Dialogue inclusif, Gouvernement de transition, Elections en RDC

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dialogue inclusif, Gouvernement de transition, Elections en RDC

Message  Jim KK le 31/12/2016, 2:24 am

La cérémonie de la signature de l’accord politique est renvoyée à samedi 31 décembre entre 9 et 10 heures. C’est ce qu’a dit en fin de soirée Monseigneur Utembi, président de la conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO).


Les délégués se sont accordés sur les différents points:
La présidence de la république sera assurée par Joseph Kabila pendant la période de transition
L’assemblée nationale, le sénat et les assemblées provinciales restent en fonction
La primature est confiée à l’opposition politique non signataire/Rassemblement (probablement encore un compatriote du Grand Kasai vu le poids de l´UDPS dans le rassemblement: F. Tshisekedi Laughing Laughing ou bien B. Tshibala Question Question )
La composition du gouvernement central, les différentes composantes se retrouveront la MP, l’Opposition, la société civile
Calendrier électoral : Il est demandé de tout mettre en œuvre pour que les élections soient organisées au plus tard fin 2017
Séquence des élections : Présidentielle, législatives nationales et provinciales
Parmi les sept cas emblématiques, quatre viennent de trouver solution. Les informations devraient venir sous peu
11 cas des prisonniers pourront être présentés à Kabila pour espérer bénéficier d’une grâce présidentielle
Un conseil national pour le suivi de l’Accord politique. Il sera institué comme une institution d’appui de la démocratie.

Je reviendrai sûrement pour commenter!!!


Dernière édition par Jim KK le 31/12/2016, 2:29 am, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dialogue inclusif, Gouvernement de transition, Elections en RDC

Message  Jim KK le 31/12/2016, 2:28 am

Dialogue inclusif: la signature de l’accord renvoyé à samedi

http://www.radiookapi.net/2016/12/30/actualite/politique/dialogue-inclusif-la-signature-de-laccord-renvoye-samedi

Au dialogue inclusif, la signature de l’accord de paix est renvoyée à samedi 31 décembre, au Centre interdiocésain, à Kinshasa.
Le président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), Monseigneur Marcel Utembi, l'a annoncé.
L’archevêque métropolitain de Kisangani a présenté les grandes lignes de ce document devant les diplomates et les journalistes en la salle des plénière des travaux.
Selon cet accord, la Primature a été confiée au Rassemblement de l’opposition et l’actuel chef de l’Etat de la RDC, Joseph Kabila va rester en fonctions pendant la période pré-électorale et électorale. 
A (re) Lire: RDC: la CENCO lance «des discussions politiques pour un plus large consensus»
Au nom du Rassemblement, Freddy Matungulu Ilankir, a estimé important que la Primature revienne à sa famille politique. Il a salué le travail de bons offices de la CENCO et l’implication de la communauté internationale qui, selon lui, ont permis l’aboutissement de cet accord.
«Une fois l’accord est signé que nous puissions garder le même engagement dans sa mise en œuvre pour que la période de transition puisse être brève et que la question de légitimité du pouvoir puisse être résolue », a conclu le président du parti de l'opposition Congo na biso (CNB).
Pour sa part, José Makila Sumanda, signataire de l’accord du 18 octobre, se réjouit que les Congolais trouvent de consensus pour amener le pays aux élections.
«L’essentiel pour nous, ce ne sont pas de postes. Ce qui est important est qu’on puisse aller vite aux élections et le peuple va se choisir ses dirigeants », a-t-il souligné.
Ces discussions directes, sous l'égide de la CENCO, avaient débuté le 8 décembre, en vue de désamorcer la crise politique à travers le pays.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dialogue inclusif, Gouvernement de transition, Elections en RDC

Message  djino le 31/12/2016, 3:55 am

Un nouveau parti vient de naître AVC et qui vient d'intégrer ma MP !  Prémonitoire comme dénomination non ?

Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dialogue inclusif, Gouvernement de transition, Elections en RDC

Message  Jim KK le 31/12/2016, 2:33 pm

Dialogue politique en RDC: la signature de l'accord reportée à samedi

http://www.rfi.fr/afrique/20161230-dialogue-politique-rdc-toujours-pas-accord-majorite-opposition-cenco-signature

Toujours pas d'accord conclu entre la majorité et l'opposition en République démocratique du Congo après quinze jours de discussions sous l'égide de l'Eglise congolaise (Cenco), médiatrice de ces négociations. Le texte devait être présenté vendredi 30 décembre dans l'après-midi, mais dans la soirée, la Cenco a annoncé qu'il n'y aurait pas de signature aujourd'hui. Elle a toutefois donné les grandes lignes du compromis.
Les évêques avaient pourtant fixé l'ultimatum pour les négociations à ce vendredi. « Les délégués poursuivent leurs travaux de finalisation du texte. Le compromis politique ne peut pas être signé aujourd'hui », a pourtant déclaré vendredi soir Marcel Utembi, le président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco), qui mène la médiation politique, à l'issue d'une journée rocambolesque.
A 10h, le Rassemblement de l’opposition est seul face à une salle vide. La Conférence épiscopale avait convoqué une réunion. Le patron de l’Agence nationale des renseignements est chez les évêques. Les opposants se perdent en conjectures, pessimistes quant à la signature d’un accord. Le directeur de cabinet du président et le secrétaire général de la majorité s’engouffrent à leur tour chez les évêques pendant que majorité, opposition et société civile commencent à lire le protocole d’accord.
A 15h, les diplomates arrivent, de même que la chorale, le traiteur. Une véritable cohue, c’était l’heure prévue pour la signature. Ils sont tous renvoyés chez eux. Rendez-vous cette fois à 20h.
Plusieurs leaders du Rassemblement assurent avoir obtenu la primature. C’était l’un des points essentiels de blocage. Finalement, c’est le président de la Conférence épiscopale qui prend la parole devant la communauté diplomatique et quelques acteurs politiques égarés. Il annonce les grandes lignes de l'accord.
....


Les élections présidentielle, législatives et provinciales seront couplées et devraient être organisées, non pas en 2018 comme prévu par l'accord d'octobre, mais d'ici la fin 2017. C'est inscrit ainsi dans le protocole d'accord. Mais déjà des experts électoraux contestent la faisabilité de tenir ces délais. Sylvain Lumu, membre de la commission nationale des droits de l'homme, expert électoral, « émets des réserves » et parle d'« incongruïté ». La communauté internationale, elle, préconisait d'organiser la présidentielle et les législatives uniquement. Laughing  Laughing  Laughing

Compromis trouvé également, selon la conférence épiscopale, sur la question des mesures de décrispation, à savoir la libération des prisonniers politiques. Une résolution au cas par cas par une commission de hauts magistrats est prévue. Sur les sept personnalités emblématiques, quatre seulement ont vu leur sort régler jusqu'ici. Le Rassemblement de l'opposition exigeait le règlement de tous leurs dossiers avant la signature. Mais si la signature intervient ce samedi, Moïse Katumbi, Eugène Diomi Ndongala et Jean-Claude Muyambo devront attendre.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dialogue inclusif, Gouvernement de transition, Elections en RDC

Message  Jim KK le 31/12/2016, 2:49 pm

Imperturbable Suspect Suspect Suspect Suspect Suspect

Le Rais Joseph Kabila préside le premier conseil des ministres du gouvernement Badibanga

http://www.radiookapi.net/2016/12/31/actualite/en-bref/joseph-kabila-preside-le-premier-conseil-des-ministres-du-gouvernement

Le président Joseph Kabila a présidé vendredi 30 décembre à Kinshasa, le premier conseil des ministres du gouvernement Samy Badibanga.
 
Selon le compte rendu lu à la télévision nationale par le ministre de la communication et porte-parole du gouvernement Lambert Mende, Joseph Kabila a rappelé aux membres de l’exécutif que les priorités de ce gouvernement sont la relance économique du pays  et l’organisation des élections.
 
Il a aussi noté, rapporte Lambert Mende, que sans la paix et la sécurité, il sera malaisé d’organiser les élections.
 
Le chef de l’état a demandé à tous les ministres de s’impliquer avec dévouement pour la réussite des missions confiées à ce gouvernement, indique Lambert Mende.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dialogue inclusif, Gouvernement de transition, Elections en RDC

Message  Jim KK le 31/12/2016, 6:51 pm

RDC: toujours pas d'accord à Kinshasa, les discussions se poursuivent

http://www.rfi.fr/

Ce samedi 31 décembre 2016, la République démocratique du Congo (RDC) est dans l'attente d'un accord entre la majorité et l'opposition, réunies au siège de l'épiscopat à Kinshasa. Les parties auraient dû finaliser un accord de sortie de crise politique vendredi, puis dans la matinée ce samedi, mais il n'en est toujours rien. Les négociations bloquent à nouveau.
Signe de nervosité, les femmes du Cadre permanent de concertation de la femme congolaise (Cafco), qui étaient assises à l’entrée du Centre interdiocésain à attendre les résultats des négociations, ont décidé de se lever pour bloquer la sortie des véhicules des acteurs politiques qui tentaient de sortir ce samedi.
Depuis vendredi, elles brandissent des panneaux stipulant : « Pas d’accord, pas de sortie ». Elles ont donc décidé de mettre en œuvre leurs menaces. Certes, les policiers sont là et permettent le passage des véhicules. Mais on voit bien qu’au Centre interdiocésain, il y a beaucoup de nervosité compte tenu des nouveaux blocages, rapporte notre envoyée spéciale.

Les points de blocage
Que sait-on sait de ces blocages ? Il y a d'abord un problème de formulation au niveau de l’attribution de la primature. On sait que le Premier ministre doit en principe être issu du Rassemblement de l'opposition. Mais le Rassemblement estime que la formulation est trop vague. Il aimerait pouvoir être maître de cette nomination, et craint que le président Kabila ne nomme, comme le dit une source de l’UDPS, une « brebis égarée » du Rassemblement.
Il y a également un blocage autour d'une demande de la majorité, à savoir que soit inscrit dans le texte d'accord un article de la Constitution qui parle de la souveraineté nationale, du référendum et des droits des Congolais à être élus et à élire. Le Rassemblement y voit la menace d’un référendum pour changer la Constitution et permettre un troisième mandat pour le président Kabila.
Troisième source de blocage, nous dit-on : le cas de Moïse Katumbi, qui est toujours en exil, condamné en RDC et que l’opposition chercherait à faire revenir. Il y a donc un blocage sur son cas comme sur d’autres.

Donc, de nouveaux problèmes émergent, qui ne portent pas exactement sur les mêmes questions que les blocages de vendredi. Donc, pour l’instant, les acteurs politiques congolais discutent.
On a vu Aubin Minaku, le chef de la majorité, président de l’Assemblée nationale, entrer en trombe à la mi-journée dans la salle des discussions. Les diplomates, eux, sont partis. On les rappellera s’il y a signature.

Fin de la mission de médiation de l'église 
L’Eglise catholique, qui encadre ces négociations, avait donné comme date-butoir ce samedi soir pour obtenir un accord. A la mi-journée, le nonce apostolique est sorti de la salle des négociations à Kinshasa pour s'adresser à la presse. Luis Mariano Montemayor a confirmé qu'il s'agissait du dernier jour des négociations quoi qu’il arrive, qu’avec un accord ou pas, en tout cas, l’Eglise finissait sa mission de médiation ce samedi. L’émissaire du Vatican explique qu’il y a des manœuvres de dernière minute, des « manœuvres politiques », a-t-il dit. Et selon lui, ces dernières retardent à nouveau la signature.
Le nonce a expliqué qu’il y avait quand même un enjeu très important, à savoir la reconnaissance des institutions. Il pourrait selon lui y avoir un problème s’il n’y a pas d’accord ; certains Etats pourraient décider ne pas reconnaître les institutions de la République démocratique du Congo. Le nonce a rappelé qu’il y a une crise économique, qu’il y a beaucoup d’attente des Congolais, qui attend le résultat des négociations, et qu’il faudrait que les acteurs politiques arrivent à se mettre d’accord pour donner un peu de paix en ce réveillon de la Saint-Sylvestre au peuple congolais.
L’émissaire du Vatican est formel. Soit il y a accord aujourd’hui, soit l’Eglise catholique met un terme à sa mission de bons offices. Mais avec ou sans accord, le pays n'en a pas fini avec ses difficultés.

Revenir en haut Aller en bas

Le nouveaux ministres Tshisekedistes de la transition

Message  Imperium le 31/12/2016, 7:17 pm

2017 nous reserve des mauvaises surprises. Que le Dieu du grand Congo protege ce pays. Razz  Razz  Razz  Razz

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dialogue inclusif, Gouvernement de transition, Elections en RDC

Message  Jim KK le 1/1/2017, 12:14 am

RDC: un accord trouvé entre majorité et opposition, selon la Cenco

http://www.rfi.fr/afrique/20161231-rdc-majorite-opposition-cenco-kabila-joseph-eveques

En République démocratique du Congo (RDC), la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) a annoncé samedi 31 décembre qu'un accord entre majorité et opposition avait été trouvé. Selon la conférence épiscopale, la signature de cet accord doit avoir lieu à 20h30 heure locale en présence de représentants de la communauté internationale au centre interdiocésain de Kinshasa.
D'après les termes de cet accord, le Premier ministre sera choisi par le Rassemblement de l'opposition. Le président Joseph Kabila reste en fonction jusqu'à l'élection de son successeur qui doit intervenir avant la fin 2017.

« Après un accouchement dans la douleur, le bébé est là, s'est félicité l'abbé Donatien Nsholé, secrétaire général de la Cenco, au micro de RFI. J'espère qu'il sera vraiment entretenu pour qu'au bout d'une année, nous soyions vraiment assis sur une démocratie forte. Au début de la semaine, il y aura une annexe qui précisera quelques détails, comme le chronogramme que vous ne trouverez pas dans ce grand accord, c'est-à-dire tout ce qui doit être fait pour que cet accord soit effectif et l'échéance. »

« Arrangement particulier »
Toutefois, tout n'est pas réglé: certaines questions doivent faire l'objet d'un « arrangement particulier » qui devra être discuté à partir du début de la semaine prochaine. Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes
Ces questions portent entre autres sur le calendrier de l'application de l'accord, la composition du gouvernement d'union nationale et celle des gouvernements provinciaux.
Plus tôt dans la journée, les évêques avaient manifesté leur exaspération et menacé de mettre fin à leur médiation si aucun accord n'était pas conclu dans la journée.
Ce samedi soir, la conférence épiscopale pousse donc un « ouf » de soulagement avant de prendre son bâton de pèlerin pour faire accepter l’accord à la population. Il faudra le soutien de tous, dit la Cenco, pour que cet accord puisse véritablement sortir le pays de la crise.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dialogue inclusif, Gouvernement de transition, Elections en RDC

Message  Jim KK le 1/1/2017, 12:31 am

La réaction de Felix Tshisekedi et Vital Kamerhe après l'annonce de l'accord

Il y a encore des points à discuter la semaine prochaine. Ca risque de chauffer encore!!!



Revenir en haut Aller en bas

Re: Dialogue inclusif, Gouvernement de transition, Elections en RDC

Message  Jim KK le 2/1/2017, 12:40 pm

Les discussions continuent cette semaine. C´est connu que la MP avait signé l´accord sous réserve et exige l´inclusivité!!!
Maintenant les discussions vont se poursuivre cette semaine sans la CENCO, ni médiateur international et encore moins le Panel des médiateurs internationaux comme l´exigeait certains radicaux de l´opposition congolaise. Nous pouvons déjà predire que la mise en oeuvre de cet accord sera difficile!!!

La MP signe l’accord politique « sous réserve » et exige plus d’inclusivité


Ecoutez l´inamovible Lambert Mende

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dialogue inclusif, Gouvernement de transition, Elections en RDC

Message  Jim KK le 2/1/2017, 6:25 pm

L´inamovible Lambert Mende, la bouche autorisée de Kinshasa met les points sur les i au sujet de l´accord du 31 décembre.

La MP et le gouvernement demande l´inclusivité de cet accord. "Nous nous retrouvons comme après la signature de l´accord du 18 octobre."

L´accord signé ne règle pas les problèmes de fond. Le travail n´est pas achevé. Pour la MP la gestion d´inclusivité est capitale est urgente pour la mise en œuvre de certaines dispositions importantes de l´accord. Certains points de l´accord seront retouchés Arrow Arrow Arrow


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dialogue inclusif, Gouvernement de transition, Elections en RDC

Message  Jim KK le 3/1/2017, 10:30 pm

Steve Mbikayi signe l’accord du centre interdiocésain cyclops cyclops

http://www.radiookapi.net/2017/01/03/actualite/politique/steve-mbikayi-signe-laccord-du-centre-interdiocesain

Le président du Parti travailliste Steve Mbikayi a signé mardi 3 janvier l’accord politique signé par le pouvoir et l’opposition au centre interdiocésain  le 31 décembre sous l’égide de la CENCO.
M. Mbikayi fait partie du groupe d’opposants qui ont signé l’accord de la cité de l’Union africaine en octobre dernier. A la suite de cet accord, il a été nommé ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire dans le nouveau gouvernement.
Comme d’autres opposants signataires de l’accord du 18 octobre, il avait dans un premier temps refusé le compromis politique du 31 décembre.
Il affirme avoir finalement signé le dernier accord par « sentiment nationaliste ».
«C’est le sentiment nationaliste qui motive ma démarche. J’ai pensé qu’il faut placer l’intérêt des Congolais au-dessus de tout intérêt, y compris l’intérêt de positionnement. C’est comme ça que j’ai préféré venir aujourd’hui signer cet accord », explique Steve Mbikayi.
Il appelle les évêques à poursuivre les négociations avec les non signataires du compromis politique pour le rendre plus inclusif et épargner la RDC « des vents de contestation durant la période de transition ».
Le président du Parti travailliste précise cependant avoir signé cet accord en tant qu’homme politique et non en tant que ministre issu du gouvernement mis en place à la suite de l’application de l’accord du 18 octobre.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dialogue inclusif, Gouvernement de transition, Elections en RDC

Message  Jim KK le 4/1/2017, 12:39 am

Mise au point de la MP par le président du parlement congolais Aubin Minaku            

• La MP a signé l´accord sous réserve et est satisfait de cet accord

• La MP à émis une réserve essentielle concernant l´inclusivité.

• La MP va appliquer l´accord pour autant qu´il soit conforme à la constitution. Et donc chaque disposition de l´accord devra être mise en œuvre en conformité avec toute la constitution et les lois de la république. Laughing Laughing Laughing Laughing

• Si une disposition de l´accord n´est pas conforme à la constitution ou contrarie les lois de la république, celle-ci ne sera pas appliquée.


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dialogue inclusif, Gouvernement de transition, Elections en RDC

Message  Jim KK le 4/1/2017, 1:41 am

RDC: malgré la signature, en coulisses, les tractations continuent

http://www.rfi.fr/afrique/20170103-rdc-malgre-signature-coulisses-tractations-continuent

La majorité présidentielle s'est réunie en République démocratique du Congo pour restituer à ses membres le contenu des discussions et de l'accord signé sous l'égide de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco). L'Alliance de la majorité présidentielle (MP) a confirmé sa signature « sous réserve d'inclusivité ».
Même si elle se dit prête à appliquer l'accord, la majorité présidentielle pose de nouvelles conditions : « Il faut respecter la Constitution de la République. Et la Constitution de la République, c’est notamment en l’espèce, c’est le moment de respecter les prérogatives du président de la République. Les évêques doivent présenter le rapport au président de la République. Et celui-ci, après avoir reçu le rapport, devra reconfirmer dans son pouvoir discrétionnaire, le mandat des évêques et le préciser pour la suite parce que, s’ils ont agi jusqu’ici c’est sur base d’un mandat précis qui en principe est à terme parce que nous avons signé l’accord. Mais étant donné qu’il y a une autre étape, notamment l’arrangement particulier, il appartiendra au président de la République, exerçant son pouvoir discrétionnaire, je le répète, de pouvoir reconfirmer ce mandat », estime Aubin Minaku, secrétaire général de la majorité et président de l'Assemblée nationale.
Aubin Minaku a également affirmé qu'aucune disposition de l'accord contraire à la Constitution ou aux lois de la République ne serait appliquée, il a même parlé de la possibilité de saisir la Cour constitutionnelle. De nouvelles conditions posées par la majorité, alors que pendant ce temps, les évêques continuent leur travail.

Plusieurs rencontres au programme

Les évêques ont demandé depuis lundi un rendez-vous avec le président Kabila et attendent aujourd’hui de connaître ses disponibilités pour lui présenter l’accord. Pour le reste, l’Eglise catholique travaille dans deux directions. D’abord à rendre l’accord plus inclusif, à chercher les dernières signatures qui lui manquent. Le nonce apostolique a rencontré Eve Bazaiba, figure du Front pour le respect de la Constitution, qui refuse pour le moment de signer et réclame toujours la tête du comité de suivi de l’accord jusqu’ici attribué à Etienne Tshisekedi, l’opposant historique.
Les évêques, eux, ont reçu Jean-Lucien Bussa et Jose Makila de l’opposition signataire du précédent accord. Les membres du gouvernement actuel qui pourraient tomber, eux aussi refusent aussi de signer l’accord en mettant en avant trois points : d’abord l’absence de calendrier des élections, l’absence de référence à l’accord du 18 octobre et le fait que ce soit un compromis autour de personnalités politiques comme le président Kabila, Etienne Tshisekedi et Moïse Katumbi. La Conférence épiscopale a également demandé un rendez-vous au Premier ministre Samy Badibanga, qui serait lui aussi réticent vis-à-vis de cet accord qui devrait donner la primature à ses rivaux du rassemblement de l’opposition.

Mais les évêques ont aussi donné une tâche aux différentes composantes de ce dialogue, c’est de faire une proposition sur l’arrangement particulier de partage du pouvoir prévu par l’accord signé le week-end dernier. Avec plusieurs questions : le nombre et la composition du nouveau gouvernement, le profil du Premier ministre, la composition également du comité de suivi, sans compter – et c’est l’un des points clefs - le chronogramme de mise en application de l’accord. Remise de toutes les contributions demandées par les évêques pour ce mercredi.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dialogue inclusif, Gouvernement de transition, Elections en RDC

Message  Jim KK le 4/1/2017, 7:22 pm

RDC: toujours l'attente concernant les «arrangements» de l’accord

http://www.rfi.fr/afrique/20170104-rdc-arrangement-particulier-pourparlers-accord-eveque-harmonisation

En République démocratique du Congo, l'attente est toujours de mise concernant « l'arrangement particulier ». Il s'agit d'un additif à l'accord signé le week-end du 31 décembre et 1er janvier, qui doit régler des questions clés comme le chronogramme de mise en application de l'accord, la composition du nouveau gouvernement et du comité de suivi. Les évêques espèrent avoir fini la dernière phase de négociations d'ici la fin de la semaine, mais la tâche s'annonce ardue.
Il faut dire que les activités sont au ralenti ce mercredi 4 janvier en RDC. Et pour cause : c’est un jour férié, la fête des martyrs de l'indépendance. Mais depuis deux jours, le Rassemblement de l'opposition, principale plateforme signataire de l'accord, travaille d'arrache-pied à ses propositions.
Du côté de la majorité en revanche, on pose des conditions à la poursuite des discussions. « Le président Kabila, a déclaré le secrétaire général de la majorité et président de l'Assemblée nationale, doit confirmer le mandat des évêques. » Pour Aubin Minaku, « avant cela, on ne peut pas poser un nouvel acte quelconque », a-t-il déclaré mardi 3 janvier à l'issue d'une réunion du bureau politique de la majorité.
Depuis lundi, la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) a demandé un rendez-vous avec le chef de l'Etat et attend toujours confirmation.
« Davantage d'inclusivité »
« La majorité présidentielle (MP) entend œuvrer dans la mise en œuvre de cet accord pour que finalement, il y ait davantage d’inclusivité », explique Aubin Minaku, secrétaire général de la MP. « Cela signifie clairement que lors des pourparlers pour élaborer l’arrangement particulier, la majorité présidentielle va veiller à ce que toutes les composantes politiques de la République, notamment l’opposition et la société civile qui ont pris part au dialogue de l’Union africaine et qui n’ont pas signé cet accord, puissent être intégrées dans la suite du processus », détaille le président de l'Assemblée nationale.
Et de conclure : « La majorité présidentielle va appliquer l’accord pour autant qu’il soit conforme à la Constitution. Toutes les dispositions de l’accord, contraires à la Constitution de la République et aux lois de la République, sont nulles. »
Pour Maître Georges Kapiamba de l'Association congolaise pour l'accès à la justice (Acaj), signataire de l'accord, il n'y a rien de contraire à la Constitution ou aux lois de la République dans cet accord. Ce dernier estime également que « l'arrangement particulier » n'est pas une nouvelle étape, mais bien du même cycle de négociations qui ne demande pas de validation du chef de l'Etat.
Entre signataires et réfractaires
Dans l'opposition qui avait participé au précédent dialogue, deux tendances, ceux qui ont signé le compromis sous l'égide de l'Eglise catholique. Vital Kamerhe de l'Union pour la nation congolaise (UNC) a renouvelé son soutien. Le nouveau ministre de l'Enseignement supérieur, Steve Mbikayi, est venu signer l'accord mardi 3 janvier, mais ses collègues du gouvernement refusent toujours.
Les évêques ont également demandé un rendez-vous avec le Premier ministre, Samy Badibanga, et là aussi attendent une réponse. Son refus de signer l'accord ou de le soutenir pourrait avoir des conséquences si celui-ci refusait par exemple de démissionner pour laisser la place à un membre du Rassemblement de l'opposition qui s'est vu attribuer la primature. Selon son collègue, ministre du Plan, Jean-Lucien Bussa, le rejet de l'accord vient de son caractère non inclusif et imprécis, notamment en ce qui concerne le calendrier électoral.
« Pourquoi les Congolais sont-ils encore morts le 19 et le 20 décembre 2016 ? N’est-ce pas pour réclamer la tenue des élections présidentielles surtout, législatives ensuite et provinciales, dans un délai très court, mais n’est-ce pas pour avoir des précisions sur la perspective ? Aujourd’hui il n’y a aucune précision claire », argue Jean-Lucien Bussa, le ministre du Plan. « C’est pour cette raison que nous considérons qu’il est important que un, on revienne à l’inclusivité, que deux, on précise à quel moment nous allons déposer les candidatures, à quel moment on va voter, le jour exact où va voter », questionne-t-il.
Concernant le Front pour le respect de la Constitution qui n'est pas signataire, Eve Bazaiba explique avoir déjà détaillé sa position au nonce apostolique. Le Front pour le respect de la Constitution souhaite prendre la tête du comité de suivi de l'accord et conditionne sa signature à ce point.
La question des prisonniers politiques
Autre point à finaliser : la libération de prisonniers politiques ou d'exilés portés disparus par le Rassemblement de l'opposition. Le gouvernement a confirmé que quatre cas sur les sept situations emblématiques étaient réglés. Parmi eux, on attend toujours la libération de l'opposant Moïse Moni Della. Quant à Roger Lumbala, il a promis de rentrer d'exil cette semaine.
Reste les trois cas restants : Eugène Diomi Ndongala, condamné pour viol, de Moïse Katumbi, et de Jean-Claude Muyambo. Le porte-parole du gouvernement parle de complications pour leurs dossiers.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dialogue inclusif, Gouvernement de transition, Elections en RDC

Message  zobattants le 5/1/2017, 2:19 am

djino a écrit:Un nouveau parti vient de naître AVC et qui vient d'intégrer ma MP !  Prémonitoire comme dénomination non ?

Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy

Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy
Les partis se creent comme des eglisettes a la denis lessie ou la joel Tatu

On n'en veut pas a la MP...allez y chez Les Mobuto-Tshisekedo-Lumbalo-Ndongal0-Rassemblezeros

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dialogue inclusif, Gouvernement de transition, Elections en RDC

Message  Troll le 5/1/2017, 5:36 pm

Jim KK a écrit:Mise au point de la MP par le président du parlement congolais Aubin Minaku            

• La MP a signé l´accord sous réserve et est satisfait de cet accord

• La MP à émis une réserve essentielle concernant l´inclusivité.

• La MP va appliquer l´accord pour autant qu´il soit conforme à la constitution. Et donc chaque disposition de l´accord devra être mise en œuvre en conformité avec toute la constitution et les lois de la république. Laughing  Laughing  Laughing  Laughing

• Si une disposition de l´accord n´est pas conforme à la constitution ou contrarie les lois de la république, celle-ci ne sera pas appliquée.




sunny LE "BOUCLIER" DU VATICAN

heureusement, sur la Net, les archives sont rapidement consultées drunken albino

Mende king Minaku king Koko Nyangi Sleep


http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/rdc-joseph-koko-nyangi-envisage-un-3eme-dialogue-plus-inclusif

lol! Distractions

http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/en-rdc-le-clan-kabila-accepte-la-transition-sous-reserve

lol! Distractions

¤ Accord sur un départ de Kabila flower

http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/edc-reconduction-de-la-mediation-des-eveques-pour-la-mise-en-oeuvre-de-laccord-de-sortie-de-crise

]b]Cette fois ici, Kabila a pris soin de faire venir Minaku et Cie..pour bien comprendre qu´il a un "deal" avec le Vatican..et il compte "honnorer" ses promesses qu´il avait fait lors de sa visite chez le Pape [/b]

Certaines sources affirment que le Pape a engagé le Vatican pour "proteger" la vie de Kabila..face á toutes les menaces possibles study

Ainsi, Kabila souhaite tenir face á son gang contrairement á Mobutu study scratch Mobutu qui avait pris "congé du MPR" avant se retracter en retournant sur ses pas..Joé Kanambe compte rester vivant..et fait face á Minaku ou Mende..


LA BOURDE DE MENDE


Quand subitement la "majorité" prend la défense du MLC lol! on va tout voir au Congo..

http://www.africa243.com/2017/01/rdc-le-mlc-accepte-de-signer-laccord-politique-du-31-decembre

]i]Connaissez-vous le rôle des Jesuites pendant l´operation CONDOR en Amérique Latine study Peut-être Mende et Cie vont commencer á prendre la Cenco avec un peu plus de respect..s´ils savaient que le Vatican existe depuis plus de 2000 ans..et les Papes ont fait face á toutes sortes des guerres, des dictatures, des empereurs, des rois, des révolutions study [/i]

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dialogue inclusif, Gouvernement de transition, Elections en RDC

Message  Jim KK le 8/1/2017, 11:26 pm

Comprenne qui pourra et comprenne qui voudra!








Revenir en haut Aller en bas

Re: Dialogue inclusif, Gouvernement de transition, Elections en RDC

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum