congodiaspora
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-43%
Le deal à ne pas rater :
PHILIPS – Machine à café dosette SENSEO Original HD6554/53 + 64 ...
39.99 € 69.99 €
Voir le deal

CE JOUR-LA

Aller en bas

CE JOUR-LA  Empty CE JOUR-LA

Message  El-Shaman 11/11/2021, 10:42 pm

CE JOUR-LA... 11 novembre, comme aujourd'hui...
Le 11 novembre 2018, l’opposition congolaise choisit Martin Fayulu comme candidat unique.
Ce jour-là, après 2 jours de longues tractations à Genève (en Suisse) sous la facilitation de la Fondation Kofi Annan, les sept principaux leaders de l’opposition congolaise (Félix Tshisekedi, Freddy Matungulu, Vital Kamerhe, Adolphe Muzito, Jean-Pierre Bemba, Moïse Katumbi et Martin Fuyulu) parviennent finalement à se mettre d’accord sur une candidature commune à la présidentielle du 23 décembre 2018 : Martin Fayulu.  
Ils adoptèrent un "accord de coalition" (qui n'avait pas été rendu public) qui prévoyait notamment que le candidat commun de l’opposition, s’il était élu à la présidence de la République le 23 décembre, s’engageait à ne faire qu’un "court mandat", une sorte de transition de deux ans, destinée à remettre de l’ordre dans le pays et à mettre en œuvre certaines réformes institutionnelles pour assurer de futures élections libres, crédibles et transparentes.
Mais l’euphorie suscitée par la désignation de Martin Fayulu ne sera que de courte durée. A Kinshasa et dans le reste du pays, ce choix inattendu ne passe pas dans les états-majors de certains partis de l’opposition. Les partisans de l’UDPS, mais aussi ceux de l’Union pour la nation congolaise (UNC) de Vital Kamerhe, descendirent dans la rue pour demander à leurs leaders de se retirer de cet "accord de coalition".
Dès le lendemain, Félix Tshisekedi, président de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), se rétracta et retira sa signature de l'accord signé. Vital Kamerhe fit de même. Ils annonceront également leur décision de ne plus soutenir le candidat commun, et finirent par créer, au cours de la même semaine, leur propre coalition, CACH (Cap vers le Changement).
A retrouver également sur mon blog : www.babunga.alobi.cd
CE JOUR-LA  25586310
El-Shaman
El-Shaman


Revenir en haut Aller en bas

CE JOUR-LA  Empty Re: CE JOUR-LA

Message  El-Shaman 17/11/2021, 2:16 pm

CE JOUR-LA

LE 17 NOVEMBRE : FÊTE DES FORCES ARMEES ZAÏROISES (FAZ)
========================================
Le 17 novembre était considéré comme la date anniversaire de la constitution de l'Armée Nationale Congolaise et, depuis l'année 1961 jusqu'à la chute de Mobutu en mai 1997, cette journée était célébrée avec faste au Zaïre. C'était même un jour férié.
Les Forces Armées Zaïroises (FAZ) ont marqué leur histoire du temps du Maréchal Mobutu. Elles ont participé avec brio à plusieurs batailles au Soudan, au Tchad, au Rwanda... faisant d'elles l'une des meilleures armées des décennies 70-80 en Afrique.
Les Forces Armées Zaïroises (FAZ) avaient leur Etat-Major Général à Kinshasa et comprenaient la Force Terrestre, la Force Aérienne et la Force Navale, ainsi que la Gendarmerie Nationale (avec rôle de police territoriale et mobile), un Corps logistique et des services et organismes communs et d'appui.
Les unités qui composaient les Forces Armées Zaïroises (FAZ) étaient les suivantes :
(a) La Gendarmerie Nationale : calquée sur le modèle belge, elle comprenait 25.000 à 30.000 hommes. C'est elle qui avait remplacé, en 1972, l'ancienne Police Nationale dissoute par le Président Mobutu.
(b) La Division Kamanyola : forte de 12.000 hommes (soit 3 brigades), elle était considérée par Mobutu comme la meilleure unité de l'armée zaïroise tant sur le plan de la formation que sur le plan du matériel mis à sa disposition. Elle était affectée/basée en permanence au Shaba/Katanga (très probablement pour préserver les gisements miniers zaïrois, garantie de pouvoir du feu Maréchal Mobutu) mais avait aussi des éléments à Kinshasa, répartis sur 2 camps : une moitié dans le domaine présidentiel de Kibomango, et l'autre moitié au camp Tshatshi.
(c) La 31e Brigade Parachutiste : avec ses 3 bataillons de parachutistes (et un bataillon de soutien), cette brigade aéroportée disposait d'un des meilleurs taux de disponibilité de la Force Terrestre. Ses éléments, formés par les français, étaient stationnée à l'aéroport de N'Djili (Kinshasa), au Centre d’Entraînement des Troupes Aéroportées (CETA).
(d) La 41e Brigade Commando : elle comptait 3 bataillons spécialisés dans la contre-insurrection et opérait uniquement à l'Est du pays. Elle était stationnée à Kisangani, avec des détachements à Luberizi (Uvira) et à Rumangabo (Rutshuru). Ses unités avaient été formées par des instructeurs chinois.
(e) La 1ère Brigade Blindée : idem à la précédente, elle a bénéficié de la coopération militaire et de l'instruction chinoise. Elle disposait principalement de milliers de chars chinois Type-62, équipés d'un canon de 85 mm et d'un poids de 21 tonnes. Elle était casernée à Mbanza-Ngungu (à 120 kilomètres au sud-ouest de Kinshasa dans le Bas-Congo).
(f) La 21e Brigade d'Infanterie "Léopard" : très peu d'informations filtraient sur cette unité d'élite dont les éléments étaient appelés "Les Voltigeurs".
(g) La Garde Civile (GACI) : elle a été mise sur pied en 1984 avec pour mission essentielle l'anti-terrorisme et la protection des frontières nationales. Elle était une force de police paramilitaire, forte de 10.000 hommes bien équipés, entraînés et entretenus. Elle possédait, en son sein, 2 unités d'élite, particulièrement spécialisées dans les répressions de manifestants : les Forces d'Interventions Rapides (FIR) et les Forces d'Interventions Spéciales (FIS).
(h) La Division Spéciale Présidentielle (DSP) : chargée de la sécurité personnelle du Président Mobutu, elle était créditée de 15.000 hommes et parfois considérée comme une armée dans l'armée (car bras droit fidèle au Maréchal Mobutu). Ses éléments étaient formés par des instructeurs israéliens

CE JOUR-LA  Faz10
El-Shaman
El-Shaman


Revenir en haut Aller en bas

CE JOUR-LA  Empty Re: CE JOUR-LA

Message  El-Shaman 20/11/2021, 7:31 pm

CE JOUR-LÀ...
20 novembre, comme aujourd'hui...
Le 20 novembre 2010, Monseigneur Monsengwo de la RD Congo est créé Cardinal.
Ce jour-là, à l'issue de l’audience générale tenue par le Pape Benoît XVI, Monseigneur Laurent Monsengwo Mpasinya est élevé à la dignité cardinalice au cours du Consistoire tenue à la Basilique Saint Pierre du Vatican. Vingt-trois autres nouveaux Cardinaux avaient été créés le même jour, dont 10 italiens, 2 allemands, 1 polonais, 1 suisse, 1 espagnol, 4 africains, 2 américains, 1 brésilien, 1 équatorien et 1 sri-lankais.
Laurent Monsengwo Pasinya est né en octobre 1939 à Mongobelé (Bandundu). Après ses études de philosophie à l'Université pontificale urbanienne de Rome, il rentre au pays et est ordonné prêtre en décembre 1963 pour le diocèse d'Inongo. Par la suite, il rentrera poursuivre ses études à Rome et en 1970, il est le premier Africain à obtenir un doctorat en Écritures Saintes à l'Institut Biblique Pontifical de Rome (avec une thèse préparée sous la direction du célèbre docteur Ignace de La Potterie, ayant pour sujet : La notion du 'Nomos' dans le Pentateuque grec). De retour au Congo (devenu depuis lors Zaïre), il occupera différents postes de professeur de théologie aux Facultés catholiques de Kinshasa et dans plusieurs séminaires.
En 1976, il est nommé secrétaire général de la Conférence épiscopale du Zaïre, poste qu'il occupa pendant 3 ans, avant de se voir nommer évêque auxiliaire d'Inongo en février 1980. Une année après, il est transféré à Kisangani, toujours comme évêque auxiliaire. En 1984, il est élu président de la Conférence épiscopale du Zaïre (CEZ), poste qu'il conservera jusqu'en 1992. En 1987, il est également élu membre du Conseil du secrétariat général du synode des évêques. L'année suivante (septembre 1988), il est promu archevêque de Kisangani.
En 1997, il avait été élu président du Symposium des conférences épiscopales d'Afrique et de Madagascar (SCEAM), poste qu'il avait conservé jusqu'en 2003. Enfin, en décembre 2007, Benoît XVI le transfère au siège métropolitain de Kinshasa, avant de le créer cardinal en novembre 2010.
A retrouver également sur mon blog : www.babunga.alobi.cd
CE JOUR-LA  Malula10
El-Shaman
El-Shaman


Revenir en haut Aller en bas

CE JOUR-LA  Empty Re: CE JOUR-LA

Message  El-Shaman 28/11/2021, 11:58 pm

CE JOUR-LÀ...
28 novembre, comme aujourd'hui...
Le 28 novembre 1998, décès de Pépé Kallé (de son vrai nom Jean-Baptiste Kabasele Yampanya wa ba Mulanga), emporté par une crise cardiaque. Il était alors âgé de 47 ans.
Pépé Kalle est considéré comme l’un des piliers de la 3ème génération de la musique congolaise moderne. Ce géant de la scène surnommé "éléphant de la musique congolaise" à cause de sa taille (2 mètres pour 150 kilos) est né à Kin en 1951. Il avait commencé par pousser sa voix chaude et angélique dans des chorales des églises, avant de rejoindre le groupe Bamboula en 1969.
En 1972, il rejoint l'orchestre Bella Bella, qu'il quitte vite pour fonder son propre orchestre "Empire Bakuba", dont les membres les plus connus étaient Elvis, Papi Tex, Emoro (nain espiègle, décédé lors d'une tournée au Botswana en 1994), Doris, Boeing 737, Jolie Bébé.
Son succès commence avec l'année 1973, lorsqu'il sort son tube continental "Nazoki". A partir de 1980, les tournées planétaires se succèdent, le menant du Japon aux Etats-Unis, en passant par les Caraïbes, où le chanteur était une star.
Roucoulant sur les fameuses guitares tournoyantes caractéristiques de la rumba congolaise, Pépé Kallé fera beaucoup de tubes avec des histoires d'amour ruisselantes et des textes inspirés de la débrouille africaine quotidienne comme "Article 15, Débrouillez-vous pour vivre".
Pépé Kallé a côtoyé des grands noms de la musique congolaise et africaine tels que Manou Lima, Boncana Maiga, Canta Nyboma, Papa Wemba, Lutumba Simaro, Mbilia bel, etc.
CE JOUR-LA  Pepe10
El-Shaman
El-Shaman


Revenir en haut Aller en bas

CE JOUR-LA  Empty Re: CE JOUR-LA

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum