congodiaspora
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -33%
Casque The Mandalorian, Casque électronique ...
Voir le deal
100.99 €

VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ?

Aller en bas

VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE  ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ? Empty VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ?

Message  ndonzwau 23/8/2022, 3:55 pm

VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ?

1. Des conflits fonciers ou d'autres raisons entraînent une cohabitation qui peut vite devenir violente entre des communautés voisines. L'on se souvient que fin 2018 de graves attaques intercommunautaires ont eu lieu sur le territoire de Yumbi dans la province de Mai-Ndombe, elles auraient même été planifiées et exécutées avec le soutien des chefs coutumiers et constituaient des 'crimes contre l'humanité', selon beaucoup d'observateurs. Elles auraient causé la mort de 500 à 1000 personnes dont certaines jetées dans le fleuve, une centaine de blessés, un millier de destructions ou pillages de maisons, églises, écoles et centres de santé, des tortures ainsi que des violences diverses dont des viols et  et des milliers de déplacées dont certains jusqu'au Congo/Brazza et opposaient les communautés Banunu et Batende.
L’enquête a révélé que tout était parti d'un différend à propos de l’enterrement d'un chef coutumier et tout s'est enclenché rapidement dans la violence. A ma connaissances jusqu'à ce jour les auteurs, les facilitateurs et complices de ces crimes atroces n'ont jamais été sanctionnés mais la démission coupable des dirigeants locaux (dont alors Ngobila l'actuel gouverneur de Kinshasa) et centraux à Kinshasa n'ont jamais été sanctionnés malgré un procès interminable.

2. Aujourd'hui d'autres morts sont en cours dans la même province mais dans le territoire de Kwamouth dans un affrontement à la machette entre la communauté Teke, qui s’estime première occupante et celle des Yaka et le bilan macabre comme par le passé s'allonge (au moins 30 morts déjà, des blessés et des déplacés).

3. L'enjeu pour le pays c'est chercher à prévenir et résoudre ces conflits à dominante ethnique avec des structures adaptées. Les sociétés civiles organisées un peu partout devraient agir concrètement. Et surtout le gouvernement et ses administrations locales devraient organiser des actions pour que leurs services, la police et les services de renseignement mais aussi l'administration arrivent contenir jusqu'à les éradiquer toutes ces velléités de division y compris par une législation contraignante même s'il y est d'abord question de l'absence de l'autorité de l’État et de la précarité sociale de la population. L’État à commencer par son sommet devrait prendre conscience du lourd risque pour le pays de tels conflits. Où en est-on ???



"RDC: des morts dans des violences inter-communautaires dans la province du Maï-Ndombe - 21/08/2022
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20220821-rdc-des-morts-dans-des-violences-inter-communautaires-dans-la-province-du-ma%C3%AF-ndombe

VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE  ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ? 20211022071158216770_Kwamouth_BON

VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE  ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ? 20200117153304044562-Mai-Ndombe
Carte de la province de Mai-Ndombe

Ces affrontements ont éclaté il y a plusieurs semaines à 200 km de Kinshasa, dans le territoire de Kwamouth, sur la rivière Kasaï. Ils opposent la communauté Teke, qui s’estime première occupante, à celle des Yaka. Lors d'un conseil des ministres, vendredi, le chef du gouvernement Sama Lukonde a décidé de dépêcher une mission sur place.
Avec notre correspondant à Kinshasa, Kamanda wa Kamanda Muzembe
Le conflit a dégénéré il y a environ trois semaines. Les Teke et les Yaka s’affrontent à la machette. Les corps baignent dans le sang, on brûle les cases, la population déserte le territoire de Kwamouth. « Vendredi, le village de Masia-Kwa a été attaqué par des assaillants. Il y a eu plus de 15 morts et on note aujourd'hui plus de 31 blessés graves dans l'hôpital de Lediba [sur l'autre rive de la Kasaï, en face de Masia-Kwa, NDLR] », indique Me Willy Bolio, député national élu de la province du Maï-Ndombe. 
Les rescapés traversent la rivière Kasaï pour se réfugier dans la ferme Socoa, explique Me Willy Bolio, qui en appelle à l'armée : « C'est du terrorisme parce que c'est presque le même mode opératoire qu'à l'est de la République démocratique du Congo. Notre crainte est que le gouvernement se contente de faire l'appel à la paix comme si on était dans un terrain d'évangélisation. Ce que ces assassins sont en train de faire n'a qu'une seule réponse : la riposte de l'armée. »

Selon un autre député national qui s’est confié à la presse, des agents de l’ordre et de sécurité qui ont été envoyés pour remettre de l’ordre dans le village de Ngamboni ont tous été tués. Le gouverneur du Maï-Ndombe et celui de la province voisine du Kwilu sont attendus sur place dans les 48 heures.


"RDC: après les violences inter-communautaires, le gouvernement veut rétablir l'ordre dans le Maï-Ndombe - 23/08/2022
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20220823-rdc-apr%C3%A8s-les-violences-inter-communautaires-le-gouvernement-veut-r%C3%A9tablir-l-ordre-dans-le-ma%C3%AF-ndombe
En RDC, le gouvernement veut imposer la paix dans la province du Maï-Ndombe. Ce 23 août, le vice-Premier ministre chargé de l’Intérieur et de la Sécurité doit arriver dans le territoire de Kwamouth, où sont signalés les affrontements inter-communautaires. C’est la désolation dans cette contrée.
Avec notre correspondant à Kinshasa, Kamanda wa Kamanda-Muzembe

Des scènes macabres à Kwamouth. Les cadavres jonchent le sol, les uns découpés à la machette, d’autres tués par balles. Dans le territoire voisin de Bolobo, une trentaine de blessés sont pris en charge à l’hôpital secondaire de Lediba, plus de 2 000 personnes ont trouvé refuge dans les églises, les écoles, les postes de police. « Ces femmes, ces hommes et ces enfants sont abandonnés à leur triste sort », témoigne le docteur Sony Mukutu Kie qui travaille à l’hôpital local.
De source gouvernementale, l’assistance humanitaire devrait arriver ce mardi à Kwamouth. Le chef du gouvernement a confié une double-mission au vice-Premier ministre chargé de l’Intérieur et de la Sécurité, Daniel Aselo : à savoir faciliter le dialogue social entre les communautés en conflit, les Teke et les Yaka, et rétablir l’autorité de l’État.
Au moins deux cents hommes en uniforme ont été dépêchés dans la province du Maï-Ndombe. Ces affrontements intercommunautaires ont éclaté il y a environ trois semaines dans cette contrée. Et c’est, encore une fois, un problème de droits de terre qui a mis le feu aux poudres.


"Tensions communautaires à Kwamouth: au moins 28 personnes tuées depuis le début du conflit - 23 août 2022
= https://actualite.cd/2022/08/23/tensions-communautaires-kwamouth-au-moins-28-personnes-tuees-depuis-le-debut-du-conflit
Depuis le début de ce conflit, au moins 28 personnes ont été tuées, plusieurs autres blessées, des maisons incendiées et de nombreux habitants poussés au déplacement à la suite des violences qui opposent les Teke et Yaka depuis juillet dernier dans le territoire de Kwamouth.

Un calme précaire règne depuis lundi 22 août dans la région après l'arrivée la soirée de dimanche de plus de 200 militaires en provenance de Kinshasa. Ces militaires sont actuellement dans la cité de Kwamouth, chef-lieu du territoire. Ils sont déployés dans cette partie pour rétablir la paix et la sécurité dans cette partie.
“La situation est actuellement calme à Kwamouth parce que nous avons reçu la délégation des militaires arrivés hier soir [dimanche, Ndlr]. Nous sommes dans la paix. Mais pour qu'on se rassure, il faut que ces militaires soient déployés dans la forêt là où sont les infiltrés, où les gens ont été égorgés”, a dit à ACTUALITE.CD , Djibril Lofembe, un habitant de la cité de Kwamouth. 

Le député national Guy Musomo, élu de Kwamouth abonde dans le même sens, mais indique que deux personnes armées ont été arrêtées après une attaque maîtrisée par les militaires au village Mokele. Il appelle les deux communautés en conflit à reprendre la cohabitation pacifique. 
“Le gouvernement central a entendu nos cris, il y a eu un contingent composé à peu près de 200 militaires qui sont arrivés à Kwamouth. La population était vraiment en liesse parce qu'elle espère que ces militaires feront en sorte que le territoire de Kwamouth puisse recouvrer la paix. Il y a un calme précaire parce qu'hier, cette même milice allait attaquer le village de Mokele, deux personnes ont été arrêtées par les militaires. Ces gens sont armés de calibre 12, plus de flèches. Ces populations doivent vivre ensemble parce que c'est constitutionnel. Mais nous n'avons pas besoin des bandits qui viennent semer la terreur, organiser une milice pour s'attaquer à d'autres populations. Kwamouth est un territoire hospitalier, nous avons besoin de cette cohabitation pacifique”, a-t-il dit. 
Des rumeurs sur de nouvelles attaques notamment dans la cité de Kwamouth se sont répandues samedi dernier. Les assaillants ont annoncé également des attaques aux villages Masiambio camp Banku. 
Depuis le début de ce conflit, au moins 28 personnes ont été tuées, plusieurs autres blessées, des maisons incendiées et de nombreux habitants poussés au déplacement. 

Contexte
La cause de ce conflit était au départ le désaccord sur les redevances coutumières notamment sur la quantité de tribut à verser aux autorités locales Teke par les non originaires qui sont les Yaka. Ensuite, les Yaka ont accusé les Teke de leur imposer le renouvellement après 5 ans, des contrats de vente des espaces forestiers déjà acquis auprès des  autorités locales. Ce que les Teke ne reconnaissent pas, ils accusent à leur tour les Yaka d'avoir installé des chefs coutumiers en remplacement des autochtones Teke dans certains villages en recourant aux armes.

= https://actualite.cd/2022/08/20/rdc-kwamouth-au-moins-15-personnes-tuees-vendredi
= https://actualite.cd/2022/08/19/rdc-sept-personnes-tuees-lors-de-nouveaux-affrontements-entre-yaka-et-teke-kwamouth
= https://actualite.cd/2022/08/11/rdcmai-ndombe-six-agents-des-forces-de-lordre-et-de-securite-tues-kwamouth-territoire

"RDC : plusieurs villages désertés à la suite du conflit Tekes-Yakas à Kwamouth - 23/08/2022
= https://www.radiookapi.net/2022/08/23/actualite/securite/rdc-plusieurs-villages-desertes-la-suite-du-conflit-tekes-yakas

VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE  ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ? 20220820173652695960_IMG-20220820-WA0025
Des déplacés du village Masiakwa dans le territoire de Kwamouth qui ont passé nuit à la plage en face de Bolobo. Ph/ Droits tiers

Plusieurs villages du territoire de Kwamouth (Mai-Ndombe) se sont complètement vidés de leurs habitants, à la suite du conflit interethnique qui oppose les peuples Téké et Yaka. Les jeunes de la cité de Kwamouth, chef-lieu du territoire, munis d'armes blanches, organisent actuellement des veillées dans l’idée de repousser une imminente attaque des hommes armés, a annoncé lundi 22 août la société civile locale. 
  
Selon plusieurs sources, les villages complètement vidés de leurs populations sont entre autres Masiambe, Nsia, Nsiene, Miboro et Engweme. Leurs populations se sont rendues soit vers le territoire voisin de Bolobo et soit vers la République du Congo en face.  
Ces habitants fuient les hostilités de ces derniers temps entre les peuples Téké et Yaka. Sur place au chef-lieu de Kwamouth, la situation est de plus en plus tendue depuis dimanche. Les jeunes gens déjà mobilisés, attendent l’attaque des assaillants. 
 « Ils avaient promis d’attaquer Kwamouth depuis hier. Au moment où nous parlons, Kwamouth est mobilisé, tous les jeunes sont maintenant aux aguets, les femmes déplacées. Celui qui veut la paix prépare la guerre, c’est pourquoi les jeunes se sont mobilisés. Ils veillent la nuit comme la journée, ils se retrouvent dans tous les coins, ils circulent avec des machettes. Donc, ils s’apprêtent quand même », explique le vice-président de la société civile de ce territoire, Martin Suta.
 En attendant, le conseil de sécurité provincial du Mai-Ndombe conduit par la gouverneure Rita Bola, est parti pour Kwamouth dans le but de maîtriser la situation. Il se trouve au chef-lieu du territoire de Mushi pour des raisons techniques, a signalé l’un des membres de cette équipe

"Daniel Aselo : « Les Yaka et Teke doivent se rappeler qu’il y a de centaines d’années qu’ils vivent ensemble » - 22/08/2022
= https://www.radiookapi.net/2022/08/22/emissions/linvite-du-jour/daniel-aselo-les-yaka-et-teke-doivent-se-rappeler-quil-y-de

VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE  ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ? 20220613164735598846_index
Le vice- Premier ministre et ministre de l’Intérieur, Daniel Aselo Okito devant le Sénat. Photo Sénat

Le gouvernement a dit, le week-end dernier, fournir des efforts pour mettre fin aux conflits ethnique ayant fait de pertes en vies humaines et dégâts matériels énormes, entre les peuples Teke et Yaka dans le territoire de Kwamouth (Maï-Ndombe).
Invité de Radio Okapi, le Vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur, Daniel Aselo regrette que ce conflit ait fait des morts mais récuse des ONG qui veulent manipuler les informations et remonter la population sur cette situation.

« Les Yaka et Teke doivent se rappeler qu’il y a de centaine d’années qu’ils vivent ensemble et qu’il n’y a pas de raisons, pour des ambitions politiques que ces deux peuples qui ont toujours vécu en semble viennent se faire tuer », a-t-il déclaré
Le ministre de l’Intérieur a recommandé aux deux peuples de se renouveler la confiance, assurant l’accompagnement du gouvernement pour le retour de la paix dans ce coin du pays.
Daniel Aselo s’entretient avec Guy Mathe.
SON//////////////////////////////////////////////
  • play
  • stop
  • mute
  • max volume

00:00-04:18
  • repeat

Télécharger


"Conflits Teke-Yaka à Kwamouth : le gouvernement veut « rapprocher ces filles et fils qui s’entretuent » - 21/08/2022
= https://www.radiookapi.net/2022/08/21/actualite/securite/conflits-teke-yaka-kwamouth-le-gouvernement-veut-rapprocher-ces-filles
Le gouvernement de la RDC, dans le conflit entre les Teke et les Yaka à Kwamouth dans la province du Mai-Ndombe, « veut rapprocher ces filles et fils  qui s’entretuent ». C’est ce qu’a déclaré le vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur qui s’est exprimé ce dimanche 21 aout sur Radio Okapi à ce sujet.
 
Daniel Aselo rejette les allégations selon lesquelles le gouvernement central est resté silencieux face à cette situation. Il annonce qu’il y a deux semaines, dès que les informations ont été mises à sa disposition, il a pris toutes les précautions afin que l’ensemble du gouvernement soit mis au courant de ce qui se passe dans le territoire de Kwamouth. 
Il a aussi indiqué que lors du dernier Conseil des ministres, il est revenu sur cette question et des instructions ont été données par le chef de l’Etat pour qu’une délégation gouvernementale se rende dès le début de la semaine dans cette province pour mettre fin à cette situation.
« Le gouvernement de la République a ses branches : il y a le gouvernement provincial, il y a tous les services de l’Etat. Il n’est pas dit que lorsqu’un problème se pose quelque part, il faut que ça nécessairement le Président de la République ou le Premier ministre qui agisse. Nous avons l’armée, la police, les services de renseignement et de sécurité. Mais qui vous fait croire qu’Il y a silence. Au niveau des institutions de la province et au niveau des autres services de l’Etat, le travail est en train de se faire pour que tout ce qui serait à la base de ces affrontements cesse », a noté Daniel Aselo.
Selon lui, « il s’agit d’un conflit tribalo ethnique ».

"RDC : 2 gouverneurs attendus à Kwamouth pour baisser la tension entre Teke et Yaka - 19/08/2022
= https://www.radiookapi.net/2022/08/19/actualite/societe/rdc-2-gouverneurs-attendus-kwamouth-pour-baisser-la-tension-entre-teke

VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE  ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ? 20220726221710853442_Incendie_Bon
(Photo d'illustration)
Une moto et une maison incendiées lors de vives tensions entre les peuples Tekes et Yakas dans le territoire de Kwamouth au Mai-Ndombe. Dimanche 24 juillet 2022. Radio Okapi/Ph. Irène Mboma


Les gouverneurs du Maï-Ndombe et du Kwango sont attendus, dans 48 heures, à Kwamouth pour apaiser la tension entre Teke et Yaka.
Jacks Mbombaka, gouverneur intérimaire du Maï-Ndombe a annoncé cette descente, jeudi 18 aout, dans l’émission Dialogue entre Congolais de Radio Okapi.
Les accrochages entre ces deux peuples ont été enregistrés dans plusieurs coins de Maï-Ndombe notamment à la cité de Kwamouth ainsi que dans les villages Dumu, Ngambomi.

Le spécialiste en analyse et résolution des conflits, Naupess Kibiswa estime qu’il faudrait que les autorités agissent en amont en y installant des structures de prévention et de résolution des conflits.
L’ONG Action pour la défense des droits humains (ADH), une structure de la société civile basée à Nioki, se dit préoccupée de ce conflit ethnique.
Cette organisation recommande aux autorités de trouver de solution sinon la province de Maï-Ndombe connaitra des difficultés énormes.
De vives tension prévalent, depuis trois semaines, entre Teke et Yaka ayant fait des morts et de blessés graves.




"Rapport de mission d’enquête spéciale sur les violences intercommunautaires des 16 et 17
décembre 2018 dans le territoire de Yumbi

= https://monusco.unmissions.org/sites/default/files/drc_-_report_on_yumbi_-_march_2019_final_2.pdf

VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE  ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ? 1Rmx6qYbac4ACa7jjmlS6s

= https://monusco.unmissions.org/sites/default/files/bcnudh_-_communique_de_presse_-_rapport_yumbi_2.pdf
"Massacres de Yumbi : au rythme lent de la justice 610 juin 2022
= https://www.justiceinfo.net/fr/93474-massacres-yumbi-rythme-lent-justice.html
"RDC : l’ONU conclut à de possibles crimes contre l’humanité sur le territoire de Yumbi - 12 mars 2019
= https://news.un.org/fr/story/2019/03/1038491



Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #


Dernière édition par ndonzwau le 24/8/2022, 12:58 pm, édité 2 fois

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE  ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ? Empty Re: VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ?

Message  ndonzwau 24/8/2022, 12:36 pm

"


"RDC: après les violences inter-communautaires, le gouvernement veut rétablir l'ordre dans le Maï-Ndombe - 23/08/2022
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20220823-rdc-apr%C3%A8s-les-violences-inter-communautaires-le-gouvernement-veut-r%C3%A9tablir-l-ordre-dans-le-ma%C3%AF-ndombe

VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE  ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ? Mai-Ndombe-les-ecoles-de-Kwamouth-se-trouvent-dans-une-etat

En RDC, le gouvernement veut imposer la paix dans la province du Maï-Ndombe. Ce 23 août, le vice-Premier ministre chargé de l’Intérieur et de la Sécurité doit arriver dans le territoire de Kwamouth, où sont signalés les affrontements inter-communautaires. C’est la désolation dans cette contrée.
Avec notre correspondant à Kinshasa, Kamanda wa Kamanda-Muzembe

Des scènes macabres à Kwamouth. Les cadavres jonchent le sol, les uns découpés à la machette, d’autres tués par balles. Dans le territoire voisin de Bolobo, une trentaine de blessés sont pris en charge à l’hôpital secondaire de Lediba, plus de 2 000 personnes ont trouvé refuge dans les églises, les écoles, les postes de police. « Ces femmes, ces hommes et ces enfants sont abandonnés à leur triste sort », témoigne le docteur Sony Mukutu Kie qui travaille à l’hôpital local.
De source gouvernementale, l’assistance humanitaire devrait arriver ce mardi à Kwamouth. Le chef du gouvernement a confié une double-mission au vice-Premier ministre chargé de l’Intérieur et de la Sécurité, Daniel Aselo : à savoir faciliter le dialogue social entre les communautés en conflit, les Teke et les Yaka, et rétablir l’autorité de l’État.
Au moins deux cents hommes en uniforme ont été dépêchés dans la province du Maï-Ndombe. Ces affrontements intercommunautaires ont éclaté il y a environ trois semaines dans cette contrée. Et c’est, encore une fois, un problème de droits de terre qui a mis le feu aux poudres.


"Kwamouth : l’Assemblée nationale demande à la population « d’abandonner la violence et de vivre en paix » -23.08.2022
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-109528_kwamouth_l_assemblee_nationale_demande_a_la_population_d_abandonner_la_violence_et_de_vivre_en_paix.html
Le bureau de l’Assemblée nationale et les Caucus des députés nationaux de Mai-Ndombe et de Kwango appellent les peuples Teke et Yaka du territoire de Kwamouth à abandonner la violence et de vivre en paix.

Ils ont lancé ce message ce vendredi 19 aout, à l’issue d’une réunion convoquée par le bureau de l’Assemblée nationale à Kinshasa.
« Nous nous sommes retrouvés entre le Caucus du Mai-Ndombe et le Caucus du Kwango, avec le bureau de l’Assemblée nationale, à la suite des drames, des incidents malheureux qui se déroulent à Kwamouth. Les peuples Teke et Yaka ont vécu toujours ensemble depuis des siècles. Il est malheureux aujourd’hui de constater que les gens sont en train de s’entretuer », a rappelé Christophe Mboso, président de l’Assemblée nationale.
« Nous demandons à la population de garder le calme, de laisser la violence et de vivre en paix. Nous enverrons une délégation des députés qui se rendra sur place. Et le président de chaque caucus et l’élu de Kwamouth vont s’adresser à la population de Kwamouth et de l’ensemble de Mai-Ndombe parce qu’à Yumbi, il y a également des problèmes », a-t-il ajouté.
Plusieurs morts ont déjà été enregistrés à la suite des conflits intercommunautaires. Parmi les victimes on compte les forces de sécurité, les Yaka et les Teke. Des maisons ont aussi été incendiées à la suite de ce conflit. Des appels au calme se multiplient, mais les violences se poursuivent.


"Accrochage entre Tékés et Yaka à Kwamouth : pour Martin Fayulu, « l’État n’existe pas » - 23 août 2022
= https://iwebrdc.com/accrochage-entre-tekes-et-yaka-a-kwamouth-pour-martin-fayulu-letat-nexiste-pas/
L’accrochage survenu mercredi 3 aout, entre les peuples Téké et Yaka, dans le territoire de Kwamouth (Maï-Ndombe), attire l’ire de Martin Fayulu. Pour cet opposant, ce qui se passe à Kwamouth est inacceptable et prouve que l’État n’existe pas.
« Ce qui se passe à Kwamouth est inacceptable. La bestialité qui y règne dépasse tout entendement, preuve que l’Etat n’existe pas en RDC. Les institutions illégitimes sont très limitées. Il faut mettre un terme à cette horreur cancérigène. N’oublions jamais “Congo Ekolo Moko” [NDLR : Congo, un seul pays] », a-t-il déclaré ce mardi sur Twitter.


Pour rappel, au Maï-Ndombe, plusieurs personnes avaient perdu la vie dans un nouvel accrochage entre Tékés et Yaka à Kwamouth. Après ces drames, le Gouvernement provincial de Mai-Ndombe avait sollicité le déploiement d’un bataillon FARDC, pour stabiliser la situation sécuritaire dans le territoire de Kwamouth en proie aux violences communautaires entre les Teke et Yaka.
En effet, le Premier Ministre, Sama Lukonde, dans sa communication au traditionnel Conseil des Ministres du vendredi 19 août 2022 tenu en présentiel dans la cité de l’Union Africaine présidé par le Chef de l’État Félix Tshisekedi, avait décidé de dépêcher une délégation, pour faire un état de lieu du conflit communautaire entre ces peuples.


"Tardive réaction de Kinshasa face à deux conflits communautaires en RDC - 21-08-2022 | 1
= https://www.africa-press.net/congo-kinshasa/toutes-les-actualites/tardive-reaction-de-kinshasa-face-a-deux-conflits-communautaires-en-rdc
Deux conflits communautaires minent la paix sociale en République démocratique du Congo. Il s’agit de celui opposant les Teke et les Yaka dans le Mai-Ndombe, ainsi que les Hema et les Lendu à Djugu.

Lors de la 65e réunion du conseil des ministres tenue vendredi 19 août à la Cité de l’Union Africaine, le gouvernement a pris la décision de diligenter une mission dans la province du Maï-Ndombe, territoire de Kwamouth, suite aux affrontements entre les communautés ethniques Teke et Yaka.
Cette mission devra faire l’état des lieux de la situation sécuritaire et humanitaire en vue de prendre des mesures supplémentaires qui s’imposent.
Il s’agit d’une réaction tardive de Kinshasa qui pouvait bien prévenir le pire, car des organisations de la société civile avaient bien tiré la sonnette d’alarme, sans aucun répondant.
Il a fallu compter des morts pour que cela retienne l’attention de l’exécutif central, chose que l’opinion déplore depuis des années dans la manière de gouverner des autorités.
En attendant que l’équipe soit sur place, “le gouvernement réitère sa compassion et sa solidarité aux populations touchées par ces violences”, lit-on dans le compte rendu de ce samedi 20 août signé par le porte-parole Patrick Muyaya.

Conflits Lendu – Hema
Le vice-premier ministre, ministre de l’Intérieur, sécurité, décentralisation et affaires coutumières, Daniel Aselo Okito, a, de son côté, attiré l’attention du Conseil sur les conflits intercommunautaires opposant les Lendu et les Hema en territoire de Djugu. Ces derniers ont créé une situation d’insécurité justifiée par des affrontements au chantier minier semi-industriel de Waya, située au village de
Lingbandja, secteur de Walendu Djatsi, causant la mort de 16 personnes le 16 août dernier.
Pour revenir aux affrontements entre les Yaka et les Teke, il a soutenu que les notables souhaitent une réconciliation aux fins d’accueillir les frères réfugiés en République du Congo.


"Incidents sanglants entre Teke et Yaka : Des missions parlementaire et gouvernementale en route pour Kwamouth
= https://lepotentiel.cd/2022/08/21/incidents-sanglants-entre-teke-et-yaka-des-missions-parlementaire-et-gouvernementale-en-route-pour-kwamouth/


"RDC/Mai-Ndombe : six agents des forces de l’ordre et de sécurité tués à Kwamouth, territoire secoué par le conflit communautaire - 11 août 2022
= https://infosurbaines.com/rdc-mai-ndombe-six-agents-des-forces-de-lordre-et-de-securite-tues-a-kwamouth-territoire-secoue-par-le-conflit-communautaire/

= https://congobuzz.net/index.php/2022/08/23/conflit-teke-et-yaka-lhorreur-sinstalle-a-kwamouth-deja-plus-de-28-morts/
= https://rtnc.cd/rdc-conflit-teke-yaka-a-mai-ndombe-plus-de-200-policiers-et-militaires-deployes-pour-la-desescalade/



Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE  ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ? Empty Re: VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ?

Message  ndonzwau 3/9/2022, 5:39 pm

L'excellent éditorialiste du Forum des AS n'a pas tort de parler 'Kwamouth' comme "l’échantillon de l’autre Congo" dans le sens où il a fallu une catastrophe pour que le haut des institutions nationales débarque dans une bourgade oubliée de l'arrière-pays comme de centaines d'autres qui n’intéressent pas vraiment les ministres. Une distance et une absence de l'autorité de l'Etat préjudiciables qu'une meilleure gouvernance aurait évité.

J'ajouterais pour ma part : si l'étincelle née des différends fonciers qui a embrasé Teke et Yaka ne couvait pas partout ailleurs dans le pays prête à rendre davantage le pays ingouvernable parce que non gouverné, parce que trop paupérisé par un accompagnement du pouvoir absent à endiguer un environnement social de plus en plus précaire? L'insécurité et ses violences intercommunautaires à l'Est notamment entre Hema et Lendu, au Centre avec la tragédie des Kamuana Nsapu et maintenant à l'Ouest entre Yaka et Teke ; n'est-ce pas là une image du Congo qu'un meilleur leadership aurait évitée ou du moins aurait mieux prévenue et mieux gérée ? Pauvre pays, il faut que ça change...



"Kwamouth, l’échantillon de l’autre Congo - 30/08/2022
= https://www.forumdesas.net/2022/08/kwamouth-lechantillon-de-lautre-congo/
Bourgade située dans le Maindombe, Kwamouth se rappelle au bon souvenir du Gouvernement central. Il a fallu que la tragédie atteigne l’overdose pour voir des ministres débarquer dans ce coin de la République. Eu égard au nombre de victimes des affrontements intercommunautaires, le proverbe  selon lequel  » à quelque chose malheur est bon  » est certes à la limite de l’indécence.
N’empêche que c’est hélas, ce bilan macabre qui a valu à Kwamouth de recevoir des ministres du Pouvoir central. Et, de ce fait, sortir le temps  de cette visite,  de sa sempiternelle condition d’arrière-boutique oubliée  que cette cité  partage avec quantité d’autres localités de l’autre Congo. Celui dont on ne parle presque pas. Celui qui n’intéresse pas grand-monde. A commencer par les dirigeants drapés dans le jacobinisme kinois hérité des années Mobutu. Un centralisme à outrance auquel on ne déroge que pour s’intéresser aux carrés miniers du Katanga ou au désordre payant de l’Est du pays. Ce dernier dada n’étant pas la spécialité exclusive de Kinshasa. Des représentations consulaires occidentales, des ONGS sont plus sensibles à la misère  » coltanisée »   du Kivu qu’à la souffrance gratuite dans le Maindombe.


Sur les feux de l’actualité mortifère, Kwamouth est l’échantillon représentatif de tous ces pans du territoire national très insuffisamment couverts par le maillage territorial. Quand ils existent, les leviers du pouvoir régalien sont rarement connectés au pouvoir central.
Présenté comme antidote à la très longue distance entre gouvernants basés à Kinshasa et gouvernés, les assemblées et gouvernements provinciaux peinent à s’incarner sur le terrain, faute de  ressources correspondant à leurs attributions et charges constitutionnelles. Dépourvus de moyens de leur politique, ils n’ont même pas de quoi faire la politique de leurs moyens. De guerre lasse ou en désespoir de cause, nombre de responsables provinciaux passent le plus clair de leur temps dans la capitale.
Kinshasa, étant cette devanture achalandée façon bling bling d’une boutique vide ! Comme pour valider la théorie marxiste du centre et de la périphérie, l’arrière-boutique commence dès les faubourgs de la capitale qui sont déjà à des années-lumière de la très chic Gombe !

Présenté comme la potion magique pour booster le pays profond, le projet de développement de 145 territoires ressemble -jusqu’ici- à ce serpent de mer qui enrichit le musée -déjà fort bien garni- de promesses et autres  slogans .  »  Objectif… 0, Plan Mobutu, Cinq chantiers,  La révolution de la modernité, L’Allemagne d’Afrique, Avènement  des millionnaires congolais…  » Chaque régime y est allé de ses annonces qui, toutes ou presque, recoupent l’expression  » demain on rase gratis« . Ou valident la vieille citation mise à jour notamment par l’ancien président français  Jacques Chirac, à savoir  » les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent ou y croient« .


"RDC: une redevance coutumière serait à l'origine des violences dans le Mai-Ndombe - 02/09/2022
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20220902-rdc-une-redevance-coutumi%C3%A8re-serait-%C3%A0-l-origine-des-violences-dans-le-mai-ndombe
Les premiers secours arrivent à Kwamouth, dans la province du Mai-Ndombe, à une centaine de kilomètres de Kinshasa, plus de quatre semaines après les affrontements opposant des membres des communautés Teke et Yaka. Selon les autorités, une redevance coutumière imposée aux populations dites non originaires serait à la base du conflit. Ces violences ont fait officiellement 18 morts, 175 maisons incendiées, et des milliers de déplacés, selon les premiers chiffres publiés par le gouvernement.
Avec notre correspondant à Kinshasa, Patient Ligodi

D’après plusieurs sources, le bilan est peut-être beaucoup plus élevé. Les informations recoupées permettent d’arriver à plus de 30 morts jusque-là. Certaines sources rapportent des cas de noyades d'enfants précipités dans le fleuve. Et d'autres au sein du gouvernement ajoutent qu’au moins six membres des forces de l’ordre et de sécurité ont également été tués.
Ce conflit oppose les membres de la communauté Teke aux membres des ethnies dites non originaires du territoire de Kwamouth, parmi lesquels les Yaka, les Suku, les Mbala et les Songe.
Ces derniers s’opposent depuis plusieurs mois à la hausse d’une redevance au titre du droit coutumier sur les produits agricoles imposés par les chefs coutumiers Teke aux non originaires. Le recouvrement forcé d'une redevance coutumière suivi d’arrestations et autres traitements jugés inhumains par les victimes serait la cause des affrontements meurtriers.

À lire aussi : RDC : des morts dans des violences inter-communautaires dans la province du Mai-Ndombe
De leur côté, les Teke accusent les Yaka de tenter d’installer illégalement leurs propres chefs coutumiers sur des terres qui ne leur appartiennent pas.
La gestion de ces conflits par les forces de l’ordre et de sécurité est également pointée du doigt par les acteurs de la société civile et d’autres sources. Certains policiers sont accusés d’exécutions extrajudiciaires et de participation aux pillages de certains villages.
Une équipe d'enquêteurs du bureau conjoint des droits de l’homme des Nations unies a été dépêchée sur place. Et la crainte de voir les violences s’étendre dans d’autres provinces est davantage évoquée.


"Maï-Ndombe : encore de nouvelles tueries entre les Téké et les Yaka - 01-09-2022
= https://www.digitalcongo.net/article/631088f5cb8a04641509cfdd/

VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE  ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ? 1662026565 Internet

01-09-2022Société - Le mardi 30 août, le territoire de Kwamouth a encore été le théâtre de nouvelles tueries liées au conflit intercommunautaire entre les Téké et les Yaka dans la province du Maï-Ndombe.
Cinq personnes ont été abattues sur la route qui sépare la ville de Bandundu, chef-lieu de la province du Kwilu et le village Mongata dans la province de Maï-Ndombe.
Des sources concordantes, selon Radio Okapi, renseignent que des assaillants armés, identifiés comme appartenant à l’une des tribus en conflit, ont érigé des barrières sur cette route et procédé à un contrôle systématique des pièces d’identité des passants à la recherche de personnes de la tribu opposée. C’est là qu’ils auraient tués les cinq personnes.


D’après plusieurs sources crédibles à Bandundu dont le chargé de communication du gouverneur du Kwilu, qui revenait de Kinshasa mardi 30 aout avec le ministre provincial des Finances Papy Mitete, affirment avoir vu des personnes armées devant plusieurs barrières qu’elles ont érigées sur la route Kwilu-Mai-Ndombe, notamment au niveau du village camp Banku à près de 25 km du chef-lieu de Kwilu.
Cyrille Ekwe, chargé de communication du gouverneur du Kwilu indique qu’à ce niveau, ils ont vu par terre, cinq corps des personnes violemment tuées.
« Nous sommes arrivés au niveau du camp Banku, on a trouvé quatre barrières. A notre présence nous avons vu des morts qu’on a abattus violemment. Et nous avons vu comment est-ce qu’un groupe des jeunes était en train d’identifier les passants, C’est-à-dire, les chauffeurs des taxis motos, des bus et les propriétaires de véhicules privés. On demande des cartes d’électeurs. Nous avons vu cinq corps par terre. En tout cas cette route est en l’insécurité totale », a témoigné Cyrille Ekwe.
Le vice-gouverneur du Kwilu, Félicien Kiway reconnaît cette insécurité sur cette route nationale. Il appelle sa population à la prudence.
La gouverneure de la province de Mai-Ndombe, Rita Bola, a annoncé lundi 29 aout, le déploiement des militaires dans tous les coins de Kwamouth pour sécuriser la zone. Ce déploiement fait partie des résolutions prises par une délégation du gouvernement provincial et national qui avait séjourné à Kwamouth 3 jours plus tôt, pour chercher des solutions à la résolution du conflit qui oppose les Tekes et les Yakas depuis quelques mois.


"RDC: dix personnes fuyant les affrontements au Maï-Ndombe meurent faute d’assistance - 25 août 2022
= https://afrique.lalibre.be/72141/rdc-dix-personnes-fuyant-les-affrontements-au-mai-ndombe-meurent-faute-dassistance/
Dix personnes déplacées à la suite de violences interethniques dans la province du Mai-Ndombe, dans l’ouest de la République démocratique du Congo (RDC) ont trouvé la mort faute d’assistance de la part des autorités, a rapporté mercredi la radio onusienne Okapi, citant de sources locales. Quelque 5.000 personnes ont fui les combats qui opposent depuis plusieurs semaines les membres des communautés Teke et Yaka et qui ont fait près d’une trentaine de morts dans le territoire de Kwamouth, sur la rivière Kasaï, un des affluents du fleuve Congo, à environ 200 kilomètres au nord-est de la capitale, Kinshasa.

Dix de ces déplacés sont morts dans leur lieu de refuge à Lediba, a indiqué mercredi l’administrateur du territoire voisin de Bolobo, Nestor Mbangi, à Radio Okapi, parrainée par l’ONU.
Selon lui, ces déplacés, dépourvus de tout, vivent dans des conditions précaires.
Il a plaidé auprès du gouvernement central de Kinshasa – dont une délégation conduite par le vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur, Gilbert Kankonde Nkashama Malamba, était attendue mercredi sur place – en faveur d’une assistance pour ces déplacés.
Ce conflit interethnique, causé par des différends sur les redevances coutumières à verser aux autorités locales issues de la communauté Teke – qui s’estime première occupante des lieux – aux Yaka, non-originaires de la région, dure depuis plus d’un mois. Il avait déjà fait au moins 26 morts – dont trois policiers et trois militaires – depuis le début du mois d’août, selon la presse congolaise.
La province du Mai-Ndombe a déjà été le théâtre de conflits communautaires fin décembre 2018 dans le territoire de Yumbi. Les violences qui avaient opposé des membres des ethnies Ntende et Nunu avaient causé la mort d’au moins 500 personnes, selon l’ONU.


"Kwilu : des milliers de déplacés fuyant les affrontements à Kwamouth arrivent à Bandundu ville - 02/09/2022
= https://www.radiookapi.net/2022/09/03/actualite/securite/kwilu-des-milliers-de-deplaces-fuyant-les-affrontements-kwamouth

VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE  ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ? 20220902180709623284_4
Les déplacés de Kwamouth dans le Mai-Ndombe trouvent refuge à Bandundu au Kwilu à la suite des conflits entre les peuples Teke et Yaka. Ici c'est sur la RN 17. Ph Irène Mboma.
Radio Okapi


La ville de Bandundu, chef-lieu de la province du Kwilu, accueille depuis plus de trois jours déjà, des milliers de déplacés en provenance de la province du Maï-Ndombe.
Ces déplacés fuient les violences dans leurs milieux de vie, à la suite du conflit intercommunautaire entre les Téké et les Yaka dans le territoire de Kwamouth (Maï-Ndombe).
Ils proviennent de différentes localités et fermes de la province du Maï-Ndombe, précisément celles situées le long de la route nationale numéro 17 dans le territoire de Kwamouth.


Ils affirment avoir parcouru de très longues distances à pied pour arriver à leur lieu de refuge.
Selon eux, ils ont tout abandonné pour fuir les hostilités liées au conflit sanglant entre les Téké et les Yaka.
Ils plaident pour la restauration de la paix afin qu’ils puissent retourner dans leurs milieux de vie.
« Nous venons de la ferme Mbuma. Nous sommes venus nous réfugier à Bandundu. Nous avons fui la guerre des Yaka et les Tékés. Nos produits agricoles, nos chèvres, nos poules et vaches sont restés à la ferme. Certains de mes enfants nous ont précédés, d’autres sont derrière, à pied. La famille est en débandade. Nous voulons que la paix revienne pour que nous puissions y retourner », témoigne l’un des déplacés.
Le maire de la ville de Bandundu, Ephrem Kinda recourt à la collecte pour prendre en charge les déplacés :
« Nous avons reçu des déplacés. Ils sont vraiment nombreux. La plupart sont des femmes et de petits enfants. Ça m’a fait très mal. J’ai demandé à mes services de faire une collecte, pour s’occuper d’eux car ils sont affamés. Je n’ai pas leur nombre exact parce que depuis avant-hier, hier et aujourd’hui nous sommes en train de les enregistrer ».
Ephrem Kinda appelle la population de Bandundu à pouvoir assister ces déplacés dépourvus de tout.


"Conflit Teke-Yaka : le député Niango appelle à la mobilisation du Grand-Bandundu - 03/09/2022
= https://www.radiookapi.net/2022/09/03/actualite/politique/conflit-teke-yaka-le-depute-niango-appelle-la-mobilisation-du-grand

VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE  ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ? 20220820173652696109_IMG-20220820-WA0026
Des déplacés du village Masiakwa dans le territoire de Kwamouth qui ont passé nuit à la plage en face de Bolobo. Ph/ Droits tiers


Le député national Papy Niango a recommandé, vendredi 2 septembre, aux élites du Grand-Bandundu de se mobiliser pour mettre fin au conflit Teke-Yaka, à Kwamouth (Maï-Ndombe).
L’élu de la ville de Bandundu a lancé cette mobilisation au cours d’une conférence de presse tenue à Kinshasa :
« L’élite du Bandundu, dans son ensemble, doit être interpellée par cette situation pour qu’à l’unisson à travers les formats que nous pourrons trouver mieux pour que rapidement nous puissions nous retrouver afin de regarder objectivement que faut-il faire pour que nous ne puissions plus enregistrer de tel désarroi au Kwango, au Kwilu ou Maï-Ndombe ».
Papy Niango a également appelé les autorités du pays à plus de vigilance par rapport à ce conflit ethnique qui, selon lui, a éclaté à la porte de la capitale.
Cet élu national a en outre encouragé les efforts du gouvernement central pour pacifier le territoire de Kwamouth, après plusieurs semaines de ce conflit ethnique.
« Nous saluons également les efforts de madame le gouverneur de Maï-Ndombe NDLR : Rita Bola] qui a établi son quartier général au chef-lieu du territoire de Kwamouth. Au tant nous saluons l’implication du gouverneur du Kwilu », a-t-il conclu.
La ville de Bandundu, chef-lieu de la province du Kwilu, accueille depuis le début de cette semaine, des milliers de déplacés en provenance de la province du Maï-Ndombe.
Ces familles fuient les violences dans leurs milieux de vie, à la suite du conflit intercommunautaire entre les Téké et les Yaka dans le territoire de Kwamouth (Maï-Ndombe).


"RDC: qui se cache derrière les affrontements meurtriers du Mai-Ndombe? - 31/08/2022
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20220831-rdc-qui-se-cache-derri%C3%A8re-les-affrontements-meurtriers-du-ma%C3%AF-ndombe  
En RDC, la tension persiste dans le territoire de Kwamouth au lendemain de la visite du vice-Premier ministre chargé de l’Intérieur Daniel Aselo. Deux députés nationaux de la province du Mai-Ndombe ont exprimé leurs inquiétudes mardi à Kinshasa au cours d’une conférence de presse. Selon ces députés, il y a des manipulations derrière les affrontements intercommunautaires de ces dernières semaines dans leur province.
Avec notre correspondant à Kinshasa, Kamanda wa Kamanda-Muzembe

Selon le député de l’Union sacrée Guy Mosomo, les affrontements entre communautés Teke et Yaka ne peuvent être réduits à un différend sur une redevance coutumière. C’est une correspondance qui aurait mis le feu aux poudres. Une lettre signée d’un dénommé Kiamfu, enjoignant les Yaka à ne pas payer cette taxe, et qui contenait des menaces, explique Guy Mosomo : « À la fin de sa correspondance, si vous ne faites pas gaffe, la situation de Kwamouth sera comme la situation de Yumbi. »
Yumbi, c’était en décembre 2018. Les affrontements entre les communautés Batende et Banunu avaient fait plus de 500 morts et détruits de nombreux villages. Et le procès se fait encore attendre.
Et cet homme, qui est-il ? « Selon nos informations, il habite Kasongo-Lunda, il est chef de groupement, mais il veut avoir une certaine influence sur le bas Yaka, qui vit sur les terres Teke. Il y a des commanditaires derrière. »
Le député du FCC Willy Bolio demande pour sa part au gouvernement de prendre ses responsabilités : « Grand merci à Ocha qui a pris des dispositions pour aller secourir les gens, mais le gouvernement lui-même devrait faire quelque chose. »
L’armée a mis la main sur plusieurs agresseurs qui seraient en cours de transfert vers Kinshasa, la province du Mai-Ndombe étant dépourvue de magistrats.
Daniel Aselo, vice-premier ministre congolais en charge de l’intérieur revient sur sa mission à Kwamouth
Pascal Mulegwa


"RDC: quel bilan pour la visite gouvernementale dans le Mai-Ndombe? - 29/08/2022
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20220829-rdc-quel-bilan-pour-la-visite-gouvernementale-dans-le-ma%C3%AF-ndombe
Le calme semble être revenu à Kwamouth, territoire de la province du Mai-Ndombe où des affrontements intercommunautaires sont signalés depuis près d’un mois. Une délégation du gouvernement dépêchée depuis jeudi y a séjourné jusqu'à samedi. Conduite par Daniel Aselo, le vice-Premier ministre en charge de l’Intérieur et de la Sécurité, elle comprenait plusieurs membres du gouvernement et la gouverneure du Mai-Ndombe, Rita Bola.
Avec notre correspondant à Kinshasa, Kamanda wa Kamanda-Muzembe

Le bilan des affrontements entre communautés Teke et Yaka a été revu à la baisse. Alors que le chiffre de 35 morts avait été annoncé précédemment, le vice-Premier ministre chargé de l’Intérieur et de la Sécurité a parlé d’environ 20 personnes décédées. L’administrateur du territoire de Kwamouth a été suspendu de ses fonctions.   
Les membres de la délégation ont pu rencontrer des représentants de la communauté Teke, qui ont donné leur version du conflit. Ils demandent au gouvernement de mieux assurer leur protection, afin de pouvoir accéder à leurs champs et à leurs fermes.

2 000 réfugiés dans le territoire de Lediba

Les officiels n’ont en revanche pu s’entretenir avec ceux de la communauté Yaka, qui a déserté la ville de Kwamouth depuis ces événements, ni accéder aux villages où ont eu lieu les affrontements, selon Daniel Aselo. Une rencontre devra être organisée avec les représentants de l’État, dans un lieu à définir.
Par ailleurs, la délégation gouvernementale a rendu visite aux blessés soignés à l’hôpital secondaire de Lediba, le territoire voisin, où plus de 2 000 personnes ont trouvé refuge dans des écoles, des églises et des bureaux de la police.
Selon le député national Willy Bolio, élu de Mai-Ndombe, le contingent militaire dépêché à Kwamouth a eu un accrochage hier soir avec un groupe d'assaillants. Trois d'entre eux ont été capturés et ramenés à Kwamouth où ils sont gardés sur un navire, en attendant d'être présentés aux autorités judiciaires.



" Conflit au Mai-Ndombé: la route vers Kinshasa est barrée - 1 septembre 2022
= https://www.voaafrique.com/a/rdc-conflit-au-mai-ndomb%C3%A9-la-route-vers-kinshasa-est-barr%C3%A9e/6727335.html


VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE  ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ? 0BFECA52-A232-4ED9-B908-7AA7BFA90FF6_w250_r1
Embed      
Télécharger  
Plus de passage entre la province du Kwilu et celle de Mai Ndombé vers Kinshasa. La route nationale no 17 est fermée depuis mardi,à 25 km du Kwilu, ont affirmé les autorités locales. La route est barricadée par la population Ba Téké du Mai Ndombé qui refuse le passage aux ressortissants du Kwilu et du Kwango voulant se rendre à Kinshasa. Les Ba Téké du Mai Ndombé reprochent aux ressortissants du Kwilu voisin d’être en connivence avec les milices Ba Yaka. La gouverneure du Mai Ndombé affirme avoir envoyé des militaires sur place pour rétablir l’ordre.
= https://av.voanews.com/clips/VFR/2022/09/01/068a0000-0aff-0242-3a82-08da8c523289_original.mp3
= https://www.voaafrique.com/a/rdc-conflit-regain-de-tensions-entre-communaut%C3%A9s-dans-la-province-de-mai-ndomb%C3%A9/6722802.html

"Violences à Kwamouth: les transporteurs ne veulent pas prendre le risque sur la RN17 - 2 septembre 2022
= https://actualite.cd/2022/09/02/violences-kwamouth-les-transporteurs-ne-veulent-pas-prendre-le-risque-sur-la-rn17
= https://actualite.cd/2022/08/31/conflit-kwamouth-un-ministre-provincial-agresse-les-autorites-du-kwilu-annoncent-la

"Région de Bandundu: plusieurs ressortissants d’autres provinces quittent Kwamouth suite au conflit entre Teke et Yaka - 1 septembre 2022
= https://actualite.cd/2022/09/01/region-de-bandundu-plusieurs-ressortissants-dautres-provinces-quittent-kwamouth-suite-au
Les violences déclenchées entre les communautés Teke et Yaka provoquent le déplacement de nombreux habitants du territoire de Kwamouth. Parmi les déplacés il y a des ressortissants d’autres provinces de la région de Bandundu. Au moins 120 personnes originaires de la province du Kwilu ont fui Kwamouth et se retrouvent  depuis quelques jours à Mongata situé sur la RN1 à la frontière entre les provinces de Kinshasa et Kwango.

Le vice-gouverneur du Kwilu évoque une “situation préoccupante”, en concertation avec le Vice-premier ministre de l’intérieur et sécurité, il a été convenu que les ressortissants d’autres provinces quittent Kwamouth. 
“La situation est préoccupante. Après l'entretien du VPM avec la Gouverneure de Mai-Ndombe à Kwamouth, les Kwangolais qui se trouvaient dans ce rayon ont été priés de regagner leur territoire d'origine, les kwilois également. Le gouverneur du Kwango a récupéré les siens et nous, nous sommes en route pour récupérer aussi les nôtres qui se trouvent à Mongata”, a déclaré à ACTUALITE.CD Félicien Kiway, vice-gouverneur du Kwilu. 
Le gouvernement provincial du Kwilu a suspendu le trafic sur la RN17 suite aux attaques que subissent les usagers de la part des assaillants armés Teke. Ces derniers érigent des barrières sur la RN17 pour fouiller les véhicules et agresser les passagers qui ne sont pas de leur ethnie. Un ministre provincial du Kwilu a été victime sur la RN17.
Lire ici: Conflit à Kwamouth: un ministre provincial agressé, les autorités du Kwilu annoncent la suspension du trafic entre Bandundu et Kinshasa sur la RN17


"RDC: une délégation de Kinshasa au Mai-Ndombe pour endiguer les violences intercommunautaires - 26/08/2022
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20220826-rdc-une-d%C3%A9l%C3%A9gation-de-kinshasa-au-ma%C3%AF-ndombe-pour-endiguer-les-violences-intercommunautaires
Une délégation gouvernementale a été dépêchée par les autorités dans la province du Mai-Ndombe dans l'ouest, en proie à des affrontements intercommunautaires depuis des semaines. 
Avec notre correspondant à Kinshasa, Kamanda wa Kamanda-Muzembe

Conduite par le vice-Premier ministre chargé de l’Intérieur et de la sécurité, Daniel Aselo, cette délégation, arrivée jeudi 25 août dans la ville de Kwamouth, a pour mission d'instaurer un cadre de dialogue entre les tribus rivales.
La délégation gouvernementale est arrivée dans une ville meurtrie. Les villages des alentours ont été le théâtre d'affrontements sanglants, dont le nombre exact des victimes n'est pas encore connu, entre communautés Yaka et Teke.
La veille, un premier contingent de militaires arrivés sur place a fait échouer l'attaque d’un village. Accueilli à Kwamouth par la gouverneure de la province du Mai-Ndombe, Rita Bola, le vice-Premier ministre, a présidé une première réunion du comité de sécurité.
Une autre réunion était prévue ce vendredi matin, avant une visite de terrain sur les lieux des affrontements, dans les villages de Masia et Mokele Kwa. Deux élus nationaux Teke et autant d’élus nationaux Yaka ont accompagné la délégation venue de Kinshasa afin d'apaiser les tensions. Avant de quitter la région, la délégation se rendra aussi à l’hôpital secondaire du territoire voisin de Lediba où sont soignés les blessés.
Il est également prévu des séances de travail avec des leaders des communautés en conflit. Tous les députés provinciaux du Mai-Ndombe et autres autorités régionales sont associés à cette démarche de pacification et de réconciliation initiée par le gouvernement.


"Violences communautaires à Kwamouth: le conseil provincial de la jeunesse de Mai-Ndombe propose l'organisation d'une table ronde - 31 août 2022
= https://actualite.cd/2022/08/31/violences-communautaires-kwamouth-le-conseil-provincial-de-la-jeunesse-de-mai-ndombe
Dans la province du Kwilu, les agences de transport ont immobilisé leurs véhicules depuis l’annonce mercredi dernier par les autorités provinciales, de la mesure de suspension de trafic sur la RN17 dans son tronçon entre Kinshasa et Bandundu à la suite de la présence des conflits entre les membres des communautés Teke et Yaka qui a déjà fait plus de 30 morts depuis juillet dernier. Jeudi, le reporter de ACTUALITE.CD a constaté que tous les bus étaient en stationnement à Bandundu-ville.

Un responsable de l'agence Classic Coach interrogé a dit qu'ils “ont l'obligation de protéger leurs clients et les membres de l’équipage”. “Aucune personne ne veut prendre le risque face à ces attaques sur la RN17”, a-t-il ajouté. 
Gaston Makese et Jean-Marc Makese, n’ont pas pu se procurer les billets pour se rendre à Kinshasa. 
“Comme les véhicules ne peuvent pas circuler, nous sommes bloqués”, a confié à notre reporter, Gaston Makese. 
Même constat à l'agence Garage tout terrain (GTT) dont le bureau ne fonctionne pas. Un seul agent est présent pour permettre le retrait des colis arrivés de Kinshasa depuis quelques jours. 
A quelques mètres de ces agences, précisément à la barrière de la police, aucune personne provenant de Bandundu ou de Nganambo ne peut franchir en direction des villages en conflits. Seuls les déplacés fuyant les affrontements qui sont, aussitôt arrivés, soumis au contrôle puis permis de passer. 
Notre reporter a aussi observé un contingent composé d'une vingtaine de militaires en provenance de Bandundu se diriger vers le village Camp Banku où les voyageurs sont tracassés dans les endroits où les Teke ont érigé des barrières.


"Kwamouth: arrestation des hommes armés, annonce la gouverneure Bola - 31 août 2022
= https://actualite.cd/2022/08/31/kwamouth-arrestation-des-hommes-armes-annonce-la-gouverneure-bola
La gouverneure de Mai-Ndombe indique à ACTUALITE.CD l’arrestation dimanche dernier, de trois personnes armées impliquées dans le conflit entre les communautés Teke et Yaka au territoire de Kwamouth (Mai-Ndombe). 
Ces personnes sont transférées à l'auditorat militaire de Kinshasa. “Nos militaires déployés sont tombés sur un des brigands qui semaient la terreur dans un des coins. Ils ont été transférés à l'auditorat général à Kinshasa. On continue dans ce sens là, on vise tous les coins où ils sont cachés dans les campements, dans la forêt afin vraiment de les avoir et que la population soit rassurée”, a dit Rita Bola, gouverneure de Mai-Ndombe. 
La gouverneure précise qu'une barrière érigée par les Teke sur la RN17 pour barrer la route aux Yaka a été également levée par la police. 
Les violences ne faiblissent pas même après le passage de la délégation gouvernementale à Kwamouth où des pourparlers ont été organisés avec la population. Au moins 10 personnes ont été tuées et quatre militaires blessés dans deux incidents différents cette semaine.


"RDC-Kwamouth: quelles mesures pour les enfants déplacés ? - 1 septembre 2022
= https://actualite.cd/2022/09/01/rdc-kwamouth-quelles-mesures-pour-les-enfants-deplaces

VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE  ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ? WhatsApp%20Image%202022-09-01%20at%2014.36.53
Photo/Actualité.cd

Au lendemain du départ de la délégation dépêchée par le gouvernement pour apaiser le conflit opposant les communautés Yaka et Teke dans la province de Mai-Ndombe, deux  personnes ont été tuées et près de 5 maisons ont été incendiées. A quelques jours de la rentrée scolaire, la question de la reprise des cours dans cette partie du pays reste cruciale.

« L’Etat congolais a la responsabilité de garantir d’une part, la sécurité de toute sa population, et d’autre part, garantir l’accès à l’éducation pour tous les enfants en âge de scolarité. Nous savons que dans le contexte des conflits, les femmes et les filles payent un prix lourd. La situation des conflits intercommunautaires entre Teke et Yaka n’échappe pas à cette réalité », rappelle Anny Modi, coordonnatrice exécutive de Afia-Mama, une ONG qui œuvre pour le bien-être de la femme et la jeune fille.
Abondant dans le même sens, Tracy Ntumba, experte en gouvernance avec un attachement pour les politiques éducatives, appelle les acteurs opérant dans le secteur éducatif à s’impliquer.
« On fait état de plusieurs écoles incendiées et des familles déplacées vers des villages voisins, à Bolobo par exemple. Au cours de leur périple, les enfants sont confrontés à plusieurs types de danger, à la précarité, (...) avec tous les risques d’être confrontés aux abus sexuels, aux mariages forcés ou encore à la traite d’enfants. Le gouvernement au niveau provincial et national a le devoir d’agir, ils ont la responsabilité de protéger les populations, et c’est dans ce genre de situation que leur leadership est mis à l’épreuve. Après avoir tout perdu, l’éducation représente pour eux la chance d’avoir une vie meilleure à leur retour d’exil ».
OCHA estime à plus de 6 000, le nombre des personnes déplacées suite aux violences entre les deux communautés. Environ 4000 personnes sont arrivées le 19 août dans la cité de Lediba, territoire de Bolobo. Elles sont hébergées principalement dans des familles d'accueil, d’autres sont hébergées dans des centres collectifs (églises, écoles).
Près de 2000 autres personnes ont trouvé refuge dans la ferme SOCOA/Lenga Lenga dans la zone de santé de Bolobo. Les élèves déplacés sont notamment accueillis à Bolobo, à Kinshasa, voire au Congo Brazzaville. Mercredi, plus de 100 personnes ont encore quitté le territoire.
Tracy Ntumba et Anny Modi plaident pour des mesures temporaires. 
« Comment serait-il possible d’imaginer une rentrée scolaire sans fournitures ? C’est une situation inattendue et très délicate. La prise en charge rapide est recommandée pour éviter le pire. Organiser la rentrée scolaire de ces enfants à cinq jours de la rentrée est un vrai challenge pour le gouvernement tant provincial que national. C’est une crise humanitaire supplémentaire qui s’installe dans la province de Mai-Ndombe. Une situation qui nécessite l’attention des partenaires de la RDC, ceux qui interviennent dans la réponse aux crises humanitaires. La rentrée scolaire est prévue lundi prochain. Et pour garantir l’éducation des enfants, des mesures temporaires doivent être prises afin que les enfants soient intégrés par les écoles des lieux de déplacements ».
Durant leur séjour dans la province, les membres du gouvernement central et ceux de Mai-Ndombe avaient mené des pourparlers avec les habitants de Kwamouth. Des résolutions ont été prises, notamment la désignation d'un autre administrateur du territoire et de nouveaux responsables des services de sécurité. Pour Anny Modi, le manque d’inclusivité, des solutions non adaptées au conflit peuvent justifier la brusque résurgence des violences.
« La résurgence des violences démontre que les mesures prises par le gouvernement n’ont pas été adaptées aux conflits. Voilà pourquoi nous insistons sur l’implication de la société civile, y compris les femmes et jeunes aux côtés du gouvernement pour aboutir à une solution solide de retour de la paix, étant donné qu’il est de principe qu’aucune démarche de rétablissement de la paix ne puisse se faire sans les femmes et les jeunes. Ce n’est qu’avec cela que la paix pourra être rétablie », soutient Anny Modi.
En attendant de pouvoir regagner leur village, Tracy Ntumba propose de songer au recrutement des volontaires pour organiser une prise en charge sanitaire et éducationnelle des enfants déplacés dans les camps des déplacés.


"Kwamouth: fin des pourparlers, parmi les résolutions figurent la suspension de l’administrateur du territoire et la désignation des nouveaux responsables des services de sécurité - 29 août 2022
= https://actualite.cd/2022/08/29/kwamouth-fin-des-pourparlers-parmi-les-resolutions-figurent-la-suspension-de
Les pourparlers initiés par la délégation gouvernementale dépêchée à Kwamouth pour calmer la tension entre les Teke et les Yaka ont pris fin et des résolutions ont été prises. Parmi ces dernières, il y a la suspension de l'administrateur du territoire de Kwamouth. C’est sur demande de la population que cette résolution a été prise. 

Selon les sources de ACTUALITE.CD, l’AT Crispin Mwadi est accusé de n'avoir pas été en mesure de faire respecter l'autorité de l'État et l'ordre public pendant cette période de conflit.
Une autre mesure, la nomination d'un nouveau responsable de la police locale. Le chef de la police en place est accusé d'avoir libéré une personne suspectée d'être parmi les instigateurs d’un groupe des personnes armées. 
Il est recommandé aussi la nomination d'un nouveau responsable de l'agence nationale de renseignements. Celui en poste à Kwamouth est reproché de négligence face aux multiples alertes et messages au sujet des différentes attaques dans les villages.
Selon un élu qui a pris part à ces assises, la délégation gouvernementale a payé toutes les factures des soins des blessés, la prime du personnel soignant. Elle a aussi appuyé en médicaments les structures de santé de Kwamouth qui ont reçu les victimes. 
D'après un rapport rendu public par les autorités locales il y a une semaine, au moins 5000 déplacés de Kwamouth ont été accueillis à Bolobo parmi lesquels plusieurs enfants et des femmes. Au moins 28 personnes ont été tuées et plus de 240 maisons incendiées.


"Kwamouth: OCHA annonce une mission pour recueillir les besoins humanitaires - 29 août 2022
= https://actualite.cd/2022/08/29/kwamouth-ocha-annonce-une-mission-pour-recueillir-les-besoins-humanitaires
Le Bureau de coordination humanitaire (OCHA) dit qu’une équipe des humanitaires se rendra mercredi 31 août prochain à Kwamouth (Mai-Ndombe) en vue d’avoir des informations supplémentaires sur les besoins dans le cadre du conflit entre Teke et Yaka ayant provoqué notamment le déplacement des populations dans la région depuis fin juillet.

“Certaines organisations humanitaires se sont déjà déployées à Kwamouth la semaine passée, notamment pour apporter des soins médicaux. OCHA poursuit la mobilisation des acteurs humanitaires afin d’apporter une assistance urgente aux personnes affectées”, indique OCHA dans un bulletin d'information publié ce lundi.
La mission devrait se rendre aussi dans le territoire de Bolobo où les déplacés sont arrivés en masse. Dans un rapport, l’administrateur de Bolobo indiquait à ACTUALITE.CD que plus de 5 000 déplacés étaient accueillis dans sa juridiction. Parmi ces derniers, une vingtaine dont des blessés étaient pris en charge dans un hôpital.
OCHA estime à plus de 6 000 le nombre des personnes déplacées suite aux violences entre les deux communautés. 
“Environ 4000 personnes déplacées sont arrivées depuis le 19 août dans la cité de Lediba dans le territoire de Bolobo, selon l’organisation Médecin Sans Frontières, qui a mené des évaluations sur place. Celles-ci sont hébergées principalement dans des familles d'accueil, d’autres sont hébergées dans des centres collectifs ( églises, écoles). Environ 2000 autres personnes ont trouvé refuge dans la ferme SOCOA/ Lenga Lenga dans la Zone de santé de Bolobo. Ces personnes vivent dans des conditions très précaires. Elles dorment en majorité à la belle étoile, exposées aux intempéries”, dit OCHA.
La mission gouvernementale conduite par le Vice-premier ministre de l’intérieur et sécurité Daniel Aselo a organisé des pourparlers avec les habitants de Kwamouth en vue de tenter de rétablir la paix. Mais au lendemain du départ de la délégation, d’autres attaques ont été signalées causant au moins deux morts et des maisons incendiées.


"Tensions communautaires à Kwamouth : «nous voulons la paix dans la province», Valérie Ndongo - 31 août 2022
= https://actualite.cd/2022/08/31/tensions-communautaires-kwamouth-nous-voulons-la-paix-dans-la-province-valerie-ndongo

"RDC: une organisation des jeunes appelle le gouvernement à stabiliser la situation à Kwamouth et dans l'est en prélude de l'enrôlement des électeurs - 3 septembre 2022
= https://actualite.cd/2022/09/03/rdc-une-organisation-des-jeunes-appelle-le-gouvernement-stabiliser-la-situation-kwamouth

VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE  ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ? Kwamouth%20vrai%201
Carte du territoire de Kwamouth

Alors que le pays se prépare à organiser les élections en décembre 2023, selon la constitution, la situation sécuritaire instable dans plusieurs régions préoccupe, notamment dans l'est du pays. Avec les violences communautaires entre Teke et Yaka déclenchées depuis fin juillet dans le territoire de Kwamouth (Mai-Ndombe), la "Communauté des jeunes leaders CJL", une structure de la société civile de Bandundu redoute une incidence sur le processus électoral en cours.
"La CJL invite le Gouvernement à stabiliser la situation sécuritaire dans le pays avant les début des opérations d'enrôlement, à déclencher le processus de retour des déplacés de Kwamouth et de l'est de la RDC, car cette situation est de nature à causer un faible taux d'enrôler", indique Serge Nakweti, communicateur de cette structure.
"Nous ne tolérerons aucune excuse en ce qui concerne l'organisation des élections dans le délai constitutionnel", ajoute-t-il tout en appelant le gouvernement à restaurer la paix dans les zones troubles.
Pour rappel, en 2018, la Commission électorale nationale indépendante avait organisé des élections partielles notamment suite à l'épidémie d'Ebola à Beni et Butembo au Nord-Kivu ainsi que les violences dans le territoire de Yumbi (Mai-Ndombe) qui avaient fait au moins 500 morts d'après l'ONU. Dans ces entités, les populations n'avaient pas voté le président de la République. Les législatives ont été organisées quelques mois plus tard.
= https://actualite.cd/2022/09/01/tensions-communautaires-kwamouth-des-organisations-juveniles-plaident-pour-des-mesures

"Pas de rentrée scolaire le 5 septembre à Kwamouth - 02/09/2022
= https://www.forumdesas.net/2022/09/pas-de-rentree-scolaire-le-5-septembre-a-kwamouth/
Les élèves du territoire de Kwamouth, dans la province de Maï-Ndombe, ne reprendront pas l’école le lundi 5 septembre prochain, comme leurs collègues de l’ensemble du territoire national. C’est la décision prise par le gouvernement provincial, à la suite de l’insécurité créée par le conflit inter ethnique entre les peuples teke et yaka.

A ce jour, le gouvernement provincial n’a pas encore fixé une nouvelle date pour la reprise des cours. Et pour cause, plusieurs écoles de Kwamouth ont été incendiées et les populations sont en déplacement à la suite de ces violences intercommunautaires.
« La situation de Kwamouth est préoccupante. La population est en exil. Il y a un groupe qui est allé vers  Yumbi, territoire de Bolobo. L’autre a traversé vers le Congo Brazzaville. Du fait que la rentrée est prévue en date du 5 septembre, c’est tout un problème pour que les populations regagnent facilement leurs villages, afin que les enfants puissent retrouver le chemin de l’école. Je pense que, du fait que tout le monde connaît la situation de Kwamouth, la rentrée sera un peu tardive. C’est ça le problème qui nous préoccupe, cette situation de Kwamouth« , a affirmé le ministre provincial de l’éducation, Ambroise Nkele.
Ainsi, le gouvernement provincial de Maï-Ndombe plaide auprès du gouvernement central pour qu’il puisse faire en sorte que la paix revienne dans cette partie de la RDC et reconstruire les écoles incendiées.
» Le gouvernement central doit s’en occuper. Il doit prendre cela en charge et en considération pour qu’on puisse construire des écoles. Comme il y a des écoles qui sont incendiées, alors comment les enfants vont étudier ? Et quand vont-ils débuter les cours ? Donc, il faut qu’il y ait l’implication du gouvernement central« , a martelé Ambroise Nkele.

Lors d’une réunion tenue à la Primature, Daniel Aselo, le vice-premier ministre en charge de l’Intérieur, sécurité et affaires coutumières a proposé au Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde la sensibilisation des peuples teke et yaka comme solution pour mettre fin aux conflits.
« Nous voudrions bien commencer par la sensibilisation (…).Nous, en tant que Gouvernement, nous avons dit à nos frères et sœurs de Kwamouth de Maï-Ndombe que c’est vrai qu’ils sont frustrés, qu’ils sont malmenés, mais le Gouvernement de la République ne peut pas accompagner une communauté à pouvoir se gêner de vivre avec une autre sur toute l’étendue de notre territoire« , a-t-il déclaré.
En outre, cette mission gouvernementale a procédé, lors de cet échange avec le chef du gouvernement, à la restitution des faits palpés sur le terrain durant son séjour à Kwamouth.

« Il sied d’indiquer qu’il se pose un problème de crise entre deux communautés, deux peuples, comme ils le reconnaissent eux-mêmes qui ont toujours vécu des années dans le calme, dans la tranquillité, dans l’amitié, et qui, subitement, se sont retrouvés dans un conflit sanglant« , a relaté Daniel Aselo.
« Et donc, nous devrions faire ce rapport-là au Premier Ministre pour lui faire savoir également que nous qui nous sommes rendus à Kwamouth, nous n’avons pas trouvé l’occasion de rencontrer nos frères Yaka qui vivaient dans cette province-là« , indique-t-il.
Par ailleurs, cette délégation a fait savoir à Sama Lukonde qu’une autre mission doit être effectuée dans la province du Kwango, particulièrement à Kenge pour solliciter l’implication des autorités provinciales et traditionnelles pour mettre fin aux conflits de Kwamouth.


"RDC : Devant les chefs coutumiers du Kwango et du Kwilu, Tshisekedi exige le retour de la paix pour mettre fin au conflit Teke-Yaka - 3 septembre
= https://www.politico.cd/encontinu/2022/09/03/rdc-devant-les-chefs-coutumiers-du-kwango-et-du-kwilu-tshisekedi-exige-le-retour-de-la-paix-pour-mettre-fin-au-conflit-teke-yaka.html/114929/

VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE  ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ? IMG-20220903-WA0035

Le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a exigé le retour de la paix pour mettre fin au conflit entre les Teke et les Yaka, lors d’une rencontre vendredi à la Cité de l’Union africaine, avec une dizaine de chefs traditionnels originaires des provinces du Kwilu et du Kwango. « La paix, rien que la paix », a ordonné le Chef de l’Etat, appelant ces chefs coutumiers à faire des concessions pour un retour de la paix dans le Grand Bandundu.
Le Président de la République a sollicité ainsi les avis des chefs coutumiers des milieux en conflit, en rapport avec ces différends, avant de recommander à ces derniers d’entamer des pourparlers, pour une solution concertée.
Cette rencontre a également tablé sur le rapport des résultats des démarches des chefs coutumiers concernant la certification et l’authentification du masque Suku, le Kakuungu, « porteur d’énormes vertus spirituelles », restitué à la RDC au mois de juin dernier par le Roi Philippe.
Cette délégation des chefs traditionnels était conduite auprès du Chef de l’État par Fabrice Kavabioiko Mini Kongo, Roi Suku et Mukubidi Jean-Bosco, administrateur du territoire de Masimanimba.
Avec ACP
         

= https://7sur7.cd/2022/08/25/tensions-communautaires-kwamouth-nous-devons-absolument-combattre-le-demon-de-la
= https://information.tv5monde.com/afrique/rd-congo-18-personnes-tuees-dans-des-violences-intercommunautaires-l-ouest-du-pays-469443

Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE  ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ? Empty Re: VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ?

Message  ndonzwau 6/9/2022, 1:41 pm

"


"Conflit Teke-Yaka : une délégation gouvernementale en mission de paix à Kenge -  6, 2022
= https://lephareonline.net/?p=1743
Quelque jours après sa descente à Kwamouth, la délégation gouvernementale dépêchée par le Chef de l’Etat était à Kenge, dans la province du Kwango à la recherche des voies et moyens pour résoudre la crise communautaire qui oppose les Teke et Yaka, dans la cité de Kwamouth dans la province de Mai-Ndombe. Conduite par le Vice-premier ministre, ministre de l’Intérieur et Sécurité, Daniel Aselo, cette délégation a rencontré, cette fois-ci, la communauté Yaka après avoirrencontré celle de Teke à Kwamouth, le dimanche 04 septembre 2022. La délégation était composée du Vice premier ministre et ministre de l’Intérieur et Affaires Coutumières, Daniel Aselo, de la ministre d’Etat, ministre de la Justice et Garde des Sceaux, Rose Mutombo Kiese, du ministre des Affaires sociales Modeste Mutinga, et des Droits Humains Albert-Fabrice Puela.

En effet, elle a tenu d’abord un conseil de sécurité avec les gouverneurs du Kwango, Jean-Marie Peti Peti et du Kwilu, Willy Itshubdala. Ensuite, elle a eu des entretiens avec l’Evêque du Diocèse de Kenge. « Je viens d’avoir un entretien avec la délégation gouvernementale venue de Kinshasa sur le conflit qui prévaut entre
les Teke et Yaka. Le gouvernement tient à trouver une solution immédiate, afin que ces deux peuples qui ont toujours vécu ensemble, puissent retrouver la paix et que la vie recommence comme autrefois», a-t-il déclaré.
Pour l’Evêque du Diocèse de Kenge, Mgr Jean-Pierre Kwambamba, l’apport de l’église est inévitablement l’invitation à la paix, à la réconciliation et à retrouver cette fraternité qui a toujours marqué les rapports entre ces deux communautés. « Il nous revient de chercher concrètement les modalités de cette réconciliation et de cette paix entre ces deux populations. Mais, c’est un devoir, une obligation pour
nous de promouvoir la paix et la réconciliation», a-t-il insisté.
Ce prélat catholique est d’avis que « les conflits ne peuvent pas résoudre nos problèmes et nous serons tous perdants. Nous n’avons pas d’autre choix et alternative et il faudra nous réconcilier, retrouver la paix et cela aidera à promouvoir, je dirai, le développement de la contrée. Sinon, c’est tout le monde qui est perdant. Et donc, je dis et redis que nous invitons tout le monde à la réconciliation, au pardon et à oublier et à ne pas s’enfermer dans la haine. Sinon, nous serons tous perdants ».
Pour sa part, le chef coutumier du Groupement de Munikenge, Jean-Pierre Makambo, a fait savoir que depuis que cette République existe, nous n’avons jamais vécu pareils affrontements. C’est pourquoi, la délégation gouvernementale nous a conviés à cette rencontre pour voir quelle méthode et stratégie allons-nous mener pour conscientiser la population et ceux qui sont en forêt pour qu’ils
reviennent dans leurs villages ».

«Le gouvernement devrait y mettre du sien et nous devons être ensemble puisque c’est l’Etat qui a la force. Nous, étant des chefs coutumiers, nous avons notre principe que nous devons utiliser comme des cérémonies coutumières pour éveiller la conscience d’un chacun.
C’est pour cette raison que nous avons sollicité la présence du grand chef Kasongo Lunda». En plus, nous avons demandé aux gouverneurs du Kwango et de Maï-Ndombe d’être associés à la recherche de la solution. Les notabilités Teke et Yaka doivent se retrouver dans un lieu neutre pour trouver la solution et des mécanismes que nous allons utiliser pour que de part et d’autre, il y ait du calme. Ce sont nos préoccupations et des idées que nous avons soulevées à l’intention de la délégation gouvernementale », a-t-il expliqué.
Ce chef traditionnel ne pense pas que ce soit un dossier foncier. Il a fait remarquer que depuis que la RDC existe, ils n’ont jamais assisté à pareils affrontements sanglants. Il y a des infiltrés dans ce qui s’est passé à Kwamouth, a estimé Jean-Pierre Makambo. « Ce qu’on raconte, ce sont des ouï-dire mais la vérité n’est pas là. Nous avons demandé aux membres des services de sécurité d’approfondir les investigations pour y voir clair. Nous savons que ce sont des
infiltrés et nous avons de réserve parce que nous sommes des chefs coutumiers », a-t-il poursuivi.

Les magistrats de Kenge appelés à dire le droit
Membre de la délégation du gouvernementale à Kenge, la ministre d’Etat, ministre de la Justice et Garde des Sceaux a déclaré: « nous étions à Kwamouth. Nous n’avons pas pu rencontrer nos frères Yaka. C’était tout à fait normal, après avoir remis notre rapport mi-parcours auprès de la hiérarchie, que nous puissions venir à Kenge voir dans quelle mesure lancer un message auprès de nos frères Yaka et étudier les voies et moyens pour les entendre et surtout les sensibiliser à la cohabitation. D’après les informations en notre possession, la population est éparpillée dans la forêt». Selon Rose Mutombo Kiese, il est grand temps, avec la rentrée scolaire, que tous ceux qui sont dans la forêt puissent sortir. D’où la nécessité de rencontrer les différents chefs coutumiers, les autorités politiques
de la province afin que «nous puissions ensemble trouver des solutions idoines, qui peuvent donner des résultats dans l’avenir. C’est-à-dire qu’on se retrouve les uns et les autres, Yaka et Teke, autour d’une table puisque ce sont des frères et qu’on a besoin que la paix revienne dans la cité de Kwamouth et ses environs».
« Je viens d’avoir une réunion avec des magistrats de Kenge pour que la justice soit rendue selon la loi. C’est pourquoi, j’ai exhorté les magistrats pour qu’ils privilégient la justice et non l’arbitraire. Ils ont l’obligation de sanctionner les différentes violations des droits humains», a martelé la patronne de la Justice.
«C’est pourquoi, nous disons qu’il est temps que chacun dans son secteur dise le droit et éviter qu’il y ait des violations des droits humains», a indiqué la ministre d’Etat, ministre de la Justice.


"Résolution du conflit Teke et Yaka : Félix Tshisekedi place les Chefs traditionnels devant leurs responsabilités - septembre 6, 2022
= https://laprosperiteonline.net/resolution-du-conflit-teke-et-yaka-felix-tshisekedi-place-les-chefs-traditionnels-devant-leurs-responsabilites/
Félix Tshisekedi a eu des échanges avec les chefs traditionnels du Grand Bandundu, ce vendredi 2 septembre 2022, à la Cité de l’Union Africaine.
Cette rencontre avait pour but de fournir un rapport au Chef de l’Etat au sujet de la certification du Kakuungu Suku, ce masque restitué à la RDC, au mois de juin dernier, par le Roi Philippe de Belgique.


Parallèlement, la crise dans le Territoire de Kwamouth, opposant les Teke et les Yaka, s’est invitée à la causerie et a constitué un point essentiel au menu des échanges de Félix Tshisekedi et les chefs traditionnels de cette contrée.
Ce rendez-vous a permis au Chef de l’Etat de recueillir les avis de ces chefs traditionnels en rapport avec les différends qui déchirent les deux tribus.
En vue de mettre un terme à ce conflit, Félix Tshisekedi a ordonné à ses interlocuteurs d’entamer des pourparlers.
Cette délégation, ayant à sa tête Sa Majesté Mini-Kongo Kavabioko, a été conduite auprès du Chef de l’Etat par Nana Manuanina, Ministre déléguée près le Président de  la République.

"Maï-Ndombe : Ritha Bola distribue des vivres aux sinistrés de Kwamouth - 5, 2022
= https://laprosperiteonline.net/mai-ndombe-ritha-bola-distribue-des-vivres-aux-sinistres-de-kwamouth/
"Maï-Ndombe : la gouverneure séjourne à Kwamouth pour réconcilier Teke et Yaka - 26/08/2022
= https://www.radiookapi.net/2022/08/26/actualite/politique/mai-ndombe-la-gouverneure-sejourne-kwamouth-pour-reconcilier-teke-et

VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE  ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ? 20220506131024688213_IMG-20220506-WA0037
Rita Bola, élue gouverneur de la province du Mai-Ndombe. Le 06 mai 2022. Droit tiers

La gouverneure de Maï-Ndombe, Rita Bola est arrivée, ce jeudi 25 aout, dans la cité de Kwamouth, pour réconcilier les communautés ethniques Teke et Yaka, en conflit depuis quelques semaines.
Elle a exprimé son engagement à la foule venue nombreuse l’accueillir.
Pour ce faire, Rita Bola entend échanger avec les représentants de toutes les couches de la population de Kwamouth.


« En premier lieu, je dois savoir ce qui s’est réellement passé à partir de la population elle-même. Donc, nous allons recevoir groupe par groupe, structure par structure, les confessions religieuses, la société civile, les partis politiques, les jeunes, les étudiants, les mamans, les épouses militaires … Nous allons écouter cette population pour me dire comment cela a commencé. Là, nous allons commencer par la réconciliation », a-t-elle déclaré.
Tout en appelant la population au calme, la gouverneure de Maï-Ndombe a exprimé sa ferme volonté à restaurer la paix dans la cité de Kwamouth.
Rita Bola a promis également de porter assistance aux sinistrés :
« On va aussi aider les familles. Dans des villages, il y a des maisons brulées, il y a des déplacés, des enfants, des femmes qui manquent à manger ou à boire, et nous avons avec nous ici les patrons des fermes qui vont nous amener là-bas dans des fermes pour en savoir plus ».  
D’après elle, la situation est revenue au calme à Kwamouth grâce au déploiement, depuis quelques jours, d’un bataillon des militaires venus de Kinshasa dans le but de sécuriser cette partie du Maï-Ndombe.
Après la gouverneure de Maï-Ndombe, le vice-Premier ministre en charge de l’Intérieur, Daniel Aselo est arrivé, le même jeudi, à Kwamouth pour la même mission.



"Conflits entre Yaka et les Teke à Kwamouth : Martin Fayulu exhorte le pouvoir en place à envoyer le même dispositif policier et militaire qu’il déploie contre Lamuka à Kinshasa - 05.09.2022
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-110121_conflits_entre_yaka_et_les_teke_a_kwamouth_martin_fayulu_exhorte_le_pouvoir_en_place_a_envoyer_le_meme_dispositif_policier_et_militaire_qu_il_deploie_contre_lamuka_a_kinshasa.html


"RDC: trois morts dont deux soldats dans de nouvelles violences dimanche à Kwamouth  - 5 septembre 2022
= https://actualite.cd/index.php/2022/09/05/rdc-trois-morts-dont-deux-soldats-dans-de-nouvelles-violences-dimanche-kwamouth
Le conflit interethnique entre les Teke et Yaka dans le territoire de Kwamouth (Mai-Ndombe) ne cesse de s’aggraver. Deux militaires et un enfant ont été tués dimanche 4 septembre au village Mibe lors d'un affrontement entre les assaillants présentés comme membres de la communauté Yaka et les FARDC dépêchées par le gouvernement pour rétablir la paix dans cette partie du pays. C’est le député national Guy Mosomo, élu de Kwamouth qui donne l’information.

“lIs ont tué deux militaires et le fils du chef du village Masiambio qu'ils ont tué vers Mibe à au plus 40 kilomètres de Masiambio”, a dkit à ACTUALITE.CD le député Guy Mosomo.
D’autres membres des forces de l’ordre et de l’armée ont déjà été tués lors des différents affrontements. Ce conflit a déjà fait plus de 30 morts, plus de 200 habitations incendiées et des milliers de déplacés.
Les violences ont impacté négativement la rentrée scolaire ce lundi à Kwamouth, regrette le député qui appelle “l'État à sécuriser le territoire afin que les enfants puissent étudier”.
Ce lundi, aucune école sur l'ensemble du territoire de Kwamouth n'a ouvert ses portes. Enseignants et élèves ont fui dans les contrées voisines de Kwamouth pour se mettre à l'abri.


"Kwilu: plusieurs élèves vacanciers bloqués à Kinshasa suite à la suspension du trafic sur la RN17 à cause du conflit à Kwamouth - 5 septembre 2022
= https://actualite.cd/index.php/2022/09/05/kwilu-plusieurs-eleves-vacanciers-bloques-kinshasa-suite-la-suspension-du-trafic-sur-la
La rentrée scolaire est très timide à Bandundu, chef-lieu de la province du Kwilu. Plusieurs élèves de la ville sont bloqués en vacances à Kinshasa suite à la suspension du trafic sur la RN17. La mesure fait suite à l'agression des voyageurs au niveau des barrières érigées par les Teke et Yaka en conflit interethnique au territoire de Kwamouth.
Le ministre provincial de l'intérieur précise que toutes les dispositions sont prises pour sécuriser la route nationale. Jean-Claude Bwanganga invite les parents à emprunter la voie maritime, le temps que la sécurité soit restaurée.
« Il y a des enfants qui sont effectivement bloqués à Kinshasa mais je ne veux pas dire totalement bloqués parce que la seule voie qui a été fermée, c'est la voie routière, la RN17. Donc ça signifie que les enfants peuvent prendre la voie fluviale, la voie maritime. Concernant la situation de la nationale numéro 17, toutes les dispositions sont mises en place pour sécuriser la nationale ...», a indiqué le ministre provincial de l'intérieur du Kwilu, Jean-Claude Bwanganga.
Il précise que ce conflit devient “sérieux”. «Il y a eu une embuscade qui a été tendue par des inciviques sur la nationale numéro 17 à nos militaires. Je crois que ce conflit commence à devenir sérieux. Parce que l'embuscade a été rendue  quasiment tendue de façon professionnelle. Nous sommes en train de prendre toutes les dispositions pour sécuriser la nationale numéro 17. Ce sera à la province de Mai-Ndombe de mener une fouille et de sécuriser la population de cette province».
Le trafic a été suspendu sur la Rn17 depuis une semaine après que 10 barrières ont été érigées sur la route par les Teke au village Camp Banku où un contrôle de passagers était imposé par ce peuple, qui inquiétait tous ceux qui avaient des origines autres que les leurs.
= https://www.radiookapi.net/2022/09/05/actualite/societe/rdc-rentree-scolaire-timide-yangambi-bandundu-et-mbandaka
= https://www.radiookapi.net/2022/09/01/actualite/securite/conflit-teke-yaka-le-trafic-sur-la-route-bandundu-kinshasa-suspendu
= https://actualite.cd/2022/08/25/mai-ndombe-rentree-scolaire-hypothetique-kwamouth-des-ecoles-incendiees-et-des-enfants


"RDC: une organisation des jeunes appelle le gouvernement à stabiliser la situation à Kwamouth et dans l'est en prélude de l'enrôlement des électeurs - 3 septembre 2022
= https://actualite.cd/index.php/2022/09/03/rdc-une-organisation-des-jeunes-appelle-le-gouvernement-stabiliser-la-situation-kwamouth

Maï-Ndombe : Le gouvernement craint le risque d’embrasement de la situation suite aux affrontements entre les Teke et Yaka à Kwamouth - 4 septembre 2022 "
= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2022/09/04/mai-ndombe-le-gouvernement-craint-le-risque-dembrasement-de-la-situation-suite-aux-affrontements-entre-les-teke-et-yaka-a-kwamouth.html/114975/
En conseil des ministres du vendredi 2 septembre, le vice-premier ministre, ministre de l’Intérieur, Sécurité, Décentralisation et Affaires Coutumières, Daniel Aselo Okito a alerté le gouvernement sur le risque d’embrasement de la situation dans la province du Maï-Ndombe dû aux effets des affrontements dans le territoire de Kwamouth entre les communautés Teke et Yaka.
Ces violences entre les deux communautés en conflit ont été enregistrées à travers certains villages notamment; Kalinga/Kimono, Kinsele, Mongata, aux Campements Mbwetete et Nganku dans le groupement de Dumu.


Dans son intervention, Daniel Aselo a énoncé que dans l’optique de pallier la situation, l’Autorité provinciale a été contrainte d’ordonner la suspension du trafic sur la Route Nationale numéro 17, tronçon compris entre Mongata et Bandundu suite aux barrières érigées par les membres de la Communauté Yaka au niveau de la localité de Mashambio et Camp Banku par les Teke. Cependant, les barrières érigées pour empêcher les membres de l’une ou l’autre Communauté de se déplacer, a ainsi aggravé la situation des uns et des autres.
Selon certaines sources, une redevance coutumière imposée aux populations dites non originaires du territoire de Kwamouth, parmi lesquels les Yaka, les Suku, les Mbala et les Songe serait à la base de ce conflit.
D’autres sources notamment, les acteurs de la société civile par contre, pointent du doigt les forces de l’ordre et de sécurité, qui selon eux, sont accusés d’exécutions extrajudiciaires et de participation aux pillages de certains villages. Une équipe d’enquêteurs du bureau conjoint des droits de l’homme des Nations unies a été dépêchée sur place. Et la crainte de voir les violences s’étendre dans d’autres provinces est davantage évoquée.

En terme de bilan provisoire, le vice-premier ministre, ministre de l’Intérieur, Daniel Aselo avait indiqué jeudi 1er septembre que ces accrochages entre les deux communautés ont causé à ce jour, un peu plus de 30 morts dans le territoire de Kwamouth (Mai-Ndombe), après avoir présenté au Premier ministre la situation liée à ces conflits.
Poursuivant sa communication, Daniel Aselo a fait part au Conseil, de l’instrumentalisation du conflit coutumier entre deux antagonistes pour la gestion de la chefferie de Buloho, territoire de Kalehe au Sud-Kivu par certaines personnalités politiques de la circonscription de Kalehe, accusées d’entretenir une milice en faveur d’un camp.
Il a, en ce qui concerne la situation sécuritaire, rassuré qu’il suit de près la situation de réfugiés congolais en Ouganda à la suite de l’agression rwandaise sous couvert du M23 avant de préciser que l’état du territoire reste dominé par la poursuite des opérations militaires contre les groupes terroristes et autres forces négatives, notamment en Ituri et au Nord-Kivu.
Entre-temps, le vice-premier ministre de l’Intérieur, Sécurité, Décentralisation et Affaires Coutumières a fini sa communication en rappelant son instruction à la Police Nationale Congolaise de renforcer ses patrouilles pour lutter contre le banditisme urbain.

"Conflits Teke-Yaka à Kwamouth : le gouvernement veut « rapprocher ces filles et fils qui s’entretuent » - 21/08/2022
= https://www.radiookapi.net/2022/08/21/actualite/securite/conflits-teke-yaka-kwamouth-le-gouvernement-veut-rapprocher-ces-filles

"Le député Modeste Kazuazua invite les peuples Yaka et Teke à la coexistence pacifique - 01/09/2022
= https://www.forumdesas.net/2022/09/le-depute-modeste-kazuazua-invite-les-peuples-yaka-et-teke-a-la-coexistence-pacifique/

"Pour éviter la déstabilisation dans l'Ouest, Conflit Teke-Yaka : Nécessité d'imposer la paix - 01-09-2022
= https://lepotentiel.cd/2022/09/01/pour-eviter-la-destabilisation-dans-louest-conflit-teke-yaka-necessite-dimposer-la-paix/


"Yaka – Teke : une fausse correspondance à la base du conflit - August 29, 2022
= https://lephareonline.net/?p=1655
"Conflit Teke -Yaka à Kwamouth : éviter Yumbi bis -24-08-2022
= https://lepotentiel.cd/2022/08/24/conflit-teke-yaka-a-kwamouth-eviter-yumbi-bis/
"Violences communautaires à Kwamouth: il ne s’agit pas “d’un fait isolé” d’après Fayulu qui appelle à “stopper cette poussée divisionniste” - 25 août 2022
= https://actualite.cd/index.php/2022/08/25/violences-communautaires-kwamouth-il-ne-sagit-pas-dun-fait-isole-dapres-fayulu-qui
= https://7sur7.cd/2022/08/25/tensions-communautaires-kwamouth-nous-devons-absolument-combattre-le-demon-de-la
"Conflit Teke-Yaka à Kwamouth : Une redevance coutumière sur les produits agricoles à la base des émeutes -4 septembre 2022
= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2022/09/04/conflit-teke-yaka-a-kwamouth-une-redevance-coutumiere-sur-les-produits-agricoles-a-la-base-des-emeutes.html/114955/
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20220902-rdc-une-redevance-coutumi%C3%A8re-serait-%C3%A0-l-origine-des-violences-dans-le-mai-ndombe


"Tensions communautaires à Kwamouth : auprès de la délégation gouvernementale, la population exige la nomination immédiate des nouvelles autorités locales - 26 août 2022
= https://actualite.cd/2022/08/26/tensions-communautaires-kwamouth-aupres-de-la-delegation-gouvernementale-la-population

"RDC-Kwamouth : « les autorités doivent se pencher sur la question des redevances coutumières dans tous les territoires du pays », Nelly Kyeya - 26 août 2022
= https://actualite.cd/2022/08/26/rdc-kwamouth-les-autorites-doivent-se-pencher-sur-la-question-des-redevances-coutumieres

RDC-Kwamouth : "il ne faudrait pas négliger la piste des affrontements communautaires qui éclatent à la veille des élections", Mimy Mopunga -  26 août 2022"
= https://actualite.cd/2022/08/26/rdc-kwamouth-il-ne-faudrait-pas-negliger-la-piste-des-affrontements-communautaires-qui


"tensions communautaires à Kwamouth : « Nous devons absolument combattre le démon de la division », (Martin Fayulu)- 25-08-2022
= https://7sur7.cd/2022/08/25/tensions-communautaires-kwamouth-nous-devons-absolument-combattre-le-demon-de-la
Le président du parti politique Engagement pour la Citoyenneté et le Développement (ECIDé), Martin Fayulu Madidi, appelle à lutter contre le démon de la division en République démocratique du Congo. 
Il a lancé cet appel à travers son message adressé aux Congolais le 24 août 2022, en rapport avec les tensions qui s'observent entre les peuples « Yaka » et « Teke » dans le territoire de Kwamouth au Maï-Ndombe. 
« J'appelle, en conséquence, tous les Congolais vivant à Kwamouth au calme. Je sais que les Yaka et les Teke sont un même peuple et ont toujours vécu en parfaite harmonie. Les actes affreux qui s'y commettent aujourd'hui ne font pas partie de notre culture. C'est pourquoi, j'exhorte tous les Congolais à la vigilance et, surtout, à ne point céder à une quelconque instrumentalisation ou manipulation qui mettrait en mal la concorde nationale. Nous devons absolument combattre le démon de la division. Et, en aucun cas, il ne doit triompher sur la cohésion de la grande famille congolaise », a-t-il déclaré.
Toujours dans son message, celui qui se considère toujours comme le président élu de la RDC a clamé haut et fort : « Congo Ekolo Moko! » (Congo, un pays uni et indivisible!), en écho à l'hymne national qui doit résonner et vibrer à l'intérieur de chacun des Congolais.
Pour rappel, 7 personnes ont été tuées le 18 août dernier au cours de nouveaux affrontements entre les membres des communautés Yaka et Teke à Kwamouth. Les incidents ont eu lieu dans les villages Liduma et Miboro où plusieurs maisons ont été aussi incendiées, selon la société civile.
À noter que la cause de ce conflit au départ a été le désaccord sur les redevances coutumières, notamment sur la quantité de tribut à verser aux autorités locales (Teke) par les non originaires (Yaka).


"Tensions communautaires à Kwamouth : « même si le conflit est sanglant, lorsque l’autorité s’implique, les conflits s’arrêtent », Pétronille Vaweka - 23 août 2022
= https://actualite.cd/2022/08/23/tensions-communautaires-kwamouth-meme-si-le-conflit-est-sanglant-lorsque-lautorite


"
"


Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE  ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ? Empty Re: VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ?

Message  ndonzwau 11/9/2022, 3:00 pm

"


"RDC-Kwamouth: des militaires “sans moyens” envoyés en renfort qui se sont repliés face aux assaillants armés sont arrivés dans le territoire de Bagata - 08/09/2022
= https://actualite.cd/2022/09/08/rdc-kwamouth-des-militaires-sans-moyens-envoyes-en-renfort-qui-se-sont-replies-face-aux
Des militaires envoyés en renfort dans le territoire de Kwamouth (Mai-Ndombe) pour rétablir la sécurité et la paix suite aux affrontements armés qui opposent les Teke et les Yaka se replient face aux assaillants, rapportent notamment les sources sécuritaires. Depuis deux jours, une dizaine de soldats qui ont battu en retraite et sont actuellement au village Fatundu (territoire de Bagata) dans la province du Kwilu.]
Des sources militaires indiquent que soldats éteint déployés de Bandundu-ville. “ Ils n'ont pas de moyens pour reourner à Bandundu”, confirment des sources sécuritaires. Ils disent s'être repliés face aux assaillants armés Yaka.
Le député national élu de Bagata, Garry Sakata confirme la nouvelle et indique qu'en plus des soldats “sans munitions”, des déplacés de Kwamouth arrivés dans sa circonscription électorale sont sans assistance et passent nuit à la belle étoile. 


“La situation qui se passe ici est anormale. Il y a 12 militaires fuyant le combat ou les atrocités à Kwamouth qui ont traversé la rivière Kwango pour se retrouver dans le secteur de Wamba, principalement à Fatundu. Sans munitions, ils n'ont pas pu faire mieux que de capituler et traverser la rivière”, a expliqué à ACTUALITE.CD le député Garry Sakata.
“Nous ne voulons pas l'extension de ce conflit parce qu'au moment où je vous parle, plus de 1000 personnes dormant à la belle étoile, venant de Menkwo, Bisiala, Bunsele sont dans le territoire de Bagata principalement à Fambondo, Fasila et à Fatundu”, a-t-il ajouté. 
L’élu de Bagata regrette que “le gouvernement central qui voit un conflit à la porte de Kinshasa ne sache rien faire”. Pour lui, “si les militaires avaient des munitions, ils ne pouvaient pas fuir”.
Mardi, au moins 16 personnes ont été tuées dans des affrontements entre Teke et Yaka au village Mibe. Le bilan de ces violences débutées fin juillet dernier est d’au moins 40 morts, des centaines de maisons incendiées et des milliers de déplacés. 
Ces violences communautaires à Kwamouth rappellent celles de 2018 entre les Nunu et Ntende qui avaient fait au moins 500 morts, selon l’ONU. 


"Conflit Teke-Yaka : le député Sakata appelle le gouvernement à équiper les forces de l’ordre déployées à Kwamouth - 08/09/2022
= https://www.radiookapi.net/2022/09/08/actualite/securite/conflit-teke-yaka-le-depute-sakata-appelle-le-gouvernement-equiper-les

"RDC-Kwamouth: alors que la situation ne fait que s'empirer, le gouvernement n'a toujours pas des solutions aux violences qui s'enlisent à la porte de Kinshasa - 10 septembre 2022
= https://actualite.cd/2022/09/10/rdc-kwamouth-alors-que-la-situation-ne-fait-que-sempirer-le-gouvernement-na-toujours-pas
Malgré les missions effectuées sur le terrain et les consultations menées auprès des couches sociales dans les provinces de la région de Bandundu, le gouvernement cherche encore à comprendre les causes et les intentions des violences qui déchirent le territoire de Kwamouth (Mai-Ndombe) situé à plus ou moins 200 km seulement de Kinshasa. En effet, les Teke et Yaka ont déclenché depuis fin juillet des affrontements armés qui ont déjà provoqué au moins 40 morts et des dégâts matériels énormes sans compter des milliers de déplacés.

Vendredi en conseil des ministres, le Premier ministre Sama Lukonde a demandé au gouvernement de "suivre avec une attention soutenue la situation qui prévaut dans le Mai Ndombe afin de dénicher les véritables velléités qui se cachent derrière ces aventures bellicistes à la porte de la ville province de Kinshasa et de déceler la véritable origine de ce phénomène, ses ramifications possibles ainsi que ces auteurs pour que ces derniers puissent être poursuivis et répondent devant la justice".
Ce qui, d'après un élu de la région, démontre que depuis les incessants appels lancés à l'endroit du gouvernement, rien n'a été pris au sérieux.
L'appel de M. Sama intervient après deux missions gouvernementales menées par le VPM, ministre de l'intérieur, sécurité, décentralisation et Affaires Coutumières Daniel Aselo dans ce coin. 
Un renfort de plus de 200 militaires a été envoyé à Kwamouth mais n'a toujours pas réussi à contenir les violences. Les assaillants armés membres de deux communautés protagonistes arrêtent pas les attaques. Des militaires ont même capitulé devant les assaillants, d'après les sources sécuritaires dans la région.

Mai-Ndombe a été victime des conflits communautaires fin décembre 2018 dans le territoire de Yumbi. Les violences qui avaient opposé des membres des ethnies Ntende et Nunu avaient causé la mort d'au moins 500 personnes, selon l'ONU.
Lire aussi: RDC: l’ONU alarmée par le niveau de violence à Kwamouth et met en garde « contre une potentielle expansion des violences dans d’autres zones»


"RDC: qui se cache derrière les affrontements meurtriers du Mai-Ndombe? -  31/08/2022
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20220831-rdc-qui-se-cache-derri%C3%A8re-les-affrontements-meurtriers-du-ma%C3%AF-ndombe
En RDC, la tension persiste dans le territoire de Kwamouth au lendemain de la visite du vice-Premier ministre chargé de l’Intérieur Daniel Aselo. Deux députés nationaux de la province du Mai-Ndombe ont exprimé leurs inquiétudes mardi à Kinshasa au cours d’une conférence de presse. Selon ces députés, il y a des manipulations derrière les affrontements intercommunautaires de ces dernières semaines dans leur province.
Avec notre correspondant à Kinshasa, Kamanda wa Kamanda-Muzembe

Selon le député de l’Union sacrée Guy Mosomo, les affrontements entre communautés Teke et Yaka ne peuvent être réduits à un différend sur une redevance coutumière. C’est une correspondance qui aurait mis le feu aux poudres. Une lettre signée d’un dénommé Kiamfu, enjoignant les Yaka à ne pas payer cette taxe, et qui contenait des menaces, explique Guy Mosomo : « À la fin de sa correspondance, si vous ne faites pas gaffe, la situation de Kwamouth sera comme la situation de Yumbi. »
Yumbi, c’était en décembre 2018. Les affrontements entre les communautés Batende et Banunu avaient fait plus de 500 morts et détruits de nombreux villages. Et le procès se fait encore attendre.
Et cet homme, qui est-il ? « Selon nos informations, il habite Kasongo-Lunda, il est chef de groupement, mais il veut avoir une certaine influence sur le bas Yaka, qui vit sur les terres Teke. Il y a des commanditaires derrière. »

Le député du FCC Willy Bolio demande pour sa part au gouvernement de prendre ses responsabilités : « Grand merci à Ocha qui a pris des dispositions pour aller secourir les gens, mais le gouvernement lui-même devrait faire quelque chose. »
L’armée a mis la main sur plusieurs agresseurs qui seraient en cours de transfert vers Kinshasa, la province du Mai-Ndombe étant dépourvue de magistrats.
Daniel Asele, vice-premier ministre congolais en charge de l’intérieur revient sur sa mission à Kwamouth
Pascal Mulegwa


"Violences à Kwamouth: plus de 580 déplacés dont 306 enfants recensés à Bandundu, dépourvus de tout et ne sachant où aller, la plupart d'eux traînent au port -  7 septembre 2022
= https://actualite.cd/2022/09/07/violences-kwamouth-plus-de-580-deplaces-dont-306-enfants-recenses-bandundu-depourvus-de

= https://www.digitalcongo.net/article/631088f5cb8a04641509cfdd/
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20220826-rdc-une-d%C3%A9l%C3%A9gation-de-kinshasa-au-ma%C3%AF-ndombe-pour-endiguer-les-violences-intercommunautaires
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20220826-rdc-une-d%C3%A9l%C3%A9gation-de-kinshasa-au-ma%C3%AF-ndombe-pour-endiguer-les-violences-intercommunautaires

"
"


Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE  ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ? Empty Re: VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ?

Message  ndonzwau 20/9/2022, 11:33 pm

"


"RDC-Kwamouth: dix présumés auteurs des violences transférés par l’armée à Kinshasa - 20 septembre 2022
= https://actualite.cd/2022/09/20/rdc-kwamouth-dix-presumes-auteurs-des-violences-transferes-par-larmee-kinshasa
= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2022/09/20/violences-teke-yaka-dix-presumes-auteurs-arretes-et-transferes-par-helicoptere-militaire-a-kinshasa.html/115993/

"Kwamouth: un nouveau renfort militaire attendu - 20 septembre 2022
= https://actualite.cd/2022/09/20/kwamouth-un-nouveau-renfort-militaire-attendu

"Déplacés de Kwamouth : un mineur est mort suite aux mauvaises conditions - 20 septembre 2022
= https://actualite.cd/2022/09/20/deplaces-de-kwamouth-un-mineur-est-mort-suite-aux-mauvaises-conditions
= https://acpcongo.com/index.php/2022/09/18/le-chef-de-letat-felix-tshisekedi-reunit-les-chefs-traditionnels-teke-et-yaka-en-conflit-de-terres/



Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE  ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ? Empty Re: VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ?

Message  ndonzwau 26/9/2022, 4:42 pm

Il appert de plus en plus de l'observation de ce qu'il se passe dans le Mai-Ndombe que les violences intercommunautaires entre Teke et Yaka ont partie liée avec des éléments exogènes à ces communautés ; même le PR l'a évoqué dans son entretien à New-York même s'il ne s'est pas empêché de orecher de duite pour sa paroisse en nommant de suite les opposants comme ces 'forces obscures' qui auraient peur des élections vu son "bon" bilan. Discutable bien sûr !

.On attend la finalisation des enquêtes mais d'ores et déjà on voit un début d'explication au fait que des tribus  qui ont toujours cohabite tant bien que mal vivent aujourd'hui en chiens de faïence avec morts, incendies et déplacés. Ça renvoie à  ce qu'on a déjà connu à Yumbi dont le procès attend encore mais surtout à l'Est et au Centre. Le soupçon d'une main noire contre la cohésion nationale est fortement attesté. Tout cela ressemble ainsi aux trouble survenus ou survenant à l'Est et au Centre ; on aurait déniché à Kwamouth des fauteurs  des troubles qui ne parlent ni le dialecte du coin ni une langue nationale mais simplement le kinyarwanda...

Une délégation gouvernementale et des notables politiques originaires de la Région s'y sont rendus à la recherche des solutions (Muzito y séjourne encore) mais les violences continuent. Que faire pour en finir ?



"Arret sur image - 26/09/2022
= https://www.forumdesas.net/2022/09/arret-sur-image/

VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE  ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ? Kongo-5
Ces deux jeunes ont été arrêtés à Bandundu Ville.

Ils se font passer pour des Bayaka et les Teke qui sèment la désolation au Bandundu.
Ce qui est curieux, c’est qu’ils ne parlent ni Lingala, ni le Français, mais seulement le Kinyarwanda.
Voilà comment le Rwanda veut semer la confusion ici en infiltrant et en apportant leurs méthodes d’exécution de civils pour que l’on dise que les Congolais sont divisés comme eux le sont dans leur pays le Rwanda.



"Situation à Kwamouth: Félix Tshisekedi évoque des forces obscures - 24 septembre 2022
= https://actualite.cd/2022/09/24/situation-kwamouth-felix-tshisekedi-evoque-des-forces-obscures

VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE  ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ? Assaillants%20Kwamouh1
Embarquement des présumés auteurs des violences à Kwamouth

Félix Tshisekedi s’est aussi exprimé sur la tenue des élections dans le délai constitutionnel. Le Chef de l’Etat s’est montré optimiste et rassurant dans une interview accordée à France 24 et RFI vendredi. Il s’est également étendu sur des révélations d'un média citant le PNUD sur un éventuel report des élections. Il a dit qu’il s'est renseigné auprès du PNUD et qu’il n'y a pas eu un avis pessimiste sur la tenue des élections. Malgré la non publication du calendrier électoral jusque-là, il dit croire à la tenue des élections dans le délai constitutionnel.
« Faites très attention à ce qui a été publié là, parce qu' il y a eu beaucoup de manipulations. J’ai vérifié auprès des responsables du PNUD eux-mêmes. Ils n'ont pas affirmé cela. Ils m'ont dit très clairement qu'ils n'ont jamais émis d'avis pessimiste, donc ça c'est une récupération qui est sûrement l'œuvre de nos opposants et aujourd'hui on sait comment on peut manipuler les médias ».

Et d’ajouter:  
C’était ça le but parce qu’il y a des forces obscures en République Démocratique du Congo qui ne veulent pas de ces élections. Si vous voyez ce qui se passe par exemple à l'ouest aujourd'hui (Mai-Ndombe) qui ressemble presque comme deux goutes d'eau aux violences qu'on voit à l'Est, il y a une main noir qui veut saboter ». 
« Le calendrier viendra. On est à plus d'un an encore des élections, ce n'est pas le calendrier qui va faire les élections, ce sont les électeurs. Il faut les enrôler, c'est ça qui est le plus important. Le calendrier on peut le faire en dernier lieu », s’est défendu le Président Félix Tshisekedi.
D'après la constitution de la République, la commission électorale nationale indépendante doit organiser les élections en 2023 afin de doter le pays des nouveaux dirigeants. Du côté de l'opposition, on a toujours accusé l'actuel chef de l'État de vouloir glisser au-delà de 2023. À l'heure actuelle, la commission électorale nationale indépendante s'apprête à lancer dans les prochains jours l'enrôlement des électeurs, étape importante dans le processus électoral.
Depuis quelques mois, le pays fait face au conflit inter-ethnique entre les peuples Teke et Yaka sur le territoire de Kwamouth. Ce conflit a déjà fait plus de 100 morts. Ceci est le deuxième drame enregistré au Maï-ndombe en seulement 5 ans après les massacres de Yumbi qui ont fait plus de 500 morts en 2018 d'après une enquête de l'ONU.

"RDC: Confiant de sa réélection, Tshisekedi dénonce des « forces obscures » qui ne veulent pas des élections en 2023 - 24 septembre 2022
=  https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2022/09/24/rdc-confiant-de-sa-reelection-tshisekedi-denonce-des-forces-obscures-qui-ne-veulent-p
Félix Tshisekedi a, au cours d’une interview exclusive accordée à France 24 et RFI vendredi 23 septembre 2022, rassuré que les élections auront lieu dans le délai constitutionnel en dépit des forces obscures qui, selon lui ne veulent pas des élections et tiennent à les saboter. Il a inscrit dans cette logique, le conflit entre Teke et Yaka.
Cette assurance, le Chef de l’État, dit l’obtenir du président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) Denis Kadima avec qui, il échange régulièrement pour s’assurer que le ministre des Finances libère des moyens pour les opérations.


Ce dernier, a-t-il indiqué, avait le meilleur profil de tous les candidats à la présidence de la CENI et les partenaires ont adoubé l’individu.
Au sujet du président de la Cour constitutionnelle qui serait son proche, Félix Tshisekedi a indiqué qu’il a été choisi par ses pairs et « c’est un faux procès qui lui est fait ».
Par ailleurs, Tshisekedi a fait savoir que le Programme des Nations-unies pour le développement (PNUD) n’a jamais émis d’avis pessimiste sur la tenue des élections dans le délai. Il déplore la
manipulation des médias par l’opposition.
« Faites très attention à ce qui a été publié, j’ai vérifié auprès des autorités du PNUD, ils n’ont pas affirmé cela. Ils n’ont jamais émis d’avis pessimiste sur la tenue des élections en 2023. Il y a beaucoup de manipulations », a-t-il mis en garde.

Pour lui, « c’est une récupération qui est sûrement l’œuvre des opposants. « On sait comment on peut manipuler les médias », a-t-il affirmé.
Félix Tshisekedi convaincu de sa réélection en 2023
Candidat à sa propre succession, l’actuel président Félix Tshisekedi s’est dit très confiant sur sa réélection à la présidentielle de décembre 2023 au regard du bilan affiché.
« Moi je suis très confiant. Les réalisations nous en avons faites énormément. Notre budget, la gratuité de l’éducation, aujourd’hui nous sommes à la gratuité de la santé, les infrastructures sont entrain d’être construites », s’est-il vanté avant de renchérir « nos compatriotes nous renouvèleront leur confiance ».
Pour rappel, les élections générales en RDC sont programmées fin 2023, conformément à la Constitution.


"Kenge : Adolphe Muzito propose un référendum sur la titrisation des terres en RDC  - 25.09.2022
= https://infocongo.net/2022/09/25/kenge-adolphe-muzito-devant-une-foule-acquise-propose-un-referendum-sur-la-titrisation-des-terres-en-rdc/

VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE  ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ? Kenge_adolphe_muzito_png_711_473_1

Des dizaines des milliers des gens ont accueilli Adolphe Muzito, samedi 24 septembre à Kenge. Le cortège de l’ancien Premier ministre, parti de Kinshasa samedi à midi, est arrivé à la tribune de Kenge après 18 heures.
L’homme a été obligé de s’arrêter village après village, littéralement assiégé par la population venue lui exprimer sa sympathie, surtout après sa descente à haut risque dans l’enfer de Kwamouth, théâtre de la violence intercommunautaire qui a fait des dizaines des morts.
Adolphe Muzito entouré de son épouse Chantal Ngalula Muzito et de quelques collaborateurs a dû marcher pratiquement de Mangangu, à l’ouest de Kenge, jusqu’à la tribune officielle située en plein centre-ville.

VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE  ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ? Foule-kenge.jfif_-768x432

Devant une foule acquise, l’ancien Premier ministre a lancé l’idée des consultations en vue d’un référendum général sur l’épineuse question de titrisation des terres en RDC des entretiens avec les forces vives dans la capitale du Kwango.
Au menu un seul dossier : le conflit intercommunautaire brûlant dans le territoire de Kwamouth. Muzito va ensuite se rendre à Popokapaka, Kasongo-Lunda et Feshi avant de faire le Kwilu.

VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE  ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ? Muzito-kenge2.jfif_-768x432

Le long du parcours à Kenge la foule a exprimé sa joie au sujet de cette visite. « Voilà l’homme qui nous défend parfois au risque de sa vie », a lancé un homme, la quarantaine révolue.
Un peu plus loin des jeunes gens qui criaient : « Mfumu MPa, oleki bango », La fanfare était là, la chanson lokuta monene s’est invitée. Visage souriant et détendu, Muzito salue la foule qui est en communion avec lui.
Des Chefs coutumiers viennent à sa rencontre. A la tribune il est accueilli par des jeunes petits chanteurs, une tradition que la ville a conservée depuis près de 60 ans.
Au regard de l’ambiance qui a régné hier, d’aucuns estiment que le leader de Nouvel Élan se positionne en interlocuteur incontournable pour le grand Bandundu qu’il sert si bien en temps de détresse.

"Kenge: Adolphe Muzito propose un référendum sur la titrisation des terres en RDC -26/09/2022
= https://www.forumdesas.net/2022/09/kenge-adolphe-muzito-propose-un-referendum-sur-la-titrisation-des-terres-en-rdc/
* Le Premier ministre honoraire a assisté hier dimanche 25 septembre à l’ordination des prêtres du diocèse de Kenge sur l’invitation de l’évêque de Kenge, Mgr Kwambamba.
Adolphe Muzito a repris son bâton de pacificateur dans le conflit meurtrier qui voit Teke et Yaka s’entretuer dans le Mai-Ndombe. Le leader de Nouvel Elan est arrivé à Kenge,chef-lieu de la province du Kwango,  dans la soirée du samedi 24 septembre.  Devant une foule acquise et enthousiasme massée devant la tribune officielle située en plein centre-ville, le Premier ministre honoraire a lancé l’idée des consultations en vue d’un référendum général sur l’épineuse question de titrisation des terres en RDC.
Adolphe Muzito, accompagné de son épouse Chantal Ngalula Muzito et de quelques collaborateurs, s’est exprimé devant des dizaines de milliers de  personnes venues l’accueillir à Kenge, chef-lieu de la province du Kwango où il est arrivé dans la soirée de samedi 24 septembre à Kenge. Il est prévu également des entretiens avec les forces vives à Kenge au cours desquels il sera débattu un seul dossier : le conflit intercommunautaire  dans le territoire de Kwamouth entre Teke et Yaka.
Le cortège de l’ancien Premier ministre, parti de Kinshasa samedi à midi, est arrivé à la tribune de Kenge après 18 heures. L’homme a été obligé de s’arrêter quasiment dans chaque village qui était, apprend-on, littéralement assiégé par la population venue lui exprimer sa sympathie, surtout après sa descente à haut risque qu’il a effectuée dans l’enfer de Kwamouth, théâtre de la violence intercommunautaire entre les Teke et les Yaka qui a fait des dizaines des mort et plusieurs centaines de déplacés.

 »VOILA L’HOMME QUI NOUS DEFEND »
Adolphe Muzito entouré de son épouse Chantal Ngalula Muzito et de quelques collaborateurs a dû marcher pratiquement de Mangangu, à l’ouest de Kenge, jusqu’à la tribune officielle située en plein centre-ville.
Le long du parcours à Kenge, c’est une foule reconnaissante qui a exprimé sa joie au sujet de cette visite. »Voilà l’homme qui nous défend parfois au risque de sa vie« ,  s’est écrié un homme, la quarantaine révolue. « Mfumu MPa, oleki bango« , criaient un peu plus loin des jeunes gens tout contents. Et pour bien agrémenter la fête, la fanfare s’est invitée en executant la chanson « Lokuta monene » Cet accueil chaleureux n’a pas laissé le Coordonnateur de Lamuka indifférent. Visage souriant et détendu, Muzito ne faisait que saluer la foule  qui était en parfaite communion avec lui.
Des chefs coutumiers sont venus à sa rencontre. Avant d’être accueilli à la tribune par des jeunes petits chanteurs, une tradition que la ville a conservée depuis près de 60 ans, renseigne le Service de communication de Nouvel Elan..

MUZITO EN INTERLOCUTEUR INCONTOURNABLE

Pour bien des observateurs avertis, cette ambiance festive et de communion  parfait avec les siens place le leader de Nouvel Élan en position d’interlocuteur incontournable pour le grand Bandundu qu’il sert si bien en temps de détresse.
Le coordonnateur de Lamuka  a été marqué par cette mobilisation quasi spontanée. émerveillé décidément. Des dizaines des milliers des Kwangolais ont fait le déplacement de la tribune pour voir, saluer et écouter leur porte-parole, Adolphe Muzito.
Ce dernier  a prêché la réconciliation et formulé sa proposition. Pour lui, la  titrisation des terres est une des pistes de solution, mais aussi la réglementation des redevances exigées aux exploitants des terres.

MUZITO TOUT OREILLE POUR ECOUTER LES KWANGOLAIS

Dans cette partie du grand Bandundu, le Premier ministre honoraire est tout oreille pour écouter les uns et les autres en vue d’apprendre les difficultés quotidiennes de ces habitants.
La marée humaine sur son passage était telle qu’il lui était Impossible de passer inaperçu quand on porte sur ses épaules une si grande charge. Ainsi devait-il s’arrêter  pratiquement dans chaque village pour saluer la population kwangolaise. Voyant en lui un grand défenseur, les chefs coutumiers ont, au nom de la population de Kwango, salué le courage et la  détermination de cette grande âme. Ils n’ont pas manqué, par conséquent, de lui adresser des paroles de bénédiction, rapporte la même source.
La source précise que le président national de Nouvel Élan  va consulter les forces vives, les autorités politico-administratives et coutumières ainsi que les jeunes de Kenge en vue de pénétrer pour connaître à fond le conflit foncier qui empoisonne actuellement les filles et fils du grand Bandundu. Une situation qu’ils n’ont jamais vécue depuis.
Le but de sa mission est de prêcher la réconciliation, la paix et l’unité entre frères et soeurs du Kwango, en vue de restaurer le climat de paix entre les différentes communautés du grand Bandundu. Comme c’était hier à Mai-Ndombe où il a effectué une visite similaire et prêché les mêmes valeurs humaines qui doivent cimenter leurs relations et leur vivre ensemble.
Adolphe Muzito va ensuite se rendre à Popokapaka, à Kasongo-Lunda et à  Feshi avant de fouler le sol du Kwilu.


"Bientôt Yaka et  Teke autour d'une  table pour faire la paix â Kwamouth - 25.09.2022
= https://tele50.cd/2022/09/25/rdc-bientot-yaka-et-yeke-autour-dune-table-pour-faire-la-paix-a-kwamouth/

VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE  ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ? Daniel_aselo_conflit_kwamouth_jpg_711_473_1

À la soixante-dixième réunion du conseil des ministres, le Vice-Premier Ministre, Ministre de l’intérieur et Sécurité Daniel Aselo, a évoqué la tenue de la table ronde intercommunautaire entre les Yaka et les Yeke pour faire la paix à Kwamouth.
Sur ce même chapitre, le VPM Daniel Aselo a échangé mercredi 21 septembre 2022 avec le Grand Chef Yaka, sa majesté Kiamfu Frédéric Inkani de Kasongo-Lunda, le caucus des élus du Kwango et le Gouverneur de la même Province afin de préparer la table ronde tant souhaitée par les Yaka que les Yeke.

Aussi, pour éviter que ce qui se passe dans le territoire de Kwamouth ne puisse se répéter dans le territoire de Kutu où un conflit foncier oppose les Baboma, les Sakata et les Dia, le Vice-Premier, Ministre de l’intérieur a rassuré que cette situation est suivie de près par le gouvernement


"Kwamouth : plus de 5 800 déplacés sont arrivés à Kwilu après les affrontements à Bisiala et Engwene - 23 septembre 2022
= https://actualite.cd/index.php/2022/09/23/kwamouth-plus-de-5-800-deplaces-sont-arrives-kwilu-apres-les-affrontements-bisiala-et
Des déplacés, au moins 5.809, ont été accueillis dans la province du Kwilu après les affrontements entre les peuples Teke et Yaka aux villages Bisiala et Engwene, mardi 20 septembre dernier à Kwamouth dans la province du Mai-Ndombe.

Parmi ces déplacés, on compte plusieurs femmes enceintes et des enfants non accompagnés, qui vivent dans des conditions précaires, confie à ACTUALITE.CD, Jérémie Bikele, Directeur de cabinet du ministre provincial des affaires du Kwilu.
" Nous étions à 16.033 déplacés dont 3.543 dans la ville de Bandundu. Après les affrontements dans les villages Bisiala et Engwene, nous sommes aujourd'hui à 21. 842 déplacés. Il y a eu un ajout de 5. 809 déplacés. En majorité, ce sont les femmes. Nous avons 11.426 femmes. Pour la ville de Bandundu, nous avons 9 femmes enceintes. Dans le secteur Wamba, il y a 105 femmes qui sont enceintes et leurs conditions actuelles ne sont pas bonnes. Nous sommes en train de travailler pour que les partenaires qui soutiennent les enfants non accompagnés puissent les soutenir dans les familles d'accueil qui pourraient les accueillir jusqu'à ce que leurs parents puissent se présenter, au besoin assurer la scolarité de ces enfants ", a-t-il indiqué.

Le Directeur de cabinet du ministre provincial des affaires humanitaires sollicite l'appui du gouvernement central pour la prise en charge adéquate de ces déplacés.
" Nous avons des familles d'accueil avec 77 personnes, une autre a 35, 25. Nous lançons un message auprès du gouvernement central pour appuyer les personnes qui sont dans cette situation ", a-t-il déclaré.
Le conflit interethnique entre les peuples Teke et Yaka sur le territoire de Kwamouth a déjà fait plus de 100 morts. Ceci est le deuxième drame enregistré au Maï ndombe en seulement 5 ans après les massacres de Yumbi qui ont fait plus de 500 morts en 2018 d'après une enquête de l'ONU.


"Kwamouth: deux  enfants comptés parmi les déplacés meurent suite aux mauvaises conditions à Mongata - 26 septembre 2022
= https://actualite.cd/2022/09/26/kwamouth-deux-enfants-comptes-parmi-les-deplaces-meurent-suite-aux-mauvaises-conditions

"Violences à Kwamouth: la ville de Bandundu en rupture des produits surgelés suite à la suspension du trafic sur la RN17
- 26 septembre 2022

= https://actualite.cd/2022/09/26/violences-kwamouth-la-ville-de-bandundu-en-rupture-des-produits-surgeles-suite-la

"RDC-Kwamouth: le conflit entre Teke et Yaka arrive à Bagata, un chef coutumier tué - 26 septembre 2022
= https://actualite.cd/2022/09/26/rdc-kwamouth-le-conflit-entre-teke-et-yaka-arrive-bagata-un-chef-coutumier-tue

"Le député provincial Landry Kangundu s'inquiète de voir la violence dans le Mai-Ndombe se déporter dans le Kwilu - septembre 25, 2022
= https://acpcongo.com/index.php/2022/09/25/le-depute-provincial-landry-kangundu-sinquiete-de-voir-la-violence-dans-le-mai-ndombe-se-deporter-dans-le-kwilu-2/
= https://www.diaspordc.com/felix-tshisekedi-reunit-les-chefs-traditionnels-teke-et-yaka-en-conflit-de-terres/?amp


"Conflit Teke-Yaka : Jean-Marc Chataigner promet l'appui de l'Union européenne pour le retour de la paix - 26 septembre 2022
= https://www.politico.cd/encontinu/2022/09/26/conflit-teke-yaka-jean-marc-chataigner-promet-lappui-de-lunion-europeenne-pour-le-retour-de-la-paix.html/116359/
En terme d’une visite de trois jours à Bandundu-ville, chef-lieu de la province de Kwilu, le chef de la délégation de l’Union européenne en RDC, Jean-Marc Châtaigner a promis au gouvernement provincial l’appui de l’EU pour un retour effectif de la paix dans les différentes ethnies du Grand-Bandundu. Le diplomate européen a fait cette déclaration lors de sa visite aux déplacés de Kwamouth (Maï-Ndombe) ayant fui le conflit Teke-Yaka, dans leurs milieux de vie.
Jean-Marc Châtaigner a exhorté les différentes ethnies de cette région à la culture de cohabitation pacifique.


« La province est belle ! Il y a beaucoup de champs, de cultures et de richesses et il n’y a pas de raisons de se battre. Ce n’est pas dans l’Est de la RDC mais plutôt au centre du pays. Je joins toutes les prières à mon Seigneur, à toutes les religions et confessions et au gouvernement pour que la paix revienne et que vous [NDLR : Déplacés] puissiez retrouver vos familles et vos champs », a déclaré JM Châtaigner relayé par la Radio onusienne.
Selon la cellule de communication de l’Ambassade de l’UE, cette visite de travail de Jean Marc Châtaigner a tablé sur les stratégies et perspectives de développement de la province autour des échanges avec les autorités provinciales ainsi que les acteurs locaux de développement.
Comme prévu dans son agenda, l’ambassadeur de l’Union Européenne a évoqué avec le gouverneur de province la situation sécuritaire du Kwilu. L’objectif de cet échange étant de recueillir les priorités des déplacés fuyant les atrocités provoquées par le conflit ethnique Teke-Yaka à Kwamouth ainsi que leurs attentes vis-à-vis de l’Union Européenne dans leurs domaines d’intervention respectifs, dans la perspective d’accompagner le processus de développement à la base.

Les récents affrontements impliquant les communautés Teke et Yaka dans la province de Mai-Ndombe située dans l’ouest du pays sont à la base de plus de 20.000 déplacés, parmi lesquelles plus de 280 enfants non accompagnés.
C’est depuis le mois d’août que ces tensions perdurent. En terme de bilan provisoire, plus de 150 personnes ont été tuées et plus de 200 maisons incendiées.


"Conflit Teke-Yaka : Abdoul Aziz pour le renforcement des fonctions régaliennes de l'Etat - 26.09.2022
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-111149_conflit_teke_yaka_abdoul_aziz_pour_le_renforcement_des_fonctions_regaliennes_de_l_etat.html


ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE  ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ? Empty Re: VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ?

Message  ndonzwau 28/9/2022, 11:20 pm

LES VIOLENCES SE POURSUIVENT DANS LE MZI-NDOMBE MALGRE LRS INTERVENTIONS 'DIPLOMATIQUES ET LES TENTATIVES POLICIÈRES ET MILITAIRES  PENDANT QU'IL S'AVERE DE PLUS EN QU'IL Y A UN
MAIN NOIRE, DES INFILTRÉS VENUS D'AILLEURS  (DU RWANDA !?)

On compte à près de 150 morts et près de 5000 déplacés de Kwamouth vivant un calvaire dans les écoles, églises et familles d'accueil. Après l’Est et le Nord-est, voici l’ »équation » Ouest, observe un journaliste ; mais encore ???



"Conflit Téké–Yaka : « Tout porte à croire que c’est le Rwanda qui est derrière », (Devos Kitoko) - 28.09.2022
= https://actu30.cd/2022/09/conflit-teke-yaka-tout-porte-a-croire-que-cest-le-rwanda-qui-est-derriere-devos-kitoko/

VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE  ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ? Devos-kitoko-conflit-yaka-teke_jpg_711_473_1
Devos Kitoko, Secrétaire général de l'Ecidé

Dans une interview exclusive accordée, le mardi 27 septembre, à la Rédaction d’Actu30.cd, le secrétaire général du parti Engagement pour la citoyenneté et le développement (ECIDé) a affirmé que le conflit intercommunautaire entre les communautés Téké et Yaka dans la province du Maï-Ndombe, est l’œuvre du Rwanda avec la complicité de quelques congolais.

« Aujourd’hui, tout porte à croire que c’est le Rwanda qui est derrière ce qui se passe dans la province du Maï-Ndombe, malheureusement avec le soutien de quelques congolais qui ont déjà vendu leurs âmes, dans le but de balkaniser la République démocratique du Congo », a déclaré le numéro 2 du parti politique de Martin Fayulu.
À en croire Devos Kitoko, ce qui se passe dans le Maï-Ndombe n’est pas un fait de hasard. C’est un complot, a-t-il précisé, ourdi des ennemis de la République dans le but de déstabiliser et provoquer l’implosion du pays.
Par ailleurs le secrétaire général de l’ECIDé a appelé les filles et fils de la RD Congo à la vigilance mais aussi à se mobiliser pour mettre fin à ce plan « diabolique » qui consiste à diviser la population congolaise.
Il faut noter que le conflit entre les communautés Téké et Yaka a fait plusieurs morts dans le territoire de Kwamouth, au Maï-Ndombe.


"Kinshasa : un infiltré déguisé en fou arrêté à Maluku
= https://sphynxrdc.com/kinshasa-un-infiltre-deguise-en-fou-arrete-a-maluku/?amp=1
VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE  ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ? IMG-20220928-WA0025
Le suspect arrêté

La population a mis la main sur un suspect ce matin vers SIFORCO dans la commune de Maluku. Après vérification de l’identité de cet infiltré déguisé en fou, l’on se rendra compte qu’il transportait un sac contenant des munitions d’armes et une grosse somme d’argent en billets de dollars américains.
Conduit à la police, l’infiltré est passé aux aveux en confirmant une attaque imminente de la capitale Kinshasa à tout moment.
Plusieurs cas d’interpellation sont enregistrés dans la partie Est de Kinshasa faisant jonction avec Kwamouth et Kwangu.
Il y a quelques jours, deux sujets rwandais ont été interceptés à Bandundu Ville et ont confirmé la même information.
De son côté, le VPM de l’intérieur, Daniel Aselo, ne cesse de répéter à qui veut l’entendre qu’il y a une main noire derrière tout ça sans dire c’est qui. Les enquêtes sont toujours en cours pour décourager les assaillants y compris les Kuluna.


"Un infiltré déguisé en fou - 29/09/2022"


"RDC : Le conflit Teke-Yaka « porte visiblement une main noire » (Daniel Aselo) - 27 septembre 2022
= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2022/09/27/rdc-le-conflit-teke-yaka-porte-visiblement-une-main-noire-daniel-aselo.html/116470/?amp=1

VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE  ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ? WhatsApp-Image-2022-09-27-at-08.32.07

Le Premier Ministre, Jean-Michel Sama Lukonde a présidé, ce lundi 26 septembre 2022, à la Primature, une importante réunion sécuritaire autour de la situation qui prévaut à Kwamouth, dans le Maïndombe, dans le Kwilu, et dans le Kwango. Cette réunion à connu la participation du Vice-Premier Ministre en charge de l’Intérieur, Sécurité, Décentralisation et Affaires coutumières, de la Ministre d’État en charge de la Justice, du Ministre de la Défense nationale, du Ministre des Finances, du Ministre des Droits humains, du Ministre des affaires sociales, du vice Ministre du Budget, du gouverneur de la ville de Kinshasa ainsi que des services de sécurité et de renseignements.
Selon le VPM en charge de l’Interieur qui s’est confié à la presse à l’issue de cette séance de travail,


« Le conflit communautaire dans les provinces issues du démembrement de l’ex-Bandundu porte visiblement une main noire. D’où, il fallait un tour de table pour évaluer la situation et combattre cette situation qui nécessite l’implication de l’ensemble du peuple congolais ainsi que de tous les services de sécurité et plus particulièrement l’armée et la police qui sont mises à l’œuvre à partir de ce jour dans la province de Maïdombe précisément à kwamouth et sur la nationale numéro 17 où les insurgés se retrouvent encore dans des forêts et dans des savanes en train de continuer à commettre des actes ignobles et qui amènent à la mort. Ainsi la population est encouragée à se lever et à participer activement et surtout à dénoncer ces infiltrés et inciviques congolais qui se permettent de commettre ces actes de déstabilisation du pays », a laissé entendre le VPM Daniel Aselo.
Notons que la question de résurgence du phénomène kuluna dans la capitale Kinshasa a été aussi abordée au cours de cette séance de travail.
« Nous sommes en train de vivre presque la même situation de manipulation mais qui occasionne la mort, par les mêmes actes ignobles, les kulunas ne se gênent plus et ils n’ont plus peur de donner la mort. Ainsi, la population de la ville de Kinshasa, la police et même l’armée sont invitées et encoragées à mettre un frein à cette situation dans la ville de Kinshasa où nous avons plus 14 millions de personnes », a signifié Daniel Aselo.
Signalons, par ailleurs, que les dispositions sécuritaires nécessaires ont été prises au cours de cette réunion afin de mettre fin à cette situation qui endeuille plusieurs familles au pays.

"Conflit Téké-Yaka: le gouvernement évoque l’hypothèse d’une main noire - août 28, 2022
= https://24sur24.cd/conflit-teke-yaka-le-gouvernement-evoque-lhypothese-dune-main-noire/

VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE  ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ? IMG-20220828-WA0045

Le vice-premier ministre ministre en charge de l’intérieur était à la tête d’une importante délégation gouvernementale venue de Kinshasa ce vendredi 26 aout, pour échanger avec les différentes couches de la population à la cité de Kwamouth, chef-lieu du territoire qui porte le même nom, dans la province au Mai-Ndombe.
Il était question pour le Patron de la territoriale, maître Daniel ASELO OKITO WA KOY et les autres membres du gouvernement qui l’accompagnent de s’imprégner de la genèse du conflit entre Téké et Yaka et ensuite les solutions à mettre en place pour restaurer la paix dans cette partie de la République.


Il faut noter sept groupe au total parmi les consultés notamment les députés nationaux et provinciaux élus de Kwamouth, de chefs coutumiers, la société civile force vive de Kwamouth, les confessions religieuses, les notables Teke, des organisations de la jeunesse et associations des femmes.
Les chefs coutumiers comme les autres forces vives notamment de la société civile de ce territoire située à plusieurs kilomètres de Kinshasa qui ont fournis des explications à la délégation gouvernementale sont tous surpris de la proportion que prend ce conflit qui au départ n’était simplement qu’un conflit de terres et une reclamation d’une redevance coutumière payée par les yaka depuis de décennies.
L’hypothèse d’une main noire a été évoquée.
Les témoignages renseignent des atrocités vécus dans ce coin du Maïndombe depuis la première attaques du 10 Juin denier, au cours de laquelle des jeunes armés des calibres 12 et machettes se sont pris aux villageois de Masiambe a 42km de kwamouth, brulant maisons et cases.
Dès le lendemain, les attaques se sont multipliés. D’abord Doumou chef lieu du groupement bateke Sud, ensuite Nzieme où on a compté les premiers morts, liduma, puis Masiaka qui a d’ailleurs perdu son chef Coutumier égorgé par les assaillants.


"RDC: l'escalade des violences communautaires autour du Maï-Ndombe inquiète les autorités - 26/09/2022
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20220926-rdc-l-escalade-des-violences-communautaires-autour-du-ma%C3%AF-ndombe-inqui%C3%A8te-les-autorit%C3%A9s

VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE  ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ? 000_NU91X
VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE  ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ? YH5BAEAAAAALAAAAAABAAEAAAIBRAA7
Un village dans la province du Kwilu, en RDC (image d'illustration) AFP - JUNIOR D. KANNAH

La tension est toujours vive dans la province de Maï-Ndombe, dans l’ouest de la RDC. Les violences liées à un conflit entre les communautés teke et yaka ne sont plus circonscrites dans le seul territoire de Kwamouth. Elles s’étendent vers d’autres zones. Ces derniers jours, le territoire voisin de Bagata a également été
Avec notre correspondant à Kinshasa, Patient Ligodi

Entre le 25 juillet et le 10 août, plusieurs raids ont été menés par des assaillants teke contre des villages yaka, deux communautés qui s’opposent. Les violences s’étaient rapidement étendues dans la région atteignant la route stratégique Bandundu-Mongata-Kinshasa où des barrages illégaux ont été érigés.
Plusieurs rapports alertent sur la possibilité de voir ces violences s’étendre dans d’autres zones des provinces du Kwilu, du Kwango où même dans la périphérie de Kinshasa où sont installées des membres des deux communautés Yaka et Teke.
Au moins 50 militaires ont été tués dans les affrontements et cette escalade inquiète particulièrement les autorités. Ce qui était présenté initialement comme un conflit communautaire est perçu depuis quelques jours comme un projet plus dangereux entretenu, selon les mots du président Félix Tshisekedi, par une « main noire ». À Kwamouth, certaines sources indiquent qu’une milice armée s’est constituée et est conduite par un ancien militaire surnommé Cobra. Très peu d’informations sont à ce jour connues de cette milice.
À ce stade, les interventions de l’armée ont permis de récupérer des fusils d'assaut de type AK-47 et d’autres armes et munitions artisanales. De sources gouvernementales, on apprend aussi que 81 personnes ont été arrêtées dont une soixantaine transférée à Kinshasa.


"Violences communautaires à Kwamouth: une dizaine de présumés assaillants déjà aux arrêts à Fatundu (Bagata) - 28 septembre 2022
= https://actualite.cd/2022/09/28/violences-communautaires-kwamouth-une-dizaine-de-presumes-assaillants-deja-aux-arrets

VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE  ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ? Kwamouth%20vrai%202
Carte du territoire de Kwamouth

Le nombre des présumés assaillants arrêtés à Fatundu (territoire de Bagata) dans la province du Kwilu après transposition du conflit interethnique entre Teke et Yaka au territoire de Kwamouth (Mai-Ndombe) est passé de 8 à 12 le matin de mardi.
Parmi les 12 figure le chef de file appelé “américain” arrêté à 45 km de Fatundu par les services de sécurité. Quelques objets “mystérieux” ont été récupérés des mains de ces suspects par la police. 
“Il y a 9 hommes et 3 femmes, ce qui fait 12 assaillants arrêtés. L'autre information c'est l'arrestation du meneur appelé américain à 45 km de Fatundu. On les a arrêtés avec des armes blanches, on a confisqué leur temple ce qui leur permet de faire des gris-gris, de la cendre des gens qu'ils ont arrêtés et tués dans le plateau. C'est gardé à la police et on va transmettre au niveau de l'exécutif provincial”, a dit le chef du secteur Wamba, Martin Gabia. 
“Le gouvernement provincial a renforcé l'équipe de la police. L'équipe d'intervention est à Fatundu, elle travaille en synergie avec les jeunes”, a-t-il indiqué. 
Fatundu, chef-lieu du secteur Wamba a accueilli à ce jour, d'après les autorités locales, près de 5000 déplacés de Kwamouth qui vivent un calvaire dans les écoles, églises et familles d'accueil. 
Ce conflit a déjà fait plus de 150 morts à Kwamouth, parmi lesquels les éléments forces de l'ordre et de sécurité ainsi que des chefs coutumiers tués.


"Resolution du conflit Teke-Yaka: Fridolin Ambongo interpelle Félix Tshisekedi - 28 septembre 2022
= https://www.politico.cd/encontinu/2022/09/28/resolution-du-conflit-teke-yaka-fridolin-ambongo-interpelle-felix-tshisekedi.html/116584/
L’archevêque métropolitain de la ville de Kinshasa, le Cardinal Fridolin Ambongo appelle à l’intervention personnelle du chef de l’Etat Félix Tshisekedi pour la résolution du conflit intercommunautaire qui prévaut dans le territoire de Kwamouth (Mai-Ndombe) et qui s’étend dans d’autres provinces qui constituaient jadis le grand Bandundu.

Le prélat catholique a fait cet appel, le mardi 27 septembre, au retour de sa tournée pastorale de quatre jours qu’il a effectuée dans la province du Mai-Ndombe et ses environs.
L’archevêque métropolitain de la ville de Kinshasa, le Cardinal Fridolin Ambongo appelle à l’intervention personnelle du chef de l’Etat Félix Tshisekedi pour la résolution du conflit intercommunautaire qui prévaut dans le territoire de Kwamouth (Mai-Ndombe) et qui s’étend dans d’autres provinces qui constituaient
« L’autorité du pays doit faire quelque chose pour que cette situation puisse se débloquer », s’est-il confié.
L’archevêque de Kinshasa redoute également que ce conflit s’exporte jusqu’à la capitale Kinshasa au vu de la proximité géographique entre la zone de conflit et la ville de Kinshasa.

« N’oubliez pas que Kwamouth, c’est la porte d’entrée de Kinshasa. Tout ce qui est comme navigation sur le fleuve, toutes les eaux du pays passent par Kwamouth. Soit par le fleuve venant dedans, soit à la rivière qui ramasse toutes les eaux venant du Kasaï, du Kwilu, Kwango, etc. ou du Maï-Ndombe. Tout ça passe à Kwamouth. Et s’il y a insécurité à cet endroit aussi stratégique, ça peut avoir des lourdes conséquences sur Kinshasa », a prévenu le Cardinal Ambongo.  
Au cours de sa mission pastorale de quatre jours, le cardinal Ambongo a échangé avec les fidèles catholiques et les victimes des violences perpétrées dans le territoire de Kwamouth.
Ce conflit communautaire qui est parti du territoire de Kwamouth dans le Mai-Ndombe s’étend depuis quelques jours dans les provinces du Kwilu et Kwango comme l’illustre l’arrestation de 6 suspects dans le village de Fatundu, territoire de Bagata dans la province du Kwilu.
= https://www.radiookapi.net/2022/09/28/actualite/politique/tension-dans-le-grand-bandundu-le-cardinal-ambongo-appelle
= https://www.forumdesas.net/2022/09/quest-ce-que-les-habitants-de-kwamouth-ont-fait-sinterroge-mgr-kwambamba/


"Après l’Est et le Nord-est, voici l’ »équation » Ouest -28/09/2022
= https://www.forumdesas.net/2022/09/apres-lest-et-le-nord-est-voici-lequation-ouest/
* A quelques mois du go des opérations électorales, le Gouvernement appelé à tout mettre en œuvre pour évacuer cette hypothèque naissante.
L’insécurité en RD Congo a l’effet d’un cancer. La métaphore ne devrait pas s’arrêter là. Après les provinces de l’Est (Nord-Kivu et Sud-Kivu) et du Nord-est (Ituri), considérées, non sans raison, comme l’épicentre de l’instabilité de la RD Congo, voici le nouveau front Ouest qui, aux yeux de nombreux observateurs, se présente comme une nouvelle équation à plusieurs inconnues pour les dirigeants du pays.

Secret de polichinelle, depuis début juillet dernier, la situation sécuritaire demeure assez précaire à Kwamouth, dans la province de Maï-Ndombe. En cause, un conflit intercommunautaire opposant les Teke à leurs frères Yaka, a occasionné le décès de plusieurs dizaines de personnes, sauvagement tuées pour la plupart à coup de machette. A ces pertes en vies humaines, s’ajoutent d’importants dégâts matériels. A ce jour, il est hasardeux d’avancer un quelconque chiffre, en termes de bilan exact des personnes tuées dans cette tragédie à la porte de Kinshasa.
Pendant que le sang des victimes de la barbarie de Kwamouth est encore frais, des sources renseignent que des assaillants non encore identifiés, ont mis à feu et à sang une partie de la province voisine du Kwilu. La tragédie se serait produite à Bukusu, localité située à la frontière entre le Kwilu et la province du Kwango.
Sans banaliser la situation de l’Est, il y a lieu de souligner que celle de l’Ouest est perçue dans l’opinion, comme quelque chose de particulier. La spécificité est que cette partie du territoire national rd congolais est l’hinterland de Kinshasa, siège des institutions politiques nationales et de l’administration des entreprises publiques.

A QUELQUES MOIS
DES ELECTIONS…
« Le conflit intercommunautaire à Kwamouth, territoire de la province du Mai-Ndombe, présente des indices d’une main noire ».  C’est ce qu’a déclaré Daniel Aselo Okito Wa Nkoy, vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur, Sécurité, Décentralisation et Affaires coutumières, au sortir de la réunion du Conseil de sécurité, présidée hier mardi 27 septembre par le Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde.
Selon le patron de la Territoriale, le conflit intercommunautaire dans le Maï-Ndombe, avec comme épicentre la cité de Kwamouth, s’est finalement métastasé. Des villages environnants ne sont plus épargnés. Y compris la Route nationale n°17 (RN17). «Les insurgés retranchés dans la forêt et savane, continuent à perpétrer des actes ignobles contre les populations locales», informe Daniel Aselo qui a appelé les populations locales à plus de vigilance et à la dénonciation des suspects.
 Que le VPM, ministre de l’Intérieur, sécurité, Décentralisation et Affaires coutumières parle d’une main noire dans cette situation, rien de nouveau. Car, avant lui, le Président Félix Tshisekedi, dans une interview accordée le week-end dernier à France 24 et à RFI, l’a aussi dit. Mais le premier à avoir évoqué la thèse d’une main noire dans la situation à Kwamouth, se trouve être Martin Fayulu.
«Je sais que les Yaka et les Teke sont un même peuple et ont toujours vécu en parfaite harmonie. Les actes affreux qui s’y commettent aujourd’hui ne font pas partie de notre culture. C’est pourquoi, j’exhorte les Congolais à la vigilance et surtout, à ne pas céder à une quelconque instrumentalisation  ou manipulation qui mettrait à mal la nécessaire concorde nationale», avait déploré le principal opposant à Félix Tshisekedi, dans un message le 24 août dernier.

Par ailleurs, Martin Fayulu, tout en dénonçant la présence des personnes étrangères dans le territoire de Kwamouth, n’avait de cesse de soupçonner une main noire qui serait derrière cette situation d’insécurité. «Il y a quelque chose d’anormal dans cette situation. Beaucoup d’indices semblent nous orienter vers une opération structurée et commanditée de déstabilisation de notre pays. Car, certains villageois confirment la présence des personnes étrangères dans cette région. Il y a une main noire derrière ces actes ignobles en séries», expliquait encore  le meilleur perdant de la présidentielle du 30 décembre 2018 dans un autre message adressé à la population congolaise, le lundi 19 septembre.
Ce qu’il faut souligner dans cette situation, est qu’elle se produit dans un contexte où le pays s’apprête à organiser de nouvelles élections générales en 2023. Théoriquement donc, nous en sommes à une année. Si 2023 est l’échéance butoir pour la tenue effective des élections, il y a cependant lieu de rappeler que les opérations pré-électorales, notamment l’enrôlement des électeurs, devront s’effectuer dans un proche avenir, sous réserve de la publication du calendrier électoral par la CENI.
Partant, la situation dans l’Ouest, survenue à quelques mois des élections inquiète. Cela va sans dire. Dès lors, plus d’un Congolais estiment que le Gouvernement devrait tout mettre en œuvre pour évacuer cette nouvelle hypothèque naissante. Par rapport justement à l’organisation des élections, l’opinion se rappelle que lors des élections de 2018, toutes proportions gardées celles de 2011, plusieurs circonscriptions de l’Est avaient raté le vote à cause de l’insécurité. Dès lors que de nombreuses populations de l’Ouest ont fui leurs villages pour vivre en forêt et se mettre ainsi à l’abri d’éventuelles attaques, il y a lieu de craindre que les mêmes causes de l’Est, ne produisent les mêmes effets dans l’Ouest. Encore que dans la partie Est, la sempiternelle problématique de l’insécurité n’est pas encore totalement résolue. Sinon, rien n’expliquerait le maintien de l’état de siège, instauré depuis plus d’une année dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri.

POURQUOI N’AVAIT-ON PAS ANTICIPE ?

Blanchis sous le harnais, des analystes sérieux postulent qu’un  Etat qui n’anticipe pas les événements, les subit. Par rapport à la situation actuelle dans l’Ouest, pourquoi n’avait-on pas anticipé, quand on sait qu’en 2018, des étrangers se passant pour bouviers, avaient pratiquement parcouru  les 3 quarts de l’ex- province du Bandundu, jusqu’e Kenge, dans le Kwango. Ces éleveurs, à défaut d’être étrangers, étaient étranges !
A ce jour, la situation de ces éleveurs doit être tirée au clair. Dès lors que des témoignages concordants renseignent qu’il y a des personnes qui ne parlent aucun dialecte du coin, la thèse d’une infiltration soutenue par Martin Fayulu et reprise par le Président  Félix Tshisekedi dans son interview, semble se vérifier.
Tout bien considéré, des observateurs infèrent que l’Etat congolais devrait tout faire pour que la paix soit restaurée dans l’Ouest. Au demeurant, il ne faudrait donc pas que tous ces foyers de tension compromettent les élections prévues en 2023. Sauf s’il y aurait des acteurs tapis dans l’ombre et qui l’entretiendraient pour cette fin.


"Après Kwamouth,le territoire de Bagata à feu ! - 28/09/2022|
= https://www.forumdesas.net/2022/09/apres-kwamouthle-territoire-de-bagata-a-feu/

"RDC : la recrudescence de violences dans le Mai-Ndombe fait des milliers de déplacés - 27 septembre 2022
= https://www.msf.fr/actualites/rdc-la-recrudescence-de-violences-dans-le-mai-ndombe-fait-des-milliers-de-deplaces

"les FARDC annoncent le lancement des opérations militaires dans le territoire de Kwamouth - 27.09.2022
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-111250_les_fardc_annoncent_le_lancement_des_operations_militaires_dans_le_territoire_de_kwamouth.html

= https://www.radiookapi.net/2022/09/26/actualite/securite/attaque-du-village-bukusu-au-kwilu-6-suspects-arretes-au-village
= https://www.forumdesas.net/2022/09/drame-de-kwamouth-sama-lukonde-appelle-la-population-du-grand-bandundu-a-plus-de-vigilance/
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-111291_suite_aux_violences_a_kwamouth_une_rame_de_chinchards_passe_de_44_000_a_65_000_cdf_a_bandundu_ville.html



"Pour la paix Muzito brave la fournaise à Kwamouth - 16 septembre 2022
= https://www.africanewsrdc.net/featured/pour-la-paix-muzito-brave-la-fournaise-a-kwamouth/
VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE  ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ? WhatsApp-Image-2022-09-15-at-19.48.48
Ancien Premier ministre de la RD-Congo sous Joseph Kabila, le député national et président de la formation politique Nouvel élan, Adolphe Muzito, est arrivé, mercredi 14 septembre à Kwamout où il règne, depuis près de deux mois, des tensions entre les Yaka et les Teke. Ce digne fils de l’ex-Bandundu a bénéficié d’un accueil chaleureux à son arrivée par route dans le chef-lieu du territoire de Kwamout, dans la province de Mai-Ndombe. Adolphe Muzito et sa suite ont sillonné plusieurs villages abandonnés par des populations victimes d’affrontements et des massacres intercommunautaires Teke-Yaka dont le bilan est estimé à 70 morts à ce jour. Déjà, lundi 12 septembre 2022, le leader de Nouvel élan a débuté discrètement son prêche sur la paix par les cités de Mbankana et Mongata.

Partout où il est passé, Adolphe Muzito était à l’écoute des chefs de villages et des villageois sur les contours des conflits nés entre ces deux peuples qui pourtant vivent d’habitude dans une totale harmonie. Visiblement, le conflit entre les deux peuples est plus que sérieux. Les tensions sont vives et l’ancien Premier ministre l’a vécu. Dans le village Fadiaka, par exemple, après le départ du député Muzito à l’issue d’un échange avec des villageois, des assaillants ont surgi quelques heures après et ont tué une trentaine de personnes dont le chef du village.
Devant la population de Kwamout, Adolphe Muzito s’est dit choqué et indigné par l’horreur des massacres. Il a invité les gouvernants à procéder à la titrisation des terres en vue de résoudre le problème de propriété, en mettant fin aux injustices sociales liées au secteur foncier. Par ailleurs, Adolphe Muzito a plaidé en faveur d’une vraie justice qui recherche les causes de ce conflit, qui identifie les auteurs et qui poursuit et sanctionne. «Certaines langues disent que des politiciens sont derrière ces massacres entre les Teke et les Yaka. Si cela s’avère vrai, il faut sanctionner ces personnes qui tirent les ficelles», a-t-il souligné. En bon père de famille, l’élu de la ville de Kikwit a assisté tous les déplacés victimes de ce conflit en leur remettant des vivres.


"



Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE  ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ? Empty Re: VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ?

Message  ndonzwau 17/10/2022, 11:16 pm

"


"Conflits Teke-Yaka : 57 présumés auteurs des massacres de 180 civils arrêtés par l’armée -17 octobre 2022
= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2022/10/17/conflits-teke-yaka-57-presumes-auteurs-des-massacres-de-180-civils-arretes-par-larmee.html/118226/

"Récurrence des conflits fonciers en provinces : Tshisekedi hausse le ton contre le « banditisme judiciaire et politico-administratif » 17:10:2022
= https://7sur7.cd/2022/10/17/recurrence-des-conflits-fonciers-en-provinces-tshisekedi-hausse-le-ton-contre-le

"RDC: les gouverneurs des provinces chargés d’activer les mécanismes de veille et de prévention de conflits communautaires pour favoriser la cohésion provinciale - 16 octobre 2022
= https://actualite.cd/2022/10/16/rdc-les-gouverneurs-des-provinces-charges-dactiver-les-mecanismes-de-veille-et-de


"RDC : le Cardinal Ambongo invite les Yaka et les Teke à la réconciliation - 16 octobre 2022 |
= https://www.etoiledeurope.com/2022/10/rdc-le-cardinal-ambongo-invite-les-yaka-et-les-teke-a-la-reconciliation/

"Conflit Teke et Yaka : Le Cardinal Fridolin Ambongo attendu aujourd’hui à Bandundu - 11 octobre 2022
= https://laprosperite.online/index.php/politique/21-a-chaud/13040-conflit-teke-et-yaka-le-cardinal-fridolin-ambongo-attendu-aujourd-hui-a-bandundu


"Tension dans le Grand Bandundu : Adolphe Muzito prêche la cohabitation pacifique à Kasongo Lunda - 16/10/2022
= https://www.radiookapi.net/2022/10/16/actualite/politique/tension-dans-le-grand-bandundu-adolphe-muzito-preche-la-cohabitation

"Conflit Teke-Yaka : 57 présumés auteurs des massacres dans l’ex-Bandundu arrêtés - octobre 16, 2022
= https://acpcongo.com/index.php/2022/10/16/conflit-teke-yaka-57-presumes-auteurs-des-massacres-a-lex-bandundu-arretes/

"Conflit Teke et Yaka : Mboso et une délégation de chefs coutumiers échangent sur des pistes de solutions pour contenir la crise loin de Kinshasa - 17 octobre 2022 -
= https://actualite.cd/2022/10/17/conflit-teke-et-yaka-mboso-et-une-delegation-de-chefs-coutumiers-echangent-sur-des

"RDC : 13 morts dans l'attaque d'un village, plus de 50 arrestations - 15/10/2022
= https://lecourrier.vn/rdc-13-morts-dans-lattaque-dun-village-plus-de-50-arrestations/1076771.html

"Plus de 180 morts depuis juin dans un conflit intercommunautaire en RDC - 11 octobre 2022
= https://www.voaafrique.com/a/plus-de-180-morts-depuis-juin-dans-un-conflit-intercommunautaire-en-rdc/6784771.html

"RDC-Kwamouth : un élu national exige des poursuites judiciaires contre des assaillants arrêtés - 17:10:2022
= https://actualite.cd/2022/10/17/rdc-kwamouth-un-elu-national-exige-des-poursuites-judiciaires-contre-des-assaillants

"GUERRE HYBRIDE AUX PORTES DE KINSHASA : La main noire est aussi blanche - 6 octobre 2022
= https://lemaximum.cd/2022/10/06/a-la-une/guerre-hybride-aux-portes-de-kinshasa-la-main-noire-est-aussi-blanche/

" RDC : les violences dans le Maï-Ndombe et l’ombre d’une « main noire » - 5 octobre 2022
= https://www.jeuneafrique.com/1382059/politique/rdc-les-violences-dans-le-mai-ndombe-et-lombre-dune-main-noire/
Les affrontements inter-ethniques qui ont éclaté dans cette province de l’ouest du pays ont déjà fait plus de 150 morts, et font craindre un effet de contagion. Le président Félix Tshisekedi s’est dit convaincu que ces violences étaient instrumentalisées.


"Conflits Teke-Yaka : les présumés auteurs transférés de Bandundu à Kinshasa - 22 septembre 2022
= http://digitalcongo.cd/detail5553
= https://www.digitalcongo.net/article/634d3b71b664ed1ebe0a5599/

"RDC: de nouvelles arrestations après les violences intercommunautaires dans le Mai-Ndombe - 04/10/2022
= fi.fr/fr/afrique/20221004-rdc-de-nouvelles-arrestations-après-les-violences-intercommunautaires-dans-le-mai-ndombe
"RDC: les chefs coutumiers discutent pour trouver une issue à la crise dans le Maï-Ndombe - 01/10/2022
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20221001-rdc-les-chefs-coutumiers-discutent-pour-trouver-une-issue-%C3%A0-la-crise-dans-le-ma%C3%AF-ndombe

"Conflit Teke et Yaka : le gouvernement chargé de documenter les faits infractionnels et lancer la campagne de solidarité nationale - 8 octobre 2022 |
= https://actualite.cd/2022/10/08/conflit-teke-et-yaka-le-gouvernement-charge-de-documenter-les-faits-infractionnels-et


= https://actualite.cd/2022/10/14/kwilu-une-cinquantaine-dassaillants-arretes-par-les-fardc-bagata
= https://actualite.cd/2022/10/16/rdc-kwilu-un-poste-de-police-attaque-par-des-assaillants-bagata
|
"Martin Fayulu appelle les Congolais à défendre la patrie en danger - 29 septembre 2022
= https://ouragan.cd/2022/09/rdc-fayulu-appelle-les-congolais-a-defendre-la-patrie-en-danger


"|
"
"|


Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE  ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ? Empty Re: VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ?

Message  ndonzwau 22/10/2022, 9:08 pm

"


"RDC : le Cardinal Ambongo remet au Premier ministre son rapport sur la situation sécuritaire de Kwamouth - 20/10/2022
= https://www.radiookapi.net/2022/10/20/actualite/securite/rdc-le-cardinal-ambongo-remet-au-premier-ministre-son-rapport-sur-la
= https://linterview.cd/grand-bandundu-apres-sa-mission-pastorale-a-kwamouth-le-cardinal-ambongo-recu-par-le-premier-ministre/

"RDC: le cardinal Fridolin Ambongo alerte sur le conflit ethnique dans le territoire de Kwamouth - 22/10/2022
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20221022-rdc-le-cardinal-fridolin-ambongo-alerte-sur-le-conflit-entre-ethnies-yaka-et-teke
= https://www.radiookapi.net/2022/10/21/actualite/revue-de-presse/eco-news-situation-securitaire-dans-le-grand-bandundu-sama

"Conflit communautaire dans l’ex Bandundu : Le Cardinal Ambongo appelle au renforcement de l’autorité de l’État a Kwamouth - 22 octobre 2022
= https://www.politico.cd/encontinu/2022/10/22/conflit-communautaire-dans-lex-bandundu-le-cardinal-ambongo-appelle-au-renforcement-de-lautorite-de-letat-a-kwamouth.html/118651/

"RDC : les révélations du cardinal Ambongo sur l'origine du conflit entre les Teke et Yaka - 21 octobre 2022
= https://actualite.cd/2022/10/21/rdc-les-revelations-du-cardinal-ambongo-sur-lorigine-du-conflit-entre-les-teke-et-yaka

"Conflit communautaire dans l’ex Bandundu : Le Cardinal Ambongo appelle au renforcement de l’autorité de l’État a Kwamouth - 22 octobre 2022
= https://www.politico.cd/encontinu/2022/10/22/conflit-communautaire-dans-lex-bandundu-le-cardinal-ambongo-appelle-au-renforcement-de-lautorite-de-letat-a-kwamouth.html/118651/
"RDC : « L’Etat n’est pas à Kwamouth », déplore le Cardinal Ambongo - 13/10/2022
= https://www.radiookapi.net/2022/10/13/actualite/politique/rdc-letat-nest-pas-kwamouth-deplore-le-cardinal-ambongo

"RDC: le Cardinal Ambongo invite les Yaka et les Teke à la réconciliation - 16 octobre 2022
= http://www.vaticannews.cn/fr/afrique/news/2022-10/rdc-le-cardinal-ambongo-invite-les-yaka-et-les-teke-a-la-reconc.html

"Mgr Manamika, Archevêque de Brazzaville rend visite aux réfugiés du conflit Téké-Yaka
= https://www.vaticannews.va/fr/afrique/news/2022-10/mgr-manamika-rend-visite-aux-refugies-du-conflit-teke-yaka.html

= https://laprosperiteonline.net/conflit-teke-et-yaka-le-cardinal-fridolin-ambongo-attendu-aujourdhui-a-bandundu/
= https://africa.la-croix.com/rd-congo-leglise-sengage-dans-la-resolution-dun-violent-conflit-intercommunautaire/
= https://www.radiookapi.net/2022/10/11/actualite/societe/kwilu-le-cardinal-ambongo-bandundu-pour-rencontrer-les-peuples-qui



" RDC : près de 30 000 personnes fuient les nouvelles violences dans l’ouest du pays - 12.10.2022
= https://www.aa.com.tr/fr/afrique/rdc-pr%C3%A8s-de-30-000-personnes-fuient-les-nouvelles-violences-dans-l-ouest-du-pays/2709367


"Conflit Teke-Yaka : les chefs coutumiers appelés à réclamer la titrisation de leurs terres à l’État (Muzito) - 3 octobre 2022
= https://ouragan.cd/2022/10/conflit-teke-yaka-les-chefs-coutumiers-appeles-a-reclamer-la-titrisation-de-leurs-terres-a-letat-muzito


"Conflit Teke et Yaka : Mboso et une délégation de chefs coutumiers échangent sur des pistes de solutions pour contenir la crise loin de Kinshasa - 17 octobre 2022
= https://actualite.cd/2022/10/17/conflit-teke-et-yaka-mboso-et-une-delegation-de-chefs-coutumiers-echangent-sur-des

"Conflit Teke-Yaka : Les gouverneurs de Mai-Ndombe, Kwilu et Kwango plaident chez Bahati pour l’augmentation des militaires et policiers - 6 octobre 2022
= https://lequotidien.cd/conflit-teke-yaka-les-gouverneurs-de-mai-ndombe-kwilu-et-kwango-plaident-chez-bahati-pour-laugmentation-des-militaires-et-policiers/


"Plaidoyer pour un dispositif sécuritaire permettant le retour des déplacés de Kwamouth - octobre 22, 2022
= https://acpcongo.com/index.php/2022/10/22/plaidoyer-pour-un-dispositif-securitaire-permettant-le-retour-des-deplaces-de-kwamouth/


Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE  ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ? Empty Re: VIOLENCES MEURTRIÈRES INTERCOMMUNAUTAIRES DANS LE MAI-NDOMBE : LE SIGNE D'UNE SITUATION SOCIALE PRÉCAIRE OU UN INDICATEUR D'UNE CONTRÉE MAL ADMINISTRÉE OU ENCORE UNE MANIPULATION POLITICIENNE ? EXISTE-T-IL UNE PRISE EN CHARGE EFFICACE AU CONGO ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum