congodiaspora
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment :
Lorcana : où acheter le Trésor des ...
Voir le deal
Le deal à ne pas rater :
Captive : où acheter le Tome Captive 1.5 en édition Collector ?
26.90 €
Voir le deal

CORNEILLE NANGAA, L'ANCIEN PRESIDENT DE LA CENI, FORT CONTESTÉ SUR DES ÉLECTIONS FRAUDULEUSES, ENTRE EN POLITIQUE, CRÉE SON PARTI ET SE LANCE DANS LA COURSE A LA PRESIDENTIELLE ! QUELLES AMBITIONS EXACTES L'ANIMENT-T-ELLES ?

Aller en bas

CORNEILLE NANGAA, L'ANCIEN PRESIDENT DE LA CENI, FORT CONTESTÉ SUR DES ÉLECTIONS FRAUDULEUSES, ENTRE EN POLITIQUE, CRÉE SON PARTI ET SE LANCE DANS LA COURSE A LA PRESIDENTIELLE ! QUELLES AMBITIONS EXACTES L'ANIMENT-T-ELLES ? Empty CORNEILLE NANGAA, L'ANCIEN PRESIDENT DE LA CENI, FORT CONTESTÉ SUR DES ÉLECTIONS FRAUDULEUSES, ENTRE EN POLITIQUE, CRÉE SON PARTI ET SE LANCE DANS LA COURSE A LA PRESIDENTIELLE ! QUELLES AMBITIONS EXACTES L'ANIMENT-T-ELLES ?

Message  ndonzwau 25/2/2023, 8:32 pm

CORNEILLE NANGAA, L'ANCIEN PRESIDENT DE LA CENI, FORT CONTESTÉ SUR DES ÉLECTIONS FRAUDULEUSES POUR LESQUELLES IL RESTE TOUJOURS SOUS SANCTIONS DE L'ADMINISTRATION AMÉRICAINE QUI L'ACCUSE DE CORRUPTION ET D'ENTRAVE AU PROCESSUS DÉMOCRATIQUE, ENTRE EN POLITIQUE, CRÉE SON PARTI ET SE LANCE DANS LA COURSE A LA LA PRÉSIDENTIELLE ! ON LE DIT PROCHE DE 'JK' MAIS CURIEUSEMENT AUSSI DE TSHISEKEDI. QUELLES AMBITIONS EXACTES L'ANIMENT-T-ELLES AUJOURD'HUI ?

Sur JA à qui elle a donné la primeur de son info, Nangaa n'hésite pas se montrer très critique vis-à-vis du processus électoral en cours et se dit convaincu d’avoir une carte à jouer dans la perspective de la prochaine présidentielle ; paradoxal argument d'entrée en campagne lorsque comme lui l'on est chargé d'un passé de malversation. Il se félicite juste d'avoir piloté des élections qui ont permis la toute première alternance pacifique au sommet de l’État, sans crépitement de balles ; la controverse post-2lectorale est une denrée ordinaire dans la compétition électorale, renchérit-il et chez-nous l'accord politique conclu à l'issue de ce scrutin de 2018 a sauvé la République d’un possible bain de sang. 'Son engagement est un choix légitime, qui découle d’un diagnostic posé sur des sujets qui touchent à l’avenir de la République. J’ai vocation à la servir, en quelque domaine que ce soit. Et je m’interdis de sombrer dans une passivité coupable'.

Apparemment il n'a cure de ceux qui lui demandent des comptes et il ne serait  ni du côté de l’Union sacrée  ni de celui du FCC, il veut créer une alternative avec son nouveau parti ADCP ( Action pour la dignité du Congo et de son peuple). De belles paroles ; attendons voir sa proposition politique exacte et sa trajectoire sur le marigot politique Congolais...
Pendant ce temps beaucoup de Congolais ne lui pardonnent pas son forfait de décembre 2018 par lequel la veriité des urnes n'a pas été respecté. Fayulu est de ceux-là !



"En RDC, Corneille Nangaa se lance dans la course à la présidentielle - 24 février 2023
= https://www.jeuneafrique.com/1421034/politique/en-rdc-corneille-nangaa-se-lance-dans-la-course-a-la-presidentielle/
Proche de Joseph Kabila autant que de Félix Tshisekedi, l’ancien président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) franchit le Rubicon et entre en politique. Il en explique les raisons en exclusivité à Jeune Afrique.

CORNEILLE NANGAA, L'ANCIEN PRESIDENT DE LA CENI, FORT CONTESTÉ SUR DES ÉLECTIONS FRAUDULEUSES, ENTRE EN POLITIQUE, CRÉE SON PARTI ET SE LANCE DANS LA COURSE A LA PRESIDENTIELLE ! QUELLES AMBITIONS EXACTES L'ANIMENT-T-ELLES ? Jad20230223-pol-rdc-corneille-nangaa-1256x628-1677165256
La candidature de Corneille Nangaa à la présidentielle est portée par son ambition de servir le pays. :copyright: Gwenn Dubourthoumieu pour JA
 
On savait déjà qu’il en avait la tentation, mais désormais il a franchi le pas : à la tête de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) lors des dernières élections organisées fin 2018, Corneille Nangaa se lance en politique et annonce à son tour sa candidature à la magistrature suprême.Depuis la fin de son mandat, et même si son remplacement à la tête de la commission électorale à été long et laborieux, le chef d’orchestre des derniers scrutins s’était fait plutôt discret, se consacrant notamment à ses investissements dans le secteur agricole. Toujours sous sanctions de l’administration américaine, qui l’accuse de corruption et d’entrave au processus démocratique, Corneille Nangaa se montre très critique vis-à-vis du processus électoral en cours et se dit convaincu d’avoir une carte à jouer dans la perspective de la prochaine présidentielle.

Jeune Afrique : N’est-il pas étonnant que vous vous lanciez en politique alors que, lors du dernier scrutin présidentiel, vous dirigiez la commission électorale ?

Corneille Nanga : Les élections de 2018 auront été celles qui ont permis la toute première alternance pacifique au sommet de l’État, sans crépitement de balles. Nous avons en RDC un ancien président, qui peut vivre librement dans son pays, et un nouveau, qui lui est en charge de la conduite de l’État.À LIREEn RDC, la tentation d’une candidature pour Corneille Nangaa en 2023
Il ne sert à rien de dire sans cesse que ces élections ont été controversées. C’est dangereux et cela ne veut rien dire.  Même aux États-Unis, les résultats des élections font l’objet de controverse.
Est-il juste de dire que vous êtes à la fois proche de Joseph Kabila et de Félix Tshisekedi ?
Oui. Cette proximité procède des rapports institutionnels que j’ai eu le privilège d’entretenir avec l’un et l’autre en ma qualité de président de la commission électorale.
À LIREEntre Félix Tshisekedi et Joseph Kabila, les bons offices de Jean Kaseya, patron d’Africa CDC
Grâce à Dieu, j’étais aux premières loges lors de cette alternance. Un accord politique a été conclu et je demeure convaincu qu’il ne faut pas le jeter dans les poubelles de l’histoire, parce qu’il a sauvé la République d’un possible bain de sang.
Est-ce là qu’est née votre ambition ?
Mon engagement est un choix légitime, qui découle d’un diagnostic posé sur des sujets qui touchent à l’avenir de la République. J’ai vocation à la servir, en quelque domaine que ce soit. Et je m’interdis de sombrer dans une passivité coupable.
Joseph Kabila ou Félix Tshisekedi ont-ils, d’une manière ou d’une autre, pesé dans votre décision de vous lancer en politique ?
Non. Ma décision n’a été influencée ni par l’un ni par l’autre.
Vous diriez-vous proche de l’opposition ou de la majorité ?
Qu’est-ce que cela signifie dans ce pays ? En RDC, les alliances politiques ne sont pas dictées par l’idéologie, mais par la poursuite d’intérêts opportunistes. D’ailleurs, ceux qui, hier, chantaient les louanges de Joseph Kabila sont les mêmes qui, aujourd’hui, font l’apologie de son successeur.
À LIRE RDC : quelles règles du jeu pour les élections de 2023 ?
Pour ma part, je ne suis ni du côté de l’Union sacrée [majorité] ni de celui du FCC [Front commun pour le Congo, de Joseph Kabila] : je suis en train de créer une alternative. Fort du diagnostic que j’ai posé, je lance un nouveau parti baptisé Action pour la dignité du Congo et de son peuple : l’ADCP. Et j’expliquerai aux Congolais, dès le 25 février, quelle sera sa proposition politique.

La loi ne vous empêche-t-elle pas, en tant qu’ancien patron de la Ceni, de vous présenter à une élection présidentielle ?

Tout Congolais a le droit de concourir à tous les scrutins, et ce conformément à la loi. Moi, Corneille Nangaa, je suis assurément congolais et je serais curieux de savoir quel texte dispose clairement de ce que peuvent ou ne peuvent pas faire les anciens présidents de la Ceni.
Pour revenir à la dernière élection présidentielle, une partie de l’opinion vous demande quand même encore des comptes quant aux irrégularités qui ont été signalées à l’époque…
Comme vous le dites, ça n’est qu’une partie de l’opinion. La majorité des Congolais sont désormais tournés vers les élections à venir et ils ont raison. Compte tenu de mon expérience, je peux vous dire que les élections sont toujours sources de conflit, parce qu’elles sont organisées autour de compétiteurs passionnés. Mais le cadre légal est là pour empêcher tout dérapage, de la Constitution aux textes réglementaires.À LIREÀ Mupompa, en RDC, on pardonne tout à Félix Tshisekedi
Tout le process est extrêmement encadré, jusqu’à l’annonce des résultats et à la gestion des contentieux. Si irrégularités ou tricheries il y a, ce sont les tribunaux qui doivent se prononcer. Mais il n’appartient ni à la Ceni ni aux médias d’épiloguer.
Les résultats des élections de 2018 ont été confirmés par la Cour constitutionnelle en ce qui concerne les scrutins présidentiel et législatif, et par les différentes cours d’appel en ce qui concerne les législatives provinciales.
Comment faire pour que le processus de 2023 soit meilleur que celui de 2018 ?
Nous sommes à dix mois de la date supposée des élections. Le calendrier électoral a été  publié et il est en cours d’exécution. Que les élections de 2023 soient meilleures que celles de 2018, c’est notre souhait à tous. Cependant, ne sous-estimons pas les contraintes politiques, techniques, logistiques et surtout sécuritaires : ce sont autant de défis à relever. Tout cela, ajouté à la méfiance entre les acteurs et à celle dont ceux-ci manifestent à l’égard de la Ceni n’incite toutefois pas à l’optimisme.À LIREEn RDC, la présidentielle pourra-t-elle vraiment se tenir le 20 décembre 2023 ?
Ne sommes-nous pas sur la bonne voie ?
Bien sûr que non. Il va nous falloir consentir de gros efforts pour relever les défis que je viens d’énoncer. Comment, par exemple, s’assurer de l’exhaustivité de l’enrôlement des électeurs dans des zones non sécurisées et avec un nombre important des déplacés ? Je pense bien sûr au Nord-Kivu et à l’Ituri. Comment remédier à cette défiance que j’évoquais ? Comment avancer quand certains affirment ne pas se reconnaître dans la composition actuelle de la Ceni et ne pas se fier à la Cour constitutionnelle ?
Votre candidature est-elle définitive ou êtes-vous ouvert à l’idée de nouer des alliances ?
Comme je vous l’ai dit, la question de validation d’une candidature obéit à un protocole précis. Une candidature à la présidentielle en RDC n’est définitive que lorsqu’elle est confirmée par la Cour constitutionnelle.À LIRERDC : Joseph Kabila, le gentleman-farmer
Pour le reste, il est vrai que nombreux sont ceux qui me poussent à briguer la magistrature suprême. Mais vous savez aussi que des alliances sont indispensables pour gagner les élections en RDC.
Comment qualifieriez-vous les relations que vous entretenez aujourd’hui avec Joseph Kabila ?
Elles sont bonnes. Nous partageons une même passion pour le travail de la terre.
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-118111_presidentielle_2023_corneille_nangaa_confirme_sa_candidature.html


"Révélation de Nangaa à Jeune Afrique, le camp Fayulu ressuscite le hold-up de 2018 et l’accuse en justice - 24-02-2023
= https://lemandat.cd/2023/02/24/revelation-de-nangaa-a-jeune-afrique-le-camp-fayulu-ressuscite-le-hold-up-de-2018-et-laccuse-a-la-justice/
Après avoir révélé à Jeune Afrique qu’il a « sauvé le pays d’un possible bain de sang », en entérinant l’accord « secret signé entre Kabila et Tshisekedi » portant ce dernier à la magistrature suprême en 2008, Corneille Nangaa est accusé d’avoir truqué les résultats des élections par le camp Fayulu.
Désormas candidat à la prochaine présidentielle, Nangaa a fait savoir que cet accord ne doit pas être jeté dans les poubelles de l’histoire. Une affirmation qui a fulminé les proches de Martin Fayulu, qui exigent l’arrestation immédiate de l’ancien président de la CENI.


Ce vendredi devant la presse, la centrale électorale de la Coalition Lamuka, organisation politique qui a porté la candidature de Fayulu, a exigé des poursuites judiciaires contre Corneille Nangaa.
“ Pour nous, il est hors de question de laisser des personnes sans foi ni loi, solder notre pays qui fait déjà face à de nombreux défis, notamment sécuritaires; défis amplifiés par la CENI de Messieurs Naanga et Basengezi avec la fabrication des résultats lors des élections de 2018 ”, a-t-elle soulevé.
Et l’aveu de M. Corneille Naanga, poursuit-elle, repris dans l’interview qu’il a accordée au magasine Jeune Afrique vient de confirmer sa forfaiture. De ce fait, nous exigeons du procureur général près la cour de cassation, maître de l’action publique, de procéder à son arrestation immédiate.
Arrivé en deuxième position de l’élection présidentielle avec 35,2% des voix, derrière Félix Tshisekedi, crédité de 38,57%, Martin Fayulu avait accusé Nangaa d’avoir négocié avec le parti de Joseph Kabila. “ Vous connaissez les résultats, les pourcentages sont connus. Où est-ce que Monsieur Félix Tshisekedi a ramassé 7 millions de voix ? C’est grave, c’est extrêmement grave ”, avait-il déclaré au lendemain de la proclamation des résultats.

Ces résultats portant Fatshi à la tête du pays avaient été remis en cause notamment par l’Eglise catholique et l’Union africaine. Selon eux, le vrai vainqueur n’a pas été proclamé. Depuis lors, Martin Fayulu se réclame « le président élu de la RDC », se référant notamment aux PV des observateurs internationaux.
Au terme de la visite papale à Kinshasa, le leader de l’ECiDé a dit avoir accordé son pardon à ceux qui ont « volé la victoire du peuple ». Les observateurs se demandent si cette affirmation de Nangaa pourrait changer la décision de Fayulu.

""Accord pilitique" conclu avant la publication des resultats de la présidentielle de 2018, Lamuka exige "l'arrestation immédiate" de Corneille Nangaa pour ses propos - 24/02/2023
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-118124_accord_politique_conclu_avant_la_publication_des_resultats_de_la_presidentielle_de_2018_lamuka_exige_l_arrestation_immediate_de_corneille_nangaa_pour_ses_propos.html


" En RDC, la tentation d’une candidature pour Corneille Nangaa en 2023 - 9 janvier 2023
Selon les informations de Jeune Afrique, l’ancien président de la Ceni réfléchit à se présenter à la prochaine élection présidentielle, censée se tenir le 20 décembre 2023.
Alors que les annonces de candidature se multiplient ces dernières semaines, à l’image de celle, largement pressentie, de Moïse Katumbi, un nouveau nom pourrait prochainement s’ajouter à la liste des prétendants à la magistrature suprême. Selon nos sources, l’ancien président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), Corneille Nangaa, pourrait lui aussi se lancer dans la course.

Ambitions secrètes

Depuis la fin de son mandat, le chef d’orchestre des élections de 2018 se montre relativement discret, se consacrant notamment à ses investissements dans le secteur agricole dans la Tshopo, la Mongala, l’Ituri, le Kongo-Central et Haut-Uélé, province dont son frère, Christophe Nangaa Baseane, est le gouverneur depuis 2019.
Il se démène aussi pour obtenir la levée des sanctions américaines qui pèsent sur lui depuis 2019 : les États-Unis l’accusent en effet de corruption et d’entrave au processus démocratique suite à sa gestion des élections de 2018. C’est désormais dans l’arène politique que Nangaa envisage de faire son retour sur le devant de la scène.À LIRERDC : comment Corneille Nangaa plaide sa cause auprès de Washington
Si, à ce stade, ses ambitions demeurent confidentielles, Corneille Nangaa les a néanmoins confiées à plusieurs députés. Contacté, l’entourage de ce dernier assure que le possible futur candidat n’a pas encore tranché, mais confirme que le projet est bel et bien sur la table.

Entre Tshisekedi et Kabila

Au stade de la réflexion depuis plusieurs semaines, cette éventuelle candidature a récemment pris de la consistance, notamment à la faveur de l’organisation d’un « Forum pour l’unité, la cohésion, la paix et le développement de l’Espace ‘Grande Orientale’ » (qui regroupe les provinces du Bas-Uélé, du Haut-Uélé, de la Tshopo et de l’Ituri).
Organisé à Kisangani du 27 au 30 décembre dernier en présence de l’archevêque Marcel Utembi, président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco). Dans leur déclaration, les participants ont notamment appelé les ressortissants de l’Espace ‘Grande Orientale’ à postuler aux prochaines élections « à tous les niveaux, y compris à la magistrature suprême ».
Resté en contact étroit avec Joseph Kabila, dont il était réputé proche du temps où ce dernier était au pouvoir, Corneille Nangaa entretient aussi de bonnes relations avec Félix Tshisekedi qui le sollicitait parfois sur les questions électorales avant que son successeur, Denis Kadima, ne soit nommé à la tête de la Ceni.


"RDC: Martin Fayulu se déchaîne sur Corneille Nanga - 04-10-2022
= https://i24afrika.net/2022/10/04/rdc-martin-fayulu-se-dechaine-sur-corneille-nanga/
"Martin Fayulu sur la tribune de Naanga: « Il mérite l’indignité nationale, Il est complice de l’insécurité actuelle en RDC » - 3 octobre 2022
= https://www.politico.cd/encontinu/2022/10/03/martin-fayulu-sur-la-tribune-de-naanga-il-merite-lindignite-nationale-il-est-complice-de-linsecurite-actuelle-en-rdc.html/117013/
= http://mobile.topcongo.fm/article/100-jours-et-15-millions-responsabilite-de-felix-tshisekedi-engagee-fayulu-6024


"Élections en RDC : Corneille Nangaa face à l'histoire - 04-01-2019
= https://fr.africanews.com/2019/01/04/elections-en-rdc-corneille-nangaa-face-a-l-histoire//








Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

CORNEILLE NANGAA, L'ANCIEN PRESIDENT DE LA CENI, FORT CONTESTÉ SUR DES ÉLECTIONS FRAUDULEUSES, ENTRE EN POLITIQUE, CRÉE SON PARTI ET SE LANCE DANS LA COURSE A LA PRESIDENTIELLE ! QUELLES AMBITIONS EXACTES L'ANIMENT-T-ELLES ? Empty Re: CORNEILLE NANGAA, L'ANCIEN PRESIDENT DE LA CENI, FORT CONTESTÉ SUR DES ÉLECTIONS FRAUDULEUSES, ENTRE EN POLITIQUE, CRÉE SON PARTI ET SE LANCE DANS LA COURSE A LA PRESIDENTIELLE ! QUELLES AMBITIONS EXACTES L'ANIMENT-T-ELLES ?

Message  ndonzwau 26/2/2023, 1:16 pm

NANGA PRÉCISE-T-IL DAVANTAGE SON OFFRE POLITIQUE ? UN PARTI DE PLUS PARMI LA FOULTITUDE QUI EXISTE  POURQUOI FAIRE ET NANGA VRAIMENT UN NOUVEL HOMME POLITIQUE AVEC SON PASSÉ  DE FRAUDEUR A LA TÊTE DE LA CENI ?

En effet, on verra peut-être mieux à l'exercice ce que ce nouveau  parti de Nanga apportera de plus à  l'offre déjà multiple sur le marché. En attendant on lit ressasse l'habituel chapelet  de bonnes intentions...
Devant ses membres présents pour la sortie officielle Nanga nous révèle que son parti est bel et bien une alternative differente de ce qui existe déjà  ; mais encore ?

Un parti fondé sur le patriotisme, la dignité et le travail ; une nouvelle génération d'acteurs (lesquels ?) avec une autre façon de faire la politique dans une perspective éthico- pragmatique, un leadership visionnaire et responsable... On comprend à peine ce que cela signifie.
Entre-temps il n'hésite pas à peindre un tableau sombre sur la situation actuelle du pays. Une faiblesse de l’Etat dans tous les secteurs , défense et sécurité, économie,  social... mais n'en est-il pas quelque part aussi comptable avec ses fonctions passées ?
Attendons-le déjà sur la suite notamment s'il ne s'alignera pas sur le personnel existant qu'il comdamne ici ?
 


"Corneille Nangaa lance son parti ACDP dans la vision de redresser l’État congolais - 25.02.2023
= https://actu30.cd/2023/02/rdc-corneille-nangaa-lance-son-parti-acdp-dans-la-vision-de-redresser-letat-congolais/
L’ancien Président de la commission électorale nationale indépendante (CENI) Corneille Nangaa a lancé ce samedi 25 fevrier à Kinshasa, son parti politique dénommé « Action pour la dignité du Congo et de son peuple » (ADCP).
Devant les cadres et membres de son parti politique venus en grand nombre pour la sortie officielle, le président de l’ACDP Corneille Nangaa a dévoilé la vision de son parti politique fondée sur trois valeurs à savoir : le patriotisme, la dignité et le travail.
CORNEILLE NANGAA, L'ANCIEN PRESIDENT DE LA CENI, FORT CONTESTÉ SUR DES ÉLECTIONS FRAUDULEUSES, ENTRE EN POLITIQUE, CRÉE SON PARTI ET SE LANCE DANS LA COURSE A LA PRESIDENTIELLE ! QUELLES AMBITIONS EXACTES L'ANIMENT-T-ELLES ? 75257914-FE9B-4AEF-AEEB-4D8D650BA2D4

D’après l’ancien président de la CENI, l’ACDP n’est nullement une nouvelle formation politique venue s’ajouter simplement à la pléthore de partis enregistrés en RDC mais se veut un pionnier d’une nouvelle génération d’acteurs politiques incarnant une autre façon de faire la politique dans une « perspective éthico- pragmatique, avec un leadership visionnaire et responsable ».
À l’en croire, l’ACDP veut répondre à deux préoccupations majeurs pour le redressement de la RDC. Il s’agit du besoin impérieux de redressement de l’Etat congolais et de réhabilitation de la plénitude de ses fonctions régaliennes ainsi que l’absolue necessité de rompre avec l’extrême pauvreté qui avilit le peuple congolais, « question de redonner à la RDC sa dignité à travers le travail qui est le vrai facteur de production des richesses et du bien auxquels le pays a droit« .
En outre, Corneille Nangaa a fait savoir que son parti politique n’envisage pas la conquête du pouvoir pour le pouvoir. En marge des prochaines élections, l’autorité morale de l’Action pour la dignité du Congo et son peuple a fait savoir que son parti présentera des candidats à tous les niveaux. Le congrès se prononcera, a-t-il dit, sur la question de la candidature à la présidence de la République dans les mois à venir.
Le président de l’ADCP a également peint le tableau sombre sur la situation actuelle du pays.
« La refondation de l’état devient un impératif. Sans quoi des révoltes désordonnées, tout aussi improductives, pourraient s’autoriser de la faiblesse ou l’absence de l’état pour parachever, en fait, sa déliquescence. Ladite faiblesse de l’Etat s’observe dans les secteurs de la défense et sécurité, économique, éducatif, social et culturel. Elle a fini par étioler le prestige du citoyen lui même, en donnant de lui une image saugrenue, peu enviable en tout cas indigne.  » A t-il fait savoir
Pour rappel, Corneille Nangaa est un expert en démocratie et élection, il avait dirigé la CENI de juillet 2015 à octobre 2021. C’est au terme des élections organisées en 2018 que le pays a vécu l’alternance pacifique.


"RDC : Corneille Nangaa présente son parti politique « Action pour la Dignité du Congo et de son Peuple » - 26/02/2023
= https://www.radiookapi.net/2023/02/26/actualite/politique/rdc-corneille-nangaa-presente-son-parti-politique-action-pour-la
Président honoraire de la CENI, Corneille Nangaa a présenté au public, samedi 25 février à Kinshasa, son parti politique dénommé « Action pour la Dignité du Congo et de son peuple », (ADCP).
Il a expliqué que cette formation politique a pour vocation de « faire du Congo un business land ».
Corneille Nangaa a présenté à la presse le quatre objectifs clés de son parti politique :

« La refondation de l’Etat, faire de la RDC une zone de libre-échange, booster l’économie nationale, et notre slogan est de démocratiser la nourriture. Au-delà des soins, éduquons nos enfants mais formons aussi l’homme Congolais. Et, le dernier objectif concerne la question de recherches, des ressources naturelles et surtout de l’environnement. Les quatre valeurs sur lesquelles nous fondons notre objectif, c’est d’abord, le travail, le patriotisme-civisme, l’humilité des faibles et que la question de l’unité et de la cohésion nationale ».
L’ADCP envisage également de « mettre en place, de petits projets, des nano projets, des micros et des grands projets, en mettant l’accent sur l’agriculture, avec toute la chaine de valeurs ». 
Ce parti politique se prépare à présenter des candidatures à tous les niveaux des scrutins aux élections de décembre 2023.
Mais son président, Corneille Nangaa, affirme, toutes fois, que les éléments et les paramètres actuels ne présentent pas encore de garantie pour la tenue des bonnes élections.
Il espère que les acteurs politiques et sociaux vont se saisir pour en discuter.


"RDC : S’étant lancé en politique avec ADCP, Corneille Nangaa ambitionne un véritable État de droit ! - 26 février 2023
= https://scooprdc.net/2023/02/26/rdc-setant-lance-en-politique-avec-adcp-corneille-nangaa-ambitionne-un-veritable-etat-de-droit/

CORNEILLE NANGAA, L'ANCIEN PRESIDENT DE LA CENI, FORT CONTESTÉ SUR DES ÉLECTIONS FRAUDULEUSES, ENTRE EN POLITIQUE, CRÉE SON PARTI ET SE LANCE DANS LA COURSE A LA PRESIDENTIELLE ! QUELLES AMBITIONS EXACTES L'ANIMENT-T-ELLES ? Corneille-Nangaa-a-la-sortie-officielle-de-son-parti-696x522

C’est désormais officiel, l’ex-président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Corneille Nangaa, s’est lancé dans la politique active avec son parti politique Action pour la dignité du Congo et de son peuple (ADCP), qui ambitionne des grandes visions et perspectives.
Comme annoncé par Scooprdc.net cinq jours plus tôt, c’est ce samedi 25 février 2023 que le parti cher au spécialiste des questions électorales et économiste de formation a fait sa sortie officielle, au complexe Show Buzz dans la commune de Ngaliema à Kinshasa.
Dans son speech, l’autorité morale de l’ADCP a stipulé que la refondation de l’État est devenue un impératif. À l’en croire, sans quoi des révoltes désordonnées, tout aussi improductives, pourraient s’autoriser de la faiblesse ou de l’absence de l’État.


« La faiblesse de l’État s’observe dans les secteurs de défense et sécurité, économique, éducative, sociale et culturelle. Elle a fini par étioler le prestige du citoyen congolais lui-même, donnant de lui une image saugrenue, peu enviable, en tout cas indigne. Bref, le Congo est devenu la risée de tous. La déstructuration de l’État congolais et sa démission ou sa grave défaillance par rapport à ses missions régaliennes, ont laissé le peuple congolais sans repères, ni valeurs, sinon le nivellement vers le bas »,
a déclaré Corneille Nangaa.
En vrai chrétien, le président de l’ADCP a fondé sa vision sur les saintes écritures, notamment le livre d’Esaïe pour appuyer ses motivations dans ce monde politique considéré par certains de glissant.
« Au regard du tableau ainsi peint, on se retrouve exactement dans la situation biblique où Dieu, voyant la misère de son peuple, demande : Qui enverrai-je ? Qui ira pour nous ? Notre réponse en tant qu’ADCP, est pratiquement de même inspiration : Me voici, Seigneur, envoie-moi ! (Esaïe 6 : Cool. Dans le cas spécifique de notre pays, sans prétention de rôle messianique, notre disponibilité, à servir est présentée non seulement à Dieu, mais surtout au peuple congolais. Nous le disons sans ambages : le salut du Congo ne viendra pas d’ailleurs, en tout cas », a insisté Corneille Nangaa.
En outre, avec beaucoup de précision, l’un des leaders influents de la RDC a rappelé à l’assistance que ni l’Orient, ni l’Occident, ne pourra résoudre les maux du pays de Lumumba.
« Avec la bénédiction du Maître des temps et des circonstances, sur fond de cette conviction, notre offre est basée sur quelques valeurs, à savoir : la valeur travail (dur labeur) contre la paresse ; le civisme (patriotisme) contre l’incivisme ; l’humilité du commencement contre des rêves irréalisables, et la dignité contre l’indignité », a-t-il exhorté.

Les grandes lignes pour le redressement de la RDC

Devant les députés, les sénateurs, les cadres, haut-cadres, ainsi que les délégations venues de partout en RDC, Corneille Nangaa a fixé cinq objectifs pour mener à bon port son appel dans la politique.
De prime abord, l’autorité morale de l’ADCP s’est appesantie sur la restauration de l’Etat, qui selon lui est longtemps empêtrée dans une défaillance quasi-chronique. Il a prévu la réhabilitation de la plénitude de ses fonctions régaliennes, pour en faire un État véritablement moderne. Aussi, activer la politique de construction des infrastructures de développement ; le boost de la croissance économique en favorisant la propension à investir ; innover ; entreprendre en formant l’homme congolais ; l’amélioration des conditions sociales par la cohésion nationale en créant des conditions d’une vie digne pour tout Congolais pour une société solidaire ; et enfin promouvoir la recherche scientifique, rationaliser l’exploitation des ressources naturelles et protéger l’environnement.
En ce qui concerne les élections prévues à la fin de l’année, par ailleurs, l’ADCP envisage d’aligner les candidats à tous les niveaux. Cependant, Corneille Nangaa a précisé qu’au niveau de la présidentielle, le Congrès du parti se décidera dans les prochains jours.
Pour plusieurs observateurs, en marge de la sortie officielle de l’ADCP, Corneille Nangaa a réussi à implanter son parti sur toute l’étendue du territoire national au regard de ses représentants dans toutes les provinces visibles dans la salle. Maintiendra-t-il le cap ? Beaucoup préfèrent garder encore les doigts croisés quand on sait que bien avant lui, beaucoup ont fait aussi des sorties officielles très mouvementées qui, malheureusement se sont avérées par la suite comme des feux de paille. C’est le cas de Leadership et gouvernance pour le développement (LGD), parti de l’ancien premier ministre Augustin Matata dont on n’entend pas tellement parler. Et les exemples en sont légion.


"RDC : Corneille Nangaa peint un tableau sombre de la situation socio-économique du pays et lance son parti "Action pour la dignité du Congo et de son peuple" - 25 février 2023
= https://actualite.cd/2023/02/25/rdc-corneille-nangaa-peint-un-tableau-sombre-de-la-situation-socio-economique-du-pays-et
L'ancien président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Corneille Nangaa, a officiellement lancé, ce samedi 25 février, son parti politique dénommé Action pour la dignité du Congo et de son peuple (ADCP). Au cours de la cérémonie de lancement, M. Nangaa a peint un tableau sombre de la situation socio-économique du pays actuellement. 
" Le besoin impérieux de redressement de l’Etat Congolais et de réhabilitation de la plénitude de ses fonctions régaliennes, à savoir : l’armée, la police, l’administration et la justice afin de répondre aux exigences de ses ambitions géostratégiques ; L’absolue nécessité de rompre avec l’extrême pauvreté qui avilit le peuple congolais et de lui redonner sa dignité à travers le travail qui est le vrai facteur de production des richesses et du bien-être auxquels il a droit ", a déclaré Corneille Nangaa. 
« D’un Etat défaillant à un Etat congolais moderne, espace d’opportunités et de libre-échange (Business land) », telle est notre vision, a poursuivi l'ancien président de la CENI. 
Cette vision, d'après lui, " s’enracine dans la volonté de notre parti, de changer de paradigmes dans la gouvernance de la chose publique et engager un nouveau départ avec les Congolais, pour les Congolais et la RDC. Ce, en puisant dans notre génie commun, en tant que peuple, les ressorts nécessaires qui permettent d’inscrire définitivement notre pays sur la voie du progrès et d’une existence digne et libre ".

Et de poursuivre : 
" Somme toute, la refondation de l’Etat devient un impératif. Sans quoi des révoltes désordonnées, tout aussi improductives, pourraient s’autoriser de la faiblesse ou de l’absence de l’Etat pour parachever, en fait, sa déliquescence. Ladite faiblesse de l’Etat s’observe dans les secteurs de défense et sécurité, économique, éducatif, social et culturel. Elle a fini par étioler le prestige du citoyen congolais lui-même, donnant de lui une image saugrenue, peu enviable, en tout cas indigne. Bref, le Congo est devenu la risée de tous. La déstructuration de l’Etat Congolais et sa démission ou sa grave défaillance par rapport à ses missions régaliennes, ont laissé le peuple congolais sans repères, ni valeurs, sinon le nivellement vers le bas (...) ".
Le parti de Corneille Nangaa promet que lors des élections de décembre 2023, son parti va aligner les candidats à tous les niveaux. S'agissant de la présidence de la République, il précise que le congrès de son parti va lever une option sur cette question. Au cours de cette activité, plusieurs personnalités ont répondu présent, notamment le député national Claudel Lubalya et Geneviève Inagosi.
Pour rappel, son vice-président à l'époque à la CENI, Norbert Basengezi a, pour sa part, créé aussi son parti politique, mais s'est aligné derrière Félix Tshisekedi.

"RDC : à quelques mois des élections, Corneille Nangaa crée son parti politique - 22 février 2023
= https://newscd.net/2023/02/22/rdc-a-quelques-mois-des-elections-corneille-nangaa-cree-son-parti-politique/

"RDC : deal, accord politique, élection, Corneille Nangaa parle de l'arrivée de Tshisekedi au pouvoir - 24-02-2023
= https://www.election-net.com/article/rdc-deal-accord-politique-election-corneille-nangaa-parle-de-larrivee-de-tshisekedi-au-pouvoir

= https://www.kis24.info/presidentielle-2023-ce-coup-de-gueule-de-corneille-nangaa-aux-leaders-de-la-grande-orientale/

"
"



Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum