‘JK’ MAÎTRE DES HORLOGES, CAD DU TEMPS ET DE SON CONTENU, POUR CADENASSER LES PROCHAINS SCRUTINS ! Y’A-T-IL QUELQU’UN, UNE FORCE DANS CE PAYS POUR L’EN DÉPOSSÉDER ET COMMENT ?

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Re: ‘JK’ MAÎTRE DES HORLOGES, CAD DU TEMPS ET DE SON CONTENU, POUR CADENASSER LES PROCHAINS SCRUTINS ! Y’A-T-IL QUELQU’UN, UNE FORCE DANS CE PAYS POUR L’EN DÉPOSSÉDER ET COMMENT ?

Message  ndonzwau le 12/7/2018, 1:16 am

"RDC : le principe d’une visite d’Antonio Guterres est « maintenu »
Evil or Very Mad  Twisted Evil  Embarassed  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes   Question  Question  Laughing  Laughing
° http://www.jeuneafrique.com/591372/politique/rdc-le-principe-dune-visite-dantonio-guterres-est-maintenu/
Après l'avoir qualifiée « d'inopportune », les autorités congolaises ont finalement fait savoir que le principe d'une visite en RDC du secrétaire général de l'ONU et de Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l'UA, était « maintenu » après « harmonisation des agendas ».

« Le principe de la visite officielle en République démocratique du Congo d’Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU, et Moussa Faki Mahamat, président de l’Union africaine, est maintenu », écrit dans un communiqué diffusé mardi 10 juin Bernard Mutanda, directeur du protocole d’État dont le service dépend du ministère congolais des Affaires étrangères.
« Les deux illustres personnalités restant les bienvenues à Kinshasa à une date à convenir de commun accord », ajoute le communiqué. « À cet effet, les consultations, via les canaux diplomatiques usuels sont en cours pour harmonisation des agendas », indique le document.

Une visite « inopportune »

Antonio Guterres et Moussa Faki Mahamat étaient attendus lundi soir à Kinshasa, avant de voir leur visite annulée à la dernière minute par les autorités congolaises. Interrogé par l’AFP, un conseiller diplomatique du président Joseph Kabila a indiqué que cette visite était « inopportune » pendant cette période préélectorale.
Fin mai, Leila Zerrougui, la représentante spéciale d’Antonio Guterreset chef de la mission de l’ONU en RDC (Monusco), avait confirmé la visite, estimant qu’elle devait avoir lieu dans le courant du mois de juillet.
Le Conseil de sécurité a renouvelé en mars pour un an le mandat de la Monusco avec comme priorité la protection des civils et l’appui aux élections prévues le 23 décembre."


° https://afrique.lalibre.be/21428/rdc-le-principe-dune-visite-du-patron-de-lonu-est-maintenu/
° https://actualite.cd/2018/07/09/kinshasa-promet-une-nouvelle-date-pour-la-rencontre-kabila-guterres-et-faki/
° https://www.politico.cd/actualite/la-une/2018/07/09/la-visite-de-nikki-haley-a-kinshasa-egalement-annulee.html
° http://www.jeuneafrique.com/537226/politique/rdc-joseph-kabila-accepte-une-visite-conjointe-des-leaders-de-lonu-et-de-lua/
° http://www.congoindependant.com/elections-au-congo-kinshasa-ramaphosa-et-ses-pairs-ratent-loccasion-de-se-taire/


"RDC : « la visite de Guterres et de Faki aurait été l’occasion de transmettre à Kabila un message ferme » (HRW)"
° https://actualite.cd/2018/07/11/rdc-la-visite-de-guterres-et-de-faki-aurait-ete-loccasion-de-transmettre-a-kabila-un-message-ferme-hrw/


"INVITÉ AFRIQUE
Bob Kabamba: «Kinshasa est en difficulté sur plusieurs points avec la communauté internationale»

° http://www.rfi.fr/emission/20180711-kinshasa-est-difficultes-plusieurs-points-comunaute-internationale
La visite était programmée depuis plusieurs semaines. Hier mardi, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, et le président de la Commission de l'Union africaine, Moussa Faki Mahamat, devaient se rendre à Kinshasa pour y rencontrer Joseph Kabila. Mais dimanche dernier, le président congolais a annulé le rendez-vous. « Cette visite est inopportune en ce moment », a expliqué l'un de ses conseillers. Pourquoi ce rendez-vous manqué ? Bob Kabamba est professeur de sciences politiques à l'université de Liège, en Belgique. Il répond aux questions de Christophe Boisbouvier.

RFI : Pourquoi Joseph Kabila a-t-il annulé la rencontre qui était programmée hier à Kinshasa avec le secrétaire général de l’ONU et le président de la commission de l’Union africaine ?
Professeur Bob Kabamba : Je pense que les autorités de Kinshasa sont en difficulté sur plusieurs points avec la communauté internationale, notamment sur la question du financement du processus électoral. Ce qu’il faut savoir c’est que, depuis les engagements pris par Joseph Kabila pour financer ces élections, à l’heure d’aujourd’hui, ces financements posent problème. D’autre part, il y a aussi toujours la question de la machine à voter pour laquelle il n’y a toujours pas de consensus. Il y a aussi des problèmes de décrispation politique avec la possibilité pour certains candidats de pouvoir postuler à la magistrature suprême. Et surtout la dernière question importante, c’est celle de sa candidature, sa potentielle candidature, Joseph Kabila, à la présidentielle du 23 décembre. Il y a toutes ces questions, et comme le Congo n’a pas de réponse, le Congo préfère ne pas rencontrer ces différentes personnalités pour ne pas répondre à ces différentes questions.
Lors de ses deux dernières prises de paroles, le 26 janvier en conférence de presse et le 30 juin dans un discours radiotélévisé, le président Kabila a refusé de dire formellement qu'il ne briguerait pas un troisième mandat conformément à la Constitution. Qu’est-ce que cela signifie à votre avis ?
Justement, c’est toutes ces questions auxquelles il ne veut pas répondre. Le fait qu’il ne se prononce pas remet en question cet accord [de la Saint-Sylvestre 2016] sur sa non candidature. D’autre part aussi, il y a au niveau de Kinshasa des faits qui montrent que Kabila pourrait se présenter notamment en essayant de créer un front de tous les partis politiques pour soutenir une éventuelle candidature unique de la majorité. Nous sommes déjà au mois de juillet, à quelques mois de l’échéance du 23 décembre, et on n’a toujours pas de dauphin. Et donc de ce fait là, on présume, il se pourrait, que le président Kabila pourrait déposer quand même une candidature aux élections du 23 décembre, ce qui serait tout à fait anticonstitutionnel.

Alors vous parlez de cette plateforme FCC, le Front commun du Congo. Cette plateforme pro Kabila annonce qu’elle soutiendra une seule candidature sur la base d’un programme commun. On s’attend donc à une annonce d’ici le 8 août prochain, date de la clôture des candidatures. Qui sera à votre avis ce candidat ?
Le FCC est un conglomérat de plusieurs personnalités qui ont chacune des ambitions présidentielles et, si ce n’est pas Kabila qui est candidat unique déclaré par ce front, ce front va éclater. C‘est pour ça d’ailleurs que je suis convaincu que la plateforme ne pourra pas désigner un dauphin dans les prochaines semaines. Et c’est ça aussi qui accrédite la thèse d’une potentielle candidature de Joseph Kabila aux élections du 23 décembre 2018.
Le Collectif des laïcs catholiques, le CLC, a programmé de nouvelles actions les 12, 13 et 14 août prochain, juste après la clôture des candidatures du 8 août. Pensez-vous que le CLC a déjà anticipé une candidature du président sortant ?
Je pense effectivement que le CLC veut maintenir la pression sur Kabila, sur cette question justement de sa non candidature aux élections du 23 décembre. Par ailleurs, il faut aussi souligner qu’au niveau international, il est demandé au président Kabila de pouvoir s’exprimer clairement avant cette date pour lever toute équivoque quant à sa participation. Les pays voisins ne sont pas prêts à accepter qu’il y ait à nouveau un Congo déstabilisé, qui va les impacter.

Si Joseph Kabila annonce sa candidature, comment réagiront la communauté internationale et les Etats-Unis ?
Il y a plusieurs pistes qui sont déjà sur la table de plusieurs chancelleries aussi bien africaines qu’internationales. Il y a d’une part une option qui serait clairement qu’il y ait une intervention militaire sur le territoire congolais pour rétablir ce qu’on pourrait appeler l’ordre constitutionnel. Et au niveau de l’Union africaine, il va de soi que, lorsqu’il y a un coup d’Etat ou un renversement d’ordre constitutionnel, il y a toujours une option de pouvoir demander aux pays d’intervenir pour rétablir l’ordre constitutionnel. Deuxième option, ce serait une option de transition avec un autre président qui pourra organiser ces élections. La dernière option ce serait aussi une espèce de révolte du fait que la population va descendre dans la rue suite à l’appel de plusieurs organisations, par exemple le CLC. Ces manifestations pourraient aboutir à une espèce de renversement de situation du Congo.
Quels sont les différents types de sanctions qui sont envisagées par Washington ?
Alors il y a d’abord les sanctions individuelles, les Américains les ont déjà annoncées à plusieurs reprises. C’est-à-dire toucher individuellement les personnes qui sont impliquées non seulement dans les violations des droits de l’homme mais aussi [les personnes] qui entravent le processus électoral. Deuxièmement il y a les sanctions de type étatique comme celles qui ont été prises contre l’Iran, c’est-à-dire interdire aux entreprises américaines de pouvoir traiter avec les entités publiques ou privées de la RDC et ça, ça pourrait avoir un impact fort sur le social et sur l’économie de la RDC.

Est-ce que ce dernier type de sanctions pourrait viser les entreprises européennes qui font du commerce avec le Congo ?
Bien entendu du fait que la plupart des entreprises qui travaillent au Congo, d’une part travaillent beaucoup plus en dollars qu’en euros, d’autre part font affaire avec le Congo alors qu’une grande part du secteur financier est garantie par le système du Trésor américain. Et donc certainement que les entreprises européennes et même asiatiques pourraient être touchées par ces sanctions. Celles-ci, ces sanctions pourraient toucher la RDC de manière directe comme c’est le cas pour l’Iran. Je vois mal comment le Congo pourrait s’en sortir et je vois mal comment la population congolaise pourrait accepter de vivre sous une tension et sous un régime oppresseur comme on est en train de le voir actuellement."


"Après la visite ratée à Kinshasa. Guterres – Moussa Faki : la RDC au menu des discussions à Addis-Abeba !"
° https://laprosperiteonline.net/2018/07/10/apres-la-visite-ratee-a-kinshasa-guterres-moussa-faki-la-rdc-au-menu-des-discussions-a-addis-abeba/


"RDC: Kabila, candidat président du FCC?"
Evil or Very Mad Twisted Evil Embarassed Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Question Question Question
° https://www.politico.cd/actualite/la-une/2018/07/04/rdc-kabila-candidat-president-du-fcc.html

"A LA FAVEUR DE LA REVISION DE LA CONSTITUTION EN 2011, SUR UNE MATIERE CONCERNANT L’IMMUTABILITE
« JOSEPH KABILA A LE DROIT DE SE REPRÉSENTER COMME INDÉPENDANT EN 2018 », SOUTIENT FERDINAND KAMBERE "

Evil or Very Mad  Twisted Evil  Embarassed  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Question  Question  Question
° http://www.forumdesas.org/spip.php?article16314

"RDC : Les chefs coutumiers convoqués pour soutenir Kabila"
° https://afrique.lalibre.be/21441/rdc-les-chefs-coutumiers-convoques-pour-soutenir-kabila/

"RDC : Le PPRD demande à la CENCO de « cesser de faire du mandat du Président KABILA un fonds de commerce »"
° https://actualite.cd/2018/07/11/rdc-le-pprd-demande-a-la-cenco-de-cesser-de-faire-du-mandat-du-president-kabila-un-fonds-de-commerce/

Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: ‘JK’ MAÎTRE DES HORLOGES, CAD DU TEMPS ET DE SON CONTENU, POUR CADENASSER LES PROCHAINS SCRUTINS ! Y’A-T-IL QUELQU’UN, UNE FORCE DANS CE PAYS POUR L’EN DÉPOSSÉDER ET COMMENT ?

Message  ndonzwau le 14/7/2018, 3:45 pm

Jusqu’où ces institutions internationales censées préséantes sur les nationales vont-elles accepter de boire la tasse devant les potentats africains ?
Pauvre ONU, impuissant Guterres, voilà que c'est maintenant lui, qui est acculé à justifier le refus de JK’ à le recevoir… La diplomatie est utilement douce, subtile mais ne doit-elle pas pour rester efficace parfois taper fermement du poing ?
Guterres a maintenant un peu de bouteille et donc censé savoir que pour compter dans le monde son institution a besoin de ce langage fort devant les dictateurs et il le faut face à un ‘JK’ qui prend manifestement plaisir à ignorer et à humilier ses partenaires régionaux et internationaux dont il annule tour à tour les rdv bel et bien conclus auparavant. Jusqu’où ?


Ici Guterres veut bien croire à la fable de 'JK' si malicieusement racontée selon laquelle il allait incessamment annoncer des « décisions importantes », enfin un retrait clair et assumé de la scène politique comme l'y enjoignent la Loi et les Conventions ? Les ponts ne seraient pas coupés entre eux, veut bien croire Guterres, tant mieux mais quand même pas trop de naïveté, d'une nécessité du passé d'un régime qui a toujours fait le contraire de ce qu'il a promis ?
Y croit qui veut, est-il qu'il est plus que clair que 'JK' reste ici le "Maître des Horloges", il manipule le temps à sa guise au nez et à la barbe de Guterres, Grand Manitou du monde soit-il...

La seule garantie : accentuer les pressions sur 'JK' si l'on veut être pris au sérieux, multiplier des menaces fortes et crédibles sinon c'est le même refrain, celui d'un apprenti dictateur qui empile les artifices pour tromper les Congolais et le monde surtout qu'il garde la confiance et l'intérêt des Rwandais et Cie pour ce faire...


"RDC: l’ONU assure que les ponts ne sont pas coupés avec Kinshasa
° http://www.rfi.fr/afrique/20180713-rdc-onu-guterres-ponts-sont-pas-coupes-kinshasa
Lors d'une conférence de presse tenue au siège des Nations unies à New York, le secrétaire général de l'ONU est revenu sur l'annulation de sa visite avec le président congolais, Joseph Kabila, en début de semaine. Il a assuré que les ponts n'étaient pas coupés avec Kinshasa.

En ce qui concerne la République démocratique du Congo, nous venons de recevoir la confirmation que notre visite serait la bienvenue prochainement. Et la raison qui nous a été donnée pour le report était que le président allait prendre très bientôt, ou annoncer très bientôt, une série de décisions importantes et que le président ne voulait pas donner l'impression qu'il les prenait sous la pression internationale.
Antonio Guterres, secrétaire général de l'ONU
13-07-2018 - Par Marie Bourreau

00:00
 00:00

Le président Joseph Kabila a promis un discours à la nation d’ici la fin de la session extraordinaire au Parlement, le 19 juillet."


"RDC : Kabila devrait annoncer des décisions importantes dans les jours qui viennent, d’après Antonio Guterres"
° https://actualite.cd/2018/07/13/rdc-kabila-devrait-annoncer-des-decisions-importantes-dans-les-jours-qui-viennent-dapres-antonio-guterres/
Le gouvernement congolais promet d’annoncer une nouvelle date pour la rencontre entre le président Joseph Kabila, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, et le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat. 

Expliquant les raisons de ce rendez-vous manqué, le patron de l’ONU a laissé entendre que Joseph Kabila va annoncer prochainement des « décisions importantes ».
« La raison qui nous a été donnée pour le report était que le président allait prendre très bientôt, ou annoncer très bientôt, une série de décisions importantes et qu’il ne voulait pas donner l’impression qu’il les prenait sous la pression internationale », a ajouté Antonio Guterres. « Non seulement notre visite, mais également d’autres ont été repoussées », a précisé Guterres dans une conférence de presse rapportée par l’AFP.
Kabila va s’adresser à la nation avant le vendredi 20 juillet prochain devant les deux chambres du parlement, réunies en congrès, avait dit le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, le 20 juin 2018 lors de l’ouverture de la session parlementaire extraordinaire.

Selon Human Right Watch, la visite conjointe d’Antonio Guterres et de Moussa Faki Mahamat aurait été l’occasion de transmettre à Kabila un message « ferme et coordonné » sur les conditions minimales qui doivent être respectées pour que le prochain scrutin soit crédible, ainsi que sur les mesures que l’ONU et l’UA lui imposeraient s’il s’abstenait de les mettre en place.
« Si cela veut dire qu’il va prendre la bonne décision et qu’il veut donner l’impression que la pression internationale ne l’a pas conduit à prendre la bonne décision, un report me va très bien », a dit le chef de l’ONU en ajoutant qu’il a reçu la confirmation que « la visite serait la bienvenue prochainement« ."

° http://7sur7.cd/new/kabila-va-annoncer-bientot-de-grandes-decisions-ne-voulait-donner-limpression-de-les-prendre-sous-pression-a-guterres-sur-report-visite-en-rdc/
° http://www.cheikfitanews.net/2018/07/lu-pour-vous.kabila-va-annoncer-prochainement-des-decisions-importantes-selon-guterres.html
° https://www.voaafrique.com/a/kabila-va-annoncer-prochainement-des-d%C3%A9cisions-importantes-selon-guterres/4480196.html
° https://afrique.lalibre.be/21554/rdc-kabila-va-annoncer-prochainement-des-decisions-importantes-selon-guterres/


"Présidentielle 2018 : Les pressions s’accentuent sur Joseph Kabila"
° http://www.latempete.info/presidentielle-2018-les-pressions-saccentuent-sur-joseph-kabila/


"Pourquoi Kabila fait attendre l’ONU et l’Union africaine
° http://blog.lesoir.be/colette-braeckman/2018/07/10/pourquoi-kabila-fait-attendre-lonu-et-lunion-africaine/
Kabila fait attendre les représentants de l’ONU et de l’Union africaine

A Kinshasa, le président Kabila a confirmé, si besoin en était, qu’il était bien le « maître du temps » et n’était pas disposé à se laisser dicter son agenda par qui que ce soit.
C’est ainsi que cette semaine, trois rendez vous importants ont été décommandés : avec le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, qui, se trouvant en Ethiopie, avait prévu de se rendre à Kinshasa en compagnie de l’envoyé spécial de l’Union africaine Moussa Faki Mahamat, et avec l’ambassadrice américaine aux Nations unies Nikki Hailey.
Ces visites étaient inspirées par l’inquiétude que suscite la situation en RDC, où les intentions exactes du président ne sont toujours pas connues, où tant l’utilisation de la « machine à voter » que le financement du prochain scrutin toujours prévu pour le 23 décembre, suscitent de nombreuses questions tandis que le Comité des laïcs chrétiens annonce une prochaine reprise des manifestations.

La tension monte à mesure que les délais s’amenuisent : les candidatures pour les élections présidentielles doivent être déposées entre le 25 juillet et le 8 août prochains. On devrait savoir d’ici là si le chef de l’Etat, dont le mandat a expiré en décembre 2016, renonce réellement à se présenter ou s’il entend se porter candidat, sous le prétexte très contesté qu’après le premier mandat la constitution avait été modifiée, autorisant un scrutin présidentiel à un tour.
« Nul ne connaît ses intentions réelles » nous explique l’un de ses proches, « mais ce qui est sûr, c’est que le président juge inopportun d’informer des personnalités étrangères avant de s’adresser aux parlementaires congolais eux-mêmes. » Et de rappeler que, avant le 22 juillet, sera convoquée une session extraordinaire de l’Assemblée et du Sénat. Les deux chambres ainsi réunies auront pour tâche d’examiner la question du statut à accorder à un ancien chef de l’Etat (en termes de sécurité, de protection juridique, de garantie sur ses avoirs…) et surtout elles auront à entendre un « discours à la Nation » que le président Kabila est d’ores et déjà en train de préparer.

Le ministre congolais des affaires étrangères She Okitundu a par ailleurs fait savoir que tant le secrétaire général de l’ONU que l’émissaire de l’Union africaine demeuraient les bienvenus à Kinshasa « dans un délai qui conviendra à toutes les parties… »"




"« Déclaration de guerre » : Les propos de Ndaywel sur Kabila enflammeront-ils le pays ?"
° http://groupelavenir.org/declaration-de-guerre-les-propos-de-ndaywel-sur-kabila-enflammeront-ils-le-pays/


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum