congodiaspora
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -56%
GIGABYTE – Disque SSD Interne – 256Go ...
Voir le deal
24.99 €

UNE VIE NATIONALE PLEINE DE PARADOXES OU FAITS DIVERS CÔTOIENT DES BAVURES GRAVES !!!

Aller en bas

UNE VIE NATIONALE PLEINE DE PARADOXES OU FAITS DIVERS CÔTOIENT DES BAVURES GRAVES !!! Empty UNE VIE NATIONALE PLEINE DE PARADOXES OU FAITS DIVERS CÔTOIENT DES BAVURES GRAVES !!!

Message  ndonzwau 21/12/2021, 3:16 pm

UNE VIE NATIONALE PLEINE DE PARADOXES OU FAITS DIVERS CÔTOIENT DES BAVURES GRAVES !!!
Une ville morte violente (4morts et des blessés) à Goma pour protester contre l'insécurité croissante et la présence des policiers rwandais ! Bahati en mission officielle en Ouganda pour inaugurer un simple abattoir ! Katumbi à Kisangani pour lancer son parti ! Sesanga s'offre une nouvelle visibilité ! La Police tue un citoyen et la caravane d'un ministre subit des tirs ! Une jeune Compatriote est victime d'une attaque armée dans sa voiture ! Etc, etc... Qu'en dire ?



"RDC: plusieurs décès dans des violences à Goma lors de la journée ville morte - 20/12/2021
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20211220-rdc-au-moins-trois-d%C3%A9c%C3%A8s-dans-des-violences-%C3%A0-goma-lors-de-la-journ%C3%A9e-ville-morte

Des soldats congolais déployés à Goma, en RDC, avril 2021. (Image d'illustration) :copyright: REUTERS - OLIVIA ACLAND

Des organisations de la société civile, et des mouvement citoyens ont appelé à une journée ville morte, ce lundi 20 décembre 2021. Ils protestaient contre l’insécurité, et s'opposer à une éventuelle future présence de la police rwandaise pour lutter contre le terrorisme dans la région. Des violences ont eu lieu lors des manifestations et des morts sont à déplorer.
Avec notre correspondant à Bukavu, William Basimike

Le calme est revenu lundi en début de soirée après une journée mouvementée et des violences dans la partie nord de la ville de Goma, dans la province du Nord-Kivu. La journée ville morte s'est transformée en manifestations qui ont donné lieu à des violences et l'heure est au bilan et à l'établissement des responsabilités.
Dans un briefing à Kinshasa hier soir, le porte-parole de la police a donné un bilan, encore provisoire : quatre personnes tuées dont un commissaire de police, dix-sept blessés parmi lesquels cinq policiers et douze civils. Trois fusils AK47 des forces de l'ordre ont été emportés. Le commissaire supérieur principal Pierrot Mwanamputu ajoute que onze personnes interpellées seront déférées devant la justice.
De son côté, le mouvement citoyen Lucha confirme également la mort de quatre personnes : un policier et un maçon dans le quartier Majengo, un motard et un bébé atteint par balles sur le dos de sa mère à Ndosho, et une dizaine des blessés dont la mère de l’enfant tué.

Pneus brûlés, routes barricadées... 

On peut voir dans les quartiers populaires entre Majengo, Vision 20-20 et Buhene des stigmates des rassemblements : pneus brûlés, routes barricadées... La police s’était déployée dans cette zone pour dégager les passages. Les forces de l'ordre ont par ailleurs fait appel à l’armée congolaise qui tente de maîtriser les manifestants, indiquent des témoins.
Les organisateurs de la journée ville morte rejettent la responsabilité des violences sur les forces de l'ordre. Ils estiment que si la situation a dégénéré, c’est à cause de la brutalité policière.
De son côté, le porte-parole du gouverneur militaire du Nord-Kivu, le général Sylvain Ekenge, s’est, lui, étonné de constater que la ville morte a été transformée en manifestations pourtant interdites pendant l’état de siège. Il estime qu’il s’agit là d’une violation intentionnelle de la loi.
Le centre-ville est, lui, resté calme, mais les activités ont été fortement paralysées malgré l’appel ce dimanche du maire de Goma, le commissaire supérieur principal Kabeya Makossa François. L'officiel a exhorté la population à vaquer librement à ses occupations en cette période de préparatifs des festivités de fin d’année.
Le maire a aussi réaffirmé qu’il n’y avait aucune présence de policiers rwandais dans sa ville.

Une attitude que nous condamnons
Carbone Beni, Membre de la coordination nationale du mouvement Filimbi

Protestations contre les violences au quotidien

Les organisations demandent que soient évalués sans complaisance les effets de l'état de siège en vigueur depuis le mois de mai dans la province du Nord-Kivu. Elles protestent contre la persistance des meurtres, des cambriolages et des kidnappings au quotidien.

"Ville morte à Goma : Boutiques et magasins fermés, pas d’écoles, faible circulation - 20décembre 2021
= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2021/12/20/ville-morte-a-goma-boutiques-et-magasins-fermes-pas-decoles-faible-circulation.html/100169/
= https://www.france24.com/fr/%C3%A9missions/journal-de-l-afrique/20211220-rdc-ville-morte-%C3%A0-goma-4-morts-dans-une-manifestation-contre-la-criminalit%C3%A9
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20211220-rdc-des-organisations-de-la-soci%C3%A9t%C3%A9-civile-appellent-%C3%A0-une-journ%C3%A9e-ville-morte-%C3%A0-goma
= https://actualite.cd/2021/12/20/ville-morte-et-manifestation-goma-contre-la-criminalite-un-policier-tue
= https://fr.sputniknews.com/20211221/ville-morte-a-goma-4-morts-et-12-blesses-dans-une-manifestation-contre-la-criminalite-1054008331.html



"Ouganda : Bahati Lukwebo inaugure un abattoir à Kampala - 21 décembre 2021
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/12/21/ouganda-bahati-lukwebo-inaugure-un-abattoir-a-kampala.html/100242/
Le président du Sénat de la République démocratique du Congo, Modeste Bahati Lukwebo, a effectué une visite officielle au parc industriel de Nshaara où il a mandaté la Zhong Wu Beef Abattoir Imports & Exports Company dans le cadre de la zone de développement économique sino-ougandais. Cela a eu lieu ce mardi 21 décembre 2021 dans la matinée.
UNE VIE NATIONALE PLEINE DE PARADOXES OU FAITS DIVERS CÔTOIENT DES BAVURES GRAVES !!! FA1C0254-085D-4575-AF96-AEC09491813D
RDC : Le Président du Sénat en mission officielle en Ouganda pour assister à l’inauguration d’un abattoir
Selon un document intitulé « ordre de mission collectif » et signé par le sénateur Eddy Mundela Kanku, le Président du Sénat Congolais, Modeste Bahati Lukwebo est en mission de 5 jours à Kampala, en Ouganda. Motif, « visite officielle en vue de prendre part à la cérémonie de l’inauguration d’un abattoir ». Le speaker … Lire la suite de RDC : Le Président du Sénat en mission officielle en Ouganda pour assister à l’inauguration d’un abattoir
UNE VIE NATIONALE PLEINE DE PARADOXES OU FAITS DIVERS CÔTOIENT DES BAVURES GRAVES !!! Cropped-loader36Politico.cd
Le président de la chambre haute du Parlement congolais a, lors de la mise en service de l’installation, salué l’engagement du chef de l’État de la République d’Ouganda en ce qui concerne l’amélioration du commerce bilatéral entre la République démocratique du Congo et l’Ouganda. Modeste Bahati Lukwebo a affirmé la volonté de la RDC d’explorer de manière « significative » ces opportunités.
Par ailleurs, il a salué les efforts des responsables de l’Ambassade de la RDC en Ouganda, dirigée par Jean-Pierre Massala, notamment les responsables de l’Ambassade de l’Ouganda en RDC, dirigée par James Mbahimba ainsi que le secteur privé en Ouganda.

RDC, principal partenaire

Dans une série de tweets, le Gouvernement Ougandais affirme que « la République démocratique du Congo reste le principal partenaire commercial de l’Ouganda, avec un volume d’exportations de 578 900 000 USD enregistré en 2019, contre 491 420 000 USD (quatre cent quatre-vingt-onze millions, quatre cent vingt mille USD seulement) en 2018 ».
Le Zhong Wu Beef Imports and Exports Company est « le projet phare avec les équipements nécessaires fournis et soutenus » par les ministères du gouvernement de Yoweri Museveni en particulier le ministère de l’Agriculture, des Animaux et de la Pêche, l’Autorité ougandaise des investissements et tous les organismes de réglementation.
« L’abattoir est le premier du genre dans la partie ouest de l’Ouganda dans ce que l’on appelle communément le couloir des bovins. Ceci a été délibérément et intentionnellement créé par Yoweri Museveni pour améliorer la chaîne de valeur sur le marché de la transformation du bœuf bovin en Ouganda. L’entreprise a mis en place un abattoir (usine de transformation de la viande) à la pointe de la technologie avec une usine de production et un stockage entièrement automatisés avec une capacité de traitement d’animaux quotidienne de 400 prêts à l’exportation », précise Kampala.

= https://acturdc.com/rdc-modeste-bahati-en-mission-officielle-en-ouganda/
= https://liberteactu.com/index.php/2021/12/20/rd-congo-ouganda-tete-a-tete-modeste-bahati-et-yoweri-museveni-prevu-a-kampala/


"RDC : Katumbi dans le piège de l'Union sacrée
= http://afrikarabia.com/wordpress/rdc-katumbi-dans-le-piege-de-lunion-sacree/
Partir ou rester dans l'Union sacrée de Félix Tshisekedi, Moïse Katumbi devrait clarifier sa position à Kisangani ce lundi.UNE VIE NATIONALE PLEINE DE PARADOXES OU FAITS DIVERS CÔTOIENT DES BAVURES GRAVES !!! Moïse-Katumbi-1024x569
Moïse lors de son entretien avec Alain Foka sur RFI et France24 en décembre 2020 :copyright: Youtube

Quelle stratégie politique pour Moïse Katumbi deux ans avant les élections de 2023 ? Probable candidat à la prochaine présidentielle, l’ancien gouverneur du Katanga lancera officiellement sa jeune formation politique, Ensemble pour la République, lundi 20 décembre lors d’un grand rassemblement à Kisangani. La parole de l’homme d’affaires est particulièrement attendue, notamment sur son positionnement au sein de l’Union sacrée, la plateforme du président Félix Tshisekedi. Depuis plusieurs mois, les relations sont des plus tendus entre Ensemble et la mouvance présidentielle. Et les partisans de Moïse Katumbi attendent une clarification qui se fait attendre.

CENI, une ligne rouge franchie

Au coeur de la discorde entre Katumbi et Tshisekedi, il y a la désignation du bureau de la Commission électorale (CENI) et de son président, Denis Kadima, accusé d’être trop proche de l’actuel chef de l’Etat. « Une ligne rouge », selon Moïse Katumbi, que Félix Tshisekedi a franchi allègrement en passant en force et sans le consensus de l’ensemble des confessions religieuses, chargées de désignation un candidat. Comme Martin Fayulu ou Jean-Pierre Bemba (à des degrés différents) Moïse Katumbi avait accusé le prochain processus électoral d’être « non-transparent » et de vouloir placer à la tête de la CENI un président susceptible faire réélire Félix Tshisekedi.

Des consultations en suspens

La CENI n’est pas le seul point de tension. Cet été, les partisans de Moïse Katumbi avaient déjà été échaudés par le projet de loi de Noël Tshiani qui souhaitait que les prochains candidats à la présidentielle soient Congolais de père et de mère. Un dispositif qui visait clairement à écarter Moïse Katumbi de la course à la magistrature suprême, puisque son père est grec d’origine. Les partisans de l’ancien gouverneur accusaient Félix Tshisekedi d’être derrière cette tentative d’élimination politique de leur champion. Ces deux épisodes ont considérablement refroidi les membres d’Ensemble, et certains ont commencé à remettre en cause la participation du mouvement katumbiste dans l’Union sacrée. Au bord de la rupture depuis plusieurs mois, Moïse Katumbi avait décidé de consulter les membres du parti et ses alliés. Début novembre, la décision devait être imminente, mais depuis… c’est silence radio.

Risque d’implosion

Pour expliquer cet atermoiement, il faut mettre en balance les risques à quitter l’Union sacrée, ou à y rester. Divorcer de la plateforme présidentielle devrait satisfaire une bonne partie des militants d’Ensemble qui dénonce la volonté du président de s’octroyer les pleins pouvoirs pour s’accrocher à son fauteuil, « comme Kabila », nous confie un membre du parti. Le risque se situe surtout au niveau des cadres et des élus. Ensemble et ses alliés possèdent 70 députés et 5 ministres, dont la majorité d’entre eux ne sont pas prêts à lâcher l’Union sacrée… et leurs portefeuilles. Créer un schisme au sein des cadres et faire imploser le parti, est une option délicate alors que celui-ci vient tout juste de voir le jour.

L’Union sacrée, « uneerreur »

Le problème, c’est que rester au sein de l’Union sacrée est une décision tout aussi inconfortable. Moïse Katumbi devra ainsi partager le bilan de l’action gouvernementale, alors qu’il a la volonté de se présenter contre Félix Tshisekedi en 2023. Un grand écart qu’il sera difficile à justifier avant le scrutin. En fait, Moïse Katumbi semble s’être fait piégé après son entrée dans l’Union sacrée. L’ancien gouverneur du Katanga pensait pouvoir peser dans la composition de la future Commission électorale et s’assurer ainsi des élections crédibles et transparentes, avant de quitter l’Union sacrée à l’approche du scrutin. Moïse Katumbi pensait qu’il valait mieux être à l’intérieur du système qu’à l’extérieur. « C’était une erreur, nous confie un membre du parti, puisque Tshisekedi a fait ce qu’il a voulu à la Commission électorale, et a pu afficher l’arrivée d’Ensemble dans l’Union sacrée comme une belle prise de guerre ».

Opération clarification

Il faut maintenant que Moïse Katumbi affiche clairement sa position. Partir ou rester… et pour quelle stratégie ? « Il faut sortir par le haut de l’Union sacrée, explique un membre du parti qui plaide pour le divorce. Il y aura un coût politique élevé, mais nous avons encore tout le temps pour nous organiser avant 2023. » Ceux qui veulent rester au sein de l’Union sacrée estiment qu’ils peuvent encore influer au sein de la plateforme politique et des institutions. En interne, on cherche surtout une troisième voie, qui permettrait de marquer ses distances avec le bilan très contesté de Félix Tshisekedi, mais sans rupture violente. Un numéro d’équilibrisme entre Fayulu et Tshisekedi qu’il sera pourtant difficile de tenir devant ses militants à Kisangani.

"Moïse Katumbi à Kisangani : « Je viens chez moi, j’ai choisi cette ville parce qu’elle a beaucoup souffert » - 20 décembre 2021
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/12/20/moise-katumbi-a-kisangani-je-viens-chez-moi-jai-choisi-cette-ville-parce-quelle-a-beaucoup-souffert.html/100204/
"RDC : Moïse Katumbi à Kisangani pour implanter Ensemble pour la République - 20/12/2021
= https://www.radiookapi.net/2021/12/20/actualite/politique/rdc-moise-katumbi-kisangani-pour-implanter-ensemble-pour-la
"A Kisangani, un air de pré-campagne pour Moïse Katumbi, ancien gouverneur du Katanga - 21 décembre 2021
= https://www.voaafrique.com/a/mo%C3%AFse-katumbi-ancien-gouverneur-du-katanga-lance-son-parti-politique/6363056.html
= https://afrique.lalibre.be/66786/rdc-katumbi-a-kisangani-un-avant-gout-de-la-campagne-presidentielle-de-2023/
= https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/12/21/potentiel-candidat-a-l-election-presidentielle-de-2023-en-rdc-moise-katumbi-lance-son-parti_6106885_3212.html
= https://www.jeuneafrique.com/1283292/politique/rdc-ni-allie-ni-opposant-moise-katumbi-a-du-mal-a-choisir-son-camp/


"RAM : Delly Sesanga compare le Congo à un magicien  - 20.12.2021,
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-97902_ram_delly_sesanga_compare_le_congo_a_un_magicien.html
Des mots durs, de fois extrêmes qui décrivent malheureusement la vraie image de la RDC.
A cause de la taxe RAM, Delly Sesanga compare le Congo à un magicien. Celui-ci avant de donner de l’argent à quelqu’un qui sollicite ses services, le lui en demande d’abord.
Curieusement, le président de l’Envol présente cette image de la RDC sous le règne de Tshisekedi fils qui, a-t-il regretté, sort d’une famille politique qui vante à tout moment, « le peuple d’abord ».

« Ce pays est devenu comme un magicien. Vous lui demandez de faire ses pratiques afin que vous ayez beaucoup d’argent, mais le magicien lui commence par te demander de l’argent et pourtant si tu es venu chez lui, c’est parce que tu en as besoin. Vas-tu accepter cela? « .
Le député Sesanga remet même en cause la sincérité et le combat de ceux qui sont aux commandes aujourd’hui car il conçoit mal que les mêmes personnes ne veulent plus jamais engager un débat autour de la taxe RAM.
« Ils nous ont dit ici qu’ils se battent pour le peuple d’abord, mais comment expliquer qu’ils prennent l’argent de RAM. Si nous demandons d’en parler, ils ne veulent pas mais cet argent va où ? », s’est-il inquièté.
Delly Sesanga prend le peuple à témoin et dit clairement à Félix Tshisekedi que ses applaudisseurs sont en train de le mentir et le dérouter du droit chemin. Pire encore, rappelle-t-il, aujourd’hui avant d’organiser une manifestation politique, il faut être de l’Union sacrée. Une régression démocratique.
« Nous devons nous mettre ensemble, suivez ce qu’on vous dit. Nous allons continuer le combat de Thérèse Kapangala et de Rossy Mukendi jusqu’aux élections de 2023 ».
L’élu de Luiza demande à la population de récupérer son pouvoir en 2023. En clair, Sesanga appelle les Congolais à retirer la confiance à Tshisekedi qui a, selon lui, montré ses limites dans sa gestion.
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-97900_sesanga_a_ngobila_au_lieu_d_interdire_des_manifestations_rends_kinshasa_propre.html
"Delly Sesanga alerte: « les enjeux des agendas dans les pays de la sous-région nous entraîneront un jour sûrement là ou les congolais ont toujours refusé d'arriver » -  17 décembre 2021
= https://actualite.cd/2021/12/17/delly-sesanga-alerte-les-enjeux-des-agendas-dans-les-pays-de-la-sous-region-nous
= https://actualite.cd/2021/12/03/tension-entre-mboso-et-sesanga-delinquant-voyoules-noms-doiseaux-ont-vole
"Kinshasa : Sesanga dénonce une « dictature à outrance » visant à empêcher les élus à défendre la population - 19 décembre 2021
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/12/19/kinshasa-sesanga-denonce-une-dictature-a-outrance-visant-a-empecher-les-elus-a-defendre-la-population.html/100129/


"Meurtre d’Olivier Mpunga : Deux responsables des services spéciaux de la PNC déjà aux arrêts -
20 décembre 2021

Deux hauts responsables des services spéciaux de la police nationale congolaise à savoir, le colonel Mopepe, chef de département des opérations à la Direction générale des renseignements et services spéciaux (DGRSP) et le capitaine Morgan ont été arrêtés dans l’affaire meurtre du jeune Olivier Mpunga âgé de 32 ans, rapportent les sources policières.
D’après ces sources, ces deux hauts responsables de la DGRSP ont déjà été transférés à l’auditorat militaire où ils doivent être auditionnés.
Ces nouvelles arrestations interviennent après que le vice-ministre de la Justice Amato Bayubasire Mirindi ait annoncé dimanche 19 décembre, quatre (4) autres interpellations toujours dans cette affaire qui a suscité un tollé général depuis 48 heures.
Parmi ses arrestations renseigne Amato Bayubasire, « il y a celles de l’officier de police judiciaire qui a auditionné la victime (Olivier Mpunga), le chef de poste du lieu, le propriétaire du véhicule qui a probablement filmé et diffusé ces images et le receleur qui a acheté le véhicule querellé ».
"Bavures policières, pas toujours la même acception… - 21/12/2021
= https://www.forumdesas.net/2021/12/bavures-policieres-pas-toujours-la-meme-acception/
Comment ne pas verser des larmes à la suite de tant de pertes en vies humaines dont un bébé. A Kinshasa et à Goma. Comment ne pas être de cœur avec les proches des victimes. Comment ne pas saluer, pour le cas du regretté Mpunga, la célérité avec laquelle la Justice militaire a pris l’affaire en charge. Comment  in fine ne pas noter l’implication du Gouvernement,  via son porte-parole, qui ne ménage aucun effort pour communiquer sur tous les aspects que charrie la succession de séquences estampillées « bavures policières « .
Bavure ? Dérapage ? C’est a priori le cas à Kinshasa avec notamment, le « supplice Mpunga« , l’incident de Mbudi et à Goma hier à l’occasion de la ville-morte. Le problème,  c’est cette lecture à géométrie très variable  du  comportement inapproprié et inacceptable  de certains  policiers.[...]"
= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2021/12/20/meurtres-dolivier-mpunga-deux-responsables-des-services-speciaux-de-la-pnc-deja-aux-arrets.html/100198/
"Mort du jeune Olivier Mpunga en RDC: à la barre, l'un des policiers assume - 21/12/2021
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20211221-mort-du-jeune-olivier-mpunga-en-rdc-%C3%A0-la-barre-l-un-des-policiers-assume
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20211219-rdc-la-mort-du-jeune-olivier-mpunga-dans-les-locaux-du-renseignement-suscite-l-indignation
= https://actualite.cd/2021/12/19/affaire-olivier-mpunga-retrouve-mort-dans-les-installations-de-la-police-ce-crime-ne



"Victime d’une bavure policière, le ministre Gisaro n’a pas été touché physiquement - 19/12/2021
= https://www.radiookapi.net/2021/12/20/actualite/societe/victime-dune-bavure-policiere-le-ministre-gisaro-na-pas-ete-touche
Le ministre d'Etat, ministre des Infrastructures et Travaux publics Alexis Gisaro, victime d’une bavure policière, se porte bien et n'a pas été touché physiquement. La précision a été donnée ce dimanche 19 décembre par le porte-parole du gouvernement, le ministre de la Communication et Médias Patrick Muyaya :
« Je viens d’échanger avec mon collègue Alexis Gisaro. Il se porte bien et n’a pas été physiquement touché. Une équipe d’intervention de la police est arrivée sur place. La situation est suivie de très près ».

M. Muyaya donnait cette précision à la suite de l’alerte lancée ce dimanche par l’équipe de communication du ministre Gisaro :
« En pleine descente sur terrain, des policiers bien armés ont tiré sur le ministre d'État en charge des ITP, Alexis Gisaro et toute son équipe. Le ministre est introuvable et il y a des blessés ».
Le même service a rassuré le public avec un autre tweet : « le ministre d'État Alexis Gisaro est bien portant et est sécurisé par ses gardes sur le même lieu du drame ».
Le policier, auteur de cette bavure est aux arrêts.
« Le commissaire Pesika, responsable du Groupe mobile d’intervention-Ouest GEMI détaché à la sécurité de la concession CPA-IMMOTEX, responsable des tirs durant le passage du ministre Gisaro a été appréhendé ce soir par la police. Il répondra de ses actes devant la justice », a indiqué le ministre Patrick Muyaya.
Alors qu’il inspectait les travaux dans la ville de Kinshasa, en compagnie des députés nationaux de la capitale, des policiers bien armés ont tiré sur le cortège du ministre Alexis Gisaro et son équipe au quartier Mbudi dans la commune de Mont-Ngafula.
= https://actualite.cd/2021/12/20/kinshasa-deux-blesses-lors-des-tirs-contre-la-delegation-du-ministre-gisaro-police
= https://actualite.cd/2021/12/19/kinshasa-le-policier-la-base-des-tirs-contre-la-delegation-du-ministre-alexis-gisaro-aux


"La garde du corps de Denise Nyakeru Tshisekedi tire sur une dame en plein centre ville de Kinshasa
= https://acturdc.com/rdc-la-garde-du-corps-de-denise-nyakeru-tshisekedi-tire-sur-une-dame-en-plein-centre-ville-de-kinshasa/


"RDC: Ferdinand Kambere du PPRD transféré à Makala ce matin - 21 décembre 2021
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/12/21/rdc-ferdinand-kambere-du-pprd-transfere-a-makala-ce-matin.html/100231/



"RDC: "Ville morte" à Goma, 4 morts dans une manifestation contre la criminalité • FRANCE 24 -20 déc. 2021



"BAHATI LUKWEBO EN OUGANDA POUR INAUGURER UN ABATTOIR - 21 déc. 2021



"KISANGANI Tombé avec le Meeting, KATUMBI tout feu tout flamme !!! -21 déc.2021"



"Qui de Denise Nyakeru ou Antoinette Sassou a donner l'ordre de tirer sur Claudia Wangata ? - 20 déc. 2021



"LE MINISTRE DE L'ITP ALEXIS GISARO VIENT D'ETRE VICTIME DES TIRS A BALLES REELLES DE LA POLICE - 19 déc. 2021



"KINSHASA: SUIVEZ LE PROCES EN DIRECT (LIWA YA OLIVIER MPUNGA) - 20 déc. 2021"







[/quote]

Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

UNE VIE NATIONALE PLEINE DE PARADOXES OU FAITS DIVERS CÔTOIENT DES BAVURES GRAVES !!! Empty Re: UNE VIE NATIONALE PLEINE DE PARADOXES OU FAITS DIVERS CÔTOIENT DES BAVURES GRAVES !!!

Message  ndonzwau 22/12/2021, 6:31 pm

F
M.



"RDC : un policier tué lors de la manifestation "Ville morte" à Goma contre la criminalité - 20/12/2021
= https://www.rtbf.be/info/monde/detail_rdc-un-policier-tue-lors-de-la-manifestation-ville-morte-a-goma-contre-la-criminalite?id=10901537
Au moins un policier a été tué par balle lundi matin à Goma, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC) lors d'échauffourées avec des manifestants appelés à une journée "ville morte" pour protester contre la criminalité. Ils demandent notamment que soient "évalués sans complaisance" les effets de l'état de siège en vigueur depuis début mai dans la province du Nord-Kivu et celle voisine de l'Ituri. La police a tiré à balles réelles et fait usage de gaz lacrymogène pour disperser la foule. Dans les affrontements, dans le nord de la ville, un policier a été tué
Décrétée par Kinshasa pour tenter de mettre fin aux violences des groupes armés qui écument l'est du pays depuis un quart de siècle, cette mesure avait été saluée au départ par certains habitants de Goma, qui avaient noté une baisse des délits de droit commun. Mais plusieurs incidents violents ont eu lieu ces dernières semaines, notamment la mort d'un cambiste 14 décembre et un braquage le 16 décembre, qui a fait deux morts et plusieurs blessés.

Tensions avec le Rwanda voisin

Les manifestants disent enfin "s'opposer catégoriquement à l'entrée de la police rwandaise dans la ville de Goma", comme a pu le laisser croire un mémorandum d'entente signé en début de semaine dernière à Kigali par les polices du Rwanda et de RDC pour une meilleure coopération transfrontalière afin de lutter contre divers trafics.
Il n'est pas question que des policiers rwandais viennent faire du maintien de l'ordre à Goma, "c'est du mensonge sur toute la ligne", a assuré samedi à Kinshasa le commissaire général de la police nationale congolaise, le général Dieudonné Amuli Bahigwa.
= https://afrique.lalibre.be/66769/ville-morte-et-manifestation-a-goma-rdc-contre-la-criminalite-un-policier-tue/
"Echauffourées de Goma : le caucus des députés du Nord-Kivu chez Mboso - 21-12-2021
= https://www.lepotentiel.cd/g?post=2888
"Un parfum de sondage sur Goma -22/12/2021
= https://www.forumdesas.net/2021/12/un-parfum-de-sondage-sur-goma/
"RDC : L’armée promet traduire en justice les organisateurs de la ville morte de Goma - 21 décembre 2021
= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2021/12/21/rdc-larmee-promet-traduire-en-justice-les-organisateurs-de-la-ville-morte-de-goma.html/100250/
"RDC - Rwanda
https://amp.dw.com/fr/rdc-rwanda-police-op%C3%A9rations-conjointes-paix-s%C3%A9curit%C3%A9-manifestations/a-60200989



"Bahati à Kampala pour s’enquérir de l’expérience agricole ougandaise - 21/12/2021
= https://www.diaspordc.com/bahati-a-kampala-pour-senquerir-de-lexperience-agricole-ougandaise/
Le président de la chambre haute du Parlement, Modeste Bahati Lukwebo, est en mission officielle de cinq jours à Kampala en Ouganda, depuis dimanche dernier, en vue de prendre part à la cérémonie de l’inauguration de l’abattoir chinois Zhong Wu Beef abattoir, situé dans la ferme agricole, dans le district de Mbarara, en Ouganda, une façon pour le speaker du Sénat congolais de s’enquérir de l’expérience agricole ougandaise.
Le programme de l’auteur de la proposition de loi modifiant et complétant la loi portant sur les principes fondamentaux relatifs à l’agriculture au Sénat en République démocratique du Congo, prévoit une visite au parc agroindustriel de Nshaara, où il prendra part à la cérémonie officielle de l’ouverture de l’usine Zhang Wu Beef, à Mbarara.


Selon les sources ougandaises jointes par l’ACP, cette visite s’inscrit de manière générale, dans le cadre du renforcement des relations bilatérales cordiales entre les deux pays.
Modeste Bahati Lukwebo, très déterminé à rendre attrayant le secteur agricole congolais, à travers sa proposition de loi, rencontrera à State House, à Entebbe, le Chef de l’Etat Yoweri Museveni pour » discuter des moyens de renforcer et de consolider les relations bilatérales dans l’intérêt mutuel de l’Ouganda et de la République démocratique du Congo (RDC) » en général et dans le secteur agricole en particulier.
Une opportunité pour lui d’enrichir sa proposition de loi en matière agricole, de manière à assainir davantage ce secteur.

Le clou de cette mission, d’après le ministère ougandais des Affaires Etrangères, se trouve être l’entretien qu’effectuera le président du Sénat avec son homologue Jacob Oulanyah, Président du Parlement de la République d’Ouganda.
L’Ouganda et la RDC entretiennent des relations bilatérales qui reflètent une histoire de liens politiques, économiques et socioculturels étroits et d’intérêts mutuels communs. Ces intérêts sont poursuivis dans le cadre de la Commission Permanente Mixte (CPM) qui est le cadre de la coopération bilatérale, créée en 1986.
Notons qu’à son arrivée dimanche à Kampala, le président du Sénat de la RDC a été reçu par une délégation de responsables gouvernementaux de deux pays conduite par Harriet Ntabazi, la ministre d’Etat ougandaise chargée du Commerce, de l’Industrie et des Coopératives, le Pr Ephraim Kamuntu, conseiller spécial de la Présidence, James Mbahimba le sortant ougandais Ambassadeur en RDC, Jean Pierre Massala, l’ambassadeur par intérim de la RDC en Ouganda, Dr Edith Namutebi conseillère à l’ambassade d’Ouganda à Kinshasa, et Stephen Kaboyo, président de la structure Sino Uganda, ainsi que d’autres membres de la communauté des affaires.


"Potentiel candidat à l’élection présidentielle de 2023 en RDC, Moïse Katumbi lance son parti - 21 décembre 2021
= https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/12/21/potentiel-candidat-a-l-election-presidentielle-de-2023-en-rdc-moise-katumbi-lance-son-parti_6106885_3212.html
L’ancien gouverneur du Katanga, qui reste pour l’instant membre de la coalition au pouvoir, a tenu un meeting à Kisangani devant une foule nombreuse.

L’ex-gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi, a lancé son parti Ensemble pour la République, lundi 20 décembre, dans la perspective de l’élection présidentielle de 2023 en République démocratique du Congo (RDC), tout en restant pour l’instant membre de la coalition au pouvoir.
Lire aussi  RDC : après trois ans d’exil, l’opposant Moïse Katumbi est de retour  
Le lancement officiel des activités d’Ensemble pour la République a eu lieu à Kisangani, importante ville du nord-est de la RDC, où M. Katumbi, tout de blanc vêtu, est arrivé en début d’après-midi en jet privé. Des dizaines de milliers de partisans l’ont accompagné de l’aéroport jusqu’à la place de la Poste, où il a tenu un meeting devant une foule nombreuse. « Je suis venu à Kisangani pour lancer officiellement les activités d’Ensemble. Cette ville a hissé de grands hommes politiques congolais. D’ailleurs, j’aurai ma seconde résidence ici pour être en communion avec vous », a-t-il déclaré en swahili, la langue parlée dans l’est de la RDC.

Lignes rouges

Mi-avril, le richissime homme d’affaires avait tracé deux lignes rouges qui le pousseraient à quitter l’Union sacrée de la nation, la coalition gouvernementale mise en place par le président Félix Tshisekedi fin 2020 : l’examen par le Parlement d’une loi interdisant à tout Congolais né d’un parent étranger de postuler à l’élection présidentielle, et l’absence d’un consensus autour de la désignation des membres de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Le Parlement n’a pas inscrit cette loi controversée dans son agenda. Par contre, les membres de la CENI ont été investis malgré l’opposition des Eglises catholique et protestante. M. Katumbi n’avait pas envoyé la liste de ses délégués.
« Je suis avec eux dans l’Union sacrée de la nation, mais je n’accepterai pas de bêtises », a-t-il menacé, invitant le gouvernement à supprimer une taxe sur les téléphones mobiles considérée comme « illégale » par le Sénat. Fort de son expérience dans le domaine minier, l’ancien gouverneur du Katanga a affirmé que la pandémie de Covid-19 ne peut justifier l’incapacité du gouvernement à répondre aux attentes de la population congolaise, au moment où les cours du cobalt et du cuivre ont atteint des sommets historiques.

”Arracher la confiance de la population non pas par des discours et des promesses mais en étant à côté d’elle”, l’appel de Katumbi à Kisangani
21.12.2021

= https://www.mediacongo.net/article-actualite-97976_arracher_la_confiance_de_la_population_non_pas_par_des_discours_et_des_promesses_mais_en_etant_a_cote_d_elle_l_appel_de_katumbi_a_kisangani.html
"Katumbi à Kisangani : "Nous ne sommes pas dans l'Union Sacrée pour tout cautionner" - 20 /12/2021
= https://www.7sur7.cd/2021/12/20/katumbi-kisangani-nous-ne-sommes-pas-dans-lunion-sacree-pour-tout-cautionner
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-97963_moise_katumbi_a_kisangani_je_suis_avec_eux_dans_l_union_sacree_de_la_nation_mais_je_n_accepterai_pas_de_betises.html
"Kisangani: Moïse Katumbi visite quelques sites ce mardi avant le départ pour la province du Bas- Uélé - 21/12/2021
= https://www.opinion-info.cd/politique/2021/12/21/kisangani-moise-katumbi-visite-quelques-sites-ce-mardi-avant-le-depart-pour-la
= https://www.election-net.com/kisangani-ces-promesses-de-moise-katumbi-a-la-population
"Katumbi demande à Fatshi et Sama de supprimer le RAM - 21/12/2021
= https://www.forumdesas.net/2021/12/katumbi-demande-a-fatshi-et-sama-de-supprimer-le-ram/
= https://www.7sur7.cd/2021/12/20/rdc-kisangani-katumbi-affirme-que-ram-coupe-ses-credits-quand-il-voulait-appeler-sa
"Le Ministre Chérubin Okende en vadrouille à Kisangani aux côtés de Katumbi ! - 21.12.2021
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-97968_le_ministre_cherubin_okende_en_vadrouille_a_kisangani_aux_cotes_de_katumbi.htm
"« Jacky Ndala est injustement privé de liberté », dénonce Katumbi - 21.12.2021
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-97967_jacky_ndala_est_injustement_prive_de_liberte_denonce_katumbi.html
= https://www.radiookapi.net/2021/12/22/actualite/politique/kisangani-moise-katumbi-appelle-les-cadres-de-son-parti-se-mobiliser
"Moïse Katumbi à Kisangani : un discours ambigu -22 décembre 2021
= https://www.lephareonline.net/moise-katumbi-a-kisangani-un-discours-ambigu/


"Incident de MBudi : Communique de la Police PROVINCIALE - 21 décembre 2021
   = https://www.lephareonline.net/incident-de-mbudi-communique-de-la-police-provinciale%ef%bb%bf/
Un incident malheureux s’est produit le dimanche 19 Décembre 2021 vers 18h30 dans la Commune de Mont NGAFULA près de la concession ex- CPA. Le commissariat provincial de la police nationale congolaise ville de Kinshasa déplore cet incident survenu pendant que Son Excellence Monsieur le Ministre d’État, Ministre des Infrastructures et Travaux Publics ainsi que quelques députés nationaux étaient en tournée d’inspection des chantiers.
Le même dimanche, le commandant détachement, le Commissaire PESIKA AKSANTI et toute son équipe, auteurs dudit incident ont été relevés et arrêtés sur instruction de son Excellence Monsieur le Vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur, Sécurité, Décentralisation et Affaires Coutumières. Les poursuites judiciaires sont en cours pour rétablir les responsabilités conformément à la loi.
Face à ce dérapage que le commissariat provincial condamne fermement, il sied tout de même de préciser ce qui suit:

1. Les éléments de la police commis à la sécurité de société IMMOTEX SA ex-CPA ont été déployés sur place sur réquisition d’information numéro 6346/RI  9725/PG023/a/JML/2021 du parquet général près la cour d’appel de Kinshasa-GOMBE depuis le mois de novembre 2021 pour assister ladite société à reconstruire le mur d’enceinte de sa concession détruit à plusieurs reprises par des individus qualifiés d’intrus et occupants illégaux:
2. La police n’a pas usé des armes létales. Les détonations entendues sont celles des bombes lacrymogènes.
3. Les éléments de la police postés à la concession ex-CPA voyant l’attroupement hostile formé par la population venue voir la délégation du ministre d’État ont cru qu’il s’agissait des personnes venues une fois de plus détruire le mur d’enceinte de IMMOTEX qu’ils étaient censés protéger sur base de la réquisition du parquet. C’est ainsi qu’ils ont tiré des lacrymogènes assourdissantes pour les disperser.
         Malheureusement, dans cette panique provoquée par les détonations des lacrymogènes condors GL 700 multiples coups deux personnes ont été légèrement blessées.
Fait à Kinshasa, le 20 décembre 2021
Le Commissaire Provincial de la
Police Ville de Kinshasa
KASONGO KITENGE Sylvano
Commissaire Divisionnaire Adjoint


""Delly Sesanga : "Si Félix Tshisekedi suit les politiciens corbillards, ils le conduiront jusqu'à la chute et ils vont le renier"
= https://www.7sur7.cd/2021/12/19/delly-sesanga-si-felix-tshisekedi-suit-les-politiciens-corbillards-ils-le-conduiront
Le député national Delly Sesanga, président du parti politique Envol, était face aux habitants du quartier Camp Luka dans la commune de Ngaliema à Kinshasa, ce dimanche 19 décembre 2021.
L'élu de Luiza a profité de cette occasion pour donner un conseil au chef de l'État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo. Delly Sesanga a appelé le président de la République à se méfier des politiciens qu'il a qualifié de "corbillards".

Le président de l'Envol a expliqué que ces politiciens sont des personnes qui conduisent le président vers le cimetière pour après, chercher à se ranger derrière un autre, dans le but de sauvegarder leurs intérêts. 
"Dans notre classe politique, il y a ceux que j'appelle politiciens corbillards. Vous connaissez les politiciens corbillards ? Je ne cite personne mais eux-mêmes vont se reconnaître. Quand quelqu'un meurt, le corbillard le conduit au cimetière. Est-ce que le corbillard reste au cimetière ? C'est pourquoi je dis qu'il y a des politiciens qui suivent le chef de l'État pour le conduire jusqu'à la tombe. Quand ils vont le laisser là-bas, ils vont cherchons un autre pour le conduire encore là-bas. Si Félix [Tshisekedi ndlr] suit les politiciens corbillards, ils vont le conduire jusqu'à la chute et ils vont le renier", a indiqué Delly Sesanga. 
Dans la foulée, l'élu de Luiza s'est insurgé en faux contre ceux qui, a-t-il dit, trompent le chef de l'État que la population de Camp Luka est rangée derrière lui.
"C'est faux, la vérité est que la population de Camp Luka souffre beaucoup. Il y a la souffrance au quartier Camp Luka. Qu'on ne lui [Félix Tshisekedi ndlr] trompe pas que les gens sont derrière lui", a martelé Delly Sesanga. 
S'adressant toujours aux habitants du quartier Camp Luka, Delly Sesanga a appelé à lutter contre le tribalisme en République démocratique du Congo. Pour lui, le Congo-Kinshasa doit rester un et invisible. 
En outre, Delly Sesanga a annoncé qu'un siège de son parti politique sera installé au quartier Camp Luka dans les prochains jours. D'après lui, ce siège permettra à sa formation politique de rester en contact permanent avec la population de cette partie de la capitale congolaise.

"D. Sesanga : «Le peuple va récupérer son pouvoir en 2023 - 20/12/2021
= https://www.forumdesas.net/2021/12/d-sesanga-le-peuple-va-recuperer-son-pouvoir-en-2023/
"RDC : “Ils refusent que nous parlions de RAM à l’Assemblée nationale. Où va l'argent récolté sans se soucier de la population ?” (Delly Sesanga) - 20 décembre 2021
= https://actualite.cd/2021/12/20/rdc-ils-refusent-que-nous-parlions-de-ram-lassemblee-nationale-ou-va-largent-recolte


"RDC-bavures policières : « il faudra envisager d’adapter la formation des agents de police », des kinoises s’expriment - 21 décembre 2021
= https://actualite.cd/2021/12/21/rdc-bavures-policieres-il-faudra-envisager-dadapter-la-formation-des-agents-de-police
Les réactions se succèdent après les cas de bavures policières du week-end dernier. Pendant que le procès en flagrance concernant le meurtre présumé de Olivier Mpunga dans les bureaux de la police se poursuit ce 21 décembre devant la Cour militaire, des Kinoises ont donné leurs points de vue.  
  « Nous sommes témoins et victimes de ces bavures ici à Kinshasa. Lorsqu’ils sont mandatés pour disperser les marchés pirates, les agents de police le font sans cœur. Sans aucune considération. Ils y trouvent parfois un moyen de ravir nos biens », explique Christelle Mpanu-Mpanu, vendeuse d’accessoires de beauté sur l’avenue Rwakadingi. 
Au cours du procès en flagrance, 4 policiers ont comparu devant la Cour militaire. La thèse de pendaison a été soulevée par Samuel Mopepe, Commissaire supérieur principal, soutenue également par le commissaire Nzita ainsi que le Chef de poste et brigadier Tumba wa Tumba. 
Espérance Nsamba et Channel Mutala dressent leurs attentes par rapport à l’aboutissement de la procédure judiciaire.
« Hier, j’ai eu le temps de suivre une partie du procès concernant le meurtre du jeune homme de 32 ans. C’est vraiment pénible de voir comment les policiers répondaient aux questions. Sans les vidéos et photos des tortures, on peut croire à l’hypothèse selon laquelle Olivier Mpunga se serait pendu. Comment peut-on arracher la vie à une personne pour une affaire de véhicule ? Comment des agents de police peuvent agir de cette façon sans avoir porté un jugement légal ? Cela m’étonne vraiment. Il faut que justice soit rendue à ce jeune homme », analyse Espérance Nsamba, responsable d’une agence de voyage au niveau national. 
A Channel Mutala, étudiante de troisième graduat en marketing à l’ISC d’ajouter, « nous voulons qu’après ce procès, les sanctions soient imposées aux auteurs du meurtre présumé. La police nationale a aussi fait savoir que l’agent auteur des tirs à l’égard du ministre Gisaro et de la délégation des députés a été interpellé. C’est une bonne chose. Les sanctions doivent également suivre ».

Qu’est-ce qui serait à la base de ces cas multiples de bévues policières ? 

Balles perdues, tirs de sommation, tracasseries routières et interpellation brutale… nombreuses sont les bévues qui ont été filmées ou photographiées au cours des deux dernières années en RDC. Parmi les causes, Fidéline Ewamba et Narcisse Tshibola évoquent l’absence des sanctions exemplaires et la difficile situation économique.  
« Que doit-on dire pour tous ceux qui sont tombés sous les balles d’un policier non formé en RDC ? Quelle justice pour tous ceux qui crèvent actuellement dans les hôpitaux pour avoir été victimes des bavures policières ? Nos autorités entendent et voient les dénonciations mais aucune action forte n’est menée pour décourager les bavures. Des brèves interpellations, des procès qui n’aboutissent pas, des condamnés qui sont relâchés, (…) Il faut des sanctions rigoureuses et exemplaires » dit Fidéline Ewamba, formatrice dans un centre de formation en langues
A Narcisse Tshibola de renchérir, « il faut que la situation sociale s’améliore. Nous tendons vers les festivités de fin d’années. Mais la situation économique devient de plus en plus difficile. Les produits de première nécessité sont en hausse. Pendant ce temps, les policiers aussi se battent à leur niveau pour répondre aux besoins de leurs familles. Sans un salaire consistant, on peut comprendre d’où viennent toutes ces tracasseries ». 
Pour conclure, en termes des réformes, Sarah Faida, étudiante en première licence Communication à l’Université catholique pense qu’« il faudra envisager d’adapter la formation des agents de police au contexte congolais. Il ne s’agit pas juste de changer les individus et les postes mais de revoir tout le processus de recrutement, de formation et d’affectation des agents. Cela va permettre à la RDC d’avoir des policiers qualifiés et utiles à la nation ».
= https://actualite.cd/2021/12/20/bavures-policieres-en-rdc-recrutement-formation-remuneration-des-actrices-de-la-societe
"Les ratés de la réforme 21-12-2021
= https://www.lepotentiel.cd/g?post=2893
"Jusqu’au bout ! -22 décembre 2021
= https://laprosperiteonline.net/2021/12/22/rasoir/jusquau-bout/

= https://actualite.cd/2021/12/22/rdc-le-clc-exige-la-cessation-immediate-de-prelevement-ram-et-le-remboursement-des

 
"Plus de 20 ans après, « la RDC reste en proie à des cycles récurrents, nouveaux de conflits et de violence persistante perpétrée par des groupes armés » (ONU) - 21.12.2021
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-97965_plus_de_20_ans_apres_la_rdc_reste_en_proie_a_des_cycles_recurrents_nouveaux_de_conflits_et_de_violence_persistante_perpetree_par_des_groupes_armes_onu.html
Le conseil de sécurité de l’organisation des Nations-Unies (ONU) a prorogé d’un an le mandat de la MONUSCO (Mission de l’organisation des Nations-Unies pour la stabilisation en République Démocratique du Congo). C’était au cours de sa réunion lundi 20 décembre 2021 à New-York, laquelle a consacré l’adoption de la Résolution 2612.

Dans cette résolution (2612), les 15 membres du conseil de sécurité ont réaffirmé les principes fondamentaux du maintien de la paix que sont « le consentement des parties, l’impartialité et le non-recours à la force, sauf en cas de légitime défense ou pour la défense du mandat, et sont conscients que le mandat de chaque mission de maintien de la paix est déterminé en fonction des besoins et de la situation du pays concerné ».
Ils réaffirment aussi le ferme attachement de l’ONU, à travers sa mission en RDC (MONUSCO), la souveraineté, à l’indépendance, à l’unité et à l’intégrité territoriale au pays et de tous les États de la région, et soulignant que les principes de non-ingérence, de bon voisinage et de coopération régionale doivent être pleinement respectés.
Dans sa résolution, l’ONU rappelle que c’est au Gouvernement congolais qu’il incombe au premier chef de protéger les civils se trouvant sur son territoire et relevant de sa juridiction, et notamment de les protéger des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre.
« La RDC reste en proie à des cycles récurrents et nouveaux de conflits et de violence persistante perpétrée par des groupes armés étrangers et nationaux, qui exacerbent une crise profondément préoccupante en matière de sécurité, de situation humanitaire et de droits humains, ainsi qu’à la violence intercommunautaire et à la violence des milices dans certaines régions du pays, se déclarant préoccupé des liens signalés entre des groupes armés et des réseaux terroristes dans l’Est de la République Démocratique du Congo et soulignant que de tels liens peuvent exacerber davantage les conflits et contribuer à saper l’autorité de l’État », note l’ONU.

Prenant acte des efforts que le Gouvernement et le peuple congolais déploient en faveur de la réalisation de la paix et du développement national et constatant l’action que mènent les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) et la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) afin de lutter contre la menace que représentent les groupes armés dans le pays, les Nations-Unies encouragent le Secrétaire général, son envoyé spécial pour la région des Grands Lacs, l’Union Africaine ainsi que la Conférence Internationale sur la région des Grands Lacs, la Communauté de développement de l’Afrique australe et les États signataires de l’Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la RDC et la région à poursuivre l’action menée pour restaurer la paix et la sécurité en République Démocratique du Congo, et engagent le Gouvernement congolais à entretenir une coopération étroite et suivie avec ces parties et d’autres parties internationales.
Conscient de l’importance du recours aux mesures de renforcement de la confiance, à la facilitation, à la médiation, aux bons offices et au dialogue local pour parvenir à la paix et à la sécurité en République Démocratique du Congo, et de la nécessité pour la MONUSCO, le conseil de sécurité note qu’il y a lieu et lorsqu’elle le peut, de s’appuyer sur ces outils pour améliorer ses capacités en matière de protection, de collecte d’informations et d’appréciation de la situation et pour mener à bien les activités prescrites par son mandat, notamment s’agissant de la protection des civils,
Il (Conseil de sécurité) réaffirme que les femmes et les jeunes jouent un rôle important dans la prévention, la gestion et le règlement des conflits, ainsi que dans la consolidation de la paix et les processus électoraux et souligne qu’il importe d’assurer leur participation pleine, égale, effective et véritable à tous les efforts visant à maintenir et à promouvoir la paix et la sécurité en RDC.


"RDC: Pour le conseil de sécurité de l’ONU, « il n’existe pas de solution purement militaire » à l’insécurité à l’EST - 21 décembre 2021
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/12/21/rdc-pour-le-conseil-de-securite-de-lonu-il-nexiste-pas-de-solution-purement-militaire-a-linsecurite-a-lest.html/100284/
Le Conseil de Sécurité de Nations Unies s’est également exprimé lundi 20 décembre, au sujet de l’insécurité grandissante et récurrente observée dans la partie Est de la République Démocratique du Congo.

UNE VIE NATIONALE PLEINE DE PARADOXES OU FAITS DIVERS CÔTOIENT DES BAVURES GRAVES !!! 2A59E486-53F7-4C86-9AFF-BAB3471FD7AD

Alors que les autorités congolaises ont recouru aux méthodes strictement militaires notamment avec l’instauration depuis près de 8 mois de l’état de siège dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri ainsi qu’à la signature, récemment d’une coopération militaire avec l’armée de l’Ouganda voisin pour mettre fin à l’insécurité dans cette contrée, le Conseil de Sécurité de l’ONU a estime qu’il n’existe pas de solution purement militaire à ces problèmes.
A l’en croire, « les motivations des différents miliciens et groupes armés commettant des violences sont internes et externes, et donc variés, et qu’il n’existe pas de solution purement militaire à ces problèmes ».
Pour le Conseil, « il importe de recourir à des solutions spécialement adaptées pour écarter la menace que font peser les groupes armés ».
Le Conseil de Sécurité a, à cet effet exhorté le gouvernement congolais de prendre de nouvelles mesures à cet égard, militaires et non militaires, dans le respect du droit international, y compris du droit international humanitaire et du droit international des droits de l’homme, notamment des initiatives spéciales de désarmement, de démobilisation et de réintégration des ex-combattants à la vie civile et des initiatives locales de consolidation de la paix qui tiennent compte des besoins et expériences des femmes et des filles, en coordination avec la MONUSCO et avec le concours de cette dernière, conformément à son mandat.

Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #


Dernière édition par ndonzwau le 12/1/2022, 4:25 pm, édité 1 fois

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

UNE VIE NATIONALE PLEINE DE PARADOXES OU FAITS DIVERS CÔTOIENT DES BAVURES GRAVES !!! Empty Re: UNE VIE NATIONALE PLEINE DE PARADOXES OU FAITS DIVERS CÔTOIENT DES BAVURES GRAVES !!!

Message  ndonzwau 10/1/2022, 4:05 pm

"ON L'A ENCORE EXPÉRIMENTÉ LORS DE LA TOURNÉE DU PR AU KASAI : LA MAL-GOUVERNANCE RONGE NOTRE PAYS ET LA GESTION EN COURS DU PRÉSIDENT TSHISEKEDI ! UNE REGRETTABLE IMPRESSION QU'A LA PLACE DU CHANGEMENT DU SYSTÈME PROMIS, UNE NOUVELLE ÉLITE CORROMPUE A PRIS LA PLACE DE LA PRÉCÉDENTE , ABANDONNANT LA MAJORITÉ DES CONGOLAIS A LEUR  TRISTE SORT !

Et de qui se moque le PR lorsqu'il invite les ministres à focaliser leurs missions à l'intérieur du pays plutôt qu'à l'extérieur après son constat de la souffrance de la population" du Grand Kasaï alors que lui-même aussitôt revenu à Kinshasa est vite reparti pour un 130ème voyage à l'étranger aussi peu indispensable que les précédents ?



"La RDC de Tshisekedi toujours rongée par la mal gouvernance - 08 Jan 2022
= http://afrikarabia.com/wordpress/la-rdc-de-tshisekedi-toujours-rongee-par-la-mal-gouvernance/
Soupçons de malversations, contrats douteux, conseillers présidentiels tout-puissants... Un rapport de l'Oservatoire de la dépense publique (ODEP) pointe les dérives des finances publiques, loin des bonnes pratiques promises par Félix Tshisekedi.

Le rapport de l’Odep est sans appel. Les pratiques de corruption se sont aggravées pendant l’année 2021 en République démocratique du Congo (RDC). L’ONG y dénonce une institutionnalisation des mauvaises pratiques, avec un Parlement transformé « en temple de la corruption », une Inspection générale des finances (IGF) qui banalise les violations de la loi, mais surtout un gouvernement court-circuité par les conseillers de la présidence « qui assurent les fonctions de ministre, sans aucun fondement juridique ». Un triste constat alors que le président Félix Tshisekedi a fait de la lutte contre la corruption l’une de ses principales priorités.

Un État budgétivore

En épluchant les comptes, l’Odep ne comprend pas pourquoi, les institutions de la République sont aussi gourmandes en argent public. Les dépenses de la présidence ont explosé de plus de 200%, tout comme celles de l’Assemblée nationale (103%), du Sénat (133%) et de la Primature (131%). Le gouvernement Sama Lukonde avait pourtant promis de réduire le train de vie de l’Etat, alors que les dépenses pour la santé, l’éducation, l’accès à l’eau, à l’électricité ou aux infrastructures manquent cruellement.
La présidence a augmenté le nombre de ses personnels de 455 en 2018, à 1.018 en 2021. Idem à l’Assemblée nationale, au Sénat et à la Primature, qui ont fortement augmenté le nombre de leurs collaborateurs. Une situation qui amène également une forte disparité de salaire. Dans un cabinet politique, les salaires se situent entre 800 dollars et 3.000 dollars alors que la rémunération moyenne d’un enseignant est de 180 dollars. L’Odep estime qu’il est possible de revaloriser de 100 dollars le salaire des enseignants « si le gouvernement opte pour la suppression d’institutions budgétivores comme le CNSA » et en réduisant son train de vie.

Des projets lancés sans études, sans devis; sans calendrier...

La gratuité de l’enseignement de base, l’une des mesures phares du programme présidentiel, est elle aussi épinglée par l’ONG spécialisée dans la bonne gouvernance. Il manque toujours 1,25 milliards de dollars pour couvrir les besoins réels de cette mesure. Bilan : les parents continuent de payer, les classes sont surchargées et les enseignants sont en colère. L’Odep pointe également la surfacturation d’écoles au Kasaï-Oriental dans le cadre de projets financés par le Fonds de promotion de l’industrie pour plus d’un million de dollars.
Le projet « Tshilejelu », censé réhabiliter des kilomètres d’infrastrures routières dans tout le pays, a été lancé sans études de faisabilité, sans mise en concurrence, sans devis, selon le rapport de l’Odep. Des frais d’études jamais validés ont tout de même été décaissés par l’Office de voirie et de drainage (OVD) pour… 7 millions de dollars. Ces mauvaises pratiques auraient été réalisées « en connivence avec certains conseillers de la présidence de la République ». Résultat : la majorité des travaux n’ont même pas commencé.

Un dircab de la présidence tout-puissant

Un autre projet a été lancé dans les mêmes conditions douteuses : Kinshasa « zéro trou ». Là encore, aucune étude, aucun calendrier n’ont été avancés. Pire, pointe le rapport de l’Odep, le ministre du budget n’a jamais approuvé le projet. Pour l’ONG, la raison en est simple, la République démocratique du Congo est actuellement gérée par un gouvernement parallèle, piloté directement par la présidence et son directeur de cabinet, Guylain Nyembo. Une situation, qui a pour conséquence, « la course à l’enrichissement illicite », se désole l’Odep. La Cour des comptes a récemment fait part de ses doutes sur la bonne utilisation de 50 millions de dollars alloués à la lutte contre le Covid par le FMI. Un peu plus de 31 millions ont été redistribués, sans respecter la procédure, vers la présidence ou l’Assemblée nationale.
Depuis 2019, les affaires de détournement de fonds publics se sont enchaînées autour du programme présidentiel des « 100 jours », des 15 millions de dollars destinés aux compagnies pétrolières et disparus dans la nature, ou de la très contestée taxe téléphonique RAM, dont la Commission économique parlementaire n’arrive pas à en trouver trace dans les comptes publics. Tout cela entache fortement l’image de chantre de l’anti-corruption qu’a voulu se forger Félix Tshisekedi à son arrivée à la tête de la RDC. Cela laisse enfin l’étrange impression qu’à la place du changement de système promis par le chef de l’Etat, une nouvelle élite corrompue a pris la place de la précédente, laissant la majorité des Congolais à leur triste sort.


"Etat de droit au cœur de débats/RDC : va-t-on vers la bataille entre le droit et la politique ? -10 janvier 202
= https://laprosperiteonline.net/2022/01/10/nation/etat-de-droit-au-coeur-de-debats-rdc-va-t-on-vers-la-bataille-entre-le-droit-et-la-politique/
Difficile parait la tâche qui incombe aux autorités du régime actuel de couper bras et jambes aux congolais sur une question extrêmement sensible en rapport avec l’indépendance de la Justice, aussi longtemps que les faits palpables prendront légèrement le dessus sur les intentions. La jurisprudence Kamerhe, voire Eteni Longondo, porte à croire que l’avènement de l’État de droit vanté tambour battant, durant près de trois ans, reste pathétique. Condamné à 13 ans de prison dans le procès 100 jours, le Président de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) se voit accorder l’autorisation de quitter le pays pour des raisons sanitaires. Accompagné de son épouse et de son secrétaire particulier, l’homme serait bel et bien en Europe. Là où le bât blesse, c’est que la même autorisation a été refusée à Matata Ponyo, qui alertait, avant son procès, sur la dégradation de son état de santé. L’octogénaire ingénieur, Samih Jammal, non plus, n’a pas su obtenir gain de cause après plusieurs tentatives de ses avocats d’obtenir sa liberté provisoire. Avec un tel décor, ne va-t-on pas vers l’instauration d’une justice à double vitesse ? Ou d’une Justice spectacle ?

Autant de questions méritent d’être posées. Toutefois, de l’avis de plus d’un congolais, ni Eteni Longondo, Ancien ministre de la Santé publique cité dans une affaire de détournement de deniers publics, ni Vital Kamerhe, condamné pour détournements de fonds alloués au projet 100 jours, ne devrait recouvrer la liberté, provisoire soit-elle. Selon certaines sources concordantes, la libération du pacificateur serait une tactique jouée à la carte par le pouvoir en place en perspectives de prochaines échéances électorales où l’homme aura la responsabilité de peser de tout son poids, au niveau de l’espace Kivu, pour la réélection de Félix Tshisekedi. Ce qui conduit Matata Ponyo à nier l’existence d’un Etat de droit en RDC. Pour son cas, il parle d’un complot purement politique. « Ce que je pense est que les hautes juridictions judiciaires du pays n’ont pas été mises à dure épreuve comme dans le dossier Matata. En effet, plus le temps passe, plus les motivations profondes du procès se dévoilent ; ce qui met en mal l’Etat de droit dans le pays. Loin d’être un dossier judiciaire, il apparait au grand jour qu’il s’agit plutôt d’un dossier foncièrement politique. Sinon, comment peut-on imaginer qu’un arrêt rendu par la Cour constitutionnelle, la plus haute juridiction du pays, puisse être contesté par l’organe judiciaire chargé de son application, à savoir le Parquet général près la Cour ? (…), ce que je pense est que l’on ne peut pas rechercher un Etat de droit et au même moment tolérer la méconnaissance publique des décisions de la Cour constitutionnelle par un citoyen, soit-il, chef d’une haute institution, pourtant tenu à l’obligation de réserve », déplore le sénateur Augustin Matata Ponyo. Pour la suite des temps, voyons voir…

"2022 : année cruciale - 10/01/2022
= https://www.forumdesas.net/2022/01/2022-annee-cruciale/
Pour beaucoup, ce lundi 10 janvier  est jour de rentrée. Fini le break lié aux fêtes de fin d’année. Place aux vœux et surtout aux  bonnes résolutions.
A l’échelle de la RDC, 2022 est une année cruciale : répétition générale en prévision des élections de 2023, réalisation de dizaines de tonnes de promesses sur le front socio-économique, évacuation de l’hypothèque « présence des troupes ougandaises  » avec en toile de fond cet état de siège qui fait de l’Ituri et du Nord-Kivu des provinces sui generis …  


Nul besoin d’être lanceur d’alerte professionnel pour prévenir que l’élection présidentielle de 2023 dépendra de l’usage que tous les acteurs intéressés feront de 2022. En l’occurrence, l’impératif de créer un consensus autour du processus électoral. Sans consensus, point d’élections pluralistes.
On ne voit pas trop comment les oppositions au Pouvoir consentiraient à participer aux scrutins en aval sans avoir été partie prenante au niveau des préparatifs en amont. Tout connaisseur des mœurs politiques zaïro-congolaises sait qu’à ce stade le processus électoral est piloté par un seul camp. Celui du Président Tshisekedi et la frange de l’opposition gentille recrutée et instrumentalisée au mieux comme variable d’ajustement et, au pire, comme  faire valoir. Dans les deux cas, à des fins de témoignage. Pas plus.
Sevrées depuis peu de la  » neutralité bienveillante  » des dignitaires de la CENCO et de l’ECC  subitement abonnés au service minimum, les oppositions (forces politiques et sociales) n’ont plus qu’à compter sur elles-mêmes. D’autant que l’autre acteur des crises politiques zaïro-congolaises, à savoir l’Occident a fait le choix d’être autiste – ou presque- face aux variantes de mêmes avatars des  » démocraties sur mesure  »  qu’il était prompt à écouter sous le régime Kabila. Autres temps, autres mœurs ? C’est tout comme.  

Pas sûr que cette politique de l’autruche serve la paix en RDC  pour laquelle les mêmes partenaires proclament œuvrer. D’autant moins que les signaux contradictoires voire un tantinet flous qui proviennent de l’Est du pays ne présagent pas forcément une happy end par rapport à l’usine à gaz qu’est ce cycle de guerres vieux d’un quart de siècle.
Au niveau  purement domestique, 2022 sera l’année de l’accomplissement de la kyrielle de promesses ou ne sera pas. La seule chose que le Président puisse promettre- comme bonne résolution à prendre – c’est de ne plus promettre. Peut-être aussi de faire sien sur le front de sa communication le bon vieux principe journalistique selon lequel la meilleure improvisation se prépare. Winston Churchill -Premier ministre britannique de légende- ne dit pas autre chose : » mes meilleures improvisations sont celles que j’ai le plus longuement préparées « . Un  antidote aux moult controverses et interprétations que charrient les adresses publiques du numéro 1 congolais.
La dernière en date a fait dire à certains-détracteurs ?- que   le chef de l’État a établi le certificat de  » décès  » de la RDC. Sans effet. Vivement un énième culte œcuménique en ce début d’année  pour chasser l’esprit de mort !


"Confiance… Patience! - 10 janvier 2022
= https://laprosperiteonline.net/2022/01/10/rasoir/confiance-patience/
Au cours de sa tournée dans l’espace grand Kasaï, dans ses discours tenus en public, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, Président de la République, ne s’adressait pas qu’aux populations rassemblées par centaines en face de sa tribune, dans les stades des contrées qu’il a parcourues. Sachant que chaque étape de sa tournée serait diffusée en direct et en boucle sur la Radiotélévision Nationale Congolaise (RTNC), en s’adressant aux populations de l’espace grand Kasaï, Félix Tshisekedi s’adressait à la nation congolaise toute entière, quoique de manière indirecte. Dans toutes ses déclarations, l’on peut constater la résurgence d’un schéma trinitaire : d’abord Tshisekedi la victime, ensuite Tshisekedi le héros, et enfin Tshisekedi le bâtisseur.

Comme victime, le Chef de l’Etat a mis toutes les responsabilités des échecs qu’il accumulés en trois années, sur le dos de son partenaire d’antan, le FCC, à vouloir à tout prix appliquer son «dessein machiavélique», consistant à maintenir le pays dans le chaos. Comme héros, il a vanté ses mérites d’un leader rigoureux, consciencieux et objectif, qui a délivré le pays de ses vieux démons de corruption, de détournement, d’impunité… et qui a ramené de l’ordre dans le foutoir qu’il a hérité de ceux qui l’ont précédé aux affaires. Et comme bâtisseur, il s’est projeté dans le futur, assurant qu’il quitte d’ores et déjà la phase d’assainissement pour celle de la reconstruction proprement dite du pays. Par conséquent, il demande une chose en retour, et même deux, à savoir : de la confiance et de la patience. A eux-seuls, ces deux mots sont une réponse à toutes les questions que le peuple congolais se pose depuis le 24 janvier 2019. A quand la fin des tueries à l’Est ?

Patience ! Y aura-t-il une année académique où nous étudierons sans que le calendrier et le programme ne soient perturbés par les grèves à répétition du corps professoral ? Confiance ! Pourrions-nous un jour retrouver notre pouvoir d’achat ? Patience ! Jusqu’à quand la jeunesse portera-t-il le poids du chômage ? Patience ! Aurions-nous dans ce pays de bonnes élections et dans le délai ? Confiance !… Dans l’entre-temps, jour après jour, notre cher Président a déjà consommé trois années sur les cinq que lui avait donné le peuple congolais, ce même peuple à qui il avait promis d’essuyer les larmes, de panser les plaies, raffermir les os, de nourrir à sa faim,… le Gouvernement nous promet une trentaine de milliards de dollar US à l’horizon 2024, mais où en est-on avec les 80 milliard de dollar US promis en campagne à l’horizon 2023 ? Doit-on toujours avoir confiance ? Combien d’investisseurs exactement cette politique dite «d’ouverture» nous a-t-il ramenés dans ce pays ? Doit-on toujours continuer à patienter ? Quel est l’impact visible de multiples accords bi et multilatéraux signés ci et là dans l’économie, la sécurité, la santé, ou l’éducation ? Doit-on encore patienter ? Pourquoi nous impose-t-on une taxe téléphonique alors que les deux chambres du parlement, les mêmes qui ont conduit à la naissance d’un «nouveau narratif», ont exigé son retrait ? Doit-on encore avoir confiance ?

Bonnes ou mauvaises, le peuple juge les intentions pendant les campagnes électorales. Lorsque l’on est élu, le peuple juge la concrétisation des intentions en actions visibles et palpables. Au diable les excuses, les subterfuges, les mea culpa, les aveux,… les vendeurs de rêves ! La confiance se gagne, la patience se mérite.


"RDC : Après avoir "constaté la souffrance de la population" du Grand Kasaï, Félix Tshisekedi veut que les ministres focalisent leurs missions à l'intérieur du pays plutôt qu'à l'extérieur  
= https://www.7sur7.cd/2022/01/08/rdc-apres-avoir-constate-la-souffrance-de-la-population-du-grand-kasai-felix-tshisekedi
La mission officielle et d'itinérance effectuée par le président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo pendant plus de 10 jours dans le Grand Kasaï était notamment au centre de la réunion du conseil des ministres du 7 janvier 2022.

Après avoir palpé du doigt les conditions de vie difficiles des populations, Félix Tshisekedi a exhorté le gouvernement à redoubler d'effort pour assurer par tous les moyens le bien-être des populations, où qu'elles se trouvent à travers la République démocratique du Congo. 
"C'est ainsi qu'il a fermement chargé le premier ministre de mobiliser et d'engager tous azimuts le gouvernement dans la matérialisation des programmes d'urgence à impact direct et visible sur les conditions de vie des citoyens", a indiqué le porte-parole du gouvernement Patrick Muyaya, dans le compte-rendu du conseil des ministres. 
En outre, le chef de l'État a demandé au premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde d'inviter les membres de son gouvernement à focaliser leurs missions à l'intérieur du pays. 
"D'attirer l'attention des membres du gouvernement sur la nécessité de focaliser les missions vers l'intérieur du pays plutôt que vers les centres urbains seulement ou vers l'extérieur", a renchéri le porte-parole du gouvernement. 
Félix Tshisekedi a aussi recommandé aux membres du Gouvernement d'assurer le suivi de la mise en œuvre, secteur par secteur, du Programme de développement communautaire à la base de 145 territoires, ainsi que des autres recommandations de la 8ème conférence des gouverneurs tenue récemment à Kinshasa.


"Satisfait de la renaissance diplomatique de la RDC en 2021/2022 : Félix Tshisekedi parle d’une année de solution et de concrétisation ! - 3 janvier 2022
= https://laprosperiteonline.net/2022/01/03/a-la-une/satisfait-de-la-renaissance-diplomatique-de-la-rdc-en-2021-2022-felix-tshisekedi-parle-dune-annee-de-solution-et-de-concretisation/


"RDC : Un ministre national et membre de l’Union sacrée révèle « qu’il y a beaucoup de voleurs » autour de Félix Tshisekedi - 10 janvier 2022  
= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2022/01/10/rdc-un-ministre-national-et-membre-de-ludps-revele-quil-y-a-beaucoup-de-voleurs-autour-de-felix-tshisekedi.html/101757/
Le ministre de la recherche scientifique, José Panda a tenu le dimanche 9 janvier un point de presse à Mbuji-Mayi, chef-lieu de la province du Kasaï-Oriental, pour faire l’évaluation des travaux de développement après la visite du Chef de l’État Félix Tshisekedi.
Également membre du Parti au pouvoir et longtemps proche de Félix Tshisekedi, José Panda révèle qu’aucun projet de développement n’a été réalisé dans l’espace Grand Kasaï. Il dénonce à cet effet les « voleurs » qui entourent Félix Tshisekedi.
« Nous sommes nombreux aux côtés du Président Félix Tshisekedi. Nous sommes des voleurs », dit-il.


UNE VIE NATIONALE PLEINE DE PARADOXES OU FAITS DIVERS CÔTOIENT DES BAVURES GRAVES !!! LrLIJpxU_normal


Stéphie MUKINZI


@StephieMUKINZI

#RDC « Nous sommes nombreux aux côtés du Président Félix Tshisekedi. Nous sommes des voleurs », révèle un Ministre national et membre de l'UDPS. Selon lui, plusieurs projets financés n’ont pas impacté positivement la vie de la population de la province. « Tshilejelu, zéro ».

UNE VIE NATIONALE PLEINE DE PARADOXES OU FAITS DIVERS CÔTOIENT DES BAVURES GRAVES !!! FIuPD2eWQAA1Pzy?format=jpg&name=small

7:59 AM · 10 janv. 2022

3

Répondre

Copier le lien du Tweet
Selon le ministre José Panda, plusieurs projets financés en faveur du Kasaï-Oriental n’ont pas eu de l’impact positif sur la vie de la population de la province à cause de ces « voleurs » autour du Chef de l’État Félix Tshisekedi.
« On disait qu’on n’a rien fait au Kasaï. Nous nous entre-tuons nous-mêmes. Nous qui rencontrons le Président régulièrement, nous qui venons ici. C’est nous qui faisons du mal au Président. Tshisekedi a fait sa part. Mais il y a beaucoup de voleurs », dénonce José Mpanda avant de poursuivre,
« Tshilejelu : zéro, DAIPN : zéro, Nkuadi : zéro. Ce que je dis là, je l’ai vécu moi-même. J’étais à côté du Chef de l’Etat, j’ai entendu les gens parler, qu’on nous a trompé ici. Les gens sont en train de parler comme dans un tribunal public », relate-t-il, indiquant que « si le Chef de l’Etat n’était pas robuste, il allait tomber. »
Selon lui, il faut que la justice arrête les détourneurs de ces fonds débloqués pour la réalisation des projets de développement afin qu’ils restituent l’argent détourné.

« Il faut qu’ils disent la vérité. Qu’on arrête les gens pour qu’ils restituent les fonds détournés. A Kananga sur le site Katende. On a trouvé les matériels en brousse pourtant les fonds ont été débloqués il y a peu 6 millions USD. A Ngandajika, nous avons vécu des choses étonnantes. Voilà pourquoi les gens ne voulaient pas que le Chef de l’Etat arrive », a déclaré José Mpanda.
Retenons que lors de la trente cinquième réunion hebdomadaire des ministres tenue le vendredi 7 janvier dernier, le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi a indiqué avoir été « meurtri » de voir les conditions de vie difficiles des congolais quasiment abandonnés à leur sort, après sa tournée de dix jours dans l’espace Grand Kasaï.
Au regard de ce constat unique et sans appel sur l’état de cette partie du pays, Félix Tshisekedi le qualifie tout simplement de « la désolation ».
= https://www.radiookapi.net/2022/01/10/actualite/politique/jose-mpanda-sur-les-projets-de-developpement-non-realises-dans-le


"RDC : Pour soutenir la gratuité de l’enseignement, l’ODEP préconise la suppression des institutions budgétivores notamment le CNSA - 8 janvier 2022
= https://www.politico.cd/encontinu/2022/01/08/rdc-pour-soutenir-la-gratuite-de-lenseignement-lodep-preconise-la-suppression-des-institutions-budgetivores-notamment-le-cnsa.html/101654/
= https://actualite.cd/2022/01/07/projet-tshilejelu-plus-de-7-millions-usd-ont-ete-utilises-abusivement-par-lovd-d


"L’Avenir : « Devant une pauvreté criante dans les provinces visitées : Fatshi appelle à redoubler d’efforts » -  10/01/2022
= https://www.radiookapi.net/2022/01/10/actualite/revue-de-presse/lavenir-devant-une-pauvrete-criante-dans-les-provinces-visitees

"RDC: « Le travail à faire est encore énorme, il faut auditer la Régideso et la Snel » - 10 janvier 2022
= https://actualite.cd/2022/01/10/rdc-le-travail-faire-est-encore-enorme-il-faut-auditer-la-regideso-et-la-snel


"RDC: Lamuka accuse Félix Tshisekedi de placer les membres de l'UDPS au Secrétariat général de la CENI et interpelle la communauté internationale afin de prévenir le chao électorale -  10 janvier 2022
= https://actualite.cd/2022/01/10/rdc-lamuka-accuse-felix-tshisekedi-de-placer-les-membres-de-ludps-au-secretariat-general


"RDC : seize morts dans de nouvelles violences armées à Beni  - 9 janvier 2022
= https://www.rtbf.be/info/monde/detail_rdc-seize-morts-dans-de-nouvelles-violences-armees-a-beni?id=10911555
...
"J’en appelle à la conscience de tout un chacun"
"Il y a des militaires qui sont cantonnés sur place pour attaquer les rebelles et récupérer leurs bastions, mais actuellement avec l’activisme des Maï-Maï sur les collines et grandes agglomérations, on est obligé de mener des opérations dans ces grandes agglomérations. Ainsi, j’en appelle à la conscience de tout un chacun, afin de prioriser l’intérêt supérieur qui est le rétablissement de la paix ", argumente ce député qui dit ne pas être au courant d’un quelconque conflit coutumier.
Cela fait maintenant huit mois que les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri ont été placées sous état de siège pour mettre un terme à l’activisme des groupes armés locaux et étrangers. En plein état de siège, l’armée ougandaise a été invitée au Congo pour appuyer les Forces Armées de la RDC, en plus des casques bleus des Nations-Unies qui sont déployés dans la région depuis environ un quart de siècle.
En dépit de l’important dispositif sécuritaire déployé ces dernières années à Beni, l’on dénombre des milliers de civils tués chaque année. Les promesses du président Tshisekedi de mettre un terme à l’insécurité attendent d’être concrétisées.


= https://www.7sur7.cd/2022/01/08/rdc-tshisekedi-previent-son-gouvernement-quil-ne-tolerera-pas-de-trouver-dans-le-grand
= https://www.7sur7.cd/2022/01/09/rdc-sama-lukonde-promet-de-redoubler-defforts-pour-que-la-gratuite-de-lenseignement-soit
= https://actualite.cd/2022/01/09/rdc-acaj-appelle-le-premier-ministre-mettre-en-place-des-mecanismes-pour-differencier-le
= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2022/01/09/rdc-apres-sa-tournee-dans-lespace-kasai-felix-tshisekedi-choque-de-la-vie-miserable-des-congolais.html/101722/https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2022/01/09/rdc-apres-sa-tournee-dans-lespace-kasai-felix-tshisekedi-choque-de-la-vie-miserable-des-congolais.html/101722/
= https://actualite.cd/2022/01/08/grand-kasai-tshisekedi-se-dit-meurtri-par-les-conditions-de-vie-difficiles-des
= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2022/01/06/rdc-kalumba-larete-dans-la-gorge-de-tshisekedi.html/101551/
= https://actualite.cd/2022/01/07/rdc-pour-ados-ndombasi-si-le-gouvernement-investit-dans-le-secteur-agricole-le-budget
= https://afrique.lalibre.be/67073/rdc-pres-de-400-executions-extrajudiciaires-en-novembre-2021/
= https://www.radiookapi.net/2022/01/09/actualite/sante/covid-19-la-task-force-de-la-presidence-de-la-republique-rejette-les


"POUR ALBERT MOLEKA,L'UDPS AU POUVOIR NE TRAVAILLE PAS POUR L'INTÉRÊT DU PEUPLE - 8 janv.2022"



"FELIX AZO SALA AVENTURES NA GESTION YA MBOKA NABA CONSEILLERS,TATIANA A RECADRÉ DISCOURS - 8 janvier 2022"



"Analyse du 8 janvier 2022;F.Tshisekedi"mboka esi ekufa",ou des propos irresponsables d'un président!"








Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

UNE VIE NATIONALE PLEINE DE PARADOXES OU FAITS DIVERS CÔTOIENT DES BAVURES GRAVES !!! Empty Re: UNE VIE NATIONALE PLEINE DE PARADOXES OU FAITS DIVERS CÔTOIENT DES BAVURES GRAVES !!!

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum