congodiaspora
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon : sortie d’un nouveau ...
Voir le deal

LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?

Aller en bas

 LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?   Empty LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?

Message  ndonzwau 3/10/2021, 6:47 pm

Le Rwanda finalise son usine de traitement du coltan après celle du raffinage de l'or. C'est un secret de Polichinelle que ses provisions sont largement pillées du sol Congolais ; le Rwanda ne disposant pas de mines de coltan pouvant lui permettre d’en être le premier exportateur comme les statistiques internationales le laissent croire. Le conflit endémique de l'Est du Congo n'en est pas étranger. Question : le Président Tshisekedi réalise-t-il enfin son crime de haute trahison d'avoir pactisé avec un rusé ennemi, un danger que représente notoirement le  Rwanda de Kagame ???

En effet depuis plus de deux décennies au décours du génocide rwandais, Kagame et les siens accompagnés des Ougandais ont exporté leur génocide au Congo. Un conflit sanglant s'en est suivi dans les Kivus frontaliers d'abord avec la présence physique de leurs armées puis par milices interposées, du RCD aux prétendus ADF actuels en passant par les M23. Ces groupes armés ougando-rwandais avec leurs complices locaux maintiennent une insécurité qui veille en fait à assurer les intérêts financiers des voisins commanditaires, responsables jusque-là d'un pillage intempestif des richesses du Congo, d'un génocide oublié et d'une destabilisation délibérée du Congo.

A-t-on besoin d'une nouvelle législation que celle des fameux "minerais de sang" pour décréter une "légalisation du pillage" avec cette création de l'usine de traitement de coltan avec en plus une entreprise américaine ? Les Yankees parrains de Tshisekedi l'ont-ils poussé à signer son pacte scélérat avec Kagame pour leurs intérêts ? Pis, dans la création de la fameuse industrie américaine avec les Rwandais, il semble qu'aucune allusion n'y a été faite aux préoccupations économiques du Congo dont ils savent pourtant bien qu'il est le principal pourvoyeur des provisions de coltan . Que dire : Tshisekedi est-il si bête et si traître pour ne pas comprendre que son "frère" Kagame l'a roulé dans la farine ? Le Rwanda n'est-il pas devenu premier exportateur mondial de coltan grâce à l’incurie, la prévarication de notre administration minière et de sa trahison !
On nous a rapporté des velléités de 'contre' des autorités Congolaises, on va en parler dans la suite...



"Kagame aura sa raffinerie de coltan pour le Nouvel An - 23/09/2021
= https://www.africaintelligence.fr/industrie-miniere_supply-chain/2021/09/23/kagame-aura-sa-raffinerie-de-coltan-pour-le-nouvel-an,109693128-art
La société Power Resources est entrée dans la dernière phase de construction de la toute première raffinerie de coltan à Kigali. L'unité fera du Rwanda un fournisseur clé au niveau mondial de ce minerai, stratégique pour les industries de la téléphonie et de l'électronique. [...]

"Minerais du sang : le Rwanda accueillera la première usine de traitement de coltan - 09/2016
= https://www.nofi.media/2016/09/minerais-sang-rwanda-accueillera-premiere-usine-de-traitement-de-coltan/30952

 LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?   Ct

La compagnie américaine AB Minerals, a annoncé que la première usine de traitement de coltan en Afrique ouvrirait au Rwanda d’ici 2017. Une nouvelle étonnante quand on sait que le Rwanda n’est  pas producteur de ce minerai, mais qu’il en est  néanmoins le premier exportateur mondial, grâce aux réserves de la République démocratique du Congo.  Qu’en est-il de la question du Kivu dans cette affaire ?
Cette annonce remet sur le devant de la scène la guerre d’intérêts qui se joue actuellement au Kivu (Nord de la RDC). Il s’agira de la première usine de transformation de coltan en Afrique. Le Rwanda est le premier exportateur mondial de coltan, alors qu’il n’en produit pas. En effet, ce minerai est exporté depuis la République démocratique du Congo. En 2013, d’après les chiffres de la Banque nationale du Rwanda (BNR), les recettes du coltan s’élevaient à 134,5 milliards de dollars, avec 2, 466,025 kg de tantale exporté soit 28% de la production mondiale. Il est l’un des principaux enjeux du conflit le plus meurtrier du XXème siècle. La colombite-tantalite (coltan), précieux matériau qui sert à la fabrication de smartphones, micro-ondes et autres objets de technologie pointue, fait des millions de morts dans la région du Kivu, en République démocratique du Congo. Tout comme l’Ouganda, le Rwanda participe à cette situation, avec une intensification de sa présence via l’exportation du génocide en 1994, puis, par la fabrication de factions rebelles rwando-congolaises qui veillent aux intérêts financiers des différents exploitants. Car, en deçà des gouvernements locaux, les rebelles armés et les entreprises étrangères tirent également profit de la situation. Les Etats-Unis, partie prenante de ce conflit, consolident ainsi leur présence dans la zone via la compagnie AB Minerals.

 LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?   Patin

Légaliser le pillage ?

Franck Balestra, PDG d’AB Minerals, a déclaré à l’Agence Ecofin que la construction de cette usine au Rwanda répond à « un besoin urgent d’accroître l’industrialisation du secteur minier en Afrique ». Une initiative visant donc à corriger l’absence d’autonomie industrielle de l’Afrique, quant à ses matières première, et qui permettra de générer de l’emploi. Tout cela  grâce à l’exploitation lucrative d’un tiers américain… Les accords liant AB Minerals au gouvernement rwandais dans cette aventure n’ont évidemment pas été révélés, toutefois, il n’est question nulle part du bénéfice direct pour le Congo et son économie. Kinshasa n’a d’ailleurs fait aucune déclaration suite à cette annonce. Ainsi, les commissions financières et politiques internationales cautionnent ce projet, sous couvert d’une éthique non- encadrée juridiquement. Le Rwanda affirme avoir mis en place un programme n’autorisant à la vente que les minerais exempts de conflit. Cependant, cette loi ayant naturellement compromis plusieurs ventes et l’extraction du tantalite pouvant difficilement  s’effecteur en dehors de la guerre, il apparaît que cette tentative de régulation n’a pas permis d’endiguer la catastrophe.

Le vide juridique complice de l’hécatombe

L’OCDE (Organisation de coopération et de développement économique) devait fournir une réglementation dite sur « les minerais de sang » avant la fin de l’année 2013. Pourtant, aucun rapport n’a emporté l’adhésion des membres à l’unanimité, renforçant ainsi le vide juridique. Cette lacune a permis aux chefs de guerre de s’enrichir dans une impunité quasi-totale. La question de la complicité des puissances mondiales dans l’achat de minerais ensanglantés avait déjà été mise sur la table. Au début des années 1990, le monde découvrait médusé  l’affaire des diamants de sang, cailloux qui avaient été au cœur de conflits meurtriers au Liberia et en Sierra Leone. Ainsi, en 2000, les pays producteurs de diamants s’étaient réunis à Kimberley, en Afrique du sud, afin de créer une instance de contrôle sur la production et le commerce de diamants bruts: le processus Kimberley, entré en vigueur en 2003. Depuis 2014, il compte 54 pays dont 841 participants (l’Union européenne est adhérente et compte comme un seul pays). Il regroupe 99,8 des producteurs mondiaux de diamants et la république démocratique du Congo en fait partie. Elle a même présidé l’une des commissions, se voyant ainsi offrir l’occasion de dénoncer les exactions au Nord Kivu. Selon les rapports, le processus est efficace, du moins dans son domaine (les diamants), mais pour ce qui est des autres minerais, le vide persiste et des compagnies d’exploitations voient le jour au creux des conflits.

"La première usine de traitement de coltan en Afrique verra le jour au Rwanda - 26 août 2016
= https://www.agenceecofin.com/metaux/2608-40385-la-premiere-usine-de-traitement-de-coltan-en-afrique-verra-le-jour-au-rwanda
= http://www.lavdc.net/portail/premiere-usine-de-separation-du-coltan-de-lafriqueen-voie-detre-construite-au-rwanda/
"Une usine de traitement du coltan pour bientôt à Kigali - 2 novembre 2017
= http://fr.igihe.com/une-usine-de-traitement-du-coltan-pour-bientot-a.html
PRG Plc, une société européenne maltaise de traitement de Coltan a annoncé investir pour bientôt un capital de 16 millions de dollars à Kigali. C’est le résultat de pourparlers entre la direction de l’entreprise et le gouvernement rwandais qui a abouti ce 1er novembre à la signature d’un MOU entre PRG Plc d’une part et l’Office des Mines, Pétrole et Gaz et RDB pour ce qui est de l’érection de l’immeuble devant abriter cette usine de traitement de Coltan.

"Nous avons pu nous entendre avec la Société. C’est un progrès très apprécié de voir que depuis que le Rwanda s’adonne à l’extraction du Coltan, ce n’est qu’à ce jour qu’une industrie de traitement de ce minerais va être disponible", a dit Francis Gatare le DG de l’Office des Mines et Pétrole du Rwanda annonçant que cette usine sera construite dans le Quartier industriel du District Bugesera, que cette société exploitera ce minerais dans le district de Ngororero (Ouest du Rwanda).
Il est attendu que cette usine va dissocier le tantalum du niobium qui composent le coltan, qu’elle a la capacité de traiter 20% de la production nationale de coltan.
Dans la foulée, il est annoncé que les équipements modernes vont être distribués aux sociétés d’extraction de ce minerais afin d’optimiser la production.
Les responsables de PRG Plc disent que dans un premier temps, l’entreprise traitera 10 tonnes de coltan par mois et, dans trois ans,60 tonnes par mois.
Cette usine dont les constructions s’achèveront dans 12 mois à partis de la date de signature du MOU, donnera de l’emploi à 200 agents et 400 mineurs.
De 115 millions de dollars de recettes du coltan en 2016, la production de cette année en cours a enregistrée 200 millions de dollars. Il est prévu d’ici la fin de l’année une production de 300 millions de dollars."

"Minerais AB préfère installer son usine de coltan au Rwanda qu’en RDC - June 18, 2017
= https://business-et-finances.com/minerais-ab-prefere-installer-son-usine-de-coltan-au-rwanda-quen-rdc/
Plus de 2 414 tonnes ont été produites en 2016, selon les statistiques de la Banque centrale. C’est un record depuis que le colombo-tantalite est repris dans la chaîne de la production minière nationale en 2005. Mais pour quelles recettes?

La République démocratique du Congo paierait cash le prix de son incurie. La Banque centrale du Congo (BCC) n’avance aucun chiffre. Le ministère des Finances qui est dans l’obligation de publier trimestriellement le volume de production ainsi que les recettes des industries extractives est en retard de publication depuis 2014 sur les statistiques minières. Force est de constater qu’aucune recette se rapportant au coltan n’a été officiellement rendue publique depuis 2005 par le ministère des Finances. Par ailleurs, la Banque centrale qui tient pour source le ministère des Mines et le Centre d’expertise et d’évaluation des matières précieuses (CEEC), avance les chiffres de la production annuelle de dix prochaines années. Ceux-ci ne correspondent pas toujours avec ceux du ministère des Finances.
Il y a, par exemple, un écart de près de 200 tonnes sur la production de 2013 entre les deux sources. Au cours de la même année, le Rwanda voisin déclare avoir exporté 28 % de la production mondiale du coltan avec des chiffres bien détaillés. La Banque nationale du Rwanda (BNR) avance, en effet, des recettes de l’ordre de 134,5 milliards de dollars pour une exportation de 2 466,025 Kg.

Flou artistique

L’on se souviendra à la suite d’une question orale avec débat sur les recettes minières au Sénat en 2015, le ministre des Mines, Martin Kabwelulu, et son collègue des Finances, Henri Yav Mulang, se sont contredits au point que les « sages » de la Chambre haute ont dû douter de la cohésion au sein du gouvernement. Ce n’est une révélation pour personne que le coltan, input nec plus ultra dans la fabrication des smartphones, des micro-ondes, dans les industries spatiales, des nouvelles technologies de l’information et de la communication ainsi que de l’armée.[/size]
Ce minerai a longtemps assuré les finances des groupes armés dans l’Est de la RDC. Hélas, les insuffisances de l’État dans le contrôle de la production et de l’exportation ont davantage rajouté à la confusion. Autant que le café, le cacao, les bananes et les papayes produits dans l’Est, le coltan est aussi répertorié comme une production nationale dans les États voisins qui s’emploient à mettre de l’ordre dans la gestion de la chose publique. L’ONG PAC (Partenariat  Afrique-Canada) a accusé l’Ouganda et surtout le Rwanda d’entretenir des filières clandestines d’exportations minières dans l’Est de la RDC. Mais le Rwanda a su se forger et soigner son image d’élève modèle sur le continent.

Ce pays est devenu premier exportateur mondial de coltan grâce à l’incurie et à la prévarication de l’administration minière congolaise. Faut-il vraiment s’étonner que la compagnie américaine AB Minerals préfère le Rwanda par rapport à la RDC pour implanter la première usine de traitement de coltan en Afrique? Pour des experts, rien d’étonnant car l’économie est fille d’ordre. Le Rwanda est à ce jour le premier exportateur mondial de coltan, alors qu’il n’en produit qu’en quantité artisanale. Franck Balestra, PDG d’AB Minerals, a déclaré à l’Agence Ecofin que la construction de cette usine au Rwanda répond à « un besoin urgent d’accroître l’industrialisation du secteur minier en Afrique. » Une initiative visant donc à corriger l’absence d’autonomie industrielle de l’Afrique, quant à ses matières première, et qui permettra de générer de l’emploi.

Aucune réaction officielle

Tout cela grâce à l’exploitation lucrative d’un tiers américain, commente l’Agence ECOFIN. Les accords liant AB Minerals au gouvernement rwandais dans cette aventure n’ont évidemment pas été révélés. Toutefois, il n’est question nulle part de bénéfice direct pour la RDC et son économie. Kinshasa n’a d’ailleurs fait aucune déclaration suite à cette annonce. Ainsi, les commissions financières et politiques internationales cautionnent ce projet, sous couvert d’une éthique non-encadrée juridiquement. Le colombo-tantalite compte pourtant parmi les principaux enjeux du conflit le plus meurtrier du XXème siècle, ayant occasionné des millions de morts dans la région du Kivu.
La RDC a, dans le cadre de la Conférence internationale sur la région de Grands lacs (CIRGL), instauré un certificat retraçant notamment le site où le minerai a été extrait afin de lutter contre les minerais de sang. Le Rwanda, pour sa part,  affirme aussi avoir mis en place un programme n’autorisant à la vente que les minerais exempts de conflit. L’Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE) devait fournir une réglementation dite sur « les minerais de sang » avant la fin de l’année 2013. Pourtant, aucun rapport n’a emporté l’adhésion des membres à l’unanimité, renforçant ainsi le vide juridique. Cette lacune a permis aux chefs de guerre de s’enrichir dans une impunité quasi-totale.  L’Américain AB s’installe au Rwanda quand la communauté internationale s’interroge sur le bien-fondé de l’amendement en profondeur de la loi Frank-Dodds que Donald Trump veut opérer. Ce n’est un secret pour personne, les États-Unis, singulièrement leur armée, ont largement bénéficié du trafic du coltan dans l’Est de la RDC. La question de la complicité des puissances mondiales dans l’achat de minerais ensanglantés est dorénavant remise sur table."

"Exploitation des mines: le Rwanda inflige à la RDC une grande leçon de gouvernance des ressources naturelles -27 septembre 2021
= https://www.tsieleka.com/index.php/2021/09/27/exploitation-des-mines-le-rwanda-inflige-a-la-rdc-une-grande-lecon-de-gouvernance-des-ressources-naturelles/
Après avoir amélioré sa chaîne de valeur, le Rwanda s’achemine vers l’acquisition de l’industrie minière. Paul Kagame est donc en voie de réussir là où les Congolais ont échoué. Une nouvelle raffinerie du coltan est dans la phase de finalisation. En tout cas, la nouvelle intervient presque deux ans après le lancement d’une raffinerie aurifère dans le pays de mille collines.

Pour passer à l’acte, c’est la société Power Resources, qui est entrée dans la dernière phase de construction de la toute première raffinerie de coltan à Kigali. L’unité fera du Rwanda un fournisseur clé au niveau mondial de ce minerai, stratégique pour les industries de la téléphonie et de l’électronique. 
“Au Rwanda, une usine de raffinerie du coltan est dans sa phase de finalisation. Quelle est la vision du Congo qui détient près de 80% des réserves mondiales du coltan ? Va-t-on continuer à exporter le coltan brut ? », s’interroge Fabien Mayani, expert sur des questions de la gouvernance des industries extractives.
Pour l’instant, la RDC accuse beaucoup de faiblesses. Absence de cartographie des réserves minières et du potentiel réel existant, bradage des ressources naturelles, exploitation illicite en complicité avec quelques acteurs politiques et les forces de l’ordre, bref une chaîne de valeur opaque.  Les quelques bénéfices tirés du secteur sont affectés aux fonctionnements et rémunérations des institutions et ministères. Ce, au détriment des investissements.

Une chose est sûre, l’exportation des concentrés bruts des minéraux qualifiés stratégiques est interdite. Un moratoire accordé aux opérateurs du secteur a expiré depuis avril dernier. Avec l’arrivée en fonction du gouvernement Sama Lukonde, l’après moratoire peine à planter de décor.
Toutefois, le déficit énergétique serait l’handicap majeur, qui bloquerait la transition vers la transformation des concentrées sur place, dont le Coltan. À cela s’ajoute l’absence d’une vision claire sur la gestion des ressources naturelles du pays.
Pour l’instant, le Rwanda gagne des points. Elle est en train d’infliger à la RDC une grande leçon de gouvernance des ressources minières."


"Le coltan de Rubaya et l’or de Walikale une aubaine pour l’économie Rwandaise mais source d’insécurité en RDC -  8 août 2021
= https://laprunellerdc.info/le-coltan-de-rubaya-et-lor-de-walikale-une-aubaine-pour-leconomie-rwandaise-mais-source-dinsecurite-en-rdc/
La cité de la Région de Rubaya, territoire de Masisi au Nord-Kivu à l’est de la RDC;  produit à elle seule, 15% de l’approvisionnement mondial en coltan.

Cela a fait de cette région et d’autres de la partie orientale de la RDC, des victime de la convoitise des voisins dont le Rwanda et l’Ouganda, récemment cités dans un nouveau rapport de des experts de l’ONU.
D’après ces chercheurs, cités par un média canadien, malgré les réglementations visant à garantir que les approvisionnements mondiaux en coltan n’alimentent pas les conflits, des preuves d’affrontements armés, de distribution d’armes et d’autres abus sur les sites d’extraction de coltan ont été enregistrés autour de Rubaya.

Des machettes et des fusils d’assaut Kalachnikov faisaient partie des armes distribuées aux creuseurs de mines pour être utilisées lors d’affrontements, selon le rapport.
Des hommes armés, dont des policiers ont incendié des magasins et des maisons, emprisonné des creuseurs et battu certains d’entre eux, avec deux décès confirmés. Le trafic de minerais et la fraude étaient courants dans les mines.
Le rapport de l’ONU est étayé par des preuves d’un investisseur minier américain, Bay View Group, dans une affaire d’arbitrage au Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements, une institution de la Banque mondiale.

Même si les autorités rwandaises ont réfuté toutes les allégations; des chercheurs de l’ONU ont par ailleurs démontré comment l’or de Walikale passe en contrebande au pays de mille collines. 
Ceux-ci démontre comment l’or est acheminé au Rwanda depuis un grand site minier qui occupent au moins 2500 creuseurs artisanaux; et contrôlé par l’armée congolaise et ses alliés des milices à Walikale, dans l’est de la RDC. Cela, malgré une loi interdisant la présence de soldats sur les sites miniers. 
Le rapport détaille également comment les exportateurs congolais ont utilisé le Rwanda comme voie de contrebande pour envoyer de l’or à Dubaï et à Hong Kong depuis des endroits de l’est de la RDC où la production d’or était contrôlée et taxée par une milice armée connue sous le nom de Mai-Mai Yakutumba."


"Rwanda, PREMIÈRE USINE DE RAFFINERIE DE TANTALE"



"INCROYABLE MAIS VRAI, LE RWANDA, UN PAYS SANS COLTANS......SANS .....SANS MINES CONSTRUIT UNE USINE DE TRANSFORMATION DE COLTAN.......ÇA VA SE SAVOIR  - 7 novembre 2017
https://fr-ca.facebook.com/rutshur/videos/1122775677853134/


"Le coltan, pour le meilleur et pour le pire - 15 décembre 2017
= https://www.agenceecofin.com/dissection/1412-52897-le-coltan-pour-le-meilleur-et-pour-le-pire


"LA GUERRE RACISTE ET DE PRÉDATION VA PRODUIRE UNE USINE DE COLTAN AU RWANDA - 26 AOÛT 2016
=  http://kasaidirect.net/wordpress/?p=4555
« Kandindi mwinu fitutu ka nlukanga. Kwamba tshiakabidi, nkumvua bimpe » Prov. Luba
(Bis repetita placent)

Une usine de traitement du coltan va être construite au Rwanda. Elle pourrait être opérationnelle dans huit mois ; c’est-à-dire en 2017. Il y a aussi une coïncidence pouvant donner à penser. L’usine pourrait être opérationnelle à la mi-2017. Au Congo-Kinshasa,  »les élections dites démocratiques » ne pourront pas avoir lieu avant 2017. Est-ce un hasard ? Sous peine de nous tromper, nous ne croyons pas que cela puisse être un hasard. Cette usine ne pourra être réellement opérationnelle qu’avec le maintien d’un  »Cheval de Troie » du Tutsi Power à la tête de l’Etat failli congolais. Qui sera-t-il ? JOKA ou un autre.

« La première usine de séparation du coltan (colombo-tantalite) en Afrique sera construite au Rwanda par AB Minerals Corporation et sera opérationnelle à la mi-2017. Elle apportera des opportunités d’industrialisation tant voulues à la région où le minerai est produit. » L’auteur explique que « le Rwanda est actuellement le premier exportateur de coltan, fournissant 50% du tantale dans le monde. Le coltan est un minerai métallique terne qui est une combinaison de colombo tantalite et qui est raffiné pour produire le tantale » Et il dit pourquoi cette usine sera construite au Rwanda en ces mots : « Frank Balestra, PDG de AB Minerals Corporation dit qu’il y a un besoin urgent d’accroître l’industrialisation du secteur minier en Afrique, et que la meilleure façon d’y parvenir est par une augmentation des transferts de technologie et des compétences de plusieurs participants supérieurs de haut niveau de l’industrie. »
C’est un secret de Polichinelle : le Rwanda n’a pas de mines de coltan pouvant lui permettre d’en être le premier exportateur. Ce minerais est volé au Congo-Kinshasa. A quel prix ? Au prix du  »génocide congolais ». Il dure depuis bientôt deux décennies. Et même plus.

Cet article devrait permettre aux compatriotes congolais de comprendre davantage qu’il n’y a pas de guerre ethnique à l’Est du Congo-Kinshasa. Il y a une extermination des populations congolaises et une expropriation de leurs terres au profits des proxys des anglo-saxons que sont le Rwanda et l’Ouganda. L’actuel affrontement entre les Hutu et les Nande est une tactique utilisée par ces proxys pour que ceux qu’ils considèrent comme étant leurs ennemis farouches (les Hutu et les Nande) n’arrivent pas à coaliser. Une haine exacerbée doit être entretenue afin qu’ils évitent une collusion entre des forces pouvant leur tenir tête. Il y a là une tactique apprise à l’école de Brzezinski ou une simple application de la politique du  »diviser pour régner ».

Il y a aussi une coïncidence pouvant donner à penser. L’usine pourrait être opérationnelle à la mi-2017. Au Congo-Kinshasa,  »les élections dites démocratiques » ne pourront pas avoir lieu avant 2017. Est-ce un hasard ? Sous peine de nous tromper, nous ne croyons pas que cela puisse être un hasard. Cette usine ne pourra être réellement opérationnelle qu’avec le maintien d’un  »Cheval de Troie » du Tutsi Power à la tête de l’Etat failli congolais. Qui sera-t-il ? JOKA ou un autre.
Désormais, il devient davantage clair que le processus a-politique au Congo-Kinshasa dépend des choix opérés par les parrains du Tutsi Power au profit de leurs multinationales.
Détruire le Congo-Kinshasa comme Etat digne de ce nom, tuer ses veilleurs et ses éveilleurs (des consciences), exterminer sa population et exproprier ses terres, tout cela risque de s’intensifier comme c’est déjà le cas à Beni. La balkanisation du pays tend vers sa réelle concrétisation.
Voilà plusieurs années que les élites organiques et structurantes du Congo-Kinshasa, héritières de Lumumba, de Munzihirwa, de Vincent Machozi, de Floribert Chebeya, de Mamadou Ndala, etc. ne cessent de crier au désert pour appeler leurs compatriotes à rompre avec  »le faux processus politique » ayant fait d’un Cheval de Troie du Rwanda  »un Président de fait » au Congo-Kinshasa sans beaucoup de chance de transformation de ce désert en une terre ferme d’écoute massive. Les questions des terres congolaises, des forêts, des eaux, etc. auraient été mises au cœur des échanges entre les élites politiques et intellectuelles et les masses populaires il y a plus de deux décennies. Cela aurait conduit ces masses à une mobilisation pouvant les conduire à changer les rapports de force.
Au lieu de cela, les élites politiques, agents du statu quo, ne nous ont parlé que d’ élections, de l’Etat de droit, de la jeune démocratie sans que les enjeux qui sont au cœur de la guerre raciste et de prédation animent les débats politiques.

Que faire ? Il n’est pas trop tard pour que réunis autour de ces enjeux partout où nous retrouvons en tant que compatriotes congolais, nous puissions créer (ou recréer) des collectifs citoyens pouvant imaginer et inventer des issues possibles. Les choses sont davantage claires. Au sein de nos technostructures, lisons ou relisons certains livres tels que Crimes organisés en Afrique Centrale (2004) Noir Canada (2008), Guerre et droits de l’homme en République Démocratique du Congo (2009), Le Canada dans les guerres en Afrique Centrale(2012), La République Démocratique du Congo face au complot de balkanisation et d’implosion (2013), A quand le Congo(2016), Quand les Africains se réveilleront (2016), Les génocides congolais (2016), etc. Lire ou relire ces livres et bien d’autres pourrait nous aider à structurer historiquement, scientifiquement et culturellement les réponses possibles à nos luttes de résistance pour éviter de disparaître comme peuple. Le chef coutumier Kamwina Nsapu a entrepris un travail que nous sommes invités à poursuivre : parler avec nos populations des enjeux réels du pays afin qu’elles se prennent en charge.
Rien, en politique-business, n’arrive au hasard. Rappelons, pour ceux et celles d’entre nous qui l’auraient oublié, ces deux points du projet de colonisation Tutsi de l’Afrique Centrale : « Tous les Tutsi doivent savoir que les Hutu sont apparentés aux Congolais et que notre plan de colonisation doit s’appliquer aux deux groupes. » Et « nous devons lutter contre les Wanandes et les Hutu (…)Profitons de cette cupidité des Hutu. Offrons-leur de l’alcool et de l’argent. Ne regardons pas à ce que nous dépensons car nous avons suffisamment d’argent. » (Ces tueurs tutsi. Au cœur de la tragédie congolaise (2009)
Tout cela étant, nous ne devrions pas tomber dans les amalgames et nous affoler outre-mesure. Essayons de comprendre davantage ce qui se passe et organisons-nous pour y faire face. Nous devrions travailler autour de ces trois points : un éveil et un entretien permanent de la conscience historique (et de la mémoire collective), une invention-création d’une idéologie mobilisante (comme le solidarisme panafricain et transnational, par exemple) et une organisation citoyenne prenant son envol de la base, à partir de nos collectifs citoyens."

"Le Rwanda vient de mettre en place sa première raffinerie d’or - 20.06.2019, Kigali, Rwanda
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-52890_le_rwanda_vient_de_mettre_en_place_sa_premiere_raffinerie_d_or.html

"Coltan: la RDC, dans la région du Kivu, détient entre 60 et 80 % des réserves mondiales - 13 août 2019
=https://congoreformes.com/2021/09/24/coltan-la-rdc-dans-la-region-du-kivu-detient-entre-60-et-80-des-reserves-mondiales/

"RDC : Le Rwanda de nouveau indexé par un rapport de l’ONU sur l’exploitation illicite des minerais congolais - 6 août 2021
= https://zoom-eco.net/developpement/rdc-le-rwanda-de-nouveau-indexe-par-un-rapport-de-lonu-sur-lexploitation-illicite-des-minerais-congolais/


"Pillage du Congo par le Rwanda : Africa’s first Coltan separation plant to be built in Rwanda
= https://congodiaspora.forumdediscussions.com/t8834-pillage-du-congo-par-le-rwanda-africas-first-coltan-separation-plant-to-be-built-in-rwanda



Compatriotiquement! 




# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #


Dernière édition par ndonzwau le 4/10/2021, 5:37 pm, édité 1 fois

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

 LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?   Empty Re: LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?

Message  ndonzwau 4/10/2021, 4:47 pm

Je disais dessus que le Rwanda est en train de finaliser la construction de son usine de traitement de coltan alors que contrairement à sa proclamation d'être le premier producteur de coltan il ne peut l'être parce qu'il ne dispose pas de mines de coltan sur son sol pouvant le lui permettre. Ces provisions ne peuvent donc venir que du pillage des mines Congolaises à la faveur du conflit dans l'Est que Rwandais et Ougandais y entretiennent depuis le génocide rwandais. Cette usine n'est donc qu'une légalisation du pillage.

Que dire sinon que lorsque AB Minerals, la compagnie américaine qui construit cette usine au Rwanda dit le faire pour accroître l'industrialisation du secteur minier en Afrique et aurait choisi le Rwanda pour l'ordre, le bon climat d'affaire et sans doute l'accueil qu'il y a reçu il fait fi en fait de l'essentiel droit de propriété qui préside à tout avoir et sans lequel toute détention devient un vol, un pillage délibéré, quelles que que soient les justifications d'à-propos avancées.

Les Congolais devraient chercher à arrêter cette hécatombe d'une occupation et pillage frauduleux par les moyens les plus efficaces, ça devrait être encore possible pensons-nous si nous nous accompagnons d'une volonté politique claire et tenace.  
Il est ainsi fait état (le 17/05/2021) d'un Congo lassé de voir le coltan des mines des Kivus et du Tanganyika transformé et réexporté par les pays voisins, au premier rang desquels le Rwanda, qui voudrait monter des usines de transformation et des fonderies pour traiter le minerai sur place. Une initiative qui intervient alors qu'un rapprochement est en cours entre Kinshasa et Kigali.  

Deux ans plutôt le 28 juillet 2019, un article rapportait même qu'avec 60 à 80 % des réserves mondiales de coltan, la RDC était appelée à régenter le marché international des 3 T et voulait enjamber le handicap  d'une exploitation artisanale actuelle du coltan, nous révélant ainsile pari fait par Congo Fair Mining (CFM), né d’une joint-venture entre CDMC/Entité de traitement et SAKIMA de passer à une exploitation industrielle, avec l’érection d’une raffinerie en vue de la production de la poudre de tantale sur place au Congo ; coût de l’investissement 75 millions USD.  

Dans la foulée c'est même la Ministre en charge du Portefeuille qui en faisait l'annonce officielle en ce mai dernier.
Lâches distractions ou réelle volonté politique née de la révolte sur notre impuissance à faire face à un voisin ennemi qui nous impose son occupation ? Hâtons-nous pour agir car le Rwada nous dévance.



"RDC-exploitation illicite de l’Or et du Coltan: des nouvelles preuves de l’Onu qui accablent le Rwanda - 6 août 2021
= https://www.tsieleka.com/index.php/2021/08/06/rdc-exploitation-illicite-de-lor-et-du-coltan-des-nouvelles-preuves-de-lonu-qui-accablent-le-rwanda/


"Kinshasa veut reprendre le contrôle du coltan face à Kigali - 17/05/2021
= https://www.africaintelligence.fr/industrie-miniere_supply-chain/2021/05/17/kinshasa-veut-reprendre-le-controle-du-coltan-face-a-kigali,109665454-ge0
Lassée de voir le coltan des mines des Kivus et du Tanganyika transformé et réexporté par les pays voisins, au premier rang desquels le Rwanda, la RDC travaille à monter des usines de transformation et des fonderies pour traiter le minerai sur place. Une initiative qui intervient alors qu'un rapprochement est en cours entre Kinshasa et Kigali. [...]


"Exploitation industrielle du coltan en RDC : Congo Fair Mining sur les rails - 27/09/2021
= https://7sur7.cd/2021/09/27/exploitation-industrielle-du-coltan-en-rdc-congo-fair-mining-sur-les-rails
Avec 60 à 80 % des réserves mondiales de coltan, la RDC est appelée à régenter le marché international des 3 T. Mais, l’exploitation de ce minerai qui y demeure encore artisanale s’avère un handicap. D’où le pari de Congo Fair Mining (CFM), né d’une joint-venture entre CDMC/Entité de traitement et SAKIMA, de passer de l’exploitation artisanale à celle industrielle, avec in fine l’érection d’une raffinerie en vue de la production de la poudre de tantale sur place au Congo. Coût de l’investissement USD 75 millions.
Ministre congolaise des Mines, Mme Antoinette N’Samba Kalambayi a été informée officiellement de l’initiative congolo-congolaise de passer de l’exploitation artisanale des 3T à celle industrielle. DG de CFM et de CDMC (Coopérative des Artisanaux Miniers du Congo)/Entité de traitement, Serge Mulumba Kalambayi s’en est fait le devoir au cours d’une audience qui lui a été accordée jeudi 23 septembre dernier par le N°1 des Mines dans son Cabinet de travail situé au 4ème étage de l’immeuble du Gouvernement sur la Place Royal à Kinshasa-Gombe. Il était entouré à l’occasion de Fidèle Basemenane, DG de SAKIMA (Société Aurifère du Kivu-Maniema), et de John Crowly, partenaire de CDMC et DG de KISENGO MINING dans le Tanganyika.
Né d’une joint-venture signée en 2020 entre CDMC/Entité de traitement et SAKIMA, CFM s’emploie à gagner le pari de l’exploitation industrielle du coltan, en ce compris les autres minerais liés, à savoir l’étain et le wolframite. Cela en construisant une usine moderne dans le Nord-Kivu pour la production industrielle du coltan, sur le modèle de celle de KISENGO MINING à Kinsengo, dans la province du Tanganyika. Par la suite, une raffinerie sera érigée en vue de la production de la poudre de tantale, produit fini, sur place en RDC. Ce qui va contribuer, notamment, à  la maîtrise du flux des minerais sur le territoire national, à la création des emplois, à l’introduction des nouvelles technologies, à la réduction sensible des coûts de transport, et à plus de valeur ajoutée. De la sorte, la RDC, avec 60 à 80 % des réserves mondiales de coltan localisées dont le Kivu constitue le grand réservoir, pourrait régenter le marché international des 3 T.

Le coût de ce projet est de USD 75 millions, dont 19 millions pour la première phase et 45 millions pour la deuxième phase. Les études de faisabilité sont fin prêtes et celles géologiques vont bientôt démarrer pour se rassurer de la puissance des gisements afin de garantir le traitement de 100 tonnes de minerais par jour aux fins de la rentabilité. CFM, a dit son DG Serge Mulumba Kalambayi, ne compte pas uniquement sur ses propres efforts. Il a besoin de l’accompagnement de l’Etat congolais, à travers notamment les ministères des Mines, du Portefeuille, de l’Industrie, du Commerce extérieur, voire du FPI (Fonds pour la Promotion de l’Industrie ; requête réitérée par le DG de SAKIMA. Il pense que ce projet répond au vœu du président Félix Tshisekedi Tshilombo de voir des Congolais se mettre sur l’orbite des millionnaires.
Ministre de tutelle, Mme N’Samba Kalambayi a rassuré ses hôtes du soutien du Gouvernement, à travers son ministère, enclin à moderniser l’exploitation et la gestion des mines afin de doter le pays des ressources nécessaires pour répondre aux besoins des populations et du développement du pays. Exprimant son espoir au vu de l’expérience que draîne la CDMC, de la coopérative à une entité de traitement viable, elle les a invités à travailler dans la transparence en ayant comme boussole et livres de chevet les Code et le Règlement miniers.

Pour mémoire, la CDMC a commencé comme coopérative des 3 T dans l’ex-Katanga depuis 2009 et a contribué activement à la campagne «Raise Hope for Congo» qui a débouché sur l’enlèvement de l’étiquète «minerais de sang» collé en son temps au coltan congolais afin d’être admis sur le marché international. Entité de traitement par la suite, elle s’est installée en 2017 à Goma, au Nord-Kivu, puis à Bukavu, au Sud-Kivu. Depuis 2020, elle est la première productrice et exportatrice du coltan en RDC avec plus de 100 tonnes de coltan par mois"

"La société Sakima s’apprête à implanter la première usine de transformation du coltan en RDC - 26/05/2021
= https://www.forumdesas.net/2021/05/la-societe-sakima-sapprete-a-implanter-la-premiere-usine-de-transformation-du-coltan-en-rdc/
Bonne nouvelle que celle qui a été annoncée hier mardi à la ministre d’Etat en charge du Portefeuille. Il s’agit de l’implantation en RDC par la société SAKIMA de la première usine de transformation du coltan.
Ce sera une première en Afrique! » « Vraiment, nous souhaiterions avoir l’accompagnement de la République par rapport à cela. C’est ce que nous sommes venus demander à son excellence. Et elle nous a promis son accompagnement par rapport à cela », a déclaré le DG de SAKIMA.


C’est ce qui ressort de l’audience que la Ministre d’État, Ministre du Portefeuille, Adèle Kayinda Mahina, a accordé, hier mardi 25 mai, au Directeur général de la Société Aurifère du Kivu et du Maniema (SAKIMA), Fidèle Basemenane.
Ce mandataire était accompagné d’un nouveau partenaire de sa société. Il était venu présenter à la Ministre d’État au Portefeuille la société CDMC, représentée par son Président du Conseil d’administration, John Crawley, et son Directeur général Serge Mulumba, qui va accompagner la SAKIMA dans la mise sur pied d’une société de transformation du coltan en RDC.
« La Ministre d’État est très sensible aux problèmes de SAKIMA. C’est ce qui fait que dans l’accompagnement qu’elle avait promis, elle a accepté de recevoir cette société avec ses partenaires qui vont venir l’un après l’autre.

« Pour le moment, nous sommes venus présenter la société CDMC avec son partenaire. C’est une société qui va nous accompagner pour mettre en place, en RDC, la toute première usine de transformation du coltan  en celle de tantale.
Pour sa part,  Adèle Kayinda Mahina a promis de les accompagner dans ce projet. « Nous sommes des guerriers, nous devons travailler encore plus. Pour l’intérêt de la République, les portes de mon Ministère seront toujours ouvertes« , a indiqué la Ministre d’État au Portefeuille.
= https://www.courrierdupeuple243.com/2021/05/26/mise-en-place-dune-usine-de-transformation-du-coltan-en-rdc-sakima-presente-a-adele-kayinda-son-partenaire/

"RDC : un service d’autorégulation du Coltan bientôt opérationnel contre les exportations illégales - 29 janvier 2020
= https://zoom-eco.net/economie/rdc-un-service-dautoregulation-du-coltan-bientot-operationnel-contre-les-exportations-illegales/

"En République démocratique du Congo, le contrôle des métaux a mauvaise mine - 28 juillet 2019
= https://www.liberation.fr/planete/2019/07/28/en-republique-democratique-du-congo-le-controle-des-metaux-a-mauvaise-mine_1742574/


"L'économie de la RD Congo - Ministère Economie & Finances France
= https://www.tresor.economie.gouv.fr/Pays/CD/l-economie-de-la-rd-congo
"Tanganyika : marche des creuseurs pour la révision du prix du coltan à l’achat à Kisengo - 19/03/2021
= https://www.radiookapi.net/2021/03/19/actualite/economie/tanganyika-marche-des-creuseurs-pour-la-revision-du-prix-du-coltan
"Hausse de la production de la cassitérite et du coltan à Malemba Nkulu - 12/05/2018
= https://www.radiookapi.net/2018/05/12/actualite/economie/hausse-de-la-production-de-la-cassiterite-et-du-coltan-malemba-nkulu
"RDC : 818 tonnes de coltan exportées au 1er semestre 2021 pour une valeur de 98,7 millions USD - 24/09/2021
= https://deskeco.com/index.php/2021/09/24/rdc-818-tonnes-de-coltan-exportees-au-1er-semestre-2021-pour-une-valeur-de-987-millions-usd

"La guerre du coltan en RDC - Novembre 2008
= https://www.ege.fr/sites/ege.fr/files/documents/guerre_coltan_RDC.pdf
"L´exploitation de coltan en RDC. Filière commerciale et implication pour le conflit armé en RDC - Février 2011
= https://gipri.ch/wp-content/uploads/etudes/Rapport_Coltan%20en%20RDC_Sofia%20Ganter.pdf
4. Conclusion
Enfin, la combinaison des reformes politiques, qui sont sans doute dures à impliquer et
qui doivent, en dernière instance, venir du peuple congolais lui-même (qui est pour le
moment trop faible car il a des autres soucis) avec la méthode géochimique et avec une
conscience sincère des acteurs plus éloignés dans la filière commerciale (qui est pour
eux une filière de peine) sur les liens et les causalités derrière ce conflit, pourrait
améliorer la situation et mener à une situation où les congolais puissent, une première
fois dans leur histoire depuis la colonisation, profiter de leurs ressources naturelles.[...]"




"LE COLTAN, MÉTAL SANGLANT DANS NOS TÉLÉPHONES - 23 juin 2021
= https://profidecatholica.com/2021/06/23/le-coltan-metal-sanglant-dans-nos-telephones/

"URGENT- Guerre du coltan en RDC ! L’affrontement Est-Ouest par Kabila et Tshisekedi interposés ? - 11 avril 2019
= https://www.info-apareco.com/2019/04/11/urgent-guerre-du-coltan-en-rdc-laffrontement-est-ouest-par-kabila-et-tshisekedi-interposes/

"LA ROUTE COMMERCIALE
DU COLTAN CONGOLAIS : UNE ENQUÊTE - Mai 2013

= https://www.ieim.uqam.ca/IMG/pdf/Martineau_coltan.pdf

"Le coltan, le "minerai de sang" du Congo - 12/11/2008
= https://observers.france24.com/fr/20081112-coltan-minerai-sang-congo

"RDC: L’exploitation du coltan, qui a fort peu rapporté d’argent au Congo, est aussi source de malheurs pour la population, selon un artiste comédien
= https://www.business-humanrights.org/fr/derni%C3%A8res-actualit%C3%A9s/rdc-lexploitation-du-coltan-qui-a-fort-peu-rapport%C3%A9-dargent-au-congo-est-aussi-source-de-malheurs-pour-la-population-selon-un-artiste-com%C3%A9dien/

"L’enjeu du coltan : guerre et paix dans le bassin du Congo - 2015-05-13
= https://logiquesdares.wordpress.com/2015/05/13/lenjeu-du-coltan-guerre-et-paix-dans-le-bassin-du-congo/

"Congo (RDC) : La guerre du coltan est entre nos mains et dans nos téléphones mobiles - 21/02/2010
= https://fr.globalvoices.org/2010/02/21/30236/

"RDC- Coltan du sang: Paul Kagamé le Pol-Pot de Mille Collines fait du Rwanda le premier pays explorateur du coltan minerais qui n'est pas dans son sous-sol ! - 24 DÉC. 2014
= https://blogs.mediapart.fr/freddy-mulongo/blog/241214/rdc-coltan-du-sang-paul-kagame-le-pol-pot-de-mille-collines-fait-du-rwanda-le-premier-pays-explo

"LE COLTAN, SOURCE D’INSTABILITÉ POLITIQUE EN AFRIQUE CENTRALE
= https://www.collectif-communiste-polex.org/afrique/coltan.htm

"DOCUMENT SUR LE COLTAN DU KIVU (RDC)
= https://kinshasamakambo.wordpress.com/2014/05/10/document-sur-le-coltan-du-kivu-rdc/


"Le prix du coltan : le silence des puissants, le mutisme des religieux - 27 juin 2017
= https://www.pour-jesus.com/2017/06/le-prix-du-coltan-le-silence-des-puissants-le-mutisme-des-religieux/

"RDC: des ONG alertent sur les conditions de vie des mineurs confinés - 15/06/2020
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20200615-rdc-ong-alertent-conditions-vie-mineurs-confin%C3%A9s

"Le coltan et la guerre à l'Est de  la RDC
= https://fweley.wordpress.com/2011/05/19/le-coltan-et-la-guerre-a-l%E2%80%99est-de-la-rdc/

"Les minerais maudits de RDC - 20/09/2011
= http://www.slateafrique.com/42981/le-coltan-et-autres-minerais-maudits-de-la-rdc



Compatriotiquement! 


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

 LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?   Empty Re: LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?

Message  ndonzwau 4/10/2021, 6:38 pm

PS
Qu'importe l'impératif moral qui me fait condamner le Rwanda comme un voleur impénitent, il m'arrive de me retourner en moi-même et de m'interroger au-delà de tout cela si son tort principal n'était pas d'abord d'être plus malin et plus pragmatique que tous en Afrique subsaharienne, dans tous les cas, plus que nos piètres et félons dirigeants d'hier et d'aujourd'hui. Il aura compris avant tout le monde le besoin majeur d'une raffinerie des métaux même ceux dont ne recèle pas son sous-sol quitte à passer par pertes et profits le devoir moral de ne pas les soutirer frauduleusement autrement dit de les piller au Congo.


Nous en sommes là et il ne nous reste que l'intelligence d'être autant sinon plus rusés que lui et sans doute pas comme la naïveté confondante de notre actuel Chef de l'Etat. Comment faire alors ? Le lieu de faire encore et encore le constat malheureux pour nous d'une faiblesse et d'une perversion endémiques de notre administration génitrices de tous nos maux. Où que l'on aille sur notre scène nationale même sur le plan sécuritaire devenu aujourd'hui notre principale épine vu l'insécurité chronique dans l'Est comme dans les domaines relevant directement ou indirectement de l'administration publique au Parlement, au Gouvernement, sur l'autorité judiciaire, dans les entreprises publiques ou parastatales, rien ne  va. Nécessité impérieuse donc des réformes institutionnelles, administratives, sociales, intellectuelles et même psychologiques pour faire face à des voisins et un monde en pleine compétitivité. L'introuvable commission de 'changement de mentalités' et les injonctions de performance chiffrées dans les hautes fonctions viendraient fort à propos...

Bref, voilà le nécessaire changement de gouvernance d'où nous pouvons soutirer les ressources pour contrer les initiatives rusées du Rwanda, c'est encore possible ! Je ne peux donc que souhaiter à notre Chef de l'Etat de se défaire de sa naïveté anachronique dans nos relations avec le Rwanda et de finaliser sans tarder les velléités annoncées d'une armada intelligente, courageuse et pragmatique contre lui !!!



"La Course effrénée de P. Kagame pour le raffinage  des  » minerais stratégiques » : Le Rwanda possède trois usines de raffinage(Or, Étain et Coltan) - 29 septembre 2021
= https://congovirtuel.com/information/la-course-effrenee-de-p-kagame-pour-le-raffinage-des-minerais-strategiques-le-rwanda-possede-trois-usines-de-raffinageor-etain-et-coltan/
« Un avantage net » sur ses voisins, la RDC et l’Ouganda

Des pays peu producteurs des minerais stratégiques se lancent dans la course au raffinage. « La Suisse n ‘extrait pas l’ or qu’elle raffine« . Les raffineries  suisses traitent environ 2 500 tonnes d’or par an, d’une valeur de 120 milliards de dollars aux prix actuels.
En Afrique subsaharienne – où jusqu’en 2012 il n’y avait qu’une poignée de raffineries – jusqu’à 26 sont désormais en exploitation ou en construction dans 14 pays  y compris dans des États qui extraient peu de ces minerais.
« La seule façon d’arrêter la contrebande est d’avoir plusieurs raffineries en Afrique« , avait déclaré Frank Mugyenyi, alors  chef de l’unité des minéraux de l’Union africaine.


Une raffinerie est une installation industrielle ou artisanale destinée à transformer ou purifier divers produits dont les matières précieuses, cependant l’Afrique reste le seul continent contrastant avec un sol riche en minerais mais exportés en brut et moins chers vers des pays plus nantis.
A l’exception de l’une des premières raffineries en Afrique : la « Rand Refinery » en Afrique du Sud, elle est sans doute la raffinerie d’or la plus célèbre au monde, étant donné que depuis son ouverture en 1921, elle a raffiné plus de 50 000 tonnes d’or, soit un peu plus de 25 % de tout l’or jamais extrait. 
Si plusieurs Etats de la région des grands Lacs en Afrique se dotent de leurs propres raffineries pour tenter de capter la production de milliers de sites miniers artisanaux, dans des zones en proie à des violences entretenues par des groupes armés, le Rwanda fait la course en tête, lui pourtant qui possèdent peu des matières premières comparativement à ses voisins dont la RDC.

Le Rwanda qui veut devancer l’île Maurice en étant « le Singapour d’Afrique » et le plus « grand centre financier » au cœur de l’ Afrique noire, se positionne da  des grands « projets stratégiques » de raffinage des minerais stratégiques.

L’Ouganda

L’Ouganda avec the African Gold Refinery (AGR), a crééla plus importante raffinerie d’or de la région des Grands Lacs, opérationnelle depuis fin 2015. Il règne ainsi sur ce marché controversé en exportant 10 tonnes d’or par an à Dubaï.
Le site, officiellement inauguré par le président ougandais, Yoweri Museveni, en février 2017, est ultrasécurisé et moderne, avec un parking, des bâtiments impeccables, des machines haut de gamme venues d’Italie.

La RDC

En RDC, le raffinage des minerais est encore dans un stade de projet : La Congo Gold Raffinerie (CGR) compte lancer une raffinerie à Bukavu, ville située dans l’est de la RDC, à la frontière avec le Rwanda.
CGR est détenue par deux sociétés, l’une de ces sociétés est Global Investment Congo (GIC), qui compte parmi ses actionnaires des entités gérées par un associé de l’ancien président congolais Joseph Kabila, Alain Wan, et un haut responsable de FSG, Liu Zhigang. FSG est une société de sécurité créée par le milliardaire américain Erik Prince.
En mars 2021, un équipe de Cambridge Bullion Congo Sarl et une délégation anglaise accompagnée du représentant de BGR (L’Institut fédéral des géosciences et des ressources naturelles (Bundesanstalt für Geowissenschaften und Rohstoffe: BGR) ont été reçues, le jeudi 11 mars 2021 à Kinshasa.
Ces personnalités étaient venues présenter au patron national des Mines leur projet pour le raffinage de l’or sur place en RDC.
Mêmement pour la société Equinoxe basée à Dubaï, qui compte installer une usine de raffinerie d’Or en Ituri.

Le Rwanda

Le Rwanda semble devancer ses voisins.
La société Power Resources est entrée dans la dernière phase de construction de la toute première raffinerie de coltan à Kigali. L’unité fera du Rwanda un fournisseur clé au niveau mondial de ce minerai, stratégique pour les industries de la téléphonie et de l’électronique.
L’unité, la première du genre dans le pays, sera en capacité de produire chaque année 500 000 livres de poudre de haute pureté de tantale et de niobium.
La raffinerie pourra être opérationnelle vers le mois de janvier 2022.
Avec sa volonté de faire du Rwanda un des hubs de la transformation des minerais dans la région, Paul Kagame semble réussir son pari avec le lancement d’une raffinerie de coltan à Kigali. Ceci assurerait des revenus importants au pays, les minerais transformés se vendant bien plus cher que les bruts.
Ainsi avec la raffinerie de Power Resources International, le Rwanda détiendra sur son sol trois types d’unités de transformation de minerais différents : coltan, étain et or. La société à capitaux polonais LuNa Smelter opère en effet une fonderie d’étain, et la raffinerie d’or Aldango Refinery est également installée dans le pays.
Cependant, depuis un conflit entre le Rwanda et la société émiratie Aldabra, détenue par le raffineur d’or belge Alain Goetz qui est recherché pour fraude fiscale, le site est officiellement à l’arrêt."


"Filière extractive : les mines rwandaises face au défi de l’industrialisation -31 mai 2017
= https://www.jeuneafrique.com/mag/440500/economie/filiere-extractive-mines-rwandaises-face-defi-de-lindustrialisation/
Kigali veut attirer des investisseurs étrangers pour professionnaliser un secteur encore artisanal. Mais il lui faudra pour cela faire des efforts de transparence.

Le chemin de terre serpente entre les collines de Rutongo. Nous sommes sur le plus grand site minier du Rwanda, exploité par la société Tinco, à une vingtaine de kilomètres au nord de Kigali. Ici, on produit essentiellement de la cassitérite, le minerai d’étain (« tin », en anglais). Avec le tungstène, le tantale et l’or (« gold »), ils forment les « 3TGs », cet ensemble de quatre métaux cruciaux pour l’industrie électronique que l’on trouve en abondance dans la région des Grands Lacs.
Au fond de la vallée, les mineurs sont à pied d’œuvre dans les galeries. Des petits wagons emportent ce minerai noir, qui sera ensuite concentré dans une petite unité semi-industrielle avant d’être exporté. Ces temps-ci, une cinquantaine de tonnes sont produites chaque mois. Les investisseurs sont sud-africains (la famille Ichikowitz, à titre privé, qui détient aussi le groupe d’armement Paramount), la main-d’œuvre locale et la production à forte valeur ajoutée. Bref, un modèle de ce que veut développer le Rwanda pour remplacer un secteur aujourd’hui principalement artisanal.
Mais voilà qu’au bord de la route une silhouette s’échappe à toute vitesse, un sac de jute à la main, signe du larcin. La grande valeur et les petits volumes des 3TGs (la cassitérite vaut entre 15 et 20 dollars – entre 13 et 18 euros – le kilo) les rendent particulièrement vulnérables à tous les types de trafics.

Les vols, un problème « très marginal »

Alors que le ministre rwandais de la Justice, Johnston Busingye, interrogé par Jeune Afrique, n’y voit qu’un problème « très marginal », ces vols sont une préoccupation centrale pour Tinco. En mars, après la saisie de 600 kg de minerai par la police, son directeur exécutif, Martin Kahanowitz, a ainsi écrit au quotidien anglophone The New Times (proche du gouvernement) pour s’inquiéter des « vols croissants de minerai » qui ont « des effets dramatiques pour les investisseurs légitimes ».
Confronté à une balance commerciale de plus en plus déficitaire (1,6 milliard de dollars en 2016), le pays parie en effet sur l’augmentation des exportations de minerais (sa deuxième source de devises, après le tourisme, à 94 millions de dollars pour l’année fiscale 2015-2016) pour redresser ses comptes. En février, Francis Gatare, l’ancien directeur général de Rwanda Development Board, a ainsi été nommé à la tête d’une nouvelle agence d’État, le Rwanda Mines, Petroleum and Gas Board.

Dans un pays enclavé, où l’énergie est rare et chère, il a pour mission de professionnaliser et de restructurer la filière en misant sur les capitaux et l’expertise étrangers, comme l’a expérimenté le groupe rwandais Roka Mining. Il y a neuf ans, cette société a fait l’acquisition de six concessions minières produisant essentiellement de la cassitérite. Mais les développer s’est révélé plus difficile que prévu. Après avoir atteint 100 tonnes par mois, la production a lentement décliné.
Fin 2016, Emery Rugabenga, son directeur général, a donc accueilli à bras ouverts la société sud-africaine Madini Minerals, qui a acquis 15 % des parts, valorisant l’entreprise à 35 millions de dollars. « L’expérience du secteur qu’ils nous apportent depuis qu’ils sont là est absolument inestimable », se réjouit-il. Ces investissements restent toutefois exceptionnels. Pour les multiplier, rendre la filière plus transparente paraît essentiel.

« Un environnement politique dysfonctionnel »

Dans une étude publiée en novembre 2016, le Centre international pour la croissance (IGC, un organisme de la London School of Economics) constatait ainsi le potentiel du pays en matière de services miniers « du fait de sa propre industrie et de la proximité avec la RD Congo », mais jugeait son développement incertain pour l’instant, à cause « d’un environnement politique dysfonctionnel ».
Le risque semble en effet trop grand, pour l’instant, aux yeux de nombre d’investisseurs, le Rwanda étant régulièrement accusé de servir de plaque tournante au trafic de « minerai de conflit » (qui finance les groupes armés de l’est de la RD Congo).
La médiatisation de cette problématique a amené les États-Unis à légiférer, en 2010, pour obliger les entreprises électroniques à s’assurer que leur minerai ne vient pas d’un site sous contrôle d’un groupe armé – avec la loi Dodd-Frank, dont l’application est effective depuis 2014. Comme tous les pays de la région, le Rwanda est ainsi désormais soumis à des systèmes de traçabilité. « C’est injuste, car le pays fait de gros efforts de bonne gouvernance, juge Emery Rubagenga. Et lorsque l’on découvre quelques brebis galeuses, cela suffit à jeter l’opprobre sur tout le pays. »

AU RWANDA, LES GENS TROUVENT ET VENDENT DES MINERAIS DISCRÈTEMENT ET EN PETITE QUANTITÉ DEPUIS DES DÉCENNIES, SOUVENT ILLÉGALEMENT
Surtout, le système mis en place peine à convaincre. Malgré un recul en 2016, le Rwanda reste, avec 27 % des volumes mondiaux, l’un des plus gros producteurs de tantale du monde, selon un rapport de l’US Geological Survey. Mais la provenance de son minerai, le coltan, reste incertaine : les principales mines rwandaises n’en produisent que de façon marginale, alors que la RD Congo, voisine, en regorge.

Des efforts à faire

« Au Rwanda, les gens trouvent et vendent des minerais discrètement et en petite quantité depuis des décennies, souvent illégalement », indique Johnston Busingye. La publication de la production détaillée de chaque site minier au Rwanda – il existe environ 500 concessions – permettrait de lever les doutes. Malgré les demandes de Jeune Afrique, ni le gouvernement rwandais ni l’organisme de certification n’ont accepté de transmettre ces données.
Depuis l’élection de Donald Trump, l’administration américaine s’interroge sur la nécessité de maintenir la loi Dodd-Franck. Mais il n’est pas certain que cela lève les freins aux investissements : l’Union européenne planche sur une législation similaire, et les grandes entreprises de l’électronique sont exposées à un risque pour leur réputation. Pour accomplir ses objectifs, le Rwanda a donc encore des efforts à faire.


Roka Mining dans les Panama Papers

Roka Rwanda Columbo Tantale Coltan, Roka Rwanda Wolfram Corp., Roka Global Resources… Entre 2006 et 2008, l’entreprise rwandaise Roka Mining a ouvert plus d’une quinzaine de filiales au Panama par l’intermédiaire du cabinet Mossack Fonseca, ce qu’ont dévoilé les Panama Papers. Celles-ci ont toutes été fermées avant 2012, mais à quoi ont-elles pu servir ? « Il ne faut pas confondre la pratique frauduleuse de l’évasion fiscale et l’optimisation fiscale, qui est légale », répond son directeur général, Emery Rubagenga, qui assure n’avoir jamais été inquiété. « Le gouvernement est tout à fait conscient du fait que les entreprises ont besoin d’une certaine flexibilité », explique-t-il.


"RDC: affaire 619 millions $ de Dig Oil, trois ministres ont piégé Kinshasa
= https://www.tsieleka.com/index.php/2021/09/27/rdc-affaire-619-millions-de-dig-oil-trois-ministres-ont-piege-kinshasa/


"RDC: China Molybdenum veut investir 2,51 milliards $ pour doubler la production de cuivre et de cobalt à Tenke Fungurume -7 août 2021
= https://www.tsieleka.com/index.php/2021/08/07/rdc-china-molybdenum-veut-investir-251-milliards-pour-doubler-la-production-de-cuivre-et-de-cobalt-a-tenke-fungurume/



"La Chine et le Rwanda, une longue histoire bilatérale - 22/07/2018
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20180722-chine-rwanda-histoire-bilaterale-visite-xi-jinping-kagame


"RDC: après le cuivre et le Cobalt, la chine s’empare du plus grand projet d’exploitation du lithium à Manono avec 240 millions $ - 27 septembre 2021
= https://www.tsieleka.com/index.php/2021/09/27/rdc-apres-le-cuivre-et-le-cobalt-la-chine-sempare-du-plus-grand-projet-dexploitation-du-lithium-a-manono-avec-240-millions/


"Mines en République démocratique du Congo : « Un pillage qui réduit une partie de la population à une forme d’esclavage » - 3 septembre 2021
= https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/10/03/mines-en-rdc-un-pillage-qui-reduit-une-partie-de-la-population-a-une-forme-d-esclavage_6096924_3212.html
LE RENDEZ-VOUS DES IDÉES. Auteur de « Cobalt Blues », le journaliste belge Erik Bruyland pointe la responsabilité des dirigeants congolais, des entreprises étrangères et des géants du numérique dans le fiasco minier du pays.[...]"


"En RDC, le dossier explosif des contrats miniers chinois - 29 septembre 2021
= https://www.franceinter.fr/emissions/geopolitique/geopolitique-du-mercredi-29-septembre-2021


"Le secteur minier en RDC - Conseil  Stratégique National et pour de Développement
= https://www.csnd-rdc.net/le-secteur-minier-en-rdc-congo/


"Cobalt blues
La sape d'un géant. Congo 1960-2020 - 07/06/2021 - Erik Bruyland

= https://www.racine.be/fr/cobalt-blues
= https://www.cultura.com/cobalt-blues-la-sape-d-un-geant-congo-1960-2020-9782390251637.html
  • Les Panama Papers de la République Démocratique du Congo: pourquoi ce pays potentiellement riche est-il si pauvre ?

[Dans Cobalt blues, le journaliste Erik Bruyland se plonge dans l'histoire postcoloniale de son pays natal, la République démocratique du Congo. Le passé colonial belge transmue vers des scènes quasi d'esclavage dans les mines les plus riches au monde. Alors pourquoi ce pays tellement riche est-il si pauvre ?
Son travail fouillé de journaliste d'investigation dévoile comment des opportunistes et des spéculateurs ont - comme des vautours - pu faire main basse sur les richesses minières du pays.
Bruyland détricote les carrousels économiques et financiers et les manigances géopolitiques qui ont abouti à la tragédie du Cobalt blues : l'or bleu qu'engrangent des sociétés offshore, la sueur noire n'en récoltant rien. Et tout ça, pour assouvir notre appétence pour nos téléphones intelligents ou voitures électriques.
Une analyse tranchante du dépérissement économique et politique de la RDC, avec, en miroir, le rôle et la responsabilité de l'ancien colonisateur belge.]




Compatriotiquement! 


[size=10]# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

 LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?   Empty Re: LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?

Message  ndonzwau 19/10/2021, 12:27 pm

INCURSION DE L'ARMEE RWANDAISE SUR LE SOL CONGOLAIS A KIBUMBA DANS LE NORD KIVU. PILLAGES ET TIRS DE FEU SIGNALES MAIS REJETS DES ACCUSATIONS PAR L'AMBASSADEUR RWANDAIS OCCUPANT A KINSHASA VS COLERE, INDIGNATIONS, HUMIIATION PANIQUE ET DESTABILISATION DE LA POPULATION LOCALE !!!

L'incursion de l'armée rwandaise à Kibumba dans le territoire de Nyragongo est loin d'être une fiction, qu'elle est débuté - ou pas notamment selon d'autres sources - par une erreur sur les signalisations les soldats rwandais habitués à l'arbitraire et la cupidité au Congo ne l'ont pas moins vite assumée tirant des balles réelles, terrorisant la population qui a dû fuir et ont pillé leurs biens. Au moins six villages Congolais ont été temporairement occupés, selon la société civile du coin qui n'a aucun intérêt à mentir avant que les FARDC n'interviennent. Une nouvelle "humiliation" venue  du Rwanda pour laquelle tout patriote Congolais se devra d'exiger de son Gouvernement des explications bien plus que celles que nous a fournies le porte-parole de l'armée surtout que l'ambassadeur rwandais au Congo se prétendant tout puissant comme en terrain conquis s'est empressé de minimiser l'évènement, de contredire la version de notre armée. On ne peut l'entendre de quelqu'un qui ne cesse de nier les crimes du Rwanda sur les traces de son Président.

Plus qu'ailleurs les autorités Congolaises ont ici un devoir de redevabilité permanent, elles doivent rendre des comptes et demander à leur tour des explications du Rwanda, si l'on veut en finir avec les violences qui endeuillent quotidiennement notre population à l'Est. Cette incursion militaire rwandaise n'est pas la première et la société civile évoque même une présence de l'armée rwandaise quasi permanente. La situation est redevenue calme après l'intervention de notre armée, les soldats rwandais sont repartis mais quel bilan, qu'en dire, quoi faire pour que ses épisodes ne se représentent pas ? S'en remettre au mécanisme conjoint de vérification des frontières élargi de la CIRGL suffira-t-il ? De quoi donner des arguments à ceux qui comme Tshiani remettent en cause à tort ou à raison la coopération rwando-Congolaise.



"RDC-Kibumba : une compagnie de l’armée rwandaise a fait incursion, il y a eu pillages et échanges des tirs (FARDC) - 18 octobre 2021
= https://actualite.cd/index.php/2021/10/18/rdc-kibumba-une-compagnie-de-larmee-rwandaise-fait-incursion-il-y-eu-pillages-et
On en sait un peu plus sur l’incident sécuritaire enregistré ce lundi 18 octobre dans le groupement Buhumba (territoire de Nyiragongo) à la frontière entre le Rwanda et la RDC. Selon les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC), une compagnie de Rwanda defence forces (RDF) a fait incursion dans la région. Des affrontements aux armes individuelles et d’appui ont opposé les deux forces armées.
« Il y a eu incursion des militaires rwandais à Kibumba dans la matinée de ce lundi. Ils ont été contenus par les forces armées de la République démocratique du Congo jusqu'à l'arrivée du renfort, ils ont rebroussé. C'est une incursion d'au moins une compagnie de l'armée rwandaise qui s'est retrouvée sur le sol congolais. Ils ont tiré aux armes d'appui, aux armes individuelles. La situation est sous contrôle », a indiqué à ACTUALITE.CD le colonel Guillaume Njike, porte-parole de la 34e région militaire.

Le porte-parole militaire affirme que des armes ont été récupérées de part et d’autre. Plusieurs biens de la population ont été pillés par les forces rwandaises.
« Ce qui est vrai nous avons réussi à récupérer une arme et de l'autre côté ils ont aussi récupéré une arme. En faisant cette incursion, ils ont tiré à balles réelles, il y a eu de pillage à leur retour », a-t-il ajouté.
Le colonel Njike ne donne pas le mobile de cette incursion. Mais selon une source sécuritaire dans la région, « un militaire rwandais a traversé illicitement avec des marchandises au Congo ».
« Après avoir traversé la frontière congolaise, un autre militaire l’a suivi. Les soldats congolais ont capturé les deux rwandais. C’est ainsi que d’autres militaires rwandais sont arrivés pour libérer leurs frères d'armes. Ils sont repartis avec les deux après des échanges de tirs. La situation s’est calmée », a précisé cette source.
A la suite de cet incident, un déplacement spontané des habitants a été signalé dans la matinée à Kibumba. Les écoles n’ont pas fonctionné."

"La RDC confirme avoir subi une incursion de l'armée rwandaise
= https://fr.africanews.com/2021/10/19/la-rdc-confirme-avoir-subi-une-incursion-de-l-armee-rwandaise/
Les Forces Armées de RDC ont confirmé avoir subi une incursion de l’armée rwandaise le 18 octobre, effectuée par le groupement Buhumba à Kibumba en territoire de Nyiragongo au Nord-Kivu dans l’est de la RDC. Kinshasa avance un bilan d’une arme rwandaise récupérée, des pillages et six villages occupés pendant une période.

"On venait juste de se réveiller quand on a entendu des coups de feu", raconte Enoch Sarafi, habitante du village de Buhumba. "Beaucoup de coups de feu ! Quelques minutes plus tard, on a vu des soldats rwandais arriver dans notre quartier, et on n'a pas eu d'autre choix que de fuir en laissant notre bétail derrière nous. Quand on est revenus, ils avaient déjà tout emporté."
La société civile parle de déclaration de guerre et dénonce l’abandon de l’armée congolaise"L’armée rwandaise est organisée au niveau de la frontière, mais l’armée congolaise n’est pas organisée faute d’effectif, faute de la logistique aussi, capable de contenir des attaques qui peuvent surgir à tout moment", ajoute Mambo Kawaya, président de la société civile du territoire de Nyiragongo.

L'armée de la République démocratique du Congo affirme quant à elle avoir repoussé cette incursion. "Le secteur opérationnel Nord-Kivu Sokola2 confirme l’incursion des éléments de RDF sur le sol congolais et ces éléments ont eu à occuper six villages et ils sont arrivés jusqu’à 200 mètres de la route nationale Numéro 2", détaille le major Guillaume Njike Kaiko, porte-parole des opérations Sokola2.
"Nous avons récupéré une arme des éléments de RDF que nous avons présenté incessamment à la presse, mais aussi nous avons enregistré des pillages d’après les informations que nous avons". Depuis près de quatre mois, la société civile du territoire alerte sur une présence de l’armée sur le sol.


"RDC : L’armée congolaise confirme l’incursion de l’armée rwandaise et déplore des cas de pillage
= https://congorassure.com/rdc-larmee-congolaise-confirme-lincursion-de-larmee-rwandaise-et-deplore-des-cas-de-pillage/
"Nord-Kivu : l’armée rwandaise a fait incursion à Kibumba, ouvert le feu et pillé les biens des civils - 18 octobre 2021
= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2021/10/18/nord-kivu-larmee-rwandaise-a-fait-incursion-a-kibumba-ouvert-le-feu-et-pille-les-biens-des-civils.html/95305/
"RDC: au moins six villages occupés brièvement par les forces armées rwandaises, selon les FARDC -  18 octobre 202
= https://actualite.cd/index.php/2021/10/18/rdc-au-moins-six-villages-occupes-brievement-par-les-forces-armees-rwandaises-selon-les
"Des pillages signalés après l'incursion des militaires rwandais au Nord Kivu - OCTOBRE 18, 2021
= https://bisonews.cd/des-pillages-signales-apres-lincursion-des-militaires-rwandais-au-nord-kivu/
"RDC-Rwanda : des accrochages signalés entre les armées de deux pays dans le territoire de Nyiragongo - 18 octobre 2021
= https://actualite.cd/index.php/2021/10/18/rdc-rwanda-des-accrochages-signales-entre-les-armees-de-deux-pays-dans-le-territoire-de

"RDC: incursion de militaires rwandais au Nord-Kivu - 18 octobre 2021
= https://afrique.lalibre.be/64624/rdc-incursion-de-militaires-rwandais-au-nord-kivu/
"RDC : l’armée affirme avoir repoussé une « incursion » rwandaise - 19 OCTOBRE, 2021
= https://www.financialafrik.com/2021/10/19/rdc-larmee-affirme-avoir-repousse-une-incursion-rwandaise/
"Kibumba : affrontements entre les armées de la RDC et du Rwanda - 18/10/2021
= https://www.radiookapi.net/2021/10/18/actualite/securite/kibumba-affrontements-entre-les-armees-de-la-rdc-et-du-rwanda

"Accrochage au Nord-Kivu entre les armées de RDC et du Rwanda - 19/10/2021
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20211018-accrochage-au-nord-kivu-entre-les-arm%C3%A9es-de-rdc-et-du-rwanda
Les FARDC affirment avoir repoussé une incursion des militaires de la Rwanda Defence Force (RDF). Côté rwandais, on parle d’un incident mineur à la frontière terrestre qui sépare les deux pays provoqué par une incompréhension entre les deux parties. Que s’est-il réellement passé ?
Avec notre correspondant à Kinshasa, Patient Ligodi

Selon l’armée congolaise, une compagnie des forces armées rwandaises a fait incursion à Kibumba. Elle se serait même approchée à environ 200 mètres de la route nationale 2 et aurait occupé brièvement six villages. 
Sans évoquer la cause de cet incident, le porte-parole des FARDC dans la région rapporte aussi des scènes de pillage dont se seraient rendus coupables les militaires rwandais.
Vincent Karega, ambassadeur rwandais en poste à Kinshasa, balaye cette version, minimise l’incident et nie toute incursion de l’armée de son pays dans cette partie du territoire congolais. 
D’après son récit, à la poursuite d’un individu portant un colis suspect, un militaire rwandais aurait par inadvertance traversé illégalement la frontière et se serait retrouvé du côté congolais. Il explique la situation par la difficulté de reconnaître facilement les limites entre les deux pays dans cette zone. Il rejette également la thèse d’échange de tirs et parle de coups de feu tirés en l’air par les deux camps.

Échange de tirs et déplacements massifs de population

Selon des sources indépendantes, tout est parti de l’interpellation par l’armée congolaise de deux militaires rwandais qui se sont retrouvés sur le sol congolais illégalement. Il s’en est suivi un échange de tirs provoquant des déplacements massifs de populations congolaises.
À l’arrivée d’une unité des casques de bleu de la Monusco sur place, la situation s’était déjà stabilisée. Les populations déplacées regagnent progressivement leurs villages depuis lundi après-midi.


"Accrochage entre les forces congolaise et rwandaise à Kibumba: les explications de Vincent Karega - 18 octobre 2021
= https://actualite.cd/index.php/2021/10/18/accrochage-entre-les-forces-congolaise-et-rwandaise-kibumba-les-explications-de-vincent
L’actualité congolaise est dominée ce lundi notamment par l’incident à Kibumba (Nord-Kivu) entre les forces sécuritaires rwandaises et congolaises. Le porte-parole de l’Armée congolaise dans la région évoque une incursion de toute une compagnie de l’Armée rwandaise. Ce que dément l’ambassadeur rwandais en poste à Kinshasa.
« Il ne peut pas avoir incursion sans conflit ou blocage de dialogue entre les deux pays, sans objectif poursuivi en RDC par le Rwanda. Ce qui s’est passé est un incident d’erreur souvent répétée.  Les forces de l’ordre poursuivaient des fraudeurs qui ont choisi de courir vers la RDC. Un des agents de l’ordre rwandais a traversé de quelques mètres en poursuivant ces fraudeurs qui avaient des colis inconnus. C’est une affaire purement de fraude. De l’autre côté, les Forces congolaises l’ont interpellé pour avoir dépassé de quelques mètres la ligne non tracée. Ceux qui connaissent le lieu savent que c’est très difficile d’identifier à l’œil nu la frontière », a dit à ACTUALITE.CD le diplomate rwandais.

Selon lui, l’incident est mineur.
« Je crois qu’il y a eu des tirs en l’air de part et d’autre et non un échange des tirs. Là, les Rwandais sont au Rwanda et les Congolais sont au Congo. Les deux niveaux nationaux n’ont aucun problème, aucun différend de frontière. C’est une incompréhension due à une certaine erreur d’estimation des lignes. Rien d’agressif, rien d’agenda caché ».
D’après le lieutenant-Colonel Ndjike Kaiko Guillaume, porte-parole de l’Opération Sukola 2, la progression de l’Armée rwandaise a été confirmée jusqu’à d’environ 200 mètres de la Route Nationale N°2. Six villages auraient été même occupées brièvement. 
« Pourquoi on occuperait des villages congolais? On y a aucun intérêt. Je ne comprends pas d’où viennent ces informations (…). Les rapports sont au beau fixe. Je viens de Goma pour l’inauguration d’une ligne Rwandair. Les échanges commerciaux et des visites se poursuivent. L’harmonie est totale », a t-il ajouté.

"Incursion de l’armée rwandaise à Kibumba: « C’est du buzz d’une tension montée de toutes pièces » ( Vincent Karega) - 18 octobre 2021
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/10/18/incursion-de-larmee-rwandaise-a-kibumba-cest-du-buzz-dune-tension-montee-de-toutes-pieces-vincent-karega.html/95330/
L’ambassadeur du Rwanda en République Démocratique du Congo, Vincent Karega a apporté sa version des faits au sujet de l’incursion de l’armée rwandaise dans le territoire congolais, tel qu’annoncé par l’armée congolaise.
D’après le diplomate rwandais, il n’y a eu aucune incursion des éléments du Rwanda Defense Forces sur le territoire congolais. Vincent Karega évoque plutôt un fait « très mineur autour d’une poursuite de fraudeur », le reste indique-t-il, c’est du buzz d’une tension montée de toutes pièces.

 LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?   1C491796-E93B-4002-BF0F-A985C6487C2C

« Il ne peut pas avoir incursion sans conflit ou blocage de dialogue entre les deux pays, sans objectif poursuivi en RDC par le Rwanda. Ce qui s’est passé est un incident d’erreur souvent répétée. Les forces de l’ordre poursuivaient des fraudeurs qui ont choisi de courir vers la RDC. Un des agents de l’ordre rwandais a traversé de quelques mètres en poursuivant ces fraudeurs qui avaient des colis inconnus. C’est une affaire purement de fraude. De l’autre côté, les Forces congolaises l’ont interpellé pour avoir dépassé de quelques mètres la ligne non tracée. Ceux qui connaissent le lieu savent que c’est très difficile d’identifier à l’œil nu la frontière », a-t-il raconté.
Le diplomate rwandais accrédité en République Démocratique du Congo ajoute qu’il n’ ya pas eu échange des tirs entre les deux armées, contredisant ainsi ce qui a été rapporté par l’armée congolaise.

« Je crois qu’il y a eu des tirs en l’air de part et d’autre et non un échange des tirs. Là, les Rwandais sont Rwanda et les Congolais sont au Congo. Les deux niveaux nationaux n’ont aucun problème, aucun différend de frontière. C’est une incompréhension due à une certaine erreur d’estimation des lignes. Rien d’agressif, rien d’agenda caché », a soutenu Vincent Karega.
L’ambassadeur du Rwanda rappelle par ailleurs qu’il n’y a aucun conflit, aucune tension entre les deux pays, au contraire dit-il « les rapports sont au beau fixe » s’appuyant notamment sur son dernier déplacement à Goma pour l’inauguration d’une ligne Rwandair.
« Pourquoi on occuperait des villages congolais? On y a aucun intérêt. Je ne comprends pas d’où viennent ces informations (…). Les rapports sont au beau fixe. Je viens de Goma pour l’inauguration d’une ligne Rwandair. Les échanges commerciaux et des visites se poursuivent. L’harmonie est totale », a-t-il renchéri.
« Rien à éclairer car il n’ ya pas d’ombres. Les mensonges d’incursion, occupation et pillages en un clin d’œil seront vite estompées faute des preuves », a-t-il martelé.

RIEN À ÉCLAIRER CAR IL N' YA PAS D' OMBRES. LES MENSONGES D' INCURSIONS, OCCUPATION ET PILLAGES EN UN CLIN D' ŒIL SERONT VITE ESTOMPÉES FAUTE DES PREUVES. LE FAIT EST TRÈS MINEUR AUTOUR D' UNE POURSUITE DE FRAUDEUR. LE RESTE C' EST DU BUZZ D' UNE TENSION MONTÉE DE TOUTES PIÈCES. 
HTTPS://T.CO/SWX3IEB2AH
— Vincent Karega (@vincentkarega1) October 18, 2021
Selon la version de l’armée congolaise, une compagnie d’armée rwandaise (Rwanda Defense Forces) a fait une incursion sur le territoire congolais, jusqu’à contrôler provisoirement au moins six villages du territoire de Nyiragongo à 200 mètres de la route nationale numéro 2 (RN2).
L’armée congolaise a également indiqué que, l’armée rwandaise a procédé à des tirs d’appui et individuels afin de traverser les frontières à partir de Kibumba, dans le territoire de Nyiragongo.

= https://www.opinion-info.cd/diplomatie/2021/10/18/incursion-de-larmee-rwandaise-sur-le-sol-congolais-humiliation-le


RDC-Rwanda: que pensent les habitants de Goma de l'appel de Kagame à «vivre ensemble»? - 28/06/2021"
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210628-rdc-rwanda-que-pensent-les-habitants-de-goma-de-l-appel-de-kagame-%C3%A0-vivre-ensemble
Réactions à Goma en RDC, après la récente visite du président rwandais dans cette ville volcanique au Nord-Kivu pour une rencontre bilatérale avec son homologue congolais Félix Tshisekedi. Lors d’une conférence de presse samedi après midi, Paul Kagame a exhorté les congolais et les rwandais à tourner la page du passé, à regarder vers l’avenir et à vivre ensemble. Les habitants de Goma ne sont pas restés indifférents à ce message.
Avec notre envoyé spécial à Goma, William Basimiké

Les présidents rwandais Paul Kagame et congolais Félix Tshisekedi se sont retrouvés ce week-end à Gisenyi puis Goma à la frontière congolo-rwandaise, où ils ont scellé de nouveaux accords et une nouvelle alliance. Les deux dirigeants affirment vouloir tourner la page et entrer dans une nouvelle ère.
Sur le rond-Point Signers dans la commune de Goma, l’appel du président rwandais est apprécié différemment. Anselme Muhindo est revendeur du carburant : « Nous, nous pouvons accepter si cela vient du fond de son coeur. Si le Rwanda désire ce "vivre ensemble", il ne doit plus répéter les erreurs du passé. Il ne faut plus que les rebelles ou l’armée rwandaise viennent envahir le Congo pour que cette collaboration puisse exister. Mais il faut aussi que Kagame accepte de dialoguer avec les FDLR car ils viennent du Rwanda. »

Un peu plus loin Michaelle Mahamba, trentenaire, affirme n’avoir jamais connu une vie de bonheur à cause des troubles sécuritaires entre la RDC et le Rwanda. Pour elle, il faut une réparation :
« Ah ! Moi je crois que c’est de l’hypocrisie car jamais le Rwanda et le Congo seront en bons termes vu le nombre de victime des massacres. Moi je n’y crois pas. Je pense que Kagame veut échapper à la justice. Le Rwanda est impliqué et il doit assumer. »
Assis sur sa moto, Kiza Katembo Henry relativise : « Nous les Congolais, nous ne sommes pas rancuniers, nous pardonnons facilement et nous oublions facilement. Vous vous rappelez quand Kagame a déclaré qu’il n’y a jamais eu des massacres dans l’est de la RDC ? Nous avions déjà pardonné. Nous sommes prêts à recommencer avec lui. Nous collaborons avec les Rwandais qui passent chez nous pour venir travailler. Nous aussi nous traversons la frontière pour aller au Rwanda, et nous n’avons pas de problème. »
Mais les conclusions tirées de ce week-end de rencontres ne conviennent au défenseur des droits humains Dismas Kitenge, président du groupe Lotus, une ONG affilié à la FIDH.
Dismas Kitenge
Cependant, d’autres habitants voient dans les récentes déclarations de Paul Kagame, une sorte de repentance après sa récente sortie médiatique sur RFI et France 24. Paul Kagame avait estimé que le rapport Mapping des Nations unies était controversé, et que d’autres rapports avaient conclus à l’absence de crimes en RDC. Des propos qui ont choqué la société civile du Sud-Kivu
 
l'interview exclusive du président Kagame


"Incursion des FRD : « c’est une autre agression doublée d’humiliation par le Rwanda » (Lucha) - 18//10/2021
= https://ouragan.cd/2021/10/incursion-des-frd-cest-une-autre-agression-doublee-dhumiliation-par-le-rwanda-lucha
Selon un officier des Forces armées de la République démocratique du Congo (RDC), l’armée rwandaise a occupé 6 villages dans cette province et est arrivée jusqu’à 200 mètres de la route nationale numéro 2.
Dans sa réaction, le mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha) parle d’une autre agression doublée d’humiliation de la RDC par le Rwanda.

« Ce qui s’est passé ce matin près de Kibumba, c’est une autre agression doublée d’humiliation par le Rwanda. Les FARDC, mal équipées et en sous-effectifs, n’ont pas tenu longtemps. L’armée rwandaise a libéré ses deux soldats que les FARDC avaient arrêtés, et elle est repartie…Nous n’avons pas d’armée. Nous n’avons que de braves hommes et femmes qui essaient de défendre le pays près qu’à mains nues, pendant que des généraux et des politiciens s’enrichissent sur leur dos et celui de la population. Kinshasa ne fera rien : on va pleurnicher à la CIRGL », a dénoncé le mouvement pro-démocratie.

La Lucha estime que cet incident montre, une fois de plus, la faiblesse structurelle de l’armée congolaise et le mépris des pays voisins. Aussi ne croit-elle pas qu’il se produise dans une zone sous état de siège, moment pendant lequel l’armée est censée être particulièrement apte à attaquer ou se défendre contre toute menace.


"RDC-Rwanda : après l’incursion de l’armée rwandaise à Kibumba, les FARDC vont saisir le mécanisme conjoint de vérification de la CIRGL - 18 octobre 2021
= https://actualite.cd/2021/10/18/rdc-rwanda-apres-lincursion-de-larmee-rwandaise-kibumba-les-fardc-vont-saisir-le
Les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) n’ont pas donné les raisons de l’incursion des Rwanda defence forces (RDF) ce lundi 18 octobre à Kibumba (territoire de Nyiragongo), provoquant des affrontements entre les armées de deux pays. L’armée congolaise indique qu’elle va saisir le mécanisme conjoint de vérification de la Conférence internationale sur la région des Grands-Lacs (CIRGL) pour établir la cause de cette invasion.
« Nous nous réservons le droit de saisir le mécanisme conjoint élargi de vérification parce que c'est la structure appelée à gérer les différends entre les Etats de la sous-région. C'est devant cette structure que l'armée rwandaise pourra présenter le pourquoi de sa présence ce lundi en République démocratique du Congo », a dit le colonel Guillaume Njike, porte-parole de la 34e région militaire.

Pour la société civile de Nyiragongo, il y a absence de militaires congolais à la frontière entre les deux pays. Elle plaide pour le déploiement des soldats en vue de sécuriser la frontière.
« Ça fait beaucoup de temps que la société civile dénonce l'absence de l'armée congolaise le long de la frontière. Nous avons toujours dit que l'armée rwandaise sécurise son territoire à partir de la RDC mais personne ne nous a cru. La frontière reste poreuse. Les militaires rwandais font des navettes. Dernièrement, à la borne 6, il y a un citoyen qui voulait construire sa maison mais il a été interdit par l'armée rwandaise. Donc, il y a des choses qui nécessitent l'intervention sérieuse du gouvernement », s’est alarmé Mambo Kawaya, président de la société civile du territoire de Nyiragongo.

La société civile va jusqu’à proposer le retrait de la RDC du mécanisme conjoint de vérification de la CIRGL. « La RDC et le Rwanda font partie de la CIRGL, mais le Rwanda n’a jamais cessé de violer les limites congolaises », s’est indigné M. Kawaya.Le mécanisme conjoint de vérification élargi et le centre conjoint de fusion des renseignements avaient été institués en 2012 par le sommet des chefs d'Etat membres de la CIRGL pour veiller à la stabilité et inviolabilité des frontières, surtout entre la RDC et ses voisins de l'Est.
"Incursion de l’armée rwandaise : la RDC prend à témoin la CIRGL
= http://www.lepotentiel.cd/g?post=2659


"Incursion de l’armée Rwandaise au Nord-Kivu : Noël Tshiani remet en question la coopération Rwando-Congolaise - 18.10.2021,
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-94963_incursion_de_l_armee_rwandaise_au_nord_kivu_noel_tshiani_remet_en_question_la_cooperation_rwando_congolaise.html


"Kibumba : Situation calme après l’incursion de l’armée rwandaise - OCTOBRE 18 2021
= https://levillageois.info/2021/10/18/goma-situation-calme-apres-lincursion-de-larmee-rwandaise/


Compatriotiquement! 


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

 LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?   Empty Re: LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?

Message  ndonzwau 22/10/2021, 5:30 am

Quel acte de soumission indigne, une déclaration de guerre à minima !!!

En effet devant l'incursion rwandaise au Nord Kivu, Patrick Muyaya notre Ministre de la Communication s'en est remis sans honte à une appréciation molle et soumise tel un Rwandais comme l'Ambassadeur rwandais occupant Karegeya : "un incident mineur" dit-il. Heureusement un député actif Claudel Lubaya vient le remettre proprement à l'endroit : il faudra que "le gouvernement congolais cesse de jouer le rôle 'd'agent de relations publiques du Rwanda' ...il devra cesser de faire du pays la cour de récréation de ses voisins". Quel patriote Congolais lucide et responsable ne pense pas comme lui, ne voit pas que la naïve main tendue de Tshisekedi à Kagame est un acte de trahison qui nous tuera et nous pillera davantage ? C'est ça, notre Chef d'Etat plus que son Gouvernement !
[/size][/b][/color]


"Incursion rwandaise en RDC : « Un incident mineur, il ne faudrait pas en faire un casus belli » (P. Muyaya) - 21 octobre 2021 à 19:11
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/10/21/incursion-rwandaise-en-rdc-un-incident-mineur-il-ne-faudrait-pas-en-faire-un-casus-belli-p-muyaya.html/95560/
Le Gouvernement Congolais a afin réagi suite l’incursion de l’armée rwandaise sur son territoire. A l’instar du Rwanda, la République Démocratique du Congo considère cette incursion être un incident « mineur » et qu’il ne faudrait pas en faire un acte de nature à motiver une déclaration de guerre.

Le ministre de la communication et porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya, a rassuré cependant que cet incident a déjà été pris en charge par le mécanisme conjoint de vérification des frontières élargi de la CIRGL institué en septembre 2012.
« Si vous suivez la situation dans d’autres pays du monde dans les zones frontalières généralement, il y a des choses parfois qui se terminent par des drames, il ne faut pas considérer un incident qui du reste est mineur qui a été prise en charge, le mécanisme existe depuis des années. Vous savez nous nous dirigeons l’Afrique, la région des grands lacs est une région très sensible. Et donc, nous la République Démocratique du Congo, avons un Président qui fait le médiateur dans tous les conflits du continent. Aujourd’hui il ne faudrait s’il y a un incident comme ça, vouloir en faire un casus belli », a déclaré Patrick Muyaya, porte-parole du gouvernement.

Profitant de l’occasion, Patrick Muyaya a aussi rappelé que les relations diplomatiques et militaires entre les deux pays sont au beau fixe.
« Au plan diplomate, militaire, nos armées communiquent et je crois que le message est passé et donc pour nous c’est un incident qui est clos mais il faut avoir à l’esprit que même si on avait l’armée la plus forte du monde on allait pas déplacer toute l’armada militaire pour cet incident là pour dire qu’on a découd parceque c’est des choses qui arrivent lorsque vous avez 9 voisins », a-t-il renchéri.
Minime que puisse être cet incident, l’armée congolaise avait évoqué plusieurs cas de pillages des biens de la population congolaise par l’armée rwandaise lors de cette incursion ainsi que la récupération d’une arme de ses militaires.
= https://actualite.cd/2021/10/21/incursion-des-forces-rwandaises-kinshasa-minimise-il-ne-faut-pas-considerer-un-incident

"Incursion de l’armée rwandaise à Kibumba : les RDF parlent d’une poursuite « des contrebandiers » -20 octobre 2021
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/10/20/incursion-de-larmee-rwandaise-a-kibumba-les-rdf-parlent-dune-poursuite-des-contrebandiers.html/95461/

"La « nouvelle incursion » rwandaise « démontre la fragilité et l’inefficacité de l’état de siège » (Nicole Kavira) - 19 octobre 2021
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/10/19/la-nouvelle-incursion-rwandaise-demontre-la-fragilite-et-linefficacite-de-letat-de-siege-nicole-kavira.html/95409/

"« Incursion » de l’armée rwandaise : Le député national Jackson Ausse adresse une question d’actualité au ministre de la défense - 19 octobre 2021
=  https://www.politico.cd/encontinu/2021/10/19/incursion-de-larmee-rwandaise-le-depute-national-jackson-ausse-adresse-une-question-dactualite-au-ministre-de-la-defense.html/95405/

"RDC- Incursion de l'armée rwandaise à Kibumba : les femmes de la société civile s'expriment -  19 octobre 2021
= https://actualite.cd/2021/10/19/rdc-incursion-de-larmee-rwandaise-kibumba-les-femmes-de-la-societe-civile-sexpriment

"RDC : des Kinois réagissent au sujet de l’incursion de l’armée rwandaise à Kibumba - 19 octobre 2021
= https://actualite.cd/2021/10/19/rdc-des-kinois-reagissent-au-sujet-de-lincursion-de-larmee-rwandaise-kibumba

= https://actualite.cd/index.php/2021/10/18/rdc-lucha-filimbi-et-les-consommateurs-leses-annoncent-des-manifestations-pacifiques

"Incursion de l’armée rwandaise : la RDC prend à témoin la CIRGL
= https://www.lepotentiel.cd/g?post=2659

"Kibumba : mystère dans le mystère d’une tragédie - 19/10/2021
= https://www.forumdesas.net/2021/10/kibumba-mystere-dans-le-mystere-dune-tragedie/

"Est de la Rdc: Une énième incursion rwandaise qui suscite plusieurs questions
= https://www.groupelavenir-rdc.info/actus.php?idart=1653&idrub=26


"RDC: incursion de militaires rwandais au Nord-Kivu
République démocratique du Congo18 octobre 2021

= https://afrique.lalibre.be/64624/rdc-incursion-de-militaires-rwandais-au-nord-kivu/

"Accrochage au Nord-Kivu entre les armées de RDC et du Rwanda - 19/10/2021
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20211018-accrochage-au-nord-kivu-entre-les-arm%C3%A9es-de-rdc-et-du-rwanda

"Nord-Kivu : la société civile de Nyiragongo dénonce la nouvelle incursion de l’armée rwandaise - 19/10/2021
= https://www.radiookapi.net/2021/10/19/actualite/politique/nord-kivu-la-societe-civile-de-nyiragongo-denonce-la-nouvelle


"L'armée rwandaise parle d'un acte "involontaire" après l'incursion de ses militaires en RDC - 19/10/2021
= https://7sur7.cd/2021/10/19/larmee-rwandaise-parle-dun-acte-involontaire-apres-lincursion-de-ses-militaires-en-rdc


"Incursion des forces rwandaises : le député Claudel Lubaya appelle le gouvernement congolais à cesser de jouer le rôle « d'agent de relations publiques du Rwanda  -  22 octobre 2021 -
= https://actualite.cd/2021/10/22/incursion-des-forces-rwandaises-le-depute-claudel-lubaya-appelle-le-gouvernement
A son tour, le député national Claudel Lubaya s’est exprimé ce mercredi 22 octobre sur l’invasion, lundi 18 octobre, des militaires de Rwanda defence forces (RDF) sur le territoire congolais dans le groupement de Buhumba (territoire de Nyiragongo)  au Nord-Kivu.
Alors que le gouvernement a parlé d’un “incident mineur”, l’élu de la ville de Kananga (Kasaï Central), insiste qu'il s'agit d'une agression. 

« Présentes sur le théâtre des opérations, les FARDC ont confirmé, via le Lieutenant-Colonel Ndjike Kaiko Guillaume, porte-parole de l’Opération Sukola 2, l’occupation et le pillage de six (6) villages en plein état de siège par des soldats de Rwanda Defence Forces en expédition sur notre sol. Il ne s’agit donc pas d’une incursion mais plutôt d’une agression armée qui est venue sonner le glas d’une diplomatie de capitulation qu’aucune théorie ni doctrine de relations internationales ne saurait justifier. Les multiples sorties médiatiques de l’ambassadeur rwandais en RDC sonnent comme des invectives qu’aucun gouvernement ne saurait tolérer », a dit Claudel Lubaya.

Cet élu appelle le gouvernement à renoncer à “l’attitude d’agent des relations publiques du Rwanda”.
« Au-delà de l’embellie tant vantée entre nos deux pays, le gouvernement congolais devra renoncer à son rôle d’agent de relations publiques du Rwanda auprès de l’opinion nationale et internationale, au prétexte d’une soft diplomatie qui, au fil du temps, a fini par démontrer ses limites ».
A vouloir trop forcer les liens avec le pouvoir de Kigali, note M. Lubaya,  la RDC a du mal à assumer sa propre histoire de ces deux dernières décennies, pourtant émaillée d’atrocités commises par l’armée rwandaise sur le sol congolais.
Pour Lubaya, le silence des autorités autour de l’insécurité dans la partie Est du pays doit être rompu afin que la vérité triomphe en vue d’une paix juste. Et le point de départ, c’est l’application du rapport Mapping.
« Autant Nuremberg a servi de fondement pour la paix entre l’Allemagne et les différents protagonistes de la seconde guerre mondiale, autant le rapport Mapping devra servir de point de départ à une vraie réconciliation entre l’Ouganda, le Rwanda et la RDC. Car l’impunité comme le déni de la réalité ne favorisent que la violence dans l’insolence et l’indifférence de ceux qui les commettent sans crainte d’être punis un jour pour leur barbarie ».

Le gouvernement congolais, par le truchement de son porte-parole, a officiellement réagi après cet incident. Il qualifie cet acte « d’incident mineur » et appelle à ne pas « trouver de prétexte derrière ». Le porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya, a aussi indiqué que le dossier a été géré diplomatiquement et il est clos. Cet incident « mineur » a provoqué le déplacement des habitants de la contrée vers Kibumba, Goma, Rugari, empêchant les écoles de fonctionner sur tout le territoire de Nyiragongo. Aujourd'hui, la situation est revenue à la normale.
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/10/22/incursion-rwandaise-en-rdc-le-gouvernement-devra-cesser-de-faire-du-pays-la-cour-de-recreation-de-ses-voisins-c-lubaya.html/95610/


"Incursion rwandaise en RDC : 1 h, 3 h, 15 h, 23 h, 48 h plus tard,… le gouvernement relativise, « c’est un incident mineure »
= https://actualite.cd/2021/10/22/incursion-rwandaise-en-rdc-1-h-3-h-15-h-23-h-48-h-plus-tard-le-gouvernement-relativise

 LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?   Incursion%20Rwanda


Compatriotiquement! 


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

 LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?   Empty Re: LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?

Message  ndonzwau 12/11/2021, 2:49 pm

LA PART DU RWANDA DANS L'INSECURITE A L'EST !
Quelqu'un a encore posé tout haut une question que se posent tout bas tous les patriotes Congolais : "Kagame: ami ou frère ennemi de Tshisekedi ?"


Et voici notre Président dans le costume d'un parfait idiot utile (= une personne acculée ou manipulée en raison de sa cupidité, sa naïveté ou de son ignorance crasse à servir des desseins en fait contraires aux  siens originels). Tshisekedi serait-il décidément inconscient, facilement manipulé par un ennemi qu'il prend comme frère qui ne lui donnera pas la paix si tentée qu'elle soit son principal objectif et/ou seulement facilement cupide au point d'endosser son  parti ? Finira-til par comprendre demain qu'il se fait rouler dans la farine s'agissant de l'essentiel de l'avenir du pays ? L'élémentaire observateur des relations internationales aura pourtant vite compris que les ambitions légitimes mais prédatrices d'un Kagame pour les intérêts de son pays, sont opposées aux nôtres  : il veut un Congolais à genoux corvéable à merci pour que son pays soit debout.

Sinon malgré l'état de siège les tueries continuent dans l'Est, elles sont essentiellement l'oeuvre des groupes armés locaux mais presque tous aussi étrangers dans la mesure où ils communient ou viennent du Rwanda et de l'Ouganda. Il y'a dix jours Bukavu s'est réveillé sous les bruits de canons des assaillants non autrement identifiés. Cinq jours plus tard c'est Tchanzu et Runyonyi dans le Rutshuru qui ont été attaqués par des rebelles attestés par la population et les forces armées comme des rebelles M23 bien connus venus du Rwanda. Le Rwanda officiel aura beau nier son implication il demeure que le M23 héritier du CNDP loge ses milices au Rwanda et en Ouganda.

D'ores et déjà la question à Tshisekedi reste d'actualité : Kagame dont l'armée et les milices continuent à déstabiliser l'Est de notre pays est-il réellement un frère ou un un faux-frère ennemi et comment doit-il alors se comporter envers lui pour le bien de son pays ? A  bon entendeur.............

PS. On tombe des nues : Kagame offre un village-modèle à Tshisekedi sur les ruines de Nyiaragongo. De qui se moque-t-il, de son frère Tshisekedi, du peuple Congolais ou de l'Etat Congolais...? Une aide généreuse d'un voisin riche qui a tout fait chez lui pour se permettre un cadeau au Congo sans moyens ou je ne sais quoi d'autre ? Et que répond sans gène son frère ? Quelle humiliation, une insulte dit Tshiani, le  plus fâcheux est que peu de gens même au haut niveau la perçoivent ainsi ...
 


"Kagame: ami ou frère ennemi de Tshisekedi ? - 11.11.2021,
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-96084_kagame_ami_ou_frere_ennemi_de_tshisekedi.html
Après des années troubles, Kinshasa s’est, depuis l’arrivée au pouvoir de Félix Tshisekedi, rapproché de Kigali. En trois années au pouvoir, le Président Tshisekedi a rencontré, au moins quatre fois en tête- à-tête, son homologue rwandais qu’il appelle désormais son « frère ».
A Kinshasa, Paris, aux USA, à Addis-Abeba, Gisenyi, Goma et récemment au G20 en Italie, Tshisekedi et Kagame ont toujours donné l’image des véritables frères qui ont résolus de tourner la page sombre de leur histoire commune pour expérimenter la paix et la coopération, gage d’un développement harmonieux. En tout cas, c’était le credo exprimé de Tshisekedi, face aux multiples critiques.


Mais, c’était sans compter sur une sincérité douteuse d’un frère hypocrite. Peut-on vraiment apprivoiser un loup avec des bonnes paroles ? Les faits ont réussi à prouver que Kigali n’a jamais été, hier comme aujourd’hui, franc dans ses relations avec Kinshasa.
En effet, c’est au sortir d’un tête -à- tête avec Tshisekedi à Paris que Kagame affirmera qu’il n’y a jamais eu génocide au Congo, crachant ainsi sur les 5 millions de personnes tuées à l’Est, notamment par l’armée rwandaise et jetant l’opprobre sur le rapport mapping et un discrédit sur le combat mené par le très respecté Denis Mukwege, prix Nobel de la paix.
Récemment, après leurs rencontres simultanément à Gisenyi et Goma, où un accord de coopération minière a même été signée, c’est l’armée rwandaise qui fera incursion sur le sol congolais et occupera 7 villages au Nord-Kivu, à presque 10 km de la frontière.

L’ attaque, lundi dernier, des localités de Tchanzu et Runyonyi par les M23, une rébellion née des cendres du CNDP défaite par les FARDC en 2013, dont différents rapports crédibles ont prouvé, noir sur blanc, qu’elle était nourrie aux mamelles de Kigali, n’est qu’une sérise sur le gâteau.
Tout porte à croire que le Rwanda de Kagame, bien qu’officiellement engagé dans un processus de paix et coopération, s’inscrit, officieusement, dans un plan de déstabilisation de l’Est du Congo. Son économie n’est-elle pas florissante avec les minerais volés et pillés frauduleusement au Kivu? Sinon, comment peut-on comprendre que Kigali qui n’extraie pas le coltan sur son sol, par exemple, en soit au rang de 1er exportateur mondial, si l’on sait que ce minerais ne se trouve qu’à l’Est de la RDC ?
Tshisekedi est donc appelé à comprendre ce jeu que joue son « frère » et d’y apporter une réponse appropriée. Car, son silence et son inertie au regard de tous ces dérapages osés de Kigali frisent une attitude de faiblesse, inacceptable pour un garant constitutionnel de la nation."


"RDC/ Mon frère de Tshisekedi à Kagame : "Celui qui gagne par la ruse est plus intelligent que celui qui le fait par la violence" (Cyprien Kapuku). Analyse
= https://www.election-net.com/rdc-mon-frere-de-tshisekedi-a-kagame-celui-qui-gagne-par-la-ruse-est-plus-intelligent-que-celui-qui-le-fait-par-la-violenceanalyse/
La sortie médiatique du président rwandais, Paul Kagame, sur la RDC et l'audience lui accordée par le président Congolais et président en exercice de l'UA, Félix Tshisekedi, ne cessent de faire parler d'elles.
Plusieurs Congolais dans la diaspora comme au pays sont restés perplexes face aux violences verbales de Paul Kagame sur l'insécurité dans la partie orientale de la RDC.


"Mon frère", la formule qui divise les Congolais est la formule sortie de la bouche de leur président, Félix Tshisekedi, recevant le président rwandais à Paris, en marge du sommet de Paris sur le financement des pays africains pour faire face à la Covid19. Devrait-il procéder procéder par cette formule face à un dirigeant dont le pays est très cité dans les tueries à l'Est de la RDC ? Ou encore utiliser la formule :"Mon ennemi". Voici mon analyse en cinq points !
- Paul Kagame n'est pas Congolais ...
- C'est la fin qui justifie les moyens ...
- Des excuses officielles du Rwanda ? ...
- Et si le Rwanda refuse la réparation morale ...  
- Et que faire ?


Au demeurant, il appartient à la RDC de travailler à l'affirmation de sa puissance d'abord à l'interne, puis sur le plan régional. Ce ne sont pas les moyens qui lui manquent. C'est seulement dans ses conditions que certains pays seront obligés à tourner la langue sept fois avant de lancer des invectives contre elle. Le rapport de force étant de mise en Relations Internationales."


"Sud-Kivu : un groupe rebelle armé a attaqué plusieurs positions de l’armée et de la police à Bukavu - 03/11/2021
= https://www.radiookapi.net/2021/11/03/actualite/securite/sud-kivu-un-groupe-rebelle-arme-attaque-plusieurs-positions-de-larmee
Un calme apparent est observé depuis 8 heures ce matin dans une partie de la ville de Bukavu alors que dans une autre partie, du côté Kadutu et Bagira, des tirs d’armes étaient encore entendus. Toujours pas de circulation sur la ville.
Un groupe rebelle armé non encore identifié a attaqué mercredi 3 novembre vers une heure du matin plusieurs positions des Forces armées de la RDC et de la Police nationale congolaise (PNC) dans les quartiers urbains. L'armée a réagi et des tirs même à l'arme lourde s'en sont suivis sur la ville.


Selon certains habitants, les assaillants auraient réussi à récupérer des armes dans certains commissariats de la police pour s'en servir.
D’après le commandant de la 33 éme région militaire, il s’agirait des combattants d’un groupe rebelle dénommé « CPC 64 ». Leur intention serait de venir libérer leurs compagnons détenus à la police de Bukavu depuis la semaine dernière.
Pour l’instant, aucun bilan officiel n’est encore disponible mais des habitants parlent des quelques blessés par balles, enregistrés dans certains quartiers.
L'armée demande à la population de rester calme et de ne pas sortir."

"Attaque de la ville de Bukavu: une dizaine de morts enregistrés -  03/11/2021
= https://www.radiookapi.net/2021/11/03/actualite/securite/attaque-de-la-ville-de-bukavu-une-dizaine-de-morts-enregistres


"Attaque des présumés M23 à Rutshuru : « Les pays voisins nous doivent des explications » (Ntumba Luaba) -  09/11/2021
= https://www.radiookapi.net/2021/11/09/emissions/linvite-du-jour/attaque-des-presumes-m23-rutshuru-les-pays-voisins-nous-doivent
Alphonse Ntumba Luaba, ancien secrétaire exécutif de la Conférence internationale de la région des Grands lacs (CIRGL) et modérateur des pourparlers ayant abouti aux déclarations de Nairobi en 2013 qui ont consacré le retrait du M23 du territoire congolais. Selon lui, le Rwanda et l’Ouganda doivent des explications à la RDC après la récente attaque armée attribuée au même mouvement rebelle à Rutshuru (Nord-Kivu).
« Kigali et Kampala nous disaient qu’ils ne permettraient jamais à ces gens-là (rebelles du M23 installés au Rwanda et en Ouganda) de rentrer au Congo, qu’ils étaient totalement désarmés. Et maintenant, lorsqu’on me signale que depuis hier le M23 attaque de nouveau, que Makenga est là, je me dis ‘qui les a lâchés ?’ qui a permis qu’ils reviennent au Congo armés ? qui les a armés ? », interroge Ntumba Luaba.
Il s'entretient avec Billy Ivan Lutumba :

  • play[/lefft]

  • stop

  • mute

  • [left]max volume

00:00
05:07

  • repeat

Télécharger


"RDC : Les rebelles étaient aux portes de Bukavu depuis dimanche (témoignage exclusif) -  4 novembre 2021
= https://www.matininfos.net/rdc-les-rebelles-etaient-aux-portes-de-bukavu-depuis-dimanche-temoignage-exclusif/83747/
"Attaque de la ville de Bukavu : Les USA s’expriment
= https://www.matininfos.net/attaque-de-la-ville-de-bukavu-les-usa-sexpriment/83733/


"Tanganyika : une femme décapitée et trois autres dénudées par des miliciens à Lamno Katenga - 12/11/2021
= https://www.radiookapi.net/2021/11/12/actualite/securite/tanganyika-une-femme-decapitee-et-trois-autres-denudees-par-des

""Les problèmes sécuritaires de l’Ituri doivent être résolus d’abord par les Ituriens eux-mêmes", (Ntumba Luaba) - 11/11/2021
= https://www.radiookapi.net/2021/11/11/actualite/securite/les-problemes-securitaires-de-lituri-doivent-etre-resolus-dabord-par

"Sud-Kivu : "Les députés doivent doter l’armée de son propre budget" (ministre de la Défense) - 11/11/2021
= https://www.radiookapi.net/2021/11/11/actualite/securite/sud-kivu-les-deputes-doivent-doter-larmee-de-son-propre-budget

"RDC-Beni : six morts et un centre de santé incendié dans une attaque des présumés ADF près de Kyondo -  12 novembre 2021
= https://actualite.cd/2021/11/12/rdc-beni-six-morts-et-un-centre-de-sante-incendie-dans-une-attaque-des-presumes-adf-pres

"Deux millions de déplacés par la guerre de plus en 2021 (Onu)-  12 novembre 2021
= https://actualite.cd/2021/11/12/deux-millions-de-deplaces-par-la-guerre-de-plus-en-2021-onu


= https://www.radiookapi.net/2021/11/11/actualite/securite/uvira-larmee-appelle-les-deplaces-regagner-leurs-milieux-dans-les
= https://www.radiookapi.net/2021/11/11/actualite/securite/visite-du-chef-detat-major-general-des-fardc-au-rwanda
= https://actualite.cd/2021/11/11/rdc-beni-13-militants-de-lucha-arretes-lors-dune-manifestation-contre-le-maintien-de
= https://www.matininfos.net/incursion-des-rebelles-a-bukavu-la-dynamique-des-jeunes-leaders-sollicite-au-chef-de-letat-delargir-letat-de-siege-dans-le-sud-kivu/83735/
= https://www.matininfos.net/prise-dassaut-de-la-ville-de-bukavu-qui-dit-mieux-entre-lautorite-provinciale-et-larmee/83728/
= https://www.radiookapi.net/2021/11/11/actualite/securite/ituri-124-presumes-miliciens-arretes-depuis-le-debut-de-letat-de-siege
= https://www.radiookapi.net/2021/11/10/actualite/securite/sud-kivu-des-deplaces-et-retournes-de-bibokoboko-vivent-dans-des
= https://www.radiookapi.net/2021/11/10/actualite/securite/ituri-une-vingtaine-de-corps-sans-vie-decouverte-dans-la-region-de
= https://www.radiookapi.net/2021/11/10/actualite/securite/rdc-reprise-dactivites-bunagana-et-psychose-goma
= https://l-frii.com/rdc-ce-soutien-cle-de-paul-kagame-a-felix-tshisekedi/

"Attaque de Rutsuru : « Le M23 s’est replié en Ouganda où il était basé depuis son retrait de la RDC en 2013 » (Kigali) - 9 novembre 2021
=  https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2021/11/09/attaque-de-rutsuru-le-m23-sest-replie-en-ouganda-ou-il-etait-base-depuis-son-retrait-de-la-rdc-en-2013-kigali.html/96979/
"Attaque rebelle de Chanzu : « les FARDC déterminées à en finir une fois pour toutes avec ces groupes armés qui doivent être neutralisés de manière définitive » (Armée) - 9 novembre 2021
= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2021/11/09/attaque-rebelle-de-chanzu-les-fardc-determinees-a-en-finir-une-fois-pour-toutes-avec-ces-groupes-armes-qui-doivent-etre-neutralises-de-maniere-definitive-armee.html/96981/
"Nord-Kivu : Des accrochages entre la police et la population font 5 morts à Lubero  - 8 novembre 2021
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/11/08/nord-kivu-des-accrochages-entre-la-police-et-la-population-font-5-morts-a-lubero.html/96895/
"Attaque de Chanzu : dénonçant des « actes de provocation » des FARDC, le M23 dit « n’être pas engagé dans quelques confrontations armées» - 8 novembre 2021
= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2021/11/08/attaque-de-chanzu-denoncant-des-actes-de-provocation-des-fardc-le-m23-dit-netre-pas-engage-dans-quelques-confrontations-armees.html/96938/
"Attaque rebelle de Chanzu : « les FARDC déterminées à en finir une fois pour toutes avec ces groupes armés qui doivent être neutralisés de manière définitive » (Armée) - 9 novembre 2021
= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2021/11/09/attaque-rebelle-de-chanzu-les-fardc-determinees-a-en-finir-une-fois-pour-toutes-avec-ces-groupes-armes-qui-doivent-etre-neutralises-de-maniere-definitive-armee.html/96981/
"Nord-Kivu : Des accrochages entre la police et la population font 5 morts à Lubero - 8 novembre 2021
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/11/08/nord-kivu-des-accrochages-entre-la-police-et-la-population-font-5-morts-a-lubero.html/96895/
"Tanganyika : Trois militaires FARDC tués par les Pygmées à Nyunzu - 8 novembre 2021
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/11/08/tanganyika-trois-militaires-fardc-tues-par-les-pygmees-a-nyunzu.html/96927/


"RDC : le spectre d’un retour du M23 -
10 novembre 2021

= https://www.jeuneafrique.com/1264441/politique/rdc-le-spectre-dun-retour-du-m23/
L’armée congolaise accuse le groupe rebelle, officiellement démobilisé depuis plusieurs années, d’être derrière les attaques menées les 7 et 8 novembre non loin de Goma. Le M23 dément. Et le Rwanda, d’où seraient partis les assaillants, selon les FARDC, affirme ne leur fournir aucun soutien.

La tension est montée pendant le week-end. Sur les collines du Nord-Kivu, province sous administration militaire depuis six mois, et dans les environs de sa capitale, Goma, la rumeur d’une attaque imminente a commencé à se répandre, suscitant d’abord l’inquiétude des populations puis celle des diplomates.
Le 7 novembre, l’ambassade américaine a publié un communiqué mentionnant « une attaque potentielle à Goma » et appelant « son personnel à s’abriter ». Mais dans la nuit du 7 au 8, ce sont finalement les positions des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) à Runyonyi et Chanzu, dans le territoire de Rutshuru, à environ 85 km au nord-est de Goma, qui ont fait l’objet d’un assaut, forçant les militaires à battre temporairement en retraite. Selon le Haut-Commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR), près de 8 000 personnes ont fui ces nouvelles violences, trouvant refuge en Ouganda.

Dès le 8 novembre, l’armée congolaise a immédiatement pointé un doigt accusateur sur le M23, une rébellion qui a dans le passé contrôlé plusieurs localités du Nord-Kivu mais qui est officiellement démobilisée depuis 2013. Le M23 a « l’intention de mener d’autres actions de déstabilisation dans le territoire de Rutshuru », préviennent les FARDC dans un communiqué, et ce, alors même que l’état de siège a été décrété dans toute la province du Nord-Kivu en mai dernier.
« Les FARDC tiennent à préciser que la dernière attaque du M23 à Chanzu et [dans] ses environs intervient au moment où la RDC s’est engagée dans la phase de mutualisation des forces avec les pays voisins pour la normalisation des relations en vue d’améliorer la situation sécuritaire dans la région », indique encore l’état-major congolais. Le même communiqué indique que les auteurs des attaques menées à Chanzu et Runyoni sont venus du Rwanda.

« Propagande »[...]"



"Nord-Kivu: Paul Kagame va construire un « village modèle » pour les sinistrés du Nyiragongo - 13.11.2021,
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-96188_nord_kivu_paul_kagame_va_construire_un_village_modele_pour_les_sinistres_du_nyiragongo.html
Le Président rwandais Paul Kagame s’est engagé auprès du chef de l'Etat, Félix Tshisekedi, de donner une aide spéciale aux sinistrés de la récente éruption volcanique du Nyiragongo au Nord-Kivu en leur construisant un village modèle.
D’après le magazine Jeune Afrique, cette promesse arrive alors que les relations entre les deux Etats étaient brièvement tendues après l’attaque des rebelles du M23 en provenance du Rwanda le 7 novembre dernier bien que, les deux présidents « frères et amis » se veulent rassurant.


Evalué à environ 30 millions de dollars pour une durée de 12 mois, ce projet vise non seulement à offrir des logements à ces déplacés, mais aussi une école et un hôpital modernes. Des sites d’activités agricoles et pastorales doivent également être aménagés.
Ainsi, du côté de Kigali, tout semble être prêt pour le lancement des travaux qui doit encore être formalisé par les deux parties.
Du côté RDC, sur instruction de Félix Tshisekedi, des visites conjointes d’experts rwandais et congolais à Goma et dans les environs, ont permis d’identifier des sites pouvant accueillir ce « village modèle ».
Pour l’heure, Guy Loando Mboyo, le ministre congolais chargé de l’Aménagement du territoire, est chargé de soumettre cette proposition au Conseil des ministres.

Depuis plusieurs années, le Rwanda a instauré l’inauguration d’au moins un « village modèle » le 4 juillet lors du « Jour de la libération », la fête nationale rwandaise. Le plus récent est celui de Kinigi, bâti dans le nord du pays sur un site de 25 hectares par les Forces rwandaises de défense, pour un coût de 26,6 millions de dollars.
Après l’éruption du volcan Nyiragongo en mai dernier, plusieurs milliers des sinistrés congolais s’étaient réfugiés au Rwanda après la catastrophe; avant de retourner, dans des bus rwandais, sur le territoire congolais.
= https://www.jeuneafrique.com/1265048/politique/rdc-rwanda-paul-kagame-promet-un-village-modele-a-felix-tshisekedi/
= https://www.election-net.com/rdc-rwanda-voici-la-nouvelle-promesse-de-paul-kagame-a-felix-tshisekedi
"Nyiragongo: Kagame va construire un "village moderne" estimé à 30 millions USD en RDC -  14 novembre 2021
= https://actualite.cd/2021/11/14/nyiragongo-kagame-va-construire-un-village-moderne-estime-30-millions-usd-en-rdc
"RDC : Pour Noel Tshiani, le village moderne de $30 millions qu’offre Paul Kagame à Félix Tshisekedi est une « insulte »
= https://24sur24.cd/rdc-pour-noel-tshiani-le-village-moderne-de-30-millions-quoffre-paul-kagame-a-felix-tshisekedi-est-une-insulte/



"Caricature: Kinshasa accuse les M23 qui seraient venus du Rwanda, Kigali accuse Kampala"
= https://actualite.cd/index.php/2021/11/10/caricature-kinshasa-accuse-les-m23-qui-seraient-venus-du-rwanda-kigali-accuse-kampala

 LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?   8D331710-C41F-406D-979E-ED7E8552357F


Compatriotiquement! 


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

 LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?   Empty Re: LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?

Message  ndonzwau 11/12/2021, 12:04 am

Une conférence d’avocats à Bruxelles pour « informer l’opinion nationale congolaise et internationale sur les ‘procès engagés’ contre certains hauts officiers des FARDC sur la situation au Sud Kivu ; les généraux Dieudonné Muhima et Akili Mundos sont en l'occurrence accusés de  collaborer avec les tueurs. Un collectif d'avocats piloté par Bernard Maingain qui n'est pas inconnu dans la banyamulengesphère qui dit représenter 70 victimes d'actes criminels dans les Plateaux du Sud Kivu a déposé des plaintes auprès de la justice Congolaise. "Une épuration ethnique" contre les banyamulenge y est en cours comme avant le génocide au Rwanda, dit-il ; rien que ça. Ils avaient avec eux deux femmes victimes qui ont témoigné des atrocités que subissent les populations banyamulenge. Un lobbying en règle comme ils savent le faire mais hélas en face pas de pareil pour conter les souffrances des autochtones. Ne comprendront-ils jamais que les autochtones fuliro, bembe, nyndu, shi, rega... de ces hauts plateaux n'aspirent qu'à vivre en paix et pourquoi pas en bonne intelligence avec les immigrants pourvu que ces derniers prennent en compte leurs droits de premiers occupants. Oui, les Ruberwa et Nyarugabo réduits au seul combat de conquête et d'appropriation des terres les mènent à terme dans une impasse...

Pour rappel iI est aujourd’hui de notoriété publique que les fameux « Banyamulenge », immigrés de fraiche ou de longue date au Sud Kivu dans les alentours de Mulenge et ailleurs se sont organisés pour imposer des droits de propriété contestables sur ces terres arguant une présence « ancestrale » – ils y seraient venus bien avant la création de l’État indépendant du Congo par les colons. Quelques questions : pourquoi 61 ans après l’indépendance du Congo/Zaïre sont-ils les seuls Congolais qui se définissent en « communautés » – en l’occurrence tutsi comme les tutsi du Rwanda, du Burundi, de l'Ouganda – et non en tribus comme partout ailleurs au Congo - ; pourquoi sont-ils les seuls immigrants d’un pays voisin de neuf autres à revendiquer de force leur « congolité », pourquoi pour défendre celle-ci sont-ils obligés de pactiser avec le Rwanda coupable d’abominables crimes physiques, économiques et autres au Congo, pourquoi un procès contre des officiers Fardc et pas aux milices banyamulenge bien actives, pourquoi seuls les Banyamulenge seraient victimes alors que les autochtones Bafuliro, Bembe… en souffrent aussi dans leurs corps, leurs esprits et leurs cœurs, pourquoi, pourquoi … ?

En vérité question avocats sus-cités, ce sont des représentants de ces Banyamulenge qui n’ont pas trouvé d’arguments avouables pour imposer des droits de congolité automatique qu’ils n’ont pas dans un pays pourtant hospitalier qui a accueilli sans dommage des milliers d’immigrants voisins, ils auraient donc pu négocier pacifiquement leur cohabitation avec les autochtones mais ils ne le peuvent parce que leurs revendications telles que formulées ne prêtent qu’à une invasion/occupation de force des terres des autochtones qui ont encore la sagesse, la dignité et la responsabilité de les leur refuser même à coté d’autorités nationales qui ont affaibli le Congo par naïveté, cupidité et traitrise en complicité avec le Rwanda et l’Ouganda. Leur plaidoyer diabolique ne nécessite qu'un énergique droit de non-recevoir, la légitimité de la plainte porte lourdement à caution ! Croyez-moi si le Congo disposait d’un pouvoir fort et malin que l’actuel les Banyamulenge n'engageraient pas cette défense même par avocats internationaux interposés. Pauvre Tshisekedi !!! Entre-temps il n'a même pas été capable de répondre aux exigences scientifiques de délimitation et de légitimation sociale de Minembwe qu'il s'était fixées, le coin reste le théâtre de combats qui opposent des milices tribales banyamulenge, des forces loyalistes et des maï-maï avec morts, incendies, pillages de vaches, déplacements...  

Pour finir, écoutez l'interview de l'ambassadeur du Rwanda au Congo livrée sur Top Congo et déjà merci aux journalistes qui ont tenté de braver la logique diplomatique, démagogique et arrogante du Rwandais. On se perdra inutilement en conjectures indéfinies si on n'imprime pas qu'au sortir du génocide le Rwanda s'est installé dans une victimisation de fond, le génocide a vu des Rwandais s'entretuer ou en gros les Tutsi ont été victimes des Hutu, alors les premiers ont trouvé des boucs émissaires dans les seconds mais aussi dans des étrangers comme des Français. Alors que les voisins Congolais n'ont participé ni de près ni de loin à cet horrible crime, ils sont devenus des cibles des Tutsi rwandais parce que simplement leur politique régionale voire étrangère s'est imposé un fonds de commerce de victime de génocide reconnue innocente en tout coupable de rien bénéficiant de l'indulgence de la CI surtout anglo-saxonne par ailleurs en mauvaise conscience de n'avoir pas empêché le génocide et par ailleurs promotrice d'un agenda de conquête de la riche Afrique centrale française.

Le Rwanda de Kagame s'est alors cru obligé d'exporter son conflit interne au Congo voisin profitant au passage d'un droit de pillage de notre pays y envoyant ses affidés souvent irréguliers pour le dépecer et l'occuper, le mensonge éhonté étant devenu sa cagnotte profonde : les banyarawanda (=venus du Rwanda) de fraiche et de longue date devenus ses pions déstabilisateurs alors que pour la plupart tout étrangers qu'ils étaient et le revendiquaient au passage, ils avaient intégré le paysage, l'état colonial et post-colonial Congolais au gré d'artifices sociaux et juridiques. Hélas aujourd'hui nous avons un Tshisekedi ignorant de notre histoire récente et naïvement doté d'une stratégie cupide de réussite et de maintien au pouvoir qui a légalisé l'occupation du pays et le pillage de nos richesses. Ses amabilités gratuites avec Kagame et Museveni payeront-elles à terme ? Pas si évident, la suite...



"Atrocités au Sud-Kivu (RDC): un collectif d’avocats a rédigé des plaintes
= https://afrique.lalibre.be/66541/atrocites-au-sud-kivu-rdc-un-collectif-davocats-a-redige-des-plaintes/
Un collectif d’avocats représentant environ 70 victimes d’actes criminels dans les Hauts et Moyens Plateaux du Sud-Kivu en République Démocratique du Congo (RDC) a rédigé plusieurs plaintes qui ont été déposées auprès de l’auditeur général et du Procureur de la République au Congo, ont expliqué vendredi deux membres du collectif, Bernard Maingain et Jean-Paul Shaka, lors d’une conférence de presse à Bruxelles. La communauté banyamulenge est victime, depuis mars 2017, d’atrocités commises entrdeux généraux Fardc,  autres par des officiers de l’armée congolaise (FARDC), sur les territoires de Fizi, Mwenga et Uvira, dans les Hauts et Moyens Plateaux de la province du Sud-Kivu, ont dénoncé les avocats. « C’est une épuration ethnique qui se met en place », a dénoncé Me Bernard Maingain, du barreau de Bruxelles. « Il y a une montée des discours de haine, aussi grave et aussi puissante que celle des années 1990 dans la région des Grands Lacs. Ce discours est fondamentalement illégal, puisque les personnes qu’il vise sont de nationalité congolaise. Même ici en Belgique, des appels à tuer sont lancés. Certaines personnes affirment qu’il faut tuer ‘tous ces banyamulenge qui se trouvent au Congo’ », a-t-il affirmé.[/url]

« Nous avons collecté de nombreux témoignages sur place. Nous avons plus de 10 heures de témoignage enregistrées », a poursuivi Me Jean-Paul Shaka, du barreau de New-York. « Nous avons ensuite rédigé des plaintes et les avons adressées à l’auditeur général et au Procureur de la République. Nous avons rencontré ces autorités en septembre et avons insisté pour qu’ils poursuivent les auteurs des pillages, des destructions massives et des crimes », a déclaré l’avocat. « Nous n’avons pas encore reçu de réponse formelle de leur part, mais elles nous ont promis d’examiner le dossier ».
Les avocats ont affirmé « avoir dans le viseur » deux généraux de la FARDC en particulier, Dieudonné Muhima et Akili Mundos. « Il y a des preuves de collaboration de l’armée avec les tueurs », a précisé Me Shaka. « Nous appelons la Belgique et l’Europe à ne pas rester indifférents, et le gouvernement congolais à arrêter cette spirale infernale en rétablissant l’autorité de l’État ».

Vendredi, lors de la conférence de presse à Bruxelles, deux femmes, représentant les victimes, ont relaté ce qu’elles ont pu observer sur place. « J’étais encore à Mwenga au mois d’août et je porte la voix des mamans. Il y a quelque temps, deux femmes ont disparu après s’être rendues aux champs. Depuis, les autres ont peur de retourner travailler aux champs. La suite logique de cette peur qui est générée est la famine. Les seules denrées alimentaires sont larguées par avion. Il n’y a aucune aide du gouvernement », a relaté Béatrice Gisaro. « Des femmes ont aussi été tabassées alors qu’elles faisaient un « sitting » pour protester contre les exactions dont elles sont la cible. Et encore en juin dernier quatre femmes ont été tuées. Nous sommes allés à Kinshasa avec deux mamans pour dire que c’est assez », a-t-elle exprimé.
Estelle Ruhimbika a quant à elle fait part de ce dont elle a été témoin dans un camp de réfugiés à trois heures de route d’Uvira. « Plusieurs centaines de personnes ont fui leurs maisons à Uvira, car la situation devenait trop dangereuse. Là où elles sont maintenant, c’est la plaine, entourée de brousse. Il n’y a rien. Elles sont arrivées là au bout de quatre jours de marche et ne vivent que de l’assistance de la communauté. Cela ne peut pas être une situation permanente. Il y a tellement de déplacés que ce n’est plus possible d’agir en ne se basant que sur les aides spontanées », a-t-elle raconté.


"Minembwe : Des hauts officiers des FARDC "mis en accusation"
= https://www.congoindependant.com/bruxelles-des-hauts-officiers-des-fardc-mis-en-accusation/comment-page-1/?unapproved=21316&moderation-hash=4e416322aa55b98cdabb93eeb4122ade#comment-2131
Une conférence de presse aura lieu, vendredi 10 décembre, de 15h00 à 17h00, au Press club Brussels. Coordonnée par un certain Jean-Pierre Mujyambere, elle aura pour orateur un « collectif d’avocats« . Des avocats inscrits aux Barreaux de Bruxelles et de New York.  Thème: Informer l’opinion nationale congolaise et internationale sur les « procès engagés » contre certains hauts officiers des FARDC sur la situation au Sud Kivu. Qui sont les plaignants? Mystère!

L’invitation adressée à la presse est chapeautée par un message liminaire: « Justice pour les victimes des atrocités commises dans les hauts et moyens plateaux des territoires de Fizi, Mwenga et Uvira dans la province du Sud Kivu (…) ».
L’assistance aura à écouter des témoignages sur « la situation » au Sud Kivu. Les orateurs – dont la nationalité reste mystérieuse – auront à évoquer « les discours de haine et les levées de fonds pour soutenir des rébellions armées au départ de la Belgique« .
Ils entendent, par ailleurs, « rappeler aux autorités congolaises, aux pays partenaires de la RDC ainsi qu’aux organisations tant nationales qu’internationales oeuvrant dans le domaine de la justice en RDC, qu’ils doivent accompagner les victimes dans leur quête de justice en vue de leurs assurer un procès équitable« .
Ceux qui suivent les débats sur les médias congolais diffusés sur You Tube n’ont pas manqué d’entendre, à maintes reprises, des commentateurs lancer cette réflexion: « Le Congo-Kinshasa est entouré de neuf voisins. Il n’y a qu’un seul qui lui cause du souci: le Rwanda« . Un parlementaire kinois de marteler: « Depuis le mois de juillet 1994, le pays frère qu’est le Rwanda est dirigé par un régime belliqueux aux velléités expansionnistes« .

« AFFAIRE MINEMBWE »

 LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?   Minembwe-marche-300x180
Une manifestation à Minembwe

De quoi s’agit-il? Vous avez compris qu’il s’agit de la fameuse « affaire Minembwe« . Un conflit foncier qui oppose des autochtones bafuliiro et bembe – qui sont chez eux – avec des anciens immigrés Banyarwanda dits « Banyamulenge« . Ceux-ci y mènent une sorte de « guerre de conquête territoriale » en prétendant qu’ils se trouvaient au Congo bien avant l’arrivée du colonisateur belge. Problème: aucune tribu ou ethnie « Banyamulenge » n’a jamais été recensée dans l’ex-Congo belge.
Pour la petite histoire, les Bafuliiro et les Bembe avaient accordé l’hospitalité aux immigrés Banyarwanda qui fuyaient le Rwanda secoué par la « révolution sociale » des Hutus dans les années 1959-1960. « Les populations du Sud-Kivu, comme partout au Congo, ne demandent rien d’autre que de vivre en paix avec les étrangers en général et les Banyarwanda en particulier. Et ce dans le respect mutuel« . L’homme qui parle est un natif d’Uvira. « Les Banyarwanda dits Banyamulenge ont l’habitude de parler de ‘communauté’. En République démocratique du Congo, il n’y a pas de ‘communautés ». Il y a des tribus et des ethnies. Celles-ci sont englobées dans la communauté nationale ou communauté congolaise« , ajoute-t-il.
Dans une interview citée par l’Agence congolaise de presse (ACP) en date du 28 mai dernier, le Mwami de la collectivité de Bafuliru, Ndare Nsimba Kalingishi, invitait les Bafuliiru et les nommés « Banyamulenge » « de se réconcilier afin d’asseoir la paix dans le Territoire d’Uvira« . D’après lui, ces populations coexistaient jadis dans une harmonie totale « mais les ennemis de la paix ont fait que cette cohabitation puisse être paralysée« . Qui sont ces ennemis de la paix?

« GUERRE DE CONQUETE TERRITORIALE?« 

Depuis le mois de juillet dernier les combats font rage sur les hauts plateaux de Minembwe dans le Territoire de Fizi, en pays Fulliro et Bembe. L’armée congolaise affronte des miliciens appartenant à des groupes armés « Makanika », « Twiganeho » et « Ngumino ». Ces milices seraient coordonnées par deux officiers déserteurs des FARDC d’origine rwandaise. Il s’agit des colonels Michel Rukunda, alias Makanika et de Charles Sematama. Inutile de dire que la méfiance est de rigueur entre les Congolais de souche et ceux qui se disent Congolais d’origine rwandaise. En cause, la loyauté flottante. 

 LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?   Ruberwa-300x164
Azarias Ruberwa, ancien ministre de la Décentralisation

Comment en est-on arrivé là? Il y a, comme on peut le voir, des responsabilités de part et d’autres. Il faut espérer que les orateurs de ce vendredi – dont les identités ont été soigneusement éludées – auront le courage historique d’en parler. Sans omettre de relever les « dégâts » causés aux rapports entre les peuples congolais et rwandais. Et ce depuis la prise du pouvoir à Kigali par le Front patriotique et la « guerre de Banyamulenge » devenue la « guerre de l’AFDL« .  
Une chose paraît sûre: les Bafuliiro et les Bembe paraissent décidés à faire échec à ce qui ressemble bien à une « guerre de conquête territoriale ». Les Banyarwanda dits « Banyamulenge » sont  relayés à Kinshasa par Azarias Ruberwa et Moïse Nyarugabo. Ces deux politiciens ne prennent la parole que pour défendre non pas la nation congolaise mais uniquement les membres de leur « communauté« . La manipulation fait rage sur la Toile. On a vu des jeunes filles anglophones clamer, sans rire, qu’elles appartenaient au « Banyamulenge tribe« .

Ministre de la Décentralisation d’alors, Ruberwa – qui se dit natif de Minembwe – a usé de manœuvres frauduleuses pour élever la localité de Minembwe en « commune rurale« . Il fut proprement chahuté lors d’une interpellation à l’Assemblée nationale. C’était en octobre 2020. Eve Bazaïba Masudi, alors députée, avait eu ces mots: « Après avoir obtenu la nationalité, les Banyarwanda dits ‘Banyamulenge’ exigent la terre. Que vont-ils demander demain? L’autodétermination et l’indépendance? ». Et de conclure: « Nous risquons d’avoir un Lesotho en RDC« .
Rendez-vous est pris pour vendredi 10 décembre à 15h00. Ce sera l’occasion de connaitre non seulement les identités des « hauts officiers » des FARDC « incriminés » mais aussi les faits mis à leur charge. Il en est de même de la légitimité de la plainte.

    
"



"ÉDITION SPÉCIALE RDC-Rwanda - 10 décembre 2021"




Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

 LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?   Empty Re: LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?

Message  ndonzwau 30/1/2022, 12:12 am

QUE MIJOTE ENCORE LE DIABOLIQUE KAGAME ? IL SE PLAINT DE N'AVOIR PAS ÉTÉ PRÉVENU DE L'OPÉRATION OUGANDAISE EN RDC MAIS ROUVRE QUAND MÊME SA FRONTIÈRE AVEC L'OUGANDA FERMÉE DEPUIS 2019, IL DIT MÊME QUE DES ADF PLANIFIAIENT DES ATTENTATS AU RWANDA. AILLEURS IL DEMANDE AUX CONGOLAIS DE R2CUPERE LES M23 QUI SE TROUVENT AU RWANDA, AH BON !?


"Sécurité : Paul Kagame se plaint de n’avoir pas été préalement prévenu de la coopération militaire entre la RDC et l’Ouganda - 28 janvier 2022
= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2022/01/28/securite-paul-kagame-se-plaint-de-navoir-pas-ete-prealablement-prevenu-de-la-cooperation-militaire-entre-la-rdc-et-louganda.html/102895/
Au cours d’une interview accordée à Jeune Afrique, le président rwandais se plaint du fait que les deux pays voisins, la République démocratique du Congo et l’Ouganda, ne l’ont pas préalablement prévenu avant le lancement des opérations militaires conjointes qui consistent à traquer les terroristes de l’ADF.
« Nous n’avons été prévenus ni par la RDC ni par l’Ouganda. Ce n’est qu’au bout d’un mois que l’on a reçu des explications », déplore Paul Kagame.


Le président rwandais ne comprend pas comment le gouvernement congolais avec lequel son pays entretient des bonnes relations depuis l’accession du président Tshisekedi à la magistrature suprême puisse le mettre à l’écart alors que, dit-il, « la RDC et le Rwanda » cherchent encore des solutions aux problèmes d’insécurité à l’Est.
« D’ailleurs, avant que l’intervention soit officialisée, nous étions nous-mêmes en discussion avec le gouvernement congolais, avec qui nous avons del bonnes relations de travail et avec qui nous cherchons encore des solutions pour régler les problèmes que nous posent certains groupes dans l’Est de la RD Congo », a déclaré Paul Kagame.

"Opérations conjointes FARDC-UDPF: Kagame n’a été prévenu ni par la RDC ni par l’Ouganda - 28 janvier 2022
= https://actualite.cd/2022/01/28/operations-conjointes-fardc-udpf-kagame-na-ete-prevenu-ni-par-la-rdc-ni-par-louganda
"Traque des ADF : Kagame se plaint du faible niveau de coopération régionale sur les opérations conjointes FARDC-UDPF - 28.01.2022
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-99470_traque_des_adf_kagame_se_plaint_du_faible_niveau_de_cooperation_regionale_sur_les_operations_conjointes_fardc_udpf.html


"Le Rwanda rouvre sa frontière avec l'Ouganda, fermée depuis deux ans - 28/01/2022
= https://www.france24.com/fr/afrique/20220128-le-rwanda-rouvre-sa-fronti%C3%A8re-avec-l-ouganda-ferm%C3%A9e-depuis-deux-ans
Le ministère rwandais des Affaires étrangères a annoncé, vendredi, la réouverture, dans trois jours, du principal poste-frontière avec l'Ouganda. Fermé depuis février 2019, Gatuna est une importante route commerciale terrestre.

Le dégel des relations entre les deux voisins d'Afrique de l'Est se concrétise. Le Rwanda a annoncé, vendredi 28 janvier, la réouverture, le 31 janvier, du principal poste-frontière avec l'Ouganda, fermé depuis février 2019.
Cette annonce intervient moins d'une semaine après la visite du fils du président ougandais, le général Muhoozi Kainerugaba, à Kigali. Ce dernier et le président rwandais, Paul Kagame, ont affiché leur volonté de "restaurer" les relations bilatérales.
"Après la visite au Rwanda du général Muhoozi Kainerugaba (...) le 22 janvier, le gouvernement du Rwanda a pris note qu'il existe un processus pour résoudre les problèmes soulevés par le Rwanda, ainsi que des engagements du gouvernement d'Ouganda à lever les obstacles restants", affirme le ministère rwandais des Affaires étrangères, dans un communiqué publié tôt vendredi matin, officialisant la réouverture du poste frontière entre les deux États. 

L'espoir d'une normalisation des relations
"Le gouvernement du Rwanda reste attaché aux efforts en cours pour résoudre les problèmes en suspens entre le Rwanda et l'Ouganda et estime que l'annonce d'aujourd'hui contribuera positivement à la normalisation rapide des relations entre les deux pays", conclut le texte.
Aucun commentaire officiel n'était disponible dans l'immédiat côté ougandais, mais le général Muhoozi et le gouvernement ougandais ont notamment relayé le communiqué rwandais sur leurs comptes officiels Twitter.
Le Rwanda avait brusquement fermé le poste-frontière de Gatuna - appelé Katuna en Ouganda - en février 2019, coupant une importante route commerciale terrestre, dans un contexte de tensions croissantes entre les deux pays. Kigali accusait l'Ouganda d'enlever ses ressortissants et de soutenir des rebelles cherchant à renverser Paul Kagame.
Kampala a accusé, pour sa part, le Rwanda d'espionnage et d'avoir tué deux hommes lors d'une incursion sur son territoire en mai 2019, ce que Kigali a contesté.

Chef du renseignement limogé
Peu après la rencontre entre le général Muhoozi et Paul Kagame, Yoweri Museveni, le président ougandais, a annoncé le remplacement du puissant chef du renseignement militaire, Abel Kandiho, en poste depuis 2017, officiellement dans le cadre d'un "transfert de routine et réaffectation", selon un porte-parole du gouvernement ougandais. 
Ces dernières années, des responsables rwandais avaient accusé Kandiho de collaborer avec des dissidents pour enlever des citoyens rwandais en Ouganda. Il faisait également l'objet de sanctions américaines en raison de son implication présumée et de celle de ses services dans de graves violations des droits de l'Homme. 
Paul Kagame et Yoweri Museveni ont été de proches alliés durant les années 1980-1990, dans la conquête du pouvoir dans leurs pays respectifs, avant de devenir de farouches rivaux.
[b]Avec AFP[/b]
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-99492_le_rwanda_va_rouvrir_sa_frontiere_terrestre_avec_l_ouganda.html
= https://actualite.cd/2022/01/28/le-rwanda-va-rouvrir-sa-frontiere-terrestre-avec-louganda-fermee-depuis-2019
= https://afrique.lalibre.be/67749/le-rwanda-va-rouvrir-sa-frontiere-terrestre-avec-louganda-fermee-depuis-2019/
" Le Rwanda va rouvrir sa frontière terrestre avec l’Ouganda fermée depuis 2019 - 28 janvier 2022
= https://www.lemonde.fr/afrique/article/2022/01/28/le-rwanda-va-rouvrir-sa-frontiere-terrestre-avec-l-ouganda-fermee-depuis-2019_6111346_3212.html

" Kagame rapporte que des personnes affiliées aux ADF planifiaient également des attentats au Rwanda - 28 janvier 2022 -
= https://actualite.cd/2022/01/28/kagame-rapporte-que-des-personnes-affiliees-aux-adf-planifiaient-egalement-des-attentats

"Le Rwanda surveille de près les opérations de l’armée ougandaise dans l’est de la RDC -  10/12/2021
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20211210-le-rwanda-surveille-de-pr%C3%A8s-les-op%C3%A9rations-de-l-arm%C3%A9e-ougandaise-dans-l-est-de-la-rdc


"Kagame demande à Kinshasa de récupérer les combattants M-23 présents au Rwanda  - Janvier 2022
= https://actualite.cd/2022/01/28/kagame-demande-kinshasa-de-recuperer-les-combattants-m-23-presents-au-rwanda

"RDC: défaite en 2013, la rébellion du M23 a repris ses activités militaires au Nord-Kivu. -  27/01/2022
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20220127-rdc-d%C3%A9faite-en-2013-la-r%C3%A9bellion-du-m23-a-repris-ses-activit%C3%A9s-militaires-au-nord-kivu
Une nouvelle attaque attribuée au « Mouvement du 23 mars », qui se fait également appeler Armée révolutionnaire du Congo, a visé mardi une position de l'armée congolaise dans le territoire de Rutshuru, à plusieurs dizaines de kilomètres au nord de la ville de Goma. Le bilan fait état d’une vingtaine de soldats tués lors des combats, selon des sources locales et la société civile. 
Avec notre correspondant à Kinshasa, Pascal Mulegwa

Les forces armées congolaises confirment les affrontements mais pas les lourdes pertes. Elles confirment néanmoins qu’un colonel fait partie des victimes. L'attaque a visé une position de l'armée près du parc des Virunga, à Nyesisi. Des pertes ont également été enregistrées du côté des rebelles, mais aucune source encore moins l’armée ne précise leur nombre. Ce n’est qu’hier que le gouverneur militaire de cette province s’est rendu dans la région pour une visite de « réconfort des troupes ».
Pour les autorités politico-militaires, les rebelles cherchent à couper la route commerciale et stratégique qui relie le territoire de Rutshuru au reste de la province du Nord-Kivu. Certaines sources militaires estiment que le but du M23 est de faire « monter les enchères » pour obtenir de nouvelles discutions avec le gouvernement. Le mouvement est accusé depuis octobre dernier d'attaquer des positions de l'armée. 
En décembre, il avait reconnu que ses combattants étaient revenus sur le terrain, mais faisaient face aux « provocations de l’armée congolaise ». La société civile du Nord-Kivu a régi hier soir face à la résurgence des attaques du M23. Dans un communiqué, elle recommande au chef de l’armée d’organiser une mission d'urgence en province pour « réorganiser les troupes » et « augmenter les effectifs militaires afin de faire face aux attaques répétitives et meurtrières du M23 ».

Des combats toujours en cours
Ce jeudi matin, les combats continuent, mais les habitants confirment qu’ils ont baissé d’intensité. On serait désormais sur des affrontements sporadiques, toujours concentrés sur une demi-douzaine de localités, à environ quarante kilomètres au nord de Goma.
Fait inquiétant, selon une bonne source, des familles de militaires auraient commencé à évacuer. Un « mauvais signe » confie un habitant, qui explique aussi que des habitants ont fui les violences vers Rutshuru centre, vers Kiwanju ou encore le centre de Rugari. « Les habitants connaissent les agissements du M23 et ces violences ont réveillé des mauvais souvenirs », indique cette source qui craint que la situation ne dégénère et que les FARDC finissent par fuir.
Le groupe armé avait officiellement été défait en 2013, « mais il a été dispersé, pas anéanti », précise Jonas Pandasi. Le Rapporteur général de la société civile de Rutshuru ajoute que le mouvement peut se réorganiser dans cette zone de parcs et forêts. « Ses hommes s’infiltrent, parlent souvent la langue locale, recrutent où se font passer pour des habitants », dit-il. L’organisation demande donc que l’état de siège, pourtant décrété le 6 mai, soit « réellement appliqué ». « Que l’armée fasse son travail car Rutshuru est la porte d’entrée pour déstabiliser la province », selon Jonas Pandasi.

Pierre Boisselet, coordonateur du projet baromètre du Kivu, parle pour sa part d'une montée en puissance inquiétante du M23, presqu'une décennie après avoir été vaincus. « On sait qu'à partir de 2017, une partie d'entre eux est retournée en RDC depuis le Rwanda et l'Ouganda où ils s'étaient réfugiés. On sait qu'il y a eu des pourparlers, notamment à Kinshasa. Visiblement, les membres de l'ex-M23 estiment que le gouvernement congolais n'a pas tenu parole. Il semblerait que ça tourne autour d'engagements à accepter des rapatriements de combattants et qu'ils puissent bénéficier d'un programme de réinsertion. C'est le sixième affrontement depuis novembre », remarque-t-il.

"Attaque du M23 à Rutshuru: le député Ngaruye demande au Gouvernement de revoir les relations diplomatiques avec ses voisins - 28.01.2022,  
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-99486_attaque_du_m23_a_rutshuru_le_depute_ngaruye_demande_au_gouvernement_de_revoir_les_relations_diplomatiques_avec_ses_voisins.html
"RDC : des affrontements entre l'armée et le M23 - 28.01.2022
= https://www.dw.com/fr/rdc-m23-s%C3%A9curit%C3%A9-attaques-paix/a-60582019
"Attaques des positions FARDC par le M23 : la société civile pour le renfort militaire le long de la frontière RDC-Rwanda - 27/01/2022
= https://www.radiookapi.net/2022/01/27/actualite/securite/attaques-des-positions-fardc-par-le-m23-la-societe-civile-pour-le
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20211109-rdc-des-affrontements-%C3%A0-chanzu-dans-le-rutshuru-font-fuir-des-centaines-de-personnes
= https://actualite.cd/2021/11/09/attaque-du-m23-partir-du-rwanda-kigali-repondra-officiellement
= https://actualite.cd/2022/01/25/rdc-un-colonel-de-larmee-tue-dans-une-attaque-des-ex-m23-rutshuru

"RDC : le spectre d’un retour du M23 - 10 novembre 2021
= https://www.jeuneafrique.com/1264441/politique/rdc-le-spectre-dun-retour-du-m23/
L’armée congolaise accuse le groupe rebelle, officiellement démobilisé depuis plusieurs années, d’être derrière les attaques menées les 7 et 8 novembre non loin de Goma. Le M23 dément. Et le Rwanda, d’où seraient partis les assaillants, selon les FARDC, affirme ne leur fournir aucun soutien.
La tension est montée pendant le week-end. Sur les collines du Nord-Kivu, province sous administration militaire depuis six mois, et dans les environs de sa capitale, Goma, la rumeur d’une attaque imminente a commencé à se répandre, suscitant d’abord l’inquiétude des populations puis celle des diplomates.


Le 7 novembre, l’ambassade américaine a publié un communiqué mentionnant « une attaque potentielle à Goma » et appelant « son personnel à s’abriter ». Mais dans la nuit du 7 au 8, ce sont finalement les positions des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) à Runyonyi et Chanzu, dans le territoire de Rutshuru, à environ 85 km au nord-est de Goma, qui ont fait l’objet d’un assaut, forçant les militaires à battre temporairement en retraite. Selon le Haut-Commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR), près de 8 000 personnes ont fui ces nouvelles violences, trouvant refuge en Ouganda.
 
Dès le 8 novembre, l’armée congolaise a immédiatement pointé un doigt accusateur sur le M23, une rébellion qui a dans le passé contrôlé plusieurs localités du Nord-Kivu mais qui est officiellement démobilisée depuis 2013. Le M23 a « l’intention de mener d’autres actions de déstabilisation dans le territoire de Rutshuru », préviennent les FARDC dans un communiqué, et ce, alors même que l’état de siège a été décrété dans toute la province du Nord-Kivu en mai dernier.
« Les FARDC tiennent à préciser que la dernière attaque du M23 à Chanzu et [dans] ses environs intervient au moment où la RDC s’est engagée dans la phase de mutualisation des forces avec les pays voisins pour la normalisation des relations en vue d’améliorer la situation sécuritaire dans la région », indique encore l’état-major congolais. Le même communiqué indique que les auteurs des attaques menées à Chanzu et Runyoni sont venus du Rwanda.

« Propagande »
Kigali a immédiatement réagi en affirmant ne pas soutenir le M23. « L’ex-groupe M23 en question n’a pas cherché refuge au Rwanda lors de son retrait de la RDC en 2013, mais a été basé en Ouganda, d’où cette attaque est originaire et où le groupe armé s’est replié, ont tenu à préciser les autorités de Kigali. Toute information, dans les médias ou émanant de responsables de la région, selon laquelle l’ex-groupe armé M23 serait originaire du Rwanda ou s’y est retiré est une propagande visant à saper les bonnes relations entre le Rwanda et la RDC. » Signe que la situation génère tout de même quelques tensions, le chef d’état-major congolais, le général Célestin Mbala, était en visite à Kigali ce 10 novembre pour échanger avec ses homologues des Forces de défense rwandaises (RDF).
 LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?   Jad20211110-ass-rdc-goma
Lors de la prise de Goma par la rébellion du M23. :copyright: Pierre Boisselet pour JA

Que s’est-il réellement passé ? Depuis le début de la semaine, les services de sécurité congolais s’activent pour essayer de tirer les choses au clair. Le président Félix Tshisekedi a lui-même participé à plusieurs réunions consacrées à la situation.
Selon nos sources, différentes pistes d’analyse sont pour l’instant à l’étude. Il n’est ainsi pas exclu que le M23 tente de faire pression sur le gouvernement congolais pour obtenir une mise en œuvre rapide de la feuille de route négociée – à Kigali, sous l’égide du Rwanda – en octobre 2019. L’accord conclu à l’époque prévoit le rapatriement et la réintégration en RDC des ex-M23. Un membre du mécanisme de suivi de cet accord affirme que « le processus avance beaucoup », notamment avec le Rwanda, mais que « c’est côté Ouganda qu’il y a des lourdeurs ». Mais les cadres du M23 que nous avons contactés ne partagent pas cet optimisme.
Le M23 n’a pas intérêt à remettre en question ses relations aujourd’hui apaisées avec le gouvernement congolais
Interrogés sur leur responsabilité dans les récents événements, ces derniers bottent en touche et évoquent « une opération de diversion des FARDC, très critiquées dans l’opinion compte tenu de l’impact limité de l’état de siège » décrété dans le Nord-Kivu et l’Ituri.
« Comment les FARDC peuvent-elles être aussi affirmatives sur notre présence à Runyonyi et Chanzu ? Elles n’ont pas pu y assurer une présence manifeste alors que l’état de siège est déclaré et que l’ambassade des États-Unis avait donné l’alerte », interroge un cadre politique du M23 basé à Kigali.

Également contacté par Jeune Afrique, un expert des questions de sécurité dans les Grands Lacs qui souhaite conserver l’anonymat souligne que le M23 « n’a pas intérêt à remettre en question ses relations aujourd’hui apaisées avec le gouvernement congolais », d’autant que celui-ci travaille également à la normalisation de ses liens avec Kigali et Kampala. Dans son propre communiqué, le mouvement rappelle d’ailleurs être engagé depuis plus d’un an « dans des pourparlers avec le gouvernement de Kinshasa », précisant que ses « délégués ont séjourné [dans la capitale congolaise] et ont eu des échanges très fructueux » avec l’administration Tshisekedi.
Intervenant une semaine après celles dont a été victime Bukavu, les attaques menées dans le territoire de Rutshuru sont-elles le signe d’une jonction entre différents groupes armés actifs dans l’Est ? Selon nos informations, les camps de cantonnement des ex-M23 tendent à se vider depuis 2014. Plusieurs centaines d’anciens combattants se seraient regroupés et réorganisés sur le mont Sabinio, à la frontière entre le Rwanda et l’Ouganda. Des éléments qui aujourd’hui encore répondent aux ordres du commandant Sultani Makenga, lequel est sous sanctions des Nations unies.
Des représentants du comité de sanctions du Conseil de sécurité de l’ONU sont par ailleurs arrivés ces derniers jours à Kinshasa pour évaluer la mise en œuvre de l’embargo sur les armes imposé aux groupes armés opérant dans l’Est. Ils devaient se rendre ce mercredi 10 novembre en Ouganda puis au Rwanda.

RDC : « Tous les groupes armés recrutent parmi les ex-combattants du M23 »


"Comment Museveni tente de tenir Kagame à distance du lac Albert - 10/09/2021
= https://www.africaintelligence.fr/petrole-et-gaz_strategies-etat/2021/09/10/comment-museveni-tente-de-tenir-kagame-a-distance-du-lac-albert,109689724-art


"Kagame prévoit-il d’attaquer le Rwanda et attribuer les attaques aux FDLR-FOCA ? - 12 décembre 2021
= https://les-mutikeys.com/2021/12/12/kagame-prevoit-il-dattaquer-le-rwanda-et-attribuer-les-attaques-aux-fdlr-foca/
= https://actualite.cd/2022/01/27/louganda-remplace-son-chef-du-renseignement-militaire-sanctionne-par-les-etats-unis
= https://fr.africanews.com/2022/01/27/rdc-au-moins-20-morts-dans-des-attaques-du-m23-au-nord-kivu/

"
=
"
=


"RDC : entre le verrouillage népotique de la CENI au profit de Tshisekedi et le chaos ? – JJ Wondo - 26 janvier 2022
= https://afridesk.org/rdc-entre-le-verrouillage-nepotique-de-la-ceni-au-profit-de-tshisekedi-et-le-chaos-jj-wondo/


"RDC – Lettre ouverte d’une Congolaise au ministre de la Défense nationale   - 24 janvier 2022
= https://afridesk.org/rdc-lettre-ouverte-dune-congolaise-au-ministre-de-la-defense-nationale/


"AFFAIRE RELATIVE AUX ACTIVITÉS ARMÉES
SUR LE TERRITOIRE DU CONGO (RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUEDU CONGO c. OUGANDA)
RÉPLIQUE DE LA RDC - Mai 2002[/size]

= https://www.icj-cij.org/public/files/case-related/116/8315.pdf


"Tentatives croisées de déstabilisation dans l'Afrique des Grands Lacs; Le contentieux rwando-ougandais - 2004
= https://www.cairn.info/revue-politique-africaine-2004-4-page-119.htm


"RDC : Le Rwanda et l'Ouganda internationalisent la guerre au Kivu - 16 juillet 2013
= http://chickomwamba.over-blog.com/article-rdc-le-rwanda-et-l-ouganda-internationalisent-la-guerre-au-kivu-119092919.html


" CE QUE DISSIMULE KABILA : MASSACRES DE CIVILS ET IMPUNITE...VII. QUI EST RESPONSABLE : VERS L'ETABLISSEMENT DES RESPONSABILITES
= https://www.hrw.org/legacy/french/reports/drc1997a/kabila-07.htm


"FARDC, UPDF: FRAPPENT ADF KAGAME EN LARME, MÉDIAS RWANDAIS EN GUERRE CONTRE OUGANDA. RÉVÉLATIONS.  - 2 déc. 2021"



Compatriotiqueme!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

 LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?   Empty Re: LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?

Message  ndonzwau 12/2/2022, 12:14 am

KAGAME RÉCIDIVE AVEC SON MÉPRIS INACCEPTABLE DU CONGO ET SON INGÉRENCE COMMINATOIRE SUR NOS AFFAIRES ! IL A TENU EN KINYARWANDA DEVANT SON PARLEMENT DES MENACES A INTERVENIR DANS NOTRE PAYS POUR Y METTRE DE L'ORDRE. IL REPROCHE A L’ÉTAT CONGOLAIS DE NE RIEN FAIRE POUR ÉVITER QU'ADF ET FDLR S'INTRODUISENT AU RWANDA. ET COMME TOUJOURS NOS AUTORITÉS et NOTRE CLASSE POLITIQUE SONT MOTUS ET BOUCHE COUSUE. LES JOURNALISTES EN ONT A PEINE PARLÉ...

Notre malheur à nous Congolais c'est d'avoir à la tête de notre pays depuis deux décennies d'abord un vrai cheval de Troie rwandais, 'JK', qui laissait faire souterrainement Kagame tout le mal qu'il voulait au Congo et ensuite un ignorant naïf, Tshisekedi, qui a accepté de nouer des liens d'amitié et de soumission avec Kagame croyant y trouver des gages de son maintien alors que Kagame est un ennemi malin du Congo dont il a besoin pour abonder son budget. La philosophie politique de Kagame se fonde sur leur "ubwenge" atavique qui est une pratique forcenée du mensonge face à l'altérité.

La "marche d'endurance" bien orchestrée des éléments de notre GR fera-t-elle peur aux Rwandais qui songent à marcher sur notre pays ? Peut-être. Une stratégie nouvelle de Tshisekedi qui jusque-là n'a été capable d'aucune riposte musclée devant les menaces de Kagame, il a toujours poursuivi sa haute trahison à la Nation en vendant notre pays au Rwanda ; et à l'Ouganda par dessus le marché, hélas, hélas, hélas... Quant à moi je me demande où trouver quelqu'un d'autre que la population pour dire à notre Président qu'il fait fausse route dans son rapprochement naïf avec Kagame, mieux pour le convaincre qu'il y trahit la Nation Congolaise toute entière ? La suite...



"RDC: Les propos de Paul Kagame sur la situation sécuritaire à l’Est énervent - 9 février 2022
= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2022/02/09/rdc-les-propos-de-paul-kagame-sur-la-situation-securitaire-a-lest-enervent.html/103813
Depuis la signature de la coopération militaire entre la République Démocratique du Congo et l’Ouganda pour la traque des terroristes de l’ADF, le président rwandais Paul Kagame ne manque pas l’occasion pour s’en prendre au pouvoir de Kinshasa.
Après son interview accordée à Jeune Afrique il y a quelques semaines, Paul Kagame s’est une nouvelle fois déchaîné à propos des défis sécuritaire en République Démocratique du Congo lors de la cérémonie d’assermentation des nouveaux ministres, mardi 8 février 2022 devant le parlement rwandais.
A l’instar de son interview à Jeune Afrique, le président Paul Kagame se plaint toujours de n’avoir pas été associé par Kinshasa et Kampala dans la lutte contre les ADF et a appelé à des efforts collectifs des dirigeants régionaux pour mettre fin à l’insécurité dans l’Est de la RDC, principalement associés aux milices armées basées dans le pays.


Kagame qui pointe du doigt les Forces Démocratiques Alliées (ADF), parmi les milices armées qui continuent d’agir en toute « impunité » et visent à déstabiliser la région, y compris le Rwanda, rappelle que tout récemment, plusieurs de ces terroristes ont été arrêtés à Kigali alors qu’ils complotaient pour lancer des attaques au Rwanda en représailles à leur soutien pour anéantir les terroristes au Mozambique.
Le président rwandais a déclaré que le Rwanda était prêt à jouer son rôle dans la résolution des problèmes de sécurité émanant du pays voisin.
« Nous envisageons plusieurs mécanismes, y compris les négociations, il y a des moments où nous plaidons, il y a des moments où nous demandons, mais si besoin est, il y a des cas où nous ne faisons ni l’un ni l’autre et agissons plutôt en conséquence », a-t-il lancé.
A Paul Kagame de renchérir : « Il y a là où nous supplions, là où nous nous mettons d’accord, là où nous faisons des demandes, mais il y a aussi là où quand ca dépasse les bornes nous réglons nous mêmes le problème comme il faut sans demander la permission à qui que ce soit. Mais pour l’instant nous sommes au stade de nous mettre d’accord sur le problème parce qu’il s’agit d’un problème qui nous concerne tous….Au Rwanda notre première priorité c’est la sécurité parce que nous ne pouvons rien faire sans la sécurité ».
Ainsi pour Paul Kagame, « l’objectif principal est donc le problème en RD Congo », car dit-il « il existe déjà un lien entre les ADF, les FDLR et plusieurs autres groupes terroristes armés ».

Paul Kagame a indiqué qu’actuellement, les dirigeants se sont réunis pour négocier un terrain d’entente, mais si la question s’avérait être une menace pour le Rwanda, Il a averti que son pays était prêt à intervenir et à défendre son territoire, car sa principale priorité est la sécurité des Rwandais.

Des tireurs de ficelles à Kinshasa
Lors de son interview à Jeune Afrique, Paul Kagame a confirmé l’existence au gouvernement congolais des proches de certains mouvements rebelles dont M23 avant d’inviter Kinshasa à prendre des mesures qui s’imposent pour rétablir la paix dans cette partie du pays en proie depuis plusieurs de décennies.
« Aujourd’hui, la RDC doit décider de quelle manière elle veut gérer cette affaire. Certains proches de ces rebelles (M23) sont au gouvernement, à Kinshasa, ou vivent en RDC », a-t-il révélé.
En outre Paul Kagame s’est une nouvelle fois montré très critiqué face à la gestion de cette situation par Kinshasa et la mission onusienne ( Monusco).
« Après presque 25 ans, notre ennemi est toujours présent (en RDC). Et les mécanismes qui ont été mis en place pour combattre ce problème, ont l’air d’avoir laissé ce problème perdurer, on dirait que ça donne de l’emploi à certains,…les gens préfèrent que le problème puisse demeurer et que les gens soient payés, soit disant pour régler ce problème. Je ne peux pas en aucun cas comprendre comment un problème peut durer une vingtaine d’année et couter des milliards de dollars sans que le problème ne soit résolu. Vous comprenez qu’il y a des choses incompréhensibles, je ne sais pas comment l’expliquer ».

Les propos inquiètent les députés nationaux
Les propos du Président rwandais qui inquiètent la représentation nationale.
En effet , Gratien Iracan, l’élu de l’Ituri a adressé une question écrite au Premier Ministre et Chef du gouvernement, Jean-Michel Sama Lukonde, pour obtenir des précisions et éclairages sur le rapport de l’état des lieux des résolutions et recommandations de la Commission Défense et Sécurité de l’assemblée nationale, après leur adoption en plénière le 29 septembre des résolutions et recommandations de la Commission Défense et Sécurité de l’Assemblée nationale qui dit-il « ont abordé toutes ces questions évoquées par le Président rwandais ».


"RDC : le risque d'une confrontation entre armées dans l'Est. Les menaces du président Rwandais de déployer des troupes contre les rebelles des FDLR en RDC inquiètent les Congolais. -11.02.2022
= https://www.dw.com/fr/rdc-rwanda-ouganda-arm%C3%A9es-fdlr-adf/a-60750457
Paul Kagame a tenu ces propos mardi dernier §08.02) à Kigali au Rwanda, lors de la prestation de serment des nouveaux ministres. Dans sa déclaration, le président rwandais a insisté sur le danger qui pèse sur son pays en raison de la présence des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) dans l'est de la RDC, où sont également présents les rebelles ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF).
 LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?   2oaExM8h_normal
Steve Wembi
@wembi_steve
#RDC - #RWANDA | @PaulKagame dit ceci: “le problème qui nous préoccupe aujourd'hui c'est le problème qui provient de la RDC,c'est là où nos yeux sont tournés à cause de FDLR et d'autres groupes qui pourraient coaliser avec les ADF pour perturber notre sécurité”
 LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?   SDEJgEwD3-cgO4dy
7:03 AM · Feb 10, 2022
 LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?   2oaExM8h_normal
Read the full conversation on Twitter
Paul Kagame a affirmé qu'il y a un temps pour négocier et un temps pour trouver une solution sans demander la permission à qui que ce soit. Des propos directs et menaçants qui pourtant n’ont pas provoqué de réaction officielle du gouvernement congolais. 

Le Premier ministre congolais appelé à s’expliquer 
Gratien de Saint Nicolas Iracan, député national de l'Ituri, a toutefois interpelé le gouvernement sur cette question, rappelant que la commission Défense et sécurité de l'Assemblée nationale avait formulé des recommandations pour le rétablissement de la sécurité dans l'est du pays. 
Pour Gratien de Saint Nicolas, il est très important que le Premier ministre s'explique devant l'Assemblée nationale :
"Il y a des groupes armés qui sont en train d'opérer et sur le terrain on a vu des massacres perpétrés par des Rwandais, qui parlaient la langue rwandaise. Cela nous inquiète parce qu'effectivement il y a une connexion entre les ADF et les FDLR. C'est une situation qui peut embraser toute la région et ce ne serait pas bon qu'on entre dans la violence. On veut que le Premier ministre vienne nous dire s’y a une évolution ou non."

L'histoire pourrait se répéter
Les menaces du président rwandais interviennent alors que depuis fin novembre 2021, les forces ougandaises, avec l’accord des autorités congolaises, traquent les ADF dans la même région. 
L’intervention du Rwanda entrainerait le risque d’une nouvelle confrontation avec l’armée ougandaise

Écouter l'audio  02:10
Ecoutez le sujet de notre correspondant à Kinshasa

Le Mouvement des indignés de l'insécurité en RDC, dont Nicole Kavira est la coordonnatrice nationale, espèrent que ce scénario sera évité :
"Les populations congolaises, victimes des atrocités des armées des pays voisins voici plus de vingt ans, demandent que nos autorités concluent des coopérations propres, c'est-à-dire avec des armées n'ayant pas le sang des Congolais sur les mains. Les indignés s'opposent à cette nouvelle agression déclarée."
Les Congolais gardent en effet un souvenir terrible des affrontements entre les armées ougandaises et rwandaises qui ont fait des milliers des morts en 2000 dans la ville de Kisangani, au nord-est de la RDC


": imperturbables, les éléments de la garde républicaine ont bravé la pluie pour la marche d’endurance
12 février 2022[

= https://www.diaspordc.com/kinshasa-imperturbables-les-elements-de-la-garde-republicaine-ont-brave-la-pluie-pour-la-marche-dendurance/
Les troupes combattantes de la Garde Républicaine ont organisé une « marche d’endurance » ce samedi 12 février 2022 à travers les artères de la ville de Kinshasa. La fine pluie qui s’est improvisée n’a nullement empêché la poursuite de cette activité.

Équipés de leurs matériels de combat, près de 5000 hommes appartenant à cette unité d’élite des FARDC chargée de la protection du Chef de l’État et des institutions du pays se sont déployés à travers les grandes artères de la ville de Kinshasa à partir de 5 heures du matin suivant les itinéraires retenus par l’état-major Garde Républicaine.
L’échangeur de Limete d’où sont partis deux groupes a été le premier lieu de rassemblement: un groupe a emprunté le boulevard Lumumba jusqu’au camp CETA( aéroport) et l’autre s’est dirigé vers la Gare Centrale en traversant Limete, le Boulevard Triomphal , l’avenue de Libération et le boulevard du 30 juin.
Un autre groupe est parti de la Gare Centrale jusqu’au Camp Tshatshi en passant par Bandalungwa et Kitambo magasin.
La marche d’endurance est un exercice militaire pédestre de routine qui a pour objectif de renforcer la condition physique.
Un communiqué de presse de la garde présidentielle avait déjà alerté sur cette activité qui ne devrait pas donner lieu à des spéculations ni perturber la journée de travail de la population.


"RDC : Cette marche de « dissuasion » a permis aux GR de montrer « leur capacité à parer toute éventualité » (Présidence) - 12 février 2022
= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2022/02/12/rdc-cette-marche-de-dissuasion-a-permis-aux-gr-de-montrer-leur-capacite-a-parer-toute-eventualite-presidence.html/104040/
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20220213-rdc-la-garde-r%C3%A9publicaine-d%C3%A9file-pour-assurer-la-population-de-sa-loyaut%C3%A9-envers-le-pouvoir



"RDC: Claudel A. Lubaya juge trop « hypocrites » les déclarations de soutien et allégeance à Félix Tshisekedi - 11 février 2022
= https://yabisonews.cd/2022/02/11/rdc-claudel-a-lubaya-juge-trop-hypocrites-les-declarations-de-soutien-et-allegeance-a-felix-tshisekedi/


"RDC : l’ONU redoute des représailles après le massacre de 63 déplacés par des miliciens en Ituri
= https://africanmediaagency.com/rdc-lonu-redoute-des-represailles-apres-le-massacre-de-63-deplaces-par-des-miliciens-en-ituri/?lang=fr
Les Nations Unies ont alerté, mardi, sur les risques de représailles, après le massacre d’une soixantaine de personnes déplacées par des miliciens en Ituri, dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC).

NEW YORK, USA, le 8 Février 2022,-/African Media Agency (AMA)/-« Outre les craintes que d’autres sites de personnes déplacées puissent être attaqués, en particulier Loda et Djaiba, situés à proximité de Plaine Savo et accueillant des membres de la communauté Hema, il existe également un risque grave d’attaques de représailles de la part du groupe armé Front populaire d’autodéfense de l’Ituri (FPAC-Zaïre) », a déclaré lors d’un point de presse régulier de l’ONU à Genève,  la porte-parole du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme (HCDH), Liz Throssell. NEW YORK, USA, le 7 Février 2022,-/African Media Agency (AMA)/-« Outre les craintes que d’autres sites de personnes déplacées puissent être attaqués, en particulier Loda et Djaiba, situés à proximité de Plaine Savo et accueillant des membres de la communauté Hema, il existe également un risque grave d’attaques de représailles de la part du groupe armé Front populaire d’autodéfense de l’Ituri (FPAC-Zaïre) », a déclaré lors d’un point de presse régulier de l’ONU à Genève,  la porte-parole du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme (HCDH), Liz Throssell. 
Ce groupe armé « d’autodéfense » est « principalement composé de membres de la communauté Hema ».
La mise en garde de l’ONU intervient plus d’une semaine après le massacre d’au moins 62 personnes dont des hommes, femmes et enfants dans le site pour déplacés de Plaine Savo, le 1er février dernier par des miliciens de la CODECO (Coopérative pour le développement du Congo), ainsi que des nouvelles tentatives du week-end.

Une nouvelle vague de violence qui a conduit les services de la Haute-Commissaire Michelle Bachelet à exprimer ses vives préoccupations « face à ces incidents récurrents d’attaques mortelles à motivation ethnique contre des camps de déplacés internes par des groupes armés dans l’est de la RDC ».
  LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?   Image1170x530cropped
:copyright: UNHCR/Ibrahima DianeUne famille de déplacés internes arrive en camion chez des proches à Beni après avoir fui une attaque de milices armées contre leur village en Ituri, dans le nord-est de la République démocratique du Congo.

Une série de raids dévastateurs menés par les miliciens du CODECO
Le HCDH estime qu’il existe « un risque important d’attaques d’autres sites de personnes déplacées ». 
« Nous demandons aux autorités de la RDC de renforcer de toute urgence la protection des civils, notamment en assurant la sécurité des personnes déplacées », a ajouté Mme Throssell.
Pour rappel, dans la nuit du 1er février, des miliciens du CODECO ont fait irruption dans le site de déplacés de Plaine Savo, en territoire Duju, en Ituri, dans l’est du Congo. Ils ont méthodiquement frappé les habitants, femmes et enfants, notamment à la machette. Au moins 62 personnes déplacées – membres de la communauté ethnique Hema – ont été tuées et 38 autres blessées par ce groupe armé lors de l’attaque nocturne contre le camp.
« Toutes les victimes ont été tuées par balle ou attaquées à l’aide de machettes et de couteaux », a détaillé la porte-parole du HCDH.
Selon l’ONU, l’attaque de Plaine Savo n’est que la dernière d’une série de raids dévastateurs menés par la CODECO sur des sites de déplacés dans la province de l’Ituri, où les tensions ethniques entre les communautés Hema et Lendu existent depuis des années. Entre le 19 et le 28 novembre 2021, quatre autres sites ont été attaqués par les miliciens du CODECO, dont le village de Drodro.
 
 LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?   Image1170x530cropped
UNICEF/DesjardinsDeux enfants dans le camp de déplacés de Loda, dans la province de l’Ituri, en République démocratique du Congo.

Une dizaine d’attaques contre des sites de déplacés dans l’Est de la RDC en 2021
Au moins 58 personnes de la communauté Hema ont été tuées, dont au moins neuf femmes et quatre enfants. La milice CODECO, qui prétend défendre les intérêts de la communauté Lendu et attaque principalement les membres de la communauté Hema, est aussi soupçonnée de ce massacre.
Au total, les services de la Haut-Commissaire Bachelet ont documenté l’an dernier une dizaine d’attaques contre des sites de déplacés en Ituri, au Nord-Kivu et au Sud-Kivu. Au cours de ces assauts, au moins 106 personnes ont été tuées, 16 blessées. 
« Au moins sept femmes ont subi des actes de violence sexuelle », a poursuivi Mme Throssell. 
A la suite de cette dernière attaque meurtrière, les autorités militaires de la région ont lancé une enquête préliminaire sur l’attaque dévastatrice de Plaine Savo. 
« Nous appelons le gouvernement à garantir l’accès des victimes à un recours en s’assurant que ces enquêtes soient indépendantes, efficaces et transparentes », a fait valoir la porte-parole du HCDH.
Pour l’ONU, il s’agit surtout d’enquêter sur d’autres attaques contre des camps de déplacés et à veiller à ce que les responsables soient traduits en justice. 
« Nos collègues de la Mission des Nations Unies en RDC (MONUSCO) sont prêts à fournir un soutien technique et logistique aux autorités pour ces enquêtes et les poursuites éventuelles », a conclu Mme Throssel


"Avec des mots crus, Noël Tshiani qualifie Kagame de « Génocidaire » - 10.02.2022,  
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-100085_avec_des_mots_crus_noel_tshiani_qualifie_kagame_de_genocidaire.html
Les propos du Président Rwandais Paul Kagame, mardi 8 février 2022 à Kigali, au cours des cérémonies de prestation de serment de nouveaux Ministres choquent la sensibilité de plusieurs congolais.
Face à cette arrogance du Président rwandais, l’ancien candidat à la présidentielle de 2018 n’a pas raté le bourreau des congolais de tous les temps, en la personne de Paul Kagame.


« Les petits pays dirigés par des va t’en guerre doivent savoir qu’ils ne vaincront jamais le Grand Congo. Tôt ou tard la grande armée du Grand Congo marchera sur leur territoire pour mettre fin à leur arrogance », a dit Noël Tshiani Muadamvita sur un ton incisif.
Et d’ajouter : « Un génocidaire reste un génocidaire. On doit le traiter comme tel », a martelé l’auteur de la loi Tshiani dont la réponse est proportionnelle à la déclaration arrogante de Paul Kagame.
« Nous souhaitons la paix à tout le monde dans la région, mais quiconque nous souhaite la guerre, nous la lui donnons. Nous avons des professionnels formés pour cela. Le Rwanda est de petite taille, notre doctrine est de faire la guerre en territoire ennemi quand cela l’exige », avait déclaré Paul Kagame.


"Steve Mbikayi sur les propos de Kagame: "imitons la Russie pour nous faire respecter par les pays voisins" - 11.02.2022,  
= https://acturdc.com/steve-mbikayi-sur-les-propos-de-kagame-imitons-la-russie-pour-nous-faire-respecter-par-les-pays-voisins/
Le député national Steve Mbikayi invite la République Démocratique du Congo à copier la Russie sur le plan militaire pour faire peur et se faire respecter à l’extérieur. Il considère que si le président rwandais  Paul Kagame se permet de critiquer et de menacer un grand pays comme la RDC c’est parce qu’il a compris la faiblesse de son armée.

L’ancien ministre de l’Enseignement supérieur et président du Parti travailliste pense que la RDC devra  investir dans la défense. « Imitons la Russie pour nous faire respecter par les pays voisins, investissons plus ds la Défense que dans la politique », dit-il.
La RDC fait face à un problème de budget, très faible, estimé à 10 milliards pour l’année 2022. Steve Mbikayi propose alors là suppression des quelques institutions non essentielles qui consomment énormément d’argent.  » Que les centaines de millions de dollars affectées inutilement aux Assemblées Provinciales, la Commission Nationale des Droits de l’Homme, le Sénat, le Conseil Supérueur de l’Audiovisuel Congolais, le Comité National de Suivi de l’Accord de Saint-Sylvestre, la Commission Electorale Nationale Indépendante… servent à nous surarmer et à professionnaliser davantage notre armée », souhaite-t-il.
Le mercredi 9 février, le journal américain The New York Times publiait une longue interview de Paul Kagame. En répondant sur l’accord militaire qui existe entre la République Démocratique  du Congo et l’Ouganda pour combattre les terroristes ADF sur le sol congolais, il a déclaré ceci: « nous souhaitons la paix à tout le monde dans la région, mais quiconque nous souhaite la guerre, nous la lui donnons. Nous avons des professionnels formés pour cela. Le Rwanda est de petite taille, la doctrine est de faire la guerre en territoire ennemi quand cela l’exige ».


"Composer avec le diable, faire appel au Groupe russe Warner à l’Est du Congo... -  Par Mufoncol Tshiyoyo - 09 février 2022
= http://www.ingeta.com/composer-avec-le-diable/
Pour le moment, il est impérieux d’arrêter le sang qui coule à l’est du Congo une fois pour toutes.
La formule ci-après est reprise sur le site internet de la firme russe Wagner : « Nous sommes contre ceux qui tuent les enfants, les femmes et les personnes âgées ». Au Congo, ce sont des enfants, des femmes, des personnes âgées qui se font massacrer chaque jour qui passe.

Le Congo est en guerre
Pour trouver des pistes de sortie à la nature de l’adversité imposée aux populations congolaises, des Congolais ont vu des militaires américains se pavaner au Congo. Particulièrement à l’Est du pays, en fait sur le lieu du crime (Bernard Debré, Le Retour de Mwami, 1998) sans que leur passage modifie ni le nombre des morts ni la stratégie de la reconquête du territoire national congolais.
Du Rwanda et de l’Ouganda bouche cousue puisque la rengaine trouvée est d’accuser et de présenter des Congolais comme des « acteurs » de leur propre turpitude. Cela importe peu. Parce que le Congo est en guerre.

Des femmes, des enfants et des hommes (âgés ou pas) continuellement tombent comme si de rien n’était. Plus grave encore, des populations congolaises ont assisté presque sans répugner au retour officiel des armées à la solde du mercenariat Rwando-ougandais sur le lieu de leurs crimes. Malgré toutes ces péripéties, le Congo profond retient son souffle en jouant le temps. Alors que le temps voit réapparaitre des revendications du fameux « mouvement » M23 entre guillemets.
Qui dit le M23 désigne le Rwanda, Ruberwa et compagnie. De même que qui dit ADF évoque Museveni et l’Ouganda. Du Rwanda et de l’Ouganda bouche cousue puisque la rengaine trouvée est d’accuser et de présenter des Congolais comme des « acteurs » de leur propre turpitude. Cela importe peu. Parce que le Congo est en guerre.

Composer avec le diable…
Aujourd’hui, avec la situation du Mali et de la Centrafrique, pour ne citer que les deux pays, marqués par l’avènement du groupe russe Warner sur le terrain des opérations contre des forces de déstabilisation, les rapports de force sur le terrain ont complément changé en faveur des forces du patriotisme interne. Pourquoi se torturer en évitant de se poser des questions qui fâchent. Elles fâchent qui alors qu’il est avant tout question de mettre fin aux tueries à l’est du pays ?
Il n’y a aucune honte de faire appel au diable et de composer avec lui si c’est dans le but de recouvrer notre dignité bafouée, notre souveraineté nationale.

À chaque chose malheur est bon, dit-on. L’Est du pays est un casus belli. Il n’y a aucune honte de faire appel au diable et de composer avec lui si c’est dans le but de recouvrer notre dignité bafouée, notre souveraineté nationale. La politique, une fois résolue la question relative aux rapports de force sur le terrain, ce sera à nous de décider de son orientation. Pour le moment, il est impérieux d’arrêter le sang qui coule à l’est du Congo une fois pour toutes. Le souhait est vivement de composer avec le diable. Nous ne nous expliquons pas.
Par ailleurs, nous engageons l’avenir de notre jeunesse. De plus, nous avons décidé de courir le risque. Alors qui est partant ? Mao affirmait : « In the battle, we do not waste our time in arguing » (Dans la bataille, nous ne perdons pas notre temps à nous disputer).
Likambo ya mabele…


" Comment Félix Tshisekedi et Paul Kagame élaborent leur stratégie conjointe face à l’insécurité dans l’est de la RDC - 22 mars 2021
= https://www.jeuneafrique.com/1141558/politique/insecurite-a-lest-de-la-rdc-la-strategie-de-felix-tshisekedi-et-de-paul-kagame/


"Confusion à la frontière entre Rwanda et Ouganda, malgré sa réouverture officielle - 1 février 2022
= https://actualite.cd/2022/02/01/confusion-la-frontiere-entre-rwanda-et-ouganda-malgre-sa-reouverture-officielle
La confusion et l'incompréhension régnaient lundi à Gatuna, poste-frontière entre le Rwanda et l'Ouganda, où des Rwandais étaient empêchés de traverser la frontière malgré l'annonce de sa réouverture officielle après trois ans d'attente.
Ce principal point de passage entre les deux voisins d'Afrique centrale -connu sous le nom de Katuna en Ouganda- a officiellement rouvert à minuit, comme l'avaient annoncé vendredi les autorités rwandaises, officialisant un dégel des relations entre les deux pays.

Le fils du président ougandais Yoweri Museveni, le général Muhoozi Kainerugaba, qui s'était rendu le 22 janvier à Kigali, avait salué lundi sur Twitter cette "ouverture complète (des) frontières": "C'est une magnifique réussite. Maintenant, notre peuple peut librement se déplacer, commercer et interagir comme Dieu Tout-Puissant l'a toujours voulu !"
Mais lundi matin, des Rwandais venus malgré la pluie battante dans l'espoir de se rendre en Ouganda ont eu la surprise de se voir refoulés.

"On m'a dit que la frontière était ouverte, je suis venu avec l'intention de traverser en Ouganda et d'acheter des choses. Mais les responsables de l'immigration rwandaise m'ont dit que je ne pouvais pas traverser jusqu'à nouvel ordre. C'est assez déroutant", a raconté un commerçant rwandais qui n'a pas donné son nom.
Une femme a également affirmé qu'un fonctionnaire lui avait dit de rentrer chez elle, car "il n'est pas possible de traverser pour l'instant".
- Protocoles Covid-19 - Les autorités des deux pays ont expliqué en début d'après-midi qu'en raison des restrictions dues au Covid-19, les accès étaient limités aux citoyens ou résidents rentrant dans leur pays, ainsi qu'aux camions de marchandises.
"Camions, citoyens rwandais/résidents de retour traversent vers le Rwanda à Gatuna comme à d'autres points frontaliers, conformément aux protocoles Covid", a déclaré la porte-parole du gouvernement rwandais, Yolande Makolo, sur TwiTwitter. "Les responsables de santé rwandais et ougandais travaillent sur des protocoles Covid conjoints, qui permettront à tous de traverser des deux côtés".

Côté ougandais, des chauffeurs de camion ont rapporté des retards dans la matinée en raison de procédures, mais pas de blocages.
Présent sur place, le commissaire ougandais à l'Immigration Marcelino Besigye a déclaré à l'AFP qu'il a été "convenu avec nos homologues rwandais que la priorité est donnée aux camions de frêt". "En raison du Covid-19, les voyages de non-résidents ne sont pas encouragés", comme c'est le cas "à toutes les frontières conformément aux protocoles sanitaires Covid-19 en Afrique de l'Est" , a-t-il ajouté.

- "Moment historique" -  
Peu après minuit dans la nuit de dimanche à lundi, un chauffeur ougandais, Wasswa Ndugu Fabrison, ne cachait pas sa joie d'avoir pu traverser depuis le Rwanda vers son pays d'origine. "C'est un moment historique pour nos pays frères ! Je suis tellement excité que ça se produise", lançait-il.
Le Rwanda avait brusquement fermé sa frontière avec son voisin du Nord en février 2019, coupant une importante route commerciale, dans un contexte de vives tensions politiques entre Kigali et Kampala.
Kigali accusait l'Ouganda d'enlever ses ressortissants et de soutenir des rebelles cherchant à renverser M. Kagame.
Kampala a accusé pour sa part le Rwanda d'espionnage et d'avoir tué deux hommes lors d'une incursion sur son territoire en mai 2019, ce que Kigali a contesté.
Paul Kagame et Yoweri Museveni ont été de proches alliés durant les années 1980-1990, dans la conquête du pouvoir dans leurs pays respectifs, avant de devenir de farouches rivaux.

La réouverture de la frontière terrestre devrait permettre le retour des produits ougandais sur le marché rwandais.
En 2018, les exportations ougandaises vers le Rwanda - notamment de ciment et denrées alimentaires - représentaient plus de 211 millions de dollars (188 millions d'euros), selon la Banque mondiale. Le Rwanda exportait, lui, pour 13 millions de dollars (11,5 millions d'euros) de marchandises vers l'Ouganda.
Ces chiffres avaient chuté à partir de 2019, aggravés encore par la crise du Covid-19.
AFP et ACTUALITE.CD


"Kagamé égal à lui-même - 14/02/2022
= https://www.forumdesas.net/2022/02/kagame-egal-a-lui-meme/
Question à un franc… rwandais symbolique: y a-t-il vraiment matière à jouer les vierges effarouchées à la suite des propos de Paul Kagamé sur la RDC ? La réponse est tout simplement non. Il y a, au contraire, de quoi être étonné de l’étonnement des Congolais tant la dialectique négationniste du Président rwandais est d’une constance implacable.

Au mépris des évidences, Kigali n’a jamais reconnu la moindre responsabilité dans la tragédie congolaise. Même le très documenté Rapport Mapping n’a pas fait changer d’un iota la religion de Paul Kagamé. En écho à la « bonne nouvelle » de son Président, l’ambassadeur du Rwanda à Kinshasa récite et répercute avec talent la doxa de Kigali. Là non plus, rien de surprenant. Tel est son job. Il est payé pour ça. C’est, somme toute, trivialement normal.
Là où le bât blesse, c’est que les autorités rd congolaises n’ont pas l’air de se formaliser de la position du Rwanda officiel. Une position dénuée du moindre « mea culpa » qui, naturellement , heurte la conscience nationale. S’il est dans l’intérêt stratégique du pouvoir rwandais de passer par pertes et profits la violation de l’intégrité territoriale de la RDC avec force massacres et destructions  -Mwenga, Makobola, Kasika, Kamituga, Kisangani…-, tel n’est pas le cas pour  Kinshasa. La RDC est, au contraire, en droit de créer un rapport de force pour que justice soit faite aux millions de Congolais.

Ce n’est sans doute pas en multipliant des salamalecs diplomatiques… sans contrepartie que les dirigeants rd congolais arriveront à solder les comptes avec Kigali. Ce n’est pas non plus en empruntant maladroitement  des raccourcis historiques sur les réconciliations entre pays que l’on parviendra à légitimer le rabibochage avec le Rwanda légal.
Certes, on ne saurait choisir ses voisins. Il est vrai qu’on ne pouvait attendre Napoléon pour soutenir que  la politique d’un État est dans sa géographie. Ces considérations historiques et géographiques n’ont de sens que là où s’installe la paix des braves. Celle qui honore les nations autrefois en conflits.
Pas la peine d’avoir un parchemin en géopolitique pour savoir que l’on est à mille lieues de ce cas de figure dans les rapports entre la RDC et le Rwanda. Car, adossé aux puissances qui œuvrent -sale besogne-  depuis un quart de siècle à l’émasculation de la RDC afin de continuer à exploiter les ressources naturelles, Paul Kagamé n’a pas esquissé la moindre concession à ses « frères » rd congolais.

Pire, il n’a que faire d’indignations, de colères et même de pleurs des Congolais. Lui qui utilise la donne FDLR dans les Kivu comme fonds de commerce, rente de situation ou encore assurance -longévité au pouvoir. A partir de là, droit dans ses bottes, le Général-président  estime être dans son bon droit de marcher sur le droit international au nom d’un « droit d’ingérence » dont lui seul connait les contours.
Avec la dernière saillie du chef de l’Etat rwandais, il est plus que temps que le Pouvoir congolais évalue son rapprochement avec le Rwanda. D’ores et déjà, difficile d’affirmer que cette « ostpolitik » déclinée par Fatshi  rime avec realpolitik.


"L’attentat du 6 avril 1994. Pistes pour une enquête en souffrance. - Jacques Morel, Georges Kapler
7 avril 2010

= http://jacques.morel67.free.fr/attentat-enquete.pdf


"Génocide silencieux à l'Est du Congo - 2 novembre 2016
= https://wp.unil.ch/aessp/files/2016/11/Congo_ART.pdf



"URGENT: PAUL KAGAME PROMET DE MARCHER SUR LA RDC, VOICI CE QU'IL DIT - 10 févr. 2022"


"PAUL KAGAME ALINGI NINI NA EST YA RDC ? - 10 févr. 2022"


"HK TODAY 11.02: VOICI LA REPONSE DE TSHISEKEDI A PAUL KAGAME SUITE A SES MENACES"





"MARCHE YA GARDE RÉPUBLICAINE EPESI POLÉMIQUE - 12 févr. 2022"




Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

 LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?   Empty Re: LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?

Message  ndonzwau 2/3/2022, 10:50 pm

BRUITS DE BROUILLE ENTRE TSHISEKEDI ET KAGAME !?

Le chemin des relations entre le Congo et le Rwanda depuis un quart de siècle est pavé d'intentions et d'actes hypocrites et contradictoires. C'est d'abord décoder que le génocide rwandais de 1994 a fortement imprimé l'agenda du Rwanda de Kagame comme ce dernier a exporté dans notre pays à notre grand détriment son conflit ethnique interne séculaire. Après l'entrée en 1996-97 de l'Afdl ougando-rwandaise avec son conglomérat de Zaïro-Congolais et l'assassinat en janvier 2001 de LDK, s'est installé dans notre pays un pouvoir cheval de Troie du Rwanda.

Ce dernier a instauré tant bien que mal une relation hypocrite entre le Congo et le Rwanda, il assurait ses avances sans jamais trop en faire, sans le dire dans le pur esprit du mensonge atavique rwandais, l'ubwenge. Les 18 ans au pouvoir de 'JK' qui l'incarnait commencés par des épisodes sanglants et des procédures d'un dialogue entre Congolais biaisé sous les diktats des puissances occidentales laisseront dans nos chaînes de commandement civiles et militaires une infiltration planifiée venue des pays voisins. Elle subsiste aujourd'hui avec la présence au sein de notre État des personnalités à loyauté double qui braquent notre gouvernance...

En janvier 2019 après des élections retardées et fabriquées, un passage du pouvoir civilisé a vu l'installation à la tête du pays de Tshisekedi. Je ne sais si ses conditions frauduleuses de nomination plutôt que d'élection y sont pour quelque chose, est-il que le président Tshisekedi a initié au grand dam des Congolais des relations amicales avec son "frère" Kagame. Plus naïf et ignorant de notre histoire récente plutôt qu'avisé il est allé jusqu'à vendre gratis nos minerais et notre souveraineté à un ennemi qui n'a jamais reconnu ses crimes physiques, économiques et territoriaux commis au Congo à celui qui se trouve être un voisin ennemi plutôt que frère...

Ces dernières semaines Tshisekedi a permis des opérations militaires conjointes avec les troupes ougandaises pour contrer les ADF dans le Nord Est de notre pays coupables depuis 2014 des massacres incessants. C'est l'occasion de la mise à jour d'un conflit quasi ouvert Tshisekedi - Kagame qui n'a  pas hésité de menacer d'entrer de force pour défendre dit-il ses plates-bandes
.
Face à ces menaces, le président Tshisekedi a eu le courage de répliquer par des piques éloquentes envers Kagame : au décours de la conférence diplomatique tenue à Kinshasa, du 26 au 28 février 2022, Félix Tshisekedi a lancé des piques à l’endroit de Kagame fustigeant le comportement de certains pays de la région qui génèrent des tensions avec leurs voisins. Il a même dit "qu'il est irréaliste et improductif, voire suicidaire, pour un pays de notre sous-région de penser qu’il tirerait toujours des dividendes en le faisant" Voilà le début  d'une brouille entre Kinshasa et Kigali, après la belle amitié affichée les premières mois au pouvoir de Tshisekedi, sa réconciliation voulue sincère n'a pas été récompensée et Tshisekedi reconnait enfin que Kagame abuse de sa bonne volonté en le soumettant à des pressions inamicales. Attendons la suite...



"Relations RDC-Rwanda: s’achemine-t-on vers la rupture? - Patrick Mbeko - 01.03.2022
= https://fr.sputniknews.com/20220301/relations-rdc-rwanda-sachemine-t-on-vers-la-rupture-1055436430.html
Lors de la douzième conférence diplomatique qui s’est déroulée à Kinshasa, du 26 au 28 février 2022, Félix Tshisekedi a lancé des piques à l’endroit du Rwanda, qui ne sont pas passées inaperçues. Les propos du Président congolais en disent long sur les rapports de plus en plus tendus entre Kigali et Kinshasa.

S’achemine-t-on vers un raidissement des relations entre la République démocratique du Congo (RDC) et le Rwanda?
S’il est encore trop tôt pour le dire, reste que les propos tenus par le Président congolais, Félix Tshisekedi, lors de la douzième conférence diplomatique qui s’est déroulée à Kinshasa du 26 au 28 février 2022, le laissent penser. Durant cet événement auquel ont pris part plusieurs ambassadeurs congolais et chefs des missions diplomatiques étrangères, Tshisekedi a abordé la question sécuritaire dans la région des Grands Lacs, fustigeant le comportement de certains pays de la région qui génèrent des tensions avec leurs voisins. "Il est un devoir sacré de chaque État de notre sous-région d’éviter tout acte générateur de tensions et de conflits avec les autres ou, à tout le moins, d’en minimiser le risque", a-t-il déclaré, avant d’ajouter: "En tout cas, il est irréaliste et improductif, voire suicidaire, pour un pays de notre sous-région de penser qu’il tirerait toujours des dividendes en entretenant des conflits ou des tensions avec ses voisins".
ACTUALITE.CD
@actualitecd
Félix Tshisekedi : « il est irréaliste et improductif, voire suicidaire pour un pays de notre sous-région de penser qu'il tirerait toujours des dividendes en entretenant des conflits ou des tensions avec ses voisins »

 LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?   8JwKjC39?format=jpg&name=small
actualite.cd
Félix Tshisekedi : « il est irréaliste et improductif, voire suicidaire pour un pays de notre...
Le président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo a, à l’ouverture de la 12ème conférence diplomatique samedi dernier à Kinshasa, fustigé le comportement des pays voisins de la RDC qui servent d’a
12:14 PM · 28 févr. 2022
Bien qu’il n’ait nommé explicitement aucun pays, l’allusion au Rwanda, qui entretient des relations assez acrimonieuses avec la plupart de ses voisins, ne fait pas de doute.

Tensions avec le voisin rwandais
Il faut dire que les relations entre la RDC et le Rwanda, qui se sont renforcées depuis l’arrivée au pouvoir de Félix Tshisekedi, ne semblent plus être au beau fixe. En cause: les opérations conjointes menées par les armées congolaise et ougandaise dans la province de l’Ituri, dans l’est de la RDC, pour traquer la milice ougandaise des Forces démocratiques alliées (ADF) qui opère dans cette région.
Le Président rwandais Paul Kagame n’a pas digéré que Félix Tshisekedi ait autorisé ces opérations sans lui en faire part. Lui, dont les relations avec le Président ougandais Yoweri Museveni sont empreintes de méfiance en dépit de quelques signes de normalisation observés ces dernières semaines, et qui considère la partie orientale de la RDC comme sa zone d’influence. Dans un discours d’une cinquantaine de minutes tenu devant le parlement rwandais, il y a trois semaines, Kagame avait tenu des propos qui ont surpris plus d’un observateur en RDC en raison du ton particulièrement menaçant employé...

 LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?   1055360468_0:410:3073:1639_1920x0_80_0_0_5c47ac246b64147a01fd53c86d0d90d8.jpg
Opération militaire russe en Ukraine
Comment l'opération spéciale en Ukraine renforce-t-elle "le succès africain" de la Russie?
25 Février, 12:40

Entre deux feux
En outre, Tshisekedi s’est retrouvé au centre d’une rivalité qui ne dit pas son nom entre Museveni et Kagame. Depuis sa prise de fonction, il a tout fait pour les réconcilier, sans grand succès. Écartelé entre deux voisins se disputant la partie orientale de son pays, le numéro un congolais s’est résolu à ménager les susceptibilités de ses homologues, en répondant favorablement à leurs requêtes tant sur le plan économique qu’en matière de sécurité — la RDC hébergeant dans sa partie orientale des groupes armés que les régimes du Rwanda et de l’Ouganda prétendent vouloir neutraliser.
Mais toutes ces "concessions" ont été balayées d’un revers de la main par le Rwanda à partir du moment où la RDC a invité sur son territoire l’armée de son meilleur "ennemi". Pour montrer son mécontentement, Paul Kagame a boycotté le 10e sommet de l’évaluation de l’accord-cadre d’Addis-Abeba qui s’est déroulé le 24 février dernier à Kinshasa et auquel plusieurs chefs d’État de la région et des diplomates de haut rang ont pris part. Il a préféré se faire représenter par son Premier ministre...
Une attitude qui déçoit Kinshasa où l’on a pourtant cessé de vanter les bonnes relations avec Kigali et qui permet de comprendre la sortie de Félix Tshisekedi lors de la douzième conférence diplomatique qui vient de s’achever dans la capitale congolaise. Selon l’expert militaire Jean-Jacques Wondo, cette sortie est aussi l’expression d’une accumulation de frustrations d’un Félix Tshisekedi mis sous pression par ses voisins et les événements du moment dans la sous-région.

"Je lis l’expression d’un Président mis sous pression par Museveni après la rencontre de Brazzaville [un sommet quadripartite qui s'est tenu à la mi-février, ndlr] boudée par Kigali et probablement frustré par l’absence de Kagame au sommet sur l’accord-cadre d’Addis-Abeba à Kinshasa, où il s’est fait représenter par le Premier ministre rwandais [personnalité sans aucune influence politique et diplomatique, ndlr]", souligne-t-il à Sputnik.

Pour Jean-Jacques Wondo, la conférence diplomatique a été l’occasion pour Félix Tshisekedi de répondre à son homologue rwandais qui n’a cessé de multiplier des propos discourtois à l’égard de sa gouvernance: "Les récentes sorties médiatiques de Kagame à propos de la gouvernance sécuritaire du régime congolais avaient un caractère moqueur et humiliant à l’égard de Tshisekedi", a-t-il fait remarquer, avant d’ajouter: "Ce dernier a probablement utilisé l’occasion de sa rencontre avec les diplomates pour répliquer".

 LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?   1045664050_0:0:3073:1230_1920x0_80_0_0_c6aece3d4f033e5c36b925e9eb5b9a9f.jpg
Enquête sur l’attentat du 6 avril 1994: un non-lieu qui conforte le nouvel axe Paris-Kigali
17 Février, 21:26

Cette réponse du berger à la bergère, qui s’apparente à une forme de lassitude frôlant les frontières du ras-le-bol, marque-t-elle un tournant dans les relations entre la RDC et le Rwanda?
Jean-Jacques Wondo se permet d’en douter. Selon lui, Félix Tshisekedi n’oserait pas aller en confrontation avec Paul Kagame. Il fait observer qu’au moment où le Président congolais lançait des piques à l’endroit de son homologue rwandais, une forte délégation de militaires congolais de très haut niveau se trouvait discrètement à Kigali. Parmi ces "visiteurs du soir", il y avait les généraux Constant Ndima, gouverneur militaire du Nord-Kivu, et Michel Mandiangu Mbala, qui est à la tête des renseignements militaires. Les raisons de leur présence à Kigali sont aussi floues que le brouillard du matin qui envahit les collines du Nord-Kivu...


"Eco News : « Kinshasa – Kigali : une rupture est annoncée » - 07/03/2022  
= https://www.radiookapi.net/2022/03/07/actualite/revue-de-presse/eco-news-kinshasa-kigali-une-rupture-est-annoncee
Revue de presse du lundi 7 mars 2022.

Entre Kinshasa et Kigali, la belle amitié affichée aux premières années de Félix Tshisekedi s’est émoussée. Les deux capitales se détestent et n’entretiennent plus de bons rapports. C’est l’un des sujets que la presse congolaise aborde lundi 7 mars 2022. Elle s’intéresse aussi aux questions de l’accord entre Dan Gertler et le gouvernement, la question de la suppression des barrières illégales et l’expo Dubaï 2022.

Commentant l’information sur la relation entre la République démocratique du Congo et le Rwanda, Eco News fait échos de la résurgence des rebelles du M23, « qui a donc attisé le feu, poussant Kinshasa à se montrer un peu méfiant vis-à-vis de Kigali. »
Certes, la rupture n’est pas encore consacrée. Mais, chaque jour qui passe le président rwandais Paul Kagame s’éloigne de plus en plus de son homologue congolais Félix Tshisekedi. A Kinshasa, on ne se fait plus d’illusion, conjuguant déjà Paul Kagame au passé.
Récemment, à l’ouverture à Kinshasa de la conférence diplomatique, Félix Tshisekedi, s’est adressé malignement à Paul Kagame : « Il est irréaliste et improductif, voire suicidaire pour un pays de notre Sous-Région de penser qu’il tirerait toujours des dividendes en entretenant des conflits ou des tensions avec ses voisins ». Un message directement destiné à Kigali, suppute le journal qui pense déjà qu’entre Kinshasa et Kigali, « une rupture est en téléchargement. »...


"RDC-RWANDA : historique d'une diplomatie délicate
= https://heshimardc.net/v1/2020/10/22/rdc-rwanda-historique-dune-diplomatie-delicate/


" Entre le Rwanda et la RDC, un rapprochement assumé malgré rancœurs et crispations - 19 février 2020
= https://www.jeuneafrique.com/mag/896596/politique/entre-le-rwanda-et-la-rdc-un-rapprochement-assume-malgre-rancoeurs-et-crispations/
"Vidéo] « Construire des ponts, pas des murs » : retour sur la rencontre Tshisekedi-Kagame lors du Africa CEO Forum - 26 mars 2019
= https://www.jeuneafrique.com/754331/politique/video-tshisekedi-kagame-suivez-en-direct-leur-rencontre-lors-du-africa-ceo-forum/
"Rdc-Rwanda : une réconciliation sincère ? - 02.07.2021
= https://www.dw.com/fr/rdc-rwanda-une-r%C3%A9conciliation-sinc%C3%A8re/av-58128103
"Rwanda/RD-Congo, une autre forme de négationnisme ? - 12/05/2021
= https://www.la-croix.com/Debats/Rwanda-RD-Congo-autre-forme-negationnisme-2021-05-12-1201155439
" Mortelle stratégie - 13/04/2021  
= https://www.la-croix.com/Debats/Mortelle-strategie-2021-04-13-1201150645
Chronique. Alexis Jenni revient sur le rapport Duclert, qui révèle les mécanismes et les péripéties de l’aveuglement de la France face au génocide au Rwanda

"Revue de presse Afrique
À la Une: le rapprochement entre la RDC et le Rwanda - 29/06/2021

= https://www.rfi.fr/fr/podcasts/revue-de-presse-afrique/20210629-%C3%A0-la-une-le-rapprochement-entre-la-rdc-et-le-rwanda
"Coopération bilatérale RDC-Rwanda : signature de trois accords portant notamment sur la protection des investissements et l’exploitation de l’Or - 26 juin 2021
= https://actualite.cd/index.php/2021/06/26/cooperation-bilaterale-rdc-rwanda-signature-de-trois-accords-portant-notamment-sur-la
" Or : la RDC et le Rwanda signent un accord sur l’exploitation minière - 27 juin 2021
= https://www.jeuneafrique.com/1194739/economie/kinshasa-et-kigali-signent-des-accords-commerciaux-notamment-sur-lexploitation-de-lor/
"Tribune de Thierry Monsenepwo : « Faire d’un adversaire d’hier un partenaire de développement aujourd’hui est une haute stratégie de convergence vers une paix durable » - 28 juin, 2021
= https://cas-info.ca/2021/06/tribune-de-thierry-monsenepwo-sur-les-accords-entre-la-rdc-et-le-rwanda-faire-dun-adversaire-dhier-un-partenaire-de-developpement-aujourdhui-est-une-haute-strategie-de-c/
"RDC : Kagame, l'indispensable partenaire ?
= http://afrikarabia.com/wordpress/rdc-kagame-lindispensable-partenaire/

"Comment les relations RDC-RWANDA sont revenues au beau fixe ?. “Félix Tshisekedi, un vrai diplomate dixit Papy Ilunga wa Ilunga. - 7 août 2019
= https://legrandcongo.com/comment-les-relations-rdc-rwanda-sont-revenues-au-beau-fixe-felix-tshisekedi-un-vrai-diplomate-dixit-papy-ilunga-wa-ilunga/
"« Les relations entre la RDC et le Rwanda sont au beau fixe »(Karega) - 11/12/2021
= http://mobile.topcongo.fm/article/les-relations-entre-la-rdc-et-le-rwanda-sont-au-beau-fixekarega-8697
"Kigali et Kinshasa engagés à améliorer leurs relations de coopération - 22 Janvier 2021
= http://www.faapa.info/blog/kigali-et-kinshasa-engages-a-ameliorer-leurs-relations-de-cooperation/

"Rwanda/RDC : les relations se réchauffent de plus en plus - 28 juin 2021  
= https://afrimag.net/rwanda-rdc-relations-rechauffent/
= https://www.kronobase.org/chronologie-categorie-Relations+Congo+%28RDC%29-Rwanda.html
"RDC-Rwanda: que pensent les habitants de Goma de l'appel de Kagame à «vivre ensemble»? - 28/06/2021
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210628-rdc-rwanda-que-pensent-les-habitants-de-goma-de-l-appel-de-kagame-%C3%A0-vivre-ensemble
"Paul Kagame : « Quiconque nous souhaite la guerre, nous la lui donnons » -  10 février 2022,  
= https://lejournaldelafrique.com/lafrique-daujourdhui/paul-kagame-quiconque-nous-souhaite-la-guerre-nous-la-lui-donnons/
"Relation RDC-Rwanda : "Nous avons perdu tant d'années à vivre en se regardant en chiens de faïence, maintenant ça suffit", (Tshisekedi) - 26-06-2021
= https://www.7sur7.cd/2021/06/26/relation-rdc-rwanda-nous-avons-perdu-tant-dannees-vivre-en-se-regardant-en-chiens-de
"RDC-Rwanda : Tshisekedi et Kagame s’entendent pour réguler l’exploitation illicite dans le secteur de l’or et instaurer la paix - 28/06/2021
= https://deskeco.com/2021/06/28/rdc-rwanda-tshisekedi-et-kagame-sentendent-pour-reguler-lexploitation-illicite-dans-le-secteur-de
"RDC – Rwanda : une relation décomplexée ? - 26 juin 2021
= https://www.afrik.com/rdc-rwanda-une-relation-decomplexee
"RDC/RWANDA - 29 juin 2021
= https://lepays.bf/rdc-rwanda/


"Des propos du président rwandais suscitent l’indignation en RDC - 19 mai 2021  
= https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/05/19/indignation-en-rdc-apres-des-propos-du-president-rwandais_6080689_3212.html
Intervenant sur RFI et France 24, Paul Kagame a affirmé qu’« il n’y a pas eu de crime, absolument pas » il y a plus de vingt ans, dans l’est de la République démocratique du Congo
"Les relations entre la RDC et le Rwanda - 06/12/2014  
= https://www.huffpost.com/archive/qc/entry/les-relations-entre-la-rd_n_5488006
"Francophonie : que cache l'intérêt du Rwanda ? - 24 mai 2018
= https://information.tv5monde.com/afrique/francophonie-que-cache-l-interet-du-rwanda-239185
"RDC - Rwanda, la difficile réconciliation - 09 avril 2019
https://www.vaticannews.va/fr/monde/news/2019-04/rdc-rwanda-la-difficile-reconciliation.html
Après vingt-cinq ans de méfiance, d’hostilité réciproque, et plusieurs conflits par groupes armés interposés, les deux voisins semblent vouloir tourner la page.

" Le Rwanda et la République démocratique du Congo
David et Goliath dans les Grands Lacs -  2014

= https://www.cairn.info/revue-internationale-et-strategique-2014-3-page-32.htm

"Rwanda : déstabiliser le Congo pour mieux le piller - 25 janvier 2022
= https://lvsl.fr/rwanda-destabiliser-le-congo-pour-mieux-le-piller/


Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

 LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?   Empty Re: LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?

Message  ndonzwau 17/4/2022, 1:08 pm

LE RWANDA ACCEPTE D4ACCUEILLIR SUR SON SOL LES DEMANDEURS D'ASILE BRITANNIQUES. LES DIFFÉRENTES LÉGISLATIONS A CET EFFET SONT ASSEZ FLUIDES POUR L'AUTORISER MAIS SE POSE LA QUESTION POURQUOI LE RWANDA ACCEPTE CETTE PROPOSITION ? POUR SON IMAGE ET POUR LES DIVIDENDES FINANCIERS QU'IL EN TIRE SANS DOUTE,  N’EMPÊCHE QUE LE RWANDA EST PETIT, SURPEUPLÉ ET LE RESPECT DES DROITS DE L'HOMME Y EST A GÉOMÉTRIE VARIABLE. DERRIÈRE, LA QUESTION POUR  LE CONGO QU'IL SOUS-TRAITE DE VOIR UNE PARTIE DE SES MIGRANTS Y ÊTRE DÉVERSÉS. L’ÉTAT CONGOLAIS EN EST-IL CONSCIENT, A-T-IL ÉTÉ CONSULTE OU PAS ?

A noter que si le PM britannique justifie tant bien que mal cette décision, au  Royaume Uni, au Rwanda comme à l'international jusqu'à l'Onu, beaucoup des réactions s'opposent à cette initiative. Curieusement en Afrique, États et observateurs réagissent très peu à cette initiative, sauf à signaler que le Ghana avait rejeté cette offre. Tel que parti cette initiative a toutes les chances de se matérialiser. C'est vrai c'est d'abord l'affaire du Rwanda et de la Grande Bretagne mais le Rwanda en tant que voisin du Congo et par son expansionnisme avéré vers notre pays, c'est aussi quelque part une décision qui touche le Congo, les autorités Congolaises seraient mieux avisées d'en savoir davantage faute de s'exprimer publiquement. A bon entendeur............



"Boris Johnson annonce avoir signé un accord avec Kigali pour envoyer des demandeurs d’asile au Rwanda - 14 avril 2022  
= https://www.lemonde.fr/international/article/2022/04/14/londres-a-signe-un-accord-avec-kigali-pour-envoyer-des-demandeurs-d-asile-au-rwanda_6122208_3210.html
 LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?   5b09098_fp101-britain-politics-0414-11
Le premier ministre britannique, Boris Johnson, à l’aéroport de Lydd, dans le Kent, le 14 avril 2022. POOL / REUTERS  

Le premier ministre britannique, Boris Johnson, a décidé de durcir la politique migratoire du Royaume-Uni, en prenant une décision pour le moins controversée. Le Royaume-Uni a annoncé, jeudi 14 avril, avoir pour projet d’envoyer au Rwanda des demandeurs d’asile arrivés illégalement, espérant ainsi dissuader les traversées clandestines de la Manche, qui sont en pleine augmentation.
Ce projet, susceptible de s’appliquer à toutes les personnes entrées illégalement sur le territoire, d’où qu’elles viennent (Iran, Syrie, Erythrée…), a suscité des réactions scandalisées. Des organisations de défense des droits humains ont dénoncé son « inhumanité ». L’opposition a jugé que le premier ministre tentait de détourner l’attention après l’amende qu’il a reçue pour une fête d’anniversaire en plein confinement. Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a, de son côté, fait part de « sa forte opposition » :

« Les personnes fuyant la guerre, les conflits et les persécutions méritent compassion et empathie. Elles ne devraient pas être échangées comme des marchandises et transférées à l’étranger pour être traitées. »

Un projet chiffré à 144 millions d’euros
Alors que M. Johnson avait promis de contrôler l’immigration, un des sujets-clés dans la campagne du Brexit, le nombre de traversées illégales de la Manche a triplé en 2021, année marquée notamment par la mort de vingt-sept personnes dans un naufrage à la fin de novembre. Londres reproche régulièrement à Paris de ne pas en faire assez pour empêcher les traversées.
« A partir d’aujourd’hui (…), toute personne entrant illégalement au Royaume-Uni ainsi que celles qui sont arrivées illégalement depuis le 1er janvier pourront désormais être transférées au Rwanda », a annoncé le dirigeant conservateur dans un discours dans le Kent (sud-est de l’Angleterre). Le Rwanda pourra accueillir « des dizaines de milliers de personnes dans les années à venir », a-t-il ajouté, décrivant ce pays d’Afrique de l’Est comme l’un des « plus sûrs du monde, mondialement reconnu pour son bilan d’accueil et d’intégration des migrants ».
Lire aussi : Londres-Kigali : Boris Johnson dévoie le droit d’asile  
En vertu de l’accord annoncé jeudi, Londres financera dans un premier temps le dispositif à hauteur de 144 millions d’euros. Le gouvernement rwandais a précisé qu’il proposerait la possibilité « de s’installer de manière permanente au Rwanda [à ces personnes si elles] le souhaitent ».
Désireux de regagner en popularité avant des élections locales le mois prochain, M. Johnson et son gouvernement cherchent depuis des mois à conclure des accords avec des pays tiers où envoyer les clandestins en attendant de traiter leur dossier.

Le contrôle de la Manche confié à la marine
« Notre compassion est peut-être infinie, mais notre capacité à aider des gens ne l’est pas », a déclaré M. Johnson, qui anticipe des recours en justice contre le dispositif. « Ceux qui essaient de couper la file d’attente ou d’abuser de notre système n’auront pas de voie automatique pour s’installer dans notre pays mais seront renvoyés de manière rapide et humaine dans un pays tiers sûr ou leur pays d’origine », a-t-il ajouté.
Les migrants arrivant au Royaume-Uni ne seront plus hébergés dans des hôtels, mais dans des centres d’accueil, à l’image de ceux qui existent en Grèce, avec un premier centre « ouvrant bientôt », a annoncé M. Johnson.
Dans le cadre de ce plan, qui vient compléter une vaste loi sur l’immigration actuellement au Parlement et déjà critiqué par l’Organisation des Nations unies (ONU), le gouvernement confie dès jeudi le contrôle des traversées illégales de la Manche à la marine, équipée de matériel supplémentaire. En revanche, il a renoncé à son projet de repousser les embarcations entrant dans les eaux britanniques, mesure décriée côté français.

Les ONG scandalisées
En envoyant des demandeurs d’asile à plus de 6 000 kilomètres du Royaume-Uni, Londres veut décourager les candidats à l’immigration, toujours plus nombreux : 28 500 personnes ont effectué ces périlleuses traversées en 2021, contre 8 466 en 2020, selon des chiffres du ministère de l’intérieur.
Amnesty International a critiqué « une idée scandaleusement mal conçue » qui « fera souffrir tout en gaspillant d’énormes sommes d’argent public », soulignant aussi le « bilan lamentable en matière de droits humains » du Rwanda.
Daniel Sohege, directeur de l’organisation de défense des droits humains Stand For All, a déclaré à l’Agence France-Presse que l’initiative du gouvernement était « inhumaine, irréalisable et très coûteuse », recommandant plutôt d’ouvrir des voies d’entrée au Royaume-Uni « plus sûres » car celles qui existent sont « très limitées ».
Le Monde avec AFP


"Londres a signé un accord pour envoyer ses demandeurs d’asile au Rwanda, l’ONU s’y oppose - 14 avril 2022.
= https://www.leparisien.fr/international/londres-a-signe-un-accord-pour-envoyer-les-demandeurs-dasile-au-rwanda-afin-de-decourager-les-clandestins-14-04-2022-L2WXPYQPP5BLTGXFIDZULN5QII.php
Pour lutter contre les traversées illégales de la Manche, le gouvernement britannique a signé un accord de plusieurs millions d’euros pour envoyer une partie des demandeurs d’asile au Rwanda.

C’est une décision pour le moins controversée. Le Rwanda a annoncé, ce jeudi, avoir signé un accord de plusieurs millions de dollars avec Londres pour accueillir sur son sol des migrants et demandeurs d’asile de diverses nationalités qui seront acheminés depuis le Royaume-Uni.
Ce projet a été dévoilé quelques heures avant un discours de Boris Johnson sur de nouvelles mesures pour lutter contre l’immigration illégale. Il doit notamment annoncer son plan pour « casser les structures des passeurs, intensifier les opérations dans la Manche, poursuivre plus de criminels en justice et mettre fin au commerce barbare de la misère humaine », selon Downing Street. « Je comprends que ces personnes recherchent une vie meilleure (…) et les espoirs d’un nouveau départ. Mais ces espoirs, ces rêves, ont été exploités. Ces passeurs abusent de personnes vulnérables et font de la Manche un cimetière sous-marin », déclarera notamment Boris Johnson, selon ses services.

L’ONU s’est dit « opposée » à l’accord Londres-Kigali sur les demandeurs d’asile ce jeudi soir. Le Haut Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) a fait part jeudi de « sa forte opposition » au projet britannique d’envoyer au Rwanda des demandeurs d’asile arrivés illégalement sur son territoire. « Les personnes fuyant la guerre, les conflits et les persécutions méritent compassion et empathie. Elles ne devraient pas être échangées comme des marchandises et transférées à l’étranger pour être traitées », a déclaré dans un communiqué Gillian Triggs, Haut Commissaire assistante du HCR en charge de la protection internationale.

Un accord à plus de 140 millions d’euros
Alors que le dirigeant conservateur avait promis de contrôler l’immigration, un des sujets clés dans la campagne du Brexit, le nombre de clandestins traversant la Manche a triplé en 2021. Désireux de regagner en popularité et séduire ses électeurs, Boris Johnson et son gouvernement cherchent depuis des mois à conclure des accords avec des pays tiers où envoyer les migrants en attendant de traiter leur dossier. Évoqué, le Ghana a fermement nié en janvier être en discussion avec le Royaume-Uni sur le sujet.

« Le Rwanda se réjouit de ce partenariat avec le Royaume-Uni pour accueillir des demandeurs d’asile et des migrants, et leur offrir des voies légales pour vivre » dans ce pays d’Afrique de l’Est, a déclaré dans un communiqué le ministre rwandais des Affaires étrangères, Vincent Biruta, alors que la ministre de l’Intérieur britannique, Priti Patel, est en visite à Kigali. Londres financera dans un premier temps le dispositif à hauteur de 120 millions de livres sterling (144 millions d’euros).

Politique « scandaleuse », mesure « inhumaine »

Envoyer des demandeurs d’asile à plus de 6 000 kilomètres du Royaume-Uni vise à décourager les candidats au départ vers le Royaume-Uni, toujours plus nombreux : 28 500 personnes ont effectué ces périlleuses traversées en 2021, contre 8 466 en 2020… Et seulement 299 en 2018, selon des chiffres du ministère de l’Intérieur.


À lire aussi«Ça aurait pu être moi» : Jack, migrant de 21 ans, a traversé la Manche quelques jours avant le terrible naufrage


Mais l’accord a suscité des réactions scandalisées. Les organisations de défense des droits de l’homme ont dénoncé une politique « scandaleuse » et « barbare ». De son côté, l’opposition a jugé qu’il s’agissait d’une mesure « inhumaine ». Même dans les rangs conservateurs, les critiques ont fusé, le député Tobias Ellwood estimant sur la BBC qu’il s’agit d’une « énorme tentative de détourner l’attention » des déboires de Boris Johnson dans le « partygate ».


"Le Rwanda signe un accord avec Londres pour accueillir sur son territoire des migrants acheminés du Royaume-Uni - 14 avril 2022
= https://information.tv5monde.com/info/le-rwanda-signe-un-accord-avec-londres-pour-accueillir-sur-son-territoire-des-migrants

 LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?   RWANDA_ACCORD
La ministre britannique de l'Intérieur, Priti Patel, et le ministre rwandais des Affaires étrangères, Vincent Biruta, signent à Kigali un accord permettant d'envoyer au Rwanda les demandeurs d'asile et les migrants qui traversent illégalement la Manche vers le Royaume-Uni. Capture AFPTV

Le Rwanda vient de signer un accord de plusieurs millions de dollars avec Londres pour accueillir sur son sol des migrants et demandeurs d'asile de diverses nationalités acheminés du Royaume-Uni.  Londres délocalise au Rwanda ses demandeurs d'asile. Une pratique contraire à la Convention de Genève pour les réfugiés selon le HCR.
Le Royaume-Uni vient d'annoncer ce jeudi 14 avril un projet controversé d'envoyer au Rwanda des demandeurs d'asile arrivés illégalement.

Le Premier ministre Boris Johnson avait promis de contrôler l'immigration, un des sujets clés dans la campagne du Brexit, le nombre de traversées illégales de la Manche a triplé en 2021, année marquée par la mort de 27 migrants dans un naufrage fin novembre. Londres reproche régulièrement à Paris de ne pas en faire assez pour les empêcher.
Toute personne entrant illégalement au Royaume-Uni pourront désormais être relocalisés au Rwanda.
Boris Johnson, Premier ministre du Royaume-Uni

"À partir d'aujourd'hui (...) toute personne entrant illégalement au Royaume-Uni ainsi que ceux qui sont arrivés illégalement depuis le 1er janvier pourront désormais être relocalisés au Rwanda", vient de déclarer ce jeudi 14 avril le dirigeant conservateur dans un discours dans le Kent (sud-est de l'Angleterre).
Le Rwanda pourra accueillir "des dizaines de milliers de personnes dans les années à venir", a-t-il ajouté, décrivant ce pays d'Afrique de l'Est comme l'un des "plus sûrs au monde, mondialement reconnu pour son bilan d'accueil et d'intégration des migrants."
Ce projet est susceptible de s'appliquer à tous les étrangers entrés illégalement, d'où qu'ils viennent (Iran, Syrie, Érythrée..).

Le Rwanda va toucher 120 millions de livres du Royaume-Uni
"Le Rwanda lui "se réjouit de ce partenariat avec le Royaume-Uni pour accueillir des demandeurs d'asile et des migrants, et leur offrir des voies légales pour vivre" dans ce pays d'Afrique de l'Est", déclare dans un communiqué le ministre rwandais des Affaires étrangères Vincent Biruta.
L'accord avec le Rwanda, est financé par le Royaume-Uni. Kigali va toucher plus de   120 millions de livres (144 millions euros), prévoit que les migrants - dont ni les nationalités ni les conditions d'arrivée ne sont précisées - soient "intégrés dans les communautés à travers le pays", selon le communiqué publié par Kigali.

Le Ghana rejette l'offre britannique
Depuis des mois, Boris Johnson et son gouvernement cherchent à conclure des accords avec des pays tiers où envoyer les migrants en attendant de traiter leur dossier. Le Rwanda et le Ghana avaient été évoqués, mais le Ghana a fermement nié en janvier être en discussion avec le Royaume-Uni sur le sujet.
C'est une idée mal conçue qui fera souffrir tout en gaspillant d'énormes sommes d'argent public. Le bilan du Rwanda est lamentable en matière de droits humains.Amnesty International, ONG de défense des droits humains.
Cette accord suscite des réactions scandalisées, des organisations de défense des droits de l'homme dénonçant son "inhumanité".
Amnesty International  critique pour sa part"une idée scandaleusement mal conçue" qui "fera souffrir tout en gaspillant d'énormes sommes d'argent public", soulignant aussi le "bilan lamentable en matière de droits humains" du Rwanda.
Daniel Sohege, directeur de l'organisation de défense des droits humains Stand For All, a déclaré à l'AFP que l'initiative du gouvernement était "inhumaine, irréalisable et très coûteuse", recommandant plutôt d'ouvrir des voies d'entrée au Royaume-Uni "plus sûres" car celles existant sont "très limitées".



Daniel Sohege  LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?   1f9e1


@stand_for_all


Punchy music aside, there has been nothing announced about new "legal" routes, so that's a nothing statement. It will also increase trafficking, as shown with Israel's similar agreement with Rwanda. They are talking about "forced transportation" and trying to make it look fun.
@ukhomeoffice
Give migrants the chance of a new life.  LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?   2705 Set a new standard on asylum and resettlement. For all the details: http://Gov.uk/government/news/world-first-partnership-to-tackle-global-migration-crisis

Le Parlement britannique est par ailleurs sur le point d'adopter une loi qui pourrait autoriser la création de centres à l'étranger pour expulser les migrants le temps que leur demande soit traitée ou encore autoriser les garde-côtes à repousser hors des eaux britanniques les embarcations de migrants.

Vers une création de centres de rétention à l'étranger ?
Une telle mesure est déjà appliquée par l'Australie avec des îles éloignées du Pacifique, une politique très critiquée.
Selon le Haut Commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR), cette loi, si elle est adoptée, contredirait à la Convention de Genève pour les réfugiés, qu'a signée le Royaume-Uni.


"L'ONU «opposée» à l'envoi de demandeurs d'asile par Londres au Rwanda - 14/04/2022
= https://www.lefigaro.fr/international/l-onu-opposee-a-l-envoi-de-demandeurs-d-asile-par-londres-au-rwanda-202204
Le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés a fait part de «sa forte opposition». Aliaksandr /
La Grande-Bretagne avait pour projet d'envoyer au Rwanda des demandeurs d'asile arrivés illégalement sur son territoire.
Le Royaume-Uni fait face à une opposition massive contre son projet controversé, présenté jeudi 14 avril, d'envoyer au Rwanda les demandeurs d'asile arrivés illégalement sur le sol britannique, espérant dissuader les traversées clandestines de la Manche en pleine augmentation.


Si le Premier ministre Boris Johnson avait promis de contrôler l'immigration, un des sujets clés dans la campagne du Brexit, le nombre de traversées illégales de la Manche a triplé en 2021, année marquée par la mort de 27 migrants dans un naufrage fin novembre. Londres reproche régulièrement à Paris de ne pas en faire assez pour les empêcher. «À partir d'aujourd'hui (...) toute personne entrant illégalement au Royaume-Uni ainsi que ceux qui sont arrivés illégalement depuis le 1er janvier pourront désormais être relocalisés au Rwanda», a annoncé le dirigeant conservateur dans un discours dans le Kent (sud-est de l'Angleterre).

«Une idée scandaleusement mal conçue»
Le Rwanda pourra accueillir «des dizaines de milliers de personnes dans les années à venir», a-t-il ajouté, vantant ce pays d'Afrique de l'Est comme l'un des «plus sûrs au monde, mondialement reconnu pour son bilan d'accueil et d'intégration des migrants». Ce projet, susceptible de s'appliquer à tous les étrangers entrés illégalement, d'où qu'ils viennent (Iran, Syrie, Érythrée...), a suscité des réactions scandalisées et la «forte opposition» de l'ONU. «Les personnes fuyant la guerre, les conflits et les persécutions méritent compassion et empathie. Elles ne devraient pas être échangées comme des marchandises et transférées à l'étranger pour être traitées», a déclaré dans un communiqué Gillian Triggs, Haut Commissaire assistante du HCR en charge de la protection internationale.
Amnesty International a critiqué «une idée scandaleusement mal conçue» et souligné le «bilan lamentable en matière de droits humains» du Rwanda. Daniel Sohege, directeur de l'organisation de défense des droits humains Stand For All, a dénoncé à l'AFP une initiative «inhumaine, irréalisable et très coûteuse», recommandant plutôt d'ouvrir des voies d'entrée au Royaume-Uni «plus sûres», car celles qui existent sont «très limitées». Pour Nadia Hardman, de Human Rights Watch, le dispositif va «compliquer» le processus pour «les réfugiés syriens qui recherchent désespérément un endroit sûr». «Ils arriveront et s'attendront à être traités selon les valeurs fondamentales que le Royaume-Uni dit soutenir, mais à la place, ils seront transférés» à des milliers de kilomètres, a-t-elle dénoncé.

Une idée «absolument ridicule»
L'opposition travailliste à quant à elle accusé Boris Johnson de détourner l'attention après avoir reçu une amende pour une fête d'anniversaire en plein confinement. En envoyant des demandeurs d'asile à plus de 6000 kilomètres de Londres, le gouvernement veut décourager les candidats au départ vers le Royaume-Uni, toujours plus nombreux: 28.500 personnes ont effectué ces périlleuses traversées en 2021, contre 8466 en 2020, selon le ministère de l'Intérieur. À Douvres, les avis sont partagés : «Ils doivent être renvoyés parce que ce n'est pas notre responsabilité», a déclaré à l'AFP Andy, 68 ans, un vétéran de l'armée britannique. Mike Allan, retraité de 73 ans, jugeait lui l'idée «absolument ridicule» et «beaucoup plus coûteuse sur le long terme».
Désireux de regagner en popularité avant des élections locales le mois prochain, Boris Johnson et son gouvernement cherchent depuis des mois à conclure des accords avec des pays tiers où envoyer les migrants en attendant de traiter leur dossier. Une telle mesure est déjà appliquée par l'Australie avec des îles éloignées du Pacifique, une politique très critiquée. En vertu de l'accord annoncé jeudi, Londres financera dans un premier temps le dispositif à hauteur de 120 millions de livres (144 millions d'euros). Le gouvernement rwandais a précisé qu'il proposerait la possibilité «de s'installer de manière permanente au Rwanda s'ils le souhaitent».

«Notre compassion est peut-être infinie mais notre capacité à aider des gens ne l'est pas», a déclaré Boris Johnson, qui anticipe des recours en justice contre le dispositif. Dans le cadre de ce plan qui vient compléter une vaste loi sur l'immigration actuellement au Parlement, le gouvernement a confié dès jeudi le contrôle des traversées illégales de la Manche à la Marine, équipée de matériel supplémentaire. Il a renoncé en revanche à son projet de repousser les embarcations entrant dans les eaux britanniques, mesure décriée notamment côté français.

Migrants : le patron du HCR exprime sa «honte en tant qu'Européen»

"Le projet britannique d’envoyer des demandeurs d’asile au Rwanda est cruel - 14 avril 2022
= https://www.hrw.org/fr/news/2022/04/14/le-projet-britannique-denvoyer-des-demandeurs-dasile-au-rwanda-est-cruel
Le Royaume-Uni continue de bafouer ses obligations envers les demandeurs d’asile...



"Migrants : au Rwanda, l’accord avec Londres fait réagir - 16/04/2022
= https://www.lepoint.fr/afrique/migrants-au-rwanda-l-accord-avec-londres-fait-reagir-16-04-2022-2472366_3826.php
Ce projet, susceptible de s’appliquer à toutes les personnes entrées illégalement sur le territoire, a suscité des réactions scandalisées des organisations de défense des droits humains....

"Rwanda : l'accord avec Londres sur la question migratoire fait réagir l'opposition - 15/04/2022
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20220415-rwanda-l-accord-avec-londres-sur-la-question-migratoire-fait-r%C3%A9agir-l-opposition
Réactions indignées après la signature jeudi 14 avril d’un accord entre le Rwanda et le Royaume-Uni sur la question des migrants. Selon les termes de l’accord, Londres va envoyer une partie de ses demandeurs d’asile – arrivés illégalement sur son territoire – au Rwanda. En contrepartie d’une aide financière, Kigali s’engage à accueillir ces migrants – le temps que leur dossier soient traités - et éventuellement à les insérer dans le pays. Les organisations internationales des droits de l’homme dénoncent cette sous-traitante de la question migratoire. Au Rwanda, cette annonce a également provoqué des réactions.

Pour l’opposition rwandaise, le Royaume-Uni ne doit pas se décharger de ses obligations internationales. « Nous pensons que les pays riches comme la Grande-Bretagne ne doivent pas transférer leur obligation à des pays tiers, comme le Rwanda, juste parce qu’ils ont assez d’argent pour influencer et imposer leur volonté », explique Frank Habineza, président du Parti vert démocratique du Rwanda, qui craint que cette situation provoque des tensions.
« Le Rwanda a déjà une population assez dense, il n’y a déjà pas assez de terre pour tout le monde, il y a déjà des conflits fonciers et une compétition pour les ressources naturelles, assure-t-il. Accueillir des migrants venant de Grande-Bretagne ne fera qu’accentuer encore plus ce problème de terre, va poser des défis aux quotidiens et risque de créer des conflits entre Rwandais et migrants. »
Frank Habineza estime que Kigali devrait surtout se concentrer sur le chômage des jeunes rwandais. « Nous avons déjà nos propres problèmes que nous devons résoudre : la jeunesse, par exemple, qui essaye de survivre sans travail. Le problème du chômage s’est empiré avec l’épidémie de Covid, et envoyer des migrants ici ne va qu’exacerber ce problème. Nous pensons que le Rwanda qui va accueillir le sommet du Commonwealth dans quelques mois a voulu faire plaisir au Royaume-Uni, mais les Rwandais, eux, n’ont rien à gagner de cet accord. »
ernationale directement dans votre boite mail

Même son de cloche du côté du Dalfa-Umurinzi, le parti Développement et Liberté pour tous. Le Rwanda n'a pas les moyens d'accueillir ces migrants, estime sa présidente Victoire Ingabire. « Je condamne les autorités rwandaises, qui acceptent de porter le fardeau et qui ne sont pas en mesure de le porter. On accompagne des réfugiés avec un montant de 120 millions de livres, mais ce n’est pas suffisant. Le Rwanda a ses propres problèmes. »
Tout comme Frank Habineza, elle pointe le problème majeur du chômage dans le pays. « Le Rwanda dit que si certains demandeurs d’asile ne sont pas sélectionnés pour retourner en Grande-Bretagne, il va leur offrir de l’éducation, de l’emploi. Mais ce n’est pas vrai ! Il y a une grande majorité de jeunes rwandais qui ont terminé leurs études et qui sont sans emploi. Vous n’êtes pas en mesure de proposer de l’emploi à vos jeunes et vous proposez d'en donner aux réfugiés ? C’est un mensonge. »
Pour Victoire Ingabire, cet accord ne résoudra rien, ni pour Londres, ni pour Kigali. « Il y a deux, trois ans, Israël avait renvoyé des réfugiés d’Érythrée, d’Éthiopie. Il n’en reste que cinq parmi une centaine qui avaient été envoyés au Rwanda. Les gens arrivent ici avec la promesse qu’on va leur donner du travail et s’ils n’arrivent pas à le trouver, ils repartent et la Grande-Bretagne va se retrouver avec les mêmes individus. Ce n’est pas une solution. »
Au sein des Forces démocratiques unifiées, Pierre Célestin Rwalinda, le secrétaire général du parti, s’interroge : la stratégie d’échanger des migrants contre de l’argent, tel que convenu avec le Royaume-Uni, est-elle conforme aux valeurs du Commonwealth ?
"Des précisions sur l'accord
Avec notre correspondante à Kigali, Laure Broulard
Le Royaume-Uni a annoncé que tout migrant arrivant par une route illégale sur son territoire pourra être automatiquement déporté à Kigali, sans possibilité de retour vers Londres. Pas de précisions sur les critères de sélection des autorités britanniques, mais les personnes concernées pourront faire appel de la décision.
Les Rwandais auront en tout cas leur mot à dire : ils ont déjà annoncé qu’ils refuseraient les mineurs et les personnes avec un casier judiciaire. Le ministre des Affaires étrangères, Vincent Biruta a même précisé que le Rwanda préférait ne pas recevoir de migrants des pays voisins, c’est à dire de la RDC, du Burundi, de l’Ouganda et de la Tanzanie, dans le cadre de cet accord, sans expliquer pourquoi. 130 000 réfugiés issus de la région vivent déjà au Rwanda, principalement dans des camps.
Aux migrants qui arriveront à Kigali et qui décideront d’y rester, le Rwanda promet une régularisation, une intégration dans la société, un logement décent, une mutuelle de santé et même l’accès à des formations professionnelles. Un programme essentiellement financé par le Royaume-Uni. Reste à savoir quand et dans quelles conditions l’accord entrera en application, puisqu’il risque d’être attaqué en justice en Grande Bretagne.


"Le Royaume-Uni veut envoyer ses demandeurs d'asile au Rwanda pour décourager les clandestins -  14/04/2022
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20220414-le-royaume-uni-veut-envoyer-ses-demandeurs-d-asile-au-rwanda-pour-d%C3%A9courager-les-clandestins
"Londres va envoyer des demandeurs d'asile au Rwanda pour décourager les clandestins - 14/04/2022
= https://www.lepoint.fr/monde/londres-va-envoyer-des-demandeurs-d-asile-au-rwanda-pour-decourager-les-clandestins-14-04-2022-2472207_24.php
"Pour décourager les demandeurs d'asile de traverser la Manche, Londres veut les envoyer au Rwanda - 14/04/2022
= https://www.geo.fr/geopolitique/pour-decourager-les-demandeurs-dasile-de-traverser-la-manche-londres-veut-les-envoyer-au-rwanda-209290

"Au Royaume-Uni, réfugiés ukrainiens welcome : les autres, direction le Rwanda ! - 15 avril 2022
= https://www.franceinter.fr/emissions/geopolitique/geopolitique-du-vendredi-15-avril-2022


"Rwanda - Angleterre :  Kigali se réjouit d'un partenariat financé à hauteur de 144 millions d'euros par londres pour accueillir des demandeurs d'asile et des migrants sur son sol - 16/04/2022
= https://www.koaci.com/index.php/article/2022/04/16/rwanda/Soci%C3%A9t%C3%A9/rwanda-angleterre-kigali-se-rejouit-dun-partenariat-finance-a-hauteur-de-144-millions-deuros-par-londres-pour-accueillir-des-demandeurs-dasile-et-des-migrants-sur-son-sol_159316.html
= https://actu-cameroun.com/interational/le-royaume-uni-veut-envoyer-ses-demandeurs-dasile-au-rwanda-pour-decourager-les-clandestins/


"Le Rwanda va-t-il devenir le Guantanamo du Royaume-Uni ? 6 14 avril 2022
= https://lejournaldelafrique.com/le-rwanda-va-t-il-devenir-le-guantanamo-du-royaume-uni/

 LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?   Rwanda-750x375

Londres et Kigali ont signé un accord pour expulser les migrants illégaux de Grande-Bretagne vers le Rwanda, qui devient ainsi le Guantanamo du Premier ministre Boris Johnson.
Le Rwanda sera-t-il la prochaine prison à ciel ouvert de Londres ? Le Royaume-Uni est submergé par les demandes d’asile de citoyens de plusieurs nationalités. En 2021, près de 30 000 personnes ont en effet effectué la traversée de la Manche, entre la France et l’Angleterre. C’est cent fois plus que trois ans plus tôt. De quoi inquiéter les Britanniques, qui avaient décidé de financer, à hauteur de plus de 60 millions d’euros pour les années 2021 et 2022, la France, pour aider cette dernière à s’équiper dans sa « lutte contre l’immigration irrégulière » et renforcer les contrôles aux frontières.
Et alors que Paris et Londres se sont écharpés après un défaut de paiement de la part du Royaume-Uni, en octobre dernier, les autorités britanniques ont opté pour une autre solution. Plus radicale. Le Royaume-Uni vient en effet de signer avec le Rwanda un accord qui prévoit d’envoyer vers Kigali des migrants et demandeurs d’asile ayant réussi à fouler le sol britannique.
Ce jeudi, la ministre anglaise de l’Intérieur, Priti Patel, s’est rendue au Rwanda pour finaliser cet accord. L’objectif est de dissuader au maximum les migrants illégaux de franchir la Manche. Mais l’accord fait grincer des dents, notamment du côté des ONG anglaises qui parlent de l’« inhumanité » de son commanditaire, le Premier ministre Boris Johnson.
Souhaitant tenir ses engagements post-Brexit, parmi lesquels celui de faire baisser le nombre de migrants, Johnson a discuté avec plusieurs pays pouvant accepter sa proposition. Le Ghana aurait, selon la presse britannique, été approché, ce que le pays africain a immédiatement nié. Ce sera finalement le Rwanda de Paul Kagame qui sera le partenaire de Londres dans cette nouvelle politique migratoire.

Un accord contraire à la Convention de Genève pour les réfugiés
Peu scrupuleux en termes de droits humains, le Rwanda a accepté l’offre de Londres pour une somme avoisinant les 144 millions d’euros. Si Kigali « se réjouit de ce partenariat avec le Royaume-Uni pour accueillir des demandeurs d’asile et des migrants, et leur offrir des voies légales pour vivre », selon les mots du ministre rwandais des Affaires étrangères, Vincent Biruta, l’accord a de quoi choquer.
Le Rwanda est, certes, une terre d’accueil. Ces dernières années, il a accueilli plusieurs convois de réfugiés, notamment en provenance de Libye, promettant un accès à l’éducation et à la santé aux exilés. Mais moralement, cela pose un véritable problème en matière de conditions des réfugiés en Europe. « L’Union européenne et le Royaume-Uni sous-traitent la question des migrants pour éviter d’avoir à gérer ces derniers sur leurs territoires », se désole un membre d’une ONG africaine. Et pour inciter les pays africains à devenir les sous-traitants de l’Europe, l’UE finance le bailleur de fonds du Haut-Commissariat aux Réfugiés de l’ONU.
Pour Amnesty International Royaume-Uni, cet accord avec Kigali est un « scandale », synonyme de « barbarie ». L’ONG Refugee Action estime que c’est une façon « inhumaine de traiter les personnes fuyant la persécution et la guerre ». Qu’importe, le Parlement britannique travaille actuellement sur une loi qui permettra à Londres de créer des centres de rétention à l’étranger, alors que ce texte serait contraire à la Convention de Genève pour les réfugiés, pourtant signée par le Royaume-Uni.


"Migration : le Royaume-Uni va donner aux demandeurs d'asile un billet aller-simple pour le Rwanda - 14 avril 2022
= https://www.bbc.com/afrique/monde-61106475

"Réactions en chaîne après l'accord Rwanda-Royaume-Uni sur les migrants - 14/04/2022
= https://fr.africanews.com/2022/04/14/reactions-en-chaine-apres-l-accord-rwanda-royaume-uni-sur-les-migrants//
"Londres et Kigali concluent un accord migratoire controversé 6-14.04.2022
= https://www.dw.com/fr/rwanda-royaume-uni-accord-boris-johnson-demandeurs-dasile-lutte-contre-limmigration-ill%C3%A9gale/a-61480423
"Pourquoi le Royaume-Uni a décidé de confier ses migrants… au Rwanda - 14 avril 2022
= https://golfedesainttropez.maville.com/actu/actudet_-pourquoi-le-royaume-uni-a-decide-de-confier-ses-migrants...-au-rwanda-_54135-5180520_actu.Htm


"Pourquoi les migrants veulent-ils aller en Angleterre ? - 16 décembre 2021
= https://www.1jour1actu.com/monde/pourquoi-les-migrants-veulent-ils-aller-en-angleterre-2
Depuis quelques mois, le nombre de migrants a beaucoup augmenté entre la France et l’Angleterre, dans le sud du Royaume-Uni. Pour atteindre ce territoire, il faut traverser une mer : la Manche. Plusieurs migrants se sont noyés en tentant cette dangereuse traversée. Mais pourquoi veulent-ils aller là-bas ? La réponse en vidéo.

Pourquoi les migrants veulent-ils aller en Angleterre ?
Ils ont fui la misère, parfois la guerre… Ils ont parcouru l’Europe jusqu’à la ville française de Calais. L’espoir de ces milliers de migrants ? Atteindre l’Angleterre et, plus largement, le Royaume-Uni de façon clandestine.

Pourquoi ce pays ?
D’abord parce que beaucoup y ont de la famille, des connaissances. Une aide précieuse quand on arrive, souvent sans même un bagage. Au Royaume-Uni, les migrants pourront aussi parler l’anglais, car c’est la langue étrangère qu’ils connaissent le mieux. Pratique pour communiquer ! Enfin, tous pensent travailler rapidement, car il a longtemps été facile de trouver un petit boulot dans ce pays, même sans autorisation.
Oui, mais voilà : le Royaume-Uni est de moins en moins accueillant pour les migrants. Les lois ont changé. Surtout, traverser la Manche est de plus en plus dangereux. Même s’il n’y a que… 30 kilomètres à franchir ! Les contrôles sont devenus si stricts qu’il n’est presque plus possible d’emprunter le tunnel, cachés dans des camions. Les migrants embarquent alors de nuit dans de fragiles bateaux, au péril de leur vie après avoir payé très cher des passeurs : des malfaiteurs qui profitent de leur situation. Pourtant, rien ne semble arrêter leur espoir de reconstruire leur vie. Depuis 2020, le nombre de migrants qui tentent de traverser la Manche ne cesse d’augmenter.
"Pourquoi les migrants veulent-ils à tout prix rejoindre l'Angleterre ? - 29/07/2015
= https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/pourquoi-les-migrants-veulent-ils-tout-prix-rejoindre-l-angleterre-778993.html
= https://information.tv5monde.com/info/migrants-calais-pourquoi-l-angleterre-tout-prix-45629


"
=



Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

 LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?   Empty Re: LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?

Message  ndonzwau 14/7/2022, 6:00 pm

Il est clair qu'aujourdhui pour des raisons géostratégiques, politiques et même économiques plutôt que sur la vérité absolue du récit rwandais de son génocide, Paris s'est résolu à faire  la paix avec Kigali, les derniers pouvoirs, Sarkozy & Macron semblent avoir été acculés à épouser les versions et les vues de Kagame.

La dernière condamnation d'un ex-préfet rwandaiis qui avait officié pendant le génocide pour complicité de génocide après 25 ans de séjour paisible en France en est une parfaite illustration. Le rapprochement entamé avec Sarkozy (et Koucner) vient d'être consacré sous Macron dans une conjonction favorable de circonstances dont des enquêtes et un rapport Duclerc devenu emblématique mais je ne sais si c'est le vœu de l'opinion nationale française qui y a poussé plutôt que la volonté des pouvoirs français qui y a vu une nécessaire convergence d’intérêts géostratégiques, sécuritaires et économiques en Afrique. Sans conteste  Pour le Zaïro-Congolais que je suis, je regrette ainsi la passerelle européenne accordée ainsi au Rwanda pour atteindre mon pays et ses richesses.

Tant mieux pour la France et le Rwanda mais combien de temps cette faiblesse du Congo sera ainsi exploitée, il viendra qui sait un jour prochain où le Congo se réveillera ; prions qu'il arrive plus tôt que ne laisse penser la situation actuelle ; après tout le Rwanda n'est pas ce paradis éternel sur terre où le lait et le miel continueront à couler ad vitam aeternam...



" Invité Afrique
Génocide des Tutsis: «La condamnation de Bucyibaruta signe un rapprochement entre Paris et Kigali» - 14/07/2022

= https://www.rfi.fr/fr/podcasts/invit%C3%A9-afrique/20220714-g%C3%A9nocide-des-tutsis-la-condamnation-de-bucyibaruta-signe-un-rapprochement-entre-paris-et-kigal
 
Ce croquis d’audience montre Laurent Buciybaruta lors de l’ouverture de son procès, à Paris, le 9 mai 2022. Il est accusé de complicité dans le génocide au Rwanda. :copyright: AFP / BENOIT PEYRUCQ

Plus de 28 ans après le génocide des Tutsis au Rwanda, un ex-préfet rwandais réfugié en France depuis 25 ans a été condamné mardi à 20 ans de réclusion criminelle pour complicité de génocide, par la cour d'assises de Paris. Comment les deux pays en sont arrivés là après des années de brouille ? Où en sont leurs relations ? Réponse avec Paul Simon Handy, directeur du bureau de l'Institut d'études de sécurité d'Addis-Abeba.

RFI : Le procès qui vient de se conclure devant la cour d’assises de Paris concernait cette fois un ex-préfet, Laurent Bucyibaruta. C’est le plus haut responsable rwandais jamais jugé en France pour des crimes liés au génocide des Tutsis en 1994 au Rwanda. Est-ce que cela peut être considéré comme un signe supplémentaire du réchauffement des relations entre Paris et Kigali ?
Paul-Simon Handy : Très certainement, oui. Le procès et surtout la condamnation de monsieur [Laurent] Bucyibaruta est certainement un signe de plus que les relations entre Paris et Kigali se sont réchauffées. Ce réchauffement a commencé il y a quelques années déjà et depuis justement un certain nombre d’années, on a vu Paris laisser se passer des enquêtes et même des instructions judiciaires contre des personnes soupçonnées d’avoir participé au génocide au Rwanda en 1994.
On a l’impression d’assister aujourd’hui à une sorte de lune de miel entre la France et le Rwanda. Qu’est-ce qui a poussé Paul Kagame et Emmanuel Macron à un tel rapprochement ?
Il faut dire que le rapprochement est peut-être consacré sous la présidence [Emmanuel] Macron, mais il avait déjà été entamé par le président français [Nicolas] Sarkozy dans les années 2010. Ce qui les pousse, c’est tout simplement une conjonction de circonstances. Une situation globale, une situation nationale un peu plus prête, mais aussi une convergence d’intérêts au niveau économique et sécuritaire en Afrique qui a convaincu très certainement les deux parties qu’un rapprochement serait dans l’intérêt du Rwanda et de la France.

Des organisations de défense des droits de l’homme accusent Paris d’être devenue atone sur les violations des droits de l’homme au Rwanda. Est-ce que cela est lié, selon vous, à ce rapprochement ?
Si Paris ne se rapproche pas, on accuse Paris de complicité de génocide ; quand Paris se rapproche, on l’accuse de ne pas faire attention aux violations des droits de l’homme. Je pense que oui, le rapprochement de Paris nécessite certainement quelques compromis, et de ce côté, je ne pense pas que la France soit la seule à faire abstraction de certains développements au Rwanda. Le Rwanda a réussi à imposer son style à lui et tous ses partenaires stratégiques acceptent cet état de fait.
Ce rapprochement n’a pas eu apparemment d’incidence sur le fort ancrage anglophone du Rwanda comme on vient de le voir avec le sommet du Commonwealth à Kigali ?
Je ne pense pas que l’objectif du rapprochement était de faire sortir le Rwanda du Commonwealth. Non. Il faut dire que sous la présidence [Paul] Kagame, le Rwanda post-génocide a été dirigé par une classe de personnes qui étaient anglophones. Donc, le rapprochement à mon avis avait plus pour but d’ailleurs d’arrêter peut-être la perte de l’influence française et francophone au Rwanda que plutôt de l’empêcher de s’ancrer dans l’espace anglophone.
Au-delà de l’aspect mémoriel et diplomatique, on constate un début de reprise de la coopération, notamment sur le plan militaire avec la récente visite du chef d’état-major de l’armée rwandaise à Paris, le général Jean Bosco Kazura au mois de mars. Peut-on parler aujourd’hui d’une sorte de convergence d’intérêts stratégiques entre Paris et Kigali ?
Tout à fait. Je pense que les obstacles mémoriels étant enlevés, rien ne s’oppose plus à un approfondissement des relations diplomatiques, économiques, aussi en matière de sécurité et de défense lorsque stratégiquement les intérêts convergent. Étant donné que les deux pays, le Rwanda comme la France, sont en pleine phase de réorientation de leur engagement stratégique en Afrique. S’appuyer sur un partenaire comme le Rwanda, un partenaire avec une vraie vision panafricain, avec une vraie volonté d’apporter des solutions africaines aux problèmes du continent, la France fait certainement un choix stratégique qui peut s’avérer payant à moyen et à long terme.




"Génocide des Tutsi au Rwanda : réactions après la condamnation de Laurent Bucyibaruta -13 juil 2022
= https://information.tv5monde.com/video/genocide-des-tutsi-au-rwanda-reactions-apres-la-condamnation-de-laurent-bucyibaruta


"Génocide au Rwanda : vers d'autres condamnations ?13.07.2022
= https://www.dw.com/fr/g%C3%A9nocide-rwanda-condamnation-de-laurent-bucyibaruta/a-62463302


"Génocide des Tutsis au Rwanda: la «banalité du mal» est évoquée à la Cour d’appel de Paris - 13/07/2022
= https://www.lesoir.be/454039/article/2022-07-13/genocide-des-tutsis-au-rwanda-la-banalite-du-mal-est-evoquee-la-cour-dappel
L’ancien préfet de Gikongoro au Rwanda est condamné à vingt ans de réclusion

 LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?   B9731516083Z.1_20220713201341_000+GE9KT4KPE.1-0
Fatigués, légèrement déçus, mais satisfaits tout de même. Alain Gauthier et son épouse Daphrosa, animateurs du CPCR (Collectif des parties civiles pour le Rwanda) ont pris acte de la condamnation de Laurent Bucyibaruta : après deux mois d’audience et l’audition de 115 témoins, l’ancien préfet de Gikongoro, âgé de 78 ans, a été condamné à 20 années de réclusion pour complicité de génocide et crimes contre l’humanité. Depuis 28 ans, Alain et Daphrosa Gauthier, suivant l’exemple de Serge et Beate Klarsfeld qui traquèrent jadis les nazis en cavale se sont donné comme mission de retrouver les auteurs du génocide des Tutsis du Rwanda réfugiés en France. L’an prochain, ils assisteront à la comparution d’un médecin, Eugène Rwamucyo et de « Philippe Manier » alias Hagetekimana, qui a obtenu la nationalité française. Cet ancien gendarme accusé d’avoir monté des barrages routiers et participé à des massacres dans la région de Nyanza est lui aussi réfugié en France depuis plus d’un quart de siècle....


"Génocide des Tutsi au Rwanda : la France face à ses responsabilités -
= https://information.tv5monde.com/afrique/genocide-des-tutsi-au-rwanda-la-france-face-ses-responsabilites
= https://information.tv5monde.com/afrique/rwanda-un-genocide-en-heritage


"Génocide des Tutsi au Rwanda : réactions après la condamnation de Laurent Bucyibaruta - 13 juil 2022
= https://information.tv5monde.com/video/genocide-des-tutsi-au-rwanda-reactions-apres-la-condamnation-de-laurent-bucyibaruta

= http://afrikarabia.com/wordpress/lancien-procureur-de-kigali-la-theorie-du-genocide-spontane-est-fausse-et-pernicieuse/
= https://information.tv5monde.com/info/les-defis-et-les-limites-de-la-justice-internationale


"
=
"
=


Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

 LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?   Empty Re: LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?

Message  ndonzwau 25/7/2022, 2:04 am

L'Amérique en voie de changer son fusil d'épaule à l'endroit du régime rwandais ? Robert Ménendez, président de la très stratégique Commission des affaires Étrangères au sénat des États-Unis demande au Secrétaire d’État de procéder à un examen complet de la politique américaine avec le Rwanda.

Dans sa lettre richement documentée il dénonce chez Kagame son mépris continuel des droits de l’homme et de la démocratie ainsi que ses actions de déstabilisation régionale dont la réactivation du M23 en tant que milice par procuration. Par ailleurs le sénateur formule des propositions concrètes et adaptées à la  loi américaine pour leur presencr digne au Rwanda. Au passage il rappelle qu’à la fin des années 1990, le Rwanda et l’Ouganda avaient envahi la RDC, déclenchant une guerre régionale qui, selon le International Rescue Committee, avait causé pas moins de 5,4 millions de morts de 1998 à 2007 provoquant une grave crise humanitaire. Il met ainsi en garde les Usa qui continuent de se ranger derrière lui.

Ce n'est pas la première fois que l’État yankee s'attaque au si haut niveau à la gouvernance anti-démocratique et expansionniste du Rwanda de Kagame, ira-t-il cette fois au bout de ses accusations en bousculant réellement le satrape de Milles Collines, cessant son partenariat automatique avec lui ou tout au moins s'emploiera-t-il efficacement à lui faire changer ses mauvaises habitudes ? Osons l'espérer, il y'en a assez de la rente du génocide...

PS Une interview de Kagame d'il y'a 10 ans dans laquelle il développe et justifie sa gouvernance pas toujours démocratique et surtout autoritaire. Rien sur son expansionnisme et son hégémonisme mortifères dans la région.



"Vers la fin d’idylle entre le Rwanda et les Usa : le Sénat américain étale les linges sales de Paul Kagame - 22 juillet 2022
= https://www.digitalcongo.net/article/62da85c05a9b30f2cfe5ec60/

 LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?   1658487498 Internet

L’entente parfaite, qui prévaut depuis quelques années entre le régime de Paul Kagame et différentes administrations américaines allant de Bill Clinton à Joe Biden, connaît quelques nuages.
C’est le cas de le dire au regard de la correspondance datée du 20 juillet 2022 adressée au Secrétaire d’Etat Antony Blinken par Robert Ménendez, président de la très stratégique Commission des affaires Etrangères au sénat des Etats-Unis. Ce dernier demande au patron de la diplomatie américaine de procéder à un examen complet de la politique américaine avec le Rwanda.

Le sénateur Ménendez étale toute une liste de griefs contre Paul Kagame dont le mépris continuel des droits de l’homme et de la démocratie. Au nombre de ces reproches figurent les efforts du régime Kagame pour museler la presse, opprimer les activistes des droits humains, taire la voix de l’opposition aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du Rwanda.
Robert Ménendez dénonce également « les actions de déstabilisation régionale en Afrique centrale » dont  » la réactivation du M23 en tant que milice par procuration ».
Il explique au Secrétaire d’Etat Antony Blinken que « l’armée rwandaise a été accusée de manière crédible de soutenir les rebelles du M23 en RDC et de déployer ses soldats au-delà de ses frontières en RDC. »
Il rappelle qu’à la fin des années 1990, « le Rwanda et l’Ouganda avaient envahi la RDC, déclenchant une guerre régionale qui, selon le International Rescue Committee, avait causé pas moins de 5,4 millions de morts de 1998 à 2007 en raison du conflit, provoquant une crise humanitaire. »
Et comme si cela ne suffisait pas, en 2012, « le Rwanda avait de nouveau cherché à violer la RDC en soutenant les rebelles du M23 qui avaient capturé la ville de Goma, en tuant des centaines de civils et en déplaçant plus de 100 000 personnes. Dix ans plus tard, en 2022, le Rwanda a de nouveau envoyé des troupes à travers la frontière de la RDC et a réactivé le M23 en tant que milice par procuration, désormais responsable du meurtre des civils congolais, des troupes congolaises et des casques bleus de l’ONU », écrit Mr Ménendez.Le sénateur Ménendez étale toute une liste de griefs contre Paul Kagame dont le mépris continuel des droits de l’homme et de la démocratie. Au nombre de ces reproches figurent les efforts du régime Kagame pour museler la presse, opprimer les activistes des droits humains, taire la voix de l’opposition aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du Rwanda.
Robert Ménendez dénonce également « les actions de déstabilisation régionale en Afrique centrale » dont  » la réactivation du M23 en tant que milice par procuration ».
Il explique au Secrétaire d’Etat Antony Blinken que « l’armée rwandaise a été accusée de manière crédible de soutenir les rebelles du M23 en RDC et de déployer ses soldats au-delà de ses frontières en RDC. »
Il rappelle qu’à la fin des années 1990, « le Rwanda et l’Ouganda avaient envahi la RDC, déclenchant une guerre régionale qui, selon le International Rescue Committee, avait causé pas moins de 5,4 millions de morts de 1998 à 2007 en raison du conflit, provoquant une crise humanitaire. »
Et comme si cela ne suffisait pas, en 2012, « le Rwanda avait de nouveau cherché à violer la RDC en soutenant les rebelles du M23 qui avaient capturé la ville de Goma, en tuant des centaines de civils et en déplaçant plus de 100 000 personnes. Dix ans plus tard, en 2022, le Rwanda a de nouveau envoyé des troupes à travers la frontière de la RDC et a réactivé le M23 en tant que milice par procuration, désormais responsable du meurtre des civils congolais, des troupes congolaises et des casques bleus de l’ONU », écrit Mr Ménendez.


"Président de la Commission des Affaires étrangères au Senat américain, Robert Menendez dénonce le soutien rwandais  au M23 - 22 juillet 2022
= https://laprosperite.online/index.php/politique/21-a-chaud/12197-president-de-la-commission-des-affaires-etrangeres-au-senat-americain-rdc-robert-menendez-denonce-le-soutien-rwandais-au-m23
*‘’A  la lumière de ces questions troublantes, je vous exhorte à entreprendre un examen complet de notre politique envers le Rwanda.   Non seulement un tel examen devrait inclure un regard réfléchi sur les niveaux et les types de l'assistance que nous fournissons, il devrait également identifier les actions que nous devrions prendre pour assurer la sécurité des citoyens américains et des résidents permanents légaux’’, déclare Robert Menendez, dans une lettre adressée à   l'Honorable Antony J. Blinken,  Secrétaire d'Etat au Département d'Etat des Etats-Unis.

‘’Je salue le décret du 19 juillet 2022 sur le renforcement des efforts en cours pour rapatrier aux étant donné que M. Rusesabagina est un résident permanent légal, je vous demande de clarifier si son cas relève de cette nouvelle O.E., et si le Département d'Etat ajoutera le nouvel indicateur « D » pour avertir les citoyens américains du risque de détention injustifiée par un gouvernement étranger à l'actuel AVERTISSEMENT AUX VOYAGEURS, concernant le Rwanda.
Compte tenu de la tendance du Rwanda à cibler les résidents américains, le Département d'Etat pourrait élever le niveau d'AVERTISSEMENT AUX VOYAGEURS pour le Rwanda, qui est actuellement au « niveau 1 : prendre des précautions normales », pour le "Niveau 3 : Reconsidérer s'il est nécessaire de voyager."  Cela mettrait l'avis du Département d'Etat concernant le Rwanda, à égalité avec les avertissements émis sur les autres gouvernements responsables de la détention à tort de résidents américains et citoyens’’, a-t-il ajouté.

Selon lui, ‘’en réponse au ciblage par le Rwanda des résidents américains aux Etats-Unis et à ses efforts pour déstabiliser davantage la RDC voisine, l'Administration américaine pourrait également envisager de renvoyer au Rwanda,   tout responsable militaire ou gouvernemental rwandais se trouvant actuellement aux Etats-Unis pour participer au Programme International d'Education et de Formation Militaires (IMET), et suspendre toute autre assistance militaire au Rwanda. Jusqu'à ce qu'un tel examen soit entrepris et communiqué à mon cabinet, j'ai l'intention d'examiner attentivement toute aide sollicitée au Congrès en faveur du Rwanda, et de faire  suspendre toute assistance d'ordre sécuritaire, en commençant par plusieurs millions de dollars en soutien aux casques bleus rwandais, car je crains que tout soutien américain à l'armée rwandaise alors qu'elle est déployée en RDC en soutien aux rebelles responsables d'attaques contre des civils congolais, des troupes congolaises et des soldats de la paix de l'ONU, puisse envoyer un signal troublant que les Etats-Unis approuvent tacitement de telles actions’’.  
‘’Les Etats-Unis ne peuvent pas soutenir les contributions rwandaises au maintien de la paix dans certaines parties de l'Afrique tout en fermant les yeux devant la réalité selon laquelle le Rwanda fomente la rébellion et la violence dans d'autres parties du continent. J'ai hâte de travailler avec vous pour  veiller à ce que la politique américaine reflète les valeurs des Etats-Unis et de l'administration Biden’’, prévient-il

SENAT DES ETATS-UNIS, 20 JUILLET 2022 
A  l'Honorable Antony J. Blinken
Secrétaire d'Etat
Département d'Etat des Etats-Unis
2201, rue C N.-O.
Washington, DC 20520
Cher Secrétaire Blinken :
Je vous écris avec inquiétude sur le mépris continuel du Gouvernement du Rwanda sur les droits de l'homme et la Démocratie, et la nécessité d'une politique américaine plus efficace contre celui-ci. 
Les efforts du Président Kagame pour faire taire les journalistes, les activistes des droits humains et les voix de l'opposition à l'intérieur du Rwanda sont bien connus. 
Après avoir changé la constitution Rwandaise en 2015 pour éliminer les limites du mandat présidentiel afin de rester en fonction à perpétuité, Kagame a été réélu en 2017 avec un invraisemblable score de 99% des voix. 
Selon Human Rights Watch (HRW), « la victoire écrasante de Kagame n'était pas une surprise dans un contexte où les Rwandais qui ont osé élever leurs voix pour défier le statu quo ont été arrêtés, ont fait l'objet d'une disparition forcée ou ont été tués, les médias indépendants ont été muselés et l'intimidation a réduit au silence les groupes travaillant sur les droits civiques ou la liberté d'expression.
HRW a également noté que depuis 2019 seulement, pas moins de 32 journalistes, des commentateurs sur Internet et des militants de l'opposition au Rwanda ont été tués, ont disparu, ou emprisonné.
Le gouvernement du Rwanda est également accusé, avec preuves, de cibler des dissidents vivant à l'extérieur du Rwanda. 

Des critiques virulents de Kagame ont été assassinés en Afrique du Sud, au Mozambique, en Ouganda et au Kenya.  En juillet, un autre dissident rwandais a été abattu par des assaillants inconnus au Mozambique.  Le gouvernement sud-africain ainsi que les forces de l'ordre au Royaume-Uni et en Belgique ont dénoncé que Kagame ciblait les Rwandais dissidents dans leurs pays. L'Afrique du Sud et la Suède ont expulsé des diplomates rwandais pour activités d'espionnage contre les dissidents rwandais vivant en exil.
Plusieurs nouveaux rapports inquiétants mettent encore plus en évidence l'étendue des efforts de Kagame pour cibler les critiques non seulement en Europe et en Afrique mais aussi aux États-Unis. 
En mars, l'organisation canadienne Citizen Lab a identifié le Rwanda comme l'un des pays au monde, responsables des actes de répression transnationale. « contre la diaspora rwandaise », écrit Citizen Lab, « les assassinats, harcèlements physiques et rapatriements forcés de ressortissants par le régime rwandais hors de ses frontières ont été combinés par des menaces numériques, telles que l'utilisation de logiciels espions et harcèlement en ligne.  En juin, Freedom House a également identifié le Rwanda comme l'un des pays les plus prolifiques acteurs transnationaux de la répression dans le monde, aux côtés de la Russie, de la Chine, de l'Iran, de l'Egypte et de l'Arabie saoudite Saoudite, et a noté qu'en 2022, le FBI a publié un bulletin soulignant comment le Rwanda, avec l'Iran et l'Arabie saoudite, se livraient à une "répression transnationale aux Etats-Unis".

Paul Rusesabagina, un résident permanent légal des États-Unis, faisait partie des personnes ciblées par le Rwanda tout en vivant aux États-Unis.  Comme vous le savez, il a été piégé sur un vol affrété alors qu'il était à l'étranger et envoyé au Rwanda à son insu dans le cadre d'une opération rwandaise que Kagame avait décrit plus tard au New York Times, comme « sans défaut ».
J'ai été ravi d'entendre le Département d'État confirmer en mai que M. Rusesabagina est désormais classé par l'administration américaine comme détenu à tort.  Cependant, en même temps que le
Département d'Etat à Washington a confirmé cette désignation liée au statut de M. Rusesabagina, l'ambassade des Etats-Unis au Rwanda a tweeté une photo du commandant de la Force américaine pour l'Afrique et du Chargé d'affaires américain à Kigali avec Kagame et de hauts responsables militaires rwandais. 
Cette contradiction est profondément problématique et emblématique d'une politique à l'égard du Rwanda de plus en plus en décalage avec les intérêts et les valeurs américaines.
Les Etats-Unis ont alloué plus de 147 millions de dollars d'aide étrangère au Rwanda en 2021, et a proposé 145 millions de dollars pour l'exercice 2023, faisant des États-Unis le plus grand donateur bilatéral du Rwanda. 
En plus, l'armée rwandaise reçoit une aide et une formation américaines en matière de renforcement des capacités. 
Au cours des derniers mois, l'Administration américaine a pris des mesures contre d'autres gouvernements responsables du ciblage des dissidents à l'étranger. 

En mars, le Département d'Etat a imposé des restrictions de visa aux autorités chinoises « pour leur implication dans des actes de répression contre des membres de minorités ethniques et religieuses, et les pratiquants religieux et spirituels à l'intérieur et à l'extérieur des frontières de la Chine, y compris à l'intérieur les Etats Unis."  Et en février, le Département D'Etat a imposé des restrictions de visa aux ressortissants Biélorusses en vertu du "Khashoggi Ban", qui a été promulguée en 2021 pour prévenir et répondre aux actes de la répression transnationale par tout gouvernement ciblant des journalistes, des militants ou des dissidents pour des abus. 
Non seulement le Rwanda bafoue les lois américaines en ciblant les dissidents à l'intérieur des Etats-Unis, le Rwanda semble être le seul gouvernement étranger au monde qui est considéré par les Etats-Unis comme un partenaire et un allié, en dépit du fait qu'il détient injustement un résident américain. 
J'exige une explication sur ce que fait le Département d'Etat pour répondre aux actions du Rwanda ciblant les dissidents et les personnes résidant aux Etats-Unis et ailleurs.

Le Rwanda est également une fois de plus engagé dans des actions de déstabilisation régionale en Afrique centrale.  Une semaine après la séance photo avec des hauts responsables américains, l'armée rwandaise a été accusée de manière crédible de soutenir les rebelles du M23 en République Démocratique du Congo (RDC) et de déployer ses soldats au-delà  de ses frontières en RDC. 
Comme vous  vous en souvenez, à la fin des années 1990, le Rwanda et l'Ouganda avaient envahi la RDC, déclenchant une guerre régionale qui, selon le International Rescue Committee avait causé pas moins de 5,4 millions de morts de 1998 à 2007 en raison du conflit, provoquant une crise humanitaire. 
En 2012, le Rwanda avait de nouveau cherché à violer la RDC en soutenant les rebelles du M23 qui avait capturé la ville de Goma, dans l'est de la RDC, en tuant des centaines de civils et en déplaçant plus de 100 000 personnes. 
Dix ans plus tard, en 2022, le Rwanda a de nouveau envoyé des troupes à travers la frontière de la RDC et a réactivé le M23 en tant que milice par procuration, désormais responsable du meurtre des civils congolais, des troupes congolaises et des casques bleus de l'ONU.
A  la lumière de ces questions troublantes, je vous exhorte à entreprendre un examen complet de notre politique envers le Rwanda. 
Non seulement un tel examen devrait inclure un regard réfléchi sur les niveaux et les types de l'assistance que nous fournissons, il devrait également identifier les actions que nous devrions prendre pour assurer la sécurité des citoyens américains et des résidents permanents légaux.

Je salue le décret du 19 juillet 2022 sur le renforcement des efforts en cours pour rapatrier aux étant donné que M. Rusesabagina est un résident permanent légal, je vous demande de clarifier si son cas relève de cette nouvelle O.E., et si le Département d'Etat ajoutera le nouvel indicateur « D » pour avertir les citoyens américains du risque de détention injustifiée par un gouvernement étranger à l'actuel AVERTISSEMENT AUX VOYAGEURS, concernant le Rwanda.
Compte tenu de la tendance du Rwanda à cibler les résidents américains, le Département d'Etat pourrait élever le niveau d'AVERTISSEMENT AUX VOYAGEURS pour le Rwanda, qui est actuellement au « niveau 1 : prendre des précautions normales », pour le "Niveau 3 : Reconsidérer s'il est nécessaire de voyager."  Cela mettrait l'avis du Département d'Etat concernant le Rwanda, à égalité avec les avertissements émis sur les autres gouvernements responsables de la détention à tort de résidents américains et citoyens.
En réponse au ciblage par le Rwanda des résidents américains aux Etats-Unis et à ses efforts pour déstabiliser davantage la RDC voisine, l'Administration américaine pourrait également envisager de renvoyer au Rwanda,  tout responsable militaire ou gouvernemental rwandais se trouvant actuellement aux Etats-Unis pour participer au Programme International d'Education et de Formation Militaires (IMET), et suspendre toute autre assistance militaire au Rwanda.
Jusqu'à ce qu'un tel examen soit entrepris et communiqué à mon cabinet, j'ai l'intention d'examiner attentivement toute aide sollicitée au Congrès en faveur du Rwanda, et de faire  suspendre toute assistance d'ordre sécuritaire, en commençant par plusieurs millions de dollars en soutien aux casques bleus rwandais, car je crains que tout soutien américain à l'armée rwandaise alors qu'elle est déployée en RDC en soutien aux rebelles responsables d'attaques contre des civils congolais, des troupes congolaises et des soldats de la paix de l'ONU, puisse envoyer un signal troublant que les États-Unis approuvent tacitement de telles actions. 
Les Etats-Unis ne peuvent pas soutenir les contributions rwandaises au maintien de la paix dans certaines parties de l'Afrique tout en fermant les yeux devant la réalité selon laquelle le Rwanda fomente la rébellion et la violence dans d'autres parties du continent.
J'ai hâte de travailler avec vous pour  veiller à ce que la politique américaine reflète les valeurs des Etats-Unis et de l'administration Biden.
 Sincèrement,
Robert Menendez
Président de la Commission des Affaires Etrangères au Sénat des Etats-Unis.
*Note:  US Secrétaire d'Etat= Ministre des Affaires Etrangères et 3ème  personnalité du Gouvernement américain. 
*Département d'Etat= Ministère des Affaires Etrangères.



"Crise Kigali Kinshasa : voici pourquoi les Usa envisagent des sanctions exemplaires contre le Rwanda - 22 Juil,2022
= https://www.election-net.com/article/crise-kinshasa-kigali-voici-pourquoi-les-usa-envisagent-des-sanctions-exemplaires-contre-le-rwanda


"Enfin, Kagamé dans le collimateur de l’administration Joe Biden - 22/07/2022
= https://www.forumdesas.net/2022/07/enfin-kagame-dans-le-collimateur-de-ladministration-joe-biden/
* »Les Etats-Unis ne peuvent pas soutenir le Rwanda et fermer les yeux devant la réalité selon laquelle Kigali fomente la rébellion et la violence dans d’autres parties du continent « , écrit Robert Ménendez au Secrétaire d’Etat Antony J.Blinken.
Le gouvernement du Rwanda dans l’œil du cyclone? Les soutiens de Kagame en auraient-ils assez des agissements de leur protégé? C’est suffisamment rare pour être souligné. Dans une correspondance datée du 20 juillet, dont une copie est parvenue à Forum des As, Robert Ménendez, président de la Commission des Affaires Étrangères au Sénat des États-Unis, a adressé une correspondance inhabituelle à Antony J. Blinken, Secrétaire d’État américain, lui demandant d’entreprendre un examen complet de la politique américaine envers le Rwanda.

Dans sa lettre, Robert Ménendez s’inquiète du « mépris continuel du Gouvernement du Rwanda sur les droits de l’homme et la Démocratie, et la nécessité d’une politique américaine plus efficace contre celui-ci« .
Au nombre de faits qui sont reprochés à l’homme fort de Kigali, outre « ses efforts pour faire taire les journalistes, les activistes des droits humains, et la voix de l’opposition à l’intérieur et aussi à l’extérieur du Rwanda« , Robert Ménendez cite également  » les actions de déstabilisation régionale en Afrique centrale » dont  » la réactivation du M23 en tant que milice par procuration« .
Le président de la Commission des Affaires Étrangères au Sénat des États-Unis, explique au Secrétaire d’Etat Antony Blinken que « l’armée rwandaise a été accusée de manière crédible de soutenir les rebelles du M23 en RDC et de déployer ses soldats au-delà de ses frontières en RDC. »
Robert Ménendez rappelle également qu’à la fin des années 1990, « le Rwanda et l’Ouganda avaient envahi la RDC, déclenchant une guerre régionale qui, selon le International Rescue Committee, avait causé pas moins de 5,4 millions de morts de 1998 à 2007 en raison du conflit, provoquant une crise humanitaire. »
Ce n’est pas tout. En 2012, écrit-il, « le Rwanda avait de nouveau cherché à violer la RDC en soutenant les rebelles du M23 qui avaient capturé la ville de Goma, en tuant des centaines de civils et en déplaçant plus de 100 000 personnes. Dix ans plus tard, en 2022, le Rwanda a de nouveau envoyé des troupes à travers la frontière de la RDC et a réactivé le M23 en tant que milice par procuration, désormais responsable du meurtre des civils congolais, des troupes congolaises et des casques bleus de l’ONU. « 

C’en est trop. Robert Ménendez fait voir au Secrétaire d’Etat Blinken que cette politique à l’égard duRwanda est de plus en plus en  décalage avec les intérêts et les valeurs américaines. Il confie que Les États-Unis ont alloué plus de 147 millions de dollars d’aide étrangère au Rwanda en 2021, et ont proposé 145 millions de dollars pour l’exercice 2023, faisant des États-Unis le plus grand donateur bilatéral du Rwanda. En plus, indique Ménendez, « l’armée rwandaise reçoit une aide et une formation américaines en matière de renforcement des capacités. Au cours des derniers mois, l’Administration américaine a pris des mesures contre d’autres gouvernements responsables du ciblage des dissidents à l’étranger. »
« Non seulement le Rwanda bafoue les lois américaines en ciblant les dissidents à l’intérieur des États-Unis, le Rwanda semble être le seul gouvernement étranger au monde qui est considéré par les États-Unis comme un partenaire et un allié, en dépit du fait qu’il détient injustement un résident américain. J’exige une explication sur ce que fait le Département d’État pour répondre aux actions du Rwanda ciblant les dissidents et les personnes résidant aux États-Unis et ailleurs », tonne Ménendez.
Il ne s’arrête pas. « En réponse au ciblage par le Rwanda des résidents américains aux États-Unis et à ses efforts pour déstabiliser davantage la RDC voisine, l’Administration américaine pourrait également envisager de renvoyer au Rwanda tout responsable militaire ou gouvernemental rwandais se trouvant actuellement aux États-Unis pour participer au Programme International d’Éducation et de Formation Militaires (IMET), et suspendre toute autre assistance militaire au Rwanda« , menace le président de la Commission des Affaires Étrangères au Sénat des États-Unis.

Ce dernier promet d’examiner attentivement toute aide sollicitée au Congrès en faveur du Rwanda, et de faire suspendre toute assistance d’ordre sécuritaire, en commençant par plusieurs millions de dollars en soutien aux casques bleus rwandais. Ménendez dit craindre que tout soutien américain à l’armée rwandaise alors qu’elle est déployée en RDC en soutien aux rebelles responsables d’attaques contre des civils congolais, des troupes congolaises et des soldats de la paix de l’ONU, « puisse envoyer un signal troublant que les États-Unis approuvent tacitement de telles actions. Les États-Unis ne peuvent pas soutenir les contributions rwandaises au maintien de la paix dans certaines parties de l’Afrique tout en fermant les yeux devant la réalité selon laquelle le Rwanda fomente la rébellion et la violence dans d’autres parties du continent. »
Le vent serait-il en train de tourner pour Paul Kagame, longtemps chouchouté par l’Occident ? Wait and see.

"Résurgence du M23 : Une Commission du Sénat américain appelle à la suspension de toute assistance militaire américaine au Rwanda - 22juillet 2022
= https://7sur7.cd/index.php/2022/07/22/resurgence-du-m23-une-commission-du-senat-americain-appelle-la-suspension-de-toute
Dans une lettre adressée mercredi dernier au secrétaire d'État américain, Anthony Blinken, le président de la Commission des Affaires étrangères du Sénat des États-Unis d'Amérique, Robert Menedez, appelle à la suspension de toute assistance militaire au Rwanda.
Dans ce document, il justifie son appel par le ciblage, par le pays de Kagame, des résidents américains et la déstabilisation de la République démocratique du Congo à travers le mouvement terroriste M23.
 
"En réponse au ciblage par le Rwanda des résidents américains aux États-Unis et à ses efforts pour déstabiliser davantage la RDC voisine, l'Administration americaine pourrait également envisager de renvoyer au Rwanda tout responsable militaire ou gouvernemental rwandais se trouvant actuellement aux États-Unis pour participer au Programme International d'Éducation et de Formation Militaires (IMET), et suspendre toute autre assistance militaire au Rwanda", rapporte cette lettre. 
Plus loin, ce sénateur américan affirme que le Rwanda est une fois de plus engagé dans la déstabilisation régionale en Afrique centrale. 
"Le Rwanda est également une fois de plus engagé dans des actions de déstabilisation régionale en Afrique centrale.. Dix ans plus tard, en 2022, le Rwanda a de nouveau envoyé des troupes à travers la frontière de la RDC et a réactivé le M23 en tant que milice par procuration, désormais responsable du meurtre des civils congolais, des troupes congolaises et des casques bleus de l'ONU", indique la même source.

Et de poursuivre : " Jusqu'à ce qu'un tel examen soit entrepris et communiqué à mon cabinet, j'ai l'intention d'examiner attentivement toute aide sollicitée au Congrès en faveur du Rwanda, et de faire  suspendre toute assistance d'ordre sécuritaire, en commençant par plusieurs millions  de dollars en soutien aux casques bleus rwandais, car je crains que tout soutien américain à l'armée rwandaise alors qu'elle est déployée en RDC en soutien aux rebelles responsables d'attaques contre des civils congolais, des troupes congolaises et des soldats de la paix de l'ONU, puisse envoyer un signal troublant que les États-Unis approuvent tacitement de telles actions".
Dans sa lettre, ce membre du Sénat américain accuse également le chef d'Etat rwandais d'agression transnationale et d'assassinat contre tous ceux parmi sa propre population vivant au pays ou à l'étranger qui critiquent son régime.
" Non seulement le Rwanda bafoue les lois américaines en ciblant les dissidents à l'intérieur des États-Unis, le Rwanda semble être le seul gouvernement étranger au monde qui est considéré par les États-Unis comme un partenaire et un allié, en dépit du fait qu'il détient injustement un résident américain( cfr affaire Paul Rusesabagina, ndlr).  J'exige une explication sur ce que fait le Département d'État pour répondre aux actions du Rwanda ciblant les dissidents et les personnes résidant aux États-Unis et ailleurs", lit-on dans le même document.
Signalons que l'aide étrangère des États-Unis au pays de Paul Kagame s'élevait à 147 millions USD l'an dernier faisant du Rwanda l'un des plus grands bénéficiaires d'aide américaine en plus d'aide logistique et de formation militaire fournie à l'armée rwandaise.


"Washington avertit Kagame, le prétentieux nouveau Léopold II - 14 juin 2022
= https://ouragan.cd/2022/06/washington-avertit-kagame-le-nouveau-leopold-ii
Il se prend la tête et se croit tout permis même si les lingots d’or lui sont offerts gratuitement sur un plateau. Le dictateur de Kigali n’écoute que le langage de la force venant de ses maîtres à penser dont d’ailleurs son pouvoir en dépend.
Pour avoir allumé le feu au Congo, Paul Kagame se fait tirer les oreilles par un influent sénateur américain. Robert Menendez, le puissant président de la commission des Relations étrangères du Sénat a dénoncé l’injustice et le silence coupable de la communauté internationale face à la guerre de déstabilisation que le Rwanda mène par procuration au Congo-Kinshasa. « Le monde doit être uni pour condamner ces attaques », a rappelé le sénateur démocrate qui s’agace de voir un pays qui se nourrit aux mamelles de son pays mais soutient un mouvement terroriste qui s’attaque aux civils, aux casques bleus de l’ONU et à l’armée congolaise.

Enquêtes et sanctions envisagées contre Kigali

Longtemps épargné par des sanctions occidentales, Kagame risque gros cette fois-ci. Bien que son commerce « le génocide » marche toujours bien sur le marché international, le président rwandais commence à franchir le rubicon. Déjà que son despotisme outré énerve pas mal de bonnes consciences occidentales. Et les Américains veulent désormais enquêter pour savoir qui s’attaquent aux civils et casques bleus de l’ONU dans la partie orientale de la RdC. « Alerté par les informations selon lesquelles le Rwanda soutient à nouveau les rebelles du M23 qui fomentent la violence, attaquant les troupes de la RDC, les casques bleus de l’ONU et les civils, nous devons enquêter et sanctionner les responsables », prévient sur Twitter la commission des Rélations étrangères du Sénat américain.
A moins d’être débile, Kagame est prévenu. Malgré sa têtutesse, il va se plier comme il l’avait fait en 2013 quand ses marionnettes s’étaient emparées de Goma. Une forte pression sera exercée sur lui. S’il bénéficie encore de la protection de ses maîtres à penser ( Londres et Washington), c’est au nom de la victimisation de cette minorité qui avait payé le prix le plus fort lors du génocide. Mais cette position de vulnérabilité ne doit pas lui donner le toupet de commettre le génocide ailleurs comme à l’époque de la croisade. « Est-ce que le sang des Congolais n’a pas la meme couleur que celui des autres citoyens du monde pour que le protectorat occidental en Afrique ( Rwanda ) se permette de massacrer continuellement des paisibles citoyens innocents, sans la moindre réaction des nations éprises de paix », s’est interrogé un libre penseur africain.
De toutes les façons, l’histoire du monde sait restituer la vérité. Tôt ou tard, le rapport des forces s’inversera. Nul ne pensait que ce petit Rwanda grâce à ses parapluies occidentaux défierait aujourd’hui le grand Congo, tonne un cadre de Lamuka. L’humiliation subie des années durant sonnera un jour la révolte de ce peuple meurtri dans son amour propre.

Kagame, le nouveau Léopold 2 qui veut tout gagner par les armes, et non par la paix

Le contraste est tellement grand si bien que l’on ne sait même plus ce que veut et recherche réellement le roi Kagame. Avec Félix Tshisekedi, l’homme fort de Kigali a tout eu officiellement. Mais en éternel insatisfait, il veut lui-même sans autorisation prendre dans la marmite et non attendre au salon pour qu’il soit dignement servi. Son obsession à mater les autres le pousse à alimenter en permanence des conflits armés dans l’est du Congo avec ses imaginaires FDLR. L’objectif est connu. C’est de faire simplement main basse sur les richesses de la RdC. Il se voit heureux de vivre avec les mains ensanglantées que de cultiver des bonnes relations amicales gagnant-gagnant. Le ton utilisé par le président des Relations extérieures de la Chambre haute américaine va faire réfléchir deux fois le nouveau Léopold ll du Congo. Lui qui considère le pays de Lumumba comme un bien sans maître où il peut dicter à ses dirigeants ses pensées démoniaques.

Mais attention, après l’apogée, c’est le déclin. L’histoire du monde ne se dédit pas. Avant lui, il y avait plus fort. Les Saddam, Kadhafi et autres Mussolini sont passés. Il passera aussi mais le Congo restera Congo avec ses habitants pacifistes, ses richesses incommensurables et sa grandeur. « Et le Rwanda restera voisin du congo avec qui un meilleur partenariat sera envisagé après le départ du régime hitlérien de Kagame », projette Willy Ngoma Alafu, un expert des relations internationales. Mais qu’il pleuve, qu’il neige, la RdC jouera toujours les premiers rôles en Afrique. Personne alors personne ne peut bloquer sa vocation.


"USA: La commission des affaires étrangères du Sénat condamne le soutien de Kigali au M23 et appelle le conseil de sécurité de l’ONU à demander des comptes aux responsables rwandais - 14 juin 2022t
= https://actualite.cd/2022/06/14/usa-la-commission-des-affaires-etrangeres-du-senat-condamne-le-soutien-de-kigali-au-m23

 LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?   38B4D6B8-264C-4FFB-AF2E-3DDA8A5C2E2D
Bob Menendez, président de la commission des affaires étrangères du Sénat des États-Unis.

La commission des affaires étrangères du Sénat des États-Unis dénonce le soutien du Rwanda aux combattants du M23. Cet organe permanent du Congrès qui se consacre à la politique étrangère des États-Unis qualifie l’appui de Kigali à ce groupe armé d’inacceptable. Il appelle le monde à le condamner et demande au Conseil de sécurité de l’ONU, à la MONUSCO et au Bureau des affaires africaines du département d'État américain d’enquêter et de demander des comptes aux responsables de cet appui au M23.

Déjà en novembre 2012, le Sénat américain avait adopté un amendement imposant des sanctions économiques aux soutiens du M23. 
Pour le contexte, c’est la commission des affaires étrangères du Sénat qui est chargée de la politique étrangère des États-Unis au Sénat : examen des projets de lois portant dans ce domaine, la surveillance et le financement des programmes d'aides civiles et militaires à l'étranger, les subventions, etc. Elle est une des plus anciennes et des plus puissantes commissions parlementaires du Sénat américain. Présidée plusieurs fois par Joe Biden, elle a connu des membres influents comme Barack Obama lorsqu’il était sénateur. Elle a aujourd’hui à sa tête le démocrate Bob Menendez qui a succédé à John Kerry.



"Agression dans l’Est: les USA envisagent renvoyer les militaires rwandais du programme d'éducation et de formation militaires internationales et suspendre toute aide aux Casques bleus rwandais 21/07/2022
= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2022/07/21/agression-dans-lest-les-usa-envisagent-renvoyer-les-militaires-rwandais-du-programme-deducation-et-de-formation-militaires-internationales-et-suspendre-toute-aide-aux-casques-bleus-rwandai.html/112471/?amp=1



"Rwanda – Paul Kagamé : « On ne bâtit pas une démocratie sur du sable » - 10 mai 2012
= https://www.jeuneafrique.com/141763/politique/rwanda-paul-kagam-on-ne-b-tit-pas-une-d-mocratie-sur-du-sable/
À la tête d’un petit pays pauvre dont les progrès économiques et sociaux sont incontestables, le chef de l’État rwandais, Paul Kagamé, développe sa conception de la bonne gouvernance. Et dévoile son visage à la fois démocrate et autoritaire.

Le pouvoir n’a pas fait grossir Paul Kagamé, au sens propre comme au sens figuré. Ce matin-là, dans la province de l’Est, à une centaine de kilomètres de Kigali, devant 50 000 personnes descendues de toutes les collines environnantes pour assister à son meeting, le président en jean noir et chemise bleue écoute humblement la voix du peuple. Derrière un micro, toute une litanie de Rwandais ordinaires défile et l’interpelle : problèmes de vaches, de terres, d’indemnités, petits conflits avec l’administration, poèmes lyriques scandés en kinyarwanda, plaies mal refermées du génocide… Kagamé répond, quand il ne convoque pas le maire, le député, madame la gouverneure ou le ministre concerné à s’exprimer à sa place. Ces derniers n’en mènent d’ailleurs pas large, le boss exigeant de leur part d’être concis, précis et convaincants. À 54 ans, cet homme que le magazine Time classe parmi les cent personnalités les plus influentes au monde et que se disputent les universités américaines pour leurs conférences inaugurales, dont le fils aîné étudie à l’Académie militaire de West Point et qui ne s’accorde d’autre distraction que le tennis ou la lecture d’ouvrages sur l’économie du développement continue douze ans après son accession à la présidence à diriger l’entreprise Rwanda comme un mwalimu – un « maître d’école », en swahili – dirigerait une classe où chaque élève disposerait de son ordinateur. Ici, tout est calme, ordre, vigilance. Point de musiques s’échappant des ngandas comme en RDC voisine, point de clameurs alcoolisées à la bière ou au vin de banane, on est chez soi, entre soi, sur son quant-à-soi, discret et travailleur au-delà du raisonnable.

Sous l’apparence de la quiétude et la chape d’une sécurité à la fois omniprésente, invisible et millimétrée, le souvenir du génocide est là, partout, tout le temps. Souvent, le visiteur de passage se sent écrasé sous le poids des morts et des non-dits. Les visages sont graves et les éclats de rire rares. Transformer au forceps, avec une dureté qui ne tient compte ni des opinions divergentes des opposants ni des états d’âme des ONG, les démons du passé en énergie créatrice et productive, tel est le pari de Paul Kagamé. À en juger par les résultats socioéconomiques, assez épatants, affichés par un pays qui fait désormais figure de modèle en ce domaine, il est en passe de réussir. La démocratie à l’occidentale, elle, attendra…

Jeune Afrique : Le 1er juillet prochain, le Rwanda indépendant aura 50 ans. Y voyez-vous matière à célébration ?
Paul Kagamé : Cela dépend de ce que vous entendez par là. C’est notre histoire, et nous devons l’assumer, avec ses parts de lumière et de tragédies. Ce sera donc une journée de réflexion, pas une occasion de festivités ou de dépenses publiques incontrôlées. Je sais qu’ailleurs sur le continent les cinquantenaires ont souvent été célébrés avec faste et réjouissances, mais nous ne nous sentons pas obligés de faire de même. En règle générale et pour des raisons évidentes d’économies, cette date est d’ailleurs fusionnée avec une autre, très rapprochée, qui marque chaque 4 juillet l’anniversaire de la libération du Rwanda des forces génocidaires. Cette année, les deux événements seront commémorés le 1er juillet, avec sobriété.
D’autant que le 1er juillet 1962 ne fut pas un jour de joie pour tous les Rwandais…
Effectivement. Il faudra donc, sans aucun esprit de revanche, replacer ce jour-là dans son moment historique.
Ce sera aussi l’occasion de réfléchir sur ce qu’est la démocratie dans le contexte rwandais. Pour vous, manifestement, la construction d’un État fort à même de dépasser les conflits communautaires passe avant le modèle démocratique occidental. Ai-je tort ?
Oui et non. Avant d’être un concept applicable partout, la démocratie doit d’abord être une réalité. Elle doit partir du peuple, le concerner dans son quotidien, dans la manière dont il gère et dirige sa vie. La démocratie n’est pas une théorie abstraite, elle est le produit d’un contexte. Regardez autour de vous : il n’y a pas de forme unique de démocratie mais des systèmes démocratiques différents, qui vont de la monarchie constitutionnelle à la représentation populaire directe. La démocratie doit être conforme aux aspirations, à l’histoire et à la culture du peuple au sein duquel elle prétend s’enraciner, sous peine de courir à l’échec. C’est ce que nous essayons de faire au Rwanda. Le Rwanda n’est ni la France, ni la Grande-Bretagne, ni la Belgique.
En Afrique, la démocratie ne se décrète pas, elle se construit, elle se prépare…
Après tout, les aspirations des Rwandais ne sont pas, en termes de libertés, de représentativité et de prospérité, différentes de celles des autres peuples.
Disons qu’il existe un modèle universel de démocratie, appelons-le le modèle occidental, si cela vous arrange. Après tout, les aspirations des Rwandais ne sont pas, en termes de libertés, de représentativité et de prospérité, différentes de celles des autres peuples. Mais un modèle n’est pas un prêt-à-porter. Il faut l’adapter à celui qui le porte. Encore une fois, nous avons notre propre histoire, nos propres traditions et une organisation sociale particulière que les tragédies du siècle dernier, notamment le génocide, ont très durement traumatisées et malmenées. Toutes ces spécificités induisent un rythme de construction et une architecture démocratiques qui nous sont propres. On décrit parfois la société rwandaise comme une société moutonnière, aveugle, conduite à la baguette par un pouvoir tout droit sorti du 1984 de George Orwell. C’est stupide. Je ne suis pas un médecin qui délivre au peuple des ordonnances obligatoires sur ce qu’il doit faire ou ne pas faire en le prenant à la gorge. Ceux qui, à l’extérieur, nous dépeignent comme une sorte de fourmilière décervelée ne nous respectent pas et ne méritent pas notre respect. Nous sommes ouverts à tous les conseils en matière d’évolution démocratique, à condition qu’ils soient de bonne foi, mais nous n’aimons pas les prescriptions, encore moins les ordres.

Le Rwanda est souvent critiqué pour la façon avec laquelle le pouvoir conçoit le rôle des médias. À vos yeux, les médias doivent se faire l’écho des réalisations collectives et mobiliser l’opinion en faveur de l’État, plutôt que d’apprendre à la population à penser de manière critique et indépendante. La liberté de la presse vous fait-elle peur ?
Absolument pas. Il vous suffit de lire certains journaux rwandais en kinyarwanda pour vous rendre compte combien l’image d’un pouvoir muselant la presse est fausse. La critique y est fréquente, l’outrance, voire l’insulte, y sont récurrentes. Je vous ai dit que nous n’aimions pas les prescriptions : il n’y en a aucune ici en dehors des limites fixées par la loi commune à toutes les démocraties et qui sanctionnent la diffamation ou l’apologie du génocide. Pour le reste, mon opinion sur ce sujet diffère de celle que vous me prêtez. Je suis convaincu que les médias sont une institution clé pour le développement, en ce sens qu’ils aident à dépasser les dogmes par le débat et la critique. Chacun, rwandais ou étranger, est d’ailleurs libre de créer ici un journal, une radio ou une télévision, les seules contraintes étant celles du marché. Cela étant dit, je ne suis pas naïf. Autant je suis hostile à la police de la pensée et à la censure éditoriale – vous trouverez ainsi dans les librairies de Kigali des ouvrages quasi négationnistes sur le génocide en vente libre -, autant je suis contre cette tendance qu’ont beaucoup de professionnels des médias à définir selon leurs propres critères ce qu’il faut ou ne faut pas faire. Encore une fois, nous n’aimons pas les prescriptions d’où qu’elles viennent. Ce n’est pas aux médias, a fortiori étrangers, dont l’indépendance est d’ailleurs toute relative, de nous dicter la voie à suivre.
Votre pays est régulièrement loué pour son respect des critères de la bonne gouvernance. Or trois généraux et un colonel font en ce moment l’objet d’une enquête judiciaire pour leur implication présumée dans un trafic de minerais en provenance de la RD Congo. Cela ne donne-t-il pas raison aux ONG qui vous accusent de participer au pillage des richesses de votre voisin ?
Tout d’abord, je n’ai pas à me justifier, encore moins à répondre à des ONG qui feraient mieux de faire leur propre examen de conscience quant à leur rôle pendant et après le génocide. Ensuite, cette affaire démontre le contraire de ce que vous suggérez. C’est justement parce que nous avons, en termes de lutte contre la corruption, une tolérance zéro et parce que les forces de défense rwandaises obéissent à des standards moraux et professionnels parmi les plus rigoureux au monde que cette enquête a été ouverte. Enfin, n’attendez pas de moi que je commente dans le détail une procédure qui relève de la justice et d’elle seule.
Plusieurs dirigeants de l’opposition rwandaise en exil, dont votre ancien directeur de cabinet Théogène Rudasingwa, mais aussi d’anciens hauts responsables de l’armée réfugiés en Afrique du Sud, étaient des dirigeants très proches de vous. Comment expliquez-vous qu’ils vous aient en quelque sorte trahi ?
Ils ne m’ont pas trahi, ils se sont trahis eux-mêmes et ils ont trahi le peuple rwandais. Pour le reste, si certains de mes collaborateurs ne se montrent pas à la hauteur de la mission qui leur a été confiée, qu’on ne vienne pas m’en faire le reproche. J’accorde ma confiance, je délègue, mais je contrôle, je vérifie et je sanctionne les manquements. Certains ne le supportent pas et choisissent la fuite en avant plutôt que de faire face à leurs responsabilités. La nature humaine est ainsi faite… Inutile de revenir sur le dossier pénal de ces gens : il est de notoriété publique.

On décrit la société rwandaise comme moutonnière, dirigée à la baguette par un chef. C’est stupide.
On est surpris par la violence des arguments employés à votre encontre. Vous seriez une sorte de Machiavel monstrueux, coupable non seulement d’avoir commandité l’assassinat de deux présidents – Habyarimana et Kabila – mais aussi l’extermination des Tutsis du Rwanda pour parvenir au pouvoir. Pourquoi suscitez-vous tant de haine ?
Je crois que seule la psychiatrie pourrait nous être d’une quelconque utilité pour répondre à votre question. Nous ne sommes plus ici dans le domaine du rationnel. Ce n’est pas de ma compétence et je n’ai ni le temps ni le désir de me plonger dans le subconscient de cerveaux malades.
Un attentat à la grenade a encore eu lieu à Kigali en janvier. Qui est responsable ?
L’enquête avance. Elle mène, comme pour les précédents actes de terrorisme de ce type, à la même matrice : une connexion entre d’ex-généraux en fuite en Afrique du sud et les génocidaires des FDLR [Forces démocratiques de libération du Rwanda, NDLR] basés dans l’est de la RD Congo.
Cette conjonction entre opposants tutsis et hutus, illustrée par le récent rapprochement à Bruxelles entre le Rwandese National Congress et les Forces démocratiques unies de Victoire Ingabire – toujours détenue au Rwanda – vous inquiète-t-elle ?
Non. Elle est dans la nature des choses entre gens qui n’ont d’autres repères que la volonté de revanche. Mais elle n’a ici strictement aucun impact, ni aucune influence.
Le chef de milice tutsi Bosco Ntaganda, qui opère dans le Nord-Kivu avec le grade de général de l’armée congolaise, est poursuivi par la Cour pénale internationale (CPI) depuis plus de cinq ans. Êtes-vous favorable à son arrestation ?
C’est une affaire qui concerne le Congo et non le Rwanda. Deux choses, cependant : il est capital de tenir compte du contexte toujours très volatil de cette région et de connaître l’impact éventuel d’un tel événement sur l’équilibre sécuritaire. Il peut être positif, mais il peut tout aussi bien être très négatif, encore faut-il l’évaluer, ce qui n’a pas été fait. Deuxième observation : mes réserves quant au fonctionnement de la CPI et à son impartialité, que j’ai déjà maintes fois formulées, demeurent intactes.
Quelles sont vos relations avec le président Joseph Kabila ?
Bonnes. Fluides.
Pourquoi avez-vous refusé d’accorder votre agrément au nouvel ambassadeur de France proposé par Paris ?
Ne personnalisez pas votre question. C’est une décision qui relève du gouvernement, même si bien évidemment je l’assume. À l’examen, il est apparu que certains éléments, certains détails dans le curriculum vitæ de la personne proposée ne convenaient pas. Nous avons donc souhaité qu’un autre nom nous soit soumis. C’est une procédure normale, banale, je dirais routinière.
On a l’impression que quel qu’ait été le candidat proposé par Alain Juppé, votre réponse aurait été négative…
À tort. Nous savons faire le distinguo entre la France et son ministre des Affaires étrangères. Notre volonté d’avoir des relations de coopération actives et apaisées avec Paris est toujours la même.
Il n’empêche : faute d’ambassadeur, rien ne bouge. Pensez-vous que si François Hollande est élu le 6 mai la France et le Rwanda prendront enfin un nouveau départ ?
Je ne connais pas François Hollande, mais je suis ouvert, sans a priori, à poursuivre le dialogue avec le chef de l’État qu’auront élu les Français. Quel qu’il soit.

J’accorde ma confiance, je délègue, mais je contrôle, je vérifie et je sanctionne les manquements.
Vous avez été le seul Africain à vous prononcer ouvertement en faveur de l’élection de l’Américain Jim Yong Kim à la tête de la Banque mondiale. La candidate nigériane Ngozi Okonjo-Iweala ne vous convenait pas ?
Soyons précis. J’ai accueilli favorablement la nomination comme candidat de Jim Yong Kim par le président Obama, puis je l’ai félicité pour son élection. Il se trouve que je connais bien Jim et qu’il a effectué un travail remarquable au Rwanda dans le secteur de la santé : je n’allais pas cacher cela, ni l’estime que je lui porte. Mais cela ne signifie pas que je n’apprécie pas Okonjo-Iweala, que je connais également et qui a beaucoup de qualités.
Trouvez-vous normal que la Banque mondiale soit réservée à un Américain, le FMI à un Européen, et que l’Afrique demeure éternellement en marge de toutes les grandes instances internationales ?
Non. Mais je sais aussi que nous vivons dans le monde réel, pas dans le monde de nos rêves. Le constat que vous faites n’est que l’expression d’un rapport de force que l’Afrique parviendra à équilibrer à une condition : qu’elle se montre unie. Or nous ne parvenons même pas à nous entendre sur le poste de président de la Commission de l’Union africaine.
Entre Jean Ping et Nkosazana Dlamini-Zuma, quel est votre choix ?
Je choisirai le candidat que l’Afrique choisira.
Un coup d’État comme celui qui s’est produit au Mali est-il possible au Rwanda ?
Des mutins sortant de leur caserne pour marcher sur la présidence ? C’est un mauvais film, impossible à tourner ici faute d’acteurs, de réalisateur et de public. Mais ce qui s’est passé à Bamako est un peu la démonstration de ce que je vous ai dit à propos de la démocratie. Le Mali était un pays réputé démocratique et même encensé comme tel par les médias et les ONG. Or pas plus qu’on ne bâtit une maison en oubliant les fondations on ne construit une démocratie sur du sable.
À votre égard, vos compatriotes sont partagés entre l’admiration et la peur. Souvent, les deux cohabitent. La peur est-elle nécessaire à l’exercice du pouvoir ?
La peur certainement pas. Le respect, oui, absolument. Mais je doute fort que vous ayez fait un sondage scientifique pour affirmer cela. Faites-le et vous verrez que le positif l’emporte largement, dans le jugement des Rwandais, sur ce que vous croyez être de la peur.
Je ne vais pas vous reposer la question sur ce que vous comptez faire en 2017, terme de votre dernier mandat…
Effectivement. J’y ai déjà répondu cent fois. Donc, si vous ne me croyez pas, just wait and see.
Un scénario à la Poutine-Medvedev, dans lequel votre successeur jouerait le rôle de Medvedev et vous celui de Poutine, relève-t-il de la science-fiction ?
Le fait que cela se soit déjà produit en Russie démontre que ce n’est pas de la science-fiction. Mais en ce qui concerne le Rwanda, c’est de la fiction, tout simplement.


Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

 LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?   Empty Re: LE RWANDA FINALISE SON USINE DE TRAITEMENT DE COLTAN APRES CELLE DU RAFFINAGE DE L'OR ET PERSONNE N'IGNORE QUE LEURS MATIERES PREMIERES SONT LARGEMENT PILLEES AU CONGO. LE PR TSHISEKEDI REALISE-T-IL ENFIN SON CRIME D'AVOIR PACTISE AVEC UN RUSE ENNEMI ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum