UN KATANGAIS REMPLACE UN AUTRE A LA BCC : LA RÉPUBLIQUE PRIVATISÉE PAR LE CLAN KATANGAIS !?!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

UN KATANGAIS REMPLACE UN AUTRE A LA BCC : LA RÉPUBLIQUE PRIVATISÉE PAR LE CLAN KATANGAIS !?!

Message  ndonzwau le 16/5/2013, 7:08 pm

Le PR, officiellement un fils du Katanga vient de nommer à la tête de la Banque Centrale du Congo (BCC), l’organe central de notre monnaie, Mr Deogratias Mutombo mwana Nyembo, un katangais en remplacement d’un autre, JC Musangu, qui y a régné pendant de longues 16 années avec des bonheurs divers et pas mal d’immobilisme !

Oh je n’ai rien contre les éventuelles qualités du nouveau pour mériter sa promotion, lui qui à 49 ans a fait toute sa carrière dans cette institution, mais simplement je me pose à cette occasion la question de la main-mise des Katangais, d’ailleurs officiellement ou de façon souterraine, sur les organes-clés de décision de la République !
Combien en trouve-t-on et avec quels mérites autres qu’être originaires du Katanga pour y figurer, dans l’Exécutif, présidence et gouvernement, le Législatif, la Justice, la haute administration, l’Armée, la Police, les Services de renseignement, les média nationales, les Entreprises publiques et parastatales même sans nous attarder sur les nombreuses et iniques passerelles entre l’économie privée et les détournements de la manne publique…
Même le Grand Chef Mobutu dans ses bonnes heures, celui dont pourtant ce pouvoir prétend s’éloigner dans l’esprit et les actes, n’a pas autant tribalisé la République, me semble-t-il !

Qu’importe, heureusement (ou malheureusement) je ne suis pas le seul à m’en soucier, d’autres depuis un moment l’ont analysé… En voici quelques exemples retrouvés ici-là !
Au-delà, qu’en pensez-vous ?


"LA RDCONGO EST-ELLE DEVENUE UN DOMAINE PRIVÉ DES KATANGAIS? OÙ EST LE SENS DE LA RÉPUBLIQUE ? ET POURQUOI DIALOGUER ? ...
Publié par oladaf Vendredi, 22 Février 2013

° http://oladaf.over-blog.com/article-la-rdcongo-est-elle-devenue-un-domaine-prive-des-katangais-ou-est-le-sens-de-la-republique-et-pourqu-115591835.html
Je le dis tout net et n'ayons pas peur de mots de dénoncer la folie tribale des katangais qui dominent et occupent presque tous les hauts postes dans l'armée, la police, les services de renseignements, les entreprises publiques et au gouvernement.
Je l'avais déjà observé et analysé,et là, je le constate aux dépens de tous non katangais. J'avoue que je suis furieux et je m'insurge fermement contre cette folie de domination des katangais comme si la RDCongo était devenue une républiquette des Katangais.(...)"


"RDC : le clan des Katangais
° http://www.jeuneafrique.com/Article/JA2681p070-072.xml0/
La plus méridionale des provinces congolaises, le Katanga, est le berceau de fortes personnalités, qui exercent une influence majeure sur la vie politique et économique de la RDC. Tour d'horizon.(...)"
° http://www.jeuneafrique.com/Articles/Dossier/JA2681p070-072.xml1/rd-congo-banque-rdc-jean-claude-masangu-mulongordc-jean-claude-masangu-mulongo-le-grand-argentier.html
° http://www.jeuneafrique.com/Articles/Dossier/JA2681p070-072.xml2/rd-congo-joseph-kabila-rdc-portraitrdc-henri-yav-mulang-l-esprit-d-entreprise-de-kabila.html
° http://www.jeuneafrique.com/Articles/Dossier/JA2681p070-072.xml3/rd-congo-football-moise-katumbi-rdcrdc-moise-katumbi-chapwe-la-tete-de-l-executif-katangais.html
° http://www.jeuneafrique.com/Articles/Dossier/JA2681p070-072.xml4/rd-congo-mines-rdc-patronatrdc-albert-yuma-mulimbi-le-sauveteur-de-la-gecamines.html
° http://www.jeuneafrique.com/Articles/Dossier/JA2681p070-072.xml5/media-rd-congo-avocat-rdcrdc-jean-claude-muyambo-kyassa-droits-et-revers.html
° http://www.jeuneafrique.com/Articles/Dossier/JA2681p070-072.xml6/rd-congo-election-ceni-rdcrdc-daniel-ngoy-mulunda-au-nom-du-pere-et-du-fils.html

"Sécurité : le clan des Katangais
° http://www.jeuneafrique.com/Articles/Dossier/ARTJAJA2612p020-027.xml3/securite-torture-droits-de-l-homme-joseph-kabilasecurite-le-clan-des-katangais.html
Chez Kabila, la hantise du complot remonte, bien sûr, à l’assassinat du père. Mais en mars 2007, après la sanglante bataille de Kinshasa contre la milice armée de Jean-Pierre Bemba, le régime a encore renforcé son appareil répressif.(...)"

"RDC: le système Kabila
° http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/rdc-le-systeme-kabila_927568.html
Qui détient la réalité du pouvoir à Kinshasa? Zoom sur une coterie dominée par les Katangais.(...)"

° http://afrikarabia.blogspirit.com/archive/2013/04/21/katanga-rdc-quand-l-etat-perd-le-controle.html
° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=2797

Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: UN KATANGAIS REMPLACE UN AUTRE A LA BCC : LA RÉPUBLIQUE PRIVATISÉE PAR LE CLAN KATANGAIS !?!

Message  ndonzwau le 17/5/2013, 3:10 pm

"Quand Kabila prend les commandes et installe des outsiders
confused confused Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes confused confused
° http://blog.lesoir.be/colette-braeckman/2013/05/16/quand-kabila-prend-les-commandes-et-installe-des-outsiders/
Après la disparition d’Augustin Katumba Mwanke, député de Pweto et conseiller du président Joseph Désiré Kabila, l’opinion congolaise s’est longtemps demandé qui allait remplacer cet homme qui, en dépit de sa discrétion, était considéré comme le « deus ex machina » du régime. Quatorze mois plus tard, une seule conclusion s’impose : le chef de l’Etat a lui-même pris les commandes, imposé des hommes en lesquels il a confiance au risque d’indisposer des personnalités qui faisaient partie de sa « garde rapprochée ».
Le premier exemple est celui du Premier ministre en exercice, Augustin Matata Mponyo, qui vient de fêter le premier anniversaire de sa nomination. Malgré de réelles avancées sur le plan économique (la maîtrise de l’inflation, le versement par voie bancaire des traitements des agents de l’Etat, une croissance évaluée à 7% ) ce technocrate non élu mais félicité par les institutions internationales n’a échappé à la motion de censure déposée par un député de l’opposition que grâce à l’appui du chef de l’Etat. Et cela contre le véritable inspirateur de la manœuvre, le député Evariste Boshab, ancien président de l’Assemblée et membre éminent de la majorité présidentielle ! Les observateurs estiment que si le chef de l’Etat soutient Matata, un homme qui dérange cependant son entourage et sa famille, c’est parce que le Premier Ministre lui permettra, lors des prochaines échéances électorales, de présenter un réel bilan sur le plan économique. Peu au fait du langage diplomatique, Matata prend cependant des risques en se livrant à des attaques virulentes contre le Rwanda, exprimant tout haut les sentiments de ses compatriotes mais sans tenir compte des réalités de la géopolitique et des rapports de force.
La nomination du nouveau gouverneur de la Banque nationale, M. Déogratias Mutombo Mwana Nyembo, représente une autre surprise : ce haut cadre de la Banque centrale du Congo, jadis directeur des opérations, est considéré comme un technicien de haut vol, qui a fait ses classes « dans la maison » . Il remplace le Katangais Jean-Claude Masangu, en fonctions depuis l’arrivée au pouvoir, en 1997, de Laurent-Désiré Kabila. Laissant un franc congolais stable, ayant lancé la « dédollarisation » d’une économie longtemps assujettie au billet vert, installé les distributeurs automatiques et le « mobile banking », Masangu peut partir la tête haute, même s’il lui sera reproché d’avoir autorisé des sorties de devises peu orthodoxes, pour cause de guerre ou d’impératifs politiques comme le financement de la dernière campagne électorale. La départ de Masangu, qui n’a pas obtenu en échange le poste de Premier Ministre, représente aussi un « revers » pour le clan des Katangais, longtemps considéré comme la base de pouvoir du chef de l’Etat.
A cet égard, le remplacement du pasteur Ngoy Mulunda à la tête de la CENI (Commission électorale nationale indépendante) ouvrira une autre brèche dans les rangs de la garde rapprochée. Celui qui fut longtemps conseiller personnel du président a, malgré ses réelles qualités d’organisateur, été rendu responsable des irrégularités relevées lors des élections de 2011et il devra céder la place à une autre personnalité choisie par les confessions religieuses. Aux dernières nouvelles, c’est l’abbé Malu Malu qui pourrait reprendre du service : proche de Pierre Lumbi, le conseiller du président en matière de sécurité, l’abbé est sans doute l’un des meilleurs experts africains en matière électorale. Le soutien de son supérieur hiérarchique, en l’occurrence l’évêque de Butembo, devrait lui permettre de dépasser les obstacles dressés par l’establishment catholique, qui estime qu’un prêtre ne doit pas faire de politique (alors que l’archevêque de Kinshasa, Mgr Monsengwo, ne s’en est jamais privé, depuis l’époque de Mobutu où il dirigeait la conférence nationale souveraine…)
Le seul domaine dans lequel la volonté de changement du chef de l’Etat semble patiner est celui du secteur de sécurité : la réforme de l’armée traîne, des officiers notoirement corrompus, incompétents ou d’une loyauté douteuse sont toujours en poste, les nouveaux recrutements marquent le pas. Cependant il y a urgence, car la force africaine d’intervention, censée ramener la paix à l’Est, ne dispose que d’un mandat d’un an tandis que la mission européenne Eusec pliera bagages en 2014. Il est vrai que s’il y a urgence, il y a aussi danger : les officiers en passe d’être suspendus disposent d’un véritable pouvoir de nuisance et pourraient alimenter des milices armées. Au Katanga, le général John Numbi, cité dans l’assassinat de Floribert Chebeya, a été accusé de soutenir les miliciens Kata Katanga, qui s’étaient brièvement emparés de Lubumbashi !"
Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: UN KATANGAIS REMPLACE UN AUTRE A LA BCC : LA RÉPUBLIQUE PRIVATISÉE PAR LE CLAN KATANGAIS !?!

Message  Hiro-Hito le 17/5/2013, 5:12 pm

Je n'ai pas encore lu le sujet encore moins les liens, mais il me semble q Masangu ne voulait pas etre a la tete de la Banque qd Mzee est venu, il a mm propose d'autre candidat competent, mais c'etait a cause de ses capacites qu'on a du le convaincre de prendre la tete de la Banque. Donc qu'il soit remplacer par un autre Katangais, je n'aurai aucun probleme avec jusqu'a ce que je comprenne les motivations du deuxieme choix. Bon il peut aussi se faire q le premier choix, celui de Mzee etait base sur le fait qu'il soit originaire du Katanga, mais il ne faut pas ignorer non plus ses capacites.

_________________
Cooperation only lasts as long as the status quo is unchanged (National Treasure)

I demand respect, if I can't get it, I'll take it

et que celui qui n'a pas d'épée vende son vêtement et achète une épée. Luc 22:36

Hiro-Hito
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: UN KATANGAIS REMPLACE UN AUTRE A LA BCC : LA RÉPUBLIQUE PRIVATISÉE PAR LE CLAN KATANGAIS !?!

Message  Congomoko le 17/5/2013, 6:31 pm

Hiro-Hito a écrit: Je n'ai pas encore lu le sujet encore moins les liens, mais il me semble q Masangu ne voulait pas etre a la tete de la Banque qd Mzee est venu, il a mm propose d'autre candidat competent, mais c'etait a cause de ses capacites qu'on a du le convaincre de prendre la tete de la Banque. Donc qu'il soit remplacer par un autre Katangais, je n'aurai aucun probleme avec jusqu'a ce que je comprenne les motivations du deuxieme choix. Bon il peut aussi se faire q le premier choix, celui de Mzee etait base sur le fait qu'il soit originaire du Katanga, mais il ne faut pas ignorer non plus ses capacites.

Bravo HH dans cette affaire seule la compétence doit primer, le gouv. de la banque qu'il soit du Katanga ou du Bas Congo ne change rien à l'affaire.
les Congolais nous tribalisons trop nos affaires politiques, on le voit avec l'UDPS ou l'on nous parle des Baluba, l'UNC de Kamerhe n'a pas échappé avec l'affaire Bertrand Ewanga et Bitakwira, ou Mayo et Kambale(deputé et membre du directoire) on dit maintenant que l'UNC est une affaire de bana Kivu, et Kambale lui même l'a justifié en disant que Kabila a ses Katangais, Tshisekedi ses luba-kasai, et c'est normal qu'à l'UNC dont l'aire géo-stratégique est le Kivu doit avoir sa domination les bana Kivu.

Franchement on ne sortira pas de l'auberge avec des telles assertions.

Revenir en haut Aller en bas

Re: UN KATANGAIS REMPLACE UN AUTRE A LA BCC : LA RÉPUBLIQUE PRIVATISÉE PAR LE CLAN KATANGAIS !?!

Message  ndonzwau le 17/5/2013, 8:13 pm

Congomoko a écrit:
Hiro-Hito a écrit: Je n'ai pas encore lu le sujet encore moins les liens, mais il me semble q Masangu ne voulait pas etre a la tete de la Banque qd Mzee est venu, il a mm propose d'autre candidat competent, mais c'etait a cause de ses capacites qu'on a du le convaincre de prendre la tete de la Banque. Donc qu'il soit remplacer par un autre Katangais, je n'aurai aucun probleme avec jusqu'a ce que je comprenne les motivations du deuxieme choix. Bon il peut aussi se faire q le premier choix, celui de Mzee etait base sur le fait qu'il soit originaire du Katanga, mais il ne faut pas ignorer non plus ses capacites.

Bravo HH dans cette affaire seule la compétence doit primer, le gouv. de la banque qu'il soit du Katanga ou du Bas Congo ne change rien à l'affaire.
les Congolais nous tribalisons trop nos affaires politiques, on le voit avec l'UDPS ou l'on nous parle des Baluba, l'UNC de Kamerhe n'a pas échappé avec l'affaire Bertrand Ewanga et Bitakwira, ou Mayo et Kambale(deputé et membre du directoire) on dit maintenant que l'UNC est une affaire de bana Kivu, et Kambale lui même l'a justifié en disant que Kabila a ses Katangais, Tshisekedi ses luba-kasai, et c'est normal qu'à l'UNC dont l'aire géo-stratégique est le Kivu doit avoir sa domination les bana Kivu.

Franchement on ne sortira pas de l'auberge avec des telles assertions.
Attention quand-même : non seulement les bons sentiments ne font pas toujours une bonne politique mais ils peuvent parfois défendre des mauvaises causes !!!
Qui d'entre les Congolais prétendrait d'ailleurs en avoir le monopole ? Même ceux des nôtres qui nous ont amené (ou nous y amènent) dans le fossé, croyez-vous vraiment qu'ils en ont tous manqué (ou en manquent tous) ?

Qui tribalisent le débat ? Ceux qui le constatent ou ceux qui le pratiquent ?
Le clan des Katangais qui chapeaute Kanambe, ce n'est quand même pas mon invention; n'avez-vous pas lu ? C'est à vite oublier une des raisons principales de l'échec de Mobutu, à juste titre honni de tous !
Le "clan des Katangais" ne vous inquiète pas; moi un peu; je n'en fais ni un paradigme expliquant tout ni la première priorité mais permettez-le moi !!!

Un mot sur la BCC !
D'abord j'ai dit ceci :
ndonzwau a écrit:"(...)Oh je n’ai rien contre les éventuelles qualités du nouveau pour mériter sa promotion, lui qui à 49 ans a fait toute sa carrière dans cette institution, mais simplement je me pose à cette occasion la question de la main-mise des Katangais, d’ailleurs officiellement ou de façon souterraine, sur les organes-clés de décision de la République ! (...)"
Perso, je n'ai rien particulièrement contre Masangu et son remplaçant sauf que le premier a fait 16 ans (dont au moins quelques unes de trop), sauf que pour les deux, il y'avait autant sinon mieux à côté et qu'ils ont été choisi parce que ou aussi du Katanga....

Ensuite renseignez-vous comment ça se passe à la BCC, vous serez peut-être moins enthousiastes à les défendre !

Enfin, renseignez-vous par exemple quelles divergences "doctrinales" il y'a entre un Matata,, lui aussi "économiste" et aujourd'hui gestionnaire du pays et un Masangu ! Je ne suis pas qualifié pour les expliquer ni pour les justifier mais elles existent bel et bien ! Il n'y a donc pas que les capacités même si (ou surtout lorsque) les IFI lui accordent un satisfecit...

Faites-moi confiance ou tout votre droit et votre jugement de ne pas me la faire : chacun de nous a légitimement son opinion (différente) sur ceci cela et j'ai sans doute tort ici-là mais pas faute de ne savoir de quoi je parle, pas faute de fonder mes avis sur des(mes) analyses et des(mes) convictions qui sont, croyez-moi (ou pas d'ailleurs), à mille lieues de quelque tribalisme, d'un intérêt régionaliste !
Je ne me retrouve jamais délibérément à parler en l'air ou à défendre tel camp pour coterie quelconque... Dans tous les cas voilà comment j'aurais voulu fonctionner, sanctionnez-moi avec arguments crédibles au premier accroc, je serai le premier à me repentir ! Que celui qui n'a jamais péché...

Compatriotiquement!


Dernière édition par ndonzwau le 18/5/2013, 5:24 am, édité 5 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: UN KATANGAIS REMPLACE UN AUTRE A LA BCC : LA RÉPUBLIQUE PRIVATISÉE PAR LE CLAN KATANGAIS !?!

Message  mongo elombe le 17/5/2013, 9:32 pm

Lui où un autre ça change quoi dans la vie du citoyen lambda rien, le franc congolais monnaie locale qui ne sort pas de la RDC donc quand on nous parle de croissance etc etc quel intérêt??? Il va bouffer comme l'autre et la vie continue.

Revenir en haut Aller en bas

Re: UN KATANGAIS REMPLACE UN AUTRE A LA BCC : LA RÉPUBLIQUE PRIVATISÉE PAR LE CLAN KATANGAIS !?!

Message  Arafat le 18/5/2013, 12:32 am

Hiro-Hito a écrit: Je n'ai pas encore lu le sujet encore moins les liens, mais il me semble q Masangu ne voulait pas etre a la tete de la Banque qd Mzee est venu, il a mm propose d'autre candidat competent, mais c'etait a cause de ses capacites qu'on a du le convaincre de prendre la tete de la Banque. Donc qu'il soit remplacer par un autre Katangais, je n'aurai aucun probleme avec jusqu'a ce que je comprenne les motivations du deuxieme choix. Bon il peut aussi se faire q le premier choix, celui de Mzee etait base sur le fait qu'il soit originaire du Katanga, mais il ne faut pas ignorer non plus ses capacites.
Masangu a été très compétent, je pense que son éviction est d´ordre politique, cela est dû au fait que son nom fût cité (ainsi que le général Numbi) lors des derniers troubles qui eurent lieu à Lubumbashi.

Revenir en haut Aller en bas

Re: UN KATANGAIS REMPLACE UN AUTRE A LA BCC : LA RÉPUBLIQUE PRIVATISÉE PAR LE CLAN KATANGAIS !?!

Message  ndonzwau le 18/5/2013, 1:16 am

Arafat a écrit:
Hiro-Hito a écrit: Je n'ai pas encore lu le sujet encore moins les liens, mais il me semble q Masangu ne voulait pas etre a la tete de la Banque qd Mzee est venu, il a mm propose d'autre candidat competent, mais c'etait a cause de ses capacites qu'on a du le convaincre de prendre la tete de la Banque. Donc qu'il soit remplacer par un autre Katangais, je n'aurai aucun probleme avec jusqu'a ce que je comprenne les motivations du deuxieme choix. Bon il peut aussi se faire q le premier choix, celui de Mzee etait base sur le fait qu'il soit originaire du Katanga, mais il ne faut pas ignorer non plus ses capacites.
Masangu a été très compétent, je pense que son éviction est d´ordre politique, cela est dû au fait que son nom fût cité (ainsi que le général Numbi) lors des derniers troubles qui eurent lieu à Lubumbashi.
Peut-être aussi, AA; mais à 16 ans de présence c'était suffisant même pour lui-même : il en avait manifesté la nécessité depuis un moment !

Question capacité, il n'en manque pas mais il n'est pas le seul et c'est bien Zairo-Congolais d'introniser sur bases des bruits entendus de tous ! Et moi j'aime bien aller aux sources et puis il est d'abord le bon élève des Bretton Wood's... Ce n'est pas rien mais ce n'est pas tout !
Sinon sur ses capacités comme ses méthodes de règne, j'ai de très bonnes et proches sources; ce n'est pas toujours ce qu'on chante partout !
Rien n'est aussi simple !

La vérité de son départ, les BCC's boys disent que Masangu ambitionnait et ambitionne de quitter les coulisses et pourquoi pas pour PM, surtout après la disparition de son "frère" Katumba ! Renseignez-vous ! Ci-dessus Braeckman l'affirme d'ailleurs ouvertement !

Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: UN KATANGAIS REMPLACE UN AUTRE A LA BCC : LA RÉPUBLIQUE PRIVATISÉE PAR LE CLAN KATANGAIS !?!

Message  Mathilde le 18/5/2013, 12:34 pm

CONGOMIKILI.COMCela fait 16ans maintenant que monsieur Jean CLAUDE Masangu est président de la banque central du Congo. Aujourd’hui il est remplacé et il ne gouvernera plus la banque centrale du Congo. Les congolais dressent un bilan sur ses 16 ans a la tête de la banque centrale. Na temps suivez !



_________________

L'Amitié,ce n'est pas d’être avec les amis quand ils ont raison,c'est d’être avec eux même quand ils ont tort..." André Malraux

https://www.youtube.com/watch?v=1j32A3Fy8rA&feature=youtu.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: UN KATANGAIS REMPLACE UN AUTRE A LA BCC : LA RÉPUBLIQUE PRIVATISÉE PAR LE CLAN KATANGAIS !?!

Message  regarder et bien voir le 19/5/2013, 11:06 pm

Congomoko a écrit:
Hiro-Hito a écrit: Je n'ai pas encore lu le sujet encore moins les liens, mais il me semble q Masangu ne voulait pas etre a la tete de la Banque qd Mzee est venu, il a mm propose d'autre candidat competent, mais c'etait a cause de ses capacites qu'on a du le convaincre de prendre la tete de la Banque. Donc qu'il soit remplacer par un autre Katangais, je n'aurai aucun probleme avec jusqu'a ce que je comprenne les motivations du deuxieme choix. Bon il peut aussi se faire q le premier choix, celui de Mzee etait base sur le fait qu'il soit originaire du Katanga, mais il ne faut pas ignorer non plus ses capacites.

Bravo HH dans cette affaire seule la compétence doit primer, le gouv. de la banque qu'il soit du Katanga ou du Bas Congo ne change rien à l'affaire.
les Congolais nous tribalisons trop nos affaires politiques, on le voit avec l'UDPS ou l'on nous parle des Baluba, l'UNC de Kamerhe n'a pas échappé avec l'affaire Bertrand Ewanga et Bitakwira, ou Mayo et Kambale(deputé et membre du directoire) on dit maintenant que l'UNC est une affaire de bana Kivu, et Kambale lui même l'a justifié en disant que Kabila a ses Katangais, Tshisekedi ses luba-kasai, et c'est normal qu'à l'UNC dont l'aire géo-stratégique est le Kivu doit avoir sa domination les bana Kivu.

Franchement on ne sortira pas de l'auberge avec des telles assertions.

Mr Congomoko, ce n'est pas le fait de nier que le tribalisme existe au Congo, que les choses vont s'arranger. Moi je crois plutot a` la franchise, c'est dire les choses en face, en reglant les maux qui rongent notre societe' tribalisme y compris, en se remediant et changer de parcours. C'est en ce moment que la RDC avancera. Mais s'il faudra faire semblant de certaines realites', comment serons nous guerris, rappelle toi que la RDC n'a pas encore obtenu son statut comme Etat reellement libre, et pour y arriver il nous faut des prealables comme se debarasser du tribalisme aile congolais.

Tout le monde sait que le tribalisme regne en RDC, la seule difference est que moi, ca ne me dit absolument rien. Je prefere voir quelqu'un responsabilise' dans l'appareil de l'Etat et bien faire son travail, et c'est tout. Meme si vous pouvez me dire que le remplancant de Masangu c'est suite a` sa competence, mais ca n'exclut pas le fait qu'il y a le tribalisme en RDC

Au fait, le tribalisme marche en parallel avec une autre theorie, celle du "noyau d'un peuple", partout il y a toujours un clan(des clans), une famille(des familles) qui detiennent des responsabilites clef du pays. En Occident au lieu des clans, familles, il y a la nouvelle famille des inities dans des sectes occultes, dans "des maisons" ou autres "fraternites". Donc la theorie derriere reste la meme. La seule difference avec le tribalisme est que eux ont uniquement certaines hautes responsabilites', savent ou` se meler et s'occupent de certaines influences, leur motto c'est d'imposer l'ordre pour avancer le pays dans une direction mais laissant d'autres choses au reste du peuple. Mais dans le tribalisme a` la RDC c'est terre a` terre, c'est ya kimona meso comme dans le premier gouvernement de Gizenga apres le 1+4, on ne sait meme pas comment camoufler cette preference comme font les Occidentaux. Pour revenir dans ma conviction, aussi longtemps que "les tribalistes" peuvent travailler et faire quelque chose pour le bien de tous, moi ca ne me dit absolument rien, car meme en Occident ce n'est pas tout le monde qui dirige malgre' la democratie de facade.

Revenir en haut Aller en bas

Re: UN KATANGAIS REMPLACE UN AUTRE A LA BCC : LA RÉPUBLIQUE PRIVATISÉE PAR LE CLAN KATANGAIS !?!

Message  ndonzwau le 20/5/2013, 8:07 pm

"Succession politico-tribale à la Banque centrale du Congo
° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=8009
C’est un Mulubakat (Muluba du Nord Katanga) nommé Déogracias Mutombo Mwana Nyembo qui est désigné par «Joseph Kabila» pour succéder à Jean-Claude Masangu Mulongo, un autre Mulubakat. Inconnu du grand public jusqu’à sa nomination, le nouveau «Gouv» est «salué» par un seul mot : «Favoritisme». Au motif que ce sont ses origines - et non pas ses compétences éprouvées à l’issu d’une «sélection» - qui l’ont propulsé à ce poste de premier plan. Le pacte secret conclu entre «Joseph Kabila» et la communauté des Baluba du Nord Katanga vient une fois de plus démontrer son "efficacité". Notons que le gouvernement Matata compte 8 ministres natifs du Katanga sur 36. Et ce au mépris de la "représentativité nationale". Quid de la cohésion nationale?

Dans ce Congo-Zaïre où la nomination à un poste en vue est accueillie, à tort, par les parents et amis de «l’élu», comme un privilège et non comme un service à rendre à la collectivité, c’est par des «youyous» que des «mamans» de la BCC ont accueilli la nomination de Déogracias Mutombo Mwana Nyembo au poste de gouverneur de la Banque centrale du Congo. C’était le mardi 14 mai. A en croire des témoins, le cérémonial n’avait rien à envier à l’entrée de Jésus Christ à Jérusalem. Des pagnes furent déployés sous les pieds du nouveau patron de la BCC.
Lors de la cérémonie de remise-reprise, le gouverneur entrant et le sortant ont rivalisé en «compliments» et autres assauts de civilité. S’adressant à son prédécesseur, Mutombo a déclaré notamment qu’il entend recourir aux «services» de celui-ci «où qu’il soit». Jean Claude Masangu a souhaité «bonne chance» à son successeur en le prévenant que la réussite de son mandat dépendra de sa «détermination, et du degré d’indépendance» dont il fera preuve. «Je reste à votre entière disposition comme l’ont été mes prédécesseurs » dira, en conclusion, le désormais ancien gouverneur de la BCC. Conformément aux dispositions légales, ce dernier a droit à une année de l’intégralité de son traitement sauf s’il obtient une nouvelle nomination dans la fonction publique. Masangu peut donc voir venir au cours des douze prochains mois. Exit donc JC Masangu dont le mandat a été le plus long (16 ans) dans l’histoire de cette institution.

Qui est Déogracias Mutombo Mwana Nyembo ?
«C’est assez symptomatique de constater en ce troisième millénaire, que le Congo démocratique fasse appel à un simple licencié en sciences économiques pour occuper un poste aussi névralgique, commente un analyste financier joint au téléphone à Kinshasa. Aujourd’hui, le patron d’une banque nationale doit être au minimum titulaire d’un doctorat en économie avec une spécialisation en matière monétaire et auteur de plusieurs publications». Né en 1964 à Kongolo, province du Katanga, Mutombo Mwana Nyembo est détenteur d’une licence en «économie pure» de l’Université de Kinshasa. C’est en 1991 qu’il entame sa carrière professionnelle à la Banque centrale du Congo au poste de chef de bureau à la direction de change. Il exercera par la suite les fonctions suivantes : chef de bureau principal, directeur adjoint chargé des opérations de change, chef de service adjoint et chef de service. Deux ans plus tard, il devient le responsable adjoint de la direction de la comptabilité. En 2008, Deogratias Mutombo est nommé responsable de la direction du "service étranger". C’est depuis septembre 2012 qu’il occupe le poste de directeur des opérations bancaires et des marchés. Poste qui lui a servi de tremplin pour devenir le «boss».
Quelles sont ses «forces» ?
«Sa force tient uniquement à ses origines katangaises», lance, sur un ton cruel, un ancien haut fonctionnaire de la BCC. Selon des sources, le «parrain» du nouveau gouverneur ne serait autre que l’ancien gouverneur de la Banque du Zaïre (BCC), l’imposant Jean Gualbert Nyembo Shabani, un notable lubakat. Pour notre interlocuteur, cette nomination est purement «politico-tribale». Et d’ajouter : «Le favoritisme est devenu un véritable cancer non seulement pour le Congo tout entier mais aussi pour la BCC».
Selon d’autres sources proches de la BCC, il semble bien que Mutombo n’était nullement «en ordre utile» pour succéder à Masangu. Au-dessus de lui, il y avait des personnalités de loin plus «gradées». «Dans l’organigramme de la Banque centrale du Congo, commente un fonctionnaire, Déo Mutombo était subordonné non seulement au directeur général de la politique monétaire Jean Louis Kayembe wa Kayembe mais surtout au vice-gouverneur Jules Bondombe». «Comment expliquer qu’un simple directeur saute toutes ces étapes pour devenir gouverneur de la Banque centrale en l’absence d’une sélection des candidatures?» A en croire certaines «mauvaises langues», Mutombo n’était qu’un «caissier» dont le rôle se limitait «à effectuer des paiements au profit des barons du régime».
Quelles sont ses faiblesses ?
Il est assez difficile de trouver un agent de la BCC prêt à parier le moindre franc congolais sur les chances de réussite de leur nouveau patron. « Le nouveau gouverneur est un analphabète en matière monétaire», lance un journaliste économique joint à Kinshasa. Procès d’intention ? Le confrère s’en défend en soulignant que Mutombo «n’a jamais étudié ou travaillé sur les questions de politique monétaire et des relations internationales lesquelles constituent le cœur du travail de la Banque centrale». Selon cet interlocuteur, le nouveau promu doit ses promotions successives aux gouverneurs de la BCC d’origine katangaise. C’est le cas de Nyembo Shabani (son oncle) et de JC Masangu. Des voix s’élèvent aussitôt pour qualifier le nouveau « Gouv » de «pistonné». Selon les nombreux avis recueillis auprès de la BCC, «la nomination de Deo Mutombo éloigne tout espoir de renouveau à la BCC».


Le pacte «Joseph Kabila »-Balubakat
Entre «Joseph Kabila» et les Baluba du Katanga, c’est une longue histoire faite de connivence digne de ces pactes que seuls les mafiosi ont le secret. Né et grandi à l’étranger, «Joseph» a, pour la première fois, foulé le sol du pays qui s’appelait encore Zaïre en octobre 1996. C’était à l’occasion de la guerre de l’AFDL (Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo-Zaïre). C’est à partir du mois de mars 1997 que l’opinion nationale a entendu parler pour la première fois de l’existence d’un fils de LD Kabila prénommé
«Joseph». C’était lors de la prise de Kisangani par l’AFDL. Pour la petite histoire, LD Kabila appartient à l’ethnie Luba du Katanga par son père et Lunda ou Karund par sa mère. A Kisangani, des témoins assurent que «Joseph» se présentait comme étant le «commandant Hyppolite» ou «Hyppo». Il ne
«baragouinait» pas un seul mot de français. Pire, son swahili était "compliqué" par rapport au swahili local. Des faits qui ont poussé certains à mettre en doute sa filiation.

Après la prise du pouvoir par l’AFDL le 17 mai 1997, «Joseph» n’a jamais été présenté officiellement par LD Kabila comme son fils. Reste qu’il va assumer de hautes fonctions dans l’armée jusqu’à la mort mystérieuse de Mzee le 16 janvier 2001. Dès le lendemain, «Joseph» est désigné pour assurer la succession. Les Balubakats qui avaient damé les pions aux Tutsi ont compris ce qu’ils pouvaient gagner en offrant à cet «Ovni politique» non seulement un fief, le Katanga, mais aussi une certaine assise sociale. Le pouvoir d’Etat pourrait ainsi rester dans le giron lubakat.
C’est à la fin du mois de janvier 2005, à une année de l’élection présidentielle de 2006, que les Balubakat ont lancé leur "offensive" d’adoubement de "Joseph". Une manifestation est organisée dans la salle du Cinépolis à Kinshasa. Une dizaine de groupes folkloriques venus du Katanga ont animé la rencontre. Célestin Kabuya Lumuna Sando a, à cette occasion, clamé haut et fort l’«appartenance katangaise» de «Joseph Kabila». Pour que personne ne l’ignore, le professeur Kabuya a brandi l’arbre généalogique «attestant» ses dires. Fin février 2005, le Grand chef coutumier des Balubakat, Kasongo Nyembo, prend le relais en déclarant ces mots, après une audience auprès du vice-président de la République Abdoulaye Yerodia Ndombasi : «Le président Joseph Kabila est un Muluba du Katanga. Il est issu du clan Kabila. Ainsi sa nationalité ne peut faire l’objet d’un doute quelconque». «Le Grand chef coutumier Kasongo Nyembo, fort de sa conviction que le président Joseph Kabila est un Mulubakat incontestable, a promis au nom de tous les Balubakat le soutien au chef de l’Etat (…) », écrivait MMC, la branche rédactionnelle du site Digitalcongo.net, propriété de Jaynet Kabila. En octobre 2006, «Joseph» est «élu» président de la république face à Jean-Pierre Bemba Gombo.

Le 28 novembre 2011, l’homme sort à nouveau «victorieux» face à Etienne Tshisekedi wa Mulumba. Le clan kabiliste s’arroge la majorité de sièges à l’Assemblée nationale. Les observateurs tant nationaux qu’internationaux dénoncent la tricherie et la fraude. Un homme était aux manettes à la Commission électorale nationale indépendante. Son nom : Daniel Mulunda Ngoy Nyanga. Attaqué de toutes parts, celui-ci s’est senti «lâché» par le «raïs» en dépit des «services rendus». Le 6 février dernier, Mulunda réunit des notables balubakat au bâtiment du 30 juin à Lubumbashi. Parlant en kiluba, il fustigea «l’ingratitude» du «président élu» qu’il accuse de n’avoir rien fait pour le Katanga en général et la partie boréale en particulier.
Informé par quelques participants, le président de l’association socio-culturelle «Buluba-I-Bukata» - laquelle regroupe les Balubakat -, Nday Ngoy Matembo, s’est empressé, de tancer Mulunda. Dans une lettre datée du 8 février 2013, il note : «(…), vous êtes un digne fils Luba, vous avez travaillé (…) pour conserver en famille le pouvoir suprême que Mzee Laurent-Désiré a conquis et légué à son fils biologique Joseph Kabila Kabange. (…), vous avez conduit le processus électoral à bon port en dépit de nombreuses difficultés rencontrées à la grande satisfaction de notre communauté de Buluba-i-Bukata à qui vous avez évité l’humiliation grâce à l’élection de Joseph Kabila Kabange. Le peuple luba tout entier vous restera à jamais reconnaissant.» Il tempête : «Le président Kabila est pour notre communauté une mine d’or très précieuse que nous devons tous protéger quelles que soient ses erreurs». Sans commentaires.

L’héritage de Masangu
Dans son bulletin daté du 6 mai dernier, l’Agence congolaise de presse publie un commentaire panégyrique sur les seize années de Masangu Mulongo à la tête de la BCC. L’ACP note que lors de sa nomination en mai 1997, Masangu a trouvé la Banque centrale «très malade». Question : dans quel état laisse-t-il l’institution d’émission ? L’ACP de répondre : «La République Démocratique du Congo est fière d’avoir une Banque nationale digne de son nom, réorganisée et restructurée, bien équipée et répondant aux standards internationaux». «En effet, en 2012, poursuit-elle, le pays a enregistré un taux de croissance de 7,2 %, une monnaie nationale stable et des réserves de change de plus en plus importantes et un taux d’inflation de 3 %, un des plus bas de notre histoire, un objectif atteint par la Banque centrale du Congo d’avoir en RDC un taux d’inflation à un seul chiffre».
Les «partisans» de «Jean-Claude» clament la main sur le cœur que ce n’est pas la monnaie qui fait l’économie, mais le contraire. Pour eux, le lancement du franc congolais n’a pas été accompagné par des réformes économiques de nature à redonner la confiance aux investisseurs. Les gouvernants ont traîné les pieds à mettre sur pied un «cadre juridique» susceptible de renforcer la sécurité juridique et judiciaire. Il en est de même d’un cadre «fiscal». «La plus grande réalisation du gouverneur Masangu, commente un ancien cadre de la BCC, se situe au niveau de la modernisation de l’outil du travail. Tous les services ont été informatisés.»

Reste que lors du lancement du franc en juin 1998, la ménagère congolaise devait se délester de 1,43 Fc pour acheter le dollar américain. L’euphorie n’a pas duré. La monnaie a connu une véritable érosion. En dépit de cette évidence, Masangu est resté imperturbable. Droit dans ses bottes. «Jamais, peut-être depuis l’indépendance notre monnaie n’avait connu une si longue période de stabilité. Elle se maintient à présent dans une fourchette entre 420 et 430 francs pour 1 $ US», déclarait-il dans une interview à J.A. n°2220 datée du 27 juillet 2003. Autisme ? En 2008, la parité est passée à 1 $ US contre 560 à 600 francs. Le 16 mai 2013, le même billet vert était échangé contre 918,6073 Fc.
Sans vouloir tirer sur l’ambulance, force est de relever que l’Histoire retiendra de Masangu une "gestion chaotique" du monde bancaire congolais. «L’ex-Union zaïroise de Banque, UZB, a été absorbée par un nouvel établissement dénommé Union congolaise de Banque, UCB, et pourtant c’est le trésor public qui a pris à sa charge le passif de l’UZB», fait remarquer un expert. Celui-ci de souligner qu’aucun organe de contrôle ne peut jeter un oeil dans les livres de l’UCB. D’aucuns reprochent au «gouverneur sorti» d’avoir donné son «feu vert» à l’agrément de plusieurs banques privées lesquelles se livreraient au blanchiment d’argent. C’est fut, semble-t-il, le cas de la défunte Banque congolaise d’Alfred Yaghi.

D’autre part, Masangu s’est rendu «coupable» de conflits d’intérêts. A titre illustratif, par acte de vente sans date, le liquidateur de l’ex-Nouvelle Banque de Kinshasa (NBK), l’ingénieur Pepo Lebo, avait conclu un contrat de vente de la villa appartenant à cette banque avec Mademoiselle Patricia Masangu Mwamba, représentée par Maître Nicolas Mabeka ne Niku. Cet immeuble se trouve sur la route du Golf n°7480 à Lubumbashi. Prix de vente : 55.000 $ US que l’acheteur, alors étudiante, a payé «cash» au crédit du compte n°05101-0100191501-57 de l’ex-NBK ouvert à la Raw Bank à Kinshasa. Le liquidateur Mupepo Lebo était chargé de liquider l’ex-NBK sur la base de l’ordre de service n°156/04 du 13 octobre 2004 émis par …le gouverneur de la Banque centrale du Congo.
Inutile d’évoquer ce dossier judiciaire encore pendant devant les juridictions belges impliquant la Miba dirigée à l’époque par Jean-Charles Okoto et la BCC dans une affaire de blanchiment et de détournement d’argent. Montant : 80 millions $ US. En quelques mots, en janvier 2003, le Congo démocratique veut acheter des armes auprès des firmes ukrainienne et tchèque. Montant payé : 20 millions $ US via un compte de la Miba à la BCC à Bruxelles. C’est ici que les Nations Unies dénoncent des « mouvements de fonds suspects » à la CTIF (Cellule de traitement des informations financières) qui saisit le parquet de Bruxelles. Le reste de cette rondelette somme prendra une destination connue de Masangu et Okoto.

Rappelons que les Maï Maï Ba Kata Katanga, interrogés par des activistes de la société civile du Katanga, en mars dernier, assurent que le gouverneur JC Masangu était leur «financier». Tandis que John Numbi Banza Tambo leur fournissait des armes. Etrangement, les autorités judiciaires n’ont pas jugé utile d’ouvrir une enquête sur l’enquête des Ong. Le procureur général de la République, Flory Kabange Numbi, est un Mulubakat. «L’objectif poursuivi par des notables balubakat est d’exercer un certain chantage sur «Joseph Kabila», confie un confrère basé à Lubumbashi. En fait, les deux «camps» se tiennent par la barbichette. Qui rira le premier?
Le remplacement d’un Mulubakat par un autre à la BCC vise-t-il à dissimuler les "cadavres" laissés dans les placards au bout des 16 années de gestion solitaire par Masangu? Déogracias Mutombo Mwana Nyembo pourra-t-il réformer la BCC là où Jean-Claude Masangu Mulongo s’est cassé les dents avec un certain "talent"?
Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: UN KATANGAIS REMPLACE UN AUTRE A LA BCC : LA RÉPUBLIQUE PRIVATISÉE PAR LE CLAN KATANGAIS !?!

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum