L’ARMÉE EN RENFORT A LA CENI ET DONC AU POUVOIR EN PANNE DE MOYENS LOGISTIQUES POUR ASSURER LES SCRUTINS A L'APPROCHE ! EST-ELLE TANT A SA PLACE LORSQUE SES CHANTIERS PROPRES ATTENDENT A BENI ET AILLEURS ???

Aller en bas

L’ARMÉE EN RENFORT A LA CENI ET DONC AU POUVOIR EN PANNE DE MOYENS LOGISTIQUES POUR ASSURER LES SCRUTINS A L'APPROCHE ! EST-ELLE TANT A SA PLACE LORSQUE SES CHANTIERS PROPRES ATTENDENT A BENI ET AILLEURS ???

Message  ndonzwau le 31/10/2018, 1:53 am

L’armée en renfort de la Ceni et donc du pouvoir pourquoi pas ? Le pouvoir via la Ceni en panne des moyens logistiques pour organiser les prochains scrutins, Ceni et Armée ont bien le droit de se retrouver comme des mamelles du pays et se rendre service entre eux. N'empêche que la fonction première de l'armée c'est bien celle d'assurer la sécurité des citoyens, de leurs biens, de notre territoire et de nos frontières..., n'a-t-elle rien à faire à Beni, en Ituri, dans le Nord et Sud Kivu en général, dans le Kasai et ailleurs à travers le pays où les nôtres continuent à être tués ?
Voilà qui pose quelques interrogations à cet engouement accordé à l'armée à aller à la rescousse de la Ceni alors que des fronts d'insécurité existent à travers le pays...


Lors d"une journée spéciale l'armée a mis officiellement du matériel logistique à la disposition de la CENI pour les élections du 23 décembre 2018, 18 aéronefs, 150 camions, 1.800 motos et ... leur sont prêtés exprès pour accélérer le déploiement des matériels électoraux dans le pays (le reste dont 150 autres camions sont annoncés pour dans une dizaine des jours pour qu'enfin tout soit prêt pour que les élections soient organisées en décembre.
Au-delà d'une décision conséquente à la volonté d'indépendance du pouvoir pour l'organisation de ces élections, c'est aussi un show pour la com - les images sont passées en direct puis en boucle à la télévision nationale. C'est de bonne guerre pour le régime qui s'offre ainsi un moyen de prouver qu'il tient ses promesses d'indépendance pour l'organisation de ces élections mais ne peut-on pas non plus lui demander de placer l'armée à sa place, aux nombreux fronts à l'Est où sa présence n'est pas convaincante, où les nôtres continuent à être tués chaque jour depuis 4 ans et ailleurs depuis encore plus longtemps ?

L'armée, ses fonds, son matériel et même ses hommes au service d'un chantier national important, les élections, pourquoi pas mais comment fait-on ce choix de privilégier la régularité d'un processus électoral somme toute verrouillé et la sécurité absente des nôtres à l'Est ? Voilà une question à laquelle une bonne réponse situerait bien des Congolais quant aux priorités de ce Gouvernement
Encore faut-il attendre le reste du travail, le déploiement complet de tout ce matériel à travers notre vaste pays et qu'à côté les autres motifs de discorde quant au processus trouvent solution...
Qu'en pensez-vous ?


"RDC: l'armée en renfort pour assurer la logistique pré-électorale
° http://www.rfi.fr/afrique/20181030-rdc-armee-ceni-renfort-logistique-electorale


Kinshasa, le 29 octobre 2018. Un militaire, revêtu d'une chasuble bleu de la Céni, est employé à l'acheminement du matériel électoral. © John WESSELS / AFP

L’armée a mis à la disposition de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) 18 aéronefs et 150 camions pour accélérer le déploiement des matériels électoraux dans le pays pour les élections prévues le 23 décembre. Cent cinquante autres sont annoncés dans une dizaine des jours. Pour la Céni, tout est presque prêt pour que les élections soient organisées en décembre.

13 heures sur le boulevard du 30 juin. La circulation est impossible sur le tronçon compris entre la gare centrale de Kinshasa et le siège de la Céni. Les 150 camions de l’armée exposés depuis la matinée bloquent la circulation, créent un embouteillage monstre et attirent l’attention des Kinois.
Devant quelques membres du gouvernement et représentants d’autres institutions, les clés de ces matériels roulants sont remises symboliquement à Céni. « Nous sommes tellement heureux de voir, au-delà de la symbolique, la nation dans ce qu’elle a de plus chère, c’est-à-dire sa dimension de défense [pour] appuyer le processus électoral. Vous voyez les camions de l’armée à la rescousse pour exprimer la souveraineté électorale de la République démocratique du Congo », remarque Henri Mova, vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur.

Après cette brève cérémonie, la délégation se rend à l’aéroport de Ndjili pour la remise officielle, notamment des sept hélicoptères, cinq Boeing, quatre Antonov et d’un DC6. Ces images passent en direct à la télévision nationale. Pour Corneille Nangaa, président de la Céni, c’est la preuve que les élections seront bien organisées le 23 décembre. La Céni attend encore deux Iliouchine et un Boeing. Pour compléter la flotte, la centrale électorale n’exclut pas la possibilité d’affréter les avions des compagnies aériennes privées.
Pour certains membres de la société civile et quelques opposants, les doutent ne sont pas dissipés. Beaucoup s’interrogent sur le temps que prendra le déploiement de ces engins en pleine période de pluie et dans les zones caractérisées par l’insécurité.
La Synergie des missions d'observation citoyenne des élections (Symocel) salue un premier pas vers la tenue des élections à la date échue : « On peut considérer que, en ce qui concerne l’acquisition des machines et puis le déploiement, que cette étape-là est franchie avec ce qui a été avancé, se satisfait Bishop Abraham Djamba. Il est vrai que toutes les parties prenantes déclarent pouvoir aller aux élections le 23 décembre, ce qui est une bonne chose. »

Mais son président persiste et signe : il faut un consensus général notamment sur la question de la machine à voter pour qu'il y ait des élections rassurantes pour tous. « Il y a des questions essentielles sur lesquelles quand même il faut que les partis harmonisent leurs vues : c’est la machine à voter, c’est le fichier électoral. Entre autres, il y a ces deux points qui semblent encore poser problème. Je crois qu’il faut qu’il y ait une évolution sur les positions des uns et des autres. Nous pensons que si cela peut arriver, on pourrait aller de manière plus sereine aux élections le 23 décembre. »"


"Remise du matériel logistique à la CENI pour les élections du 23 décembre 2018
° https://acpcongo.com/acp/le-gouvernement-remet-150-camions-a-la-ceni-pour-le-deploiement-des-kits-electoraux/
Kinshasa, 29 octobre 2018 (ACP).- Le gouvernement de la RDC a mis lundi à la disposition de la Commission électorale nationale indépendante(CENI) un important lot de matériel logistique pour les élections du 23 décembre 2018, au cours d’une cérémonie organisée en deux temps, d’abord au siège de la CENI dans la commune de la Gombe,  ensuite à l’aéroport de Ndjili.
Ces matériels sont constitués de 150 camions de type Kamaz réceptionnés à Kinshasa, 135 camions à recevoir dans les villes de la partie Est du pays, 171 Pick-Up, 1.800 motos, 1 avion Ilyusin-76, 1 DC-8, 3 Boeings-727, 1 Boeing-737, 2 Antonov 72 adaptés à des pistes d’accès difficile, 1 Boeing-737 passagers, 5 hélicoptères d’une capacité d’une tonne et demie et 2 hélicoptères de supervision.


Selon Henri Mova-Sakanyi, vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur et sécurité, représentant personnel du Commandant suprême des forces armées,  Chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange, cette cérémonie vient concrétiser la volonté du peuple qui veut que l’organisation des élections soit le monopole des Congolais. Car, a-t-il ajouté, c’est une question de souveraineté et de respect de la constitution.
Pour Henri Mova-Sakanyi, cette  cérémonie lève  le doute de ceux qui ne croyaient pas que la RDC pouvait seule, organiser les élections sans l’appui de l’extérieur.

Ce matériel,  a-t-il précisé, est destiné au déploiement des kits électoraux  dans  l’Ouest du pays.
Les clés de ces véhicules ont été remises au président de la CENI par le ministre de la Defense nationale, Crispin Atama Tabe Mogodi qui, pour sa part,  a exprimé la volonté des forces armées d’appuyer la   CENI dans l’organisation des élections apaisées.
Le vice-Premier ministre s’est ensuite rendu à l’aéroport international de N’Djili où il a mis à la disposition de la CENI la flotte aérienne composée des hélicoptères et des gros transporteurs pour le déploiement du matériel électoral dans des régions les plus reculées du territoire national.
Ce matériel logistique qui appartient à l’armée sera récupéré à la fin des élections."



"RDC : le gouvernement remet à la CENI le matériel logistique pour le déploiement des kits"
° https://www.radiookapi.net/2018/10/29/actualite/politique/rdc-le-gouvernement-remet-la-ceni-le-materiel-logistique-pour-le


Des véhicules de l’armée nationale sont stationnés devant le siège de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) à Kinshasa, le 29/10/2018 pour assister la CENI dans le transport du matériel électoral. Radio Okapi/Photo John Bompengo

"Logistique électorale : le Gouvernement remet à la Ceni 150 camions, 9 avions et 7 hélicoptères"
° http://www.lephareonline.net/logistique-electorale-gouvernement-remet-a-ceni-150-camions-9-avions-7-helicopteres/

"Logistique des élections 2018 : le show de la Céni
° https://lepotentielonline.net/2018/10/29/logistique-des-elections-2018-le-show-de-la-ceni/



Un important lot du matériel roulant et volant, composé des véhicules et des aéronefs, a été mis à la disposition de la Céni. Jusqu’au bout, le gouvernement, qui a longtemps clamé sa souveraineté dans la conduite du processus électoral, a décidé de passer à l’acte.  Cependant, il y a encore du chemin à parcourir. Après cette exhibition à grande pompe, le grand défi reste à déployer ce matériel sur l’ensemble de circonscriptions prévues dans la cartographie électorale. Autant dire que le plus dur est à venir.
Par Le Potentiel

Le gouvernement a mis sa menace en exécution. Il s’est engagé à financer seul les scrutins du 23 décembre 2018, clamant tout haut que les élections relèvent du domaine de la souveraineté de la RDC. Aussi a-t-il mis à l’écart la communauté internationale, essentiellement la Monusco (Mission des Nations unies pour la stabilisation de la RDC) en ce qui concerne particulièrement la logistique.
Hier lundi, le gouvernement est passé à l’acte en exhibant, autant sur le boulevard du 30 juin, devant le siège de la Céni, qu’à l’aéroport international de N’Djili, le matériel roulant et volant, mis à la disposition de la Centrale électorale.  Il s’agit d’un charroi automobile, composé essentiellement des véhicules militaires de marque Kamaz. Le déploiement, tôt le matin sur le boulevard du 30 juin des camions de type militaire a frappé d’étonnement les Kinois et provoqué un embouteillage au centre-ville.

Pour la circonstance, le gouvernement a déployé une grande équipe pour marquer la solennité de l’événement. Bien évidemment, c’est le ministre de la Défense nationale, Crispin Atama Tape, qui a été à l’honneur ; étant entendu que ce sont des éléments des Forces armées de la RDC qui seront sur le champ des opérations, en soutien à la Céni. Il avait à ses côtés le vice-Premier ministre en charge de l’Intérieur, le ministre des Finances et son collègue du Budget ainsi que du directeur du cabinet du chef de l’État, Néhémie Mwilanya et des officiers militaires. Le décor était tout autant grandiose à l’aéroport de N’Djili où la Céni a également réceptionné le matériel volant.
Devant la presse, le président de la Céni, Corneille Nangaa, n’a pas caché sa joie. Selon lui, plus rien ne peut désormais empêcher la Céni de tenir sa promesse du 23 décembre 2018. Pour supporter le poids des élections de décembre prochain, il a affirmé avoir réceptionné des aéronefs dont 1 Iliouchine, 1 DC8, 2 Antonov 26, 2 Antonov 72, 3 Boeing 727, 1 Boeing 737 cargo, 1 Boeing 737 passagers et 7 hélicoptères ; mais aussi des véhicules : 150 camions Kamaz (pour la partie Ouest du pays), 150 camions autres Sino truck (pour la partie Est), 171 pick up et 1500 motocycles pour, notamment, permettre à la Céni de respecter son calendrier électoral.

Pour un coup de communication, le gouvernement et la Céni ont certainement réussi leur coup. Un autre lot de matériel est prévu pour la partie Est à partir du port tanzanien de Dar-es Salaam.



La souveraineté à l’honneur

Au nom du gouvernement, le vice-Premier ministre à l’Intérieur a indiqué que le plan de décaissement de l’argent prévu pour les élections indique un taux d’exécution de plus de 72%. « Ce geste prouve la souveraineté de l’Etat congolais et la souveraineté du processus électoral. En effet, pour la première fois, l’organisation des élections reste l’apanage de la nation congolaise », s’est félicité Mova Sakanyi. Et d’ajouter : « cette remise permet de dissiper le doute sur ceux qui ne croyaient pas en notre capacité de nous prendre en charge (…) ceci permet surtout à la Céni d’être autonome dans la réalisation de sa mission ». A son avis, plus rien ne pourrait s’opposer à l’organisation des élections à la « date prévue » ; le processus électoral ayant atteint, selon lui, sa « vitesse de croisière ».
Bien avant lui, le ministre de la Défense a précisé que ce matériel est une propriété de l’armée congolaise en appui au processus électoral. « Ce matériel est pris en charge totalement par le gouvernement. C’est une question de souveraineté », a-t-il renchéri. Il a fait remarquer ce matériel sera retourné, après les élections, à la base logistique des FARDC.
Après avoir réceptionné symboliquement les clés, le président de la Céni a remercié l’armée et le gouvernement pour avoir tenu parole. « Ce n’est pas la première fois que l’armée s’implique dans la logistique du processus électoral. Déjà en 2011, elle avait apporté son appui considérable à la Céni », a rappelé Nangaa.

A propos de la commande et du déploiement du matériel électoral, le président de la Céni a précisé qu’à partir du 10 novembre prochain, aucun matériel électoral attendu ne sera en dehors du pays. Pour le président de la Céni, « la date du 23 décembre n’est pas à négocier », promettant à la population congolaise de vivre la première alternance démocratique de son histoire de la RDC.



Le plus dur est à venir

Le gouvernement a tenu son pari. C’est celui de doter la Céni de toute la logistique nécessaire pour se déployer sur l’ensemble du territoire, loin des regards des partenaires extérieurs. C’est donc une étape qui est franchie. Mais, d’autres, plus contraignantes, restent à franchir. Car, il s’agit maintenant de déployer toute la logistique électorale dans les circonscriptions électorales cartographiées par la Céni. Avec ses 2.345.000 km², le défi est colossal. Et quand on prend l’état de délabrement des infrastructures routières – en tout cas le peu qui reste encore praticable – l’on réalise que la Céni n’est pas encore au bout de ses peines. Sans compter les machines à voter dont l’expédition à partir de la Corée du Sud, son lieu de fabrication, n’est pas totalement bouclée.
Pour l’instant, à la Céni, on reste confiant. L’appui logistique de l’armée a ravivé sa conviction de respecter le délai du 23 décembre 2018. Mais, dans l’opinion publique, on reste encore sceptique. Non sans raison d’ailleurs.
La grange exhibition du lundi 29 octobre 2048 ne résout donc pas le problème. Bien au contraire, elle soulève encore d’autres interrogations. Dans tous les cas, la RDC, qui s’est engagée à faire face à toutes les contraintes logistiques qu’imposent les scrutins du 23 décembre 2018, excluant tout appui extérieur en la matière, se trouve face à son destin. Le monde l’observe. En attendant l’heure du bilan qui coïncide avec le rendez-vous électoral du 23 décembre 2018. C’est alors que l’on jugera de la pertinence de cette souveraineté derrière laquelle se retranche le pouvoir en place à Kinshasa."



"Bis repetita
° https://lepotentielonline.net/2018/10/29/bis-repetita-2/
Le décor a certes changé – avec de nouveaux acteurs bien sûr. Mais le contexte est presque similaire. Il y a deux ans, la Céni, avec son président, Corneille Nangaa, recevait de la même armée un lot de matériels pour les élections prévues alors en décembre 2016.

On a eu droit à de beaux discours, ponctués des engagements fermes des uns et des autres à amener le peuple congolais aux urnes. Puis, plus rien. En fait, ce n’était que de la poudre aux yeux. En 2016, il n’y a pas eu élections.
Deux ans après, la Céni est revenue sur le lieu de sa supercherie. C’est encore sur le boulevard du 30 juin, au même endroit qu’en 2016, que la Céni vient de réceptionner un important lot de matériels roulants et volants pour assurer le soutien logistique aux élections de décembre prochain.(...)
"

"L'armée et ses camions s'invitent à la polémique électorale en RDC"
° https://www.politico.cd/encontinu/2018/10/29/larmee-et-ses-camions-sinvitent-a-la-polemique-electorale-en-rdc.html

"Elections du 23 décembre 2018 : Le Gouvernement accomplit sa part
° http://groupelavenir.org/elections-du-23-decembre-2018-le-gouvernement-accomplit-sa-part/


"RDC : « Aujourd’hui marque le début du déploiement des matériels à partir de Kinshasa » (Nangaa)"
° https://actualite.cd/2018/10/29/rdc-aujourdhui-marque-le-debut-du-deploiement-des-materiels-partir-de-kinshasa-nangaa

"Remise du matériel logistique à la CENI : « c’est une mise en scène pour plaire à l’opinion tant nationale qu’internationale », déclare Augustin Kabuya
° https://cas-info.ca/2018/10/remise-du-materiel-logistique-a-la-ceni-cest-une-mise-en-scene-pour-plaire-a-lopinion-tant-nationale-quinternationale-declare-augustin-kabuya/

"Remise du matériel logistique à la CENI : « il n’y a plus de doute, le 23 décembre, nous allons voter », déclare Corneille Nangaa"
° https://cas-info.ca/2018/10/remise-du-materiel-logistique-a-la-ceni-cest-une-mise-en-scene-pour-plaire-a-lopinion-tant-nationale-quinternationale-declare-augustin-kabuya/

"RDC : Au total, 18 aéronefs mis à la disposition de la CENI"
° https://actualite.cd/2018/10/29/rdc-au-total-18-aeronefs-mis-la-disposition-de-la-ceni

"RDC : Après les élections, tous les 18 aéronefs et 150 camions remis à la CENI seront restitués à l’armée"
° https://actualite.cd/2018/10/30/rdc-apres-les-elections-tous-les-18-aeronefs-et-150-camions-remis-la-ceni-seront


"HORIZON 23 DECEMBRE
6.828 machines à voter attendues au port de Mombasa arrivent aujourd’hui

° http://forumdesas.org/spip.php?article17542

"RDC : Au 10 novembre, tous les matériels électoraux seront déjà arrivés (Nangaa)"
° https://actualite.cd/2018/10/30/rdc-au-10-novembre-tous-les-materiels-electoraux-seront-deja-arrives-nangaa

"RDC : Plus de 40.000 machines à voter destinées aux provinces de l’ouest sont déjà arrivées
° https://actualite.cd/2018/10/30/rdc-plus-de-40000-machines-voter-destinees-aux-provinces-de-louest-sont-deja-arrivees

"Ni transition, ni report des élections 2018. Machine à voter : un feu rouge, deux gros pièges !"
° https://laprosperiteonline.net/2018/10/29/ni-transition-ni-report-des-elections-2018-machine-a-voter-un-feu-rouge-deux-gros-pieges/


"RDC : Philippe de Moerloose, l’homme des juteuses affaires de Joseph Kabila 
° https://congolibere.com/rdc-philippe-de-moerloose-lhomme-des-juteuses-affaires-de-joseph-kabila/

Les clichés publics de Joseph Kabila et Philippe de Moerloose sont rares, bien que les deux hommes soient très proches © DR

Cet homme d’affaires belge de 51 ans, qui a grandi dans l’ex-Katanga, est devenu incontournable auprès du président RD congolais.
Ce lundi 29 octobre, sur le boulevard du 30 juin à Kinshasa, le régime de Joseph Kabila fait une démonstration de force. Des dizaines de camions, de pick-up, des aéronefs et des motos paradent. Les images sont spectaculaires. Elles sont censées témoigner de la détermination des autorités RD congolaises à organiser à bonne date – le 23 décembre prochain – les élections.  Officiellement en effet, ces véhicules, propriétés de l’armée, ont été mis à la disposition de la CENI pour le transport du matériel électoral.
Dans l’assistance éberluée, certains Kinois se rappellent avoir déjà vu ces camions. C’était en septembre 2016. Ils avaient servi à barricader la CENI alors que les manifestants protestaient contre la perspective d’un troisième mandat de Joseph Kabila. Des manifestations réprimées dans le sang.
Aujourd’hui officiellement « propriété de l’armée », ces camions étaient pourtant prévus à l’origine pour un usage civil. Ils avaient en effet été commandés et payés il y a plus de cinq ans par l’office des routes en vue de la construction d’infrastructures terrestres.
Mais ces camions se sont rapidement retrouvés dans les entrepôts de l’armée. A Kinshasa, dans plusieurs camps militaires, ainsi que dans l’ancien entrepôt de la compagnie aérienne Hewa Bora Airways (dont l’actionnaire principal est… Philippe de Moerloose et l’actionnaire minoritaire, la famille Kabila). Mais aussi à Lubumbashi, sur le boulevard Kamanyola, au niveau de la présidence de la République ou encore au camp militaire de Kimbembe.

L’homme qui a livrés ces fameux camions après avoir décroché le marché, bien que discret, et très connu des milieux d’affaires au Congo. Il s’agit de Philippe de Moerloose.
Ce citoyen belge, né en 1967 à Watermael-Boisfort, est arrivé à l’âge de trois ans avec ses parents à Lubumbashi. Parlant couramment le swahili et comprenant parfaitement le lingala, il est peu à peu devenu incontournable auprès de Joseph Kabila. « C’est le monsieur import-export de véhicules et de gros matériels du président », explique un ex-proche de Joseph Kabila.

Au cœur du système de prédation en RDC

Aujourd’hui, Philippe de Moerloose est au cœur du système de prédation mis en place par Joseph Kabila en RDC. Un système qui consiste à détourner l’argent public congolais pour son profit personnel (voir l’enquête exhaustive de Reuters à ce sujet, ainsi que les nombreuses révélations dans la presse). Début septembre, l’homme d’affaires belge faisait ainsi partie de la délégation officielle RD congolaise qui s’est rendue à Pékin pour participer au Sommet Chine – Afrique (voir photo). En marge de cet événement, plusieurs contrats ont été négociés.


Philippe de Moerloose a fait partie de la délégation RD congolaise, conduite par Bruno Tshibala et Léonard She Okitundu, qui s’est rendue début septembre à Pékin pour participer au Sommet Chine – Afrique. L’homme d’affaires belge figure à l’avant-dernier rang au centre de la photo.

« Il est au centre de beaucoup d’affaires. Il remporte les marchés non sur appel d’offres mais de gré à gré. La marchandise est surfacturée et il se partage la marge avec la famille Kabila. Au final, c’est le contribuable RD congolais qui paye », explique l’un de ses ex-partenaires d’affaires avec lequel il est désormais en conflit.
Depuis plusieurs années, les affaires de Philippe de Moerloose prospèrent. C’est lui notamment qui a remporté le vaste marché de fourniture de tracteurs aux provinces lorsqu’il s’est agi, en 2009-2010, de développer l’agriculture dans le cadre de la « révolution verte ». Des tracteurs d’occasion de marque John Deere facturés à un prix prohibitif, qui sont arrivés en RDC en pièces détachés et dont la plupart n’ont jamais fonctionné. Au Kasaï, ces tracteurs, bien que payés, n’ont jamais été livrés. Ailleurs, seuls quelques dizaines ont été réceptionnés sur les 500 camions commandés pour chacune des onze provinces à l’époque.
C’est encore lui, Philippe de Moerloose, qui a fourni les différentes provinces de la RDC en engins de forage d’eau, eux aussi arrivés en pièces détachées et eux aussi inutilisables dans leur grande majorité. Mais pas question pour les gouverneurs de se plaindre car « Philippe » est « l’ami du président ».  « On nous demandait de payer et de la fermer », nous dit l’un d’entre eux qui explique que « les montants pour les achats étaient prélevés directement sur le budget provincial au niveau de la ligne budgétaire ‘frais d’investissement’ ». Un système bien rôdé qui a concerné tous types de véhicules durant de longues années.
Selon les confidences recueillies auprès de fonctionnaires du Trésor de l’époque, fut-un temps, les paiements effectués au profit de la société de Philippe de Moerloose s’élevaient à quelque 20 millions de dollars par mois. Des mensualités qui ont, par la suite, dues être diminuées afin de ne pas peser trop lourdement sur le budget de l’Etat.

Grosse fortune

Philippe de Moerloose est aujourd’hui à la tête d’une véritable fortune au Congo. « Ça n’est pas tout à fait comparable à la famille Forest qui a, elle, bâti un véritable empire dans le pays qui s’étend dans tous les secteurs de l’économie », explique un homme d’affaires à Kinshasa. « Mais Philippe fait partie de l’intelligentsia économique du pays. Et depuis quelques années, on sent qu’il a le vent en poupe », s’empresse-t-il d’ajouter.
En RDC, Philippe de Moerloose est également connu pour être l’actionnaire de la filiale locale de Tractafrique (en réalité, la part de l’actionnariat qui n’est pas détenue par la maison mère de Tractafrique au Maroc est partagée à 50-50 en RDC entre l’homme d’affaires belge et la famille Kabila). Les affaires de cette société sont florissantes. Lorsqu’il s’est agi de renouveler le parc des bus Transco, ça été le jackpot pour Philippe de Moerloose. Deux lots de 500 bus chacun ont été commandé à un prix très élevé. Sur chaque bus la commission perçue par la société s’élevait à 27 000 dollars par unité vendue. Soit un montant total à se partager de l’ordre de 27 millions de dollars. Faramineux.

En RDC, Tractafrique distribue la marque Mercedes (les véhicules particuliers mais surtout les camions, réputés pour leur robustesse). Mais désormais, Philippe de Moerloose est également le partenaire de Volvo dans le pays, une autre grande marque réputée pour ses camions. Conséquence, il est aujourd’hui le fournisseur de la quasi-totalité des grandes sociétés minières du pays. Les marges bénéficiaires, très généreuses, sont à chaque fois réparties entre lui et la famille Kabila (Joseph, Olive, Jaynet…).
Mais il n’y a pas que sur terre que Philippe de Moerloose a étendu son emprise. Les 20 aéronefs mis à la disposition de la CENI ce lundi 29 octobre, c’est encore lui qui les a livrés. Des avions de la compagnie Hewa Bora Airways qu’il a revendu, là aussi, à un prix exorbitant afin d’augmenter la marge bénéficiaire à se répartir avec ses « partenaires d’affaires ». Une opération menée de concert avec Charles Descriver, le conseiller « aviation » de Joseph Kabila.
Dernièrement, l’homme d’affaires belge, manifestement insatiable, a joué les intermédiaires lors de la signature, annoncée en grande pompe, le 16 octobre dernier, d’un « accord de développement exclusif » entre l’Etat congolais et deux entreprises, l’une chinoise, l’autre espagnole, pour tenter de financer le méga-projet de barrage Inga III sur le fleuve Congo d’une capacité de 11 000 mégawatts dont le coût s’élève à 14 milliards de dollars. A cette occasion, l’hommes d’affaires a utilisé une autre de ses sociétés, espagnole elle aussi. Une société qui accueille actuellement en stage Sifa, la fille ainée de Joseph Kabila, qui s’est rabattue sur cette solution après s’être vue refuser un visa pour se rendre aux Etats-Unis.

Désormais dans le viseur des autorités internationales

En RDC, le soleil ne se couchera bientôt plus sur l’empire de Philippe de Moerloose, qui est également le co-propriétaire de certains des plus grands hôtels du pays (le Grand Hôtel de Kinshasa Pullman, le Grand Hôtel de Lubumbashi Pullman, etc.). Un empire constitué grâce à l’appui de Joseph Kabila qui en profite très largement en retour.
Reste que cet empire ne repose sur du sable. Sa pérennité est étroitement liée au destin politique, plus qu’incertain, de son protecteur. Sans compter qu’une telle ascension ne se fait pas sans risques. Le nom de Philippe de Moerloose figure dans la liste des personnalités au sein du régime RD congolais susceptibles d’être prochainement sanctionnées par les Etats-Unis et l’Union européenne. En outre, la justice belge s’intéresse désormais de près à ses affaires. Au Congo comme ailleurs, les arbres ne grimpent pas jusqu’au ciel.



"Actu Expliquée30.10 : Toute la vérité sur la provenance des camions et avions alloués à la Ceni"




Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’ARMÉE EN RENFORT A LA CENI ET DONC AU POUVOIR EN PANNE DE MOYENS LOGISTIQUES POUR ASSURER LES SCRUTINS A L'APPROCHE ! EST-ELLE TANT A SA PLACE LORSQUE SES CHANTIERS PROPRES ATTENDENT A BENI ET AILLEURS ???

Message  ndonzwau le 31/10/2018, 7:24 pm

L'Armée à la rescousse (logistique) de la Ceni, rien d'inconstitutionnel là dessus même que le pouvoir y démontre ses capacités et la tenue de ses promesses d'indépendance ; c'est une institution régalienne qui vient en renfort d'un organe de complément à notre démocratie. Le hic est que dans notre contexte la Ceni censée indépendante opère tout le temps à la solde d'un régime qui l'instrumentalise à ses fins corporatistes. C'est le seul reproche qui peut être fait à cette collaboration.
On se retrouve ainsi avec une Ceni qui joue non son rôle d'institution indépendante mais d'outil partisan d'un pouvoir qui a verrouillé le processus électoral. Et ici l'assistance qu'elle reçoit de l'Armée risque en même temps de servir un régime plutôt que l'Etat...

Pour le reste les interrogations vont légitimement concerner  le bon fonctionnement de tout cet arsenal : toute cette logistique impressionnante fera-t-elle que son déploiement attendu et ses potentialités soient effectifs sur le terrain, ça c'est une autre face de l'entreprise. La Ceni et avec elle le pouvoir clament urbi et orbi leur exploit, tout est prêt pour les élections ; tant mieux, espérons seulement que celles-ci se dérouleront sans gros anicroches et ne provoqueront pas des contestations graves...

Entre-temps bravo quand même au Gouvernement d'avoir joué là-dessus une "souveraineté utile" dans le sens où il offre ses moyens d'indépendance au processus. Pourvu que ce ne soit pas pour que dans la suite celle-ci ne serve qu'à faire n'importe quoi à l'abri des regards extérieurs, les Congolais ont trop souffert d'un pouvoir qui a trop joué l'arbitraire à leurs dépens en imposant notamment son hors-mandat depuis deux ans...


"Elections du 23 décembre 2018 : la CENI dotée de matériel volant et roulant par le Gouvernement de la République Démocratique du Congo"
° https://www.ceni.cd/articles/elections-du-23-decembre-2018-la-ceni-dotee-de-materiel-volant-et-roulant-par-le-gouvernement-de-la-republique-democratique-du-congo



150 camions de type Kamaz réceptionnés à Kinshasa, 135 camions à recevoir dans les villes de la partie Est du pays, 171 Pick-Up, 1.800 motos, 1 avion Ilyusin-76, 1 DC-8, 3 Boeings-727, 1 Boeing-737, 2 Antonov 72 adaptés à des pistes d’accès difficile, 1 Boeing-737 passagers, 5 hélicoptères d’une capacité d’une tonne et demie et 2 hélicoptères de supervision constituent le lot des moyens logistiques mis à la disposition de la CENI par le Gouvernement de la RDC pour des élections du 23 décembre 2018.
C’est le Vice-Premier Ministre, Ministre de l’Intérieur et Sécurité, représentant spécial du Chef de l‘Etat, Son Excellence Henri MOVA qui a remis ces moyens logistiques au Président de la CENI en présence d’un parterre d’invités parmi lesquels les membres du Gouvernement, les honorables députés nationaux, les membres de l’Assemblée plénière de la CENI, différents invités, les médias nationaux et internationaux.


C’était au cours d’une cérémonie grandiose retransmise en direct sur les antennes de la Radio Télévision Nationale Congolaise (RTNC) et prise en relais par la ‘’Radio CENI’’ (107,7 Mhz), cérémonie qui s’est déroulée d’abord au siège de la CENI à Kinshasa Gombe pour la remise de matériel roulant et qui s’est poursuivie à l’aéroport international de N’djili pour le matériel flottant.
Corneille NANGAA, président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) a réaffirmé que le calendrier électoral sera respecté. Pour ce faire, grâce aux matériels roulants et volants présentés ce lundi 29 octobre 2018 au siège de la CENI et à l’aéroport de N’djili, le déploiement des matériels devrait commencer.


« A partir de demain, nous commençons à déployer. 150 camions de terrain sont à déployer dans la partie ouest du pays. Les 150 autres camions arrivent par le port de Dar-es-Salam pour la partie Est. Il y a aussi des hors-bords qui sont mis à notre disposition. Le 23 décembre nous allons voter, nous allons organiser les trois scrutins »,
a t-il déclaré à l’aéroport de N’djili.
Occasion pour le Président de la CENI de remercier le gouvernement de la République : ‘’Nous avons plusieurs fois entendu des questions posées au sujet de l’ampleur des besoins pour le déploiement du matériel électoral et autres quincailleries. Nombreux ont douté de la capacité de la République Démocratique du Congo à répondre seule à tant de défis. La réponse concrète donnée à ces interrogations mérite donc d’être saluée à juste titre : à voir le dispositif que je vous ai décri tantôt, il y a bien de quoi dissiper le doute à la fois sur la volonté politique de la République Démocratique du Congo d’organiser effectivement les scrutins du 23 décembre 2018, mais aussi sa capacité à en assumer les charges tant du point de vue financier que de celui de la logistique. C’est donc le lieu de rendre un hommage mérité au gouvernement de la République, mais aussi à tous ceux qui, de l’intérieur du pays comme de l’extérieur, ne cessent de concourir à la réussite du processus certes laborieux, mais désormais irréversible d’organisation des élections présidentielle, législatives nationales et provinciales en République Démocratique du Congo’’.

Norbert BASENGEZI, Vice-président de la CENI et Crispin ATAMA, ministre de la défense, sont montés à bord d’un de ces hélicoptères pour une séance de démonstration dans les airs.
Son Excellence Henri MOVA et M. Néhémie MWILANYA, respectivement, Vice-Premier Ministre, Ministre de l’Intérieur et Sécurité, représentant spécial du Chef de l‘Etat et directeur de cabinet de Joseph Kabila ont assisté à cette cérémonie.
La voie vers élections du 23 décembre 2018 est largement balisée. En effet, à ce jour, plusieurs activités importantes du calendrier électoral sont derrière nous, a rassuré le Président de la CENI. A titre de rappel, l’identification et l’enrôlement des électeurs, l’audit du fichier électoral, la répartition des sièges ainsi que l’inscription des candidats. La CENI a entamé depuis peu la cascade de formation de 511.901 agents électoraux.

S’agissant de la réception du matériel électoral, Corneille NANGAA a présenté le tableau suivant:
- Production terminée des machines à voter, des isoloirs, des kits bureautiques des Bureaux de vote et de dépouillement, des urnes, de l’encre indélébile et autres matériels électoraux ;
- Tous les 87.500 kits bureautiques, 87.500 isoloirs et 175.000 flacons d’encre indélébile ont été réceptionnés dans les différents hubs logistiques du pays, à savoir : Matadi, Kinshasa, Bunia, Kisangani, Goma et Lubumbashi ;
- La totalité des machines à voter attendues au port de Matadi ont été réceptionnés, soit 40.144 machines à voter pour desservir les provinces de : Kongo Central, Maï-Ndombe, Kwilu, Kwango, Equateur, Nord et Sud-Ubangi, Tshuapa et Kasaï ;
- Les premières 35.861 machines à voter attendues au port de Dar-ès-Salam, y sont déjà arrivées. Les 8.838 restantes y arrivent le 3 novembre prochain ;
- Les premières 6.828 machines à voter attendues au port de Mombasa y arrivent demain le 30 octobre 2018 et les 13.586 restantes y arrivent le 7 novembre prochain ;
- D’autres containers contenant accessoires, batteries, Racks de chargement de batteries, générateurs de secours, … arrivent concomitamment avec les autres matériels susmentionnés.

Au regard de ce tableau, Corneille NANGAA encourage toutes les parties prenantes à abandonner les voies de distraction couvertes de manteau du verbiage, pour œuvrer ensemble à ce qui consolide en actes la marche de notre pays vers les élections tant attendues. Les discussions ont certes toujours leur place dans un processus qui se veut intégrateur, mais elles se doivent d’être raisonnables et de ne se fonder que sur le principe de la raisonnabilité et de la rationalité technique dont procèdent les élections, a souligné le Président de la CENI.
Ce jour, le processus électoral congolais connaît un pas de plus. Occasion pour le numéro 1 de l’Organe de gestion des élections en RDC de rendre grâce à Dieu et de remercier tous ceux qui ont permis de franchir ce nouveau pas. Ce qui a motivé le Président de la CENI de rappeler et de redire au peuple congolais que ‘’les élections se tiendront bel et bien le 23 décembre 2018 et que nous devons tous nous y préparer’’."


"RDC : le gouvernement remet à la CENI le matériel logistique pour le déploiement des kits électoraux"
° https://www.radiookapi.net/2018/10/29/actualite/politique/rdc-le-gouvernement-remet-la-ceni-le-materiel-logistique-pour-le


Des véhicules de l’armée nationale sont stationnés devant le siège de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) à Kinshasa, le 29/10/2018 pour assister la CENI dans le transport du matériel électoral. Radio Okapi/Photo John Bompengo

Le gouvernement congolais a procédé ce lundi 29 octobre à la remise des moyens logistiques à la CENI pour le déploiement des kits électoraux. La cérémonie a lieu au siège de la CENI à Kinshasa pour la première étape. Selon le ministre de la Défense, Crispin Atama, ce lot est essentiellement constitué notamment de 150 camions de marque Kamaz, pour desservir la partie ouest du pays, de 7 hélicoptères, 4 Antonov...
La CENI dit avoir receptionné 1 illyushin, 1 DC 8, 4 boeing ainsi que d'autres véhicules: 135 camions militaires Sino truck et 171 pick up. A cette liste, s'ajoutent également 1500 motocycles.

 
Crispin Atama a par ailleurs indiqué que d'ici 15 jours, 150 autres véhicules viendraient par l’est pour desservir la partie Est et le centre du pays.
En 2006 et 2011, rappelle M. Atama, l’armée avait déjà appuyé l’organisation des élections en RDC.  
Tout le matériel remis à la CENI appartient à l’armée. Il va retourner à la base logistique des FARDC à la fin du processus, a fait remarquer le ministre de la Défense.
Pour le ministre de l’Intérieur qui a représenté le chef de l’Etat, la “Nation congolaise assiste à une étape qui brise le doute quant à l’engagement du gouvernement d’assister la CENI dans l’organisation des élections”. Pour Henri Mova Sakanyi, « ce matériel est le fruit de sacrifices énormes. Car des sacrifices financiers énormes ont été réalisés ».
 
En ce qui concerne la situation sécuritaire, Henri Mova a indiqué que les services de sécurité ont mis en place un projet pour identifier les menaces et les éliminer afin de permettre un déroulement paisible des élections."



"Véhicules de l’armée remis à la CENI: ASADHO recommande que les conducteurs soient des civils
° https://www.radiookapi.net/2018/10/30/actualite/politique/vehicules-de-larmee-remis-la-ceni-asadho-recommande-que-les
L’Association africaine des droits de l’homme (ASADHO) recommande que les véhicules de l’armée mis à la disposition de la CENI par le gouvernement pour transporter le matériel électoral soient conduits par des civils. Selon Me Jean-Claude Katende, président de l’ASADHO, la présence des militaires dans ce processus électoral peut perturber le déroulement normal des élections.

« Il est important que ces véhicules soient peints aux couleurs de la CENI et qu’ils soient conduits par des civils. Parce que nous n’avons pas oublié comment certains militaires s’étaient conduits lors des élections de 2011. Certains d’entre eux étaient à la base de la confiscation des urnes, étaient à la base même de la fraude dans certaines villes de la RDC », rappelle Jean-Claude Katende.
Néanmoins, le président de l’Association africaine des droits de l’homme note qu’avec ce matériel roulant, une étape importante dans l’organisation des élections de décembre a été franchie.  

« La présentation de ces véhicules est une étape importante vers l’organisation des élections. Mais en même temps aussi, cette présentation nous pose quelques problèmes. Car les véhicules sont peints aux couleurs de l’armée et sont conduits par des militaires. Ces deux signes peuvent être des occasions pour éloigner des électeurs des élections dans la mesure où nous connaissons comment certains des militaires se comportent vis-à-vis de la population », a affirmé M. Katende. "

° https://www.radiookapi.net/2018/10/30/actualite/politique/le-fcc-salue-les-moyens-logistiques-mis-la-disposition-de-la-ceni


"Elections et l’armée : une imbrication qui fait polémique - Congo Nouveau"
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=211763&Actualiteit=selected
Congo Nouveau revient sur la dotation du matériel militaire à la CENI et titre : « Elections et l’armée : une imbrication qui fait polémique ». Le trihebdomadaire revient sur la remise du matériel militaire à la Commission électorale nationale indépendante. Ce note que « Si en temps de paix, l’armée peut être utile à des tâches diverses, la présence de son personnel dans le processus électoral via la conduite de ces engins roulants et volants inquiète. », écrit ce journal qui relaye certaines inquiétudes des internautes sur le rôle que pourrait jouer l’armée au-delà du matériel militaire.

"Processus électoral en RDC: l’ingérence russe se manifeste
° https://lepotentielonline.net/2018/10/30/processus-electoral-en-rdc-lingerence-russe-se-manifeste/
Du matériel militaire aux élections du 23 décembre 2018. C’est le choix que la RDC a fait en se détournant de l’Occident qu’elle considère trop regardant sur ses affaires intérieures, notamment la conduite du processus électoral. Dotation des Forces armées de la RDC, ce matériel servira au déploiement de la quincaillerie électorale prévue pour les élections de décembre prochain. Face aux Russes, la RDC a donc mis de côté son arme souverainiste. Très engagée en République centrafricaine, la Russie vient d’élargir son champ d’action en Afrique centrale en incluant désormais la RDC. Il faut cependant craindre le revers de la médaille. Que la RDC serve de théâtre à une guerre froide qui ne dit pas son nom.(...)"

"… Et après ? "
° https://lepotentielonline.net/2018/10/30/et-apres-3/


"Les véhicules des FARDC devraient plutôt transporter les bulletins de vote, selon Theodore Ngoy "
° https://www.radiookapi.net/2018/10/30/actualite/politique/les-vehicules-des-fardc-devraient-plutot-transporter-les-bulletins-de


"Billet. Des bulletins papiers pour la présidentielle Congolaise comme plan B"
° http://www.cheikfitanews.net/2018/10/billet.des-bulletins-papiers-pour-la-presidentielle-congolaise-comme-plan-b.html

° http://www.lephareonline.net/logistique-electorale-gouvernement-remet-a-ceni-150-camions-9-avions-7-helicopteres/
° http://unenouvelleafriquevoitjour.blogspot.com/2015/10/rdc-la-ceni-confrontee-aux-difficultes.html
° http://www.cheikfitanews.net/2018/10/rd-congo-les-menteurs-tricheurs-voleurs-pilleurs-criminels-a-55-jours-du-vote-sanction.html


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’ARMÉE EN RENFORT A LA CENI ET DONC AU POUVOIR EN PANNE DE MOYENS LOGISTIQUES POUR ASSURER LES SCRUTINS A L'APPROCHE ! EST-ELLE TANT A SA PLACE LORSQUE SES CHANTIERS PROPRES ATTENDENT A BENI ET AILLEURS ???

Message  KOTA le 1/11/2018, 2:03 pm



Finalement, n importe qui est devenu agent de la Ceni. Avant nous avons vu les militaires porter la tenue de la Ceni, voilà maintenant c'est le tour des bouchers de porter l'uniforme de la [ltr]#CENI[/ltr]. A qui le prochain tour? Chaos organisé

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’ARMÉE EN RENFORT A LA CENI ET DONC AU POUVOIR EN PANNE DE MOYENS LOGISTIQUES POUR ASSURER LES SCRUTINS A L'APPROCHE ! EST-ELLE TANT A SA PLACE LORSQUE SES CHANTIERS PROPRES ATTENDENT A BENI ET AILLEURS ???

Message  ndonzwau le 3/11/2018, 1:19 am

"Élections 2018 : Un contrôle technique réclamé sur les engins roulants reçus par la CENI
° http://www.latempete.info/33027-2/
Plusieurs engins motorisés en provenance de la Russie et de la  Chine viennent d’être réceptionnés par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) pour les besoin de prochaines élections en République démocratique du Congo.
Présentés pompeusement lundi dernier juste  devant l’imposant bâtiment de la centrale électorale sur le boulevard du 30 juin, ces véhicules ont été l’objet d’une rare curiosité des passants avant d’arpenter les grandes artères de la capitale et de finir leur parade dans les dépôts réquisitionnés par l’exécutif central.
Mais à l’issue de leur présentation devant le public visiblement médusé à Kinshasa, ces nouvelles acquisitions de la Ceni suscitent énormément d’interrogations au sein de l’opinion publique dont la suivante : « A quand le contrôle technique de ces véhicules avant leur mise en service effective pour des raisons évidentes ? »


En effet, de nombreux Congolais rompus à la mécanique automobile ou au commerce de véhicules d’occasion craignent que les engins roulants qui viennent d’être accordés à la centrale électorale soient de vieux clous bons pour la fonderie !
En ce qui concerne les camions, les Jeeps tout terrain et les aéronefs, beaucoup pensent qu’une expertise mécanique sans complaisance est indispensable afin d’éviter des désagréments à court et moyen termes lors de prochaines opérations sur le terrain.
Il est donc important que la Ceni vérifie si ces véhicules visiblement malades de leurs années respectives de fabrication sont aptes à rouler sans problèmes sur les routes, sentiers et chemins de villes et campagnes de l’arrière-pays qui résistent difficilement aux agressions du trafic à cause des accidents du relief, de leur mauvaise fondation et de la fréquence irrésistible des intempéries dans plusieurs régions du pays !

Face à ces « belles occasions » offertes à la Ceni par le gouvernement, des sages qui se comptent par milliers en RDC et à l’étranger conseillent à cette centrale électorale d’user de son indépendance constitutionnelle pour solliciter et obtenir de toute urgence un appui logistique et matériel en doublure de ce qu’elle possède déjà pour faire face aux pannes mécaniques des engins que l’exécutif central vient de mettre à sa disposition pour le déploiement des kits et agents électoraux.
Un contrôle technique est donc exigé pour ces engins afin de s’assurer de leur efficacité. Car il y va, non seulement du bon déroulement des scrutins présidentiel et législatifs prévus le 23 décembre 2018, mais aussi de l’honneur de notre pays. Surtout quand on sait que les autorités congolaises ont rejeté, sans raison valable, la logistique que la Monusco et la communauté internationale s’apprêtent à mettre gracieusement à la disposition de la Ceni en vue du bon déroulement des scrutins attendus."



"Elections 2018 : le CNSA face à la CENCO et Adolphe Muzito
° https://laprosperiteonline.net/2018/11/01/elections-2018-le-cnsa-face-a-la-cenco-et-adolphe-muzito/
Nonobstant l’impressionnante armada en termes de moyens logistiques, déployés par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), pour le transport des matériels et kits électoraux à travers toute la République, plusieurs acteurs politiques demeurent encore septiques quant à l’effectivité de l’organisation des élections, le 23 décembre 2018. Ceci, à cause des questions liées notamment, au refus de la machine à voter, aux 16,6% d’enrôlés sans empreintes, aux mesures de décrispation pour lesquelles un consensus est loin d’être trouvé. Cependant, la CENI et la Majorité au pouvoir tiennent mordicus à aller aux élections avec la machine à voter, le 23 décembre prochain.
Face à ces différentes contestations qui s’apparentent en une colonne de feu plantée devant un peuple innocent, le Conseil National de Suivi de l’Accord et du Processus Electoral (CNSA), sous la conduite de son Président, Joseph Olenghankoy Mukundji, tente de calmer les ardeurs des uns et des autres en vue d’un atterrissage en douceur d’un processus que d’aucuns souhaitent crédible,  transparent, apaisé et inclusif.


A cet effet, le président du CNSA, accompagné du Rapporteur Valentin Vangi, a entamé hier, jeudi 1er  novembre 2018, un travail marathon d’itinérance ou consultations auprès des acteurs majeurs afin de trouver des solutions idoines qui puissent satisfaire tout le monde et éventuellement, dissiper la crise. Ce travail l’a conduit à la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO), au Centre Interdiocésain où il a rencontré l’abbé Donatien Nshole, Secrétaire Général. Rien n’a filtré de ces entretiens car, la primeur est réservé à la plénière du CNSA, à en croire le Rapporteur du CNSA.
Par ailleurs, en sa qualité d’acteur politique majeur de la scène politique congolaise, le directoire du CNSA, s’est auparavant entretenu avec Adolphe Muzito, Premier ministre honoraire et candidat à la présidentielle de 2018, invalidé par la Cour Constitutionnelle.
C’était au restaurant Zamani de la Gombe dans l’enceinte du complexe commercial Elaïs. Un entretien du reste, très fructueux, selon Valentin Vangi.
En outre, faudra-t-il rappeler que l’agenda du CNSA, cet organe régulateur de l’Accord de la Saint Sylvestre prévoit de rencontrer les responsables des institutions et acteurs politiques majeurs en vue de pouvoir apporter un peu d’eau dans leur vin et faciliter le déroulement sans casse du processus électoral."



"« Il n’y aura aucune présence militaire dans les bureaux de vote le 23 décembre », affirme le vice-ministre de la Coopération internationale"
° https://www.radiookapi.net/2018/11/02/actualite/politique/il-ny-aura-aucune-presence-militaire-dans-les-bureaux-de-vote-le-23

"Politique
RDC : des véhicules de l’armée utilisés pour le transport du matériel électoral"

° https://www.jeuneafrique.com/655313/politique/rdc-des-vehicules-de-larmee-utilises-pour-le-transport-du-materiel-electoral/

"Soutien logistique de l’armée congolaise au processus électoral. Corneille Nangaa : ‘’la voix vers les élections est largement balisée‘’"
° https://laprosperiteonline.net/2018/10/29/soutien-logistique-de-larmee-congolaise-au-processus-electoral-corneille-nangaa-la-voix-vers-les-elections-est-largement-balisee/

° https://www.politico.cd/encontinu/2018/10/29/larmee-et-ses-camions-sinvitent-a-la-polemique-electorale-en-rdc.html


"Pourquoi faut-il maintenir les sanctions UE contre les collaborateurs de Kabila ? – JJ Wondo"
° http://desc-wondo.org/fr/pourquoi-faut-il-maintenir-les-sanctions-ue-contre-les-collaborateurs-de-kabila-jj-wondo/



"Marche à reculons"
° https://lepotentielonline.net/2018/11/01/marche-a-reculons/


"La résistance à la « bonne gouvernance » dans un État africain."
° https://www.cairn.info/revue-tiers-monde-2010-4-page-129.html

Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’ARMÉE EN RENFORT A LA CENI ET DONC AU POUVOIR EN PANNE DE MOYENS LOGISTIQUES POUR ASSURER LES SCRUTINS A L'APPROCHE ! EST-ELLE TANT A SA PLACE LORSQUE SES CHANTIERS PROPRES ATTENDENT A BENI ET AILLEURS ???

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum