, Joseph Kabila n’annonçant aucun calendrier, ni ses intentions personnelles. Pour le premier point, il renvoie à la CENI, seule compétente pour la bonne marche du scrutin, pour le second, il entretient toujours le mystère.

Agacement africain

Une position qui agace de plus en plus nombre de ses voisins.
[url=https://afrique.lalibre.be/6712/rdc-la-cas-kabila-embarrasse-toute-une-region/]
L’Union africaine, comme l’ONU, l’Union européenne, la SADC ou l’OIF, a signé la note concoctée le 19 septembre, en marge de cette 72e Assemblée générale des Nations unies. Une note qui met clairement l’Accord de la Saint-Sylvestre au centre de tous les agendas. Un accord signé sous l’égide des évêques de la Cenco qui a prolongé le mandat de Kabila d’un an, tout en lui confiant une mission esentielle: préparer des élections sereines, crédibles et inclusives. Le pouvoir en place à Kinshasa a même été félicité dans cette note pour son engagement à ne pas modifier la Constitution. Les grandes instances internationales ont donc enregistré de facto le départ de Joseph Kabila au 31 décembre de cette année, cette Constitution lui interdisant de se présenter pour un troisième mandat.

Intenable 

Lors de diverses réunions entre chefs d’Etats africains, le sort de Kabila a été régulièrement évoqué. La plupart de ces chefs d’Etats semblent avoir intégré le fait que conserver Joseph Kabila à la tête de la RDC leur faisait courir un risque évident. Le fameux risque du dégât colatéral. Le soutenir alors qu’il ne respecte ni la Constitution ni les accords signés avec l’opposition et les évêques catholiques (même s’il a lui-même toujours refusé d’aposer sa signature a bas de ce texte) c’est difficilement justifiable. D’autant que nombre d’acteurs africains sont eux-mêmes souvent en froid avec le respect de leur  Constitution. Si Kabila devait tomber – ce qui apparaît comme le scénario le plus probable aujourd’hui – ceux qui l’auraient éventuellement suivi pourraient être rattrapé par les ennuis. Et si Kabila devait être chassé par un mouvement populaire ou un coup d’Etat, ces mêmes voisins craignent des débordements inéluctables à leurs frontières.

Donnant donnant

Le départ dans le calme du président hors-mandat est donc souhaitable selon eux. Ses confrères africains ont donc cherché des pistes pour assurer son avenir et celui de ses comptes en banque – du moins une partie. Kabila, arrivé très tard à New York n’a pu rencontrer que brièvement le président en exercice de l’Union africaine Alpha Condé. Moins de 20 minutes de tête-à-tete. Pas certain que les deux hommes aient pu aborder tous les problèmes dans un laps de temps aussi court. « Un grand marchandage est en cours », explique un diplomate africain. « On est bien loin de la solution. La négociation ne fait que commencer et le principal acteur semble penser qu’il dispose encore de tout son temps pour négocier. Pas certain que ses voisins apprécident cette position, ni qu’ils aient la même lecture », poursuit un autre diplomate.

Outre le passage protocolaire dans le bureau du secrétaire général des Nations Unies M. Guterres, Le voyage éclair de Kabila à New York a aussi valu par une rencontre avec la délégation belge. « A la demande de Kabila », disent tous nos interlocuteurs. « La délégation belge était en train de plier bagages quand Kabila est arrivé avec une demi-heure de retard », explique un témoin. La rencontre n’a duré qu’une petite demi-heure. Kabila demandant à la Belgique d’être moins « nocive » à son égard. Charles Michel lui répétant la prépondérance de l’Accord de la Saint-Sylvestre.
Didier Reynders, le ministre des Affaires étrangères, n’avait pas été convié à ce rendez-vous car jugé trop hostile à par la délégation  congolaise.  Et le chef de la diplomatie belge ne montera pas dans l’estime du pouvoir kinois puisqu’il s’est entretenu, lui, avec l’un des principaux opposants Moïse Katumbi."



"Le pouvoir rend fou :
AGNU : un « Joseph Kabila » aveuglé par ses certitudes...

° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=11967
Arrogant, aveuglé par ses certitudes. C’est ainsi que le président hors mandat « Joseph Kabila » est apparu samedi 23 septembre lors de son discours à la 72ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies (AGNU). Dans une salle quasi-vide, l’homme a eu les yeux rivés sur son texte. Il n’a fait aucune annonce susceptible d’être gravée dans les annales de cette prestigieuse réunion. Rien que du blablabla. La tenue des élections serait handicapée par « quatre défis énormes ». Etrangement, lors des élections de 2006 et 2011, ces difficultés étaient loin d’être insurmontables. Il est vrai que "Joseph" était encore éligible. Ce qui n’est plus le cas depuis 2016. Dans un message subliminal, l’orateur a offert ses services à la « coalition mondiale » contre le terrorisme.

Arrivé à New York dans la matinée du vendredi 22 septembre, « Joseph Kabila » a reçu plusieurs personnalités étrangères à son hôtel. C’est le cas notamment de l’ancien sous-secrétaire d’Etat US aux Affaires africaines, le Républicain Herman J. Cohen et du Premier ministre belge, le libéral francophone Charles Michel. Sans omettre la procureure près la Cour pénale internationale et le Haut-commissaire des Nations Unies aux droits de l’Homme. De quoi ont-ils parlé ?
Selon des sources diplomatiques, les deux premiers interlocuteurs auraient conseillé au «raïs» de quitter le pouvoir par la «grande porte» en faisant une annonce solennelle dans ce sens. Des observateurs assurent que le «Premier» belge a échangé avec «Kabila» durant une heure vingt minutes. Un record ! Charles Michel était manifestement porteur d’un message des « 27 » Etats membres de l’Union Européenne. Ici, le Président hors mandat passe pour l’épicentre du problème de la crise congolaise.(…)"



"Le SG de l’ONU appelle Kabila à la mise en œuvre “effective et à temps” de l’accord du 31 décembre
° http://www.politico.cd/encontinu/2017/09/24/sg-de-lonu-appelle-kabila-a-mise-oeuvre-effective-a-temps-de-laccord-31-decembre.html
Peu de temps après son discours polémique devant l’Assemblée générale de l’ONU à New York samedi, le président Joseph Kabila a eu un entretien en tête-à-tête avec le Secrétaire général de l’ONU António Guterres.

Selon l’ONU, António Guterres a réaffirmé le soutien des Nations unies pour la paix et le développement en RDC. Il a “encouragé le Gouvernement et les acteurs politiques congolais à s’engager fermement dans la mise en œuvre effective et à temps de l’accord politique du 31 décembre 2016.
Par ailleurs, comme il a été décidé à l’issue de la réunion à huis clos sur la RDC mardi, M. Guterres a proposé le soutien des Nations unies aux efforts du Gouvernement pour “l’organisation dans un délai raisonnable d’élections crédibles et transparentes.

Le Secrétaire général a réitéré l’engagement soutenu des Nations unies d’accompagner le peuple Congolais sur la voie de la paix, de la stabilité et du développement“, ajoute un publié par l’ONU à l’issue de la rencontre."



"La théorie sociologiques des usages et appropriations de Kabila à l’ONU (Chronique)
° https://actualite.cd/2017/09/24/theorie-sociologiques-usages-appropriations-de-kabila-a-lonu-chronique/
Les internautes vont s’étrangler sur la toile. Au coeur de la discussion: Le vide dans la salle, samedi dernier, à la 72e assemblée générale des Nations unies à New York.
Sur les photos publiées sur les réseaux sociaux, la délégation qui l’accompagne semble heureuse. Mais comment peut-on être heureux à quelques mois de la fin d’un mandat et d’un pouvoir si mal en point ?  
Sur la toile, les internautes ont écrit. Les mots n’ont plus de place. Le texte lu par Joseph Kabila aux nations Unies est malvenu. Et pour l’opposition et pour nombre d’internautes.

J’ai peut-être le malheur de vouloir argumenter sur l’utilité ou pas de se pencher sur le fond du discours plutôt que sur l’absence des participants à cette rencontre de haut niveau. Ce que les esprits les plus cartésiens font semblant d’ignorer, c’est que le discours prononcé par le président congolais dans une salle vide, (semi-biométrique – pour utiliser l’expression qui fait actuellement le buzz à Kinshasa) n’en fait pas pour autant un discour illégitime.  

Kabila se la joue comme le maître du temps à New York

16 ans au pouvoir, deux mandats consécutifs, l’organisation de la présidentielle en 2016 dans les tiroirs,  le quadragénaire à New York n’a plus des allures d’un novice en politique. Joseph débarque au moment où les chefs d’Etat et leurs délégations s’en vont… Il s’était d’abord rendu à Kananga pour lancer une conférence sur la paix dans cette région où des milliers de personnes ont été tuées, ( près de 3 400 morts selon l’Église catholique) y compris deux experts des nations Unies.
À son arrivée à New York, le chemin était déjà balisé par son équipe conduite par She Okitundu. Ce cacique de la majorité présidentielle a pris les clés des Affaires Étrangères dans une période délicate, très diplomate et discret. Joseph Kabila multiplie les rencontres et les discussions avec les personnalités d’envergure. Il aurait snobé Didier Reynders, le ministre des Affaires étrangères Belge, selon un article que j’ai lu mais il a tout de même rencontré le Premier ministre Belge. Ce dernier ne s’est plus attardé sur le respect de l’accord de la Saint – Sylvestre lors de son passage à la tribune des Nations Unies après cette rencontre. Sur les élections, il a plutôt communiqué sur la nécessité “ d’accompagner la RDC dans ce processus démocratique irréversible au moyen notamment des élections honnêtes, transparentes et inclusives”. Ce qui peut être considéré comme une victoire diplomatique pour Kabila, considéré jusqu’ici comme un président illégitime et non fréquentable par ses protagonistes.

Le Président congolais, a aussi rencontré celle qui fait penser tout de suite à la Cour pénale internationale. Fatou Bensouda. Celle-là doit être très impatiente de rencontrer prochainement le président Congolais pour parler des nombreux auteurs des violences à répétition en RDC qui sont restés impunis depuis qu’il est au pouvoir… à ce propos, dans son discours, le boss de la majorité présidentielle dont la barbe demie teintée en blanc floconnait dans les couloirs du siège des Nations Unies s’est félicité parce-que la justice congolaise aurait, selon lui,  » prononcé de centaines des décisions de condamnations pour viols, n’épargnant aucun auteur de ces crimes en vertu de sa position sociale ou dans la hiérarchie militaire, preuve de la fin de l’impunité dans ce domaine….”

» Le dossier brûlant reste tout de même  le Kasaï. Joseph a discuté avec Zeid Ra’ad Al Hussein, haut-commissaire aux droits de l’homme de l’Onu en compagnie de Marie-Ange Mushobekwa, ministre des Droits humains, qui à mon avis a pris en charge un ministère si lourd, lesté d’une bombe à retardement, tant sur les tueries  dans le Kasaï que sur toutes les bavures sur le respect des droits de l’homme en RDC enregistrées au cours de ces dix dernières années. Elle ne peut ni les justifier, ni tenter de les défendre. à l’époque l’ancienne journaliste était encore du côté de l’opposition.
La question qu’on devrait également se poser pour éclairer l’opinion : Les personnalités politiques et leurs délégations étaient-elles obligées de se lever un samedi matin pour accorder l’attention à un discours dont ils connaissaient plus ou moins le contenu ?  

Théories sociologiques des usages et appropriations made in Kabila

Les points saillants de l’usage et de l’appropriation des adjectifs possessifs par Joseph Kabila.  » mon pays…, mon pays est depuis une année victime d’attaques terroristes, menées par certains groupes armés, notamment dans les Provinces du Kasaï, voire dans la capitale et  dont l’objectif est d’anéantir la paix si chèrement acquise, de contrarier la dynamique des solutions consensuelles obtenues au niveau national et de miner nos efforts de développement.”
“Deux ans après l’adoption de l’agenda 2030 des Nations Unies, il n’est pas trop tôt de commencer à en évaluer la mise en œuvre. En exécution de ses engagements, mon pays a tenu à prioriser, dans l’élaboration comme dans la mise en œuvre de son Plan National de Développement, les dimensions environnementale, sociale et économique du développement durable.”

Mon pays…Mon pays »… près de 10 fois

Et  » notre Organisation est née avec l’ambition de refonder les rapports entre Etats sur la base du principe de l’égalité souveraine et de la volonté de garantir la paix et la prospérité pour tous”… Ou encore « … Et c’est dans ces circonstances que je déplore la barbarie dont les deux Experts de notre organisation ont été victimes en mars 2017. Notre détermination est de faire en sorte que la lumière sur les circonstances exactes de ce crime soit clarifiée afin que cet acte  ignoble, ainsi que ceux dont nos compatriotes ont été victimes, ne restent pas impunis.”
Bref, à l’ONU, Kabila s’est amusé avec la théorie sociologique de l’usage et l’appropriation. À l’écouter, plus congolais que lui, il n’y en avait pas. Plus attaché aux valeurs de l’ONU, non plus. Dans l’usage, on compte le nombre de fois dont il s’est servi des adjectifs possessifs “ mon et notre”, il s’en est approprié pour toucher à la sensibilité et passer le message, “ je suis de votre côté”. Mais de qui ?

Sur la toile, on s’emballe que pour critiquer le nombres de participants à cette séance à cette 72e Assemblée générale des Nations unies. Selon le professeur Sam Bokolombe avec qui j’ai eu un échange sur cette enjaillement de voir Kabila parler à une salle presque vide, “ Les gens sont simplement, pour la circonstance, dans une communication politique destinée à gêner la cible Kabila et toute sa galaxie”. car selon lui “ Kabila a reçu des personnalités politiques plus pour s’entendre dire des choses que pour en dire”  
Quid du débat  sur le contenu de son discours, notamment  »  J’affirme que le cap vers les élections crédibles, transparentes et apaisées est définitivement fixé. Notre marche dans cette direction est irréversible. Le tout sans ingérence  extérieure ni diktat quelconque “,
“Le Gouvernement et la Commission Électorale Nationale Indépendante, devrait permettre la publication prochaine par celle-ci, qui en est la seule institution compétente du calendrier électoral. En dépit de ces avancées, les défis en vue de l’organisation des élections dans mon pays demeurent énormes, tant au plan logistique, financier, sécuritaire que normatif.”[
Il l’a bien précisé à l’ONU. Encore une fois, sans annoncer la publication prochaine du calendrier électoral, ni promettre quoi que ce soit.  

À l’ONU, Kabila n’a rien promis du tout.  Vous avez dit l’ivresse du pouvoir ?"



"« Kabila est une personne dont les propos ne rassurent pas » – Lubaya"
° https://actualite.cd/2017/09/24/kabila-personne-dont-propos-ne-rassurent-lubaya/

"Kabila a-t-il “loué” des manifestants à New York?"
° http://www.politico.cd/en-clair/2017/09/24/kabila-a-t-loue-manifestants-a-new-york.html


° http://cas-info.ca/a-lonu-le-discours-de-joseph-kabila-dans-une-salle-clairsemee-fait-sourire-lopposition/
° http://cas-info.ca/elections-entre-2014-et-2017-quest-ce-qui-a-change-dans-le-discours-de-joseph-kabila-a-lonu/
° http://cas-info.ca/un-president-a-new-york-chronique-dune-semaine-politique-mouvementee/
° http://cas-info.ca/kabila-a-lonu-un-discours-tres-responsable-applaudit-lambert-mende/

"Actu expliquée : 72ème Assemblée Générale de l’ONU, Joseph Kabila a-t-elle convaincu les autres nations ? Bolanda analyse Kitoko (VIDEO)"
° http://www.sangoyacongo.com/2017/09/actu-expliquee-72e-assemblee-generale.html


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CONGO (L’AFRIQUE) N’A-T-IL VRAIMENT RIEN A ATTENDRE DE CETTE FUMEUSE CI OU MANQUE-T-IL DE RÉALISME ET D'EXPERTISE POUR MIEUX COMPOSER AVEC ELLE A SON PROFIT ?

Message  ndonzwau le 25/9/2017, 7:05 pm

"25-09-17/ REVUE DE LA PRESSE CONGOLAISE DE CE LUNDI (CongoForum)
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=208906&Actualiteit=selected
Quoique vide de contenu, le discours du président Joseph Kabila à la tribune de l’ONU samedi est largement commenté par les journaux parus à Kinshasa en ce lundi 25 septembre 2017.

Discours de JKK à l’ONU


Ceux qui désirent prendre connaissance dans son intégralité peuvent le faire à l’adressehttp://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=41&newsid=208904&Actualiteit=selected 

Ce discours est un tel tissu de banalités et de lieux communs éculés que même l’opposition se creuse en vain la tête pour trouver quelque chose de nouveau pour en dire tout le mal qu’elle en pense. Elle se borne en général à en commenter les circonstances, par exemple le fait que Kabila a parlé devant une salle pratiquement vide. Exemple, sur « l’Internet congolais » 

« Le misérable Papy Tamba viendra toujours avec ses explications pompeuses mais trompeuses essayant de défendre son Raïs...celui qui pourvoit à ses besoins. Pour l'instant! Cette fois, le gros poisson dont l'exercice physique n'est pas son lot se bat comme un diable, sur Facebook, son lieu préféré de campagne devenu aussi son champ de prédilection et de désinformation pour essayer d'expliquer pourquoi la grande salle des Nations Unies a été vidée lorsque Joseph Kabila a délivré son piètre discours.
En effet, les images publiées prouvent, à suffisance, qu'outre la délégation congolaise l'accompagnant, c'est-à-dire celle composée, entre autre, de ceux qui ont rédigé son discours et quelques agents de la sécurité et du protocole de l'ONU, aucun représentant officiel des pays membres, même pas les présidents Africains ne se sont dérangés pour venir entendre les quolibets sortant de la bouche de Kabila. 
Tamba blâme la journée de samedi alors que beaucoup d'autres représentants officiels des pays membres ont délivré leurs allocutions le même samedi. La vérité en est que rien qui sort de la bouche de Joseph Kabila n'est une nouveauté sur la scène internationale. Le mode diplomatique connait ses intentions et le garçon de course subit une pression pour suivre le chemin lui tracé par ceux qui l'ont placé au pouvoir. Le reste c'est du charabia sans mérite.
 

Ce qui est pitoyable avec la délégation de Kabila est la fraude et le mensonge auxquels elle s'est donnés en vue de se créer un paysage positif, mais frauduleux et mensonger devant faire un contre poids sur la résolve de vrais opposants combattants Congolais venant en masse de toute part dénoncer le régime d'occupation installé au Congo. 
Faisant usage de l'argent du contribuable Congolais, Kabila et ses troubadour sont dépensées des sommes colossales d'argent pour corrompre des drogués de New York, les habillant des t-shirt aux effigies de Kabila et du drapeau Congolais. L'intention était de passer cette masse des ratés américains en Congolais très joyeux vivant aux USA et supportant le régime. 
Mais tout, alors tout sur cette masse accusait une fraude patentée: les cris lancés, la langue d'usage, la réaction et la conscience du groupe, tout démontrait l'irréel. Confrontés par les vrais combattants, ces deniers étaient incapables de s'exprimer en Lingala alors que c'est plutôt l'Anglais qui sortait de leurs bouches simplement parce que les Papy Tamba, Yvon Ramazani, Sammy Bosongo (Claudia girl) et tous les autres délinquants intellectuels qui devaient accompagner le "père" du changement et "Fils de la promesse" (sic) moisissaient à Kinshasa. C'est devant son hôtel que l'on trouvera un groupe payé/corrompu composé des Congolais pour soutenir Kabila ».


Radio Okapi  a évidemment remarqué, parmi les poncifs du discours « présidentiel »le couplet obligé sur la fin du mandat de la MONUSCO. 
« II est clair que près de vingt ans après son déploiement, la force onusienne ne peut nourrir l'ambition de rester indéfiniment dans mon pays, ni d'y exercer son mandat avec le même format et sans tirer les leçons des faiblesses constatées », a déclaré Joseph Kabila, samedi 23 septembre à New York lors de son intervention à la tribune de la 72è Assemblée générale des Nations unies.(...)  

La Prospérité titre « Elections en RDC. New York: Joseph Kabila rassure! » 
Selon La Prospérité, le chef de l’Etat congolais a affirmé lors de son oral à l’ONU que « le cap vers les élections crédibles, transparentes et apaisées est définitivement fixé », en promettant la « tenue prochaine des élections » conformément au calendrier arrêté par l’institution nationale compétente.(...)

Un discours visiblement à l’image de son look « particulier », « inhabituel », estime L’Avenir qui fait observer que comme son look (barbe grise, cheveux poussés, Ndlr), le speech du chef de l’Etat congolais traduisait parfois la mélancolie, le désespoir, le désarroi, la rigueur ou la détermination d’un homme qui ne veut pas laisser son pays entre les mains des prédateurs et autres affidés des occidentaux impérialistes.  
L’Avenir
 note pourtant que « Kabila confirme la tenue des élections » et appelle à la sincérité des partenaires. (...)

Le Phare titre : « Elections : encore et toujours le brouillard ! » 
Il  note que le brouillard s’est davantage épaissi autour des élections lorsque le Chef de l’Etat Joseph Kabila a fait état des contraintes politiques, logistiques, financières et sécuritaires qui interdisent le moindre pronostic autour de leur tenue, de même quand il a demandé aux vrais « amis » du Congo d’apporter au pays, le moment venu, leur concours financier, sous réserve du respect strict de sa souveraineté nationale.(...) 
Le Phare souligne que l’après-Kabila est certes abondamment évoqué dans les chancelleries occidentales et les états-majors politiques de l’Opposition, mais l’intéressé lui-même semble se complaire du flou, ce qui pousse nombre de compatriotes à le soupçonner de demeurer dans la dynamique du « glissement » et accroît l’incertitude du lendemain.

Le Potentiel titre «Devant l’assemblée générale des Nations unies: Joseph Kabila égal à lui-même » 
« Comme prévu, le chef de l’État, Joseph Kabila, s’est adressé samedi dernier à l’Assemblée générale des Nations unies. Dans les rangs de la communauté internationale, son discours n’a pas surpris plus d’un. Tous sont d’avis que le président Kabila n’a pas convaincu. Il a embouché le refrain souverainiste, tout en invitant à la même occasion, les amis de la RDC à lui accorder beaucoup plus de temps dans l’organisation des élections. Sans surprise, Joseph Kabila est resté égal à lui-même. Reste maintenant à négocier l’échéance de décembre 2017. 
(...)

L’éternel refrain

 Kabila s’est certes exprimé devant l’Assemblée générale des Nations unies. Mais il n’a pas réussi à réduire le fossé grandissant entre son régime et la communauté internationale. Dans son discours, il y a bien des questions qui sont restées sans réponses, notamment la tenue d’élections et la mise en œuvre effective de l’accord politique du 31 décembre 2016. Sur ces points précis, le chef de l’État est resté évasif, rappelant toutefois, sans garantie réelle, sa volonté d’organiser les élections.  
Autant à New-York qu’à Kinshasa, le président Kabila n’a pas convaincu. Le mystère est resté entier. Pas un iota n’a bougé dans la ligne dure qu’affiche depuis toujours la Majorité au pouvoir. 
Après le discours de New-York, des lignes sont donc demeurées intactes. Rien ne rassure sur la tenue d’élections, pourtant prévue en décembre 2017, selon les termes convenus dans l’Accord du 31 décembre 2016. 
(...)
Au regard de sa prestation du haut de la tribune de l’ONU et des contacts avec des personnalités de premier plan, d’aucuns parlent d’une victoire diplomatique pour le Raïs, rapporte Forum des As. Le quotidien fait en effet remarquer que sur le plan de la diplomatie, le Raïs a échangé avec le Premier ministre belge, Charles Michel. 
Une rencontre qui est une véritable victoire diplomatique pour le Président congolais, selon la journaliste belge Colette Braeckman, écrit le journal qui estime que désormais, le chef de la diplomatie belge, Didier Reynders, n’a plus le droit d’adopter une posture contraire à celle de son Premier ministre.


Le Soft International qui parle de guerre de communication, fait savoir que sur Radio Okapi, l’ancien ministre des Finances et Budget, Freddy Matungulu a estimé que le Président de la République n’avait rien dit de nouveau. A en croire le tabloïd, l’ancien fonctionnaire du Fonds monétaire international s’attendait à ce que le Chef de l’Etat congolais s’exprime sur son avenir politique, sur la question du référendum et du troisième mandat.

La Référence + ]titre à la Une Seul garant de la sécurité de la RDC et maître du calendrier électoral, « Kabila exige le départ de la Monusco ».  
Alors certes, l’Assemblée générale était vide pour écouter le Président congolais, mais son message, entre les lignes, a sûrement été reçu cinq sur cinq : c’est lui qui détient encore les clés du pouvoir et de son éventuelle succession, rapporte la Réf+. 
(...)
Elima titre en manchette, « Rien de nouveau, rien de rassurant et du concret- Du déjà entendu ! ».  
Ce journal rapporte qu’une chose est vraie, au cas où les élections ne se tiendraient pas avant la fin de cette année en cours, rien ne sera plus comme avant. La majorité présidentielle au banc des accusés et l’opposition ne sera pas exemptée des reproches. Au peuple seul de s’approprier le processus en se prenant réellement en charge pour sanctionner les auteurs de son malheur.

La Tempête des Tropiques titre « New York : Joseph Kabila isolé ! »  
« Le chef de l’Etat congolais s’est exprimé devant un auditoire presque vide, pendant qu’il prononçait son discours du haut de la tribune des Nations-Unies, lors de la 72ème Assemblée générale de cette institution. Un message diplomatique fort envoyé au président congolais dont le second et dernier mandat a déjà expiré depuis le 19 décembre 2016 
(...)
Au sein de l’opinion tant à Kinshasa qu’à l’étranger, certains observateurs estiment que ce vide devant lequel le chef de l’Etat congolais s’est retrouvé à New-York est la preuve qu’il est désormais isolé par la communauté internationale, au regard de tout ce qui se passe comme atrocités en République démocratique du Congo en termes de massacres, non respect des droits de l’homme, violations de la Constitution et de différents accords, crise de légitimité… 
Néanmoins, Joseph Kabila a cru se faire entendre au siège de l’ONU en rassurant dans son discours que le processus électoral en RDC poursuit son cours, avec 42 millions d’enrôlés sur les 45 millions projetés par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). Toutefois, le président congolais dit rejeter toute « ingérence » ou « diktat » de la part de la communauté internationale en cette matière, car, a-t-il, rappelé, la Ceni est le seul organe technique habilité à élaborer le calendrier électoral et organiser les élections. Joseph Kabila a cependant profité de la tribune lui offerte par les Nations-Unies pour demander aux « vrais amis » de la République démocratique du Congo d’aider les Congolais à organiser ces scrutins. 
(...) 
Mais cette lecture semble ne pas faire l’unanimité au sein de la MP. Pour preuve, Kinkiey Mulumba y voit une faille de la diplomatie congolaise qui, selon lui, n’a pas pris toutes les précautions pour éviter pareil désagrément. Pour l’ancien ministre MP, Kinshasa devrait prendre en charge un nombre important de Congolais dans sa délégation pour remplir la salle, comme le faisait Mobutu pendant la deuxième République ! 
La communauté internationale vient donc de démontrer sa constance devant la face du monde concernant la crise politique que traverse à nouveau la RDC, lorsqu’il s’agit de respecter la Constitution et d’organiser les élections dans le délai. La leçon porte sur la légitimité. » 
(...)"


"Freddy Matungulu : «Nous aurions souhaité entendre de Joseph Kabila qu’il n’y aura pas un troisième mandat»"
° https://www.radiookapi.net/2017/09/24/actualite/politique/freddy-matungulu-nous-aurions-souhaite-entendre-de-joseph-kabila-quil
"Joseph Kokonyangi : « Joseph Kabila a amené à New York les désidérata du peuple congolais »"
Evil or Very Mad  Twisted Evil  Embarassed  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes
° https://www.radiookapi.net/2017/09/25/actualite/politique/joseph-kokonyangi-joseph-kabila-amene-new-york-les-desiderata-du
° https://www.voaafrique.com/a/kabila-le-capr-vers-les-elections-est-defitivement-fixe-mais-les-defis-restent-enormes/4041386.html

Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CONGO (L’AFRIQUE) N’A-T-IL VRAIMENT RIEN A ATTENDRE DE CETTE FUMEUSE CI OU MANQUE-T-IL DE RÉALISME ET D'EXPERTISE POUR MIEUX COMPOSER AVEC ELLE A SON PROFIT ?

Message  ndonzwau le 27/9/2017, 7:08 pm

"Le non-dit des entretiens de Kabila à New York : Une transition de deux ans"
° http://lepotentielonline.com/index.php?option=com_content&view=article&id=17774:le-non-dit-des-entretiens-de-kabila-a-new-york-une-transition-de-deux-ans&catid=85:a-la-une&Itemid=472



Joseph Kabila reste
Bruno Tshibala saute
Félix Tshisekedi arrive
Katumbi toujours persona non grata
Elections en novembre 2019


Les élections devenant de plus en plus improbables aux termes de l’Accord politique du 31 décembre 2016, la MP rabat une nouvelle carte pour une transition qui prolonge encore de deux ans le bail de Joseph Kabila à la tête du pays. En marge de la 72ème Assemblée générale de l’Onu, ce dernier en a fait part à quelques personnalités, dont le Guinéen Alpha Condé, président de l’Union africaine. Il ne reste plus que l’aval des partenaires pour la mise en oeuvre de ce énième complot contre le peuple congolais.

Coincée de toutes parts, la MP est en train de peaufiner un autre schéma pour consolider davantage le glissement électoral et, par voie de conséquence, prolonger le bail de son autorité morale à la tête du pays. Tout de go, la tenue d’élections cesse d’être une priorité. Dans des termes très subtils, le chef de l’Etat, Joseph Kabila, l’a fait savoir du haut de la tribune des Nations unies à New York.
« A l’instar de la paix, la stabilité politique constitue pour nous un objectif constant de politique intérieure. Dans cette optique, depuis près d’une année, nous avons recouru au dialogue qui, pour nous, est un mode permanent de règlement des différends politiques », a-t-il déclaré devant l’Assemblée générale des Nations unies. Ce qui sous-entend l’organisation d’un nouveau dialogue. Et la majorité au pouvoir s’y prépare activement.

Des sources généralement bien informées annoncent la présence à Kinshasa de certains ténors de l’aile dissidente du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement. Si ces invités de la MP ne s’affichent pas encore en public, dans les coulisses, ils multiplient des réunions avec les stratèges de la MP en vue de matérialiser ce nouveau projet de transition devant prendre au moins deux ans. Bien évidemment avec Joseph Kabila aux commandes.
Les jours de Bruno Tshibala à la Primature sont désormais comptés.  Après l’avoir pressé comme un citron, la MP voudrait s’en débarrasser au motif qu’il ne rassurerait pas.  D’ailleurs, pouvait-il rassurer quand on sait que ce dernier n’aura été qu’un fusible dont s’est servie la MP pour un petit  temps. Devenue spécialiste dans le débauchage, la MP réfléchit à un schéma plus élaboré où Félix Tshisekedi, président du Rassemblement, aura un rôle à jouer dans la nouvelle transition, probablement à la Primature.

Dans ce nouveau schéma, Moïse Katumbi reste la grande inconnue. Indésirable dans les rangs de la MP, le candidat déclaré à la présidentielle devrait toujours été gardé hors des frontières nationales. Il fait ombrage et, dans ces conditions, il gardera son étiquette de persona non grata dans son propre pays.  

Contre la volonté du peuple

Après le dialogue de la cité de l’Union africaine, suivi de celui du Centre interdiocésain, le président Kabila est de nouveau à la manette. Comme on l’a toujours dit, la MP a plusieurs fers au feu. Il ne tarit pas de stratégie pour renvoyer le plus loin possible la tenue d’élections et prolonger, par la même occasion, le bail de son autorité morale à la tête de l’Etat.
Cependant, pour réussir ce nouveau coup, la MP doit passer par plusieurs épreuves. A New York, le président Kabila a tenté de persuader ses interlocuteurs sur sa volonté d’organiser les élections. Est-ce que ceux-ci ont été convaincus ? Ce n’est pas si évident.
Dans ses différents entretiens, Kabila a, comme dans un jeu de pirouette, donné de gage sur sa détermination à travailler dans le sens de l’alternance. A la grande différence qu’il n’accepte pas que la voie à suivre lui soit dictée. Les élections, semble-t-il, se feront à son rythme. Qu’importe le temps que cela prendra.

Que ce soit avec le président Alpha Condé de la Guinée et président en exercice de l’Union africaine ou avec le Premier ministre belge Charles Michel, Joseph Kabila est resté de marbre dans sa logique. Il n’entend donc pas transiger sur le schéma qu’il a mis en œuvre de longue date.
La certitude aujourd’hui est que Kabila ne s’empresse pas d’organiser les élections. Après la nomination de Samy Badibanga et son remplacement par Bruno Tshibala à la Primature, il est en train de rabattre de nouvelles cartes. Il travaille sur le schéma d’une transition de deux ans où Félix Tshisekedi devrait être le prochain locataire à la Primature.
Sur papier, la MP est convaincue de faire aboutir ce projet. Son modus operandi est connu de tous. Il débauche au moyen de promesses fallacieuses ou d’espèces sonnantes et trébuchantes. Donc, toutes les batteries sont mises en marche pour y arriver. Mais, c’est sans compter avec le peuple qui reste la grande inconnue.

Après avoir été floué dans le dialogue de la cité de l’Union africaine et vu ses espoirs s’envoler avec la déroute de l’Accord politique du 31 décembre 2016, le peuple est-il prêt à s’embarquer dans une nouvelle transition avec Kabila ? Difficile à dire.
A première vue, le schéma d’une transition de deux ans est périlleux. La MP qui y tient mordicus est prévenue. Il est vrai que le peuple, en sa qualité de souverain primaire, ne se laissera pas faire. Il l’a fait savoir à plusieurs reprises. Et sans doute, il ne manquera pas de rééditer l’exploit.
La tenue d’élections étant incertaine en décembre 2017, comme l’a d’ailleurs prévu l’Accord du 31 décembre 2016, on doit s’attendre à un jeu de ping-pong entre pouvoir et Rassemblement. Tout dépendra non seulement des rapports de forces en présence mais aussi de la capacité du peuple congolais à dicter sa loi.

De toutes les manières, pour la plupart des Congolais, aucune concession ne sera faite quant à la tenue d’élections dans le délai.  Les élections sont donc inéluctables. Elles s’imposent, quel que soit le schéma. L’Accord politique du 31 décembre 2016 en a d’ailleurs tracé le cadre. Il ne reste plus qu’aux acteurs politiques et sociaux de s’aligner sans tergiverser.
Le nouveau schéma de la MP montre que l’on n’est donc pas sorti de l’auberge. Le chemin à parcourir est encore parsemé d’embûches. Certes, le président Kabila et son camp travaillent sur une nouvelle transition d’au moins deux ans, mais il n’est pas évident qu’ils réussiront leur coup sans heurts. Il y aura des étincelles en l’air. 

A dire vrai, une nouvelle transition ne résoudra pas le problème. Bien au contraire. Elle va envenimer une tension persistante.  Le schéma idéal – et c’est ce que le peuple attend de pied ferme – est celui qui conduit à l’alternance démocratique par la voie des urnes. Tout autre schéma qui s’écarte de cet idéal est voué à l’échec – quels que soient les moyens mis en œuvre. Ce serait un cercle vicieux.
Elu en 2006 et 2011 par le même peuple, est-ce que Joseph Kabila a de bonnes raisons de le défier aujourd’hui ? 
Faut-il donner raison au Rassemblement qui a toujours souligné que le président Kabila serait le problème dans la crise politique actuelle ? Une nouvelle transition pour occulter la tenue d’élections est un vrai complot ourdi contre le peuple congolais."



"Manœuvres dilatoires"
° http://lepotentielonline.com/index.php?option=com_content&view=article&id=17783:manoeuvres-dilatoires&catid=85:a-la-une&Itemid=472

"En marge du message de Kabila à l’ONU : Elections, encore et toujours le brouillard !
° http://www.lephareonline.net/marge-message-de-kabila-a-lonu-elections-toujours-brouillard/
Dès l’annonce de la prestation du Chef de l’Etat, Joseph Kabila, à la tribune des Nations Unies, à la date du 23 septembre 2017, des millions de Congolaises et Congolais étaient curieux de savoir si sa position, fondée sur le statu quo d’avant l’Accord du 31 décembre 2016, allait changer. Comme c’est le cas depuis que la fin de son second et dernier mandat fait problème, tous ceux qui attendaient des signaux clairs au sujet de l’échéance de la tenue probable des élections et de son avenir politique sont déçus.

Nos compatriotes étaient d’autant en droit d’espérer un signal fort de la part de l’illustre orateur qu’en date du mercredi 20 septembre 2017, les Nations Unies ont rendu publique, au terme d’une séance à huis clos sur la situation politique, sécuritaire et socio-économique
de la RDC, une déclaration appelant à la tenue des élections présidentielle et législatives dans un délai très court ainsi qu’à la publication urgente, par la Commission Electorale Nationale
Indépendante, d’un calendrier électoral et du budget relatif à leur coût.
D’aucuns ont même cru à un « ultimatum » lancé au pouvoir en place à Kinshasa, étant donné que cette position commune était partagée par les Nations Unies, l’Union Européenne, les 5 membres permanents du Conseil de Sécurité (USA, France, Grande –Bretagne, Russie et Chine), l’Union Africaine, l’Organisation Internationale de la Francophonie, la Communauté de Développement de l’Afrique Australe (SADC), la Communauté Economique des Etats d’Afrique Centrale (CEEAC) et la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL).

L’unanimité semblait acquise sur l’alternance démocratique au sommet de l’Etat congolais dans un proche avenir. Certains commentateurs politiques sont allés même jusqu’à parler du délai-butoir du 31 décembre 2017, comme consigné dans l’Accord du 31 décembre 2017, dont la mise en œuvre intégrale était du reste exigée.
Apparemment, Joseph Kabila paraissait contraint de lâcher du lest. Mais, à l’entendre parler du processus électoral en cours en RDC, l’homme n’a pas donné l’impression de vouloir rendre le tablier dans l’immédiat, même par la voie des urnes. Car, tout en se réjouissant de l’enrôlement d’au moins 42 millions d’électeurs sur un échantillon supposé de 45 millions, il a renvoyé la question du chronogramme des élections à l’évaluation de la tripartite Gouvernement-CNSA-CENI, tout en sachant que la légitimité du Premier ministre et du président du Conseil National de Suivi de l’Accord de la Saint Sylvestre est toujours sujette à controverse.

Le brouillard s’est davantage épaissi autour des élections lorsqu’il a fait état des contraintes politiques, logistiques, financières et sécuritaires qui interdisent le moindre pronostic autour de leur tenue, de même quand il a demandé aux vrais « amis » du Congo d’apporter au pays, le moment venu, leur concours financier, sous réserve du respect strict de sa souveraineté nationale. Pour un président fin mandat et censé expédier les affaires courantes dans l’attente de l’élection de son successeur, la demande de réduction des effectifs de la Monusco, pourtant censée aider le pays à retrouver une paix durable et sécuriser le processus électoral, a paru comme une invitation explicite aux Casques Bleus à se hâter de quitter le territoire congolais.
L’après-Kabila est certes abondamment évoqué dans les chancelleries occidentales et les états-majors politiques de l’Opposition, mais l’intéressé lui-même semble se complaire du flou, ce qui pousse nombre de compatriotes à la soupçonner de demeurer dans la dynamique du «glissement» et accroît l’incertitude du lendemain."



"Herman Cohen : « Kabila se voit glisser très longtemps »"
° https://afrique.lalibre.be/9066/herman-cohen-kabila-se-voit-glisser-tres-longtemps/
"Herman Cohen confirme sa rencontre avec Joseph Kabila: “je suis déçu”, dit-il !"
° http://www.politico.cd/en-off/2017/09/25/herman-cohen-confirme-rencontre-joseph-kabila-suis-decu-dit.html
"Herman Cohen a rencontré Kabila pour parler affaires!"
 Evil or Very Mad  Twisted Evil  Embarassed Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes
° http://www.politico.cd/en-off/2017/09/26/herman-cohen-a-rencontre-kabila-parler-affaires.html


"RDC: les discrètes rencontres de Kabila en marge de l’Assemblée générale de l’ONU
° http://www.rfi.fr/afrique/20170926-rdc-discretes-rencontres-kabila-marge-assemblee-generale-onu
Alors que le président congolais était à New York ce week-end pour s’adresser à l’Assemblée générale de l’ONU, ce sont surtout ses rencontres en marge de cette réunion annuelle qui ont suscité la curiosité des Congolais : tête-à-tête avec le Premier ministre belge Charles Michel, mais aussi la procureure de la Cour pénale internationale Fatou Bensouda ou encore le président de l’UA Alpha Condé et le haut-commissaire aux droits de l’homme de l’ONU, le prince Zeid. En une journée les entretiens bilatéraux ont été nombreux et particulièrement discrets.

Les 75 minutes de tête-à-tête avec le Premier ministre belge Charles Michel est sans aucun doute le rendez-vous qui a le plus intrigué, car une heure et quart de discussion dans cette configuration, un huis clos complet, est extrêmement rare.
C’est même « inédit », estime une source proche du ministère des Affaires étrangères belge. Que se sont dit les deux hommes ? Impossible à savoir sachant qu’aucun conseiller n’a assisté à l’entretien. Mais l’absence du ministre des Affaires étrangères belge Didier Reynders a été relevée. Certains y ont vu la volonté de Kinshasa de le mettre de côté.

Faux, répond le conseiller diplomatique de Joseph Kabila. Barnabé Kikaya Bin Karubi affirme que c’est le Premier ministre belge qui a demandé à rencontrer Joseph Kabila. Lui aussi qui a imaginé ce tête-à-tête sans témoins. Deux jours avant, le ministre des Affaires étrangères belge avait rencontré son homologue congolais. Reste que le message des partenaires de Kinshasa est à priori toujours le même : à savoir définir au plus vite une date pour la présidentielle en RDC.
Autre rendez-vous qui n’est pas passé inaperçu, celui avec la procureure de la Cour pénale internationale Fatou Bensouda qui n'avait pas vu Kabila depuis 2015. Ont été évoqués les procès en cours qui visent des citoyens congolais, mais pas seulement. L’évolution de l’enquête menée par les Congolais sur les massacres dans les provinces du Kasaï et sur l’assassinat des deux experts de l’ONU étaient aussi sur la table. Mais là encore, chaque partie est restée vague sur le contenu des discussions."



"RDC : Menaces et chantage pour une présidentielle en décembre 2019
° https://afrique.lalibre.be/9140/rdc-menaces-et-chantage-pour-une-presidentielle-en-decembre-2019/
Dur, dur le retour de New York pour l’équipe présidentielle RDcongolaise.

« Ils ont compris qu’ils devaient accélérer le mouvement. Donner des dates, fixer des rendez-vous de manière définitive », explique un ancien ministre qui justifie ainsi la sortie d’un calendrier ce mardi à la Une du quotidien « Le Potentiel ». « On fait sortir des infos plus ou moins crédibles pour voir comment les gens réagissent ou pour les mettre tout doucement au courant de ce qui les attend », explique-t-il encore.
Pour un député de la majorité, « il ne faut pas s’inquiéter. Les élections auront lieu. Herman Cohen vous disait hier, et il avait bien raison de le dire, que le processus prendrait du temps. Nous ne sommes pas pressés. Nous voulons tout organiser dans les règles et si, pour cela, il faut aller jusqu’en décembre 2019, le peuple comprendra ».
Une confiance dans la patience du peuple que d’autres n’ont pas. Même du côté du patron du CNSA Joseph Olenghankoy, devenu une pièce maîtresse dans le jeu de l’équipe Kabila.

Les doutes d’Olenghankoy…

Ce mardi en toute fin de journée, Joseph Olenghankoy, inquiet de ce calendrier qui amène en décembre 2019, à exprimer ses doutes. Pour lui, et il ne s’en est pas caché autour de lui, un « glissement de six ou sept mois peut passer »,  reconnaît un de ses contacts réguliers. « Mais pas au-delà du mois de juillet 2018. »

La mise au point du trio

Mais dans le camp présidentiel, surtout au retour d’un voyage new-yorkais lors duquel beaucoup ont ressenti que l’on n’accordait plus vraiment de crédit à leur patron, le doute n’est plus permis.
Le trio Kalev (chef de l’ANR) – Nehémie Mwilanya (dircab de Kabila) – Aubin Minaku (président de la Chambre) s’est donc entretenu avec le bouillant patron du Fonus qui n’en menait pas large à la sortie de cet entretien.
En substance, le trio est venu lui rappeler que le doute n’était pas de mise, que la date de décembre 2019, serait la date du scrutin et que si ça ne lui convenait pas, les autres opposants se bousculent au portillon pour son poste. Laissant entendre que si le MLC et l’UNC avaient été laissés sur la touche lors du choix de la paie Tshibala – Olenghankoy, ils pourraient fort bien être invités prochainement si lui Olenghankoy avait des états d’âme.

« Fatiguer » tout le monde

« Le scénario est écrit », reconnaît l’ancien ministre, joint ce mardi soir à Kinshasa. « Ils vont continuer à diviser l’opposition. Plus le temps passe, plus les opposants sont tentés de céder à l’argent que leur propose Joseph Kabila. La chance de l’opposition, jusqu’ici, c’est que le président est radin », s’amuse-t-il au bout du fil.
Félix Tshisekedi, lui, ne veut pas de ce calendrier « insensé »« Il faut respecter l’Accord de la Saint-Sylvestre. Il n’y a rien d’autre. » Une ligne de conduite qui a été confortée, la semaine dernière, à la 72e Assemblée générale des Nations Unies par le communiqué commun des Nations unies, de l’UA, l’UE, l’OIF et la SADC  qui, tout en félicitant le pouvoir congolais pour sa volonté de respecter la constitution, a appelé à l’application de cet Accord de la Saint-Sylvestre.

« En jouant sur le temps qui passe, les crises qui se succèdent, Kabila espère que les choses vont se tasser et que le peuple va se fatiguer quand il verra les prochains débauchages d’opposants et l’impossibilité des autres opposants de manifester. Ajoutez-y la peur de la répression et les limites de l’influence des autres présidents de la région souvent tout aussi illégitimes que lui, et vous obtiendrez le cocktail sur lequel compte Kabila pour s’éterniser », explique un diplomate qui a passé quelques années à Kinshasa et dans la région.

Le trio Kalev-Néhémie-Minaku aurait d’ailleurs évoqué cette fatigue dans la discussion avec Olenghankoy. Une fatigue et une apathie qui laissent toujours espérer à Kabila qu’il pourra parvenir à modifier la constitution dans les deux années qui lui restent.
L’objectif est donc fixé. Elections en décembre 2019 face à une opposition laminée et avec un candidat qui se réprésente face à un corps électoral taillé sur mesures pour lui par le président de la Ceni."



"Joseph Kabila à New York, quels messages véhiculés par les photos de son séjour?"
° http://www.cheikfitanews.net/2017/09/joseph-kabila-a-new-york-quels-messages-vehicules-par-les-photos-de-son-sejour.html

Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CONGO (L’AFRIQUE) N’A-T-IL VRAIMENT RIEN A ATTENDRE DE CETTE FUMEUSE CI OU MANQUE-T-IL DE RÉALISME ET D'EXPERTISE POUR MIEUX COMPOSER AVEC ELLE A SON PROFIT ?

Message  Admin le 4/10/2017, 5:23 pm

Pour moi, l'ultime test sera le passage de Nikki Haley le 21 octobre. C'est là qu'on saura sur la position finale de cette CI
avatar
Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CONGO (L’AFRIQUE) N’A-T-IL VRAIMENT RIEN A ATTENDRE DE CETTE FUMEUSE CI OU MANQUE-T-IL DE RÉALISME ET D'EXPERTISE POUR MIEUX COMPOSER AVEC ELLE A SON PROFIT ?

Message  ndonzwau le 5/10/2017, 6:35 pm

Admin a écrit:Pour moi, l'ultime test sera le passage de Nikki Haley le 21 octobre. C'est là qu'on saura sur la position finale de cette CI

La mission de Nikki Haley mais aussi cette pression de 5 sénateurs sur Trump pour qu'il sanctionne 'JK'...
Osons espérer que cette fois Usa et européens conjugueront leurs vues pour agir sur le terrain au lieu seulement de condamner verbalement...


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CONGO (L’AFRIQUE) N’A-T-IL VRAIMENT RIEN A ATTENDRE DE CETTE FUMEUSE CI OU MANQUE-T-IL DE RÉALISME ET D'EXPERTISE POUR MIEUX COMPOSER AVEC ELLE A SON PROFIT ?

Message  Cavalier le 5/10/2017, 9:53 pm

ndonzwau a écrit:Quelques rappels historiques, juridiques et administratifs !

On ne peut parler de CI sans se concentrer sur l’Organisation des Nations Unies (ONU) !
L’ONU est née
au lendemain de la Deuxième Guerre en 1945 à San Francisco à l’instigation des puissances occidentales dont d’abord les USA sur les cendres de la Société des Nations (SDN) qui n'avait pas pleinement joué son rôle n'ayant pu empêcher la Seconde Guerre mondiale... Elle était ainsi prévue de devenir une nouvelle plate-forme de dialogue international et censée arrêter les guerres entre pays...

Autrement dit/Ecrit CI(La Communute Intenationale) = ONU(Organisation des Nations Occidentales Unies)


Ses objectifs sont donc
– de maintenir la paix et la sécurité dans le monde ;
- de développer les relations amicales entre les nations ;
- de réaliser la coopération internationale sur tous les sujets où elle peut être utile et en encourageant le respect des droits de l'Homme ;
- d’être un centre où s'harmonisent les efforts des nations dans des objectifs communs...
Tous ces objectifs ne concernent Que Les Nations Puissantes.  Puisque cette unite des pays puissants Euro-Asiatiques c'est pour creer & maintenir le chaos dans certains coins bien cibles D'Afrique.  Cette destabilisation de L'Afrique par L'ONU & LA CI est strategique qui a pour objectif la division des Etats Africains en vue de les approcher  separement.

Juste pour dire que SEULE UNE AFRIQUE REELLEMENT UNIE & SOUDEE COMME UNE UNITE MULTIFORME PEUT FAIRE FACE AUX PREDATEURS ETRANGERS.  UNE AFRIQUE QUI VEUILLE D'ABORD AUX INTERETS COMMUNAUTAIRES DU CONTINENT AFRICAIN EN PREMIER LIEU AU DETRIMENT DES INTERETS PERSONNELS DE CHACUNES DES SES NATIONS.

ON EN EST PAS ENCORE LA certes, mais force est de constater que Le rapport de force entre L'Occident Actuel & L'Afrique d'Aujourd'hui n'est plus du tout le meme.  La Je parle du Point de vue des consciences.  Bien de masque commencent a tombe sur ce plan la.  Le peuple d'Afriqe commence a prendre conscience de la richesse ainsi que de l'immensite de leur continent.  SEULE UNE AFRIQUE MATURE ET MENTALEMENT SOLIDE POURRAIT PRENDRE DES DECISIONS D'ENVERGURE GLOBO-UNIVERSELLES.  L'AVENIR EST AFRICAIN Exclamation


Maintenant la Question qu'il faudrait bien se poser c'est Qui est derriere la civilisation occidentale, la civilisation orientale Question

_________________
L'originalité est un des grands principes du romantisme.

ALPHA DOG

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CONGO (L’AFRIQUE) N’A-T-IL VRAIMENT RIEN A ATTENDRE DE CETTE FUMEUSE CI OU MANQUE-T-IL DE RÉALISME ET D'EXPERTISE POUR MIEUX COMPOSER AVEC ELLE A SON PROFIT ?

Message  Admin le 5/10/2017, 10:02 pm

ndonzwau a écrit:
Admin a écrit:Pour moi, l'ultime test sera le passage de Nikki Haley le 21 octobre. C'est là qu'on saura sur la position finale de cette CI

La mission de Nikki Haley mais aussi cette pression de 5 sénateurs sur Trump pour qu'il sanctionne 'JK'...
Osons espérer que cette fois Usa et européens conjugueront leurs vues pour agir sur le terrain au lieu seulement de condamner verbalement...


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #
Oui espérer on en est réduit à ça malheureusement silent
avatar
Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CONGO (L’AFRIQUE) N’A-T-IL VRAIMENT RIEN A ATTENDRE DE CETTE FUMEUSE CI OU MANQUE-T-IL DE RÉALISME ET D'EXPERTISE POUR MIEUX COMPOSER AVEC ELLE A SON PROFIT ?

Message  Admin le 5/10/2017, 10:03 pm

Cavalier a écrit:
ndonzwau a écrit:Quelques rappels historiques, juridiques et administratifs !

On ne peut parler de CI sans se concentrer sur l’Organisation des Nations Unies (ONU) !
L’ONU est née
au lendemain de la Deuxième Guerre en 1945 à San Francisco à l’instigation des puissances occidentales dont d’abord les USA sur les cendres de la Société des Nations (SDN) qui n'avait pas pleinement joué son rôle n'ayant pu empêcher la Seconde Guerre mondiale... Elle était ainsi prévue de devenir une nouvelle plate-forme de dialogue international et censée arrêter les guerres entre pays...

Autrement dit/Ecrit CI(La Communute Intenationale) = ONU(Organisation des Nations Occidentales Unies)


Ses objectifs sont donc
– de maintenir la paix et la sécurité dans le monde ;
- de développer les relations amicales entre les nations ;
- de réaliser la coopération internationale sur tous les sujets où elle peut être utile et en encourageant le respect des droits de l'Homme ;
- d’être un centre où s'harmonisent les efforts des nations dans des objectifs communs...
Tous ces objectifs ne concernent Que Les Nations Puissantes.  Puisque cette unite des pays puissants Euro-Asiatiques c'est pour creer & maintenir le chaos dans certains coins bien cibles D'Afrique.  Cette destabilisation de L'Afrique par L'ONU & LA CI est strategique qui a pour objectif la division des Etats Africains en vue de les approcher  separement.

Juste pour dire que SEULE UNE AFRIQUE REELLEMENT UNIE & SOUDEE COMME UNE UNITE MULTIFORME PEUT FAIRE FACE AUX PREDATEURS ETRANGERS.  UNE AFRIQUE QUI VEUILLE D'ABORD AUX INTERETS COMMUNAUTAIRES DU CONTINENT AFRICAIN EN PREMIER LIEU AU DETRIMENT DES INTERETS PERSONNELS DE CHACUNES DES SES NATIONS.

ON EN EST PAS ENCORE LA certes, mais force est de constater que Le rapport de force entre L'Occident Actuel & L'Afrique d'Aujourd'hui n'est plus du tout le meme.  La Je parle du Point de vue des consciences.  Bien de masque commencent a tombe sur ce plan la.  Le peuple d'Afriqe commence a prendre conscience de la richesse ainsi que de l'immensite de leur continent.  SEULE UNE AFRIQUE MATURE ET MENTALEMENT SOLIDE POURRAIT PRENDRE DES DECISIONS D'ENVERGURE GLOBO-UNIVERSELLES.  L'AVENIR EST AFRICAIN Exclamation


Maintenant la Question qu'il faudrait bien se poser c'est Qui est derriere la civilisation occidentale, la civilisation orientale Question
Hélas difficile de te contredire mon frère. Les faites parlent d'eux-memes
avatar
Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CONGO (L’AFRIQUE) N’A-T-IL VRAIMENT RIEN A ATTENDRE DE CETTE FUMEUSE CI OU MANQUE-T-IL DE RÉALISME ET D'EXPERTISE POUR MIEUX COMPOSER AVEC ELLE A SON PROFIT ?

Message  ndonzwau le 6/10/2017, 3:45 pm

La CI oui la CI, nous continuons à la dénoncer légitimement car son "ingérence" dans nos pays n'a pas toujours été à notre bénéfice; n'empêche qu'ici comme ailleurs nous y accourons, la réclamons, l'interpellons même : que fait-elle face par exemple à l'entreprise d'un 'JK' et son régime ?

# Nikki Haley porte quelques uns de nos espoirs du règlement de notre crise;
les 5 sénateurs américains qui font pression sur laur administration zfin que celle-ci sanctionne l'autocratie en place chez nous sont les bienvenus;
les prélats de la Cenco ont trouvé nécessesaire une mission en Europe pour y faire entendre la volonté du peuple à 'raisonner' 'JK';
Enough Project ou d'autres organisations internationales proposent des voies de sorties de notre crise, etc, etc....
Bref autant de signes et d'autres que malgré tout cette CI peut représenter aussi une 'alliée objective' !

En face, le credo de certains nationalistes africains radicaux proclame un anti-impérialisme exclusif, ne trouvant jamais rien de positif dans notre cohabitation avec les puissances occidentales et au Congo ils renvoient indistinctement dans la case 'collabo' Cenco, opposants à 'JK' installés dans les institutions qui selon eux soit se soumettent purement et simplement à la doctrine exploiteuse de la Ci soit ceux-ci ne poursuivent que leurs intérêts individuels ou corporatistes en lieu et place de combattre réellement les pouvoirs 'vendus'...
Quand d'autres n'hésitent pas à mettre tout ce beau monde, politiques et société civile, y compris chez -nous le pouvoir de 'JK' dans le même panier des soumis à la CI; pour ces derniers le pays vit sous une occupation effective d'où il ne peut sortir qu'en faisant table rase de tout le dispositif qui existe aujourd'hui sans pour autant qu'ils ne nous apprêtent ni une force militaire ni une mobilisation populaire décisive ni une offensive culturelle de conscientisation pour ce faire...

On peut se gargariser avec force aboiements féroces et gesticulations non moins impressionnantes, il restera que la vérité et l'efficacité des stratégies se situent entre ses deux attitudes, nos échecs depuis le temps ne resteraient pas toujours effectifs sinon...

# Au décours d'une récente lecture, je me suis rappelé une évidence, la clé de la réussite des nations se situe bien souvent ailleurs que l"on veut la chercher, la voir !
En effet si vous demandiez dans la rue (en Afrique comme d'ailleurs en Occident), quel est le pays le plus riche du monde, 7 personnes sinon plus sur 10 vous répondront : les Usa ou la Chine...
Mauvaise réponse : 'proportionnellement'  et selon les 'indicateurs économiques et humains', c'est la Norvège, un relativement petit pays scandinave avec 5 Millions d'habitants qui est le pays le "plus riche du monde"...
Pourquoi, simplement parce qu'il est le mieux géré 'économiquement, socialement, humainement : ses substantielles réserves de pétrole et de gaz, son agriculture, sa société sont gérées de façon disciplinée, prudente et humaine pour en faire proportionnellement et effectivement le pays le plus riche du monde...

# Et savez-vous quel est en 'proportions et effectivement' le pays le plus riche d'Afrique ?
Un pays désertique de quelques 2 Millions d'habitants, quasi inconnu de nous tous, le Botswana !
Pourquoi là encore ? Parce qu'il est le mieux géré : ses richesses notamment son diamant dont il est le premier producteur mondial sont gérées en sorte qu'en quelques décennies d'indépendance, ses citoyens sont les mieux servis d'Afrique !


Conclusion : je tentais de démontrer que nous oublions trop souvent par idéologie ou ignorance, CI ou pas, l'Afrique possède les richesses matérielles et humaines nécessaires à son 'développement, il ne lui manque que les bons dirigeants pour y arriver, il lui manque des capacités et pratiques d'une meilleure gestion qu'on trouve chez des personnes responsables, lucides et déterminées dont notre continent semble aujourd'hui démunies...

Mutatis mutandis encore d'abord ici affaire d'hommes, les Africains qui n'ont pas suffisamment intégré que quels que soient leurs adversaires en face c'est d'abord à eux de construire leurs pays... Que certains comme notre ami Cavalier ou Admin veulent bien privilégier un complot de la CI, Onu, Occident qui auraient planifié de déstabiliser l'Afrique, il restera que le dernier mot nous revient, devrait nous revenir, c'est d'abord donc aux Africains d'assumer leurs échecs comme dans tout combat et d'en tirer les conséquences...

Voici notre vrai défi, le seul chantier qui puisse nous être utile : affronter les yeux ouverts les différents défis d'où qu'ils viennent pour construire solidement notre 'Maison' !  

Nos dirigeants qui reflètent quelque part nos sociétés ne se sont pas hissés au niveau des gestionnaires qui élèvent durablement nos niveaux de vie malgré les potentialités matérielles et les hommes dont regorge notre continent, cela est une évidence ! Se limiter à lâchement leur jeter seuls la pierre est puéril et stérile, que faisons-nous de mieux et de concret que notre voisin, que crier pour construire notre Afrique ?

A bon entendeur..............


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #


Dernière édition par ndonzwau le 10/10/2017, 7:09 pm, édité 2 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CONGO (L’AFRIQUE) N’A-T-IL VRAIMENT RIEN A ATTENDRE DE CETTE FUMEUSE CI OU MANQUE-T-IL DE RÉALISME ET D'EXPERTISE POUR MIEUX COMPOSER AVEC ELLE A SON PROFIT ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum