L'ILLUSION DES 5 CHANTIERS ET DE LA RÉVOLUTION DE LA MODERNITÉ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'ILLUSION DES 5 CHANTIERS ET DE LA RÉVOLUTION DE LA MODERNITÉ

Message  King David le 19/12/2013, 3:38 pm

L'ILLUSION DES 5 CHANTIERS ET DE LA RÉVOLUTION DE LA MODERNITÉ
Les 5 chantiers
http://sacrebopol.blogspot.ca/2013/12/lillusion-des-5-chantiers-et-de-la.html

Dans une interview accordée à la presse nationale le 27 octobre dernier, Joseph Kabila a annoncé cinq chantiers prioritaires : les infrastructures (routes, rails, ponts), la création d’emplois (qui passe par les investissements), l’éducation (les écoles et les universités sont à reconstruire), l’eau et l’électricité, et enfin, la santé.

Ajoutant : «Il faut évidemment insister sur la transparence dans la gestion de la cité, des affaires de l’Etat. Bref, il faut remettre de l’ordre dans le pays», lors d’un autre entretien au journal belge Le Soir en novembre. Et indiquant : «Nous allons compter d’abord sur nous-mêmes. Mobiliser davantage nos ressources, nos recettes». Le gouvernement devra effectivement se doter d’un budget capable de répondre aux grands chantiers annoncés.

La reprise en main des ressources naturelles est une piste. Accusé d’être impliqué dans l’attribution de juteux contrats miniers à des sociétés étrangères au détriment de l’Etat, le candidat Kabila a promis des «changements». Désormais élu, osera-t-il renégocier les contrats des compagnies américaines, sud-africaines ou indiennes ?

Toujours sur le plan économique, il pourra s’appuyer sur une monnaie stable, une inflation presque maîtrisée (passée de 511% en 2000 à 15,8% en 2002) et un retour du FMI et de la Banque mondiale. Un retour qui avait d’ailleurs permis en 2003 au Congo d’accéder à l’initiative Pays Pauvre Très Endetté (PPE), ouvrant la voie à un allègement du service de sa dette sur 25 ans.

«Pour moi, le Congo, c’est la Chine de demain : d’ici 2011, l’exemple pour moi viendra des pays asiatiques, que l’on appelle les ‘Dragons’. Le Congo va surprendre, car il se redressera beaucoup plus vite que prévu», a assuré Kabila au Soir.

La «locomotive» de l’Afrique centrale
Promettant de faire de la RDC la «locomotive» de l’Afrique centrale et des Grands Lacs, Kabila devrait poursuivre une politique d’ouverture diplomatique, régionale et internationale. Signal positif, la Commission européenne vient d’annoncer qu’elle projetait de doubler les aides financières au pays dans les six ans à venir. Au cours des cinq dernières années, le Congo a reçu près de 205 millions d’euros de fonds de développement européens. Cette somme pourrait passer à 411 millions d’euros. Cette augmentation doit être agréée par les Etats membres mais la Commission a déjà décidé de mobiliser 33 millions d’euros sur son propre budget qui seront consacrés à renforcer «la gouvernance et les institutions au service des citoyens».
http://www.rfi.fr/actufr/articles/084/article_47988.asp

Ndlr: 7 années sont passées depuis, mais quel en est le bilan?
Combien de routes, km, des ponts, rails, écoles et hôpitaux construits? Pour être honnête, reconnaissant tout de même que deux très grands ponts ont été jetés sur les rivières Ndjili et Nswenge à Kinshasa.
Nous cherchons encore à quel endroit les écoles ont été construites, les hôpitaux et où se trouvent les rails promis.

Non chers amis, ce ne sont que des slogans creux, démagogues et électoralistes.

La République démocratique du Congo ne peut rien attendre de cet homme.
SB



En 2006, après que Jean-Pierre Bemba eut déclaré «avoir accepté l'inacceptable» et concédé par le fait même la victoire à «Joseph Kabila» à l'élection présidentielle, le président mal élu déclarait: «Mais, pour le moment, a dit le président de la République, l’essentiel, c’est que les travaux du programme de 5 chantiers a déjà démarré. La RDC sera t-elle en mesure de continuer à financer ces travaux face à la baisse du cours des minerais et la crise financière mondiale ? Réponse de Joseph Kabila : « Je crois bien que oui, parce que jusque là, le prix du cuivre [reste] de 3 000 à 3 200 USD la tonne. On est toujours dans le bon, presque à la limite. Alors, sur ce plan là, le financement des chantiers, ll n’y a pas de problème. » Le chef de l’Etat ajoutera cependant : « La crainte, c’est, que faire pour que nous puissions diversifier notre économie? Il n’y a pas que le cuivre et le diamant. D’ailleurs le diamant, aujourd’hui, le marché n’existe pas. Hier, le carat du diamant se vendait à 150 à 200 USD. Aujourd’hui c’est 16 USD. C’est ce qui explique la situation de la Miba. Ce n’est plus rentable le diamant. Alors, il faut diversifier l’économie. Nous pensons qu’il faut aller vers l’agriculture. C’est ça la base, c’est ça la fondation. On a oublié l’agriculture dans ce pays depuis très longtemps, et il y a des efforts dans ce sens là, avec la mécanisation de l’agriculture. C’est ça l’objectif. »

http://radiookapi.net/sans-categorie/2009/02/01/kabila-et-les-5-chantiers-le-chef-de-l%e2%80%99etat-impatient-de-voir-les-travaux-atteindre-leur-vitesse-de-croisiere/#more-18228


En un mot, monsieur Kabila annonçait avec pompe la politique des grands travaux sur toute l'étendue du pays. Sept ans plus tard, force est de constater qu'il a lamentablement échoué alors que des fonds énormes ont été mobilisés pour ces travaux et à ce jour, aucun responsable n'a été traduit en justice pour détournement, alors que pour tout travail, à Kinshasa, on ne peut voir que la réhabilitation du Boulevard du 30 juin, une partie du Boulevard Lumumba, la conversion du CCIZ en Hôtel du Fleuve. C'est tout.

Non content d'avoir berné le peuple congolais avec les 5 chantiers de triste mémoire, revoici le même Joseph Kabila récidiver d'abord en étant (encore?) mal élu, et ensuite, en nous apportant un slogan creux, ridicule et fantaisiste de «Révolution de la modernité.» Ses chantres, non pas par conviction, mais par cupidité, reprennent en choeur ce piteux slogan, question de faire voir au «Raïs» qu'on adhère entièrement à ses idéaux et ce, contre des espèces sonnantes et trébuchantes.
En fait, qu'y a-t-il de modernité au pays de Joseph Kabila?
Les infrastructures routières sont nulles ou inexistantes. D'ailleurs pas plus tard que la semaine dernière, son cortège s'est embourbé lamentablement sur une route appelée sans honte «Nationale» RN4 vers Bunia.






Clinique OMEZA à Kinshasa Matete où un lit se partage entre 3 enfants malades. Remarquez le matelas de la «Révolution de la modernité.» Quelle catastrophe



http://sacrebopol.blogspot.ca/2013/12/lillusion-des-5-chantiers-et-de-la.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ILLUSION DES 5 CHANTIERS ET DE LA RÉVOLUTION DE LA MODERNITÉ

Message  Mathilde le 25/12/2013, 8:10 pm

UNE FOULE INCROYABLE DE CONGOLAIS AUX AGENCES DE TRANSFERT A KINSHASA


Soki to lobi ohh to lobi...bo tala bino moko, ba vivaka kaka na ba Western na biso. Mais bango batu ya liboso pona ko finga diaspora soki to pekisi ba musiciens na bango ba beta na poto! Mawaaa




kasi wana ba terroristes,criminels,bandits,voyous,assassins,sans papiers oyo ba salaka te nde bazo tinda mbongo !tchiiiiiip

_________________
Le deuil, c’est pour la vie. Ca ne s’en va jamais, ça fait progressivement partie de vous, à chaque pas, à chaque souffle.”

Jandy Nelson,  

Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ILLUSION DES 5 CHANTIERS ET DE LA RÉVOLUTION DE LA MODERNITÉ

Message  Mathilde le 25/12/2013, 8:45 pm

Les kinois sanctionnent la politique zéro de Kanambe et Matata...ok c'est bien mais bo telema nde!



_________________
Le deuil, c’est pour la vie. Ca ne s’en va jamais, ça fait progressivement partie de vous, à chaque pas, à chaque souffle.”

Jandy Nelson,  

Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ILLUSION DES 5 CHANTIERS ET DE LA RÉVOLUTION DE LA MODERNITÉ

Message  Mathilde le 27/12/2013, 8:15 pm

Congolais Zala Mayele
"PARFOIS NE NOUS VOILONS PAS LA FACE! LE PAYS VA MAL ET FAUT LE DIRE CA FAIT MAL"
Voici KIMBANSEKE, abandonné, sans eau , sans électricité! Que dire devant une telle misère? l'image du Congo profond le voici! Heureusement qu'il existe encore des ONG pour venir en aide à nos frères, sœurs mais jusque quand? ! Voiçi le système social de KABILA appuyé par MENDE, TAMBA et tout ceux qui travaillent jours et nuits pour détruire les congolais! TROP c'EST TROP ! On ne peut plus se taire ! INGETA !


http://www.rtbf.be/video/detail_aide-de-la-pro-league-a-village-d-enfants-kinshasa?id=1881488 


_________________
Le deuil, c’est pour la vie. Ca ne s’en va jamais, ça fait progressivement partie de vous, à chaque pas, à chaque souffle.”

Jandy Nelson,  

Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ILLUSION DES 5 CHANTIERS ET DE LA RÉVOLUTION DE LA MODERNITÉ

Message  NgongaEbeti le 28/12/2013, 4:07 am

Pendant que vous ne voyez que ce qui ne va pas encore dans un pays qui sort a peine et difficilement d'un statut de "post-conflit", voila un exemple de ce qui se passe actuellement dans le Nord Kivu, la zone la plus troublée de la RDC:

https://www.youtube.com/watch?v=61Vc0fx4sEI

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ILLUSION DES 5 CHANTIERS ET DE LA RÉVOLUTION DE LA MODERNITÉ

Message  NgongaEbeti le 28/12/2013, 4:13 am

Mathilde a écrit:UNE FOULE INCROYABLE DE CONGOLAIS AUX AGENCES DE TRANSFERT A KINSHASA


Soki to lobi ohh to lobi...bo tala bino moko, ba vivaka kaka na ba Western na biso. Mais bango batu ya liboso pona ko finga diaspora soki to pekisi ba musiciens na bango ba beta na poto! Mawaaa




kasi wana ba terroristes,criminels,bandits,voyous,assassins,sans papiers oyo ba salaka te nde bazo tinda mbongo !tchiiiiiip

Mais quoi de plus normal que ca? Les agences de transfers se trouvent presqu'exclusivement dans les grandes agglomerations partout dans le monde et donc Kinshasa n'est pas une exclusivité. On en trouve meme plus dans les pays Occidentaux qu'en Afrique et elles ne servent pas uniquement a envoyer de l'argent a Kinshasa.

Quoi de pllus normal pour des gens qui ont ete instruits, elevés et nourris au Congo par leurs parents dont la plupart etaient des fonctionnaires de l'Etat ou des dependents de ceux-ci dans le secteur privé, et qui ont été envoyés en Europe par ces derniers, de renvoyer l'ascensseur a leurs parents ou freres/soeurs au pays? Nombreux d'entre ceux qui envoient de l'argent au pays ne le font qu'aux membres de leurs familles proches qui tres souvent ont énormément contribué a leurs departs et/ou études a l'étranger. Alors de quoi vous plaignez-vous?

Ceux qui vivent dans nos villages ne meurent pas juste parce qu'ils n'ont personne pour leur envoyer de l'argent a partir de l'Europe! Comment font-ils alors pour vivre?

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ILLUSION DES 5 CHANTIERS ET DE LA RÉVOLUTION DE LA MODERNITÉ

Message  Imperium le 28/12/2013, 6:58 am

NgongaEbeti a écrit:Pendant que vous ne voyez que ce qui ne va pas encore dans un pays qui sort a peine et difficilement d'un statut de "post-conflit", voila un exemple de ce qui se passe actuellement dans le Nord Kivu, la zone la plus troublée de la RDC:

https://www.youtube.com/watch?v=61Vc0fx4sEI
La rdc ne s'arrete pas seulment a kinshasa.
Voici le nouveaux pont sur le lualaba

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ILLUSION DES 5 CHANTIERS ET DE LA RÉVOLUTION DE LA MODERNITÉ

Message  NgongaEbeti le 28/12/2013, 9:13 am

Imperium a écrit:
NgongaEbeti a écrit:Pendant que vous ne voyez que ce qui ne va pas encore dans un pays qui sort a peine et difficilement d'un statut de "post-conflit", voila un exemple de ce qui se passe actuellement dans le Nord Kivu, la zone la plus troublée de la RDC:

https://www.youtube.com/watch?v=61Vc0fx4sEI
La rdc ne s'arrete pas seulment a kinshasa.
Voici le nouveaux pont sur le lualaba

Exactement! Merci pour ce lien qui bien entendu va rendre malade les partisans du Congo-pessimisme qui pullulent sur ce site.

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ILLUSION DES 5 CHANTIERS ET DE LA RÉVOLUTION DE LA MODERNITÉ

Message  Mathilde le 28/12/2013, 9:51 am

OCPT:TOKO KENDE TE TO KO LALA AWA BA BOMA BISO MBONGO NA BISO EBIMA.



_________________
Le deuil, c’est pour la vie. Ca ne s’en va jamais, ça fait progressivement partie de vous, à chaque pas, à chaque souffle.”

Jandy Nelson,  

Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ILLUSION DES 5 CHANTIERS ET DE LA RÉVOLUTION DE LA MODERNITÉ

Message  ndonzwau le 28/12/2013, 7:20 pm

Mwana Ya Lola a écrit:La qualité des pro-Kabila du forum a baissée...    Sad 

Je confirme, cher MyL : la qualité des kanambistes ici qui déjà était bien précaire a encore dégringolé... Les anciens, les doublures, les recrues... n'y auront rien fait...
C'est à croire que la compagnie de ce clan corrompt l'esprit et l'âme na ndenge ya kosakana te ou peut-être n'y accourent que des indigents de la cervelle et des délinquants patriotiques aveuglés par leur fanatisme idéologique et leur cupidité...

Qui viendra y relever le niveau comme il y eut jadis un Mininfo pour nous permettre un dialogue à la hauteur d'un réel Zaïre/Congo qui mérite bien plus ?



Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ILLUSION DES 5 CHANTIERS ET DE LA RÉVOLUTION DE LA MODERNITÉ

Message  Mathilde le 31/12/2013, 5:26 pm


_________________
Le deuil, c’est pour la vie. Ca ne s’en va jamais, ça fait progressivement partie de vous, à chaque pas, à chaque souffle.”

Jandy Nelson,  

Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ILLUSION DES 5 CHANTIERS ET DE LA RÉVOLUTION DE LA MODERNITÉ

Message  Mathilde le 20/1/2014, 9:10 am

MOSALA YA MALOBA: pendant 10 ans Mayi etondi, Ndjili ekomi lokola venise na Italie


_________________
Le deuil, c’est pour la vie. Ca ne s’en va jamais, ça fait progressivement partie de vous, à chaque pas, à chaque souffle.”

Jandy Nelson,  

Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ILLUSION DES 5 CHANTIERS ET DE LA RÉVOLUTION DE LA MODERNITÉ

Message  ndonzwau le 29/1/2014, 3:21 pm

"RDC : les trois réformes de l'opposition pour changer le quotidien
Samy Badibanga

° http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20140128082425/developpement-fiscalite-rdc-udps-tribune-rdc-les-trois-reformes-de-l-opposition-pour-changer-le-quotidien.html
Samy Badibanga est député national, président du groupe parlementaire UDPS.

"Pour innover, inspirons-nous vite des recettes à succès d’autres pays !"


C’est le rôle de l’opposition parlementaire de faire des propositions. Des propositions concrètes pour changer la vie des citoyens et familles de ce pays. C’est un budget à 20 milliards de dollars qu’il nous faut atteindre en 3 ans. Pour triplez les moyens de l’État, il va falloir innover. Sortir de la routine bureaucratique mise en œuvre pour le Budget 2014. Pour innover, inspirons-nous vite des recettes à succès d’autres pays ! La "Flat tax" ou taxation à taux unique ? Fusion des régies des impôts ? Un Fonds national de développement alimenté par les revenus des matières premières ? Ces réformes ont changé le quotidien des citoyens et des familles de nombreux pays. Qu’attendons-nous en RDC ?

La taxation à taux unique, d’urgence !
Plus de 30 pays ont mis en place la taxation à taux unique ou "Flat tax". Parce que trop d’impôt tue l’impôt. Parce que les impôts illisibles rapportent peu. Oui, l’Ile Maurice, la Russie et bien d’autres ont fixé un taux unique d’imposition pour les citoyens et les entreprises. En fixant un taux unique d’imposition entre 10% et 15% nous pouvons multiplier le budget de l’État pour changer le quotidien des citoyens et familles de ce pays. Oui, la Russie a augmenté ses recettes fiscales de 80% en fixant un taux unique de 13% ! Oui, la "Flat tax" ramène le secteur informel dans l’économie, réduit la corruption et l’évasion fiscale. Oui l'imposition à taux unique vaut plus d'investissement et donc plus d’emploi ! Qu’attendons-nous ?

Une régie unique des impôts

Là encore, le Ghana, l’Ile Maurice, le Burundi et le Togo ont fusionné les régies financières de l’État pour mieux collecter les impôts, tout en mettant en place un taux unique de taxation. Cette régie est gérée par un commissaire général recruté par appel d’offres international, soumis à un contrat de performance. Le Togo attend une augmentation de 150% de ses recettes. Qu’attendons-nous ?

Changer le quotidien, préparer l’Avenir : Un fonds national de développement

La RDC est riche de réserves de matières premières uniques au monde. Que font les autres ? De nombreux pays ont mis en place un fonds national, distinct de l’État, alimenté par les revenus des matières premières. Le Timor Oriental par exemple, pays d’un million d’habitants et 15 000 km2 l’a fait en 2005. Avec l’aide de la Norvège. Son fonds dispose en 2013 de 13 milliards de dollars. Ses intérêts servent à financer ses infrastructures économiques. Qu’attendons-nous pour créer un fonds national alimenté par les revenus du cuivre, du cobalt et autres matières premières du fabuleux sous-sol de notre pays ? Oui, un fonds qui participerait au financement du développement national, mais aussi des investissements sociaux dans la santé et l’éducation. Le Qatar finance la création d’entreprise dans les banlieues françaises, la Fondation Gates investit dans la santé en Afrique. À nous de les convaincre, ainsi que nos partenaires du FMI, la Banque mondiale, de l’UE, la Chine ou les États-Unis d’investir dans l’avenir de notre pays en contribuant à un fonds national géré et surveillé ensemble en toute transparence.
Ces trois réformes ne sont pas seulement des réformes budgétaires ou fiscales. C’est un package politique dont le cœur est un contrat social. Pour que chaque citoyen bénéficie des services essentiels, tels que la santé, l’éducation et la sécurité, afin de contribuer au financement du développement national et la création d’emplois. Pour changer le quotidien du peuple d’abord !"



"La RDC "peut se passer" du FMI, assure Matata Ponyo"
° http://www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20140125172707/fmi-croissance-economique-gouvernement-congolais-augustin-matata-ponyo-rdc-la-rdc-peut-se-passer-du-fmi-assure-matata-ponyo.html


"La RDC, le lieu d'où risque de partir les détonations dévastatrices de toute l'Afrique
° http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20140123153556/rdc-presidentielle-rdc-2016-moise-moni-della-rcdn-rdc-la-rdc-le-lieu-d-ou-risque-de-partir-les-detonations-devastatrices-de-toute-l-afrique.html
Par Moïse Moni Della Idi
Moïse Moni Della Idi est secrétaire général du Rassemblement des Congolais démocrates et nationalistes (RCDN). Vice-ministre honoraire de la presse et  des informations(...)"



"Partenariat sino-congolais : les Chinois n’ont pas déboursé d’argent en 2013"
° http://radiookapi.net/actualite/2014/01/29/partenariat-sino-congolais-les-chinois-nont-pas-debourse-dargent-en-2013/




Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ILLUSION DES 5 CHANTIERS ET DE LA RÉVOLUTION DE LA MODERNITÉ

Message  ndonzwau le 2/2/2014, 11:43 pm

"Un rapport contesté évalue à 3,7 milliards de dollars la fraude fiscale au Katanga
° http://economie.jeuneafrique.com/index.php?option=com_content&view=article&id=21284
Un rapport non-publié, consulté par "Reuters", dénonce des malversations douanières et fiscales mettant en cause des compagnies minières opérant dans la région du Katanga en RD Congo, ainsi que les agences douanières locales. Le montant total des fraudes présumées pourrait atteindre 3,7 milliards de dollars.
Un rapport non rendu public estime que près de 3,7 milliards dollars seraient dus à la RD Congo pour des taxes et amendes impayées, rapporte l'agence de presse Reuters qui indique avoir eu accès au rapport. Ce document, daté de novembre 2013, présente les premiers éléments d'une enquête toujours en cours menée par le procureur général de la République démocratique du Congo, Flory Kabange Numbi, au sujet des différentes violations ayant lieu dans la vaste région du Katanga.


Ce document accuserait plusieurs compagnies opérant dans cette région au riche potentiel minier d'avoir eu recours à des malversations et à des mauvaises pratiques fiscales en complicité avec des autorités douanières de la région, entre 2008 et 2013. Elles seraient notamment soupçonnées d'avoir sous-déclaré leurs revenus d'exportations et d'importations de façon à économiser plusieurs milliards de dollars de taxes.
Une mission a été conduite dans la région afin d'établir les premières éléments d'enquête. Celle-ci aurait étudié 25 cas d'infractions douanières potentielles et identifié onze compagnies soupçonnées de devoir 741 millions de dollars à l'État congolais pour taxes et amendes impayées. La mission disposerait encore de 252 cas présumés de fraude en suspens, portant sur un montant total de 3 milliards de dollars.

Présomption d'innocence

Flory Kabange Numbi a refusé de commenter directement ce rapport, indiquant à Reuters que l'enquête est toujours en cours. Selon le magistrat congolais, il est trop tôt pour tirer des conclusions sur la portée de l'investigation. Plus encore, les sociétés citées dans le rapport bénéficient de la présomption d'innocence, a-t-il rappelé.
Parmi ces sociétés, révèle l'agence de presse, figure Mutanda Mining, une compagnie minière exploitant le cuivre au Katanga, détenue à 69% par le géant Glencore Xstrata. Pour autant, la plupart de ces compagnies contestent la véracité des éléments avancés par le rapport. "Contrairement à ce qui est indiqué dans le projet de document, aucun contact n'a été établi entre la 'mission' et Mutanda Mining. Mutanda ne compte pas de taxes ou d'amendes impayées", a déclaré un porte-parole de Glencore dans un communiqué envoyé à l'agence de presse.

Même son de cloche chez les agences douanières, dont certaines sont pourtant accusées d'avoir détruit intentionnellement des preuves d'évasion fiscale. Ces agences parlent même "d'inflation des montants" en question. Les autorités douanières précisent aussi qu'aucune discussion n'a eu lieu entre les différentes parties concernées."



° http://economie.jeuneafrique.com/regions/afrique-subsaharienne/17044-mines-congolaises-ces-136-milliard-de-dollars-perdus-par-le-pays.html
° http://economie.jeuneafrique.com/regions/afrique-subsaharienne/20470-rd-congo-le-suisse-argor-heraeus-accuse-davoir-blanchi-de-lor-pille.html
° http://economie.jeuneafrique.com/regions/afrique-subsaharienne/15200-halte-a-la-spoliation-en-rdncongo.html

° http://radiookapi.net/actualite/2014/02/01/rdc-114-milliards-dusd-de-la-banque-mondiale-pour-rendre-la-snel-plus-performante/
° http://radiookapi.net/actualite/2014/02/01/rdc-litie-espere-la-levee-de-sa-suspension-apres-la-publication-de-son-rapport-2011/



Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ILLUSION DES 5 CHANTIERS ET DE LA RÉVOLUTION DE LA MODERNITÉ

Message  ndonzwau le 18/2/2014, 8:33 pm

"ENI trouve du pétrole au large de la RD Congo
° http://economie.jeuneafrique.com/regions/afrique-subsaharienne/21446-eni-trouve-du-petrole-au-large-de-la-rd-congo.html
La major italienne ENI a annoncé qu'elle avait découvert des hydrocarbures dans le bloc Marine XII, à 17 kilomètres au large de la RD Congo.

La société pétrolière italienne ENI, premier producteur de pétrole en Afrique, vient d’annoncer qu’elle avait réalisé une découverte au large des côtes de la RD Congo. Au cours des essais de production, le puits Nene Marine 3 a produit plus de 5 000 barils par jour si bien que, selon ENI, le champ de Nene Marine contiendrait 1,2 milliard de barils de pétrole et 30 milliards de mètres cubes de gaz. Le géant italien évalue le potentiel total de la zone, en incluant le champ voisin de Litchjendilj Marine, à 2,5 milliards de barils.

Investissements massifs en Afrique

Le début de la production du bloc est prévu pour 2016 alors que l'ingénierie avant-projet et la conception ont déjà été entamés. Les activités d'ENI sur le bloc s'inscrivent dans une ambitieuse campagne d'investissements en Afrique, impliquant 3,5 milliards de dollars de dépenses en deux ans.
ENI détient une part de 65 % du bloc Marine XII en joint-venture avec le britannique New Age (African Global Energy), qui en contrôle 25 %, et la Société nationale des pétroles du Congo (SNPC), détentrice du solde de 10 %. Présent en RD Congo depuis 1968, ENI y produit quelque 105 000 barils de pétrole par jour."


Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ILLUSION DES 5 CHANTIERS ET DE LA RÉVOLUTION DE LA MODERNITÉ

Message  ndonzwau le 1/3/2014, 6:13 pm

"Mystère sur les revenus du cuivre congolais
° http://www.lepotentielonline.com/index.php?option=com_content&view=article&id=6079:mystere-sur-les-revenus-du-cuivre-congolais&catid=85:a-la-une&Itemid=472
Avec une production de plus de 900 000 tonnes en 2013

Après les années sombres de la Générale des carrières et des mines (Gecamines), la RDC vient de renouer avec le succès dans le secteur minier au point d’égaler sa voisine, la Zambie, en termes de production de cuivre. Forte de 920 000 tonnes de cuivre produites en 2013, selon les chiffres officiels du gouvernement, la RDC a la voie libre pour consolider sa place de leader en Afrique. Or, cette embellie minière n’est pas perceptible  dans le budget de l’Etat. Un mystère que le gouvernement a du mal à élucider alors que les revenus des opérateurs privés du secteur explosent.


La RDC n’a plus qu’un palier à franchir pour atteindre la production  annuelle d’un million de tonnes de cuivre. Plus d’une décennie après la mise en œuvre du Code minier (2002), c’est seulement maintenant que le pays commence à en récolter les fruits, voulus à la fois attractifs et révolutionnaires, pour le secteur minier congolais.
Décidément, la RDC a réussi son coup. Car depuis un temps, le secteur minier est en pleine embellie. Des projets mis en œuvre au début des années 2000 sont arrivés désormais à maturité. Mieux, ils portent déjà des fruits. En 2013, pour la première fois depuis la déconfiture de la Gecamines, la RDC a pu rivaliser avec son éternelle concurrente,  la Zambie. La production du cuivre a, selon des données gouvernementales, franchi la barre de 900 000 tonnes. Un chiffre qui représente le double de celui réalisé par la Gecamines à son apogée.

L’on se rappelle cependant qu’à l’époque, la Gecamines parvenait à couvrir à elle seule près de 70% des ressources budgétaires. Sa chute, intervenue au début des années 1990, a plongé l’Etat congolais dans un vide budgétaire indescriptible.
La suspension dans la même décennie de la coopération structurelle avec divers partenaires au développement, principalement le Fonds monétaire international et la Banque mondiale, a finalement plombé les finances du pays. Conséquence : recours à la planche à billets pour combler le déficit chronique du Trésor.
La reprise, dès 2001, de la coopération structurelle a permis, certes, de réanimer le pays ; cela  par voie des appuis budgétaires. Toutefois, elle n’a pas pu combler le vide laissé par l’implosion d’un secteur minier porté jadis par la Gecamines.

Aujourd’hui, la RDC doit s’appuyer essentiellement sur les régies financières traditionnelles (DGI, DGRAD et DGDA) et certaines ressources extérieures sporadiques (appuis budgétaires, ressources PPTE, etc.) pour financer son budget. Mais à y regarder de près, c’est à peine si on peut retrouver  traces des revenus substantiels du secteur minier.
Et pourtant, c’est depuis quelques années que la RDC a renoué avec une production largement positive. En agrégé, la production minière pour la seule filière cuprifère avoisine les 920 000 tonnes. Un chiffre de loin supérieur à ce qu’a réalisé la Zambie en 2013.

Le paradoxe

Par principe, ce record, jamais réalisé dans l’histoire minière de la RDC, suggère une amélioration sensible du quotidien des Congolais au regard de l’enviable taux de croissance fixée à 8,5% en 2013. Un coup d’œil sur le budget de l’exercice 2014 laisse dubitatif.
La part des mines dans les recettes de la République ne dépasse guère les 10% du budget national. Qui bénéficie donc du fruit de la bagatelle de 6 milliards USD tirés pour la seule année 2013 dans le secteur minier ? Il appartient aux pouvoirs publics concernés d’y répondre. Entre-temps, toutes les prévisions entrevoyaient une croissance significative de la production du cuivre en 2014. En interne, le pays a mené des reformes dans le secteur.

A ce jour, la RDC a repris sa place de leader continental dans la production cuprifère, détrônant  la Zambie sur l’échiquier africain. Malheureusement, cela ne se ressent pas dans le budget national qui, apparemment, ne tire pas un meilleur parti des ressources du secteur minier.
Le constat fait c’est que, malgré l’embellie, l’on est encore loin, très loin de l’époque de la Gecamines qui faisait plus avec une production moyenne. La situation actuelle appelle explications. Où se situe le goulot d’étranglement ? Qu’est-ce qui empêche le pays de tirer les dividendes bien mieux  en ce moment où foisonnent des « minings » de toutes les dimensions dans la province du Katanga ?

Il devient clair que quelque part, l’Etat congolais a perdu de son influence sur une quotité non négligeable de son revenu issu de la production cuprifère. Sur les 920 000 tonnes de la production de 2013, la Gecamines - seule société commerciale du secteur détenue entièrement par l’Etat congolais - ne peut revendiquer que la modeste production d’environ 50.000 tonnes, soit 5% du total de la production de l’année 2013.
Le reste de la production, soit près de 95%, est réparti entre toutes les multinationales qui opèrent dans le secteur, notamment Tenke Fungurume Mining, et ENRC, lesquelles bénéficient entièrement de la manne budgétaire au grand dam de la RDC. Celle-ci a pris l’habitude de se  contenter de maigres impôts, droits et autres taxes recouvrées dans le secteur.
A quand peut-on espérer que tout l’argent perçu dans le secteur atteindra réellement le compte général du Trésor ? Seule la volonté politique suffit.
Dans ces conditions, l’on ne peut pas s’étonner que, malgré une production annuelle de cuivre avoisinant le million de tonnes en 2013, le gouvernement ne parvienne à aligner qu’à peine 7% des ressources tirées du secteur minier.

Changer de cap

Ce décor offre le cliché instantané de ce que la RDC est en droit d’attendre de l’investissement qui lui revient de droit. La différence du chiffre d’affaires est contrôlée ailleurs. Dans le cadre des joint-ventures conclues avec les privés, le Trésor public ne perçoit plus que des redevances, des impôts et autres taxes. Lors du partage des bénéfices, l’Etat congolais ne peut prétendre qu’à une portion congrue.
Quelle serait alors la voie de sortie ? Elle n’est pas loin en tout cas. Car pour que l’Etat tire profit de l’embellie minière, principalement dans le cuivre et le cobalt, il doit se jeter dans la pâture en s’investissant dans la production, au lieu de se contenter de maigres perceptions fiscales.

En son temps, la Gecamines parvenait à couvrir 70% des ressources budgétaires. Cette époque est pour l’instant révolue ; l’Etat congolais ayant depuis le Code minier de 2002 décapité la Gecamines en concluant des partenariats avec des privés. Aujourd’hui que le cuivre a repris de la vigueur, ce sont ces opérateurs miniers, privés, qui tirent leur épingle du jeu.
Si, pour le moment, notent les experts du secteur minier, l’heure n’est plus à l’euphorie de la fin des années 2000, les mines africaines voient le bout du tunnel. Elles viennent de faire leur retour sur la scène internationale, prédisent-ils. Les métaux attirent à nouveau les investisseurs. C’est une des conclusions qui s’est dégagée de la conférence Mining Indaba, qui s’est achevée début février 2014 à Cape Town, en Afrique du Sud.

Regroupant les acteurs les plus importants du marché des métaux, la conférence d’Indaba prédit de belles perspectives pour les mines africaines, spécialement le cuivre.  C’est dire que la RDC a tous les atouts pour franchir la barre d’un million de tonnes de cuivre en 2014. Mais, saura-t-elle cependant tirer son compte dans ce rebond de la production ? C’est toute la clé de l’énigme. ’’Qui veut, peut’’, dit-on. Il s’agit de s’y mettre, sérieusement."


"Paradoxe économique du Boum de production du cuivre au Katanga en RDC
° http://www.apareco-rdc.com/index.php/a-la-une/actualites/1645-paradoxe-economique-du-boum-de-production-du-cuivre-au-katanga-en-rdc.html
Le site web CongoForum (www.CongoForum.be) nous a posté en date du 25 Février 2014 un article de Jeune Afrique, que voici ainsi reproduit in extenso :
« La RD Congo a produit en 2013, selon Jeune Afrique et d'après les chiffres que le pays s'apprête à officialiser, 920 000 tonnes de cuivre... soit 300 000 t de plus que l'année précédente. C'est le niveau le plus haut atteint depuis dix ans. La RD Congo a produit en 2013, selon les chiffres que le pays s'apprête à officialiser, 920 000 tonnes de cuivre... soit 300 000 tonnes de plus que l'année précédente. Le pays revient de loin : en 2002, la production était tombée à 190 000 tonnes.»


Cet article nous emmène à faire les commentaires autorisés d'expert ci-après :

En effet, jamais de mémoire ni d'expérience, en notre qualité d'ancien Administrateur-Directeur du Marketing et Commercialisation (ADMC), pendant tous nos 30 ans de carrière (1974-2004), depuis la SOZACOM jusqu'à la GECAMINES (GCM) en passant par la GECAMINES-COMMERCIALE, cette seule entreprise d'Etat qui assurait la production du Cuivre dont le tonnage oscillait , bon an mal an, au tour de 450.000 TM maximum, n'avait dépassé ce maximum par an.
Depuis l'accession du pays à l'indépendance, ce tonnage a évolué mais n'a jamais été dépassé; et ce, jusqu'à connaitre l'effondrement de la mine souterraine de KAMOTO en 1990, laquelle mine contribuait annuellement à hauteur de 150.000 TM, chose qui réduisit la capacité annuelle de production de la GECAMINES à partir de cet événement au niveau de 300.000 TM, ensuite jusqu'à dégringoler avec l'avènement de l'AFDL au niveau de 190.000 TM de Cuivre par an.

Force est de constater qu'avant l'avènement de l'AFDL, malgré d'une part, ce niveau de production annuelle inférieure à 450.000 TM maximum, et malgré d'autre part, le niveau relativement faible de cotation du prix de Cuivre en Bourse des Métaux à Londres (London Metals Exchange - LME) qui oscillait entre 2.000 et 2.500 GBP par TM, la GECAMINES assurait aussi, bon an mal an, 60% en PIB du budget des recettes de l'Etat et 80% des recettes en devises fortes de l'Etat.
Aujourd'hui, l'article de Jeune Afrique sus-cité nous annonce une performance de production exceptionnelle que la GECAMINES hier n'avait jamais atteinte, avec des chiffres de production de Cuivre de l'ordre de 620.000 TM pour l'année 2012 et 920.000 TM pour l'année 2013.
Paradoxalement, malgré d'une part, ce boum de production qui résulte à la fois, du démembrement de la GECAMINES et de l'exploitation par +/- 400 sociétés minières enregistrées et issues de l'exécution du Cadastre minier relatif au nouveau code minier conclu lors du régime 1+4, et malgré d'autre part, la bonne tenue des cotations des prix du Cuivre au LME qui ont oscillé entre 4.000 jusqu'à atteindre parfois 8.000 GBP/TM, les recettes provenant de cette panoplie de producteurs de Cuivre ne contribuent même pas à hauteur de 10% au budget des recettes de l'Etat !!!

Quelles en seraient les raisons de cette contreperformance des recettes auprès du Trésor de l'Etat ?

A notre humble avis, cette contreperformance financière provient particulièrement du non application et du non suivi par les gouvernements successifs de toutes les recommandations et résolutions issues des enquêtes menées successivement, durant le régime du 1+4, d'abord par la commission parlementaire dénommée « Commission LUTUNDULA », et ensuite par la commission sénatoriale dénommée « Commission MUTAMBA DIBUE ». Tous les rapports de ces enquêtes ont été largement publiés et diffusés, ce qui nous fait donc l'économie du temps pour ne pas devoir en parler encore ici.
Par ailleurs, et pour terminer, nous signalons qu'un autre phénomène justificatif de la contreperformance financière relative aux recettes de l'industrie minière escomptées par le Trésor Public réside dans l'aspect spéculatif lié aux acquisitions des permis d'exploitation (PE) des carrés miniers par des acquéreurs spéculateurs.

En effet parmi ces +/- 400 sociétés minières, il y a très peu qui se sont effectivement implantées et qui ont commencé l'exploitation minière proprement dite en vue de la production. Pendant que d'autres, que nous qualifions de « Traders », se sont simplement livrées aux opérations d'achat et vente de leurs droits miniers dans certaines Bourses, comme celle de Toronto au Canada, ou bien à la revente de leurs droits miniers auprès des Majors (entendez, des grandes sociétés minières qui ont pignon sur rue et la capacité réelle de production sur terrain).
Les recettes provenant donc de ces ventes spéculatives échappent bien entendu au contrôle de l'Etat, car en plus, la plupart du temps ces recettes sont logées dans des paradis fiscaux. Des exemples font légion, l'on se souviendra d'Anvil Mining Corporation du temps de Laurent-Désiré KABILA, de la société minière de Moise Katumbi, ou celles de Dan Gertler, pour ne citer que celles-là, etc.

En conclusion, tant que la mégestion généralisée par la corruption est érigée en norme et mode de gestion et tant que l'on ne peut rien attendre d'un leadership au sommet dépourvu de ressources morales et managériales, nous assisterons à ce genre de performance factice qui va perpétrer le paradoxe cruel d'un Congo scandaleusement riche où il ne fait pas bon vivre à sa population, car étant scandaleusement pauvre !

Samedi 01/03/2014
Alphonse D. EBAMA
Membre du Comité national de l'APARECO
Ir Géologue & Expert en Gemmologie
Ex – ADMC / GCM"



"La bonne gouvernance du secteur est une question récurrente en RD Congo, comme l’a rappelé fin 2012 la suspension de l’aide du Fonds monétaire international en raison du manque de transparence dans le secteur des mines. Selon Mark Bristow, patron de Randgold, 90 % des opérateurs ne respecteraient pas la loi. Le pays est engagé depuis environ deux ans dans une révision de son code minier, ce qui suscite beaucoup d’inquiétudes malgré l’implication de la Banque mondiale. Une des principales mesures pourrait être la prise d’une participation de 15 % de l’État dans tous les nouveaux projets. Les coupures d’alimentation électrique restent l’autre problème récurrent rencontré par les opérateurs. Le secteur demeure néanmoins toujours aussi dynamique compte tenu de la richesse des gisements de cuivre et de cobalt de la région du Katanga. En décembre 2013, Glencore Xstrata a par exemple annoncé avoir acquis pour 430 millions de dollars 14,5 % du capital de la mine de Mutanda, ce qui porte sa participation à 69 %."
° http://economie.jeuneafrique.com/dossiers-2/550-les-miniers-de-si-mauvais-voisins-/21367-metaux-les-dossiers-chauds.html


° http://economie.jeuneafrique.com/dossiers-2/458-le-katanga-grandeur-nature/10618-dossier-katanga-du-bon-usage-des-mines.html


Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ILLUSION DES 5 CHANTIERS ET DE LA RÉVOLUTION DE LA MODERNITÉ

Message  El-Shaman le 10/5/2017, 7:39 pm

Est-ce-que mbongo ya 5 chantiers yango wana te ekenda na Panama papers oyo batu ya Kabila bayiba ???

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ILLUSION DES 5 CHANTIERS ET DE LA RÉVOLUTION DE LA MODERNITÉ

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum