LA TRIBUNE DU JOURNAL LE MONDE SUR LA CRISE HUMANITAIRE EN RDC: ENCORE DES SOINS PALLIATIFS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LA TRIBUNE DU JOURNAL LE MONDE SUR LA CRISE HUMANITAIRE EN RDC: ENCORE DES SOINS PALLIATIFS

Message  KOTA le 26/12/2012, 1:42 am

LA TRIBUNE DU JOURNAL LE MONDE SUR LA CRISE HUMANITAIRE EN RDC: ENCORE DES SOINS PALLIATIFS


par mpp le 25 décembre 2012

Je viens de lire la Tribune publiée par le journal Le Monde d’aujourd’hui 25/12/2012 ayant comme objet la situation d’insécurité généralisée qui prévaut en RDC. Cette déclaration commune est souscrite par un certain nombre de personnalités françaises et d’autres nationalités de l’espace francophone.

Si l’on ne peut que se réjouir que l’attention de l’opinion publique internationale soit ENFIN focalisée sur la crise congolaise et la tragédie humanitaire qui frappe le Congo, il faut quand même souligner que la thérapeutique conseillée relève plus de l’ « émotionnel » et du « palliatif » que du « factuel durable». Et il faut avouer que cette attitude de la communauté internationale est la même depuis plus de dix ans.

<BLOCKQUOTE>
En effet, AUCUNE REFERENCE N’ EST FAITE DANS CETTE TRIBUNE A LA GRAVE CRISE DE GOUVERNANCE QUI FRAPPE NOTRE PAYS.

</BLOCKQUOTE>
On se retrouve face à UNE LECTURE ET UNE PROPOSITION INFANTILISANTES POUR LES CONGOLAIS, QUI SONT LES VICTIMES DU GENOCIDE SILENCIEUX QUI CONTINUE EN RDC DEPUIS DES ANNEES.

SANS VOULOIR EFFACER LES RESPONSABILITES ET LA FAIBLESSE ONUSIENNE – DONT LE ROLE, DANS SON HISTOIRE, A ETE ESSENTIELLEMENT DISSUASIF ET JAMAIS CELUI D’UN BELLIGERANT ACTIF DANS LES CRISES ARMEES - POURQUOI DEVRAIT ETRE SI NORMAL QUE LA DEFENSE DE LA RDC ET DE SON PEUPLE INCOMBE A L’ONU PLUTOT QU’A SON ARMEE NATIONALE?

TOUTES CES PERSONNALITES qui ont signé la tribune du journal le Monde CONSIDERENT COMME « NORMAL » QUE LA DEFENSE DE LA RDC REVIENNE A L’ONU : IL ME SEMBLE QU IL Y AIT UN PROBLEME QUELQUE PART DANS CETTE PRISE DE POSITION !



MANIFESTEMENT, ON A ELUDE UN ASPECT FONDAMENTAL DE LA QUESTION DANS CETTE TRIBUNE »HUMANITAIRE » ; LA QUESTION DE FOND EST CELLE-CI :

POURQUOI LA RDC N’EST PAS CAPABLE DE SE DEFENDRE ELLE-MEME CONTRE TOUS CEUX QUI MENACENT SA SECURITE ET QUI MASSACRENT SES CITOYENS?


DANS UN CONTEXTE FLOU ET DIGNE D’UN POKER MENTEUR, AUCUN ACCORD DE DEFENSE DIGNE DE CE NOM N’EST CONCRETEMENT POSSIBLE EN CE MOMENT EN RDC CAR POUR CE FAIRE LE CONGO-KINSHASA AURAIT BESOIN D’UN LEADERSHIP ET D’UN EXECUTIF POUVANT ASSUMER SES CHOIX DIPLOMATIQUES ET EN MATIERE DE DEFENSE NATIONALE.

CE N’EST PAS LE CAS DE L’ACTUEL GOUVERNEMENT CAR AU SEIN DE L’EXECUTIF KABILISTE, RIEN NE SE FAIT SANS LE BON VOULOIR DU « RAIS » QUI, EN CE QUI LE CONCERNE, EST CAPABLE DE PRENDRE 2 DECISIONS CONTRAIRES A LA FOIS SANS SE SOUCIER DE LA CONTRADICTION ET DE L’EXTRAVAGANCE DE CETTE DUPLICITE.

J’ai déjà eu l’occasion de dénoncer la dangerosité du « JONGLANGE DES ALLIANCES » CARACTERISTIQUE DE LA POLITIQUE SECURITAIRE KABILISTE DEPUIS PLUS DE 10 ANS.

Des lors, LA QUESTION DE LA DEFENSE NATIONALE, SI ELLE EST ANALYSEE EN DEHORS DE LA QUESTION DE LA GOUVERNANCE, NOUS AMENE A DES REPONSES SIMPLISTES, COMME CELLE « HUMANITAIRE » PROPOSEE DANS LES PAGES DU MONDE D’AUJOURD’ HUI.

IL Y A UN COTE VAGUEMENT HYPOCRITE DANS LES POSITIONS DE « CES BONNES VOLONTES » QUI LIMITENT LES PROBLEMES GRAVISSIMES DU CONGO A UN PROBLEME D’EFFICACITE DE LA MONUSCO. …

<BLOCKQUOTE>
De toute évidence, l’on veut éviter de crever l’abcès…

</BLOCKQUOTE>
LE BATEAU IVRE DELA RDC COULE ET ON VEUT FAIRE PORTER LA RESPONSABILITE DU NAUFRAGE AUX GARDES-COTES ?

<BLOCKQUOTE>



POSONS-NOUS, JUSQU AU FOND, LE PROBLEME DE LA MAUVAISE ET AUTOCRATIQUE GOUVERNANCE KABILISTE EN RDC ET DE SA LEGITIMITE.

</BLOCKQUOTE>


ELLE EST A LA BASE DE L’INCAPACITE DE LA RDC D’ASSUMER LA DEFENSE DE SON TERRITOIRE ET LA SECURITE DE SES CITOYENS EXPOSES AU BON VOULOIR DE N’IMPORTE QUELLE NEBULEUSE ARMEE PRETE A PRENDRE LES ARMES CONTRE LES CIVILS CONGOLAIS.

CURIEUSEMENT, TOUT LE MONDE ATTAQUE LA MONUSCO L’ACCUSANT DE NE PAS DEFENDRE MILITAIREMENT LE CONGO PRENANT PARTIE DANS UN CONFLIT QUE LES ACTUELLES « AUTORITES » CONGOLAISES PRESENTENT COMME UN PROBLEME CONGOLO-CONGOLAIS (C’EST-CE QUI RESSORT DES NEGOCIATIONS DE KAMPALA) ; AU MEME TEMPS ON OUBLIE EXPRESSEMENT LE PROBLEME DE L’INCAPACITE DU REGIME ACTUEL A GOUVERNER LE CONGO.

CURIEUSEMENT, MEME LES PRESIDENTS KAGAME ET MUSEVENI SE DONNENT ALLEGREMENT A CET EXERCICE DE MISE A L’INDEX DE LA MONUSCO, ALORS QUE LEURS PAYS SONT LES PREMIERS A TIRER DES DIVIDENDES ECONOMIQUES DE LA FAIBLESSE DE L’ETAT CONGOLAIS…NE VEULENT-ILS PAS, EN ATTAQUANT LA MONUSCO, CHERCHER UN BOUC EMISSAIRE FACILE ET PERENNISER LE « STATU QUO » EN RDC ?

Invoquer en continuation la responsabilité de la Monusco dans la déliquescence de l’Etat congolais, n’est-elle pas une manière pour ne pas poser le VRAI problème d’une Gouvernance Kabiliste CORROMPUE ET LIBERTICIDE ainsi que DEPENDANTE DES REGIMES RWANDAIS ET OUGANDAIS?

<BLOCKQUOTE>
Le peuple congolais ne sera plus traqué comme du bétail, massacré et obligé à l’errance sur son territoire quand il sera en mesure d’assurer sa sécurité, sans accords secrets avec des agresseurs ou bien des « mixages » de l’Armée Nationale avec des groupes armés coupable de crimes de guerre.

</BLOCKQUOTE>
Grand Merci, aux signataires de la Tribune du Journal le Monde pour avoir allumé des phares sur la crise congolaise, mais pour aider durablement le peuple congolais il faut aller au-delà des prises de positions « palliatives » pour poser un « diagnostique politique» plus approfondi :


l’ effleurer, au moins…


Eugène Diomi Ndongala





VOICI LE LIEN VERS LA « TRIBUNE » DU JOURNAL LE MONDE :

« Au Kivu, on viole et massacre dans le silence »


LE MONDE | 25.12.2012 à 14h16• Mis à jour le 25.12.2012 à 17h54Par Muhammad Ali, Yamina Benguigui, Jacques Chirac, Abdou Diouf, Valérie Trierweiler


http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/12/25/au-kivu-on-viole-et-massacre-dans-le-silence_1810191_3232.html



http://democratiechretienne.org/2012/12/25/la-tribune-du-journal-le-monde-sur-la-crise-humanitaire-en-rdc-encore-des-soins-palliatifs/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA TRIBUNE DU JOURNAL LE MONDE SUR LA CRISE HUMANITAIRE EN RDC: ENCORE DES SOINS PALLIATIFS

Message  NgongaEbeti le 26/12/2012, 8:08 am

Vous posez presque toutes les mauvaises questions et vous vous contredisez vous meme.

Les signataires et auteurs de cette lettre se focalisent sur l'ONU parce qu'elle est en face d'une violation de sa prpore loi qui interdit a un pays d'envahir un autre. Ca c'est de un. De deux, les auteurs de cette lettre connaissent tres bien la situation economique et militaire de la RDC et le fait que ce pays est attaque non pas seulement par le Rwanda mais surtout est une victime d'un complot international pillote par les elites economique minieres des USA et de l'Angleterre. Ce n'est pas contre le petit rwanda que le Congo a a faire mais plutot a tout un systeme economique mondial qui veut se servir a souhait de ses ressources.

Les problemes de "gouvernance" au Congo N'ONT RIEN A VOIR avec le fait que le Rwanda l'agresse. Soutenir une telle position aberrante est non seulement IRRESPONSABLE mais aussi une sorte de trahison car cela ressemble fort a une JUSTIFICATION de l'aggression continue des paisibles population congolaises. Cette position n'est qu'une forme d'opportunisme de la part d'une certaine opposition congolaise irresponsable qui ne trouve son compte que dans les malheurs et les difficultes du Congo. Cette opposition veut exploiter ce genocide de nos populations pour se faire prevaloir et pour obtenir le pouvoir pour lequel elle n'a meme pas de programme ou de strategie pour degager le Congo de ses difficultees actuelles.

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA TRIBUNE DU JOURNAL LE MONDE SUR LA CRISE HUMANITAIRE EN RDC: ENCORE DES SOINS PALLIATIFS

Message  KOTA le 26/12/2012, 3:15 pm

CHER NGONGA EBETI,



SI LA RDC N A PAS D ARMEE CAPABLE DE DEFENDRE SON TERRITOIRE FACE A UNE AGGRESSION;

SI LA POPULATION DE LA RDC EST DANS UN ETAT D ERRANCE DEPUIS DES ANNEES SUR SON TERRITOIRE A LA SUTE D UNE GUERRE DE BAISSE INTENSITE;

SI LES MILITAIRES CONGOLAIS FONT FACE EN CONTINUATION A DES TRAHISON INTERNE ET L EXTREME D UN CHEF D ETAT MAJOR QUI VEND LES ARMES ACHETEES POUR LES MILITAIRES AU FRONT - GRACE A L ARGENT DU CONTRIBUABLE CONGOALIS - A L ENNEMIS DANS L IMPUNITE LA PLUS TOTALE



TOUT CELA A COMME ORIGINE LA MAUVAISE GOUVERNANCE QUI REGNE EN RDC.

SI LA RDC A UNE DIPLOMATIE ILLISIBLE;

SI ELLE EST INCAPABLE D ETABLIR DES VRAIS ACCORDS DE DEFENSE MILITAIRE AVEC DES PUISSANCE QUI PUISSENT COMPENSE SES FAIBLESSES ET L AIDER EFFECTIVEMENT A BATIR UNE ARMEE EFFICACE;



TOUT CELA A COMME ORIGINE LE MANQUE DE LEADERSHIP ET L INCOMPETENCE CLEPTOCRATIQUE DE CEUX QUI SONT AU POUVOIR EN CE MOMENT.



EN CE QUI CONCERNE LE ROLE ET L ACTION DE L ONU, LA MONUSCO NE PEUT PAS COMBATTRE A LA PLACE DE L ARMEE CONGOLAISE: DANS TOUS LES PAYS DU MONDE OU LES NATIONS UNIS ON DEPLOYE LEURS HOMMES, LE ROLE FONDAMENTAL DE CES TROUPES EST "DISSUASIF" OU BIEN D ACCOMPAGNEMENT, D ASSISTANCE ET MEME CORRECTION DE L ACTION DE L ARMEE NATIONALE. CE ROLE EST POSSIBLE SEULEMENT SI L ARMEE NATIONALE FAIT SON TRAVAIL.

LA RESPONSABILITE DU FAIT QUE LA POPULATION CONGOLAISE EST ABANDONNEE A ELLE-MEME N EST PAS DE L ONU, MAIS DE L EXECUTIF EN PLACE, S IL Y A EN UN.

QU ON SE LE DISE

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA TRIBUNE DU JOURNAL LE MONDE SUR LA CRISE HUMANITAIRE EN RDC: ENCORE DES SOINS PALLIATIFS

Message  ndonzwau le 26/12/2012, 8:36 pm

"Au Kivu, on viole et massacre dans le silence"
LE MONDE | 25.12.2012 à 14h16 • Mis à jour le 25.12.2012 à 17h54
Par Muhammad Ali, Yamina Benguigui, Jacques Chirac, Abdou Diouf, Valérie Trierweiler

° http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/12/25/au-kivu-on-viole-et-massacre-dans-le-silence_1810191_3232.html
A l'est de la République démocratique du Congo (RDC), soit au coeur de l'Afrique, cette région est l'une des plus belles du monde. Autour d'un lac, des cultures montent en terrasses jusqu'au sommet des collines. Eau, soleil, terres fertiles, le Kivu aurait tout pour vivre heureux.
Hélas pour lui, son sous-sol regorge de matières premières. Principalement la cassitérite, un minerai dont on tire l'étain. Mais aussi le coltan, autre minerai recherché. Et bientôt le pétrole, qui vient d'être découvert. Attirées par ces richesses faciles, des bandes de mercenaires et de pillards de toutes sortes écument le territoire depuis des décennies et martyrisent les populations.

De temps en temps, des voix s'élèvent. De temps en temps, le calme revient. Et puis recommence le silence. Et reprennent les viols et les massacres. Pour tenter de limiter ces atrocités, l'ONU a envoyé sur place, en 1999, une force de paix qui compte aujourd'hui dix-sept mille soldats. Rappelons que ces dix-sept mille casques bleus y sont au nom de la communauté internationale, c'est-à-dire en notre nom.

Mais, faute d'application réelle de son mandat pour intervenir, ces dix-sept mille soldats regardent et constatent. L'horreur, ces derniers jours, a franchi un nouveau degré. Des escadrons, dont le groupe baptisé M23, font des incursions à Goma et sèment la terreur dans sa périphérie. Ils portent de beaux uniformes et brandissent des armes neuves.

D'où viennent-ils ? Ils ravagent et ils tuent. Et ils violent. Ils violent par centaines de milliers les femmes et les enfants pour terroriser la population. Ils violent pour détruire. Ils violent pour arracher à jamais les identités. Et les enfants qu'ils n'ont pas massacrés, ils les enrôlent de force.

Et, pendant ce temps-là, les dix-sept mille soldats de la Mission de l'ONU pour la stabilisation en RDC (Monusco) attendent une résolution du Conseil de sécurité qui leur permettrait d'agir. Connaissez-vous le Kivu ? Un drame s'y joue. En ce moment même. Avec déjà des millions de morts et d'autres millions de vies dévastées.

Un drame que la communauté internationale pourrait arrêter. A l'instant. Il lui suffirait de donner l'ordre aux dix-sept mille soldats de faire leur métier et de remplir leur mandat. Leur métier de soldat. Et leur mission de garantir la paix et la dignité de l'espèce humaine.

Signataires : Muhammad Ali, fondateur du Muhammad Ali Center ; Robert Badinter, ancien président du Conseil Constitutionnel ; Yamina Benguigui, ministre de la Francophonie ; Jacques Chirac, ancien Président de la République Française et président de la Fondation Jacques Chirac ; Rosario Dawson, comédienne ; Jonathan Demme, réalisateur ; Abdou Diouf, ancien Président de la République du Sénégal et Secrétaire Général de la Francophonie ; Eve Ensler, auteur et créatrice des V-Day ; Leymah Gbowee, prix Nobel de la paix 2011 ; Stéphane Hessel, ancien ambassadeur de France ; Angélique Kidjo, Chanteuse ; Claude Lanzmann, écrivain et réalisateur ; Federico Mayor, ancien directeur général de l'Unesco ; Denis Mukwege, gynécologue, prix des droits de l'Homme des Nations Unies ; Thandie Newton, comédienne; Erik Orsenna, écrivain, Atiq Rahimi, écrivain, Jean Christophe Ruffin, écrivain, Mahamat Saleh Haroun, réalisateur, Valérie Trierweiler, ambassadrice de la Fondation Danielle Mitterrandr


Nous ne pouvons pas nous plaindre légitimement de l'inaction de la Monusco à l'Est du pays et ne pas nous réjouir que des signataires célèbres élèvent la voix pour le dire tout haut ! Certes la responsabilité de nous Congolais, forces politiques de la majorité au pouvoir d'abord mais aussi les autres, Société Civile et population, est évidente dans la persistance de cette crise qui nous exige de compter d'abord sur nos propres actions responsables mais la CI et surtout l'Onu n'en a pas moins sa part !

Je ne mégoterai donc pas tel que je lis ci-dessus ma satisfaction à cette tribune ! Je suis allé même plus loin et j'ai déjà dit ici qu'il y'avait pour moi face à la guerre de l'Est, un crime international de non reconnaissance et de non assistance à ce peule en train d'être tué !
Elle se satisfait à peu de frais d'y avoir envoyé la plus populeuse force de l'Onu mais pas d'évaluer son échec (programmé!) à juguler la guerre; il suffirait pourtant d'adapter son mandat en rune réelle forces combattante contre les forces négatives !
Elle est restée fort indulgente envers Kagame avec son Rwanda (et Museveni avec son Ouganda) en raison de sa mauvaise conscience de n'avoir évité le génocide rwandais de 1994 et ainsi donné un permis de tuer, de piller et d'annexer les Kivu au Rwanda depuis 1996 alors qu'aucun Congolais n' y a été coupable; ce sont les Rwandais qui se sont entretués entre eux; exportant ainsi leur conflit ethnique séculaire au Congo !
La CI est aussi restée indifférente à un pouvoir faible, impuissant qu'il a installé depuis 2001 et maintenu depuis au Congo malgré son irresponsabilité criante, son incompétence notoire alors qu'elle avait, qu'elle a les moyens de le changer !

Voilà : cette tribune ne représentera peut-être pas un pas décisif dans le règlement du conflit de l'Est mais elle aura permis de briser quelque part le silence qui prévaut autour et pourquoi pas de pousser demain les vrais décisionnaires (Onu, Ue, Usa...) à bouger, à réagir utilement !


Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA TRIBUNE DU JOURNAL LE MONDE SUR LA CRISE HUMANITAIRE EN RDC: ENCORE DES SOINS PALLIATIFS

Message  KOTA le 27/12/2012, 9:30 pm

Tout a fait, Ndom, mais le pretendu cri du coeur ne suffit pas et elude les vrais problemes du Congo.

D ailleurs, pourquoi en Cote d Ivoire la Licorne francaise est bel et bien intervenue militairement alors que l ONUCI etait bel et bien presente?

Nous savons qu il y a une gue-guerre a lOnu entre Français et Americains a cause de la differente vision de la crise au Mali et en general sur les interets en Afrique, mais reduire tout a une rebelion et a linaction de la Monusco est foncierement hypocrite

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA TRIBUNE DU JOURNAL LE MONDE SUR LA CRISE HUMANITAIRE EN RDC: ENCORE DES SOINS PALLIATIFS

Message  ndonzwau le 6/1/2013, 9:01 pm

KOTA a écrit:Tout a fait, Ndom, mais le pretendu cri du coeur ne suffit pas et elude les vrais problemes du Congo.

D ailleurs, pourquoi en Cote d Ivoire la Licorne francaise est bel et bien intervenue militairement alors que l ONUCI etait bel et bien presente?

Nous savons qu il y a une gue-guerre a lOnu entre Français et Americains a cause de la differente vision de la crise au Mali et en general sur les interets en Afrique, mais reduire tout a une rebelion et a linaction de la Monusco est foncierement hypocrite
Mfumu Kota,

Il ne faut peut-être pas chercher à avoir le beurre et l'argent du beurre : le cri du coeur est d'abord le coeur indigné des personnes qui sont scandalisées par le silence international réel autour de ces massacres à ciel ouvert qui se perpétuent ! Et avec çà l'impuissance quasi programmée de la force qui est censée nous aider à les éteindre !

Que le problème soit plus complexe avec des démissions et autres culpabilités partagées même dans la puissante CI, c'est évident...
Mais dans un premier temps les signataires remettent utilement le problème sur la scène publique, ils ne plaident pas pour Kanambe et encore moins Kagame mais la cause de victimes et en le faisant ils attirent l'attention et interpellent tous les protagonistes, les pouvoirs internationaux et nationaux occidentaux et les organismes internationaux comme les pouvoirs de Kinshasa, de Kigali, de Kampala...; c'est déjà çà !
Souhaitons plutôt que leur cri soit mieux entendu par tous ceux-là et surtout à nous de notre côté d'étoffer et de multiplier les pressions...

Regardez ci-dessous comme un infiltré occidental du lobby tutsi, Duparquier s'époumone pour nous divertir; c'est que leur tribune a servi et servira peut-être à quelque chose !


"Viols au Kivu (RDC) : le M23 suscite une guerre de tribu(ne)s en France
° http://afrikarabia2.blogs.courrierinternational.com/archive/2012/12/31/viols-au-kivu-rdc-le-m23-suscite-une-guerre-de-tribu-ne-s-en.htmlViols au Kivu (RDC) : le M23 suscite une guerre de tribu(ne)s en France
Valérie Trierweiler, compagne du président Hollande, a apposé sa signature sur un texte du quotidien Le Monde accusant le M 23 de viols massifs commis en RDC, et l’ONU d’inertie coupable. L’écrivain Jean-François Dupaquier lui a répondu cinq jours plus tard dans les colonnes de Libération (consultable ici). Il s’en explique pour Afrikarabia.
Capture d’écran 2012-12-31 à 11.29.56.png-
Afrikarabia : Jean-François Dupaquier, qu’est-ce qui vous a choqué dans la tribune publiée le jour de Noël par Le Monde daté du 26 décembre 2012, tribune intitulée : « Au Kivu, on viole et massacre dans le silence, l'ONU doit remplir son mandat en RDC » ?(...)"

Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA TRIBUNE DU JOURNAL LE MONDE SUR LA CRISE HUMANITAIRE EN RDC: ENCORE DES SOINS PALLIATIFS

Message  Mathilde le 5/3/2014, 5:33 pm

Urgence humanitaire en RDC : le rapport choc de MSF !


Médecins Sans Frontières (MSF), organisation non gouvernementale internationale à but humanitaire, a publié, lundi 3 mars 2014 à Caritas Congo, son rapport sur la situation humanitaire choquante dans l’Est de la RD Congo. Intitulé « l’Urgence au quotidien : Souffrance silencieuse en RDC », ce document utilise les données médicales et les témoignages de patients et d’employés pour dévoiler la véritable nature de l’urgence médicale et humanitaire que vit la population congolaise, particulièrement dans les provinces de l’Est du pays touchées par le conflit. « Nous demandons une action immédiate afin de mettre un terme à la souffrance persistante de ces populations ! » a clamé Louise Roland-Gosselin, responsable Affaires humanitaires à MSF/RDC.


En effet, a-t-elle noté dans le rapport, des nombreuses personnes qui ont besoin d’aide humanitaire dans le pays n’y ont pas accès. «De nombreuses communautés sont privées de soins médicaux en raison de la précarité des infrastructures, des déplacements et du conflit, et les organisations humanitaires et l’Etat ne fournissent pas l’aide adéquate dans les zones rurales et touchées par le conflit», a indiqué Louise Roland-Gosselin soulignant notamment, la violence à l’encontre des civils, du personnel médical et des biens pendant que les prestataires de soins médicaux sont régulièrement forcés d’interrompre leurs activités, laissant des personnes privées de soins alors que leurs besoins à cet égard sont urgents.

Des chiffres qui donnent froid au dos


Suite à l’intervention armée des Nations-Unies et des FARDC dans la traque des rebelles du M23 l’année passée, MSF a fait noter que des millions de personnes vivant dans les zones de conflits ont été contraintes de quitter leurs maisons à cause des combats. En décembre 2013, précise-t-on, l’ONU estimait à 2,96 millions le nombre de déplacés internes, la majorité (environ 90%) se trouvant dans les provinces du Nord-Kivu, du Sud-Kivu, du Katanga et en Province Orientale. « Un grand nombre de personnes déplacées se trouve hors de portée de l’assistance humanitaire et vit dans des familles d’accueil ou se cache dans les forêts ou la brousse. Ces personnes luttent pour trouver de quoi manger et boire et bénéficient peu ou pas d’aide médicale ou humanitaire» a alerté la responsable de MSF.

Rappelant qu’en 2012 MSF a réalisé 14.768 interventions chirurgicales en RDC, Louise Roland-Gosselin a fait noter que son organisation a traité 4.037 cas de violences sexuelles la même année.


Dans le registre de causes de mortalité, une étude rétrospective menée par MSF en 2013 a révélé que le paludisme et la fièvre jaune étaient la principale cause de mortalité officielle parmi la population observée, soit une incidence cinq fois supérieure à celle des blessures liées à des violences. Les autres causes sont la diarrhée, le traumatisme (violent) intentionnel, les problèmes respiratoires, les complications liées à la grossesse (jusqu’à un mois après la naissance), le traumatisme (accidentel) non intentionnel, etc.

Par-dessus tout, MSF a fait observer une faible disponibilité de soins de santé dans les régions rurales et touchées par des conflits. Les pauvres sont exclus des soins de santé car généralement payants que ce soit dans les structures étatiques ou celles des ONG qui fonctionnent par recouvrement des coûts. « La vaste majorité gagne moins de 2$ par jour et seul 1 Congolais sur 4 vit à moins de 5 km d’une structure de santé »

Recommandations


Conscient des difficultés à travailler dans un environnement de crise prolongée et constamment en mouvement, MSF a appelé les organismes humanitaires internationaux et nationaux actifs en RDC à revoir en urgence leurs priorités opérationnelles afin de s’assurer que l’aide parvienne à ceux qui en ont le plus besoin. « Le principe directeur de l’aide humanitaire est toujours l’impartialité et ne doit répondre à aucun but politique ou de déstabilisation »

Appelant tous les acteurs armés à s’abstenir de toute agression à l’encontre de civils et de tout acte hostile ciblant le personnel et les infrastructures, MSF a exhorté à la suppression des barrières financières d’accès aux soins et à l’amélioration de la lutte contre les épidémies. «Arrêtez de faire payer les soins de santé aux patients vulnérables et faites plus pour prévenir et enrayer les épidémies ! » a-t-elle plaidé.

ONG dont le Bureau international siège à Genève, elle a été fondée par Bernard Kouchner en 1971. Elle a reçu, entre autres, distinctions et récompenses : le Prix Nobel de la paix, Prix Indira Gandhi de la Paix, du Désarmement et du Développement.

Tshieke Bukasa


Dernières infos


- See more at: http://changeincongo.com/index.php?option=com_content&view=article&id=519%3Aurgence-humanitaire-en-rdc--le-rapport-choc-de-msf-&catid=47%3Anos-realisations&Itemid=107#sthash.tWBr9H7V.dpuf

_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux


Revenir en haut Aller en bas

Re: LA TRIBUNE DU JOURNAL LE MONDE SUR LA CRISE HUMANITAIRE EN RDC: ENCORE DES SOINS PALLIATIFS

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 10:17 pm


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum