congodiaspora
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-50%
Le deal à ne pas rater :
JBL Tune 115 TWS – Écouteurs sans fil Bluetooth 5.0
49.99 € 99.99 €
Voir le deal

LE FILM "EMPIRE DU SILENCE" DU BELGE THIERRY MICHEL, ENFIN UN DOCUMENT INTERNATIONAL ASSEZ COURAGEUX QUI ROMPT AVEC LE GENOCIDE OUBLIE DU PEUPLE CONGOLAIS ???

Aller en bas

LE FILM "EMPIRE DU SILENCE" DU BELGE THIERRY MICHEL, ENFIN UN DOCUMENT INTERNATIONAL ASSEZ COURAGEUX QUI ROMPT AVEC LE GENOCIDE OUBLIE DU PEUPLE CONGOLAIS ??? Empty LE FILM "EMPIRE DU SILENCE" DU BELGE THIERRY MICHEL, ENFIN UN DOCUMENT INTERNATIONAL ASSEZ COURAGEUX QUI ROMPT AVEC LE GENOCIDE OUBLIE DU PEUPLE CONGOLAIS ???

Message  ndonzwau 28/10/2021, 8:05 pm

Avec le film du belge Thierry Michel "L'Empire du silence", enfin un document international assez courageux qui rompt le silence sur le génocide oublié du peuple Congolais ???

Mardi 26 octobre a été présenté en avant-première au Théâtre National de Bruxelles dans le cadre du 'Festival des Libertés' devant 700 personnes - et en l'absence de Dr Mukwege hospitalisé - le dernier film de Thierry Michel "L'Empire du Silence" ! Il retrace 25 ans de crimes impunis au Congo quasiment et bien au-delà sur les traces du "Rapport Mapping" produit en 2010 par l'Onu depuis enfermé dans ses propres tiroirs. Osons espérer que malgré l'espoir enthousiaste contraire de l'auteur, ce film ne suivra pas la même voie du garage, que des puissants coupables n'arriveront pas à enterrer son message et son audience.

Je n'ai pas encore vu le film mais selon les dépêches, il n'épargne personne mais balance-t-il autant les culpabilités qu'il cite le rôle de JP Bemba en Ituri que celui des armées et milices commanditées par Kagame et Museveni au Kivu et en Province Orientale (même en plein Kisangani) ?  Les tueries continuent hélas dans l'Est du Congo et des millions de civils Congolais ont été tués en ce demi-siècle ; qui en sont les auteurs ? La suite...



"L'Empire du silence", un film coup de poing contre l'impunité en RDC
= http://afrikarabia.com/wordpress/lempire-du-silence-un-film-coup-de-poing-contre-limpunite-en-rdc/
Le nouveau documentaire de Thierry Michel retrace 25 ans de crimes oubliés au Congo, dont la majorité des responsables sont connus et restent toujours impunis. Le réalisateur espère que son film permettra de préserver les preuves, de sécuriser les lieux des massacres, en attendant que la justice congolaise ou internationale daigne s'y intéresser.

LE FILM "EMPIRE DU SILENCE" DU BELGE THIERRY MICHEL, ENFIN UN DOCUMENT INTERNATIONAL ASSEZ COURAGEUX QUI ROMPT AVEC LE GENOCIDE OUBLIE DU PEUPLE CONGOLAIS ??? LEmpire-du-silence-1024x554
« L’Empire du Silence » sortira en Belgique le 19 janvier 2022, en France le 16 mars et en RDC en février.
(Affiche du film " L'Empire du silence" réalisé par Thierry Michel en collaboration avec Christine Pireaux ©  - DR)


Un film peut-il mettre fin à l’impunité qui règne en République démocratique du Congo depuis la fin des années 1990 ? A lui seul peut-être pas, mais il peut fortement y contribuer. C’est l’espoir du cinéaste Thierry Michel, dont le documentaire « L’Empire du silence » raconte par le menu les guerres, les massacres à l’infini et les violences qu’ont subies les Congolais depuis 25 ans, dans l’indifférence quasi-générale. Ce long voyage à travers « sept provinces martyres » congolaises n’est pas de tout repos. Dans ce documentaire émaillé de nombreux témoignages éprouvants, Thierry Michel a tout d’abord voulu coucher sur la pellicule les paroles des victimes, souvent oubliés de ces deux décennies de conflit. Mais il a surtout décidé de rompre le silence sur des crimes dont chacun connaît aujourd’hui le nom des exécutants et des commanditaires, et qui restent toujours impunis. Le film, clair et pédagogique, n’épargne aucun des acteurs des guerres congolaises : mouvements rebelles, dont une centaine pullulent encore à l’Est du pays, armées congolaises, étrangères et politiques de tous bords.

Lemera, « le début de l’impunité »

Le combat du cinéaste belge relaye celui du personnage principal du film, le prix Nobel de la Paix, Denis Mukwege. Témoin de toutes les guerres du Congo, le médecin gynécologue « qui répare les femmes » victimes de viols, raconte l’attaque de l’hôpital de Lemera, en 1996, par les troupes de l’AFDL de Laurent-Désiré Kabila, soutenus par le Rwanda. « Le début de l’impunité, c’est ici ! » tonne le docteur. Puis, c’est le bombardement des camps de réfugiés hutu à Bukavu. A l’époque, le Rwanda de Kagame sort à peine du génocide, qui a fait un million de morts. Des centaines de milliers de réfugiés fuient le Rwanda, avec parmi eux, des miliciens interhamwe, ceux-là mêmes qui ont commis le génocide. Les miliciens contrôlent les camps de réfugiés au Zaïre et sont bien décidés à revenir prendre le pouvoir par les armes à Kigali. Dans le documentaire, Thierry Michel, montre les appels de Kagame et Museweni qui exhortent la communauté internationale de s’occuper des génocidaires réfugiés au Zaïre. Une requête restée lettre morte et qui poussera les deux voisins à s’occuper eux-mêmes de la solution.

Plus de 8.000 personnes tuées à Mbandaka

Une traque impitoyable aux réfugiés hutu commence à travers la forêt congolaise. Des témoins racontent les marées humaines, en pleine brousse, sans eau, sans nourriture, sans toilette. Certains mouraient de faim à défaut de manger les feuilles des arbres. A Tingi-Tingi, 200.000 réfugiés errent le long de la voie ferrée. Les images d’archives retrouvées par Thierry Michel sont glaçantes. Les cadavres sont déchargés des wagons. Une séquence que l’on croit sortie des archives de la seconde guerre mondiale. On y découvre également Emma Bonino, la commissaire européenne pour l’aide humanitaire, en larmes devant des enfants qui lui racontent leur détresse. L’effroyable voyage se poursuit à Mbandaka, à l’Ouest du Congo, où les réfugiés arrivent par milliers après… 700 km de marche à travers la forêt ! Un témoin raconte l’élimination de plus de 8.000 personnes par balles ou par noyade. Sur le fleuve Congo, les pêcheurs ne peuvent plus travailler à cause des cadavres qui se décomposent dans l’eau. Des enquêteurs de l’ONU demandent à se rendre à Mbandaka. Mais Kinshasa refuse et donne l’ordre d’effacer les traces des massacres. C’est à cette époque que Laurent-Désiré Kabila, le rebelle devenu président, s’affranchit de son encombrant allié rwandais. Le poste de ministre de la Défense congolais était alors occupé par James Kabarebe, un officier rwandais proche de Paul Kagame. Avec le départ des Rwandais, sonne le début de la deuxième guerre du Congo.

6.000 bombes pleuvent sur Kisangani

Un chef rebelle congolais s’illustre particulièrement : Gabriel Amisi. Il est aujourd’hui inspecteur général et numéro deux de l’armée congolaise. Et les massacres continuent. Un prêtre de la paroisse de Kasika accuse : « [Il faut tuer 1.000 personnes pour devenir général au Congo ! » La guerre s’internationalise. Les ex-alliés rwandais et ougandais s’affrontent entre eux en Ituri. 6.000 bombes pleuvent en 2000 sur Kisangani, pendant ce que l’on appelle « la guerre des six jours ». L’occasion pour Thierry Michel de dénoncer l’un des moteurs des guerres congolaises : l’extrême richesse minière du pays. A Kisangani, les belligérants possédaient leurs propres comptoirs de diamants. « Si la guerre dure, c’est que les rebelles et les militaires vivent de ces richesses] » se désole le docteur Mukwege. En 2001, Laurent-Désiré Kabila meurt assassiné. Le fils, Joseph, s’assoie dans le fauteuil du père. Et les massacres perdurent.

Le Rapport Mapping enfermé dans les tiroirs de l’ONU

En Ituri, les soldats du MLC de Jean-Pierre Bemba commettent de nombreuses exactions. Massacres, pillages, viols… Il faut dire que les miliciens de Bemba ne sont pas payés. L’ONU enquête, mais Jean-Pierre Bemba ne sera pas jugé grâce les accords de paix de 2002. L’homme d’affaires et ancien rebelle devient même vice-président de la République démocratique du Congo… en toute impunité. Un rapport de l’ONU fuite tout de même dans la presse, grâce au journal Le Monde. Le fameux Rapport Mapping documente 617 « incidents
 », des crimes de guerre, des crimes contre l’humanité et de possibles crimes de génocide commis entre 1993 et 2003 au Congo. Mais la liste des auteurs présumés reste confidentiel et enfermé dans un tiroir de l’ONU depuis 11 ans. Il y a bien eu quelques procès en RDC, mais ils sont rares… une douzaine. Certains se transforment en théâtre grotesque, comme celui du milicien Katangais Gédéon Kyungu, condamné à mort, mais jamais incarcéré. Il s’évade de sa résidence surveillée et se rend après avoir prêté allégeance au président Joseph Kabila… qu’il soutiendra aux élections.

Au-delà du Rapport Mapping

La grande qualité du documentaire de Thierry Michel est qu’il ne défend aucune thèse, notamment à propos du Rapport Mapping, que le Rwanda rejette en bloc. Le cinéaste rappelle les faits, présente des témoignages et demande simplement à la justice de faire son travail. Mais le film ne s’arrête pas en 2003 avec la fin du Rapport Mapping, et c’est son autre qualité. Il relate des violences plus récentes comme la répression sauvage dans les Kasaï entre 2016-2017. Le pouvoir de Joseph Kabila réprime férocement la révolte Kamwina Nsapu, et le film documente de manière inédite la spirale de violence qui s’est emparée des Kasaï, faisant entre 5.000 et 10.000 morts selon l’Eglise catholique. Deux experts de l’ONU sont également lâchement assassinés pendant cette crise. Là encore, l’impunité totale règne. Et comme le dit un témoin : « Il n’y aura jamais assez de prisons au Congo pour tous ces salopards ! »

Kinshasa embarrassée ?

« L’Empire du silence » est un film pour l’histoire, avec des images inédites et un éclairage très pédagogique sur 25 ans de chaos congolais. Mais il s’agit surtout de mobiliser les consciences pour que les crimes ne restent pas impunis. Thierry Michel espère qu’à la suite de son film, les autorités congolaises se rendront compte de la nécessité de sécuriser les lieux d’inhumation et de préserver les preuves. Le documentaire a été présenté ce mardi en avant-première à Bruxelles devant plus de 700 personnes. Le docteur Denis Mukwege était absent, après son hospitalisation la veille à Bruxelles. Ironie du sort, Thierry Michel a appris la semaine dernière que son visa pour la RDC avait été refusé pour l’ambassade. Le cinéaste projetait de se rendre à Kinshasa pour préparer la sortie de son film, prévue en février 2022 au Congo. Ce film embarrasse-t-il les autorités congolaises ? Thierry Michel ne veut pas y croire. « On m’a refusé le visa alors que personne n’avait encore vu le film[/size] ». C’est pourtant une étrange impression de déjà-vu pour le réalisateur. Son visa avait été refusé sous Mobutu et Kabila. Il avait même été expulsé. En attendant que la situation se débloque, « L’Empire du silence » sera projeté le 4 novembre en première africaine aux Journées Cinématographiques de Carthage. Il sortira en salle en Belgique le 19 janvier 2022 et en France le 16 mars."


""L'Empire du silence", un plaidoyer de Thierry Michel en faveur de la lutte contre l'impunité qui règne en RDC
= https://www.rtbf.be/culture/cinema/detail_l-empire-du-silence-un-plaidoyer-de-thierry-michel-en-faveur-de-la-lutte-contre-l-impunite-qui-regne-en-rdc?id=10868091
Plus de 700 spectateurs ont réservé mardi soir à Bruxelles une "standing ovation" au cinéaste Thierry Michel à l'issue de l'avant-première de son nouveau film, "L'Empire du silence"[/u], un plaidoyer en faveur de la lutte contre l'impunité qui règne depuis des décennies en République démocratique du Congo (RDC).

Ce treizième documentaire consacré en trente ans par Thierry Michel et au Zaïre et à la RDC - et sans doute le dernier, a-t-il confié au public rassemblé dans la grande salle du Théâtre national, décrit, parfois sans fard, les massacres qui ont endeuillé le pays depuis la fin du règne du dictateur Mobutu Sese Seko en 1997 et qui se poursuivent, principalement dans la partie orientale. 

Il y évoque, témoignages à l'appui, les atrocités commises par les armées étrangères (notamment rwandaise et ougandaise) et leurs milices supplétives congolaisesles forces gouvernementales et les groupes armés locaux et étrangers responsables de centaines de milliers de morts parmi la population civile et les réfugiés rwandais qui avaient fui leur pays après le génocide de 1994.  
Le réalisateur, souvent primé pour ses films, donne notamment la parole au docteur Denis Mukwege, le gynécologue connu comme étant "l'homme qui répare les femmes" victimes de violences sexuelles et co-lauréat du prix Nobel de la paix 2018.

= Thierry Michel, Collection Congo-Zaïre 


"Le film qui veut briser « L’Empire du Silence » instauré en RDC -27 octobre 2021
= https://afrique.lalibre.be/64957/le-film-qui-veut-briser-lempire-du-silence-instaure-en-rdc/

LE FILM "EMPIRE DU SILENCE" DU BELGE THIERRY MICHEL, ENFIN UN DOCUMENT INTERNATIONAL ASSEZ COURAGEUX QUI ROMPT AVEC LE GENOCIDE OUBLIE DU PEUPLE CONGOLAIS ??? Congo-TM-1-690x450

Présenté lors d’une avant-première mondiale mardi soir à Bruxelles dans le cadre du Festival des Libertés, le film de Thierry Michel, qui dénonce le scandale de l’impunité en République démocratique du Congo, sera projeté à Carthage et Ouagadougou. Et espère poursuivre sa route ensuite pour une grande tournée-débats dans les différentes provinces du Congo en 2022.

La première vertu du dernier film de Thierry Michel est sa formidable clarté. Même un public néophyte, qui ne connaîtrait rien des méandres de l’histoire congolaise, y retrouvera son chemin. De 1990 à nos jours, le cinéaste retrace le tragique destin des nombreux militants de la paix au Congo et d’une population soumise aux exactions sans fin des innombrables factions rebelles et troupes en présence depuis plus de vingt ans sur le territoire du pays-continent. Et singulièrement depuis 1994 et le déclenchement du génocide des Tutsis dans le Rwanda voisin, entraînant l’exode de centaines de milliers de Hutus rwandais sur les terres congolaises.
Le cinéaste croise les témoignages d’officiels de nationalités multiples ayant œuvré au sein des Nations Unies et du Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR), mais aussi de civils et témoins (divers journalistes et responsables de la Croix Rouge congolais) pris en étau dans les territoires de l’Est du Congo, provinces convoitées pour leur incroyable richesse géologique.
Il met ainsi en lumière les mécanismes prédateurs qui maintiennent la population dans la terreur et ont permis à d’anciens chefs de guerre de se frayer un chemin jusqu’aux postes les plus élevés au sein de l’armée régulière congolaise. Car si les troupes étrangères, principalement rwandaises et ougandaises, sont responsables d’attaques, pillages et actes de barbarie par milliers sur le territoire de la RDC, les troupes gouvernementales et divers groupes armés congolais ont également commis d’innombrables crimes de guerre en Ituri, dans le Kivu et au Kasaï.
Le film, qui sortira en salles en Belgique à la mi-janvier 2022, cite souvent le rapport Mapping, réalisé en 2010, documentant plus de 600 violations, soit les plus graves, des droits de l’Homme et du droit international commises en RDC entre mars 1993 et juin 2003. Un rapport qui, à ce jour, est toujours « resté enfoui dans un tiroir » de l’Onu.

LE FILM "EMPIRE DU SILENCE" DU BELGE THIERRY MICHEL, ENFIN UN DOCUMENT INTERNATIONAL ASSEZ COURAGEUX QUI ROMPT AVEC LE GENOCIDE OUBLIE DU PEUPLE CONGOLAIS ??? Empire-du-Silence-524x362

Lancement d’une campagne #Justice for Congo

Thierry Michel connaît bien le pays pour l’avoir arpenté en long et en large depuis Le Cycle du serpent (1992) en passant par Mobutu Roi du Zaïre (1999) jusqu’à son avant-dernier film sur le Docteur Denis Mukwege rebaptisé L’homme qui répare les femmes (2015). C’est dans le sillage du combat du célèbre médecin et prix Nobel de la paix 2018 que s’inscrit L’Empire du Silence. Un nouveau long métrage qui retrace de façon limpide l’état d’impunité totale qui sévit au Congo depuis très longtemps et qui s’est encore renforcé au cours des deux dernières décennies sous la présidence des Kabila père et fils.
Ce treizième film réalisé au Congo par Thierry Michel prend la forme d’un plaidoyer en faveur de la justice (#Justice for Congo) afin que soient jugés les responsables de crimes de guerre et reconnu le droit des victimes. Le film sera projeté aux Journées cinématographiques de Carthage (JCC du 30 octobre au 6 novembre prochain), au festival Ciné Droit Libre de Ouagadougou (du 4 au 11 décembre prochain) et lors d’une tournée-débat organisée le plus largement possible à travers le territoire congolais en 2022. C’est du moins l’espoir et la volonté du cinéaste belge.
Hospitalisé à Bruxelles, à la suite d’une « opération bénigne », le Docteur Mukwege n’a pas pu assister à cette avant-première qui a rassemblé 700 personnes dans la grande salle du Théâtre national bruxellois dans le cadre du Festival des Libertés (21 au 31 octobre).


""L'Empire du silence" dénonce plus de deux décennies d'impunité en RDC- DW
= https://www.msn.com/fr-xl/actualite/afrique/lempire-du-silence-d%C3%A9nonce-plus-de-deux-d%C3%A9cennies-dimpunit%C3%A9-en-rdc/ar-AAQ1tJU?ocid=uxbndlbing
Dans ce onzième film qui s'inscrit dans la continuité de L'homme qui répare les femmes, dédié au docteur Denis Mukwege (prix Nobel de la Paix 2018), Thierry Michel a décidé d'aller plus loin en montrant et en documentant les tueries en République démocratique du Congo.

De l'armée congolaise aux hommes politiques, en passant par les pays voisins et les institutions internationales, nul n'est épargné. L'auteur explique qu'il a voulu comprendre l'enchaînement des évènements qui font que la RDC est prise dans une spirale de violence ininterrompue depuis la chute de Mobutu.
"Je pense qu'à un moment donné, il fallait aller au bout de cette logique pour dénoncer cet état de choses et qu'il ne suffisait plus de suggérer", estime le réalisateur. "Je pense que là, il fallait montrer les faits, des témoignages qui soient ceux des personnes qui ont vécu les choses, des survivants et avoir des images qui disent sans concession ce qui s'est passé".

Un film pour briser le cycle de l'impunité

Pour son documentaire, qui a pour but de lutter contre l'oubli, Thierry Michel s'appuie sur le rapport Mapping de l'Onu qui répertorie les violences commises en RDC entre 1993 et 2003.
Scott Campbell, l'un des protagonistes du film, a été représentant du Haut-commissaire aux droits de l'Homme en RDC de 2011 à 2014. Il se souvient avoir déployé une équipe qui a enquêté sur les incidents les plus graves commis pendant une décennie dans ce pays.
Le but était de fournir les bases pour mettre fin à l'impunité au Congo et des recommandations concrètes sur ce qu'il faut faire en termes de justice ou de réforme de l'armée.
"Ce qui m'a amené à participer c'est certainement le besoin de combattre l'impunité au Congo et la volonté des Nations unies de participer et de soutenir tout effort pour lutter contre l'impunité en RDC", explique Scott Campbell. "Le rapport Mapping est public, ce qu'il faut c'est de la volonté politique de la part des autorités congolaises".

Un outil pour réclamer justice

L' "Empire du silence" veut surtout être un outil de plaidoyer que pourra s'approprier la société civile congolaise pour exiger justice et réparation face aux crimes commis dans le pays.
André Lodama, un jeune Congolais qui vit en Allemagne, était également présent lors de cette avant-première. Pour lui, au-delà de la révolte, le rapport Mapping reste la clé de la lutte contre l'impunité.
"C'est notre devoir en tant que Congolais de prendre ce rapport Mapping et de prendre ce film pour le partager dans le monde et réclamer la justice", estime-t-il.
Réclamer la justice en s'entourant d'autres communautés, c'est la solution que préconise Jonas Bidiamba qui vit à Bochum, également en Allemagne.
"On doit le partager avec nos frères, pas seulement les Belges ou les Allemands, afin que nous tous qui luttons pour les droits humains puissions faire quelque chose pour la libération du Congo", affirme Jonas Bidiamba.
Présenté en avant-première mondiale à Bruxelles ce 26 octobre, le film sortira en salles début janvier en Belgique et en mars en France.


"Documentaire. L’Empire du silence, ou le Congo en face -  27 Octobre 2021
= https://www.humanite.fr/documentaire-lempire-du-silence-ou-le-congo-en-face-725619

"RDC : "L'empire du silence", un documentaire sur 25 ans de crimes impunis
= https://information.tv5monde.com/video/rdc-l-empire-du-silence-un-documentaire-sur-25-ans-de-crimes-impunis

""L'Empire du silence", le film de Thierry Michel en faveur de la fin de l'impunité en RDC - 27/10/21
= https://www.levif.be/actualite/belgique/l-empire-du-silence-le-film-de-thierry-michel-en-faveur-de-la-fin-de-l-impunite-en-rdc/article-belga-1484169.html?cookie_check=1635368704


"L'EMPIRE DU SILENCE
= https://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=296289.html


"Le Dr Denis Mukwege contraint d’annuler ses rendez-vous en Belgique pour raison de santé - 26 octobre 2021
= https://afrique.lalibre.be/64879/le-dr-denis-mukwege-contraint-dannuler-ses-rendez-vous-en-belgique-pour-raison-de-sante/


Compatriotiquement! 


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #


Dernière édition par ndonzwau le 30/10/2021, 5:21 pm, édité 3 fois (Raison : a)

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

LE FILM "EMPIRE DU SILENCE" DU BELGE THIERRY MICHEL, ENFIN UN DOCUMENT INTERNATIONAL ASSEZ COURAGEUX QUI ROMPT AVEC LE GENOCIDE OUBLIE DU PEUPLE CONGOLAIS ??? Empty Re: LE FILM "EMPIRE DU SILENCE" DU BELGE THIERRY MICHEL, ENFIN UN DOCUMENT INTERNATIONAL ASSEZ COURAGEUX QUI ROMPT AVEC LE GENOCIDE OUBLIE DU PEUPLE CONGOLAIS ???

Message  ndonzwau 30/10/2021, 6:11 pm

"PS

J'évoquais dessus le risque d'un espoir trop enthousiaste chez T. Michel sur le destin de son film est-il que personnellement je ne crois pas que la vérité sera enterrée par qui que ce soit, avec le temps elle sera bel et bien entendue. J'ai néanmoins omis la nouvelle de son refus actuel d'un visa en RDC pour y aller présenter son film, du moins pour préparer sa sortie prévue en février 2022 au Congo . Son vieux contentieux avec l'ancien régime continue-t-il ? T. Michel n'ose croire que ce film embarrasse les autorités congolaises surtout que personne ne l'a encore, une étrange impression de déjà-vu pour lui avec son passé des refus de visa et même d'expulsions sous Mobutu et 'JK'.

Je ne crois pas que Tshisekedi refusera de vite débloquer la situation. L'Empire du silence révèle certes des culpabilités des Congolais et surtout des voisins rwandais et ougandais mais il met la lumière sur un pan essentiel de notre histoire récente dont on continue de vivre les conséquences et tout son peuple quelles que soient ses diverses obédiences politiques voudrait en visionner les différentes séquences.

PS Une mise à jour d'Afrikrabia nous annonce que Thierry Michel a finalement obtenu son visa vendredi 29 octobre. Tant mieux !



"RDC et le cinéaste belge Thierry Michel : un contentieux qui perdure, un visa refusé - 06/2017
= https://www.afriwave.com/2017/06/01/rdc-et-le-cineaste-belge-thierry-michel-un-contentieux-qui-perdure-un-visa-refuse/?amp=1
"Le réalisateur Thierry Michel expulsé de RDC - 23 octobre 2014
= https://www.nouvelobs.com/cinema/20120710.CIN8206/le-realisateur-thierry-michel-expulse-de-rdc.html
"RDC: Thierry Michel toujours sans visa - 26 Sep 2012
= http://afrikarabia.com/wordpress/rdc-thierry-michel-toujours-sans-visa/
"L'expulsion de Thierry Michel de RDC due à un défaut de visa - 07/2012
= https://www.7sur7.be/belgique/l-expulsion-de-thierry-michel-de-rdc-due-a-un-defaut-de-visa~ac1b53fa/?referrer=https%3A%2F%2Fwww.bing.com%2F



"Le film qui révèle la face cachée du drame congolais
= https://www.lesoir.be/402547/article/2021-10-25/le-film-qui-revele-la-face-cachee-du-drame-congolais
Le nouvel opus de Thierry Michel retrace un quart de siècle de crimes et de violences impunis. La plupart des responsables sont toujours en vie et n’ont jamais été poursuivis.

LE FILM "EMPIRE DU SILENCE" DU BELGE THIERRY MICHEL, ENFIN UN DOCUMENT INTERNATIONAL ASSEZ COURAGEUX QUI ROMPT AVEC LE GENOCIDE OUBLIE DU PEUPLE CONGOLAIS ??? B9728772050Z.1_20211025150549_000+GA7J758Q4.1-0
C’est le discours du Dr Mukwege à Oslo en 2018, lors de la remise du prix Nobel de la paix, qui sert de fil conducteur au film de Thierry Michel.

Ils s’appellent Laurent Nkunda, James Kabarebe, Joseph et Laurent-Désiré Kabila, Gabriel Amisi, Jean-Pierre Bemba, Gédéon Kyungu, Eric Ruhorimbire, John Numbi, Paul Kagame ou encore Yoweri Museveni, pour n’en citer que quelques-uns. Tous ont commis, couvert ou commandité des crimes de guerre, des crimes contre l’humanité, voire des crimes de génocide au Congo. La plupart sont encore en vie, mais aucun n’a jamais été poursuivi ou traduit devant un tribunal…
Leurs noms sont cités dans le nouveau film de Thierry Michel (L’Empire du silence), preuves à l’appui.[...]"


"Flash: BRISONS LE SILENCE... - 31 oct. 2021"



"Echange du 30 octobre 2021:Patrick Mbeko décrypte le film "l'empire du silence" De Thierry Michel!"



Compatriotiquement!
PS
 
"« L’empire du silence » du Belge Thierry Michel, encore un autre film de l’Occident sur le Congo… - Par Mufoncol Tshiyoyo - 2  novembre 2021
= http://www.ingeta.com/lempire-du-silence-du-belge-thierry-michel-encore-un-autre-film-de-loccident-sur-le-congo/
Qu’espère-t-on d’un énième film de la série, un film produit encore et toujours par l’Occident, sur les souffrances et les privations que l’Occident impose lui-même et avec appétit aux populations noires et congolaises ?
Évidemment, la question telle qu’elle a été posée ne devrait choquer aucune bonne conscience. Surtout pas quand on sait que l’antécédent créé par la publication du rapport Mapping n’a produit aucun effet majeur, voilà plus de 20 ans aujourd’hui après que l’Occident a fait élaborer et diffuser son fameux rapport. Qu’est-ce qui peut être attendu de « nous » ? L’absence de l’effectivité du rapport Mapping témoigne de la véritable nature du dessein, invisible et non déclaré, de l’Occident à travers son organe de tutelle la MONUSCO au Congo.

Le peuple du Congo en a marre

Par ailleurs, que l’on ne nous accuse pas de critique violente contre un film dont l’intention, bonne soit-elle, est de dénoncer le mal que l’Occident via ses supplétifs noirs fait subir aux populations congolaises. Ce n’est pas que l’on se déclare contre la production d’un énième film. C’est juste que le peuple du Congo en a marre. Il voudrait tout simplement savoir jusqu’où et jusqu’à quand il tiendra son mal en patience alors que la souffrance qui lui est infligée ne se réduit finalement qu’à sa plus simple instrumentalisation. Les « Noirs » congolais ne sont pas ici que de simples victimes à plaindre (une attitude à récuser).
Ce n’est pas que l’on se déclare contre la production d’un énième film. C’est juste que le peuple du Congo en a marre. Il voudrait tout simplement savoir jusqu’où et jusqu’à quand il tiendra son mal en patience alors que la souffrance qui lui est infligée ne se réduit finalement qu’à sa plus simple instrumentalisation. Les « Noirs » congolais ne sont pas ici que de simples victimes à plaindre (une attitude à récuser).

Vont-ils se contenter régulièrement de la production indéterminée de films quand la permanence de la violence exercée sur eux, loin d’être innocente, fait plutôt partie de l’ADN du dominant. La production du film ressemble un peu comme à de la pitié qu’un supérieur manifeste à l’endroit d’un peuple qu’il sait au départ dominé. Comme ces pauvres gens ne savent se défendre autrement produisons des films dont l’une des missions saurait les caresser dans le sens du poil, afin de l’amadouer et d’apaiser ses douleurs. Le film exprime également une attitude patriarcale. Devant un peuple dont le poids de l’histoire risque de demeurer son assujettissement. Subir et endurer inconséquemment.
On est donc ici conduit à se demander s’il faille combien de films pour arracher la fin, qui n’arrivera presque jamais, de l’exploitation du Noir congolais. Combien de films a-t-on déjà réalisés en faveur de la Palestine et pour des Palestiniens pendant que les USA et leurs alliés bloquent indéfiniment les résolutions de l’ONU au Conseil de Sécurité. Non, c’est plutôt l’attitude du nègre qui déroute : toujours bon enfant, souriant et sourire aux lèvres. Même quand il se trouve au-devant de l’action. Il se montre demandeur. Mais à genoux. Le peuple congolais applaudit à sa propre réification contre des miettes.

Au Congo, il y a absence de vainqueur proclamé

Qui plus est, le film produit en Europe sera diffusé au Congo. C’est ce que l’on apprend. À dire vrai, je ne sais pas ce que cela signifie. Des populations congolaises endurent régulièrement les atrocités commises sur elles. Elles les vivent dans leur chair et sur le terrain. Leur projeter le film équivaudrait à les réduire au statut de simples spectatrices qui sont assises et en train de se regarder travers des images malheureuses. On oublie un peu qu’en subissant de la violence régulière, elles sont actrices bien désavantagées, sur le terrain de combat. Voilà ce que j’éprouve des difficultés à saisir.
La vérité est qu’à Nuremberg, personne n’a eu à attendre la production d’un film ni la rédaction d’un rapport pour justifier de l’utilité d’un procès contre les Nazis. Pardonnez mon omission, il y a eu un vainqueur à Nuremberg. Au Congo, il y a absence de vainqueur proclamé. Est-ce que l’on saisit la pertinence de ce qui arrive ?

En vérité, il n’existe des « décideurs » auxquels la situation du Congo est étrangère. Le film n’a pas à les convaincre pour juger des crimes commis en leur nom. « Je te tue, les tiens et toi. Je réalise un film sur le massacre organisé. Par la suite, je t’implore de le regarder ». Qu’est-ce qui se passe dans l’entretemps ? Le film attend d’être primé. Des boucs émissaires nègres furent préalablement recrutés et nourris. Les Tutsis, des pauvres nègres de service, massacrent leurs propres frères noirs. Ils sont pointés du doigt. Pendant que des commanditaires exigent du Congo la production sans arrêt du cobalt. Toujours est-il que c’est aux Congolais de faire la pression, du moins pour ceux qui sont obligés d’y croire, pour essayer d’arracher ne fût-ce qu’un simple procès en leur faveur.
Qui croire ? Et, comment croire ? D’un côté, les Belges, les Américains et les Britanniques, pour ne citer que les principaux, continuent à soutenir, à former et à armer le Rwanda. De l’autre, l’Occident fabrique au Congo des monstres de Frankenstein sur qui il fait reposer la production et la commercialisation du cobalt. Rien n’a changé. Ce fut le cas avec le caoutchouc hier. Bref, la vérité est qu’à Nuremberg, personne n’a eu à attendre la production d’un film ni la rédaction d’un rapport pour justifier de l’utilité d’un procès contre les Nazis. Pardonnez mon omission, il y a eu un vainqueur à Nuremberg. Au Congo, il y a absence de vainqueur proclamé. Est-ce que l’on saisit la pertinence de ce qui arrive ?

L’Occident entame une nouvelle guerre contre l’Afrique

À tout prendre, l’Occident entame une nouvelle guerre contre l’Afrique. Cette guerre apparaît sous la dénomination du climat. Dans cette guerre, l’adversaire permanent de l’Afrique se réserve le beau rôle, celui du financier, celui du courtisan, du maître. Tandis que le rôle de l’Afrique comme continent n’a pas changé. C’est ce que nous apprend Raf CUSTERS, l’auteur de l’article « Au Congo, seule la colonisation est durable ». Il y affaire notamment, je cite : « Crise climatique oblige, les multinationales et les diplomates occidentaux enjoignent le Congo à stimuler sa production de cobalt, un composant essentiel, notamment pour les batteries des voitures électriques. Augmenter la production de cobalt, mais à quelles conditions ? Pendant que les Occidentaux rêvent de voitures propres et d’une planète plus verte, les Congolais triment pour alimenter une industrie pas très nette. L’esprit de Berlin flotte sur l’Afrique ».
Si nous n’assumons pas notre révolte, nous serons définitivement le dindon de la vraie farce à cause de la naïveté de ceux qui tout bonnement croient gagner contre l’Occident sans avoir préalablement renversé les rapports de force. Les matières premières au Congo n’appartiennent pas au Congo tant que la terre Congo n’est pas libérée.

Alors que l’Afrique est en « guerre », les Congolais, à travers sa nouvelle bourgeoisie élevée au rang de la classe compradore, chantent et dansent devant des images reçues sous forme des cadeaux empoisonnés. L’Afrique ne prend pas part à la guerre. Pour preuve, le Congo est isolé. Le pays est manipulé. Le Congo y va presque tout seul. Sans consulter le reste de l’Afrique. Or, son isolement participe de son affaiblissement. L’adversaire qui négocie avec le Congo le transforme en une proie esseulée, c’est-à-dire facile à broyer. Justement, c’est le Gand péché d’un « leadership chantonnant » et préfabriqué.
La nature du « pouvoir-os », il omet souvent d’associer son peuple à la guerre. De lui déclarer que l’Afrique est en guerre. On comprend mieux pourquoi ils ont eu à assassiner Lumumba, Cabral, Sankara… C’est pour que l’avertissement de Fanon ne trouve plus d’écho : « Notre tort à nous Africains, est d’avoir oublié que l’ennemi ne recule jamais sincèrement. Il ne comprend jamais. Il capitule, mais ne se convertit pas. Notre tort est d’avoir cru que l’ennemi avait perdu de sa combativité et de sa nocivité » (Afrique Action, N° 19, 20 février 1961).

Ma plume n’a pas pour raison d’être de faire plaisir. Puisque si nous n’assumons pas notre révolte, nous serons définitivement le dindon de la vraie farce à cause de la naïveté de ceux qui tout bonnement croient gagner contre l’Occident sans avoir préalablement renversé les rapports de force. Les matières premières au Congo n’appartiennent pas au Congo tant que la terre Congo n’est pas libérée.
Likambo oyo eza likambo ya mabele…


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

LE FILM "EMPIRE DU SILENCE" DU BELGE THIERRY MICHEL, ENFIN UN DOCUMENT INTERNATIONAL ASSEZ COURAGEUX QUI ROMPT AVEC LE GENOCIDE OUBLIE DU PEUPLE CONGOLAIS ??? Empty Re: LE FILM "EMPIRE DU SILENCE" DU BELGE THIERRY MICHEL, ENFIN UN DOCUMENT INTERNATIONAL ASSEZ COURAGEUX QUI ROMPT AVEC LE GENOCIDE OUBLIE DU PEUPLE CONGOLAIS ???

Message  ndonzwau 18/11/2021, 11:46 pm

?


"#JustceForCongo : une campagne pour mettre fin à l'impunité en RDC
= http://afrikarabia.com/wordpress/justiceforcongo-une-campagne-pour-mettre-fin-a-limpunite-en-rdc/
Alors que le documentaire de Thierry Michel, "L'Empire du Silence" sortira en salle début 2022, la campagne #JusticeForCongo se lance sur internet et les réseaux sociaux pour lutter contre les crimes impunis et juger les criminels.

LE FILM "EMPIRE DU SILENCE" DU BELGE THIERRY MICHEL, ENFIN UN DOCUMENT INTERNATIONAL ASSEZ COURAGEUX QUI ROMPT AVEC LE GENOCIDE OUBLIE DU PEUPLE CONGOLAIS ??? Justice-for-congo-2-1024x576

Faire bouger les lignes. C’est le pari du film de Thierry Michel, « L’Empire du silence », pour que les crimes en République démocratique du Congo (RDC) soient enfin punis. En parallèle du documentaire, qui sortira début 2022, le réalisateur et ses nombreux partenaires, comme la Fondation Panzi du prix Nobel de la Paix Denis Mukwege, l’ACAT France, Amnesty International ou Human Rights Watch, lancent une vaste campagne de sensibilisation et de mobilisation.

Promouvoir le film

#JusticeForCongo s’inscrit dans la continuité du film de Thierry Michel qui dénonce un conflit qui dure depuis plus de 25 ans au Congo, et qui est largement ignoré des médias et de la communauté internationale. « Les victimes se comptent par centaines de milliers, voire par millions. Les auteurs de ces crimes sont pris dans un vertige de massacres, pour le pouvoir, pour s’emparer des nombreuses richesses du Congo.En toute impunité » rappelle le réalisateur.
L’objectif de #JusticeForCongo est d’abord de pouvoir relayer et diffuser le film au plus large public, et devant les grandes organisations internationales comme le Conseil des Droits de l’Homme, les Nations unies, le Congrès américain, ou le parlement Européen. Après une avant-première très réussie à Bruxelles le 26 octobre, le film sera projeté au Palais du peuple de Kinshasa les 26, 27 et 29 novembre 2021. La sortie en salle est prévue le 19 janvier 2022 en Belgique et le 16 mars en France. Le documentaire sera bien sûr projeté en RDC, avec une tournée dans « les 7 provinces martyres » où le film a été tourné, en février 2022.

Pour une justice « indépendante et impartiale »

En dehors de la diffusion du film, #JusticeForCongo veut surtout que la communauté internationale et les autorités congolaises « agissent pour que le peuple congolais obtienne justice et puisse vivre enfin en paix ». Cela passe par la mise en place d’un processus de justice transitionnelle, d’une commission vérité réconciliation, comme en Afrique du Sud, ou encore la création de tribunaux internationaux comme au Rwanda ou en Sierra Leone. Car, comme le dit Thierry Michel, « Rien ne change pour le peuple congolais, car les bourreaux sont au pouvoir et continuent leurs massacres en toute impunité. Il est temps que la communauté internationale mette en place une justice indépendante et impartiale pour condamner ces criminels. »
La campagne #JusticeForCongo a besoin du relais des citoyens, mais aussi de soutien financier pour présenter le film à l’étranger, organiser la tournée ou le sous-titrage en plusieurs langues. Le site internet #JusticeForCongo ou la page Facebook permettent de faire un don. Vous y retrouverez également de nombreuses vidéos de vulgarisation pour expliquer ce qu’est le Rapport Mapping, ou encore ce que veut dire la justice transitionnelle. Un dossier pédagogique sera enfin réalisé pour s’adresser à des publics scolaires, de jeunes adultes et à des associations."


"JUSTICE FOR CONGO
UN FILM, UNE CAMPAGNE CONTRE L'IMPUNITÉ

= http://justiceforcongo.com/



Compatriotiquement!
PS
 
"Une victoire pour le cinéaste Thierry Michel qui présente son dernier film à Kinshasa - 24/11/2021
= https://afrique.lalibre.be/65840/une-victoire-pour-le-cineaste-thierry-michel-qui-presente-son-dernier-film-a-kinshasa/
Le cinéaste belge Thierry Michel présentera le week-end prochain, lors de trois projections au Palais du peuple (parlement congolais) son nouveau film L'Empire du Silence***, un plaidoyer en faveur de la lutte contre l'impunité qui règne depuis des décennies en République démocratique du Congo (RDC), a-t-il annoncé mercredi à l’agence Belga. L’avant-première mondiale de ce documentaire – le treizième que le cinéaste consacre à la RDC et au Zaïre, l’ancien nom de cette colonie belge – a eu lieu fin octobre à Bruxelles.Thierry Michel avait alors annoncé son intention de projeter son film en RDC, mais en précisant qu'il n'avait pas obtenu de visa.
Depuis les choses ont changé, a-t-il expliqué depuis Kinshasa à l’agence Belga. Il a obtenu son visa grâce à l’intervention des plus hautes autorités de l’État congolais et présentera à trois reprises, de vendredi à dimanche, son film à la grande salle (800 places) du Palais du Peuple, le siège de deux chambres du parlement (Assemblée nationale et Sénat).

L’entrée sera gratuite, mais l’accès ne sera autorisé que sur invitation.
Le réalisateur compte également présenter son film dans les sept provinces martyres de RDC où il a été tourné.
« C’est incroyable », a souligné Thierry Michel, qui a eu dans le passé, lors de ses tournages et ensuite, de nombreux démêlés avec les régimes des présidents Mobutu Sese Seko, et Laurent-Désiré et son fils, Joseph Kabila, qui n’a quitté le pouvoir que début 2019, à l’issue d’élections contestées. Le cinéaste a notamment été expulsé à plusieurs reprises.   « Il faut que l’avant-première congolaise de L’Empire du silence soit une grande soirée populaire ouverte au public kinois », a-t-il précisé au média en ligne Adiac (Agence d’information d’Afrique centrale).
Ce film décrit, souvent sans fard, les massacres qui ont endeuillé le pays depuis la fin du règne du dictateur Mobutu en 1997 et qui se poursuivent, principalement dans la partie orientale. 
Il y évoque, témoignages à l’appui, les atrocités commises par les armées étrangères (notamment rwandaise et ougandaise) et leurs milices supplétives congolaises, les forces gouvernementales et les groupes armés locaux et étrangers responsables de centaines de milliers de morts parmi la population civile et les réfugiés rwandais qui ont fui leur pays après le génocide de 1994. 

Le réalisateur belge, souvent primé pour ses films, donne notamment la parole au docteur Denis Mukwege, le gynécologue connu comme étant « l’homme qui répare les femmes » victimes de violences sexuelles et co-lauréat du prix Nobel de la paix 2018 avec la Yézidie Nadia Murat.
Ce gynécologue réclame à cor et à cri la fin de l’impunité en RDC et plaide en faveur de la mise sur pied d’une justice transitionnelle pour juger les responsables de crimes de guerre et reconnaître les droits des victimes.
L’Empire du silence sert de base à la campagne internationale #JusticeForCongo, qui réclame que la communauté internationale et les autorités congolaises « agissent pour que le peuple congolais obtienne justice et puisse vivre enfin en paix ». Cela passe par la mise en place d’un processus de justice transitionnelle, d’une commission vérité réconciliation, comme en Afrique du Sud, ou encore la création de tribunaux internationaux post-conflit comme au Rwanda ou en Sierra Leone.


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

LE FILM "EMPIRE DU SILENCE" DU BELGE THIERRY MICHEL, ENFIN UN DOCUMENT INTERNATIONAL ASSEZ COURAGEUX QUI ROMPT AVEC LE GENOCIDE OUBLIE DU PEUPLE CONGOLAIS ??? Empty Re: LE FILM "EMPIRE DU SILENCE" DU BELGE THIERRY MICHEL, ENFIN UN DOCUMENT INTERNATIONAL ASSEZ COURAGEUX QUI ROMPT AVEC LE GENOCIDE OUBLIE DU PEUPLE CONGOLAIS ???

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum