Udps toujours udps...chaos total au palais du peuple.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Udps toujours udps...chaos total au palais du peuple.

Message  Imperium le 13/10/2016, 8:29 pm

POUR COUPS ET BLESSURES CONTRE LE RAPPORTEUR ADJOINT DE LEUR GROUPE PARLEMENTAIRE
Trois députés UDPS traduits en justice !
jeudi 13 octobre 2016 Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy


Ça sent le roussi au Groupe parlementaire UDPS et alliés. Hier, la boxe, le karaté ou le judo - c’est selon - s’est invité dans ce groupe parlementaire à l’esplanade du Palais du peuple où trois députés du parti d’Etienne Tshisekedi ont molesté, devant la presse, un de leurs collègues, le député Amy Ambatobe Nyongolo, qui n’a pas hésité à porter plainte auprès du Procureur général de la République. Dans le collimateur, les députés Martin Kabuya Mulamba, MPapy Niango Munshenvula et Guy Muadianvita. Récit.

Evénements dignes d’un mauvais cinéma hollywoodien de série B au Palais du peuple, ce temple de la démocratie respecté de tous. En scène, trois députés UDPS qui agressent, violentent et rouent de coups un de leurs collègues sous le regard ébahi de journalistes et des policiers commis à la sécurité du Parlement.
L’histoire a de quoi surprendre, surtout de la part des chantres autoproclamés de la démocratie. Il a fallu l’intervention du président du Sénat, Léon Kengo wa Dongo, pour calmer les esprits. Victime de cette violence, le député Amy Ambatobe Nyongolo, a porté plainte aurpès du Procureur général de la République contre ses collègues Martin Kabuya Mulamba, MPapy Niango Munshenvula et Guy Muadianvita.

LA REACTION VEHEMENTE DE SAMY BADIBANGA
Dans les couloirs du Palais du peuple, on n’a pas fini de jaser sur l’info du jour. Tout a commencé lorsque, en date du 11 octobre 2016, le député Ambatobe Nyongolo, en sa qualité de rapporteur adjoint du groupe parlementaire UDPS et Alliés, appelle ses collègues à une réunion en la salle des spectacles du Palais du peuple. La rencontre revêt une importance capitale : il s’agit de mettre au clair la position du groupe sur la situation politique de l’heure.
En effet, depuis une semaine, trois sociétaires du groupe, à savoir Fabien Mutomb, Papy Niango et Jean Claude Vuemba ont été supendus par le président de ce groupe, M. Samy Badibanga, pour insubordination, détournement des fonds et faux et usage de faux. Ces derniers ont alors signé une déclaration par laquelle ils affirmaient avoir destitué le président du groupe. Après un communiqué de démenti par le rapporteur adjoint Ambatobe, une réunion de clarification s’imposait.

CONFIANCE RENOUVELEE
Selon M. Ambatobe que nous avons contacté, tous les membres du groupe parlementaire ont ainsi été appelés à la plénière, à la notable exception de trois suspendus. A en croire les participants, la réunion s’est bien déroulée et, à l’unanimité, les députés présents ont dénoncé leurs collègues signataires de la déclaration du 10 octobre, et ont réaffirmé leur confiance à Samy Badibanga en tant que président du groupe parlementaire UDPS et Alliés.
Sur ce, un communiqué sanctionnant la réunion a été rédigé. Mais, au moment où M. Ambatobe Nyongolo s’avançait dans le hall pour en donner lecture aux nombreux journalistes qui attendaient devant l’entrée principale du Palais du peuple, surgit le député Guy Muadianvita qui, avec une rare violence, l’empoigne, le bouscule, lui arrache le communiqué après l’avoir roué de coups ! Nul n’en croit ses yeux.
"Le pauvre parvient à se tirer de l’étreinte, demande et obtient une autre copie du communiqué et s’avance devant les journalistes lorsque, cette fois-ci, arrive Martin Kabuya Mulamba. Ce dernier se jette sur lui, et tente, par tous les moyens,de lui arracher le communiqué", commente un témoin.
Ambatobe s’en tire encore une fois avec des coups et des insultes. C’est à ce moment que les députés ayant participé à la réunion arrivent, et s’interposent vivement, arrachant leur collègue de fourches caudines de son agresseur. Ils exigent coûte que coûte la lecture de leur communiqué. Mais, c’était compter sans l’intervention de Papy Niango qui en vint, à son tour, bousculer son collègue, y allant de ses insultes et menaces. La scène est franchement surréaliste.
Finalement, c’est Léon Kengo wa Dondo, qui s’apprêtait à quitter le Palais du peuple, qui est venu intervenir, tirant à côté les trois députés agresseurs. C’est dans ces conditions que le rapporteur adjoint a pu lire son communiqué. Mais juste après, il a écrit au président du bureau de la chambre basse pour le saisir de cette agression, et, surtout, il a saisi le Procureur général de la République par une plainte en bonne et due forme afin que justice soit faite.

Hypocrisie pure et simple
Des sources proches du groupe parlementaire UDPS et Alliés renseignent que ce groupe s’était réuni le 15 juin, et avait levé l’option de rencontrer le facilitateur du dialogue Edem Kodjo. Une rencontre avec ce dernier aura ainsi lieu le 16 juin, au cours de laquelle Martin Kabuya défendit le droit du groupe à obtenir un quota qui ne doit pas passer par le parti UDPS. Il faillit en venir aux mains avec Fabien Mutomb qui s’y opposait.
Après cette rencontre, le groupe se réunit à nouveau à son siège le même jour et leva, à l’unanimité, l’option de participer au dialogue depuis le comité préparatoire et chargea, de ce fait, son président Samy Badibanga de garder un contact permanent avec le facilitateur. "Nous sommes donc étonnés de voir de telles réactions de la part de gens qui avaient pourtant l’option de partciper au dialogue. C’est de l’hypocrisie pure et simple", nous confie un député de l’UDPS.
Le même député nous informe également que, pour avoir aligné Martin Kabuya comme candidat aux prochaines élections provinciales sur liste UDPS, le président fédéral de l’UDPS/Kasaï central, M. Blandard Tshimbombo, a été suspendu par Tshisekedi en personne qui n’a pas voulu entendre parler de ce député élu de Dibaya. "Alors, à quoi il joue ? A amadouer Tshisekedi ? Il ne le connaît pas !", assure-t-il.
La justice ayant été saisie en procédure de flagrance, les jours à venir vont nous renseigner sur l’avenir judiciaire immédiat de trois députés qui risquent gros avec cette affaire. Tout bien considéré, l’honorabilité de nos élus en a pris un sacré coup.

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum