Le choix de Kabila : réformes ou la survie ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le choix de Kabila : réformes ou la survie ?

Message  Invité le 7/11/2013, 11:07 pm

Google Translator:


Le choix de Kabila : réformes ou la survie ?

Suite aux concertations nationales à Kinshasa au début Octobre , le Président Kabila a prononcé un discours dans lequel il a annoncé , dans l'intérêt de l'unité nationale, la formation d'un «gouvernement de cohésion nationale». Maintenant, un mois plus tard , il ya des signes que Kabila se déplacera bientôt à mettre en place ce gouvernement. Quand il le fait , il aura un choix difficile : maintenir l'actuel Premier ministre et maintenir le cap sur les réformes de l'Etat; ou faire appel à quelqu'un qui peut l'aider à rallier l'élite politique autour de lui.

Matata Ponyo Premier ministre , qui a été en poste depuis Avril 2012 a été en mesure de faire des progrès modestes sur l'amélioration de la gouvernance , en particulier en ce qui concerne l'économie et des finances de l'Etat. Il est particulièrement populaire auprès de la communauté des donateurs, qui pensent qu'il a été en mesure de nommer quelques technocrates compétents à différents ministères et a inspiré un nouvel élan au gouvernement. De nombreux soldats et fonctionnaires de l'Etat sont désormais versés directement sur des comptes bancaires et par des transferts monétaires mobiles; ministres sont plus transparents dans leurs interactions avec les journalistes , et l'inflation est restée négligeable. ( Bien que le cours des Comptes a récemment publié un audit accablant des finances publiques . ) Si Kabila veut quelqu'un qui peut suivre ce cours, alors Matata et son équipe pourrait être le meilleur pari.

Mais c'est la priorité de ce Kabila ? Le président est sur le plongeon dans une période difficile dans la période qui a précédé la fin de son mandat en 2016. En raison des limites constitutionnelles terme , il devra ensuite passer les rênes à quelqu'un d'autre ou de modifier les limites constitutionnelles terme - qui est explicitement interdite par l'article 220 de la Constitution de 2006 . Une troisième option est également de plus en plus flottant : il suffit de reporter les élections , tout comme l'a fait Gbagbo en Côte-d'Ivoire , depuis plusieurs années, avec les problèmes nationaux de recensement et de financement comme un prétexte .

Comme le président conclut cette turbulence , il peut être plus important d'avoir un premier ministre qui peut rallier l'élite politique houleux autour de lui, afin qu'ils puissent revenir tout retard ou changement juridiques qu'il veut faire passer . Le premier ministre actuel est un technocrate compétent, mais ( en partie, précisément parce qu'il vient d'un milieu technique ), il n'a pas beaucoup d'une base politique ou la capacité à mobiliser clés power- brokers. Qui plus est, il a provoqué la colère de nombreux gros bonnets de serrage vers le bas sur certains des raquettes de corruption , ils ont été exécutés , et en insistant sur le fait que les chefs des partis politiques sont désormais autorisés à participer au gouvernement eux-mêmes . En d'autres termes , il a fait beaucoup d'ennemis qui sont maintenant réclamaient son départ, et le président peut être à la recherche d' un ensemble de compétences différent dans son prochain PM .

«
Article originale..
" Kabila's choice: reforms or survival?
Following the national concertations in Kinshasa in early October, President Kabila gave a speech in which he announced, in the interest of national unity, the formation of a "government of national cohesion." Now, a month later, there are signs that Kabila will move soon to set up this government. When he does so, he will have a difficult choice: keep the current prime minister and maintain course on state reforms; or bring in someone who can help him rally the political elite around him.

Prime Minister Matata Ponyo, who has been in office since April 2012, has been able to make modest progress on improving governance, especially with regards to the economy and state finances. He is particularly popular with the donor community, who think that he has been able to name some competent technocrats to various ministries and has inspired a new élan in government. Many soldiers and state officials are now paid directly through bank accounts and through mobile cash transfers; ministers are more transparent in their interactions with journalists; and inflation has remained negligible. (Although the cours des comptes recently released a damning audit of state finances.) If Kabila wants someone who can keep up this progress, then Matata and his team might be the best bet.

But is this Kabila's priority? The president is about the plunge into a difficult period in the run-up to the end of his term in 2016. Due to constitutional term limits, he will then have to hand over the reins to someone else or change the constitutional term limits––which is explicitly forbidden by Article 220 of the 2006 constitution. A third option is also increasingly being floated: just deferring elections, much like Gbagbo did in the Ivory Coast, for several years, using the national census and funding problems as a pretext.

As the president enters into this turbulence, it may be more important to have a prime minister who can rally the fractious political elite around him, so they can back whatever delays or legal changes he wants to push through. The current prime minister is a competent technocrat, but (in part, precisely because he comes from a technical background) he does not have much of a political base or the ability to mobilize key power-brokers. What's more, he has angered many bigwigs by clamping down on some of the corruption rackets they were running, and by insisting that heads of political parties are now allowed to participate in the government themselves. In other words, he has made a lot of enemies who are now clamoring for his departure, and the president may be looking for a different skill set in his next PM.
"

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le choix de Kabila : réformes ou la survie ?

Message  regarder et bien voir le 8/11/2013, 4:56 pm

Un tres bon article celui-ci. Je crois que quand on est deja mal parti, il n y a plus de choix en toute sincerite'.

Matata Ponyo se montre techniquement competent avec toutes les prouesses qui lui reviennent. Mais vous savez ce n'est pas tout. L'economie reste toujours insignifiante tant qu'elle ne s'est pas encore convertie en developpement. C'est ce developpement qui peut s'interpreter comme distribution des biens et services nationaux au souverain primaire. Tant que l'economie de Matata reste encore au stade des chiffres et au niveau des operateurs economiques sans ameliorer des routes des marchands par exemple, il n'y a pas encore eu de developpement.
Ceci explique que le pays ne fonctionne jamais par un secteur ou dans un niveau precis des choses, mais fonctionne par une coordination et connection des actions et controle dans tous les sytemes qui le composent. Laisser Matata Ponyo au poste de primature n'amenera rien de prospere au peuple congolais tant qu'il y aura des gangrenes et la sous-adminstration dans plusieurs appareils de l'Etat

Au cas ou` Kabila placerait un autre, politicien, selon l'article pour l'aider a` assembler le plus de gens possible autour de lui, plusieurs besoins critiques de la nation ne seront pas consciencieusement et radicalement traites' pendant ce 2 ans qui restent. Car les actions et les tendances des uns et des autres seront plus concentrees' au positionnement de la survie politique apres kabila, et au traitement des sujets administrant la corruption comme le recensement et tant d'autres lois et exercices de l'executif qui exigent l'approbation d'une telle ou autre classe politique. Dans cette allure, Kabila n'aura rien profiter du point de vue s'amender devant le peuple. Et meme sous cette allure, je ne crois pas du tout qu'il ira tres loin politiquement apres 2016 car les puissants occidentaux peuvent decider autrement, tout change quand leurs interets changent, et en plus rien n'est garantie surtout avec d'autres possiblites de guerre a` l'Est tant que les choses sont commes elles sont.

C'est pourquoi j'ai dit: "reforme ou survie", ca n'amenera rien pour Kabila. Il sera oblige' de quitter le pouvoir bientot par la force des choses. Meme en cherchant la survie, rien n'est toujours garantie comme je l'ai explique'.

Regarder et bien voir

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum