RÉUNION DES SIX TENORS DE L’OPPOSITION A BRUXELLES CE JOUR ! UNE CERTAINE AVANCÉE DANS L’UNITÉ ET SURTOUT DANS LA FERMETÉ FACE A ‘JK’, STRATÉGIQUE, POURVU QU’ILS S’Y TIENNENT TOUS ! (COMMUNIQUÉ) !

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Re: RÉUNION DES SIX TENORS DE L’OPPOSITION A BRUXELLES CE JOUR ! UNE CERTAINE AVANCÉE DANS L’UNITÉ ET SURTOUT DANS LA FERMETÉ FACE A ‘JK’, STRATÉGIQUE, POURVU QU’ILS S’Y TIENNENT TOUS ! (COMMUNIQUÉ) !

Message  ndonzwau le 29/10/2018, 10:24 pm

L'opposition Congolaise n'a en fait jamais fait preuve d'une existence solide et efficace, à l'image de toute la médiocre classe politique de notre pays, davantage habituée à se servir dans l'immédiat plutôt qu'habitée d'une vision et engagée dans les actions au service d'un avenir garanti du pays pour longtemps ; à se demander si elle a jamais pris conscience de sa fonction de contre-pouvoir légal.
Depuis peu à la veille des scrutins cruciaux, elle clame à raison la nécessité de son unité pour mieux faire face à un adversaire pervers et puissant, elle n'en a pas pourtant réussi (pas encore) à vraiment la matérialiser.

Question néanmoins : la récente et soudaine désolidarisation de l'Udps est-elle en résonance avec cette quasi structurelle irresponsabilité de nos politiciens ou procède-t-elle aussi d'autres explications ?
Que veut exactement l'Udps lorsque contrairement à son discours d'il y'a encore quelques jours elle annonce en catastrophe sa décision d'aller aux élections machine à voter ou pas ? D'autant que tout en y faisant "cavalier seul", elle n'en continue pas moins de 'rejeter la machine et cie' en même temps qu'elle signe encore les mêmes textes avec les autres qui eux de leur côté n'entendent pas non plus boycotter les prochains scrutins.

Ainsi donc les différents groupes de cette opposition fondent leurs projets sur des exigences identiques mais n'adoptent pas les mêmes modalités notamment le même calendrier pour les mettre en œuvre.
Le moins qu'on puisse en déduire est que l'Udps veut y signifier sa 'singularité' mais pour quels intérêts propres à terme foncièrement différents de ceux des autres partis de l'opposition ?
Sans conteste l'Udps veut imposer sa suprématie de première force de l'opposition au calendrier et en volume mais "objectivement la voie qu'elle emprunte ici défend-elle mieux ses intérêts" ? Il y'a un moment où les rivalités tout a fait légitimes ne profitent que lorsqu'on les apprivoise tant bien que mal...
Voilà, à mon avis, le nœud autour duquel tourne cette affaire de contre-pouvoir manquant à l'opposition particulièrement en ces temps de soudaine sortie de route de l'Udps !

Selon moi, à ce stade, le problème, on le perçoit vite, n'est pas que l'Udps ait tort d'attester qu'il faudra bien au besoin aller aux élections même avec la machine, ses rivaux ne veulent pas non plus les boycotter ou du moins personne ne veut endosser la responsabilité d'un éventuel capotage du processus ou coupable d'une "chaise vide" dont elle ne peut maîtriser les conséquences ; le problème est que, au-delà d'une simple gesticulation de positionnement, l'Udps est en vérité quasiment incapable de gagner seule sans l'appui des autres forces de l'opposition, sauf alors à "collaborer" avec le régime. Où sont alors ses intérêts qu'elle prétend poursuivre ici ?

On aura donc compris que le mobile à la genèse de ce changement de cap de l'Udps tient à un choix stratégique né de l'impossibilité d'imposer son leadership et son leader à ses conditions, inacceptable pour elle, mais tient en même temps à cet endémique échec de nos politiciens, d'une gouvernance qui a davantage affamé et tué que construit une Nation gagnante.  La machine à voter, dit l'autre, est "cette arme de division massive de l'opposition", certes oui mais aussi et d'abord l'expression douloureuse, disais-je, de notre descente incessante en enfer, de ces gouvernements successifs défaillants. Aujourd'hui comme hier ces fautes exigent des patriotes Congolais et des étrangers de bonne volonté, dénonciation active faute d'être coupables de non-assistance à peuple en danger d'extermination nationale et humaine. Comme dit aussi un autre, "personne ne pourra dire demain « je ne savais pas »...


"RDC : Personne ne pourra dire « je ne savais pas »
° https://afrique.lalibre.be/26476/rdc-personne-ne-pourra-dire-je-ne-savais-pas/



Edito par Hubert Leclercq

Le 23 décembre prochain, la République démocratique du Congo devrait élire le successeur de Joseph Kabila après près de 18 années de règne. Mais le président, hors mandat depuis décembre 2016, et toute sa clique n’entendent pas plier bagage ni, surtout, se soumettre au jeu démocratique qu’implique un passage par les urnes.


Le pouvoir en place est en passe d’organiser des élections plus que “douteuses” en se basant sur un fichier électoral unanimement critiqué avec près de dix millions d’inscrits “inconnus” et en recourant au vote électronique. Surréaliste dans un pays où moins de 15 % du territoire a accès à l’électricité et où une majorité des votants n’a jamais été confrontée à un écran tactile. Inconstitutionnel aussi. Le texte fondamental, promulgué en 2006 par Kabila, prévoit un vote sur bulletin papier… comme le prévoyait le calendrier électoral déposé en 2017 par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), qui n’a d’indépendante que le nom.
Face à cette volonté du pouvoir de piper les dés, avec un candidat transparent et sanctionné par l’Union européenne pour son rôle dans les massacres de civils lorsqu’il était ministre de l’Intérieur, les leaders de l’opposition font front commun et ont lancé une série de manifestations pacifiques pour réclamer le retrait de cet arsenal frauduleux. La communauté internationale, elle, après s’être un tantinet mobilisée pour éviter que Kabila ne tente de se représenter pour un troisième mandat inconstitutionnel, est aphone. Pourtant, l’enjeu est de taille et dépasse les frontières de la RDC. Un scrutin organisé dans ces conditions ne peut déboucher que sur une contestation massive avec son lot de débordements, de répressions et l’inévitable instabilité qui jettera des millions de Congolais sur les routes, affectant les neuf pays voisins et, au-delà, une bonne partie du continent africain. Un jeu de dominos trop prévisible pour se contenter d’un rôle de spectateur passif


"En marge des marches de vendredi : l’Opposition exige un Président et des députés incontestables"
° http://www.lephareonline.net/marge-marches-de-vendredi-lopposition-exige-president-deputes-incontestables/
A l’appel de l’Opposition, des dizaines des milliers des Congolaises et Congolais de tous les âges sont descendus dans les rues de Kinshasa et de plusieurs villes du pays, le vendredi 26 octobre 2018, pour protester contre l’usage de la machine à voter lors de la présidentielle et des législatives nationales et provinciales du 23 décembre 2018.

Dans la capitale, plusieurs ténors de l’Opposition étaient en première ligne, de l’Echangeur de Limete, point de départ de la marche, à l’esplanade du Boulevard Triomphal, retenu comme point de chute.
Arrivés le même vendredi vers minuit, en provenance de Pretoria, en Afrique du Sud, où ils venaient de participer au Conclave de l’opposition, Vital Kamerhe, Martin Fayulu, Adolphe Muzito et Freddy Matungulu, n’ont presque pas eu de temps de repos. Tenant à honorer leur engagement d’être aux côtés des marcheurs, ils se sont signalés à l’Echangeur de Limete vers 9 heures, pour se joindre à  leurs compagnons de lutte restés à Kinshasa, notamment Jean Bertrand Ewanga, Christophe Lutundula, Fidèle Babala, Freddy Sukusuku, etc.
D’autres candidats président de la République, à savoir Théodore Ngoy et Marie Josée Ifoku des institutions, ont également pris part à cette manifestation.
Marie José Ifoko, l’unique femme candidate à la magistrature suprême du pays, était porteuse de son raditionnel balai, symbole du balisage de la voie devant conduire aux élections transparentes, sans la machine à voter et les 10 millions d’électeurs sans empreintes digitales.

Tout au long de la procession, de l’Echangeur de Limete au Boulevard Triomphal, les manifestants ne cessaient de scander « Toboyi machine à voler » ou encore « Non, non, non… jamais ne passera… machine à voler
jamais ne passera… ».
Ils ont suivi, dans l’ordre et la discipline, l’itinéraire convenu entre leurs leaders et le gouverneur de la ville de Kinshasa.(...)"



"Appels sur l'actualité
[Vos réactions] RDC: les deux camps se mobilisent"

° http://www.rfi.fr/emission/20181029-vos-reactions-rdc-deux-camps-mobilisent

"RDC : l'Opposition et la candidature de la discorde"
° https://www.politico.cd/encontinu/2018/10/29/rdc-lopposition-et-la-candidature-de-la-discorde.html

""Il faut combattre la machine à voter car c'est un outil pour la victoire du FCC avec ou sans les élections" : Alain-Daniel Shekomba"
° https://www.politico.cd/en-off/2018/10/29/il-faut-combattre-la-machine-a-voter-car-cest-un-outil-pour-la-victoire-du-fcc-avec-ou-sans-les-elections-alain-daniel-shekomba.html

"Machine à voter, précampagne électorale, manifestations publiques, Élections : l’incertitude persiste
° http://www.latempete.info/32891-2/

"APRES LA MARCHE DE L’OPPOSITION LE WEEK-END DERNIER
JP Bemba : " Vers mi-novembre, je rentrerai pour soutenir le candidat unique et mes candidats aux législatives et aux provinciales"

° https://www.forumdesas.org/spip.php?article17535
Plus de 72 heures après la marche de l’opposition, le leader du Mouvement de libération du Congo (MLC) est revenu sur cette manifestation dans une interview accordée à afriquelalibre.be. A ce propos, il a fait savoir qu’il regagnerait le pays vers mi-novembre pour soutenir le candidat unique et ses candidats aux législatives et aux provinciales. " Vous me verrez en tête des cortèges " a-t-il rassuré.

Le chairman du MLC affirme, par ailleurs, qu’il avait espéré rentrer le 26 octobre, mais que son agenda était bousculé par l’enchaînement des réunions pour l’avenir du pays. Toutefois, concernant la candidature unique, il a fait savoir qu’un groupe de travail, avec des représentants de toutes les composantes de l’union de l’Opposition, a débroussaillé le chantier en Afrique du Sud. Ils ont, à cet effet, annoncé la désignation d’un candidat unique pour le 15 novembre au plus tard. " Une session de travail est prévue du 7 au 10 novembre entre les leaders de ces mouvements. On sait que ce ne sera pas facile ; mais on va y arriver", a fait remaruer le chairman.
Le président du MLC regrette toutefois l’absence de l’UDPS à la marche du 26 octobre. Le sénateur Jean-Pierre Bemba tout en la regrettant, considère que c’était un rendez-vous manqué. Mais, il n’y a rien de définitif. J’espère que l’UDPS se ravisera ", a -t-il lâché. Forum des As publie ci-dessous l’intégralité de cette interview.
Emma Muntu

L’ancien vice-président congolais et ancien détenu en préventive de la CPI veut-il encore croire en un départ de Joseph Kabila ?
" Ce ne sera pas évident, je le sais", réplique-t-il. Mais, c’est le seul moyen pacifique dont nous disposions aujourd’hui. La marche populaire de ce vendredi contre la "machine à voter" est une première et une première réussie. D’autres marches vont suivre et nous allons tout faire pour que cela aille crescendo".
Derrière ces mots, Jean-Pierre Bemba, président de Mouvement de Libération du Congo (MLC), ancien vice-président congolais, l’homme a passé dix ans en détention préventive dans les geôles de la Cour Pénale internationale, pour crime de guerre et crime contre l’humanité, avant d’être innocenté en juin dernier à deux mois de la date limite des inscriptions pour les candidatures à la présidentielle congolaise. Mais Bemba a finalement été privé de course à la magistrature suprême suite à une condamnation à un an de prison pour subornation de témoins dans le cadre de son dossier à la CPI.
Dès lors avant d’être libéré, Bemba avait lancé l’idée d’une candidature unique de l’opposition. "Nous nous dirigeons vers des échéances cruciales et nous voyons un gouvernement qui fait tout pour se maintenir au pouvoir. Il exclut des candidats, il met en place un processus électoral dont le seul objectif est d’assurer la victoire de ses favoris à tous les niveaux de scrutins. Face à cette situation, l’opposition doit se donner les moyens de faire face. Un de ses moyens, c’est une candidature unique."
Sera-ce suffisant ? (...)"

° https://cas-info.ca/2018/10/bemba-sur-la-candidature-commune-de-lopposition-il-faut-que-nous-trouvions-un-consensus/


"A 21 jours du début de la campagne électorale. Machine à voter : vers un duel aux couteaux !"
° https://laprosperiteonline.net/2018/10/28/a-21-jours-du-debut-de-la-campagne-electorale-machine-a-voter-vers-un-duel-aux-couteaux/


"Machine à compter
° https://lepotentielonline.net/2018/10/28/machine-a-compter/

"Qui veut la paix…"
° https://laprosperiteonline.net/2018/10/28/qui-veut-la-paix/


"RDC: polémique autour du financement du meeting du FCC"
° http://www.rfi.fr/afrique/20181029-rdc-polemique-autour-financement-meeting-fcc
En RDC, l'ACAJ, l'Association congolaise pour l'accès à la justice, s'interroge sur l'origine des fonds ayant servi à financer le meeting du FCC. Le Front commun pour le Congo a réuni samedi 27 octobre plusieurs dizaines de milliers de personnes au stade Tata Raphael de Kinshasa. A première vue, la rencontre entre Emmanuel Ramazani Shadary - le candidat de la majorité présidentielle - et ses militants était donc un succès. Mais l'ACAJ soupçonne les organisateurs d'avoir utilisé l'argent du Trésor public et demande des clarifications aux autorités.

Par le biais de ses agents sur le terrain, l'ACAJ dit avoir recueilli des informations selon lesquelles de nombreux bus de la compagnie publique Transco ont été réquisitionnés illégalement pour l'occasion. D'après l'ONG, des représentants des forces de sécurités, en civil, étaient également présents dans les gradins. Et plusieurs participants se seraient vu remettre ou promettre des sommes d'argent.
«  C'est un acte qui étonne, affirme Georges Kapiamba, président de l'ACAJ, pour lequel nous espérons recevoir vivement des explications de la part des organisateurs qui sont, pour la plupart, membres du gouvernement et donc soumis au principe de redevabilité. »

Sous couvert d'anonymat, un fonctionnaire contacté par RFI raconte avoir été enjoint de participer au meeting, sans quoi « il aurait des problèmes ». 17 000 francs congolais lui auraient été promis en échange. Il affirme n'en avoir touché que 2 000. Lambert Mende, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, dément catégoriquement : « Il n'y a jamais eu d'ordres donnés pour forcer les gens à venir ou des menaces contre les gens qui ne sont pas venus. Ca c'est complètement faux. »
Le ministre dément également les accusations de réquisition illégales de bus Transco. Il assure que ceux-ci ont été loués grâce aux cotisations de chaque regroupement politique."




"Tata Raphaël : Pari gagné pour le FCC"
Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Question  Question  Question  Question  Question
° https://www.forumdesas.org/spip.php?article17532

"La démocratie a gagné !"
Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Question  Question  Question      
° https://www.forumdesas.org/spip.php?article17531

° http://www.latempete.info/32888-2/
° http://www.rfi.fr/afrique/20181028-rdc-emmanuel-shadary-candidat-retrait-joseph-kabila-fcc-presidentielle


"Ramazani Shadary, le « dauphin » qui n’avait rien à dire…"
° http://www.congoindependant.com/ramazani-shadary-le-dauphin-qui-navait-rien-a-dire/


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: RÉUNION DES SIX TENORS DE L’OPPOSITION A BRUXELLES CE JOUR ! UNE CERTAINE AVANCÉE DANS L’UNITÉ ET SURTOUT DANS LA FERMETÉ FACE A ‘JK’, STRATÉGIQUE, POURVU QU’ILS S’Y TIENNENT TOUS ! (COMMUNIQUÉ) !

Message  ndonzwau le 1/11/2018, 1:36 am

Un sondage de BERCI associé au GEC réalisé entre le 29 septembre et le 15 octobre 2018 auprès de 1179 personnes âgées de 18 ans et plus, réparties dans les 26 provinces du pays, dévoile une percée fulgurante de FT Tshilombo le plaçant loin devant le dauphin en même temps qu'il note une nette ascension de l'Udps aux législatives au détriment du Mlc.
Tshilombo est à 36%, Kamerhe à 17%, Ramazani à 16%, Fayulu à 8%, Matungulu à 5%. Par ailleurs selon ce sondage Katumbi (82%) et Bemba sont en tête des personnalités politiques les plus populaires tandis que 76% des personnes interrogées se font une « mauvaise opinion » de 'JK' (57 % contre le choix de Ramazani candidat), et 64% ne font pas confiance à la Ceni pour organiser des élections libres et transparentes (74 % d’opinions défavorables pour Nangaa).

[70% contre l'utilisation de la machine à voter et presque autant contre le fichier électoral avec ses enrôlés sans empreintes; une majorité des sondés ne fait pas confiance aux cours et tribunaux pour trancher d'éventuels litiges issus des élections et 60% pessimistes pour l'avenir les cinq prochaines années -
76% ont « une bonne opinion » de l’opposition et 70% favorables à une candidature unique pour cette opposition, 2/3 contre un report des scrutins, 56% prêts à participer à une manifestation si les élections sont « retardées » ou « truquées ».]



 
Pour autant, les deux tiers des sondés ne sont pas favorables à un report du scrutin. 56 % se disent prêts à participer à une
: six sondés sur dix se déclarent pessimistes pour l’avenir du pays pour les cinq prochaines années

Il n'en fallait pas plus pour que la Majorité dénonce une mise en scène opportuniste, une « volonté de conditionner l’électorat » le poussant à choisir le candidat unique de l’opposition, d'autant que BERCI est connu proche de Kamitatu et le GEC toujours très critique envers ce pouvoir. Bien sûr un sondage est un instantané qui ausculte la population à un moment donné, il ne peut être autrement parole d'évangile d'autant que chez nous les conditions de vote sont souvent autrement conditionnées que lorsqu'il faut répondre à un questionnaire au téléphone mais on peut accorder un minimum de confiance au professionnalisme de cette équipe de sondeurs. Le sondage révèle bien une réalité qu'on ne peut pas purement et simplement balayer d'un revers de main.
Que nous dit-il essentiellement sinon que le dépit de la population à l'égard du pouvoir en place est tenace et que Tshilombo a bel et bien haussé son statut sur la voie de son père ; à l'inciter à croire qu'il n'a besoin de personne d'autre pour gagner ?

Qu'en dire ?
D'abord qu'un sondage n'est pas le vote effectif comme j'ai tenté de l'expliciter à ma sauce. Les intentions de vote ont le temps d'être reconditionnées surtout chez nous...
Ensuite que la capacité de fraude existera toujours avec cette autocratie si donc on ne fait pas suffisamment pour l’annihiler, même avec écart important les résultats du vote risquent demain de nous surprendre. Déjà le pouvoir a commencé son travail de sape en dénonçant l’opportunisme de ce sondage et en décrétant sa nullité.
Enfin que Tshilombo et l'Udps seraient mieux inspirés de ne pas s'asseoir sur leurs lauriers et de ne pas négliger les bienfaits de l'unité même si au vu de cet instantané ils ont toutes les raisons de revendiquer la tête de la candidature commune...


"Elections
Présidentielle en RDC : un sondage contesté par le camp Kabila donne Félix Tshisekedi favori

° https://www.jeuneafrique.com/655929/politique/presidentielle-en-rdc-un-sondage-conteste-par-le-camp-kabila-donne-felix-tshisekedi-favori/



Les résultats du nouveau sondage du Groupe d'étude sur le Congo (GEC), rendus publics ce mardi 30 octobre, placent l'opposant Félix Tshisekedi loin devant Emmanuel Ramazani Shadary, dont l’entourage dénonce une « volonté de conditionner l’électorat ». Au point d’influer sur le choix du candidat unique de l’opposition ?
Est-ce cette fulgurante percée de Félix Tshisekedi qui l’a incité à violer l’embargo ? Toujours est-il que c’est un diplomate, selon nos informations, qui a partagé le contenu du nouveau sondage du Groupe d’étude sur le Congo (GEC), à la veille de la date prévue pour sa divulgation – mercredi 31 octobre. Dès ce mardi, en effet, ce document de 16 pages circulait déjà sur WhatsApp, obligeant ses auteurs à le rendre public avant l’heure.
Réalisé entre le 29 septembre et le 15 octobre 2018 auprès de 1179 personnes âgées de 18 ans et plus, réparties dans les 26 provinces du pays, ce cinquième « sondage d’opinion publique » du GEC, en association avec le Bureau d’études, de recherches et de consulting international (Berci), s’est penché sur la « redistribution des rapports de force politique » après la publication de la liste définitive des candidats en lice pour la présidentielle du 23 décembre en RDC.

Félix Tshisekedi loin devant

« La principale leçon à tirer, c’est le changement de statut de Félix Tshisekedi », décrypte Jason Stearns, le directeur du GEC, basé à New York, que Jeune Afrique a joint par téléphone. Avec 36% d’intentions de vote, le leader de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) profiterait ainsi des invalidations de candidatures de Jean-Pierre Bemba et de Moïse Katumbi pour devancer tous les autres candidats de l’opposition encore en lice : Vital Kamerhe (17%), Martin Fayulu (8%) et Freddy Matungulu (5%). Mais ce n’est pas tout.

Félix Tshisekedi devancerait Ramazani Shadary d’au moins sept millions de suffrages.

A en croire ce sondage, Félix Tshisekedi se placerait en effet loin devant Emmanuel Ramazani Shadary, le dauphin désigné in extremis par le président Joseph Kabila. « Les résultats de notre sondage font état d’un écart de 20 % entre les deux hommes : Félix Tshisekedi est crédité de 36 % alors que Ramazani Shadary ne parvient qu’à rassembler les quelque 16 % qui revenaient jadis collectivement aux anciens prétendants à la succession de Joseph Kabila », poursuit Jason Stearns.
Pour cet ancien expert onusien, expulsé de RDC en avril 2016, « si on le calque sur le taux de participation à la présidentielle de 2011 [58,81%], cet écart signifie surtout que Félix Tshisekedi devancerait aujourd’hui Ramazani Shadary d’au moins sept millions de suffrages ». En conséquence, selon Jason Stearns, « l’échelle de la fraude devra être énorme » pour garantir une victoire du candidat de la coalition au pouvoir.

« Ils veulent conditionner l’électorat »

Dans les rangs du Front commun pour le Congo (FCC, majorité présidentielle), on s’interroge sur l’opportunité de ce sondage. « Pourquoi les auteurs de cette prétendue enquête d’opinion n’ont-ils pas tenu compte de l’engouement constaté lors de la présentation de notre candidat, samedi 27 octobre, au stade Tata Raphaël, à Kinshasa ? » lance le professeur Adolphe Lumanu, l’un des stratèges de la « Kabilie », très proche d’Emmanuel Ramazani Shadary.

Au FCC, nous ne croyons pas à cette mise en scène concoctée depuis l’étranger.

Pour celui qui est aussi l’un des vice-présidents du Conseil national de suivi de l’accord de la Saint-Sylvestre (CNSA), « ce sondage n’est qu’une façon de préparer l’opinion ». « Ils veulent conditionner l’électorat, mais ça ne marchera pas ! » jure-t-il, revendiquant le « contrôle de la situation à plus de 80 % ».
« Au sein du FCC, nous sommes sereins et confiants. Nous ne croyons pas du tout à cette mise en scène concoctée depuis l’étranger. Je n’ai pas vu, par exemple, les enquêteurs du GEC chez moi, à Idiofa », tacle Adolphe Lumanu.
« Les répondants ont été recrutés à partir d’une liste de 2000 numéros de téléphone cellulaire obtenus lors du sondage de BERCI/GEC de 2016, réalisé [à leur] domicile, à l’échelle nationale, dans plus de 400 sites d’enquête urbains et ruraux (…). Les interviews ont été téléchargées directement sur un serveur hébergé à distance par le site Web Ona.io, accessible à tous les partenaires en temps réel », répond-on par avance dans le rapport.

Adieu candidat unique de l’opposition ?

Au sein de l’opposition, le résultat engrangé par Félix Tshisekedi en termes d’intentions de vote risque de compliquer davantage le choix d’un candidat unique, analyse Jason Stearns. En tout cas, « cela ne va pas aider », estime-t-il, craignant que le fils de l’opposant historique, fort de ses 36 %, soit incité à faire cavalier seul, considérant qu’il n’a besoin de personne pour l’emporter lors d’un scrutin à un tour.
Et pourtant… Dans l’est du pays, « Vital Kamerhe consolide sa position auprès des électeurs du Nord Kivu, du Sud Kivu et de l’ex-Province Orientale ». De son côté, « Martin Fayulu fait une percée significative dans l’ancienne province du Bandundu ».

Dans l’entourage de Félix Tshisekedi, les choses sont désormais claires. « Ce sondage va permettre à chacun des candidats en lice de se regarder dans le miroir et il nous aidera dans le choix du candidat unique de l’opposition », soutient Peter Kazadi, directeur de cabinet adjoint du chef de l’UDPS.
À ses yeux, « les résultats de cette enquête d’opinion de GEC et de Berci reflètent la réalité sociopolitique du pays. Ils démontrent que la population considère l’UDPS comme l’alternative : la population verrait ainsi d’un mauvais œil que quelqu’un d’autre que Félix Tshisekedi soit désigné comme candidat unique de l’opposition. Car cela risquerait de nous conduire à l’échec ».

Katumbi, Kabila, Ceni… Ces autres leçons à tirer

Un nouveau sondage est annoncé avant l’échéance fatidique du 23 décembre. Et à ceux qui soupçonnent toujours le partenaire du GEC, le Berci, d’être proche de certains opposants dont Olivier Kamitatu, le directeur de cabinet de Moïse Katumbi, le GEC estime que « ces accusations ne sont pas fondées et que des gardes-fou ont été pris pour assurer la transparence et garantir la crédibilité de son enquête, notamment par le recrutement de consultants indépendants qui publiaient leurs résultats directement dans le cloud ». Une autre société de sondage indépendante sera à l’avenir associée à cette démarche pour « écarter toute suspicion », promet Jason Stearns.
Derniers enseignements du sondage : Moïse Katumbi, exclu du scrutin, resterait, d’après les estimations publiées ce mardi, le politique le plus populaire en RDC (82%), alors que la côte de Joseph Kabila ne ferait que chuter. Ainsi, 76% des personnes interrogées se font une « mauvaise opinion » du président sortant.
Idem pour Corneille Nangaa, le président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), sachant qu’ « une majorité des répondants (64%) ne fait pas confiance à la Ceni pour organiser des élections libres et transparentes », selon le sondage."



"Elections en RDC: un sondage favorable à Félix Tshisekedi
° http://www.rfi.fr/afrique/20181031-presidentielle-rdc-sondage-felix-tshisekedi-vital-kamerhe
Le Bureau d'études, de recherches et de consulting international (BERCI) et le Groupe d'études sur le Congo, de l'Université de New York, ont publié mardi 30 octobre un nouveau sondage sur les élections prévues en RDC, le 23 décembre prochain.

Le sondage a été réalisé du 29 septembre au 15 octobre sur un échantillon de 1179 personnes âgées de 18 ans et plus et réparties dans les 26 provinces du pays. Soit après la publication de la liste des 21 candidats admis à concourir pour la présidentielle. Pour les auteurs du rapport, cette publication « a bouleversé la scène politique congolaise » au profit de Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe.
Moise Katumbi et Jean-Pierre Bemba restent en tête dans la liste des personnalités politiques les plus populaires, selon ce sondage, et une large majorité de personnes interrogées désapprouvent l'invalidation de leurs candidatures. Mais ces deux poids lourds écartés, c'est désormais Félix Tshisekedi qui arriverait en tête des intentions de vote : 36% avec une progression dans l'ouest et le sud-est de la RDC, selon cette enquête d'opinion.

Il est suivi de Vital Kamerhe à 17%, qui consoliderait sa position dans les Kivus et la Province orientale. Le candidat choisi par Joseph Kabila, Emmanuel Ramazani Shadari arriverait 3e avec 16% des intentions de vote devant Martin Fayulu et Freddy Matungulu.
Dans ce sondage, 76 % des personnes interrogées disent avoir « une bonne opinion » de l'opposition et presque autant - 70 % - se disent favorables à une candidature unique pour cette opposition, soit 13 % de plus qu'en juillet. A en croire ce sondage en revanche, et malgré sa décision de ne pas se représenter, le président Kabila voit sa cote de popularité baisser : 18 % d'opinions favorables contre 21 % en juillet dernier : 57 % des sondés n'approuveraient pas le choix d'Emmanuel Ramazani Shadary comme candidat, selon cette enquête.
Pour ce qui concerne les législatives, le sondage note là aussi une progression de l'UDPS au détriment notamment du MLC de Jean-Pierre Bemba. Cela pourrait s'expliquer « par le désenchantement de la population qui après avoir été enthousiasmée » par l'acquittement de Jean-Pierre Bemba, « a été déçue par l'invalidation » de sa candidature, analysent les auteurs du sondage.

Méfiance vis-à-vis du processus électoral

Au-delà des intentions de vote, il en ressort une grande méfiance vis-à-vis du processus électoral, notamment vis-à-vis de la commission électorale. Elle persiste au fil des sondages : 64 % des personnes interrogées ne croient pas en la capacité de cette commission à « organiser des élections libres et transparentes ». Quant à son président Corneille Nangaa, sa cote de popularité a considérablement chuté, selon ce sondage : 74 % d'opinion défavorable contre 38 % il y a deux ans.
Objet de doutes également : la machine à voter. Sept personnes interrogées sur dix ne souhaitent pas qu'elle soit utilisée. Presque autant de personnes interrogées souhaiteraient une révision du fichier électoral pour corriger ses irrégularités et notamment la question des personnes enrôlées sans empreintes.
Pour autant, les deux tiers des sondés ne sont pas favorables à un report du scrutin. Ils se disent en revanche prêts à 56 % à participer à une manifestation si les élections sont « retardées » ou « truquées ». C'est 17 % de plus qu'en juillet.
Des sondés qui dans leur majorité ne font pas confiance aux cours et tribunaux pour trancher d'éventuels litiges issus des élections. Une méfiance vis-à-vis du processus électoral qui hypothèque leur vision du futur de la RDC : six sondés sur dix se déclarent pessimistes pour l'avenir du pays pour les cinq prochaines années."



"RDCongo/Sondage Berci: Felix Tshisekedi en tête des intentions de vote
° https://afrique.lalibre.be/26558/rdcongo-sondage-berci-felix-tshisekedi-en-tete-des-intentions-de-vote/
Le Bureau d’Etudes, de Recherches et de Consulting International (BERCI) et le Groupe d’étude sur le Congo, de l’Université de New York, publient ce mardi un nouveau sondage, réalisé du 29 septembre au 15 octobre, sur les intentions de vote des Congolais – le premier depuis la publication de la liste définitive des candidats admis à la présidentielle, programmée pour le 23 décembre. C’est Félix Tshisekedi qui arrive en tête.

Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba ayant été écartés de la compétition, c’est en effet le fils du défunt « lider maximo » qui arrive en tête des intentions de vote des Congolais, avec 36%. Il est suivi par Vital Kamerhe (17%), par le candidat officiel Emmanuel Ramazani Shadary (16%), par Martin Fayulu (8%) et Freddy Matungulu (5%). Il est à noter que 57% des sondés n’approuvent pas la désignation de Ramazani Shadary comme dauphin du chef de l’Etat.



L’exclusion des poids lourds désapprouvée

Une forte proportion des sondés désapprouvent l’exclusion de la compétition de Moïse Katumbi (82%), Jean-Pierre Bemba (76%) et Adophe Muzito (71%). Quant au patriarche Antoine Gizenga, 48 % des sondés désapprouvent sa mise à l’écart, contre 44% qui l’approuvent.
La Ceni, quant à elle, continue de susciter la méfiance des Congolais: 64% ne lui font pas confiance pour organiser des élections libres et transparentes. La désapprobation de son président, Corneille Nangaa, a doublé en deux ans, passant de 38% à la mi-2016, à 74% aujourd’hui.

L’UDPS en tête pour les législatives

S’agissant des partis politiques, c’est l’UDPS de Tshisekedi qui arrive en tête, avec 26% des intentions de vote pour les législatives (+6% par rapport à juillet dernier), suivie par l’UNC de Kamerhe (13%). Le parti du président Joseph Kabila, le PPRD, arrive en troisième position avec 10%, devant le MLC de Bemba (8%, soit 10% de moins qu’en juillet dernier), l’ECiDé de Fayulu (5%) et le Palu de Gizenga, allié du PPRD (3%).
Quelque 70% des sondés approuvent une candidature unique pour l’opposition (+13%), avec une préférence pour Tshisekedi (44%) ou Kamerhe (22%)."



"Présidentielle en RDC: deux opposants en tête"
° http://www.dhnet.be/dernieres-depeches/belga/presidentielle-en-rdc-deux-opposants-en-tete-5bd8ce63cd70e3d2f66d819a

° http://fr.africanews.com/2018/10/31/election-presidentielle-en-rdc-le-camp-kabila-boude-un-sondage-donnant//
° https://zoom-eco.net/a-la-une/rdc-presidentielle-70-dopinions-favorables-a-la-candidature-unique-de-lopposition/
° https://www.africa243.com/felix-tshisekedi-a-la-tete-dun-nouveau-sondage-du-brci-et-le-gec-sur-la-prochaine-election-presidentielle/
° https://www.justiceinfo.net/fr/fil-d-actualite/39377-presidentielle-en-rdc-deux-opposants-en-tete-sondage.html


"Suggestion de l'Aprodec à l'Opposition : 90.000 témoins pour la machine à voter"
° http://www.lephareonline.net/suggestion-de-laprodec-a-lopposition-90-000-temoins-machine-a-voter/

"Cap vers les élections : Katumbi exclut toute négociation avec le pouvoir"
° https://lepotentielonline.net/2018/10/29/2841/


"Cavalier solitaire ?"
° https://laprosperiteonline.net/2018/10/31/cavalier-solitaire/90000 témoins

"Udps : Félix Tshisekedi annoncé à Tata Raphaël !"
° https://laprosperiteonline.net/2018/10/31/udps-felix-tshisekedi-annonce-a-tata-raphael/


"Actu Expliquée31.10 : Après un sondage favorable à FATSHI, le G7 pour Fayulu comme candidat commun"




Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #


Dernière édition par ndonzwau le 2/11/2018, 4:01 am, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: RÉUNION DES SIX TENORS DE L’OPPOSITION A BRUXELLES CE JOUR ! UNE CERTAINE AVANCÉE DANS L’UNITÉ ET SURTOUT DANS LA FERMETÉ FACE A ‘JK’, STRATÉGIQUE, POURVU QU’ILS S’Y TIENNENT TOUS ! (COMMUNIQUÉ) !

Message  ndonzwau le 1/11/2018, 10:11 pm

"RDC: le Front commun conteste la valeur de l'étude du Berci
° http://www.rfi.fr/afrique/20181101-rdc-front-commun-etude-berci-gec
Un sondage paru cette semaine en RDC donne Félix Tshisekedi favori de la présidentielle et montre le scepticisme des Congolais sur la tenue d'élections transparentes. Cette étude est commentée et a suscité la ferme réprobation du Front commun. Mais les auteurs de l'étude se défendent de tout parti pris.

Le Front commun pour le Congo (FCC) rejette les résultats du sondage publié mardi par le Bureau d'études, de recherches et de consulting international (Berci) et le Groupe d'étude sur le Congo (Gec) de l'université de New York, dirigé par Jason Stearns.
Ce sondage révèle qu'une majorité de Congolais ne croient pas que les élections prévues en décembre seront libres et transparentes et place l'opposant Félix Tshisekedi largement en tête des intentions de vote, jusqu'à 20 points devant Emmanuel Ramazani Shadari, le candidat du FCC.

Adolphe Lumanu, cadre du Front commun et membre du bureau politique du parti présidentiel, estime que ce sondage est biaisé. En cause, selon lui, une supposée mainmise d'Olivier Kamitatu, un proche de Moïse Katumbi sur le Berci, qui a participé à l'enquête.
« Qui est derrière les sondages ? Ce sont tous ceux qui sont contre ce que Kabila fait, ce que sa famille politique fait. M. Stearns est un ancien expulsé de la République démocratique du Congo. C’est un expert des Nations unies qui était dans ce pays et qui a été expulsé. Et Berci, on sait que ça appartient à Olivier Kamitatu qui est le porte-parole de Moïse Katumbi. Vous comprenez déjà que les conclusions sont orientées. On voudrait façonner l’opinion, planter le décor des violences pour que l’après-élection ne soit pas crédibilisée », estime le responsable.

Des gardes-fous

Mais Jason Stearns, qui dirige le Gec, conteste le fondement de ces accusations. Il reconnait qu'Olivier Kamitatu a bien participé à la fondation du Berci dans les années 1990 mais rappelle qu'il l'a quitté depuis longtemps. « Kamitatu a démissionné du Berci officiellement en 1999, lors des accords de Lusaka, quand il a rejoint le MLC, et il ne joue aucun rôle professionnel ni personnel au sein du Berci depuis longtemps. Il faut aussi souligner que l’opposition avait accusé Berci d’être partiel, il y a quinze ans, quand Berci sortait des sondages qui montraient que Joseph Kabila était assez populaire. Donc il me semble que ces accusations sont plutôt politiquement motivées par des gens qui n’aiment pas les résultats de Berci », argue-t-il.
Toutefois, souligne le politiste, des gardes-fous ont été pris pour guarantir la transparence et la crédibilité de l'enquête. « D’abord au niveau technique, l’échantillonnage est fait d’une façon scientifique. Aussi, dans la façon dont les sondages s’effectuent, les gens qui interviewent les répondants enregistrent les réponses sur une tablette et les réponses sont téléchargées immédiatement sur un « cloud » [nuage en anglais ; outil de sauvegarde virtuel et accessible depuis différents lieux, NDLR] auquel nous avons tous directement accès. Et donc tous ceux-là sont des gardes-fous qui font que c'est difficile de manipuler les résultats. »

Autre accusation formulée par le FCC contre ce sondage : le manque de représentativité. A ce propos, Jason Stearns rappelle que l'échantillon de 1779 personnes utilisé est « plus important que pour la plupart des sondages réalisés aux Etats-Unis, pays ayant au moins quatre fois plus d'électeurs que la RDC ». Il précise aussi qu'un autre sondage sera organisé avant le jour du vote afin de vérifier si oui on non, comme l'affirme le FCC, le meeting de samedi dernier a modifié les tendances observées dans ce sondage réalisé entre fin septembre et début octobre mais « doute qu'une manifestation organisée à Kinshasa puisse changer aussi drastiquement les points de vue des électeurs »."




"RDC-Présidentielle, F. Matungulu conteste le sondage de GEC et BERCI plaçant Fatshi en tête : « De vrais chiens écrasés ! Ils aboient, la caravane passe »
Evil or Very Mad  Twisted Evil  Embarassed  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Question  Question  Question
° http://7sur7.cd/new/rdc-presidentielle-f-matungulu-conteste-le-sondage-de-gec-et-berci-placant-fatshi-en-tete-de-vrais-chiens-ecrases-ils-aboient-la-caravane-passe/
Candidat à la présidentielle de décembre 2018 en RDC, Freddy Matungulu, s’est exprimé via twitter pour contester le résultat d’un sondage plaçant Félix Tshisekedi en tête avec 36% de votes devant Kamerhe 17% et Shadary 16%.
« Les élucubrations orientées de GEC et BERCI sont notoirement connues en RDC. De vrais chiens écrasés ! Ils aboient, la caravane passe ! »


Ces résultats ont également été rejetés par le camp Kabila via le porte-parole de la Majorité Présidentielle, Alain Atundu qui a parlé d’une démarche désorientée.
Le sondage réalisé en septembre dernier et rendu public mardi 30 octobre par le Bureau d’Études, de Recherches, et de Consulting International (BERCI) et le Groupe d’études sur le Congo (GEC) de l’Université de New-York, place Félix Tshisekedi en tête avec 36% devant Vital Kamerhe 17 et Ramazani Shadary 16%.
Pour rappel, l’opposition a promis de désigner son candidat commun d’ici le 15 novembre.
Pendant ce temps, aucun compromis n’a été dégagé concernant la machine à voter et le fichier électoral."


"Soutien à la candidature de F. Tshisekedi : J. Mbala accuse les leaders de Ensemble « d’entretenir le flou » et quitte le navire"
° http://7sur7.cd/new/soutien-a-la-candidature-de-f-tshisekedi-j-mbala-accuse-les-leaders-de-ensemble-dentretenir-le-flou-et-quitte-le-navire/

"Présidentielle en RDC : un sondage plébiscite l'opposition"
° http://afrique.lepoint.fr/actualites/presidentielle-en-rdc-un-sondage-plebiscite-l-opposition-01-11-2018-2267811_2365.php


"Nouveau rapport: La politisation des institutions chargées du processus électoral"
° http://congoresearchgroup.org/nouveau-rapport-la-politisation-des-institutions-chargees-du-processus-electoral/?lang=fr
"Nouveau sondage GEC/BERCI: Redistribution des rapports de force politique
° http://congoresearchgroup.org/nouveau-sondage-gecberci-redistribution-des-rapports-de-force-politique/?lang=fr
"Elections en RDC : La machine de la discorde"
° http://congoresearchgroup.org/elections-en-rdc-la-machine-de-la-discorde/?lang=fr


"Le Président Joseph Kabila Kabange préside la réunion d’évaluation du processus électoral"
° http://acpcongo.com/acp/le-president-joseph-kabila-kabange-preside-la-reunion-devaluation-du-processus-electoral/


"Unité de l’opposition : clé de la victoire en déc. 2018
° https://lepotentielonline.net/2018/11/01/unite-de-lopposition-cle-de-la-victoire-en-dec-2018/



Candidat de l’Udps à la présidentielle, Félix Tshisekedi est assuré, au terme d’un sondage entrepris par BERCI et GEC, d’une victoire le 23 décembre 2018. Les informations contenues dans ce sondage constituent une interpellation de l’opposition dont la victoire en décembre prochain passe inévitablement par son unité autour d’un candidat commun. Une donne à ne pas minimiser dans la mesure où les intentions de vote reprises dans le sondage devraient plutôt pousser les leaders de l’opposition à converger vers l’unité face au FCC.
Par Le Potentiel


Le Bureau d’études, de recherches et de consulting international (BERCI) et le Groupe d’études sur le Congo(GEC), de l’Université de New York, ont publié mardi 30 octobre un nouveau sondage sur les élections prévues en RDC, le 23 décembre prochain, a rapporté RFI.
Le sondage a été réalisé du 29 septembre au 15 octobre sur un échantillon de 1.179 personnes âgées de 18 ans et plus et réparties dans les 26 provinces du pays. Soit après la publication de la liste des 21 candidats admis à concourir pour la présidentielle. Pour les auteurs du rapport, cette publication « a bouleversé la scène politique congolaise » au profit de Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe.
Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba restent en tête dans la liste des personnalités politiques les plus populaires, selon ce sondage, et une large majorité de personnes interrogées désapprouvent l’invalidation de leurs candidatures. Mais ces deux poids lourds écartés, c’est désormais Félix Tshisekedi qui arriverait en tête des intentions de vote : 36% avec une progression dans l’ouest et le sud-est de la RDC, selon cette enquête d’opinion.

Il est suivi de Vital Kamerhe avec 17%, consolidant sa position dans les Kivus et la Province orientale. Le candidat choisi par Joseph Kabila, Emmanuel Ramazani Shadary arriverait 3e avec 16% des intentions de vote devant Martin Fayulu et Freddy Matungulu.
Dans ce sondage, 76 % des personnes interrogées disent avoir « une bonne opinion » de l’opposition et presque autant – 70 % – se disent favorables à une candidature unique pour cette opposition, soit 13 % de plus qu’en juillet. A en croire ce sondage en revanche, et malgré sa décision de ne pas se représenter, le président Kabila voit sa cote de popularité baisser : 18 % d’opinions favorables contre 21 % en juillet dernier : 57 % des sondés n’approuveraient pas le choix d’Emmanuel Ramazani Shadary comme candidat, selon cette enquête.
Pour ce qui concerne les législatives, le sondage note là aussi une progression de l’UDPS au détriment notamment du MLC de Jean-Pierre Bemba. Cela pourrait s’expliquer « par le désenchantement de la population qui après avoir été enthousiasmée » par l’acquittement de Jean-Pierre Bemba, « a été déçue par l’invalidation » de sa candidature, analysent les auteurs du sondage.

Méfiance vis-à-vis du processus électoral


Au-delà des intentions de vote, il ressort une grande méfiance vis-à-vis du processus électoral, notamment vis-à-vis de la commission électorale. 64 % des personnes interrogées ne croient pas en la capacité de cette commission d’« organiser des élections libres et transparentes ». Quant à son président Corneille Nangaa, sa cote de popularité a considérablement chuté, selon ce sondage : 74 % d’opinions défavorables contre 38 % il y a deux ans.
Objet de doutes également : la machine à voter. Sept personnes interrogées sur dix ne souhaitent pas qu’elle soit utilisée. Presque autant de personnes interrogées souhaiteraient une révision du fichier électoral pour corriger ses irrégularités, notamment la question des personnes enrôlées sans empreintes.
Pour autant, les deux tiers des sondés ne sont pas favorables à un report du scrutin. 56 % se disent prêts à participer à une manifestation si les élections sont « retardées » ou « truquées ». C’est 17 % de plus qu’en juillet.
Les sondés dans leur majorité ne font pas confiance aux cours et tribunaux pour trancher d’éventuels litiges issus des élections. Une méfiance vis-à-vis du processus électoral qui hypothèque leur vision du futur de la RDC : six sondés sur dix se déclarent pessimistes pour l’avenir du pays pour les cinq prochaines années.

L’unité de l’opposition à tout prix

Les résultats du sondage BERCI et GEC ont quelque chose de particulier. Ils donnent en effet une idée sur la grande possibilité de l’alternance démocratique qui s’offre à l’opposition si elle parvient à s’organiser pour aborder en rangs serrés les élections du 23 décembre 2018.
Dans l’ordre utile des présidentiables, le sondage place Félix Tshisekedi en tête, suivi de Vital Kamerhe et d’Emmanuel Ramazani Shadary. Martin Fayulu et Freddy Matungu complètent ce podium, juste derrière le dauphin désigné du président Joseph Kabila.
Si l’on devait se fier à ce sondage, l’opposition a donc la possibilité de d’aligner quatre candidats dans le peloton de tête de la présidentielle de décembre prochain. Un atout que l’opposition peut bien capitaliser en parvenant notamment à se coaliser autour d’un candidat commun. Dans cette hypothèse, il est presqu’établi que les voix d’autres candidats de l’opposition repris dans le sondage devraient incontestablement être reportées au candidat commun.

Quoi que plébiscité par ce sondage, Félix Tshisekedi ne devrait pas dormir sur ses lauriers, rassuré de gagner haut la main en décembre prochain. Il doit plutôt savoir lire avec un regard politique le message contenu dans ce sondage. En réalité, il n’est pas assuré de gagner seul. En décembre prochain, il aura besoin d’un report des voix pour contenir la vague du FCC.
C’est tout autant vrai pour l’opposition qui a intérêt à privilégier la piste d’un candidat commun à la présidentielle. Le 23 décembre 2018, la victoire de l’opposition passe par la désignation d’un candidat commun et rien d’autre."


"RDC-Présidentielle : L’UDPS envisagerait un méga meeting de l’Opposition si Félix Tshisekedi est désigné candidat commun"
Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes
° http://7sur7.cd/new/rdc-presidentielle-ludps-envisagerait-un-mega-meeting-de-lopposition-si-felix-tshisekedi-est-designe-candidat-commun/
° https://laprosperiteonline.net/2018/10/31/udps-felix-tshisekedi-annonce-a-tata-raphael/
"Fini la récréation. Opposition : voici les vérités de Félix Tshisekedi !
° https://laprosperiteonline.net/2018/10/30/fini-la-recreation-opposition-voici-les-verites-de-felix-tshisekedi/
° https://laprosperiteonline.net/2018/10/31/cavalier-solitaire/ 


"Fred Bauma (RDC): «Le problème, c’est la crédibilité du processus électoral»"
° https://www.pressafrik.com/Fred-Bauma-RDC-Le-probleme-c-est-la-credibilite-du-processus-electoral_a191706.html

"Les violations des droits de l'homme en hausse en septembre en RDC, selon l'ONU"
° http://www.rfi.fr/afrique/20181030-violations-droits-homme-hausse-septembre-rdc-onu
° https://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/10/31/les-nations-unies-ont-recense-92-executions-extrajudiciaires-en-septembre-en-rdc_5377367_3212.html

"RDC: le Front commun pour le Congo (FCC) kabiliste élargit son assise"
° https://afrique.lalibre.be/21179/rdc-le-front-commun-pour-le-congo-fcc-kabiliste-elargit-son-assise/


"Elections en RDC: quid des observateurs?"
° http://www.rfi.fr/afrique/20181101-elections-rdc-quid-observateurs


"Processus électoral : Nangaa tenu de faire rapport à l’Assemblée nationale"
° http://www.latempete.info/processus-electoral-nangaa-tenu-de-faire-rapport-a-lassemblee-nationale/

"Au cas où la décrispation politique ne serait toujours pas appliquée : Une marche pacifique projetée pour exiger la libération d’Eugène Diomi Ndongala
° http://www.latempete.info/au-cas-ou-la-decrispation-politique-ne-serait-toujours-pas-appliquee/ 
° http://www.latempete.info/constat-apres-la-marche-du-26-octobre/


"RDC : la CENI et la Cour constitutionnelle, des institutions « contrôlées », selon le GEC"
° https://www.radiookapi.net/2018/11/01/actualite/politique/rdc-la-ceni-et-la-cour-constitutionnelle-des-institutions-controlees


"Elections du 23/12 au Congo-Kin: L’Administration Trump tire la sonnette d’alarme"
° http://www.congoindependant.com/elections-du-23-12-au-congo-kin-ladministration-trump-tire-la-sonnette-dalarme/
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=211782&Actualiteit=selected
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=211781&Actualiteit=selected


"Meeting du FCC au stade Tata Raphaël : Le projet de société et l’équipe de campagne de Shadary seront connus la semaine prochaine"
° https://www.matininfos.net/meeting-du-fcc-au-stade-tata-raphael-le-projet-de-societe-et-lequipe-de-campagne-de-shadary-seront-connus-la-semaine-prochaine/



"Les sept leaders opposants recherchent un pays africain pour créer le candidat commun"
° https://www.rdc-news.com/single-post/2018/10/31/Les-sept-leaders-opposants-recherchent-un-pays-africain-pour-cr%C3%A9er-le-candidat-commun
"Muhindo Nzangi lâche : «pour nous le G7, le candidat commun c’est Fayulu»"
° https://www.rdc-news.com/single-post/2018/10/31/Muhindo-Nzangi-l%C3%A2che-%C2%ABpour-nous-le-G7-le-candidat-commun-c%E2%80%99est-Fayulu%C2%BB
"Réunion secrète à Bruxelles entre Bemba, Kengo et Lisanga Bonganga"
° https://www.rdc-news.com/single-post/2018/10/31/R%C3%A9union-secr%C3%A8te-%C3%A0-Bruxelles-entre-Bemba-Kengo-et-Lisanga-Bonganga
"Kabila pas tenté par la présidence du Sénat et n’y siégera même pas"
° https://www.rdc-news.com/single-post/2018/10/31/Kabila-pas-tent%C3%A9-par-la-pr%C3%A9sidence-du-S%C3%A9nat-et-n%E2%80%99y-si%C3%A9gera-m%C3%AAme-pas
"Démocratie en mal à l’UDPS : Kabund veut la tête de Sylvain Mutombo pour sa mobilisation contre la machine à voter
° https://www.rdc-news.com/single-post/2018/10/31/D%C3%A9mocratie-en-mal-%C3%A0-l%E2%80%99UDPS-Kabund-veut-la-t%C3%AAte-de-Sylvain-Mutombo-pour-sa-mobilisation-contre-la-machine-%C3%A0-voter
"«C’est Augustin Kabuya qui a aidé Kabund à constituer l’équipe des combattants Kamwina-Nsapu pour plastiquer le Parquet de Matete» dixit Kovo Ingila
° https://www.rdc-news.com/single-post/2018/10/31/%C2%ABC%E2%80%99est-Augustin-Kabuya-qui-a-aid%C3%A9-Kabund-%C3%A0-constituer-l%E2%80%99%C3%A9quipe-des-combattants-Kamwina-Nsapu-pour-plastiquer-le-Parquet-de-Matete%C2%BB-dixit-Kovo-Ingila
"Shadary ne passe pas dans les milieux diplomatiques
° https://www.rdc-news.com/single-post/2018/10/31/Shadary-ne-passe-pas-dans-les-milieux-diplomatiques

[Meeting prévu par l'Udps à Tata Raphaël ! Il me semble que dans un premier temps l'Udps (Kazadi !) voulait en faire une démonstration de l'Udps (et donc pourquoi pas quelque part pour forcer sa 'suprématie' avant l'éventuelle désignation de la candidature unique...). On semble aujourd'hui avoir évolué - le volubile Kazadi a-t-il trop vite parlé ? - maintenant c'est toujours l'Udps qui est à la barre mais pour un meeting de toute l'Opposition si Tshilombo est désigné "Candidat commun.
J'ose croire qu'il s"agit là de cette prise de conscience nécessaire de leader plutôt que de la troupe et par ailleurs de la nécessité de l'unité dont j'ai parlées plus tôt.
On verra en fait plus clair si malgré la percée fulgurante de Tshilombo et de l'Udps dans ce sondage comme l'évidence de sa large base sociologique, leur leader n'est pas choisi comme candidat commun ; que fera alors l'Udps ?
La suite..............
]

Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: RÉUNION DES SIX TENORS DE L’OPPOSITION A BRUXELLES CE JOUR ! UNE CERTAINE AVANCÉE DANS L’UNITÉ ET SURTOUT DANS LA FERMETÉ FACE A ‘JK’, STRATÉGIQUE, POURVU QU’ILS S’Y TIENNENT TOUS ! (COMMUNIQUÉ) !

Message  ndonzwau le 2/11/2018, 7:40 pm

"Elections
RDC – Freddy Matungulu : «  On ne peut plus se contenter d’un président pas tout à fait préparé à la fonction »

° https://www.jeuneafrique.com/656754/politique/rdc-freddy-matungulu-on-ne-peut-plus-se-contenter-dun-president-pas-tout-a-fait-prepare-a-la-fonction/
Esquisse de leur programme, machine à voter, fichier électoral... Vingt-et-un candidats en lice pour la présidentielle du 23 décembre en RDC se livrent chaque semaine à Jeune Afrique. Entretien du jour avec Freddy Matungulu.
C’est dans la salle de réunion de Congo na Biso (Notre Congo, son parti) qu’il a choisi de nous recevoir. L’entretien se déroule sous le regard témoin de Nelson Mandela, Étienne Tshisekedi et Alassane Ouattara, « des hommes qui [l’]inspirent » et dont les portraits triomphent sur le lieu. Freddy Matungulu, 63 ans, commence d’ailleurs par louer « l’intégrité, le sacrifice de soi et, surtout, le sens élevé de l’État » du héros de la lutte anti-apartheid, en Afrique du Sud.

L’ancien ministre salue ensuite la mémoire de l’opposant historique congolais avant de s’étendre sur la manière dont le président ivoirien a su « réinstaurer un contexte favorable aux investissements » dans son pays.
Comme ADO, Freddy Matungulu a travaillé au sein du Fonds monétaire international (FMI), à Washington. À l’avènement de Joseph Kabila au pouvoir en 2001, il revient au pays pour prendre les rênes du ministère de l’Économie, des Finances et du Budget. Mais, deux ans plus tard, il claque la porte et retourne au FMI. Aujourd’hui, l’économiste, qui a pris sa retraite anticipée, a réussi à se faire une place sur la scène politique en RDC. Il fait partie des « L7 », les sept leaders de l’opposition qui se cherchent un candidat commun.

Jeune Afrique : Longtemps considéré comme un technocrate, un « bon ministrable », vous vous présentez pour la première fois à la présidentielle. Qu’est-ce qui vous a décidé à franchir le pas ?

Freddy Matungulu : Tout est lié à mon expérience gouvernementale. Je suis entré au gouvernement par un concours de circonstances. Le président Laurent-Désiré Kabila venait d’être assassiné et son successeur, Joseph Kabila, promettait de faire autre chose que ce que nous voyions toujours en RDC.
J’ai travaillé pendant deux ans et j’en ai tiré deux leçons. La première : même en RDC, si le travail est effectué avec la maîtrise des paramètres et la connaissance des dossiers, on peut parvenir à des résultats. Nous avions ainsi passé d’une inflation à plus de 500 % à moins de 10 %. La deuxième leçon, c’est que ce sera toujours le politique qui aura le dernier mot. Dès qu’il n’est plus avec vous, vous vous arrêtez net. En ce moment là, vous devez faire un choix : soit devenir comme les autres et faire une croix sur vos idées pour le pays et sur vos convictions, soit partir.
Dans ce contexte, très rares sont les ministres qui décident de démissionner en RDC. Mais vous, vous l’avez fait. Pourquoi ?
Peut-être parce que j’ai vécu dans un environnement où les questions de gouvernance faisaient parties de mon plat professionnel quotidien. J’ai toujours considéré que ma démission a été intimement liée à mon profil. C’est pourquoi, en revenant une nouvelle fois au pays en 2015, je ne voulais pas refaire la même expérience. J’ai alors décidé d’aller sur la scène politique pour tenter de conquérir le pouvoir. Car c’est ce dernier qui me permettrait d’aller au bout de ma démarche : ouvrir la voie à l’expertise pour l’ensemble de la communauté congolaise.


Il nous faut un président qui sait d’abord s’encadrer lui-même avant d’encadrer les autres
C’est donc une candidature de civisme. On ne peut plus continuer à se contenter des présidents de la République qui ne sont pas tout à fait préparés à la fonction et qui sont encadrés. Depuis l’indépendance, c’est ce que nous avons fait et nous voyons aujourd’hui les résultats. Ça ne marche pas ! Je l’ai vécu aux premières loges, en ce qui concerne Joseph Kabila. Il nous faut un président qui sait d’abord s’encadrer lui-même avant d’encadrer les autres, un chef de l’État qui connaît les dossiers, dispose d’une expérience et qui est à mesure de faire la part des choses.
Quelles sont les grandes lignes du projet de société que vous voudriez présenter aux Congolais ?
Le grand problème ne réside pas au niveau du contenu d’un projet de société. Il se situe plutôt dans la capacité de faire ce qu’on a promis. C’est ce qui nous a toujours manqué dans ce pays. Aujourd’hui encore circulent nombre de marchands de rêves. Mais feront-ils le poids une fois mis à l’épreuve de la gestion du pays ? Mon projet de société met l’accent sur le contexte à la fois de sécurité, d’institutions fortes et de responsabilité. Car sans un contexte approprié, il ne saurait y avoir une relance de l’économie. Et le social, le vrai, ne se pratique que lorsque l’économie crée des emplois. Nous accorderons ainsi une attention particulière au système éducatif mais aussi à la santé.


C’est une élection à un seul tour : on n’aura pas le temps de se réajuster, se rassembler, de refaire des coalitions
Vous êtes l’un des « L7 », ces sept leaders de l’opposition qui discutent autour de la candidature commune. Pourquoi maintenant ?
Nous aurions dû en effet le faire bien avant. D’autant que le fait de se retrouver si nombreux comme candidats aujourd’hui, même si nous décidons tous demain de nous aligner derrière l’un d’entre nous, cela va toujours nous coûter quelques suffrages. Nous n’avons plus le temps de retirer nos candidatures de la liste définitive. Alors, plus vite on sera en mesure de s’accorder sur la question, mieux ça vaudra.
N’y aurait donc aucune chance d’aller à cette présidentielle en ordre dispersé ?
Y aller derrière l’un d’entre nous nous donne beaucoup plus de chances de gagner que si on devait y aller en ordre dispersé. Pourquoi ne pas le faire ? Sachant que c’est aussi une élection à un seul tour : on n’a pas le temps de se réajuster, se rassembler, de refaire des coalitions, comme c’est souvent le cas pour un scrutin à deux tours.
Existe-t-il tout de même une chance d’avoir un candidat commun de l’opposition d’ici le 15 novembre, comme annoncé à Pretoria ?
Il faut que nous ayons cette candidature commune. Il s’agit en fait, en tant que groupe, de la mutualisation de nos points faibles et de nos points forts. Certains d’entre disposent d’atouts politiques clairs, d’autres de compétences techniques manifestes. Nous avons bien travaillé récemment à Pretoria et nous poursuivons d’ailleurs des consultations bilatérales avec ceux qui sont ici, à Kinshasa, mais aussi avec ceux qui sont à l’étranger.


La machine à voter dispose de fonctionnalités extrêmement préoccupantes
De son côté, la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) compte organiser ce scrutin avec la machine à voter. Quelle est votre opinion sur cette question qui divise la classe politique congolaise ?
Cette machine à voter dispose de fonctionnalités extrêmement préoccupantes : elle peut émettre et recevoir des données. Nous le savions déjà, mais des experts britanniques l’ont récemment confirmé.La Ceni a été attrapée en train de mentir parce qu’elle prétendait que sa machine n’était qu’une imprimante. Ce n’est pas le cas. S’obstiner à la maintenir, c’est de la mauvaise foi.
En fait, nous faisons face à un organisateur de l’élection en qui nous n’avons pas confiance et qui tient à utiliser une machine à voter capable de casser le lien entre le bulletin de vote que l’électeur va glisser dans l’urne et le résultat mis à la disposition de je-ne-sais-quel serveur.
Pourquoi les Congolais doivent vous choisir pour remplacer Joseph Kabila ?
Si l’objectif est de trouver des solutions aux problèmes complexes auxquels notre pays est confronté, je suis le mieux qualifié. Modestement, je suis fondé de dire que je représente la meilleure option pour remettre ce pays sur la voie du sérieux, du travail et du progrès économique et social. Aussi, je ne suis pas conflictuel et je suis disposé à travailler avec tout le monde.
Mais le nouveau sondage de Groupe d’étude sur le Congo ne vous crédite que de quelque 5 % d’intentions de vote
(Rires) Je ne crois pas un mot à ce sondage de GEC et de Berci [Bureau d’études, de recherches et de consulting international] : un échantillon, répertorié en 2016, qui comprendrait moins de 2 000 personnes alors que nous parlons tout de même d’un fichier électoral – malgré toutes ses imperfections – d’au moins 40 millions d’électeurs.
Je connais personnellement Jason Stearns [directeur de GEC]. Je lui ai dit clairement que je n’accordais aucun crédit à son travail. Il connaît lui-même la nature des liens qu’il entretient avec certains d’entre nous et avec qui il travaille de façon presque permanente dans le cadre de ce processus électoral.
Comment résumeriez-vous les dix-sept ans de règne du président sortant, Joseph Kabila ?
Par un seul mot : catastrophe."



"Le doute persiste
° https://lepotentielonline.net/2018/11/02/le-doute-persiste-3/
La Commission électorale nationale indépendante ne convainc toujours pas avec sa machine à voter. Contestée par toute l’Opposition, la machine à voter que la Céni veut faire passer comme une simple imprimante reste une énigme. Personne, autre que la Centrale électorale, ne sait ce qui se trouve réellement en-dessous du « capo logiciel » de cette fameuse machine à voter.
Par Le Potentiel(...)"

"Machine à voter : la supercherie mise à nu
° https://lepotentielonline.net/2018/11/02/machine-a-voter-la-supercherie-mise-a-nu/
Professionnel dans le domaine de l’informatique et de la communication, le candidat président de la République Alain-Daniel Shekomba a mis dos au mur la Céni. Il n’a pas eu de réponse satisfaisante à sa préoccupation de connaitre la programmation de l’application de vote afin de savoir s’il y a des scripts malicieux devant être utilisés pour la tricherie. Le refus de la Céni à cette exigence renforce davantage les soupçons qui feraient véritablement de cet outil, une machine à gagner pour un camp précis.(...)"
"Présidentielle : D. Shekomba propose la machine à voter comme instrument de vérification, accompagné d’un vote manuel"
° http://7sur7.cd/new/presidentielle-d-shekomba-propose-la-machine-a-voter-comme-instrument-de-verification-accompagne-dun-vote-manuel/
"Election en RDC : le candidat Shekomba hésitant sur l’usage de la machine à voter le 23 décembre"
° https://www.radiookapi.net/2018/11/02/actualite/politique/election-en-rdc-le-candidat-shekomba-hesitant-sur-lusage-de-la
° https://laprosperiteonline.net/2018/11/01/apres-son-passage-hier-a-la-ceni-machine-a-voter-la-solution-shekomba-est-la/
° https://actualite.cd/2018/11/02/machine-voter-le-candidat-shekomba-juge-non-convaincantes-les-explications-de-la-ceni
"Machine à voter : Nangaa refuse à Alain Shekomba l’accès au logiciel - Le Phare"
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=211793&Actualiteit=selected

° https://www.radiookapi.net/2018/10/22/emissions/parole-aux-auditeurs/etats-des-lieux-du-processus-electoral


"Présidentielle 2018 : Jusqu’où irait Félix Tshisekedi ?
° https://laprosperiteonline.net/2018/11/01/presidentielle-2018-jusquou-irait-felix-tshisekedi/
*A-t-il  choisi de jouer seul, d’y aller  envers et, parfois, contre tous, de faire cavalier solitaire,  en acceptant la participation de l’Udps  à la présidentielle jumelée aux législatives nationales et provinciales du 23 décembre 2018,  avec ou sans machine à voter ? Pourquoi fait-il flèche  tout bois jusqu’à tel point  qu’il devient l’épicentre de toutes les critiques, observations et autres admonestations de la part des autres opposants ? Au juste, que veut faire l’Udps ? Jusqu’où irait Félix Tshisekedi, dans cette nouvelle démarche qui, apparemment, le met en porte à faux contre les stratégies de l’ensemble de l’Opposition, alors que très bientôt, plus précisément, le 22 novembre, dans vingt jours, la campagne électorale sera lancée ?  Il doit s’expliquer. Et, il en a l’intérêt.  Le rendez-vous de Tata Raphaël, s’il se confirmait, s’y prêterait.

Félix Tshisekedi, 55 ans, aurait secoué le panier qui porte les abeilles. Car, depuis que l’Udps, son parti, a levé l’option de sa participation aux élections du 23 décembre prochain avec ou sans machine à voter, il est accusé de tous les péchés d’Israël. Tous les noms d’oiseaux ainsi que des épithètes aux accents négatifs lui sont collés à la peau,  comme s’il avait tué à l’artillerie lourde,  toute l’Opposition.
Et, pourtant, lui-même, dans un tweet récent, parle plutôt d’une divergence des vues sur la meilleure stratégie à adopter pour remporter la victoire lors des joutes électorales. Il y disait également qu’à cette question de la participation aux futures  élections, il fallait y associer celles sous-jacentes de la machine à voter, du fichier électoral  corrompu, du candidat commun,  de la crédibilité et de la transparence des élections.

Et, même s’il avait  promis d’éclairer les lanternes de l’opinion à ce sujet, les débats se cristallisent. Alors que la date n’est pas encore fixée,  le stade Tata Raphaël a été, néanmoins,  pointé, pour ce faire. Dans l’entretemps,  des envolées oratoires, des diatribes et autres invectives font bon ménage au sein de l’Opposition. Certains sont allés jusqu’à s’insulter mutuellement sur des créneaux devenus très prisés des réseaux sociaux. Des plateformes et partis politiques de l’Opposition se promettent la misère et des répliques à coups des mortiers. La haine glaciale,  les teintures métissées ainsi que toutes les  autres positions des nez,  sont venues empoisonner le climat et déchirer ainsi  le petit tissu de confiance que les uns et les autres avaient, depuis quelques années de coexistence, difficilement rabiboché.  Le calme précaire a vite cédé au vent impétueux de la cacophonie. Si bien qu’à ce stade, Félix Tshisekedi passe, aux yeux de ses détracteurs, pour  un trouble-fête, un perturbateur.   Chose que Kabuya, Kabund et Mutombo Cyaji ne peuvent nullement accepter, de leur vivant. Eux comme Félix Tshisekedi, haussent,  d’ailleurs, le ton et clament l’innocence face à toutes les accusations ourdies ça et là contre la stratégie de l’Udps.

Aux dernières nouvelles, ils soutiennent que le Parti d’Etienne Tshisekedi wa Mulumba, le Sphinx dont le corps n’a même pas encore été  rapatrié  à Kinshasa, ni inhumé à N’sele, tel prévu dans le protocole d’accord du 21 avril 2018, n’a aucune leçon de boycott des élections à recevoir de quiconque dans ce pays.
Et que cette fois-ci, ils ont décidé de ramer à contre-courant, en allant aux élections pour ne pas cautionner un énième glissement au sommet de l’Etat. Une telle solution apparaît comme étant la moins mauvaise, pour consacrer l’alternance démocratique et éviter, à les en croire, toute perspective de report des élections.  Sans doute que lorsque les dés seront jetés, le jour du meeting de vérité, Félix Tshisekedi, tout feu, tout flamme, crachera des balles chaudes sur les figures de tous ses pourfendeurs.

Tout en ayant à  l’esprit l’idée de la sauvegarde de l’unité de l’Opposition, il s’efforcera, à son corps défendant, de convaincre.
Déjà, à l’Udps, les combattants parlent d’un meeting de pédagogie publique, d’un moment de repêchage ou, simplement, d’une séance d’exorcisation de tous les vieux démons de la division.
Mais,  tout ceci devrait arrondir les angles de la cohésion  pour ne pas  gêner les options de Pretoria qui prévoyaient, si heureusement,  le choix d’un candidat commun de l’Opposition, d’ici  le 15 novembre 2018, au plus tard.
Au demeurant, l’unique question qui se posera, peut-être, est celle de savoir quelle serait l’attitude de Félix Tshisekedi si, en dépit de pronostics des sondages, les autres collègues de l’Opposition ne  le choisissaient pas, lui, comme candidat commun ? Brisera-t-il le carcan de l’enfance pour s’affranchir ou bien, il pliera l’échine ?"


"Zigzag !
° https://laprosperiteonline.net/2018/11/01/zigzag/
Détours et tacts seraient les manières dont aura usé Félix Tshilombo s’il arrivait à se faire élire Président de la République, sans passer par les opérations césariennes de la candidature commune de l’opposition. En attente de son adresse dans quelques jours au Stade Tata Raphaël, il s’avère nécessaire de tabler sur cette question épineuse qui souffle chez les opposants comme un vent à décorner les bœufs. S’il faut faire un tout petit peu semblant de croire fermement à l’idée que l’opposition congolaise catapultera de sa conciergerie un candidat unique choisi à l’unanimité, dans ce cas, la position actuelle de l’Udps, dubitative soit-elle, n’aurai-t-elle pas de l’influence sur cette démarche ? En fait, c’est une possible stratégie politique qui reste envisageable à ce niveau. En plus, cette prise de position vient d’être appuyée par le dernier sondage du Groupe d’étude sur le Congo qui place Félix Tshisekedi en tête avec 36% devant Vital Kamerhe et Emmanuel Shadary. De quoi, en effet, renforcer la perception de la forte cote de popularité qu’il possède d’abord seul. Enfin, avec sa famille politique… Mais aussi, une fois soutenu par les autres opposants de manière à garantir une victoire écrasante face au ‘’dauphin‘’ du Président Kabila. Intimidation ou surestimation ? Le temps est mieux placé pour y apporter un élément de réponse.(...)"
"Quand l’Udps pointe du doigt les destructeurs. Augustin Kabuya : «nous n’avons pas le sang de la trahison »"
° https://laprosperiteonline.net/2018/11/01/quand-ludps-pointe-du-doigt-les-destructeurs-augustin-kabuya-nous-navons-pas-le-sang-de-la-trahison/
"Décidé à réunifier l’Udps, Bruno Tshibala rend les derniers hommages à Raymond Mukoka"
° https://laprosperiteonline.net/2018/11/01/decide-a-reunifier-ludps-bruno-tshibala-rend-les-derniers-hommages-a-raymond-mukoka/


"RDC-Présidentielle : Pour Nzangi, Katumbi, Bemba et Muzito “pèsent très fort” pour désigner le candidat commun de l'opposition"
° https://actualite.cd/2018/11/02/rdc-presidentielle-pour-nzangi-katumbi-bemba-et-muzito-pesent-tres-fort-pour-designer-le


""Mainmise" de la présidence sur le processus électoral en RDC selon une étude"
° https://www.voaafrique.com/a/mainmise-de-la-pr%C3%A9sidence-sur-le-processus-%C3%A9lectoral-en-rdc-selon-une-%C3%A9tude/4638849.html
° https://afrique.lalibre.be/26620/rdc-mainmise-de-la-presidence-sur-le-processus-electoral/

"RDC: Mouvements citoyens et candidats à la présidentielle promettent des actions "concertées" contre la machine à voter"
° https://actualite.cd/2018/11/02/rdc-mouvements-citoyens-et-candidats-la-presidentielle-promettent-des-actions-concertees


"RDC – Caricature : Le candidat unique de l’opposition sera connu au plus tard le 15 novembre soit une semaine avant le début de la campagne"
° https://actualite.cd/2018/10/31/rdc-caricature-le-candidat-unique-de-lopposition-sera-connu-au-plus-tard-le-15-novembre


caricature ACTUALITE.CD réalisée par Kash

° https://actualite.cd/2018/11/02/rdc-le-fcc-annonce-des-nouvelles-adhesions-ce-vendredi
° http://www.congoindependant.com/congo-kin-usa-lambassadeur-hammer-enfin-a-kinshasa/
° https://www.jeuneafrique.com/emploi-formation/656243/expatriation-kinshasa-ville-la-plus-chere-dafrique/
° https://www.politico.cd/grand-angle/2018/11/01/rdc-lonu-et-les-etats-unis-veulent-des-elections-le-23-decembre-prochain-mais-zappent-linclusivite.html
° https://www.voaafrique.com/a/ls-pro-kabila-d%C3%A9noncent-une-manipulation-apr%C3%A8s-un-sondage-sur-la-pr%C3%A9sidentielle-en-rdc/4638178.html


"Shadary Ramazani: un homme de terrain qui sait rendre les coups"
° http://blog.lesoir.be/colette-braeckman/2018/11/02/shadary-ramazani-un-homme-de-terrain-qui-sait-rendre-les-coups/

"La surprise du chef"
° http://blog.lesoir.be/colette-braeckman/2018/11/02/la-surprise-du-chef/

"L’antipathie de Kinshasa à l’endroit de l’occident déborde : Les observateurs électoraux de l’UE indésirables en RDC"
° http://www.latempete.info/lantipathie-de-kinshasa-a-lendroit-de-loccident-deborde/


"Elections incontestables et apaisées. RDC : Samy Badibanga préconise trois mesures urgentes !"
° https://laprosperiteonline.net/2018/11/01/elections-incontestables-et-apaisees-rdc-samy-badibanga-preconise-trois-mesures-urgentes/
° https://www.forumdesas.org/spip.php?article17583


"Meeting populaire ce samedi 3 novembre 2018. Boulevard Triomphal : Kimbuta informé, Yves Mpunga promet d’éventrer le boa !"
° https://laprosperiteonline.net/2018/11/01/meeting-populaire-ce-samedi-3-novembre-2018-boulevard-triomphal-kimbuta-informe-yves-mpunga-promet-deventrer-le-boa/


"Plus rien ne s'oppose désormais à la tenue des élections, à 52 jours des scrutins"
° http://groupelavenir.org/category/actualites/


"Washington ne croit pas en des élections en 2018"
° http://www.latempete.info/washington-ne-croit-pas-en-des-elections-en-2018/


"Sondage BERCI: La MP condamne une tentative maladroite d’influencer le choix des Congolais"
Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes
° http://groupelavenir.org/sondage-berci-la-mp-condamne-une-tentative-maladroite-dinfluencer-le-choix-des-congolais/


"Candidature unique de l’opposition : l’unité rêvée, un leurre ?"
silent  silent  silent  silent  silent  silent  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes        cyclops
° http://lemaximum.cd/candidature-unique-de-lopposition-lunite-revee-demeure-un-leurre/


"Machine à voter: Katumbi, Kamerhe, Bemba, Fayulu donnent un ultimatum à Nangaa
Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Question  Question  Question  Question  Question  Question  Question  cyclops  cyclops  cyclops
° https://actualite.cd/2018/11/02/machine-voter-katumbi-kamerhe-bemba-fayulu-donnent-un-ultimatum-nangaa



Vital Kamerhe, Jean Pierre Bemba, Moïse Katumbi, Martin Fayulu, Freddy Matungulu, Adolphe Muzito, Théodore Ngoy, et Marie José Ifoku ont déposé jeudi 1er novembre dernier un mémorandum à la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI). Dans ce document signé le 29 octobre, ces 8 membres de l'opposition demandent à Corneille Nangaa, Président de la CENI de prendre en compte d'ici ce à samedi 3 Novembre leurs revendications.

« ...Demandons à la CENI, de mettre immédiatement à l'écart la machine à voter, instrument non prévu par la loi électorale, de prendre des mesures conservatoires de radiation complète dans le fichier électoral des personnes enrôlées irrégulièrement sans empreintes, de mettre en place une commission technique chargée du suivi des mesures qu'imposent votre décision portant publication du calendrier électoral. », rappellent-ils au président de la CENI.
Ces opposants disent disposer d’autres moyens de pression au cas où leurs revendications ne sont pas prises en compte.
« Nous espérons, par conséquent que vous voudrez bien accorder une attention particulière à notre mémo et y donner suite au plus tard le 3 novembre prochain, ce qui nous évitera d'envisager d'autres actions de mobilisation de la population », martèlent ils.
À l'issue de la marche organisée le vendredi 26 octobre dernier, ces membres de l'opposition avaient déposés un document à la CENI sur lequel, ils rappelaient leurs exigences sur le processus électoral en cours."


"RDC : l’opposition met Nangaa en demeure"
° https://afrique.lalibre.be/26678/rdc-lopposition-met-nangaa-en-demeure/




Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: RÉUNION DES SIX TENORS DE L’OPPOSITION A BRUXELLES CE JOUR ! UNE CERTAINE AVANCÉE DANS L’UNITÉ ET SURTOUT DANS LA FERMETÉ FACE A ‘JK’, STRATÉGIQUE, POURVU QU’ILS S’Y TIENNENT TOUS ! (COMMUNIQUÉ) !

Message  ndonzwau le 5/11/2018, 1:33 am

"RDC : chamboule-tout et grandes manœuvres à la veille des élections
° http://afrikarabia.com/wordpress/rdc-chamboule-tout-et-grandes-manoeuvres-a-la-veille-des-elections/
A la veille de la présidentielle prévue le 23 décembre, majorité et opposition se mettent en ordre de bataille. Mais le paysage s'est profondément modifié avec l'exclusion de deux figures clé de l'opposition,alors que le camp présidentiel accélère sa mobilisation.

A l’approche de la présidentielle prévue le 23 décembre, majorité et opposition se mettent en ordre de bataille. Mais le paysage politique s’est profondément modifié avec l’exclusion de deux figures clés de l’opposition, alors que le camp présidentiel accélère la mobilisation.
C’est un véritable chamboule-tout politique qu’est en train de vivre la République démocratique du Congo (RDC) depuis quelques mois. La disqualification de certains poids lourds de l’opposition a créé d’importants bouleversements dans l’échiquier congolais. Un tsunami politique qu’un sondage de l’institut BERCI et du Groupe d’étude sur la Congo (CEG) vient de mettre en lumière à moins de 50 jours du scrutin. Dans une étude réalisée entre le 29 septembre et le 15 octobre 2018 auprès de 1179 personnes réparties dans les 26 provinces du pays, les chiffres sont cruels pour le pouvoir en place à Kinshasa.

Tshisekedi propulsé sur le devant de la scène

La première leçon à retenir est la constante côte de confiance des Congolais envers les candidats de l’opposition. Les cinq personnalités politiques qui décrochent une bonne opinion auprès de la population sont dans l’ordre : Moïse Katumbi (80%), Jean-Pierre Bemba (77%), Félix Tshisekedi (76%), Eve Bazaïba (75%) et Vital Kamerhe (72%). En miroir, 78% ont une mauvaise opinion du président Joseph Kabila, qui ne se représente pas à sa succession.
Le hic, c’est que les deux poids lourds de l’opposition ne participeront pas à la présidentielle de décembre. Moïse Katumbi, en exil forcée en Europe, n’a pas été autorisé à rentrer en RDC pour déposer sa candidature, et Jean-Pierre Bemba a vu sa candidature écartée pour la Cour constitutionnelle. Par jeu de chaises musicales très logique, les intentions de vote se sont reportées vers les opposants encore qualifiés pour le scrutin, Félix Tshisekedi en tête. Petit Poucet de la compétition et sans expérience politique majeure, le fils de l’opposant historique Etienne Tshisekedi, se retrouve propulsé sur le devant de la scène.



Ramazani  Shadary recalé

Dans les intentions de vote du sondage, Félix Tshisekedi fait une percée très remarquée et vire en tête avec 36% des suffrages. Vital Kamerhe (UNC), lui aussi qualifié, occupe la seconde place, avec 17% des intentions de vote. Le candidat du pouvoir et « dauphin » du président Joseph Kabila, Emmanuel Ramazani Shadary, occupe une timide troisième place et ne serait donc pas élu. Martin Fayulu (Ecidé) et Freddy Matungulu (Congo na Biso) bénéficient également de l’éviction de Katumbi et Bemba, en remportant 8% et 5% des intentions de vote.
La répartition des voix dans les provinces congolaises met en relief une nouvelle « redistribution des rapports de force politique » après l’invalidation des deux leaders de l’opposition. Félix Tshisekedi, désormais opposant numéro un par défaut, profite de l’absence de Bemba pour rafler la mise en Equateur, la province natale du patron du MLC, mais aussi à Kinshasa. Il s’impose également au Katanga, le fief de Moïse Katumbi. A l’Est du pays, l’autre opposant encore en course à la présidentielle, Vital Kamerhe, « consolide sa position auprès des électeurs du Nord Kivu, du Sud Kivu et de la Province Orientale ». Le candidat du pouvoir, Emmanuel Ramazani Shadary, vire en tête dans une seul province, la sienne, le Maniema.



Un fossé entre opposition et majorité

Si à Kinshasa, beaucoup doutent de la crédibilité de cette étude, dans un pays continent où toutes les infrastructures manquent et où l’institut de sondage associé, le BERCI, a longtemps été proche d’Olivier Kamitatu, le bras droit de Moïse Katumbi, le principal enseignement des chiffres avancés réside dans l’écart qu’il y aurait entre les voix de la majorité et celles de l’opposition. Et le fossé est abyssal. 20 points d’écart séparent Félix Tshisekedi et Emmanuel Ramazani Shadary, et 37 points si le patron de l’UDPS formait un ticket avec Vital Kamerhe ! Le sondage pose donc l’union de l’opposition comme une réelle nécessité si elle souhaite remporter le scrutin.
Mais la route est encore longue et semée d’embûches pour désigner un candidat unique de l’opposition. Le nom de l’heureux élu devrait être connu avant le 15 novembre, selon un communiqué commun de l’opposition. Mais le sondage du GEC et du BERCI sème le trouble… et la discorde. Le sondage estime à 44% que c’est Félix Tshisekedi qui devrait être le candidat unique de l’opposition. Mais du côté de Jean-Pierre Bemba, Freddy Matungulu et bien sûr, Vital Kamerhe, ce chiffre fait bien évidemment tousser. Selon eux, le candidat doit « avoir un cursus et de l’expérience ». Et sur ce terrain, Vital Kamerhe et Freddy Matungulu ont une longueur d’avance sur Félix Tshisekedi, toujours embourbé dans une polémique sur un possible faux diplôme.

Le FCC redoute une union massive de l'opposition

Une chose est sûre. Ce sondage tombe à point pour Félix Tshisekedi, soutenu en sous-main par Moïse Katumbi. Avec son avance de 20 points sur le candidat du pouvoir, le patron de l’UDPS se sent pousser des ailes, quitte à vouloir se présenter, avec ou sans l’étiquette du candidat commun de l’opposition. Ce sondage sonne donc comme un ultime coup de pression aux sept leaders de l’opposition qui doivent décider prochainement du nom du candidat unique. Beaucoup prône un « front commun » derrière un ticket Tshisekedi-Kamerhe, mais le MLC de Bemba ne s’y retrouve et Kamerhe ne s’est pas encore résigné à rejoindre Félix Tshisekedi.
De son côté, la majorité présidentielle accélère. Meeting géant au stade Tata Raphaël, désignation de l’équipe de campagne, grande tournée dans les provinces du candidat-« dauphin »… Mais dans le camp présidentiel, on s’inquiète de l’écart de voix possible entre majorité et opposition. Un observateur politique ironise : « si Ramazani veut gagner, il faudra que la fraude et le bourrage d’urne soient massifs ! ».

Comme pour se rassurer, les cadres du Front commun pour le Congo (FCC), la plateforme pro-Kabila qui porte la candidature Ramazani, ne croient pas aux chiffres d’un sondage « commandité et financé » pour l’opposition. Ce que redoute le FCC, c’est un front commun massif derrière un seul candidat avec le ralliement de la totalité des autres leaders. De l’étendu de cette union de l’opposition dépendra de la stratégie du camp présidentiel pour conserver le pouvoir. Si les opposants avancent en ordre dispersé : le pouvoir ira aux élections, quitte à force un peu les résultats de son poulain. Si l’union est massive, le pouvoir sortira une autre carte dans sa manche : repousser une nouvelle fois le scrutin. Le scénario est déjà prêt."



"Le GEC publie deux rapports sur le processus électoral"
° http://www.congoindependant.com/le-gec-publie-deux-rapports-sur-le-processus-electoral/
"Groupe d'Étude sur le Congo - Octobre 2018
RDC : les élections de tous les dangers.
Note 1 : La politisation des institutions chargées du processus"

° http://congoresearchgroup.org/wp-content/uploads/2018/10/CRG_Final_high-res.pdf
"Nouveau sondage GEC/BERCI: Redistribution des rapports de force politique"
° http://congoresearchgroup.org/nouveau-sondage-bercigec-les-congolais-sattendent-a-une-election-entachee-dirregularites-et-litigieuse/?lang=fr


"Moïse Katumbi : « Le pouvoir prépare des bureaux de vote fictifs »
° https://afrique.lalibre.be/26734/moise-katumbi-le-pouvoir-prepare-des-bureaux-de-vote-fictifs/
J-50. Les élections présidentielle, législatives et provinciales en République démocratique du Congo sont toujours annoncées pour le 23 décembre. Dans cinquante jours, près de 40 millions de Congolais seront conviés à élire le successeur de Joseph Kabila, président hors mandat, poussé par la communauté internationale à ne pas se représenter pour un troisième mandat qui aurait été inconstitutionnel et synonyme de chaos dans tout le continent.

Mais à 50 jours du scrutin, le processus électoral est loin de se présenter sous les meilleurs auspices. Une large frange de la population, de très nombreuses organisations de la société civile et la plupart des partis de l’opposition ne veulent pas entendre parler du passage par les urnes tel qu’il a été concocté par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) présidée par Corneille Nangaa. Une Ceni qui entend imposer l’utilisation d’une machine à voter et qui refuse de revoir le fichier électoral qui comporte pourtant, selon divers experts et institutions internationales, plus de 16 % d’électeurs potentiellement fictifs. Face à ce scénario cousu de fil blanc, les principaux acteurs de l’opposition politiques se sont fédérés pour désigner un candidat unique et pour refuser  “la tricherie qui se prépare”, selon les termes de Moïse Katumbi, un des favoris du scrutin empêché de participer à ce rendez-vous après avoir été accusé de recrutement de mercenaires et condamné à trois ans de prison pour un dossier surréaliste de spoliation immobilière.

Monsieur Katumbi, à 50 jours du scrutin vous pensez toujours être capable de désigner un candidat unique de l’opposition ?
Bien sûr. Nous y travaillons depuis un certain temps et nous allons donner prochainement le nom de notre candidat. Il ne s’agit pas d’avancer dans la précipitation. Dans un régime comme celui que nous connaissons en RDC, dès que le candidat sera désigné, il sera mis sous pression et sera même physiquement en danger. En retardant le choix, on retarde aussi ce risque.
L’UDPS de Félix Tshisekedi, membre de votre “plateforme” de l’opposition, semble se distancer un peu de votre mouvement?
Félix fait partie de notre plateforme. Il sera aux négociations pour désigner notre candidat. Certains aimeraient fendre le bloc de l’opposition mais il est solide. Il y a parfois des petites brouilles, mais c’est comme dans toutes les familles, ni plus, ni moins.
L’opposition est-elle toujours décidée à ne pas vouloir aller au scrutin avec la machine à voter ?
Nous ne voulons pas de cette machine et nous voulons que la Ceni revoit le fichier électoral.
N’est-ce pas trop tard ?
Pas du tout. Le pouvoir aimerait faire croire qu’il est trop tard, mais ce n’est pas le cas. En plus, n’oubliez pas que la machine à tricher n’est pas prévue dans la loi électorale ni par la constitution. Mais il faut aussi absolument revoir le fichier électoral. On ne peut pas aller aux élections avec un tel arsenal conçu pour tricher. Aujourd’hui, je peux vous dire que le pouvoir a prévu des bureaux de vote fictifs. Il y a 88 000 bureaux de vote qui sont annoncés sur toute l’étendue du territoire congolais. Il est très compliqué de tout contrôler, le pouvoir veut jouer sur ce flou et tromper notre vigilance en créant des faux bureaux de vote où seront utilisées les voix des électeurs fictifs.

Vous pensez donc qu’il est encore possible de remettre tout ce processus en cause ?
Nous avons le droit et la loi électorale pour nous. Nous nous battrons jusqu’au bout pour l’emporter. Nous ne baisserons jamais les bras. Le candidat unique qui sera désigné aura 98 % de chance de remporter ces élections. Cela ne fait aucun doute. Personne, à part Kabila et les siens, n’ose dire le contraire. Les Congolais veulent le départ définitif de ce Monsieur et l’arrivée d’une vraie alternance. Le président de la Ceni, Corneille Nangaa, le sait aussi. Mais ils sont prêts à provoquer le chaos pour s’accrocher au pouvoir. M. Nangaa devrait être moins soucieux de sa commission, de ses commissions et plus attentif aux attentes du peuple congolais. Joseph Kabila avait l’occasion de partir par la grande porte en 2016 en respectant la Constitution. Il a préféré s’accrocher par la force et la violence en créant de fausses rébellions, en massacrant. Combien de croix dans les cimetières, de fosses communes, de corps jetés dans le fleuve a-t-il sur la conscience pour ne pas avoir voulu respecter les lois et la constitution qu’il a lui-même promulguée.”
Justement, Kabila s’est assis sur la Constitution en 2016, pourquoi respecterait-il la loi électorale cette fois.
L’opposition et la population sont déterminées. Nous ne nous laisserons plus marcher sur les pieds. Nous demandons le respect de nos droits, rien de plus. Rien de moins. Le peuple Congolais a trop souffert. Il faut tourner la page Kabila pour enfin construire un pays nouveau.

Vous êtes non-partant pour ce scrutin, comment vivez-vous cela ?
Comme une énorme injustice, évidemment. Mais cela ne change rien au sens de mon combat. Je ne me bats pas pour un poste, je me bats pour les Congolais. Je suis Congolais, je suis né au Congo, j’y ai grandi. Je veux que la paix revienne dans mon pays. La paix passe par un scrutin réellement démocratique, sans tout cet arsenal mis en place par le pouvoir. Aller au scrutin dans ces conditions, c’est ouvrir la porte au chaos, je ne peux l’accepter. En décembre 2014, c’est moi qui ai lancé l’appel au refus d’un troisième mandat pour Kabila en rentrant à Lubumbashi. Mon combat est cohérent, je n’ai pas dévié d’un millimètre. Si je ne peux être candidat, je soutiendrai notre candidat commun jusqu’au bout. On ne lâchera rien.
Si le pouvoir ne vous entend pas ?
On avisera à ce moment-là."




"Félix Tshisekedi ou rien : bras de fer entre l'UDPS et les autres opposants"
Question  Question  Question  Question  Question  Question  Question  Question  Question  Question  Question  Question  Question
° https://www.politico.cd/en-clair/2018/11/03/felix-tshisekedi-ou-rien-bas-de-fer-entre-ludps-et-les-autres-opposants.html
"Les organisateurs du dernier sondage plébiscitant Félix Tshisekedi ont-ils des liens avec des lobbyistesde l'UDPS ?"
Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Question  Question  Question  Question  Question  Question
° https://www.politico.cd/actualite/la-une/2018/11/03/les-organisateurs-du-dernier-sondage-plebiscitant-felix-tshisekedi-ont-ils-des-liens-avec-des-lobbyistes-de-ludps.html
"Contrat de lobbying de l'UDPS aux Etats-Unis
Uploadé par Litsani Choukran
ACCORD DE CONSULTATION SUR LA CAMPAGNE D'ÉLECTION DE L'UDPS"

° https://fr.scribd.com/document/392273868/Contrat-de-lobbying-de-l-UDPS-aux-Etats-Unis#from_embed


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: RÉUNION DES SIX TENORS DE L’OPPOSITION A BRUXELLES CE JOUR ! UNE CERTAINE AVANCÉE DANS L’UNITÉ ET SURTOUT DANS LA FERMETÉ FACE A ‘JK’, STRATÉGIQUE, POURVU QU’ILS S’Y TIENNENT TOUS ! (COMMUNIQUÉ) !

Message  ndonzwau le 7/11/2018, 5:01 am

"RDCongo: raidissement du régime Kabila à la veille des scrutins"
° https://afrique.lalibre.be/26855/rdcongo-raidissement-du-regime-kabila-a-la-veille-des-scrutins/
Usage de la torture, refus explicite d’appliquer l’accord de la Saint-Sylvestre, maintien de la “machine à tricher” malgré l’importance du rejet populaire… Le régime de Kinshasa s’enfonce de plus en plus dans l’autoritarisme.
À sept semaines des élections présidentielle, législative nationale et législative provinciale en RdCongo, l’ONG britannique, Freedom from Torture, a accusé lundi le régime du président hors mandat Joseph Kabila d’“encourager tacitement et activement” la torture contre ses opposants politiques. L’association, qui se base sur les témoignages et examens médicaux de 74 Congolais réfugiés au Royaume uni, dénonce “un moyen de réduire au silence” pour “écraser la contestation”.

RDC: La torture en RDC, un moyen pour « écraser la contestation »
 
 “L’oncle de Maman Sifa”
 
Ce durcissement du régime est lié à sa volonté de se maintenir au pouvoir. Près de deux ans après la fin de son dernier mandat légal, Joseph Kabila a renoncé à se re-présenter à l’élection, respectant ainsi la Constitution. Mais il a choisi personnellement son dauphin, l’ex-ministre de l’Intérieur Emmanuel Ramazani Shadary, bien qu’il fasse l’objet de sanctions internationales et jouisse d’une piètre popularité au Congo. Un théâtre de quartier populaire de Kinshasa plaisantait ainsi dernièrement, avec succès, sur la déception provoquée par cette nomination : “On attendait le Dauphin, on a vu une sardine !”. 
À Kinshasa, des sources d’opposition expliquent le choix de M. Kabila par le fait que M. Ramazani Shadary serait “l’oncle de Maman Sifa”, mère du chef de l’État ; tous deux sont en tout cas de la même tribu, les Bangu Bangu du Maniema.
 
La décrispation n’aura pas lieu
 
Le régime avait passé le cap turbulent de son maintien au pouvoir après la fin du mandat Kabila, en signant un accord avec l’opposition, sous l’égide de l’Église : l’accord de la Saint-Sylvestre 2016. Il n’a cependant jamais respecté sa signature dans les faits.
Cette semaine, le ministre de la Communication Lambert Mende a même renié la promesse – faite au titre de mesure de “décrispation” – de libérer certains prisonniers politiques : “Les cas emblématiques, pour nous, ce sont des cas non libérables”.
L’accord évoque pourtant nommément plusieurs détenus politiques, notamment “Eugène Diomi Ndongala” – dont le Comité des droits de l’homme de l’Onu a exigé la “libération immédiate” en 2014 déjà – mais aussi “les cas emblématiques restants, à savoir MM. Moïse Katumbi Chapwé et Jean-Claude Muyambo”.
 
Vers des troubles post-électoraux
 
Enfin, le régime continue à imposer la machine à voter, récusée par l’opposition et une bonne partie de la société civile, qui y voient un outil pour une fraude massive. Ce seul rejet – qu’il soit ou non justifié – laisse présager d’importants conflits post-électoraux, voire des troubles.
Et plus encore s’il est justifié – une position soutenue par les précédents en matière d’utilisation de la machine à voter sud-coréenne de Miru System, qu’impose le régime de Kinshasa. L’utilisation de cette technologie aux législatives irakiennes du 12 mai dernier a donné lieu à des pannes, liées à la fourniture intermittente de courant, bien plus commune encore au Congo. Le manque de confiance créé par la machine a poussé le parlement de Bagdad à demander le recomptage de 11 millions de bulletins.

De son côté, l’Argentine a renoncé à utiliser la machine à voter de Miru System pour ses élections fédérales de 2016 en raison de son manque de fiabilité en matière de secret du vote, de transparence du système et d’assurance que les résultats ne sont pas manipulés. La section argentine de Transparency International souligne d’ailleurs que la Corée du Sud utilise le bulletin papier et non le vote électronique.
Des chercheurs argentins et le programmeur Javier Smaldone soulignent de leur côté les ressemblances entre la technologie refusée en Argentine et celle des prototypes déployés au Congo. M. Smaldone soupçonne que les machines refusées en Argentine ont été servies aux Congolais."


"Triste comédie politique en RDC
° https://www.politico.cd/actualite/la-une/2018/11/06/triste-comedie-politique-en-rdc.html

"Machine à voter, fichier électoral… RDC : jusqu’où ira le langage des sourds ?
° https://laprosperiteonline.net/2018/11/06/machine-a-voter-fichier-electoral-rdc-jusquou-ira-le-langage-des-sourds/

"RD Congo : la classe politique doit-elle maintenant avoir pitié de «son patient peuple» ?"
° https://laprosperiteonline.net/2018/11/05/rd-congo-la-classe-politique-doit-elle-maintenant-avoir-pitie-de-son-patient-peuple/

"Choc frontal
° https://laprosperiteonline.net/2018/11/05/choc-frontal/



"Candidat commun de l’opposition : le dernier round à Genève "
° https://lepotentielonline.net/2018/11/05/candidat-commun-de-lopposition-le-dernier-round-a-geneve/



Après les étapes préliminaires de Bruxelles, Johannesburg et Kinshasa, c’est à Genève, en Suisse, que se joue le dernier round des discussions relatives au choix d’un candidat commun de l’Opposition à aligner à la présidentielle du 23 décembre 2018. Du 7 au 10 novembre, la ville suisse accueille les principaux leaders de l’opposition congolaise pour une rencontre qui se veut cruciale. Tous s’accordent pour dire qu’une fumée blanche sortira le 10 novembre prochain à Genève.
Par Le Potentiel


« Un voyage de mille lieues commence toujours par un premier pas », rappelle un vieux proverbe chinois. L’opposition congolaise a certainement intériorisé cette pensée en décidant d’emprunter la voie de l’unité en vue de barrer le route au candidat du FCC (Front commun pour le Congo) à la présidentielle du 23 décembre 2018.
Dans les rangs de l’opposition tous les discours convergent vers la nécessité de se liguer autour d’un candidat commun pour maximiser ses chances de succès à la présidentielle de décembre prochain.
Si le principe a été d’ores et déjà levé, le chemin pour y parvenir reste encore parsemé d’embuches et de difficultés de tous genres à surmonter. Depuis la rencontre de Bruxelles entre les principaux leaders de l’opposition congolaise, des réunions se succèdent ça et là pour arrondir les angles.

Tout récemment, les leaders de l’opposition ont promis au terme d’une rencontre à Johannesburg (Afrique du Sud) de présenter enfin le candidat commun de l’opposition au plus tard le 15 novembre prochain. Apparemment, les choses vont beaucoup plus vite qu’on le croyait. Finalement, c’est à Genève, en Suisse, que se joue le dernier round des pourparlers autour d’un candidat commun de l’opposition. Du 7 au 10 novembre 2018, l’opposition congolaise s’est donné rendez-vous dans la ville suisse pour lever tous les équivoques.
Sans doute, à la clôture de cette réunion de Genève, le candidat commun de l’opposition devrait être connu. Pour l’instant, c’est encore le suspense.

Dans les discussions en informel, deux noms sortent du lot. Le duel final devrait certainement de jouer entre Félix Tshisekedi de l’Udps et Vital Kamerhe de l’UNC. Mais, un autre présidentiable de l’opposition se tient en embuscade. Il pourrait tout aussi surprendre dans les derniers instants. Il s’agit de Martin Fayulu de l’Ecidé. A Genève, il n’est pas exclu qu’on ait droit à une triangulaire pour tirer enfin l’oiseau rare, c’est-à-dire celui qui aura la lourde charge de porter les couleurs de l’opposition pour défier en décembre prochain la machine électorale du FCC.
Dans la ville suisse, l’on annonce aussi la présence d’un autre présidentiable, en l’occurrence le professeur Freddy Matungulu de Congo na Biso. Quoi qu’invalidés ou disqualifiés de la présidentielle – c’est selon – Moïse Katumbi d’Ensemble pour le changement, Jean-Pierre Bemba du MLC et Adolphe Muzito devraient également faire le déplacement de la Suisse. A deux semaines du lancement officiel le 21 novembre prochain de la campagne électorale, l’opposition joue véritablement son destin. On s’attend donc à ce qu’une fumée blanche sorte de la réunion de Genève.

Ensemble pour le changement en ordre de bataille

A Kinshasa, l’optimisme se lit dans les visages de tous les grands leaders de l’opposition. Porte-parole d’Ensemble pour le changement, Jean-Bertrand Ewanga positive à fond.
« Du 7 au 10 novembre, nous saurons qui est le candidat commun parce que tout est déjà fait. Le programme commun est établi, l’ossature est là, c’est la synthèse de tous les programmes des candidats présidents. Il faut juste l’étoffer un peu », a-t-il dit au micro Top Congo, radio émettant depuis Kinshasa.
« Le nom du candidat commun sera connu avant le 10 novembre », a indiqué sans détours le porte-parole d’Ensemble pour le changement de Moïse Katumbi. Il a noté par ailleurs qu’à Genève, « les 7 leaders de l’Opposition seront là, y compris aussi les grands du monde », parce que, rappelle-t-il, « la désignation du candidat commun ne préoccupe pas seulement les Congolais mais aussi le monde ».

Même son de cloche du côté de Delly Sessanga, secrétaire général d’Ensemble pour le changement. « Soyez-en sûrs, cette semaine cette question sera réglée, à l’endroit où l’hospitalité nous sera grande pour pouvoir accueillir tous les leaders de l’opposition à qui on n’a pas accordé la possibilité dans notre pays en violation de la Constitution », a-t-il déclaré sur Top Congo, sans toutefois faire allusion à Genève qui serait finalement l’endroit choisi pour cette ultime rencontre.
Qu’est-ce qui aurait justifié le choix de la ville de la Genève. Delly Sessanga n’a pas éludé la question. « Nous sommes dans une démocratie où nous ne pouvons pas nous réunir ici, nous aurions bien voulu le faire dans notre pays et nous maintenons un secret par rapport à cela », a tranché le secrétaire général d’Ensemble.
Ensemble pour le changement n’attendrait plus que l’identité du candidat commun pour se lancer dans l’arène.

Fumée blanche à Genève : c’est fort probable

Les principaux ténors de l’opposition, sans exception, ont confirmé leur présence à Genève. Ils ont tous marqué un accord ferme d’être présents à cette rencontre de la dernière chance. Il est demandé à chaque candidat président de mettre de côté son égo pour sortir cet oiseau rare capable de tenir tête à Emmanuel Shadary, le dauphin de Joseph Kabila.
Des pressions énormes, indiquent des sources diplomatiques, ont été exercées sur les sept ténors de l’opposition pour que la candidature commune de l’opposition devienne enfin une réalité avant le 21 novembre, date de lancement officiel de la campagne électorale. La population n’attend plus que ce candidat commun pour s’aligner derrière lui. Jean Pierre Bemba l’avait déclaré, promettant de rentrer en RDC pour battre campagne en faveur du candidat commun et gagner avec lui. Moïse Katumbi, qui dit ne se battre que pour l’intérêt du peuple, a promis de rejoindre la même dynamique dès que le candidat commun sera connu.

Sortira-t-il finalement une fumée blanche à Genève ? Dans l’opposition, tous affichent un net optimisme. On n’écarte l’hypothèse d’un enlisement. « Tous les grands leaders ont mesuré l’urgence et la nécessité de s’unir autour d’un candidat commun pour contrecarrer le candidat du FCC. C’est notre seule chance de gagner et de s’engager enfin sur le vrai chemin de l’alternance. C’est aussi le vœu de tout un peuple », a indiqué au Potentiel un leader de l’opposition, quoi que non convié à la réunion de Genève.
A 50 jours de la présidentielle, les conclusions de Genève auront l’effet d’un coup de tonnerre sur la scène politique congolaise. Le choix d’un candidat commun de l’opposition va surement remodeler la cartographie politique en cette période préélectorale. Pour l’instant, tous les regards sont désormais tournés vers la Suisse."


"L’opposition en Suisse pour le choix de son candidat commun - Le Phare"
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=211805&Actualiteit=selected
"Affaire ‘’Candidat commun’’. Genève : l’Opposition lave ses linges sales aujourd’hui !
° https://laprosperiteonline.net/2018/11/06/affaire-candidat-commun-geneve-lopposition-lave-ses-linges-sales-aujourdhui/
"A Genèvel l'opposition en quête d'un candidat commun"
° https://www.politico.cd/actualite/la-une/2018/11/06/a-geneve-lopposition-congolaise-en-quete-dun-candidat-commun.html
"Candidature unique de l’opposition… Rendez-vous de Genève : qui de Félix, Matungulu, Fayulu et Kamerhe lâchera-t-il ?"
° https://laprosperiteonline.net/2018/11/06/candidature-unique-de-lopposition-rendez-vous-de-geneve-qui-de-felix-matungulu-fayulu-et-kamerhe-lachera-t-il/
"CANDIDATURE COMMUNE
L’opposition se donne rendez-vous à Genève dès demain

° https://www.forumdesas.org/spip.php?article17630
° https://www.forumdesas.org/spip.php?article17629
° https://cas-info.ca/2018/11/designation-du-candidat-commun-lopposition-se-reunit-a-geneve-ce-mercredi/
° http://7sur7.cd/new/candidature-commune-de-lopposition-les-7-leaders-de-lopposition-attendus-en-suisse-du-7-au-10-novembre/

"Pretoria, Bruxelles…Genève, Opposition : Et si Lumumba avait tout prédit…
Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes
° http://groupelavenir.org/pretoria-bruxellesgeneve-opposition-et-si-lumumba-avait-tout-predit/



"RDC: polémique après la publication de l'équipe de campagne d'Emmanuel Shadary
° http://www.rfi.fr/afrique/20181105-rdc-polemique-publication-equipe-campagne-emmanuel-shadary
En RDC, certaines personnalités figurant dans l'équipe de campagne du candidat de la majorité Emmanuel Ramazani Shadary, annoncée samedi, affirment ne pas avoir été consultées au préalable.

Samedi, le Front commun pour le Congo (FCC) a dévoilé une liste de plus de 500 personnes qui devaient faire partie de l'équipe de campagne d'Emmanuel Ramazani Shadary, le dauphin du chef de l'Etat. Mais plusieurs de ces personnalités disent ne pas avoir été contactées au préalable. C’est notamment le cas de Florent Ibenge, l’entraîneur de l’équipe nationale de football et de l’As Vita Club, de Chantal Kanyimbo, rapporteur du Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication, ainsi que de Kasonga Tshilunde, le président de l’Union nationale de la presse du Congo (UNPC).
Le patron de l'UNPC dit être tombé des nues en apprenant que son nom figurait sur la liste de l'équipe de campagne d'Emmanuel Ramazani Shadary. « Comme un cheveu sur la soupe, je me retrouve dans une activité dont je n’ai pas été informé, affirme Kasonga Tshilunde. Je pense que ce n’était pas du tout correct. J’ai des appels, j’ai des insultes. J’occupe des charges au niveau de la presse congolaise et je suis le symbole de cette presse congolaise, donc je ne peux pas avoir d’autres charges en même temps. »

Par voie de presse, près d'une dizaine de personnalités se sont dit surprises de se voir figurer sur cette liste. Comment l'expliquer ? « La liste qui a été publiée samedi a été décidée par le candidat Emmanuel Ramazani Shadary sur base des compétences qui existent dans la famille politique du Front commun pour le Congo, avance l'ambassadeur Barnabé Kikaya, conseiller diplomatique de Joseph Kabila et membre de l'équipe de campagne. Toutes ces personnes sont des personnes ressources. Les consultations ont certainement eu lieu, mais s’il y a des désistements aujourd’hui, ces personnes sont libres d’accepter ou de ne pas accepter. »
Le directeur de cabinet du président a quant à lui indiqué dans un communiqué qu'il ne fallait pas se fier aux listes diffusées sur les réseaux sociaux, que la liste définitive de l'équipe de campagne serait diffusée ce lundi sur le site du FCC."

° http://www.congoindependant.com/fcc-shadary-presente-son-equipe-de-campagne-poto-poto/
° https://www.jeuneafrique.com/657848/politique/presidentielle-en-rdc-le-camp-au-pouvoir-devoile-son-equipe-de-campagne/
"RDCongo: le FCC ne présente pas sa « liste authentique » d’équipe de campagne
° https://afrique.lalibre.be/26848/rdcongo-le-fcc-ne-presente-pas-sa-liste-authentique-dequipe-de-campagne/
° https://www.politico.cd/en-clair/2018/11/06/toujours-pas-de-nouvelle-liste-de-lequipe-de-campagne-de-shadary.html

"RDC-Caricature : Le pouvoir de nommer sans consultation
° https://actualite.cd/2018/11/06/rdc-caricature-le-pouvoir-de-nommer-sans-consultation

Caricature ACTUALITE.CD réalisée par Kash



"Présidentielle du 23/12: La « Dynamique Fatshi Président » décidée à porter « Félix » au sommet de l’Etat"
° http://www.congoindependant.com/presidentielle-du-23-12-la-dynamique-fatshi-president-decidee-a-porter-felix-au-sommet-de-letat/comment-page-1/#comment-5725
° http://www.cheikfitanews.net/2018/11/sortie-officielle-a-bruxelles-d-une-dynamique-de-soutien-au-candidat-felix-tshisekedi.html
"L’Udps toujours à l’avant-plan. Augustin Kabuya : «Félix Tshisekedi est devenu un patrimoine national depuis le 7 août, il n’appartient plus à l’Udps seule»"
° https://laprosperiteonline.net/2018/11/06/ludps-toujours-a-lavant-plan-augustin-kabuya-felix-tshisekedi-est-devenu-un-patrimoine-national-depuis-le-7-aout-il-nappartient-plus-a-ludps-seule/

"M. Katumbi : « Félix Tshisekedi fait partie de notre plateforme, certains aimeraient fendre le bloc de l’opposition mais il est solide »
° http://7sur7.cd/new/m-katumbi-felix-tshisekedi-fait-partie-de-notre-plateforme-certains-aimeraient-fendre-le-bloc-de-lopposition-mais-il-est-solide/
"Elections 2018. Katumbi : l’éclipse confirmée !"
° https://laprosperiteonline.net/2018/11/05/elections-2018-katumbi-leclipse-confirmee/

"Billet. Société civile congolaise de l'étranger et fin mandat J. Kabila, halte à l'attentisme
° http://www.cheikfitanews.net/2018/11/billet.societe-civile-congolaise-de-l-etranger-et-fin-mandat-j.kabila-halte-a-l-attentisme.html

"Candidat commun de l'opposition : Ensemble se sent "proche" de Félix Tshisekedi"
° https://www.politico.cd/encontinu/2018/11/06/candidat-commun-de-lopposition-ensemble-se-sent-proche-de-felix-tshisekedi.html


"L-incroyable explication de Nangaa sur les présumés électeurs fictifs "
° https://www.politico.cd/encontinu/2018/11/06/lincroyable-explication-de-nangaa-sur-les-presumes-electeurs-fictifs.html

"RDCongo : La candidature de Ramazani Shadary sera-t-elle radiée?
° https://afrique.lalibre.be/26759/rdcongo-la-candidature-de-ramazani-shadary-sera-t-elle-radiee/

"APRES UNE SEANCE DE TRAVAIL TECHNIQUE AVEC LES EXPERTS DE LA CENI
Machine à voter : la SADC d’accord !"

° https://www.forumdesas.org/spip.php?article17616

"RDC-Présidentielle : 5 candidats se sont réunis ce mardi à Kinshasa"
° http://7sur7.cd/new/rdc-presidentielle-5-candidats-se-sont-reunis-ce-mardi-a-kinshasa/

"RDC : Des techniciens de la SADC à Kinshasa pour accompagner la CENI dans le déploiement  des kits électoraux"
° https://actualite.cd/2018/11/06/rdc-des-techniciens-de-la-sadc-kinshasa-pour-accompagner-la-ceni-dans-le-deploiement-des

° http://7sur7.cd/new/rdc-presidentielle-tout-est-fin-pret-pour-annoncer-au-peuple-congolais-le-candidat-commun-d-sesanga/
° https://www.jeuneafrique.com/658923/politique/presidentielle-en-rdc-un-lieutenant-de-moise-katumbi-se-dit-favorable-a-un-report/
° https://www.politico.cd/encontinu/2018/11/06/lappel-du-depute-bokolombo-pour-le-report-des-election-nengage-pas-ensemble-ewanga.html
° http://www.cheikfitanews.net/2018/11/paul-nsapu-de-la-fidh-le-23.12.2018-le-peuple-doit-controler-les-elections.html
° https://www.politico.cd/actualite/la-une/2018/11/06/proche-de-moise-katumbi-sam-bokolombe-appelle-au-report-des-elections.html
° https://laprosperiteonline.net/2018/11/06/candidature-commune-de-lopposition-laurent-batumona-cest-felix-tshisekedi-tshilombo-ou-rien/




Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: RÉUNION DES SIX TENORS DE L’OPPOSITION A BRUXELLES CE JOUR ! UNE CERTAINE AVANCÉE DANS L’UNITÉ ET SURTOUT DANS LA FERMETÉ FACE A ‘JK’, STRATÉGIQUE, POURVU QU’ILS S’Y TIENNENT TOUS ! (COMMUNIQUÉ) !

Message  ndonzwau le 8/11/2018, 4:00 am

"Élections
"Candidat commun de l’opposition en RDC : rendez-vous décisif le 9 novembre à Genève "

° https://www.jeuneafrique.com/659337/politique/candidat-commun-de-lopposition-en-rdc-rendez-vous-decisif-le-9-novembre-a-geneve/



Initialement prévue à Conakry, la réunion décisive des sept leaders de l’opposition congolaise aura finalement lieu le 9 novembre à Genève. Objectif : désigner un candidat unique et peaufiner un programme commun.

Une date et un lieu semblent enfin être arrêtés. Après la rencontre de fin octobre à Pretoria, les sept leaders de l’opposition congolaise avaient d’abord annoncé une prochaine réunion à Paris, avant de la délocaliser à Conakry. Mais c’est finalement à Genève qu’ils ont décidé de se retrouver à partir du vendredi 9 novembre.
« En optant pour un pays le plus neutre possible, nous avons à la fois voulu ne pas mettre mal à l’aise l’État hôte et se rendre dans un endroit le moins suspecté de dérives dictatoriales », explique à Jeune Afrique un proche des sept leaders (« L7 »).

La réunion s’annonce décisive. D’ici le 15 novembre, trois opposants exclus de la présidentielle – Moïse Katumbi, Jean-Pierre Bemba, Adolphe Muzito – et quatre candidats en lice – Félix Tshisekedi, Martin Fayulu, Freddy Matungulu, Vital Kamerhe – ont promis d’annoncer le nom de leur candidat et de trouver un programme commun. Ils auront « 48 heures », soit jusqu’au dimanche, pour trouver un compromis, selon un tweet d’Olivier Kamitatu, porte-parole et directeur de cabinet de Moïse Katumbi.





 Olivier Kamitatu Etsu  @OlivierKamitatu


« PNC aux portes, armement des toboggans, vérification de la porte opposée » !
Vendredi 09/11 à Genève, l’opposition entame un atterrissage en douceur !
Le temps d’un stop de 48 heures pour une candidature & un programme communs avant de mettre le cap sur les élections !
09:17 - 7 nov. 2018

Les « L7 » et la machine à voter

Parviendront-ils à se mettre d’accord ? Rien n’est moins sûr. D’autant que, ces dernières semaines, le groupe s’est fragilisé sur la question de la machine à voter. Le camp de Félix Tshisekedi a en effet nuancé sa position, affirmant être prêt à participer aux élections « avec ou sans » cet engin controversé. Jusqu’ici, tous les « L7 » exigeaient pourtant l’abandon de ce dispositif électronique.
Qu’à cela ne tienne, certains d’entre eux croient encore à la possibilité de se trouver un candidat commun. « À condition d’être conscients de notre responsabilité à sortir la RDC du trou dans lequel [le président] Joseph Kabila l’a mis », précise Martin Fayulu, candidat de la Dynamique de l’opposition.
D’après les informations de Jeune Afrique, des leaders de l’opposition et leurs équipes (collaborateurs et experts), encore dans le pays, ne quitteront Kinshasa que le jeudi soir pour Genève. Au moment où nous écrivions ces lignes, certains d’entre eux se trouvaient encore à l’ambassade de Suisse, dans la capitale congolaise, pour tenter d’obtenir leur visa."


"CANDIDATURE COMMUNE DE L’OPPOSITION A LA PRESIDENTIELLE
Genève : ou ça passe ou ça casse !"

° http://forumdesas.org/spip.php?article17654
"ALORS QUE S’OUVRENT CE MERCREDI LES ASSISES EN VUE DE LA DISIGNATION DU CANDIDAT UNIQUE DE L’OPPOSITION
L’ombre de la machine à voter plane sur Genève !"

° http://forumdesas.org/spip.php?article17636
"A 15 jours du début de la campagne électorale : L’Opposition se donne rendez-vous à Genève"
° http://www.latempete.info/33155-2/


"Désignation du candidat commun : le Rassemblement invite les opposants à harmoniser les vues pour « un aboutissement heureux »"
°  https://cas-info.ca/2018/11/designation-du-candidat-commun-le-rassemblement-invite-les-opposants-a-harmoniser-les-vues-pour-un-aboutissement-heureux/
"Candidature commune de l’opposition : six composantes du RASSOP/Limete soutiennent Félix Tshisekedi"
° https://www.radiookapi.net/2018/11/07/actualite/politique/candidature-commune-de-lopposition-six-composantes-du-rassoplimete


"RDC: l'opposition demande le retrait de la candidature de Shadary
° http://www.rfi.fr/afrique/20181107-rdc-opposition-demande-le-retrait-candidature-shadary
Plusieurs leaders de l’opposition et candidats à la présidentielle du 23 décembre ont demandé que la candidature d’Emmanuel Ramazani Shadary soit retirée de la course pour « utilisation à des fins de propagande des biens, des finances et du personnel de l’Etat ». Dans leur déclaration commune lue ce mercredi 7 novembre, ils dénoncent également une campagne anticipée en faveur du dauphin de Kabila. Pour ces élections du 23 décembre, la campagne électorale débutera officiellement le 22 novembre et durera 30 jours.

Parmi les signataires de cette déclaration, il y a notamment les candidats Freddy Matungulu, Martin Fayulu, Vital Kamerhe et Noël Tshiani.
Ces leaders de l’opposition soutiennent qu’Emmanuel Ramazani Shadary, candidat de la coalition au pouvoir, doit être poursuivi par la justice et sa candidature écartée.
Ils accusent le candidat du Front commun pour le Congo (FCC), la plateforme électorale dirigée par Joseph Kabila, d’utiliser les moyens et le personnel de l’Etat pour le besoin de ce qu’ils appellent « campagne électorale anticipée ».

Ils demandent également à Bruno Tshibala de démissionner de son poste de Premier ministre étant donné qu’il est membre de l’équipe de campagne de Ramazani Shadary.
Ce que rejette la majorité présidentielle arguant que la participation à une campagne électorale n’est pas incompatible à la fonction gouvernementale.
Certains hommes politiques qui ont été écartés de la course à la présidentielle comme Adolphe Muzito ont également signé cette déclaration de l’opposition. Absents du pays, Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba se sont fait représenter. Pour sa part, l’UDPS de Félix Tshisekedi, qui déjà n’avait pas participé à la précédente manifestation de l’opposition, n’a pas signé ladite déclaration."

"RDC : 13 candidats demandent officiellement l’invalidation de Ramazani
° https://afrique.lalibre.be/26938/rdc-13-candidats-demandent-officiellement-linvalidation-de-ramazani/
Depuis ce samedi 3 novembre, le FCC, la plateforme politique de la majorité politique qui soutient le candidat-dauphin désigné par le président hors mandat Joseph Kabila, est dans de sales draps.

En cause, la création d’une structure gigantesque composée de 40 instances et de plus de 600 personnes pour « soutenir » la candidature d’Emmanuel Ramazani Shadary.
Après avoir joué les matamors et crié sur tous les toits que cette structure était peut-être une première mondiale, les dinosaures de la majorité ont dû déchanter en constatant que certains conviés sur cette liste osaient décliner l’invitation et surtout que certains juristes congolais veillaient toujours au respect du droit.

En effet, la loi électorale interdit aux mandataires publics de s’engager dans des campagnes politiques. Logique, ce n’est pas à l’Etat de financer les candidats, même quand on est le dauphin du président sortant. Pis, comme nous vous l’indiquions dès lundi, la loi électorale est très claire et prévoit que tout Congolais  peut demander auprès de la Ceni que le candidat qui a ainsi tenté de contourner la loi et sa formation politique soient éjectés du processus électoral.
Ce mercredi, treize des candidats à la présidentielle (à l’exception notoire et notée de l’UDPS de Tshisekedi) ont signé une « déclaration en rapport aux atteintes délibérées portées contre le processus électoral par le pouvoir sortant » (A lire ci-dessous).
Dans ce courrier, les candidats à la présidentielle portent à la connaissance du peuple congolais cette volonté affichée par le pouvoir sortant de ne pas respecter la loi et de tenter de court-circuiter le processus législatif dans le seul but de conserver le pouvoir. Ils en appellent donc à une mobilisation du peuple pour faire entendre sa voie et faire respecter son droit.

Les 13 candidats à la présidentielle relèvent aussi tous les manquements au droit dans le chef du candidat de la majorité sortante et demandent l’application pure et simple de la loi et donc l’éviction du FCC de la course à la présidence et aux autres échéances électorales.
« Nous invitons la Ceni à constater la violation de l’article 36 de la loi électorale qui interdit à des fins de propagande d’utiliser des biens, des finances et du personnel de l’Etat, des établissements et organismes publics et des sociétés d’économie mixtes. [La CENI devrait] appliquer la mesure idoine de radiation de la candidature de monsieur Emmanuel Shadari, candidat du pouvoir sortant ». 
Ils demandent aussi au Premier ministre et autres ministres qui ont sciemment accepté de se présenter sur la liste des soutiens du candidat de démissionner.

Ils demandent encore à la communauté internationale de constater les entraves à la démocraties et les manoeuvres du pouvoir en place pour court-circuiter le processus électoral.
Pendant ce temps, le FCC qui avait d’abord annoncé que cette liste comportait le nom de certaines personnes qui n’avaient pu être contactées, avant de tenter d’affirmer qu’il s’agissait d’un faux document et, enfin, d’annoncer qu’il allait produire une nouvelle liste dans les 24 heures, semble bien incapable de sortir un document crédible."


LIre l’intégralité de la lettre des opposants 

° https://actualite.cd/2018/11/07/rdc-presidentielle-kamerhe-fayulu-et-plusieurs-autres-candidats-demandent-la-radiation
° https://www.radiookapi.net/2018/11/07/actualite/politique/presidentielle-en-rdc-quelques-candidats-de-lopposition-demandent-la

"RDC-Présidentielle : 5 candidats se sont réunis ce mardi à Kinshasa"
° http://7sur7.cd/new/rdc-presidentielle-5-candidats-se-sont-reunis-ce-mardi-a-kinshasa/
"RDC : des opposants, dont des candidats à la présidentielle, invitent les ministres nommés dans l’équipe de propagande R. Shadary à démissionner"
° http://7sur7.cd/new/rdc-des-opposants-dont-des-candidats-a-la-presidentielle-invitent-les-ministres-nommes-dans-lequipe-de-propagande-r-shadary-a-demissionner/
"RDC : 13 opposants, dont des candidats à la présidentielle, appellent à des manifestations publiques pour dire non à « la parodie d’élections »"
° http://7sur7.cd/new/rdc-13-opposants-dont-des-candidats-a-la-presidentielle-appellent-a-des-manifestations-publiques-pour-dire-non-a-la-parodie-delections/
"RDC : 13 opposants demandent au patron de l’ANR Kalev de mettre fin aux tracasseries envers les pasteurs qui ont refusé d’être dans l’équipe R. Shadary"
° http://7sur7.cd/new/rdc-13-opposants-denoncent-les-tracasseries-de-lanr-envers-les-pasteurs-qui-ont-refuse-de-figurer-dans-lequipe-de-e-shadary/
"RDC-Présidentielle : Plusieurs candidats demandent la démission de Bruno Tshibala et de Néhémie Mwilanya"
° https://actualite.cd/2018/11/07/rdc-presidentielle-plusieurs-candidats-demandent-la-demission-de-bruno-tshibala-et-de
° https://cas-info.ca/2018/11/fayulu-kamerhe-kikuni-matungulu-tshianiles-candidats-president-exigent-la-demission-de-tshibala/
° https://cas-info.ca/2018/11/9-candidats-president-reunis-pour-designer-un-representant-a-la-presidentielle/


"Invité Afrique
RDC: les vérités de Fridolin Ambongo, nouvel archevêque de Kinshasa"

° http://www.rfi.fr/emission/20181107-fridolin-ambongo-le-peuple-congolais-besoin-une-nouvelle-place-politique
"Fridolin Ambongo : « Le peuple congolais a besoin d’une nouvelle classe politique »"
° http://7sur7.cd/new/fridolin-ambongo-le-peuple-congolais-a-besoin-dune-nouvelle-classe-politique/
° https://cas-info.ca/2018/11/mgr-fridolin-ambongo-il-y-a-eu-beaucoup-de-rates-dans-la-mise-en-application-de-laccord-de-la-saint-sylvestre/
° http://7sur7.cd/new/fridolin-ambongo-pour-la-presidentielle-on-pourrait-utiliser-le-papier-car-il-ny-a-pas-trop-de-candidats-et-pour-les-autres-elections-la-machine/
° https://cas-info.ca/2018/11/mgr-fridolin-ambongo-il-y-a-eu-beaucoup-de-rates-dans-la-mise-en-application-de-laccord-de-la-saint-sylvestre/
° http://7sur7.cd/new/exclusion-de-m-katumbi-il-y-a-eu-une-sorte-de-crispation-au-lieu-de-decrispation-fridolin-ambongo/


"RDC: la liste définitive de l'équipe de campagne du FCC toujours attendue"
° http://www.rfi.fr/afrique/20181107-rdc-emmanuel-ramazani-shadary-kabila-fcc
"RDCongo: le FCC ne présente pas sa « liste authentique » d’équipe de campagne"
° https://afrique.lalibre.be/26848/rdcongo-le-fcc-ne-presente-pas-sa-liste-authentique-dequipe-de-campagne/


"A quelques jours de son lancement : Quid du financement de la campagne électorale"
° http://www.latempete.info/33145-2/


"RDC-Présidentielle : Qui finance les sondages du GEC et BERCI ? Les réponses de Jason Stearns - Interview"
° https://actualite.cd/2018/11/07/rdc-presidentielle-qui-finance-les-sondages-du-gec-et-berci-les-reponses-de-jason

° https://actualite.cd/2018/11/07/equipe-de-campagne-de-shadary-lecc-dement-elle-na-envoye-aucun-delegue




"Actu Expliquée 07.11 : Quid de l'altercation Mukwege - Katumbi? + Report du conclave de l'opposition"



"RDC: URGENT ALAIN SHEKOMBA AYE LISUSU . MBALA OYO ABETI MBATA NA MACHINE A VOLER. SUIVEZ SONI EH! EE"



"Élections: Grave révélation du candidat Shekomba sur la "tricherie" de la machine à voter"





Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: RÉUNION DES SIX TENORS DE L’OPPOSITION A BRUXELLES CE JOUR ! UNE CERTAINE AVANCÉE DANS L’UNITÉ ET SURTOUT DANS LA FERMETÉ FACE A ‘JK’, STRATÉGIQUE, POURVU QU’ILS S’Y TIENNENT TOUS ! (COMMUNIQUÉ) !

Message  ndonzwau le 8/11/2018, 11:53 pm

"RDCongo: FCC: un parfum de parti unique
Twisted Evil  Evil or Very Mad  Embarassed  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  silent  silent  silent
° https://afrique.lalibre.be/26974/rdcongo-fcc-un-parfum-de-parti-unique/
« Olinga, olinga te, ozali na kati ya MPR » – que tu le veuilles ou non, tu es membre du MPR – disait le slogan mobutiste, quand l’homme à la toque de léopard fusionna son parti MPR (Mouvement populaire de la Révolution) avec l’Etat. Le Congo semble revenir aujourd’hui à ces temps de parti unique, depuis la création du Front commun pour le Congo, une coalition de partis (surtout des micro-partis) autour du PPRD, la formation politique du président hors mandat Joseph Kabila.
C’est le 7 juin dernier que la création de cette coalition avait été annoncée, à l’issue d’un conseil des ministres présidé par Joseph Kabila; les chefs des composantes politiques membre du FCC avaient signé la charte de celui-ci le 1er juillet.



Présence « obligatoire » au meeting

Bien que le candidat à la Présidence choisi par Joseph Kabila, Emmanuel Ramazani Shadary (objet de sanctions internationales pour son rôle dans la répression), se présente comme « indépendant », c’est le FCC qui a organisé le 27 octobre, au stade Tata Raphaël de Kinshasa, un meeting présidé par le Premier ministre Bruno Tshibala pour présenter au public son « candidat unique ». Des notes ont été diffusées dans les administrations pour inviter les membres des cabinets ministériels à assister au meeting: « Vu l’importance de cet événement, la présence de tout un chacun est obligatoire », indique ainsi le communiqué O16 du directeur de cabinet du ministre de l’Environnement et du Développment durable, daté du 25 octobre. Comme au temps du parti unique mobutiste.

Le FCC avait loué, pour amener ses « militants » quelque 50 bus de la compagnie publique Transco. Celle-ci n’avait cependant pu louer de véhicules pour le meeting de l’opposition du 29 septembre: tous étaient « en révision » précisément ce jour-là.
De nombreux médias congolais et utilisateurs de réseaux sociaux ont souligné que le jour du meeting FCC, le 27 octobre, des bagarres ont éclaté près du stade Tata Raphaël lors du paiement des « militants ». Le ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire, Steve Mbikayi l’avait reconnu, en assurant que « tous les partis au Congo (…) donnent de l’argent aux membres et louent des véhicules (…) seule l’UDPS (NDLR: le parti de Tshisekedi) ne donne pas d’argent à ses militants pour des meetings ».

Constitution violée

L’impression de naissance d’un parti-Etat, à la manière du MPR, s’est encore accentuée avec la publication de la liste des membres de l’équipe de campagne du candidat officiel à la Présidence. Dans les heures qui ont suivi cette publication, le 3 novembre, de nombreuses personnes se sont indignées d’avoir été reprises dans la liste sans en avoir été informées. « Olinga, olinga te… »
Cette liste compte par ailleurs plusieurs ministres, affectés pour le compte de la campagne du FCC aux mêmes domaines que ceux qu’ils dirigent au gouvernement. A quelles confusions ne doit-on pas s’attendre?… Pour l’empêcher, l’article 97 de la Constitution indique justement, à son second alinea, que « les fonctions de membre du gouvernement » sont « incompatibles avec toute responsabilité au sein d’un parti politique ». Mais « Olinga, olinga te… » semble prévaloir sur la Constitution.

Treize candidats à la Présidence et leaders d’opposition ont appelé mercredi ces ministres à démissionner. En vain jusqu’ici. Ils exigent en outre l’application de l’article 36 de la Loi électorale, qui prévoit « la radiation de la candidature » d’un politicien qui se rend coupable d' »utilisation des biens, des finances et du personnel public » pour sa campagne – l’agent public étant défini par le décret-loi 017/2002 comme « toute personne qui exerce une activité publique de l’Etat et/ou rémunérée par ce dernier », citant notamment « les membres du gouvernement »."



"Martin Fayulu : « Nous avons demandé aux membres du Conseil consultatif électoral de la SADC de dire à leurs instances que M. Nangaa veut organiser une parodie d’élections »
° https://lepotentielonline.net/2018/11/07/martin-fayulu-nous-avons-demande-aux-membres-du-conseil-consultatif-electoral-de-la-sadc-de-dire-a-leurs-instances-que-m-nangaa-veut-organiser-une-parodie-delections/
Le candidat à la présidentielle et président de l’Engagement pour la citoyenneté et le développement (Ecide), Martin Fayulu, a demandé, ce mercredi 7 novembre sur Tweeter, à la délégation du Conseil consultatif électoral de la SADC séjournant à Kinshasa, de dire à leurs instances supérieures que la Céni s’apprête à organiser une parodie d’élection.
Hervé Ntumba


Arrivée lundi à Kinshasa, la délégation du Conseil consultatif électoral de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) est venue pour appuyer la Céni dans le processus de déploiement des matériels électoraux.
Quant au président de l’Ecide, la SADC est appelée à la prévention du chaos des élections dont le rendez-vous est fixé le 23 novembre. « Ainsi, la SADC doit prévenir le chaos électoral qui se dessine à l’horizon », a-t-il dit.

Il sied de noter que ladite délégation est composée de 13 personnes dont les ambassadeurs de la Tanzanie et de la Zambie en RDC, 2 membres du secrétariat exécutif de la SADC et 3 membres du bureau de liaison de la SADC/RDC.                    
Cette délégation du conseil consultatif électoral a reçu de la part de la Céni, des explications sur la machine à voter avant de passer à tour de rôle à l’expérimentation de cet outil de vote qui sera utilisé pour les scrutins prochains."


"Élections en RD Congo: le FCC prépare un chaos
° https://lepotentielonline.net/2018/11/07/elections-en-rd-congo-le-fcc-prepare-un-chaos/



Les élections prévues le 23 décembre seront tout sauf inclusives, démocratiques, transparentes, crédibles et apaisées.   Il n’y a que les naïfs qui continuent à croire que le régime actuel pourrait organiser des « bonnes élections ». Les dernières sorties médiatiques du FCC, sont la preuve que la MP entend marcher sur toutes les lois du pays pour conserver le pouvoir en misant sur la machine à voter. En composant une équipe électorale au mépris de toutes les lois et du bons sens, le FCC, qui se confond déjà aux animateurs des institutions de la République, prépare visiblement un chaos électoral.
Par Le Potentiel.(...)"


"RDCongo: comment la machine votera… Shadary
cyclops  cyclops  cyclops  cyclops  cyclops  cyclops  cyclops  Exclamation  Exclamation  Arrow  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes
° https://afrique.lalibre.be/26993/rdcongo-comment-la-machine-votera-shadary/
Le candidat numéro 7 dans la course à la Présidence en République démocratique du Congo, l’indépendant Alain Daniel Shekomba Okende, a montré mercredi à d’autres candidats et à des leaders d’opposition comment la machine à voter était programmée pour voter… Emmanuel Ramazani Shadary, le candidat du président hors mandat Joseph Kabila.
Directeur général adjoint d’une entreprise de téléphonie mobile basée à Malabo (Guinée équatoriale), Muni, M. Shekomba a montré mercredi 7 novembre comment le vote d’un électeur congolais pouvait être détourné vers un autre électeur.

Lecteur vidéo  https://afrique.lalibre.be/app/uploads/2018/11/VID-20181108-WA0002.mp4
00:00  00:00
1. « VID-20181108-WA0002 »
1:44

Dans son exemple, trois bulletins physiques avaient été remplis, un pour Emmanuel Ramazani Shadary, le candidat du Front Commun pour le Congo (FCC, officiel), et deux pour Seth Kikuni Masudi, un jeune entrepreneur qui figure parmi les 19 candidats acceptés par la Ceni (Commission électorale nationale indépendante). M. Shekomba a montré (voir video), comment la lecture du QR code, grâce à une application pour smartphone, montrait qu’en réalité la machine à voter enregistrait… deux votes pour M. Shadary et un seul pour son jeune rival.
Des démonstrations de la machine à voter avaient déjà montré des résultats non conformes au vote déposé, notamment à Idjwi – où ceux qui ont parlé de ces défaillances sont… poursuivis par l’Agence nationale de Renseignement (ANR).

Vulnérabilité au hacking

Dans une « alerte » en juin dernier, l’ONG américaine Sentry indiquait avoir interrogé le spécialiste en technologie du Center for Democracy & Technology, basé à Washington, Joseph Lorenzo Hall, au sujet des spécifications techniques fournies par le fabricant sud-coréen des machines à voter achetées par la Ceni congolaise, Miru Systems. M. Hall a identifié les faiblesses de cette technologie QR code – notamment « des menaces sur le secret du vote et des vulnérabilités au hacking ».
Rappelons que la Ceni (Commission électorale nationale indépendante) a refusé que soit audités les logiciels de sa machine à voter, nourrissant ainsi les soupçons d’intentions frauduleuses après le précédent que constituent les élections présidentielle et législative de 2011. Elles avaient été jugées par les observateurs nationaux et internationaux comme « non crédibles » en raison des fraudes massives qui en avaient perverti les résultats, précisément au niveau des ordinateurs centraux de la Ceni."




"Candidat commun : deux courants se dégagent dans l’opposition
° https://lepotentielonline.net/2018/11/07/candidat-commun-deux-courants-se-degagent-dans-lopposition/



– Un groupe de 7 se réunit à Genève
– Un autre, avec J-P. Mabaya et Théodore Ngoy en tête, se concerte à Kinshasa


La recherche d’un candidat commun pour la présidentielle du 23 décembre 2018 crée déjà des fissures dans les rangs de l’opposition. Désormais, deux courants se sont formés, chacun affichant la prétention de présenter son candidat en décembre prochain. D’un côté, il y a le groupe de sept opposants où se retrouvent Félix Tshisekedi, Moïse Katumbi, Jean Pierre Bemba, Adolphe Muzito, Vital Kamerhe, Martin Fayulu et Freddy Matungulu ; de l’autre, le groupe conduit par Jean-Philibert Mabaya et Théodore Ngoy, tous deux candidats à la présidentielle. Seul un compromis entre les deux camps pourrait empêcher le bicéphalisme de l’opposition en décembre prochain.
Par Le Potentiel


L’opposition n’est pas encore au bout de ses peines. Ils se disent marginalisés.
Pourtant, ils continuent à revendiquer leur statut d’opposant. Ils ont tous un point commun, notamment leur candidature à la présidentielle du 23 décembre 2018. Il s’agit spécialement de Jean-Philibert Mabaya, Théodore Ngoy, Seth Kikuni, Alain Shekomba, Noël Tshiani, Marie-Josée Ifoku et Samy Badibanga.
En face, il y a le groupe de sept leaders de l’opposition, composé essentiellement de Félix Tshisekedi, Moïse Katumbi, Vital Kamerhe, Adolphe Muzito, Martin Fayulu, Jean-Pierre Bemba et Freddy Matungulu. Entre ces deux blocs de l’opposition, le pont semble avoir été rompu. Si bien que pour l’instant, chaque bloc semble aborder la candidature commune à sa manière.
Le groupe formé autour de Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe, deux favoris à la candidature commune, a pris rendez-vous cette semaine à Genève, en Suisse, pour clore définitivement ce dossier.

Parallèlement, à Kinshasa, sous l’initiative de Jean-Pierre Mabaya et Théodore Ngoy, deux candidats à la présidentielle de décembre prochain, le deuxième camp s’est retrouvé mardi dernier à Kinshasa dans la perspective de se choisir également un candidat commun.
Deux candidats communs de l’opposition ! Le scenario devient de plus en plus probable. Pour le moment, les deux camps se côtoient sans pour autant montrer des signes d’harmoniser leurs vues. S’il est prématuré d’évoquer déjà une rupture, on voit mal comment les deux peuvent parvenir à harmoniser leurs vues, avant le lancement, le 21 novembre prochain, de la campagne électorale pour les élections du 23 décembre 2018.
En décembre prochain, il est fort possible que l’opposition aligne deux candidats communs – l’un représentant le camp de Félix Tshisekedi et consorts, et l’autre, délégué par le camp formé autour de Jean-Philibert Mabaya et Théodore Ngoy.

Comment en est-on arrivé là ? C’est la question que tout le monde se pose. En réalité, depuis la publication de la liste définitive des candidats président de la République, la problématique d’une candidature commune a d’une certaine manière provoqué une scission prématurée de l’opposition. D’un côté, il y a le camp de ceux qui se considèrent comme gros calibres. Et de l’autre, il y avait un groupe de marginaux dont le statut d’opposants restait encore à définir, selon les arguments présentés part les ténors du second camp. Si bien que les principaux leaders de l’opposition, dont Félix Tshisekedi, Moïse Katumbi, Vital Kamerhe, Adolphe Muzito, Martin Fayulu, Jean-Pierre Bemba et Freddy Matungulu, se sont formellement retrouvés dans un bloc compact. C’est le départ d’une désintégration qui pourrait bien s’étendre jusqu’en décembre prochain.
Les premiers signes sont là. Ils sont du reste perceptibles. Chaque camp s’organise pour aligner son candidat commun.
Genève et Kinshasa sont au cœur de grandes tractations. Dans la ville suisse, le groupe de sept leaders de l’opposition a promis de boucler au courant de cette semaine les discussions autour du candidat commun. Parallèlement, le groupe de ceux qui se disent « marginalisés » se sont retrouvés mardi dernier à Kinshasa pour la même cause.

D’après des sources qui se sont confiées à 7SUR7.CD, un site d’infos en ligne, ces candidats seraient en négociation pour se constituer en bloc en vue de se choisir à leur tour un candidat commun à aligner en décembre prochain. À leur tête, il y a Jean-Philibert Mabaya et Théodore Ngoy.
À l’issue de leurs échanges, aucune révélation n’a filtré de ces discussions.
Présent à cette réunion, Noel Tshiani, candidat à la présidentielle, a tenté d’ouvrir une brèche, prenant soin d’éviter la vraie question, c’est-à-dire un probable candidat commun porté par leur bloc.
« Pour aujourd’hui, nous avons tous convenu de ne pas faire de déclaration. Demain mercredi, nous nous adresserons à l’opinion via la presse », a lâché Tshiani.

Mabaya l’avait prédit

Candidat n°1 sur la liste définitive publiée par la Céni pour la présidentielle du 23 décembre 2018, Jean-Philibert Mabaya se réclame toujours de l’opposition. Alors que les discussions autour d’un candidat commun de l’opposition rentrent dans leur dernière ligne droite, le candidat de l’Arc-en-ciel du Congo (AAC) à la présidentielle ne cesse de marteler sur l’urgence de principaux leaders de l’opposition à se ressaisir pour ne pas prêter le flanc au candidat du FCC, à savoir Emmanuel Ramazani Shadary.
Autant qu’on appelle à une unité de l’opposition autour d’un candidat commun face à celui présenté par le FCC (Front commun pour le Congo), Jean-Philibert Mabaya invite tout autant l’opposition à bannir l’exclusion dans ses rangs. « La stratégie de l’exclusion ne joue pas en faveur de l’opposition. Il n’est pas normal que certains de l’opposition se considèrent plus opposants que les autres. Personne n’a le monopole de l’opposition dans ce pays. Je suis opposant et je me considère comme tel », a-t-il dit dernièrement lors d’un entretien avec notre rédaction.
Mabaya, comme d’autres candidats à la présidentielle, se sentent bannis. À chaud, le candidat de l’ACC a promis d’en tirer les conséquences, après concertations avec d’autres collègues qui se retrouvent dans la même situation.

« Avec Théodore Ngoy, annonçait-il, nous travaillons déjà sur des concertations en vue de nous présenter à notre tour sur un candidat commun ». Apparemment, les choses sont allées plus vite qu’on ne croyait. Mardi, les bannis de discussions de Genève se sont déjà retrouvés à Kinshasa pour baliser la voie à leur candidat commun.
On est donc parti pour deux candidats communs de l’opposition pour la présidentielle de décembre prochain.
Cette dispersion des opposants fait malheureusement la part belle au FCC qui doit certainement se frotter les mains.
Peut-on dès lors envisager un rapprochement entre les deux blocs qui se sont formés dans l’opposition. C’est peu probable. Car, en même temps, le temps presse. À quelques jours du lancement officiel de la campagne électorale, chacun cherche à se positionner pour mieux tirer son épingle du jeu en décembre prochain. Et l’opposition, écartelée, n’est pas au bout de ses peines. En décembre prochain, l’opposition alignera parallèlement deux candidats communs, chacun représentant un bloc distinct. À moins d’un sursaut d’orgueil de dernière minute pour inverser cette tendance."



"[RDC-Candidature commune opposition] Le match se joue entre Tshisekedi et Kamerhe"
° http://www.depeche.cd/rdc-candidature-commune-opposition-le-match-se-joue-entre-tshisekedi-et-kamerhe/

"Mauvais records"
° https://lepotentielonline.net/2018/11/07/mauvais-records/


"Le temps presse, la pression monte. Genève : les Opposants coincés !"
° https://laprosperiteonline.net/2018/11/07/le-temps-presse-la-pression-monte-geneve-les-opposants-coinces/

"Genève : Candidat commun de l’opposition congolaise, booster et non plomber"
° http://www.cheikfitanews.net/2018/11/geneve-candidat-commun-de-l-opposition-congolaise-booster-et-non-plomber.html

"A Genève, les coulisses de la désignation du candidat commun de l'opposition"
° https://www.politico.cd/actualite/la-une/2018/11/08/a-geneve-les-coulisses-de-la-designation-du-candidat-commune-de-lopposition.html


"Départ J. Kabila dans 43 jours, sit-in à la place LUMUMBA le samedi 10.11.2018"
° http://www.cheikfitanews.net/2018/11/depart-j.kabila-dans-43-jours-sit-in-a-la-place-lumumba-le-samedi-10.11.2018.html

"Questions de Pasteur Bobo : «Elections 2018, Comment s’assurer de la vérité des urnes» ? Cheik Fita explique."
° http://www.cheikfitanews.net/2018/11/questions-de-pasteur-bobo-elections-2018-comment-s-assurer-de-la-verite-des-urnes-cheik-fita-explique.html


"Soutien au candidat du FCC : la base du Palu prête à suivre Gizenga si…"
° http://www.lephareonline.net/soutien-candidat-fcc-base-palu-prete-a-suivre-gizenga/

"RDC : La VSV redoute que le FCC se serve du trésor public pour financer sa campagne électorale"
° https://actualite.cd/2018/11/08/rdc-la-vsv-redoute-que-le-fcc-se-serve-du-tresor-public-pour-financer-sa-campagne


"UDPS : RECRUTEMENT URGENT DES TÉMOINS ÉLECTORAUX"
° http://www.lephareonline.net/udps-recrutement-urgent-temoins-electoraux/


"Présidentielle 2018. Shadary : 13 Opposants dénoncent l’utilisation des moyens de l’Etat !"
° https://laprosperiteonline.net/2018/11/07/presidentielle-2018-shadary-13-opposants-denoncent-lutilisation-des-moyens-de-letat/
° http://www.congoindependant.com/rdc-presidentielle-kamerhe-fayulu-et-plusieurs-autres-candidats-demandent-la-radiation-de-la-candidature-de-shadary/
° http://www.lephareonline.net/elections-machine-a-voter-mgr-ambongo-donne-raison-a-ludps/
° http://www.lephareonline.net/processus-electoral-aeta-forme-formateurs-de-observateurs/
° https://cas-info.ca/2018/11/9-candidats-president-reunis-pour-designer-un-representant-a-la-presidentielle/
° https://lepotentielonline.net/2018/11/08/elections-en-rdc-loperation-de-laccreditation-des-temoins-et-observateurs-demarre-ce-jeudi/
° https://actualite.cd/2018/11/07/rdc-presidentielle-plusieurs-candidats-demandent-la-demission-de-bruno-tshibala-et-de
° http://www.lephareonline.net/machine-a-voter-avis-favorable-de-sadc/
° http://www.lephareonline.net/machine-a-voter-temps-represailles/
° http://www.congoindependant.com/exces-de-pouvoir-joseph-kabila-met-kofi-olomide-sous-embargo/


"Le QR code de la vidéo de Shekomba est un faux créé par Seth Kikuni"
silent  silent  silent  silent  silent  silent  silent  silent  silent  
° https://www.politico.cd/actualite/la-une/2018/11/08/le-qr-code-de-la-video-de-shekomba-est-un-faux-cree-par-seth-kikuni.html


"Devant Kamerhe, Fayulu et Matungulu, A.D Shekomba explique la machine à voter"



"Les Congolais de Suisse lance un ultimatum aux 7 Patrons de Langa-langa politique"





Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: RÉUNION DES SIX TENORS DE L’OPPOSITION A BRUXELLES CE JOUR ! UNE CERTAINE AVANCÉE DANS L’UNITÉ ET SURTOUT DANS LA FERMETÉ FACE A ‘JK’, STRATÉGIQUE, POURVU QU’ILS S’Y TIENNENT TOUS ! (COMMUNIQUÉ) !

Message  ndonzwau le 10/11/2018, 1:06 am

"Présidentielle en RDC: les 7 opposants congolais cherchent leur candidat unique
° http://www.rfi.fr/afrique/20181109-presidentielle-rdc-7-opposants-congolais-cherchent-leur-candidat-unique
Depuis ce vendredi 9 novembre au matin, les sept principaux leaders de l’opposition sont à Genève pour une rencontre dans l’un des grands hôtels de la ville. L’objectif est parvenir à une candidature unique d’ici lundi. Depuis la fin du dépôt des candidatures le 8 août 2018, ils avaient multiplié les rencontres sans parvenir à désigner celui qui, assurent-ils déjà, sera le candidat de la transition. Parmi ces sept leaders, certains ne sont plus dans la course à la présidentielle à l’heure actuelle, c’est le cas de Moïse Katumbi, l’ancien gouverneur du Katanga ou de Jean-Pierre Bemba, l’ancien vice-président. D’autres ont vu leur candidature validée par la Céni, comme Felix Tshisekedi, le président de l’UDPS. Cela faisait longtemps que ces sept figures de l’opposition ne se s’étaient retrouvées dans la même pièce.

S’il y a eu beaucoup de rencontres de l’opposition depuis la fin du dépôt des candidatures, tous ces leaders ne faisaient pas toujours le déplacement. L’ancien gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi, n’a pas de passeport biométrique pour voyager au Congo, il se dit empêché de rentrer par les autorités. L’ancien vice-président et patron du MLC, Jean-Pierre Bemba, n’est revenu qu’une fois au Congo depuis sa libération de la CPI en juin 2018. Et puis, il faut bien le dire, il y a eu des tiraillements, des dissensions au sein de cette opposition.

Ces sept leaders ont tous des ambitions personnelles, même s’ils se disent tous pour une candidature unique. Moïse Katumbi assurait que maintenant, tout se jouait surtout entre les quatre candidats qui sont encore en course pour le 23 décembre, Felix Tshisekedi de l’UDPS, Vital Kamerhe de l’UNC, Martin Fayulu de la dynamique de l’opposition et Freddy Matungulu pour la Syenco. L’heure était donc aux retrouvailles ce matin et puis déjà aux apartés pour tenter de trouver des solutions. Retrouvailles également avec Alan Doss, l’ancien patron de la Monusco, la Mission des Nations unies au Congo, c’est lui le président de la fondation Kofi-Annan qui a accepté la difficile mission de mettre ces hommes politiques d’accord d’ici lundi.

Qui pour succéder à Etienne Tshisekedi ?

Ils vont donc tenter de faire ce qu’ils avaient échoué à faire lors du précédent cycle électoral. En 2011, l’opposition avait un candidat naturel, Etienne Tshisekedi, l’opposant historique et pourtant d’autres candidats de l’opposition s’étaient présentés contre lui, entrainant une dispersion des voix. Cette fois, personne ne semble faire l’unanimité a priori, plusieurs poids lourds ont été exclus de la course, mais ce sera difficile pour l’opposition d’espérer un résultat si le candidat unique ne bénéficie pas du soutien de personnalités comme Jean-Pierre Bemba ou Moïse Katumbi. Car depuis 2011, l’élection présidentielle est passée à un tour à la majorité simple.
C'est le candidat qui a le plus de voix qui l’emporte ; toute dispersion des voix pourrait donc coûter très cher à l’opposition, surtout que le vote au Congo reste encore trop souvent ethnique et que les formations politiques qu’ils représentent ont chacun leur fief dans une partie du territoire congolais. Si ces sept leaders de l’opposition se sont mis d’accord sur des grands principes, ne pas boycotter les élections, laisser la Céni et le gouvernement prendre la responsabilité d’un éventuel report et puis tout un cahier des charges, il faut encore qu’ils s’accordent sur le partage des responsabilités, pendant la campagne électorale, comme pour l’après. Il faudra nécessairement que certains renoncent à leur ambition politique et ce qui pourrait poser problème."



"Candidature de l'opposition : l'UDPS met la pression et inquiète
° https://www.politico.cd/actualite/la-une/2018/11/09/candidature-de-lopposition-ludps-met-la-pression-est-inquiete.html
Alors que s'ouvre aujourd'hui deux jours de discussion autour d'une candidature commune de l'opposition à la prochaine Présidentielle, le principal parti de l'opposition a haussé le ton, au point d'inquiéter les autres ténors.
L'Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), n'envisage pas qu'un autre candidat que Félix Tshisekedi soit désigné pour représenter l'opposition à la prochaine Présidentielle.  Rolling Eyes  Question  Question C'est en tout cas ce qu'a affirmé Abraham Luakabuanga, l'ancien porte-parole de Félix Tshisekedi, lors d'une interview hier sur la radio allemande Deutsche Welle.(...)"


"A Genève, les coulisses de la désignation du candidat commun de l'opposition"
° https://www.politico.cd/actualite/la-une/2018/11/08/a-geneve-les-coulisses-de-la-designation-du-candidat-commune-de-lopposition.html


"RDC: réunion cruciale des sept opposants à Genève pour un candidat unique"
° http://www.rfi.fr/afrique/20181109-opposition-rdc-sept-geneve-candidat-unique
Le compte à rebours commence ce matin pour l'opposition congolaise à Genève. C'est là, en Suisse, que les sept principaux leaders de l'opposition se retrouvent pour désigner un candidat unique.
L'ancien vice-président, Jean-Pierre Bemba, l'ex-gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi, l'ancien Premier ministre, Adolphe Muzito, tous trois exclus de la course à la présidentielle, ont présents. Le sont aussi, bien sûr, tous ceux dont la candidature a été acceptée : Felix Tshisekedi, Vital Kamerhe, Martin Fayulu et Freddy Matungulu. Ils ont quatre jours - c'est la durée de leur visa - pour se mettre d'accord.

Escarmouches

C'est la fondation Kofi-Annan qui a accepté de faciliter la rencontre. Ces dernières semaines, on a assisté à une alternance entre des déclarations communes et des escarmouches, ce qui fait planer un doute sur leur capacité à s'entendre.
Lors de leur précédente rencontre à Pretoria, les sept leaders de l'opposition se sont mis d'accord sur ce qu'ils attendent du futur candidat commun. Cette fois, ils doivent rentrer dans le coeur du sujet. Car une candidature commune suppose un partage des responsabilités entre les sept, pour la campagne, comme pour l'après-élections.
« C'est un ticket à sept », assure le candidat Martin Fayulu. En 2011, l'opposition avait échoué à s'unir autour de la candidature d'Etienne Tshisekedi, l'opposant historique, ce qui avait provoqué une dispersion des voix.
Ces derniers jours, les observateurs craignaient que la rencontre tourne à un pour ou contre Felix Tshisekedi, qui a repris l'UDPS depuis la mort de son père, ce dernier cristallisant les animosités pour avoir laissé son parti dire qu'il était prêt à aller aux élections « avec ou sans la machine à voter ».

« Enjeu majeur »

Du côté de l'UDPS, on pointait la mauvaise foi de candidats qui, exclus de la course, voulaient pousser au boycott. « Ni boycott, ni parodie d'élection, nous voulons des élections conformes à la loi électorale et au calendrier », poursuit le président de l'Ecide, Martin Fayulu.
L'un des lieutenants de Moïse Katumbi, Christophe Lutundula, ajoute : « nous sommes devant un enjeu majeur, nous cristallisons les espoirs de bon nombre de nos compatriotes qui ne nous pardonneront pas d'échouer », a assuré l'opposant, en transit pour Genève."



"Présidentielle 2018 : Candidat del’Opposition: ultimes tractations"
° http://www.latempete.info/presidentielle-2018-2/
° https://www.radiookapi.net/2018/11/09/actualite/politique/rdc-lopposition-se-reunit-geneve-pour-designer-un-candidat-commun-la

"Invité Afrique
RDC: pour Lambert Mende, «l'opposition a peur de la popularité de M. Shadary»"

Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing
° http://www.rfi.fr/emission/20181109-rdc-election-presidentielle-shadary-selon-lambert-mende

"Candidat commun: un à Genève et un autre à Kin"
° http://www.africanewsrdc.net/actu/candidat-commun-un-a-geneve-et-un-autre-a-kin/

"A chaque loge son candidat commun "
° https://www.forumdesas.org/spip.php?article17672

"Candidat commun : Félix ou Kamerhe ? - AfricaNews"
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=211833&Actualiteit=selected

"FORT DU SOUTIEN DE 6 COMPOSANTES DU RASSOP
Genève : Fatshi, super favori !"

° https://www.forumdesas.org/spip.php?article17673


"Qui dit vrai ?"
° https://lepotentielonline.net/2018/11/09/qui-dit-vrai/
° https://www.politico.cd/actualite/la-une/2018/11/08/le-qr-code-de-la-video-de-shekomba-est-un-faux-cree-par-seth-kikuni.html
"RDC : Ramazani Shadary se moque de la loi électorale"
° https://afrique.lalibre.be/27002/rdc-ramazani-shadary-se-moque-de-la-loi-electorale/
"(...)(« Le candidat » que ce journal ne désigne jamais nommément est le candidat numéro 7 dans la course à la Présidence en République démocratique du Congo, l’indépendant Alain Daniel Shekomba Okende. Il aeu l’idée de refaire, pour le Congo, l’expérience faite aux USA que l’on peut voir dans la vidéo américaine « Hacking democracy », visible sur youtube https://www.youtube.com/watch?v=gzQ0n8cirZ8 : montrer, par une expérience pratique réalisée à l’aide d’une machine du modèle utilisé pour une élection – aux USA, il s’agissait d’une de celles ayant donné un second mandat à Georges W Bush et à Kinshasa, bien sûr, d’une MAV de la CENI – que l’on peut, au cours d’une « mini élection » obtenir des résultats autres que ceux du vote réellement émis. Bref, comme le résumait La Libre, on sait maintenant « comment la machine votera Shadary ». Bien sûr, elle ne triche que si on lui en donne l’ordre et la CENI est supposée indépendante et honnête… L’ennui est que, si vous dites cela en RDC, même les singes rigolent sur leur arbre !NdlR)(...)"


"RDCongo : Mises au point sur la « machine à voter Shadary »"
° https://afrique.lalibre.be/27055/rdcongo-mises-au-point-sur-la-machine-a-voter-shadary/


"Excès de pouvoir: « Joseph Kabila » met Kofi Olomide sous « embargo »"
° http://www.congoindependant.com/exces-de-pouvoir-joseph-kabila-met-kofi-olomide-sous-embargo/


"Mbuji-Mayi: Tshibala ou l’homme qui croyait en ses propres mensonges…"
° http://www.congoindependant.com/mbuji-mayi-tshibala-ou-lhomme-qui-croyait-en-ses-propres-mensonges/
° http://www.rfi.fr/afrique/20181109-rdc-emmanuel-ramazani-shadary-meeting-mbuji-mayi
° http://forumdesas.org/spip.php?article17686
° http://acpcongo.com/acp/emmanuel-shadary-invite-les-militants-du-fcc-grand-kasai-a-se-mobiliser-pour-les-scrutins-du-23-decembre/


"Présidentielle : les projets de société de Kamerhe et de Félix Tshisekedi "
- Journal du Citoyen

° http://www.congoforum.be/upldocs/jdc-elections_serie_ii_ndeg25.pdf

° https://www.radiookapi.net/2018/11/09/actualite/politique/elections-lutilisation-des-biens-de-letat-pour-la-campagne-est
° https://www.radiookapi.net/2018/11/09/actualite/politique/rdc-emmanuel-ramazani-dit-ne-pas-recourir-au-tresor-public-pour-ses
° https://www.politico.cd/en-clair/2018/11/08/a-45-jours-des-elections-des-camions-de-la-ceni-sont-encore-en-tanzanie.html
° https://www.politico.cd/actualite/la-une/2018/11/07/des-nouvelles-concertations-avant-les-elections-en-rdc.html
° https://www.politico.cd/actualite/la-une/2018/11/08/donatien-nshole-la-cenco-reste-ouverte-a-tout-ce-qui-peut-amener-a-une-solution.html


silent  silent  silent
"Sessanga la taupe de Néhemie Mwilanya démasqué au conclave des opposants à Genève
° https://www.rdc-news.com/single-post/2018/11/09/Sessanga-la-taupe-de-N%C3%A9h%C3%A9mie-Mwilanya-d%C3%A9masqu%C3%A9-au-conclave-des-opposants-%C3%A0-Gen%C3%A8ve
L'ancien coordonateur de l'AR-Alternance pour la République, Delly Sessanga vient d'être démasqué aux assisses des opposants qui se déroule présentement à Genève pour désigner le candidat commun de l'opposition. Sessanga a été surpris par ses collégues opposants entrain de fuiter certaines informations sur le déroulement des travaux au Directeur de cabinet de Joseph Kabila, Néhémie Mwilanya. Acculé par certains opposants, Sessanga n'a pas su justifier son acte. Il aurait même craqué à la suite des pressions qui ont été exercées sur lui par ses collègues opposants et certains leaders notamment Moise Katumbi, d'après des sources crédibles. Selon toujours ses sources qui ont contacté C-NEWS depuis Genève, Sessanga aurait quitté l'hôtel ou se déroule les travaux en claquant la porte. Il aurait prit son vol pour Paris. Il sera à Paris dans les heures qui suivent. Hormis cela, les travaux vivent normalement comme convenu. D'ici le dimanche 11 novembre, les sept leaders de l'opposition vont désigner leur candidat commun."


"Diplomatie
Grands-Lacs : J.Peter Pham nommé nouvel envoyé spécial des États-Unis dans la région"

° https://www.jeuneafrique.com/661694/politique/grands-lacs-j-peter-pham-nomme-nouvel-envoye-special-des-etats-unis-dans-la-region/
"Grands lacs : La nomination du nouvel envoyé spécial de Trump est un signal adressé aux dirigeants congolais (Enough project)"
° https://actualite.cd/2018/11/09/grands-lacs-la-nomination-du-nouvel-envoye-special-de-trump-est-un-signal-adresse-aux
° https://enoughproject.org/press-releases/experts-applaud-appointment-pham-u-s-envoy-africas-great-lakes-region


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #


Dernière édition par ndonzwau le 10/11/2018, 2:42 am, édité 2 fois (Raison : WILANYA)

Revenir en haut Aller en bas

Re: RÉUNION DES SIX TENORS DE L’OPPOSITION A BRUXELLES CE JOUR ! UNE CERTAINE AVANCÉE DANS L’UNITÉ ET SURTOUT DANS LA FERMETÉ FACE A ‘JK’, STRATÉGIQUE, POURVU QU’ILS S’Y TIENNENT TOUS ! (COMMUNIQUÉ) !

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum