LE POUVOIR, L’OPPOSITION ; OÙ VA LE CONGO ? LE FCC, L’ARMÉE... ET OÙ SE TROUVE ALORS CE CONGO UNI ET DÉMOCRATIQUE, SOUVERAIN ET FORT, RESPONSABLE ET GAGNANT ???

Aller en bas

LE POUVOIR, L’OPPOSITION ; OÙ VA LE CONGO ? LE FCC, L’ARMÉE... ET OÙ SE TROUVE ALORS CE CONGO UNI ET DÉMOCRATIQUE, SOUVERAIN ET FORT, RESPONSABLE ET GAGNANT ???

Message  ndonzwau le 16/7/2018, 5:56 pm

LE POUVOIR, L’OPPOSITION ; OÙ VA LE CONGO, OÙ NOUS MÈNE SON PROCESSUS ÉLECTORAL ? LE FCC POUR L’UNION DES CORROMPUS, L’ARMÉE REPRISE EN MAIN POUR LA GUERRE... ET OÙ SE TROUVE ALORS CE CONGO UNI ET DÉMOCRATIQUE, SOUVERAIN ET FORT, RESPONSABLE ET GAGNANT ???

Comme si nos pratiques effectives déclinaient des recettes contraires aux valeurs que nous voulons défendre, comme si nos décisions successives poursuivaient en fait des fins opposées à nos objectifs primordiaux de cohésion, d'indépendance et de réussite...


Sauf pour des aveugles volontaires, il n‘est plus un secret que les « promesses de libération et de changement de l’AFDL en mai 1997 » ont vite muté en une ‘alésienne’ d’autant plus douloureuse pour le pays que la « dictature en place » est chapeautée par une « occupation ». Deux décennies durant, qui ne peut voir que le bilan du nouveau régime n’est qu’une cascade de catastrophes dans tous les secteurs et que le Congo de 2018 n’est en rien meilleur que celui de 1997 (et celui d’avant) où à part quelques recollements des brèches provoquées entre-temps et l’inertie involontaire du temps, rien de significatif n’a été accompli pour (re)construire notre pays…

Aujourd’hui, notre pays vit en plus une crise politique générée par le refus d’une alternance démocratique, la Constitution et les Conventions pour rattraper son esprit (Accord de la St Sylvestre 2016) sont impunément ignorées et les derniers arrangements du pouvoir consistent en une reconfiguration voulue démocratique mais complètement démagogique avec le fameux Front Commun pour le Congo (FCC) qui embauche iniquement avec les moyens de l’Etat des forces politiques pour en faire un élément de la compétition politique, et une reprise en main de l’armée pour la préparer à toute contestation militaire de son illégitimité sans compter tous les stratagèmes politiques et juridiques plantés à l’avance pour fausser à son profit les prochains scrutins…

La politique n’est certes pas une science exacte, plusieurs programmes parallèles peuvent concourir à son but ultime de gestion de la Cité pourvu qu’ils produisent à terme des bons résultats mais comment peut-on se satisfaire de ce mélange indigeste où tout programme est valable comme le fait Mbokolo, intellectuel universitaire reconnu dans sa profession de foi en signant au FCC que nous prenons ici en exemple…
Notre Professeur nous proclame sans rire que « le FCC vise à instaurer une véritable réconciliation de l’ensemble des Congolais…. Il espère que cette plateforme va défendre la souveraineté du pays…. Nous devons arriver à une large plateforme qui réunit le plus grand nombre de Congolais qui s’inscrivent dans la dynamique actuelle de la préparation des élections et qui ont des objectifs politiques. Ceux qui militent pour l’indépendance du pays pour le respect de notre souveraineté. Ceux qui ont des objectifs économiques de développement…. que les choses commencent à changer réellement dans le respect de la souveraineté et de notre identité… »

A se demander en passant si notre Professeur garde sa rigueur scientifique en proclamant de telles énormités, qu'aurait-il dit de Mobutu dont nous connaissons le maléfique destin pour notre pays avec les mêmes préceptes sinon la même propagande à l’appui de sa politique formelle de « réconciliation pour la défense de notre souveraineté » sans plus ? De la propagande sans base effective pour en faire un facteur de réussite pour le pays, la foi osée d'un profane des sciences humaines !

Mbokolo plus d’une fois fait appel à la « souveraineté, l’indépendance du pays, à notre identité », aurait-il eu la promesse d’un poste politique au crépuscule de sa vie et/ou des espèces sonnantes et trébuchantes pour voiler délibérément son regard d’universitaire ? Par exemple, quels objectifs économiques de développement dont serait aujourd’hui porteur ce régime que 20 ans il n’a pu matérialisés ?

Désolé, Mbokolo est un ainé que je connais et dont j’apprécie la science, je crains hélas de le ranger désormais parmi ces Congolais devenus « médiocres dangereux pour le pays » par cupidité, idéologie et fanatisme… Qu’il prenne aujourd’hui ‘JK’ pour l’acteur désigné de l’indépendance et de l’efficacité du pays, m’éloigne de l’intellectuel attendu avec le bon diagnostic et le traitement idoine pour le meilleur avenir de notre pays, hélas …


Il y’a ensuite cette reprise en main de l’armée avec ces nominations dont la remise officielle sur le marché du criminel Numbi. Rien d’autre que pour s’armer contre toute velléité de contestation militaire (extérieure ?) contre le passage en force en cours pour aligner les scrutins au vouloir arbitraire du pouvoir… J’y reviendrai…


Qu’organisent l’opposition et les patriotes soucieux du changement ?
A plus là aussi sinon à faire le constat pour le moment que contrairement au constat du « bateau ivre » de notre ami Tshibangu à propos du FCC, celui-ci est un « subterfuge démocratique » qui malgré sa démagogie risque de payer, hélas. La parade telle que je la vois est encore loin de lui porter un coup significatif, hélas…

A plus, entre-temps, rien de moins que de nous convier tous « à nos armes » chacun où il se trouve, comment ? C’est notre seule solution pour le moment !


"« Kabila » imperturbable face aux « manifestes » et « déclarations ». Pourquoi?"
° http://www.congoindependant.com/kabila-imperturbable-face-aux-manifestes-et-declarations-pourquoi/
Analyse
Des universitaires congolais ont publié le samedi 14 juillet un « manifeste » demandant à « Joseph Kabila » de renoncer à son idée de briguer un troisième mandat. Cette démarche est loin d’être la première du genre. Chaque fois, l’homme est resté imperturbable à l’image du canard qui sent les gouttes d’eau de pluie glisser sur ses plumes. Le problème se trouve au niveau des rapports de force. Les représentants des forces politiques et sociales ont tort de penser qu’un pouvoir conquis par la force des armes peut être « dégagé » par les urnes.

A quelques cinq mois de la date fixée pour l’élection présidentielle, les législatives et les provinciales, « Joseph Kabila » dont le dernier mandat a expiré le 19 décembre 2016 continue à prendre des décisions majeures sur les affaires du pays alors qu’il ne dispose plus de pouvoirs constitutionnels et sa compétence se limite à expédier les affaires courantes.
Samedi 14 juillet, le « raïs » a créé l’événement en nommant un nouveau chef d’état-major général à la tête de l’armée congolaise (FARDC). De même, il a promu 40 officiers au grade de général-major et 9 au grade de général de brigade. Certains des nominés portent des patronymes « inhabituels ».



Numbi et Chebeya en filigrane

Comme pour braver l’opinion, le Président hors mandat a nommé le très sulfureux général John Numbi Banza Tambo en qualité d’inspecteur général de l’armée congolaise. Ancien patron de la police nationale, Numbi est considéré comme étant le « suspect numéro un » dans le double assassinat du défenseur des droits de l’Homme Floribert Chebeya Bahizire et de son chauffeur Fidèle Bazana Edadi. C’était le 1er juin 2010.
Au lieu de faire ses « cartons » en prévision du prochain déménagement, on apprenait que « Kabila » a créé de nouveaux postes au sein de son cabinet. L’homme annonce ainsi les couleurs à quelques cinq mois de la tenue des élections. Il se voit déjà se succédant à lui-même. Les Kinois diront « Kabila asigner eyoma ». Traduction: le « raïs » est prêt pour le grand affrontement.

« SITUATION CATASTROPHIQUE »

Les voyageurs en provenance de Kinshasa et de Lubumbashi décrivent une situation « catastrophique » au plan social. « Le pays n’est ni gouverné ni administré », disent-ils. Une allusion à l’insécurité généralisée ainsi qu’aux immondices qui s’amoncellent notamment dans la capitale. Les parents sont de moins en moins capables de payer le minerval de leurs progénitures tant au niveau de l’enseignement secondaire que supérieur et universitaire.
Au plan économique, les témoignages abondent dans le même sens: « La hausse du cours des matières premières n’a aucun impact dans le vécu quotidien de la population ».
En dépit de ce sombre bilan, « Joseph Kabila » ne fait pas mystère de son ambition de rester Président à la place du Président. A partir du 25 juillet jusqu’au 10 août, tous les regards seront braqués sur la CENI où « Kabila » ou son « délégué » pourrait aller déposer sa candidature. En cas de rejet, l’impétrant pourrait saisir une Cour constitutionnelle acquise à sa cause.

Aussi, a-t-il verrouillé l’arène politique. Il faut être un parfait naïf pour espérer la tenue le 23 décembre prochain des élections libres et équitables qui ne défavorisent aucun postulant.
A l’initiative des organisations non gouvernementales ACAJ (Association congolaise pour l’accès à la justice) et IDGPA (Institut pour la démocratie, la gouvernance, la paix et le développement en Afrique), une centaine d’universitaires congolais ont publié, le même samedi 14 juillet, un « Manifeste ». Les signataires (Jacques Djoli Es’Engekeli, André Mbata Mangu et Alphonse Ntumba Luaba ) demandent à « Kabila » de renoncer à l’idée de briguer un nouveau mandat.

VŒUX PIEUX

Le document rappelle que « l’obligation de protéger et de défendre la Constitution s’impose en premier lieu au Président de la République qui, avant d’entrer en fonction, avait juré solennellement de l’observer et de la défendre, devant Dieu et la Nation. Le non-respect du serment constitutionnel constitue une infraction imprescriptible de haute trahison contre la Nation et L’Etat ».
Ces propos qui oscillent entre le droit et la morale sauront-ils émouvoir le « raïs »? On peut franchement en douter. Devenu autiste, l’homme paraît décidé à jouer son va-tout. Et surtout à croiser le fer avec ses adversaires tant nationaux qu’étrangers.
La démarche entreprise par ces universitaires risque de rejoindre le « cimetière de vœux pieux » où sont « ensevelis » des manifestes et autres déclarations au ton comminatoire.



Léonie Kandolo

On peut citer notamment: l’Acte d’engagement des forces politiques et sociales acquises au changement ayant donné naissance, le 10 juin 2016 à Genval, au « Rassemblement » invitant « Joseph Kabila » à quitter le pouvoir « le 20 décembre 2016 à 00h00 »; la Déclaration du Front Citoyen 2016. Plusieurs signataires ont rejoint le camp kabiliste. C’est le cas de José Makila Sumanda et de Samy Badibanga Ntita; le 31 décembre 2016, est signé l’Accord dit de la Saint Sylvestre; le 23 juin 2017, la Conférence épiscopale du Congo publie son message intitulé « Le pays va très mal. Debout, Congolais! » les prélats catholiques notèrent qu’ « une minorité de concitoyens a décidé de prendre en otage la vie des millions de Congolais »; le 18 août 2017 des représentants des organisations de la société civile, des mouvements citoyens et des personnalités indépendantes réunis en France publient le « Manifeste du Citoyen Congolais ». Plusieurs signataires sont depuis harcelés par le pouvoir finissant. C’est le cas du Filimbi Carbone Beni détenu de manière arbitraire depuis le 30 décembre 2017, Léonie Kandolo de la « Coordination laïc catholique » (CLC) qui vit en clandestinité depuis le mois de janvier dernier et du journaliste basé à Kananga Edouard Diyi Tshitenge qui aurait pris le chemin de l’exil.

LE MYTHE DE L’ARTICLE 64

Les législateurs de 2005 avaient prévu l’article 64 pour barrer la route à toute dérive dictatoriale. Le premier alinéa de cette disposition stipule: « tout Congolais a le devoir de faire échec à tout individu ou groupe d’individus qui prend le pouvoir par la force ou qui l’exerce en violation des dispositions de la présente constitution ».
Seulement voilà, ces mêmes législateurs avaient perdu de vue que la sanction apporte une dimension essentielle à la loi. Ils devaient spécifier le mécanisme destiné à « faire échec » à toute tentative de coup de force. Est-ce des « marches pacifiques »? Le peuple doit-il prendre les armes?
Ce silence des rédacteurs de la Constitution en vigueur profite au dictateur « Kabila ». Celui-ci contrôle la force publique (l’armée, la police, les services de renseignements civils et militaires) et le trésor. Sans omettre l’appareil judiciaire. Et ce y compris la Cour constitutionnelle. L’Etat, c’est lui!

Les rapports de force sont et seront, comme on le voit, en faveur de l’oligarchie au pouvoir aussi longtemps que les forces du progrès n’auront pas intégré dans leur stratégie cette sagesse vulgarisée par Montesquieu: « Un empire fondé par les armes a besoin de se soutenir par les armes ». Autrement dit, un pouvoir conquis par la force des armes ne pourrait être « dégagé » que par la force des armes et non par la « force des urnes »…"



"RDC: “Le Credo du FCC c’est le Congo d’abord” – Néhémie Mwilanya"
° https://actualite.cd/2018/07/14/rdc-le-credo-du-fcc-cest-le-congo-dabord-nehemie-mwilanya/
° https://actualite.cd/2018/07/08/le-fcc-veut-doter-le-pays-dune-large-majorite-avec-un-chef-de-letat-qui-pourra-assurer-la-stabilite-de-la-rdc-nehemie-mwilanya/
° https://scooprdc.net/2018/07/14/nehemie-mwilanya-aux-nouveaux-adherents-au-fcc-le-fcc-est-constitue-de-ceux-qui-salignent-comme-des-gardiens-du-temple/

° https://actualite.cd/2018/07/01/rdc-joseph-kabila-remercie-les-congolais-qui-sont-prets-a-soutenir-le-fcc/
° https://afrique.lalibre.be/21179/rdc-le-front-commun-pour-le-congo-fcc-kabiliste-elargit-son-assise/
° https://www.radiookapi.net/2018/07/01/actualite/politique/rdc-signature-de-la-charte-constitutive-du-front-commun-pour-le-congo
° https://www.radiookapi.net/2018/06/08/actualite/politique/rdc-majorite-et-opposition-au-sein-du-gouvernement-creent-le-front
° http://groupelavenir.org/a-linitiative-de-joseph-kabila-un-front-commun-pour-le-congo-voit-le-jour/

"Elikia Mbokolo, la trouvaille de Joseph Kabila contre les intellectuels du CLC ?"
° https://cas-info.ca/elikia-mbokolo-la-trouvaille-de-joseph-kabila-contre-les-intellectuels-du-clc/

"RDC: “Le FCC c’est la poursuite des activités visant à instaurer une véritable réconciliation entre Congolais” – Elikia Mbokolo"
° https://actualite.cd/2018/07/14/rdc-le-fcc-cest-la-poursuite-des-activites-visant-a-instaurer-une-veritable-reconciliation-entre-congolais-elikia-mbokolo/



L’historien Elikia Mbokolo s’est expliqué à la presse après avoir signé la charte constitutive du Front Commun pour le Congo (FCC), plateforme électorale dirigée par Joseph Kabila.

Pour Elikia Mbokolo, son adhésion au FCC est “une suite logique” de ses participations aux concertations nationales en 2013 et au dialogue de la cité de l’Union Africaine en 2016.
La charte pour moi s’inscrit dans une série d’activités que je fais. C’était d’abord les concertations nationales ensuite le conclave de la cité de l’Union Africaine. Donc le FCC c’est la poursuite normale des activités qui visent à instaurer une véritable réconciliation de l’ensemble des Congolais. Réconciliation ne veut pas dire que tout le monde pense la même chose. Mais ça veut dire pour débattre, on débat dans des espaces prévus pour cela”, explique l’historien.
Elikia Mbokolo souhaite l’extension du FCC à travers tous le pays. Il espère que la plateforme va défendre la souveraineté du pays.

Il faut que nous arrêtions avec l’émiettement de petits partis qui se disputent sur les problèmes mineurs. Nous devons arriver à une large plateforme qui réunit le plus grand nombre de Congolais qui s’inscrivent dans la dynamique actuelle de la préparation des élections et qui ont des objectifs politiques. Ceux qui militent pour l’indépendance du pays pour le respect de notre souveraineté. Ceux qui ont des objectifs économiques de développement. Je crois que le FCC c’est une dynamique qui va faire tâche d’huile. Nous commençons ici à Kinshasa. Elle va faire tâche d’huile dans l’ensemble du Congo probablement aussi dans la diaspora pour que les choses commencent à changer réellement dans le respect de la souveraineté et de notre identité”, a précisé Elikia Mbokolo.
Elikia Mbokolo a signé ce samedi 14 juillet 2018 la charte constitutive du FCC. Il est présenté comme l’un des détenteurs de l’histoire de la République démocratique du Congo. Il anime également l’émission « mémoire d’un continent » sur Radio France Internationale (RFI)."


° https://www.radiookapi.net/2018/07/15/actualite/politique/elykya-mbokolo-le-fcc-vise-instaurer-une-veritable-reconciliation-de
° https://actualite.cd/2018/07/14/rdc-lhistorien-elikia-mbokolo-a-signe-la-charte-du-fcc/

"RDC-Politique : vives critiques sur Tweeter contre le professeur Elikia Mbokolo après son adhésion au FCC"
° https://scooprdc.net/2018/07/15/rdc-politique-vives-critiques-sur-tweeter-contre-le-professeur-elikia-mbokolo-apres-son-adhesion-au-fcc/


"RDC-Politique : le PALU n’est pas membre du FCC !"
° https://scooprdc.net/2018/07/14/rdc-politique-le-palu-nest-pas-membre-du-fcc/


"RDC : « Un crime de haute trahison, si Kabila se représente »"
° https://afrique.lalibre.be/21596/rdc-un-crime-de-haute-trahison-si-kabila-se-represente/
° https://www.politico.cd/en-clair/2018/07/15/rdc-le-3eme-mandat-presidentiel-de-joseph-kabila-constituerait-une-haute-trahison-selon-les-universitaires.html
° https://afrique.lalibre.be/21571/rdc-la-majorite-prepare-le-terrain-pour-la-candidature-de-kabila/
° http://www.congoindependant.com/le-bateau-ivre-du-fcc-effectue-sa-derniere-randonnee/


"RDC : Quid du candidat commun de l’opposition face à un FCC en pleine offensive?"
° https://actualite.cd/2018/07/15/rdc-quid-du-candidat-commun-de-lopposition-face-a-un-fcc-en-pleine-offensive/
° http://www.congoindependant.com/le-bateau-ivre-du-fcc-effectue-sa-derniere-randonnee/


"RDC : des universitaires s’engagent contre un 3e mandat de Kabila"
° http://www.jeuneafrique.com/depeches/594352/politique/rdc-des-universitaires-sengagent-contre-un-3e-mandat-de-kabila/
° https://www.voaafrique.com/a/des-universitaires-s-engagent-contre-un-3e-mandat-de-kabila-en-rdc/4482760.html
° http://www.congoindependant.com/manifeste-des-universitaires-congolais-au-sujet-dun-3eme-mandat-presidentiel-en-republique-democratique-du-congo/
"RDC: des intellectuels appellent J. Kabila à «entrer dans l'histoire» dans un manifeste"
° http://www.rfi.fr/afrique/20180715-rdc-manifeste-intellectuels-appelle-kabila-entrer-histoire-demission
° https://actualite.cd/2018/07/15/rdc-plus-de-100-universitaires-congolais-disent-non-a-un-eventuel-troisieme-mandat-de-kabila/
° http://www.izf.net/afp/rdc-des-universitaires-sengagent-contre-un-3e-mandat-kabila

"RDC: Un collectif de jeunes proches du pouvoir dénoncent les manifestations prévues par le CLC"
° https://actualite.cd/2018/07/14/rdc-un-collectif-de-jeunes-proches-du-pouvoir-denoncent-les-manifestations-prevues-par-le-clc/



"RDC : Kabila reprend en main l’armée à l’approche des élections
° http://afrikarabia.com/wordpress/rdc-kabila-reprend-en-main-larmee-a-lapproche-des-elections/
Une série de nominations au sein des Forces armées de République démocratique du Congo (FARDC) remet en selle le sulfureux général John Numbi et écarte les moins faucons des officiers congolais. Un signal inquiétant à moins de 6 mois de la présidentielle.

C’est le grand ménage dans l’armée congolaise. De nouvelles ordonnances lues samedi soir à la télévision nationale remanient profondément la chaîne de commandement des FARDC. Trois hommes se retrouvent désormais aux commandes de l’armée, à l’approche d’élections très attendues et alors que l’opposition soupçonne le président Joseph Kabila de vouloir passer en force afin de briguer un troisième mandat, interdit par la Constitution.

John Numbi, l’homme de main du pouvoir

La série d’ordonnances signent tout d’abord le retour du très controversé de John Numbi qui est nommé inspecteur général des FARDC. L’ancien chef de la police avait été suspendu de ses fonctions en 2010, après l’assassinat du célèbre militant des droits de l’homme Floribert Chebeya et de son chauffeur Fidèle Bazana. De lourds soupçons pèsent en effet sur l’ancien conseiller sécurité du président Kabila – voir notre article.

Un des témoins clés de l’affaire, le major Paul Mwilambwe, avait dû se réfugier au Sénégal après avoir dénoncé John Numbi comme étant le principal commanditaire du double meurtre. Sur Twitter, Paul Mwilambwe dénonce ce week-end le retour aux affaires de Numbi, et craint pour sa sécurité. Pour Jean-Claude Katende, président d’une importante association des droits de l’homme (ASADHO), « La nomination de John Numbi dans l’armée est une insulte à la mémoire de Chebeya et au travail des défenseurs des droits humains. »

John Numbi a toujours été considéré comme l’homme des basses oeuvres de Joseph Kabila. Et le sécurocrate n’est pas resté inactif après sa mise au vert de la police. Il aurait notamment joué un rôle de « soutien logistique » aux rebelles indépendantistes Bakata Katanga, qui avaient attaqué Lubumbashi en mars 2013. L’ombre de Numbi plane également autour de la surprenante reddition du milicien Gédéon en 2016 et de son allégeance au président Joseph Kabila.

Sanctionné par les Etats-unis et l’Union européenne, John Numbi est aussi accusé d’être « impliqué dans des actes d’intimidation violente pour assurer la victoire de candidats associés à la coalition de la Majorité présidentielle de Joseph Kabila en mars 2016 ». Toujours selon le Trésor américain, qui a gelé ses avoirs, John Numbi « a menacé de tuer les candidats de l’opposition qui ne s’étaient pas retirés de la course volontairement ». Le retour de l’homme de confiance du président Kabila au sein de l’appareil sécuritaire congolais ne peut donc que susciter des interrogations.

Célestin Mbala et Gabriel Amisi aux commandes

Une autre personnalité trouble vient de prendre du galon dans l’armée : le général Gabriel Amisi, dit « Tango Four », également dans le collimateur des États-Unis. Celui-ci est promu numéro deux des FARDC et devient chef d’État-major adjoint chargé des opérations et du renseignement. De triste réputation dans l’Est du pays, l’ancien rebelle proche de Laurent Nkunda est accusé d’exactions, de trafic d’armes et d’exploiter illégalement des mines. Avec Amisi, Joseph Kabila espère pouvoir tenir les provinces de l’Est de pays, qui lui avaient apporté la majorité des suffrages lors des deux dernières élections.

Un troisième homme fait son apparition dans le verrou sécuritaire mis en place par le président congolais. Il s’agit du général Célestin Mbala Munsense, qui devient le nouveau numéro un de l’armée congolaise. Cette nomination permet d’éloigner l’ancien chef d’Etat major, le général Didier Etumba, qui part à la retraite, ainsi que le général Denis Kalume Numbi, récemment nommé ambassadeur en Russie. Le nouveau patron de l’armée congolaise, Katangais comme le chef de l’Etat, est perçu comme la relève de confiance de Joseph Kabila. Une nouvelle génération d’officiers a également été promue cette semaine, puisque le président en a profité pour restructurer le commandement des écoles militaires en élevant de nombreux cadres « au rang supérieur ».

Le double message de Joseph Kabila

La reprise en main de l’armée par Joseph Kabila et le retour inquiétant aux affaires de John Numbi intervient dans un contexte de crise politique bien particulier en RDC. Le chef de l’Etat, qui ne peut pas se représenter pour un nouveau mandat, et a déjà repoussé par deux fois les élections, se retrouve au pied du mur. Il doit prochainement prendre la parole pour indiquer ses intentions sur son avenir politique. Mais beaucoup redoutent qu’il ne cherche à briguer un nouveau mandat malgré le verrou constitutionnel.

En remettait de l’ordre dans son système sécuritaire, Joseph Kabila envoie une double message. Tout d’abord à ses troupes, en indiquant qu’aucun pas de côté ne sera toléré, et veut ainsi prévenir son armée de toute velléité de coup de force. Le second message est à destination des Congolais eux-mêmes, lassés par un président qui semble vouloir s’accrocher au pouvoir. Le nouvel appareil militaire, avec à sa tête Mbala Munsense, Numbi et Amisi, ne laissera aucune contestation renverser le pouvoir. En champion de la répression, John Numbi sera donc de nouveau aux avant-postes pour garantir le pouvoir en place à Kinshasa. L’ancien chef de la police s’était tristement illustré en 2007, au Bas-Congo, en répriment férocement les adeptes du Bundu dia Kongo. Selon les Nations unies, le bilan s’élevait à une centaine de morts. Le message est donc on ne peut plus clair."


° http://www.depeche.cd/rdc-armee-kabila-fait-le-menage-restructure-et-nomme/
° https://afrique.lalibre.be/21631/rdc-remaniement-militaire-le-retour-des-faucons/
° http://times.cd/2018/07/15/gros-menage-dans-larmee-john-numbi-nouvel-inspecteur-general-des-fardc/
° https://cas-info.ca/qui-est-celestin-mbala-munsense-le-nouveau-chef-detat-major-general-des-fardc/
° https://actualite.cd/2018/07/15/rdc-retour-aux-affaires-du-general-numbi-malgre-les-sanctions-occidentales/
° http://www.forumdesas.org/spip.php?article16350
° http://www.latempete.info/30637-2/
° http://www.jeuneafrique.com/594608/politique/rdc-vague-de-nominations-au-sein-de-larmee/
° https://www.matininfos.net/rdc-nomination-fardc-joseph-kabila-a-choisi-loption-de-la-guerre-claudel-lubaya/
° https://actualite.cd/2018/07/16/rdc-reactions-de-la-classe-politique-apres-les-nominations-dans-larmee/


"Intervention militaire en RDC ? « Une option mais pas de décision ferme prise à ce sujet », analyse l’expert militaire Jean-Jacques Wondo"
° http://desc-wondo.org/fr/intervention-militaire-en-rdc-une-option-mais-pas-de-decision-ferme-prise-a-ce-sujet-analyse-lexpert-militaire-jean-jacques-wondo/


"L’ancien colonel-médecin Luc Mayolo « diagnostique » le « cas Kabila »"
° http://www.congoindependant.com/lancien-colonel-medecin-luc-mayolo-diagnostique-le-cas-kabila/


"La France invite Kinshasa à « renouer » le dialogue avec la communauté internationale "
° https://afrique.lalibre.be/21607/la-france-invite-kinshasa-a-renouer-le-dialogue-avec-la-communaute-internationale/
° http://www.latempete.info/a-loccasion-de-la-fete-nationale-francaise-lambassadeur-alain-remy-exhorte-la-rdc-a-normaliser-ses-relations-avec-la-communaute-internationale/


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE POUVOIR, L’OPPOSITION ; OÙ VA LE CONGO ? LE FCC, L’ARMÉE... ET OÙ SE TROUVE ALORS CE CONGO UNI ET DÉMOCRATIQUE, SOUVERAIN ET FORT, RESPONSABLE ET GAGNANT ???

Message  ndonzwau le 19/7/2018, 1:56 am

Où va donc notre pays ?
‘JK’ doit s’exprimer demain devant le Congrès, le fameux discours de ‘l’Etat de la Nation’ pour dire quoi alors que tout le monde attend qu’il nous dise qu’il s’en va : « partira ou partira pas ?»
Un statut taillé sur mesure pour son après-présidence vient de lui être offert, qu’attend-il encore ?
Sans compter tous les autres subterfuges, le FCC, la loi et le fichier électoraux tripatouillés, la ‘machine à voler’ qui lui assureront la victoire même avec un dauphin...
Au moins déjà qu'on ne voit plus sa tronche de croque-mort, comme m'a susurré un ami...

En attendant qui peut vraiment croire que 'JK' a réaménagé son armée avec ses fidèles sans foi ni loi et s'est payé un Front des Congolais Corrompus (FCC) pour laisser le pouvoir demain à quelqu'un d'autre si ce n'est pas plutôt pour affronter bien armé et bien équipé ses ennemis, ceux de dedans et surtout ceux du dehors qui tentent de le déloger de force ?
Comme quoi ce n’est pas une si mauvaise idée que celle que vient d’émettre le Rassemblement, sécher carrément ces élections si leurs conditions ne sont pas remplies, quitte à ce qu"il soit rejoint par d'autres opposants et que ce soit là le début d'une résistance organisée et déterminée jusqu'à la victoire finale …

Quoi qu'il dise demain, il est déjà acquis qu'il ne faut rien attendre de bon pour le pays avec un tel spécimen traître et pervers incurable...
La lutte pour un autre Congo est hélas loin d'être véritablement entamée, pauvres de nous !


"REVUE DE PRESSE AFRIQUE
A la Une: Kabila partira? Partira pas?"

° http://www.rfi.fr/emission/20180718-une-kabila-partira-partira-pas

"RDC : le président Kabila s’exprimera jeudi devant le Parlement
° http://www.jeuneafrique.com/601466/politique/rdc-le-president-kabila-sexprimera-jeudi-devant-le-parlement/
Le président Joseph Kabila prononcera jeudi un message à la nation devant les parlementaires réunis en congrès. Son allocution interviendra à six jours du dépôt des candidatures à l'élection présidentielle, à laquelle il ne peut se représenter.

Dans un communiqué conjoint, les présidents des deux chambres ont indiqué que « l’Assemblée nationale et le Sénat sont convoqués en congrès le jeudi 19 juillet 2018, à 15 heures ». Avec un seul point à l’ordre du jour : « le discours du président de la République sur l’état de la Nation ».
Cette annonce intervient après les déclarations, il y a une semaine, du secrétaire général de l’ONU, António Guterres, qui avait indiqué que le président Kabila s’apprêtait à annoncer une série de « décisions importantes » pour justifier le report de sa visite en RDC.


Voir l'image sur Twitter
[/ltr]



Pascal Mulegwa@pascal_mulegwa



[ltr]#RDC[/size]

:

Le président Joseph Kabila prendra ses distances avec le silence jeudi à 15H au Palais du peuple. Au Menu : Discours sur l'Etat de la Nation. Annoncera-t-il ses "importantes décisions" avancées auprès du secrétaire général de l’ONU ?
14:21 - 18 juil. 2018

D’après le collectif d’actions de la société civile de RDC (CASC), « [Joseph Kabila] n’incarne plus les valeurs légitimes pour la République ».
« Quel que soit ce qu’il dira demain, ça ne sera pas une faveur, ni un cadeau fait aux Congolais. S’il dit qu’il ne sera pas candidat, ça sera le résultat d’un combat qui a vu des dignes fils de ce pays tomber », victimes de la répression liée à son maintien au pouvoir, a déclaré Herman Mbuwa, un des orateurs.

Kabila candidat ? « Une haute trahison contre la nation »

Au pouvoir depuis 2001, Joseph Kabila a achevé son deuxième et dernier mandat en décembre 2016. La Constitution lui interdit de concourir à nouveau à la magistrature suprême. Mais l’opposition, la société civile, l’Église catholique et la communauté internationale le soupçonnent de vouloir s’accrocher à la tête du pays. Des soupçons alimentés par le mutisme du principal intéressé sur ses intentions en vue du scrutin.Des universitaires congolais ont dernièrement qualifié d’ « infraction imprescriptible de haute trahison contre la nation et l’État » toute candidature du président Kabila pour un troisième mandat.
Le dépôt des candidatures à la présidentielle est prévu entre le 24 juillet et le 8 août."


° https://actualite.cd/2018/07/17/rdc-kabila-va-sexprimer-le-19-juillet-devant-le-congres/
° https://cas-info.ca/parlement-le-president-kabila-sexprime-ce-jeudi-19-juillet/
° https://www.politico.cd/encontinu/2018/07/18/urgent-le-president-joseph-kabila-sexprime-ce-jeudi-sur-letat-de-la-nation-devant-le-congres-parlement.html
° https://beninwebtv.com/2018/07/rdc-le-discours-du-president-de-la-republique-sur-letat-de-la-nation-1/
° https://theworldnews.net/cd-news/presidentiel-a-l-oppose-du-president-j-kabila-le-president-a-ouattara-annonce-qu-il-ne-sera-pas-candidat-video


"RDC: quitter le pouvoir et garder le pouvoir, le plan de Kabila"
° https://www.politico.cd/grand-angle/2018/07/16/rdc-quitter-le-pouvoir-et-garder-le-pouvoir-le-plan-de-kabila.html

° http://7sur7.cd/new/lubaya-sur-les-declarations-attendues-de-kabila-dire-quil-quitte-le-pouvoir-apres-elections-cest-constitutionnel-et-se-declarer-candidat-cest-un-coup-detat/
° http://fr.africanews.com/2018/06/20/rdc-que-dira-kabila-devant-le-parlement-reuni-en-congres//

"A travers un discours devant les députés nationaux et les sénateurs réunis en Congrès : J. Kabila s’adresse aux Congolais ce jeudi"
° http://www.latempete.info/a-travers-discours-devant-deputes-nationaux-senateurs-reunis-congres-j-kabila-sadresse-aux-congolais-jeudi/


"« Et si Kabila faisait ses adieux… »"
° http://www.africanewsrdc.net/actu/et-si-kabila-faisait-ses-adieux/


"Discours sur l’état de la nation ce jeudi 19 juillet 2018: Kabila restera constant"
° https://groupelavenir.org/discours-sur-letat-de-la-nation-ce-jeudi-19-juillet-2018-kabila-restera-constant/


"Le Rassemblement menace de boycotter les élections s’il n’obtient pas des réponses à ses 5 exigences"
° https://cas-info.ca/le-rassemblement-menace-de-boycotter-les-elections-sil-nobtient-pas-des-reponses-a-ses-5-exigences/
Le Rassemblement sera-t-il le grand absent des élections générales du 23 décembre 2018 ? C’est en tout cas les craintes que fait peser la plateforme dirigée par Félix Tshisekedi. Dans un communiqué publié le mercredi et dont la tonalité ne laisse planer aucun doute, le groupement politique assure qu’il ne cautionnera pas une « parodie d’élection ».

« En dépit de nombreux écueils délibérément montés par le pouvoir de Monsieur Kabila contre le processus électoral en cours notamment l’adoption d’une loi inique introduisant le seuil de représentativité et la consécration du vote censitaire, l’imposition de la machine à voter ainsi que la constitution d’un fichier électoral renfermant près de 10 millions d’électeurs fictifs, le Rassemblement se félicite d’avoir démontré sa bonne foi et sa volonté inébranlable de participer aux élections de cette année, en déposant les candidatures de ses membres à la députation provinciale », rappellent les leaders du Rassemblement dans ce communiqué.
Mais tout en appelant le peule à la mobilisation, la coalition de l’opposition prévient ne pas être prêt à aller à ces élections dans les conditions actuelles. Ses cinq exigences n’ont pas changé : l’extirpation du fichier électoral de 10 millions des fictifs, la mise à l’écart de la machine à voter, la mise en œuvre des mesures de décrispation politique, le remplacement du délégué de l’UDPS à la CENI et, enfin, le Président Kabila à qui les signataires du communiqué rappellent qu’il ne doit pas « tenter au mépris de la constitution et de l’accord de la Saint Sylvestre, de présenter sa candidature pour un 3e mandat ».

« Au regard de la gravité de la situation actuelle, entretenue par les initiatives provocatrices, […], il est évident que le Rassemblement n’accompagnera pas le pouvoir en place dans son dessein de créer le chaos dans notre pays au travers d’une parodie d’élection », conclut le communiqué."


° https://actualite.cd/2018/07/18/rdc-le-rassemblement-ne-participera-pas-a-une-parodie-delection-communique/
° https://groupelavenir.org/avec-ses-5-conditions-posees-contre-les-elections-de-decembre-le-rassop-se-fait-hara-kiri/


ALERTE !
Messe noire à Kingakati pour mettre en place les dispositifs sécuritaires en vue du dépôt de candidature de   « Joseph KABILA »
silent  silent  silent  silent  silent  silent  
° https://www.info-apareco.com/2018/07/16/alerte-messe-noire-a-kingakati-pour-mettre-en-place-les-dispositifs-securitaires-en-vue-du-depot-de-candidature-de-joseph-kabila/
Vendredi 13 juillet 2018 en pleine nuit, comme des prêtres de Satan, ils étaient tous réunis à Kingakati autour de « Joseph Kabila », leur grand maître : Janette Kabila, Zoé Kabila, Néhémie Mwilanya, Jean Mbuyu, Kalev Mutond, Mova Sakanyi et …John Numbi (le revenant). La rencontre nocturne n’a tourné qu’autour d’une seule préoccupation : examiner et décider des mesures idoines et urgentes qui devront accompagner le dépôt de candidature de « Joseph Kabila» dans les prochains jours à  la CENI pour son 3e mandat.
Après débats et délibérations, plusieurs mesures préventives ont été prises parmi lesquelles quatre principales que voici :


  • 1. Il a été décidé de renforcer en nombre les miliciens rwandais du M23 et ceux de Gédéon Kyungu au sein des Fardc, et d’assurer leur déploiement rapide dans toutes les grandes villes de la RDC principalement à Kinshasa. Des rotations nocturnes d’avions de transport ont été programmées dès samedi 14 juillet. Ces troupes rwandaises, placées sous le commandement personnel du général John NUMBI, auront pour mission principale de mâter en les réprimant violemment toutes les manifestations hostiles d’où qu’elles viennent. Que ce soit des camps militaires ou des populations civiles congolaises, laïques ou religieuses.


  • 2. Il a été décidé de sortir des fonds importants (plusieurs centaines de millions de dollars américains) de la Banque centrale pour «arroser» les congolais de toutes les couches sociales : les leaders et cadres des partis politiques de la «kabilie » comme de l’opposition,   les dirigeants des églises toutes dénominations confondues, les journalistes des médias nationaux et étrangers, la Société civile et les multiples mouvements politiques qui foisonnent dans la diaspora congolaise dont une bonne partie a été créé par Kinshasa pour étouffer la voix de la Résistance congolaise.


  • 3. Il a aussi été décidé de geler les visites « inopportunes » à Kinshasa de toutes les délégations étrangères et des membres de la communauté internationale et ce,jusqu’à la proclamation de la victoire programmée d’avance de «Kabila » aux prochaines élections. Sont particulièrement visés par cette mesure : l’ONU, l’Union Européenne, l’Union africaine, la SADC, la CEPGEL, les officiels belges et américains dont particulièrement Mme Nikki Haley, ambassadeur des Etats-Unis à l’ONU.


  • 4. Pour garantir l’efficacité de toutes ces mesures sécuritaires et faire face à toute forme de résistance extérieure et intérieure à cette opération kamikaze, il a été décidé d’aligner à la tête des FARDC et de la Police nationale des officiers inconditionnels à « Kabila» et des professionnels de l’assassinat des masses !


C’est dans cette perspective que « Kabila » vient de procéder ce samedi 14 juillet 2018 aux importants changements dans l’Armée et la Police nationale. Bravant la communauté internationale qui attend toujours la suite du dossier judiciaire du général John Numbi impliqué dans l’assassinat odieux de Floribert Chebeya, « Kabila » vient plutôt d’opérer son retour fracassant sur la scène en lui confiant la haute direction de la Police nationale pour garantir une répression sans pitié contre toute velléité de soulèvement ou de protestation.
De même, à la tête des FARDC, le collabo général Etumba est écarté et nommé au poste (sans pouvoir) de Conseiller militaire du Chef de l’Etat. Il laisse ainsi sa place au lieutenant-général Célestin Mbala Munsese , un fidèle de «Kabila». Parallèlement à John Numbi qui commande la Police, un autre fidèle des fidèles de « Kabila », le tout puissant général Amisi Kumba dit Tango Fort, est nommé chef d’Etat-major général et prend les commandements des secteurs clés de l’Armée : les opérations et les Renseignements ! Il sera assisté par le général Delphin Kahimbi nommé sous-chef d’Etat-major au Renseignement. Le duo redoutable John Numbi-Amisi Tango Fort constitue désormais les bras de « Kabila » pour faire face à cette période trouble.

Le général Olenga nommé Conseiller militaire du chef de l’Etat est appelé, lui, à jouer le rôle d’ambassadeur itinérant de « Kabila », particulièrement auprès de Moscou  et Pékin où il a des solides entrées depuis son exil. C’est lui qui est d’ailleurs à la base du rapprochement de « Kabila » avec ces deux pays. Par ailleurs, « Kabila » n’a pas hésité à faire appel aux services d’un ancien élément de la DSP/Dragon, Luyeye Rams, spécialiste des guérillas urbaines et d’anti terrorisme…
Comme on le voit, « Kabila » se met en ordre de bataille tant sur le plan politique avec (son FCC) que sur le plan militaire ! Il se prépare à imposer au peuple congolais et à la communauté internationale sa 3e candidature ! Et devant cette détermination, il n’y’a qu’une seule force qui pourra le stopper : le soulèvement de tout le peuple appuyé par ce qu’il nous reste de notre armée et de notre Police nationale. 

Yes, We can again!   
Paris, le 16 Juillet 2018
Candide OKEKE
L’OEIL DU PATRIOTE






Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE POUVOIR, L’OPPOSITION ; OÙ VA LE CONGO ? LE FCC, L’ARMÉE... ET OÙ SE TROUVE ALORS CE CONGO UNI ET DÉMOCRATIQUE, SOUVERAIN ET FORT, RESPONSABLE ET GAGNANT ???

Message  ndonzwau le 19/7/2018, 5:49 pm

"Kabila devant le Parlement congolais pour un discours très attendu
° http://www.rfi.fr/afrique/20180719-rdc-joseph-kabila-va-s-exprimer-devant-le-parlement
Joseph Kabila va parler ce jeudi 19 juillet dans l’après-midi devant les deux chambres du Parlement réunies en Congrès. C’est un discours très attendu tant par l’opinion congolaise que par la communauté internationale. Le président est hors mandat depuis 2016, et c’est l’accord du 31 décembre de la même année qui est censé organiser la vie politique jusqu’aux élections fixées au 23 décembre prochain.

Ce jeudi après-midi, le président Joseph Kabila est appelé à rassurer l’opinion nationale et la communauté internationale sur sa volonté de respecter l’Accord du 31 décembre et la Constitution, et à s’engager à céder son fauteuil après les élections du 23 décembre prochain.
Or jusque-là, l’accord négocié sous la médiation des évêques catholiques a eu du mal à être appliqué tel quel. L'opposition dénonce les révisions unilatérales de certains points de l'accord et la politique du débauchage qui consiste à intégrer certains opposants, dont l'actuel Premier ministre, dans un Front commun pour le Congo.

Certains voient dans cette méga-plateforme électorale l'influence directe du président Kabila. Une partie de l’opinion accuse ainsi le chef de l’Etat de vouloir vider l’accord du 31 décembre 2016 de son contenu et empêcher ainsi l’alternance en RDC.
Hier à l’issue de sa réunion, l’aile Limété pro-Tshisekedi du Rassemblement de l'opposition a demandé une nouvelle fois le retrait de la machine à voter et l’application stricte de l’Accord de la Saint-Sylvestre afin d'apaiser les suspicions de manipulations des scrutins.
Dans la majorité présidentielle, certains prédisent une amnistie présidentielle pour les détenus politiques et pour tous les opposants qui se trouvent à l’étranger. Reste désormais à voir ce que dira et fera le chef de l'Etat."


° http://afrique.le360.ma/autres-pays/politique/2018/07/18/21962-rd-congo-un-important-discours-de-kabila-devant-le-parlement-attendu-21962
° https://www.radiookapi.net/2018/07/19/actualite/politique/rdc-joseph-kabila-sexprime-ce-jeudi-devant-le-congres
° https://afrique.lalibre.be/21768/rdc-allocution-du-president-kabila-jeudi-devant-le-parlement/
° https://www.sangoyacongo.com/2018/07/attendu-cet-apres-midi-devant-le.html


"Qu’attendent les Congolais du discours de Kabila?"
° https://www.dw.com/fr/quattendent-les-congolais-du-discours-de-kabila/a-44741782
Le discours de Joseph Kabila ce 19 juillet devant les deux chambres du parlement est très attendu. Il survient à 6 jours du dépôt des candidatures à la présidentielle. Élection à laquelle il ne peut se représenter.

Écouter l'audio02:20
"Nous attendons qu'il annonce le nom de son dauphin"

Il y a une semaine, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, avait indiqué que le président Kabila allait annoncer une série de "décisions importantes" pour justifier le report de sa visite en RDC.
A Lubumbashi chef-lieu de la province du Haut-Katanga, dans le sud-est de la RDC, le discours de Joseph Kabila est attendu impatiemment. Certains pensent pense que c'est une occasion pour le président d'annoncer s’il sera candidat ou pas. "Tout ce qu'on attend de ce discours est qu'il annonce le nom de son dauphin et qu'il dise clairement qu'il ne sera plus candidat à l'élection présidentielle."
 "Il a toujours prôné le silence dans sa façon de vivre, ça n'engage que lui, mais on veut être situé sur son éventuelle candidature."
"Nous savons qu'il ne dira rien", nous dit ce Congolais qui n’espère rien du discours de Kabila. "Il n'a jamais dit les choses concrètement à la population. Nous savons qu'il va nous parler des élections sans pour autant y croire lui-même."




Jean Claude Katende@JeanClaudekat2



[ltr]#RDC : Le discours de Kabila demain devant le congrès nous dira si on est en face d'un homme d'Etat ou simple gestionnaire du Congo.[/ltr]


url=https://twitter.com/JeanClaudekat2/status/1019681893841858561]10:34 PM - Jul 18, 2018[/url]

D'autres par contre, attendent que l'allocution porte seulement sur l'état de la nation. "Nous n'attendons presque rien de spécial parce que le président Kabila a dit qu’il respecte la constitution. Il va nous parler de l'état de la nation et les enjeux politique, social, économique et financier."
"Un état des lieux" c'est ce qu'attend cet habitant de Lubumbashi. "On veut savoir d'où on vient, où on est et où on va", dit-il.

Les questions qui divisent la classe politique

L'analyste politique Jean-Louis Assani croit aussi qu'il est important que Joseph Kabila s'exprime sur les questions qui divisent dont la machine à voter et sa représentation ou pas pour un troisième mandat.


"Il est attendu sur la question de l'élection, lui-même sera-t-il candidat ? C'est une question phare... C'est la première. Il y a aussi la question qui divise autour de l'outil qu'on appelle machine à voter et appelé par les autres machine à voler. Certainement il faut qu'il place un mot là-dessus. L'accord de Saint Sylvestre, il va falloir qu'il dise quelque chose par rapport aussi aux avancées."
L’ONG la Voix des Sans Voix pour le Droits de l’Homme dans un communiqué demande aussi à Joseph Kabila de faire "preuve de patriotisme" et d’annoncer qu’il ne sera pas candidat.




ACTUALITE.CD@actualitecd





[ltr]#RDC : La VSV demande à Kabila de faire preuve de dépassement patriotique d’annoncer aujourd'hui qu’il ne sera pas candidat https://actualite.cd/2018/07/19/rdc-la-vsv-demande-a-kabila-de-faire-preuve-de-depassement-patriotique-dannoncer-aujourdhui-quil-ne-sera-pas-candidat/ …[/ltr]


7:48 AM - Jul 19, 2018




RDC : La VSV demande à Kabila de faire preuve de dépassement patriotique d’annoncer aujourd'hui...

La Voix des Sans Voix pour le Droits de l’Homme (VSV) demande à Joseph Kabila d’annoncer ce jeudi 19 juillet 2018 qu’il ne briguera pas un troisième mandat à la tête du pays. La recommandation de...
actualite.cd

À noter que le président Kabila a déjà épuisé ses deux mandats depuis 2016 et l'opposition le soupçonne de vouloir briguer un troisième mandat alors qu'interdit par la constitution du pays. 

° http://afrique.le360.ma/autres-pays/politique/2018/07/18/21962-rd-congo-un-important-discours-de-kabila-devant-le-parlement-attendu-21962
° http://afrique.le360.ma/autres-pays/politique/2018/06/20/21441-rdc-presidentielle-kabila-prepare-sa-sortie-avec-une-loi-protegeant-les-anciens-presidents
° http://afrique.le360.ma/autres-pays/politique/2018/06/25/21536-rdc-les-trois-plans-de-kabila-pour-confisquer-le-pouvoir-21536

"Présidentielle en RD Congo : le pays suspendu à l'annonce de Kabila"
° http://www.france24.com/fr/20180719-rd-congo-jospeh-kabila-parlement-allocution-presidentielle-candidature-interdiction


"Discours sur l’état de la nation : la Voix des Sans Voix appelle le Président Kabila à dire qu’il ne sera pas candidat à sa propre succession"
° https://cas-info.ca/discours-sur-letat-de-la-nation-la-voix-des-sans-voix-appelle-le-president-kabila-a-dire-quil-ne-sera-pas-candidat-a-sa-propre-succession/


"Kabila devant le congrès : «Une occasion pour le président de sortir par la grande porte » – Lubaya"
° https://actualite.cd/2018/07/19/kabila-devant-le-congres-une-occasion-pour-le-president-de-sortir-par-la-grande-porte-lubaya/


"Le discours présidentiel le plus attendu de l’histoire par le peuple congolais : C’est aujourd’hui ou jamais pour Joseph Kabila !"
° http://www.latempete.info/30716-2/


"Discours de Kabila : Kinshasa sous haute surveillance"
° https://www.mediacongo.net/article-actualite-40408_discours_de_kabila_kinshasa_sous_haute_surveillance.html


"CONTRAIREMENT AUX RUMEURS QUI CIRCULENT SUR LES RESEAUX SOCIAUX
RDC : L’AMBASSADE DE FRANCE DÉMENT AVOIR DONNÉ DES CONSIGNES SÉCURITAIRES "

° https://forumdesas.org/spip.php?article16407

"ATTENDU CET APRES-MIDI DEVANT LE CONGRES AU PALAIS DU PEUPLE
JOUR « J » POUR JOSEPH KABILA "

° https://forumdesas.org/spip.php?article16396


"Le Parlement ce jeudi en Congrès : une question à Kabila, 3me mandat ou pas ?"
° http://www.lephareonline.net/parlement-jeudi-congres-question-a-kabila-3me-mandat/

"Rupture ou radicalisation ? Kabila n’a pas droit à l’erreur"
° https://laprosperiteonline.net/2018/07/18/rupture-ou-radicalisation-kabila-na-pas-droit-a-lerreur/


"Joseph Kabila reste toujours un mystère - Le Potentiel"
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=211011&Actualiteit=selected


"Signe du destin? 19.07.2018 J. Kabila au palais du peuple, les activistes de FILIMBI en audience foraine"
° http://www.cheikfitanews.net/2018/07/signe-du-destin-19.07.2018-j.kabila-au-palais-du-peuple-les-activistes-de-filimbi-en-audience-foraine.html


"Au nom des scrutins crédibles et transparents : Les cinq exigences livrées hier par le Rassemblement"
° http://www.latempete.info/30707-2/
° https://capsud.net/2018/07/18/rassop-fumee-noire-a-la-reunion-pour-le-choix-du-candidat-commun/


"Nouvelles nominations dans les FARDC : Kabila en ordre utile de bataille vers un putsch constitutionnel ? – JJ Wondo"
° http://desc-wondo.org/fr/nouvelles-nominations-fardc-kabila-vers-un-putsch-constitutionnel-24090-2/

Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE POUVOIR, L’OPPOSITION ; OÙ VA LE CONGO ? LE FCC, L’ARMÉE... ET OÙ SE TROUVE ALORS CE CONGO UNI ET DÉMOCRATIQUE, SOUVERAIN ET FORT, RESPONSABLE ET GAGNANT ???

Message  Imperium le 19/7/2018, 6:50 pm

ndonzwau a écrit:LE POUVOIR, L’OPPOSITION ; OÙ VA LE CONGO, OÙ NOUS MÈNE SON PROCESSUS ÉLECTORAL ? LE FCC POUR L’UNION DES CORROMPUS, L’ARMÉE REPRISE EN MAIN POUR LA GUERRE... ET OÙ SE TROUVE ALORS CE CONGO UNI ET DÉMOCRATIQUE, SOUVERAIN ET FORT, RESPONSABLE ET GAGNANT ???

Comme si nos pratiques effectives déclinaient des recettes contraires aux valeurs que nous voulons défendre, comme si nos décisions successives poursuivaient en fait des fins opposées à nos objectifs primordiaux de cohésion, d'indépendance et de réussite...


Sauf pour des aveugles volontaires, il n‘est plus un secret que les « promesses de libération et de changement de l’AFDL en mai 1997 » ont vite muté en une ‘alésienne’ d’autant plus douloureuse pour le pays que la « dictature en place » est chapeautée par une « occupation ». Deux décennies durant, qui ne peut voir que le bilan du nouveau régime n’est qu’une cascade de catastrophes dans tous les secteurs et que le Congo de 2018 n’est en rien meilleur que celui de 1997 (et celui d’avant) où à part quelques recollements des brèches provoquées entre-temps et l’inertie involontaire du temps, rien de significatif n’a été accompli pour (re)construire notre pays…

Aujourd’hui, notre pays vit en plus une crise politique générée par le refus d’une alternance démocratique, la Constitution et les Conventions pour rattraper son esprit (Accord de la St Sylvestre 2016) sont impunément ignorées et les derniers arrangements du pouvoir consistent en une reconfiguration voulue démocratique mais complètement démagogique avec le fameux Front Commun pour le Congo (FCC) qui embauche iniquement avec les moyens de l’Etat des forces politiques pour en faire un élément de la compétition politique, et une reprise en main de l’armée pour la préparer à toute contestation militaire de son illégitimité sans compter tous les stratagèmes politiques et juridiques plantés à l’avance pour fausser à son profit les prochains scrutins…

La politique n’est certes pas une science exacte, plusieurs programmes parallèles peuvent concourir à son but ultime de gestion de la Cité pourvu qu’ils produisent à terme des bons résultats mais comment peut-on se satisfaire de ce mélange indigeste où tout programme est valable comme le fait Mbokolo, intellectuel universitaire reconnu dans sa profession de foi en signant au FCC que nous prenons ici en exemple…
Notre Professeur nous proclame sans rire que « le FCC vise à instaurer une véritable réconciliation de l’ensemble des Congolais…. Il espère que cette plateforme va défendre la souveraineté du pays…. Nous devons arriver à une large plateforme qui réunit le plus grand nombre de Congolais qui s’inscrivent dans la dynamique actuelle de la préparation des élections et qui ont des objectifs politiques. Ceux qui militent pour l’indépendance du pays pour le respect de notre souveraineté. Ceux qui ont des objectifs économiques de développement…. que les choses commencent à changer réellement dans le respect de la souveraineté et de notre identité… »

A se demander en passant si notre Professeur garde sa rigueur scientifique en proclamant de telles énormités, qu'aurait-il dit de Mobutu dont nous connaissons le maléfique destin pour notre pays avec les mêmes préceptes sinon la même propagande à l’appui de sa politique formelle de « réconciliation pour la défense de notre souveraineté » sans plus ? De la propagande sans base effective pour en faire un facteur de réussite pour le pays, la foi osée d'un profane des sciences humaines !

Mbokolo plus d’une fois fait appel à la « souveraineté, l’indépendance du pays, à notre identité », aurait-il eu la promesse d’un poste politique au crépuscule de sa vie et/ou des espèces sonnantes et trébuchantes pour voiler délibérément son regard d’universitaire ? Par exemple, quels objectifs économiques de développement dont serait aujourd’hui porteur ce régime que 20 ans il n’a pu matérialisés ?

Désolé, Mbokolo est un ainé que je connais et dont j’apprécie la science, je crains hélas de le ranger désormais parmi ces Congolais devenus « médiocres dangereux pour le pays » par cupidité, idéologie et fanatisme… Qu’il prenne aujourd’hui ‘JK’ pour l’acteur désigné de l’indépendance et de l’efficacité du pays, m’éloigne de l’intellectuel attendu avec le bon diagnostic et le traitement idoine pour le meilleur avenir de notre pays, hélas …


Il y’a ensuite cette reprise en main de l’armée avec ces nominations dont la remise officielle sur le marché du criminel Numbi. Rien d’autre que pour s’armer contre toute velléité de contestation militaire (extérieure ?) contre le passage en force en cours pour aligner les scrutins au vouloir arbitraire du pouvoir… J’y reviendrai…


Qu’organisent l’opposition et les patriotes soucieux du changement ?
A plus là aussi sinon à faire le constat pour le moment que contrairement au constat du « bateau ivre » de notre ami Tshibangu à propos du FCC, celui-ci est un « subterfuge démocratique » qui malgré sa démagogie risque de payer, hélas. La parade telle que je la vois est encore loin de lui porter un coup significatif, hélas…

A plus, entre-temps, rien de moins que de nous convier tous « à nos armes » chacun où il se trouve, comment ? C’est notre seule solution pour le moment !


"« Kabila » imperturbable face aux « manifestes » et « déclarations ». Pourquoi?"
° http://www.congoindependant.com/kabila-imperturbable-face-aux-manifestes-et-declarations-pourquoi/
Analyse
Des universitaires congolais ont publié le samedi 14 juillet un « manifeste » demandant à « Joseph Kabila » de renoncer à son idée de briguer un troisième mandat. Cette démarche est loin d’être la première du genre. Chaque fois, l’homme est resté imperturbable à l’image du canard qui sent les gouttes d’eau de pluie glisser sur ses plumes. Le problème se trouve au niveau des rapports de force. Les représentants des forces politiques et sociales ont tort de penser qu’un pouvoir conquis par la force des armes peut être « dégagé » par les urnes.

A quelques cinq mois de la date fixée pour l’élection présidentielle, les législatives et les provinciales, « Joseph Kabila » dont le dernier mandat a expiré le 19 décembre 2016 continue à prendre des décisions majeures sur les affaires du pays alors qu’il ne dispose plus de pouvoirs constitutionnels et sa compétence se limite à expédier les affaires courantes.
Samedi 14 juillet, le « raïs » a créé l’événement en nommant un nouveau chef d’état-major général à la tête de l’armée congolaise (FARDC). De même, il a promu 40 officiers au grade de général-major et 9 au grade de général de brigade. Certains des nominés portent des patronymes « inhabituels ».



Numbi et Chebeya en filigrane

Comme pour braver l’opinion, le Président hors mandat a nommé le très sulfureux général John Numbi Banza Tambo en qualité d’inspecteur général de l’armée congolaise. Ancien patron de la police nationale, Numbi est considéré comme étant le « suspect numéro un » dans le double assassinat du défenseur des droits de l’Homme Floribert Chebeya Bahizire et de son chauffeur Fidèle Bazana Edadi. C’était le 1er juin 2010.
Au lieu de faire ses « cartons » en prévision du prochain déménagement, on apprenait que « Kabila » a créé de nouveaux postes au sein de son cabinet. L’homme annonce ainsi les couleurs à quelques cinq mois de la tenue des élections. Il se voit déjà se succédant à lui-même. Les Kinois diront « Kabila asigner eyoma ». Traduction: le « raïs » est prêt pour le grand affrontement.

« SITUATION CATASTROPHIQUE »

Les voyageurs en provenance de Kinshasa et de Lubumbashi décrivent une situation « catastrophique » au plan social. « Le pays n’est ni gouverné ni administré », disent-ils. Une allusion à l’insécurité généralisée ainsi qu’aux immondices qui s’amoncellent notamment dans la capitale. Les parents sont de moins en moins capables de payer le minerval de leurs progénitures tant au niveau de l’enseignement secondaire que supérieur et universitaire.
Au plan économique, les témoignages abondent dans le même sens: « La hausse du cours des matières premières n’a aucun impact dans le vécu quotidien de la population ».
En dépit de ce sombre bilan, « Joseph Kabila » ne fait pas mystère de son ambition de rester Président à la place du Président. A partir du 25 juillet jusqu’au 10 août, tous les regards seront braqués sur la CENI où « Kabila » ou son « délégué » pourrait aller déposer sa candidature. En cas de rejet, l’impétrant pourrait saisir une Cour constitutionnelle acquise à sa cause.

Aussi, a-t-il verrouillé l’arène politique. Il faut être un parfait naïf pour espérer la tenue le 23 décembre prochain des élections libres et équitables qui ne défavorisent aucun postulant.
A l’initiative des organisations non gouvernementales ACAJ (Association congolaise pour l’accès à la justice) et IDGPA (Institut pour la démocratie, la gouvernance, la paix et le développement en Afrique), une centaine d’universitaires congolais ont publié, le même samedi 14 juillet, un « Manifeste ». Les signataires (Jacques Djoli Es’Engekeli, André Mbata Mangu et Alphonse Ntumba Luaba ) demandent à « Kabila » de renoncer à l’idée de briguer un nouveau mandat.

VŒUX PIEUX

Le document rappelle que « l’obligation de protéger et de défendre la Constitution s’impose en premier lieu au Président de la République qui, avant d’entrer en fonction, avait juré solennellement de l’observer et de la défendre, devant Dieu et la Nation. Le non-respect du serment constitutionnel constitue une infraction imprescriptible de haute trahison contre la Nation et L’Etat ».
Ces propos qui oscillent entre le droit et la morale sauront-ils émouvoir le « raïs »? On peut franchement en douter. Devenu autiste, l’homme paraît décidé à jouer son va-tout. Et surtout à croiser le fer avec ses adversaires tant nationaux qu’étrangers.
La démarche entreprise par ces universitaires risque de rejoindre le « cimetière de vœux pieux » où sont « ensevelis » des manifestes et autres déclarations au ton comminatoire.



Léonie Kandolo

On peut citer notamment: l’Acte d’engagement des forces politiques et sociales acquises au changement ayant donné naissance, le 10 juin 2016 à Genval, au « Rassemblement » invitant « Joseph Kabila » à quitter le pouvoir « le 20 décembre 2016 à 00h00 »; la Déclaration du Front Citoyen 2016. Plusieurs signataires ont rejoint le camp kabiliste. C’est le cas de José Makila Sumanda et de Samy Badibanga Ntita; le 31 décembre 2016, est signé l’Accord dit de la Saint Sylvestre; le 23 juin 2017, la Conférence épiscopale du Congo publie son message intitulé « Le pays va très mal. Debout, Congolais! » les prélats catholiques notèrent qu’ « une minorité de concitoyens a décidé de prendre en otage la vie des millions de Congolais »; le 18 août 2017 des représentants des organisations de la société civile, des mouvements citoyens et des personnalités indépendantes réunis en France publient le « Manifeste du Citoyen Congolais ». Plusieurs signataires sont depuis harcelés par le pouvoir finissant. C’est le cas du Filimbi Carbone Beni détenu de manière arbitraire depuis le 30 décembre 2017, Léonie Kandolo de la « Coordination laïc catholique » (CLC) qui vit en clandestinité depuis le mois de janvier dernier et du journaliste basé à Kananga Edouard Diyi Tshitenge qui aurait pris le chemin de l’exil.

LE MYTHE DE L’ARTICLE 64

Les législateurs de 2005 avaient prévu l’article 64 pour barrer la route à toute dérive dictatoriale. Le premier alinéa de cette disposition stipule: « tout Congolais a le devoir de faire échec à tout individu ou groupe d’individus qui prend le pouvoir par la force ou qui l’exerce en violation des dispositions de la présente constitution ».
Seulement voilà, ces mêmes législateurs avaient perdu de vue que la sanction apporte une dimension essentielle à la loi. Ils devaient spécifier le mécanisme destiné à « faire échec » à toute tentative de coup de force. Est-ce des « marches pacifiques »? Le peuple doit-il prendre les armes?
Ce silence des rédacteurs de la Constitution en vigueur profite au dictateur « Kabila ». Celui-ci contrôle la force publique (l’armée, la police, les services de renseignements civils et militaires) et le trésor. Sans omettre l’appareil judiciaire. Et ce y compris la Cour constitutionnelle. L’Etat, c’est lui!

Les rapports de force sont et seront, comme on le voit, en faveur de l’oligarchie au pouvoir aussi longtemps que les forces du progrès n’auront pas intégré dans leur stratégie cette sagesse vulgarisée par Montesquieu: « Un empire fondé par les armes a besoin de se soutenir par les armes ». Autrement dit, un pouvoir conquis par la force des armes ne pourrait être « dégagé » que par la force des armes et non par la « force des urnes »…"



"RDC: “Le Credo du FCC c’est le Congo d’abord” – Néhémie Mwilanya"
° https://actualite.cd/2018/07/14/rdc-le-credo-du-fcc-cest-le-congo-dabord-nehemie-mwilanya/
° https://actualite.cd/2018/07/08/le-fcc-veut-doter-le-pays-dune-large-majorite-avec-un-chef-de-letat-qui-pourra-assurer-la-stabilite-de-la-rdc-nehemie-mwilanya/
° https://scooprdc.net/2018/07/14/nehemie-mwilanya-aux-nouveaux-adherents-au-fcc-le-fcc-est-constitue-de-ceux-qui-salignent-comme-des-gardiens-du-temple/

° https://actualite.cd/2018/07/01/rdc-joseph-kabila-remercie-les-congolais-qui-sont-prets-a-soutenir-le-fcc/
° https://afrique.lalibre.be/21179/rdc-le-front-commun-pour-le-congo-fcc-kabiliste-elargit-son-assise/
° https://www.radiookapi.net/2018/07/01/actualite/politique/rdc-signature-de-la-charte-constitutive-du-front-commun-pour-le-congo
° https://www.radiookapi.net/2018/06/08/actualite/politique/rdc-majorite-et-opposition-au-sein-du-gouvernement-creent-le-front
° http://groupelavenir.org/a-linitiative-de-joseph-kabila-un-front-commun-pour-le-congo-voit-le-jour/

"Elikia Mbokolo, la trouvaille de Joseph Kabila contre les intellectuels du CLC ?"
° https://cas-info.ca/elikia-mbokolo-la-trouvaille-de-joseph-kabila-contre-les-intellectuels-du-clc/

"RDC: “Le FCC c’est la poursuite des activités visant à instaurer une véritable réconciliation entre Congolais” – Elikia Mbokolo"
° https://actualite.cd/2018/07/14/rdc-le-fcc-cest-la-poursuite-des-activites-visant-a-instaurer-une-veritable-reconciliation-entre-congolais-elikia-mbokolo/



L’historien Elikia Mbokolo s’est expliqué à la presse après avoir signé la charte constitutive du Front Commun pour le Congo (FCC), plateforme électorale dirigée par Joseph Kabila.

Pour Elikia Mbokolo, son adhésion au FCC est “une suite logique” de ses participations aux concertations nationales en 2013 et au dialogue de la cité de l’Union Africaine en 2016.
La charte pour moi s’inscrit dans une série d’activités que je fais. C’était d’abord les concertations nationales ensuite le conclave de la cité de l’Union Africaine. Donc le FCC c’est la poursuite normale des activités qui visent à instaurer une véritable réconciliation de l’ensemble des Congolais. Réconciliation ne veut pas dire que tout le monde pense la même chose. Mais ça veut dire pour débattre, on débat dans des espaces prévus pour cela”, explique l’historien.
Elikia Mbokolo souhaite l’extension du FCC à travers tous le pays. Il espère que la plateforme va défendre la souveraineté du pays.

Il faut que nous arrêtions avec l’émiettement de petits partis qui se disputent sur les problèmes mineurs. Nous devons arriver à une large plateforme qui réunit le plus grand nombre de Congolais qui s’inscrivent dans la dynamique actuelle de la préparation des élections et qui ont des objectifs politiques. Ceux qui militent pour l’indépendance du pays pour le respect de notre souveraineté. Ceux qui ont des objectifs économiques de développement. Je crois que le FCC c’est une dynamique qui va faire tâche d’huile. Nous commençons ici à Kinshasa. Elle va faire tâche d’huile dans l’ensemble du Congo probablement aussi dans la diaspora pour que les choses commencent à changer réellement dans le respect de la souveraineté et de notre identité”, a précisé Elikia Mbokolo.
Elikia Mbokolo a signé ce samedi 14 juillet 2018 la charte constitutive du FCC. Il est présenté comme l’un des détenteurs de l’histoire de la République démocratique du Congo. Il anime également l’émission « mémoire d’un continent » sur Radio France Internationale (RFI)."


° https://www.radiookapi.net/2018/07/15/actualite/politique/elykya-mbokolo-le-fcc-vise-instaurer-une-veritable-reconciliation-de
° https://actualite.cd/2018/07/14/rdc-lhistorien-elikia-mbokolo-a-signe-la-charte-du-fcc/

"RDC-Politique : vives critiques sur Tweeter contre le professeur Elikia Mbokolo après son adhésion au FCC"
° https://scooprdc.net/2018/07/15/rdc-politique-vives-critiques-sur-tweeter-contre-le-professeur-elikia-mbokolo-apres-son-adhesion-au-fcc/


"RDC-Politique : le PALU n’est pas membre du FCC !"
° https://scooprdc.net/2018/07/14/rdc-politique-le-palu-nest-pas-membre-du-fcc/


"RDC : « Un crime de haute trahison, si Kabila se représente »"
° https://afrique.lalibre.be/21596/rdc-un-crime-de-haute-trahison-si-kabila-se-represente/
° https://www.politico.cd/en-clair/2018/07/15/rdc-le-3eme-mandat-presidentiel-de-joseph-kabila-constituerait-une-haute-trahison-selon-les-universitaires.html
° https://afrique.lalibre.be/21571/rdc-la-majorite-prepare-le-terrain-pour-la-candidature-de-kabila/
° http://www.congoindependant.com/le-bateau-ivre-du-fcc-effectue-sa-derniere-randonnee/


"RDC : Quid du candidat commun de l’opposition face à un FCC en pleine offensive?"
° https://actualite.cd/2018/07/15/rdc-quid-du-candidat-commun-de-lopposition-face-a-un-fcc-en-pleine-offensive/
° http://www.congoindependant.com/le-bateau-ivre-du-fcc-effectue-sa-derniere-randonnee/


"RDC : des universitaires s’engagent contre un 3e mandat de Kabila"
° http://www.jeuneafrique.com/depeches/594352/politique/rdc-des-universitaires-sengagent-contre-un-3e-mandat-de-kabila/
° https://www.voaafrique.com/a/des-universitaires-s-engagent-contre-un-3e-mandat-de-kabila-en-rdc/4482760.html
° http://www.congoindependant.com/manifeste-des-universitaires-congolais-au-sujet-dun-3eme-mandat-presidentiel-en-republique-democratique-du-congo/
"RDC: des intellectuels appellent J. Kabila à «entrer dans l'histoire» dans un manifeste"
° http://www.rfi.fr/afrique/20180715-rdc-manifeste-intellectuels-appelle-kabila-entrer-histoire-demission
° https://actualite.cd/2018/07/15/rdc-plus-de-100-universitaires-congolais-disent-non-a-un-eventuel-troisieme-mandat-de-kabila/
° http://www.izf.net/afp/rdc-des-universitaires-sengagent-contre-un-3e-mandat-kabila

"RDC: Un collectif de jeunes proches du pouvoir dénoncent les manifestations prévues par le CLC"
° https://actualite.cd/2018/07/14/rdc-un-collectif-de-jeunes-proches-du-pouvoir-denoncent-les-manifestations-prevues-par-le-clc/



"RDC : Kabila reprend en main l’armée à l’approche des élections
° http://afrikarabia.com/wordpress/rdc-kabila-reprend-en-main-larmee-a-lapproche-des-elections/
Une série de nominations au sein des Forces armées de République démocratique du Congo (FARDC) remet en selle le sulfureux général John Numbi et écarte les moins faucons des officiers congolais. Un signal inquiétant à moins de 6 mois de la présidentielle.

C’est le grand ménage dans l’armée congolaise. De nouvelles ordonnances lues samedi soir à la télévision nationale remanient profondément la chaîne de commandement des FARDC. Trois hommes se retrouvent désormais aux commandes de l’armée, à l’approche d’élections très attendues et alors que l’opposition soupçonne le président Joseph Kabila de vouloir passer en force afin de briguer un troisième mandat, interdit par la Constitution.

John Numbi, l’homme de main du pouvoir

La série d’ordonnances signent tout d’abord le retour du très controversé de John Numbi qui est nommé inspecteur général des FARDC. L’ancien chef de la police avait été suspendu de ses fonctions en 2010, après l’assassinat du célèbre militant des droits de l’homme Floribert Chebeya et de son chauffeur Fidèle Bazana. De lourds soupçons pèsent en effet sur l’ancien conseiller sécurité du président Kabila – voir notre article.

Un des témoins clés de l’affaire, le major Paul Mwilambwe, avait dû se réfugier au Sénégal après avoir dénoncé John Numbi comme étant le principal commanditaire du double meurtre. Sur Twitter, Paul Mwilambwe dénonce ce week-end le retour aux affaires de Numbi, et craint pour sa sécurité. Pour Jean-Claude Katende, président d’une importante association des droits de l’homme (ASADHO), « La nomination de John Numbi dans l’armée est une insulte à la mémoire de Chebeya et au travail des défenseurs des droits humains. »

John Numbi a toujours été considéré comme l’homme des basses oeuvres de Joseph Kabila. Et le sécurocrate n’est pas resté inactif après sa mise au vert de la police. Il aurait notamment joué un rôle de « soutien logistique » aux rebelles indépendantistes Bakata Katanga, qui avaient attaqué Lubumbashi en mars 2013. L’ombre de Numbi plane également autour de la surprenante reddition du milicien Gédéon en 2016 et de son allégeance au président Joseph Kabila.

Sanctionné par les Etats-unis et l’Union européenne, John Numbi est aussi accusé d’être « impliqué dans des actes d’intimidation violente pour assurer la victoire de candidats associés à la coalition de la Majorité présidentielle de Joseph Kabila en mars 2016 ». Toujours selon le Trésor américain, qui a gelé ses avoirs, John Numbi « a menacé de tuer les candidats de l’opposition qui ne s’étaient pas retirés de la course volontairement ». Le retour de l’homme de confiance du président Kabila au sein de l’appareil sécuritaire congolais ne peut donc que susciter des interrogations.

Célestin Mbala et Gabriel Amisi aux commandes

Une autre personnalité trouble vient de prendre du galon dans l’armée : le général Gabriel Amisi, dit « Tango Four », également dans le collimateur des États-Unis. Celui-ci est promu numéro deux des FARDC et devient chef d’État-major adjoint chargé des opérations et du renseignement. De triste réputation dans l’Est du pays, l’ancien rebelle proche de Laurent Nkunda est accusé d’exactions, de trafic d’armes et d’exploiter illégalement des mines. Avec Amisi, Joseph Kabila espère pouvoir tenir les provinces de l’Est de pays, qui lui avaient apporté la majorité des suffrages lors des deux dernières élections.

Un troisième homme fait son apparition dans le verrou sécuritaire mis en place par le président congolais. Il s’agit du général Célestin Mbala Munsense, qui devient le nouveau numéro un de l’armée congolaise. Cette nomination permet d’éloigner l’ancien chef d’Etat major, le général Didier Etumba, qui part à la retraite, ainsi que le général Denis Kalume Numbi, récemment nommé ambassadeur en Russie. Le nouveau patron de l’armée congolaise, Katangais comme le chef de l’Etat, est perçu comme la relève de confiance de Joseph Kabila. Une nouvelle génération d’officiers a également été promue cette semaine, puisque le président en a profité pour restructurer le commandement des écoles militaires en élevant de nombreux cadres « au rang supérieur ».

Le double message de Joseph Kabila

La reprise en main de l’armée par Joseph Kabila et le retour inquiétant aux affaires de John Numbi intervient dans un contexte de crise politique bien particulier en RDC. Le chef de l’Etat, qui ne peut pas se représenter pour un nouveau mandat, et a déjà repoussé par deux fois les élections, se retrouve au pied du mur. Il doit prochainement prendre la parole pour indiquer ses intentions sur son avenir politique. Mais beaucoup redoutent qu’il ne cherche à briguer un nouveau mandat malgré le verrou constitutionnel.

En remettait de l’ordre dans son système sécuritaire, Joseph Kabila envoie une double message. Tout d’abord à ses troupes, en indiquant qu’aucun pas de côté ne sera toléré, et veut ainsi prévenir son armée de toute velléité de coup de force. Le second message est à destination des Congolais eux-mêmes, lassés par un président qui semble vouloir s’accrocher au pouvoir. Le nouvel appareil militaire, avec à sa tête Mbala Munsense, Numbi et Amisi, ne laissera aucune contestation renverser le pouvoir. En champion de la répression, John Numbi sera donc de nouveau aux avant-postes pour garantir le pouvoir en place à Kinshasa. L’ancien chef de la police s’était tristement illustré en 2007, au Bas-Congo, en répriment férocement les adeptes du Bundu dia Kongo. Selon les Nations unies, le bilan s’élevait à une centaine de morts. Le message est donc on ne peut plus clair."


° http://www.depeche.cd/rdc-armee-kabila-fait-le-menage-restructure-et-nomme/
° https://afrique.lalibre.be/21631/rdc-remaniement-militaire-le-retour-des-faucons/
° http://times.cd/2018/07/15/gros-menage-dans-larmee-john-numbi-nouvel-inspecteur-general-des-fardc/
° https://cas-info.ca/qui-est-celestin-mbala-munsense-le-nouveau-chef-detat-major-general-des-fardc/
° https://actualite.cd/2018/07/15/rdc-retour-aux-affaires-du-general-numbi-malgre-les-sanctions-occidentales/
° http://www.forumdesas.org/spip.php?article16350
° http://www.latempete.info/30637-2/
° http://www.jeuneafrique.com/594608/politique/rdc-vague-de-nominations-au-sein-de-larmee/
° https://www.matininfos.net/rdc-nomination-fardc-joseph-kabila-a-choisi-loption-de-la-guerre-claudel-lubaya/
° https://actualite.cd/2018/07/16/rdc-reactions-de-la-classe-politique-apres-les-nominations-dans-larmee/


"Intervention militaire en RDC ? « Une option mais pas de décision ferme prise à ce sujet », analyse l’expert militaire Jean-Jacques Wondo"
° http://desc-wondo.org/fr/intervention-militaire-en-rdc-une-option-mais-pas-de-decision-ferme-prise-a-ce-sujet-analyse-lexpert-militaire-jean-jacques-wondo/


"L’ancien colonel-médecin Luc Mayolo « diagnostique » le « cas Kabila »"
° http://www.congoindependant.com/lancien-colonel-medecin-luc-mayolo-diagnostique-le-cas-kabila/


"La France invite Kinshasa à « renouer » le dialogue avec la communauté internationale "
° https://afrique.lalibre.be/21607/la-france-invite-kinshasa-a-renouer-le-dialogue-avec-la-communaute-internationale/
° http://www.latempete.info/a-loccasion-de-la-fete-nationale-francaise-lambassadeur-alain-remy-exhorte-la-rdc-a-normaliser-ses-relations-avec-la-communaute-internationale/


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #

ALLEZ AUX ELECTIONS EN DECEMBRE 2018. CESSEZ DE COMPLOTER CONTRE VOTRE PROPRE PAYS. CHOSISSEZ VOS POLITICHIENS...TOUT IRA DE SOIT.

# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE POUVOIR, L’OPPOSITION ; OÙ VA LE CONGO ? LE FCC, L’ARMÉE... ET OÙ SE TROUVE ALORS CE CONGO UNI ET DÉMOCRATIQUE, SOUVERAIN ET FORT, RESPONSABLE ET GAGNANT ???

Message  ndonzwau le 20/7/2018, 2:13 am

"RDC : devant le Parlement, Kabila réitère son « engagement à respecter la Constitution »"
° http://www.jeuneafrique.com/602005/politique/en-direct-rdc-joseph-kabila-devant-les-parlementaires/
Le président Jospeh Kabila a livré jeudi un discours très attendu devant le Parlement réuni en Congrès. Mais à moins d'une semaine du dépôt des candidatures à la présidentielle, le chef de l'État n'a pas donné d'indication sur son avenir politique.
Son discours était très attendu. Mais il a déçu ceux qui imaginaient que le président congolais allait évoquer son avenir politique. Car si la Constitution interdit à Joseph Kabila l’éventualité d’un troisième mandat, celui-ci entretient toujours le flou sur ses intentions en vue de l’élection présidentielle du 23 décembre 2018.


Voici les points principaux de son discours.



Les heures sont données en heure GMT 

16 h 30 : « Joseph Kabila est totalement déconnecté des aspirations du peuple » (Ensemble)

Du côté d’Ensemble pour le changement, la plateforme électorale de l’opposant en exil Moïse Katumbi, on estime que le discours de Joseph Kabila « c’est du déjà entendu ». « Le chef de l’État n’a absolument rien dit. Au contraire, nous avons eu affaire à un Kabila sans inspiration, qui est venu devant le Congrès seulement pour répondre à la communauté internationale », regrette le député Christophe Lutundulu, vice-président du G7.
Pour ce membre du bureau politique de Moïse Katumbi, « Joseph Kabila est totalement déconnecté des aspirations du peuple congolais ». Il assure aussi que l’opposition va continuer à « lutter pour obtenir les élections transparentes, libres et inclusives ».

16 h 05 : « Kabila avait l’opportunité de décrisper la situation politique, il n’en a rien fait » (UDPS)

D’après Jean-Marc Kabund, de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), « Joseph Kabila n’a pas compris ce que ce discours sur l’état de la nation voulait dire ». « Cela suppose d’entendre les attentes de son peuple et d’y répondre. Or, comme chaque année, il s’est contenté de faire un récital de chiffres, dont lui-même n’a pas la maîtrise. Le pays vit actuellement des heures très difficiles. À quelques jours du dépôt des candidatures, Kabila avait l’opportunité de décrisper la situation politique. Il a préféré narguer le peuple congolais et la communauté internationale. »

15 h 27 : Joseph Kabila achève son discours sans faire mention de son avenir politique

Après environ une heure de discours, le président congolais a achevé son discours sans faire une seule fois mention de son avenir politique.

15 h 20 : « Notre engagement à respecter la Constitution demeure non équivoque »

Le président Kabila a souligné son « engagement à respecter la Constitution ». « Le cap des élections reste maintenu », a-t-il également déclaré, en soulignant que celles-ci seront intégralement financées par la RDC. 
Quelques instants auparavant, le chef de l’État congolais a affirmé s’être « employé au plan politique à promouvoir les idéaux de démocratie, de patriotisme et d’indépendance nationale ». « Le Congo n’a jamais donné de leçons à personne, et n’est pas disposé à en recevoir, a-t-il déclaré. Et surtout pas de ceux qui ont assassiné la démocratie dans ce pays et ailleurs. »

15 h 12 : Kabila préconise la maîtrise du taux de croissance démographique

« N’en déplaise à ceux qui ne voient que ce qu’il reste à faire et non ce qui a été fait », les réformes engagées ont eu, selon Joseph Kabila, une « incidence » sur la situation économique du pays. Le président congolais reconnaît toutefois que « les conditions sociales demeures préoccupantes, particulièrement en milieux ruraux et semi-urbains ».
Pour lutter contre la pauvreté, Joseph Kabila estime qu’ il est désormais « urgent d’œuvrer dès à présent à la maîtrise du taux de croissance démographique », à travers notamment des « mesures courageuses » en matière de planning familial.

14 h 55 : Une litanie de chiffres

Croissance économique, inflation, réserves de change… Chiffres à l’appui, Joseph Kabila évoque un par un les grands indicateurs économiques et souligne les progrès accomplis selon lui. 

14 h 45 : Kabila fait l’éloge de sa présidence

Joseph Kabila dresse un tableau, plutôt flatteur selon lui, de la RDC. Un pays « voué à une disparition programmée » mais qui est aujourd’hui le « centre de toutes convoitises et intrigues diplomatiques, voire des complots sordides ».
Réunification du pays, croissance économique, réforme de l’État… Kabila fait ensuite l’éloge de sa présidence. « Fort de cette renaissance de l’État, je me suis employé à créer les conditions favorables pour l’émergence d’un Congo fort et prospère. Là aussi, le pari paraissait impossible, car nous avons hérité d’une situation catastrophique. »

14 h 35 : « Pourquoi est-ce que je sens une petite tension dans la salle ? »

« Pourquoi est-ce que je sens une petite tension dans la salle ? », s’interroge Joseph Kabila, en guise de prélude à son discours. « Je sais pourquoi il y a une tension, poursuit-il. Probablement parce qu’il y a ceux qui pensent que aujourd’hui, quelque part dans mon discours, je dois dire « mesdames et messieurs comprenez mon émotion ». Ce sera tout simplement « comprenez ma passion pour le Congo ». » Une référence au célèbre discours prononcé par le maréchal Mobutu, lors de son annonce il y a 28 ans du tournant du multipartisme.  

14 h 20 : Le président Kabila fait son entrée

Fanfare et tapis rouge… Joseph Kabila a fait une entrée en grande pompe dans l’enceinte du palais du Peuple. Son discours sur l’état de la nation est attendu incessamment.

14 h 15 : Un discours peaufiné jusqu’au dernier moment

Hier, Néhémie Mwilanya Wilondja, le directeur de cabinet du chef de l’État, « [travaillait] encore sur le discours » que Joseph Kabila s’apprête à prononcer devant le Congrès, nous a confie l’un de ses proches.

14 h 10 : Le président Joseph Kabila attendu d’un moment à l’autre

Après le vote de l’ordre du jour du Congrès, les présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat ont suspendu pour quelques instants la séance, le temps d’aller accueillir le président Joseph Kabila. Dans la salle, 467 députés sur 500 et 80 sénateurs sur 108 sont présents pour assister au discours de Joseph Kabila.

14 h 00 : Retour sur le discours de Kabila en novembre 2016

Le 15 novembre 2016, en pleine crise politique, Joseph Kabila livre un discours devant les parlementaires réunis en Congrès. Il se montre alors peu loquace sur son avenir politique, en assurant simplement que « la RDC est une démocratie constitutionnelle : toutes les questions pertinentes relatives au sort des institutions et de leurs animateurs sont réglées de manière satisfaisante par la Constitution ».
À l’époque, ses détracteurs le soupçonnent déjà de vouloir briguer un troisième mandat. « Pourquoi [Kabila] ne dit pas clairement qu’il ne sera pas candidat à sa propre succession ? », s’interrogeait déjà à l’époque un membre du Rassemblement.

13 h 54 : Pour le ministre Emmanuel Ilunga, « Joseph Kabila n’a pas l’intention de briguer un troisième mandat » 

Dans une interview à Jeune Afrique, le ministre en charge des Congolais de l’étranger Emmanuel Ilunga estime que « les actes du président Kabila montrent clairement qu’il n’a pas l’intention de briguer un troisième mandat ». « Tenez, il a initié cette réforme de la loi électorale qui oblige les partis politiques à se regrouper dans des grands ensemble, poursuit-il. C’est une preuve qu’il veut faire de la politique autrement. Et s’il voulait vraiment briguer un troisième mandat, il aurait utilisé le vote des Congolais de l’étranger pour tirer les choses en longueur tellement il aurait été compliqué de le rendre effectif. »
L’intégralité de l’interview : Emmanuel Ilunga : « La Belgique nous considère encore comme des personnes colonisées »

13 h 50 : Retour sur le discours de Kabila en novembre 2016

Le 15 novembre 2016, en pleine crise politique, Joseph Kabila livre un discours devant les parlementaires réunis en Congrès. Il se montre alors peu loquace sur son avenir politique, en assurant simplement que « la RDC est une démocratie constitutionnelle : toutes les questions pertinentes relatives au sort des institutions et de leurs animateurs sont réglées de manière satisfaisante par la Constitution ».
À l’époque, ses détracteurs le soupçonnent déjà de vouloir briguer un troisième mandat. « Pourquoi [Kabila] ne dit pas clairement qu’il ne sera pas candidat à sa propre succession ? », s’interrogeait déjà à l’époque un membre du Rassemblement.

13 h 40 : Joseph Kabila de nouveau candidat ? Des signaux contradictoires

Après trois ans de blocage, l’Assemblée nationale a adopté, ce mardi 17 juillet, la proposition de loi sur le statut des anciens présidents de la République. Un texte interprété comme le signe que le président Kabila était prêt à passer la main – avec tout de même un certain nombre d’avantages non négligeables. Autre élément : la récente vague de nominations au sein de l’armée, qui montrerait sa volonté de garder le contrôle sur l’appareil militaire après son départ.
À l’inverse, d’autres signaux font pencher la balance pour une éventuelle candidature de l’actuel président. C’est le cas notamment de cette sortie du juriste congolais Cyrus Mirindi, pour qui la révision partielle de la Constitution en 2011 remettrait les compteurs à zéro. « Le comptage (en termes de mandats) qu’on doit prendre constitutionnellement, c’est le comptage qui débute à partir de l’élection de 2011, expliquait-il à nos confrères de Radio Okapi. À partir de ce moment-là, le président de la République a fait un mandat et il lui reste un deuxième mandat pour atteindre le plafond constitutionnel. »

13 h 35 : Le programme prévu


13 h 30 : Pourquoi ce discours est très attendu

Annoncé depuis la fin juin, le discours de Joseph Kabila intervient à seulement six jours de l’ouverture du dépôt des candidatures à l’élection présidentielle. Or le président congolais, s’il a assuré vouloir respecter la Constitution, n’a jamais clairement fait part de ses intentions en vue du scrutin.
Interrogé sur les raisons de ce mutisme au sommet de l’État, la Majorité présidentielle évoque la volonté « de ne pas faire le jeu de l’opposition ». « Le chef de l’État a pris l’engagement devant la nation que la Constitution sera respectée, déclarait il y a quelques semaines à JA André-Alain Atundu, porte-parole de la MP. Un engagement renouvelé dans l’accord du 31 décembre 2016, qui dispose que le président ne pourra pas solliciter un troisième mandat. J’estime que, pour des esprits normalement constitués, cela devrait suffire. »"



"RDC: un discours souverainiste et toujours un flou sur l’avenir politique de Kabila"
° http://deskeco.com/rdc-un-discours-souverainiste-et-toujours-un-flou-sur-lavenir-politique-de-kabila/

"Kabila appelle la nation à comprendre « sa passion pour le Congo »"
° http://deskeco.com/kabila-appelle-la-nation-a-comprendre-sa-passion-pour-le-congo/
° http://deskeco.com/discours-au-congres-joseph-kabila-arrive-au-parlement/
° http://deskeco.com/kabila-devant-le-congres-kengo-wa-dondo-ouvre-la-ceremonie/
° http://deskeco.com/kabila-au-congres-les-partis-allies-de-la-mp-occupent-les-alentours-du-palais-du-peuple/


"RDC : KABILA MUET SUR SON AVENIR, S'ENGAGE DE NOUVEAU À RESPECTER LA CONSTITUTION"
° http://www.izf.net/afp/rdc-kabila-muet-sur-son-avenir-sengage-nouveau-respecter-constitution


"Sans annoncer son départ, Kabila présente son bilan"
° http://blog.lesoir.be/colette-braeckman/2018/07/19/sans-annoncer-son-depart-kabila-presente-son-bilan/


"Le candidat Kabila devant le Congrès"
° https://afrique.lalibre.be/21814/le-candidat-kabila-devant-le-congres/



"RDC : Kabila, le chat et la souris"
° http://afrikarabia.com/wordpress/rdc-kabila-le-chat-et-la-souris/


"La RDC financera seule ses élections et Joseph Kabila s’engage à respecter la constitution"
° https://www.radiookapi.net/2018/07/19/actualite/politique/la-rdc-financera-seule-ses-elections-et-joseph-kabila-sengage



"RDC : réactions de l’opposition et de la majorité au discours de Joseph Kabila"
° https://www.radiookapi.net/2018/07/19/actualite/politique/rdc-reactions-de-lopposition-et-de-la-majorite-au-discours-de-joseph

"Joseph Kabila n’a pas répondu aux « problèmes urgents, qui touchent à l’avenir de la démocratie » (Me Kapiamba)"
° https://www.radiookapi.net/2018/07/19/actualite/politique/joseph-kabila-na-pas-repondu-aux-problemes-urgents-qui-touchent

"RDC : « Kabila a fait le choix de sacrifier la nation toute entière pour sa survie personnelle » (Lubaya)"
° http://deskeco.com/rdc-kabila-a-fait-le-choix-de-sacrifier-la-nation-toute-entiere-pour-sa-survie-personnelle-lubaya/


" RDC: L’intégralité du discours de Joseph Kabila de ce jeudi 19 juillet"
° http://deskeco.com/rdc-lintegralite-du-discours-de-joseph-kabila-de-ce-jeudi-19-juillet/


° https://actualite.cd/2018/07/19/rdc-pour-le-pprd-la-revision-constitutionnelle-de-2011-donne-droit-a-un-nouveau-mandat-a-joseph-kabila/
° http://www.congoindependant.com/rdcongo-le-chef-de-letat-joseph-kabila-appele-a-faire-preuve-de-depassement-patriotique-pour-repondre-aux-attentes-de-la-population-longtemps-meurtrie/


"Actu Expliquée 19.07 : Dans son discours, "J. Kabila" bombe le torse et nargue les Congolais et C.I"




""J. Kabila" annoncera-t-il son départ ? Suivez son discours en direct"




Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE POUVOIR, L’OPPOSITION ; OÙ VA LE CONGO ? LE FCC, L’ARMÉE... ET OÙ SE TROUVE ALORS CE CONGO UNI ET DÉMOCRATIQUE, SOUVERAIN ET FORT, RESPONSABLE ET GAGNANT ???

Message  Admin le 25/7/2018, 3:40 pm

Je suis en ce moment même à Kinshasa.
Je peux vous dire que la population n'en a cure!
avatar
Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE POUVOIR, L’OPPOSITION ; OÙ VA LE CONGO ? LE FCC, L’ARMÉE... ET OÙ SE TROUVE ALORS CE CONGO UNI ET DÉMOCRATIQUE, SOUVERAIN ET FORT, RESPONSABLE ET GAGNANT ???

Message  Arafat le 30/7/2018, 9:09 am

Je suis vraiment degoûté de la politique made in RDC, surtout depuis cette histoire du FCC, cela démontre clairement le niveau de nos soit disant politiciens, je fais surtout allusion à ceux de l´opposition, qui sont entrés pour une autre cause et voila maintenant qu´il s´allient Avec Kabila, c´est vraiment triste et malheureux. Ces bougres n´aiment pas ces pays, ils ne se battent pas pour le peuple mais plutôt pour leurs propres intérêts. Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE POUVOIR, L’OPPOSITION ; OÙ VA LE CONGO ? LE FCC, L’ARMÉE... ET OÙ SE TROUVE ALORS CE CONGO UNI ET DÉMOCRATIQUE, SOUVERAIN ET FORT, RESPONSABLE ET GAGNANT ???

Message  Admin le 30/7/2018, 3:18 pm

Arafat a écrit:Je suis vraiment degoûté de la politique made in RDC, surtout depuis cette histoire du FCC, cela démontre clairement le niveau de nos soit disant politiciens, je fais surtout allusion à ceux de l´opposition, qui sont entrés pour une autre cause et voila maintenant qu´il s´allient Avec Kabila, c´est vraiment triste et malheureux. Ces bougres n´aiment pas ces pays, ils ne se battent pas pour le peuple mais plutôt pour leurs propres intérêts. Evil or Very Mad  Evil or Very Mad  Evil or Very Mad
Je te comprends
avatar
Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE POUVOIR, L’OPPOSITION ; OÙ VA LE CONGO ? LE FCC, L’ARMÉE... ET OÙ SE TROUVE ALORS CE CONGO UNI ET DÉMOCRATIQUE, SOUVERAIN ET FORT, RESPONSABLE ET GAGNANT ???

Message  mongo elombe le 31/7/2018, 11:28 am

Arafat a écrit:Je suis vraiment degoûté de la politique made in RDC, surtout depuis cette histoire du FCC, cela démontre clairement le niveau de nos soit disant politiciens, je fais surtout allusion à ceux de l´opposition, qui sont entrés pour une autre cause et voila maintenant qu´il s´allient Avec Kabila, c´est vraiment triste et malheureux. Ces bougres n´aiment pas ces pays, ils ne se battent pas pour le peuple mais plutôt pour leurs propres intérêts. Evil or Very Mad  Evil or Very Mad  Evil or Very Mad


Eh oui, ils ont toujour été comme ça est ce que ils savent ce que s'est gagner de l'argent à la sueurs de leurs front? eux c'est profiter du pays et la plupart leurs gosses à l'abris hors RDC. Il faudrait en finir avec ce genre de personnages et un jour demander le bilan de chacun et plus jamais dans nos instances.

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE POUVOIR, L’OPPOSITION ; OÙ VA LE CONGO ? LE FCC, L’ARMÉE... ET OÙ SE TROUVE ALORS CE CONGO UNI ET DÉMOCRATIQUE, SOUVERAIN ET FORT, RESPONSABLE ET GAGNANT ???

Message  ndonzwau le 15/9/2018, 6:44 am

"RDC : « Il faut des sanctions financières contre Kabila et les siens » pour The Sentry
° https://afrique.lalibre.be/24373/rdc-il-faut-des-sanctions-financieres-contre-kabila-et-les-siens-pour-the-sentry/
The Sentry, l’ONG américaine soutenue par l’acteur George Clooney, dévoile son nouveau rapport sur les élections en RDC et propose des pistes pour faire pression sur les principaux acteurs de ce processus. (Rapport à lire en dessous du texte).
Premier constat, The Sentry veut croire que des élections sont encore possibles en RDC le 23 décembre prochain. Mais derrière cet espoir, l’ONG dépeint un tableau particulièrement sombre qui permet de douter de la bonne tenue du scrutin à venir.




The Sentry se base aussi bien sur des révélations de la presse que sur des documents que les chercheurs de l’ONG ont pu consulter et parle « de faits alarmants relatifs au processus électoral ». On peut ainsi citer, et la liste n’est pas exhaustive, des « allégations de corruption dans l’attribution de contrats liés aux inscriptions sur les listes électorales ».  Il évoque encore un « manque de transparence dans la gestion financière de la Ceni »…  Des éléments qui font dire aux rédacteurs du rapport qu’ils doutent « de la crédibilité du processus électoral ».

Nangaa et Okitundu en accusation

The Sentry pointe du doigt les relations tissées entre la société de « sécurité numérique » Gemalto et le ministre des Affaires étrangères Léonard She Okitundu bien avant la passation du marché. Il parle de la corruption qui touche les fonctionnaires de la Ceni, du processus électoral marqué par un manque de transparence, des transactions suspectes sur des comptes bancaires liés à la Ceni et cite nominément Corneille Nangaa, le président de cette Ceni, qui refuse, notamment, de partager des informations avec la Monusco, ce qui plombe tout le travail de cette structure vis-à-vis de son soutien au processus électoral.
Une énumération qui se conclut par un constat sans appel sur les sérieux « doutes à avoir par rapport à l’intégrité du processus électoral ».

Il faut des sanctions financières contre Kabila

Après cette série de constats peu encourgeants, The Sentry propose une série de recommandations qui doivent mettre la pression sur le pouvoir du président hors mandat Joseph Kabila. Et l’ONG est une adepte de la pression qui tape dans le portefeuille. Des sanctions qui ne doivent pas se contenter d’obtenir des élections sans Kabila mais qui doivent aider à la tenue d’élections réellement démocratiques et crédibles.
Elle propose donc aux Etats-Unis, à l’Union européenne et à l’Onu de prendre des sanctions financières contre Joseph Kabila et contre son réseau (ses conseillers financiers de haut rang, les membres de sa famille et les facilitateurs commerciaux).
The Sentry invite les USA, l’UE, l’Union africaine et la Sadec à mettre en place une stratégie diplomatique coordonnée pour pousser Joseph Kabila à organiser une transition démocratique crédible tout en travaillant pour lui offrir une porte de sortie.
La liste des recommandations est longue et concerne la plupart des acteurs multilatéraux présents dans ce dossier.




The Sentry, qui est notamment l’auteur d’un rapport sur les liens entre le clan Kabila et le financement du terrorisme international, n’est pas à son premier appel à plus de sanctions financières contre Kabila, sa famille et ses principaux collaborateurs. Elle érige aujourd’hui ce mode de sanctions comme rempart face aux dérives d’un clan qui veut s’accrocher au pouvoir, tout en donnant l’impression d’avoir accepté le jeu démocratique."


[url=https://afrique.lalibre.be/app/uploads/2018/09/the-sentry.pdf]Lire le rapport Complet

"SENTRY ALERT

Élections en RDC : reports et signaux d’alarme
Par The Sentry - Septembre 2018

° https://afrique.lalibre.be/app/uploads/2018/09/the-sentry.pdf

Résumé

(Actuellement, des élections sont programmées en République démocratique du Congo (Congo) pour décembre 2018. Voilà maintenant près de deux ans que ces élections sont reportées, alors que le mandat de Joseph Kabila est officiellement expiré depuis décembre 2016. Le 8 août dernier, le ministre congolais de la Communication et des Médias, Lambert Mende, a annoncé que le président Joseph Kabila ne briguerait pas de nouveau mandat. Par ailleurs, il a nommé l'ancien ministre de l'Intérieur, Emmanuel Ramazani Shadary, comme candidat officiel de la coalition au pouvoir au Congo. Si cette déclaration récente de la coalition constitue un pas important, de nombreuses préoccupations demeurent quant aux aspects techniques et politiques du processus électoral. En réalité, la crédibilité des élections au Congo – et celle du gouvernement en particulier - tiendra à bien plus qu'au seul nom du candidat en lice pour les présidentielles.

Jusqu’à présent la préparation des élections aura été marquée du sceau de l'adversité : reports multiples, manque de transparence  et allégations de corruption, violations éthiques, et intrusion supposée du gouvernement dans les aspects techniques des préparatifs. Le présent rapport explore une série de faits alarmants relatifs au processus électoral, notamment des allégations de corruption dans l'attribution de contrats liés aux inscriptions sur les listes électorales, un manque de transparence dans la gestion financière de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) des questions restées en suspens quant à l'intégrité des listes électorales, et enfin la présence de failles de sécurité dans les machines à voter électroniques. Pris ensemble, ces facteurs mettent sérieusement en doute la crédibilité du processus électoral et, plus largement, interrogent sur la possible manipulation passée et présente de certains aspects techniques.

D’après certaines informations parues dans la presse, des fonctionnaires de la CENI auraient favorisé certaines entreprises durant la préparation des élections, et ce de manière intentionnelle et par intérêt financier propre. Aux dires des représentants d'une société privée ayant participé au processus d’inscription électorale, la CENI aurait délibérément recherché une procédure onéreuse et techniquement complexe pour retarder le calendrier des élections. En outre, l'équipe The Sentry a passé au crible des correspondances d'entreprise révélant que Léonard She Okitundu, ministre des Affaires étrangères, aurait rencontré des représentants de la multinationale de sécurité numérique Gemalto SA, et ce, avant l’ouverture officielle d'un appel d'offres pour des kits d'inscription biométrique des électeurs. C’est finalement Gemalto qui remportera le
contrat.

Les correspondances entre la CENI et plusieurs acteurs commerciaux, de même que les décisions rendues par une autorité de régulation congolaise au sujet d'un différend commercial, soulèvent une question : la CENI a-t-elle fait pression pour que Gemalto suspende ses relations
avec son sous-traitant original. Pour les représentants d'une entreprise mêlée au contentieux, l’acte de Gemalto s’expliquerait au moins en partie par les intérêts pécuniaires de fonctionnaires de la CENI. Du reste, il offrirait à celle-ci un contrôle plus direct sur le processus d’inscription électorale en raison de sa proximité avec le nouveau sous-traitant. Si au départ, la CENI estimait que l’inscription des électeurs sur
les listes électorales était réalisable en trois mois, la procédure s'est finalement étalée sur une période approximative de 18 mois. Suite à la décision de la CENI de mettre en place une méthode d'inscription biométrique aussi complexe que coûteuse. Pour les observateurs, notamment
les acteurs commerciaux privés ayant participé au processus électoral, l’ensemble de ces facteurs aurait contribué aux atermoiements du calendrier électoral.

Aujourd’hui, le processus électoral reste marqué par un manque de transparence significatif. Les lanceurs d'alerte et les groupes locaux de la société civile émettent des craintes devant l’opacité financière de la CENI, de l'établissement des budgets aux versements de fonds, en passant par des transactions suspectes sur des comptes bancaires détenus en son nom. En dépit de demandes répétées, son président Cornille Nangaa a refusé de soumettre les listes électorales à un audit indépendant, et ce malgré l’inclusion sur ces listes de près de 17% d'électeurs aux empreintes digitales non discernables – un pourcentage anormalement élevé d’après les experts techniques. La CENI a également rejeté les appels à un examen technique des machines à voter, dont certains proposent l’utilisation au prochain cycle électoral malgré la méfiance qui les entoure et les failles de sécurité significatives constatées, comme The Sentry l'a récemment rapporté. D’après plusieurs documents des Nations Unies examinés par The Sentry, la CENI refuserait de divulguer des informations à des fonctionnaires de l’ONU cherchant à fournir un soutien logistique à la distribution d’équipements électoraux, ce qui compliquerait la capacité de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la
stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) à accompagner le déploiement de ces équipements dans des délais opportuns.

Ces signaux d'alarme suscitent de réelles préoccupations quant à l'intégrité constamment menacée du processus électoral. Ils soulignent également la nécessité de renforcer la pression financière sur le gouvernement de Joseph Kabila et ses facilitateurs internationaux, et ce dans un double objectif : garantir une transition démocratique crédible et pacifique en 2018, et jeter les fondements d'un gouvernement transparent et responsable.

Recommandations

L’approche actuelle, qui consiste essentiellement en de longues périodes d'inaction ponctuées de courtes poussées répressives, est une stratégie perdante. Certes, plusieurs signes semblent indiquer que des élections auront bien lieu en décembre. Pourtant de nombreux dangers continuent de planer sur la préparation des élections, laissant entrevoir un manque de volonté politique persistant à l'égard d'une passation de
pouvoir crédible et transparente. L'intensification de la pression financière peut et doit faire plus qu'encourager simplement la tenue d'élections sans Joseph Kabila en 2018. Elle doit servir à garantir un processus démocratique crédible, étape essentielle pour poser de nouvelles bases et tourner la page de ces décennies de corruption et de mauvaise gouvernance qui ont accablé le peuple congolais. La communauté internationale doit accentuer puis maintenir la pression financière sur le régime de Joseph Kabila, sous la forme de sanctions de réseau et aussi des actions contre le blanchiment d’argent tant pour assurer des élections crédibles en décembre que pour refondre ce système kleptocratique violent.

Plus particulièrement, les États-Unis, l'Union européenne et le Conseil de sécurité des Nations doivent :

 Imposer des sanctions ciblant le réseau de Joseph Kabila, en particulier les membres influents de son cercle rapproché et les entreprises qu'ils contrôlent. Ces sanctions doivent notamment inclure les conseillers financiers de haut rang, les membres de la famille du président et les facilitateurs commerciaux.
 Combiner des mesures punitives avec des mesures d'incitation diplomatiques, en corrélant la levée des sanctions avec des éléments clés du processus électoral et l'augmentation de transparence et responsabilité pour la gestion des fonds publics comme : un audit citoyen complet des listes listes électorales, un accès équitable des partis de l'opposition aux médias d’État durant la campagne, le respect des libertés de réunion et d'expression des groupes de l'opposition et de la société civile, la fin des actes de répression violente et d'intimidation contre les manifestants et les militants, la remise en liberté des prisonniers politiques, et enfin l'abandon des technologies de vote électronique au profit des bulletins papiers, et la conduite d’un audit comptable et financier indépendant de la Gécamines, compagnie minière détenue par l’État.
 Renforcer l’application des sanctions existantes.

Les États-Unis, l'Union européenne, l'Union africaine, la Communauté de développement de l'Afrique australe et le Conseil de sécurité des Nations Unies doivent :
 Élaborer une stratégie diplomatique coordonnée pour non seulement intensifier la pression régionale et internationale afin que Joseph Kabila organise une transition démocratique crédible, mais aussi pour offrir à ce dernier une stratégie de sortie.
 Coordonner la communication publique autour des réussites et des échecs du gouvernement congolais dans l'atteinte d'indicateurs électoraux de référence, ainsi que les conséquences qui doivent en découler.

L’Union européenne doit :
 Modifier ses sanctions contre le Congo pour cibler les individus corrompus, notamment par l'ajout de critères de désignation comme le détournement des biens de l'État, l’expropriation de ressources privées dans un intérêt personnel, la corruption liée aux marchés publics ou à l'extraction de ressources naturelles, ou encore les pots-de-vin et le transfert ou la facilitation du transfert des produits de la corruption.

Le Conseil de sécurité des Nations Unies doit :
 Modifier la liste des critères de sanctions contre le Congo pour y ajouter 1) l’obstruction du processus démocratique, 2) la participation à
des activités financières illicites, y compris la corruption.

L’Union africaine et le Conseil de sécurité des Nations Unies doivent :
 Adopter une résolution forte exigeant une transition démocratique crédible et transparente au Congo, dans la lignée de l'accord du 31
décembre 2016 dit « Accord de la Saint-Sylvestre ». La résolution doit également exiger l’adoption de mesures tangibles par les cellules régionales de renseignement financier pour mettre en œuvre les directives du GAFI en matière de lutte contre le blanchiment d'argent, en mettant l'accent sur le blanchiment des produits de la corruption.

Les États-Unis doivent :
 Prendre des mesures spéciales sur l’USA PATRIOT Act et les directives d'autres autorités œuvrant dans la lutte contre les institutions financières impliquées dans le blanchiment des produits de la corruption au Congo.
 Renforcer l’engagement des membres haut placés du gouvernement congolais.
 Poursuivre les efforts de communication publique dénonçant l'opacité et les actes de répression violente caractérisant le processus de préparation électorale.
 S’appuyer sur le Département d'État, et sur les textes de loi existants comme la proclamation présidentielle 7750, pour interdire la délivrance des visas pour motif de corruption aux membres influents du cercle de Joseph Kabila, y compris parmi sa famille, ses collaborateurs proches et ses associés financiers.

La communauté des donateurs doit :
 Financer et soutenir les efforts des groupes de la société civile œuvrant pour le respect du processus électoral, mais aussi augmenter l'aide aux groupes de la société civile qui soutiennent le processus démocratique."

Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE POUVOIR, L’OPPOSITION ; OÙ VA LE CONGO ? LE FCC, L’ARMÉE... ET OÙ SE TROUVE ALORS CE CONGO UNI ET DÉMOCRATIQUE, SOUVERAIN ET FORT, RESPONSABLE ET GAGNANT ???

Message  ndonzwau le 20/9/2018, 12:31 am

"Machine à voter en RDC: les recommandations des experts britanniques
° http://www.rfi.fr/afrique/20180918-machine-voter-rdc-recommandations-experts-britanniques
En RDC, les experts qui ont analysé les machines à voter ont rendu leur rapport lundi 17 septembre. Des experts de l'organisation britannique Westminster Foundation for Democraty ont été missionnés à la demande de la Commission électorale. Ces machines à voter doivent être utilisées pour les élections présidentielle, législatives et provinciales du 23 décembre, mais elles sont très critiquées par l'opposition qui craint des fraudes et des dysfonctionnements. Pour les experts britanniques, il manque trop d'éléments pour analyser dans son ensemble ces machines.

Selon ses experts, leur évaluation de la machine à voter n'est pas exhaustive puisqu'ils n'ont pas eu la possibilité de réaliser un audit et une certification du logiciel et du matériel. L'étude s'est donc limitée aux fonctionnalités de cette machine et aux caractéristiques du matériel et du logiciel telles qu'exposées par la Céni.
Au total, 15 recommandations ont été faites pour, « atténuer les risques dont l'impact et la probabilité sont les plus élevés ». Les experts recommandent par exemple que soient désactivés les communications externes, carte SIM et wifi, jusqu'au moment où ceux-ci seront nécessaires. Ils proposent aussi que le nombre maximum des bulletins de vote par machine soit limité à 660 pour « empêcher un excès de votes ».

Pour sa part, la Conférence épiscopale nationale du Congo encourage la Céni à plus d'ouverture. « Parce qu’elle n’a rien à cacher, et je pense qu’elle a tout à gagner », estime l'abbé André Masinganda, le premier secrétaire général adjoint de la Cenco.
Pour Norbert Basengezi, vice-président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), les recommandations seront prises en compte : « Ce rapport est pour la Céni une contribution technique à exploiter. Je vous rassure que la Céni s’est engagée à prendre en compte toutes les recommandations ».
Au total, 106 000 machines sont prévues par la Céni pour ces élections. Elles seront réparties dans environ 80 000 bureaux de vote."



"Machines à voter : les réserves et recommandations des experts britanniques
° http://www.forumdesas.org/spip.php?article17074
A en croire le vice-président de la CENI, Norbert Basengezi, c’est hier mardi 18 septembre que la dernière machine à voter a quitté la Corée du sud pour la RDC. Au total, ce sont 106.000 machines qui sont prévues pour les élections de décembre prochain.

Mais en attendant, la polémique autour de cet appareil n’en finit pas d’enfler. Plus particulièrement au sein de la classe politique congolaise.
A la demande de la CENI, des experts de la Fondation britannique Westminster ont recommandé notamment que soient désactivées les communications externes (carte sim et wifi) jusqu’au moment où celles-ci sont nécessaires.
Il proposent aussi que le nombre maximum de bulletins de vote soit limité à 660 par machine, question d’éviter qu’il y ait un excès de vote.
Plus globalement, ces experts reconnaissent que leur évaluation de la machine à voter n’est pas exhaustive, car ils n’ont pu réaliser un audit et une certification du logiciel et du matériel. Leur travail s’étant limité aux fonctionnalités de cette machine et aux caractéristiques du matériel et du logiciel tel que présentées par la Centrale électorale congolaise.
Tout bien considéré, les experts britanniques ont fait la part du travail qui leur a été donné d’effectuer. La CENI, par la bouche de son vice-président, a déclaré qu’elle tiendra compte des suggestions et recommandations des experts britanniques.

CI-DESSOUS LES RECOMMANDATIONS DE LA FONDATION WESTMINSTER SUR LA MACHINE A VOTER

1.désactiver les communications externes (carte sim et Wifi) jusqu’au moment où celles-ci sont nécessaires ;
2. recouvrir tous les ports externes (soit modifier les volets de production, soit boucher les ports USB exposés) ;
3.limiter le nombre maximum de bulletins par machine à 660 pour empêcher un excès de vote ;
4. supprimer la fonction d’impression de code QR ;
5. veiller à ce que les bulletins de vote insérés de façon incorrecte ne produisent pas de vote manuel invalide ;
6. limiter les données sur l’USB à l’échelon provincial ;
7. réviser le processus de confirmation du code pour éliminer la fonction permettant d’enregistrer de vote lorsque l’électeur touche la photo du candidat ;
8. élaborer et diffuser les directives procédurales claires concernant le rôle des machines à voter, en plus de protocole concernant leur maniement, configuration et administration ;
9. réexaminer le processus de distribution pour réduire la période de temps pendant laquelle la machine est sous la garde du personnel du bureau de vote ;
10. inviter les représentants des partis politiques et observateurs au centre de distribution ;
11. impliquer les témoins des partis politiques et les observateurs dans le contrôle préalable ;
12. préparer des plans opérationnels détaillés pour remplacer les matériels et les disques externes ;
13. organiser les simulations pour permettre aux personnels des bureaux de vote d’acquérir de l’expérience dans l’utilisation des machines ;
14. se préparer aux files d’attente et s’engager à laisser voter les électeurs encore dans la file d’attente à la clôture du scrutin ;
15. créer un fichier long, distinct pour permettre un audit. FDA

La Fondation Westminster pour la démocratie en question

La Westminster Foundation for Democracy (WFD) est l’organisme public britannique dédié à la démocratie dans le monde.
La WFD travaille en partenariat avec les partis politiques, les parlements, les institutions d’audit électoral et financier britanniques pour aider plus de 30 pays en développement à rendre leurs gouvernements plus équitables, plus efficaces et plus responsables.
Les initiatives de la DCE incluent : aider à protéger les femmes contre la violence au Moyen-Orient , rendre la politique plus inclusive en Afrique, consolider les institutions démocratiques en Asie et instaurer la confiance dans la démocratie dans les Balkans occidentaux .
Au nom du Royaume-Uni, WFD recrute des observateurs électoraux internationaux et dirige le Partenariat du Commonwealth pour la démocratie (CP4D) , une initiative britannique visant à soutenir l’engagement politique des minorités et des groupes vulnérables dans les pays en développement du Commonwealth.
Plus de 25 ans après sa création, WFD emploie plus de 100 personnes dans 27 bureaux, de Caracas à Vientiane. Un nouveau cadre stratégique , récemment approuvé par le gouvernement britannique, engage la Fondation à se concentrer sur la société civile et les institutions indépendantes et à adopter les dernières innovations en matière de conception et de mise en œuvre de programmes.
WFD est membre du Partenariat européen pour la démocratie (EPD) , l’organisation faîtière des organisations européennes d’aide à la démocratie basée à Bruxelles."



"« Machine à voter » en RDC: des Britanniques identifient 15 « risques à atténuer »
° https://afrique.lalibre.be/24531/machine-a-voter-en-rdc-des-britanniques-identifient-15-risques-a-attenuer/
Des experts britanniques ont identifié lundi quinze « risques à atténuer » dans l’utilisation de la « machine à voter », qualifiée de « machine à tricher » par l’opposition et la société civile qui demandent son abandon d’ici les élections prévues le 23 décembre 2018 en République démocratique du Congo. Les experts de l’organisation britannique « Westminster fondation for democraty » ont analysé les fonctionnalités de la machine à voter, à la demande de la Commission électorale nationale indépendante (céni), a annoncé John Murton, ambassadeur de la Grande-Bretagne en RDC.

La machine à voter est un écran tactile de fabrication sud-coréenne que la Céni veut utiliser le 23 décembre pour permettre aux électeurs de choisir les candidats et d’imprimer ensuite les bulletins de vote du candidat sélectionné.
Dans leurs recommandations, les experts invitent la Céni notamment à « désactiver » le dispositif « des communications externes (carte sim et Wifi) » entre la machine et des tiers, « jusqu’au moment où celles-ci sont nécessaires », c’est-à-dire pour la transmission des résultats.
Ils ont aussi recommandé de recouvrir tous les ports externes, limiter à 660 le nombre maximum de bulletins autorisés sur chaque machine pour empêcher des fraudes, et de s’assurer que des bulletins de votes insérés de façon incorrecte ne produisent pas de votes invalides.
« La Céni trouve ce rapport objectif », selon Norbert Basengezi, son vice-président.

La démonstration des experts a aidé à « démystifier la machine à voter », a déclaré l’abbé André Masinganda, l’un des porte-parole de l’épiscopat catholique.
« Nous n’avons pas certifié ou validé la machine à voter », prévient le rapport des experts britanniques.
« La machine à voter viole la loi puisqu’elle donne lieu à un vote électronique interdit par la loi électorale », a tempêté le député d’opposition Baudoin Mayo de l’Union pour la nation congolaise (UNC), invitant à « son abandon ».
Quelque 106.000 machines doivent bientôt être déployées dans tout le pays où 40 millions d’électeurs sont enregistrés.
En avril, l’ambassade de Corée du Sud à Kinshasa avait estimé que les « machines à voter » fabriquées par la société coréenne Miru Systems n’étaient pas suffisamment fiables.​"




"RDC : Répression d’une manifestation pro-Katumbi à Kinshasa"
° https://afrique.lalibre.be/24520/rdc-repression-dune-manifestation-pro-katumbi-a-kinshasa/
° https://afrique.lalibre.be/24482/rdc-des-actions-en-vue-pour-dire-non-a-linsecurite-a-goma/


"La CENI rassure « La date du 23 décembre 2018 est irréversible »"
Evil or Very Mad  Twisted Evil  Embarassed  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  silent  silent  silent  silent  silent
° http://groupelavenir.org/la-ceni-rassure-la-date-du-23-decembre-2018-est-irreversible/


"Ultime solution pour des élections apaisées en RDC : Kengo wa Dondo, président intérimaire"
Evil or Very Mad  Twisted Evil  Embarassed  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Question  Question  Question
° https://lepotentielonline.net/2018/09/19/ultime-solution-pour-des-elections-apaisees-en-rdc-kengo-wa-dondo-president-interimaire/


"Elections : tous les courants politiques doivent s’exprimer librement dans les médias congolais, souhaite le CSAC"
° https://www.radiookapi.net/2018/09/19/actualite/politique/elections-tous-les-courants-politiques-doivent-sexprimer-librement


"La RDC tend vers la création d’une structure nationale de lutte contre la cybercriminalité"
° https://lepotentielonline.net/2018/09/19/la-rdc-tend-vers-la-creation-dune-structure-nationale-de-lutte-contre-la-cybercriminalite/

Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE POUVOIR, L’OPPOSITION ; OÙ VA LE CONGO ? LE FCC, L’ARMÉE... ET OÙ SE TROUVE ALORS CE CONGO UNI ET DÉMOCRATIQUE, SOUVERAIN ET FORT, RESPONSABLE ET GAGNANT ???

Message  ndonzwau le 22/9/2018, 4:07 am

"RDCongo: machine à voter: la Ceni ne reconnaît que quelques faiblesses non compromettantes
° https://afrique.lalibre.be/24705/rd-congo-machine-a-voter-la-ceni-ne-reconnait-que-quelques-faiblesses-non-compromettantes/
A la suite de la publication, le week-end dernier, du rapport d’experts britanniques qui ont identifié « 15 risques à atténuer » dans la machine à voter, la Ceni (Commission électorale nationale indépendante) de la République démocratique du Congo (RDC) a publié sa réponse.

Selon un texte daté du lundi 17 septembre titré « Observations et actions correctives prises par la Ceni », cette dernière affirme que pour 5 des risques identifiés par les experts de l’organisation britannique « Westminster fondation for democracy », la correction a « déjà » été apportée. Pour 4 autres, la correction est « déjà prévu(e) ». Pour 3 autres, la Ceni renvoie aux « procédures et mesures d’application ». Pour 2 autres, l’amélioration souhaitée par les experts est « à discuter » et pour la dernière « impossibble pour le moment »; il s’agit de la suggestion de « recouvrir tous les ports externes (soit modifier les volets de production, soit boucher les ports USB exposés ».

Maximiser la confiance

En conclusion générale, la Ceni se félicite que les experts n’aient identifié aucune « faille technologique ou logicielle fondamentale/majeure rendant la machine et son action susceptible d’une défaillance technique, d’une défaillance opérationnelle ou d’une vulnérabilité sécuritaire ». Elle juge que « les experts ont identifié quelques faiblesses non compromettantes et ont formulé des recommandations à cet égard à la Ceni – qui en avait déjà corrigé quelques-unes ».



Et d’assurer: « En ultime instance, le rapport des experts indique qu’un effort conjugué de la Ceni avec toutes les parties prenantes permettrait d’informer et de former les candidats, les électeurs et le public sur l’usage de la machine et sur les dispositions prises pour assurer la transparence, afin de maximiser la confiance dans cet appareil et se conformer aux meilleures pratiques en la matière sur le plan international ».
Rappelons que, sur le plan international, plusieurs avis ont été émis – notamment par Washington – pour dissuader Kinshasa de recourir à cette machine qui soulève la méfiance du corps électoral. La Corée du Sud, pays de fabrication de la machine, a elle-même souligné, auprès de Jeune Afrique, avoir « dûment expliqué au fabricant » des appareils, l’entreprise Miru Systems, « les risques potentiels en cas d’exportation »."



"RDCongo: quand la machine à voter perd les pédales
° https://afrique.lalibre.be/24697/rdcongo-quand-la-machine-a-voter-perd-les-pedales/
Les autorités congolaises ont organisé des séances de « sensibilisation à l’utilisation de la machine à voter » en divers endroits de la République. Mais cela ne se passe pas toujours comme prévu. Pourtant, les autorités sont plus intéressées à étouffer les erreurs qu’à les corriger. Exemple à Idjwi (Sud-Kivu).

Samedi dernier, le 15 septembre, à 11 h du matin, une séance de sensibilisation à l’utilisation de la machine à voter a été organisée dans le bureau de la chefferie Ntambuka à Rambo (territoire d’Idjwi), sur l’île d’Idjwi (Sud-Kivu). Des membres de différentes organisations de jeunes étaient présents. Emmanuel Ndimwiza, de la Lucha (Lutte pour le changement) en était. La Libre Afrique a pu le contacter après avoir été prévenue que des problèmes avaient surgi.

Pas les mêmes résultats que les bulletins papier

« On voulait vérifier si la machine donnait les mêmes résultats que les votes papier. On a émis 20 bulletins papier. Or, la machine en a sorti 23! », raconte le jeune homme à La Libre Afrique. « Les trois voix supplémentaires se sont ajoutées à deux des candidats à la présidentielle » fictive utilisée pour la démonstration: « le candidat n°4, Kakese Malela François, a eu 4 voix au lieu de deux lors du vote papier. Et le candidat n°10, Mukendi Kamama Josué, en a eu 2 au lieu d’une sur les bulletins papier ».
« Nous avons alors contacté le chef d’antenne de la Ceni » (Commission électorale nationale indépendante) « qui a dit que c’était dû à une mauvaise utilisation de la machine à voter », poursuit le militant de Lucha.
Que se passera-t-il si cette « mauvaise utilisation » se reproduit le jour du vote – dans un pays où les analphabètes sont 27%, où une proportion beaucoup plus grande de la population est peu familiarisée avec l’informatique et où les problèmes de courant électrique sont quotidiens?



L’ANR à la recherche de ceux qui posent des questions

« Le chef d’antenne nous a alors dit que c’était des rumeurs », poursuit l’interlocuteur de La Libre Afrique. « Il a ajouté qu’on savait que les organisations de jeunes étaient contre les machines à voter. Comme on insistait, il nous a dit de ne plus toucher à la machine ».
A la suite de cet échange, l’ANR (Agence nationale de Renseignement) – crainte pour ses exactions et dont le chef, Kalev Mutomb, est l’objet de sanctions de l’Union européenne, de la Suisse et des Etats-Unis pour son rôle dans la répression politique – a envoyé des agents à la chefferie Ntambuka « pour récupérer la machine. Comme ils ont demandé tous nos contacts pour nous localiser, nous avons jugé plus prudent de fuir », ajoute Emmanuel Ndimwiza. « Nous sommes dans une insécurité totale », a-t-il précisé."



"Appels sur l'actualité
[Vos réactions] RDC : le pays sera-t-il prêt le Jour J ?

° http://www.rfi.fr/emission/20180920-vos-reactions-rdc-le-pays-sera-il-pret-le-jour-j


"Les jours approchent !
° https://laprosperiteonline.net/2018/09/19/les-jours-approchent/


"Claudel Lubaya : "A 95 jours des élections, la CENI entre rébellion et respect de la loi ""(Tribune)
° https://actualite.cd/2018/09/20/claudel-lubaya-95-jours-des-elections-la-ceni-entre-rebellion-et-respect-de-la-loi


"RDCongo: nouveau soupçon de tricherie électorale
° https://afrique.lalibre.be/24664/rdcongo-nouveau-soupcon-de-tricherie-electorale/
Alors que la Commission électorale nationale indépendante (CENI) de République démocratique du Congo (RDC) a réceptionné mardi un premier lot de près de 18.000 isoloirs pour les élections du 23 décembre prochain, un nouveau soupçon surgit au sujet d’une possible tricherie.

C’est bien connu: on ne prête qu’aux riches. Après les fraudes électorales massives de 2011, qui ont maintenu le président Joseph Kabila au pouvoir – après un scrutin jugé par les observateurs « non crédible » – les Congolais surveillent de près la Commission nationale électorale indépendante (CENI). C’est celle de 2011, en effet, qui avait été le pilier de la fraude.

« Atténuer le risque » de tricherie

Le vice-président de celle-ci a réceptionné le 18 septembre 17.944 isoloirs où seront installées les machines à voter imposées par la Ceni bien qu’elles soient jugées illégales par l’opposition. En début de semaine, des experts britanniques de la Westminster Fondation for Democracy ont rendu leur rapport sur ces machines controversées, accusées par l’opposition d’être prévues pour organiser une tricherie électorale en faveur du candidat du pouvoir sortant, Emmanuel Ramazani Shadary, président du parti kabiliste PPRD.
Si les kabilistes présentent volontiers ce rapport comme « favorable » (« des experts britanniques donnent leur quittus », titrait lundi l’Avenir, kabiliste), la réalité est tout autre: les experts britanniques indiquent 15 modifications à apporter à l’utilisation annoncée de cette machine pour « atténuer le risque » de tricherie.
Alors que rien encore n’indique que la Ceni soit disposée à apporter ces modifications, un bon connaisseur des élections congolaises souligne, pour La Libre Afrique, un point passé jusqu’ici inaperçu.

Autant de fois qu’il veut

Le 24 décembre dernier, à la Noël, une modification a été apportée à l’article 58 de la loi organisant les élections. Jusque-là, le texte prévoyait qu' »aucun électeur ne peut porter assistance à plus d’un électeur » lors du vote. Cet alinéa a été supprimé.
En raison de la difficulté qu’éprouveront des millions de Congolais non familiarisés avec l’informatique pour voter avec la machine, ils auront besoin d’aide pour exprimer leur vote. Ce sera fait, dans l’isoloir, très probablement par des techniciens de la Ceni. Et pour autant d’électeurs qu’ils le voudront puisqu’il n’y a désormais plus de limite à cette aide.
Bien sûr, un papier imprimé confirmera le vote. Mais combien de ruraux et/ou d’analphabètes vont y réagir et oser protester si le vote imprimé n’est pas celui qu’ils avaient souhaité? Car protester signifiera une longue discussion, une annulation du vote contesté et un nouveau vote à émettre – alors que de longue files d’attente sont prévues devant les bureaux de vote."


Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE POUVOIR, L’OPPOSITION ; OÙ VA LE CONGO ? LE FCC, L’ARMÉE... ET OÙ SE TROUVE ALORS CE CONGO UNI ET DÉMOCRATIQUE, SOUVERAIN ET FORT, RESPONSABLE ET GAGNANT ???

Message  ndonzwau le 25/9/2018, 12:28 am

"RDC: Les catholiques, l’opposition et la société civile dans la rue pour réclamer le retrait de la machine à voter"
° https://www.politico.cd/actualite/2018/09/24/rdc-les-catholiques-lopposition-et-la-societe-civile-dans-la-rue-pour-reclamer-le-retrait-de-la-machine-a-voter.html

"RDC : le CLC projette une campagne contre la machine à voter"
° https://actualite.cd/2018/09/24/rdc-le-clc-projette-une-campagne-contre-la-machine-voter

"RDC: les machines à voter accusent du retard"
° http://www.rfi.fr/afrique/20180922-rdc-machines-voter-retard-inquietude-elections

"RD Congo: une machine à voter ou machine à tricher?
° http://plus.lesoir.be/180053/article/2018-09-23/rd-congo-une-machine-voter-ou-machine-tricher


"Processus électoral : « l’heure n’est plus au recul », selon Jean-Lucien Bussa"
° https://www.radiookapi.net/2018/09/23/actualite/politique/processus-electoral-lheure-nest-plus-au-recul-selon-jean-lucien-bussa

Compatriotiquement!


# Si haut que l'onya soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE POUVOIR, L’OPPOSITION ; OÙ VA LE CONGO ? LE FCC, L’ARMÉE... ET OÙ SE TROUVE ALORS CE CONGO UNI ET DÉMOCRATIQUE, SOUVERAIN ET FORT, RESPONSABLE ET GAGNANT ???

Message  ndonzwau le 28/9/2018, 11:41 pm

La valse des « projets de société » et des « programmes de gouvernement » des candidats à la présidentielle continue. Auparavant même le exclus et invalidés comme Katumbi, Muzitu et Bemba s’y étaient collés, aujourd’hui ce sont les admis qui y planchent : après Badibanga, Tshilombo et Fayulu voici Matungulu et Kamerhe. Je n'ai pas trace de ceux du dauphin..

Je n’ai pas non plus encore eu le courage de les consulter mais déjà mon avis est que ce sont des textes, leur application et la pratique sont plus importantes mais comment les dénicher à ce stade ? Pourquoi pas d’abord se fier à l’expérience de chacun et pour l’heure sa capacité à défendre ses choix et pourquoi pas des débats ouverts entre eux comme devant des primaires soumises à l’examen des électeurs.
Sinon les réels 'projets de société' se confondent ici avec des vrais 'programmes de gouvernements. Entre les deux moi je privilégie forcément les derniers dans la mesure où ils sont censés entrer dans le détail et le concret de la politique qu’ils entendent mener sur les différents secteurs de la vie nationale tandis que les premiers sont en fait des visions générales de l’organisation et du fonctionnement de la société basées sur ses convictions éthiques et idéologiques.

Dans notre cas où les différences idéologiques sont moins prégnantes et en ces temps où celles-ci sont en pertes de vitesse, si on y ajoute  que dans un pays post-conflit et sous autocratie, la différence entre projets de société respectifs est encore plus évanescente dans la mesure où le « changement », la « reconstruction du pays » sont la priorité pour qui aura pris au sérieux son prochain éventuel rôle à la tête du pays...

Quels sont alors les meilleurs projet de société et programme de gouvernement entre ceux de Badibanga, Tshilombo, Fayulu, Matungulu, et Kamerhe ?
Les Congolais devraient aussi les choisir sur cette base mais combien sommes-nous intéressés à les examiner et les comprendre ? Hélas nos critères de choix sont souvent ailleurs, sur la proximité ethno-régionale ou sur ce que nous percevons de la personnalité du candidat. Dommage, ce n'est pas assez !


"CANDIDAT PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE
Projet de SocFreddy Matungulu présente un budget quinquennal de 74 milliards de dollarsiété du candidat Président de la République Pr. Freddy Matungulu

° http://forumdesas.org/spip.php?article17179
*Le projet de société de CNB/SYENCO estime le coût d’un programme réaliste de la reprise de l’économie congolaise à 74 milliards USD pour le quinquennat 2019-2023, soit une moyenne annuelle de 14.8 milliards USD. Ce montant comprend 52 milliards USD de Budget de l’Etat, ou 10,4 milliards USD par an.

"Créer une croissance partagée durable et restaurer la dignité de la RDC", l’ambitieux projet de société de CNB/SYENCO du Pr Freddy Matungulu a été présenté au public hier mercredi 26 septembre à Kinshasa. La cérémonie a eu lieu à Notre Dame de Fatima devant plusieurs invités mais aussi les militants et cadres de la "Synergie électorale notre Congo" (Syenco), le regroupement politique qui porte la candidature du Pr Freddy Matungulu à la présidentielle du 23 décembre prochain.


Freddy Matungulu ambitionne, via ce projet de société de CNB/SYENCO, contribuer à remettre la RDC sur la voie d’une société de responsabilité sociale pour laquelle il s’est engagé en politique. Car sans un tel environnement, affirme l’ancien ministre de l’Economie, des Finances et du Budget de la RDC, "point de progrès économique et, donc, point de progrès social."
L’ancien haut-fonctionnaire du FMI explique que cette vision et ce projet de société résultent des réponses qu’il donne à une série de questionnements qu’il se pose. Premières questions. "Où sommes-nous ? Et où allons-nous ? Autrement dit, quelle est la situation actuelle de l’économie et de la société congolaises ? Et où risquent d’aller cette économie et cette société, si rien n’est fait pour remédier aux maux qui les rongent présentement ?"
La deuxième question que Matungulu se pose est celle-ci : "Que faire pour bâtir une économie et une société congolaises prospères et bénéfiques à l’ensemble de la population de notre pays." Les propos du Pr Matungulu tourne autour des réponses à ces deux questionnements, dont les premiers posent le diagnostic qui identifie les maux et les dynamiques qui minent l’économie et la société congolaise. C’est en répondant au deuxième questionnement qu’il décline sa vision et le projet de société qui sont susceptibles d’aider ses compatriotes à bâtir un Congo nouveau.
Lire ci-dessous, les grandes lignes du projet de société de CNB/SYENCO dénommé "Créer une croissance partagée durable et restaurer la dignité de la RDC".




INTRODUCTION
1. Les habitants de la République démocratique du Congo (RDC) vivent dans une pauvreté abjecte. D’après les dernières enquêtes, près de deux tiers de la population vit en deçà du seuil de pauvreté de 2,5 dollars par jour. Et tout le monde sait que la RDC est toujours classée parmi les derniers pays au monde sur l’échelle du développement humain.
2. La RDC combine un faible revenu par habitant, un taux de scolarité bas et une espérance de vie d’une cinquantaine d’années seulement, comparée à au moins 60 ans de moyenne africaine.
3. Cette situation désastreuse de l’économie et de la société congolaise est certes due à des causes multiples. Mais le chômage, qui frappe la majorité de la population active, demeure le principal facteur de risque à la pauvreté. Le maque de travail et donc de revenu, empêche d’accéder aux biens et services sociaux de base que sont, en particulier, la santé, l’éducation, l’eau potable, l’électricité, et le logement décent.
4. [...]
PROJET DE SOCIETE ET VISION CNB/SYECO
1. Cette vision est celle du vrai changement, de la mise en place d’un nouveau contexte national de reconnaissance des vertus du travail bien fait. Elle vise a engager la ROC sur la voie de changements fondamentaux dans la gouvernance politique et économique, notamment en rétablissant l’éthique de la responsabilité dans la vie publique, changements qui permettent au peuple congolais de mettre en œuvre des réformes propices à la stabilité macroéconomique, à une croissance économique partagée soutenable, et à la justice sociale.
2. Basé sur cette vision, le projet de société comporte trois parties principales, à savoir :
a. Reconstruire la démocratie et assurer le respect de l’Etat de droit et reconquérir la paix et la sécurité intérieures pour créer un environnement favorable à la reprise du travail et au progrès économique et social ;
b. Redresser l’économie par la diversification sectorielle et l’intégration spatiale du territoire ; c. Relever les défis du social et de la solidarité nationale.

RECONSTRUCTION DE LA DEMOCRATIE ET DE L’ETAT DE DROIT, ET RECONQUETE DE LA PAIX ET LA SECURITE
1. La création d’un contexte favorable à l’investissement productif est aujourd’hui question de vie ou de mort pour la ROC car sans un tel environnement, point de progrès économique et social. Les efforts y afférents doivent porter notamment sur la reconstruction de la démocratie qui vise à redonner au peuple congolais, directement ou par l’intermédiaire de ses dignes et vrais représentants élus, un droit de regard sur la façon dont le pays est géré, y compris sur le choix des gestionnaires dans tous les grands domaines de la vie publique.
2. En effet, un dirigeant qui sait que sa survie politique dépend de la sanction que lui réservent 1 électeur s’assurera bien que sa gestion cherche en permanence à trouver des solutions aux pro-J blêmes de ses administrés. Les congolais sont encore loin de réunir cette condition institutionnelle fondamentale. Ainsi, la plupart des provinces et autres secteurs de la vie nationale sont entre mains de cadres ou sympathisants du PPRD et partis politiques alliés qui n’avaient pourtant réalisé les meilleurs résultats aux dernières élections organisées dans le pays.
3. Le Congo doit se hâter de résoudre ce problème, faire en sorte que les équipes dirigeantes ! Tous les échelons du pouvoir soient le reflet du vote des citoyens et se sentent bien redevables i ’ ceux-ci. C’est à cette condition que les tenants du pouvoir pourront enfin commencer à travail pour le congolais électeur, lui qui est le vrai maitre des ressources du pays. Ainsi, remis à place, les dirigeants pourront véritablement faire de la lutte contre la corruption et l’amélioration des conditions de vie de tous, leur cheval de bataille.
4.[...]
CONSTRUCTION D’UNE ECONOMIE A CROISSANCE INCLUSIVE
1. La deuxième partie du projet de société CNB/SYENCO porte sur le redressement économique dans un contexte économique et sécuritaire réinventé et plus propice aux affaires. La stratégie qui fonde ce redressement consiste à bâtir une économie à croissance inclusive.
2. Comme il se doit, l’inclusivité de la croissance doit revêtir trois dimensions : la diversification économique, l’intégration spatiale du pays, et la reconnaissance de la solidarité nationale comme valeur de premier plan.
3. Ces trois dimensions de l’inclusivité fondent les trois piliers d’orientations et des actions de redressement économique retenues dans le projet de société CNB/SYENCO.
4. [...]"


"Candidat à la présidentielle : avec 74 milliards USD, Matungulu prêt à bâtir un nouveau Congo
° http://www.lephareonline.net/candidat-a-presidentielle-74-milliards-usd-matungulu-pret-a-batir-nouveau-congo/
Candidat à la course de fond de décembre 2018, Freddy Matungulu a choisi la paroisse Notre Dame de Fatima, à Gombe, et la date du 26 septembre 2018 pour présenter son projet de société aux sociétaires de son parti, Congo na Biso, et de la plate-forme électorale Synergie Electorale Notre Congo, dont il est l’animateur principal et aux invités.

La capricieuse sonorisation d’hier à Fatima n’a pas douché l’ardeur des militants et sympathisants qui ont exprimé leur attachement à leur leader en scandant son nom ou autres phrases en son honneur. Etaient aussi là Vital Kamerhe de l’UNC, Fidèle Babala du MLC…
Connu pour sa verve oratoire, ce présidentiable a parlé pendant une heure. Il s’est posé la question suivante : Où va le Congo ?  On retient de son projet de société qu’il repose   sur trois axes et est chiffré à 74 milliards des dollars USD pour une période de cinq ans.
Son diagnostic est que la RDC a une économie de rente et a in térêt à diversifier son système économique.  Sa vision repose sur trois axes :
Créer un contexte institutionnel et sécuritaire pour attirer de potentiels investisseurs, construire une économie à  croissance inclusive et relever  les défis sociaux et  de la solidarité nationale. Volontariste, il rêve de créer des hôpitaux modernes dans toutes les provinces du pays, d’assurer l’interdépendance  régionale de notre espace national, de rendre effective la gratuité de l’enseignement primaire et de l’étendre  au niveau secondaire, de moderniser  l’enseignement supérieur, d’avoir une Police et  une armée restructurées,  conformes à la taille de la RDC. Autres intentions déclinées : l’installation d’une base militaire au Nord- Kivu, la lutte implacable contre les antivaleurs, la création d’une Haute
Autorité Président Kasa-Vubu, une instance censée récompenser les fonctionnaires honnêtes.  Et  a fait état de la nécessité de revenir à
une présidentielle à deux tours. Bref, selon lui, le  Congo est à remodeler de fond en comble.

Pendant les échanges, il a répondu à une question sur la CENi et évoqué le nom de  l’abbé Nshole comme une des personnalités pouvant
redorer l’image de cette institution. Quant à l’élément nouveau qu’il apporte pour se démarquer d’autres présidentiables, il a révélé qu’on
a trois catégories de candidats. Il  y a ceux qui ne sont jamais allés à la cuisine et promettent monts et merveilles aux électeurs; des
personnes ayant géré le pays en laissant une mauvaise image derrière elles et des candidats qui avaient été aux affaires et se sont bien
tirés d’affaire. Pour sa part, il fait partie de cette dernière catégorie. Il a redit sa foi en l’idée d’une candidature unique de l’opposition.
Economiste  de renom et ancien étudiant de prestigieuses universités américaines, il avait fait la ronde des cabinets ministériels et « atterri » au FMI. Ministre de l’Economie, Finances et Budget de 2001-2003 et évitant de se salir, il avait rendu le tablier et réintégré le FMI qu’il quittera de nouveau en 2014.




CREER UNE CROISSANCE PARTAGEE DURABLE ET RESTAURER LA DIGNITE DE LA RDC
INTRODUCTION[...]"


"RDC : le candidat Matungulu présente son projet de gouvernance évalué à 74 milliards USD
° https://www.radiookapi.net/2018/09/27/actualite/politique/rdc-le-candidat-matungulu-presente-son-projet-de-gouvernance-evalue
Freddy Matungulu, candidat de la Synergie électorale notre Congo (SYENCO) à l’élection présidentielle de décembre a présenté mercredi 26 septembre à Kinshasa son projet de société évalué à 74 milliards USD.
Pour Freddy Matungulu, son projet de société vise entre autres une croissance économique inclusive et durable, génératrice des emplois et des revenus.

« Le projet de société Congo na biso-SYENCO estime le coût d'un programme réaliste de la reprise de l'économie congolaise à 74 milliards USD pur le quinquennat 2019-2023 soit une moyenne annuelle de 14, 8 milliards USD. En résumé, le projet de société Congo na Biso comporte trois grands axes:


  • créer un contexte institutionnel et sécuritaire de responsabilité favorable aux investissements ;
  • bâtir une économie de forte croissance inclusive, créatrice de nouvelles opportunités d'emplois et des revenus,
  • affronter les défis du social et de la solidarité nationale grâce à des politiques sociales d'éducation et de santé  volontariste », a expliqué Freddy Matungulu.


Pour lui, le projet de société n'est pas une fin en soi. Il ne devient « réalité tangible que quand il est bien exécuté »."


"RDC-Présidentielle : Freddy Matungulu présente un budget quinquennal de 74 milliards de dollars"
° https://actualite.cd/2018/09/26/rdc-presidentielle-freddy-matungulu-presente-un-budget-quinquennal-de-74-milliards-de
° https://www.congotribune.net/rdc-le-candidat-matungulu-presente-son-projet-de-gouvernance-evalue-a-74-milliards-usd/
° https://cas-info.ca/2018/09/le-projet-de-societe-de-freddy-matungulu-se-chiffre-a-74-milliards-de-dollars/
° http://7sur7.cd/new/rdc-presidentielle-f-matungulu-presente-un-programme-de-gouvernance-chiffre-a-74-milliards-de-dollars-sur-5-ans-en-raison-de-148-milliards-lan/

"Présidentielle 2018 : Freddy Matungulu veut des hommes et femmes qu’il faut à la place qu’il faut !"
° https://laprosperiteonline.net/2018/09/26/presidentielle-2018-freddy-matungulu-veut-des-hommes-et-femmes-quil-faut-a-la-place-quil-faut/


"Projet de société de F. Matungulu : 74 milliards pour relancer la RDC en insistant sur l'intégrité"





"Présidentielle: Kamerhe a présenté son programme chiffré à 114 milliards de dollars
° https://actualite.cd/2018/09/28/presidentielle-kamerhe-presente-son-programme-chiffre-114-milliards-de-dollars
Candidat à la présidentielle, Vital Kamerhe, président de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC), a présenté son programme de gouvernance, ce vendredi 28 septembre, au Centre interdiocésain, dans la commune de la Gombe.

Intitulé « J'aime le Congo, nous aimons le Congo », le programme de Kamerhe est chiffré à 114 milliards de dollars. Ce programme prône l'instauration d'un nouveau leadership responsable, visionnaire et rassembleur sur la refondation de l'Etat.
«La RDC est une chance pour l'humanité. A travers ce programme, nous voulons réveiller cet éléphant qui est en train de dormir à cause du leadership actuel. Nous avons tout pour nourrir l'Afrique. Tout pour être parmi les nations puissantes. Tout pour que le peuple soit dans de bonnes conditions. Mais, malheureusement, il y a le leadership qui pose problème », a expliqué le président de l’UNC.
Estimant incarner une alternative crédible du changement, Vital Kamerhe déclare que les 20 piliers qu'il propose dans son programme, sont destinés à redresser le pays.
Ci-dessous les 20 piliers du programme de Vital Kamerhe :
- L'instauration d'un nouveau leadership, responsable, visionnaire et rassembleur,
- La refondation de l'Etat
- La sécurité et la restauration de la paix
- Lutte contre la corruption et la concussion et l'impunité
- Éducation
- Santé
- Jeunesse, sports et loisirs
- La femme
- L'assainissement des finances publiques et la réforme du système bancaire
- L'agriculture
- L'environnement et la lutte contre le changement climatique
- La gestion de l'eau
- L'énergie propre, renouvelable et non polluante
- Les mines et les hydrocarbures
- Améliorations du climat des affaires et la diversification de l'économie
- L'emploi
- La modernisation des infrastructures et l'aménagement du territoire
- Les logements sociaux et affaires foncières
-  Le social
- La culture et les arts."


"Développement de la RDC : Kamerhe présente un projet de 114 milliards $ sur 5 ans, détaillé en 20 piliers"
° http://7sur7.cd/new/developpement-de-la-rdc-kamerhe-presente-un-projet-de-114-milliards-sur-5-ans-detaille-en-20-piliers/

° https://www.rdc-news.com/single-post/2018/08/05/Congr%C3%A8s-Success-Story-Kamerhe-candidat-pr%C3%A9sident-avec-un-programme-chiffr%C3%A9-%C3%A0-114-milliards-Usd
° http://zoom-eco.net/a-la-une/rdc-vital-kamerhe-affiche-lambition-de-mobiliser-120-milliards-usd-en-cinq-ans/
° https://www.africa24tv.com/fr/linvite-du-jour-vital-kamerhe-rdc


"Présidentielle 2018 :Les 12 piliers du programme de gouvernement de Vital Kamerhe"




"RDC : dix choses à savoir sur Vital Kamerhe, candidat à la présidentielle"
° https://www.jeuneafrique.com/mag/632699/politique/rdc-dix-choses-a-savoir-sur-vital-kamerhe-candidat-a-la-presidentielle/
"RDC : Vital Kamerhe, ou l’art du rebond"
° https://www.jeuneafrique.com/mag/538573/politique/rdc-vital-kamerhe-ou-lart-du-rebond/

"RDC : «Notre peuple a été chosifié», dénonce le candidat Vital Kamerhe"
° http://geopolis.francetvinfo.fr/rdc-notre-peuple-a-ete-chosifie-denonce-le-candidat-vital-kamerhe-203435


"A trois mois de la présidentielle en RDC, l’opposition se cherche toujours"
° https://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/09/14/a-trois-mois-de-la-presidentielle-en-rdc-l-opposition-se-cherche-toujours_5355288_3212.html



"RD Congo : et si l'opposition changeait de stratégie ?"
° http://afrique.lepoint.fr/actualites/rd-congo-et-si-l-opposition-changeait-de-strategie-06-08-2018-2241645_2365.php


"RDC-Présidentielle: «les programmes de développement présentés par certains candidats sont irréalistes» – Mabi Mulumba"
° http://deskeco.com/rdc-presidentielle-les-programmes-de-developpement-presentes-par-certains-candidats-sont-irrealistes-mabi-mulumba/


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #


Dernière édition par ndonzwau le 1/10/2018, 11:07 pm, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE POUVOIR, L’OPPOSITION ; OÙ VA LE CONGO ? LE FCC, L’ARMÉE... ET OÙ SE TROUVE ALORS CE CONGO UNI ET DÉMOCRATIQUE, SOUVERAIN ET FORT, RESPONSABLE ET GAGNANT ???

Message  ndonzwau le 30/9/2018, 12:07 am

"RDC : succès populaire pour le premier meeting de l’opposition unifiée
° https://afrique.lalibre.be/25168/rdc-succes-populaire-pour-le-premier-meeting-de-lopposition-unifiee/
Le 29 septembre, l’opposition politique en République démocratique du Congo avait annoncé son premier grand meeting commun.

Le défi était de taille, en cas d’échec de la mobilisation, le front de l’opposition risquait d’imploser et de faire le jeu de la Kabilie.
Vendredi, une fois de plus, le pouvoir en place à Kinshasa a tenté de saboter le rassemblement en déversant du sable et des immondices sur le lieu prévu pour le meeting, à l’ombre du stade des Martyrs et non loin de la plupart des QG des partis politiques.
Une initiative du pouvoir qui rappelait notamment l’organisation du plus long match de l’histoire du football organisé au même endroit par la police lors d’un précédent meeting de l’opposition. Mais cette fois, la manoeuvre n’a pas suffi. Le meeting politique est en cours et la foule est de plus en plus compacte.
Et le peuple de Kinshasa a montré sa détermination car ce samedi, les transports en commun étaient pratiquement invisibles à Kinshasa.



« Problème d’entretien des véhicules », selon la version officielle. « C’est ce samedi que la société Transco a décidé de faire l’entretien de tous ses bus. Ce qui est vrai, et c’est un scandale, c’est qu’il n’y a que 5 fosses en tout et pour tout, pour l’entretien de plus de 500 bus à Kinshasa. C’est évidemment largement insuffisant mais ça ne date pas d’hier et personne ne croit sérieusement que c’est aujourd’hui qu’un problème majeur se pose avec les bus. C’est juste une stratégie pour empêcher les manifestants de rallier le meeting », explique un employé de la société de transports de Kinshasa qui, ce samedi, a « décidé de faire le pied pour soutenir l’opposition. » 
« Cela ne nous a pas empêché de venir’, explique Alphonse, qui l’accompagne. On s’est organisé. Certains sont venus en se serrant comme des sardines dans des véhicules mais la plupart sont venus à pied. Je viens de Limete, je me suis mêlé à un groupe avec des amis. Certains venaient d’au-delà de Masina. On a marché plus de deux heures et plus on avançait, plus on était nombreux », poursuit Alphonse, un trentenaire qui travaille dans l’hôtelerie. « Il faut le changement. La stratégie du pouvoir, on la connaît. Kabila va tout faire pour laisser pourrir la situation. Comme en 2016 mais ça ne marchera plus. On ne croit même plus aux élections et on ne veut pas d’une élection truquée avec la machine à voter. »"



"RDC: l'opposition fait front commun à Kinshasa
° http://www.rfi.fr/afrique/20180929-rdc-opposition-meeting-stade-martyrs-kinshasa

Sept candidats de l'opposition congolaise ont appelé à un meeting unitaire à Kinshasa, le 29 septembre 2018. © Florence Morice/RFI
 
Sept leaders politiques ont appelé les Congolais à se rassembler sur l’esplanade du stade des Martyrs. La police a promis de sécuriser le meeting, lequel était annoncé à 10 h, heure locale, mais qui n’avait toujours pas commencé en début d'après-midi.

A 10h, heure annoncée du début du meeting, les organisateurs étaient encore en train d'installer la tribune, mais quelques centaines de militants étaient déjà présents, ils sont désormais plusieurs milliers. Les chaises installées devant le podium pour accueillir les cadres des partis se remplissent petit à petit. Les leaders ne sont pas encore arrivés.
Etaient annoncés Félix Tshisekedi, Martin Fayulu, Adolphe Muzito, Vital Kamerhe, Freddy Matungulu. Quant à Jean-Pierre Bemba, toujours en Belgique, et Moïse Katumbi, qui se dit empêché de rentrer en RDC, ils devraient en principe s’adresser à leurs militants par téléphone ou vidéo conférence. Chaque opposant disposera de cinq minutes.

Côté sécurité, le chef de la police de Kinshasa a annoncé avoir déployé 1 500 hommes, des équipes pour la plupart d’armes anti-émeutes non létales. Pour le moment, ces troupes ne sont pas sur le lieu du meeting mais aux environs, sécurisant notamment l’Assemblée nationale et le ministère de l’Intérieur non loin de là.
Le meeting est autorisé mais ce n’est pas une manifestation, a indiqué le général Kasongo, qui prévient que « tout regroupement de plus de dix personnes en dehors de l’espace réservé au meeting sera dispersé ». Au cours d’une réunion hier, il a aussi été demandé aux leaders de l’opposition de ne pas arriver à pied pour éviter les caravanes et que cela se transforme en défilé dans les rues de Kinshasa.
Les organisateurs ont également érigé un cordon de sécurité pour éviter tout débordement ou incursion sur le lieu du meeting.

Contre la machine à voter

Deux mots d’ordre pour ce meeting. L’unité tout d'abord. C'est le premier meeting commun de l’opposition depuis septembre 2015 et les militants veulent voir l’opposition confirmer qu’elle présentera un seul et unique candidat à la présidentielle pour « contrer la machine Kabila » comme le souhaite un militant. « Ils n’ont pas droit à l’erreur et doivent privilégier les intérêts du peuple sur les ego », confiait un autre, espérant que le nom de ce candidat unique pourrait être annoncé dès aujourd'hui, ce qui semble peu probable.
Le second mot d’ordre : des élections oui, mais pas à n’importe quel prix. Ici personne ne pense que les élections seront crédibles si la machine à voter est utilisée. Ils demandent à Kinshasa d’y renoncer et de revenir au vote papier tant qu’il est encore temps.
Enfin, les partisans de l'opposition attendent un nettoyage du fichier électoral qui n’inspire absolument pas confiance avec notamment ces six millions d’électeurs enregistrés sans empreintes. Deux préalables indispensables aux yeux des militants réunis ici pour envisager des élections crédibles donc une alternance et éviter d’aller tout droit au devant d’une crise post-électorale."



«Adieu, fichier électoral», est il inscrit sur ce faux cercueil, à l'occasion du meeting unitaire de l'opposition congolaise de RDC, le 29 septembre 2018, à Kinshasa. © RFI/Florence Morice


"RDC : Machine à voter et Corneille Nangaa au centre du meeting de l’opposition
° https://afrique.lalibre.be/25177/rdc-machine-a-voter-et-corneille-nangaa-au-centre-du-meeting-de-lopposition/



L’opposition congolaise unifiée tient sa journée de référence. Après une première réunion à Bruxelles au milieu du mois de septembre, les Fayulu, Matungulu, Kamerhe, Tshisekedi, Matungulu, Bemba et Katumbi avaient donné renderz-vous ce 29 septembre à Kinshasa.

Malgré les diverses tentatives de la majorité pour saboter ce rassemblement, une foule compacte s’est déplacée pour venir écouter tous ces candidats de l’opposition (Bemba et Katumbi par écran interposé) parler d’une seule voix pour exiger le retrait de la machine à voter (rebaptisée machine à voler par Moïse Katumbi), le nettoyage du fichier électoral et la restructuration de la Ceni. Corneille Nangaa, le président de cette Commission électorale nationale indépendante était au centre de toutes les critiques.
« C’est vraiment étonnant et galvanisant de voir les principaux opposants parler d’une même voix », explique Walter, Kinois pure souche. « C’est la preuve que notre opposition politique a grandi. Jamais, avant, ils n’avaient réussi à parler d’une même voix aussi près de l’échéance. Ca démontre aussi que l’heure est grave et qu’il faut faire front pour empêcher le pouvoir d’imposer son candidat en imposant une machine à voter que personne ne veut et en faisant voter plus de 6 millions de personnes qui sont inscrits de manière illicite ».



« Ce meeting nous donne espoir. On sait que notre combat est juste mais, parfois, on doute de nos politiciens. Ici, on a entendu des personnes qui parlaient d’une même voix. On ne peut pas nous imposer notre futur président, nos futirs députés », explique Rachel. « je ne suis pas membre d’un parti politique. Je ne suis pas venue pour recevoir un t-shirt ou une casquette. Je suis d’ailleurs ravie de voir que les gens qui sont ici ne sont pas venus en échange de quelques dollars ou de gadgets. On est ici pour écouter le message de l’opposition et je vois que la foule adhère à ce message. La machine à voter ne passe pas. On ne peut pas continuer dans cette voix. Le pouvoir cherche à semer le chaos avec cette machine. C’est de la provocation. Kabila attend que nous fassions un faux pas pout tout remettre en question. Croyez-moi, il n’est pas encore parti ».



Pour Jacques Ntumba, habitant du Bas-Congo venu spécialement à Kinshasa pour le meeting, « il faut que le pouvoir cesse de prendre les Congolais pour des demeurés. On sait très bien que cette machine n’est pas la simple imprimante que veut bien nous présenter Nangaa. Elle comporte un port USB et elle transmet des informations via Internet. C’est une énorme tricherie qui se prépare. Si bemba dit vrai et qu’il faut plus de cinq minutres pour voter, ça signifie qu’un électeur sur 5 ou 6, seulement, pourra voter. C’est du grand n’importe quoi. Le peuple congolais ne se laissera pas faire et la communauté internationale doit le savoir. J’ai vu qu’hier (vendredi), votre Premier ministre a rencontré Kabila à New York, il ne doit pas se laisser duper. Les sanctions contre Shadary Ramazani, le dauphin désigné, ne doivent pas être levées. Ce type était ministre de l’Inétrieur lors des massacres au Kasaï, notamment. Ces sanctions en sont que logiques. »

« L’opposition a marqué les esprits par ce meeting. On attend maintenant des instructions. C’est très bien de dire qu’on ne veut pas mes machines à voter, mais Nangaa, lui, il s’en moque. Il faudra donc se faire entendre d’une autre manière mais sans donner l’oppostunité au pouvoir de rejeter un éventuel report du scrutin sur l’opposition. Il ne faut pas revivre ce que nous avons connu le 19 décembre 2016. Ici, il y a une échéance, quoi qu’il arrive, le 23 décembre Kabila doit être parti », conclut Jacques."



"L’opposition soudée, appelle à la patience quant au choix du candidat unique en RDC
° https://www.voaafrique.com/a/l-opposition-appelle-%C3%A0-la-patience-quant-au-choix-du-candidat-unique-en-rdc/4592710.html
Les candidats de l’opposition pour la présidentielle du 23 décembre prochain, validés comme invalidés, ont affiché l’unité lors d’un rassemblement, samedi à Kinshasa, et promis de parvenir dans un proche avenir à une candidature unique.
Martin Fayulu, Freddy Matungulu, Vital Kamerhe et Félix Tshisekedi, dont la Cour constitutionnelle a confirmé les candidatures pour le scrutin présidentiel, ont tout à tour pris la parole, insistant sur le retrait de la machine à voter controversée.

https://www.facebook.com/kitsitandongo.rachel/videos/2116379435059526/

Les candidats écartés ont aussi donné de leur voix, allant dans le même sens. Jean-Pierre Bemba et Moïse Katumbi qui sont à l’étranger sont intervenus par téléconférence. Et Adoplhe Muzito, présent sur le lieu, est monté sur la tribune pour haranguer la foule de plusieurs milliers des partisans réunis au terrain situé sur la place des martyrs à Kinshasa, capitale de la RDC.
"Il faut tout faire pour bloquer la machine à voter. Nous sommes soudés aujourd’hui et ce que nous faisons ici, c’est prêter serment pour l’unité de l’opposition", a soutenu M. Kutmbi.
Tous les autres leaders de l’opposition sont également allés dans le même sens. Ils ont, à l’unanimité, tenu au maintien de la date du 23 décembre pour les élections et au nettoyage de 16% du fichier électoral constitué d’électeurs sans empreintes digitales.

"L’opposition doit être unie devant et derrière un candidat unique que nous allons choisir… J’invite les leaders de l’opposition à pouvoir nous réunir rapidement dès la semaine prochaine pour pouvoir mettre en place notre position commune en vue d’un programme commun", a déclaré de son côté l’ancien chef rebelle et ancien vice-président Jean-Pierre Bemba, acquitté et libéré en juin dernier par la Cour pénale internationale après près de 10 ans de détention à La Haye, accusé des crimes contre l’humanité et crimes de guerre en Centrafrique en 2003.
"Donnez-nous un peu de temps, 5 ou 10 jours, comme l’a dit comme l’a dit Jean-Pierre Bemba et nous allons choisir un candidat commun", a ajouté M. Muzito.
Félix Tshisekedi a, quant à lui, mis en garde contre toute influence qui pourrait empêcher chacun de se mettre derrière le candidat commun et de vaincre le régime qui a, a-t-il insisté, "plongé le pays dans la plus dure misère en 20 ans".

La présidentielle en RDC est prévue le 23 décembre. Le président Joseph Kabila, à qui la Constitution interdisait de briguer un nouveau mandat, a désigné son ancien ministre de l'Intérieur, Emmanuel Ramazani Shadary, comme son dauphin.
La manifestation de samedi avait été autorisée par le gouverneur de Kinshasa. Tout rassemblement public à caractère politique avait été interdit en RDC entre septembre 2016 et avril 2018."



"Meeting de l’opposition : Bemba accuse Nangaa de préparer «une tricherie à l’échelle nationale »"
° https://actualite.cd/2018/09/29/meeting-de-lopposition-bemba-accuse-nangaa-de-preparer-une-tricherie-lechelle-nationale
"Meeting de l'opposition: Bemba plaide la mise en place d’une vision commune des programmes de l’opposition"
° https://www.radiookapi.net/2018/09/29/actualite/politique/meeting-de-lopposition-bemba-plaide-la-mise-en-place-dune-vision

"Meeting de l’opposition : Katumbi appelle à l’unité de l’opposition et au respect de l’accord de la Saint Sylvestre"
° https://actualite.cd/2018/09/29/meeting-de-lopposition-katumbi-appelle-lunite-de-lopposition-et-au-respect-de-laccord-de

"RDC-Présidentielle : Muzito appelle à la tolérance après la désignation d’un candidat commun de l’opposition"
° https://actualite.cd/2018/09/29/rdc-presidentielle-muzito-appelle-la-tolerance-apres-la-designation-dun-candidat-commun

"RDC-présidentielle : Kamerhe plaide pour la sincérité, la générosité et l'amour de l'opposition afin d'aboutir à un programme commun"
° https://actualite.cd/2018/09/29/rdc-presidentielle-kamerhe-plaide-pour-la-sincerite-la-generosite-et-lamour-de

"Meeting de l’opposition : Fayulu réitère le rejet de la machine à voter"
° https://actualite.cd/2018/09/29/meeting-de-lopposition-fayulu-reitere-le-rejet-de-la-machine-voter

"Meeting de l'opposition : "Nous avons pris la décision d'évoluer dans l'unité jusqu'au 23 décembre" (Félix Tshisekedi)"
° https://actualite.cd/2018/09/29/meeting-de-lopposition-nous-avons-pris-la-decision-devoluer-dans-lunite-jusquau-23

° https://www.radiookapi.net/2018/09/29/actualite/politique/meeting-de-lopposition-kinshasa-les-militants-de-lopposition
° https://www.politico.cd/actualite/la-une/2018/09/29/rdc-a-kinshasa-lopposition-se-prepare-a-montrer-ses-muscles.html
° https://www.politico.cd/actualite/la-une/2018/09/29/rdc-du-monde-commence-a-affluer-sur-le-boulevard-triomphal-a-kinshasa.html


"Meeting de l’opposition : La police interdit la caravane et l'attroupement de plus de dix personnes
° https://actualite.cd/2018/09/29/meeting-de-lopposition-la-police-interdit-la-caravane-et-lattroupement-de-plus-de-dix


"RDC-Caricature : Pas de bus TRANSCO
° https://actualite.cd/2018/09/29/rdc-caricature-pas-de-bus-transco




"RDC-Caricature : L’opposition ne boycotte pas les élections
° https://actualite.cd/2018/09/29/rdc-caricature-lopposition-ne-boycotte-pas-les-elections





"MEETING DE L'OPPOSITION : Suivez le message de Felix, Moise, Fayulu, Bemba, Kamerhe..."



"RDC : Intégralité du meeting de l'opposition du 29/09/2018 : Interventions des tous les leaders"



"Kinshasa : Echos du meeting de l'opposition"



"Ambiance du Meeting du 29 Septembre 2018 à 10h"



"RDC :Meeting de l opposition, une démonstration de force et un test réussi aujourd'hui à Kinshasa"



" LE 29-09 -2018 RDC Ambiance au Boulevard Triomphal ce samedi 29/09/2018 avant le Meeting de l'opposi"




"Actu Expliquée 29.09 - Succès Meeting de l'opposition : Vers un accord pour Félix Tshisekedi ?
Actu Expliquée 29.09 - Succès Meeting de l'opposition : Faisant bloc, les opposants dénoncent Nangaa"




Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE POUVOIR, L’OPPOSITION ; OÙ VA LE CONGO ? LE FCC, L’ARMÉE... ET OÙ SE TROUVE ALORS CE CONGO UNI ET DÉMOCRATIQUE, SOUVERAIN ET FORT, RESPONSABLE ET GAGNANT ???

Message  ndonzwau le 1/10/2018, 2:31 am

PS

Personnellement j’ai été satisfait de la fermeté et de l’unité dont ont fait montre les sept ténors de l’opposition à ce meeting : après leurs réunions à Bruxelles puis en Afrique du Sud, ils nous confirment leur volonté d’aller unis aux élections et refusent une parodie d’élections qui les conduirait à l’abattoir en victimes consentantes, impuissantes et ignorantes.
Pourvu qu’ils s’y tiennent et ne succombent pas au chantage du pouvoir qui sans honte les accuse de ne vouloir des élections ou simplement de n'être pas prêts parce qu’ils veulent celles-ci crédibles, ânonnant au passage que le retrait de la machine à tricher et le nettoyage du fichier de ses électeurs fictifs renverrait les scrutins à plus tard. A y confondre pitoyablement le pompier et le pyromane : ce n’est pas parce que le premier s’applique à éteindre l’incendie que le second en serait blanchi et doit l’en accuser lamentablement le premier.

Satisfait aussi de l’affluence populaire significative (malgré l’absence des transports en commun curieusement en 'entretien'), le peuple y est allé débonnaire de son enthousiasme spontané pour dire son adhésion à l’opposition et ainsi crier non au complot pervers du pouvoir (vous verrez très vite celui-ci commanditer une manifestation concurrente à coup de billets de banque et autres cadeaux…).
Renseignement supplémentaire : tout s’est passé dans le calme sans victimes et dégâts collatéraux, c’est dire que c’est du côté des sbires du pouvoir que viennent les violences…

Cela dit, il serait pour le moins imprudent d’en tirer un optimisme immodéré vers une victoire assurée. Non seulement le pouvoir en face dispose de plus d’un tour dans son sac pour contre-attaquer mais aussi une autre difficulté sur le chemin de l’opposition commence : personne n’ignore en effet qu’entre leaders et partis respectifs de l’opposition subsistent des ambitions, égos, divergences de priorités et programmes somme toute logiques mais qui n’en limitent pas moins leurs latitudes à s’entendre et pire à se choisir ce candidat et ce programme communs.
Voilà donc leur prochain et vital défi et celui du pays : y arriveront-ils sereinement et utilement sans sacrifier aux atermoiements passionnels et sectaires de leurs ouailles respectives ?

Une parade efficace serait que dès maintenant ils ne s’encombrent pas de scrupules inutiles et s’entendent d’ores et déjà sur un programme de gouvernement concret où ils se partagent responsabilités et postes dans une gouvernance clairement définie.

Osons espérer qu’ils s’acquitteront sans trop de casses de cette tâche et auront ainsi franchi une étape incontournable vers une éventuelle victoire. Sinon, vous l’aurez compris, la guerre est loin d’être gagnée pour cette opposition et pour le pays, la bataille continue en son sein et face à leur adversaire, seules leur unité et leur fermeté restent leurs premières armes et le prix à payer pour prétendre au changement attendu par tout notre peuple.
Aux leaders de l'opposition de saisir plus que jamais la balle au bon !?




[Voici en passant le bilan et les espoirs et risques que dégage de ce meeting un observateur attentif :
"En esquisse d'un bilan
Il est indéniable que le meeting du 29 septembre a été un succès pour ce qui est d'attirer la foule. Le résultat est moins brillant pour ce qui est de l'action politique, du moins qui ne se contente pas de l'affirmation affichée d'une unité autour du refus de la machine à voter, des enrôlements suspects et de l'attachement de tous au principe de l'alternance.
Il n'est jamais difficile de proclamer le principe d'une « candidature unique » ; chacun, en effet, se voit très bien dans ce rôle. Les difficultés commencent après le choix du « candidat unique » car c'est alors que les déçus risquent de faire défection.

Les déclarations du genre « Au niveau du pays, si Kabila est impopulaire, Shadary est lui un illustre inconnu de nom et de visage. Il ne serait d'ailleurs pas exagéré d'affirmer que le jour du scrutin, plus de 80% d'électeurs seront incapables de reconnaitre sa tronche sur les bulletins de vote ! L'impopularité de "l'autorité morale" ajoutée à l'anonymat du "dauphin" ne peuvent que préfigurer une défaite cuisante dans les urnes... Même avec la "Machine à voter" comme douzième joueur ». (Cheik Fita) versant dans un optimisme excessif, assez analogue à celui de feu Tshisekedi qui pensait en 2011 pouvoir gagner les élections à un seul tour et avec Ngoy Mulunda aux commandes de la CENI.
L'on est encore fort loin des sept conditions MINIMALES qui permettraient d’éviter d'aller une fois de plus vers des élections NULLES, suivies d'un coup d'Etat de Kabila, bien décidé à ne quitter la Présidence que dans un cercueil."

° http://www.congoforum.be/upldocs/Serie%20VIII%20n%2011%20Meeting%20Kin%2029%2009%2018.pdf ]

"Spécial Images Meeting de l’opposition, le29 septembre 2018
° http://www.congoforum.be/upldocs/Serie%20VIII%20n%2011%20Meeting%20Kin%2029%2009%2018.pdf

"RDC: les opposants affichent leur «pacte» et leur unité
° http://www.rfi.fr/afrique/20180929-rdc-opposants-affichent-pacte-unite-candidat-commun
Des milliers de Congolais se sont rassemblés sur l’esplanade du stade des martyrs à Kinshasa, samedi 29 septembre. Un meeting au cours duquel sept leaders de l’opposition ont posé leurs conditions pour éviter que l'élection du 23 décembre ne soit « une parodie »; et confirmé leur promesse de se mettre d’accord sur un candidat commun.

C’est une démonstration d’unité qu’ont voulu faire les leaders de l’opposition congolaise ce samedi. Ils ont pris la parole à tour de rôle, entre 5 et 10 minutes pour marteler les mêmes idées : rejet du fichier électoral actuel, qui comporte selon eux 10 millions d’électeurs fictifs. Rejet aussi de la machine à voter, qualifiée une fois de plus de machine à voler et même d’outil de sorcellerie par Moïse Katumbi, qui tout comme Jean-Pierre Bemba s’exprimait par vidéo-conférence.
Ces opposants ont, surtout, rappelé leur détermination à se trouver un candidat commun, s’appelant régulièrement « mon camarade » ou encore « mon frère » les uns les autres dans leurs interventions. « Nous avons fait un pacte », a expliqué Felix Tshisekedi. Le pacte « de ne pas trahir le peuple congolais », qui appelle cette unité de ses vœux.
« Sachez qu’à partir d’aujourd’hui, le camarade Jean-Pierre Bemba, le camarade Vital Kamerhe, le camarade Freddy Mautungulu, le camarade Moïse Katumbi, le camarade Adolphe Muzito et Felix Tshisekedi, nous venons de constituer une seule famille. Si vous voulez insulter l’un d’entre nous, il faut nous insulter nous tous. Si vous voulez soutenir l’un d’entre nous, il faut nous soutenir nous tous », a-t-il exhorté.

Le choix du candidat commun encore en suspens

Mais pour connaître le nom de ce candidat, qui doit être désigné, il faudra patienter encore. « Ce n’est pas la priorité », a par exemple expliqué Martin Fayulu, pour qui désigner aujourd’hui un candidat sans avoir fait plier les autorités sur leurs revendications reviendrait à envoyer ce candidat « à l’abattoir ».
D’autres, comme Adolphe Muzito, expliquent qu’il faut d’abord prendre le temps de se mettre d’accord sur un programme commun. Le temps aussi de fédérer leurs électorats respectifs, admet l'ancien Premier ministre. Car leurs électorats, tout en appelant l’unité, voudraient chacun que leur leader soit le candidat désigné et cachent parfois mal une certaine méfiance les uns vis-à-vis des autres."



"RDC : l’opposition mobilise des milliers de personnes à Kinshasa
° https://www.jeuneafrique.com/depeches/636982/politique/rdc-lopposition-mobilise-des-milliers-de-personnes-a-kinshasa/
Des responsables de l'opposition, dont quatre candidats, ont mobilisé samedi des milliers de personnes lors d'un rassemblement dans le centre de Kinshasa, à moins de trois mois de la présidentielle du 23 décembre en République démocratique du Congo.

« C’est une réussite, vous le voyez, il n’y a plus rien à prouver. Le peuple est avec nous et nous irons jusqu’à la victoire finale », a déclaré à la presse le président-candidat du parti historique d’opposition UDPS, Félix Tshisekedi, en arrivant à la tribune.
Avec deux autres candidats, Vital Kamerhe et Martin Fayulu, et le soutien à distance de Jean-Pierre Bemba et des partisans de Moïse Katumbi, les opposants ont voulu mettre en garde le pouvoir du président Joseph Kabila contre des élections qui favoriseraient outrageusement le candidat de la majorité.
« Le meeting d’aujourd’hui consiste à protester contre la parodie électorale qui se prépare. Nous allons rejeter la machine à voter que nous appelons machine à tricher », a déclaré M. Kamerhe, ancien président de l’Assemblée nationale dont le bâtiment se trouve non loin du lieu du meeting face au stade des Martyrs sur le boulevard Triomphal.

« Démontrer l’unité »

Les opposants refusent la « machine à voter », une machine à choisir les candidats et à imprimer les bulletins de vote. Ils contestent aussi la validité du fichier électoral en raison de millions d’inscrits sans empreintes digitales.
L’enjeu de ce rassemblement est de « démontrer l’unité de l’opposition dans la perspective de la désignation d’un candidat commun« , a déclaré pour sa part à l’AFP l’ancien Premier ministre passé à l’opposition Adolphe Muzito, dont la propre candidature a été invalidée.
« Le candidat unique de l’opposition, oui, mais ce n’est pas aujourd’hui. Chaque chose en son temps. Aujourd’hui, il faut d’abord que le peuple comprenne que nous ne pouvons pas aller à l’abattoir, là où Kabila veut nous amener. Pas de machines à voter, pas de millions d’électeurs fictifs », a insisté Martin Fayulu.

Manifestation autorisée

L’ex-chef rebelle Jean-Pierre Bemba, dont la candidature a également été invalidée, a salué dans un message téléphonique ses « frères » Tshisekedi, Kamerhe et Fayulu.
Les participants ont investi un bon tiers du boulevard Triomphal en face du stade des Martyrs. Un participant, Georges, arborant un t-shirt à l’effigie de l’opposant Tshisekedi a déclaré: « Je suis là pour soutenir les opposants congolais, pour combattre le régime en place qui nous a fait souffrir ». Près de deux cents policiers étaient déployés devant le siège du parlement et les rues alentours.
La présidentielle en RDC est prévue le 23 décembre. Le président Joseph Kabila, à qui la Constitution interdisait de briguer un nouveau mandat, a désigné son ancien ministre de l’Intérieur, Emmanuel Ramazani Shadary, comme son dauphin.
La manifestation de samedi avait été autorisée par le gouverneur de Kinshasa. Tout rassemblement public à caractère politique avait été interdit en RDC entre septembre 2016 et avril 2018."



"RDC : la candidature unique de l’opposition attendra encore
° http://afrikarabia.com/wordpress/rdc-la-candidature-unique-de-lopposition-attendra-encore/
Des milliers de Congolais sont venus soutenir ce weekend le meeting des principaux leaders des principaux leaders de l'opposition à Kinshasa. Les opposants ont fustigé l’utilisation de la machine à voter et le fichier électoral, mais ils ne se sont toujours pas prononcés sur le nom du possible candidat commun de l’opposition à la présidentielle de décembre.

C’était une première dans l’histoire de l’opposition politique en République démocratique du Congo (RDC). Ce samedi, s’est en effet tenu le premier meeting unitaire de l’opposition congolaise face au Stade des Martyrs de Kinshasa. Félix Tshisekedi (UDPS), Vital Kamerhe (UNC), Martin Fayulu (Ecidé), Freddy Matungulu (Congo na Biso) et Adolphe Muzito étaient tous réunis sur la même tribune. Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba, empêchés de participer à la présidentielle, sont intervenus par téléphone ou vidéo-conférence.
Les autorités congolaises, qui ont autorisé le rassemblement après 20 mois d’interdiction de tout meeting politique, n’avaient pourtant pas facilité la tâche aux sympathisants des différents partis d’opposition. Les bus de la compagnie Transco étaient tous « en entretien général » ce samedi, et plusieurs monticules de sables avaient été déversés innocemment aux abords du lieu du meeting. Malgré ces obstacles, les militants d’opposition étaient bien au rendez-vous de premier meeting commun. Plusieurs milliers selon les observateurs présents.

Contre la machine à voter et le fichier électoral

Avant l’arrivée des principaux ténors sur scène, la star de ce rassemblement était sans aucun doute la machine à voter, que les opposants appelle la machine à tricher. La première revendication de cette mobilisation était de protester contre « la parodie électorale » qui se prépare au Congo. A la tribune, les orateurs ont tous rejeté l’utilisation de la machine à voter, source d’une possible fraude à grande échelle. Autre sujet d’inquiétude : la crédibilité du fichier électoral. Selon l’opposition, 10 millions d’électeurs seraient inscrits sans empreintes digitales.
Pour Vital Kamerhe, le pays se prépare à « une farce électorale (…) à cause de la machine à voter, ou des listes électorales », mais aussi à cause « de l’incertitude sur le financement des élections, ou de l’insécurité croissante dans l’Est du pays ». Mais au-delà de l’exigence d’un scrutin équitable, crédible et transparent, l’opposition sait qu’elle ne peut continuer à avancer en ordre dispersé face aux électeurs Congolais. Et le principale message de ce meeting commun était d’afficher l’unité de l’opposition… et couper l’herbe sous le pied aux tentations de la division. « Sachez qu’à partir d’aujourd’hui (…) nous venons de constituer une seule famille. Si vous voulez insulter l’un d’entre nous, il faut nous insulter nous tous. Si vous voulez soutenir l’un d’entre nous, il faut nous soutenir nous tous » a prévenu Félix Tshisekedi.

« Donnez-nous un peu de temps »

Pourtant, chacun sait que la bataille des égos fait rage au sein de l’opposition. Pour preuve, l’épineux dilemme du candidat unique, indispensable dans une élections à un seul tour de scrutin, est encore loin d’être tranché, à trois mois de la présidentielle. « Donnez-nous un peu de temps, 10 ou 5 jours, comme l’a dit Jean-Pierre Bemba et nous allons choisir un candidat commun », a cherché à rassurer Adolphe Muzito, lui aussi recalé par la Cour constitutionnelle pour concourir aux élections. Mais le choix est épineux.
Deux candidats font office de favoris. Félix Tshisekedi, légèrement en tête, et Vital Kamerhe, toujours accusé de faire le jeu du pouvoir. Mais il n’est pas dit que les opposants réussissent à se mettre d’accord sur un de ces deux noms. Katumbi a toujours soutenu Tshisekedi et le choix de Bemba pourrait se porter sur Kamerhe. En cas de désaccord, l’option du plus petit dénominateur commun pourrait faire pencher la balance vers un autre candidat, moins clivant, comme Freddy Matungulu ou Martin Fayulu. On imagine mal, alors, que Félix Tshisekedi ou Vital Kamerhe laissent tomber la course à la présidence. Et donc… adieu à la candidature unique.

Boycott ?

Plus le temps passe et plus l’équation de la candidature unique semble hypothétique. « Chaque chose en son temps, tempère Martin Fayulu. Aujourd’hui, il faut d’abord que le peuple comprenne que nous ne pouvons pas aller à l’abattoir, là où Kabila veut nous amener ». Et face au chaos électoral annoncé, l’option d’un boycott du scrutin refait surface. Cette stratégie reste encore minoritaire au sein de l’opposition, chacun se rêvant encore comme le candidat unique tant recherché. Mais une fois le nom connu (ce qui reste très incertain), les candidats déçus pourraient se rabattre sur cette option.
En attendant, la majorité présidentielle, qui s’attèle à faire connaître Emmanuel Ramazani Shadary, le dauphin de Joseph Kabila, joue sur du velours. Les atermoiements de l’opposition à désigner un candidat unique sont régulièrement raillés par les cadres du parti présidentiel. Selon André-Alain Atundu, « l’opposition n’est tout simplement pas prête pour aller aux élections ». L’argument n’est certes pas complètement faux, mais en pratiquant le débauchage des opposants et en disqualifiant les deux poids lourds de l’opposition (Katumbi et Bemba) le pouvoir a tout fait pour atomiser les maigres espoirs d’une alternance réussie à la tête de l’Etat congolais. Une stratégie pour l’instant gagnante pour le camp Kabila."



"Meeting de l’opposition à Kinshasa : démonstration de l’unité et front contre la « machine à voter »
° http://www.cheikfitanews.net/2018/09/meeting-de-l-opposition-a-kinshasa-demonstration-de-l-unite-et-front-contre-la-machine-a-voter.html
Sept leaders de l’opposition congolaise se sont adressés à un public très nombreux venu les écouter le samedi 29 septembre 2018 sur le Boulevard triomphal à Kinshasa.
Le bal a été ouvert par Martin Fayulu qui sera suivi de Vital Kamerhe, Freddy Matungulu, Jean-Pierre Bemba, Adolphe Muzito, Moïse Katumbi et enfin Félix Tshisekedi.
Si tous les sept ont rejeté et la machine à voter et le  surplus de dix millions d’électeurs dans le fichier électoral, chaque orateur avait néanmoins une touche personnelle.

Pour Martin fayulu, le peuple a soif d’alternance, et le jusqu’au-boutisme de Corneille de Nangaa pourrait lui coûter cher.
Appauvri, sans soins médicaux, sans eau courante… Le peuple congolais a soif d’alternance. La machine à voter, les électeurs fictifs sont un mauvais signal pour le processus électoral actuel.
Pour Vital Kamerhe, l’opposition devra avoir un programme commun, un candidat commun. Mais il a insisté sur la nécessité de cultiver l’amour, la sincérité, la générosité, l’amour du peuple. Comme à ses habitudes, il a terminé en lançant des messages dans les quatre langues nationales.
Jean-Pierre Bemba a préféré parler d’abord en français étant donné que plusieurs partenaires de la RD Congo étaient à l’écoute. Il a dénoncé le régime finissant qui, après 17 ans de règne n’a semé que désolation.
Il a affirmé que l’opposition sera uni derrière un candidat commun pour un programme commun avec des objectifs communs.
Il a rappelé son entretien le 1er août 2018 avec Corneille Nangaa de la CENI, entretien durant lequel il avait fait la démonstration que dans les meilleurs des cas, la « Machine à voter » ne pouvait permettre qu’à moins de deux cents personnes de voter en une journée, alors que chaque bureau comptera au moins 600 électeurs.

Corneille Nangaa avait promis d’organiser une concertation entre le clan Kabila et l’opposition. Deux mois après, rien n’a été fait.
Jean-Pierre Bemba martèlera : la « Machine à voter » n’est pas fiable.
Quant aux dix millions d’électeurs fictifs, il dira : « ce sont des fantômes. ». Des fantômes devraient-ils choisir pour nous le Président de la République ?
Il a enfin demandé au peuple d’être prêt pour répondre aux différents appels de l’opposition pour des manifestations pacifiques afin de faire pression pour que les élections soient crédibles.

Freddy Matungulu a commencé par rendre hommage à feu  Etienne Tshisekedi et à l’UDPS qu’il a appelé non pas la fille aînée des partis de l’opposition  , mais la mère des partis de l’opposition. Il a alors planché sur le rôle de la Communauté Internationale. Il a critiqué le clan Kabila qui prétend avoir l’argent pour organiser seul les élections. « S’ils ont l’ argent, pourquoi n’arrangent-ils pas l’avenue de l’Université qui est dans un état piteux ? »
Pour Freddy Matungulu, il est du droit de la RD Congo de profiter de tout apport extérieur dans le processus électoral, parce que la RD Congo fait elle aussi partie de cette communauté internationale.
Adolphe Muzito a parlé de la constitution actuelle qui n’autorise pas le Président à s’immiscer dans la politique gouvernementale qui doit être dirigée par le Premier Ministre. Il a dénoncé en passant le fait qu’il y avait un « gouvernement parallèle » du temps où il était          aux affaires. Il a insisté sur le fait que l’opposition devra non seulement gagner la présidentielle, mais avoir aussi la majorité dans les différents parlements.

De New York où il se trouve, Moïse Katumbi est intervenu par vidéo-conférence comme l’a fait avant lui Jean-Pierre Bemba.
Le Président d’Ensemble a parlé des « bahuta » (ceux qui viennent d’ailleurs), qui veulent s’appuyer sur le vol via les « machines à voter » pour pérenniser leur présence à la tête du pays. Pour cela, le peuple et ses leaders doivent être unis. Et en cas de résistance, la constitution a prévu l’article 64. «Il faut bloquer ces ennemis du peuple ».
Il a félicité d’une façon toute particulière les Kinois qui, grâce à leur résistance en 2015, en 2016, en 2017 ont pu affaiblir le clan Kabila.
Le dernier à prendre la parole était Félix Tshisekedi qui a planché sur un point principal : l’unité, l’unité de l’opposition, l’unité du peuple souverain.
Il a demandé aux membres des différents partis politiques de l’opposition de mettre fin aux attaques respectives… Surtout dans les réseaux sociaux. « Si vous voulez critiquer, critiquez-nous alors tous !

« Nous avons tous un même destin » dira le leader de l’UDPS.  Félix Tshisekedi a montré comment dans ses actions méléfiques  le clan Kabila a logé tout le peuple congolais à la mùeme enseigne :
   Pas de courant électrique pour tout le peuple,
   Pas d’écoles viables pour les tous les enfants congolais,
   Pas des routes carrossables à travers tout le pays,
   Privation à tout le monde de la liberté de manifester.
Et le peuple souverain doit se mobiliser d’aujourd’hui 29 septembre 2018 au 23 décembre 2018.

En tant que leaders, en ce 29 septembre, ils viennent de prendre un engagement : Ne pas trahir le peuple sous peine de sanction.
Lors qu’il sera question de choisir le candidat commun, Félix Tshisekedi a demandé aux militants des différents partis de ne pas être les fossoyeurs de l’initiative en entêtant leurs leaders respectifs pour que ça soit le leur  ou rien.
« Notre victoire passe par un mot : l’unité ».
Il était 17h37 quand les communications des leaders de l’opposition congolaise ont pris fin.

Merci à Rachel Kitsita dont la retransmission sur face book a permis à l’Info en Ligne des Congolais de Belgique de suivre tout l’évènement.
Bruxelles, le 29 septembre 2018
Cheik FITA"



"RDC: plusieurs milliers de personnes rassemblées pour un meeting de l'opposition
° https://www.africa1.com/news/rdc-plusieurs-milliers-de-personnes-rassemblees-pour-un-meeting-de-l-opposition-138977

"RDC: l’opposition mobilise des milliers de personnes à Kinshasa
° https://www.liberation.fr/planete/2018/09/29/rdc-l-opposition-mobilise-des-milliers-de-personnes-a-kinshasa_1682125

° https://www.radiookapi.net/2018/09/29/actualite/politique/meeting-de-lopposition-kinshasa-les-militants-de-lopposition


"Vidéo. Meeting de l’opposition à Kinshasa démonstration de l’unité et front contre la « machine à voter »"



"UNITE DE L'OPPOSITION: QUE PENSEZ-VOUS DU MEETING DE L'OPPOSITION?"




"Kinshasa : tout est fait prêt pour le meeting historique de l’opposition congolaise
° http://politiquerdc.net/kinshasa-tout-est-fait-pret-pour-le-meeting-historique-de-lopposition-congolaise/
° http://politiquerdc.net/par-telephone-depuis-bruxelles-jp-bemba-juge-dinacceptable-la-situation-dinsecurite-vecue-dans-le-nord-kivu/

"Ce samedi, un seul mot d’ordre au meeting de l’opposition, 23 décembre : Pas de boycott ! Pas de machine à voter
° http://lepotentielonline.net/2018/09/29/ce-samedi-un-seul-mot-dordre-au-meeting-de-lopposition/


" Qu'adviendra-t-il du meeting de l'opposition de ce samedi ? »
° http://fr.africanews.com/2018/09/29/rdc-qu-adviendra-t-il-du-meeting-de-l-opposition-de-ce-samedi//


"RDC: Opposition, le plus dur commence!
° https://www.politico.cd/actualite/la-une/2018/09/30/rdc-opposition-le-plus-dur-commence.html


"Sindika Dokolo: “nous n’aurons pas des vraies élections crédibles avec Joseph Kabila”
° https://www.politico.cd/en-off/2018/09/30/sindika-dokolo-nous-naurons-pas-des-vraies-elections-credibles-avec-joseph-kabila.html


"Meeting de l’opposition : les policiers ont été instruits d’être professionnels et de respecter les droits humains
° https://www.radiookapi.net/2018/09/30/actualite/securite/meeting-de-lopposition-les-policiers-ont-ete-instruits-detre


"Emmanuel Shadary, bourdes coup sur coup !"
° https://www.politico.cd/en-clair/2018/09/30/emmanuel-shadary-bourdes-coup-sur-coup.html


"Billet.Meeting du 29.09.18 à Kin : Le pouvoir « glisse » progressivement vers…L’opposition !
Evil or Very Mad  Twisted Evil  Embarassed  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes
° http://www.cheikfitanews.net/2018/09/meeting-du-29.09.18-a-kin-le-pouvoir-glisse-progressivement-vers-l-opposition.html
A jour J-85, par rapport aux élections, l’opposition congolaise a tenu un meeting à Kinshasa sur le Boulevard triomphal.
Des dizaines de milliers de Congolais ont répondu à l’appel des principaux leaders de l’opposition, malgré les manœuvres du clan Kabila notamment ce communiqué de l’entretien de tous les bus de la Transcom ! L’objectif inavoué était d’empêcher que la population puisse se rendre massivement au meeting du Boulevard triomphal.

Que peut-on retenir des messages de différents leaders de l’opposition ?
- A l’unanimité, tous les leaders se sont prononcés contre l’usage de la « Machine à voter ». Si la CENI, Commission Electorale Nationale Indépendante, ne veut pas que le 23 décembre 2018  soit un jour de chaos, elle doit réfléchir à deux choses : Un plan B qui permettrait l’usage des bulletins de vote. 2. Trouver un compromis avec l’opposition lui garantissant que d’aucune manière , il ne pourrait être question de recourir aux resultats compilés par la « machine à voter », par exemple.
- Quant à  la problématique du choix d’un candidat commun afin de battre à plate-couture le clan Kabila, les leaders se sont prononcés pour, d'une façon claire, en attendant une dernière rencontre de concertations. Et c'est imminent.

Que conclure à propos de l’événement ? Au moins deux choses :

La re-appropriation progressive de « l’imperium » par le peuple.
- Participer au meeting du 29 septembre 2018 constituait  pour le Peuple congolais, le souverain primaire, un exercice de récupération de son pouvoir. Cet appétit d’influer sur la marche du pays ira crescendo jusqu’au 23 décembre 2018, journée électorale.
- Le pouvoir finissant aura de moins en moins d’énergie pour freiner l’élan du peuple.
- Il y aura de plus en plus de meetings,
- Il y aura de plus en plus d’expressions populaires.
- Le pouvoir sortant ne pourra que constater ce « glissement » du pouvoir vers son propriétaire originel : le peuple.
- Même les militaires, les policiers qui sont loin d’être des imbéciles comprendront très facilement que leurs futurs chefs à brève échéance, ce sont ceux qui sortiront des urnes. Il sera donc difficile de leurs faire exécuter des sales boulots contre la population.

La perte des repères pour les « »Kabilistes »
Joseph Kabila n’étant pas candidat, la RD Congo est entrée inexorablement dans une période de fin de règne. Ceux qui n’avaient que Joseph Kabila comme source de pouvoir doivent se remettre en question. Même dans le cas improbable où Ramazani Shadary sortait vainqueur, la continuité de la « jouissance » ne serait pas automatique.
Mais qui est naïf ? Au niveau du pays, si Kabila est impopulaire, Shadary est lui un illustre inconnu de nom et de visage. Il ne serait d’ailleurs pas exagéré d'affirmer que le jour du scrutin, plus de 80% d’électeurs seront incapables de reconnaître sa tronche sur les bulletins de vote !
L'impopularité de "l'autorité morale" ajouter à l'anonymat du "dauphin" ne peuvent que préfigurer une défaite cuisante dans les urnes... Même avec la "Machine à voter" comme douzième joueur.
Il y a donc un vent d’inquiétudes dans le clan Kabila. Que dis-je, panique à bord.
Fin 2016 le clan Kabila avait tout fait pour "glisser" par rapport échéances constitutionnelles et se maintenir au pouvoir?
Depuis quelques mois, le pouvoir « glisse » progressivement vers…L’opposition ! Le meeting du 29.09.2018 a donné un coup d'accélérateur à ce "glissement"!
Bruxelles, le 30 septembre 2018
Cheik FITA



Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE POUVOIR, L’OPPOSITION ; OÙ VA LE CONGO ? LE FCC, L’ARMÉE... ET OÙ SE TROUVE ALORS CE CONGO UNI ET DÉMOCRATIQUE, SOUVERAIN ET FORT, RESPONSABLE ET GAGNANT ???

Message  ndonzwau le 1/10/2018, 9:58 pm

"Triomphe au Boulevard Triomphal. Présidentielle 2018 : l’Opposition en ordre de bataille !"
° https://laprosperiteonline.net/2018/10/01/triomphe-au-boulevard-triomphal-presidentielle-2018-lopposition-en-ordre-de-bataille/


"Fasthi, Bemba, Katumbi, Kamerhe, Fayulu, Matungulu, Muzito, ...pour l’unité et la loyauté au peuple"
° https://lepotentielonline.net/2018/10/01/fasthi-bemba-katumbi-kamerhe-fayulu-matungulu-muzito-pour-lunite-et-la-loyaute-au-peuple/


"DEVANT PLUSIEURS MILLIERS DE MILITANTS RASSEMBLES SAMEDI A KINSHASA
Présidentielle : L’opposition confirme sa promesse de se trouver un candidat commun"

° https://www.forumdesas.org/spip.php?article17210


"Retombées du méga-meeting de samedi: F. Tshisekedi, Bemba, Katumbi, Kamerhe, Fayulu, Matungulu et Muzito pour une coalition électorale"
° http://www.lephareonline.net/retombees-mega-meeting-de-samedi-f-tshisekedi-bemba-katumbi-kamerhe-fayulu-matungulu-muzito-coalition-electorale/


"S’unir ou disparaitre"
° https://lepotentielonline.net/2018/10/01/sunir-ou-disparaitre/


"Tout bénef pour tous"
° https://www.forumdesas.org/spip.php?article17211


"Meeting du 29 septembre : L'opposition lance une coalition électorale"
° https://www.mediacongo.net/article-actualite-42837_meeting_du_29_septembre_l_opposition_lance_une_coalition_electorale.html


"RD Congo : rassemblement commun de l'opposition à Kinshasa"
° https://afrique.tv5monde.com/information/rd-congo-rassemblement-commun-de-lopposition-kinshasa


"30 09 18 Meeting de l’opposition (CongoForum)"
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=211567&Actualiteit=selected


"L’IMMOBILISATION DES BUS DIVERSEMENT COMMENTE
L’Opposition en meeting, les bus Transco immobilisés dans les entrepôts !"

° https://www.forumdesas.org/spip.php?article17209


"Présidentielle 2018. Opposition : mystère autour du candidat commun !"
° https://laprosperiteonline.net/2018/10/01/presidentielle-2018-opposition-mystere-autour-du-candidat-commun/


"MEETING DE L’OPPOSITION
"Tout ça pour ça !", s’exclame un analyste"

Evil or Very Mad  Twisted Evil  Embarassed  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Question  Question  Question  Question  Question
° https://www.forumdesas.org/spip.php?article17208

"Samedi dernier sur le boulevard Triomphal: Faible mobilisation au meeting de l’opposition"
Twisted Evil  Evil or Very Mad  Embarassed  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Question  Question  Question
° http://groupelavenir.org/samedi-dernier-sur-le-boulevard-triomphal-faible-mobilisation-au-meeting-de-lopposition/

"Beaucoup de bruit pour peu de choses - L’Observateur"
Evil or Very Mad  Twisted Evil  Embarassed  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Question  Question  Question
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=211568&Actualiteit=selected

"Meeting de l’Opposition: Rien de neuf"
Evil or Very Mad  Twisted Evil  Embarassed  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Question  Question  Question
° http://groupelavenir.org/meeting-de-lopposition-rien-de-neuf/


"LE TEMPS DONNE RAISON AU CNSA
La non évaluation du respect de l’Accord de la Saint-sylvestre plombe le processus électoral"

° https://www.forumdesas.org/spip.php?article17207


" Kabila-Shadary : loin du scénario Poutine-Medvedev ?  - Le Potentiel"
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=211568&Actualiteit=selected

° https://www.politico.cd/encontinu/2018/09/29/rdc-la-foule-appelle-kamerhe-a-ne-plus-trahir-a-sa-prise-de-parole.html
° https://www.politico.cd/encontinu/2018/09/29/lheure-est-grave-pour-le-pays-ouvrons-les-yeux-appelle-jean-pierre-bemba-depuis-letranger.html


"Retour sur le meeting du 29.09 : Discours de Bemba, Tshisekedi, Matungulu, Kamerhe, Fayulu, Muzito"



Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE POUVOIR, L’OPPOSITION ; OÙ VA LE CONGO ? LE FCC, L’ARMÉE... ET OÙ SE TROUVE ALORS CE CONGO UNI ET DÉMOCRATIQUE, SOUVERAIN ET FORT, RESPONSABLE ET GAGNANT ???

Message  ndonzwau le 2/10/2018, 1:02 am

ndonzwau a écrit:PS

Personnellement j’ai été satisfait de la fermeté et de l’unité dont ont fait montre les sept ténors de l’opposition à ce meeting : après leurs réunions à Bruxelles puis en Afrique du Sud, ils nous confirment leur volonté d’aller unis aux élections et refusent une parodie d’élections qui les conduirait à l’abattoir en victimes consentantes, impuissantes et ignorantes.
Pourvu qu’ils s’y tiennent et ne succombent pas au chantage du pouvoir qui sans honte les accuse de ne vouloir des élections ou simplement de n'être pas prêts parce qu’ils veulent celles-ci crédibles, ânonnant au passage que le retrait de la machine à tricher et le nettoyage du fichier de ses électeurs fictifs renverrait les scrutins à plus tard. A y confondre pitoyablement le pompier et le pyromane : ce n’est pas parce que le premier s’applique à éteindre l’incendie que le second en serait blanchi et doit l’en accuser lamentablement le premier.

Satisfait aussi de l’affluence populaire significative (malgré l’absence des transports en commun curieusement en 'entretien'), le peuple y est allé débonnaire de son enthousiasme spontané pour dire son adhésion à l’opposition et ainsi crier non au complot pervers du pouvoir (vous verrez très vite celui-ci commanditer une manifestation concurrente à coup de billets de banque et autres cadeaux…).
Renseignement supplémentaire : tout s’est passé dans le calme sans victimes et dégâts collatéraux, c’est dire que c’est du côté des sbires du pouvoir que viennent les violences…

Cela dit, il serait pour le moins imprudent d’en tirer un optimisme immodéré vers une victoire assurée. Non seulement le pouvoir en face dispose de plus d’un tour dans son sac pour contre-attaquer mais aussi une autre difficulté sur le chemin de l’opposition commence : personne n’ignore en effet qu’entre leaders et partis respectifs de l’opposition subsistent des ambitions, égos, divergences de priorités et programmes somme toute logiques mais qui n’en limitent pas moins leurs latitudes à s’entendre et pire à se choisir ce candidat et ce programme communs.
Voilà donc leur prochain et vital défi et celui du pays : y arriveront-ils sereinement et utilement sans sacrifier aux atermoiements passionnels et sectaires de leurs ouailles respectives ?

Une parade efficace serait que dès maintenant ils ne s’encombrent pas de scrupules inutiles et s’entendent d’ores et déjà sur un programme de gouvernement concret où ils se partagent responsabilités et postes dans une gouvernance clairement définie.

Osons espérer qu’ils s’acquitteront sans trop de casses de cette tâche et auront ainsi franchi une étape incontournable vers une éventuelle victoire. Sinon, vous l’aurez compris, la guerre est loin d’être gagnée pour cette opposition et pour le pays, la bataille continue en son sein et face à leur adversaire, seules leur unité et leur fermeté restent leurs premières armes et le prix à payer pour prétendre au changement attendu par tout notre peuple.
Aux leaders de l'opposition de saisir plus que jamais la balle au bon !?


[...]

Compatriotiquement!

PSS

J'avais oublié exprès d'évoquer clairement dans mon premier commentaire un autre dilemme d'importance au-delà des égos et ambitions respectifs au sein de cette opposition, en me relisant je me rends compte qu'après tout je serais plus complet en vous en faisant part !
Il est  « d’ordre stratégique mais relèverait aussi selon certaines sources d’une divergence d’objectif » : que fairont-ils si aucune de leurs revendications essentielles – 'machine à tricher, fichier pollué' – n’est satisfaite, pourquoi ne décident-ils de le trancher d'ores et déjà  ?

- Stratégiquement
ce n’est le moment d’affirmer ouvertement par exemple que dans ce cas ils boycotteraient le processus, non seulement on les accuserait dès cet instant d’êtres responsables d’un éventuel abandon délibéré du processus et donc coupables d'entraver les tentatives de retour à l'ordre institutionnel mais aussi ils se priveraient ainsi des moyens de pression plus insistants de tenter de bousculer le pouvoir.

- Ailleurs certaines sources parlent d’une divergence d’objectif final entre eux : un camp largement composé d'« invalidés » serait prêt à quitter le processus si leurs revendications n’obtiennent satisfaction tandis qu’un autre camp essentiellement composé de « validés », et surtout Tshilombo et son Udps, s’entête à aller aux élections quelle que soit l’issue de leurs réclamations.

Qu’en dire ? Selon moi, le deuxième camp emprunte une mauvaise piste : voilà qu’ils ont une opportunité de vaincre d’une façon ou d’une autre ‘JK’ et les voilà lui offrir une bouée de sauvetage, auraient-ils des assurances inavouables clandestines de figurer comme premiers accompagnants du régime après les élections - ce qui  s’avérera dans tous les cas moins payant dans la suite - ?
Attendons la suite ! Voilà !


Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE POUVOIR, L’OPPOSITION ; OÙ VA LE CONGO ? LE FCC, L’ARMÉE... ET OÙ SE TROUVE ALORS CE CONGO UNI ET DÉMOCRATIQUE, SOUVERAIN ET FORT, RESPONSABLE ET GAGNANT ???

Message  ndonzwau le 3/10/2018, 2:01 am

En passant, un conseil à FT Tshilombo : vous seriez mieux inspiré de garder vos certitudes pour vous et à l'occasion de tirer des leçons du passé avec votre défunt père !
En effet vous ne pouvez à raison réclamer que le processus soit dépouillé de tous les artifices plantés pour le verrouiller et en même temps proclamer que 'machine à voter' ou pas votre victoire est certaine !

A moins d'avouer que lors des précédents scrutins 'JK' et son camp ont gagné à la loyale, par exemple qu'en 2011 la victoire n'a pas été volée au Lider Maximo, votre sotie est malvenue...
Il n'y a pas lieu ici d'être ivre d'une victoire qui vous tendrait les mains mais de lutter pour que le processus soit crédible pour que cette victoire ne vous soit pas volée cette fois comme en 2011 !

En effet si c'est certain « qu'à vous sept vous avez assez de soutien dans tout le pays pour remporter la majorité » vous ne pouvez oublier que notre réalité finale se trouve ici dans les détails, càd la cuisine électorale que nous concocte le pouvoir arbitraire. Alors même les prophéties auto-réalisatrices ou la méthode Coué ont leurs limites, ne nous emballons donc pas outre mesure au risque de démobiliser et parfois de diviser avec des certitudes trop arrogantes pouvant braquer certains même en les habillant d'un 'nous' !


"“Même avec la machine, nous allons l’emporter le 23 décembre”, estime Félix Tshisekedi !"
° https://www.politico.cd/en-off/2018/10/02/meme-avec-la-machine-nous-allons-lemporter-le-23-decembre-estime-felix-tshisekedi.html
° https://www.bbc.com/afrique/region-45707126
Intervenant en lingala et en dernier, le leader du principal parti de l’opposition en RDC a surtout tenu à appelé à l’unité de l’opposition, très importante à ses yeux. Et pendant que les autres leaders s’insurgeaient tous contre les machines à voter imposées par la Commission électorale, Félix Tshisekedi a pourtant donné un avis bien plus évoluée.
Je sais qu’ils ont mis des pièges, ils ont placé la machine à voter, ils ont mis le faux fichier [électoral]. Que ce soit la machine ou le fichier, si nous sommes unis, ils ne nous vaincrons jamais“, a-t-il dit.


Félix Tshisekedi, favori à la désignation de la candidature commune de l’opposition à cette Présidentielle, estime que l’unité de l’opposition peut faire face à n’importe quelle situation. “Si nous parlons d’une seule voix, personne ne peut le changer. La voix du peuple c’est la voix de Dieu. Ne l’oublions pas“, a-t-il dit avant d’ajouter: “Si nous restons unis, si nous persistons, je suis sûr que nous allons l’emporter le  décembre“.

https://twitter.com/twitter/statuses/1046868585233166343  



 Michael Tshibangu  @MichaelTshi


Ndeko @MauriceCibuabua, votre position sur la machine à voter et le fichier électoral semble avoir évolué.
23:04 - 1 oct. 2018

Le leader de l’UDPS a laissé entendre hier que lui ou un autre candidat aurait les mêmes chances de l’emporter face au candidat du pouvoir à cette Présidentielle. “Si je suis le candidat, je gagnerai“, a déclaré Félix Tshisekedi dans une interview avec la BBC.
Mais si je me retire demain en faveur d’un autre candidat, en faveur du candidat commun, il aura autant de chances que moi de gagner. Je pense que nous sept avons assez de soutien dans tout le pays pour remporter la majorité“, a-t-il ajouté."


"Présidentielle : « Si je suis le candidat, je gagnerai, si je me retire en faveur d’un autre candidat, il aura autant de chances que moi », F. Tshisekedi"
° http://7sur7.cd/new/presidentielle-si-je-suis-le-candidat-je-gagnerai-si-je-me-retire-en-faveur-dun-autre-candidat-il-aura-autant-de-chances-que-moi-f-tshisekedi/


"Sindika Dokolo: “nous n’aurons pas des vraies élections crédibles avec Joseph Kabila”"
° https://www.politico.cd/en-off/2018/09/30/sindika-dokolo-nous-naurons-pas-des-vraies-elections-credibles-avec-joseph-kabila.html
° https://www.politico.cd/encontinu/2018/09/26/rdc-le-docteur-denis-mukwege-appelle-le-peuple-congolais-a-sinscrire-dans-la-demarche-dune-transition-citoyenne.html


"SINDIKA DOKOLO: "LA RAISON POUR LAQUELLE JE N'AI PAS POSTULE A LA PRESIDENCE..."




"En RDC, deux visions de l’opposition s’opposent"
° https://www.politico.cd/actualite/la-une/2018/10/02/en-rdc-deux-visions-de-lopposition-sopposent.html
Vital Kamerhe et Félix Tshisekedi ont entamé des “discussions directes” pour désigner un candidat commun, alors qu’une large partie de l’opposition préfère se battre pour l’inclusivité et la transparence du prochain scrutin.

Vital Kamerhe, président de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) et Félix Tshisekedi, président de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), deux principaux candidats de l’opposition encore en lice pour la prochaine Présidentielle en RDC, ont entamé des “discussions directes” cette semaine à Kinshasa. Selon des proches de ces deux partis, il est question de savoir dans quelle mesure l’un ou l’autre candidat pourrait se désister.
Félix Tshisekedi, qui est favori à cette désignation, a laissé pourtant entendre hier que lui ou un autre candidat aurait les mêmes chances de l’emporter face au candidat du pouvoir à cette Présidentielle. “Si je suis le candidat, je gagnerai“, a déclaré Félix Tshisekedi dans une interview avec la BBC.
 
Mais si je me retire demain en faveur d’un autre candidat, en faveur du candidat commun, il aura autant de chances que moi de gagner. Je pense que nous sept avons assez de soutien dans tout le pays pour remporter la majorité“, a-t-il ajouté.
Du côté de Vital Kamerhe,  beaucoup aimeraient bien voir le fils d’Etienne Tshisekedi se désister en faveur de leur candidat. Une situation peu probable, à l’image d’une hostilité que l’ancien président de l’Assemblée nationale dégage autour de sa candidature notamment à Kinshasa et à l’Ouest du pays. Kamerhe garantie pourtant théoriquement un électoral très vital dans l’Est de la RDC.

“On se trompe de débat”

Cependant, si les deux leaders semblent plus enclin à aller vers les élections, du côté des autres poids lourds, à savoir Jean-Pierre Bemba ou encore Moïse Katumbi, on ne se presse pourtant pas. En effet, des proches de l’ancien gouverneur du Katanga font savoir que le plus important, à l’heure actuelle, est d’obtenir l’inclusivité et la transparence de ce processus dénoncé.
La question de la candidature commune est secondaire. Car cela ne servirait à rien d’aller vers des élections où il y a la machine à voter et où le pouvoir a tout mis en place, en complicité avec la CENI, pour déclarer son candidat vainqueur“, explique un proche de Katumbi.
Cette lecture est partagée du côté des mouvements citoyen, qui dénoncent le “semblant” qui anime l’opposition. Sindika Dokolo, leader des Congolais debout, estime que tout est mis pour faire gagner le candidat du pouvoir. Et même dans le cas où un candidat de l’opposition l’emporterait à la Présidentielle, l’homme d’affaires et activiste congolais estime que le président Kabila contrôlerait toujours la majorité parlementaire grâce à la machine à voter.
On sait comment la machine à voter va servir à tricher. Quelles sont les probabilités ou les chances qu’on arrive à réunir une majorité gouvernementale? Zéro! Ça veut dire quoi? Ça veut dire que demain, on va voir Freddy Matungulu président et Joseph Kabila Premier ministre“, a-t-il dit dans cette interview diffusée sur Twitter.


Le temps presse

Pour Sindika Dokolo, il ne peut y affaire d’élections crédibles aussi longtemps que le président Joseph Kabila serait au pouvoir au pays.  “J’ai l’impression qu’on se trompe de débat, on est en train de dire allez on fait un candidat de l’opposition (…) non moi je vous le dis très clairement, nous n’aurons pas, malheureusement c’est ma conviction, des vraies élections crédibles avec Joseph Kabila.
Il y a également d’autres leaders de l’opposition qui sont toujours en lice à cette Présidentielle, notamment Martin Fayulu, ou encore Freddy Matungulu, qui espèrent, comme Jean-Pierre Bemba et Adolphe Muzito, la signature d’un accord commun de gouvernement comme préalable à la désignation de ce candidat commun.
Plus que jamais, deux vision de l’opposition s’affrontent. Alors que les jours avancent, l’Eglise catholique et les organisations de la Société civile, ou même la Communauté internationale, redoutent toujours des élections chaotiques au pays."



"RDC: Moïse Katumbi, “la trahison ne sera pas tolérée”
° https://www.politico.cd/encontinu/2018/09/29/rdc-moise-katumbi-la-trahison-ne-sera-pas-toleree.html

"REVELATION DU MEETING BOULEVARD TRIOMPHAL
Adolphe Muzito : un opposant XL nous est né !"

° https://www.forumdesas.org/spip.php?article17218

"Candidature commune de l’Opposition. Félix Tshisekedi : l’ouverture confirmée !"
° https://laprosperiteonline.net/2018/10/01/candidature-commune-de-lopposition-felix-tshisekedi-louverture-confirmee/

"Candidature commune de l’opposition : début des négociations bilatérales entre F. Tshisekedi et V. Kamerhe"
° http://7sur7.cd/new/candidature-commune-de-lopposition-debut-des-negociations-bilaterales-entre-f-tshisekedi-et-v-kamerhe/

"Meeting opposition : « C’était une occasion pour nous de dire à la face du monde que nous attachons une importance toute particulière à l’élection du 23 décembre », (F. Matungulu)"
° http://7sur7.cd/new/meeting-opposition-cetait-une-occasion-pour-nous-de-dire-a-la-face-du-monde-que-nous-attachons-une-importance-toute-particuliere-a-lelection-du-23-decembre-f-matungulu/

"Elections 2018. Opposition : Bemba relance le Mlc à l’avant-garde !"
° https://laprosperiteonline.net/2018/10/01/elections-2018-opposition-bemba-relance-le-mlc-a-lavant-garde/
° https://www.politico.cd/actualite/la-une/2018/09/30/bemba-celebre-les-20-ans-du-mlc-et-appelle-a-defendre-la-liberte.html

"Muzito, Fatshi, Kamerhe, Fayulu au front contre le FCC"
° https://lepotentielonline.net/2018/10/02/muzito-fatshi-kamerhe-fayulu-au-front-contre-le-fcc/


"Une date imprévisible"
° https://lepotentielonline.net/2018/10/02/une-date-imprevisible/


"APRES RECEPTION DES ISOLOIRS ET ENCRES INDELEBILES DANS LES ANTENNES PROVINCIALES
La CENI met le cap sur le déploiement"

° https://www.forumdesas.org/spip.php?article17219

"Meeting Opposition : « La police du FCC n’a vu que 5.000 participants là où, d’autres ont vu des dizaines de milliers », (Claudel Lubaya)"
Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing
° http://7sur7.cd/new/meeting-opposition-la-police-du-fcc-na-vu-que-5-000-participants-la-ou-dautres-ont-vu-des-dizaines-de-milliers-claudel-lbaya/


"Sanctions de l’UE : Kinshasa aux abois !"
° http://www.latempete.info/32229-2/


"Élections 2018 : Shadary reçu par Ramaphosa en Afrique du Sud"
° http://www.latempete.info/32222-2/



"RDC : Nangaa invite l’opposition pour séduire le conseil de sécurité de l’Onu
Evil or Very Mad  Twisted Evil  Embarassed  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing
° https://afrique.lalibre.be/25308/rdc-nangaa-invite-lopposition-pour-seduire-le-conseil-de-securite-de-lonu/
Corneille Nangaa, le patron de la CENI a soudainement repris contact avec les leaders de l’opposition présents sur Kinshasa. Il a invité Vital Kamerhe, Félix Tshisekedi, Martin Fayulu et Freddy Matungulu à une réunion de travail jeudi en milieu de journée.

Un geste de bonne volonté et d’ouverture dans la perspective des éléctions ? Pas vraiment ! Le patron de la Commission électorale nationale indépendante n’entend pas remettre en question sa machine à voter ni entamer une révision du fichier électoral. Son objectif : lancer de la poudre aux yeux de la délégation du conseil de sécurité des Nations unies attendue jeudi en soirée à Kinshasa.
Corneille Nangaa veut donc pouvoir afficher une image de dialogue constructive avec les quatre opposants qui n’ont jamais eu droit à un tel traitement depuis qu’ils sont candidats.
Le pouvoir en place à Kinshasa sait qu’il joue gros lors des deux journées de visite de cette délégation onusienne. A moins de 80 jours du scrutin, l’opposition est apparue unie, samedi 29 septembre lors du premier grand meeting commun de l’opposition. Une unité qui s’est essentiellement construite sur le dos de Nangaa et de sa machine à voter.

S’il parvient à réunir les quatre ténors et qu’il peut afficher un semblant de dialogue avec eux, il sait qu’il pourra détendre la situation et jeter le doute sur le front commun de l’opposition face à l’organisation du scrutin. S’il ne parvient pas à les réunir, il pourra toujours dire à la délégation des Nations unies que l’opposition refuse tout dialogue. Sauf, évidemment, qu’en demeurant unie l’opposition peut envoyer un message bien plus fort au conseil de sécurité : « Nous voulons les élections mais de vraies élections, libres, indépendantes et inclusives. Ils pourraient aussi réitérer leur invitation à la communauté internationale de venir soutenir le processus électoral pour garantir la bonne tenue des élections. Un autre message auquel la délégation onusienne pourrait être très sensible. Un message que refuse d’entendte le pouvoir kabiliste qui veut un scrutin à huis clos."



"RDC : y’aura-t-il des élections à Noël ?
Evil or Very Mad  Twisted Evil  Embarassed  Rolling Eyes  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Rolling Eyes
° http://afrikarabia.com/wordpress/rdc-y-aura-t-il-des-elections-a-noel/
Les retards s’accumulent dans l’organisation des élections du 23 décembre et font craindre un énième glissement du calendrier électoral.

Alerte sur le processus électoral. A moins de trois mois des élections présidentielle et législatives en République démocratique du Congo (RDC), les retards dans le calendrier sont alarmants. Au coeur des inquiétudes se retrouve les fameuses machines à voter, très contestées par l’opposition. Son utilisation, décidée au dernier moment par la Commission électorale (Ceni), et jamais inscrite dans la loi électorale, fait craindre une possible fraude massive.
Mais ce qui inquiète surtout les observateurs, c’est le retard pris par le déploiement des 106.000 machines à répartir dans 75.000 bureaux de vote du pays. Les premiers lots devaient débarquer par bateau fin juillet, mais les autorités ont repoussé leur arrivée pour la fin septembre. Et début octobre, il n’y a toujours pas de machines à voter à l’horizon.

Retards logistiques

Mais une fois les machines sur le sol congolais, reste sans doute le plus dur à faire : les acheminer aux quatre coins de ce vaste pays continent, grand comme cinq fois la France, et dont les infrastructures routières sont quasi inexistantes. Et pour cela, il faut beaucoup de moyens. Seulement voilà, la RDC a affirmé vouloir organiser seule les élections et a décliner l’aide logistique des casques bleus de la Monusco. La Commission électorale a annoncé disposé de 7 hélicoptères, 7 avions dont 2 Boeing, d’un DC-8, d’un Antonov, de 130 camions,185 pickups…
Mais selon plusieurs experts, le compte n’y est pas, d’autant que les hélicoptères sont encore sans pilote, encore en formation au Soudan, et que certains appareils sont « en cours d’acquisition ». Si on rajoute les difficultés d’acheminent dans certaines provinces, en bateau, ou en pirogue, et l’insécurité qui règne dans l’Est et le centre du pays, certains experts tablent sur « au moins 45 jours de retard » sur le calendrier initial.

La Ceni déjà hors délais

Les retards s’accumulent également dans la formation des agent électoraux, toujours au point mort, mais aussi dans l’affichage des listes électorales provisoires. Pour l’instant, les listes ne sont pas encore consultables dans les 17.000 points de votes identifiés par la Ceni. En comptant les délais de contestations de 30 jours et l’obligation d’afficher les listes définitives 60 jours avant la date du scrutin… la Commission électorale est déjà en dehors des clous.
Enfin, toujours aussi inquiétant, le manque de moyens financiers fait planer le doute sur la volonté réelle du pouvoir d’organiser les élections dans les délais. A ce jour, il manque 289 millions de dollars à la Ceni pour boucler son budget électoral. Sur les 432 millions budgétés, l’Etat n’a décaissé que 143 millions, et n’a rien versé depuis juillet 2018 dans les caisses de la Commission électorale. Et comme sur l’aide logistique, le gouvernement congolais a refusé toute aide financière extérieure, estimant qu’elle ne devait plus subir « d’ingérence étrangère ». Si Corneille Nangaa, le président de la Ceni, a tenté de rassurer l’opinion en déclarant qu’il y aurait biens des élections en décembre « avec ou sans argent », son verdict est sans appel sur la machine à voter : « sans machine à voter, les élections ne pourront se tenir en décembre ! ». Un ballon d’essai loin d’être innocent.

En attendant la candidature unique de l’opposition

A 80 jours du scrutin, tous les indicateurs sont au rouge et le spectre d’un nouveau report du scrutin plane de nouveau au Congo. Le retard logistique des machines à voter pourrait constituer l’argument idéal pour retarder pour la troisième fois la présidentielle, permettant ainsi Joseph Kabila, président hors mandat depuis 2016, de continuer à conserver son fauteuil. Le pouvoir attend de savoir quelle tournure va prendre la possible (mais encore incertaine) candidature unique de l’opposition. En cas d’une désignation unanime d’un seul candidat pour représenter l’ensemble de l’opposition, le pouvoir pourrait avoir peur des urnes et repousser le vote. En cas de candidatures multiples d’opposants, le camp présidentiel pourrait alors décider d’aller aux urnes… en étant sûr de gagner. Tout est désormais une question de timing, dont Joseph Kabila détient encore les clés."



Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE POUVOIR, L’OPPOSITION ; OÙ VA LE CONGO ? LE FCC, L’ARMÉE... ET OÙ SE TROUVE ALORS CE CONGO UNI ET DÉMOCRATIQUE, SOUVERAIN ET FORT, RESPONSABLE ET GAGNANT ???

Message  ndonzwau le 4/10/2018, 3:08 am

"“Celui qui veut aller à des élections avec la machine à voter ira seul!”
° https://www.politico.cd/encontinu/2018/10/03/celui-qui-veut-aller-a-des-elections-avec-la-machine-a-voter-ira-seul.html
L’opposition congolaise ne compte toujours pas aller aux élections avec la machine à voter imposée par la Commision électorale et qui se retrouve au coeur d’une vive polémique. 

Après leur meeting du 29 septembre à Kinshasa, les opposants insistent toujours sur le fait qu’ils ne participeront pas aux prochaines élections avec la machine à voter. “Contrairement à ce qui se dit, nous n’avons à aucun moment prévu de participer aux élections avec les machines de Nangaa. Celui qui veut aller à des élections avec ces machines ira seul, pas avec nous“, répond un proche de Moïse Katumbi ce mercredi à POLITICO.CD.
Félix Tshisekedi, leader de l’UDPS, a pourtant, dans son intervention le samedi dernier devant des milliers des partisans de l’opposition, laissé entendre que si l’opposition était unie, elle pourrait bien participer à ces élections prévues le 23 décembre et l’emporterait peu importe la machine à voter.
Si nous parlons d’une seule voix, personne ne peut le changer. La voix du peuple c’est la voix de Dieu. Ne l’oublions pas“, a-t-il dit avant d’ajouter: “Si nous restons unis, si nous persistons, je suis sûr que nous allons l’emporter le 23 décembre“.

Alors que l’UNC  de Vital Kamerhe et l’UDPS ont entamé des discussions pour la désignation d’un candidat commun de l’opposition, plusieurs estiment que cette question n’est pas prioritaire. “La question de la transparence des élections est cruciale, plus importante que celle du candidat commun. S’il n’y a pas de transparence, peu importe notre candidat ou l’unité, Kabila choisira le vainqueur de cette élection“, estime ce proche Conseiller de Katumbi qui a requis l’anonymat.
Les opposants devraient une fois de plus se rencontrer en Europe dans les jours à venir. Là encore, il serait question “d’évaluer d’abord les préalables posés par l’opposition avant de parler de tout autre sujet.“"



"RDC : L'opposition s'est réunie la veille de la rencontre avec Nangaa
° https://actualite.cd/2018/10/03/rdc-lopposition-sest-reunie-la-veille-de-la-rencontre-avec-nangaa
Certains leaders de l'opposition se sont retrouvés, ce mercredi 3 octobre 2018, pour discuter des questions à aborder lors de la rencontre programmée le jeudi 4 octobre avec la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI).
Adolphe Muzito (Nouvel Elan), Vital Kamerhe (UNC), Freddy Matungulu (CNB/SYENCO), Fidèle Babala (MLC), Pierre Lumbi (Ensemble), Jacquemin Shabani (UDPS) ont participé à cette rencontre.
" Il était question d'avoir des éléments communs de langage", a dit à ACTUALITE.CD un des participants.
La CENI a invité, ce jeudi 4 octobre, tous les 21 candidats à l'élection présidentielle à une discussion qui va porter notamment sur l'évaluation du processus électoral en cours."



"CENI-candidats présidents : rendez-vous confirmé ce jeudi !
° https://laprosperiteonline.net/2018/10/02/ceni-candidats-presidents-rendez-vous-confirme-ce-jeudi/
Jean-Pierre Kalamba, rapporteur de la centrale électorale congolaise, l’a soufflé plus d’une fois à la presse. Initialement annoncée pour ce mercredi, aux dernières nouvelles, cette rencontre a plutôt été confirmée pour jeudi 4 octobre 2018. Nangaa et les barbouzes de la CENI face aux prétendants futurs présidents de la République Démocratique du Congo ! Ce face-à-face ne peut qu’être électrique, laissent déjà entendre des observateurs. Si, commentent certains, la présence du candidat du Front Commun pour le Congo autant que sa participation bon-enfant seraient des acquis pour cette institution d’appui à la démocratie, il n’en est pas le cas pour les 20 qui restent. Un, quant à Kin-kiey Mulumba, l’opinion se demande si l’homme brisera l’omerta et se présentera au salon Malumalu de la CENI pour échanger in vivo avec les animateurs de cette institution d’appui à la démocratie. Et, de deux et plus même, quiconque suit l’actualité sait que salive et encre pourrait bien couler sur toute une flopée de sujets dont surtout deux coiffent le poteau et devraient être des patates chaudes entre les mains de Nangaa, Basengezi et Kalamba. C’est un secret de polichinelle. Il s’agit bel et bien de la problématique de la machine à voter ainsi que celle de l’usage du fichier électoral actuel en son état. Et, sur ces dossiers, les candidats indépendants comme les opposants sont attendus avec une série de brûlantes interpellations.

Ne serait-ce pas là même l’intention de la CENI ? Celle d’échanger à chaud avec les Kamerhe, Félix Tshisekedi, Matungulu, et Cie pour décrisper électoralement? Possible. Mais, reste à savoir si la Commission Electorale Nationale Indépendante aura les nerfs pour manager sans accroc cette réunion de haute importance car, de la CENCO à l’ONU en passant par la SADC comme l’Union Africaine, une volonté de voir les violons s’accorder au Congo-Kinshasa entre parties prenantes sur les questions qui fâchent fait consensus.  Et, qui mieux que les candidats en lice pour la présidentielle peuvent être les sujets de choix d’une harmonisation même comme échantillon ? Pour d’aucuns, c’est là une initiative à louer mais seulement que la montagne n’accouche pas d’une souris !  Préviennent quelques analystes qui se perdent déjà en conjecture sur le fait que cette rencontre CENI-21 candidats à la magistrature suprême ne saura avoir d’intérêt que si elle a un impact réel sur la suite du processus électoral car, jusqu’à l’aube de la convocation de la campagne électorale, les contradictions demeurent légions sur les joutes électorales du 23 décembre 2018, à tel point que la tenue effective même de ce rendez-vous parait loin d’être une certitude, malgré les avis CENI-Pouvoir sur l’irréversibilité des élections de fin 2018. La longue course vers l’alternance démocratique et pacifique en République Démocratique du Congo garde encore un horizon clair-obscur. Entre-temps, à la centrale électorale,  Kalamba qui a annoncé le tête-à-tête CENI-candidats à la présidentielle, appelle l’opinion à positiver et à voir ce qui marche plutôt que d’insister sur ce qui coince."



"RDC-Présidentielle : La CENI va réunir les 21 candidats ce jeudi"
° https://actualite.cd/2018/10/02/rdc-presidentielle-la-ceni-va-reunir-les-21-candidats-ce-jeudi
"Ce jeudi à Kinshasa, face-à-face Nangaa-candidats présidents de la République"
° http://groupelavenir.org/ce-jeudi-a-kinshasa-face-a-face-nangaa-candidats-presidents-de-la-republique/
"Alors que la machine à voter est toujours décriée : Les candidats présidents face à la Centrale électorale ce jeudi"
° http://www.latempete.info/32269-2/
"A MOINS DE TROIS MOIS DE LA PRESIDENTIELLE
Ceni-21 candidats : une réunion annoncée pour ce jeudi"

° https://www.forumdesas.org/spip.php?article17230
"Pour un dialogue constructif entre la CENI et les candidats présidents"
° https://www.forumdesas.org/spip.php?article17227
"Que dira-t-il ?
° https://lepotentielonline.net/2018/10/02/que-dira-t-il/
A-t-il encore un discours à faire entendre aux Congolais ? Depuis qu’il a tracé son chemin, celui d’utiliser la machine à voter aux élections du 23 décembre prochain, le président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) n’écoute plus personne. Curieusement, il va recevoir, ce jeudi, les 21 candidats présidents de la République.
Par Le Potentiel(...)"


"RDC : Nangaa invite l’opposition pour séduire le conseil de sécurité de l’Onu
° https://afrique.lalibre.be/25308/rdc-nangaa-invite-lopposition-pour-seduire-le-conseil-de-securite-de-lonu/
Corneille Nangaa, le patron de la CENI a soudainement repris contact avec les leaders de l’opposition présents sur Kinshasa. Il a invité Vital Kamerhe, Félix Tshisekedi, Martin Fayulu et Freddy Matungulu à une réunion de travail jeudi en milieu de journée.
Un geste de bonne volonté et d’ouverture dans la perspective des éléctions ? Pas vraiment ! Le patron de la Commission électorale nationale indépendante n’entend pas remettre en question sa machine à voter ni entamer une révision du fichier électoral. Son objectif : lancer de la poudre aux yeux de la délégation du conseil de sécurité des Nations unies attendue jeudi en soirée à Kinshasa.(...)"




"RDC: montée de tension entre l'ONU et le gouvernement congolais
° http://www.rfi.fr/afrique/20181003-rdc-montee-tension-entre-onu-le-gouvernement-congolais
Alors que les membres du Conseil de sécurité sont attendus cette semaine à Kinshasa, la tension ne semble pas retombée entre l'ONU et le gouvernement congolais. Selon les informations recueillies par RFI, juste avant l'arrivée de Joseph Kabila à New York, du matériel destiné à des contingents de casques bleus a été bloqué par l'administration congolaise. C'est notamment l'arrivée d'un bataillon indonésien dénommé « de déploiement rapide » et du matériel qui lui était destiné qui avait mis le feu aux poudres alors que Kinshasa demande à l'ONU d'établir un plan de retrait définitif de sa mission en RDC.
Avec notre envoyée spéciale à New York, Sonia Rolley

C'est à la veille de l'Assemblée générale des Nations unies que le gouvernement congolais aurait averti l'ONU de son mécontentement, expliquent des sources onusiennes. Un mécontentement motivé par l'arrivée d'armement à destination du nouveau bataillon indonésien dit « de déploiement rapide ». Toujours selon ces sources onusiennes, Kinshasa serait même allé jusqu'à menacer de bloquer l'arrivée de toute la logistique à l'attention de tous les nouveaux contingents de la Monusco.

Déploiement sans concertation

Du côté de l'armée congolaise, on justifie cette décision par le déploiement de ce nouveau bataillon onusien qui se serait fait sans concertation. « L'importation d'armes et de munitions en quantités surrestimées nous préoccupe », dit une source militaire congolaise qui rappelle que le gouvernement n'a aucun regard sur l'entrée et la sortie des armes des casques bleus. « La Monusco ne nous informe même pas sur les quantités d'armes perdues par leurs casques bleus au profit des groupes armés », dénonce encore cette source militaire.

Vent de panique

Un tel blocage a créé un vent de panique au sein du quartier général de l'ONU, alors que le président Joseph Kabila avait enfin accepté de rencontrer le secrétaire général, Antonio Guterres. Et pourtant, pour une source onusienne, c'était simplement une manière pour les autorités congolaises de tester la réaction de la communauté internationale à ce type de mesure de rétorsion. L'incident est clos, promet le gouvernement congolais alors que justement, les membres du conseil de sécurité doivent arriver le 5 octobre en RDC.  Le ministre congolais des Affaires étrangères assurait, hier, mardi 2 octobre, à RFI que ces nouveaux bataillons de la Monusco pourront désormais travailler avec leur équipement."



"Kinshasa gèle une livraison d’armes destinées à la Monusco"
° https://www.politico.cd/actualite/la-une/2018/10/03/kinshasa-gele-une-livraison-darmes-destinees-a-la-monusco.html

"RDC: les vraies raisons de la colère du gouvernement congolais contre l’ONU"
° https://lepotentielonline.net/2018/10/03/rdc-les-vraies-raisons-de-la-colere-du-gouvernement-congolais-contre-lonu/

"ONU : une délégation du conseil de sécurité attendue à Kinshasa pour évaluer le mandat de la MONUSCO"
° https://www.radiookapi.net/2018/10/03/actualite/politique/onu-une-delegation-du-conseil-de-securite-attendue-kinshasa-pour

La MONUSCO toujours disposée à apporter son « appui militaire nécessaire » aux élections"
° https://www.radiookapi.net/2018/10/03/actualite/politique/la-monusco-toujours-disposee-apporter-son-appui-militaire-necessaire

"RDC : La visite du Conseil de sécurité, une occasion d’ouvrir l’espace civique en prévision des élections de décembre"
° https://afrique.lalibre.be/25269/rdc-la-visite-du-conseil-de-securite-une-occasion-douvrir-lespace-civique-en-prevision-des-elections-de-decembre/


"Indomptables !
° https://laprosperiteonline.net/2018/10/02/indomptables/
Il reste très peu de temps avant que la nouvelle du caractère indomptable des élections et de la date irréversible du début des propagandes, soit une parole d’évangile pour tous, chrétiens comme athées.  Autrement dit, ni la réunion de la CENI avec les 21 candidats présidentiables ce jeudi 4 octobre dans la salle Abbé Apollinaire Malumalu à la centrale électorale, encore moins l’arrivée 24 heures après de la délégation du Conseil de sécurité à Kinshasa pour étonnement rencontrer celui qui revient fraichement de la 73ème assemblée générale de l’ONU à New York, au pays de Trump Donald, à savoir le Président de la République Joseph Kabila, n’arrêtera le train électoral qui a convolé en juste noces avec les rails de l’horizon «23», nonobstant toutes les critiques des uns comme des autres sur le fichier, depuis la publication du calendrier électoral le 5 novembre. A comprendre, le bourbon étant tiré, il est conseillé aux assoiffés de premier rang de l’ingurgiter et étancher, tant soit peu, la soif de voir ces élections se tenir, quelques deux jours avant que Christ ne naisse parmi nous.

Surement, la réunion de demain entre Nangaa et tous les 21 présidentiables sera rivée sur tous les acquis de cette commission d’exercice indépendant depuis sa prise de mer, jusqu’à aujourd’hui. Une sorte de compte rendu, l’on dira. Puisqu’ils seront tous réunis, excepté personne, sera-t-il possible de rêver de l’extraordinaire demande de revoir le processus lui-même ? Face à une telle rêverie, il y a forte à parier que Nangaa rétorque par «l’extraordinaire n’existe pas».
Car, actuellement, le sujet à traiter est, entre autres, le comment asseoir les 800 bureaux de vote, sur toute l’étendue de la République, et s’occuper de plus de 15.000 candidats députés nationaux, 19.496 à la provinciale et les 21 présidentiables. Avant d’embrasser le divers, le président s’en remettra, faut-il le penser, à la responsabilité de chaque candidat, parlant du code de bonne conduite, le temps d’atteindre les deux grandes dates restantes.

Mais, quoiqu’indomptables ses dates, les dessous des cartes de l’arrivée sur fond de « tu pars, je te suis », de la délégation du Conseil de sécurité à Kinshasa, en dira plus sur la recherche de crédibilisation de ce processus dont la CENI ne veut plus entendre parler. Irréversibles, les élections dans leurs formats caricaturés par Nangaa et les siens, pourtant elles continuent à éveiller de soupçons de non-tenue, parce que dans le camp de l’opposition, sept leaders ont, de concert, dit non à la machine à voter, aux électeurs fictifs, voire au processus lui-même.
Au finish, l’on croirait que les politiques jouent à un jeu dont les règles sont de garder sciemment la réalité à l’insu du tout puissant public qui détient pourtant la clef du choix de son prochain dirigeant. Bizarre…

Le risque dans tout ce raffut soigneusement concocté, c’est le sérieux retard que se donne l’Etat par rapport à d’autres nations dont la plupart porte des âges inférieurs à la RDC, en ce qui concerne l’indépendance acquise. Ce sera terrible, même abasourdissant de relooker ce Congo-Kinshasa quelques années après, puisque même pour les intérêts de la nation, le consensus n’arrive pas à trouver de place dans tous les salons de discussions politiques. Malheureux.
Indomptables, irréversibles, ou quoi que l’on puisse dire de ces scrutins prévus au mois de décembre, le vrai sens de cet électorat n’aura vu le soleil que si, comme des opposants se sont réunis pour la première fois de l’histoire, les politiques congolais se réunissaient contre toute attente, pour faire montre de leur souveraineté et de leur maturité, en organisant des élections crédibles avec des résultats fiables. Il est encore temps, et cela ne changera en rien le caractère indomptable de ces élections de tous les enjeux. Il faut croire."




"RDC: l’opposant Lubaya évoque un report de la présidentielle"
° https://afrique.lalibre.be/25362/rdc-lopposant-lubaya-evoque-un-report-de-la-presidentielle/

Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE POUVOIR, L’OPPOSITION ; OÙ VA LE CONGO ? LE FCC, L’ARMÉE... ET OÙ SE TROUVE ALORS CE CONGO UNI ET DÉMOCRATIQUE, SOUVERAIN ET FORT, RESPONSABLE ET GAGNANT ???

Message  ndonzwau le 4/10/2018, 10:00 pm

" Nangaa face aux présidentiables : un piège à cons"
° https://lepotentielonline.net/2018/10/04/nangaa-face-aux-presidentiables-un-piege-a-cons/

"Face à face Ceni-Présidentiables : si Corneille Nangaa écoutait…"
° http://www.lephareonline.net/face-a-face-ceni-presidentiables-corneille-nangaa-ecoutait/

"Réunion à la CENI & arrivée délégation ONU : un jeudi très politique à Kinshasa"
° https://laprosperiteonline.net/2018/10/03/reunion-a-la-ceni-arrivee-delegation-onu-un-jeudi-tres-politique-a-kinshasa/

"Présidentielle – Réunion CENI et candidats présidents: E. Ramazani, V. Kamerhe, M. Fayulu… présents, F. Tshisekedi représenté"
° http://7sur7.cd/new/presidentielle-reunion-ceni-et-candidats-presidents-e-ramazani-v-kamerhe-m-fayulu-presents-f-tshisekedi-represente/

"Présidentielle en RDC: réunion électrique entre Corneille Nangaa et les candidats"
° https://www.politico.cd/encontinu/2018/10/04/presidentielle-en-rdc-reunion-electrique-entre-corneille-nangaa-et-les-candidats.html

"Du 05 au 07 octobre 2018: Les membres du Conseil de sécurité en visite technique en Rdc"
° http://groupelavenir.org/du-05-au-07-octobre-2018-les-membres-du-conseil-de-securite-en-visite-technique-en-rdc/

"Le Conseil de sécurité à Kinshasa pour s'assurer d'élections "libres""
° https://www.voaafrique.com/a/le-conseil-de-s%C3%A9curit%C3%A9-%C3%A0-kinshasa-pour-s-assurer-d-%C3%A9lections-libres-/4598502.html


"RDC : Joseph Kabila roulera-t-il dans la farine les membres du conseil de sécurité de l’ONU ?"
° https://congolibere.com/rdc-joseph-kabila-roulera-t-il-dans-la-farine-les-membres-du-conseil-de-securite-de-lonu/



" Campagne de sensibilisation des électeurs. Machine à voter : le Gouvernement tient la CENI à l’œil !"
° https://laprosperiteonline.net/2018/10/03/campagne-de-sensibilisation-des-electeurs-machine-a-voter-le-gouvernement-tient-la-ceni-a-loeil/


"Un scrutin piège pour les "favoris"
Coucou la revoilà ! Chasser la bipolarisation"

° https://www.forumdesas.org/spip.php?article17246


"RDC: Nangaa et ses machines dos au mur!"
° https://www.politico.cd/actualite/la-une/2018/10/04/rdc-nangaa-et-ses-machines-dos-au-mur.html
° https://www.politico.cd/actualite/la-une/2018/10/04/tryphon-kin-kiey-mulumba-appelle-a-ecarter-la-machine-a-voter.html



"RDC: Maison Schengen: discussions en cours pour reprendre la délivrance de visas"
° https://afrique.lalibre.be/25370/rdc-maison-schengen-discussions-en-cours-pour-reprendre-la-delivrance-de-visas/


"Ces « autistes » qui nous gouvernent"
° http://www.congoindependant.com/ces-autistes-qui-nous-gouvernent/

Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE POUVOIR, L’OPPOSITION ; OÙ VA LE CONGO ? LE FCC, L’ARMÉE... ET OÙ SE TROUVE ALORS CE CONGO UNI ET DÉMOCRATIQUE, SOUVERAIN ET FORT, RESPONSABLE ET GAGNANT ???

Message  ndonzwau le 5/10/2018, 2:06 am

Les pressions insistantes de l'opposition mais aussi du peuple qui la soutient ostensiblement et de la CI commenceraient-elles à porter sensiblement ?
Voilà en effet que notre impayable Ceni jusque-là coupablement autiste convie subitement les opposants via tous les candidats à une rencontre et nous commet une introuvable commission pour discuter des écueils connus belle lurette de son processus.
Que cache ce revirement ? Si c'était pour refiler l"échec de ses choix à ceux qui n'ont jamais cessé de lui démontrer sa criminelle fuite en avant ?


Sa machine à voler, son fichier pollué, toute la Terre n'en veut pas, il le sait bien et c'est aujourd'hui à 75 jours des élections qu'il s'en aperçoit ?
Il y'a anguille sous roche de la part du pouvoir dans cette démarche, déjà certains avancent que le financement ferait en fait défaut, d'ici qu'ils trouvent une astuce pour faire porter le chapeau de leur impossibilité d'organiser les élections sur les autres en bricolant un énième "consensus" mensonger, un "dialogue déguisé" comme ils en ont l'habitude : vous ne voulez pas de machine à voter mais alors les bulletins de vote ne peuvent être prêts d'ici le 23 décembre et boum, les scrutins reportés à 6 mois ou plus...

Les opposants doivent rester très vigilants et d'abord en parlant d'une seule voix pour déjouer toutes ces manœuvres...
C'est bien d'accepter une "commission" encore faut-il bien décrypter ce qu'ils doivent y faire pour ne pas subir les rusées oukases de ces apprentis sorciers.
Attendons la suite...


"Usage de la machine à voter: la CENI et les candidats présidents s’accordent à mettre en place une commission
° https://www.radiookapi.net/2018/10/04/actualite/politique/usage-de-la-machine-voter-la-ceni-et-les-candidats-presidents
Les candidats présidents à l’élection présidentielles de décembre 2018 et la Commission électorale nationale indépendante (CENI, se sont accordés à mettre sur pied une commission technique pour résoudre les questions liées aux élections notamment la machine à voter et le nettoyage du fichier électoral. L’annonce a été faite ce jeudi 4 octobre le président de la CENI Corneille Nangaa à l’issue d’une séance de travail entre les deux parties à Kinshasa.

« Les candidats ont salué d'abord le fait que le processus évolue. Mais en plus de cela, ils ont présenté certaines préoccupations concernant certaines questions techniques. Les candidats et la CENI se sont mis d'accord pour qu'une commission technique soit mise en place et cette commission devra permettre d'approfondir toutes ces questions. Le tout dans le but de concilier les impératifs certes techniques de faire adhérer tout le monde au processus, mais aussi de faire en sorte que le 23 décembre l'élection se tienne », a rapporté Corneille Nangaa.
Cette position n’est pas du tout partagée par tous les candidats, principalement ceux de l’opposition politiques et certains indépendants. Marie Josée Ifoku, l’une de candidate indépendante affirme par contre qu’il n’y a pas eu de consensus sur la machine à voter.
« Nous ne pouvions sortir satisfaits parce que la CENI nous a présenté l'état des lieux du processus électoral à ce jouir, et nous les candidats, nous ne sommes pas d'accord avec la machine à voter, le ficher électoral qui pose problème. Entretemps, la CENI ne cesse de déclarer que nous irons aux élections le 23 décembre, mais je ne sais pas de quelle manière parce que nous n'avons pas débattu de la machine à voter qui n'assure personne apparemment. Il n'y pas eu consensus », a indiqué Mme Ifoku.


"RDC-Présidentielle : Les candidats et la CENI se sont mis d’accord sur la mise en place d’une commission technique
° https://actualite.cd/2018/10/04/rdc-presidentielle-les-candidats-et-la-ceni-se-sont-mis-daccord-sur-la-mise-en-place
La Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) et les 21 candidats à la présidentielle du 23 décembre se sont accordés, ce jeudi 4 octobre, sur la mise en place d’une commission technique devant permettre d’approfondir certaines “questions techniques” liées au processus électoral.

Les candidats Emmanuel Ramazani Shadary, Vital Kamerhe, Martin Fayulu, Samy Badibanga, Freddy Matungulu, Daniel Shekomba, Théodore Ngoyi, Marie-Josée Ifoku, Gabriel Mokia, ont entre autres pris part à cette rencontre.
« C’était la première avec les candidats présidents de la République. Une très bonne réunion, et le maître-mot est que le 23 ( Ndlr : 23 décembre) nous devons avoir les élections. Ainsi, les candidats ont salué d’abord le fait que le processus évolue mais, en plus de ça, ils ont présenté certaines préoccupations concernant certaines questions techniques. A cet effet, les candidats et la CENI se sont mis d’accord pour qu’une commission technique soit mise en place. Et cette commission devra permettre d’approfondir toutes ces questions. Le tout dans le but de concilier les impératifs techniques de faire adhérer tout le monde au processus mais aussi de faire en sorte que le 23 décembre l’élection se tienne », a déclaré le président de la CENI, Corneille Naanga, au sortir de cette rencontre.
Les opposants ainsi qu’une partie de la société civile exigent la mise à l’écart de la machine à voter."



"Réunion CENI – 21 candidats présidents : Voici les 6 préoccupations de l’opposition soumises à la CENI sur fond des menaces (art. 64)
° http://7sur7.cd/new/reunion-ceni-21-candidats-presidents-voici-les-6-preoccupations-de-loppostion-soumises-a-la-ceni-sur-fond-des-menaces-art-64/
L’opposition politique congolaise a pris part ce jeudi 4 octobre à la réunion qui a mis autour d’une même table, le bureau de la Commission Électorale Nationale Indépendante et les 21 candidats à la présidentielle de décembre 2018.
Opportunité pour les opposants, de soumettre une série des préoccupations au bureau de cette institution d’appui à la démocratie, en rapport avec le processus électoral.
Au nombre de 6 au total, ces préoccupations sont les suivantes :


1. La problématique de la machine à voter qui est une modalité de vote électronique interdite par la loi électorale du processus en cours ;
2. Le nettoyage du fichier électoral ;
3. Le financement du processus électoral et du plan de décaissement à ce jour, ainsi que de la transparence des élections en l’absence d’observateurs internationaux ;
4. La problématique de la logistique et de la sécurisation du processus électoral avant, pendant et après le vote ;
5. Les dispositions prises pour la tenues des élections dans les zones insécurisées (Nord-Kivu, Ituri, Kasaï) ;
6. Le remplacement sans délai du délégué de l’UDPS au sein du bureau de la CENI, conformément à l’accord de la Saint Sylvestre.

Les opposants invitent dans la foulée, la population congolaise à demeurer vigilante, mobilisée, et le cas échéant, faire usage de l’article 64 de la constitution, pour s’opposer disent-ils, à toute parodie d’élections et sauver la démocratie en péril.
Pour rappel, l’article 64 de la constitution institue le droit à la révolte populaire contre la gouvernement en cas de confiscation du pouvoir d’Etat ou de son exercice en violation de la loi."



"Kinshasa : la machine à voter au menu de la rencontre CENI-candidats à la présidentielle du 23 décembre
° https://www.radiookapi.net/2018/10/04/actualite/politique/kinshasa-la-machine-voter-au-menu-de-la-rencontre-ceni-candidats-la

"RDC : Après la rencontre avec Nangaa, les candidats de l’opposition globalement insatisfaits
° https://actualite.cd/2018/10/04/rdc-apres-la-rencontre-avec-nangaa-les-candidats-de-lopposition-globalement-insatisfaits
"RDC-Elections : Pour l’opposition, la CENI portera seule la responsabilité en cas de non tenue des élections
° https://actualite.cd/2018/10/04/rdc-elections-pour-lopposition-la-ceni-portera-seule-la-responsabilite-en-cas-de-non
"RDC-Présidentielle 2018 : l’opposition charge la CENI en cas de non-tenue des élections le 23 décembre 2018
° https://lepotentielonline.net/2018/10/04/rdc-presidentielle-2018-lopposition-charge-la-ceni-en-cas-de-non-tenue-des-elections-le-23-decembre-2018/

"Présidentielle: la rencontre de Nangaa avec les candidats tourne au fiasco
° https://www.politico.cd/actualite/la-une/2018/10/04/presidentielle-la-rencontre-de-nangaa-avec-les-candidats-tourne-au-fiasco.html

"Elections 2018: pour Palu & Alliés, « on ne peut pas y aller avec les divisions autour de la machine à voter et le fichier électoral »
° https://lepotentielonline.net/2018/10/04/elections-2018-pour-palu-allies-on-ne-peut-pas-y-aller-avec-les-divisions-autour-de-la-machine-a-voter-et-le-fichier-electoral/

° https://actualite.cd/2018/10/04/rdc-nangaa-en-reunion-avec-shadary-kamerhe-matungulu-fayulu-badibanga-et-dautres


"Candidat et programme communs de l’Opposition: Félix Tshisekedi déjà éliminé ?"
Evil or Very Mad  Twisted Evil  Embarassed  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes        
° http://groupelavenir.org/candidat-et-programme-communs-de-lopposition-felix-tshisekedi-deja-elimine/

"Koffi chante la machine à voter : le Roi de la rumba s'invite dans la polémique électoraleCandidat et programme communs de l’Opposition: Félix Tshisekedi déjà éliminé ?
° https://www.diaspordc.com/koffi-chante-la-machine-a-voter-le-roi-de-la-rumba-sinvite-dans-la-polemique-electorale/
"L’artiste Koffi Olomide s’invite dans la polémique électorale
° https://www.politico.cd/en-off/2018/10/04/lartiste-koffi-olomide-sinvite-dans-la-polemique-electorale.html


"L’argent manque à la CENI!
Evil or Very Mad  Twisted Evil  Embarassed  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing
° https://www.politico.cd/en-clair/2018/10/04/largent-manque-a-la-ceni.html



"Actu Expliquée 04.10 : Vers l'abandon de la machine à voter contre transition de 6 mois?





Compatriotiquement!



# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE POUVOIR, L’OPPOSITION ; OÙ VA LE CONGO ? LE FCC, L’ARMÉE... ET OÙ SE TROUVE ALORS CE CONGO UNI ET DÉMOCRATIQUE, SOUVERAIN ET FORT, RESPONSABLE ET GAGNANT ???

Message  ndonzwau le 8/10/2018, 11:01 pm

"RDC : Message de l’opposition à la mission du l’ONU « Ne cédez pas au chantage de Kabila »"
° https://afrique.lalibre.be/25503/rdc-message-de-lopposition-a-la-mission-du-lonu-ne-cedez-pas-au-chantage-de-kabila/
° http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=211611&Actualiteit=selected

"RDC : Aux membres du Conseil de sécurité, l'opposition a insisté sur ses préalables"
° https://actualite.cd/2018/10/07/rdc-aux-membres-du-conseil-de-securite-lopposition-insiste-sur-ses-prealables

"POUR UN PROCESSUS ELECTORAL SECURISE ET CREDIBLE
L’Opposition demande la reconduction des forces de la Monusco

° https://www.forumdesas.org/spip.php?article17274

"L’ONU considère que l’Accord du 31 déc. est un passage obligé pour des élections crédibles"
° https://lepotentielonline.net/2018/10/08/lonu-considere-que-laccord-du-31-dec-est-un-passage-oblige-pour-des-elections-credibles/



"RDC: le Conseil de sécurité appelle au dialogue sur les machines à voter"
° http://www.rfi.fr/afrique/20181007-rdc-conseil-securite-appelle-dialogue-machines-voter

"BOUCLANT SA MISSION DE TROIS JOURS HIER A KINSHASA
Le Conseil de sécurité pour un plus large consensus sur la machine à voter"

° https://www.forumdesas.org/spip.php?article17276

"Usage de la machine à voter: le Conseil de sécurité recommande un consensus"
° https://www.radiookapi.net/2018/10/08/actualite/politique/usage-de-la-machine-voter-le-conseil-de-securite-recommande-un

" RDCongo : la machine à voter concentre les critiques"
° https://afrique.lalibre.be/25520/rdcongo-la-machine-a-voter-concentre-les-critiques/


"Elections: Le CLC critique la machine à voter en avançant une dizaine de raisons"
° https://www.mediacongo.net/article-actualite-43120_elections_le_clc_critique_la_machine_a_voter_en_avancant_une_dizaine_de_raisons.html

"Processus électoral : la CENCO préoccupée par l'absence de consensus entre les acteurs politiques"
° https://www.radiookapi.net/2018/10/07/actualite/politique/processus-electoral-la-cenco-preoccupee-par-labsence-de-consensus
° https://afrique.lalibre.be/25496/rdc-le-clc-lance-ce-7-octobre-sa-campagne-contre-la-machine-a-voter/


"Leila Zerrougui : « Les trois mois qui restent sont extrêmement importants »"
° https://www.radiookapi.net/2018/10/08/actualite/politique/leila-zerrougui-les-trois-mois-qui-restent-sont-extremement

"Le Conseil de sécurité marque sa volonté d’accompagner la RDC sur le chemin de la paix, de la stabilité et de la prospérité"
° https://www.radiookapi.net/2018/10/07/actualite/politique/le-conseil-de-securite-marque-sa-volonte-daccompagner-la-rdc-sur-le

"RDCongo: le Conseil de Sécurité insiste pour des « élections inclusives, pacifiques et crédibles »"
° https://afrique.lalibre.be/25591/rdcongo-le-conseil-de-securite-insiste-pour-des-elections-inclusives-pacifiques-et-credibles/


"Drôle de mission du Conseil de sécurité de l’ONU à Kinshasa"
° https://www.politico.cd/actualite/la-une/2018/10/08/drole-de-mission-du-conseil-de-securite-de-lonu-a-kinshasa.html


"La vraie autorité morale"
° https://lepotentielonline.net/2018/10/08/la-vraie-autorite-morale/


"Kinshasa accuse l’UE « d’ingérence électorale » en maintenant les sanctions contre Shadary"
Evil or Very Mad  Twisted Evil  Embarassed  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Rolling Eyes  Question  Question  Question    
° https://www.politico.cd/actualite/la-une/2018/10/06/kinshasa-accuse-lue-dingerence-electorale-en-maintenant-les-sanctions-contre-shadary.html


"RDCongo: Opinions – Pas de vote pour les seigneurs de guerre en décembre 2018"
Evil or Very Mad Twisted Evil Embarassed Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes
° https://afrique.lalibre.be/25591/rdcongo-le-conseil-de-securite-insiste-pour-des-elections-inclusives-pacifiques-et-credibles/

Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE POUVOIR, L’OPPOSITION ; OÙ VA LE CONGO ? LE FCC, L’ARMÉE... ET OÙ SE TROUVE ALORS CE CONGO UNI ET DÉMOCRATIQUE, SOUVERAIN ET FORT, RESPONSABLE ET GAGNANT ???

Message  ndonzwau le 12/10/2018, 7:02 pm

"RDC-Elections : L'opposition appelle à de nouvelles manifestations le 26 octobre"
° https://actualite.cd/2018/10/11/rdc-elections-lopposition-appelle-de-nouvelles-manifestations-le-26-octobre
"APRES L’ECHEC DES DISCUSSIONS MERCREDI ENTRE LA CENI ET LES CANDIDATS PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE
Machine à voter : Bemba, Fatshi, Kamerhe, Katumbi, Muzito... appellent à des marches de protestation le 26 octobre"

° https://www.forumdesas.org/spip.php?article17349
° https://actualite.cd/2018/10/11/rdc-elections-lopposition-appelle-de-nouvelles-manifestations-le-26-octobre
"Protestation contre la machine à voter : l'opposition dans la rue le 26 octobre"
° https://www.mediacongo.net/article-actualite-43269_protestation_contre_la_machine_a_voter_l_opposition_dans_la_rue_le_26_octobre.html
"RDC : L’opposition annonce la tenue d’une marche de protestation contre le processus électoral le 26 octobre"
° http://7sur7.cd/new/rdc-lopposition-annonce-la-tenue-dune-marche-de-protestation-contre-le-processus-electoral-le-26-octobre/


"RDC: Mega meeting de l’opposition ce samedi à Lubumbashi"
° https://lepotentielonline.net/2018/10/11/rdc-mega-meeting-de-lopposition-ce-samedi-a-lubumbashi/
° http://7sur7.cd/new/katumbi-mobilise-pour-le-meeting-du-13-octobre-soyez-nombreux-pour-dire-stop-a-labsence-dinclusivite-la-machine-a-voter-et-la-triche/
° https://actualite.cd/2018/10/12/haut-katanga-la-mairie-de-lubumbashi-autorise-la-tenue-du-meeting-densemble
" En réplique à l’arrogance de Nangaa : Meeting de l’opposition ce samedi à Lubumbashi et marches de protestation le 27 octobre à Kinshasa"
° http://www.latempete.info/en-replique-a-larrogance-de-nangaa



" Machine à voter, enrôlés sans empreintes... Les candidats présidents de la République s’en remettent à Olenghankoy"
° http://groupelavenir.org/category/actualites/
"Elections 2018: des candidats président chez Joseph Olenghankoy"
° https://laprosperiteonline.net/2018/10/11/elections-2018-des-candidats-president-chez-joseph-olenghankoy/
"Tête-à-tête Olenghankoy-Kengo wa Dondo. Elections 2018 : le CNSA à la recherche d’un consensus"
° https://laprosperiteonline.net/2018/10/08/tete-a-tete-olenghankoy-kengo-wa-dondo-elections-2018-le-cnsa-a-la-recherche-dun-consensus/
"RDC: Machine à voter, fichier corrompu : le CNSA tente le recadrage du processus électoral"
° https://lepotentielonline.net/2018/10/08/rdc-machine-a-voter-fichier-corrompu-le-cnsa-tente-le-recadrage-du-processus-electoral/



"Bataille pour l’impression des bulletins de vote manuel. RDC : l’Opposition se fixe deux nouveau rendez-vous !"
° https://laprosperiteonline.net/2018/10/11/bataille-pour-limpression-des-bulletins-de-vote-manuel-rdc-lopposition-se-fixe-deux-nouveau-rendez-vous/


"RDC-Élections : Le comportement de Nangaa est « non-conciliant » et « méprisant » à l’égard des candidats présidents, ( Déclaration Opposition)"
° http://7sur7.cd/new/rdc-elections-le-comportement-de-nangaa-est-non-conciliant-et-meprisant-a-legard-des-candidats-presidents-declaration-opposition/
"Présidentielle 2018 en RDC: Nangaa et candidats président, le clash !"
° https://lepotentielonline.net/2018/10/10/presidentielle-2018-en-rdc-nangaa-et-candidats-president-le-clash/
"Réunion technique CENI – candidats président de la République : Nangaa indispose et s’attire la méfiance"
° http://www.latempete.info/reunion-technique-ceni-candidats-president-de-la-republique/
° http://www.latempete.info/32516-2/
"JOUTES ORATOIRES HIER AU CADRE DE CONCERTATION
Nangaa et les 21 se séparent en queue de poisson"

° https://www.forumdesas.org/spip.php?article17318
° https://www.forumdesas.org/spip.php?article17331
° http://7sur7.cd/new/elections-apres-la-reunion-controversee-avec-la-ceni-lopposition-fait-une-declaration-commune-ce-jeudi/

"RDC: la Céni rencontre les candidats à la présidentielle"
° http://www.rfi.fr/afrique/20181011-rdc-ceni-rencontre-candidats-presidentielle
° https://laprosperiteonline.net/2018/10/10/tirs-croises-nangaa-opposants-un-autre-rendez-vous-devient-necessaire/
° http://7sur7.cd/new/reunion-technique-ceni-candidats-presidents-mj-ifoku-boude-et-avance-4-raisons/
"Usage de la machine à voter par la Ceni : les candidats présidents divisés"
° http://www.lephareonline.net/usage-de-machine-a-voter-ceni-candidats-presidents-divises/
"Incident grave hier à la CENI !"
° http://www.lephareonline.net/incident-grave-hier-a-ceni/


"RDC : toujours pas de consensus pour la machine à voter et le fichier électora"l
° https://www.jeuneafrique.com/643733/politique/rdc-toujours-pas-de-consensus-pour-la-machine-a-voter-et-le-fichier-electoral/


"CENI-Candidats à la présidentielle : Pas de tête-à-tête aujourd’hui !"
° https://laprosperiteonline.net/2018/10/10/ceni-candidats-a-la-presidentielle-pas-de-tete-a-tete-aujourdhui/
"RDC : Shadary, Kamerhe, Fayulu, Kin-Kiey présents à la réunion de la commission Technique entre Nangaa et les candidats"
° https://actualite.cd/2018/10/10/rdc-shadary-kamerhe-fayulu-kin-kiey-presents-la-reunion-de-la-commission-technique-entre
"RDC-Présidentielle : Les candidats et leurs experts en face de Nangaa ce mercredi"
° https://actualite.cd/2018/10/10/rdc-presidentielle-les-candidats-et-leurs-experts-en-face-de-nangaa-ce-mercredi


"ONU : la RDC dans l’agenda d’une réunion au Conseil de sécurité"
° https://www.radiookapi.net/2018/10/11/actualite/en-bref/onu-la-rdc-dans-lagenda-dune-reunion-au-conseil-de-securite
° https://laprosperiteonline.net/2018/10/10/conseil-de-securite-la-rdc-au-menu-ce-jeudi-11-octobre/
"Réunion du conseil de sécurité de l’Onu sur la RDC : que des voeux pieux de la communauté internationale"
° http://7sur7.cd/new/reunion-du-conseil-de-securite-de-lonu-sur-la-rdc-que-des-voeux-pieux-de-la-communaute-internationale/
° http://www.lephareonline.net/jeudi-a-new-york-rdc-centre-de-reunion-conseil-de-securite-de-lonu/
" RDC : C’est un Conseil de sécurité divisé qui séjourne à Kinshasa en mission quasi-impossible (Jason Stearns)"
° https://actualite.cd/2018/10/06/rdc-cest-un-conseil-de-securite-divise-qui-sejourne-kinshasa-en-mission-quasi-impossible


"Six conditions pour des élections crédibles. Présidentielle 2018 : Alain Daniel Shekomba menace de boycotter !"
° https://laprosperiteonline.net/2018/10/08/six-conditions-pour-des-elections-credibles-presidentielle-2018-alain-daniel-shekomba-menace-de-boycotter/
° https://actualite.cd/2018/10/08/rdc-presidentielle-le-candidat-shekomba-menace-de-se-retirer-si-les-conditions-de


"Chants de sirènes ?"
° https://laprosperiteonline.net/2018/10/08/chants-de-sirenes/

"RDC: réactions politiques après la visite du Conseil de sécurité de l'ONU"
° http://www.rfi.fr/afrique/20181009-rdc-reactions-politiques-apres-visite-conseil-securite-onu


"Fichier électoral :  " C'est la CENI qui a indiqué à l'OIF la présence de 6 millions d'enrôlés sans empreintes " (Nangaa)"
Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing
° https://actualite.cd/2018/10/08/fichier-electoral-cest-la-ceni-qui-indique-loif-la-presence-de-6-millions-denroles-sans



"Les premières machines à voter sont arrivées en RDC
° http://www.rfi.fr/afrique/20181009-premieres-machines-voter-sont-arrivees-rdc
"Corneille Nangaa réceptionne à Matadi un lot de machines à voter
° https://www.forumdesas.org/spip.php?article17277
° https://www.digitalcongo.net/article/5bbb285573ead30004280317/



"Enfin, l’aveu de Corneille Nangaa : la machine à voter est un ordinateur !
Evil or Very Mad  Twisted Evil  Embarassed  Rolling Eyes  Rolling Eyes   Laughing  Laughing  Question  Question  Question  cyclops  cyclops  cyclops
° https://scooprdc.net/2018/10/08/enfin-laveu-de-corneille-nangaa-la-machine-a-voter-est-un-ordinateur/
En séjour à Matadi, le week-end dernier, où il a été réceptionner 40 containers de machines à voter provenant de Séoul (Corée du sud), le président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), a finalement avoué sans ambages que la machine à voter depuis longtemps présentée comme une simple imprimante, est un ordinateur. C’était au cours d’une conférence de presse tenue dans la ville portuaire de Matadi, en marge de ses activités de dédouanement.  « La machine à voter est un ordinateur avec un système Android et toutes les options y sont incorporées. Nous pouvons ou ne pas les connecter à Internet, c’est comme le téléphone. Nous sommes dans un pays où on suspecte tout. C’est l’une des recommandations aussi de la Fondation britannique qui a fait la certification. Il faudrait qu’on ne les (machines à voter) connecte pas à d’autres machines ou serveur. Elles vont travailler en mode local. Le comptage se fera manuellement avec les bulletins qui seront dans l’urne et, après cela, il y aura des procès-verbaux qui seront signés manuellement comme cela a toujours été le cas », a dit Corneille Nangaa.

De la simple imprimante déclarée par la CENI depuis que cet outil a jeté les pavées dans la marre à l’ordinateur aujourd’hui, il apparaît clairement que la Centrale électorale n’est pas sincère dans l’organisation de bonnes élections voulues transparentes. Sinon, pourquoi nier depuis longtemps et soutenir le contraire pendant que beaucoup de Congolais aussi intellectuels et experts que Nangaa en informatique persistaient et signaient que cette machine était belle et bien un ordinateur, et que par conséquent la loi congolaise en la matière ne permettait pas l’usage du vote électronique ! Curieusement, l’exécutif de la CENI s’est entêté en sortant plusieurs théories invraisemblables dans le seul but d’utiliser quoiqu’il en coûte cette machine à voter. Mais aujourd’hui, il ressort de la bouche du numéro 1 lui-même que cette machine “est un ordinateur avec un système Android et toutes les options y sont incorporées”.

S’est-il plié aux non-dits des recommandations de la Fondation britannique Westminster qui, dans des termes polis, lui a demandé de supprimer certaines options de cette machine favorables à la tricherie ? D’après les indiscrétions parvenues lors de la rencontre CENI-Candidats président de la République mercredi 03 octobre dernier, Alain-Daniel Shekomba, l’un de ces candidats président de la République aurait démontré noir sur blanc, grâce à son expertise d’informaticien de formation à Nangaa, tous les dangers de triche que présente sa machine à voter. « Nangaa n’a pas eu d’arguments contraires face à un Shekomba informaticien patenté que candidat président de la République », a affirmé la source de Scooprdc.net.
Aujourd’hui que le patron de la CENI se dédise et semble se réjouir de la certification de sa machine par la Fondation Britannique Westminster, ce qui n’est d’ailleurs pas vrai, il y a lieu de conclure qu’il y a anguilles sous roche avec sa machine à voter contestée par tous les acteurs politiques, sauf évidemment de la Majorité présidentielle et pour laquelle le Comité Laïc Catholique (CLC) a déjà lancé une campagne populaire en vue de son retrait."



Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul #
# Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE POUVOIR, L’OPPOSITION ; OÙ VA LE CONGO ? LE FCC, L’ARMÉE... ET OÙ SE TROUVE ALORS CE CONGO UNI ET DÉMOCRATIQUE, SOUVERAIN ET FORT, RESPONSABLE ET GAGNANT ???

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum