‘JK’ MAÎTRE DES HORLOGES, CAD DU TEMPS ET DE SON CONTENU, POUR CADENASSER LES PROCHAINS SCRUTINS ! Y’A-T-IL QUELQU’UN, UNE FORCE DANS CE PAYS POUR L’EN DÉPOSSÉDER ET COMMENT ?

Aller en bas

‘JK’ MAÎTRE DES HORLOGES, CAD DU TEMPS ET DE SON CONTENU, POUR CADENASSER LES PROCHAINS SCRUTINS ! Y’A-T-IL QUELQU’UN, UNE FORCE DANS CE PAYS POUR L’EN DÉPOSSÉDER ET COMMENT ?

Message  ndonzwau le 10/4/2018, 6:27 pm

‘JK’ MAÎTRE DES HORLOGES, CAD DU TEMPS ET DE SON CONTENU, POUR CADENASSER LES PROCHAINS SCRUTINS ! Y’A-T-IL QUELQU’UN, UNE FORCE DANS CE PAYS POUR L’EN DÉPOSSÉDER ET COMMENT ?

Partout et depuis la nuit des temps, les dirigeants politiques en force au pouvoir projettent de décider du calendrier de la gouvernance de leurs pays. Les « horloges » nous les connaissons tous aujourd’hui sont ces outils qui « mesurent et nous affichent le temps » et sont vaillamment représentées en gestion publique par « les lois et les institutions » que selon la nature du système en place, démocratique ou arbitraire, ces dirigeants ‘manipulent’ moins ou beaucoup plus ; comme les horloges qu’il faut parfois  « savoir arrêter, nettoyer, huiler et mettre à l'heure juste »…

Voilà pour l’allégorie mais disais-je, le pouvoir use des ‘lois et institutions démocratiques ou au contraire en dehors d’elles’, c’est cette dernière face hélas qu’a choisi ‘JK’, même le plus élémentaire observateur l’aura vu : encore davantage ces derniers temps, il est clair que ’JK’ a fait du Congo ce « pays où le temps peut s’étirer, s’accélérer ou s’arrêter au gré des ‘tactiques’ politiciennes »…

En effet depuis quelques années et particulièrement à partir des élections de 2011 ‘JK’ utilise l’ensemble des moyens dont il dispose à « garder sa place », l’essentiel de son temps et de son activité a été désormais consacré à ce seul objectif : « rester »… Comment d’autre dans une Constitution qui limite le nombre des mandats présidentiels successifs à deux que lui a déjà consommés sinon en faisant appel à des subterfuges politiques et juridiques encore bien peu orthodoxes ? Là depuis près de trois ans, il s’ingénie à jouer la montre et jongle à l’envi avec les dates pour retarder tant qu'il peut l'occasion des changements, les élections…

Aujourd’hui après avoir ainsi retardé exprès la présidentielle, ‘JK’ pourrait bien prendre la classe politique de court en organisant contre toute attente le scrutin prévu en décembre 2018, dressé alors pour qu’il tourne en sa faveur…. Fini le sempiternel ‘glissement’ et ses effets d’annonce pour exécuter enfin l’opération qui clôture cette indécise séquence d’attente de 'fin de règne(!)', instruit par le ronronnement ambiant d’une opposition stérile, d’une CI indifférente et hypocrite…

Pour y arriver, le régime a fait appel à des dispositifs d’apparence constitutionnels mais en fait d’autorité, unilatéraux et inéquitables :
- « une nouvelle loi électorale » passée en force et taillée sur mesure pour faire le ménage au sein des partis politiques et contrôler le scrutin : après la présidentielle passée la dernière fois à un tour, elle limite cette fois les candidatures et fait du PPRD le parti dominant de la majorité dans les assemblées via une « caution dissuasive » non remboursable, doublée pour des candidats présidentiels et quadruplée pour les députés et via un « seuil de représentativité » autant dissuasif pour les partis politiques d’obtenir des sièges à l’AN ;
- « un fichier électoral suspect », volontiers tripatouillé : après nettoyage de celui issu d’un enrôlement dont certains chiffres se sont avérés impossibles, la CENI a radié 6 Millions d’électeurs, dont 5 Millions de doublons et 900.000 mineurs mais rien ne dit que malgré cette opération l’actuel soit plus crédible que l’ancien ; à noter que le recensement des électeurs permet de « répartir les sièges » dans les chambres ;

- des « machines à voter » controversées : non seulement les ‘économies’ convoquées risquent de ne pas être au rdv (elles vont coûter 150 Millions de £) mais aussi et surtout ces bibelots bien chers sont soupçonnés d’être ‘manipulables au profit du pouvoir’, la Ceni qui nous les offre n’a pas fini de nous dévoiler son inféodation à celui-ci ; sans oublier leur possible fiasco vu les conditions techniques quasi impossibles à offrir équitablement et continuellement sur le vaste pays… La CI y compris la Corée fournisseuse des machines et l’opposition ne cessent de porter le cri d’alarme mais ne sont pas écoutées… ;
- des « moyens financiers limités et instrumentalisés » : le gouvernement de ‘JK’ entend financer lui-même ces élections alors qu’elles coûteraient le quart du budget national, quel exploit aujourd’hui inimaginable sans une aide internationale ? Le régime ne voudrait celle-ci que « sans condition », on l’aura compris, pour se permettre d’aller en dehors des normes électorales sans subir les ordres des ‘donateurs’ : la voie vers d’autres stratagèmes, nouveau retardement des élections, changement de Constitution entre-temps, découplage et changement de calendrier de la présidentielle des autres scrutins… Jusqu’où ?... ;

- « absence d’une résistance valable du côté de l’opposition » d’un côté divisée et de l’autre affaiblie par le pouvoir qui continue de lui infliger 'répressions' et autres 'acharnements judiciaires (voire cas de Katumbi et d'autres)…et en même temps « le régime continue à se surarmer, à réclamer une souveraineté tatillonne jusqu’à refuser l’aide ‘humanitaire’ internationale »…

En définitive comme l’écrit C Rigaud ‘Afrikarabia’ dans son excellente analyse ci-dessous qui nous a servi de fil, « Le feuilleton de la succession de Joseph Kabila est donc loin d’être terminé ». Une fois de plus, ce dernier déploie toutes les intelligences et tous les outils pour en garder la maîtrise ou plus exactement pour que sa succession ne lui échappe point, avec lui-même ou avec un dauphin, il en bouleverse la temporalité et le contenu à sa guise sévissant quand on ne s’y attend pas, ce qui est annoncé n’arrive pas et ce qui arrive n'était pas attendu : voilà le prochain rdv avec un scrutin qu'on attendait plus mais aujourd'hui tout goupillé à son profit...

Le problème est que l’avenir incertain qu'augure ainsi le pays, la contestation forcément des résultats du processus électoral ne semblent nullement inquiéter ‘JK’ et tout son régime; pourvu qu'ils restent en place, se disent-ils ?
Question : poursuivraient-ils à ce point cette option clairement nuisible au pays s'ils n'étaient soutenus par des voisins encore en forme (rwandais et ougandais...) et leurs parrains  (Usa, Canada,RU, Israël.... ), qu'est-ce qui justifie qu'ils se soient engagés à miner ouvertement un processus déjà mal en point avec ses retards, notre équation ne s'éclaire pas mieux en y voyant tous les ingrédients d'une « occupation » qui double une dictature déjà bien visible ?

Face à cette ’extermination' progressive de notre Etat et de notre peuple nous serions des sous-homes si nous ne devons continuer à briller qu'avec « notre passivité et notre  impuissance » suicidaires actuelles, il nous faut agir, donner enfin une réponse à l’habituelle crise de légitimité de nos pouvoirs successifs qui caractérise ce pays depuis un demi-siècle de souveraineté !  

De quelles ressources alors disposent l’opposition politique et sociale mais aussi la population en général pour faire face à cet engrenage arbitraire et mortifère du régime ; une autre catastrophe étant de nouveau en vue si la violence s'emparait de tous ?
Ou en terme aussi policiers que les adversaires du peuple, quels artifices pouvons-nous manier à notre tour pour les déposséder de la 'maîtrise des horloges' et les obliger ainsi à abandonner le pouvoir comme l'exigent la loi et la volonté populaire, en finir enfin à notre avantage avec l'incertitude qui était jusque-là la règle ?

Nous le répéterons encore et encore : il y'a nécessité d'une prise en compte de la juste frustration populaire par une mobilisation décisive de tous sinon d'une large majorité ! Cela n'est possible que si ce mouvement est conduit par un leadership uni et bien convaincu de faire face à l'autocratie en place...
Encore et toujours l'unité de principe et d'action de l'opposition à 'JK' et sa mise en ordre de bataille dès maintenant sinon c'en sera fini pour longtemps avec une souveraineté utile même si on ne peut masquer indéfiniment les failles de gestion du régime et les sanctions incontournables à venir contre ces coupables...

Puisse en être ainsi : il n'est pas impossible que tôt ou tard les vrais patriotes réparent et remettent à leur tour les pendules à la bonne heure ! Osons l'espérer !


"Electons en RDC : comment Kabla cadenasse le scrutin"
° http://afrikarabia.com/wordpress/elections-en-rdc-comment-kabila-cadenasse-le-scrutin/
Et si les élections de décembre 2018 avaient bien lieu ? Après avoir retardé par deux fois la présidentielle, Joseph Kabila  pourrait bien prendre la classe politique de court en organisant un scrutin qui tournerait en sa faveur.

Pour s’assurer une maîtrise du pouvoir avec ou sans lui, Joseph Kabila a tout d’abord décidé de faire place nette dans un paysage politique congolais un peu trop encombré (plus de 600 partis sont enregistré en RD Congo). Objectif : limiter les candidatures à la présidentielle et faire du PPRD le parti dominant de la majorité dans les assemblées. Avec la publication d’une nouvelle loi électorale, en décembre 2017, le chef de l’Etat s’est donc taillé un texte sur mesure pour contrôler le scrutin… et faire le ménage. Afin d’éviter une multitude de candidatures dans une présidentielle à seul tour, la nouvelle loi a multiplié par deux les frais (non remboursables) pour se présenter à la magistrature suprême (soit 100.000 dollars) et par quatre pour les candidats au poste de député national. Une mesure qui devrait calmer les ardeurs de certains « petits » candidats.

La nouvelle loi a également instauré des « seuils de représentativité » pour que les partis politiques puissent obtenir des sièges à l’Assemblée nationale. L’objectif est là encore de limiter le nombre des partis à la chambre, mais il aura aussi pour effet de les obliger à se regrouper en coalition… ou à disparaître. Une aubaine pour le parti présidentiel, le PPRD, qui devrait ainsi être en mesure « d’absorber » certains de ses alliés de la majorité. Avec ce nouveau texte, Joseph Kabila tente de prendre majorité et opposition de court afin de bipolariser la vie politique congolaise.

Un fichier électoral qui laisse encore à désirer

Pour contrôler les prochains scrutins et les faire tourner à son avantage, Joseph Kabila pourrait être tenté de jouer la carte du fichier électoral. Un « tripatouillage » qui lui avait déjà permis de se faire réélire dans des conditions douteuses, créant ainsi une crise de légitimité à l’origine des tensions actuelles. A la suite des élections chaotiques de 2011, le fichier des électeurs avait été mis en cause dans les nombreuses fraudes relevées au cours du scrutin. En dehors des bourrages d’urnes, de la falsification de procès verbaux, de bulletins manquants dans plusieurs bureaux de vote, ou de la circulation des bulletins déjà cochés en faveur de Joseph Kabila, le fichier des électeurs devait être revu de fond en comble. C’est désormais chose faite depuis quelques semaines.
Mais les opérations d’enrôlement menées par la Commission électorale (CENI) en 2017 ont rapidement éveillé les soupçons de l’opposition. Plusieurs provinces affichaient des taux d’inscription sur les listes électorale supérieurs à 50%, alors que la norme tourne plutôt autour de 40% selon les experts internationaux. La CENI avait même réussi l’exploit d’enrôler 94% de la population de la province du Sankuru.

Quelques mois plus tard, et après nettoyage du fichier, la CENI a finalement radié 6 millions d’électeurs, dont 5 millions de doublons et 900.000 mineurs ! Un chiffre anormalement élevé qui fait dire à l’opposition qu’au vue du nombre de faux électeurs, un audit indépendant devrait être rapidement diligenté. Rien ne dit en effet que l’actuel fichier électoral soit plus crédible que l’ancien, tonne-t-on dans l’opposition. L’Eglise catholique avait d’ailleurs fait part de nombreuses irrégularités au moment de l’enregistrement des électeurs. Au-delà de possibles « tripatouillages », le recensement des électeurs permet également de répartir les sièges dans les chambres, Assemblée nationale et Sénat. Un enjeu capital pour Joseph Kabila, qui compte bien continuer à contrôler les deux assemblées, voire à présider le Sénat s’il décide de passer la main.

Des machines à voter controversées

Mais la plus forte inquiétude en matière de fraude vient de l’introduction des machines à voter, il y a quelques mois. Officiellement, l’objectif serait de faire des économies en imprimant directement dans les bureaux de vote les bulletins et d’éviter leur longueur excessive avec des listes de candidats interminables (présidentielle, législative et provinciale étant couplées). Côté économies, les machines à voter seraient en fait une bien mauvaise affaire pour l’opposition qui annonce la somme de 150 millions de dollars. Pour le reste, la communauté internationale et les experts internationaux sont unanimes pour redouter des nombreuses fraudes possibles.
Aucun test n’a été réalisé grandeur nature sur ces machines et la confidentialité du vote laisse à désirer dans un pays au fort taux d’analphabétisme. L’Eglise catholique a demandé une certification nationale et internationale des machines. Mais déjà les essais réalisés en grande pompe devant des membres de l’opposition au parlement se sont révélés un fiasco. Pire, la Corée du Sud qui fabrique cette machine dit redouter « les fraudes et les retards que l’usage de la machine à voter pourrait occasionner. » Et avec 9% de taux d’électrification du pays, on imagine enfin les nombreux bugs qui pourraient se produire aux quatre coins du pays.

Des moyens financiers limités

Enfin, dernier levier entre les mains de Joseph Kabila pour le contrôle du scrutin : les finances. Si la CENI a visiblement eu les moyens de réaliser l’enrôlement des électeurs (sans qu’aucun chiffre ne soit avancé), on peut avoir des doutes quant au reste de l’organisation des élections. Les 432 millions de dollars prévus pour le scrutin de 2018 représente 10% du budget de l’Etat ! Si Kinshasa affiche sa volonté de financer elle-même les élections générales de 2018, une aide internationale n’est pas exclue, mais elle serait « sans condition » pour les autorités congolaises.
Dans ce contexte, Joseph Kabila dispose de toutes les manettes pour garder l’initiative dans un scrutin qu’il n’imagine pas tourner en sa défaveur : calendrier électoral encore extensible, calibrage de l’espace politique des différents partis… sans parler des possibilités de fraudes. Toutes ces manoeuvres sont à considérées dans la mesure ou Joseph Kabila décide de céder son fauteuil et de désigner un dauphin. Mais pour l’instant, nous en sommes encore loin.

Les contraintes financières ou logistiques pourraient encore retarder une troisième fois le scrutin. Et en négociant avec une partie de l’opposition, qui accepterait une nouvelle transition, Joseph Kabila pourrait de nouveau entrevoir l’idée de modifier la Constitution afin de se succéder à la présidence. Dernier tour de passe-passe : Joseph Kabila pourrait enfin être tenté de « découpler » la présidentielle, les législatives et les provinciales, en donnant la priorité aux scrutins locaux remisant la présidentielle plus tard. Avec une Assemblée nationale et un Sénat acquis à sa cause, il serait alors en mesure de changer les règles : en s’autorisant un troisième mandat ou en choisissant l’élection du président au scrutin indirect. Le feuilleton de la succession de Joseph Kabila est donc loin d’être terminé."



"RDC : Joseph Kabila, le maître du temps"
° http://www.liberation.fr/planete/2016/09/20/rdc-joseph-kabila-le-maitre-du-temps_1504341

"Le Congo à la recherche du temps perdu"
° http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/07/10/le-congo-a-la-recherche-du-temps-perdu_5158585_3212.html

"Joseph Kabila continue à suréquiper militairement son régime en vue des échéances politiques à venir – JJ Wondo"
° http://desc-wondo.org/fr/joseph-kabila-continue-a-surequiper-militairement-son-regime-en-vue-des-echeances-politiques-a-venir-jj-wondo/
° http://desc-wondo.org/fr/23641-2/

"RDC : La lettre de Sindika Dokolo à Antonio Guterres"
° https://afrique.lalibre.be/17620/rdc-la-lettre-de-sindika-dokolo-a-antonio-guterres/
° https://afrique.lalibre.be/app/uploads/2018/04/Courrier-Sindika-Dokolo.pdf
° https://actualite.cd/2018/04/10/conference-de-geneve-sindika-dokolo-qualifie-dabsurde-et-cruelle-la-position-de-kinshasa/
° https://afrique.lalibre.be/17605/rdc-monseigneur-monsengwo-pas-daccord-avec-le-gouvernement/


"La CENI affirme avoir radié 5 381 763 doublons et 902 290 mineurs"
° https://actualite.cd/2018/04/06/la-ceni-affirme-avoir-radie-5-381-763-doublons-et-902-290-mineurs/
° http://www.africanewsrdc.com/fichier-electoral-mis-a-jour-6-millions-de-doublons-de-mineurs-detectes/
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2018/04/05/6-millions-de-doublons-signales-fichier-electoral-sankuru-tshuapa-tete.html
"CENI: Une vaste campagne de gonflement du fichier électoral démontée"
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2018/04/06/ceni-vaste-campagne-de-gonflement-fichier-electoral-demontee.html
"Dessous du fichier électoral. RDC : la CENI dévoile les chiffres aujourd’hui !"
° https://laprosperiteonline.net/2018/04/05/dessous-du-fichier-electoral-rdc-la-ceni-devoile-les-chiffres-aujourdhui/


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: ‘JK’ MAÎTRE DES HORLOGES, CAD DU TEMPS ET DE SON CONTENU, POUR CADENASSER LES PROCHAINS SCRUTINS ! Y’A-T-IL QUELQU’UN, UNE FORCE DANS CE PAYS POUR L’EN DÉPOSSÉDER ET COMMENT ?

Message  ndonzwau le 11/4/2018, 1:38 am

PS

"Quand l’ONU félicite Kinshasa pour des « progrès considérables »"
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2018/04/06/ceni-vaste-campagne-de-gonflement-fichier-electoral-demontee.html

"RDC: Le gouvernement satisfait du renforcement du mandat de la Brigade d’intervention de la MONUSCO"
° https://actualite.cd/2018/04/05/rdc-le-gouvernement-satisfait-du-renforcement-du-mandat-de-la-brigade-dintervention-de-la-monusco/
"Le courage des militaires contraste parfois avec la légèreté des politiques"
° http://blog.lesoir.be/colette-braeckman/2018/04/02/le-courage-des-militaires-contraste-parfois-avec-la-legerete-des-politiques/

"Le HCR demande à la RDC de participer à la conférence humanitaire de Genève"
° https://www.radiookapi.net/2018/04/05/actualite/politique/le-hcr-demande-la-rdc-de-participer-la-conference-humanitaire-de
° http://www.forumdesas.org/spip.php?article15239
° http://www.mediacongo.net/article-actualite-37103.html

"Aide humanitaire : l’ONU retire la RDC de la liste noire - Le Phare"
° https://www.radiookapi.net/2018/04/06/actualite/revue-de-presse/le-phare-aide-humanitaire-lonu-retire-la-rdc-de-la-liste-noire
° http://groupelavenir.org/controverse-entre-la-rdc-et-la-communaute-humanitaire-lonu-capitule/
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2018/04/05/conference-humanitaire-de-geneve-lonu-sexcuse-aupres-de-rdc.html

"Face à la communauté internationale, Kinshasa opte pour un discours souverainiste"
° http://lepotentielonline.com/
° http://www.politico.cd/grand-angle/2018/04/04/conference-humanitaire-de-geneve-kinshasa-colere.htm
° http://www.jeuneafrique.com/depeches/547408/politique/rdc-230-000-ou-4-millions-de-deplaces/
"Forum humanitaire de Genève: Kinshasa se radicalise dangereusement"
° http://lepotentielonline.com/
° https://www.radiookapi.net/2018/04/03/actualite/politique/la-rdc-ne-participera-pas-la-conference-humanitaire-de-geneve-tranche
° http://www.rfi.fr/afrique/20180404-rdc-conference-donateurs-leonard-she-okitundu-geneve
° https://actualite.cd/2018/04/03/crise-humanitaire-kinshasa-saisit-antonio-guterres-pour-denoncer-limage-de-catastrophe-attribuee-a-la-rdc/
° https://actualite.cd/2018/04/03/she-okitundu-aucun-role-directif-na-ete-donne-a-la-monusco-ni-dans-le-cadre-de-laccord-ni-dans-le-processus-electoral/
° http://www.rfi.fr/afrique/20180405-rdc-gouvernement-onu-conference-humanitaire-tensions

"Conférence de Genève : le refus de participation de la RDC ne tient pas compte des réalités de terrain, selon l’ASADHO"
° https://www.radiookapi.net/2018/04/04/actualite/politique/conference-de-geneve-le-refus-de-participation-de-la-rdc-ne-tient-pas
° https://actualite.cd/2018/04/03/conference-de-geneve-acaj-qualifie-refus-de-kinshasa-dun-crime-contre-lhumanite/


"Chère Monusco, il est temps de partir !"
° http://www.politico.cd/grand-angle/sopolitico/2018/04/04/chere-monusco-temps-de-partir.htm
° http://www.jeuneafrique.com/548122/politique/rdc-kinshasa-appelle-au-retrait-definitif-de-la-monusco-en-2020/
° http://www.jeuneafrique.com/mag/547415/politique/rdc-coree-du-sud-seoul-dezingue-les-machines-a-voter-de-miru-systems/
° https://actualite.cd/2018/04/04/rdc-kinshasa-accorde-deux-ans-a-la-monusco-pour-se-retirer-definitivement/
"En appelant au départ de la MONUSCO en 2020 : Kinshasa défie le Conseil de Sécurité !"
° http://www.latempete.info/28601-2/
"La Monusco quittera-t-elle la RDC d’ici 2020 comme le souhaitent les autorités?"
° http://www.rfi.fr/afrique/20180405-monusco-quittera-elle-rdc-ici-2020-comme-le-souhaitent-autorites


"ENIÈME MATIÈRE À POLÉMIQUE"
° http://www.forumdesas.org/spip.php?article15223
"Machine à voter : la Céni poursuit son chemin de calvaire"
° http://lepotentielonline.com/
"Douche froide pour la Céni-Machine à voter : Séoul décline toute responsabilité"
° http://lepotentielonline.com/
"La désillusion !"
° http://lepotentielonline.com/
"Processus électoral : la sensibilisation à la machine à voter débute ce lundi"
° http://lepotentielonline.com/
"VIVE CONTROVERSE AUTOUR DE LA MACHINE A VOTER
UN DÉBAT QUI CACHE UN VRAI DÉBAT ?"

° http://www.forumdesas.org/spip.php?article15224
Machine à voter : la mise en garde des Sud-Coréens"
° http://www.lephareonline.net/machine-a-voter-mise-garde-sud-coreens/
° http://www.rfi.fr/afrique/20180403-rdc-machines-voter-coree-sud


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: ‘JK’ MAÎTRE DES HORLOGES, CAD DU TEMPS ET DE SON CONTENU, POUR CADENASSER LES PROCHAINS SCRUTINS ! Y’A-T-IL QUELQU’UN, UNE FORCE DANS CE PAYS POUR L’EN DÉPOSSÉDER ET COMMENT ?

Message  ndonzwau le 11/4/2018, 9:13 pm

En fait le problème posé par un ‘JK’ davantage ‘maître des horloges’ est double :
- Il y’a d’abord l’acte càd « son passage en force » de plus en plus rusé mais total à l’aide des dispositifs que je venais d’énumérer avec en passant plus de débauchages intelligents minant davantage l’opposition et fragilisant à jamais le nécessaire équilibre entre les deux camps et donc la fin de l’espoir d’un accomplissement de l’Accord tel qu’il était pas mal élaboré à la St Sylvestre 2016….
- Ensuite il y’a la ‘charge dangereuse’ que celui-ci transporte avec lui : « la violence multiforme inévitable » née de la frustration générale sinon du refus de beaucoup d’accepter qu’encore une fois nous puissions faire face à des élections volées, fraudées par le pouvoir…

L'essentiel est que toute cette tuile exige une réponse, une contre-offensive intelligente, déterminée et audacieuse dès maintenant qui commence par une réelle « union sacrée » de la part des opposants face à ce nouveau ‘génocide’ contre le pays, une unité de cause et d'action de toutes nos provinces, de tous les partis (Ensemble, Udps, UNC, Mlc , CNB, Ecide…) et leaders (Katumbi, Tshilombo, Kamerhe, Bazaïba, Matungulu, Fayulu…) sans le moindre état d’âme...
Que nous faut-il encore faire pour nous mettre en ordre de bataille ?


"INVITÉ AFRIQUE SOIR
RDC: «Le CLC appelle à l'assainissement de l'environnement pré-électoral»

° http://www.rfi.fr/emission/20180409-jonas-tshiombela-comite-laic-coordination-clc-recommandation-enquete-manifestation
Un mois après leur publication, les recommandations de la commission d'enquête, qui réunissait des représentants de l'Etat et de la société civile, sur les dernières grandes manifestations du 31 décembre et du 21 janvier à Kinshasa, peinent à être mises en œuvre et le Comité laïc de coordination (CLC) s’en inquiète. L'organisateur des dernières marches de contestation constate un fossé entre les annonces, comme la levée de l'interdiction des marches ou encore la libération des manifestants détenus, et la réalité. Interview de Jonas Tshiombela, porte-parole du Comité laïc de coordination.
« Le CLC a donné jusqu'au 30 avril aux autorités pour prendre ces mesures, sinon il promet d'organiser de nouvelles marches. »"



"3 semaines avant la fin de son ultimatum, le CLC rappelle les parties à la crise à « assainir l’environnement préélectoral »
° http://cas-info.ca/3-semaines-avant-la-fin-de-son-ultimatum-le-clc-rappelle-les-parties-a-la-crise-a-assainir-lenvironnement-preelectoral/
Le Comité laïc de Coordination va-t-il reprendre le chemin de la rue ? C’est en tout cas ce que laisse entendre l’association pro-catholique. Dans un communiqué publié dimanche, le CLC rappelle toutes les parties prenantes au processus électoral à assainir le climat politique avant le 30 avril 2018.

Au-delà de cette échéance, le CLC avait promis de reprendre ses manifestations, « au cas où les acteurs politiques n’arrivaient pas à s’attendre ».
Par ailleurs, le CLC réitère son interpellation à toutes les parties prenantes à s’« organiser pour aboutir avant le 30 avril 2018 à l’assainissement de l’environnement préélectoral pour garantir l’égalité des chances à tous les candidats potentiels dans les compétitions électorales à venir. Il y a de l’intérêt pour tous », indique le texte.
Dans une correspondance adressée au Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, le CLC avait annoncé la suspension de ses marches de protestation jusqu’au 30 avril, « afin de permettre aux parties prenantes du processus électoral de trouver un terrain d’attente »."



"Martin Fayulu: « on ne peut pas accepter des élections non transparentes, il faut être sérieux! »
° http://www.politico.cd/actualite/2018/04/10/martin-fayulu-on-ne-accepter-elections-non-transparentes-faut-etre-serieux.html
Le député Martin Fayulu affirme que l'actuel processus électoral en République démocratique du Congo n'est pas crédible, appelant une fois de plus à une transition sans le président Joseph Kabila et les dirigeants de la commission électorale. 
 
Martin Fayulu: « on ne peut pas accepter des élections non transparentes, il faut être sérieux! »
Ce cadre de l’opposition accuse la Commission électorale nationale indépendante (CENI) de préparer une tricherie aux élections prevue le 23 décembre prochaine. « La fraude première en élection c’est d’abord le découpage, et le numéro deux de la chose c’est le fichier électoral. Le fichier-là n’est pas fiable. On ne peut pas aujourd’hui aller aux élections avec un fichier non viable« , dit-il dans une intervention mardi au média allemande Deutsche Welle.
Pour lui, la machine à voter constitue également une preuve de la volonté du camp du président Kabila à tricher aux prochaines élections. « Vous parlez de la machine à voter, nous avons appris que la Corrée du sud a interdit à la société qui fabrique les machines de les exporter. »

« Monsieur Kabila vous fait croire qu’il veut aller aux élections, mais il crée des conditions difficiles, des conditions de chaos pour qu’il y a pas élections « , ajoute-t-il.
Comme solution, Martin Fayulu réitère la proposition de l’opposition à organiser des élections qu’après le départ du président Kabikla. « Nous, nous sommes en train de préparer les vraies élections. Avant ces élections, il faut un gouvernement de transition sans Kabila pour que finalement ce gouvernement puisse nous produire des élections crédibles, transparentes et apaisées. C’est toute à faire réaliste si les gens le veulent » explique-t-il."


"Des experts internationaux vont auditer le fichier électoral et certifier la machine à voter"
Crying or Very sad  Evil or Very Mad  Embarassed  Twisted Evil  Twisted Evil  Twisted Evil  Twisted Evil  Twisted Evil  Twisted Evil  Twisted Evil  Twisted Evil  Twisted Evil  Twisted Evil
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2018/04/10/experts-internationaux-auditer-fichier-electoral-certifier-machine-a-voter.html
"Machine à voter : La Commission électorale coréenne a officiellement exprimé ses inquiétudes"
° https://actualite.cd/2018/04/10/machine-a-voter-la-commission-electorale-coreenne-a-officiellement-exprime-ses-inquietudes/
° http://www.jeuneafrique.com/550298/politique/rdc-la-commission-electorale-sud-coreenne-desapprouve-lutilisation-des-machines-a-voter/

"Le processus électoral sur une pente raide. Machine à voter : la classe politique divisée !"
° https://laprosperiteonline.net/2018/04/09/le-processus-electoral-sur-une-pente-raide-machine-a-voter-la-classe-politique-divisee/
"Suspicion légitime - La Cité Africaine"
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=210419&Actualiteit=selected
"RDC : Plus de 160 millions USD destinés à l’achat de la machine à voter, le GEC demande plus de transparence"
° https://actualite.cd/2018/04/09/rdc-plus-de-160-millions-usd-destines-a-lachat-de-la-machine-a-voter-le-gec-demande-plus-de-transparence/
"RDC : Jason Stearns et le GEC redoutent le chaos en cas d’utilisation de la machine à voter en décembre 2018"
° https://actualite.cd/2018/04/09/rdc-jason-stearns-et-le-gec-redoutent-le-chaos-en-cas-dutilisation-de-la-machine-a-voter-en-decembre-2018/
"RDC : Le CLC demande à la CENI de retirer immédiatement le projet de la machine à voter"
° https://actualite.cd/2018/04/08/rdc-le-clc-demande-a-la-ceni-de-retirer-immediatement-le-projet-de-la-machine-a-voter/

" Pour GEC, la machine à voter a miné un processus électoral déjà controversé"
° http://www.politico.cd/encontinu/2018/04/10/lanr-parquet-se-contredisent-date-de-recrutement-mercenaires-moise-katumbi.html
"Les catholiques appellent la CENI à retirer « immédiatement » la machine à voter et rappellent leur ultimatum du 30 avril"
° http://www.politico.cd/encontinu/2018/04/08/catholiques-appellent-ceni-a-retirer-immediatement-machine-a-voter-rappellent-ultimatum-30-avril.html
" Pour GEC, la machine à voter a miné un processus électoral déjà controversé"
° http://www.politico.cd/actualite/la-une/2018/04/09/gec-machine-a-voter-a-processus-electoral-deja-controverse.html


"RDC : La CENI ouverte à l’audit externe du fichier électoral entre le 6 et le 25 mai"
° https://actualite.cd/2018/04/08/rdc-la-ceni-ouverte-a-laudit-externe-du-fichier-electoral-entre-le-6-et-le-25-mai/
"Fayulu conteste le fichier électoral publié par la CENI"
° https://actualite.cd/2018/04/10/fayulu-conteste-le-fichier-electoral-publie-par-la-ceni/
° http://www.rfi.fr/afrique/20180411-rdc-opposant-fayulu-denonce-nouveau-fichier-electoral
"RDC: l’opposition conteste les chiffres de la Commission électorale "
° https://afrique.lalibre.be/17751/rdc-lopposition-conteste-les-chiffres-de-la-commission-electorale/
"RDC : L’UDPS, le MLC, l’UNC, Ensemble et CNB exigent l’audit du fichier électoral et rejettent la machine à voter"
° https://actualite.cd/2018/04/11/rdc-ludps-le-mlc-lunc-ensemble-et-cnb-exigent-laudit-du-fichier-electoral-et-rejettent-la-machine-a-voter/


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #


Dernière édition par ndonzwau le 11/4/2018, 10:06 pm, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: ‘JK’ MAÎTRE DES HORLOGES, CAD DU TEMPS ET DE SON CONTENU, POUR CADENASSER LES PROCHAINS SCRUTINS ! Y’A-T-IL QUELQU’UN, UNE FORCE DANS CE PAYS POUR L’EN DÉPOSSÉDER ET COMMENT ?

Message  ndonzwau le 11/4/2018, 9:23 pm

PS

"La Monusco répond à la demande du gouvernement de son retrait en 2020 et assure qu’« elle n’avait pas vocation à rester éternellement en RDC »"
° http://cas-info.ca/la-monusco-repond-a-la-demande-du-gouvernement-de-son-retrait-en-2020-et-assure-qu-elle-navait-pas-vocation-a-rester-eternellement-en-rdc/
° http://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/04/09/l-onu-travaille-a-convaincre-kinshasa-qu-il-n-est-pas-en-guerre-avec-son-peuple_5282977_3212.html

"RDC : Démission de deux juges de la Cour constitutionnelle"
° https://actualite.cd/2018/04/09/rdc-demission-de-deux-juges-de-la-cour-constitutionnelle/
° http://www.rfi.fr/afrique/20180410-rdc-demission-deux-juges-cour-constitutionnelle
" RDC: Une Cour constitutionnelle encore plus obéissante en vue"
° https://afrique.lalibre.be/17663/rdc-demission-de-deux-juges-de-la-cour-constitutionnelle-a-8-mois-des-elections/
° http://www.rfi.fr/afrique/20180410-pourquoi-deux-juges-constitutionnels-rdc-demissionne
° http://www.rfi.fr/afrique/20180410-rdc-demission-deux-juges-cour-constitutionnelle


"RDC : Kabila a-t-il trouvé son Medvedev ?"
° https://afrique.lalibre.be/17671/rdc-kabila-a-t-il-trouve-son-medvedev/


"RDC: un mois après le bilan de la commission sur les marches du Comité laïc"
° http://www.rfi.fr/afrique/20180410-rdc-bilan-commission-enquete-mixte-manifestations-comite-laic
"RDC:Trois autres ONG se retirent de la Commission d’enquête mixte"
° https://actualite.cd/2018/04/11/rdc-trois-autres-ong-se-retirent-de-la-commission-denquete-mixte/
° https://actualite.cd/2018/04/11/rdc-trois-ong-se-retirent-de-la-commission-denquete-mixte/


"RDC: contre-offensive des autorités au sujet de la conférence de Genève"
° http://www.rfi.fr/afrique/20180409-rdc-contre-offensive-autorites-sujet-conference-geneve
"RDC : Kinshasa boycotte la conférence humanitaire sur le Congo"
° https://afrique.lalibre.be/17723/rdc-kinshasa-boycotte-la-conference-humanitaire-sur-le-congo/
" Sindika Dokolo propose à l’ONU un partenariat avec la société civile pour acheminer les fonds de Genève aux nécessiteux"
° http://www.politico.cd/encontinu/2018/04/10/lanr-parquet-se-contredisent-date-de-recrutement-mercenaires-moise-katumbi.html


MÉMOIRE D'UN CONTINENT
 Mondialisation et souveraineté : le cas de la République démocratique du Congo"

° http://www.rfi.fr/emission/20180408-mondialisation-souverainete-cas-republique-democratique-congo-rdc


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: ‘JK’ MAÎTRE DES HORLOGES, CAD DU TEMPS ET DE SON CONTENU, POUR CADENASSER LES PROCHAINS SCRUTINS ! Y’A-T-IL QUELQU’UN, UNE FORCE DANS CE PAYS POUR L’EN DÉPOSSÉDER ET COMMENT ?

Message  ndonzwau le 12/4/2018, 11:14 pm

Qu’est-ce que c’est que ce bean’s ?
En même temps que s’organise une fronde unie de l’« opposition » contre notre « Maître des Horloges » et toute son équipée dont sa Ceni, qui conteste vigoureusement la fameuse « machine à voter » (et le « fichier électoral » ?), voici que cette même Ceni convoque des « experts pour valider sa ‘machine à voter’ et son ‘fichier électoral’ » !


De la simple ‘gesticulation’ lorsque l’on sait que cette Ceni tient mordicus à ses ‘joujoux’ malgré les reproches documentés internes et externes contre ceux-ci ou se croit-elle capable de ramener les experts à ses vues ?

Au-delà de tout, osons espérer que cette « opposition » et tous ceux qui approuvent son combat parviennent enfin à pousser dans leurs retranchements cette Ceni et le ‘Maître des Horloges’ fût-ce sur un point fût-ce un peu : ce serait non seulement une ‘victoire symbolique’ qui compterait pour la suite mais aussi une issue pouvant influer effectivement sur les conditions de ces élections dont nous voyons mal à ce stade qu’elles puissent répondre aux bonnes normes démocratiques…


"Election en RDC: l’opposition conteste l’utilisation de la machine à voter"
° http://www.rfi.fr/afrique/20180412-election-rdc-opposition-conteste-utilisation-machine-voter-miru
L’opposition fait bloc contre l’usage de la machine à voter le 23 décembre. Ensemble, MLC, UNC, CNB, UDPS ont fait une déclaration commune ce mercredi 11 avril 2018 pour rejeter ce système de vote par écran tactile. Pour ces poids de lourds de l’opposition cette technologie présente des risques de tricherie à grande échelle.

Congo Na Biso de Freddy Matungulu était représenté par son secrétaire général, de même que l’UNC de Vital Kamerhe. Pour le reste, Felix Tshisekedi, président de l’UDPS, était présent en personne, tout comme Pierre Lumbi, vice-président d’Ensemble pour le changement, la plateforme électorale de Moïse Katumbi. Tous étaient réunis au siège du Mouvement de Libération du Congo (MLC) pour dénoncer ce que l’opposition appelle l'  « entêtement de la Commission électorale nationale indépendante, Céni, à recourir à cette technologie ».

« L’utilisation de la machine à voter viole la Constitution, qui exige les élections libres, transparentes et secrètes », estime Eve Bazaiba, secrétaire générale du MLC. Hormis les craintes liées à la transparence, ces opposants parlent également des soupçons de corruption dans l’attribution démarche à l’entreprise coréenne Miru, celle qui va fournir ces machines à voter : « Je demande instamment aussi, aux Etats-Unis, aux pays occidentaux et à la République de Corée, de bloquer les comptes de l’entreprise Miru System pour transaction illicite ».

L’opposition s’appuie notamment sur le fait que la Commission électorale de la République de Corée du Sud (NEC) a notifié à la Céni de la RDC qu’elle n’apporte ni n’apportera aucun soutien officiel ni aucune garantie à ce projet de machine à voter."


"RDC: l’opposition conteste les chiffres de la Commission électorale"
° https://afrique.lalibre.be/17751/rdc-lopposition-conteste-les-chiffres-de-la-commission-electorale/
L’opposition congolaise conteste, dans un document signé ce 11 avril, les chiffres des électeurs publiés par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) et demande des poursuites judiciaires pour l’achat des très contestées « machines à voter » par cette dernière.

Cliquez ici : Fichier électoral

Félix Tshisekedi pour l’UDPS, Vital Kamerhe pour l’UNC et Alliés, Pierre Lumbi pour Ensemble, Eve Bazaïba pour le MLC et Freddy Matungulu pour le CNB/SYENCO ont signé mercredi une lettre protestant contre les chiffres fournis par la Ceni à l’issu de l’enrôlement des électeurs. Ils relèvent ainsi une erreur de 29.151 électeurs entre le nombre des électeurs inscrits (46.542.289) et celui des radiés, soit parce qu’ils ont été inscrits deux fois (5.381.763), soit parce qu’ils étaient mineurs (902.290). La Ceni a en effet retenu au final 40.287.387 életeurs, au lieu des 40.258.236 que compte l’opposition (et la calculatrice de La Libre Afrique.be).
 
Explosion du coût
 
Les signataires demandent en conséquence un audit du fichier électoral et du serveur central, la publication du nom des radiés et le retrait de leurs cartes d’électeurs afin qu’elles ne puissent servir. Ils dénoncent en outre un « détournement » de fonds pour payer les très controversées  « machines à voter » commandées à une firme sud-coréenne par la Ceni « car il n’existe aucune ligne budgétaire » ad hoc dans la loi de finance 2018 et demandent au Procureur de la république d’ouvrir une information judiciaire au sujet de la facturation de ces machines: 1500 dollars pièce alors qu’elle « coûte 400 dollars ».

Les chiffres « ne concordent pas »
 
Un autre document issu de l’opposition estime que « le fichier électoral nettoyé présenté par la Ceni est un faux car les chiffres ne concordent pas avec la réalité ». Les comparant avec ceux de la population totale relevés par l’Institut national de la Statistique (INS), ce tableau relève ainsi que la population congolaise a progressé de 24% en cinq ans, selon les estimations de l’INS, alors que la Ceni annonce une progression de 30% des électeurs depuis 2011, « avec des disparités inexplicables entre provinces ».
Certaines provinces affichent ainsi une augmentation du nombre annoncé d’électeurs bien plus haute que la progression de leurs habitants, notamment le Sankuru (102% alors que la population n’a augmenté que de 23%), province chère au porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, ou le Lomami (78% pour une hausse de la population de 23% aussi). En revanche, d’autres connaissent une hausse du nombre d’électeurs bien plus basse que celle du nombre de leurs habitants, comme le Tanganyika (9% contre 26%), le Kasaï oriental (3% contre 23%), deux provinces qui connaissent des violences depuis 2013 et 2016, ou le Nord-Ubangi, province de feu Mobutu (11% contre 20%) ou le Bas-Uélé (10% contre 17%), proche du Sud-Soudan et de la Centrafrique."



"Udps, Mlc, Unc, G7, Ensemble… : Oui à l’audit du fichier électoral, non à la machine à voter
° http://www.latempete.info/28752-2/
L’Udps, le Mlc, l’Unc, le G7, Ensemble… rejettent la machine à voter et exigent l’audit du fichier électoral. Cette résolution a été prise hier mercredi 11 avril 2018 au siège du Mouvement Liberal du Congo (MLC) dans la commune de la Gombe à Kinshasa.
A cette même occasion, ces partis et plateformes politiques ont exprimé leur profonde préoccupation face à l’attitude désinvolte de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) dans la gestion du processus électoral.


En effet, la Ceni affirme avoir enrôlé 46.542.289 électeurs, radié 5.381.763 doublons et 902.290 mineurs, ce qui donne en réalité 40.258.236 électeurs consolidés.  Cependant elle a affiché des chiffres manifestement et intentionnellement inexacts de 40.287.387, soit un gap de 29.151 électeurs.
Ce qui dénote le caractère peu sérieux du travail de la CENI ; le nombre excessivement élevé de doublons détectés et l’enrôlement irresponsable des bébés et enfants dénote d’une tentative de tricherie en amont, ce qui constitue des actes inciviques et susceptibles des poursuites judicaires.  Face à ces dérives dans les opérations d’enrôlement de nettoyage et consolidation du fichier électoral, l’audit du fichier électoral et du serveur central s’impose.

Il sera suivi de la publication des radiés et des mineurs enrôlés par circonscription, l’annulation et le retrait des cartes invalidées, afin d’éviter toute exploitation ultérieure lors du vote. L’opposition politique congolaise prend acte de la position officielle du Gouvernement Coréen et de la Commission électorale Coréenne qui relèvent les risques de fraude à grande échelle liés à l’utilisation de la  machine à voter proposée par l’entreprise Miru system.
Le gouvernement Coréen s’étant désolidarisé de cette entreprise, elle réitère son rejet de la machine et insiste auprès de la Ceni sur l’urgence de l’abandon de ce projet porteur de germes de conflits, et invite par ailleurs le gouvernement Coréen de faire annuler le contrat liant l’entreprise Miru à la Ceni, car conclu sur fond de graves suspicions de corruption.

Elle demande instamment aussi aux USA et aux pays occidentaux et à la République de Corée de bloquer les comptes de l’entreprise Miru system pour transaction illicite. L’opposition politique Congolaise dénonce le détournement qui caractérise la commande des machines à voter car, il n’existe aucune ligne budgétaire dans la loi des finances de l’exercice 2018, relative à l’achat des machines à voter.
Cette famille politique invite le procureur général de la République à ouvrir une information judiciaire d’autant plus qu’une machine qui coute en réalité 400 dollars est achetée par la Ceni  à 1500 dollars la pièce, fait reconnu par le président de la Ceni.

Le regroupement politique prend acte du retrait du soutien technique à la Ceni sur la question de la machine à voter par l’Association Mondiale des Organes de Gestion des Elections (A-WEB) ; face à ce développement alarmant, elle s’étonne de l’entêtement de la Ceni et rappelle que l’utilisation de la machine à voter viole les textes légaux."


"RDC : L’UDPS, le MLC, l’UNC, Ensemble et CNB exigent l’audit du fichier électoral et rejettent la machine à voter
° https://actualite.cd/2018/04/11/rdc-ludps-le-mlc-lunc-ensemble-et-cnb-exigent-laudit-du-fichier-electoral-et-rejettent-la-machine-a-voter/
Une bonne partie de l’opposition se montre très critique envers l’actuel fichier électoral et exige une expertise externe pour le valider. Dans une communication conjointe faite au siège du MLC, plusieurs forces de l’opposition rejettent également la machine à voter.

Dans une déclaration commune ce mercredi 11 avril, l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), le Mouvement de Libération du Congo (MLC), l’Union pour la Nation Congolaise (UNC), Congo Na Biso (CNB) et la plateforme Ensemble pour le changement contestent les chiffres publiés par la Commission Électorale Nationale indépendante (CENI) sur le nettoyage du fichier électoral, et exigent des mesures correctives « pour garantir la crédibilité des résultats des prochaines élections ».
« La CENI a affiché des chiffres manifestement et intentionnellement inexacts de 40 287 387, soit un gap de 29,151 électeurs. Ce qui dénote le caractère peu sérieux du travail de la CENI. Le nombre excessivement élevé de doublons détectés et l’enrôlement irresponsable des bébés et enfants dénotent une tentative de tricherie en amont. Ce qui constitue des actes inciviques et susceptible des poursuites judiciaires. Face à ces dérives les opérations d’enrôlement de nettoyage et consolidation du fichier électoral, l’audit du fichier électoral et du serveur central s’impose, suivi de la publication des radiés et des mineurs enrôlés par circonscription, l’annulation et le retrait des cartes invalides, afin d’éviter toute exploitation ultérieures lors du vote », disent-ils.

Felix Tshisekedi, président de l’UDPS, Eve Bazaiba, secrétaire générale du MLC, Jean Baudoin Mayo secrétaire général de l’UNC et Pierre Lumbi, vice-président de la plateforme Ensemble que dirige Moise Katumbi, ont également rejeté l’usage de la machine à voter aux prochains scrutins pour notamment son caractère « inconstitutionnel ». Ils disent également prendre acte de la position du gouvernement Sud-Coréen « sur le risque d’une fraude à grande échelle en cas de l’utilisation de la machine à voter proposée par la CENI ».
La Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) avait publié vendredi 6 avril dernier, les statistiques des électeurs par entités électorales. Selon les chiffres présentés par Corneille Nangaa, président de la CENI, le fichier actuel compte au total 40 287 387 électeurs. 5 381 763 doublons ont été radiés et 902 290 mineurs."


° http://www.rfi.fr/afrique/20180411-rdc-opposant-fayulu-denonce-nouveau-fichier-electoral

"La controverse autour du vote électronique"
° http://www.congoindependant.com/la-controverse-autour-du-vote-electronique/
"Avril 2018 – Groupe d’Etude sur le Congo (GEC)
Note d’information électorale No 1
LA CONTROVERSE AUTOUR DU VOTE ÉLECTRONIQUE EN RD CONGO"

° http://www.congoindependant.com/wp-content/uploads/2018/04/controverse-vote-e%CC%81lectronique.pdf

"Machine à voter : « le rôle de la MONUSCO est d’apporter une assistance technique et pas de valider et ou de certifier » (Florence Marchal)"
° https://actualite.cd/2018/04/12/machine-a-voter-le-role-de-la-monusco-est-dapporter-une-assistance-technique-et-pas-de-valider-et-ou-de-certifier-florence-marchal/


"RDC : La CENI demande au Royaume-Uni de dépêcher des experts pour auditer la machine à voter
 Evil or Very Mad  Twisted Evil  Embarassed  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes
° https://actualite.cd/2018/04/12/rdc-la-ceni-demande-au-royaume-uni-de-depecher-des-experts-pour-auditer-la-machine-a-voter/
Alors que l’opposition demande le rejet de la machine à voter, la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) a exprimé sa disponibilité de voir cette technologie faire également l’objet d’un audit.

La CENI a demandé au gouvernement britannique d’envoyer des experts techniques pour auditer la machine à voter. L’information a été donnée par John Murton, ambassadeur britannique en RDC après la rencontre entre lui, Harriett Baldwin, ministre britannique pour l’Afrique et Norbert Basengezi, vice-président de la CENI.
Dans une déclaration commune ce mercredi 11 avril, l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), le Mouvement de Libération du Congo (MLC), l’Union pour la Nation Congolaise (UNC), Congo Na Biso (CNB) avaient notamment demandé à la CENI d’abandonner l’usage de cette machine à voter pour les élections de 2018.

Ces opposants avaient notamment pris acte de la position de la commission électorale de la République de Corée du sud (NEC) qui avait signifié à la CENI de la RDC qu’elle n’apportera aucun soutien officiel et aucune garantie à l’utilisation de cet outil.

Pour sa part, le Groupe d’étude sur le Congo (GEC),  projet de recherche basé au Centre de coopération internationale de l’Université de New York, avait également émis un doute sur la fiabilité de la machine à voter qui, disait-il, fait craindre un chaos le jour des élections."[/size]

"L’opposition exige l’audit du fichier électoral en RDC"
° https://www.voaafrique.com/a/l-opposition-exige-l-audit-du-fichier-electoral-en-rdc/4342144.html
° https://actualite.cd/2018/04/08/rdc-la-ceni-ouverte-a-laudit-externe-du-fichier-electoral-entre-le-6-et-le-25-mai/


"Les inquiétudes non résolues et les pièges à éviter sur le fichier électoral consolidé en RDC – AJ Lomandja"
° http://desc-wondo.org/fr/les-inquietudes-non-resolues-et-les-pieges-a-eviter-sur-le-fichier-electoral-consolide-en-rdc-aj-lomandja/
Par sa Décision n° 007/CENI/BUR/18 du 06 avril 2018[1], la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) a procédé à la publication des statistiques des électeurs par entités électorales. Cette publication est consécutive à la fin du traitement des données brutes du fichier électoral. La centralisation des données et les opérations de dédoublonnage et de radiation des mineurs ont permis de passer de 46 542 289 à 40 287 387 électeurs potentiels. Il a été relevé un nombre relativement élevé de 5 381 763 doublons et 902 290 mineurs radiés des listes électorales.
Nous voulons montrer ici succinctement les inquiétudes que suscite la publication des listes électorales et les pièges qu’il faut absolument éviter pour ne pas polluer le processus électoral des polémiques inutiles. Nous commencerons d’ailleurs par ces derniers.

1. Les pièges à éviter sur le fichier électoral

Il existe deux pièges à éviter, si l’on ne veut pas surchauffer inutilement les esprits au sujet du fichier électoral consolidé. Ces deux pièges sont l’intoxication politicienne et l’autosatisfaction excessive de la CENI.
a) Le piège de l’intoxication politicienne : la loi enjoint les partis politiques à déployer des témoins pour observer le processus d’enrôlement des électeurs dans toutes ses phases. Faute de moyens, de personnel qualifié, d’organisation interne ou d’intérêt, aucun parti politique ne déploie des témoins dans les centres d’inscription. Pour l’essentiel, les acteurs politiques se contentent des rapports partiels ou parcellaires des organisations de la société civile et politisent à outrance cette question technique. Même si le fichier électoral est un élément clé et sensible du fichier électoral qui peut impacter les résultats des élections, il convient d’en parler de manière dépassionnée et sans généralisations abusives susceptibles de brouiller la perception de tout le processus électoral.

b) Le piège de l’autosatisfaction de la CENI : depuis la publication des statistiques des électeurs, la CENI tient des discours laudatifs sur son travail. Elle oublie qu’un fichier électoral dans un pays sans registre d’état civil ni carte d’identité, ne peut être qu’imparfait. Les reproches adressés au fichier électoral de 2011 par le Président de la CENI sont les mêmes qu’on retrouve dans l’actuel fichier. D’où la nécessité d’une certaine humilité qui ouvre la possibilité de corriger les erreurs et de rassurer face à certaines inquiétudes.





2. Les inquiétudes relatives au fichier électoral actuel

La publication des listes électorales par la CENI a réveillé des inquiétudes persistantes, dont certaines ont été soulignées autrefois lors de notre analyse des pesanteurs politiques du calendrier électoral du 05 novembre 2017[2]. Ces inquiétudes anciennes et nouvelles peuvent être résumées en quatre points d’importance inégale.
a) Unicité, intégrité et inclusivité du fichier électoralle nombre relativement élevé des doublons et des mineurs radiés soulève la question de l’intégrité du fichier électoral en cours de constitution. En effet, l’unicité et l’inclusivité sont deux caractéristiques importantes d’un fichier électoral. Le traitement de ce dernier (déduplication, dédoublonnage, détection et radiation des mineurs, etc.) ne se fait pas seulement en fonction de la répartition des sièges et donc des seules législatives, mais aussi en fonction de tous les scrutins. Or, comme nous l’avons souligné ailleurs[3]le calendrier électoral ne prévoit aucune activité de nettoyage du fichier électoral après l’enrôlement des congolais vivant à l’étranger. La CENI va-t-elle déverser des données brutes dans la partie du fichier déjà consolidée ? Cette question est d’autant plus préoccupante que la présidentielle se joue à un seul tour et à la majorité simple. Même si c’est le nombre de votants et les suffrages valablement exprimés qui comptent, le taux de participation, lui, se calcule en fonction du nombre d’électeurs attendus. Ce dernier nombre est également important en cas de prévention, de contestation ou de dénonciation des bourrages d’urnes. Il revient donc à la CENI de dire à l’opinion nationale pourquoi les données de l’enrôlement des congolais vivant à l’étranger ne seront pas nettoyées.

b) Transparence dans la sélection du prestataire des services: comme pour les machines à voter, le prestataire de service pour les opérations de nettoyage du fichier électoral a été sélectionné de gré à gré, sans appel d’offre. Quand on se rappelle que M. Corneille Nangaa, Président de la CENI, a fait annuler la procédure d’obtention des kits d’enregistrement des électeurs qu’il a trouvée sur la table parce qu’étant lancée de gré à gré, on peut se demander pourquoi lui-même viole la loi en recourant systématiquement au « gré à gré » dans des marchés de plusieurs dizaines de millions de dollars. Bien plus, ce genre de marchés n’offre aucune garantie de transparence.

c) Publication du rapport des opérations de traitement du fichier: Comment a-t-on détecté les doublons et les mineurs ? Qui a fait quoi ? Quelle a été la méthodologie de travail ? Comment fonctionnent les technologies AFIS (Automatic finger identification system) et ABIS (Automatic biometric identification system) ? Telles sont les questions qu’on entend dans le débat actuel. La transparence étant avant tout une affaire de perception, la CENI gagnerait à publier le rapport des opérations de nettoyage du fichier électoral et couper court aux spéculations sur ce dernier. Cela permettrait en outre l’analyse et l’exploitation indépendante de ce travail.

d) Utilité de l’audit du fichier électoral: À quoi sert l’audit du fichier électoral, quand on sait que c’est une activité purement constatative et non curative[4](il ne permet pas du tout de corriger les éventuelles anomalies dudit fichier) ? La preuve est que la loi sur la répartition des sièges sera probablement votée avant ledit audit. S’il était important sur le plan technique et opérationnel, la CENI aurait attendu les résultats de l’audit en question avant le dépôt des données du fichier à l’Assemblée Nationale.

Conclusion

Le recensement électoral est une solution provisoire et imparfaite qui n’apportera pas de réponse définitive aux processus électoraux. Sans un recensement général de la population ni la tenue régulière des registres d’état civil, on devra se contenter de cette solution provisoire et imparfaite, sans toutefois renoncer à l’améliorer constamment.
Alain-joseph Lomandja
Analyste électoral, ancien senior expert électoral auprès de Carter Center.

Références

[1] Cf. https://www.ceni.cd/articles/decision-n007-ceni-bur-18-du-06-avril-2018-portant-publication-des-statistiques-des-electeurs-par-entites-electorales .
[2] Cf. http://desc-wondo.org/fr/decryptage-pesanteurs-politiques-dun-calendrier-electoral-technique-aj-lomandja/ .
[3] Ibid.
[4] Ibid.



"RDC : Tenir les élections cette année est essentiel pour attirer les investisseurs (Harriett Baldwin)"
° https://actualite.cd/2018/04/12/rdc-tenir-les-elections-cette-annee-est-essentiel-pour-attirer-les-investisseurs-harriett-baldwin/



"Le gouvernement congolais boycotte un événement visant à récolter 1,37 milliard d'euros... pour la RDC"
° http://www.lalibre.be/actu/international/le-gouvernement-congolais-boycotte-un-evenement-visant-a-recolter-1-37-milliard-d-euros-pour-la-rdc-5acde2a8cd709bfa6b4d9d45
° https://afrique.lalibre.be/17723/rdc-kinshasa-boycotte-la-conference-humanitaire-sur-le-congo/

"Conférence de Genève : L’UDPS encourage les donateurs à mobiliser un “maximum” de fonds"
° https://actualite.cd/2018/04/12/conference-de-geneve-ludps-encourage-les-donateurs-a-mobiliser-un-maximum-de-fonds/

"RDC: la Belgique sera bien à la conférence sur le Congo"
° https://afrique.lalibre.be/17784/rdc-la-belgique-sera-bien-a-la-conference-sur-le-congo/


"Manifeste d’Atlanta"
° http://www.congoindependant.com/manifeste-datlanta/


"RDC- Décès et démission des juges de la Cour constitutionnelle : la paralysie est totale – JB Kongolo"
° http://desc-wondo.org/fr/rdc-deces-et-demission-des-juges-de-la-cour-constitutionnelle-la-paralysie-est-totale-jb-kongolo/


"RDC : 100 jours dans les cachots secrets de l’ANR pour Carbone Beni !"
° https://afrique.lalibre.be/17685/rdc-100-jours-dans-les-cachots-secrets-de-lanr-pour-carbone-beni/


"RDC: le Comité laïc de coordination s’interroge sur la bonne foi de la Commission électorale
° https://afrique.lalibre.be/17802/rdc-le-comite-laic-de-coordination-sinterroge-sur-la-bonne-foi-de-la-commission-electorale/
Le Comité laïc de coordination (CLC), proche de l’Eglise catholique et qui a organisé les trois marches de chrétiens pour le respect de l’Accord de la Saint-Sylvestre 2016, a publié un communiqué s’interrogeant sur la « bonne foi » de la Ceni (Commission électorale nationale indépendante) et du gouvernement Tshibala dans le processus électoral.

Le texte, daté du 8 avril, constate que la Ceni ne respecte pas « son propre calendrier » puisqu’elle n’a pas publié comme prévu, le 26 mars, la liste des regroupements de partis politiques devant participer aux élections. Qu’elle s' »entête » à imposer la machine à voter « décriée sur le plan national et international, acquise de surcroît dans des conditions non transparentes ». Que le collège d’experts internationaux qui doit accompagner la Ceni « dans toutes ses étapes » reste marginalisé.
En outre, le CLC « attire l’attention des partenaires sur le fait que le manque de confiance des éledteurs dans l’institution organisatrice des élections », soit la Ceni, « demeure un sujet plus que préoccupant qui exige une solution urgente ». Il constate en outre « la perte de crédibilité de la Cour Constitutionnelle à cause de ses décisions partisanes » alors qu’elle est chargée de valider les résultats électoraux.

{ RDC: Une Cour constitutionnelle encore plus obéissante en vue}

Toujours pas de respect de l’Accord de la St-Sylvestre

Le CLC constate par ailleurs, au sujet du gouvernement Tshibala, qu’il continue à « harceler » les journalistes, activistes des droits de l’homme et membres des mouvements citoyens. Qu’il ne libère pas les prisonniers politiques et d’opinion, comme prévu par l’Accord de la Saint-Sylvestre et qu’il continue d’interdire les manifestations publiques et à poursuivre les membres du CLC, contrairement à ce que demande une résolution du Conseil de sécurité du 27 mars.
Le CLC regrette aussi la fermeture de la « Maison Schengen », gérée par l’ambassade de Belgique à Kinshasa, qui octroie les visas pour plusieurs pays d’Europe, ainsi que « la légèreté avec laquelle les questions existentielles et humanitaires sont traitées » par le cabinet Tshibala. Et de demander à l’Onu « d’ignorer le refus du gouvernement congolais de prendre part à la conférence des donateurs » ce vendredi 13 avril à Genève et « insiste surtout pour qu’une aide humanitaire d’urgence soit accordée à ce peuple en danger »"



"KIOSQUE DU 12 AVRIL 2018. REJET EN BLOC DE LA MACHINE A VOTER PAR L'OPPOSITION"




Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: ‘JK’ MAÎTRE DES HORLOGES, CAD DU TEMPS ET DE SON CONTENU, POUR CADENASSER LES PROCHAINS SCRUTINS ! Y’A-T-IL QUELQU’UN, UNE FORCE DANS CE PAYS POUR L’EN DÉPOSSÉDER ET COMMENT ?

Message  ndonzwau le 13/4/2018, 5:36 pm

Sacré Ngoy Mulunda : il est celui qui a présidé les élections les plus contestées de notre histoire récente (2011), posé une instabilité sous le règne de laquelle nous continuons à vivre et voilà qu’il se dit aujourd’hui du ‘centre’, non exactement pour le pouvoir en place au-delà de ses relations personnelles avec ‘JK’…
Plus stupéfiant il se déclare pour « le consensus et la paix » (n’y pensait-il pas lorsque il a quasiment imposé la victoire de ‘JK’ en 2011 ?) et pour ce faire « contre la guerre de la double nationalité » (=pour Moïse Katumbi ?) et « contre la machine à voter » qui ne reposent pas toutes les deux selon lui sur un consensus et sont lourdes de guerre entre les Congolais…

Rien que ça, même le servile JM Kasamba qui l’a toujours côtoyé dans le camp du pouvoir n’en revient pas et se met à bredouiller des reproches fondés sur le calendrier et que sais-je qu’il n’aurait jamais convoqués il y’a deux mois…

Bon il est rassurant qu’on se remette à croire à l’homme, on ne peut désespérer même du plus tordu comme N Mulunda qui se dit d’ailleurs ‘pasteur’ car dans le fond celui-ci a raison : mieux vaut obtenir des élections qui se déroulent dans un climat de consensus et qui ne prêtent pas avant même qu’elles aient lieu à des raisons de contestation, sans se cristalliser sur les dates, le plus important c’est de les réussir n’importe quand nous aurons décidé de les tenir ! Mais encore s'agissant du Pasteur Président de la Cei de 2011 ?

Autre curiosité : Ngoy Mulunda loue le système botswanais qui permet au PR de quitter tranquillement la scène ses dix ans de mandats accomplis sans attendre la prochaine élection laissant la place en attendant celle-ci à son VP… De mieux en mieux...

Le moins qu’on puisse dire est qu’on aurait voulu ce N Mulunda plus conciliant et plus soucieux de paix nationale plus tôt (on le croirait mieux aujourd'hui, il peut être aussi en effet en mission commandée) et plusieurs de son genre ailleurs notamment dans le camp du pouvoir mais aussi dans les autres bords politiques...
Comme quoi notre 'Maître des Horloges ne manquerait pas de la bonne compagnie ?



"NGOY MULUNDA TOURNE LE DOS à JOSEPH KABILA, MOÏSE KATUMBI EST CONGOLAIS IL DOIT ETRE AUX ELECTIONS"



Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: ‘JK’ MAÎTRE DES HORLOGES, CAD DU TEMPS ET DE SON CONTENU, POUR CADENASSER LES PROCHAINS SCRUTINS ! Y’A-T-IL QUELQU’UN, UNE FORCE DANS CE PAYS POUR L’EN DÉPOSSÉDER ET COMMENT ?

Message  ndonzwau le 16/4/2018, 6:05 am

Le ‘Maître des Horloges’ toujours à la manœuvre, qui et comment le déposséder de cette ‘maîtrise du temps’ ???

Il se raconte que ‘JK’ planifie de ‘débaucher’ cette fois celle qu’on appelle la ‘vraie opposition’ càd l’Udps, le Mlc, l’Unc et les autres en intronisant FT Tshilombo à la ‘Primature’ et ainsi gagner 2 ans (jusqu’en 2020) sinon plus pour rempiler (à vie ?)…
Y’aura-t-il encore et toujours assez d’opportunistes affamés pour mordre à l’hameçon où y’a-t-il là une voie possible pour rejoindre une ‘gouvernance démocratique’ ?
Ailleurs ce même ‘JK’ revendiquant une bien curieuse « souverainêté personnelle » s’autorise à refuser des dons aux Congolais récoltés à Genève. Y’aurait-il quelque précepte céleste ou terrestre qui permette à un Maître je ne sais de quel pays ou d’une telle puissance à interdire la solidarité : qui l’autorise à refuser que des personnes généreuses donnent à manger aux affamés, des soins aux malades, un toit aux sans-abris ? On aura tout vu avec ce Congo ;vite le ‘changement’ !
A se demander si 'JK' est là pour le pays ou pour sa tronche ?



La Cenco doute publiquement de la ‘bonne foi’ du régime  pour finaliser un processus électoral crédible, déjà la Ceni ne respecte pas son propre calendrier ; via le CLC elle en menace même de reprendre la contestation publique après le 30 avril… Pour quel résultat cette fois après avoir suspendu un moment (à notre regret !sa pression ?

L’opposition politique et sociale n’est pas en reste, quasiment d’une même voix, elle démontre la malice perverse contenue dans le « fichier électoral » de la Ceni et la fameuse « machine à voter » venue de Corée, elle les rejette lourdes de malversations frauduleuses quant à un processus électoral transparent, libre, équitable et apaisé…

Voici enfin que Ngbanda nous documente tant bien plutôt ce qu’on savait vaguement : les artifices complexes de la Ceni pour corseter les scrutins à la seule victoire de ‘JK’ et de son camp et en conclue non sans raison qu’aucune élection sous le règne de ce régime ne pourra sortir d’autre gagnant que le régime !
A en conforter son credo : un « pays occupé » ne peut s’en sortir par des « élections », il doit « se libérer par lui-même contre l’’occupant’ » !

En définitive, il est tout à fait juste de postuler qu’il est impossible ou quasiment de réussir des scrutins crédibles avec ‘JK’ sinon « sans lui » ou comme disent certains à travers « une Transition sans ‘JK’ », le problème est comment obtenir le ‘départ’ d’un autocrate qui  tient à rester et qui en a les moyens…
Aujourd’hui personne ne nous présente des recettes facilement utilisables, beaucoup se reposent sur une « mobilisation populaire » qui devienne positive à force de manifestations et de détermination, Ngbanda, lui a ‘théorisé’ une « stratégie et des tactiques » schématisés en « 7 mesures », elles dépendent encore ici selon moi non pas tant de la ‘conviction’ et de la ‘détermination’ des forces politiques et de la population à en finir avec le régime mais du manque d’un « prétexte concret » qui rassemble et mette en branle « retrait des institutions, désobéissance civile…».

Faut-il pour cela des leaders prêts au sacrifice sur le terrain ? Sans doute mais pareil qu’est-ce qui va les y pousser ? C’est à cette question qu’il nous faut répondre concrètement !
N’empêche que pour l’heure, vu l’état et l’activité des forces politiques et sociales, la question utile se pose peut-être en d’autres termes : malgré la quasi évidence que les prochains scrutins risquent d’échapper aux normes acceptables, tous les partis et plateformes ont embrayé à tort ou à raison sur la participation à ces élections et semblent les préparer tant bien que mal et hélas la fumeuse CI ne leur dit pas autre chose ; au lieu donc de les récuser clairement vu leur risque…

Peut-on croire que leur bonne foi active suffira à en améliorer les conditions, se résigner à les tenter telles qu’elles s’annoncent ou au contraire créer un réel front de refus quitte à en attendre une contestation qui à terme soit les annihilera purement et simplement même dans un contexte de violence alors imprévisible, soit nous installera une fois de plus dans la contestation de légitimité des dirigeants jusqu’à mieux, ‘le jour finissant toujours par remplacer la nuit même au pôle Nord’ ?
Pourquoi pas alors approuver le nouveau schéma du pouvoir qui veut revenir à la case-départ, celle de l’Accord de la St Sylvestre qui préconisait une réelle transition partagée en acceptant ici un FT Tshilombo le temps qu’il faut même jusqu’en 2020, (nous n’en sommes pas après tout à ne pas sacrifier deux années de plus pourvu que l’issue serve à l’intérêt général, celui de l’avènement d’un Etat réellement démocratique), nous aurions pourquoi pas le temps et les moyens de prendre l’autocratie à ses propres pièges…

Autant de questions qui se bousculent dans ma tête et que je me permets de soumettre à tous !
Qu’en pensez-vous ? Au plaisir de vous lire, à plus………….


"Les élections en 2020 : Kabila prêt à céder la Primature et le Cnsa à la vraie opposition – Le Potentiel"
° http://www.congoforum.be/upldocs/14%2004%2018.pdf

"PREOCCUPATIONS DE LA CENCO SUR LES ENJEUX SOCIOPOLITIQUES ACTUELS"
- POINT DE PRESSE DU SECRETARIAT GENERAL DE LA CENCO - Vendredi, 13 avril 2018

° http://cenco.org/les-preoccupations-de-la-cenco-sur-les-enjeux-sociopolitiques-actuels/
"RDC : « Ne pas mettre en pratique les mesures de décrispation, c’est compromettre le processus électoral » (CENCO)"
° https://www.radiookapi.net/2018/04/13/actualite/politique/rdc-ne-pas-mettre-en-pratique-les-mesures-de-decrispation-cest


"[Analyse] RDC: la conférence de Genève, sursaut ou atteinte à la souveraineté?"
° http://www.rfi.fr/afrique/20180413-rdc-conference-geneve-donateurs-ituri-kasai-kivu-tanganyika-deplaces
A Genève, ce vendredi 13 avril, l’ONU, l’Union européenne et les Pays-Bas organisent une conférence des donateurs pour la RDC. Selon l’ONU, au moins 13 millions de personnes, dont un tiers de déplacés internes, ont besoin d’une assistance humanitaire d’urgence cette année… Et il faut trouver plus d’1,5 milliard de dollars pour leur venir en aide. Le gouvernement congolais a refusé d’y participer, estimant que cette conférence aillait donner une mauvaise image du pays. Kinshasa conteste la gravité de la crise.
[size=19De notre envoyée spéciale à Genève,

Si l’on en croit les humanitaires, c’est l’une des pires crises de déplacements de populations au monde avec plus de 4,5 millions de déplacés internes. En Ituri, province du nord-est du pays, des dizaines de milliers de personnes ont fui vers la capitale, Bunia, et en Ouganda depuis la mi-décembre. Ces déplacés et réfugiés manquent de tout, fuyant des massacres d’une ampleur que cette région de la RDC n’avait plus connu depuis quinze ans, même si beaucoup crient à la manipulation. Entre 2002 et 2003, de violents affrontements inter-ethniques, sur fond de pillages des ressources, avaient ravagé l’Ituri, entraînant le déploiement de la première force sous bannière européenne, l’opération française Artémis. Ce sont les crimes de cette sale guerre qui ont fait les premiers procès de la Cour pénale internationale.

De nombreuses provinces en crises


Dix heures du matin, distribution de farine de maïs. La tension monte d’un cran, il n’y en aura pas pour tous les déplacés. «Il faut laisser la place aux femmes, d’abord». Malgré tous les efforts des humanitaires, les déplacés se plaignent des maigres rations.[/size]
[Reportage] les besoins des déplacés de Bunia en Ituri
13-04-2018 - Par Florence Morice
00:00 
00:00

A Bunia, les déplacés arrivent affamés, certains après s’être caché ou avoir fui pendant plusieurs jours. « Mon bébé est mort, je n’avais pas de quoi l’allaiter », explique une jeune déplacée d’une trentaine d’années. Il y a un mois et demi, elle a perdu son enfant de huit mois. Elle n’avait rien à manger, rien pour le nourrir. Quand elle a pu accéder à de l’aide, il était trop tard.
Depuis la mi-2016, l’urgence, ce n’est pas seulement dans les provinces de l’Est, le Nord, le Kivu et l’Ituri. Dans le Tanganyika, des affrontements inter-communautaires avaient déjà éclaté en 2014. Mais depuis août 2016, ce sont des dizaines de villages qui ont fait l’objet d’attaques ; tous les territoires de cette province née du découpage du Katanga ont connu des violences. La crise déborde avec les déplacements de populations comme de milices armées dans les provinces voisines. C’est aussi en août 2016 que le chef coutumier insurgé Kamuina Nsapu a été tué dans l’assaut sanglant contre le village du même nom. Sa mort a entraîné une insurrection sans précédent dans les provinces du Kasaï, touchant une superficie grande comme la Norvège. La répression a été brutale. L’ONU dit avoir documenté des dizaines de fosses communes.

→ Revoir le webdoc: « Violences au Kasaï »
[center]i[mg]http://scd.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/aef_image_original_format/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/2018-04-12t111442z_1167478076_rc111c1b8330_rtrmadp_3_congo-violence_0.jpg[/img]
Dans le camp de déplacés de Bunia, dans la province d'Ituri, le 12 avril 2018. Les déplacés y arrivent affamés, certains après s’être cachés ou avoir fui pendant plusieurs jours. © REUTERS/Goran Tomasevic[(/center]

En 2016, la République démocratique du Congo devait connaître la première alternance démocratique de son histoire. Le président Joseph Kabila arrivait au terme de son deuxième et dernier mandat constitutionnel. La commission électorale affirmait n’avoir ni les moyens financiers, ni techniques pour organiser les élections, évoquait également la difficulté d’enrôler les électeurs dans les Kasaï. Ces arguments, repris par le gouvernement congolais comme par la majorité présidentielle, étaient fustigés par l’opposition et une partie de la société civile, persuadés que la Ceni œuvrait pour maintenir Joseph Kabila au pouvoir, en violation de la Constitution.
Deux ans plus tard, Kinshasa dit pouvoir organiser les élections sans financement ou supervision extérieurs, se félicitant de la hausse des prix des matières premières et d’une projection de croissance de près de 5% et critique les statistiques données par l’ONU sur la situation humanitaire. Le gouvernement congolais avance le chiffre de 230 000 déplacés internes quand les Nations unies parlent en millions.

Des financements en baisse, des déplacés de plus en plus nombreux

« La République démocratique du Congo connaît parmi les plus graves crises au monde, assure pourtant le secrétaire général de Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC), Jan Egeland. 13 millions de personnes ont besoin d’une assistance humanitaire d’urgence, c’est comparable à ce qui se passe en Syrie ou au Yémen. » Ce que déplorent NRC comme Oxfam, c’est le peu d’attention de la communauté internationale sur cette crise. En 2017, le plan d’action humanitaire, élaboré par l’ONU, n’a été financé qu’à hauteur de 56,5% « J’ai été choqué de voir à quel point là-bas, il y a des gens qui se retrouvent totalement seuls et souffrent sans personne pour les aider », insiste Jan Egleman. Faute d’argent, les vols humanitaires ont été suspendus pour le territoire de Walikale dans le Nord-Kivu ; il n’y a plus ni acteurs, ni assistance, malgré des milliers de déplacés.
« L’an dernier, on a observé une baisse de financement, c’était même le plus bas taux de financement en dix ans », explique Vanessa Huguenin, l’une des porte-paroles à Genève du bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (Ocha). Pourtant, l’ONU estime que les besoins humanitaires au Congo ont doublé en un an et qu’il pourrait y avoir jusqu’à 807 000 Congolais réfugiés dans les pays voisins.

Un déplacé sur vingt reconnu par la RDC

Mais si l’assistance humanitaire n’arrive pas à des centaines de milliers de Congolais depuis l’an dernier, ce n’est pas seulement par manque de fonds. La dégradation de la situation sécuritaire entrave aussi l’acheminement de l’aide. Les humanitaires sont, comme les Congolais, victimes d’attaques et de kidnappings dans l’est du pays. Pour des raisons de sécurité, certains acteurs abandonnent des sites de déplacés qui ne sont pour la plupart de toute façon pas reconnus par les autorités congolaises qui estiment leur nombre à 69 pour tout le pays. Un déplacé sur vingt est reconnu comme tel aujourd’hui par le gouvernement congolais.
Au Nord-Kivu, comme au Tanganyika, deux provinces où Kinshasa reconnait la plus grosse proportion de déplacés internes, les autorités parlent régulièrement de fermer les camps, estimant que les populations devaient rentrer chez elles et que la situation sécuritaire s’était améliorée. Au Nord-Kivu, entre 2015 et 2016, plus d’une dizaine de camps avaient été attaqués ou vidés par les forces de sécurité. En 2017, au Tanganyika, une dizaine de plus avaient pris feu, sans doute de manière accidentelle. Les camps ne devaient pas être pérennisés. Dans des sites restreints, les huttes en taille, faute de bâches, étaient trop proches pour cuisiner au feu de bois et l’accès à l’eau insuffisant.


Un violent incendie a détruit une partie du camp de déplacés de Katanyika, près de Kalemie, dans la province de Tanganyika en RDC. © MSF / Louise Annaud / Twitter

En janvier 2018, c’est en présence du Premier ministre recruté dans les rangs de l’opposition, Bruno Tshibala, que le plan d’action humanitaire avait été présenté. Le chef du gouvernement congolais avait salué l’investissement des humanitaires. L’ONU tablait sur 1,7 milliard de dollars d’assistance pour 13 millions de personnes. Depuis, 200 millions de dollars ont été trouvés. Quand le gouvernement congolais a annoncé son intention de boycotter la conférence de donateurs de Genève, il a aussi annoncé la mise en place d’un fonds de solidarité qui devrait être financé à hauteur de 100 millions de dollars. « Très rapidement, dix millions seront décaissés », a promis le chef de la diplomatie congolaise, Leonard She Okitundu, lors d’une récente conférence de presse. « Nous ne sommes pas fermés à toutes les contributions dans le cadre de la solidarité internationale, mais ce que nous avons refusé, c’est que l’on organise une conférence sur la détresse en République démocratique du Congo en ignorant le gouvernement de ce pays. »[

La conférence, une « démarche sectaire » pour Kinshasa

Son collègue de la communication est allé plus loin et parle d’une absence de concertation sur les chiffres, d’un risque d’erreur. « Nous ne permettrons pas à des gens de faire un travail si nous n’avons pas participé au programme », a déclaré Lambert Mendé à RFI, rappelant qu’on « ne peut pas assister quelqu’un contre son gré ».
Du côté de l’ONU, on assure pourtant avoir tout proposé pour obtenir la participation de Kinshasa, « vivement souhaitée », y compris la co-présidence de cette conférence. « Mais c’est devenu politique », assure une source onusienne qui y voit le prolongement d’un bras de fer entre Joseph Kabila et les Occidentaux. Le bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU a même annoncé lever le mécanisme d’urgence « L3 » déclenché, tant la comparaison entre la situation dans certaines provinces du Congo et en Syrie ou au Yémen agaçait le gouvernement congolais. Ces deux pays sont en effet classés « L3 ».

L’ambassade de République démocratique du Congo à Genève a envoyé des notes verbales certains pays. Les Pays-Bas et la Suède se sont vus accusés de comportement « inamical » d’adopter une « démarche sectaire ». « Le gouvernement de la République démocratique du Congo voudrait rappeler qu’il est le seul représentant légal et légitime des populations congolaises », précisait cette missive, provoquant l’ire de l’opposition et des mouvements citoyens. Mais la pression du gouvernement congolais a payé.[
Beaucoup d’ONG ont hésité à communiquer, l’ONU a insisté publiquement sur la gravité de la crise. Les Émirats arabes unis, co-organisateur de l’évènement, ont renoncé à participer à cette conférence. Reste à savoir si Abou Dhabi a également renoncé à sa contribution."



"RDC: la chef de la Monusco répond aux autorités congolaises"
° http://www.rfi.fr/afrique/20180414-rdc-chef-monusco-repond-autorites-congolaises

° http://www.rfi.fr/afrique/20180415-rdc-conference-geneve-aide-humanitaire-ministre-affaires-etrangeres-leonard-she-oki
° http://www.rfi.fr/afrique/20180413-conference-geneve-rdc-530-millions-dollars-esperes-onu

"Crise humanitaire en RDC : l’ONU et l’UE persistent face à Kinshasa"
° http://www.jeuneafrique.com/551558/politique/crise-humanitaire-en-rdc-lonu-et-lue-persistent-face-a-kinshasa/


"LA UNE DE LA PRESSE CETTE SEMAINE À KINSHASA
A la Une de la presse cette semaine à Kinshasa "

° http://www.rfi.fr/emission/20180414-une-presse-cette-semaine-kinshasa

° http://www.rfi.fr/afrique/20180412-election-rdc-opposition-conteste-utilisation-machine-voter-miru
° http://www.rfi.fr/afrique/20180411-rdc-opposant-fayulu-denonce-nouveau-fichier-electoral

° http://www.jeuneafrique.com/mag/550827/politique/crise-humanitaire-en-rdc-kinshasa-met-en-garde-les-ong-qui-accepteraient-laide-de-la-belgique/
° http://www.jeuneafrique.com/depeches/547408/politique/rdc-230-000-ou-4-millions-de-deplaces/
° https://afrique.lalibre.be/17835/rdc-humanitaire-bras-de-fer-entre-kinshasa-et-lonu/
° https://afrique.lalibre.be/17819/rdc-kinshasa-menace-les-ong-qui-accepteraient-laide-belge/



"RD Congo : Denis Mukwege demande un « changement radical » du système"
17 mai 2016

° http://www.jeuneafrique.com/326088/politique/rd-congo-denis-mukwege-demande-changement-radical-systeme/
Le célèbre chirurgien congolais Denis Mukwege a appelé mardi à "un changement radical" en RDC, le jour de la célébration de la prise de pouvoir par Laurent Désiré Kabila, en référence aux massacres à répétition dans l'est du pays.

Pour le chirurgien, il faut « un changement radical de l’actuel système » parce que « les crimes et barbaries qui sévissent dans l’est de la RDC depuis 20 ans renaissent avec une nouvelle intensité dans la région de Beni, au Nord-Kivu. Des massacres que les autorités et la mission de l’ONU en RDC attribuent aux rebelles musulmans ougandais des Forces démocratiques alliés (ADF), présents depuis 1995 dans l’est du pays.

Appel à la mobilisation 


Les populations ont le sentiment d’être « abandonnées et livrées à elle-mêmes », écrit Denis Mukwege dans son message, publié mardi 17 mai. « Depuis octobre 2014, le bilan s’élève à plus de 600 morts ! Les images de ces atrocités de masse sont insupportables : des femmes enceintes éventrées, des bébés mutilés, des êtres humains ligotés et égorgés à l’arme blanche », poursuit le chirurgien, espérant que les Congolais « se mobilisent pour parvenir au changement tant attendu ».

À l’approche de l’élection présidentielle congolaise, le médecin, qui a reçu en 2014 le Prix Sakharov des droits de l’Homme, hausse le ton. Mi-mars, il avait déjà accusé les autorités de multiplier les manœuvres en vue de retarder les élections au-delà des délais prévus dans la Constitution.
Un glissement qui semble de plus en plus probable. Le 11 mai, la Cour constitutionnelle a en effet autorisé Joseph Kabila à rester en fonctionssi la présidentielle n’est pas organisée avant la fin de son mandat, le 19 décembre 2016."[/size]


"RD Congo : « Plaidoyer pour la vie », Denis Mukwege par Denis Mukwege"
° http://www.jeuneafrique.com/371532/societe/rd-congo-plaidoyer-vie-denis-mukwege-denis-mukwege/
Sortie fin octobre, l’autobiographie du docteur Denis Mukwege, "Plaidoyer pour la vie", est à la fois un récit de la catastrophe humanitaire qui sévit dans l’est de la RDC depuis quinze ans et un réquisitoire politique à destination d’un gouvernement qui s’obstine dans le déni.

« Plaidoyer pour la vie ». C’est sous ce titre qui devrait mettre tout le monde d’accord que le Congolais Denis Mukwege a publié son autobiographie, le 26 octobre, aux éditions L’Archipel. Celui qui était déjà le sujet de L’homme qui répare les femmes, de Colette Braekman, et de Panzi, qu’il a co-écrit avec le chirurgien belge Guy-Bernard Cadière, livre cette fois, seul, le récit émouvant de son parcours hors du commun.(...)"



"Honoré Ngbanda Dévoile Comment "Kabila" et Ses Complices Préparent la Fraude Electorale En RDC!"




Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: ‘JK’ MAÎTRE DES HORLOGES, CAD DU TEMPS ET DE SON CONTENU, POUR CADENASSER LES PROCHAINS SCRUTINS ! Y’A-T-IL QUELQU’UN, UNE FORCE DANS CE PAYS POUR L’EN DÉPOSSÉDER ET COMMENT ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum