congodiaspora
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-21%
Le deal à ne pas rater :
Calendrier de l’Avent 2021 FUNKO Harry Potter en promo
49.99 € 62.99 €
Voir le deal

ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...

Aller en bas

ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...  Empty ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...

Message  ndonzwau 12/4/2021, 10:39 pm

Enfin après près de 6 mois de léthargie gouvernementale et deux mois après la nomination d'un nouveau PM, un nouveau gouvernement vient de nous être livré, celui de Tshisekedi tenu par Sama Lukonde, celui de l'Union sacrée de la Nation ! Nous avons certes à regretter les dégâts sur la population de cette longue attente mais là à brûle-pourpoint nous aurions à faire le constat de sa présence et le gouvernement  se défend plutôt bien :  un renouvellement des hommes visibles et relativement jeunes, dix membres de moins que le précédent déjà trop pléthorique - toujours des risques de cohabitation à géométrie variable -,  une représentativité géographique et du genre acceptable, un équilibre politique respecté au moins au sein d'une Union sacrée  toujours hétéroclite même si la patte sinon le monopole de Tshisekedi et de son Udps sont présent.

N'empêche  que si la composition a son importance, ce n'est point le plus décisif  car le plus dur commence maintenant : le gouvernement se trouve devant un immense défi auquel on espère qu'il saura faire face ; on le jugera à l'aune de ses résultats effectifs.

Le nouveau PM a certes énoncé ses priorités toutes bien légitimes et précises mais en gros les Congolais attendent de son gouvernement qu'il comble le plus possible ses attentes quotidiennes, qu'il s'attaque au mieux à leurs conditions socio-économiques, qu'il améliore les questions sécuritaires notamment à l'Est du pays, qu'il engrange des réformes utiles sur le plan juridique, administratif, électoral, qu'il tende à changer nos mentalités en vue d'un réel changement  de gouvernance, qu'il réduise le train de vie budgétivore de l'Etat dont les caisses restent désespérément vides et on espère sans y croire que le gouvernement parallèle composé d'une foultitude des Conseillers trop coûteux sera écarté ou amendé comme en général  ces dépassements budgétaires à la Présidence et beaucoup d'autres négligences dans la gestion du pays depuis plus de deux ans que Tshisekedi est au pouvoir. Le bilan n'est pas fameux, dirons-nous.

Le temps leur est compté d'ici moins de trois ans que de nouvelles élections générales sont prévues. Un défi de plus ! Tshisekedi  et Sama Lukonde et leurs fameux Warriors sauront-ils nous surprendre, seront-ils capables de faire mieux que les médiocres délinquants et criminels qui les ont précédés ? C'est tout le mal que chaque Congolais leur souhaite !



"RDC: nomination d’un nouveau gouvernement, entièrement acquis au président Tshisekedi - 12 avril 2021
= https://afrique.lalibre.be/59951/rdc-nomination-dun-nouveau-gouvernement-entierement-acquis-au-president-tshisekedi/
Une nouvelle équipe gouvernementale, constituée de personnalités toutes acquises au président Félix Tshisekedi, a été dévoilée lundi en République démocratique du Congo (RDC), a-t-on appris de source officielle. En plus du Premier ministre, ce nouveau gouvernement, baptisé gouvernement de « l’union sacrée de la nation », compte 57 membres dont 14 femmes, d’après l’ordonnance présidentielle lue à la télévision d’État (RTNC) par le porte-parole du président, Henri Kasongo Mwema Yamba-Yamba.

« Représentativité féminine: 27%. Moyenne d’age: 47 ans Nouvelle figures: 80% Les priorités: sécurité, santé, enseignement, justice, agriculture, pêche et élevage, économie, processus électoral, infrastructure, numérique », a résumé le nouveau Premier ministre nommé il y a quelques semaines, Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge.
Ce nouveau gouvernement est nommé quatre mois après la rupture de la coalition du président Tshisekedi avec son prédécesseur Joseph Kabila.
Il s’appuie sur une majorité d' »union sacrée de la Nation » (UNS), obtenue par les partisans du président Tshisekedi qui ont renversé la précédente majorité pro-Kabila dans les deux chambres.

Des proches des anciens opposants Moïse Kabumbi et Jean-Pierre Bemba occupent des postes stratégiques.
C’est le cas d’Eve Bazaïba, secrétaire générale du Mouvement de Libération du Congo (MLC) de M. Bemba, qui est nommée ministre de l’Environnement avec rang de vice-Premier ministre.
Christophe Lutundula, un partisan de M. Katumbi, a été nommé au ministère des Affaires étrangères, Christian Mwando, un autre lieutenant de l’ancien gouverneur du Katanga a pris le ministère du Plan.
Le ministre de la Défense est un général-médecin à la retraite, Gilbert Kabanda, proche de président Tshisekedi, et celui de l’Intérieur est Daniel Aselo Okito, secrétaire général adjoint de l’UDPS, le parti présidentiel.

La précédente équipe, dirigée par Sylvestre Ilunga Ilunkamba, comptait 43 ministres pro-Kabila et 23 pro-Tshisekedi. Les portefeuilles étaient répartis à 83% d’hommes, et 17% de femmes.
« La taille du gouvernement a été réduite, la participation de la femme et de la jeunesse ont été prise en compte. Les principes de représentativité et d’inclusivité ont été respecté », a déclaré M. Sama Lukonde lors de l’annonce de la nomination de son gouvernement."


"La RDC se dote d'un nouveau gouvernement - 12/04/2021 -
= https://www.rfi.fr/fr/en-bref/20210412-la-rdc-se-dote-d-un-nouveau-gouvernement
Une nouvelle équipe gouvernementale, constituée de personnalités toutes acquises au président Félix Tshisekedi, a été dévoilée ce lundi 12 avril en RDC. Cette nomination intervient quatre mois après la rupture de la coalition du président Tshisekedi avec son prédécesseur Joseph Kabila.
Avec notre correspondante à Kinshasa, Sonia Rolley

Après deux mois d'attente, la RDC a un nouveau gouvernement. Baptisée gouvernement de « l'union sacrée de la nation », la nouvelle équipe compte 57 membres, Premier ministre inclus. Soit dix de moins que la précédente. Mais cela reste au-delà de ce qui était espéré, y compris par le chef du gouvernement Sama Lukonde, au vu des maigres ressources de l’État. Ce dernier l’explique par l’ampleur de la coalition qui le porte. L’union sacrée, c’est la plus grande coalition politique qu’ait connu la RDC, a-t-il dit.
Nommé en février dernier, ce dernier a justifié ses choix lors d'une conférence de presse. « Après ma nomination, j’avais annoncé des échanges avec les partis et regroupements politiques » qui ont été élargis à la société civile, a-t-il rappelé, énonçant les critères retenus pour ces nominations, comme le nombre de députés acquis ou encore les qualités morales.
#RDC #UnionSacree : critères pour choisir les membres du gouvernement selon le PM @LukondeSama : avoir un nombre de députés minimum, critère de moralité, critère d’inclusivité et de solidarité. Il revient aussi sur les séances d’arbitrage avec le PR @fatshi13
— Sonia Rolley (@soniarolley) April 12, 2021[/url

Cette nouvelle équipe comprend quatre vice-Premiers ministres, neuf ministres d’État, 31 membres, un ministre délégué et 11 vice-ministres. Elle est composée de 27% de femmes, nommées à des postes clé, comme Rose Mutombo au ministère de la Justice, ou Antoinette N’Samba aux Mines.
Un ministre sur cinq seulement provient de l’ancienne équipe. Pius Mwabilu reste à l’Urbanisme, Julien Paluku à l’Industrie, Jean-Lucien Bussa au Commerce extérieur. Il y a donc 80% de nouveaux venus, comme Patrick Muyaya au ministère de la Communication.
Mais ces nouvelles personnalités sont pour la plupart loin d’être inconnues. On retrouve pour la première fois dans ce gouvernement des personnalités proches des opposants Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba. Chacun a son vice-Premier ministre. Christophe Lutundula, proche de l’ancien gouverneur du Katanga, sera ainsi en charge des Affaires étrangères, tandis qu'Eve Bazaiba, secrétaire générale du MLC, s’occupera des questions environnementales.
Publication du gouvernement de l'#UnionSacréedelaNation.
Représentativité féminine: 27%
Moyenne d'age: 47 ans
Nouvelle figures: 80%
Les priorités: Sécurité, Santé, Enseignement, Justice, Agriculture, Pêche & Élevage, Economie, Processus électoral, Infrastructure, Numérique
— Sama Lukonde (@LukondeSama) April 12, 2021

Parmi les priorités de ce nouveau gouvernement figurent notamment la paix et la stabilité dans le pays, l’éducation ou encore la santé. « Il va falloir qu’il y ait des réformes dans le domaine fiscal enfin d’avoir des moyens » pour organiser les élections, a aussi ajouté le Premier ministre."


"RDC : publication du gouvernement Sama Lukonde - 12/04/2021 color]
= https://www.radiookapi.net/2021/04/12/actualite/politique/rdc-publication-du-gouvernement-sama-lukonde
...
Sont nommés vice-premiers ministres : 

  • Intérieur, sécuritaire, décentralisation et affaires coutumières : M. Asselo Okito Wankoy Daniel 
  • Environnement et développement durable : Mme Eve Bazaiba Masudi 
  • Affaires étrangères : M. Lutundula Apala Christophe 
  • Fonction publique, modernisation de l’administration et innovation du service public : M. Lihau Ebua Jean-Pierre

Sont nommés ministres d’Etat :  

  • Justice, gardes des sceaux : Mme Mutombo Kiese Rose 
  • Infrastructures et travaux publics : M. Gizaro Muvuni Alexis 
  • Portefeuille : Mme Kahinda Mayina Adèle 
  • Plan : M. Mwando Nsimba Christian, 
  • Budget : M. Boji Sangara Aimé  
  • Urbanisme et Habitat : M. Muabilu Mbayu Mukala Pius 
  • Développement rural : M. Rubota Masumbuko François 
  • Entrepreneuriat, Petites et moyennes entreprises : M. Muhanzi Mubembe Eustache  
  • Aménagement du territoire : M. Loando Mboyo Guy.

Sont nommés ministres : 

  • Défense nationale et anciens combattants : M. Kabanda Rukemba Gilbert, 
  • Enseignement primaire, secondaire et technique : M. Mwaba Kazadi Tony 
  • Santé publique, Hygiène et prévention : M. Bungani Mbanda Jean-Jacques  
  • Finances : M. Kazadi Kadima Nicolas 
  • Transport, voie de communication et de désenclavement : M. Okende Senga Cherubin 
  • Agriculture: M. Nzinga Bilihanze Désire, 
  • Pêche et élevage : M. Bokele Djema Adrien, 
  • Economie nationale : M. Kalumba Yuma Jean-Marie 
  • Industrie: M. Paluku Kahongya Julien 
  • Intégration régionale: M. Mazenga Mukanzu Didier 
  • Enseignement supérieur et universitaire : M. Muhindo Nzangi 
  • Recherche scientifique et innovation technologique : M. Mpanda Kabangu José 
  • Hydrocarbures: M. Budimbu Ntubuanga Didier 
  • Postes Télécommunications et nouvelles technologies de l’information et communication: M. Kibassa Maliba Lubalala Augustin, 
  • Numérique: M. Kolongele Eberande Désiré-Cashmir  
  • Emploi, travail et prévoyance sociale : Mme Ndusi Ntembe 
  • Affaires Foncières : M. Sakombi Molendo Aimé  
  • Ressources  hydrauliques et de l’électricité: M. Mwenze Mukaleng Olivier 
  • Droits humains: M. Puela Albert Fabrice 
  • Genre, famille et Enfants : Mme Ndaya Luseba Gisèle  
  • Commerce extérieur : M. Bussa Tongba Jean Lucien 
  • Mines : Mme Nsamba Kalambayi Antoinnette 
  • Communication et Médias, porte-parole du gouvernement : M. Muyaya Katembwe Patrick 
  • Affaires sociales, Actions humanitaires et Solidarité nationale : M. Mutinga Mutushayi Modeste 
  • Formation professionnelle et métiers: Mme Kipulu Kabenga Antoinette 
  • Jeunesse, initiation à la nouvelle citoyenneté et cohésion nationale: M. Bunkulu Zola Yves, 
  • Sport et Loisirs: M.Tshembo Nkonde Serge 
  • Tourisme: Nsimba Matondo Modero 
  • Culture, arts et patrimoine : Mme Katumbu Furaha Cathérine 
  • Relation avec le Parlement : Mme Karume Bakaneme Anne-Marie 
  • Ministre près le Président de la République : Mme Manuanina Kihimba Nana

Ministre déléguée
Près le ministre des Affaires sociales, actions humanitaires, et solidarité nationale chargé des personnes vivant avec handicap et autres personnes vulnérables : Mme Esambo Diata Irène
Vice-ministres: 

  • Intérieur, sécurité, décentralisation et Affaires coutumières : M. Molipe Mandongo Jean-Claude, 
  • Affaires étrangères : M. Adubango Ahoto Samy 
  • Justice : Bahibazire Mirindi Amato 
  • Plan : M. Mbadu Panzu Crispin 
  • Budget : Mme Bokumuamua Maposo Elysée 
  • Défense nationale : Mme Tulugu Kutuna Séraphine  
  • EPST : Mme Namasiya Bazego Aminata 
  • Santé publique et prévention : Mme Kilumba Nkulu Véronique 
  • Finances : Mme Onyege Nsele  
  • Transport et voies de communication : M. Ekila Likombio Marc
  • Mines: M. Motemona Gibolum Godard 

La sortie du gouvernement de l’Union sacrée de la nation met fin à un long suspens que le pays a connu depuis la nomination de M. Sama comme Premier ministre, le lundi 15 février dernier.
La prochaine étape consiste en l’investiture de ce gouvernement après approbation de son programme d’action par l’Assemblée nationale."

= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2021/04/12/felix-tshisekedi-nomme-bazaiba-lutundula-et-lihau-vice-premiers-ministres.html/81354/


"RDC : le gouvernement renouvelé à 80% - 12/04/2021
= https://www.radiookapi.net/2021/04/12/actualite/politique/rdc-le-gouvernement-renouvele-80
= https://www.radiookapi.net/2021/04/12/actualite/politique/rdc-27-des-membres-du-gouvernement-sama-sont-des-femmes


"Matata, Lubaya, Lukwebo, Bombole, les réactions se multiplient après la publication du gouvernement - 12 avril 2021
= https://actualite.cd/2019/08/26/matata-lubaya-lukwebo-bombole-les-reactions-se-multiplient-apres-la-publication-du


"RDC : le président Tshisekedi nomme un gouvernement à sa main - 12 avril 2021
= https://www.rtbf.be/info/monde/detail_rdc-le-president-tshisekedi-nomme-un-gouvernement-a-sa-main?id=10739496


"RDC : nomination d'un nouveau gouvernement - 12.04.2021
- Le premier après la rupture de la coalition entre Tshisekedi et son prédécesseur Kabila.

= https://www.aa.com.tr/fr/afrique/rdc-nomination-dun-nouveau-gouvernement/2206747


"Nouveau gouvernement en RDC : ce qu’il faut retenir des choix de Félix Tshisekedi - 12 avril 2021
= https://www.jeuneafrique.com/1153465/politique/nouveau-gouvernement-en-rdc-ce-quil-faut-retenir-des-choix-de-felix-tshisekedi/

= https://www.msn.com/fr-xl/actualite/afrique/le-nouveau-gouvernement-congolais-enfin-d-c3-a9voil-c3-a9/ar-BB1fzMgP?ocid=BingNewsSearch
= https://congoactu.net/rdc-4-ministres-et-1-vice-ministre-pour-lunc-de-kamerhe-molendo-reconduit-aux-affaires-foncieres
= https://www.afrik.com/qui-felix-tshisekedi-va-t-il-choisir-pour-reformer-la-fonction-publique
= https://www.msn.com/fr-xl/afrique-centre-et-est/other/l-onudi-pr%C3%AAte-%C3%A0-accompagner-la-rdc-%C3%A0-asseoir-un-programme-de-l-industrialisation-acc%C3%A9l%C3%A9r%C3%A9e/ar-BB1fiuDx?pfr=1&ocid=BingNewsSearch
= https://www.direct.cd/2021/03/26/tribune-libre-nouveau-gouvernement-monsieur-le-president-assumez-vous/
= https://congomikili.com/1100-conseillers-trop-de-voyages-caisse-de-letat-vides-felix-tshisekedi-bloque/
= https://www.voaafrique.com/a/tshisekedi-nomme-un-gouvernement-apr%C3%A8s-deux-mois-d-attente/5849869.html


"
=





Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #


Dernière édition par ndonzwau le 27/8/2021, 6:41 pm, édité 4 fois

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...  Empty Re: ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...

Message  ndonzwau 13/4/2021, 1:28 pm

"


"REVUE DE PRESSE AFRIQUE
À la Une: le nouveau gouvernement en RDC - 13/04/2021

=https://www.rfi.fr/fr/podcasts/revue-de-presse-afrique/20210413-%C3%A0-la-une-le-nouveau-gouvernement-en-rdc
« Fin du suspense, s’exclame le site congolais PoliticoAprès près de deux mois d’attente, le premier gouvernement de l’Union sacrée vient d’être dévoilé. Ce gouvernement, en taille réduite avec 56 membres, selon le Premier Ministre Jean-Michel Sama Lukonde, a tenu compte de la représentation de femmes et de la jeunesse. »
Jeune Afrique précise : « La nouvelle équipe compte 56 membres (contre 66 dans le précédent), dont 4 vice-Premier ministre, 9 ministres d’État, 31 ministres, 1 ministre délégué et 11 vice-ministres. Ce gouvernement, d’une moyenne d’âge de 47 ans, compte 15 femmes et 80% de nouveaux visages. Au total, 10 membres du gouvernement précédent de Sylvestre Ilunga Ilunkamba ont été reconduits. »

Autre fait marquant pour le site d’information congolais Cas-info : « Ce gouvernement qualifié de "combat" innove pour les ministères de la Fonction publique et de l’Environnement, dont les animateurs sont élevés au rang de vice-premiers ministres. Autre innovation : la création d’un ministère du Numérique au sein de l’exécutif. Cette équipe a pour mission d’appliquer la vision du Chef de l’État, Félix-Antoine Tshisekedi, essentiellement axée sur l’amélioration des conditions de vie des congolais et l’instauration d’un climat de paix sur toute l’étendue du territoire national. »
Hier, dès l’annonce du nouveau gouvernement, le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde, a tenu à évoquer la délicate question du budget… C’est ce que rapporte le site congolais 7 sur 7 : « Nous arrivons dans un contexte avec un budget établi et des affectations précises, a-t-il déclaré. Des réformes vont se faire dans le domaine fiscal pour aller dans le sens d’accroître ce budget. Ça, c’est l’une des priorités que nous avons parce que nous devons nous donner les moyens de notre politique. Sans cela, nous ne saurons pas faire face aux questions sécuritaires et sanitaires. »

En effet, précise Afrikarabia, site spécialisé sur la RDC, « les caisses de l’État sont désespérément vides et les marges de manœuvre de l’exécutif se réduisent comme une peau de chagrin. (…) Selon l’ODED, l’Observatoire de la dépense publique, "la RDC ne peut pas prétendre mobiliser plus de 3 milliards et demi de dollars de recettes fiscales cette année". Et sur cette somme, 2 milliards et demi seront utilisés pour payer les salaires des fonctionnaires. Autant dire qu’il ne reste rien, ou presque, pour améliorer le quotidien des Congolais, constate Afrikarabia. La lutte contre la corruption s’avère donc une impérieuse priorité pour faire (enfin) rentrer l’argent dans les caisses de l’État. Mais ce défi semble très délicat à relever pour une majorité aux intérêts divergents et dont toutes les têtes se tournent déjà vers la présidentielle de 2023. »
Et Afrikarabia de rappeler que « les conditions de vie des Congolais sont loin de s’améliorer. L’insécurité flambe à l’Est du pays dans un conflit sans fin, un Congolais sur trois a faim, alors que 72 % de la population vit avec moins de 2 dollars par jour. Que peut donc faire le gouvernement Sama Lukonde ? À y regarder d’un peu plus près, répond Afrikarabia, pas grand-chose. »[...]"
= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2021/04/12/voici-les-membres-du-gouvernement-sama-lukonde.html/81358/
= https://cas-info.ca/2021/04/gouvernement-seuls-10-ministres-de-lequipe-ilunkamba-repeches/


"Le gouvernement Sama Lukonde 1er est là! Qui est qui? - 13 avril 2021
= http://www.congoindependant.com/le-gouvernement-sama-lukonde-1er-est-la-qui-est-qui/
Près de deux mois après sa nomination en qualité de Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge (JMSLK), a (enfin) rendu public la composition de la première équipe gouvernementale placée sous sa direction. La « proclamation » a été faite, lundi 12 avril, par le porte-parole du Président de la République, Tharcisse Kasongo Mwema Yamba Y’Amba. Comme il fallait s’y attendre, certains « nominés » suscitent déjà la controverse sur les réseaux sociaux. C’est le cas notamment du ministre de la Défense et de son collègue en charge des Infrastructures (Nous y reviendrons). Dans un prochain article, notre journal s’efforcera de publier des informations disponibles sur chaque membre du gouvernement.

Beaucoup d’appelés, mais peu d’élus: 4 vice-premiers ministres, 9 ministres d’Etat, 31 ministres, un ministre délégué et 11 vice-ministres soit au total 56 membres du gouvernement. Soit dix de moins que l’équipe précédente. On imagine qu’il y a eu, lundi 12 avril, une explosion de joie sous certaines chaumières; des pleurs et des grincements de dents dans d’autres. A Kinshasa, il se raconte que certains « candidats malheureux » se disent avoir été « trahis ». Trahis par qui?
Le Premier ministre « Sama » et les membres de son équipe seraient mal inspirés de sabler du champagne et de dormir sur leurs lauriers. C’est maintenant que le plus dur va commencer. Après l’oral devant l’Assemblée nationale où rien n’est acquis – avec un personnel politique congolais réputé versatile et corruptible -, le nouveau gouvernement devrait trouver, de toute urgence, des ressources pour financer son programme et passer vite à l’action. Un collectif budgétaire s’impose. Il s’agit de démontrer à l’opinion tant nationale qu’internationale que la coalition « Fcc-Cach » était effectivement la cause de l’immobilisme. Bref, le goulot d’étranglement.

Le gouvernement « Sama Ier » est là! En attendant de juger chaque membre du nouvel exécutif par ses réalisations et non par ses discours, quelques personnalités semblent sortir du lot. Et ce du fait notamment d’une certaine « énergie potentielle » qui s’attache à leurs patronymes. On peut citer en désordre: Nicolas Kazadi Nzuji (Finances/Udps), Eve Bazaïba Masudi (Environnement/MLC), Christophe Lutundula Apala Pen’Apala (Affaires étrangères/Ensemble), Christian Mwando Kabulo/Ensemble), Dr Jean-Jacques Mbungani Mbanda (MLC/Santé, Hygiène), Cherubin Okende Senga (Transports, voies de communications et désenclavement /Ensemble), Muhindo Nzangi Butondo (Ensemble/ESU) Albert-Fabrice Puela (Droits humains/), Patrick Muyaya (Palu/ex-Fcc), Aimé Sakombi-Molendo (Affaires foncières/ UNC) et Julien Paluku Kahongya (Industrie/exFcc).
Sur base des informations disponibles, nous allons tenter de présenter les forces et les faibles de chaque personnalité. Ce sera dans un prochain article. En attendant, une chose parait sûre: la sortie du gouvernement Sama Lukonde scelle peut-être définitivement la fin de la coalition Fcc-Cach.
C’est le 29 juillet 2019, soit six mois après la passation de pouvoir dite pacifique entre « Joseph Kabila » et Felix Tshisekedi Tshilombo, que le Fcc Néhémie Mwilanya Wilondja et l’Udps Jean-Marc Kabund-A-Kabund ont procédé à la « déclaration solennelle  » de la constitution d’une « coalition politique » entre la mouvance kabiliste dite « Front commun pour le Congo » et le Cap pour le changement (Cach) du duo Kamerhe-Fatshi.
Des voix se sont aussitôt élevées, tant au sein de la base de l’Udps que de la société civile, pour chahuter le caractère « contre-nature » de cette union. Une union assimilée par d’autres à un mariage entre l’eau et le feu.

Au fil du temps, des incidents se sont succédé à d’autres incidents jusqu’à la date du 6 décembre 2020. C’est ce jour-là que le président Felix Tshisekedi Tshilombo, tirant les conséquences notamment des « humiliations endurées », a dénoncé la coalition conclue le 29 juillet 2019 avant de lancer une doctrine dénommée « Union sacrée de la nation ». La suite est connue avec le basculement de la majorité tant à l’Assemblée nationale qu’au Sénat dominés par le Fcc. La nomination d’un nouveau Premier ministre est venue boucler la boucle.
Le nouveau gouvernement qui s’est fixé plusieurs priorités (Santé, Justice, Sécurité, Enseignement, Numérique, Agriculture, Pèche, Elevage, Processus électoral et Economie) a un « ennemi » très coriace: le temps. Il y a eu trop de temps perdu. Le chef du gouvernement et « ses » ministres devraient mettre un soin particulier dans le choix des collaborateurs. Ils sont « condamnés » à s’entourer des « meilleurs ». Autrement dit, des spécialistes et des cadres expérimentés. Et non des gens qui doivent apprendre. Ils sont également « condamnés » à s’appuyer sur les Administrations de leurs départements respectifs. Le ministre doit se cantonner dans son rôle de « décideur » qui consiste à « montrer le chemin » en fixant le cap. Et non à s’encombrer des dossiers administratifs ou techniques, rôle dévolu à l’Administration.
On espère que la séparation des pouvoirs sera observée. Et que le Président de la République refrènera les ardeurs de certains membres de son cabinet tentés d’installer un « gouvernement parallèle » au niveau de la Présidence. Politiquement irresponsable, le chef de l’Etat n’est guère habilité à poser des actes de gestion. Le gouvernement conduit la politique de la nation et rend compte devant l’Assemblée nationale, indique notamment l’article 91 de la Constitution."


"RDC : un nouveau gouvernement aux marges de manoeuvre limitées
= http://afrikarabia.com/wordpress/rdc-un-nouveau-gouvernement-aux-marges-de-manoeuvre-limitees/
La nouvelle équipe gouvernementale dévoilée ce lundi laisse apparaître un exécutif assez renouvelé et à l'équilibre politique milimitré. Mais pour réussir sa mission, le Premier ministre devra manoeuvrer une majorité à géométrie variable avec des caisses de l'Etat déséspérement vides.

ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...  Sama-Lukonde-avril-2021-1024x618
Le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde

Deux mois auront été nécessaires au nouveau Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde pour dévoiler son équipe gouvernementale. Il faut dire que les tractations ont été laborieuses pour établir la liste des 56 nouveaux ministres tant les contraintes étaient grandes. Il fallait d’abord répartir les postes en fonction du poids politique des membres de l’Union sacrée, la nouvelle majorité présidentielle. Une coalition pléthorique composée de 24 groupements politiques. Pari d’autant plus difficile que le président souhaitait une équipe resserrée. Il fallait ensuite trouver les noms qui fassent consensus avec une proportion non-négligeable de femmes. Et enfin, Félix Tshisekedi souhaitait un exécutif renouvelé, avec de nouvelles figures, à l’image de son jeune Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde.

80% de nouvelles têtes

Finalement, pour le gouvernement resserré il faudra repasser. Le nouvel exécutif congolais compte 57 membres, Premier ministre compris. C’est un peu moins que celui de son prédécesseur, Sylvestre Ilunga, qui comptait 66 ministres, mais beaucoup plus que les gouvernements Matata (36 membres) ou Muzito (53 membres). Les femmes occupent bien une place plus importantes avec 14 portefeuilles et les nouvelles têtes sont bien présentes. 80% des ministres sont des nouveaux venus pour une moyenne d’âge raccord avec leur Premier ministre : 47 ans. Pourtant, 10 ministres de l’ancien équipe garde leur maroquin comme Jean-Lucien Bussa, Pius Muabilu, Julien Paluku, Irène Esambo ou José Mpanda.

L’UDPS s’impose et l’UNC résiste

Le grand gagnant de la répartition des postes est sans conteste l’UDPS de Félix Tshisekedi qui se voit attribuer le poste de vice-Premier ministre en charge de l’Intérieur, confié à Daniel Aselo, ainsi que celui de la Défense avec Gilbert Kabanda et celui des Finances, occupé par Nicolas Kazadi. Malgré son faible poids à l’Assemblée, l’UNC de Vital Kamerhe, et partenaire de Félix Tshisekedi, garde 4 ministères. Une façon de conserver ce parti, dont le président reste toujours en prison, dans le giron présidentiel… 2023 oblige. L’UNC se voit attribuer les ministères du Budget, des Affaires foncières ou des Petites et Moyennes entreprises. Les ex-FCC pro-Kabila qui ont rejoint l’Union sacrée se voient également confier 4 maroquins, malgré un poids politique plus important au sein de l’Assemblée nationale. Enfin, l’AFDC de Modeste Bahati, président du Sénat, se voit attribuer le ministère du Portefeuille.

Quatre postes pour Katumbi

Le MLC de Jean-Pierre Bemba et Ensemble de Moïse Katumbi, deux nouveaux partenaires entrés dans l’Union sacrée, occupent des postes stratégiques. La secrétaire générale du MLC, Eve Bazaïba, a été nommée ministre de l’Environnement avec rang de vice-Premier ministre et Jean-Jacques Mbungani prend la tête du ministère de la Santé. Un poste important dans un pays bouleversé par les épidémies de Covid-19, de rougeole ou d’Ebola. Du côté de Moïse Katumbi, on espérait se voir octroyer davantage de postes au regard du nombre de députés à l’Assemblée nationale. Son parti Ensemble rafle tout de même les Affaires étrangères occupées par Christophe Lutundula, le Plan avec Christian Mwando ou les Transports avec Chérubin Okende.

Une majorité à géométrie variable

Si les principaux membres de l’Union sacrée ont tous été servis, les déçus ne manqueront pas de se faire entendre à l’Assemblée lors des votes des projets de loi. La loyauté de certains députés pourrait vite s’effriter. D’autant que le bloc majoritaire au sein de l’Union reste composé par les dissidents FCC qui pourraient décider de tourner casaque. Dans le camp Kabila, on espère même pouvoir récupérer quelques brebis égarées. Alors pour éviter d’avoir à gérer une majorité à géométrie variable, le Premier ministre a bien pris soin de rassurer les futurs frondeurs que certains pourraient servir à d’autres postes et dans « d’autres secteurs ». Un partage du gâteau à l’infini qui risque une nouvelle fois de grever les budgets de l’Etat.

Des caisses vides

Les défis qui attendent le nouvel exécutif sont titanesques. Les conditions de vie des Congolais sont loin de s’améliorer. L’insécurité flambe à l’Est du pays dans un conflit sans fin, 1 Congolais sur 3 a faim, alors que 72 % de la population vit avec moins de 2 dollars par jour. Que peut donc faire le gouvernement Sama Lukonde ? A y regarder d’un peu plus près, pas grand chose. Les caisses de l’Etat sont désespérément vides et les marges de manoeuvre de l’exécutif se trouvent réduites à peau de chagrin.

3 petits milliards de recettes fiscales

L’Observatoire de la dépense publique (Odep) avait sorti sa calculatrice pour mesurer l’étendu du désastre budgétaire actuel. Pour 80 millions d’habitants, la RDC peine à mobiliser 7,1 milliards de dollars, son budget officiel affiché pour 2021. Mais en réalité, selon l’Oded, « la RDC ne peut pas prétendre mobiliser plus de 3,5 milliards de dollars (de recettes fiscales) cette année ». Et sur cette somme, 2,5 milliards seront utilisés pour payer les salaires des fonctionnaires. Autant dire qu’il ne reste rien, ou presque, pour améliorer le quotidien des Congolais. La lutte contre la corruption s’avère donc une impérieuse priorité pour faire (enfin) rentrer l’argent dans les caisses de l’Etat. Mais ce défi semble très délicat à relever pour une majorité aux intérêts divergents et dont toutes les têtes se tournent déjà vers la présidentielle de 2023."


"Sama Lukonde Kyenge : les Warriors sont là ! - 13 AVRIL 202
=https://laprosperiteonline.net/2021/04/13/a-la-une/sama-lukonde-kyenge-les-warriors-sont-la/
Rescapés, Pius Muabilu Muabilu Mbayu Mukala, Jean-Lucien Bussa Tongba, Sakombi Molendo, Julien Paluku, José Mpanda et Augustin Kibassa ont été reconduits à leurs postes. Guy Loando Mboyo, Eve Bazaïba Masudi, Christophe Lutundula Apala pen Apala, Cherubin Okende et Albert Fabrice Puela font leur entrée fracassante au sein de la nouvelle équipe gouvernementale. Bien dautres figures de proue dont certaines ont des identités, à la fois, difficiles et inconnues du grand public devront, à tout dire, y apporter une touche somme toute particulière dont Sama Lukonde Kyenge et Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo sont les seuls à en détenir les secrets. Après tout, ils en seront également, eux seuls, les principaux comptables de laction de cette équipe qui vient ainsi mettre fin au bail du Professeur Sylvestre Ilunga Ilunkamba à lHôtel du Gouvernement, à la lisière de la Gombe, après que la coalition ait été défaite, le 23 octobre 2020, en marge de la naissance tonitruante de l’Union sacrée de la nation.

Trame morphologique

56 Vice-Premiers Ministres, Ministres dEtat, Ministres, Ministres Délégués et Vice-Ministres. En rangs serrés, cette nouvelle équipe gouvernementale compte en son sein 15 femmes. La prise en compte de tous les paramètres, y compris ceux de la géopolitique, du genre, de la jeunesse et des personnes vivant avec handicap aurait, finalement, déterminé Sama Lukonde Kyenge, 43 ans, nommé Premier Ministre, le 15 février 2021, à en aller au-delà de ses prévisions initiales.
Au propre comme au figuré, cette nouvelle équipe est, en tout cas, constituée dune série de nouvelles figures sorties, certes, des milieux des vétérans de lUdps et, surtout, de lensemble de lOpposition dite radicale. Bemba y tient les mentonnières avec Bazaïba Eve. Katumbi, à son tour, y a injecté Christian Mwando, Muhindo Nzangi, Mutinga Mutuishayi et tant dautres. Kamerhe y a placé Aimé Boji, un des ses pions les plus fidèles, à lavant-scène. A lexception des caciques du Front Commun pour le Congo et de Lamuka de Fayulu et Muzito, toutes les autres forces politiques sont là. Elles ont, dailleurs, été élargies au Groupe de treize personnalités qui, à un certain moment, ont fait parler delles lorsquil était question, autrefois, de situer la quintessence des réformes électorales et institutionnelles dans un contexte devant favoriser la tenue des élections apaisées, transparentes et démocratiques lhorizon 2023.
Au nombre de ces personnalités, il y a lieu citer notamment, Patrick Muyaya, Guy Loando et Christophe Lutundula aux postes clés des médias, des Affaires Etrangères et de lAménagement du Territoire.
LUdps récupère, par contre, les autres secteurs régaliens dont lIntérieur, la Justice et garde, en même temps et à quelques exceptions près, un il vigilant sur la défense, les finances, le Budget et le Plan.

Espoirs ?

A en croire Sama Lukonde Kyenge, lheure du travail est arrivée. Bientôt, juste après linvestiture à lAssemblée nationale, lui et ses co-équipiers iront à lassaut de multiples chantiers de la République laissés presquentiers, après les ratés du programme de 100 jours aux souvenirs ubuesques, en vue de voir comment conjurer les principaux défis.
Tout à en appelant à la mobilisation générale de lensemble du peuple congolais, le tout nouveau Premier Ministre mise, au fait, sur limplication de toutes les personnes de bonne volonté pour la réussite de ses délicates et complexes missions.
Tous les espoirs sont permis, a-t-il laissé entendre, comme pour appeler, même les sceptiques, à mordre à lhameçon de lamour de la patrie, pour ne pas sacrifier le sort de la RD. Congo sur lautel des intérêts aussi abjects que superflus."


"Quelles différences entre les gouvernements de Sama Lukonde et de Sylvestre Ilunga ? - 13.04.2021
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-85720_quelles_differences_entre_les_gouvernements_de_sama_lukonde_et_de_sylvestre_ilunga.html


"RDC: pourquoi 57 membres dans le gouvernement d'«Union sacrée» du président Tshisekedi? -13/04/2021
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210413-rdc-pourquoi-57-membres-dans-le-gouvernement-d-union-sacr%C3%A9e-du-pr%C3%A9sident-tshisekedi


"RDC : Le gouvernement Sama Lukonde compte accroître les recettes fiscales pour avoir les moyens de sa politique
= https://7sur7.cd/2021/04/12/rdc-le-gouvernement-sama-lukonde-compte-accroitre-les-recettes-fiscales-pour-avoir-les
= https://7sur7.cd/2021/04/12/gouvernement-sama-lukonde-attend-que-les-femmes-nommees-soient-la-hauteur-de-leurs

"RDC : Sama Lukonde promet de se pencher sur la problématique des détournements des fonds alloués à l’armée pour faire la différence et répondre aux attentes des militaires - 13 novembre 2021
= https://actualite.cd/2021/04/13/rdc-sama-lukonde-promet-de-se-pencher-sur-la-problematique-des-detournements-des-fonds

"Sama Lukonde : le gouvernement de la coalition FCC-CACH « fut un mauvais épisode pour le pays » - 13 novembre 2021
= https://actualite.cd/2021/04/13/sama-lukonde-le-gouvernement-de-la-coalition-fcc-cach-fut-un-mauvais-episode-pour-le



"Gouvernement : retour sur une longue marche -12 avril 2021
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/04/12/gouvernement-retour-sur-une-longue-marche.html/81390/

"Gouvernement Sama Lukonde: les réactions des ministres sur les réseaux sociaux
= https://www.radiookapi.net/2021/04/13/actualite/politique/gouvernement-sama-lukonde-les-reactions-des-ministres-sur-les-reseaux
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-83415_les_reactions_a_la_nomination_de_lukonde_sama_au_poste_de_premier_ministre.html

"Gouvernement : “La nouvelle équipe Sama Lukonde n’a que 24 mois (de juin 2021 à juin 2023) pour convaincre”, François Mwamba - 13 avril 2021
= https://linterview.cd/gouvernement-la-nouvelle-equipe-sama-lukonde-na-que-24-mois-de-juin-2021-a-juin-2023-pour-convaincre-francois-mwamba/


= https://www.afrik.com/rdc-la-mission-du-nouveau-gouvernement
= https://www.radiookapi.net/2021/04/13/actualite/politique/gouvernement-sama-lukonde-les-reactions-de-ludps-et-du-fcc
= https://actualite.cd/2021/04/13/steve-mbikayi-ne-decolere-pas-un-parti-qui-5-deputes-ne-peut-etre-totalement-absent-dans
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/04/12/gouvernement-sama-processus-electoral-securite-sante-enseignement-et-justice-parmi-les-priorites.html/81398/
= https://7sur7.cd/2021/04/12/rdc-4-ministres-et-1-vice-ministre-pour-lunc-de-kamerhe-molendo-reconduit-aux-affaires
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/04/12/aussitot-nomme-ministre-francois-rubota-se-dit-conscient-de-la-situation-actuelle-du-pays-et-promet-de-se-deployer-pour-que-les-choses-changent.html/81394/
= https://actualite.cd/index.php/2021/04/13/rdc-la-societe-civile-en-atelier-pour-la-mise-en-place-dun-programme-pairs-sur-les
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-85716_gouvernement_de_l_union_sacree_5_originaires_du_kongo_central_nommes_ministres.html


"ACTU EXPLIQUEE 12.04 - SORTIE GOUVERNEMENT DES WARRIORS : DES FIGURES PEU RASSURANTES"



"Analyse du 13 avril 2021:Après 4 mois d'attente, le gouvernement d'union nation est enfin publié!"




Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...  Empty Re: ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...

Message  ndonzwau 14/4/2021, 1:40 am

"


"RDC : ce qui attend le gouvernement Sama Lukonde - 13 avril 2021
= https://actualite.cd/2021/04/13/rdc-ce-qui-attend-le-gouvernement-sama-lukonde
Le gouvernement de l’Union sacrée de la Nation est connu. Il est composé de 57 membres y compris le Premier ministre Sama Lukonde. Plusieurs défis attendent l’équipe gouvernementale au regard de la détérioration des tissus socio-économiques mais surtout la situation sécuritaire qui s’est sensiblement détériorée dans l’est du pays.
Du point de vue socio-économique : la prise en charge des enseignants dans le cadre de la gratuité de l’éducation de base pose toujours des problèmes. Dans plusieurs écoles, notamment catholiques dans certains coins du pays, les élèves sont soumis aux travaux champêtres pour produire et vendre les moissons afin de payer les enseignants. Lundi 12 avril  d’ailleurs, l’intersyndicale de l’EPST avait prévu de déclencher une grève. Les enseignants sont revenus sur leur mot d’ordre après que la BCC a promis de décaisser l’argent ce lundi.

Sur le marché à Kinshasa tout comme dans d’autres villes du pays, les prix des biens et services ne cessent de grimper. Une plaquette d’œufs qui se négociait à 4 000 FC est passé à 10 000 FC ; le prix ont augmenté au moins de 10 000 FC pour le sac de charbon de braise qui est passé de 30 000 FC à 40 000 FC ; également pour le carton de poissons chinchards de 30 kg 20+ et celui de poissons salés de 9 kilos, le sac d’haricots de 100 kg en provenance de la ville de Goma dans la province du Nord-Kivu, le sac du riz de 50 kg en provenance de l’Asie précisément, de la Thaïlande et de la Chine, le sac  du sucre de 50 kg en provenance de Kwilu Ngongo dans le territoire de Mbanza-ngungu, dans la province du Kongo central ainsi que le sac de semoule de 25 kg.
Tout est prioritaire. La dégradation des infrastructures routières est également concernée. Les routes nationales ainsi que les routes de desserte agricole sont dans un état de délabrement avancé à travers le pays. Les ponts tel que celui jeté sur la rivière Kasaï, sur la RN1 s’est effondré depuis plus de trois mois et aucune intervention à ce stade pourtant il relie Kasaï-Kasaï Central- Lubumbashi- Kinshasa.

Dans le secteur de la santé, de multiples maladies endémiques dont la rougeole et le choléra. A cela s’ajoute l’épidémie d’Ebola qui resurgit fréquemment au pays. La 12e épidémie qui a fait 11 morts à Butembo attend d'être complètement finie. A cela s'ajoute la pandémie de Covid-19 qui a déjà fait 745 décès.
Le plus grand défi reste la sécurité. L'épicentre de l’insécurité au pays demeure la région de Beni où sévissent les combattants des Forces démocratiques alliées (ADF). Selon le rapport de la CENCO, 6 000 personnes ont été tuées en 2013 à Beni, alors qu’en Ituri 2000 morts ont été enregistrés pour la seule année 2020. Cette situation a entraîné des déplacements massifs des populations dans la région abandonnant des villages entiers entre les mains des assaillants. Le Parlement a d’ailleurs mis en place une commission d'enquête sur la situation sécuritaire dans 8 provinces (l’Ituri, du Nord-Kivu, du Sud-Kivu, du Maniema, du Haut-Uele, du Bas-Uele, du Haut-Katanga et du Haut-Lomami).

Le nouveau gouvernement doit faire face à plus de 130 groupes armés présents dans les provinces du Nord-Kivu et du Sud-Kivu, qui s’affrontent pour d’innombrables raisons, rapporte le Groupe d’Etude sur le Congo. Il faut des moyens. En 2019, le budget de l'armée était de 331 millions USD soit 5,74% du budget national."


"RDCongo: un gouvernement de néophytes - 13 avril 2021
= https://afrique.lalibre.be/59996/rdcongo-un-gouvernement-de-neophytes/
La République démocratique du Congo a un nouveau gouvernement depuis lundi, quatre mois après la rupture entre le président Félix Tshisekedi et son mentor, son prédecesseur Joseph Kabila. Il compte 57 membres avec le Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, nommé à la mi-février par le chef de l’Etat. M. Sama avait alors annoncé un cabinet de 45 membres maximum. Que s’est-il passé?

Cette inflation du nombre de ministres est un effet de la tare originelle de la présidence Tshisekedi: à la suite d’un accord avec son prédecesseur, il avait été hissé à la tête de l’Etat en échange d’une majorité dans les assemblées législatives nationale et provinciales pour les kabilistes. Sans tenir compte des résultats de la présidentielle de décembre 2018, dont les résultats détaillés n’ont jamais été publiés.
Ayant accepté que les kabilistes s’octroient une forte majorité à l’assemblée nationale, l’UDPS (parti des Tshisekedi) n’y a que 32 députés sur 500 (soit 6,4%), même après la migration de la majorité des députés kabilistes vers l’Union sacrée de Félix Tshisekedi, où ils sont désormais les plus nombreux.

L’UDPS sur-représentée

Sama Lukonde ayant annoncé que son gouvernement serait au pro rata des députés, au taux de « 8 députés pour un ministre », l’UDPS aurait dû avoir 4 ministres. Or, elle en a 11 sur 57 avec les assimilés (UDPS Kibasa), soit un peu moins de 20%.
Cette sur-représentation résulte du flou qui entoure le statut de l’Union sacrée; ce n’est ni un parti, ni un regroupement de partis reconnu par le ministère de l’Intérieur. Et connaissant le manque de loyauté des députés kabilistes qui ont si facilement abandonné leur « autorité morale » quand c’est devenu plus intéressant de partir que de rester, le président Tshisekedi leur a donné des gages: ils ont une vingtaine de maroquins ministériels. Le président ad interim de l’UDPS, Jean-Marc Kabund AKabund, a donc fait monter les enchères pour obtenir des fauteuils pour ses troupes, en les présentant comme le fer de lance de la « révolution » que constituerait l’Union sacrée.
Les derniers portefeuilles vont à des partisans des anciens opposants Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba.

Ni le plus gros, ni le plus mince

Ce gouvernement de 57 ministres reste cependant en-deça de son prédecesseur: le cabinet de Sylvestre Ilunga comptait 66 membres. Et celui du transfuge de l’UDPS Samy Badibanga (nov. 2016 – avril 2017) jusqu’à 67. Le plus réduit fut le premier gouvernement d’Augustin Matata Ponyo (2012-2014), qui ne comptait que 37 ministres.
Selon M. Sama Lukonde, ce gouvernement compte 80% de personnalités qui n’ont jamais été ministre. Si, mardi, nombre de jeunes Kinois se réjouissaient de la présence de beaucoup de jeunes dans ce gouvernement, on peut aussi en conclure que beaucoup de ministres manquent d’expérience, ce qui pourrait entraver leurs performances.

Issus du cabinet du Président

On remarque que deux des nouveaux ministres sont directement issus du cabinet du président Tshisekedi: son ancien directeur de cabinet ad interim Eberande Kolongele, qui remplaça Vital Kamerhe, condamné l’an dernier à 20 ans de prison pour corruption; il reçoit le portefeuille du Numérique. Et Nicolas Kazadi, jusqu’ici ambassadeur itinérant du Président, qui devient ministre des Finances.
Selon la lettre d’affaires Africa Intelligence, M. Kazadi est le neveu de Nozi Mwamba, propriétaire, avec la Sud-Africaine Andrea Brown, de la petite entreprise pétrolière Dig Oil, qui a obtenu la condamnation en justice de l’Etat congolais pour avoir, sous Joseph Kabila, attribué une concession du lac Albert déjà octroyée à Dig Oil à deux sociétés de l’ami israélien de Kabila, Dan Gertler. Nicolas Kazadi a, depuis lors, négocié un « acte transactionnel » entre l’entreprise de son oncle et l’Etat congolais, ramenant la somme à payer par Kinshasa de 617 millions à 300 millions de dollars, plus un nouveau permis pétrolier.

Une avocate, un parent de Mme Tshisekedi

Parmi les personnalités entrées au gouvernement, on note Eve Bazaïba, secrétaire générale du MLC de Jean-Pierre Bemba (et ancienne de l’UDPS), qui prend le portefeuille de l’Environnement – mais avec grade de vice-Premier ministre, du jamais vu au Congo. Un analyste à Kinshasa interrogé par La Libre Afrique.be suppute que le choix de Mme Bazaïba, appréciée pour son sérieux et la qualité des propositions de loi qu’elle a présentées, est un signe d’amitié aux Occidentaux: ce poste compte plus pour eux que pour la majorité des Congolais, que la misère contraint à ne se préoccuper que de leurs besoins immédiats. En outre, sa formation d’avocate sera utile à Kinshasa pour obtenir les fonds internationaux destinés à la protection de la forêt.
On note aussi, à la Défense, le vieux général major Gilbert Kabanda Kurenga, né en 1946 et entré dans l’armée de Mobutu en 1973, ce qui signifie qu’il a reçu une véritable formation militaire, ce qui n’est pas le cas de tous les officiers congolais. C’est un beau-frère de Denise Nyakeru, l’épouse du Président, d’ethnie shi, comme elle. Il a fait toute sa carrière dans les services de santé de l’armée.

Christophe Lutundula aux Affaires étrangères

Parmi les autres vice-Premier ministres, on note, à l’Intérieur, Daniel Aselo Okito, que personne ne semble connaître; à la Fonction publique, le député de la Mongala Jean-Pierre Lihau; et aux Affaires étrangères, Christophe Lutundula Apala, issu du parti Ensemble pour la République de Moïse Katumbi et député du Sankuru. M. Lutundula s’était fait connaître en 2006 par sa commission d’enquête sur les contrats miniers, qui avait proposé leur résiliation, sans être suivie.
https://www.lalibre.be/international/contrats-leonins-la-bombe-lutundula-explose-51b88d8ce4b0de6db9ad87e4

Quelques ministres du gouvernement sortant de Sylvestre Ilunga gardent leur portefeuille, notamment Molendo Sakombi aux Affaires Foncières; Jean-Lucien Busa au Commerce extérieur; Pius Mwabilu à l’Urbanisme et Habitat; ou Julien Paluku, à l’Industrie. Tous sont issus de l’ex-FCC (kabiliste).
Curieusement, c’est une nouvelle venue, Antoinette Nsamba Kalambayi, diplômée en Droit de l’université de Kinshasa, qui prend le stratégique portefeuille des Mines"



"RDC : « nous demandons au président de la République de signer un contrat de performance avec les nouveaux ministres » (Jonas Tshombela) - 13 avril 2021
= https://actualite.cd/2021/04/13/rdc-nous-demandons-au-president-de-la-republique-de-signer-un-contrat-de-performance
Le coordonnateur de la Nouvelle société civile congolaise, Jonas Tshiombela, recommande au président de la République Félix Tshisekedi ainsi qu’au Premier ministre Sama Lukonde, de signer avec les nouveaux membres du gouvernement, un contrat de performance afin de suivre s’ils accomplissent les objectifs attendus d’eux. Sa demande fait suite à la publication de la nouvelle équipe gouvernementale ce lundi. 
« Nous recommandons au Président de la République, et au Premier ministre de signer avec tous ces ministres un contrat de performance, qui est une cellule ou un conseil au niveau de la présidence ou de la primature pour suivre les objectifs et les résultats attendus de ces ministres. Nous avons également salué la suppression du ministère de la Décentralisation, comme nous l’avions demandé au chef de l’Etat lors des consultations », a dit, à ACTUALITE.CD, Jonas Tshombela.

Pour lui, ces membres du gouvernement seront évalués à l'issue de leur travail. Il dit saluer aussi la représentativité des femmes et des nouvelles figures, qui doivent relever les différents défis auxquels le pays est confronté. 
« Au niveau de la nouvelle société civile congolaise, nous avons salué le pourcentage de près de 27%, 15 femmes qui sont nommées et occupent les postes clés du gouvernement. Il y a eu cette volonté visible des dirigeants de la classe politique, nous avons vu des nouvelles figures prendre place dans ce gouvernement. Mais ça ne suffit pas pour nous, parce que les défis à relever restent énormes. Les questions de la sécurité, du social, du processus électoral, le problème d’accès à l’eau et à l’électricité sont parmi les principaux défis à relever. Nous ne pouvons bien les juger qu’à leurs fruits. Nous avons déjà connu beaucoup de gouvernements, et nous ne voulons pas les juger par leurs paroles, mais par leurs fruits », a-t-il ajouté.

Le gouvernement Sama Lukonde est connu depuis ce lundi 12 avril, avec une composition de 56 membres dont 15 femmes soit  27%. Ce gouvernement devra faire face à plusieurs défis dont l’insécurité à Beni, Minembwe, Djugu et autres dans l’Est du pays, à la faim aiguë qui a atteint près de 27,3 millions de personnes, les épidémies dont celles de Ebola et de la Rougeole, et autres défis sociaux, qu’ils devraient relever."


"RDC : « nous attendons avec empressement la stratégie du Premier ministre pour lutter contre la corruption dans son gouvernement » (ACAJ) - 13avril 2021
= https://actualite.cd/index.php/2021/04/13/rdc-nous-attendons-avec-empressement-la-strategie-du-premier-ministre-pour-lutter-contre


"Quels défis pour Gilbert Kabanda Kurhenga, le nouveau ministre de la Défense de la RDC ? – JJ Wondo - 13 avril 2021
= https://desc-wondo.org/quels-defis-pour-gilbert-kabanda-kurhenga-le-nouveau-ministre-de-la-defense-de-la-rdc-jj-wondo/

"Le parcours de JP Lihau, nouveau VPM de la Fonction publique - 13 avril 2021 à 21:54
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/04/13/le-parcours-de-jp-lihau-nouveau-vpm-de-la-fonction-publique.html/81449/

"Jamais loin de Katumbi, Christian Mwando aujourd’hui Ministre d’Etat en charge du Plan - 13 avril 2021 à 18:15
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/04/13/jamais-loin-de-katumbi-christian-mwando-aujourdhui-ministre-detat-en-charge-du-plan.html/81435/
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/04/13/rdc-dans-un-elan-collectif-nous-allons-construire-un-nouveau-narratif-qui-reflete-notre-grandeur-patrick-muyaya-apres-sa-nomination.html/81403/
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/04/13/du-pere-au-fils-nicolas-kazadi-anciennement-ambassadeur-itinerant-de-tshisekedi-nomme-ministre-des-finances.html/81406/

"Les ministres à l’école
= http://www.lepotentiel.cd/g?post=1935

"Représentativité respectée : poids politique, genre et jeunesse
Gouvernement : l’équipe Lukonde marque le renouveau

= http://www.lepotentiel.cd/g?post=1932


"Gouvernement Sama Lukonde: La VSV s’inquiète de la taille - 13 avril 2021
= http://www.congoindependant.com/gouvernement-sama-lukonde-la-vsv-sinquiete-de-la-taille/



"« Ye Meyi » et « On ne peut pas nous intimider »… -  13 avril 2021
= http://www.congoindependant.com/ye-meyi-et-on-ne-peut-pas-nous-intimider/



"
=
"
=



Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...  Empty Re: ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...

Message  ndonzwau 14/4/2021, 2:50 pm

"Que pensent les Congolais du nouveau Gouvernement ?
Je viens d'écouter d'une oreille sur RFI quelques reactions, elles sont mitigées : soulagement et interrogtions.  Vous pouvez les écouter à partir du lien ci-dessous !

Rappelons quand même en passant que si la plupart des analystes se réjouissent de l'arrivée des 'Warriors, il se trouve quelques analyste à y voir des 'néophytes' et à douter clairement de leur destin, rien de fondamentalement nouveau qui les arrachera du penchant à se servir plutôt qu'à servir, la ruée au partage du gâteau comme ceux qui les ont précédés. Un professeur kabiliste prophétise même l’état de lieu social par rapport à la paix, la sécurité et le développement rendu trop précaire pour attendre des miracles. Alors seront-ils à la hauteur des ferventes attentes des Congolais et face aux immenses défis du pays ?.

Plus aucun blocage, Tshisekedi a les mains libres à force de quelques débauchages, et un gouvernement entièrement acquis à sa cause, son parti sur-représenté malgré ses peu de députés, attendons leurs exploits devant une degradation progressive des conditions de vie des Congolais, les violences continues à l'Est et les caisses vides de l'Etat !



"APPELS SUR L'ACTUALITÉ
[Vos réactions] RDC : fin du suspens sur le nouveau gouvernement - 14/04/2021

= https://www.rfi.fr/fr/podcasts/appels-sur-l-actualit%C3%A9/20210414-vos-r%C3%A9actions-rdc-fin-du-suspens-sur-le-nouveau-gouvernement
Après plus de deux mois de tractations, la RDC a un nouveau gouvernement. Il est composé de pas moins de 57 ministres dont 4 vice-premiers ministres. Qu’attendez-vous de cette nouvelle équipe ? Quels doivent être selon vous ses chantiers prioritaires ?


"Kisalu me banda ! - 13 AVRIL 202
= https://laprosperiteonline.net/2021/04/13/rasoir/kisalu-me-banda/
Plus d’excuse, que le travail commence ! L’on a assez perdu du temps par des conciliabules politiques qui n’auront, au final,  rien produit. Cette fois-ci, l’on veut bien y croire. Oui, croire à un nouveau départ.  Croire à ce nouveau Gouvernement Sama Lukonde. Croire à ces ‘’warriors’’. Le solfège d’espoir ! Seront-ils à la hauteur des attentes ? Qui sait ?
Ils bénéficient de la confiance du Chef de l’Etat. D’ailleurs, d’aucuns estiment que l’attente aura été très nécessaire avant de connaitre les membres du gouvernement Sama Lukonde Kyenge.  A les en croire, Tshisekedi s’est montré intransigeant à l’égard de certains cas des figures qui lui ont été proposés par les différents regroupements politiques, mais, qu’au final, ils n’ont pas bénéficié de son crédit. Il suffit  juste de scruter de près la nouvelle configuration et les acteurs politiques que compose le Gouvernement de l’Union sacrée de la Nation, pour enfin  comprendre les enjeux qui se veulent de taille.

Deux mois après la nomination de Sama à la primature, son Gouvernement qui a été rendu public hier, devra être au rendez-vous avec son histoire. Le peuple ne le jugera qu’au résultat. A eux de faire effectivement leur travail comme il se doit. Ainsi donc, de loin ou de près, les millions des congolais dépités par l’inaction de ses dirigeants d’antan, observent minutieusement et espèrent à un changement radical d’avec l’ancien système de triste mémoire,  qui a été incarné par la médiocrité et par l’absence totale d’une vision commune capable de redresser la RDC.
Cette fois-ci, l’on ne veut plus entendre des excuses ou des justifications superfétatoires  qui peuvent nous éloigner de l’objectif voulu. Depuis la rupture d’avec Kabila et l’avènement de l’USN représenté par l’équipe Sama, Tshisekedi n’aura plus d’excuses à balancer devant le peuple congolais, si et seulement si, le changement tant prôné ne se manifestait pas comme l’attend la population. A ce moment-là, il ne serait plus commode de chercher le bouc-émissaire telle une aiguille dans une boite des foins, pour enfin endosser les responsabilités comme ce fut le cas avec les anciens partenaires au sein du Front Commun pour le Congo."


"Nouveau gouvernement de RDC : une si longue attente ! - 13 avril 2021
= https://www.lepoint.fr/afrique/nouveau-gouvernement-de-rdc-une-si-longue-attente-13-04-2021-2422087_3826.php#
ANALYSE. Quatre mois après la rupture de la coalition entre Tshisekedi et son prédécesseur Kabila, la RDC tient enfin son gouvernement. D’immenses défis l’attendent.

La page est tournée. Ce lundi 12 avril, le président de la République démocratique du Congo (RDC), Félix Tshisekedi, a nommé un gouvernement entièrement acquis à sa cause. « Représentativité féminine : 27 %. Moyenne d'âge : 47 ans. Nouvelle figure : 80 %. Les priorités : sécurité, santé, enseignement, justice, agriculture, pêche et élevage, économie, processus électoral, infrastructure, numérique », résumait sur Twitter le nouveau Premier ministre nommé le 15 février dernier, Jean-Michel Sama Lukonde.
En effet, il est un tout petit peu moins pléthorique, un peu plus féminin, plus jeune. Présenté après des semaines de tractations et de marchandages, le nouvel exécutif de « l'Union sacrée de la nation » compte 56 membres dont 14 femmes, si l'on en croit l'ordonnance présidentielle lue à la télévision d'État (RTNC) par le porte-parole de Félix Tshisekedi, Kasongo Mwema. L'équipe sortante alignait 66 membres. Ce nouveau gouvernement tourne définitivement l'acte I du quinquennat Tshisekedi commencé au lendemain de son élection à la tête du pays en janvier 2019 et marqué par l'échec de la coalition avec Joseph Kabila.
Depuis le lancement de leur offensive politique le 6 décembre contre son ex-allié, le président Tshisekedi et ses partisans ont finalement réussi, à force de débauchages, à renverser la majorité de l'ex-président Joseph Kabila dans les deux chambres.

Un partage des postes plus favorable à Tshisekedi

Ce nouveau gouvernement doit désormais relever des défis herculéens, à la mesure du plus grand pays d'Afrique subsaharienne, et l'un des plus instables aussi : massacres quotidiens de civils dans l'Est, lutte contre la corruption, recettes fiscales dérisoires pour des besoins immenses pour l'instant largement assumés par les « partenaires » et « bailleurs » de la RDC… Des proches des anciens opposants Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba occupent des postes stratégiques.
C'est le cas d'Ève Bazaïba, secrétaire générale du Mouvement de libération du Congo (MLC) de M. Bemba, qui est nommée ministre de l'Environnement avec rang de vice-Premier ministre. Lors des prochains sommets contre le réchauffement climatique, Mme Bazaiba aura la charge de monnayer le rôle de la RDC, qui abrite une bonne moitié de la forêt du bassin du Congo.
C'est également un proche de Jean-Pierre Bemba membre du MLC qui prend le ministère de la Santé, Jean-Jacques Mbungani. Un poste important dans un pays traversé par de multiples épidémies : Covid-19, tuberculose, malaria, etc. Christophe Lutundula, un partisan de Moïse Katumbi, a été nommé au ministère des Affaires étrangères. Christian Mwando, un autre lieutenant de l'ancien gouverneur du Katanga, a pris le ministère du Plan.

Sur un autre plan, le président resserre son emprise sur l'appareil sécuritaire : le ministre de la Défense est un général-médecin à la retraite, Gilbert Kabanda, proche du président, et celui de l'Intérieur est Daniel Aselo Okito, secrétaire général adjoint de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le parti présidentiel. Les ministères des Finances et de l'Enseignement sont également confiés aux partisans du chef de l'État. Le parti de Vital Kamerhe, ex-directeur de cabinet du chef de l'État condamné à 20 ans de prison dans une affaire de corruption, conserve l'important ministère du Budget et celui des Affaires foncières.
Des transfuges de la « Kabilie » – le nom donné aux proches de l'ex-président Joseph Kabila – sont récompensés. Leur chef de file Jean-Pierre Lihau est désigné ministre de la Fonction publique avec rang de vice-Premier ministre.

Des défis immenses

Soutenu par les Américains et l'Union européenne, Félix Tshisekedi, 57 ans, a désormais les mains libres pour appliquer son programme : lutter contre la corruption et la misère qui touche les deux tiers de la population, et ramener la paix dans l'est du pays, ensanglanté par les violences des groupes armés. La RDC est déstabilisée dans sa partie orientale depuis près de trois décennies. Une centaine de groupes armés y sont actifs, dont les Forces démocratiques alliées (ADF), groupe armé musulman d'origine ougandaise, ayant fait souche dans la région de Béni et aujourd'hui particulièrement meurtrier.
« Cette absence de gouvernement bloque et détruit le pays, qui est en situation de crise, notamment sécuritaire », avait protesté Georges Kapiamba de l'Association pour l'accès à la justice (ACAJ). À voir la vitesse à laquelle Félix Tshisekedi a renversé l'ancienne majorité, aucun Congolais ne pouvait imaginer que le gouvernement de l'actuel Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, tarderait autant à sortir. Mais c'était sans compter avec certaines pesanteurs de la politique congolaise notamment la transhumance.

Pour l'ACAJ, « le retard enregistré pour la formation du gouvernement Sama Lukonde est essentiellement dû à l'incurie, l'insouciance, l'irresponsabilité et la gourmandise de la plupart des politiciens ayant adhéré à l'Union sacrée de la nation. Ils se battent bec et ongles, soit pour préserver leur présence au gouvernement, soit pour migrer du parlement vers le gouvernement, soit enfin pour obtenir des portefeuilles ministériels substantiels qui leur permettraient d'en faire des distributeurs de billets ou des arrière-cours de leurs partis politiques et/ou familles », a lâché Georges Kapiamba lors d'une conférence de presse. Et un autre acteur de la société civile d'enfoncer le clou : « La vérité est que les gens qui ont couru à l'Union sacrée ne pensent pas au Congo, mais à eux-mêmes d'abord. C'est ce qu'on ne veut pas nous dire, on le sait et on vous observe », a dit Jean-Claude Katende.

Des milliards perdus

En tout cas, le temps pris pour nommer ce gouvernement a fortement impacté les populations. À première vue, l'Observatoire de la dépense publique (ODEP) a, dans un rapport publié fin mars, alerté sur le problème que posait la prise en charge par le Trésor public de deux Premiers ministres au moment où le pays n'a pas les moyens. « Près de 4,5 millions de dollars ont été dépensés en deux mois, soit de janvier et février 2021 pour les deux premiers ministres – dont Sylvestre Ilunga destitué par l'assemblée et qui assume les affaires courantes en attendant l'investiture de son successeur, Sama Lukonde, par le parement. Ajouter le mois de mars en raison d'un paiement mensuel de 2,5 millions de dollars, le montant de 7 millions de dollars sera atteint, un paiement pour rien », s'est indignée cette organisation en charge du contrôle des finances publiques.

Outre ces dépenses inutiles qu'a occasionnées l'absence du gouvernement, l'on peut soulever la flambée des prix des denrées de première nécessité dans les marchés, des mouvements des grèves annoncées dans le secteur de l'éducation et de la diplomatie, car la quasi-totalité des chancelleries congolaises à travers le monde connaissent des arriérés. La situation sociale n'a pas été épargnée non plus. Les prix des produits ont doublé voire triplé sur le marché. « Félix Tshisekedi est très mauvais, nous regrettons d'avoir fait partir Joseph Kabila. Nous nous rendons compte que Kabila était encore de bonne foi. En 2018 avec 500 francs congolais (au moins 2,5 dollars), on pouvait bien nourrir la famille et aujourd'hui, cela ne représente rien. Et chose étonnante, nos maris sont toujours au chômage. Où ce fils de Tshisekedi nous emmène ? Où est parti le slogan le peuple d'abord que vantait son père ? », s'interroge avec colère Belbiche Bossa, 37 ans, ménagère rencontrée aux encablures du marché de la Liberté, dans l'est de Kinshasa. Même constat pour ce proche de Moise Katumbi, le journaliste Lwariba : « Je redis, la situation sociale est intenable en RDC. Le peuple souffre, tout galope et personne ne peut réglementer, plus les années avancent, plus les prix prennent aussi l'âge dans ce pays. »"


"En RDC, le président Tshisekedi nomme un gouvernement à sa main - Le Monde avec AFP - 13 avril 2021
= https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/04/13/en-rdc-le-president-tshisekedi-nomme-un-gouvernement-a-sa-main_6076571_3212.html
Le nouvel exécutif ne compte pas moins de 56 membres dont 14 femmes, après des semaines de tractations et de marchandages.

Le président de la République démocratique du Congo (RDC), Félix Tshisekedi, a nommé lundi 12 avril un gouvernement entièrement à sa main, qui tourne la page de l’encombrante coalition avec son prédécesseur Joseph Kabila.
Un tout petit moins pléthorique, un peu plus féminin, plus jeune : présenté après des semaines de tractations et de marchandages, le nouvel exécutif de « l’union sacrée de la nation » compte 56 membres dont 14 femmes, d’après l’ordonnance présidentielle lue à la télévision d’Etat (RTNC) par le porte-parole du président, Kasongo Mwema. L’équipe sortante alignait 66 membres.[/size]
« Représentativité féminine : 27 %. Moyenne d’âge : 47 ans. Nouvelles figures : 80 %. Les priorités : sécurité, santé, enseignement, justice, agriculture, pêche et élevage, économie, processus électoral, infrastructure, numérique », a résumé sur Twitter le nouveau premier ministre nommé le 15 février, Jean-Michel Sama Lukonde.
Ce nouveau gouvernement tourne définitivement l’acte I du quinquennat Tshisekedi (janvier 2019 - décembre 2020), marqué par l’échec de la coalition avec Joseph Kabila. Depuis le lancement d’une offensive politique le 6 décembre contre son ex-allié, M. Tshisekedi et ses partisans ont finalement réussi, à force de débauchages, à renverser la majorité de M. Kabila dans les deux chambres.

Emprise sur l’appareil sécuritaire

Ce nouveau gouvernement doit désormais relever des défis herculéens, à la mesure du plus grand pays d’Afrique subsaharienne et l’un des plus instables aussi : massacres quotidiens de civils dans l’est, lutte contre la corruption, recettes fiscales dérisoires pour des besoins immenses pour l’instant largement assumés par les « partenaires » et « bailleurs » de la RDC.
Des proches des anciens opposants Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba occupent des postes stratégiques. C’est le cas d’Eve Bazaiba, secrétaire générale du Mouvement de libération du Congo (MLC) de M. Bemba, qui est nommée ministre de l’environnement avec rang de vice-premier ministre. Lors des prochains sommets contre le réchauffement climatique, Mme Bazaiba aura la charge de monnayer le rôle de la RDC, qui abrite une bonne moitié de la forêt du bassin du Congo.
C’est également un proche de M. Bemba membre du MLC qui prend le ministère de la santé, Jean-Jacques Mbungani. Un poste important dans un pays traversé par de multiples épidémies (Covid-19, tuberculose, malaria, etc.). Christophe Lutundula, un partisan de M. Katumbi, a été nommé au ministère des affaires étrangères. Christian Mwando, un autre lieutenant de l’ancien gouverneur du Katanga, a pris le ministère du plan.
Le président resserre son emprise sur l’appareil sécuritaire : le ministre de la défense est un général médecin à la retraite, Gilbert Kabanda, proche du président, et celui de l’intérieur est Daniel Aselo Okito, secrétaire général adjoint de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le parti présidentiel.

Des transfuges de la « Kabilie »

Les ministères des finances et de l’enseignement sont également confiés aux partisans du chef de l’État. Le parti de Vital Kamerhe, ex-directeur de cabinet du chef de l’Etat condamné à vingt ans de prison dans une affaire de corruption, conserve l’important ministère du budget et celui des affaires foncières.
Des transfuges de la « Kabilie » – le nom donné aux proches de M. Kabila – sont récompensés. Leur chef de file Jean-Pierre Lihau est désigné ministre de la Fonction publique avec rang de vice-Premier ministre.
Fils de l’opposant historique Etienne Tshisekedi, Félix Thisekedi a été proclamé vainqueur de la présidentielle controversée de décembre 2018. Investi le 24 janvier 2019, l’ancien opposant a dirigé le pays jusqu’en novembre 2020 en coalition avec le camp de son prédécesseur Kabila qui avait gardé la majorité à l’Assemblée nationale et au Sénat.

Le 6 décembre, le chef de l’Etat a mis fin à cette coalition et s’est lancé dans une conquête de tous les leviers du pouvoir sur fond de menace de la dissolution du Parlement.
Tous les proches de l’ancien président Kabila ont alors été écartés successivement de la tête des institutions politiques et judiciaires du pays. Une bonne partie de la classe politique a quitté M. Kabila pour faire allégeance à M. Tshisekedi.
Soutenu par les Américains et l’Union européenne, M. Tshisekedi, 57 ans, a désormais les mains libres pour appliquer son programme : lutter contre la corruption et la misère qui touche les deux tiers de la population et ramener la paix dans l’est du pays, ensanglanté par les violences des groupes armés.
La RDC est déstabilisée dans sa partie orientale depuis près de trois décennies. Une centaine de groupes armés y sont actifs, dont les Forces démocratiques alliées (ADF), groupe armé musulman d’origine ougandaise, ayant fait souche dans la région de Béni et aujourd’hui particulièrement meurtrier.
Le Monde avec AFP


"Sama Lukonde Kyenge : les Warriors sont là ! - 13 AVRIL 2021
= https://laprosperiteonline.net/2021/04/13/a-la-une/sama-lukonde-kyenge-les-warriors-sont-la/



"« Le Chef de l’État va tourner en rond. Il va terminer son mandat sans un succès attendu » (Prof Banza, du FCC) - 14 avril 2021
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/04/14/le-chef-de-letat-va-tourner-en-rond-il-va-terminer-son-mandat-sans-un-succes-attendu-prof-banza-du-fcc.html/81487/
Réagissant à la récente sortie du Gouvernement, le Professeur Gabriel Banza Malale, Enseignant de Droit constitutionnel à l’Université de Lubumbashi et cadre du Front Commun pour le Congo (FCC), salue le travail effectué par le Chef de l’État et son Premier Ministre. « Ils méritent les applaudissements, les ovations et les félicitations. En conséquence, nous souhaitons plein succès et bonne concentration sur l’essentiel à l’équipe mise en place. Parce que les résultats apporteront le bonheur à chacun de congolais »”, a-t-il déclaré.
En revanche, le Professeur Gabriel Banza Malale s’est néanmoins montré pessimiste. « En tant qu’observateur scientifique, l’état de lieu de la situation sociale par rapport à la paix, la sécurité et le développement est précaire. Que l’on ne voit pas la magie par laquelle une solution idoine pourrait être donnée à très court terme », a-t-il fait remarquer.


Pour ce chercheur, « il est évident que l’approche utilisée à ce jour par le Chef de l’État ne lui permettra jamais de résoudre une quelconque question parmi les priorités. Le Président de la République a un chapelet d’intentions, malheureusement, il n’a pas les moyens », a regretté ce cadre du FCC.

S’il n’y a pas de magie à faire, il y a du moins un petit secret à partager : « Pour avoir l’argent, le secret se trouve dans la mise en valeur des potentialités des ressources naturelles. Hors, pour les mettre en valeur, il faut des capitaux venant de ceux qui les détiennent, mais qui imposent tout de même des conditions reposant sur les principes de bonne gouvernance à savoir: la démocratie, la représentation, la participation, l’équité et la justice dans l’exercice et la jouissance des droits de souveraineté. À ce titre le Chef de l’État est loin du chemin que la science juridique trace », a soutenu le Professeur Banza Malale.
Réalisme oblige. « Le Gouvernement n’aura pas de magie à faire au regard des défis qui l’attendent. C’est à dire, le Chef de l’État est en dehors de la ligne tracée. Il a réussi à faire table rase sur l’ordre institutionnel, juridique et constitutionnel que son prédécesseur Joseph Kabila a laissé. Le point de départ obtenu après le dialogue de Sun-city, fruit de concertation de toute la nation congolaise, a été bafoué», a fustigé le député Banza Malale.

Selon cet enseignant de Droit constitutionnel à l’Université de Lubumbashi qui tente d’analyser froidement la situation, « le Gouvernement a un morceau dur. La crise n’était pas au niveau de l’intégration des uns et des autres dans le Gouvernement. La crise se trouve au niveau de l’impossibilité pour le Gouvernement à résoudre les problèmes à caractère social de la population (paix, sécurité et développement). Ce n’est pas ce qu’on vient de faire qui va résoudre tous ces défis. C’est une démarche stérile. Vous allez voir, ça ne va pas éteindre l’étendue de colère de la population.»
Le Professeur regarde ce qui se profile à l’horizon et prévient : « Que les anciens du FCC devenus membres de l’Union Sacrée ne soient pas accusés de freiner l’action du Chef de l’État. Parce que je ne pense pas que dans ce peu de jours, hier pointés de bloquer la vision, qu’ils se soient autant convertis. Au finish, que l’on ne vienne pas se plaindre après en cas d’échecs», a-t-il prévenu. À bon entendeur …

Faisant le diagnostic du pays, l’ancien Conseiller du Président honoraire Joseph Kabila constate lui aussi que « le pays est plongé dans la crise et l’insécurité dans la partie Est». Pour lui, ce qu’aurait dû faire le Président, c’est « d’initier des réformes dès la prise du pouvoir. Notamment, avec la relecture du passé juridique pour comprendre à quel niveau la concertation avec la communauté des puissances avait failli pour ainsi orienter la donne dans le sens d’un partenariat nouveau entre la nation Congolaise et les puissances privées, financières et industrielles. Tracer un nouveau programme de paix sociale, sécurité des frontières ainsi que du développement rapide, systématique, harmonieux et intégral. Voilà les travaux scientifiques que le Chef de l’Etat devrait entreprendre préalablement avant de venir vanter un programme en tant qu’individu en lieu et place de la concertation plus élargie.»

Et le Professeur devient prophète de malheur : « Au milieu de la mandature, on a tout détruit et tout consommé. Ce qui était comme réserves susceptibles de servir de point de départ, c’est en deçà. Le Chef de l’État va tourner en rond. Il va terminer son mandat sans un succès attendu. Ça va participer à la déchéance de son pouvoir en 2023», a-t-il conclu."


"RDC : pour ceux qui ne sont pas nommés au gouvernement, il y aura d'autres secteurs où ils pourront servir la nation, affirme Sama Lukonde - 14 avril 2021
= https://actualite.cd/2021/04/14/rdc-pour-ceux-qui-ne-sont-pas-nommes-au-gouvernement-il-y-aura-dautres-secteurs-ou-ils

"RDC : voici les raisons selon Sama Lukonde qui n'ont pas permis la réduction de la taille du gouvernement de 30% - 14 avril 2021
= https://actualite.cd/2021/04/14/rdc-voici-les-raisons-selon-sama-lukonde-qui-nont-pas-permis-la-reduction-de-la-taille


"Gouvernement: l’ACAJ dénonce la reconduction de 4 anciens ministres cités dans les detournements des deniers publics et demande leur révocation - 13 avril, 2021
= https://cas-info.ca/2021/04/gouvernement-lacaj-denonce-la-reconduction-de-4-ministres-cites-dans-les-detournements-des-deniers-publics-et-demande-leur-revocation/

"La RDC et le gouvernement Sama Lukonde: composition et titres (Décryptage) - 13 avril 2021
= https://laprosperiteonline.net/2021/04/13/a-chaud/la-rdc-et-le-gouvernement-sama-lukonde-composition-et-titres-decryptage/

= https://actualite.cd/2021/04/13/gouvernement-sama-dans-beaucoup-de-ministeres-ladministration-est-corrompue-vous-etes
= https://www.afriwave.com/2021/04/13/rdc-le-premier-gouvernement-de-felix-tshisekedi-et-jean-michel-sama-lukonde-enfin-connu/
= https://www.radiookapi.net/2021/04/14/actualite/securite/gouvernement-sama-leveque-de-beni-butembo-espere-un-changement
= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2021/04/13/de-lombre-a-la-lumiere-daniel-aselo-okito-le-nouveau-vpm-de-linterieur.html/81459/
= https://politiquerdc.net/2021/04/13/gouvernement-sama-lukonde-apa-felicile-lancien-vice-president-de-la-republique-jean-pierre-bemba-pour-le-choix-des-delegues-du-mlc/

"
=
"
=



Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...  Empty Re: ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...

Message  ndonzwau 24/4/2021, 1:56 pm

L'investiture du gouvernement prévue pour le 23 avril a été reportée, la plénière relative à l’audition du programme du gouvernement est renvoyée sine die. Les raisons ne sont pas claires : le PM, semble-t-il, devrait personnellement consulter les députés, mai n'étaient-ils donc pas au courant de son programme ? Sûrement la menace des députés révolutionnaires de bloquer l'investiture pèse encore comme une épée de Damocles dans l'air. Ces derniers plaident pour le réajustement des déséquilibres et inégalités qu’ils disent avoir constatés sur la liste des membres du Gouvernement, afin d’éviter des frustrations.
Un député justifie  le report par l'absence  des élus de l’Ituri, du Nord et Sud-Kivu qui protestent contre l’insécurité persistante dans ces provinces.


Sûrement l'investiture du gouvernement réveille en ce moment des revendications au sein de la nouvelle majorité. Après la rencontre Mboso ave le PM Sama, celle des députés de l'Union sacrée avec le même, c'est au tour de Tshisekedi de recevoir pour sa part les députés. Que dire sinon que du côté de l'Union sacrée tout ne parait pas à l'unisson. Attendons déjà la suite autour de cette investiture !



"Investiture du Gouvernement : Après Sama, c’est Tshisekedi qui reçoit des élus à la cité de l’UA - 24 avril
= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2021/04/24/investiture-du-gouvernement-apres-sama-cest-tshisekedi-qui-recoit-des-elus-a-la-cite-de-lua.html/82225/
Une rencontre est prévue ce samedi 24 avril, à la cité de l’Union africaine entre le Président de la République Félix Tshisekedi et les députés de l’Union sacrée, selon des sources proches de la présidence. Tout au long de cette séance de travail, il sera probablement question d’éclairer certaines zones d’ombre autour de l’investiture du Gouvernement Sama Lukonde qui tarde à se réaliser.

Ces échanges interviennent après les récentes discussions tenues entre les mêmes élus et le Premier Ministre Jean-Michel Sama Lukonde, cette semaine même. Aux représentants du peuple, Sama Lukonde a promis, à en croire Radio Okapi, de faire de son mieux pour une prise en compte de leurs revendications au moment venu.
L’annonce de cette nouvelle audience du Chef de l’État accordée aux mêmes députés pourtant récemment reçus par le Premier Ministre il y a quelques jours seulement suscite de l’inquiétude au sein de l’opinion qui attend l’investiture du Gouvernement Sama. En effet, après la publication le 12 avril 2021 de la liste des membres du nouveau Gouvernement, quelques députés de l’Union sacrée de la nation avaient exprimé leur mécontentement du fait de leur absence sur la liste. Ils auraient alors menacé de bloquer l’investiture au Parlement."
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-86210_investiture_du_gouvernement_felix_tshisekedi_recoit_les_deputes_de_l_union_sacree_ce_samedi.html


"RDC: Des nouvelles consultations avec les élus avant l’investiture du Gouvernement Sama -
23 avril 2021

= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2021/04/23/rdc-des-nouvelles-consultations-avec-les-elus-avant-linvestiture-du-gouvernement-sama.html/82183/des députés
Le Premier Ministre Jean-Michel Sama Lukonde a entamé des nouvelles consultations avant l’investiture de son Gouvernement. Ces échanges concernent particulièrement les Députés nationaux.
Selon le calendrier établi à cet effet, le Premier Ministre consulte les élus par région. Ce vendredi 23 avril 2021, il a reçu tour à tour les caucus des Députés du Grand Bandundu, Bas-Congo, Équateur, Kasaï-Oriental, Katanga et Kinshasa.

Ce samedi 24 avril 2021, il est prévu dans l’agenda du Premier Ministre, des rencontres avec les Députés du Maniema, du Nord-Kivu, de la Province Orientale et du Sud-Kivu.
Avec ces nouvelles consultations, l’investiture du Gouvernement de l’Union Sacrée de la Nation ne devrait donc pas intervenir avant la semaine prochaine.
Il faut noter que ces consultations font notamment suite à la menace brandie par certains Députés dits “révolutionnaires”, de bloquer l’investiture du Gouvernement Sama Lukonde. Ces élus n’ont cessé de plaider pour le réajustement des déséquilibres et inégalités qu’ils disent avoir constatés sur la liste des membres du Gouvernement, afin d’éviter des frustrations.

"Asemblée Nationale : l'investiture du gouvernement reportée - 23.04.2021
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-86163_assemblee_nationale_l_investiture_du_gouvernement_reportee.html
Initialement annoncée pour le vendredi 23 avril 2021, la plénière relative à l’audition du programme du gouvernement est renvoyée sine die. Le Premier ministre, Sama Lukonde et son équipe devront attendre encore avant d’entrer en fonction.

Les sources parlementaires indiquent que quelques préalables doivent être respectés avant d’inviter le gouvernement de l’Union sacrée de la nation à la Chambre basse du Parlement.
L’extrait du programme parvenu à Ouraganfm.cd précise que pour la période 2021-2023, ledit programme repose sur le cadre budgétaire à moyen terme qui a accompagné la loi de finances 2021.
Les actions à mener, note le document, permettront d’atteindre les objectifs du développement de la nation résumés, notamment dans le plan national stratégique pour le développement (PNSD).

Le présent programme découle de la vision du président de la République, des consultations politiques qu’il a organisées en novembre 2020 et de la volonté du gouvernement de l’Union sacrée de traduire cette vision sous forme de politiques publiques, c’est-à-dire d’actions, de mesures et de stratégies concrètes destinées à atteindre les objectifs du développement de la nation résumés, notamment dans le plan national stratégique pour le développement (PNSD).
Pour la période 2021-2023 qui couvre l’action du gouvernement de l’Union sacrée de la nation, l’élaboration de ce programme repose sur le cadre budgétaire à moyen terme qui a accompagné la loi de finances 2021 , peut-on lire dans ce document.
Le gouvernement Lukonde rappelle que ce cadre budgétaire permet d’appréhender les grands agrégats macroéconomiques qui ont servi à la projection des grandes masses de recettes et de dépenses attendues ainsi qu’à leur déclinaison par secteurs d’activités."

= https://www.journaldekinshasa.com/rdc-assemblee-nationale-linvestiture-du-gouvernement-sama-lukonde-a-ete-reportee/
= https://congovirtuel.com/information/rdc-des-intemperies-politiques-bloquent-linvestiture-du-gouvernement-sama-lukonde/


"L’investiture du gouvernement décalée à cause de l’absence des députés de l’Est (Eliezer Ntambwe) - 24.04.2021
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-86196_l_investiture_du_gouvernement_decalee_a_cause_de_l_absence_des_deputes_de_l_est_eliezer_ntambwe.html
= https://www.election-net.com/rdc-hypothetique-investiture-du-gouvernement-sama-lukonde/


"Sama Lukonde a 48 heures pour convaincre les députés nationaux - 23.04.2021
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-86180_sama_lukonde_a_48_heures_pour_convaincre_les_deputes_nationaux.html
= https://www.election-net.com/rdc-votez-massivement-pour-linvestiture-du-gouvernement-sama-lukonde-lettre-de-thierry-monsenepwo-aux-deputes-nationaux/


"RDC : près de 200 députés exigent un réaménagement du gouvernement Sama avant son investiture - 15/04/2021
= https://www.radiookapi.net/2021/04/16/actualite/politique/rdc-pres-de-200-deputes-exigent-un-reamenagement-du-gouvernement-sama
"RDC-Investiture du gouvernement : Sama et Mboso ont consulté - 23 avril 2021
=https://depeche.cd/2021/04/23/rdc-investiture-du-gouvernement-sama-et-mboso-ont-consulte/


"RDC : aucun député n’a posé de condition pour l’investiture du gouvernement Sama, affirme le président de l’Assemblée nationale - 22 avril 2021
= https://actualite.cd/2021/04/22/rdc-aucun-depute-na-pose-de-condition-pour-linvestiture-du-gouvernement-sama-affirme-le
= https://www.radiookapi.net/2021/04/22/actualite/politique/christophe-mboso-aucun-depute-na-conditionne-linvestiture-du


= https://actualite.cd/2021/04/23/rdc-pour-jean-pierre-kambila-le-gouvernement-sama-devrait-etre-une-etape-pour-un-accord




"Investiture ou dissolution du Parlement ? Sama Lukonde Kyenge : les Députés pétitionnaires pris au piège ! - La Prosperité  - 19/04/2021
= https://www.radiookapi.net/2021/04/19/actualite/revue-de-presse/la-prosperite-investiture-ou-dissolution-du-parlement-sama
= https://laprosperiteonline.net/2021/04/16/top/sama-lukonde-kyenge-linvestiture-du-gouvernement-menacee/

"Retombées politiques de la sortie du gouvernement Lukonde : L’Union sacrée de la nation dans une tempête passagère
= http://www.lepotentiel.cd/g?post=1947
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-85916_dissolution_de_l_assemblee_nationale_une_arme_de_felix_tshisekedi_pour_resoudre_le_blocage_institutionnel.html




"Intérêt du peuple ou intérêt égoïste ?
Menace du blocage de l’investiture du gouvernement : une absurdité -

= http://www.lepotentiel.cd/g?post=1951
"Les révolutionnaires déçoivent
= http://www.lepotentiel.cd/g?post=1950


Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

PS
"RDC : le Premier ministre présente le programme de son gouvernement lundi à l’Assemblée nationale -  25/04/2021
= https://www.radiookapi.net/2021/04/25/actualite/politique/rdc-le-premier-ministre-presente-le-programme-de-son-gouvernement
= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2021/04/25/assemblee-nationale-enfin-linvestiture-du-gouvernement-sama-ce-lundi.html/82246/
= https://actualite.cd/2021/04/24/rdc-sama-lukonde-presente-le-programme-du-gouvernement-ce-lundi-lassemblee-nationale
La primeur du contenu de ce programme est réservée à l'Assemblée, attendons donc demain pour en prendre connaissance !

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...  Empty Re: ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...

Message  ndonzwau 26/4/2021, 10:32 am

Avec Union sacrée = avant Union sacrée ? Le Président Tshisekedi obligé de câliner et même selon certains, de graisser avec espèces sonnantes et trébuchantes les députés - ses députés USN - pour arracher leur vote de l'investiture du gouvernement. Direz-vous que tout va bien du côté de la nouvelle majorité de Tshisekedi ? Il n'en promet pas moins des miracles qu'ils vont faire ensemble une fois le programme voté. Grand bien leur fasse, dans tous les cas le pays en a besoin !

Le discours de politique générale du PM devant le Parlement est prévu pour ce jour. Les fuites (voir dessous) parlent de "Construire un État fort, prospère et solidaire entre 2021 et 2023, un programme s’appuyant sur 15 piliers et 62 axes, déclinés en actions à mener qui ne sont pas chiffrées ; mais c’est un programme ambitieux où il est souvent question de donner des moyens" :
- des moyens à donner à la police et à l’armée ;
- aux provinces défavorisées ;
- aux magistrats pour les motiver à travailler en dehors des grandes villes avec une prime de brousse ;
- des mesures sont prévues pour améliorer les recettes du pays comme l’unification, l'informatisation et la rationalisation des régies financières et toutes les chaines de recettes : un défi capital et exigeant vu le budget lilliputien du pays ;
 - une mission d’organiser le recensement de la population et toutes les élections prévues ;
 - une mission de réaliser certaines infrastructures...
Un chapelet de bonnes intentions surtout que rien ne semble chiffré à ce stade ? Attendons le destin du programme au coin !

Ailleurs on nous annonce une visite d'Etat à Paris pour ce jour et sans doute un séjour privé en Belgique dans la suite ; y'a-t-il urgence pendant qu'au pays il y'a de nombreuses attentes politiques, administratives, sécuritaires, sociales... ?
Les Congolais seront soulagés d'avoir des explications sur tous ces points
Entre-temps Tshisekedi crie au "capharnaüm" insupportable dans les provinces, caractérisé par des actions de destitutions en série des Gouverneurs et des Présidents des Assemblées. Il s'est entretenu avec les députés nationaux et pas avec les provinciaux.


Sur ce point et ailleurs que répond Tshisekedi à part attendre tout d'un gouvernement magicien qui a pourtant déjà beaucoup à faire ? Comme un aveu d'impuissance et d'inaction qui donne raison à ses adversaires politiques qui disent que "sous Tshisekedi on promet un 'paradis' au Congo toujours à attendre ou que c'est une dictature, une complicité, une non-assistance à un peuple en danger ou encore la preuve de l’inefficacité des institutions..."



"L’Avenir : « Tshisekedi convainc les députés nationaux - 26/04/2021
= https://www.radiookapi.net/2021/04/26/actualite/revue-de-presse/lavenir-tshisekedi-convainc-les-deputes-nationaux
Les journaux de Kinshasa s’intéressent à l’investiture du gouvernement Sama Lukonde, balisée par la rencontre du week end entre le chef de l’Etat et les députés nationaux.  

« Devant les députés et sénateurs, sans oublier les membres du gouvernement Sama Lukonde réunis le weekend dernier dans le Chapiteau (Cité de l’Union africaine), le président de la République, Félix Tshisekedi a été franc et direct à l’endroit des élus du peuple qui ne doivent pas être mécontents, mais solidaires envers le gouvernement de l’Union sacrée de la nation, qui est l’émanation de la majorité parlementaire », informe L’Avenir.
Si le chef de l’Etat est satisfait du fait que les députés et sénateurs aient pris à bras-le-corps, la question de l’insécurité dans l’Est de la Rdc, il les exhorte cependant à investir le gouvernement pour lui permettre de mobiliser les moyens susceptibles de remporter cette bataille contre les terroristes et autres forces négatives, poursuit le quotidien.

C’est ainsi que La Prospérité titre : « Députés Nationaux : laisser-passer Sama Lukonde ! » Sama Lukonde Kyenge, 43 ans, nommé Premier Ministre, le 15 février 2021, sera ce lundi face aux Députés Nationaux. Il sera question, pour lui, de présenter le Programme d’actions de son gouvernement et, en même temps, de le défendre au mieux des intérêts vitaux du peuple congolais tout entier, informe le tabloid, avant d’enchainer :
« Après tout ce temps passé dans les consultations, l’heure des discours est, normalement, révolue. C’est ici que les Députés, eux qui sont les censeurs de l’action gouvernementale, sont appelés, à leur tour, à jouer leur partition pour libérer Sama Lukonde Kyenge et l’ensemble de son équipe afin qu’ils traduisent dans les faits l’essentiel de la vision du Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, telle qu’elle a été, à maintes reprises, déclinée dans ses trois discours du 23 octobre 2020, du 6 et du 14 décembre 2020. »

La République estime que le fait de fixer le rendez-vous ce jour rassure que les partenaires de l’Union sacrée de la République ont trouvé un terrain d’entente devant faciliter l’investiture attendue. « Cela est d’autant plus rassurant que le chef de l’Etat a, personnellement, pris langue avec tous les députés de l’Union sacrée de la nation qu’il avait reçus le samedi dernier. Il était question pour Félix Tshisekedi d’éclairer la lanterne des députés, surtout ceux frondeurs sur certaines dispositions particulières », argumente le journal.
On le sait, certains députés menacent de bloquer l’investiture du gouvernement pour n’avoir pas été récompensés, selon eux, à la hauteur du sacrifice consenti et qui a abouti à la requalification de la majorité à la chambre basse du parlement, poursuit le tabloid, espérant « que toutes les dispositions prises en amont permettront l’investiture ce jour de cette équipe composée de 56 ministres dont 27% des femmes. »"


"Félix Tshisekedi aux députés de l’Union sacrée : «Donnez-moi ce gouvernement et vous allez voir le travail que nous allons faire» - 25/04/2021
= https://www.radiookapi.net/2021/04/25/actualite/politique/felix-tshisekedi-aux-deputes-de-lunion-sacree-donnez-moi-ce
Le président de la République s’est adressé samedi 24 avril aux députés de l’Union sacrée qui constituent la majorité parlementaire. Il leur a demandé d’investir rapidement le nouveau gouvernement pour qu’il se mette au travail afin de résoudre les problèmes des Congolais dont les violences dans l’Est du pays.
«Je suis bloqué pour prendre certaines décisions radicales par rapport à la situation à l’Est de notre pays», a fait savoir Félix Tshisekedi, affirmant avoir besoin que le gouvernement soit rapidement mis en place.
«Si vous pensez que nous avons encore du temps à perdre, par rapport à l’urgence qui guette le pays à l’Est, alors perdez ce temps. Si vous pensez que nous devons agir dès maintenant, alors s’il vous plaît, donnez-moi ce gouvernement et vous allez voir le travail que nous allons faire», a déclaré le chef de l’Etat, expliquant que «la priorité des priorités», c’est la situation dans l’Est du pays où des massacres des civils continuent d’être perpétrés notamment dans le territoire de Beni et en Ituri.

Appel à la solidarité

Alors que certains députés de la majorité menacent de ne pas voter pour l’investiture du nouveau gouvernement afin de manifester leur mécontentement par rapport à la composition de cette équipe dirigée par Sama Lukonde, le président Tshisekedi a appelé à la «solidarité».
 «J’ai ouï-dire qu’il y avait certains mécontentements que je peux comprendre vis-à-vis de la composition du gouvernement. Ce n’est pas possible de composer un gouvernement avec toutes les tendances socio-ethniques de notre pays. Tout le monde ne pouvait pas se retrouver dans ce gouvernement. Il nous faut être solidaires avec ceux qui sont là», a déclaré le chef de l’Etat. 
Félix Tshisekedi a également demandé aux députés de faire preuve de discipline :
«Je suis convaincu que tous ici vous caressez le rêve d’être réélu en 2023, de revenir au Parlement, au gouvernement ou même à la présidence, qui sait. Tout cela passe par une discipline dans notre comportement et par la solidarité.»

«Il y aura élections en 2023»

Devant les députés de la majorité, le président de la République a également évoqué la question des prochaines élections, affirmant vouloir «tordre le coup aux spéculations bêtes et méchantes» sur le refus de son camp d’organiser les élections en 2023, année de la fin de son premier mandat.
«Regardez-moi bien. Je vous le dis. Je vous le confirme. Il y aura bien élections en 2023. Je suis issu d’un moule dans lequel on m’a forgé pour les élections. Les élections sont le seul thermomètre qui peut indiquer la bonne marche d’un pays», a souligné le chef de l’Etat.
Mais Félix Tshisekedi a insisté sur la qualité des élections.

«Nous avons connu des élections tumultueuses dans ce pays. Moi, je n’en veux plus. Je veux que si demain nous organisons les élections qu’il n’y ait plus de contestations. Vous devez réfléchir à nous donner un processus électoral qui soit crédible et clair», a-t-il lancé aux députés.
Pour le président Tshisekedi, le recensement de la population et la tenue des élections peuvent aller de pair.
«Il y a eu ce fameux débat sur le recensement de la population. Ce n’est pas un prétexte pour ne pas organiser les élections. J’ai parlé avec plusieurs spécialistes en matière électorale qui m’ont dit qu’il y a moyen de faire ces deux choses de manière concomitante pour avancer. Nous avons besoin de savoir qui est Congolais et qui ne l’est pas», a-t-il martelé.



"Felix Tshisekedi attendu lundi à Paris. Et (peut-être) à Bruxelles.-  26 avril 2021
= http://www.congoindependant.com/felix-tshisekedi-attendu-lundi-a-paris-et-peut-etre-a-bruxelles/
Selon des sources, le président Felix Tshisekedi Tshilombo a quitté Kinshasa, dimanche 25 avril. Destination: Paris. Après la capitale française, il pourrait effectuer un « séjour privé » en Belgique, pays où il a vécu durant près de trois décennies. A Kinshasa, la situation politique est loin de briller par la clarté. Le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge n’a pas encore présenté le programme de son gouvernement devant l’Assemblée nationale. Initialement prévue le vendredi 23 avril, la séance plénière a été reporté à lundi 26 avril. Si tout va bien.

D’après l’Agence congolaise de presse (ACP), le chef de l’Etat congolais effectue à Paris une « mission d’Etat« . Une expression pour le moins inhabituelle en matière protocolaire. L’ACP a-t-elle voulu parler d’une « visite d’Etat » qui est, en fait, une visite officielle? Selon des informations parcellaires, après Paris, Fatshi pourrait effectuer un « séjour privé » à Bruxelles. Rien de bien surprenant de la part d’un homme qui a passé plus de la moitié de sa vie en Belgique.]
Président en exercice de l’Union Africaine, Felix Tshisekedi, a assisté, vendredi 23 avril, à Ndjamena, aux obsèques du président Idriss Deby Itno. Le président français Emmanuel Macron était également présent. Des observateurs ont fait état de nombreuses concertations entre la dizaine de chefs d’Etat présents. 
Nommé Premier ministre le 15 février dernier, Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge n’a pas encore passé « l’oral rituel » devant la Représentation nationale. Il a pourtant déposé un exemplaire du programme gouvernemental. C’était le mardi 20 avril. La séance plénière prévue le vendredi 23 a été reportée « sine die » avant qu’une nouvelle date soit annoncée par le Rapporteur de la Chambre basse, Lembi Libula,

Trois versions circulent au sujet du renvoi de cette séance.
Selon la première, les parlementaires auraient été « désagréablement surpris » de trouver le nom du Président de la République au bas de la dernière page du programme gouvernemental. « Que vient faire Felix Tshikedi dans ce document alors que le Président de la République est politiquement irresponsable? », s’interrogeaient certains députés. Le « Premier » aurait été invité à apporter la « correction » sur la « page litigieuse« .
La seconde version laisse entendre que plusieurs députés originaires des « points chauds » du pays [Entendez: les deux Kivu et l’Ituri] avaient purement et simplement « sécher » cette réunion. Il s’agissait de « protester » contre « la promesse non-tenue par le chef de l’Etat d’installer l’état-major général de l’armée à l’Est« .
Les tenants de la troisième et dernière version croient savoir que des parlementaires – non promus au gouvernement – exerceraient du « chantage » en exigeant une certaine « motivation » pour voter l’investiture du gouvernement Sama. Et ce, comme à la « belle époque« . Laquelle? « Durant ses dix-huit années de pouvoir, Joseph Kabila avait l’habitude de soudoyer les parlementaires de sa famille politique pour faire voter une loi. Il en est de même pour l’investiture d’un gouvernement« , soutiennent des observateurs de la vie parlementaire congolaise. Qui dit vrai?

« FATSHI CONSCIENTISE LES DÉPUTÉS »

ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...  Palais-peuple-300x169
Le Palais du peuple, le siège du Parlement congolais

Rebondissement. On apprenait durant le week-end que le chef du gouvernement congolais était attendu ce lundi 26 avril à 10 heures au Palais du peuple pour présenter le programme de son gouvernement. Que s’est-il passé?
Dès son retour de la capitale tchadienne, « Fatshi » a donné rendez-vous aux députés qui se « réclament » de l’Union sacrée de la nation (USN). La rencontre a eu lieu samedi 24 avril à la Cité de l’Union Africaine. De quoi ont-ils parlé?
On retiendra, pour l’essentiel, que le Président de la République a joué à fond la carte de la « conscientisation« . Il a sensibilisé les parlementaires présents sur l’importance du rôle qu’ils doivent jouer pour conduire le pays aux échéances politiques de 2023. Il a affirmé, au passage, sa détermination de faire organiser ces consultations politiques dans les délais constitutionnels. « J’imagine que vous caressez le rêve d’être réélus au Parlement en 2023, d’entrer au gouvernement ou même d’accéder à la Présidence de République« , a-t-il dit en ajoutant qu’une telle ambition requiert un brin de « discipline » et de « solidarité« .

Felix Tshisekedi a profité de cette rencontre pour tordre le cou aux rumeurs lui prêtant l’intention de « glisser« . Suivez son regard! « Je vous le dis et confirme qu’il y aura bien des élections en 2023. Nous allons les affronter la tête haute. Je compte sur vous pour mettre en place les mécanismes qui vont nous conduire à des élections crédibles et transparentes « , a-t-il souligné.
Le président « Fatshi » n’a pu s’empêcher d’évoquer les « frustrations » entendues ici et là après la publication de la composition de l’équipe du « Premier » Sama Lukonde. Il a promis d’examiner ces « réclamations » tout en exhortant les députés présents « à soutenir le gouvernement« . Et de conclure: « Il n’est pas possible de composer un gouvernement avec toutes les tendances socio-ethniques du pays« . Il a invité ses interlocuteurs à faire preuve de « solidarité » en jugeant non pas les personnes nommées au gouvernement mais plutôt le travail fourni.

« DES DÉPUTÉS VORACES ET VERSATILES »

ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...  Fatshi-presse-diaspora-300x200
Le Président « Fatshi » reçoit des journalistes de la diaspora congolaise de Belgique

Fin septembre 2020, Felix Tshisekedi avait effectué sa plus récente « visite privée » à Bruxelles. Il s’était entretenu au téléphone avec le Souverain belge avant d’être reçu par Sophie Wilmès, alors Premier ministre. Devenue ministre des Affaires étrangères, Mme Wilmès a rappelé bruyamment l’attachement de son pays au respect de la Constitution jetant un certain froid sur les rapports entre les deux Etats.
Avant de reprendre son avion pour Kinshasa, « Fatshi » avait accordé un entretien à des journalistes de la diaspora congolaise de Belgique. A l’époque, Alexander De Croo venait d’accéder au poste de Premier ministre du royaume de Belgique. « L’avènement d’Alexander De Croo à ce poste est une excellente nouvelle« , disait-il en soulignant que « Papa De Croo » prénommé Herman est un vieil ami de la famille Tshisekedi. « Je l’ai toujours appelé Tonton Herman (…) ».
Six mois après, le monde politique belge se hâte très lentement à reprendre le chemin qui conduit à l’ex-Léopoldville (Kinshasa). Le Covid-19 est sans doute passé par là. Reste que la complexité de la situation politique au Congo-Kinshasa incite plus à l’expectative qu’à des effusions. Preuve s’il en était besoin que l’intérêt reste plus que jamais le socle des relations d’Etat à Etat.
Selon des informations parcellaires, le Président congolais devrait faire un nouveau « séjour privé » à Bruxelles. On peut gager qu’il aura des entretiens de haut niveau. Ses interlocuteurs européens en général et belges en particulier piaffent, sans aucun doute, d’impatience d’avoir la « bonne information » sur la situation du Congo-Kinshasa depuis l’implosion de la coalition Fcc-Cach.  

Il ne reste plus qu’à croiser les doigts afin que les députés congolais refrènent leur « voracité » autant que leur « versatilité » afin que l’investiture du gouvernement Sama Lukonde se passe sans encombre. Un obstacle majeur sera ainsi franchi. A défaut, le chef de l’Etat aura du mal à convaincre ses interlocuteurs de l’efficacité de sa doctrine dite « Union sacrée de la Nation« .
Lors de l’entretien précité avec des médias de la communauté congolaise de Belgique, Felix Tshisekedi Tshilombo avait lancé ces mots: « D’ici 2023, la voie que j’ai tracé montrera à la population que c’était la bonne. Ceux qui se livrent au jeu stupide d’entraver mon action ne font que scier la branche sur laquelle ils sont assis. Nous irons au purgatoire pendant que, eux, iront en enfer« . C’était le 1er octobre 2020…"
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-86255_le_chef_de_l_etat_felix_tshisekedi_en_mission_d_etat_a_paris_en_france.html


"RDC : les grandes lignes du programme du nouveau Premier ministre - 25/04/2021
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210425-rdc-les-grandes-lignes-du-programme-du-nouveau-premier-ministre
Le nouveau Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde va présenter le programme de son gouvernement ce lundi 26 avril au Palais du Peuple, en vue d’obtenir son investiture. Quelles sont les grandes lignes de ce programme ?
Avec notre envoyée spéciale à Kinshasa, Sonia Rolley

Construire un État fort, prospère et solidaire entre 2021 et 2023, c’est le titre de ce programme de 64 pages déposé le 20 avril dernier au bureau de l’Assemblée nationale. Il s’appuie sur 15 piliers et 62 axes, déclinés en actions à mener. Aucune n’est chiffrée, mais c’est un programme ambitieux où il est souvent question de donner des moyens.
Donner des moyens à la police et à l’armée pour lutter contre les groupes armés. Aux provinces défavorisées avec la mise en place d'un mécanisme de répartition des recettes. Aux magistrats pour les motiver à travailler en dehors des grandes villes avec une prime de brousse.
Dans ce programme, le gouvernement Lukonde se donne aussi pour mission d’organiser le recensement de la population et toutes les élections comme prévu en 2023, y compris les élections locales jamais organisées. La réhabilitation de certaines infrastructures est  annoncée comme celle des aéroports de Mbuji Mayi, Kisangani, Kindu et Kinshasa.

Bref, des moyens, il en faudra pour réaliser ce programme et quelques mesures sont prévues pour améliorer les recettes du pays, comme l’unification des régies financières, l’informatisation de la chaîne de recettes, la rationalisation des exonérations ou encore la réforme de l’Inspection générale des finances et de la Cour des comptes. Mais la question des moyens sera sans doute le principal défi alors que la RDC a adopté pour 2021 un budget de moins de 7 milliards de dollars.
La nouvelle majorité, l’Union sacrée, sur le papier représente près de 400 députés, mais la désignation d’un gouvernement pourtant conséquent avec 56 membres a créé des mécontentements sur la répartition entre les forces politiques et même les espaces géographiques. Il y a aussi des tensions autour de la loi sur la Commission électorale.
Le week-end dernier, Felix Tshisekedi a reçu les députés pour les encourager à investir ce nouveau gouvernement en leur promettant de recevoir les mécontents et de trouver des solutions pour ceux qui se sentent abandonnés, a-t-il expliqué.
►  RDC: crise économique, réformes électorales... Les défis du Premier ministre Lukonde


"Félix Tshisekedi : « On ne s’éternise pas au pouvoir. Je veux que si demain nous organisons des élections, qu'on ait plus une ribambelle des candidats à la Cour Constitutionnelle en train de brandir leurs preuves d'élections »-26avril2021
= https://actualite.cd/2021/04/26/felix-tshisekedi-ne-seternise-pas-au-pouvoir-je-veux-que-si-demain-nous-organisons-des

"RDC: Félix Tshisekedi confirme la tenue des élections en 2023 et évoque l’éventualité de l’organisation d’un recensement (député) -24avril 2021
= https://actualite.cd/2021/04/24/rdc-felix-tshisekedi-confirme-la-tenue-des-elections-en-2023-et-evoque-leventualite-de
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/04/25/2023-tshisekedi-a-la-fois-favorable-au-recensement-et-aux-elections.html/82269/


"Tshisekedi : Les provinces, “ça devient un capharnaüm” - 25 avril 2021
= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2021/04/25/tshisekedi-les-provinces-ca-devient-un-capharnaum.html/82255/


"La RDC sous Felix Tshisekedi: Le "paradis" toujours attendu (PPRD) - 26.04.2021,
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-86268_la_rdc_sous_felix_tshisekedi_le_paradis_toujours_attendu_pprd.html


"RDC : Fayulu et Muzito ont dénoncé la répression de leur marche par la police ce samedi  -  Avr 24, 2021
= https://www.lehautpanel.com/rdc-fayulu-et-muzito-ont-denonce-la-repression-de-leur-marche-par-la-police-ce-samedi/
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/04/25/le-bcnudh-condamne-la-repression-de-la-marche-de-lamuka-a-kinshasa-et-a-uvira.html/82281/


Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...  Empty Re: ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...

Message  ndonzwau 26/4/2021, 9:57 pm

L’Assemblée nationale a adopté lundi, par 410 voix sur 412 présents (sur un total de 500 députés) le gouvernement de Sama Lukonde qui venait de présenter son programme de gouvernement, oubliées les protestations contre sa composition , oubliée la surreprésentation du Kasai (Mr Tshisekedi) et du Sud Kivu (Mme Tshisekedi), oubliée la “grève” des députés de l’Ituri, du Nord et su Sud Kivu  pour protester contre l'inaction gouvernementale en vue d'éradiquer les violences dans leurs provinces..., le Président en personne était passé "convaincre" les députés. Et voici le programme du PM calibré pour satisfaire tout le monde promettant ce que ses prédécesseurs avaient déjà promis sans jamais les réaliser et en ne chiffrant pas non plus son coût ni en révélant les sources de son financement alors que les finances de l’Etat sont au plus bas.

Beaucoup d'autres promesses ont du mal à convaincre comme la réduction du train de vie des institutions lorsque Tshisekedi lui même  multiplie les membres de son cabinet et les voyages, lorsqu'il ne touche pas au montant de sa dotation et celle de son prédécesseur et à d'autres avantages stupéfiants accordés aux notables présents et passés, etc, etc...

Beaucoup d'autres mesures sont à juste titre renouvelées comme le programme DDR mais on ne voit pas les pistes et les moyens nouveaux à même d'assécher le sang qui coûle à l'Est.
Bref comme le député Sesanga on salue les grands axes de son programme (voir infra) mais on peut craindre que chiffré à 36 milliards sur 3 ans  nécessitant ainsi un accroissemet de ressources de 300% pendant ce temps, le programme ne soit trop ambitieux et hasardeux à atteindre avec un gros risque d'impasse dans son  exécution. Il y'a beaucoup d'autres impératifs à réaliser à côté ou en préalable des axes choisis.
Attendons la suite...



"RDC: le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde présente son programme devant l'Assemblée - 26/04/2021
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210426-rdc-le-premier-ministre-pr%C3%A9sente-son-programme-devant-l-assembl%C3%A9e
En République démocratique du Congo (RDC), le premier gouvernement de l’Union sacrée a été investi, ce lundi 26 avril. 410 députés ont voté pour sur les 412 députés présents. Cette coalition gouvernementale est la plus large qu’ait connu le pays. Plus tôt dans la journée, le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde avait présenté un programme d’actions de trois ans. Coût estimé : 36 milliards de dollars par an.
Avec notre envoyée spéciale à Kinshasa, Sonia Rolley

Lors de sa déclaration de politique générale, le Premier ministre Jean-Michel Sama était également attendu sur la sécurité qui est devenue, ces derniers temps, un vrai sujet politique.
Face à l’insécurité dans l’Est de la RDC, Jean-Michel Sama Lukonde a demandé une minute de silence et il a assuré que son gouvernement ferait, de la fin des massacres dans l’Est, une priorité. Parmi les mesures phares, il y a l’idée de décréter l’état d’urgence sur certaines portions du pays et de laisser des autorités militaires remplacer des autorités civiles.


Sonia Rolley
@soniarolley


#RDC #UnionSacree : @LukondeSama parle des morts dans l’Est, de population victime de “calamités” ailleurs. Le PM demande une minute de silence. “Notre pays est à la croisée des chemins”
2:23 PM · 26 avr. 2021



86


Il a aussi dit avoir entendu la colère de ces populations de l’Est par rapport à la Monusco. Il a promis que son gouvernement ferait une évaluation de son action avec le Conseil de sécurité de l’ONU et il a rappelé que le processus de retrait était enclenché.
La sécurité, c’est donc l’un des volets de ce programme qui doit amener la RDC jusqu’aux élections de 2023. Selon le Premier ministre Sama Lukonde, il faudra 12 milliards de dollars chaque année pour le mettre en œuvre. À titre de comparaison, le budget jusqu’ici prévu était de moins de 7 milliards, avec une mobilisation des recettes qui ne dépasse que rarement les cinq milliards.

Le chef du gouvernement de l’Union sacrée l’a promis, il y aura un collectif budgétaire qui permettra de préciser le détail de ses actions. Mais il a beaucoup promis, on l’a dit. Il a promis de donner des moyens à l’armée pour combattre dans l’Est du pays, mais aussi à la justice et notamment aux magistrats pour qu’ils puissent rendre des décisions partout dans le pays et aux agents de l’État pour améliorer leurs conditions de vie.
Jean-Michel Sama Lukonde a également promis que des fonds seraient provisionnés, chaque année, pour payer les élections de 2023. Il a aussi défendu la nécessité d’organiser un recensement de la population et de fournir des cartes d’identité à tous.
Et pour réaliser toutes ces promesses d’ici à 2023, le Premier ministre assure qu’il ne manquerait, à la RDC, que 14 milliards dollars. Il a dit compter à la fois sur la mobilisation interne des recettes et sur l’assistance des partenaires du Congo, dont le Fonds monétaire international.


Sonia Rolley
@soniarolley


#RDC #UnionSacree: ]@LukondeSama dit que le programme de 3 ans devrait coûter 36 milliards de dollars et il compte donc entre autres aussi sur la signature d’un programme avec le FMI pour 1,6 milliards.
3:51 PM · 26 avr. 2021



64


8

Réserves et critiques

Malgré l’investiture à la quasi-unanimité, ce programme et ce budget ont suscité des réserves et critiques à la tribune comme dans les couloirs du Palais du peuple. Sont-ils irréalistes ? Le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde avait pris les devants et y avait répondu dans son allocution.
La tâche de votre gouvernement dont j’ai eu l’honnerur de présenter le programme n’est pas de refaire le monde mais plutôt de mettre en place une gouvernance efficace.
Jean-Michel Sama Lukonde, Premier ministre de RDC
Sonia Rolley


Sonia Rolley
@soniarolley


#RDC #UnionSacree/url] : un député d’opposition commente : « pas de chiffres, pas d’indicateurs, un chapelet de bonnes intentions »
[url=https://twitter.com/soniarolley/status/1386681141890097155?ref_src=twsrc^tfw|twcamp^tweetembed|twterm^1386681141890097155|twgr^|twcon^s1_&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.rfi.fr%2Ffr%2Fafrique%2F20210426-rdc-le-premier-ministre-prC3A9sente-son-programme-devant-l-assemblC3A9e]3:58 PM · 26 avr. 2021



198


41


"RDC : le gouvernement Sama Lukonde investi par l'Assemblée nationale - 26 avril2021
= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2021/04/26/le-gouvernement-sama-lukonde-investi.html/82323/
C’est l’investiture la plus rapide de l’histoire de la République Démocratique du Congo. Le Gouvernement Sama Lukonde vient d’être investi ce lundi 26 Avril 2021 à l’Assemblée nationale, par les Députés nationaux. Cette investiture est intervenue le même jour de la présentation du programme du Gouvernement par le Premier Ministre. Un programme chiffré à 36 milliards USD.
Devant les 412 élus nationaux présents dans la salle de plénières, le Premier Ministre Sama Lukonde a présenté le plan d’actions de son équipe gouvernementale. À cet effet, il a annoncé que ce programme de 3 ans devrait coûter 36 milliards de dollars américains.


Jean-Michel Sama entend augmenter le budget annuel actuel de 6 à 12 milliards USD. Soit, 36 milliards en 3 ans. Il dit déjà vouloir compter, entre autres, aussi sur la signature d’un programme avec le Fond Monétaire International (FMI) pour 1,6 milliards.
Sama Lukonde dit aussi attendre l’amélioration des prévisions conjoncturelles et des recettes pour combler le « gap » dans les finances publiques.
Les élus ont défilé sur la tribune pour débattre du contenu du programme de Sama. Certains élus ont, sur cette tribune, soutenu l’initiative. C’est le cas du Député Alphonse Ngoy Kasanji désormais de l’Union Sacrée. Il a publiquement exprimé son souhait de voir ce Gouvernement investi aujourd’hui même. Mais du côté de l’opposition, la Député Geneviève Inagosi du Front Commun pour le Congo (FCC) estime que le contenu du programme de Sama Lukonde n’est qu’un chapelet de bonnes intentions. “C’est du déjà vu, du déjà entendu”. Elle a exigé des indicateurs qui permettront d’évaluer le niveau de réalisation du programme. Pour elle, ces détails sont absents du programme du Gouvernement présenté.

Reprenant la parole pour répondre aux préoccupations des élus, Jean-Michel Sama a d’abord reconnu les enrichissements apportés par les élus à travers leurs observations. Il a demandé aux 8 élus qui ont défilé, de lui transmettre leurs observations par écrit.
Sur les 500 Députés que compte l’Assemblée Nationale, 412 étaient présents aujourd’hui dans la salle de plénières. 410 élus ont voté en faveur du programme du Gouvernement."

"RDC : le gouvernement Sama Lukonde investi par l'Assemblée nationale - 26 avril2021
= https://actualite.cd/2021/04/26/rdc-le-gouvernement-sama-lukonde-investi-par-lassemblee-nationale
L’Assemblée nationale a adopté ce lundi 26 avril 2021 le programme du gouvernement de l’Union sacrée de la Nation que dirige le Premier ministre Sama Lukonde. Après la présentation du programme du gouvernement, le débat a été ouvert en plénière. Les députés ont formulé des recommandations au chef du gouvernement en vue de son enrichissement.

C’est notamment en ce qui concerne le programme DDR. Selon le député François Nzekuye, ce programme doit être géré au niveau des provinces concernées. Et concernant l’EPSP, un autre député a proposé la suppression des zones salariales.
Plusieurs députés dont Alphonse Ngoyi Kasanji et Lucain Kasongo ont appelé à écourter le débat et permettre l’investiture du gouvernement ce même lundi au lieu d’attendre que le Premier ministre revienne une nouvelle fois devant les députés afin de répondre aux diverses préoccupations. Ce qui a été fait.  Le gouvernement est donc investi.
Le programme du gouvernement a été voté en majorité absolue soit 410 sur 412 députés présents à la plénière. Le PV d'investiture a été lu en plénière par le rapporteur de l'Assemblée nationale,
= https://www.radiookapi.net/2021/04/26/actualite/politique/assemblee-nationale-le-gouvernement-sama-lukonde-investi
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-86286_le_gouvernement_sama_lukonde_investi.html

"Sama Lukonde dévoile les grands axes du programme de son gouvernement - 26.04.2021
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-86283_sama_lukonde_devoile_les_grands_axes_du_programme_de_son_gouvernement.html
En marge de la présentation du programme de son gouvernement, le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde a, au cours de la séance plénière de ce lundi 26 avril 2021 révélé les grands axes dudit programme. D’après Sama Lukonde, les axes importants du programme de son gouvernement sont regroupés en 4 grands secteurs de la vie nationale, à savoir : politique, justice et administration publique ; économie et finances ; reconstruction du pays; social.

1. Politique, justice et administration publique
- Pacification du pays ;
- renfoncement de l'autorité de l'État ;
- participation au leadership à la consolidation de la paix ;
- lutte contre la corruption et les crimes économiques.
2. Économie et finances
- Amélioration de la gouvernance dans la gestion des ressources naturelles ;
- amélioration du climat des affaires ;
- diversification de l'économie.

3. Reconstruction du pays
- Modernisation des infrastructures de base ;
- promotion et développement des nouvelles technologies de l'information et la communication ;
- lutte contre le changement climatique.[
4. Social
- Amélioration des conditions sociales, logement ;
- développement du secteur de l'eau et de l'électricité ;
- lutte entre la pauvreté ;
- autonomisation de la femme et la promotion des jeunes ;
- construction des centres sportifs."

"RDC : Voici les 15 piliers du programme du gouvernement Sama Lukonde
= https://7sur7.cd/2021/04/26/rdc-voici-les-15-piliers-du-programme-du-gouvernement-sama-lukonde


"Le programme de Sama Lukonde: des promesses à foison, mais pas de chiffres - 26 avril 2021
=  https://afrique.lalibre.be/60304/le-programme-de-sama-lukonde-des-promesses-a-foison-mais-pas-de-chiffres/
L’Assemblée nationale a adopté lundi, par 410 voix sur 412 présents (sur un total de 500 députés) le gouvernement du Premier ministre Sama Lukonde. Ce dernier venait de présenter son programme de gouvernement. Depuis la nomination des membres de son gouvernement, il y a quinze jours,  de nombreuses voix s’étaient élevées pour protester contre sa composition et l’investiture de ce cabinet semblait loin de n’être qu’une formalité. Mais, depuis lors, chef d’Etat et Premier ministre s’étaient activés à convaincre les députés.

Le gouvernement Sama Lukonde pèche, en effet, par la surreprésentation des provinces du Président et de la Première Dame, le Kasaï oriental et le Sud-Kivu; du parti présidentiel UDPS et de son allié UNC (du Sud-Kivu); par la sous-représentation d’autres partis et d’autres provinces. Cela avait suscité une fronde de 200 députés “révolutionnaires”, dirigés par Daniel Mbau (MLC), parmi les transfuges kabilistes ayant rejoint le camp Tshisekedi. De quoi inquiéter le Président, sans compter la “grève” des députés de l’Ituri et des deux Kivus (est du pays), depuis le 21 avril, pour protester contre le manque d’action gouvernementale pour combattre la violence dans leurs provinces.

“Diminuer le train de vie des institutions”

Après le Premier ministre, le chef de l’Etat a donc reçu samedi soir “357” députés (sur un total de 500) de son “Union sacrée” (coalition dominée par les transfuges kabilistes) pour leur dire qu’ils devaient investir le gouvernement Sama Lukonde.
Quels arguments les ont-ils convaincus? On l’ignore pour l’instant. Le programme du Premier ministre semble calibré pour satisfaire tout le monde: il promet tout ce que ses prédécesseurs ont déjà promis (et jamais réalisé) mais sans dire combien cela coûtera et d’où viendra l’argent pour le faire, alors que les finances de l’Etat sont au plus bas.
On note une annonce de “réduction du train de vie des institutions politiques” qui a du mal à convaincre alors que Félix Tshisekedi  a multiplié par 3 ou 4 le nombre de membres de son cabinet (qui totalise officiellement 1018 personnes!), n’a pas touché à la pension d’ex-Président de son prédécesseur (plus de 600 000 dollars par mois), ni aux pensions et avantages stupéfiants accordés par l’ex-Premier ministre Tshibala aux anciens ministres et Premiers ministres.

Recensement électoral

On note aussi qu’un recensement est prévu en vue des élections de 2023. Pour retarder les scrutins? Le Président a assuré samedi qu’ils auraient bien lieu dans les temps, y compris les élections locales, jamais organisées jusqu’ici.
Moins neuve: l’annonce de la “mise en oeuvre effective de la Caisse nationale de péréquation”. Prévue par la Constitution de 2006, elle n’existe toujours pas. Elle doit servir à amoindrir les différences de niveau de vie entre provinces, alors que quatre d’entre elles, seulement, sont capables de subvenir à leurs besoins: le Bas-Congo, grâce au port de Matadi; Kinshasa, grâce aux impôts sur les sociétés; le Haut-Katanga et le Lualaba, grâce aux revenus miniers. Toutes les autres sont déficitaires, ce qui pousse leurs assemblées provinciales à sans cesse limoger le gouverneur, incapable de financer des programmes dont la responsabilité lui est donnée par la Constitution de 2006.
Enfin, on note, pour “pacifier l’est”, un programme de “désarmement, démobilisation et réinsertion communautaire” des combattants, plutôt que leur réinsertion au sein de l’armée, ce qui y a entretenu l’indiscipline et l’inefficacité."


"Sama annonce que son programme de 3 ans devrait coûter 36 milliards USD - 26 avril 202
= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2021/04/26/sama-annonce-que-son-programme-de-3-ans-devrait-couter-36-milliards-usd.html/82315/
Le Premier Ministre Sama Lukonde se trouve en ce moment à l’Assemblée Nationale, devant les élus. Il présente à ces derniers le plan d’action de son Gouvernement. À cet effet, il annonce que le programme de 3 ans devrait coûter 36 milliards de dollars américains.
Jean-Michel Sama entend augmenter le budget annuel actuel de 6 à 12 milliards USD. Soit, 36 milliards en 3 ans. Il dit déjà vouloir compter, entre autres, aussi sur la signature d’un programme avec le Fond Monétaire International (FMI) pour 1,6 milliards.

Sama Lukonde dit aussi attendre l’amélioration des prévisions conjoncturelles et des recettes pour combler le « gap » dans les finances publiques.
Les élus défilent sur la tribune pour débattre du contenu du programme de Sama. Certains élus soutiennent l’initiative. La Député Inagosi, par contre, estime que le contenu du programme de Sama Lukonde n’est qu’un chapelet de bonnes intentions. “C’est du déjà vu, du déjà entendu”. Elle exige des indicateurs qui permettront d’évaluer le niveau de réalisation du programme. Pour elle, ces détails sont absents du programme du Gouvernement présenté."

"Gouvernement Sama : Delly Sessanga pessimiste quant à l’exécution du programme du Gouvernement chiffré à 36 milliards USD - 26 avril 2021
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/04/26/gouvernement-sama-delly-sessanga-pessimiste-quant-a-lexecution-du-programme-du-gouvernement-chiffre-a-36-milliards-usd.html/82334/
Le Gouvernement Sama Lukonde a été investi ce lundi 26 avril 2021 à l’Assemblée nationale, le même jour de la présentation du programme du Gouvernement par le Premier Ministre Jean-Michel Sama Lukonde. Expliquant pourquoi il a préféré soutenir l’investiture du premier Gouvernement de l’Union Sacrée de la Nation, le Député Delly Sessanga dit avoir voté pour soulager le peuple de la souffrance et délivrer le pays de l’agonie institutionnelle.
« Je vote l’investiture de Sama pour soulager le peuple de la souffrance et délivrer le pays de l’agonie institutionnelle », s’est expliqué le Président de l’Envol, sur son compte Twitter.

Le Premier Ministre a présenté un programme chiffré à 36 milliards USD. L’élu de Luiza, lui, craint une impasse dans l’exécution de ce programme. « Je note que le programme est trop ambitieux, pariant d’accroître les ressources de 300% sur 3 ans, peut être hasardeux. Il y a risque d’impasse pour son exécution », a-t-il écrit via Twitter.
En outre, ce membre de Groupe de 13 personnalités qui militent pour le consensus et les réformes électorales a plutôt fait savoir au Gouvernement Sama ses priorités centrées autour de 5 défis. Il s’agit de :
° élargir l’assiette fiscale
• arrêter les massacres à l’Est
• mettre fin au chaos institutionnel notamment dans les provinces
• préparer les élections de 2023
• juguler la crise alimentaire, surtout dans les provinces du Kasaï.

Sur les 500 Députés que compte l’Assemblée Nationale, 412 étaient présents aujourd’hui dans la salle de plénières. 410 élus ont voté en faveur du programme du Gouvernement."


"RDC : le gouvernement compte constituer des provisions budgétaires annuels dédiées au financement des élections - 26 avril 2021
= https://actualite.cd/2021/04/26/rdc-le-gouvernement-compte-constituer-des-provisions-budgetaires-annuels-dediees-au

"Gouvernement Sama : l’Assemblée nationale recommande que la paix et la sécurité dans l’Est soient la première des exigences - 26 avril 2021
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/04/26/gouvernement-sama-lassemblee-nationale-recommande-que-la-paix-et-la-securite-dans-lest-soient-la-premiere-des-exigences.html/82330/

"RDC : le gouvernement dit comprendre les frustrations de la population insatisfaite de l’action de la MONUSCO, l’action de cette dernière sera évaluée -26 avril 2021
= https://actualite.cd/2021/04/26/rdc-le-gouvernement-dit-comprendre-les-frustrations-de-la-population-insatisfaite-de

"RDC : Sama Lukonde promet l’audit et la restructuration du SECOPE -26 avril 2021
=  https://actualite.cd/2021/04/26/rdc-sama-lukonde-promet-laudit-et-la-restructuration-du-secope

"Sama Lukonde : « le gouvernement n’entend nullement conditionner l’identification de la population aux élections de 2023 »
= https://actualite.cd/2021/04/26/sama-lukonde-le-gouvernement-nentend-nullement-conditionner-lidentification-de-la

"RDC : le gouvernement Sama va poursuivre le recensement à la fonction publique avant l’application de l’accord de Mbudi -26avril 2021
=  https://actualite.cd/2021/04/26/rdc-le-gouvernement-sama-va-poursuivre-le-recensement-la-fonction-publique-avant


"Assemblée nationale : Christophe Mboso accuse l'ancien bureau d'avoir bloqué le débat autour de la proposition de loi dite "Lutundula" - 26.04.2021
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-86270_assemblee_nationale_christophe_mboso_accuse_l_ancien_bureau_d_avoir_bloque_le_debat_autour_de_la_proposition_de_loi_dite_lutundula.html


"Katumbi : "L'investiture du gouvernement Sama ouvre la voie de la paix à l'Est"
= https://7sur7.cd/2021/04/26/katumbi-linvestiture-du-gouvernement-sama-ouvre-la-voie-de-la-paix-lest

"Martin Fayulu : « Vous m’avez élu en 2018 pour que nous évitions la situation chaotique que nous vivons aujourd’hui. Nous allons récupérer le pouvoir du peuple » - 26 avril 2021
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/04/26/martin-fayulu-vous-mavez-elu-en-2018-pour-que-nous-evitions-la-situation-chaotique-que-nous-vivons-aujourdhui-nous-allons-recuperer-le-pouvoir-du-peuple.html/82311/


Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #


Dernière édition par ndonzwau le 28/4/2021, 3:23 pm, édité 5 fois

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...  Empty Re: ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...

Message  ndonzwau 27/4/2021, 7:16 pm

"Encore autour de l'investiture du nouveau gouvernement !

J'ai souligné ailleurs qu'il manque dans le descriptif du programme de gouvernement un cadre formel d'évaluation régulière des résultats avec des indicateurs précis qui apprécient l'efficacité effective des actions en cours ; des objectifs des performances pour orienter, mesurer et améliorer le niveau de réalisation du programme défini ainsi mis en oeuvre, en somme.

Ailleurs on apprend qu'après l’investiture du gouvernement, les pays occidentaux majeurs et l'UE l'appellent à travailler sur les réformes électorales pour des "élections libres, inclusives dans le délai constitutionnel".
Que dire sinon qu'ils n'ont pas tort d'être ainsi 'obsédés par la tenue des élections selon leur calendrier légal , elles signent ainsi la régularité et la formalité d'une démocratie ; n'empêche que le plus important est qu'elles s'accompagnent d'une gouvernance qui bénéficie à la Cité. D'où la crainte qu'elles ne suffisent pas toujours pour la bonne gouvernance attendue pouvant en oubliant les réalités propres à chaque pays zapper la finalité du bénéfice réel de celui-ci. Ainsi s'l est bon que les élections se succèdent selon leur calendrier au Congo, il est encore mieux qu'elles servent à unir le pays et à le mener vers le bonheur attendu, ce qui n'est pas toujours le cas avec leur seule occurrence.

Comme par hasard me sont venus à l'idée les cas de "despotisme éclairé" dans l'histoire, c'est anachronique je le sais mais ne peut-on pas y penser dans nos démocraties balbutiantes d'Afrique fût-ce pour expliquer nos problèmes annexes et nous méfier au besoin de l'obsession occidentale à convoquer les élections qui pourtant peuvent parfois ne représenter qu'une solution cosmétique qui ne tient pas compte de circonstances précises du moment et ne suffiront pas à elles seules de résoudre les problèmes qui se posent dans un pays à un moment donné.

Passons, quelles sont les suites immédiates de notre investiture et les analyses ainsi que les opinions qu'elle suscite ?
En attendant, un fait qui peut paraître paradoxal et qui transparait à l'Assemblée est que les Congolais malgré les reproches qu'ils font au fonctionnement de l'Union sacrée et pourquoi à la personne de Tshisekedi saluent l'arrivée du nouveau gouvernement et votent massivement son investiture...



"RDC : après l’investiture du gouvernement, l’occident appelle à travailler sur les réformes électorales pour « d'élections libres, inclusives » dans le délai constitutionnel - 27 avril2021
= https://actualite.cd/2021/04/27/rdc-apres-linvestiture-du-gouvernement-loccident-appelle-travailler-sur-les-reformes
L'Allemagne, la Belgique, le Canada, la Corée du Sud, l'Espagne, les États-Unis, la France, la Grèce, l'Italie, le Japon, la Norvège, les Pays-Bas, le Portugal, le Royaume-Uni, la Suède, la Suisse, la Tchéquie et l'Union Européenne ont salué lundi 26 avril l'investiture du gouvernement de l’Union sacrée de la nation par l'Assemblée nationale. Ces pays occidentaux appellent les pouvoirs de Kinshasa à travailler déjà sur les réformes électorales en vue de préparer les élections prévues en 2023.
« Il est également essentiel, afin de consolider les acquis de l'alternance de janvier 2019 et de respecter l'échéance Constitutionnelle de 2023, que l'ensemble des pouvoirs et des institutions s'engagent dès à présent dans la préparation juridique, financière et technique d'élections libres, inclusives, transparentes et impartiales notamment par les réformes attendues de la CENI et de la loi électorale », dit un communiqué conjoint.

Lors de la présentation du programme du gouvernement à l’Assemblée nationale, le Premier ministre a signifié que l'échéance électorale sera respectée.
« Le gouvernement qui travaille pour des fins de gestion et de planification, le gouvernement qui travaille pour l’organisation et la tenue des élections générales dans les délais constitutionnels n’entend nullement conditionner l’identification de la population à celles-ci de sorte qu’elles puissent se réaliser en 2023 ».
Le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi a également indiqué un jour plus tôt que les élections seront organisées en 2023.
Lire ici : RDC: Félix Tshisekedi confirme la tenue des élections en 2023 et évoque l’éventualité de l’organisation d’un recensement (député)

En ce qui concerne le nouveau gouvernement, les pays signataires du communiqué conjoint voient une opportunité historique pour répondre aux multiples attentes de la population congolaise.
« Ce gouvernement d'Union sacrée dispose d'une opportunité historique pour répondre aux attentes de la population congolaise exprimées lors des consultations présidentielles. Elles requièrent de poursuivre les actions urgentes et efficaces pour améliorer la vie quotidienne et la situation économique, sociale et environnementale des congolais et congolaises, renforcer la démocratie et la redevabilité des institutions, garantir l'État de droit, les droits humains et l'égalité de genre, promouvoir un climat des affaires propice à un développement inclusif, et assurer la sécurité de toutes et tous, en particulier, dans les provinces de l'Est ».
Les pays occidentaux signifient par la même occasion leur soutien au gouvernement Sama Lukonde « pour la mise en œuvre des réformes reflétant la volonté du peuple congolais et l'amélioration de la situation socio-économique à laquelle il aspire »."
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-86334_l_ue_et_17_etats_saluent_l_investiture_du_gouvernement_sama_lukonde.html
= https://7sur7.cd/2021/04/27/rdc-les-partenaires-internationaux-dont-les-usa-et-lue-promettent-leur-soutien-au

"Pour un État fort, prospère et solidaire : Les 15 piliers des Warriors
= http://www.lepotentiel.cd/g?post=1964

"Le Potentiel : « Gouvernement Sama investi, les Warriors au front : 36 milliards de dollars pour booster la RDC d’ici à 2023 » - 27 avril 2021
= https://www.radiookapi.net/2021/04/27/actualite/revue-de-presse/le-potentiel-gouvernement-sama-investi-les-warriors-au-front-36

"Une majorité en béton pour le Premier Ministre congolais - 27 avril 2021
= http://blog.lesoir.be/colette-braeckman/2021/04/27/une-majorite-en-beton-pour-le-premier-ministre-congolais/
Du jamais vu : le programme de gouvernement est voté par 410 voix contre 412. Cette fois, le président congolais, Fatshi Béton pour ses partisans, dispose de la majorité dont il rêvait, en béton elle aussi : deux semaines après l’annonce de la composition du gouvernement, l’Assemblée nationale a accordé sa confiance au nouvel exécutif, par un vote massif, 410 voix sur 412, du jamais vu jusqu’à présent. Massée dans le grand hall de l’Assemblée nationale où voici quelques mois encore des factions politiques divergentes échangeaient des horions, une foule enthousiaste a applaudi à tout rompre. Pour le politologue Wamu Oyatambwe, « il faut se féliciter de cette cohérence retrouvée, il ne devrait plus y avoir de conflit permanent puisque c’est le même groupe qui sera aux manettes, le Premier Ministre aura les mains libres ».

Avant ce vote de confiance acquis haut la main, le premier ministre Sama Lukonde Kyenge avait prononcé son premier discours de politique générale, précisant les grands axes de sa politique. Sans surprise, il a évoqué la modernisation des infrastructures, une réforme de la fiscalité et du système de retraites. Mais surtout, il a abordé le principal des défis de l’heure, celui de la sécurité. A l’est du pays en effet la situation ne cesse de se dégrader : les violences font des milliers de victimes à Beni et ailleurs dans le Nord Kivu, des manifestations se multiplient réclamant le départ d’une Monusco accusée de complicités avec les groupes rebelles, la méfiance à l’égard du pouvoir est totale même si la population manifeste pour que…le président vienne s’installer personnellement dans l’Ituri ! Tenant compte de ces critiques, le premier ministre a promis une évaluation de l’action de la Monusco, qui devrait être bientôt renforcée par des militaires kényans dont Félix Tshisekedi a obtenu la venue. Mais surtout, Sam Lukonde a évoqué la possibilité d’évoquer un « état d urgence sécuritaire » et même la mise en place d’une « administration militaire ». Il a aussi décidé de proscrire strictement l’incorporation de forces rebelles au sein de l’armée et de la police. Cette disposition, qui découlait des accords de paix de Sun City en 2002, avait eu pour principal résultat d’entraîner une prolifération de groupes armés (120 dans les deux Kivu..) visant tous un même objectif, intégrer l’armée régulière, sans pour autant renoncer à leur comportement violent et prédateur. Le Premier Ministre entend aussi entamer le recensement de la population et l’identification de tous les Congolais. En dépit de l’optimisme de rigueur, Wamu Oyatambwe décèle cependant deux écueils de taille. Le premier est politique : peut on compter sur la fidélité des élus issus de la majorité initiale, le Front commun pour le Congo, qui ont fait massivement défection, ne laissant plus qu’une centaine d’élus autour de l’ancien chef, solidement déplumé, mais pas impuissant pour autant ? La proclamation du gouvernement avait déjà été retardée à cause du mécontentement des transfuges qui ne s’estimaient pas suffisamment « servis » dans la nouvelle équipe et chacun se remémore le vieil adage « qui a trahi trahira »…

Le deuxième écueil est évidemment financier car les ambitions du jeune Premier Ministre risquent d’être brimées par la faiblesse de ses moyens : le budget de l’exercice en cours est estimé à 7,1 milliards de dollars et le seul programme de sécurité devrait coûter chaque année 12 millliards de dollars…Or à l’heure actuelle c’est miracle si Kinshasa réussit à rassembler 5 milliards de dollars, une somme dérisoire dont les trois quart sont absorbés par le paiement des fonctionnaires et le fonctionnement de l’Etat. Il faudra donc réduire les dépenses, mobiliser des recettes supplémentaires (d’origine katangaise, , M. Sama Lukonde s‘adressera sans doute aux compagnies minières et aux bailleurs internationaux) et surtout il faudra lutter contre la corruption en s’appuyant sur une justice qui n’a pas oublié la disparition soudaine du juge Yanyi, un magistrat intègre qui avait voulu tirer au clair l’ « affaire Kamerhe » et la disparition de 50 millions de dollars et qui mourut, vraisemblablement empoisonné, dès l’ouverture du procès…"


"RDC : Voici le discours programme du gouvernement Sama investi par 410 députés sur 412 présents à la plénière
= https://7sur7.cd/2021/04/26/rdc-voici-le-discours-programme-du-gouvernement-sama-investi-par-410-deputes-sur-412


"Geneviève Inagosi après l'investiture du gouvernement : « le Premier ministre doit nous envoyer un cadre des résultats avec des indicateurs vérifiables qui nous permettront d'évaluer l'efficacité ou non de son action » - 27avril 2021
= https://actualite.cd/2021/04/27/genevieve-inagosi-apres-linvestiture-du-gouvernement-le-premier-ministre-doit-nous
En réaction à l'investiture du gouvernement Sama Lukonde Kyenge, la députée nationale Geneviève Inagosi (PPRD) affirme avoir voté pour le programme gouvernemental parce qu’il était très attendu dans l'opinion. Toutefois, elle note que ledit programme est trop ambitieux alors que le Premier Ministre n'a plus assez de temps.
L’élue de Wamba précise que le FCC de Joseph Kabila n’est plus au pouvoir et dit attendre les résultats des actions du gouvernement.[/size]
« Nous venons d'investir le gouvernement, moi je suis de l'opposition, mais j'ai investi ce gouvernement parce que la population l'attendait et je voudrais vraiment qu'il n'y ait plus des prétextes de dire qu'ils sont bloqués, qu'ils manquent les moyens de leur politique. J'ai quand même constaté que le Premier Ministre nous a amenés un chapelet de bonnes intentions, 340 actions alors qu'il a deux ans et demi seulement. Moi, en le suivant, je me croyais au début de législature alors que nous sommes déjà à mi-mandat. J’ai demandé au Premier Ministre de nous envoyer un cadre des résultats avec des indicateurs vérifiables objectivement qui nous permettront d'évaluer l'efficacité ou non de son action et pour ça nous attendons que ce gouvernement éradique l'insécurité dans l'Est du pays, que ce gouvernement s'occupe des travaux d'infrastructures et de manière particulière dans le Haut-Uele et à Wamba d'où je viens », a déclaré Geneviève Inagosi.

Et d'ajouter : « Il y a un travail abattu par le gouvernement provincial, les six territoires du Haut Uele sont connectés par le chef-lieu de la province Isiro, mais nous attendons un soutien du gouvernement central parce qu’il y a une route nationale numéro 25 axe Niania-Isiro qui est très dégradée, nous espérons que le Premier Ministre et tout son gouvernement prendront toutes ces préoccupations en priorités et nous attendons les réponses dans le plus bref délai ».
Elle précise que le gouvernement Sama Lukonde sera jugé à l’acte. « C'est un programme trop ambitieux, il y a beaucoup d'actions pour deux ans et demi, mais n'empêche, nous allons le juger à l'acte, il va au travail et nous attendrons les résultats », a-t-elle conclu.
Le gouvernement chapeauté par Sama Lukonde Kyenge est le premier de l'Union sacrée de la Nation. Nouvelle coalition née à la suite de la coalition FCC-CACH qui liait Félix Tshisekedi à Joseph Kabila Kabange."


"RDC : un programme gouvernemental en quête de financement
= http://afrikarabia.com/wordpress/rdc-un-programme-gouvernemental-en-quete-de-financement/
Le nouveau gouvernement de Jean Michel Sama Lukonde a été investi à une large majorté par l'Assemblée nationale ce lundi 26 avril. Une longue liste de promesses a été annoncée par le Premier ministre, mais il faudra trouver 14 miliards de dollars supplémentaires pour finance la totalité du programme estimé à 36 milliards.

Difficile de faire très original lorsque l’on présente un programme de gouvernement en République démocratique du Congo (RDC). Depuis une vingtaine d’années, les mêmes litanies de promesses se suivent à la tribune de l’Assemblée nationale, sans jamais être suivies d’effets. Il faut dire que tout reste à faire au Congo. La sécurité, la santé, l’enseignement, la pauvreté, l’accès à l’eau ou à l’électricité… tout est à reconstruire, ou plutôt à construire tant les gouvernements précédents n’ont jamais réussi à imposer le changement et à améliorer la vie des Congolais.
Le premier mérite du nouveau Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, a été de reconnaître les limites de l’exercice. « Les Congolais sont lassés par nos discours et nos bonnes intentions. Ils exigent désormais, de leurs gouvernants, des actes concrets avec impact direct dans leur vie de tous les jours » a avoué le chef de l’exécutif devant les députés réunis en plénière pour approuver son programme gouvernemental.

La sécurité d’abord

Sans grande surprise, le volet sécuritaire a été présenté comme la priorité principale du prochain gouvernement. L’insécurité croissante à Beni, Butembo, en Ituri et dans le Nord-Katanga constitue « une urgence nationale » pour le Premier ministre. En dehors d’une énième restructuration de l’armée congolaise, toujours impuissante face aux groupes armés, Sama Lukonde n’exclut pas de proclamer l’état d’urgence sécuritaire dans les toutes les zones en proie aux violences.
Trois nouveautés sont à noter dans le volet sécuritaire. Tout d’abord le possible remplacement de l’administration civile par une administration militaire dans ces territoires si la situation venait à se dégrader de nouveau. La volonté de proscrire l’incorporation des rebelles au sein de l’armée régulière et de la police. Et enfin, la fusion du programme de « Désarmement, Démobilisation et Réinsertion » (DDR) et de celui de « Stabilisation et Reconstruction des zones sortant des conflits armés » (STAREC), pour réinsérer les démobilisés vers des activités économiques et d’intérêt public ». Un processus qui a largement échoué faute de moyens financiers.

Pauvreté, gratuité de l’enseignement, infrastructures…

La vie quotidienne des Congolais est ensuite marquée par une situation économique des plus préoccupantes. Les 3/4 de la population vivent avec moins de 2 dollars par jour et le com bat contre le chômage et la pauvreté constitue un des axes forts du programme gouvernemental. « La lutte contre la grande pauvreté sera décrétée, « grande cause nationale », assortie de moyens budgétaires conséquents » assure le Premier ministre. L’amélioration des conditions de logement, de santé, d’accès à l’eau et à l’électricité font également partie du volet social de l’exécutif. Jean-Michel Sama Lukonde a reconnu « les écueils » que rencontrait la gratuité de l’enseignement. Un audit et la restructuration du Service de Contrôle et de la Paie des Enseignants seront réalisés.
Sur le plan économique, le programme du gouvernement préconise la réhabilitation et la modernisation des infrastructures de base, toutes en piteux états, comme les routes, les ponts, les ports, les aéroports, ou les chemins de fer. Il prône également l’industrialisation de l’agriculture, l’amélioration du climat des affaires, la promotion de l’entrepreneuriat, l’intégration du secteur informel dans le formel… Des mesures maintes fois annoncées, mais jamais mises en oeuvre faute de moyens financiers… et de volonté politique.

« Des élections dans le délai constitutionnel »

Une autre mesure budgétivore était très attendue par les observateurs de la vie politique congolaise : les élections de 2023. Le Premier ministre s’en est tenu à la ligne tracée quelques jours auparavant par le chef de l’Etat lui-même : les élections auront bien lieu dans les dates prévues. Et de prévenir de tout risque de glissement du calendrier électoral : « Le gouvernement qui travaille pour l’organisation et la tenue des élections générales dans le délai constitutionnel, n’entend nullement conditionner le recensement et l’identification de la population à celles-ci, de sorte que ça puissent se réaliser en 2023 ». Là encore, le gouvernement a promis de prévoir les provisions nécessaires pour financer le scrutin, « en assurant la disponibilité permanente des crédits de manière à ne pas compromettre financièrement l’organisation des élections ».

Des mesures non chiffrées

Toutes ces promesses ont donc un coût. Le hic, c’est que le Premier ministre n’a pas chiffré ses annonces. Combien coûtera la lutte contre la pauvreté, la démobilisation des groupes armés, la construction des infrastructures, la gratuité de l’enseignement ? Personne ne le sait. Seul le coût global du programme du gouvernement a été évalué jusqu’aux élections de 2023. Sur les trois prochaines années, l’exécutif prévoit de dépenser 36 milliards de dollars, soit 12 milliards par an. Un budget qui reste très modeste au regard des efforts à accomplir et de la taille du pays. Pourtant, cette somme reste loin d’être acquise pour le nouvel exécutif congolais. En 2021, le budget est déjà tombé de 10 à 6,6 milliards de dollars. Et pour arriver aux 12 milliards prévus sur 3 ans, le gouvernement devra trouver 14 milliards supplémentaires. Un « gap » que le Premier ministre espère pourtant bien combler en proposant un budget rectificatif.

Gratter les fonds de tiroir

Mais les marges de manoeuvres sont étroites pour renflouer les caisses de l’Etat. Le chef de l’exécutif table sur une croissance (bien maigrichonne, Covid oblige) de 0,8% et la hausse des prix des matières premières, comme le cuivre, le cobalt ou l’étain. Il espère ensuite percevoir des recettes additionnelles comme les redressements fiscaux en cours dans le secteur minier, ou la redistribution de certains blocs pétroliers. La RDC compte récupérer, 1,3 milliard de dollars sur deux ans. Un reliquat de contrat chinois traîne encore dans les tiroirs et devrait rapporter 2 milliards de dollars sur 3 ans. Enfin, le gouvernement mise sur les bailleurs de fonds internationaux pour combler les trous dans la raquette. Un appui budgétaire du FMI de 1,6 milliards de dollars et un engagement de 800 millions de dollars de la Banque mondiale concernant la gratuité de l’enseignement devraient venir en aide au budget très serré du Congo.

Incertitudes financières et politiques

Nous l’avons compris, la réussite du programme de gouvernement, mené par Jean-Michel Sama Lukonde, dépendra de sa capacité à dégager des marges de manoeuvres financières suffisantes pour engager les chantiers annoncés. Mais nous savons déjà, au vu de l’ampleur de la tâche que les 36 maigres petits milliards engagés, seront largement insuffisants pour améliorer sensiblement la vie quotidienne des Congolais qui ressemble à un long calvaire.
Et lorsque le FCC ne voit dans le programme de Sama Lukonde qu’un copié-collé des promesses de son prédécesseur, Sylvestre Ilunga, le député Delly Sesanga, proche de Moïse Katumbi, émet quelques réserves sur son compte Twitter. « Je note que le programme est trop ambitieux, pariant d’accroître les ressources de 300% sur 3 ans peut être hasardeux. Il y a risque d’impasse pour son exécution ». Pour faire bouger les lignes, les moyens financiers compteront, mais la volonté politique également. Là aussi, l’incertitude plane sur la fiabilité et loyauté des députés de l’Union sacrée, transfuges du FCC. Majoritaires au sein de la plateforme présidentielle, ils peuvent bloquer l’action gouvernemental à tout moment… et le beau programme de Sama Lukonde ne restera qu’incantations."


"Sama Lukonde après investiture du gouvernement : « nous devons montrer à la face du monde qu'impossible n'est pas Congolais » - 26/04/2021 -
= https://www.radiookapi.net/2021/04/27/actualite/politique/sama-lukonde-apres-investiture-du-gouvernement-nous-devons-montrer-la

"RDC : Félix Tshisekedi pourrait proclamer l'État d'urgence dans les zones en conflits, selon Sama - 26/04/2021
= https://www.radiookapi.net/2021/04/26/actualite/politique/rdc-felix-tshisekedi-pourrait-proclamer-letat-durgence-dans-les-zones


"RDC : le gouvernement Sama Lukonde a l'obligation de répondre aux attentes de la population parce qu'il n'y a plus de prétextes externes et internes, affirme Daniel Mbau - 27 avril 2021
= https://actualite.cd/2021/04/27/rdc-le-gouvernement-sama-lukonde-lobligation-de-repondre-aux-attentes-de-la-population


"Emery Okundji : « l'ennemi immédiat du gouvernement c'est le temps, il doit agir vite pour satisfaire les besoins sociaux du peuple et rétablir la paix » - 27 avril 2021
= https://actualite.cd/2021/04/27/emery-okundji-lennemi-immediat-du-gouvernement-cest-le-temps-il-doit-agir-vite-pour


"« Ce Gouvernement … dispose d’une opportunité historique pour répondre aux attentes de la population », (Les partenaires internationaux ) - 27 avril 2021 à 12:59
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/04/27/ce-gouvernement-dispose-dune-opportunite-historique-pour-repondre-aux-attentes-de-la-population-les-partenaires-internationaux.html/82382/
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/04/26/gouvernement-sama-lassemblee-nationale-recommande-que-la-paix-et-la-securite-dans-lest-soient-la-premiere-des-exigences.html/82330/


"Jean-Claude Masangu : « Il sera plus chanceux de se recentrer sur quelques priorités à grand impact du programme du gouvernement» - 27.04.2021,
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-86328_jean_claude_masangu_il_sera_plus_chanceux_de_se_recentrer_sur_quelques_priorites_a_grand_impact_du_programme_du_gouvernement.html

"RDC - Gouvernement Sama: Les remises et reprises dans les ministères seront bouclées en deux jours (voici le programme)
= https://7sur7.cd/2021/04/27/rdc-gouvernement-sama-les-remises-et-reprises-dans-les-ministeres-seront-bouclees-en



"RDC: l’Union sacrée a engrangé plus de voix que prévu - 27/04/2021
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210427-rdc-l-union-sacr%C3%A9e-a-engrang%C3%A9-plus-de-voix-que-pr%C3%A9vu
L’investiture du premier gouvernement de l’Union sacrée s’est déroulée lundi 26 avril. Carton plein et même davantage pour le nouveau Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde, 410 députés ont voté pour, sur 412 présents. C’est plus de députés que ce qui était revendiqué par la nouvelle majorité.
Avec notre envoyée spéciale à Kinshasa, Sonia Rolley

Quand la nouvelle majorité avait été identifiée, elle était de 391 députés, ce qui en faisait déjà la plus large coalition que la RDC n’ait jamais connue.
On y retrouve en son sein la coalition présidentielle, bien-sûr, l’UDPS, l’UNC, mais aussi des anciens du FCC de Joseph Kabila  et les formations politiques d’anciens opposants, comme l’ancien vice-président Jean-Pierre Bemba ou l’ancien gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi. Avec 410 députés, l’Union sacrée a engrangé plus de voix que prévu à cette époque-là.
Dans les rangs de la nouvelle opposition, on continue de dénoncer la corruption des députés, accusant - y compris certains dans leur rang - d’avoir voté en faveur du nouveau gouvernement. Surtout les votes importants à l’Assemblée, même les plus controversés par le passé, comme sur la réforme de la Constitution de 2011, il y avait toujours eu une très large majorité dégagée, qui dépassait aussi la base de la majorité parlementaire. Donc, ce n’est pas nouveau.

Mais dans le cas présent, plusieurs députés ont pointé à RFI que, malgré des critiques sur la composition du gouvernement ou sur la faisabilité du programme aux ressources du pays, la RDC avait besoin d’un nouveau gouvernement de manière urgente, pour prendre des mesures pour juguler, par exemple, les massacres dans l’Est ou la crise économique.
Les négociations devraient donc encore se poursuivre sur tous les sujets de désaccords au sein de l’Union sacrée, et cela, le président Tshisekedi l’a promis aux députés le week-end dernier.
À noter aussi au lendemain de cette investiture, cette déclaration conjointe de l’Union européenne et de 17 pays de la communauté internationale, dont les États-Unis et la France. Ils qualifient la prise de fonction du premier gouvernement de l’Union sacrée comme d’une opportunité historique de répondre aux attentes de la population."


"Caricature : Sama et les Warriors, un gouvernement de sauvetage ?
= https://actualite.cd/2021/04/27/caricature-sama-et-les-warriors-un-gouvernement-de-sauvetage

ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...  Carricature%20Warriors


"RDC: bagarre à l’issue de la plénière lundi soir à Kinshasa (vidéos) - 27 avril 2021
= https://afrique.lalibre.be/60341/rdc-bagarre-a-lissue-de-la-pleniere-lundi-soir-a-kinshasa-videos/


"Come-back! - 26 AVRIL 2021
= https://laprosperiteonline.net/2021/04/26/rasoir/come-back/




Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...  Empty Re: ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...

Message  ndonzwau 28/4/2021, 8:36 pm

""Je ne vois pas par quelle magie on va mobilise 12 milliards USD l'an... ce budget n'est pas du tout réaliste...", dit l'ODEP !


"Gouvernement de l’USN : Tonton Sama, vous avez dit réduire le train de vie des institutions ? 28 avril 2021
= https://scooprdc.net/2021/04/28/gouvernement-de-lusn-tonton-sama-vous-avez-dit-reduire-le-train-de-vie-des-institutions/
Dans son discours d’investiture, le lundi 26 avril devant la représentation nationale, le nouveau premier ministre de la RDC, Jean-Michel Sama Lukonde, a promis aux Congolais qu’il devra parmi ses priorités au nom de la solidarité nationale, réduire le train de vie des institutions entre autres. Du coup, très sceptiques comme Saint Thomas, d’aucuns se sont demandés comment cela se fera t-il d’autant plus qu’il n’est pas le premier à faire cette promesse.

Pour la majorité de Congolais, il s’agit là simplement d’une volonté exprimée à inscrire sur la longue liste de promesses faites par les chefs des gouvernements qui se sont succédé depuis Joseph Kabila, mieux à considérer comme un chapelet de bonnes intentions. Non sans raison, tonton Sama a parlé devant l’Assemblée nationale, elle-même l’une des institutions budgétivores de la République Démocratique du Congo. Si dans un passé pas lointain, les députés nationaux ont menacé l’un de leurs collègues qui avait osé proposer la réduction de leurs émoluments, il  suffit d’observer comment ils mènent les plénières au sujet de leur paie : toujours à huit-clos. En plus d’un salaire à 7 chiffres parfois 8 chiffres, ils ont ce qu’ils appellent des «invisibles», tout ceci dans un pays qui compte près de 80 millions d’habitants avec un budget d’à peine 5 milliards USD.
La présidence de la République, n’en parlons pas. Depuis avènement de Félix-Antoine Tshisekedi, l’on se plaint chaque mois du dépassement budgétaire. Elle est tellement budgétivore avec une pléthore du personnel venu à plus de 60% de la diaspora et qui parfois tourne le pouce. La Primature de Sylvestre Ilunkamba bien qu’ayant un nombre réduit des Conseillers comparativement à celle de son prédécesseur Bruno Tshibala, n’a pas dérobé à cette triste réalité de dépassements. L’enveloppe la plus misérable c’est celle consacrée à la paie des agents et fonctionnaires de l’Etat. Celle-ci ne connaît nullement le dépassement budgétaire déploré.  

Tonton Sama devra savoir que réduire le train de vie des institutions commence d’abord par le courage de proposer une loi fixant le barème salarial pour tous et connu de tous sans tabou dans la mesure des moyens de l’État. La la quotité que chaque institution de la République devra être respecter dans les dépenses publiques. Éviter les dépenses imprévues, épargner pour les catastrophes naturelles, pandémies ou épidémies. Ne dit-on pas que gouverner c’est prévoir ?
La jeunesse du premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde devra faire la différence dans la gestion, car l’âge qu’il a, est celui de l’audace et de prise de risque. A cet effet, il serait souhaitable comme promis dans son discours que la Banque centrale soit restructurée et que les dépenses de chaque institution soient publiées obligatoirement. Que l’Inspection Générale des Finances (IGF) contrôle les dépenses des institutions et que ces résultats soient publiés. Les Congolais sont en droit de savoir comment les politiciens utilisent leur argent.
Au delà des discours déjà entendus qui rabâchent les oreilles des Congolais, si le premier ministre veut commencer la transformation de la RDC, il n’a qu’à mettre de la rigueur, et qu’il soit débarrassé de toute pesanteur et étiquette liée à la famille, à la tribu ou l’appartenance politique. Il doit prouver sa technocratie en tant chef des «warriors» comme il a dénommé son équipe."


"Budget gouvernement Sama : "Je ne vois pas par quelle magie on va mobilise 12 milliards USD l'an", (PCA ODEP)
= https://7sur7.cd/2021/04/28/budget-gouvernement-sama-je-ne-vois-pas-par-quelle-magie-va-mobilise-12-milliards-usd
Au cours d'une interview accordée à la rédaction de 7SUR7.CD ce mercredi 28 avril 2021, le président du Conseil d'administration de l'Observatoire de la Dépense Publique (ODEP), Florimond Muteba Tshitenge, s'est exprimé sur les aspects économiques et financièrs du programme d'action présenté par le premier ministre Sama Lukonde aux députés nationaux le lundi dernier.
Sans être un prophète de malheur, ce professeur des universités pense, faits à l'appui, que le budget triennal de 36 milliards de dollars, en raison de 12 milliards USD l'an, que propose le chef du gouvernement de l'Union sacrée est irréaliste et utopique.


"Ce budget n'est pas du tout réaliste. Il suffit de tenir compte du contexte actuel marqué par les effets de la Covid-19 et de voir ce que le pays a réalisé en 2020 pour s'en rendre compte. On ne peut pas se permettre cet espoir exagéré. Il est pratiquement irréaliste de mobiliser 12 milliards de dollars l'an dans le contexte actuel", a déclaré le numéro un de l'ODEP.
Le professeur Florimond Muteba Tshitenge en appelle au réalisme et trouve hasardeux, voire démagogique, de faire croire aux congolais que l'on peut passer aussi facilement d'un budget annuel de 6 milliards USD à celui de 12 milliards USD, sans des actions draconiennes au niveau de la mobilisation et du contrôle des finances publiques.
"Nous trouvons vraiment possible que les régies financières et autres services qui produisent les recettes puissent passer d'un coup de 6 à 12 milliards USD ? De quelle manière est-ce possible ? Par quelle magie ? On dit ça alors qu'on sait pertinemment bien comment le pays a été incapable de mobiliser même à 50 % le budget 2020", a-t-il fait remarquer.

Le PCA de l'ODEP rappelle que sur un budget d'environ 12 milliards de dollars américains en 2020, la RDC n'a pu mobiliser, à la fin de l'année, que 3,7 milliards USD, soit un taux de 30%.
Il affirme qu'au premier trimestre 2021, le taux de réalisation du budget de 6,9 milliards préconisé par loi de finances 2021 est pratiquement faible, soit près de 50%. La moyenne mensuelle est d'environ 250 millions USD sur une prévision de 550 millions USD.
"Je ne vois pas par quelle magie, on va arriver à réaliser 12 milliards USD l'an. Avec la Covid-19, le résultat des entreprises en 2020 n'a pas été bon. Ce qui a eu un impact direct sur l'impôt sur le bénéfice. Ça risque d'être le cas aussi pour cette année, étant donné que la situation n'a pas changé. Alors, comment dans ce contexte on peut prétendre mobiliser un tel budget ? Je pense que c'est une simple vue de l'esprit, une proposition pas du tout réaliste", a martelé Florimond Muteba.

A titre de recommandation, le PCA de l'ODEP a insisté sur la nécessité de renforcer les mesures fiscales, le contrôle des finances publiques et la représsion des crimes économiques.
Florimond Muteba a par ailleurs plaidé pour le renforcement du pouvoir des contrôleurs budgétaires présents dans chaque ministère et pour l'organisation de la prestation de serment des magistrats de la Cour des comptes."


"Les réactions des parlementaires au programme du gouvernement - 26.04.2021
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-86295_les_reactions_des_parlementaires_au_programme_du_gouvernement.html 
= https://actualite.cd/2021/04/27/programment-du-gouvernement-sama-jacques-djoli-releve-enormement-de-defis-et-de
= https://actualite.cd/2021/04/27/assemblee-nationale-garry-sakata-attend-juger-le-gouvernement-en-acte
= https://actualite.cd/2021/04/27/ilunga-ilunkamba-previent-sama-lukonde-cette-fonction-est-aussi-derisoire-si-ca-marche
= https://actualite.cd/2021/04/27/rdc-clap-de-fin-pour-sylvestre-ilunga-ilunkamba-apres-1-et-7-mois-la-primature-remise-et
= https://actualite.cd/2021/04/27/gouvernement-pour-le-depute-blaise-ditu-il-ny-plus-dexcuses-lequipe-sama-lukonde-doit-se
= https://actualite.cd/2021/04/27/rdc-le-gouvernement-sama-lukonde-lobligation-de-repondre-aux-attentes-de-la-population
= https://actualite.cd/2021/04/27/gouvernement-pour-le-depute-blaise-ditu-il-ny-plus-dexcuses-lequipe-sama-lukonde-doit-se


"Quelles doivent être les priorités du gouvernement Sama ? Les réponses de nos internautes - 28/04/2021
= https://www.radiookapi.net/2021/04/28/actualite/politique/quelles-doivent-etre-les-priorites-du-gouvernement-sama-les-reponses
Nous avons demandé aux internautes de Radio Okapi ce qu’ils attendaient du nouveau gouvernement investi lundi à l’Assemblée nationale. Sur Twitter et Facebook*, la sécurité et les préoccupations sociales ont émergé comme les principaux sujets sur lesquels les internautes disent attendre rapidement des réponses de la part de l’équipe dirigée par Sama Lukonde.[/size]
«Premier axe des priorités auxquelles doit s'attaquer le gouvernement : la sécurité de l'Est, le social des Congolais, les infrastructures (construction de nouvelles routes, réaménagement des anciennes voiries, réhabilitation des infrastructures sanitaires et hospitalières)», écrit Magloire sur Twitter. 
Radio Okapi
@radiookapi
28 avr. 2021

Bonjour à tous !
Le nouveau Premier ministre de la RDC, Sama Lukonde, a pris ses fonctions mardi à Kinshasa. Vous souhaitez qu’il s’attaque à quoi prioritairement ?
ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...  E0CSoTkXsAM74ZZ?format=jpg&name=small


ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...  KhxsLlBT_normal

Magloire Quentin MOMBONGO
@MagloireQuentin

premier axe des priorités auxquels il doit s'attaquer sont:
- la sécurité de l'Est
- le social des congolais
- les infrastructures (construction des nouvelles routes, réaménagement des anciennes voiries, réhabilitation des infrastructures sanitaires et hospitalières.
9:53 AM · 28 avr. 2021

Sur le même réseau social, Nicolas note que la sécurité et la santé sont «naturellement» les priorités du nouveau gouvernement. A ces deux sujets, il ajoute la lutte contre la corruption.  
«L’éducation pour tous les enfants» constitue pour Marie la priorité. La dame explique que le nouveau gouvernement doit s’assurer qu’il n’y ait plus d’enfants soldats ni d’enfants dans les mines.   
Pour illustrer la nécessité de répondre aux préoccupations sociales, Tapeboys veut voir «la baisse du taux de dollar».   
«Retour de la paix à l'Est du pays passant par le départ de la MONUSCO», écrit, pour sa part, l’utilisateur @W Benoxy sur Twitter, qui met en avant les préoccupations sécuritaires des Congolais. 

«Tout est prioritaire en RDC» 

Sur Facebook, nos internautes sont loquaces. Même si ce sont les mêmes préoccupations qui émergent dans leurs réactions. 
« Pour réussir à éradiquer l'insécurité, la première nécessité c'est la motivation de militaires. Bien payer ces militaires et policiers. Les salaires qu'on donne aux députés, si on les donnait aux militaires et policiers, le pays serait hypersécurisé », estime ainsi Lord.  
Pour sa part, Shalom invite le Premier ministre à passer tout de suite aux actes. « Qu’il cesse de beaucoup parler et faire sa propre publicité, que ces œuvres fassent de lui une star », écrit-il.   
Célestin estime, de son coté, que la priorité du nouveau gouvernement doit être la création d’emplois. « Création des emplois pour la jeunesse congolaise qui a longtemps souffert au détriment des retraités. Le recrutement de jeunes à l'Est dans de groupes armés est dû au manque d'emplois», analyse-t-il. 
Insécurité à l'Est, infrastructures routières et salaire des enseignants. Telles doivent les priorités de la nouvelle équipe gouvernementale, estime Delphin. 

Mais pour Rodrigo, «tout est prioritaire en RDC». Il demande ainsi au nouveau Premier ministre «de nous montrer sa technicité », en identifiant les chantiers sur lesquels il va s’attaquer en priorité.   
Enfin, Célestin énumère ce qui, à ses yeux, doivent être les priorités du nouveau gouvernement : 
«Mettre fin à l'insécurité de l'est 
Créer des emplois pour les jeunes  
Augmenter les salaires des fonctionnaires.  
Organiser recensement général et doter à chaque congolais sa pièce d'identité.»  
*Les internautes ont été nombreux à répondre à la question que nous leur avons posée ce matin sur Facebook et Twitter. Cette publication ne reprend que quelques-unes de leurs réactions."


"Remise et reprise à la Primature
Sama Lukonde : « Vu les besoins qui se font sentir…, il faut se sacrifier au nom et pour le compte de la nation »

= http://www.lepotentiel.cd/g?post=1995
"Sama Lukonde après remise et reprise : "Il faut se mettre au travail très vite et avec responsabilité"
= https://7sur7.cd/2021/04/27/sama-lukonde-apres-remise-et-reprise-il-faut-se-mettre-au-travail-tres-vite-et-avec

"Remise et reprise à la primature : Ilunkamba passe le relai à Sama - 28 avril 2021
= https://www.diaspordc.com/remise-et-reprise-a-la-primature-ilunkamba-passe-le-relai-a-sama/
ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...  Ilunga-Ilunkamba-Sama-Lukonde-2872021-1068x601
"RDC/Primature : fin de la cérémonie de remise et reprise, Sama Lukonde remplace Ilunga Ilunkamba
= https://deskeco.com/2021/04/27/rdcprimature-fin-de-la-ceremonie-de-remise-et-reprise-sama-lukonde-remplace-ilunga-ilunkamba
La cérémonie de remise et reprise entre Sylvestre Ilunga Ilunkamba et Jean-Michel Sama Lukonde, respectivement Premiers ministres sortant et entrant, a eu lieu ce mardi 27 avril à l'hôtel du gouvernement. La cérémonie a été présidée par le Secrétaire général du gouvernement Albert Ekumbaki.
Le premier ministre sortant Ilunkamba a souhaité plein succès à son successeur et lui a appelé à prendre en mains ses responsabilités.
"La fonction du premier ministre est prestigieuse et très important pour la marche de la République. C'est une fonction très enviée. Beaucoup des congolais voudraient être Premier ministre, malheureusement c'est une fonction unique. Il n'y a qu'une seule personne qui l'occupe. Je vous souhaite bonne chance. Nous allons vous accompagner dans ce travail dont le peuple congolais est le premier bénéficiaire", a déclaré Ilunkamba.
Pour sa part, le nouveau premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde a accueilli favorablement les conseils lui prodiguer par son prédécesseur et s'est engagé à se mettre vite au travail.
"J'ai retenu des conseils de M. Ilunkamba que la fonction du premier ministre est une fonction de grandes responsabilités. Et qui vient avec tous les poids surtout en cette période particulière de l'histoire de notre pays qui a changé le cap pour atteindre la vision de l'Union Sacrée de la nation telle que prônée par le Chef de l'Etat Félix Tshisekedi. Il faut se mettre au travail très vite avec responsabilité", a dit Jean-Michel Sama Lukonde.
Le Secrétaire Général du Gouvernement  Albert Ekumbaki Ombata a présidé ce Mardi 27 Avril 2021  à l'hôtel du Gouvernement la cérémonie solennelle de remise et reprise entre le Premier Ministre sortant Ilunga Ilunkamba et le Premier Ministre Sama Lukonde Kyenge. 
Outre le tête à tête entre les deux personnalités, la cérémonie officielle de remise et reprise a été sanctionnée par la signature d'un procès verbal et l'échange des documents. Le Premier ministre sortant Ilunga Ilunkamba a accompagné son successeur au jardin des Premiers ministres pour le  vernissage du buste du Premier ministre entrant ainsi que pour  planter l'arbre symbolisant la prise de fonction de ce dernier.
Sylvestre Ilunga Ilunkamba n’est plus premier ministre de la RDC. L’homme a dirigé la primature du 7 septembre 2019 au 28 janvier 2021."
"RDC : ces mots de Ilunkamba à Sama Lukonde lors de la remise et reprise ce lundi
= https://www.election-net.com/rdc-ces-mots-de-ilunkamba-a-sama-lukonde-lors-de-la-remise-et-reprise-ce-mardi/
"Ilunkamba à Sama : « C’est une fonction prestigieuse mais, aussi dérisoire à la fois. Si ça marche, le bénéfice c’est pour quelqu’un d’autre. Si ça ne marche pas, c’est de votre faute » - 27 avril 2021
= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2021/04/27/ilunkamba-a-sama-cest-une-fonction-prestigieuse-mais-aussi-derisoire-a-la-fois-si-ca-marche-le-benefice-cest-pour-quelquun-dautre-si-ca-ne-marche-pas.html/82410/
= https://www.africanewsrdc.net/featured/primature-ilunkamba-avertit-sama/



"Après investiture du gouvernement :  Sama Lukonde et les Warriors  à l’heure du  travail ! - 27 AVRIL 202
= https://laprosperiteonline.net/2021/04/27/a-chaud/apres-investiture-du-gouvernement-sama-lukonde-et-les-warriors-a-lheure-du-travail/

Allez-y les warriors !- 27 AVRIL 2021"
= https://laprosperiteonline.net/2021/04/27/rasoir/allez-y-les-warriors/
"Gouvernement Sama investi, les Warriors au front : 36 milliards de dollars pour booster la RDC d’ici à 2023
= http://www.lepotentiel.cd/g?post=1989


"La communauté internationale invite le gouvernement Sama à répondre aux attentes de la population -  27/04/2021
= https://www.radiookapi.net/2021/04/27/actualite/politique/la-communaute-internationale-invite-le-gouvernement-sama-repondre-aux
"Macron : "Le président Tshisekedi est à mes yeux au cœur de l'agenda des prochains mois et des prochaines années"
= https://7sur7.cd/2021/04/27/macron-le-president-tshisekedi-est-mes-yeux-au-coeur-de-lagenda-des-prochains-mois-et
"RDC: 17 pays saluent l’investiture du gouvernement, une « opportunité historique » - 28 avril 2021
= https://afrique.lalibre.be/60378/rdc-17-pays-saluent-linvestiture-du-gouvernement-une-opportunite-historique/

"Vers une grande offensive
= http://www.lepotentiel.cd/g?post=1991


"Matata Ponyo : “La gestion du pays est complexe, il faut de la rigueur pour atteindre les résultats” - 28 avril 202
= https://www.diaspordc.com/matata-ponyo-la-gestion-du-pays-est-complexe-il-faut-de-la-rigueur-pour-atteindre-les-resultats/


= https://laprosperiteonline.net/2021/04/26/top/augustin-massamba-parle-des-avancees-significatives-sous-felix-tshisekedi/
= https://cas-info.ca/2021/04/rdc-augustin-kabuya-invite-les-deputes-nationaux-a-tourner-la-page-de-mot-dordre-en-se-montrant-sinceres-envers-le-chef-de-letat/


Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...  Empty Re: ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...

Message  ndonzwau 7/6/2021, 1:37 am

Après le vote en première lecture à l'Assemblée de loi électorale et de la loi organique relative au fonctionnement de la Ceni par les députés, le PR a reçu très officiellement et très solennellement à la Cité de l’OUA les 85 sénateurs membres de l’Union Sacrée - convenons à l'avance que le Chef de l'Etat est devenu chez nous un Chef de camp - pour les remercier d'avoir adhéré à l’USN et qu'ils ne le regretteraient pas ajoutant que “la population avait besoin d’une nouvelle dynamique - avec la justice en boussole - pour répondre à ses attentes”. Il leur a aussi rassuré sur sa volonté d'un "processus électoral crédible" en rupture avec le passé. A la bonne heure : des élections libres avec une Ceni aussi politisée et le changement de gouvernance avec ce gros soupçon de recyclage de méthodes passées ? Vivement que ça ne s'arrête pas encore à des effets d'annonces...

Sinon avec son Union sacrée et après donc sa rupture d'avec son prédécesseur, Tshisekedi est devenu un Président moins virtuel comme il l'était deux ans avant, les mains enfin libres mais on peut craindre que son problème devienne autre : sa capacité réelle à gérer le pays. Où l'on voit que que le changement promis tarde trop à venir et le désenchantement de la population n'est pas loin. En l'occurrence le cas récent de ses pressions à propos des violences endémiques de l'Est qui ont fini par pousser le Président à proclamer le fameux état de siège. N'est-ce pas alors que la réalité ressemble beaucoup à une navigation à vue : aucune planification documentée des dossiers, des priorités, beaucoup d'effets d'annonces et des promesses sans lendemains, des recyclages d'idées et de projets du passé qui pourtant ont échoué ; le développement, l'Etat de droit, la bonne gouvernance, la justice, l'amélioration des conditions de vie, etc... encore aux abonnés absents...

Le bouquet c'est lorsqu'on y ajoute un cabinet présidentiel tribalisé, pléthorique et coûteux, des voyages sans compter, des dépassements budgétaires réguliers mais aussi une gestion de la pandémie opaque et un état de siège quasiment improvisé,  sans préparation documentée, sans même financement, sans loi, sans accompagnement et ainsi partout comme on le voit avec la catastrophe de Nyiragongo où sa seule satisfaction c'est de la voir sous contrôle sans convaincre.
 
Le plus fâcheux dans tout cela est que la seule obsession de notre Magistrat Suprême semble d'installer son monopole pour aujourd'hui et pour 2023, le Parlement, le Gouvernement, la CC et maintenant la Ceni à sa botte. Question alors : cette dictature apparente avec un PR qui semble apprendre la gestion du pays en cours de route sans plancher à changer de fond les conditions politiques, économiques, sécuritaires à même de changer la gouvernance suffira-t-elle à assurer le succès de son mandat et surtout comblera-t-elle les immenses attentes de la population ? Comment avec un tel manque d'imagination de son équipe sinon à applaudir tout quoiqu'il fasse y réussira-t-il à changer les recyclages du passé qui ont échoué en futures réussites ?

Le tableau dépeint ici est volontiers négatif mais peut-être pas aussi caricatural et dans tous les cas il n'entend pas priver d'avance la gestion de notre Chef d'Etat de tout espoir. Tout est possible et qui vivra verra !



"Félix Tshisekedi aux sénateurs de l’Union Sacrée : “la population a besoin d’une nouvelle dynamique pour répondre à ses attentes” - 6 juin 2021
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/06/06/felix-tshisekedi-aux-senateurs-de-lunion-sacree-la-population-a-besoin-dune-nouvelle-dynamique-pour-repondre-a-ses-attentes.html/85739/
Le Chef de l’État, Félix Tshisekedi, a reçu le samedi 5 juin, 85 sénateurs membres de l’Union Sacrée de la Nation à la cité de l’Union africaine.
Félix Tshisekedi a tenu à les remercier pour leurs choix qu’il qualifie de “courage politique” en adhérant à l’union sacrée de la nation.
D’après les informations relayées par la presse présidentielle, le Chef de l’État leur a posé la question de savoir s’ils ne regrettaient pas leur choix, avant d’ajouter : “la population a besoin d’une nouvelle dynamique pour répondre à ses attentes”.


Au sujet de l’état de siège, Félix Tshisekedi s’est félicité de l’adhésion massive de sénateurs congolais à cette mesure qui vise l’éradication de l’insécurité à l’Est de la République Démocratique du Congo, précisément dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri.
Sur ce, le Chef de l’État a encouragé les deux chambres du Parlement congolais à voter une loi d’habitation qui va permettre la prorogation tous les 15 jours de l’état de siège dans les deux provinces concernées.
Dans la foulée, Félix Tshisekedi a sollicité l’appui des sénateurs de l’Union sacrée pour voter la loi électorale ainsi que celle relative au fonctionnement de la CENI. Tout en affirmant qu’il tient à l’organisation d’un processus électoral calme et crédible en 2023.
Notons que la loi sur le fonctionnement de la CENI proposée par Christophe Lutundula a été votée le vendredi 4 juin à la chambre basse du parlement."
= http://www.congoindependant.com/vote-a-lassemblee-nationale-de-la-loi-organique-sur-la-ceni/


"Félix Tshisekedi : « Je tiens à l’organisation d’un processus électoral crédible » - 06/06/2021
= https://www.radiookapi.net/2021/06/06/actualite/politique/felix-tshisekedi-je-tiens-lorganisation-dun-processus-electoral
« Je tiens à l’organisation d’un processus électoral crédible », a affirmé samedi 5 juin, le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, lors d’un échange qu’il a eu avec les sénateurs membre de l’Union sacrée de la nation (USN).
Le Président de la République a aussi sollicité l’appui des sénateurs pour le vote de la loi électorale ainsi que la loi sur le fonctionnement de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).
Déposée depuis le 8 août 2019, la loi "Lutundula" propose des réformes profondes tant sur le mode de désignation des membres du bureau de la CENI que sur le fonctionnement et la responsabilité de cette institution devant la loi.
Selon Christophe Lutundula, sa proposition garantirait à la Commission électorale son indépendance, sa neutralité ainsi que son impartialité. 

Etat de siège

S’exprimant au sujet de l’état de siège, le Président de la République s’est félicité de l’adhésion tous azimuts à cette mesure forte.
« Nous avons la détermination et les moyens de renforcer nos forces armées », a-t-il précisé.
Au sujet de la durée de l’état de siège, le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, a fait savoir qu’il encourage les chambres parlementaires à voter une loi d’habilitation qui permettra la prolongation tous les 15 jours de l’état de siège dans les deux provinces concernées.
Évoquant la recrudescence de la pandémie de Covid-19 en RDC, le Président de la République a appelé les sénateurs à la prudence avant de promettre de nouvelles mesures pour juguler la troisième vague de Covid-19.
Le gouvernement a officiellement annoncé la troisième vague de la Covid-19 en RDC, après les deux premières en mars et décembre 2020. La situation actuelle de la pandémie Covid-19 « est très préoccupante », avait indiqué jeudi 3 juin le ministre de la Santé, Jean-Jacques Mbungani.

ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...  20210606084521065736-MBLu
Modeste Bahati Lukwebo, président du Sénat, après la rencontre que le Président de la République a accordée aux sénateurs de l'Union sacrée de la nation, samedi 5 juin 2021. Photo Cellule de communication de la Présidence.

« Vous ne le regretterez pas »

C’est la première fois que Félix Tshisekedi reçoive les sénateurs de l’USN. Conduits par leur président, Modeste Bahati Lukwebo, 85 sénateurs ont pris part à cette rencontre.
La rencontre avec les sénateurs de l’USN a permis au Chef de l’Etat de féliciter de vive voix les parlementaires de la chambre haute pour leur courage politique en s’engageant au sein de l’USN.
« Vous ne le regretterai pas », leur a dit le Président de la République qui a expliqué sa vision de l’union Sacrée.
« La population a besoin d’une nouvelle dynamique pour répondre à ses attentes », a martelé le président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.
Pour lui, la paix et la sécurité restent les principales préoccupations."
= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2021/06/06/felix-tshisekedi-dit-tenir-a-lorganisation-dun-processus-electoral-credible.html/85726


"Après Goma, la présence de Sama Lukonde réclamée à Beni - 6 juin 2021
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/06/06/apres-goma-la-presence-de-sama-lukonde-reclamee-a-beni.html/85758/


"RDC: la réforme de la Commission électorale suscite de nombreuses critiques -  05/06/2021
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210605-rdc-la-r%C3%A9forme-de-la-commission-%C3%A9lectorale-suscite-de-nombreuses-critiques


"Avec le déficit de la comptabilité budgétaire, les détournements se portent plutôt bien en RDC-Enquête - 6 juin 2021
= https://actualite.cd/2021/06/06/avec-le-deficit-de-la-comptabilite-budgetaire-les-detournements-se-portent-plutot-bien

"Soixante ans d’indépendance ou soixante ans de dévoiement ? Le compte à rebours - 03/06/2021
= https://www.forumdesas.net/2021/06/soixante-ans-dindependance-ou-soixante-ans-de-devoiement-le-compte-a-rebours/

"RDC  : le changement à pas feutrés - mai 2020
= https://www.ifri.org/sites/default/files/atoms/files/vircoulon_lagrange_changement_rdc_2020.pdf

"RDC: vibrant plaidoyer du Dr Denis Mukwege pour la justice - 06/06/2021
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210606-rdc-vibrant-plaidoyer-du-dr-denis-mukwege-pour-la-justice
"Guerre de six jours, 21 ans après: “Aucune immunité ni realpolitik ne peut être invoquée pour éluder les responsabilités” (Denis Mukwege) -
6 juin 2021

= https://www.politico.cd/encontinu/2021/06/06/guerre-de-six-jours-21-ans-apres-aucune-immunite-ni-realpolitik-ne-peut-etre-invoquee-pour-eluder-les-responsabilites-denis-mukwege.html/85743/
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20200901-denis-mukwege-tonne-manque-justice-crimes-rdc


"Assemblée nationale : « nous venons de donner au pays une loi de l'organe qui va régir les élections et qui nous permettra de les organiser dans le délai constitutionnel » (André Mbata) - 6 juin 2021
= https://actualite.cd/2021/06/06/assemblee-nationale-nous-venons-de-donner-au-pays-une-loi-de-lorgane-qui-va-regir-les


Compatriotiquement!


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...  Empty Re: ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...

Message  ndonzwau 17/7/2021, 7:26 pm

Apparemment les régimes se succèdent, Tshisekedi après 'JK', la mauvaise gouvernance des finances publiques « demeure et empire » dans notre pauvre Congo au mépris de l’éradication de la pauvreté et du développement social, objectifs proclamés par tous. C'est le rapport de l’Observatoire de la dépense publique (ODEP), une ONG couvrant l'exercice de l’exécution des lois de finances entre 2017 et 2019 qui nous le démontre.

Le niveau des dépenses des secteurs sociaux est resté très faible (à peine 1,1 milliard $, soit 6,7% du budget général de ces trois années au niveau de la santé),le non respect des textes ou la passation chaotique des marchés publics (124 demandes d’autorisations spéciales de passation des marchés de « gré à gré » pour une valeur de 1 294 731 823 USD en 2019 sur quelque 215 sollicitées,19 cas de « grande corruption non contrôlés par les organes de contrôle de l’Etat et voir même par la Justice »), les recettes publiques sont utilisées à plus de 80% pour les rémunérations au-delà de la norme de 32% et que les investissements censés créer de nouvelles richesses sont au plus bas. Un manque à gagner d’environ 12,1 milliards USD et une faute de gestion grave qui mérite des sanctions. Etc, etc... (voir infra)

L'ODEP va plus loin en concluant par une recommandation osée : elle demande à la population de juger en conséquence le pouvoir en place si cette insuffisance persévère jusqu'en 2023, exiger des comptes aux dirigeants actuels avant tout renouvèlement des mandats. ...



"RDC: un rapport de l’Observatoire de la dépense publique pointe la mauvaise gouvernance - 17/07/2021
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210717-rdc-un-rapport-de-l-observatoire-de-la-d%C3%A9pense-publique-pointe-la-mauvaise-gouvernance
En République démocratique du Congo (RDC), l’Observatoire de la dépense publique (Odep), une ONG congolaise, s’inquiète du manque d’amélioration dans la gouvernance depuis l’alternance à la tête de l’Etat. Félix Tshisekedi, a succédé à Joseph Kabila, mais la mauvaise gouvernance des finances publiques « demeure et empire » au mépris de l’éradication de la pauvreté et du développement social, affirme l’ONG. Elle a publié hier, vendredi, à Kinshasa son rapport sur l’exécution des lois de finances entre 2017 et 2019.  
avec notre correspondant à KinshasaPascal Mulegwa

Le niveau des dépenses des secteurs sociaux est resté très faible, pointe l'Odep. C'est le cas de la santé avec à peine 1,1 milliard $, soit 6,7% du budget général de ces trois années.
Dans la même période, le rapport de l’ONG relève le non respect des textes ou la passation chaotique des marchés publics car 124 demandes d’autorisations spéciales de passation des marchés de « gré à gré » pour une valeur de 1 294 731 823 USD ont été accordées en 2019 sur quelque 215 sollicitées. Entre 2017 et 2019, l'Odep dit avoir tracé 19 cas de « grande corruption non contrôlés par les organes de contrôle de l’Etat et voir même par la Justice ». Ce qui représente, selon cette ONG, un manque à gagner d’environ 12,1 milliards USD.
 
Pour ce qui est des recettes, l’Etat est resté dépendant de l’extérieur, seuls 3 milliards sont mobilisés par an et les dépassements des dépenses des institutions et ministères sont légion.Les travers des années Kabila n'ont pas été rectifiés sous la présidence de Félix Tshisekedi, selon le rapport de l’ONG dont Florimond Muteba est le président du conseil d’administration. « La même négligence a accompagné tous les deux régimes : plus de moyens pour les institutions et moins de moyens pour les secteurs pauvres et une exécution minable, parce que quand on donne 3 % à l’agriculture, c’est à peine 0,8 % d’exécution », relève Florimond Muteba.

Pour l’ODEP, la présidence de la République et la primature sont restées « en tête des institutions budgétivores ». Florimond Muteba insiste : « Il faut changer de cap, mais il n’y a aucun signe qui nous montre qu’il peut y avoir une volonté politique pour changer de cap, le problème c'est que le mauvais exemple vient d’en haut ».
Ce qui irrite les proches du président Tshisekedi, très mobilisés sur la présidentielle censée se tenir en 2023, c’est surtout cette recommandation de l’ONG à la population de « tirer les conséquences de la non prise en compte de manière effective des besoins sociaux dans l’exécution des budgets de l’Etat pour 2017-2019 et d’exiger des comptes aux dirigeants actuels avant tout renouvellement des mandats » et de « poser, lors des élections à venir un vote capable d’amener le pays vers un changement vivement souhaité par tout le monde ».
En réaction, un proche conseiller du président relève par que depuis la fin de la coalition entre Kabila et Tshisekedi, la situation s’est nettement améliorée. Et qu’il serait juste de juger le président à partir de l’an 2021, le troisième de son quinquennat."


"RDC : Les régimes se succèdent mais la mauvaise gouvernance des finances publiques demeure et empire ( Rapport ODEP) - 16 juillet 2021
= https://zoom-eco.net/developpement/rdc-les-regimes-se-succedent-mais-la-mauvaise-gouvernance-des-finances-publiques-demeure-et-empire-rapport-odep/

ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...  ODEP

En comparant la gestion budgétaire de deux régimes Kabila et Tshisekedi, ce rapport fait remarquer que les recettes publiques sont utilisées à plus de 80% pour les rémunérations au-delà de la norme de 32%. Et que les investissements sensés créer de nouvelles richesses sont au plus bas.

C’est le constat fait par l’Observation de la Dépense Publique dans un rapport publié et présenté ce vendredi 16 juillet 2021 à la presse.
« Les régimes se succèdent, mais la mauvaise gouvernance des finances publiques demeure et empire au mépris de l’éradication de la pauvreté et de la lutte pour le développement ainsi que la transformation sociale[/size] », tel est le titre du rapport de l’ODEP.
Ce rapport du contrôle citoyen de l’exécution du budget global et des dépenses publiques pro-pauvres concerne la période de 2017-2019.

Ce document retrace les points saillants du rapport d’études en trois points essentiels : Volume des recettes et des dépenses de la période; les dépenses des secteurs pro pauvres; les considérations d’ordre général et les recommandations.
Selon les chiffres de la Cour des comptes, en moyenne annuelle les dépassements budgétaires atteignent 42,00% des dépenses totales exécutées. Ce qui est une faute de gestion grave et mérite des sanctions.
Le niveau des dépenses des secteurs sociaux restent en deçà de normes internationales.
De même que le paiement en faveur de la santé a été effectué à hauteur 1,1 milliards USD soit 6,7% par rapport au budget général. Ce qui contraire à la déclaration d’Abuja, qui consiste à allouer au moins 15% du budget annuel à la Santé.
Même situation au niveau de l’enseignement où l’Etat a dépensé 1,7 milliard USD soit 16,6% par rapport au volume des dépenses du budget général. Ces dépenses ne prennent pas en compte la déclaration de Dakar, qui exige au moins 20%.
En guise de recommandation, l’ODEP invite le Gouvernement au strict respect du budget tel que voté par le Parlement.

Aussi, le Gouvernement est appelé à la rationalisation du volume des exonérations accordées aux sociétés et entreprises pour réduire le taux des dépenses fiscales inconsidérées et s’assurer du suivi de l’atteinte des objectifs des exonérations aux investissements à savoir par la création d’emplois et la relance de l’économie nationale.
La Cour des Comptes et l’IGF sont priées de pousser le Gouvernement à entreprendre les actions urgentes liées à la mise en application de la loi organique de la Cour des comptes notamment : Procéder au contrôle périodique et régulier afin de redresser à temps tout dérapage; auditer la mise en œuvre du programme des 100 jours du Président de la République.

Le Gouvernement, quant à lui, doit interconnecter d’une part la Banque Centrale du Congo avec les régies financières nationales et services d’assiette et d’autre part les assujettis /contribuables avec les régies financières et les services d’assiette. Ce, de manière à ce que la situation des finances publiques soit connue au jour le jour.
Il doit aussi respecter strictement le budget tel que voté par le Parlement.
L’ODEP a aussi formulé des recommandations concernant la gestion des dépenses notamment la rationalisation des dépenses du cabinet ministériel et des institutions pour permettre la bonne exécution des dépenses des secteurs pro pauvres.
Il y a également le respect de l’utilisation des crédits selon les lignes budgétaires, tout en priorisant les dépenses d’investissements.

Aux ministères des Finances et du Budget, l’Observatoire de la dépense publique demande l’application stricte des chaînes des recettes et des dépenses ;
le renforcement des mécanismes de contrôle interne pour s’assurer qu’à chaque dépense le montant plafond n’est pas dépassé et que chaque recette publique est canalisée vers le compte général trésor public.
Aux Régies financières de développer des mécanismes pour recouvrer le maximum des recettes ; d’intensifier la campagne de sensibilisation sur l’émission obligatoire de la facture par les assujettis à la TVA, pour maximiser le recouvrement des impôts.
Pour sa part, la Société civile est invitée à organiser des audits sociaux dans les projets ayant reçu financements internes ou externes ; vulgariser la loi des finances promulguée, celle sur la reddition des comptes.
A la population de tirer les conséquences de la non prise en compte de manière effective des besoins sociaux dans l’exécution des budgets de l’Etat 2017-2019 et d’exiger des comptes aux dirigeants actuels avant tout renouvèlement des mandats."


"RDC : « les dépassements budgétaires de 2017 à 2019 atteignent 42,00% des dépenses totales exécutées », une faute grave de gestion et punissable, affirme l’ODEP - 16 juillet 2021
= https://actualite.cd/2021/07/16/rdc-les-depassements-budgetaires-de-2017-2019-atteignent-4200-des-depenses-totales

ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...  IMG-20210716-WA0032
Les membres de l'Observatoire de la Dépense Publique. Ph. ACTUALITE.CD

L’Observatoire de la Dépense Publique (ODEP) a présenté à la presse ce vendredi 16 juillet son rapport du contrôle citoyen de l’exécution du budget global et des dépenses publiques pro-pauvres pour la période de 2017-2019.  Ce rapport qui analyse les lois des finances pour la période de 2017 à 2019 est intitulé : « les régimes se succèdent, mais la mauvaise gouvernance des finances publiques demeure et empire, au mépris de l’éradication de la pauvreté et de la lutte pour le développement et la transformation sociale ».

En premier lieu, le rapport de l’ODEP présente le volume des recettes et dépenses de la période 2017-2019.
« Dans la mise en œuvre du programme du gouvernement 2017-2019, les recettes réalisées de la période sont de 22.043,27 milliards de CDF (11,7 milliards$) contre les prévisions de 32.229, 98 milliards de CDF (17,1 milliards $), soit un taux de réalisation de 68,4%. En moyenne annuelle, la loi des finances de l’année a été exécuté à hauteur de 3,9 milliards $ », indique ledit rapport.

S’agissant des dépenses totales du pouvoir central de la période 2017-2019, l’ODEP note qu’elles se situeraient à CDF 21.129, 42 milliards FC (11,2 milliards $), contre les prévisions de 32 229, 98 milliards de CDF (17,1 milliards $), soit 65,4%.
Le même rapport ajoute que les dépenses exécutées au titre du budget général 2017-2019 s’élèvent à CDF 19 340,0 milliards de CDF (10,2 milliards $) contre une prévision de CDF 23.946,6 milliards, soit un taux d’exécution de 80,76%.
Selon les chiffres de la Cour des Comptes, citées par l’ODEP, en moyenne annuelle les dépassements budgétaires atteignent 42,00% des dépenses totales exécutées. « Ce qui est une faute de gestion grave et mérite des sanctions », déclare cette ONG.

Pour Florimond Muteba, PCA de l’ODEP, les méthodes décriées sous le régime Kabila continuent d’exister pendant le nouveau régime de Tshisekedi.
« Etant donné notre priorité qui est celle de l’analyse des dépenses, nous considérons que la même exclusion, la même négligence a accompagné tous les deux régimes. Le comportement est le même. C’est-à-dire qu’il y a plus des moyens pour les institutions et moins des moyens pour les secteurs pro-pauvres et une exécution minable. Même quand on donne 3% à l’agriculture, c’est à peine 0,8 % d’exécution. Une politique comme celle-là ne peut pas permettre une croissance exclusive, la lutte contre la pauvreté et l’émergence du pays. Parce qu’il s’agit d’une évolution qui exclut », a-t-il dit.
Notons que les dépassements budgétaires et les dépenses sans crédit budgétaires sont constatés chaque année depuis presque une décennie. Pourtant, aucun ordonnateur, aucun controleur budgétaire, c’est-à-dire aucun premier ministre ni agent du ministère du budget (contrôleur budgétaire) n’a reçu quelques amendes que ce soit à titre de sanction pour faute de gestion. 
La Cour des Comptes qui n’est pas active, n’engage quasi-jamais des poursuites sur les fautes de gestion qu’elle constate à la suite de son analyse de l’exécution de la loi des finances.
= https://deskeco.com/index.php/2021/07/16/rdc-les-depassements-budgetaires-de-2017-2019-atteignent-4200-des-depenses-totales-executees-une


"RDC: l'Inspection générale des finances recadre les gestionnaires des entreprises publiques - 23/06/2021
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210623-rdc-l-inspection-g%C3%A9n%C3%A9rale-des-finances-recadre-les-gestionnaires-des-entreprises-publiques

"Kinshasa : Le VPM de l’Intérieur instruit le retrait des artères les unités de Police dénommées « Ujana » - 15 juillet 2021
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/07/15/kinshasa-le-vpm-de-linterieur-instruit-le-retrait-des-arteres-les-unites-de-police-denommees-ujana.html/88676/

"RDC : 58% de Congolais estiment que Félix Tshisekedi n'a pas tenu sa promesse de campagne de pacifier l’est du pays (GEC) - 16 juillet 2021
= https://actualite.cd/2021/07/16/rdc-58-de-congolais-estiment-que-felix-tshisekedi-na-pas-tenu-sa-promesse-de-campagne-de

"RDC : Julien Paluku nomme des nouveaux mandataires au FPI -
15 juillet 2021

= https://www.politico.cd/encontinu/2021/07/15/rdc-julien-paluku-nomme-des-nouveaux-mandataires-au-fpi.html/88672/



Compatriotiquement! 


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...  Empty Re: ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...

Message  ndonzwau 19/7/2021, 11:29 pm

Le bilan de Tshisekedi est à mi mandat mitigé, un sondage d'opinion nous crédite un Président populaire mais aux maigres résultats. Passons sur les laudateurs inconditionnels qui célèbrent un plébiscite inédit, le sondage est moins jubilatoire, il apporte des nuances sur les différents sujets : les Congolais  se disent à 80% très satisfaits de son exploit d'avoir mis fin à la coalition CACH-FCC et d'avoir créé l’Union sacrée (USN) et mis en place le nouveau gouvernement Sama Lukonde (70%). Sa cote de popularité est bonne à 62%.

La satisfaction est moindre sur certains dossiers précis : la mise en oeuvre de la gratuité de l’enseignement pourtant bien accueillie ne convainc pas autant (67%), la conduite de la réforme de la justice, de la fermeture des prisons de l’ANR, de la lutte contre l’impunité et de l’arrestation de Vital Kamerhe n'est appréciée que par 17% des Congolais consultés.

Encore moins s'agissant de l’amélioration des conditions de vies (44%), de l’insécurité en (28%), de l’économie et l’emploi (13%) où les Congolais estiment que le président a, pour l’instant, échoué à réaliser ses promesses et inverser la tendance. La gestion de la crise du Covid-19 est également fortement critiqué. Notamment avec la mise en place du couvre-feu qui ne semble « pas ou peu adaptée à la situation » congolaise (64%). Etc, etc...



Tshisekedi : un bilan très contrasté à mi mandat
= http://afrikarabia.com/wordpress/tshisekedi-un-bilan-tres-contraste-a-mi-mandat/
Un président populaire aux maigres résultats. Deux ans après son accession au pouvoir, une enquête d'opinion sonde les Congolais sur Félix Tshisekedi.
Si une majorité de Congolais valide l’habilité politique du chef de l’Etat, ils applaudissent aussi à l’une des mesures phares du programme présidentielle : la gratuité de l’enseignement de base (29%). Cependant, estime le sondage GEC-Berci, la mise en oeuvre de la gratuité de l’enseignement de base ne convainc pas. 67 % des personnes interrogées « sont peu ou pas du tout satisfaits de la manière dont cette mesure est appliquée ». Une large majorité (75 %) reste cependant très favorable à la poursuite de cette mesure. La réforme de la justice, la fermeture des prisons de l’ANR, la lutte contre l’impunité et l’arrestation de Vital Kamerhe sont également appréciés par 17% des Congolais consultés.

Echecs dans la lutte contre l’insécurité et l’économie

Depuis décembre 2020, le paysage politique congolais s’est profondément transformé. Félix Tshisekedi a réussi à rompre son alliance contre-nature avec l’ancien président Kabila, et a repris le contrôle de l’Assemblée nationale, du Sénat et de nombreuses Assemblées provinciales. Pour inverser les rapports de force et s’émanciper de son prédécesseur, le chef de l’Etat s’est constitué une nouvelle coalition, composée majoritairement d’anciens alliés de Joseph Kabila. Dans cette nouvelle configuration politique, 1.724 personnes ont été interrogées par le Groupe d’études sur le Congo (GEC) et la Fondation Berci. Le sondage a été réalisé dans 25 des 26 provinces entre le 14 et le 20 mars 2021.

Une popularité confortée

L’enquête publiée le 15 juillet] affiche des résultats très ambivalents. Côté positif, les Congolais se disent d’abord très satisfaits de la manière dont Félix Tshisekedi a décidé de mettre fin à la coalition CACH-FCC (80%). Plébiscitée également, la création de l’Union sacrée (USN) et le nouveau gouvernement Sama Lukonde dont 7 Congolais sur 10 ont une bonne opinion. La cote de popularité du président est également à la hausse. En mars 2021, 62 % des personnes interrogées estiment que Félix Tshisekedi dispose de tous les atouts nécessaires pour diriger la RDC, contre 50 % au mois de février 2020.

La gratuité de l’enseignement plébiscitée

Si une majorité de Congolais valide l’habilité politique du chef de l’Etat, ils applaudissent aussi à l’une des mesures phares du programme présidentielle : la gratuité de l’enseignement de base (29%). Cependant, estime le sondage GEC-Berci, la mise en oeuvre de la gratuité de l’enseignement de base ne convainc pas. 67 % des personnes interrogées « sont peu ou pas du tout satisfaits de la manière dont cette mesure est appliquée ». Une large majorité (75 %) reste cependant très favorable à la poursuite de cette mesure. La réforme de la justice, la fermeture des prisons de l’ANR, la lutte contre l’impunité et l’arrestation de Vital Kamerhe sont également appréciés par 17% des Congolais consultés.

Echecs dans la lutte contre l’insécurité et l’économie

Côté négatif, l’enquête souligne trois points noirs dans le bilan de Félix Tshisekedi : l’amélioration des conditions de vies qui se fait toujours attendre (44%), l’insécurité en hausse (28%), l’économie et l’emploi (13%). Dans ces trois domaines, les Congolais estiment que le président a, pour l’instant, échoué à réaliser ses promesses et inverser la tendance. La gestion de la crise du Covid-19 est également fortement critiqué. Notamment avec la mise en place du couvre-feu qui ne semble « pas ou peu adaptée à la situation » congolaise (64%).

Katumbi, Bemba, Fayulu challengers

Après la reprise en main de l’Assemblée nationale, du Sénat et la constitution d’une nouvelle coalition, il est intéressant de voir comment les Congolais perçoivent ces bouleversements, et comment les cartes se trouvent redistribuées à deux ans de la prochaine présidentielle. Premier enseignement : aucune personnalité politique n’émerge véritablement, même l’actuel chef de l’Etat. A la question de savoir quelle est la personnalité politique « la plus proche de 2020 », une majorité de Congolais répondent « personne », puis suivent Tshisekedi, Fayulu, Katumbi, Bemba, Kamerhe, Bahati… et Kabila. L’ensemble des ténors politiques, en dehors de Tshisekedi, voient leur cote de popularité baisser en mars 2021. Moïse Katumbi arrive en tête des bonnes opinions (61%), suivi de Bemba (49%), Fayulu (46%), Muzito (34%), Kamerhe (28%) et Kabila (16%).

Mukwege superstar

L’UDPS récolte les fruits de la bonne image du président Tshisekedi en se plaçant premier parti congolais. L’Ecidé de Martin Fayulu résiste bien, puisqu’il occupe la seconde place, ex-aequo avec Ensemble de Moïse Katumbi, dont le parti créé récemment n’a pas encore « imprimé ». Mais la personnalité préférée des Congolais, société civile et politiques confondus, reste sans contestation possible le docteur et prix Nobel Denis Mukwege avec 78% de bonnes opinions. Le premier politique est une surprise, puisqu’il s’agit de l’actuel locataire de la Primature, Jean-Michel Sama Lukonde (66%), suivi de Moïse Katumbi (61%) et (nouvelle surprise) de Eve Bazaïba (51%) qui coiffe son patron de 2%. Martin Fayulu occupe la 8ème place avec 46%.

Le FCC sans candidat

A un peu plus de deux ans de la prochaine présidentielle, les pièces maîtresses de l’échiquier politique commencent à se mettre en place. Sauf invité surprise, un quatuor déjà connu se dessine pour la course à la présidence : Félix Tshisekedi, Moïse Katumbi, Jean-Pierre Bemba et Martin Fayulu. Pour le camp de l’ancien président Kabila, rien n’est encore fixé, mais l’enquête d’opinion démontre que, pour l’instant, l’ex-chef de l’Etat et son PPRD restent largement impopulaires. Un nouveau Shadary est-il en préparation pour représenter le camp Kabila ? Les ambitions ne manquent pas, mais à part Joseph Kabila, aucune personnalité n’a encore émergé.

Katumbi et Bemba empêchés ]?

Face à Félix Tshisekedi, restent Moïse Katumbi, dont la candidature pourrait avoir du plomb dans l’aile si la loi sur la « congolité » venait à être adoptée, et enfin Jean-Pierre Bemba, qui pourrait être empêché de se présenter après sa condamnation pour subornation de témoin par la Cour pénale internationale. Dans ce cas, l’option Eve Bazaïba pour représenter le MLC à la présidentielle semble envisagée, surtout au vu de sa popularité dans le sondage GEC-Berci.

CENI : attention danger

Candidat à sa succession, Félix Tshisekedi pourrait donc voir Katumbi et Bemba hors-jeu et se retrouver confronté à Martin Fayulu et à un candidat du PPRD. Une configuration optimale pour espérer briguer un second mandat. Mais attention, pour garder sa popularité, le président devra afficher un bilan plus présentable en 2023. Notamment sur deux fronts : l’amélioration de la vie quotidienne et la lutte contre l’insécurité à l’Est. Pour le premier dossier, le président tente de trouver des marges de manoeuvres financières, notamment auprès des bailleurs internationaux. Concernant le dossier sécuritaire, Félix Tshisekedi a instauré l’état de siège dans les trois provinces de l’Est touchées par les groupes armés. Une mesure qui peine, pour l’heure, à porter ses fruits. Mais beaucoup de ses détracteurs attirent l’attention sur la réforme de la Commission électorale (CENI) en cours. Une réforme contestée, qui donne la part belle au pouvoir en place, et qui, pourrait « influencer » le scrutin en faveur du président Tshisekedi… pour ne pas parler de « tripatouillages » dont la RDC a une solide expérience."

"Groupe d’étude sur le Congo Bureau d'études, de recherche et de consulting international (Berci) Rapport Sondage - Juillet 2021
L’an 2 de Tshisekedi
Année de l’émancipation ?

= http://congoresearchgroup.org/wp-content/uploads/2021/07/rapport-sondage-gec-berci-l-an-deux-de-tshisekedi-annee-de-l-emancipation-fr.pdf


"RDC : 58% de Congolais estiment que Félix Tshisekedi n'a pas tenu sa promesse de campagne de pacifier l’est du pays (GEC)
= https://actualite.cd/2021/07/16/rdc-58-de-congolais-estiment-que-felix-tshisekedi-na-pas-tenu-sa-promesse-de-campagne-de
Le Groupe d’Etudes sur le Congo (GEC) a publié ce jeudi son rapport de sondage-Juillet 2021 axé sur la perception par les Congolais des changements et des avancées enregistrées ou non par le gouvernement depuis l’accession au pouvoir de Félix Tshisekedi. Selon ce sondage réalisé en collaboration avec le Bureau d’études, de recherche et de consulting international (BERCI), la perception des Congolais sur l’action du Gouvernement a changé en 2021 et ce, comparativement aux 100 premiers jours du Chef de l’Etat voire à sa première année au pouvoir où le bilan a été jugé « très bon ou plutôt bon ».

Pour la deuxième année de Tshisekedi, les Congolais interrogés ne sont plus de cet avis et estiment que le bilan du Chef de l’Etat est très ou plutôt mauvais. Cela se ressent d’abord, selon ce rapport, sur le plan sécuritaire.
« Malgré l’engagement du président Tshisekedi à rétablir la paix dans l’est du pays, la situation sécuritaire n’a cessé de se dégrader, surtout dans le Nord-Kivu, le Sud-Kivu et l’Ituri », note GEC, avant de poursuivre : « Au niveau national, seulement 13 % des personnes interrogées se sentent en sécurité, 37 % plutôt en sécurité et 49 % pas du tout en sécurité. La majorité des répondants (58 %) estime, en mars 2021, que le président Tshisekedi n'a pas tenu sa promesse de campagne de pacifier l’est du pays. Et la grande majorité d’entre eux (69 %) craignent toujours la balkanisation du pays ».

Toutefois, note ce sondage, ces résultats font ressortir une amélioration dans le ressenti des Congolais en ce qui concerne leur sécurité.
« La majorité des répondants (57 %) pense que les forces de sécurité commettent moins d’exactions et de brutalité depuis l’accession de Tshisekedi au pouvoir ; 47 % des répondants estiment que les forces de sécurité les protègent bien mieux qu’avant ou un peu mieux qu’avant. Cela dépend des régions. Dans les provinces les plus touchées par le conflit, le sentiment est beaucoup moins enthousiaste. Par exemple, en Ituri, 70 % des personnes interrogées pensent que les forces de sécurité sont aussi ou plus abusives qu'auparavant, tandis qu'au Sud-Kivu, ce chiffre est de 57 % », lit-on dans ce rapport.

Le rapport de sondage-juillet 2021 de GEC est intitulé « L’an 2 de Tshisekedi : année de l’émancipation ? ».  1 724 personnes ont été interrogées par téléphone dans 25 des 26 provinces entre le 14 et le 20 mars 2021."


"Sondage mitigé sur l’an 2 du président Tshisekedi - 15 juillet 2021
= https://congoactu.net/sondage-mitige-sur-lan-2-du-president-tshisekedi


"RDC : « Félix Tshisekedi est la personnalité politique préférée des congolais » (sondage GEC/BERCI) -15 juillet 2021
= https://congoactu.net/rdc-felix-tshisekedi-est-la-personnalite-politique-preferee-des-congolais-sondage-gec-berci


"RDC : la gratuité de l’enseignement de base tant acclamée par la majorité de Congolais est de moins en moins appréciée à cause des difficultés de sa mise en œuvre (Rapport) - 15 juillet
= https://actualite.cd/2021/07/15/rdc-la-gratuite-de-lenseignement-de-base-tant-acclamee-par-la-majorite-de-congolais-est
Le Groupe d’Etudes sur le Congo (GEC) rapporte ce jeudi 15 juillet que la gratuité de l’enseignement de base demeure la décision de Félix Tshisekedi la plus populaire depuis son arrivée au pouvoir, il y a 2 ans. C’est ce que révèle son rapport de sondage du mois de juillet 2021, réalisé en collaboration avec le Bureau d'études, de recherche et de consulting international (BERCI) et intitulé « L’an 2 de Tshisekedi : année de l’émancipation ? ».

En 2021, cette décision rencontre la satisfaction de 29% des personnes interrogées et se maintient en tête de l’échelle des décisions de Félix Tshisekedi. Néanmoins, comparativement en 2020, cette décision a perdu près de 10% des points.
« A l’instar des résultats du sondage de février 2020, ceux de mars 2021 indiquent que la gratuité de l’enseignement de base constitue la décision la plus populaire prise par Tshisekedi depuis son arrivée au pouvoir. Même si, une année plus tard, cette décision perd près de 10 points sur l’échelle des actions du chef de l’État les plus appréciées par les Congolais. Ils étaient 38 % des répondants à la plébisciter au mois de février 2020, ils ne sont désormais, au mois de mars 2021, que 29 % », dit le rapport de GEC.

Cependant, ce sondage fait savoir que la mise en œuvre de la gratuité de l’enseignement de base pose un sérieux problème. Plus de 60% des personnes interrogées disent ne pas être satisfaits de la manière dont cette mesure est appliquée.
« La mise en œuvre de la gratuité de l’enseignement de base ne convainc pas. Selon les résultats du sondage de mars 2021, 67 % des répondants sont peu ou pas du tout satisfaits de la manière dont cette mesure est appliquée. Les avis sur l’impact de la gratuité de l'enseignement de base sur la qualité de vie des enseignants sont également mitigés : 35 % des personnes interrogées y voient un impact positif, contre 34 % qui y décèlent plutôt un impact négatif et 29 % qui n’y voient pas d’impact. Il en est de même de la qualité de l’enseignement primaire : 38 % des répondants ont un avis positif, 38 % ont un avis négatif et 25 % n’y voient aucune incidence. Une large majorité (75 %) reste cependant très favorable à la poursuite de la mise en œuvre de la gratuité de l’enseignement de base », ajoute le rapport.

Ce nouveau rapport de GEC se penche sur la perception par les Congolais des changements et des avancées enregistrées ou non par le gouvernement depuis l’accession au pouvoir de Tshisekedi. 1 724 personnes ont été interrogées par téléphone dans 25 des 26 provinces entre le 14 et le 20 mars 2021. Ce sondage a donc été réalisé avant la proclamation de l’état de siège dans le Nord-Kivu et l’Ituri"


"Opinions favorables des Congolais : Dr Mukwege et Fridolin Ambongo devant Félix Tshisekedi (GEC) - 15.07.2021
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-90160_opinions_favorables_des_congolais_dr_mukwege_et_fridolin_ambongo_devant_felix_tshisekedi_gec.html


"RDC : les régimes de Kabila et Tshisekedi caractérisés par une mauvaise gestion de finances publiques (ODEP) - 17/07/2021
= https://www.radiookapi.net/2021/07/18/actualite/economie/rdc-les-regimes-de-kabila-et-tshisekedi-caracterises-par-une-mauvaise


"Sondage BERCI. Aucun politicien congolais n’arrive aux épaules de Tshisekedi
= http://www.cheikfitanews.net/2021/07/sondage-berci.aucun-politicien-congolais-n-arrive-aux-epaules-de-tshisekedi.html
« Cote de popularité relativement élevée de Félix Tshisekedi : 61 % ».
Cette phrase, on peut la lire à la page 5 du rapport de  25 pages publié le jeudi 15 juillet 2021 par le sondage BERCI.
24 heures après la publication de ce rapport, le microcosme congolais du Net ainsi que le monde politique congolais sont curieusement aphones sur les résultats du sondage. Un silence assourdissant.
Et pour cause ! Les chiffres du sondage  en faveur de Félix Tshisekedi, le Président de la RD Congo sonnent  comme des claques!

Illustration.
52 % des personnes interrogées estiment que, dans l’ensemble, les choses vont dans la bonne direction :
Dans l’ensemble, les choses vont-elles dans la bonne direction
Bonne : 52%
Mauvaise : 44%
Affiliation au parti politique
UDPS : 27%
Ecide : 12 %
Ensemble : 12%
MLC : 9%
PPRD : 9%
UNC 8%
AFDC : 6%
PALU : 5%
Nouvel élan : 1%

Vous ferez vous vacciner ?
Oui : 20%
Non : 74 %
Personne politique congolaise la plus proche, préférée et la plus marquante en 2020
Personne : 35%
Tshisekedi : 15%
Fayulu : 13 %
Katumbi : 9%
Bemba : 3%
Kamerhe : 3%
Bahati : 3%
Kabila : 3%
Muzito : 2%
Jean Marc Kabund : 1%
Augustin Kabuya : 1%
Dr Mukwege : 1%

Perception des personnalités politiques et de la société civile
Dr Mukwege : 78%
Cardinal Ambongo : 67%
Sama Lukonde : 66%
Moïse Katumbi : 61%
Eve Bazaiba : 51%
Jean-Pierre Bemba : 49%
Modeste Bahati : 47%
Martin Fayulu : 46%
Jean-Marc Kabund 42%
Augustin Kabuya : 41%
Mboso : 35%
Adolphe Muzito : 34%
Joseph Kabila : 15%

Tshisekedi a tous les atouts pour diriger le pays
Oui : 62 %
Non : 34%
Bilan de Tshisekedi la deuxième année : 54%
Perception de Tshisekedi entre 2017 et mars 2021 : jamais en dessous de 50%
Sécurité
Mieux qu’avant : 35%
Moins bien qu’avant : 24%
Exaction des forces de sécurité :
Un peu moins qu’avant : 42 %
Plus qu’avant : 15%
Bonne Opinion sur les institutions et Pays
Union africaine : 68%
USA : 67%
Grande Bretagne : 65%
Belgique : 64%
Rwanda : 13%

Priorité du gouvernement USN
Social : 44%
Sécurité : 28%
Economie-emploi : 13%
Conclusion ?
Ce sondage ne doit pas être considéré comme un plébiscite. Félix Tshisekedi a encore du pain sur la planche. Néanmoins, au stade actuel, aucun politicien congolais ne lui arrive aux épaules."


"Des compatriotes Kongolais seraient en train de se préparer au chaos! - 13 juillet 2021 - Par Jean-Pierre Mbelu
= http://www.ingeta.com/des-compatriotes-kongolais-seraient-en-train-de-se-preparer-au-chaos/
« On ne peut pas avoir le pouvoir sans savoir contre qui on lutte. Tant qu’on ne sait pas l’origine des choses, on ne sait pas contre qui lutter. » – V. BUGAULT

« Une proposition de loi » serait en train d’aider les plus naïfs d’entre nous à comprendre comment l’entretien du chaos se prépare chez nous.
Cette « proposition de loi » dite de « père et de mère » suscite des débats houleux dans plusieurs milieux kongolais et sur les réseaux sociaux. Les médias mainstream s’ y mêlent. Et interdiction est faite pour qu’elle ne soit pas débattue à « l’assemblée nationale ». Et comme d’habitude, les victimes directes de cette « proposition de loi » sont nommément désignées et les postes de responsabilité auxquels ils aspirent sont mentionnés. (C’est comme si le prochain « président » du Kongo-Kinshasa était déjà connu ! Kokamwa!)[...]"


"Mushobekwa à Sama Lukonde : « Il avait promis de mobiliser 33 milliards. Comment il peut se réjouir d’un crédit de 1,5 milliards du FMI? » - 16.07.2021
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-90219_mushobekwa_a_sama_lukonde_il_avait_promis_de_mobiliser_33_milliards_comment_il_peut_se_rejouir_d_un_credit_de_1_5_milliards_du_fmi.html


"Crise sécuritaire à l’est de la RDC : des ambitions manifestes pour une planification stratégique peu réaliste – Samuel Nguembock - 15juillet 2021
= https://www.iris-france.org/159127-crise-securitaire-a-lest-de-la-rdc-des-ambitions-manifestes-pour-une-planification-strategique-peu-realiste/


Compatriotiquement! 


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...  Empty Re: ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...

Message  ndonzwau 11/8/2021, 6:07 pm

MALGRE UN NOUVEAU CHEF NOMME TSHISEKEDI ET UNE NOUVELLE MAJORITE, L'UNION SACR2EE DE LA NATION, LA PANDEMIE DES DETOURNEMENTS, DE LA CORRUPTION ENCORE ET TOUJOURS PRESENTE MEME DANS LEURS NOUVELLES REALISATIONS !

Il faut le dire et le répéter et on ne le dit pas assez : malgré le changement à la tête du pays et toutes ses promesses le démon de la CORRUPTION, l'épidémie des DETROURNEMENTS de fonds n'a pas cessé dans la haute administration politique, administrative, judiciaire et économique et dans les entreprises publiques, ils ont même redoublé de vigueur. En effet, chaque jour qui passe les enquêtes de l'IGF si elles ne sont pas là à faire appliquer la loi, elles nous révèlent partout des clusters bien installés où malgré leur survenue récentes, les animateurs font comme par le passé, détournent quasi impunément les fonds publics !
Il y'a là comme une malédiction que notre pays n'arrive à conjurer !


Tenez, le nouveau pouvoir de Tshisekedi a beau crier à l'Etat de droit, à la bonne gouvernance, à la lutte contre la corruption et toutes les anti-valeurs, a beau initier de nouveaux programmes et créer de nouveaux organes, le changement de gouvernance ânonné est aux aux abonnés absents. L'IGF ou les observateurs découvrent après jours des détournements de fonds publics ; déjà dans le fameux programme de 100 jours et aujourd'hui  dans le fonctionnement de l'état de siège en cours, dans le fameux tshijelelu, à l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN) comme dans la gestion au niveau du gouvernement, du parlement, de l'autorité judiciaire, de l'armée et partout. Les mêmes méthodes qui ont été utilisées par le passé continuent leur bon chemin.

Quel nouvel esprit nous a apporté alors notre nouveau mulopwe à l'exemple d'un Etienne Tshisekedi dont la simple nomination jadis au poste de PM avait révolutionné les prix ou encore LDK dont la seule arrivée avait changé les mentalités ?
Entre-temps c'est vrai il faut se réjouir des suspensions qui se succèdent dans le chef des mandataires des entreprises et établissements publics soit à titre simplement conservatoire pour mégestion soit pour sanctionner des délits quasi avérés de détournements selon les oukases sorties du Conseil des ministres qui recommandent aux ministres sectoriels d'agir au moindre soupçon.



"RDC : libération des prisonniers politiques, lutte contre la corruption… Les engagements de Félix Tshisekedi - 25 janvier 2019
= https://www.jeuneafrique.com/715727/politique/rdc-liberation-des-prisonniers-politiques-lutte-contre-la-corruption-ce-a-quoi-felix-tshisekedi-sest-engage/

"RDC : des graves détournements décelés dans la gestion de l’INPP par l’IGF - 30, 20210190
= https://www.tambourmatin.info/rdc-des-graves-detournements-deceles-dans-la-gestion-de-linpp-par-ligf/

"RDC : L'IGF lance la "patrouille financière" pour mettre fin aux détournements dans les entreprises publiques - 24/03/2021
= https://www.7sur7.cd/2021/03/24/rdc-ligf-lance-la-patrouille-financiere-pour-mettre-fin-aux-detournements-dans-les


"L’IGF alerte sur une tentative de détournement de plus d’1 million USD au ministère de la Formation professionnelle
= http://www.lepotentiel.cd/g?post=2416

"IGF : Alingete reconnait à Agnès Mwad le mérite d’avoir laissé 314 millions USD dans les comptes de la CNSS - 10 août 2021
=  https://www.politico.cd/encontinu/2021/08/10/igf-alingete-reconnait-a-agnes-mwad-le-merite-davoir-laisse-314-millions-usd-dans-les-comptes-de-la-cnss.html/90008/

"Le « patron » de l’Institut congolais pour la Conservation de la Nature suspendu - 9 août 202
= https://afrique.lalibre.be/62798/le-patron-de-linstitut-congolais-pour-la-conservation-de-la-nature-suspendu/
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210809-rdc-les-dirigeants-de-l-institut-congolais-pour-la-conservation-de-la-nature-suspendus


"Dossier 13 millions USD du projet Tshilejelu : A qui Félix Tshiskedi s’est-il confié en l’absence du Gouvernement Sama ? - 10 août 2021
= https://actu7.cd/2021/08/10/dossier-13-millions-usd-du-projet-tshilejelu-a-qui-felix-tshiskedi-sest-il-confie-en-labsence-du-gouvernement-sama/

"Soupçon de détournement du projet Tshilejelu : l’ACAJ exige des enquêtes urgentes - 10, 2021
= https://acturdc.com/soupcon-de-detournement-du-projet-tshilejelu-lacaj-exige-des-enquetes-urgentes/



"Document de La Banque mondiale
République Démocratique du Congo
La bonne gouvernance dans le secteur minier comme facteur de croissance  6 Mai 2008

= https://documents1.worldbank.org/curated/en/726941468244797409/pdf/434020FRENCH0E10governance01PUBLIC1.pdf


"Corruption, détournement de fonds, fraude fiscale… - June 17, 2021
= https://business-et-finances.com/corruption-detournement-de-fonds-fraude-fiscale-2/
Comment éradiquer le fléau en RDC, quand on sait que ce qui a été annoncé auparavant, ne l’a été finalement que pour l’affichage ? Pour des observateurs avertis, la lutte anti-corruption est un enjeu national. Ou ça passe, ou ça casse.[...]"

"RDC: les scandales de détournements d'argent s'enchaînent
= https://www.ac-news.org/politique/9024-rdc-les-scandales-de-detournements-d-argent-s-enchainent

"REVENIR LA CORRUPTION DANS LA GESTION DES
FINANCES PUBLIQUES EN AFRIQUE FRANCOPHONE

= https://www.transparency.org/files/content/corruptionqas/Curbing_corruption_in_public_finances_in_francophone_West_African_countries_2014_FR.pdf

"Avec le déficit de la comptabilité budgétaire, les détournements se portent plutôt bien en RDC ( Enquête) - 07 JUIN 2021
= https://deskeco.com/2021/06/07/avec-le-deficit-de-la-comptabilite-budgetaire-les-detournements-se-portent-plutot-bien-en-rdc


"RDC : les entreprises sommées de payer de l’impôt sur le bénéfice  - 2 mai, 20201
= https://www.financialafrik.com/2020/05/02/rdc-les-entreprises-sommees-de-payer-de-limpot-sur-le-benefice/


"[Beni: Le sang des 2.000 soldats Fardc tués aux combats réclame justice -  10 août 2021
= http://www.congoindependant.com/beni-le-sang-des-2000-soldats-fardc-tues-reclame-justice/

"RDC : le bilan de l’état de siège est négatif à la suite de détournement de fonds (Gratien Iracan) - 09/08/2021
= https://www.radiookapi.net/2021/08/09/actualite/securite/rdc-le-bilan-de-letat-de-siege-est-negatif-la-suite-de-detournement-de

"Evaluation de l’état de siège/AN : la ministre de la Justice revient ce mercredi pour rencontrer les préoccupations de la commission Défense et Sécurité - 10 AOÛT 2021
= https://laprosperiteonline.net/2021/08/10/nation/evaluation-de-letat-de-siege-an-la-ministre-de-la-justice-revient-ce-mercredi-pour-rencontrer-les-preoccupations-de-la-commission-defense-et-securite/
"Évaluation état de siège : Rose Mutombo attendu de nouveau mercredi 11 août à l’Assemblée nationale - 10/08/2021
= https://www.radiookapi.net/2021/08/10/actualite/securite/evaluation-etat-de-siege-rose-mutombo-attendu-de-nouveau-mercredi-11


"De Rubaya à Gisenyi: sur la route de la contrebande minière dans le Nord-Kivu - Enquête - 10 août 2021
= https://actualite.cd/2021/08/10/de-rubaya-gisenyi-sur-la-route-de-la-contrebande-miniere-dans-le-nord-kivu-enquete


"RDC: les voix discordantes face au régime de plus en plus menacées  - 09/08/2021
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210809-rd-congo-les-lanceurs-d-alerte-de-plus-en-plus-menac%C3%A9s

"[RDC : ce que pense la population kinoise des 100 premiers jours du gouvernement Sama Lukonde 6  6 août 2021
= https://actualite.cd/2021/08/06/rdc-ce-que-pense-la-population-kinoise-des-100-premiers-jours-du-gouvernement-sama

"Prochain remue-ménage dans les FARDC : plusieurs officiers supérieurs de l’armée éligibles à la retraite dont Célestin Mbala et Léon Richard Kasonga - 10 août 2021
= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2021/08/10/prochain-remue-menage-dans-les-fardc-plusieurs-officiers-superieurs-de-larmee-eligibles-a-la-retraite-dont-celestin-mbala-et-leon-richard-kasonga.html/89992/


"La RDC veut répondre aux difficultés financières de ses représentations diplomatiques 6  11 août 2021
= https://actualite.cd/2021/08/11/la-rdc-veut-repondre-aux-difficultes-financieres-de-ses-representations-diplomatiques


"BOSOLO TV | EXCLUSIVITÉ | QUE RETENIR D'1 AN DE PATROUILLE FINANCIÈRE DE L'IGF ?? -  9 août 2021"




Compatriotiquement! 


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #


Dernière édition par ndonzwau le 12/8/2021, 10:27 pm, édité 3 fois

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...  Empty Re: ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...

Message  ndonzwau 11/8/2021, 8:01 pm

Ailleurs c'est ce nouveau programme DDR (Désarmement, Démobilisation, Réinsertion) rebaptisé P-DDRCS (désarmement, démobilisation, relèvement communautaire) où la réinsertion des ex-combattants se fera au sein des communautés et non au sein des forces armées comme c’était le cas jusque-là et dont la coordination est confiée  à un certain Tambwe Rudima. Ce dernier a un passé de rebelle pro-rwandais dans le coin, ce qui heurte plus d'un et le premier mécontent est Dr Mukwege.

Le Prix Nobel de la Paix rappelle que les différents accords politiques visant à mettre fin à la violence ont planté les graines de l’instabilité et de la culture de l’impunité en intégrant des éléments des groupes armés rebelles, congolais et étrangers, au sein des forces de sécurité et de défense de la République. Il regrette qu'on ait fait appel à un ancien chef rebelle du RCD-Goma, du M-23 et de l’ALEC, comme Coordinateur de ce  Programme alors que le pays regorge de personnes intègres sans antécédent de violations graves des droits humains...



"RDC: un nouveau programme de réinsertion des anciens combattants va voir le jour - 11/08/2021
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210810-rdc-un-nouveau-programme-de-r%C3%A9insertion-des-anciens-combattants-va-voir-le-jour
Le dispositif de DDR (désarmement, démobilisation et réinsertion), longtemps considéré comme l'un des maillons faibles de la stratégie de lutte contre les groupes armés dans l'Est, va connaître un changement d'orientation. Un nouveau programme est désormais créé. Il prend le nom de Programme de désarmement, démobilisation, relèvement communautaire (P-DDRCS), et remplace toutes les initiatives précédentes. Il viendra également appuyer les opérations militaires en cours.
Avec notre correspondant à Kinshasa, Patient Ligodi

Parmi les conditions posées par les différents bailleurs et les principaux partenaires pour financer le programme de DDR, il y avait la présentation d’une stratégie crédible et clairement définie. 
De nouvelles ordonnances présidentielles ont été signées, une nouvelle structure a été créée et ses principaux animateurs désignés. 
Pour marquer la différence avec les précédentes initiatives, l’ordonnance créant le P-DDRCS précise que la réinsertion des ex-combattants se fera au sein des communautés et non au sein des forces armées comme c’était le cas jusque-là. 

Le programme met un accent particulier sur la stabilisation et la prévention des conflits, en donnant la priorité au développement économique et à la sécurité à long terme. 
Un projet en cours d'élaboration sera d'abord axé sur les deux provinces placées sous état de siège depuis deux mois, le Nord-Kivu et l’Ituri, avant de s’étendre aux autres.
Le Bureau conjoint des Nations unies pour les droits de l'homme salue des avancées, mais précise qu'il ne faut pas seulement s’occuper des combattants et de leur insertion. Il souligne l'importance de développer des mécanismes de prise en charge des victimes et des communautés, en mettant l'accent sur la justice."


"RDC: Denis Mukwege s’insurge contre la nomination de Tommy Tambwe Rudima à la tête du P-DDRCS -  11 août 2021
= https://actualite.cd/2021/08/11/rdc-denis-mukwege-sinsurge-contre-la-nomination-de-tommy-tambwe-rudima-la-tete-du-p
Emmanuel Tommy Tambwe Rudima a pris la tête du Programme de désarmement, démobilisation, relèvement communautaire (P-DDRCS), la nouvelle initiative qui remplace les deux précédents programmes UEPN-DDR et STAREC. Aussitôt nommé, il fait l’objet de vives critiques de la part de la société civile. 

La toute dernière sortie médiatique est celle de Denis Mukwege. Le Prix Nobel de la Paix rappelle que les différents accords politiques visant à mettre fin à la violence ont planté les graines de l’instabilité et de la culture de l’impunité en intégrant des éléments des groupes armés rebelles, congolais et étrangers, au sein des forces de sécurité et de défense de la République. 
« En effet, les processus de Désarmement, Démobilisation et Réinsertion sous-financés et bâclés ainsi que les politiques de « mixage » et de « brassage », souvent accompagnées de promotion, ont intégré l’indiscipline au sein des institutions et ce jusqu’au plus haut niveau de l’Etat », écrit le médecin activiste.

Et de poursuivre:
« En gratifiant ainsi des criminels au lieu de les traduire en justice, cette stratégie de tireurs de ficelles tapis à Kinshasa, Kigali, Kampala et Bujumbura encourage les groupes armés en brousses à attendre leur tour ».
Denis mukwege exprime ainsi sa circonspection face à la récente nomination par ordonnance présidentielle d’un ancien chef rebelle du RCD-Goma, du M-23 et de l’ALEC, comme Coordinateur du Programme de Désarmement, Démobilisation, Relèvement Communautaire et stabilisation.
« La Nation congolaise regorge de femmes et d’hommes intègres sans antécédent de violations graves des droits humains, et s’il existe une réelle volonté politique d’éradiquer les groupes armés, de stabiliser l’Est du pays, d’assurer le relèvement des communautés affectées par les exactions des milices qui sévissent dans notre pays depuis 25 ans et d’instaurer une paix durable; le temps est venu d’exploiter pleinement les potentialités de ce capital humain épris de paix et de justice et de rompre avec les politiques visant à accorder des promotions à ceux qui devraient répondre de leurs actes devant la justice », a t-il ajouté.

= Programme DDR-CS: le passé rebelle de Tommy Tambwe Rudima fait tache
= RDC: polémique après la nomination d’un ex-rebelle à la tête du nouveau programme DDR



"RDC: critique contre la nomination d’un ex-rebelle comme responsable du désarmement - 11 août 2021
=  https://afrique.lalibre.be/62866/rdc-critique-contre-la-nomination-dun-ex-rebelle-comme-responsable-du-desarmement-2/
La désignation d’un ex-rebelle pro-rwandais, Emmanuel Tommy Tambwe Ushindi, à la tête d’un programme de désarmement et de démobilisation des membres des groupes armés sévissant en République démocratique du Congo (RDC) a provoqué de vives réactions de la part de la société civile et du gynécologue Denis Mukwege, rapporte mercredi la presse kinoise. Le président Antoine Félix Tshisekedi Tshilombo a signé jeudi dernier l’ordonnance créant le Programme de désarmement, démobilisation, relèvement, communautaire et stabilisation (PDDRC-S). Rattachée à la présidence de la République, cette initiative remplace les deux précédents programmes UEPN-DDR (Exécution du Programme National de Désarmement, Démobilisation et Réinsertion) et Starec (Stabilisation et reconstruction des zones sortant des conflits armés).
Le président congolais a également nommé dans la foulée M. Tambwe coordonnateur du P/DDRCS.


Mais la désignation de cet ancien membre de la rébellion du Rassemblement congolais pour la Démocratie (RCD, soutenu par le Rwanda lors de la deuxième guerre du Congo entre 1998 et 2003) a fait l’objet de vives critiques de la part de la société civile. Certains de ses représentants s’étonnent qu’un ancien rebelle soit nommé à ce poste. Ils brandissent notamment ses responsabilités au sein du RCD, rappelant que ce licencié en criminologie avait notamment été vice-gouverneur de la province du Sud-Kivu (est, alors occupée par le RCD).
Il a été cité par Reporters sans frontières et Amnesty International comme commanditaire des arrestations musclées de journalistes. Toujours actif dans les mouvements armés, il avait pris, en 2012, la tête d’un mouvement proche de la rébellion du M23, l’Alliance pour la Libération de l’Est du Congo, qui militait notamment pour la création d’un État indépendant du Kivu, selon un rapport du groupe d’experts de l’ONU. Selon Amnesty International, l’ALEC aurait commis des crimes au Sud-Kivu, dont des recrutements forcés d’enfants.

Le Dr Mukwege, co-lauréat du prix Nobel de la Paix 2018 pour sa lutte contre les violences sexuelles employées comme « armes de guerre » dans les conflits, s’est également montré surpris par cette désignation.
« Nous exprimons notre circonspection face à la récente nomination par ordonnance présidentielle d’un ancien chef rebelle du RCD-Goma, du M-23 et de l’ALEC, comme coordinateur » du P/DDRCS, a-t-il indiqué dans un communiqué reçu mercredi par l’agence Belga à Bruxelles.
« Pour avancer sur le chemin d’une paix durable (en RDC), nos dirigeants devraient retenir les erreurs du passé et rompre avec les politiques qui ont prolongé et aggravé la souffrance du peuple congolais et l’instabilité ayant occasionné des conséquences désastreuses sur la protection des civils », ajoute le célèbre gynécologue, aussi surnommé « l’homme qui répare les femmes » pour ses interventions dans la clinique de Panzi, dans sa ville de Bukavu.

Selon le Dr Mukwege, cette situation résulte de différents accords politiques visant à mettre fin à la violence mais qui « ont planté les graines de l’instabilité et de la culture de l’impunité en intégrant des éléments des groupes armés rebelles, congolais et étrangers, au sein des forces de sécurité et de défense de la République.
Elle « favorise l’émergence d’un système légitimant la violence et la commission de crimes comme mode d’accès au pouvoir. Elle entretient une spirale infernale de violences sans fin et hypothèque l’instauration d’une paix durable », ajoute-t-il en plaidant une nouvelle fois en faveur d’un processus de justice transitionnelle « auquel aspire le peuple congolais ».
« En gratifiant ainsi des criminels au lieu de les traduire en justice, cette stratégie de tireurs de ficelles tapis à Kinshasa, Kigali, Kampala et Bujumbura encourage les groupes armés en brousses à attendre leur tour », indique encore le médecin.


"RDC : l’insertion communautaire d’anciens combattants ne doit pas concerner ceux qui ont commis des crimes graves, insiste Jean-Marc Châtaigne - 15 décembre 2020
= https://actualite.cd/2020/12/15/rdc-linsertion-communautaire-danciens-combattants-ne-doit-pas-concerner-ceux-qui-ont


"AIII #21: REPENSER LA RÉINSERTION DES ANCIENS COMBATTANTS POUR CONSTRUIRE LA PAIX À L’EST DE LA RDC -  August 11, 2015 - Par Umbo Salama
=  https://suluhu.org/2015/08/11/aiii-21-repenser-la-reinsertion-des-anciens-combattants-pour-construire-la-paix-a-lest-de-la-rdc/
Plusieurs organisations ont soutenu le processus de désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) des anciens combattants. Avec des financements des organismes internationaux ou du gouvernement congolais, ce processus a connu trop des ratés. En Avril 2004, le gouvernement congolais a adopté le PN-DDR (Programme national pour le Désarmement, la Démobilisation et la Réinsertion). Dans ce programme, la CONADER (Commission Nationale de Désarmement et de Réinsertion) a été créée comme institution nationale de la coordination du PN-DDR. Le processus DDR comportait les étapes clés suivantes : la collecte des armes et des munitions auprès de tous les combattants, la démobilisation volontaire des combattants, la sortie obligatoire de tous les enfants associés aux forces et groupes armés, le retour à la vie civile et la réinsertion économique et sociale des démobilisés.

Des milliers de gens, recrutés comme pouvant servir des soldats dans les différentes guerres qui ont secoué la RDC, beaucoup d’entre eux ont été démobilisés à travers la CONADER à partir de 2005 ; d’autres s’étant auto-démobilisés, avaient obtenu des différentes hiérarchies militaires des attestations individuelles des démobilisés. De son côté, le PAREC (Programme œcuménique de paix, transformation des conflits et de réconciliation (PAREC), à travers son programme « une arme contre 50 dollars » a permis de recueillir quelque centaine d’armes au Nord-Kivu,…

L’évolution sociale, laissé pour compte

En dépit de ce qui a été entrepris, la RDC est encore minée par le phénomène des groupes armés résiduels, la circulation des armes, l’insécurité et le cycle de la guerre ne s’est pas arrêté et surtout à l’Est du pays. Des combattants quittent la brousse, reçoivent des kits de démobilisation (vélo, chèvre, kit de menuiserie ou de mécanique, de coiffure,…). Mais nombreux finissaient par reprendre le chemin de la brousse pour s’enrôler dans leurs anciens groupes armés. Pourquoi plusieurs démobilisés regagnent la brousse après l’acquisition des kits de démobilisation ? Cette question a toujours resté sans trop de réponses, pourtant la sortie des ex-combattants de la brousse pour intégrer la vie civile devrait être une des pistes vers la paix à l’Est de la RDC.

Je pense qu’on avait au début mal compris le vrai besoin de ces ex-combattants. Figurez-vous, ils quittent la brousse sans aucune idée d’un bien collectif. Ils ont aussi été habitués à l’acquis dans la facilité. Et donc, donner un vélo, une chèvre à un ex-combattant, il ne comprend pas bien quoi en faire. Il vend. Une fois l’argent terminé, il songe à son ancienne activité. « En fait, le temps d’encadrement était minime. Pour quelqu’un qui était déjà habitué à une vie de facilité, le convaincre qu’une chèvre ou un vélo,… peut aussi assurer sa survie plus que la vie en brousse au sein de groupe armé, n’était pas chose facile. Et surtout qu’il rendre dans une société où ses anciens amis ont leur propres motos, sont devenus des commerçants ou des agents dans des ONG,… Il fallait peut-être songer aux métiers qui peuvent permettre aux ex-combattants d’atteindre le standing de leurs anciens amis. Le voir rouler sur un vélo dans une société où la moto et la voiture constituent le rêve de tous les jeunes ; le voir devenir gardien des chèvres dans une ville où la vie commerciale préoccupe tout le monde, où d’autres sont devenus des cadres dans plusieurs services,… va lui sembler comme de l’humiliation », analyse Marie Lea Kaswera Wasukundi, psychologue et chef des travaux à l’UOR (Université Officielle de Ruwenzori).

Selon les données récoltées par le RHA (Réseau Hakina na Amani), une ONG basée en ITURI, le nombre des miliciens a été mal estimé au départ et il est resté encore plusieurs miliciens en brousse. « Car bien qu’ils aient signé les accords de désarmement, tous les chefs de guerre n’étaient pas acquis à la paix. On n’est donc pas parvenus à réduire la prolifération des armes. Certains groupes armés opérant dans la région sont restés hostiles au processus et se sont soustrait à la démobilisation », constate Wema Kennedy, journaliste basé en ville de Butembo, à l’Est de la RDC. Très peu d’armes ont été ainsi récupérées au cours de cette phase, en moyenne 20%, à en croire le prénommé Jacques, ancien agent de CONADER, qui était basé au camp de transit des démobilisés de Mangango, à 6 Km à l’Ouest de la ville de Beni. Les conditions de sécurité n’étant pas aussi totales, plusieurs ex-combattants qui voulaient désarmer avaient peur de se présenter car ils étaient menacés par leurs amis qui étaient contre le processus. Certains parmi ceux qui s’étaient démobilisés et qui avaient effectivement opté pour la réinsertion effective dans la communauté, n’ont pas aussi résisté. Démunis, ces ex-combattants vivent misérablement et sont prêts à rallier un chef « rebelle » qui solliciterait leurs concours et leur service[1]. Quelques-uns qui garderaient encore des armes, se livrent au vol à mains armées, à la coupure de route, et créent de l’insécurité dans leur contrée respective.

Certains ex-combattants et autres personnes impliquées dans ce programme, interrogés, ont émis des critiques à l’endroit du processus. Parmi les plus saillantes, ils ont retenu que les projets ont connu une faible participation des communautés locales qui n’avaient pas trop de connaissance sur ce programme ; l’éloignement des centres d’orientation décourageant ainsi certains combattants par crainte de traverser des localités qui leur étaient hostiles auparavant ; l’insuffisance, la corruption et le détournement d’une partie de “filet de sécurité” prévue aux ex. combattants ; le non respect d’engagement du Gouvernement congolais en ce qui concerne le financement de projets de réinsertion ;…

La réinsertion des démobilisés n’a pas été donc bien menée. Ainsi, faute d’un appui en réinsertion, plusieurs démobilisés se sont résolus de rejoindre les groupes armés récalcitrants qui sont restés dans le maquis. Dans cette perspective, le journal Syfia Grands-Lacs, dans son 17ème numéro du 27 décembre 2012, avait écrit : « Rébellions, négociations, réintégrations, rébellions : un cercle vicieux ». Le comble est qu’il y a des démobilisés qui ont aussi regagné les FARDC (Forces armées de la République Démocratique du Congo). « Pourtant après la démobilisation on ne devrait pas retourner dans n’importe quelle force armée, y compris les FARDC », fait remarquer un ancien agent de CONADER.

Sortir du cercle vicieux

L’Aspect réinsertion sociale des ex-combattants dans la vie civile doit surtout mettre en place des mécanismes pragmatiques et efficients visant à une meilleure définition, orientation, coordination, surveillance et évaluation des projets ad hoc. Il s’agit notamment de fournir des incitants alléchants pouvant attirer les combattants, via des projets de réinsertion sociale communautaire durables de leur réinsertion à la vie sociale. Il ne s’agit pas de se limiter à leur remettre 100$ en échange des armes mais bien à les impliquer directement via des formations qualifiantes à être des moteurs de la reconstruction de leurs communautés locales en initiant des projets de développement communautaire à utilité sociale et publique, basés sur le développement durable dans leurs zones de vie respectives[2].

Ancien directeur de la Caritas diocésaine à Butembo-Beni (une ONG qui intervient aussi dans la démobilisation et la réinsertion des ex-combattants), Fabrice Maghulu lui pense qu’il faut leurs donner les possibilités de travailler ensemble, pour l’intérêt de la communauté. « A Caritas, nous avions soutenu un groupe des démobilisés associés. Ils sont à Ngadi (au Nord de la ville de Beni) et croyez-moi, ils ont réussi. En trois ans, ils ont acheté une parcelle, un moulin à huile de palmiste et même une camionnette. Parti d’une association, ils ont créé une micro société qui fonctionne, une preuve que s’ils sont associés, les démobilisés gèrent bien que quand ils sont chacun dans son petit coin. Même le cas de la ferme de Kitebya est très éloquent. Les démobilisés devenus sociétaires ont conscience de l’intérêt commun et agissent conséquemment pour que leur entreprise dure », affirme-t-il. Le témoignage similaire est celui d’Alexi Wasekayo, cordonnateur de l’ONG SOPREDU (qui intervenait aussi dans le programme de réinsertion des ex-combattants). Il soutient qu’on peut même associer à ses démobilisés des jeunes qui n’ont jamais été dans des forces armées, pour une harmonie sociale dans le lieu d’apprentissage et même sur le terrain. A cela il faut ajouter un accompagnement pérenne. « Depuis 2012 nous encadrons des démobilisés associés à d’autres jeunes dans des activités de coiffure, de meunier, de mécanique et menuiserie,… en ville de Butembo et en territoire de Lubero. Aujourd’hui ils s’en sortent bien et nombreux témoignent qu’ils ne songent plus à retourner en brousse », explique-t-il.

Voilà ! Il faut des actions concomitantes : c’est-à-dire démobiliser et traquer les groupes armés si non, la sollicitation des groupes armés font que les démobilisés craquent. « Il va y avoir un nouveau processus de démobilisation, désarment et réinsertion des ex-combattants DDRR et cette fois je pense que le gouvernement va prendre en compte nos remarques : jamais laisser les ex combattants à la merci des prédateurs qui voient en eux une possibilité de relancer la création d’un groupe armé », pense-t-il.

Le schéma est donc simple. On fait appel aux anciens combattants, on les sensibilise à l’idée de quitter la brousse et on les aide à s’associer dans une activité où ils sentent tous qu’ils travaillent comme pour une mutuelle où tout le monde travaille et a les mêmes droits. S’ils travaillent en communauté, comme des associés, dans une même action collective, ils réussissent. Et c’est vraiment capital. Il faut éviter les erreurs du passé qui partent de la sélection des organisations qui doivent exécuter le désarmement, la démobilisation et la réinsertion des ex-combattants en passant par les projets proposés et les actions à mener. Vous savez, notre pays est plein d’opportunistes. On a vu des gens sans expériences de gestion de projet s’aventurer dans un domaine aussi complexe que la démobilisation. Attention, il faut trouver des experts qui en savent quelque chose.

Donc démobiliser n’est pas une mince affaire. C’est un processus et qui demande donc que le projet soit solide, construit sur un idéal durable dans le temps et même dans l’espace. Il ne suffit pas de donner à quelqu’un un poisson mais faut-il lui apprendre d’abord à pêcher. Or tout le monde n’est pas pêcheur de poisson. Pour apprendre à l’autre, il faut en avoir l’expérience à défaut de l’avoir été.

[Umbo Salama est journaliste-reporter depuis 2006, il est basé en ville de Butembo, au Nord-Kivu, à l’Est de la RDC. Il est assistant en science de l’information et de la communication à l’ISEAB (Institut Supérieur Emmanuel d’Alzon de Butembo) depuis 2011 et blogueur depuis 2014 (www.groupearcenciel.over-blog.com). Avec le Professeur Jean-Baptiste Paluku Ndavaro, ils ont publié le livre « La Bible et les miracles pour la survie : de l’expérience mercatique au marketing religieux dans les Eglises de Réveil en Afrique », Editions universitaires européennes, 2013, 196 pages. Il mène aussi des recherches en gouvernance, citoyenneté, cohabitation pacifique et sur les initiatives de paix, dans la région des grands-lacs.
_____________________________

[1] Témoignage d’un ex-combattant, recueillis ce Mercredi 8 Avril à Butembo. Cet ex-combattant, après sa démobilisation, sa famille a bon jugé le faire inscrire à l’université. Il lance ces phrases à tout temps qu’il se trouve sans argent de poche.
[2] Lire Jean-Jacques WONDO, La RDC peut s’inspirer des modèles de DDR du Libéria et de l’Angola en vue d’une armée professionnelle, mise en ligne depuis le 17 septembre 2013, sur http://desc-wondo.org/la-rdc-peut-sinspirer-des-modeles-de-ddr-du-liberia-et-de-langola-en-vue-dune-armee-professionnelle-jj-wondo/#sthash.4kQC6bmG.dpuf. ]



"« L’état de siège est un fiasco » : les massacres se poursuivent dans l’est de la RDC - 06 août 2021
= https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/08/06/l-etat-de-siege-est-un-fiasco-les-massacres-se-poursuivent-dans-l-est-de-la-rdc_6090708_3212.html
Depuis la mise en place de cette mesure, il y a trois mois, près de 500 civils ont été tués par des groupes armés dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri.[...]"



"Analyse du 11 août 2021:F.Tshisekedi nomme un ex chef rebelle pour la réinsertion d'autres rebelles!"



"ACTU EXPLIQUEE 11.08 : FATSHI NOMME UN EX-REBELLE PRO RWANDAIS, MUKWEGE SCANDALISE"




Compatriotiquement! 


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...  Empty Re: ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...

Message  ndonzwau 12/8/2021, 7:14 pm

Enfin le PM convaincu de réduire le train de vie de son institution et dépendants ou c'est une annonce de plus qui ne sera guère matérialisée ?

Bien avant le PM les Congolais sont unanimes à ne pas accepter les fastes de nos institutions qui dénotent par rapport à la pauvreté de leurs conditions de vie et conviennent tous que le PM refuse aujourd'hui que la bienvenue augmentation des recettes ne serve pas au seul fonctionnement des institutions mais aux investissements et décide de réduire le train de vie de son gouvernement par la baisse de leurs émoluments et de leurs frais de fonctionnement. Il apparait de suite l'impératif d'autres chantiers : réduire aussi le train de vie à la PR, au Parlement, etc, etc... Il est en effet inadmissible que dans un pays avec un budget aussi lilliputien 70% se consument en simples frais de fonctionnement de l’État avec par ailleurs des dépassements budgétaires alors que partout ailleurs, les routes, les ponts, les écoles, les hôpitaux.. attendent de servir aux populations.



"RDC: Sama Lukonde va proposer au prochain conseil des ministres la baisse des salaires des membres du gouvernement - 11 août 2021
= https://actualite.cd/index.php/2021/08/11/rdc-sama-lukonde-va-proposer-au-prochain-conseil-des-ministres-la-baisse-des-salaires
Le Premier ministre va proposer à la prochaine réunion du conseil des ministres la réduction du train de vie des institutions. C’est ce qu’a été communiqué par le ministre Christian Mwando à l’issue de la réunion du comité de conjoncture ce mardi.
« La situation économique du pays est globalement stable. Les recettes sont sur une bonne voie. Elles sont bonnes. Cependant, le Premier ministre et les membres du comité de conjoncture ont constaté que les recettes servent essentiellement aux dépenses de fonctionnement et aux dépenses courantes et très peu aux investissements », a constaté le comité selon les propos du ministre du plan.

Et d’ajouter: 
« Il a été proposé par le Premier ministre qu’à la prochaine réunion du conseil des ministres une proposition sera faite pour la réduction du train de vie du gouvernement, notamment par la baisse des salaires des ministres et la baisse des frais de fonctionnement ». 
Début juillet, Félix Tshisekedi, répondant à une question sur son salaire, s’était également prononcé en faveur de la réduction du train de vie des institutions. 
« Je suis pour qu’on baisse le train de vie de l’Etat en ce moment, j’ai donné des instructions, mais cela ne dépend pas pas de moi, mais du budget, on travaille très sérieusement là-dessus. Je reviendrai pour vous dire ce qu’est mon salaire », avait-il dit à Goma.
La réduction de vie des institutions a toujours été proposée par la société civile et les partenaires internationaux de la RDC. La récente annonce d’attribution des jeeps aux députés avait relancé le débat."
=  https://www.radiookapi.net/2021/08/11/actualite/politique/rdc-sama-lukonde-va-proposer-la-baisse-des-salaires-des-ministres


"RDC : Sama Lukonde pour la réduction du train de vie du Gouvernement au profit des investissements publics (Comité de conj. éco)  11 août 2021-
= https://deskeco.com/2021/08/11/rdc-sama-lukonde-pour-la-reduction-du-train-de-vie-du-gouvernement-au-profit-des-investissements
Le Premier Ministre, Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge, a présidé, ce mercredi 11 août 2021 à la Primature, la réunion du Comité de Conjoncture Economique (CEE) avec les ministres sectoriels concernés. Le CEE a relevé que l'augmentation des recettes publiques sert plus au fonctionnement des institutions de la République qu'aux investissements. D'où la décision imminente de revoir à la baisse, après examen au prochain Conseil des Ministres, le train de vie des membres du Gouvernement notamment par la baisse des émoluments des Ministres et les frais de fonctionnement des Ministères.
Faisant le compte rendu, le Ministre d'Etat au Plan, Christian Mwando, a donné les grandes lignes de cette importante réunion.
 
''La situation économique du pays est globalement stable. Les recettes sont sur une bonne voie. Cependant, le Premier Ministre et les membres du Comité de conjoncture économique ont constaté que les recettes servent essentiellement aux dépenses de fonctionnement et aux dépenses courantes, et très peu aux investissements. C'est ainsi qu'il a été suggéré par le Premier Ministre, qu'au prochain Conseil des Ministres, une proposition soit faite pour la réduction du train de vie du Gouvernement notamment par la baisse des salaires des Ministres et la baisse des frais de fonctionnement. Il a été également constaté que le ministre de l'Économie a signé l'arrêté sur le trafic aérien avec une baisse de 45 et 70 % des prix de vol à l'intérieur du pays. Mais l'application a pris un peu de temps et le premier ministre a instruit que cette application soit faite, que les mesures soient prises pour que cette application soit faite en tenant compte des pratiques du secteur. Les discussions ont également tourné autour de la question de la baisse des prix des produits surgelés.

Le Premier Ministre a insisté pour qu'un panel de Ministres membres du Comité de conjoncture économique soit mis en place et que dans le plus bref délai, on puisse finaliser le contact avec les importateurs, de manière à ce que la baisse des prix soit effective conformément à ce qui avait été proposé par le Ministre de l'Économie. Pour le reste, la situation de la monnaie est stable, les réserves de change continuent leur croissance. Aujourd'hui, nous sommes à plus de 7 semaines de capacité d'importation sur les réserves de change''.

Étaient présents à cette réunion, les Ministre d’Etat, au Plan, Christian Mwando, et celui du Budget, Aimé Boji, le Ministre du Commerce extérieur, Jean Lucien Bussa, la Ministre de l’Emploi, Travail et Prévoyance Sociale, Claudine Ndusi, le Ministre des Finances, Nicolas Kazadi, le Vice- Ministre des Mines, Godard Motemona ainsi que Madame le gouverneur de la Banque centrale du Congo, Malangu Kabedi Mbuyi."
"RDC : alors que Sama Lukonde envisage la réduction du train de vie du Gouvernement, 145 millions USD ont été dépensés rien que pour le fonctionnement des ministères au premier semestre 2021 - 12 août 2021
= https://actualite.cd/index.php/2021/08/12/rdc-alors-que-sama-lukonde-envisage-la-reduction-du-train-de-vie-du-gouvernement-145
Les dépenses exécutées par le Trésor public au titre de fonctionnement des ministères du gouvernement central sont évaluées à 301 448 402 794 de CDF ((145,838 millions USD au taux budgétaire de 2067 FC le dollar américain) sur des prévisions linéaires de 316 650 000 000 de CDF (153,193 millions USD), soit un taux d’exécution de 95,19%, selon les données de la Direction générale des politiques et programmation budgétaire.

Pour l’ensemble de l’année 2021, les dépenses liées au fonctionnement des ministères sont chiffrées à 633 300 000 000 de CDF (306,386 millions USD).
Au cours de la réunion du Comité de conjoncture économique du mercredi 11 août, le Premier ministre Sama Lukonde a promis d’inscrire au prochain Conseil des ministres la question de la réduction du train de vie du Gouvernement. L’objectif est de réduire tant les émoluments que les frais de fonctionnement des ministères.[...]"


"Les salaires des membres du gouvernement vont être réduits (Primature) - 11 août 2021
= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2021/08/11/les-salaires-des-membres-du-gouvernement-vont-etre-reduits-primature.html/90163/
Les émoluments des membres du gouvernement vont être réduits. Aussi, les frais de fonctionnement des ministères devront être revus à la baisse. C’est en substance la volonté exprimée par le Premier Ministre Sama Lukonde, au cours de la réunion du Comité de Conjoncture Économique (CCE) tenu ce mercredi 11 août 2021, d’après le compte rendu de Christian Mwando, Ministre du plan.

Par la diminution des salaires et frais de fonctionnement des Ministères, le Chef du Gouvernement tient à réduire le train de vie des institutions de la République. À ce sujet, une proposition sera initiée au prochain conseil des Ministres
Au cours de la même réunion, les membres du gouvernement concernés, ont tablé sur la lenteur observée dans l’application des mesures relatives à la baisse des prix d’avion pour les vols domestiques. Il a été recommandé de faire le suivi pour que cette décision ne souffre d’aucune faille.
Le CCE a également noté que la situation économique du pays est stable. Les discussions ont également tourné autour de la question de la baisse des prix des produits surgelés. “Le Premier Ministre a insisté pour qu’un panel de Ministres membres du Comité de conjoncture économique soit mis en place et que dans le plus bref délai, on puisse finaliser le contact avec les importateurs, de manière à ce que la baisse des prix soit effective conformément à ce qui avait été proposé par le Ministre de l’Économie. Pour le reste, la situation de la monnaie est stable, les réserves de change continuent leur croissance. Aujourd’hui, nous sommes à plus de 7 semaines de capacité d’importation sur les réserves de change”, a rapporté Christian Mwando."


"Réduction du train de vie des institutions : le gouvernement donne le ton
= http://www.lepotentiel.cd/g?post=2427
Mille fois annoncée, mais jamais appliquée, la réduction du train de vie des institutions politiques sera une réalité sous Félix Tshisekedi. Encore que le chef de l’État, lui-même, avait pris un engagement en ce sens, en annonçant, lors de son discours à la nation, dimanche 6 décembre 2020, qu'il a retenu la réduction du train de vie des institutions politiques et l'interdiction stricte d'augmentation des salaires en leur sein, parmi les attentes exprimées par les Congolais lors de ses consultations menées du 2 au 25 novembre 2020 au Palais de la nation.

Le gouvernement de la République, avec à sa tête le Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, va donner le ton. Le Premier ministre qui a présidé, mercredi 11 août 2021 à la Primature, la réunion du Comité de Conjoncture Économique (CCE) avec les ministres sectoriels concernés, lève cette option courageuse. Avec le CCE, Sama Lukonde a relevé que l'augmentation des recettes publiques sert plus au fonctionnement des institutions de la République qu'aux investissements. D'où la décision imminente de revoir à la baisse, après examen au prochain Conseil des ministres, le train de vie des membres du gouvernement notamment par la baisse des émoluments des ministres et les frais de fonctionnement des ministères.
Pour biens des observateurs, ce pas vers la bonne direction doit se faire suivre par d’autres pas importants. C’est aussi question de réduire le train de vie à la présidence de la République, au Parlement avec ses deux Chambres, etc., ce qui permettrait d’équilibrer les choses dans un pays où des millions de dollars sont engloutis chaque mois pour permettre à l’État de fonctionner et de payer les ministres, les gouverneurs, les députés, les sénateurs et leurs très nombreux collaborateurs.

Face à un appareil de l’État budgétivore, il faut lever des options courageuses et qui sous-tendent l’intérêt général. Le gouvernement Sama Lukonde s’inscrit dans cette perception.
Dans un pays où le gouvernement compte 57 membres et qui disposent chacun dans son cabinet plus d’une dizaine de personnes, d’une Assemblée nationale de 500 élus qui ont eux aussi des assistants et des conseillers, d’un Sénat de 109 membres qui sont tous aussi assistés, des 26 gouverneurs et vice-gouverneurs, 782 députés provinciaux et plus de deux cent ministres provinciaux… Ce sont des millions de dollars qui s’engloutissent chaque mois pour faire fonctionner l’État.
De manière chiffrée, c’est environ 70% du budget national qui se consomme au fonctionnement de l’État. Une situation inadmissible dans un pays où les routes, les ponts, les écoles, les hôpitaux viables, etc., sont à construire. Il est donc plus que temps d’appliquer la cure d’amaigrissement de l’appareil étatique et en même temps travailler activement pour que les signaux contradictoires de cette volonté, à savoir les dépassements budgétaires, ne soient plus à l’ordre du jour.

Le gouvernement de la République se propose ainsi de prêcher par l’exemple. L’équipe Sama Lukonde devra, à cet effet, s’inscrire du régime minceur. C’est ce qui ressort du Comité de conjoncture économique. L’objectif est de favoriser les investissements publics.
Au cours de la réunion du CCE, il a été relevé que l'augmentation des recettes publiques sert plus au fonctionnement des institutions de la République qu'aux investissements. D'où la décision imminente de revoir à la baisse, après examen au prochain Conseil des ministres, le train de vie des membres du gouvernement notamment par la baisse des émoluments des ministres et les frais de fonctionnement des ministères.

Faisant le compte rendu, le ministre d'État au Plan, Christian Mwando, a donné les grandes lignes de cette importante réunion. Il s’est exprimé en ces termes : « La situation économique du pays est globalement stable. Les recettes sont sur une bonne voie. Cependant, le Premier ministre et les membres du Comité de conjoncture économique ont constaté que les recettes servent essentiellement aux dépenses de fonctionnement et aux dépenses courantes, et très peu aux investissements. C'est ainsi qu'il a été suggéré par le Premier ministre qu'au prochain Conseil des ministres, une proposition soit faite pour la réduction du train de vie du Gouvernement notamment par la baisse des salaires des ministres et la baisse des frais de fonctionnement. Il a été également constaté que le ministre de l'Économie a signé l'arrêté sur le trafic aérien avec une baisse de 45 et 70 % des prix de vol à l'intérieur du pays. Mais l'application a pris un peu de temps et le Premier ministre a instruit que cette application soit faite, que les mesures soient prises pour que cette application soit faite en tenant compte des pratiques du secteur. Les discussions ont également tourné autour de la question de la baisse des prix des produits surgelés. Le Premier ministre a insisté pour qu'un panel de ministres membres du Comité de conjoncture économique soit mis en place et que dans le plus bref délai, on puisse finaliser le contact avec les importateurs, de manière à ce que la baisse des prix soit effective conformément à ce qui avait été proposé par le ministre de l'Économie. Pour le reste, la situation de la monnaie est stable, les réserves de change continuent leur croissance. Aujourd'hui, nous sommes à plus de 7 semaines de capacité d'importation sur les réserves de change »
= https://www.digitalcongo.net/article/6114fe16af5e9f0015860a6e/


"RDC : les Ministères ont coûté 301,4 milliards de CDF en six mois, ce qui contraint l’Etat à réduire son train de vie - 12 août 2021
=  https://zoom-eco.net/economie/rdc-les-ministeres-ont-coute-3014-milliards-de-cdf-en-six-mois-ce-qui-contraint-letat-a-reduire-son-train-de-vie/
Le Premier ministre congolais, Jean-Michel Sama Lukonde, tient mordicus à la réduction de train de vie des institutions en République Démocratique du Congo.
Ayant exprimé cette volonté depuis sa nomination à la tête du Gouvernement, il vient poser un premier jalon vers la concrétisation de cet engagement.

Lors de la réunion du Comité de Conjoncture Economique (CCE), du mercredi 11 août 2021, le Premier ministre Sama Lukonde a fait savoir qu’il souhaite inscrire au prochain Conseil des ministres la question de la réduction du train de vie du Gouvernement.
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-91591_les_ministeres_ont_coute_301_4_milliards_de_cdf_en_six_mois_ce_qui_contraint_l_etat_a_reduire_son_train_de_vie.html


"RDC : le CCE opte pour la baisse des émoluments accordés aux Membres du Gouvernement -  11 août 2021
= https://zoom-eco.net/economie/rdc-le-cce-opte-pour-la-baisse-des-emoluments-accordes-aux-membres-du-gouvernement/
Les membres du Comité de Conjoncture Economique (CCE) se sont montrés favorables à la réduction, après examen au prochain Conseil des Ministres, du train de vie des membres du Gouvernement notamment par la baisse des émoluments des Ministres et des frais de fonctionnement des Ministères.
Ils l’ont fait savoir au cours de la réunion hebdomadaire présidée, ce mercredi 11 août 2021, par le Premier Ministre Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge.
En effet, le Comité de Conjoncture Economique (CEE), avec les ministres sectoriels concernés, a relevé que l’augmentation des recettes publiques sert plus au fonctionnement des institutions de la République qu’aux investissements.[...]"

"Réduction du train de vie du gouvernement : une annonce de plus ? - 12.08.2021
=   https://www.forumdesas.net/2021/08/regime-minceur-une-annonce-de-plus/


"Christian Mwando suspend le DG et DGA de l’Institut National de la Statistique - 12 août 2021
=  https://www.politico.cd/encontinu/2021/08/12/christian-mwando-suspend-le-dg-et-dga-de-linstitut-national-de-la-statistique.html/90176/
= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2021/08/12/sctp-makila-dikenda-et-mabaya-attendus-a-ligf-pour-une-seance-de-travail.html/90181/

"La ministre de la formation professionnelle sommée de restituer 778,735 USD et plus de 750 millions de FC retirés “sans motif valable” au Trésor public - 9 août 2021
= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2021/08/09/la-ministre-de-la-formation-professionnelle-sommee-de-restituer-778735-usd-et-plus-de-750-millions-de-fc-retires-sans-motif-valable-au-tresor-public.html/89959/

"Les dix mesures à prendre par l’Etat pour réduire le train de vie des institutions (Engunda) - 18.06.2020
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-70811_les_dix_mesures_a_prendre_par_l_etat_pour_reduire_le_train_de_vie_des_institutions_engunda.html
L’analyste Engunda Ikala vient de proposer dix mesures courageuses et concrètes à prendre par l’exécutif congolais pour matérialiser la réduction du train de vie.
Dans une Tribune partagée à Zoom Eco, il estime que dans un contexte où les recettes publiques sont en baisses, il est anormal que l’Etat continue à consacrer 68% de ses dépenses aux rémunérations et 10% au fonctionnement des institutions.


ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...  Engunda_ikala_20_000_jpeg_640_350_1
Engunda Ikala[[/i
D’où, la nécessité d’un débat de fond autour de ce contenu donné à “la réduction du train de vie des institutions” chante tambours battants par les Gouvernement successif sans la concrétiser.
Ci-dessous, l’intégralité :

Dans le débat public actuel, il est beaucoup question de la baisse du train de vie des institutions. Cela justifie du fait qu’environ 78% des dépenses publiques sont affectées aux rémunérations (68%) et au fonctionnement (10%) de nos institutions.
Malheureusement, si tout le monde est d’accord sur le fait qu’il faut réduire le train de vie des institutions, très peu de personne, y compris nos politiques proposent quelque chose de concret qui va dans ce sens.
C’est face à cette carence que j’ai cru opportun d’apporter dix propositions qui pourraient enrichir le débat public sur cette question. Je vous les présente.

Proposition n°1 : Remanier le Gouvernement]ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...  Tshisekedi_membres_gouvernement_ilunga_20_000
Le président Félix Tshisekedi et tous les membres du gouovernement
Le Gouvernement actuel est composé de 66 personnes réparties en 45 ministères. Cela est autant de montant à déboursé par Ministre, par cabinet ministériel (Dircab, dircaba, conseiller, chargé d’étude et personnel d’appoint) et par secrétariat général.
Nous apprenons, via un article du Journal DeskEco que le simple fonctionnement des ministères a coûté aux contribuables congolais l’équivalent de 100 millions USD entre janvier et mai 2020.
Pour amoindrir le coût des rémunérations, il est donc nécessaire de faire un remaniement pour diminuer le nombre des ministères. À titre illustratif, les ministères de l’Enseignement, Primaire, secondaire et technique, de la Formation professionnelle, Arts et Métiers ainsi que celui de l’Enseignement Supérieur et Universitaire peuvent fusionner pour en faire un ministère de l’Éducation nationale

Proposition n°2 : Limiter l’effectif des personnels politiques et des personnels d’appoint dans les institutions
ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...  Palais%20du%20peuple
À la Présidence, à la Primature, au bureau de l’Assemblée nationale et du Sénat, précisément dans leurs cabinets respectifs, il n’est pas rare de constater une pléthore d’agent qui alourdisse les dépenses publiques quant aux rémunérations.
Il est donc nécessaire que chaque institution fasse l’effort de diminuer de moitié son effectif. Notamment la Présidence qui devra en plus abroger l’ « ordonnance n° 19-082 portant fixation des rémunérations et autres avantages des membres du cabinet du président de la République » dans laquelle le Président arrime les rémunérations et les avantages de ses collaborateurs à ceux des membres du Gouvernement.
C’est ainsi qu’un secrétaire administratif à la Présidence à la même rémunération et les mêmes avantages qu’un vice-ministre.

Proposition n°3 : Diminuer les rétrocessions au service d’assiette et aux régies financières
ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...  DGRAD
Afin d’encourager les agents des services d’assiettes ainsi que ceux des régies financières à mobiliser plus de recette, un système de rétrocession, qui va de 5 à 10%, a été mise en place.
A titre illustratif, l’article 7 de l’Ordonnance-loi n° 18/003 du 13 mars 2018 fixant la nomenclature des droits, taxes et redevances du Pouvoir central stipule qu’ « il est alloué à la Direction Générale des Recettes Administratives, Judiciaires, Domaniales et de Participations, « DGRAD », et aux administrations et services d’assiette une rétrocession globale de 10% répartie comme suit : – DGRAD : 5% sur toutes les recettes réalisées ; – Administrations et services d’assiette : 5% au prorata des recettes effectivement constatées et recouvrées».
Ainsi, lorsque la DGRAD mobilise 700 millions USD/année, les services d’assiette ont droit à une rétrocession de 35 millions USD/année et la DGRAD a aussi droit à 35 millions USD/année.
Sans pour autant remettre en cause la pertinence de cette motivation financière, je propose que le part de cette rétrocession puisse baisser de moitié afin d’alléger le fardeau des primes sur le Trésor public. Hormis cette proposition, le ministre des Finances devrait prendre un arrêté pour fixer la clef de répartition de cette manne financière afin que cet argent puisse être reparti équitablement au sein des services d’assiettes et des régies financières.

Proposition n°4 : Ne plus tolérer les dépassements linéaires du budget
Chaque année, le Parlement vote la loi des finances de l’année qui reprend notamment les dépenses prévues sous forme de crédit budgétaire. Lesdits crédits sont limitatifs, c’est-à-dire que si la loi prévoit, à titre illustratif, un crédit budgétaire de 30 millions USD pour le fonctionnement d’un ministère, les ministres du budget et des finances ne peuvent pas autoriser un décaissement au-delà de ce montant.
Afin de s’assurer que ce crédit budgétaire est respecté et que l’institution ne dépense pas 100% de son crédit avant la fin de l’exercice budgétaire (31 décembre), on subdivise les 30 millions USD par les 12 mois de l’année, ce qui donne 2,5 millions USD/mois comme prévision linéaire.
C’est ainsi que lorsque l’institution dépense 7 millions USD en deux mois, il est dit qu’il est en dépassement budgétaire non pas par ce qu’il a épuisé son crédit budgétaire annuel de fonctionnement, mais lorsqu’il est dépassement de son crédit budgétaire linéaire de fonctionnement.
Cela indique qu’il est dans le mauvais chemin et qu’à cette allure, il épuisera son crédit budgétaire annuel avant la fin de l’année. C’est une alerte.
Malgré ce mécanisme, il n’est pas rare de voir des institutions telles que la Présidence ou la Primature être constamment dépassement budgétaire au regard des crédits budgétaires linéaires.
Cela aboutit bien souvent à un dépassement budgétaire injustifié à la fin de l’exercice budgétaire tel que prohibé par la loi relative aux finances publiques.
Raison pour laquelle, je propose un strict respect des crédits budgétaires linéaires afin de limiter les dépenses de fonctionnement et des rémunérations.

Proposition n°5 : Surseoir tout nouveau recrutement dans la fonction publique
ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...  Administration_publique_fonctionnaire_au_ministere_de_la_fonction_publique_jpg_640_350_1
Les rémunérations représentent environ 68% des dépenses publiques, une grosse part est constitué des salaires des fonctionnaires. Pourtant, la RDC n’est pas en mesure, à l’heure actuelle, recenser le nombre exact de fonctionnaire.
Au regard de ces éléments, il serait prudent de surseoir au recrutement de nouveau fonctionnaire en attendant la réalisation des préalables suivants :
• Identification du nombre de fonctionnaire régulier et payé par ministère
• Identification des agents ayant atteint l’âge de la retraite
• Identification des besoins en personnel par ministère
• Mise à la retraite des agents ayant atteint l’âge
Je suis conscient que cette proposition n’est pas la plus populaire. Toutefois, je trouve inconcevable qu’un Etat dont les rémunérations représentent 68 % des dépenses, qui ne maîtrise pas l’effectif de son administration puisse engager d’autres agents dont les rémunérations vont nécessairement alourdir la charge déjà lourde de ces dépenses.

Proposition n°6 : Abroger du décret n° 18/038 déterminant les avantages et devoirs reconnus aux anciens membres du GouvernementENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...  Tshibala_membres_gouvernement_19_001
size=11]L'ex-premier ministre Bruno Tshibala et les membres de son gouvernement/size]
Un décret du Premier ministre, Bruno Tshibala, signez le 24 novembre 2018 détermine les avantages et les devoirs reconnus aux anciens membres du gouvernement.
Dans son volet financier, le décret fixe une indemnité mensuelle estimée à 30 % des émoluments de ceux en fonction, une indemnité mensuelle de logement estimée à l’équivalent de 1 000 USD (mille dollars américains) en francs congolais, un titre de voyage par an, en business class, sur le réseau international, pour lui-même, un passeport diplomatique pour lui-même, des soins médicaux au pays et à l’étranger pour lui-même.
Ces avantages sont reconnus pour toute la durée de la vie de l’ancien membre du gouvernement. Si nous admettons qu’il s’agit de tous les membres du gouvernement depuis l’adoption de l’actuelle constitution, cela fait plus de 200 personnes qui doivent être payé par l’Etat le restant de leur vie du seul fait d’avoir été ministre.
Au regard de la crise économique actuel, de l’injustice sociale, de la légalité de l’acte que je n’aborderai pas ici, il y a lieu d’abroger ce décret afin de contribuer à diminuer le train de vie de nos institutions.

Proposition n°7 : Adopter une loi des finances rectificatives
Au regard de la crise économique découlant en grande partie de la crise sanitaire, le Gouvernement actuel a pris l’option d’entamer un collectif budgétaire qui devra à terme aboutir à l’adoption d’une loi des finances rectificative qui baissera de manière drastique le budget en cours.
Toutefois, faire passer le budget de 10 milliards USD à 5 milliards USD n’aura aucun impact si la part accordée aux rémunérations et aux fonctionnements continue de représenter environ 78% des dépenses.
De ce fait, il est nécessaire de diminuer cette part d’au moins 20%, c’est-à-dire que les crédits budgétaires qui seront accordés notamment aux rémunérations et aux fonctionnements ne doivent pas représenter plus 58% des dépenses prévues dans la prochaine loi des finances rectificative.
Il serait illogique de prôner la diminution du train de vie des institutions est se limiter simplement à faire baisser le budget de moitié sans toucher aux catégories ayant trait aux rémunérations et aux fonctionnements qui alourdissent les dépenses publiques.
Je suis parfaitement conscient que cette mesure implique la baisse des salaires et du coût du fonctionnement des institutions. Raison pour laquelle cette baisse doit tenir compte de la hauteur de la rémunération. En effet, ceux qui gagnent plus verront leur rémunération baisser plus que ce qui gagne moins. Un ministre connaîtra une baisse de sa rémunération plus importante que celui d’un huissier.

Proposition n°8 : Application d’un impôt sur le revenu progressifENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...  Fonctionnaires_paie_banque_ecobank_19000
Des fonctionnaires, devant une banque, attendant leurs salaires
Nous apprenions le mois passé que le gouvernement compte renouer avec la perception de l’impôt sur le revenu (IPR). En effet, depuis avril dernier, les autorités, voulant atténuer les effets néfastes de la pandémie sur les fonctionnaires, avaient décidé de suspendre le prélèvement de 15% du salaire et les primes des fonctionnaires et agents de l’État. Cependant, même si cette perception, par la retenue à la source diminuera le coût réel des rémunérations, cela n’est, à mon sens, pas équitable.
En effet, cette perception doit s’appliquer non seulement aux agents publics, mais également aux membres des institutions nationales et provinciales ainsi que les membres des cabinets politiques. Il serait injuste d’imposer l’IPR sur les rémunérations et les primes d’un huissier sans que ceux du Chef de l’Etat, du ministre ou du député le soit également. Chacun doit faire preuve de civisme fiscal.
Dans un même d’ordre d’idée, le pourcentage de l’IPR retenu ne peut pas être le même (15%) pour un ministre qui gagne l’équivalent de plus 5000 USD/mois et un enseignant qui gagne l’équivalent de 250 USD/mois car l’impact sur le pouvoir d’achat de l’un n’est pas le même pour l’autre. Il faut donc mettre en place un pourcentage d’IPR variable dépendamment de la hauteur du salaire (progressif).
Ceux qui gagnent plus doivent plus contribuer que ceux qui gagnent moins. Pour ma part, un ministre qui gagne l’équivalent de plus 5000 USD/mois doit payer 30% d’IPR tandis qu’un enseignant qui gagne l’équivalent de 250 USD/mois devrait payer 5%.

Proposition n°9 : Fermeture des représentations non stratégiques
À l’heure actuelle, la RDC posséderait 56 ambassades à l’étranger, ainsi que 23 consulats et représentation. Ces représentations diplomatiques sont autant de dépense qui sont de nature à alourdir la charge sur les finances publiques.
À mon sens, il faudrait rationaliser notre présence diplomatique dans le monde au regard de l’importance des échanges commerciaux que nous avons avec ce pays, l’influence stratégique de ce pays et la présence d’une importante diaspora.Ce qui ne représente aucun intérêt sur le commercial, stratégique et dont nous n’avons pas ou très peu de ressortissant qui y résident n’a pas lieu d’être maintenu afin de diminuer le train de vie des institutions.

Proposition n°10 : Désistement à l’organisation des jeux de francophonie
La 107e session du Conseil permanent de la Francophonie, qui a lieu en juillet 2019, avait désigné la République démocratique du Congo (RDC) pour accueillir l’organisation de la 9e édition des Jeux de la Francophonie de 2021. Même si le cadre financier de base est fixé à 10 millions euro pour obtenir les Jeux de la Francophonie, les expériences des autres pays nous démontrent que l’organisation de ce type d’évènement coûte souvent plus chère que le montant prévu.
A titre illustratif, la Cote d’Ivoire qui a organisé les jeux de francophonie en 2017, qui possède des meilleurs infrastructures hôtelière et sportif que la RDC, a déboursé 23 milliards de F Cfa, soit 37 millions USD pour une prévision initiale de 12 millions USD.
Au regard de la crise économique, de la crise sanitaire, de la baisse des recettes publiques, de l’insuffisance d’infrastructure sportif et hôtelière ainsi que du rétrécissement du délai quant à l’organisation de l’évènement dû à la crise sanitaire, il serait sage de se désister à l’organisation des jeux de la francophonie.

Conclusion
Je suis conscient que ces propositions ne sont des mesures populaires, mais nous devons en tant que nation prendre conscience que nous vivons une crise économique exceptionnelle qui exigera des sacrifices exceptionnels. Nos recettes publiques sont en baisse et dans le même temps, nous consacrons 68% de nos dépenses aux rémunérations et 10% dans le fonctionnement de nos institutions.
Pourtant, vous le savez, aucun pays ne s’est développé en consacrant le grand part de ces ressources à payer les fonctionnaires et les agents publics.
Si nous voulons entamer un réel développement, nous n’avons pas le choix que d’investir.
J’espère que cette humble contribution intellectuelle permettra d’aborder, sur le fond, le débat public concernant la réduction du train de vie de nos institutions."



=  https://actu30.cd/2020/12/rdc-pour-le-g13-le-gouvernement-de-lunion-sacree-doit-avoir-au-maximum-35-membres/

= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2021/08/10/prochain-remue-menage-dans-les-fardc-plusieurs-officiers-superieurs-de-larmee-eligibles-a-la-retraite-dont-celestin-mbala-et-leon-richard-kasonga.html/89992/

= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2021/08/09/beni-des-nouvelles-troupes-kanyannes-renforcent-les-effectifs-des-fardc-dans-la-traque-des-adf.html/89952/


Compatriotiquement! 


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...  Empty Re: ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...

Message  ndonzwau 15/8/2021, 7:54 pm

Où en sommes-nous avec l'état de siège ???
Il y'a dix jours un papier du monde en collaboration avec l'Afp concluait catégorique que "l'état de siège était un fiasco, dans l'Est du pays les massacres se poursuivaient ; près de 500 civils y avaient été tués au 5 août par des groupes armés trois mois après l'instauration de l'état de siège". Qu'en est-il aujourd'hui ? Le problème d'effectifs, des moyens et de logistique a-t-il été réglé. On parle déjà des détournements de fonds destinés à l'opération mais elle continue à être renouvelée quasi automatiquement par l'Assemblé.


Le gouvernement juge positif le bilan mi-parcours de l’état de siège après son évaluation à l’Assemblée nationale mais beaucoup d'autres observateurs le jugent au moins mitigé sinon négatif.  



"« L’état de siège est un fiasco » : les massacres se poursuivent dans l’est de la RDC - 06 août 2021
=  https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/08/06/l-etat-de-siege-est-un-fiasco-les-massacres-se-poursuivent-dans-l-est-de-la-rdc_6090708_3212.html
Depuis la mise en place de cette mesure, il y a trois mois, près de 500 civils ont été tués par des groupes armés dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri.

L’espoir suscité par la mise en place de l’état de siège dans le Nord-Kivu et l’Ituri pour briser le cycle des massacres dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC) s’est beaucoup émoussé en trois mois. L’ensemble des groupes armés « ont tué 485 civils en Ituri et au Nord-Kivu » depuis le 6 mai, selon le décompte établi jeudi 5 août par des experts du Baromètre sécuritaire du Kivu (KST, en anglais), présents dans les deux provinces.

« Rien n’a changé. Il n’y a rien de nouveau qui a été entrepris », tranche le politologue Nice Mughanda, professeur des universités dans le Nord-Kivu. « Le problème des effectifs se pose, les moyens sont limités et la logistique est faible », analyse Promesse Matofali Yonama, un élu provincial du Nord-Kivu, qui préconise de « circonscrire l’état de siège dans les territoires de Beni [Nord-Kivu] et d’Irumu [Ituri] », où sont commises le plus d’atrocités.
A lui seul, le mouvement rebelle d’origine ougandaise des Forces démocratiques alliées (ADF), présenté par le groupe Etat islamique (EI) comme sa branche en Afrique centrale (Iscap), est responsable de la mort de 254 civils, selon des chiffres du KST. Les autres milices, notamment les rebelles hutu des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), sont responsables de 231 morts.

« Un échec cuisant »

Le trimestre précédent, le KST avait documenté « 464 civils tués du 1er février au 5 mai 2021 par tous les groupes armés confondus » dans les deux provinces. A eux seuls, les ADF avaient massacré « 225 personnes ». L’armée, de son côté, estime que 121 miliciens, dont 32 membres des ADF, ont été tués depuis l’instauration de l’état de siège. A Beni, sur 39 miliciens morts, 31 appartenaient aux ADF.

L’Assemblée nationale, qui vient de renouveler pour la cinquième fois l’état de siège, a demandé à sa commission Défense et Sécurité d’examiner les points forts et les faiblesses de cette mesure. C’est « un fiasco qui ne devrait pas être renouvelé indéfiniment », s’est emporté Patrick Mundeke, cadre à Goma (nord-Kivu) du parti Ensemble pour la République, de l’ex-gouverneur du Katanga et richissime homme d’affaires Moïse Katumbi.
« L’état de siège est un échec cuisant. Les gens continuent d’être tués, les kidnappeurs opèrent de la même manière sans se faire prendre. La situation devient plus grave qu’avant », se désole Masika Salama, 25 ans, étudiante à Beni.

« Une armée infiltrée »

« La situation s’est dégradée. Avant l’état de siège, on pouvait partir de Beni et arriver à Bunia. Pendant l’état de siège, il est devenu extrêmement dangereux d’effectuer le trajet. Le rayon des tueries s’est étendu. Les assaillants sont désormais actifs aussi dans l’Ituri, au nord de Beni, martèle le professeur Nice Mughanda. Qu’on suspende cette mesure ! On ne peut décréter l’état de siège avec une armée infiltrée, une armée indisciplinée, une armée avec des officiers qui détournent les rations et les soldes des militaires au front. »

Une vingtaine d’officiers sont poursuivis par la justice militaire, qui les accuse d’avoir détourné des fonds destinés à l’état de siège. Le gouvernement congolais a décaissé plusieurs dizaines de millions de dollars pour des opérations dans les deux provinces, selon un haut gradé.
Il n’y a guère qu’à Goma, où le banditisme urbain est le quotidien des habitants, qu’on est satisfait : « Depuis l’instauration de l’état de siège, il y a moins de tueries, moins de cambriolages et on n’entend plus des coups de feu chaque nuit », déclare Hussein Ally Compani, chauffeur de taxi-moto dans le chef-lieu du Nord-Kivu. Augustin Kapila, cadre de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS, au pouvoir) à Goma, estime également que « l’armée fait un bon travail »« Il y a des groupes neutralisés et d’autres se rendent. Nous encourageons aujourd’hui l’armée à continuer dans ce sens », se réjouit-il."
Le Monde avec AFP"


"État de siège : Le résultat de l’évaluation de l’état de siège a été positif au regard des réalisations (Gouvernement) - 14 août 2021
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/08/14/etat-de-siege-le-resultat-de-levaluation-de-letat-de-siege-a-ete-positif-au-regard-des-realisations-gouvernement.html/90381/
Les ministres de l’Intérieur, Décentralisation et Affaires Coutumières, celui de la Défense Nationale et Anciens Combattants, ainsi que celle de la Justice et Garde des Sceaux ont présenté au conseil des ministres du vendredi 13 août, le rapport de leur audition devant la Commission Défense et Sécurité de l’Assemblée Nationale
sur l’évaluation à mi-parcours de l’état de siège décrété dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu.

  • ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...  B4A6924F-2702-46C3-966B-A144B20606B5

Au terme de ces auditions de 5 jours, les députés nationaux ont relevé, à l’attention des ministres ainsi qu’à celle des gouverneurs militaires, la nécessité d’une
collaboration renforcée recommandant la solidarité dans l’action afin de permettre à l’état de siège d’atteindre ses objectifs.
Néanmoins, le Vice-Ministre de la Défense Nationale et
Anciens Combattants a dans son intervention, indiqué que le résultat de l’évaluation de l’état de siège a été positif. Ce résultat s’explique au regard des réalisations suivantes :�

  • Le contrôle des zones ;
  • La réouverture des itinéraires jadis infréquentables, en l’occurrence les routes
    d’intérêt national et provincial RN 4 (Beni-Komanda, RN 44 (Beni – Kasindi)
    et RN 27 (Bunia – Mahagi) ;
  • La reconquête d’une cinquantaine de villages, le retour progressif des populations déplacées dans leurs milieux d’origine ;
  • La réhabilitation et la réfection d’infrastructures de base détruites par les groupes armés ou par effets collatéraux des affrontements, réhabilitations financées par le gouverneurs au moyen des recettes des provinces.

Il a aussi informé le Conseil de la poursuite des opérations militaires dans les deux provinces sous état de siège�.
De son côté, le gouvernement s’est engagé à prendre en compte les observations faites par la Commission Défense et Sécurité pour une
meilleure coordination dans la prise en charge globale de toutes les questions concernant l’état de siège.
= https://24h.cd/2021/08/14/evaluation-de-letat-de-siege-a-lassemblee-nationale-le-gouvernement-juge-positif-le-bilan-mi-parcours/

"RDC-Évaluation de l'état de siège : La Commission Défense et Sécurité met en place 3 sous-commissions - 12 août 2021
= https://7sur7.cd/2021/08/12/rdc-evaluation-de-letat-de-siege-la-commission-defense-et-securite-met-en-place-3-sous
Après avoir clôturé les auditions de 3 membres du gouvernement sur l'évaluation de l'état de siège, la commission Défense et sécurité de l'Assemblée nationale a mis en place 3 sous-commissions afin de poursuivre les travaux.
Dans une interview accordée à 7SUR7.CD ce jeudi 12 août 2021, le député national Jacques Ndjoli, 1er vice-président de la commission Défense et sécurité, a fait savoir que ces sous-commissions vont aller en profondeur avec les discussions pour préparer un draft pour la plénière de la commission.

« Les 3 sous-commissions vont aller en profondeur et préparer le draft pour les discussions en plénière de la commission et c'est de cette discussion que s'élaborera le document que nous allons présenter au bureau et la plénière pour orientation et décision. Les ministres nous ont fait l'état de lieux à mis parcours de la mise en œuvre du processus de rétablissement de la paix par l'instauration de l'état de siège par le chef de l'État. Donc, c'est une évaluation a mis parcours, ça nous a permis de voir dans les 3 secteurs que nous avons retenus à savoir : la défense, l'intérieur et les services de renseignement et de maintien de l'ordre, et la justice, la protection des droits fondamentaux. Ce sont les aspects centraux de la question », a dit Jacques Ndjoli.

L'élu du Mouvement de Libération du Congo (MLC) a, en outre, précisé qu'il est probable qu'une 4ème sous-commission soit mise en place pour traiter les questions relatives à l'appui budgétaire.
« Il est probable que nous ayons une 4ème sous-commission qui sera consacrée au problème des appuis notamment après l'audition du ministre de budget et de finances pour voir la dimension des ressources allouées à l'exécution optimale de l'état de siège », a-t-il ajouté."


"RDC : L’évaluation de l’État de siège s’impose; pensent les élus de l’Ituri - juin 4, 2021
= Les ministres de l’Intérieur, Décentralisation et Affaires Coutumières, celui de la Défense Nationale et Anciens Combattants, ainsi que celle de la Justice et Garde des Sceaux ont présenté au conseil des ministres du vendredi 13 août, le rapport de leur audition devant la Commission Défense et Sécurité de l’Assemblée Nationale
sur l’évaluation à mi-parcours de l’état de siège décrété dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu.

Au terme de ces auditions de 5 jours, les députés nationaux ont relevé, à l’attention des ministres ainsi qu’à celle des gouverneurs militaires, la nécessité d’une
collaboration renforcée recommandant la solidarité dans l’action afin de permettre à l’état de siège d’atteindre ses objectifs.
Néanmoins, le Vice-Ministre de la Défense Nationale et
Anciens Combattants a dans son intervention, indiqué que le résultat de l’évaluation de l’état de siège a été positif. Ce résultat s’explique au regard des réalisations suivantes :�

Le contrôle des zones ;
La réouverture des itinéraires jadis infréquentables, en l’occurrence les routes
d’intérêt national et provincial RN 4 (Beni-Komanda, RN 44 (Beni – Kasindi)
et RN 27 (Bunia – Mahagi) ;
La reconquête d’une cinquantaine de villages, le retour progressif des populations déplacées dans leurs milieux d’origine ;
La réhabilitation et la réfection d’infrastructures de base détruites par les groupes armés ou par effets collatéraux des affrontements, réhabilitations financées par le gouverneurs au moyen des recettes des provinces.
Il a aussi informé le Conseil de la poursuite des opérations militaires dans les deux provinces sous état de siège�.

De son côté, le gouvernement s’est engagé à prendre en compte les observations faites par la Commission Défense et Sécurité pour une
meilleure coordination dans la prise en charge globale de toutes les questions concernant l’état de siège.
Les ministres de l’Intérieur, Décentralisation et Affaires Coutumières, celui de la Défense Nationale et Anciens Combattants, ainsi que celle de la Justice et Garde des Sceaux ont présenté au conseil des ministres du vendredi 13 août, le rapport de leur audition devant la Commission Défense et Sécurité de l’Assemblée Nationale
sur l’évaluation à mi-parcours de l’état de siège décrété dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu.


"RDC : en trois mois d'état de siège, 533 personnes sont mortes - 12 août 2021
= https://fr.africanews.com/2021/08/12/rdc-en-trois-mois-d-etat-de-siege-533-personnes-sont-mortes/


"Etat de siège à Beni : les députés nationaux du Nord-Kivu notent quelques avancées - 14/08/2021
=https://www.radiookapi.net/2021/08/14/actualite/securite/etat-de-siege-beni-les-deputes-nationaux-du-nord-kivu-notent-quelques


"RDC : le bilan de l’état de siège est négatif à la suite de détournement de fonds (Gratien Iracan) - 09/08/2021
= https://www.radiookapi.net/2021/08/09/actualite/securite/rdc-le-bilan-de-letat-de-siege-est-negatif-la-suite-de-detournement-de
Le bilan de l'état de siège est négatif à la suite de détournement de fonds, a affirmé le député national Gratien Iracan. Dans une interview accordée dimanche 8 août à Radio Okapi, l'élu de l'Ituri regrette que 33 millions USD soient débloqués pour le financement de l'état de siège, mais les deux provinces n’ont pu recevoir que 8 millions USD.
Sur les 25 millions restants, 13 millions USD ont été retrouvés à l'état-major général des Forces armées de la RDC à Kinshasa. Ses responsables disent avoir gardé cet argent dans un coffre-fort, en vue d'un achat d'un « avion », s'indigne le député Iracan.
« Comment expliquer que l'argent qui devrait être gardé dans une banque, se retrouve dans un coffre-fort ? Quelle que soit la raison évoquée par l'état-major, quelques généraux devraient être en prison », a-t-il déclaré.

Le député Iracan évoque notamment le déficit d’effectifs militaires, mais aussi le manque de moyens logistiques qui empêchent le bon déroulement de l'état de siège.
Félix Tshisekedi piégé
Pour ce même député, le Chef de l’Etat a été piégé par ceux qui l’ont encouragé à le décréter, dont certains officiers de l'armée, qui sont notamment à l'origine des détournements constatés.
« Nous avons une bonne armée, mais, les commandants sont mauvais. Ils construisent des maisons en étage ici à Kinshasa, roulent carrosse alors que les militaires sont privés de tout dans les zones d’opérations », dévoile le député Gratien Iracan.
Les députés nationaux se demandent pourquoi la Mission de l’ONU en RDC (MONUSCO) a été écartée des opérations de l’état de siège alors qu’elle pourrait apporter son appui logistique notamment.

Les députés du Nord-Kivu et de l’Ituri indiquent aussi que la situation sécuritaire s’est dégradée sous l'état de siège.
Mais le ministère de la défense dresse un bilan plutôt positif de l'état de siège Dans les provinces du Nord-Kivu et de l'ituri.
C'est ce lundi 9 août que se poursuivent les auditions du ministère de la Défense à la Commission défense et sécurité de l’Assemblée nationale.
Gratien Iracan est l'invité de Radio Okapi. Il s'entretient avec Michel Kifinda Ngoyi.

  • play

  • stop

  • mute

  • max volume


00:00
05:26

  • repeat


Télécharger


"En RDC, le mouvement citoyen Lucha demande la levée de l’état de siège dans l’est du pays - 13 août 2021
= https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/08/13/en-rdc-le-mouvement-citoyen-lucha-demande-la-levee-de-l-etat-de-siege-dans-l-est-du-pays_6091327_3212.html

"RDC- Évaluation de l’état de siège: le ministre de la Défense sollicite 48 heures pour répondre aux préoccupations des députés
= https://congoreformes.com/2021/08/06/rdc-evaluation-de-letat-de-siege-le-ministre-de-la-defense-sollicite-48-heures-pour-repondre-aux-preoccupations-des-deputes/


"Beni : plus de 40 ADF neutralisés par les FARDC à Mwalika -13 août 2021
= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2021/08/13/beni-plus-de-40-adf-neutralises-par-les-fardc-a-mwalika.html/90253/

= https://www.politico.cd/encontinu/2021/08/14/beni-5-otages-des-adf-se-sont-echappes-miraculeusement-a-kainama.html/90354/
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/08/14/nord-kivu-larrivee-des-troupes-kenyannes-donne-une-lueur-despoir-au-retour-de-la-paix-me-achille-kapanga.html/90350/


Compatriotiquement! 


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...  Empty Re: ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...

Message  ndonzwau 27/8/2021, 6:08 pm

L'état de siège ???


"Etat de siège : l’union sacrée pour la nation appelle tous les acteurs politiques du Nord-Kivu à bannir leurs « divergences » -23/08/2021
= https://www.radiookapi.net/2021/08/23/actualite/securite/etat-de-siege-lunion-sacree-pour-la-nation-appelle-tous-les-acteurs

"Nord-Kivu : L’armée va en guerre contre tout députe provincial qui s’attaque à l’état de siège (CongoForum) - 17/08/2021 |
= https://www.congoforum.be/fr/2021/08/nord-kivu-larmee-va-en-guerre-contre-tout-depute-provincial-qui-sattaque-a-letat-de-siegecongoforum/

"Ituri : 450 civils tués entre janvier et juillet 2021 dans les conflits armés (Société civile) -  23/08/2021
= https://www.radiookapi.net/2021/08/23/actualite/securite/ituri-450-civils-tues-entre-janvier-et-juillet-2021-dans-les-conflits

"RDC: l’ONU déplore une détérioration de la situation à Beni - 23 août 2021
= https://afrique.lalibre.be/63159/rdc-lonu-deplore-une-deterioration-de-la-situation-a-beni/

"Situation sécuritaire en Ituri : Sama Lukonde échange avec une délégation provinciale de la MONUSCO  - 22 août 2021
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/08/22/situation-securitaire-en-ituri-sama-lukonde-echange-avec-une-delegation-provinciale-de-la-monusco.html/90928/


"La débâcle de l’OTAN et de l’armée afghane face aux Talibans : quelles leçons pour la réforme des armées africaines/FARDC ? – JJ Wondo -23 août 2021
= https://afridesk.org/la-debacle-de-lotan-et-de-larmee-afghane-face-aux-talibans-quelles-lecons-pour-la-reforme-des-armees-africaines-fardc-jj-wondo/

"RDC : Sama Lukonde en mission humanitaire et sécuritaire à l’Est
= https://laprosperiteonline.net/

= https://laprosperiteonline.net/2021/08/17/a-la-une/les-fardc-eradiquent-linsecurite-dans-le-respect-des-droits-humains-etat-de-siege-patrick-muyaya-et-fabrice-puela-appellent-au-soutien-aux-actions-du-gouvernement/
= https://www.forumdesas.net/2021/08/sama-lukonde-invite-les-deputes-de-lituri-a-soutenir-letat-de-siege/
=  https://www.radiookapi.net/2021/08/23/actualite/politique/rdc-jean-michel-sama-lukonde-attendu-beni-ce-lundi
= https://www.radiookapi.net/2021/08/22/actualite/securite/rdc-sama-lukonde-bunia-pour-evaluer-letat-de-siege-en-ituri

"Christophe Mboso et Modeste Bahati scrutent les pistes de solutions pour la paix en RDC - 27.08.2021
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-92339_christophe_mboso_et_modeste_bahati_scrutent_les_pistes_de_solutions_pour_la_paix_en_rdc.html]mediacongo.net

"Evaluation de l'état de siège : Aimé Boji auditionné à l'Assemblée nationale - 26.08.2021
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-92331_evaluation_de_l_etat_de_siege_aime_boji_auditionne_a_l_assemblee_nationale.html
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-92213_etat_de_siege_nicolas_kazadi_auditionne_par_la_commission_de_defense_et_securite_de_l_assemblee_nationale_ce_mardi.html
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-92209_elections_2023_les_allies_de_l_unc_regroupes_au_sein_de_la_nouvelle_structure_denommee_rafa_unc.html
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-92137_etat_de_siege_andre_alain_atundu_preconise_l_implication_de_l_anr.html

"Félix Tshisekedi : Héros ou Zéro ? (Tribune du Pr. Voto) - 22.08.2021
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-92103_felix_tshisekedi_heros_ou_zero_tribune_du_pr_voto.html

"RDC : le parcours d’obstacles de Félix Tshisekedi pour 2023 - 23 août 2021
= https://www.jeuneafrique.com/1220022/politique/rdc-le-parcours-dobstacles-de-felix-tshisekedi-pour-2023/

= https://www.radiookapi.net/2021/08/09/actualite/securite/rdc-le-bilan-de-letat-de-siege-est-negatif-la-suite-de-detournement-de
= https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/08/13/en-rdc-le-mouvement-citoyen-lucha-demande-la-levee-de-l-etat-de-siege-dans-l-est-du-pays_6091327_3212.html
= https://actualite.cd/2021/08/06/etat-de-siege-en-rdc-en-trois-mois-rien-na-change


"Etat de siège : financement, coordination, troupes, l’heure de l’évaluation - 24 août 2021
= https://actualite.cd/2021/08/24/etat-de-siege-financement-coordination-troupes-lheure-de-levaluation
Au moins quatre corps des civils tués par les combattants d'Allied Democratic Forces (ADF) avaient été découverts le 11 août dans le village de Kengele, à 15 kilomètres à l'ouest de la cité d'Oicha (territoire de Beni), au Nord-Kivu. Près de deux semaines plus tard, Jean-Michel Sama Lukonde est arrivé dans cette région-trouble. A Oicha, il a échangé avec les autorités locales, les responsables sécuritaires ainsi que la population.  

C’est depuis samedi dernier qu’il conduit une importante mission d’évaluation des mesures liées à l’état de siège dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu.
Le gouvernement considère Beni comme l’épicentre du terrorisme dans la partie est de la RDC. 
« Nous avons reçu plusieurs critiques après cent jours. Nous venons écouter les responsables locaux, les différents corps ainsi qu’avec les populations (…). Contre vents et marées, nous mettrons fin à l’activisme des groupes armés. C’est la détermination du chef de l’Etat et de son gouvernement. Nous sommes dans une dynamique de transparence et de suivi », a dit, à ACTUALITE.CD, Patrick Muyaya, ministre de la communication et des médias, également membre de la délégation. 
A Bunia, lui et sa délégation ont échangé particulièrement avec les humanitaires. L’Ituri compte plus d’un million de déplacés suite aux violences armées. Le Chef du gouvernement a également discuté avec le commandement militaire et les soldats blessés pendant les opérations. 

Goma sera la dernière étape de ce périple. La ministre de la justice, le ministre du budget, le ministre de la défense, celui de l’ESU ainsi que le vice-ministre des affaires étrangères sont également dans cette délégation. 
Cette mission correspond avec le bouclage du contrôle assuré par l’inspection générale de l’Armée sur les fonds loués aux opérations militaires. Un rapport sera soumis cette semaine au ministre de la défense. Certains officiers supérieurs ont été mis à la disposition de la justice. Entre-temps, les ministres sont toujours auditionnés par la commission défense de l’Assemblée nationale."
= https://actualite.cd/2021/08/23/etat-de-siege-beni-sama-lukonde-veut-maintenir-le-cap-fixe-par-le-president-de-la
= https://actualite.cd/2021/08/13/ni-bya-kiroho-repenser-letat-de-siege-au-nord-kivu


"Évaluation de l’état de siège : Bertin Mubonzi constate une volonté de l’armée et du gouvernement de restaurer la paix à l’Est - août 12, 2021
= https://actu30.cd/2021/08/evaluation-de-letat-de-siege-bertin-mubonzi-constate-une-volonte-de-larmee-et-du-gouvernement-de-restaurer-la-paix-a-lest/
= https://objectif-infos.cd/2021/08/11/bertin-mubonzi-eclaire-lopinion-lobjectif-de-levaluation-de-letat-de-siege-nest-pas-de-bloquer-la-machine/

"Assemblée nationale : la redéfinition de l'état de siège très souhaitée
= https://www.election-net.com/assemblee-nationale-la-redefinition-de-letat-de-siege-tres-souhaitee/
= https://infocongo.net/2021/08/12/assemblee-nationale-les-elus-veulent-redefinir-letat-de-siege/

"Évaluation de l’état de siège : Manque d’un montage financier, les ministres de budget et des finances attendus pour une audition
août 18, 2021

= https://objectif-infos.cd/2021/08/18/evaluation-de-letat-de-siege-manque-dun-montage-financier-les-ministres-de-budget-et-des-finances-attendus-pour-une-audition/
"Fonds alloués à l’état de siège : La commission défense et sécurité a auditionné le ministre des finances - août 25, 2021
= https://objectif-infos.cd/2021/08/25/fonds-alloues-a-letat-de-siege-la-commission-defense-et-securite-a-auditionne-le-ministre-des-finances/
= https://www.opinion-info.cd/politique/2021/08/26/rdc-les-aspects-financiers-de-letat-de-siege-passes-au-crible-par-le-ministre

"RDC -Etat de siège : l’armée renforce sa capacité de renseignements avec 10 drones «tactiques» - 21 août 2021
= https://www.digitalcongo.net/article/6120dbabadab8f0015aec7b4/


Compatriotiquement! 


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...  Empty Re: ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...

Message  ndonzwau 31/8/2021, 1:16 am

"J'ai entendu hier peiné et furieux les réponses d'un Conseiller de Tshisekedi, Vidye Tshimanga ânonner un discours suffisant et arrogant qui respirait le mépris du panel quasi complaisant sauf Kusuanika qui lui posait des questions. Il a débité des propos théoriques sur l'action de Tshisekedi loin de la réalité nous vendant de bonnes projections comme si elles comblaient pour l'heure les attentes à des Congolais condamnés d'attendre sans la gamelle avec des promesses dont tout le monde sait qu'elles ne concernent que ceux qui les suivent.

S'agissant par exemple des Rwandais,Tshimanga a le culot de nous offrir un cirque horrible pour son propre pays devenu devant ses yeux aveugles une espèce de colonie des puissances étrangères auxquelles les autochtones se seraient résignés à une non-violence prétendue rusée. Faut-il contrer ou non les envahisseurs dont toute l'histoire nous donne des exemples flagrants. Comme s'il existait au monde une résistance possible contre les armes à mains nues, le pouvoir qu'il représente croit ainsi que la ruse et le pillage des Rwandais pour autant qu'ils ne les chassent pas du pouvoir importaient peu, le sort du peuple jour après jour plus malheureux ne comptait point. Pourvu que ces pauvres malheureux ne se révoltent pas ? Jusqu'où, jusqu'à quand ?

C'est quoi d'autre la triste réalité sinon en effet que malgré la bonne volonté politique de changer les choses le pouvoir tarde trop à le matérialiser, freiné par des pesanteurs dues à ses propres modalités de fonctionnement. Exemple flagrants : certains dossiers de corruption, de fraude et de détournement sont bel et bien déterrés et présentés devant la justice mais non seulement beaucoup d’autres sont gardés en silence mais aussi la politique semble interférer dans ceux qui sont présentés devant la justice au point que leur traitement est souvent inachevé, sans suite ou alors point de restitution publique des sommes détournées. Ou encore un empilement de nouveaux organes à terme couteux pour traiter des mêmes questions et surtout de nouveaux cas de détournement sont découverts tous les jours dans ces organes nouvellement créés ou anciens – le cas de la fameuse mafia au sein de l’Armée découverte par le Chef de l’Etat lui-même et les détournements des fonds destinés à l’état de siège sont des exemples criants -, à quoi alors a abouti la volonté de changement, à des promesses creuses ?

Aux deux camps politiques au pays de Lumumba, le pouvoir en place étriqué flanqué en son sein de quelques opposants internes vacillant et pas toujours droits et en face, des adversaires itou équivoques et versatiles il faudra ajouter les vrais patriotes Congolais qui parfois ne se retrouvent nulle part et ont le droit de critiquer les deux camps. Voilà où rassembler tous et dialoguer pour l’intérêt national au lieu de chanter son cocorico triomphant comme le fait Sieur Tshimanga, jusqu'à nous rappeler à notre grand regret les fameux "effets collatéraux" que nous représenterions dans nos malheurs face aux Rwandais selon Tshisekedi ; inacceptable !



"EN TOUTE VERITE : QUESTIONS DIRECTES A VIDIYE TSHIMANGA, CONSEILLER DE FATSHI -



"RDC: le gouvernement va lancer l’Agence Nationale pour le Développement de l’Entrepreneuriat au Congo (ANADEC) et l’Agence pour la Promotion des Classes Moyennes Congolaises (APROCM) -
= https://actualite.cd/index.php/2021/08/28/rdc-le-gouvernement-va-lancer-lagence-nationale-pour-le-developpement-de

"RDC: le Gouvernement adopte le Projet de Décret créant un Établissement Public dénommé « Unité de Coordination de Partenariat Public-Privé » --
= https://actualite.cd/index.php/2021/08/28/rdc-le-gouvernement-adopte-le-projet-de-decret-creant-un-etablissement-public-denomme

= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2021/08/28/selon-la-vision-du-chef-de-letat-bientot-la-signature-dun-nouveau-contrat-veridos-totalement-pris-en-charge-par-le-tresor-public.html/91261/


"Conseil économique et social : la commission ad hoc présente le rapport sur le profil de la gouvernance en RDC
= https://deskeco.com/2021/08/31/conseil-economique-et-social-la-commission-ad-hoc-presente-le-rapport-sur-le-profil-de-la

"La RDCongo 175e sur 189 pour le développement humain - 30 août 2021
= https://afrique.lalibre.be/63328/la-rdcongo-175e-sur-189-pour-le-developpement-humain/

"Les Etats-Unis vont assister la RDC dans la lutte contre la corruption, le blanchiment des capitaux et les réformes fiscales -31 août 202
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/08/31/les-etats-unis-vont-assister-la-rdc-dans-la-lutte-contre-la-corruption-le-blanchiment-des-capitaux-et-les-reformes-fiscales.html/91479/

"L'Inspection générale des Finances au chevet du FMI pour la réussite de son programme en RDC - 28.08.2021,
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-92403_l_inspection_generale_des_finances_au_chevet_du_fmi_pour_la_reussite_de_son_programme_en_rdc.html

"SCTP : le contrôle de l’IGF décèle des actes de mégestion à tous les niveaux - 29/07/2021
= https://www.forumdesas.net/2021/07/sctp-le-controle-de-ligf-decele-des-actes-de-megestion-a-tous-les-niveaux/

= https://www.politico.cd/encontinu/2021/08/30/mafia-dans-larmee-linspection-generale-des-fardc-a-transmis-au-ministre-de-la-defense-son-rapport-detaille.html/91421/
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/08/31/nord-kivu-des-fictifs-et-deserteurs-parmi-les-beneficiaires-de-la-prime-de-risque-des-infirmiers.html/91471/
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/08/30/le-depute-jean-baptiste-kasekwa-denonce-la-precipitation-de-la-prorogation-de-letat-de-siege-sans-examen-du-rapport-de-la-commission-defense-et-securite.html/91451/
= https://actualite.cd/index.php/2021/08/31/kinshasa-lasbl-les-amis-de-fatshi-offre-500-gilets-fluorescents-aux-motocyclistes-pour
= https://actualite.cd/2021/08/29/lutte-contre-la-corruption-en-rdc-la-dynamique-congo-2060-appelle-la-rehabilitation-et


"LA UNE DE LA PRESSE CETTE SEMAINE À KINSHASA
À la Une de la presse de Kinshasa: les lignes rouges de Moïse Katumbi - 29/08/202

= https://www.rfi.fr/fr/podcasts/la-une-de-la-presse-cette-semaine-%C3%A0-kinshasa/20210829-%C3%A0-la-une-de-la-presse-de-kinshasa-les-lignes-rouges-de-mo%C3%AFse-katumbi

= https://www.rfi.fr/fr/podcasts/invit%C3%A9-afrique/20210829-rdc-l-extraction-du-cobalt-n-a-rien-apport%C3%A9-de-constructif-au-bien-%C3%AAtre-de-la-population-au-congo

"Les trois tendances politiques du pays s’affrontent désormais ouvertement sur la question du choix du président de la CENI.- 28.08.2021
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-92424_les_trois_tendances_politiques_du_pays_s_affrontent_desormais_ouvertement_sur_la_question_du_choix_du_president_de_la_ceni.html

"L’UDPS s’invite à l’Examen d’Etat ! - 31/08/2021
= https://www.forumdesas.net/2021/08/ludps-sinvite-a-lexamen-detat/

"RDC : la LICOCO salue l'arrestation d'Eteni Longondo mais s'inquiète du silence de la justice sur d'autres dossiers de corruption, de fraude et de détournement - 31 août  2021
= https://deskeco.com/2021/08/31/rdc-la-licoco-salue-larrestation-deteni-longondo-mais-sinquiete-du-silence-de-la-justice-sur-dautres

"Bis repetita…! - 30 AOÛT 2021
= https://laprosperiteonline.net/2021/08/30/rasoir/bis-repetita/


"Analyse du 31 août 2021:Le négationisme du régime Tshisekedi ou la blanchisserie de l'occupation!"



"T'LA DU 31.08.21 : REAGISSEZ AU SUJET D'ACTUALITE DE VOTRE CHOIX AU +32 465 84 12 91"




Compatriotiquement! 


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...  Empty Re: ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...

Message  ndonzwau 21/9/2021, 4:41 pm

L'ETAT DE SIEGE, encore et toujours l'état de siège, où en sommes-nous ??? Rappelons-le, "l'état de siège" est un régime spécial en vigueur depuis le 6 mai dans les provinces du Nord Kivu et de l’Ituri, une mesure prise par le président Tshisekedi pour endiguer les violences endémique qui frappent la population de ces deux provinces. Un régime dans lequel l'administration est cédé aux militaires mais après presque 5 mois et une huitième prorogation quasi automatique par le Parlement sans regarder au plus près les résultats, quid du bilan ?  

Oui quel est à ce stade le bilan réel de cet état de siège ? Encourageant selon le Ministre Muyaya, plutôt maigre ou du moins mitigé selon les habitants qui y vivent toujours dans la peur d'un prochain massacre et beaucoup d'observateurs avisés en dépit de cette communication offensive du gouvernement. Les causes de ce demi échec selon ces derniers : une intensification toute relative des offensives militaires et une corruption du commandement qui paralyse l'armée C;ongolaise depuis des décennies. Mais encore ?

Peu d'amélioration dans les deux provinces, les massacres et autres dommages graves continuent, entre le 6 mai date de l'instauration de l'état de siège et le 10 septembre, les groupes armés ont tué au moins 672 civils et les forces de sécurité Congolaises 67 autres civils, pas mieux qu'avant et même légèrement pire. Le gouvernement en arrive à reconnaître que si la solution l'est auss elle ne peut pas être que militaire. Sous-payés et mal commandés, nos soldats n’ont jamais réussi à venir à bout de la centaine de groupes armés qui pullule dans la région. Une mafia truffée de corruption gangrène nos Fardc, le  président l'a reconnu mais il semble qu'il n'en a pas encore trouvé la solution même si des officiers impliqués dans des détournements de fonds, des malversations et le maintien de fausses fiches de paie pour des effectifs fictifs auraient été  arrêtés ; des lampistes ? Un remaniement radical comprenant des officiers supérieurs est impératif.  

L'état de siège inopérant, certains réclament sa levée ou du moins sa requalification ; la population de Béni elle, organise des villes mortes pour le rejeter ainsi que  les exactions des militaires. Le problème est que jusque-là le Parlement et le Gouvernement ne semblent pas avoir réussi à en faire une évaluation exploitable et les nouveaux administrateurs militaires ne semblent doués que par une communication poussive...



"RDC : sous état de siège les massacres continuent
= http://afrikarabia.com/wordpress/rdc-sous-etat-de-siege-les-massacres-continuent/
Depuis l'instauration de l'état de siège en mai 2021, 739 civils ont été tués dans les provinces de l'Ituri et du Nord Kivu selon le baromètre de sécurité du Kivu (KTS). Les causes de cet échec : une intensification toute relative des offensives militaires et une corruption du commandement qui paralyse l'armée congolaise depuis des décennies.

Le décompte macabre se poursuit à l’Est de la République démocratique du Congo (RDC) alors que le président congolais, Félix Tshisekedi, a placé deux provinces en état de siège depuis le 6 mai dernier. Les autorités congolaises ont remplacé les administrations civiles pour des militaires et annoncé l’intensification des opérations de l’armée régulière dans cette large zone en proie aux groupes armés depuis plus de 25 ans. Mais après presque 5 mois de ce régime d’exception et une huitième prorogation votée récemment par l’Assemblée nationale, les résultats sont bien maigres, en dépit d’une communication très offensive du gouvernement congolais.

« La peur du prochain massacre »

Les données recueillies par le Baromètre sécuritaire du Kivu, en partenariat avec Human Rights Watch (HRW) et du Groupe d’étude sur le Congo (GEC), confirment que la situation sécuritaire ne s’est pas améliorée dans ces deux provinces. En effet, entre le 6 mai et le 10 septembre, les groupes armés ont tué au moins 672 civils et les forces de sécurité congolaises ont tué 67 autres civils, dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu. « Si le gouvernement congolais reconnaît la nécessité de sécuriser davantage les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu, l’imposition de l’état de siège n’a pas permis d’y parvenir », estime Thomas Fessy, chercheur à Human Rights Watch. « 
Bien que le gouvernement s’efforce de dépeindre ses actions en succès militaires, bon nombre d’habitants de l’Est de la RD Congo vivent toujours dans la peur constante du prochain massacre.
 »

« Une thérapie de choc »

Le dernier massacre de masse recensé a lieu début septembre, où au moins 30 civils ont été tués en Ituri, à la machette ou par balles. Pointés du doigt : les ADF, une rébellion d’origine ougandaise qui sévit dans la région depuis le début des années 1990 et qui est maintenant présentée comme une branche de l’Etat islamique (EI) en Afrique centrale. Pourtant, le gouvernement congolais estime que le bilan de l’état de siège est « très encourageant » selon les propres termes du porte-parole de l’exécutif, Patrick Muyaya. Le 26 août, à Human Rights Watch, il a également déclaré que l’état de siège était une « thérapie de choc » qui n’était pas censée être permanente. « Nous sommes convaincus que la solution ne peut être uniquement militaire, mais qu’elle doit être d’abord militaire ».

« Les militaires ont fui vers leur camp »

Régulièrement, l’armée congolaise affirme avoir repris des positions des ADF, et des redditions d’éléments de groupes armés sont annoncées. Mais plusieurs éléments viennent tempérer l’optimisme des autorités. Il y a certes le nombre de morts, en hausse constante, mais il y a aussi la supposée « intensification » des offensives militaires. Selon le Baromètre sécuritaire du Kivu, il n’y a « aucune indication que les forces congolaises ont intensifié leurs opérations militaires pour améliorer la protection des civils dans les zones les plus à risque. » Il y a enfin la passivité et l’impuissance de l’armée congolaise, très souvent dénoncées par les témoins. A Idohu, en août, « Nous avions eu des informations selon lesquelles ces ennemis [les groupes armés] étaient en route, mais [les soldats du gouvernement] ne les ont pas poursuivis[/size] », raconte un témoin à Human Rights Watch. « À Idohu, il y avait des militaires, mais ils ont fui vers leur camp, qui se trouve à environ un kilomètre. Nous ne comprenons pas comment ils opèrent. »

Des sous-officiers corrompus interpellés

Le manque d’efficacité de l’armée congolaise n’est pas nouveau. Il est même endémique, depuis des dizaines d’années. Sous-payés et mal commandés, les soldats congolais n’ont jamais réussi à venir à bout de la centaine de groupes armés qui pullule dans la région. Le président Tshisekedi avait promis dans l’instauration de l’état de siège une chasse à la corruption et à la « mafia » qui gangrène l’armée. « Suite à une enquête menée par l’Inspecteur général de l’armée, le général Gabriel Amisi, également connu comme « Tango Four », des responsables militaires ont déclaré avoir arrêté plusieurs officiers qui auraient été impliqués dans des détournements de fonds, des malversations et le maintien de fausses fiches de paie pour des effectifs fictifs » rappelle Human Rights Watch. Mais pour l’instant, l’enquête n’a visiblement permis d’interpeller que des lampistes. Pour l’ONG des droits de l’homme, « l’enquête devrait s’étendre aux officiers supérieurs de l’armée, notamment Amisi, qui font l’objet de sanctions internationales, sont impliqués dans de graves abus ou sont soupçonnés de tirer profit d’activités illégales ». Selon nos informations, un profond remaniement au sein de l’armée est en préparation… mais peine à voir le jour."


"RDC: l’état de siège n’empêche pas les massacres à l’est - 16 septembre 2021
= https://afrique.lalibre.be/63705/rdc-letat-de-siege-nempeche-pas-les-massacres-a-lest/
Depuis le début de l’imposition de l’état de siège dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri (nord-est du Congo), le 6 mai dernier, jusqu’au 10 septembre, « le nombre de civils tués dans des attaques est en grande partie resté inchangé », constatent l’organisation de défense des droits de l’homme Human Rights Watch (HRW) et le Groupe d’étude sur le Congo (GEC, basé à l’Université de New York). La justification du décret présidentiel instaurant cet état d’exception était de mettre fin aux massacres.

Selon le rapport de HRW et du GEC, « au moins 739 civils » ont été tués durant ces quatre derniers mois dans les deux provinces sous état de siège : 672 par des groupes armés « dont certains restent non identifiés », et 67 par les forces de sécurité congolaises.
Le rapport détaille l’attaque du 2 août dernier contre le village d’Idohu (Ituri) par le groupe armé islamiste ADF, dirigé par des Ougandais. Elle a tué 16 civils ; « une douzaine de soldats de l’armée congolaise se trouvaient dans le village et d’autres étaient stationnés dans un camp militaire à proximité mais ils n’ont pas empêché l’attaque ». Selon un activiste d’Idohu, les militaires « ont fui vers leur camp, qui se trouve à environ un kilomètre ».

Des militaires aussi

Le rapport note que « d’autres groupes armés et certains éléments de l’armée nationale congolaise ont également été impliqués dans des attaques dans la région ».
Le rapport de HRW et du GEC souligne également que malgré les déclarations du gouverneur militaire du Nord-Kivu, le lieutenant-général Constant Ndima, qui assurait le mois dernier qu’ »il y a un grand changement » dans la province grâce à l’action de l’armée, les données « ne montrent aucune indication que les forces congolaises ont intensifié leurs opérations militaires pour améliorer la protection des civils dans les zones les plus à risque ».
Ce rapport s’ajoute aux protestations des civils sur place. Le 12 août, le mouvement citoyen Lucha (Lutte pour le changement) avait appelé à mettre fin à l’état de siège, ce dernier n’ayant pas fait baisser le nombre des victimes civiles d’attaques armées et n’ayant servi qu’à restreindre considérablement les libertés.
Le 17 août, des élus provinciaux du Nord-Kivu évoquaient 440 civils tués et de nombreuses destructions de villages dans la province en demandant à l’Assemblée nationale de ne pas proroger l’état de siège dans les deux provinces de l’est « sans tenir compte des réalités sur le terrain ». Ils avaient demandé la requalification de l’état de siège pour le rendre plus efficace, notamment en le limitant aux zones gravement affectées de la province et en concentrant l’action des militaires contre les groupes armés plutôt que de prendre pour « cibles » des « élus légitimes du peuple ».

Les élus provinciaux ciblés par l’armée

Le porte-parole du gouverneur militaire a, en effet, déclaré lors d’une émission de radio à Béni, que les députés provinciaux finançaient les groupes armés, a rapporté l’agence de presse congolaise APA, et averti que toute personne qui irait à l’encontre de l’état de siège serait déférée devant la justice militaire.
Le 23 août, le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’Onu avait déploré la « détérioration continue » de la protection des civils à Béni et dans le Masisi (Nord-Kivu). Et ces lundi et mardi, la population de Béni a organisé une « ville morte » pour rejeter l’état de siège et les exactions des militaires."


"RDC: malgré l'état de siège, les violations des droits de l'homme se poursuivent - 09/09/2021
= https://www.dw.com/fr/rdc-malgr%C3%A9-l%C3%A9tat-de-si%C3%A8ge-les-violations-des-droits-de-lhomme-se-poursuivent/a-59127895
Depuis le 6 mai, l’état de siège est maintenu au Nord-Kivu et en Ituri. Ce régime exceptionnel ne parvient toujours pas à régler les problèmes sécuritaires.[/size]
Le week-end du 4 septembre, au moins trente personnes ont été tuées en Ituri par des rebelles ADF. L'Ituri, comme la province du Nord-Kivu, est sous état de siège.
Une mesure censée mettre un terme aux activités des multiples groupes armés qui terrorisent les habitants depuis plus de 25 ans dans cette partie de la RDC. 

Xavier Macky est le directeur exécutif de Justice Plus, une organisation basée en Ituri. Pour lui, l’état de siège est loin d’avoir eu un impact sur la situation des droits de l’Homme. " La situation des droits de l’homme reste vraiment à déplorer sur l’ensemble de la province. La province de l’Ituri est sous état de siège, il s’agit d’une situation exceptionnelle où il y a restriction des droits et libertés des citoyens, surtout à cause de l’activisme des groupes armés. Leur nombre a été multiplié. La protection des personnes et de leurs biens devient un problème crucial. On enregistre des tueries tous les jours, des incendies de maison, des pillages. Malgré les efforts fournis par les autorités de l’état de siège, il n’en demeure pas moins qu’il y a cette situation des groupes armés qui continuent à endeuiller la province " déplore le défenseur des droits de l’homme.
Écouter l'audio
02:02
" La situation des droits de l’Homme reste vraiment à déplorer en Ituri " (Xavier Macky)

Vascos Saasita est défenseur des droits humains à Goma. Dans sa province du Nord-Kivu, qui est aussi placée sous état de siège, il estime qu’il y a lieu de s’interroger sur l’efficacité de ce régime liberticide qui est loin d’endiguer les violences. "On se demande à quoi est ce que le peuple a droit. Alors que l’objectif de l’état de siège était de rétablir la paix et la sécurité dans cette partie du territoire national, nous n’avons pas arrêté de compter le nombre d’incursions des présumés rebelles ADF dans certaines zones de la province. Il faut également noter que lorsque le peuple veut manifester ou faire preuve de son ras-le-bol, on interdit à la population de dénoncer cette situation. Cela nous inquiète, on ne comprend pas, on ne sait pas si l’état de siège a vraiment été instauré pour aider la population ou si c’était une manière pour les autorités de museler les libertés des populations, " fulmine Mr. Saasita.

Le 27 août, au Nord-Kivu, 19 civils ont aussi été tués par des rebelles ADF. Au-delà de la présence croissante de ces rebelles actifs depuis plus longtemps dans cette province, l'Ituri est également marquée par un conflit intercommunautaire entre Hema et Lendu qui a causé des dizaines de milliers de morts entre 1999 et 2003.
RDC : les violences continuent malgré l'état de siège


"Ituri : Pour la société civile, la situation sécuritaire demeure sombre - 17 septembre 2021
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/09/17/ituri-pour-la-societe-civile-la-situation-securitaire-demeure-sombre.html/93073/
Au cours d’une conférence de presse animée mercredi à Bunia chef-lieu de la province de l’Ituri, le président de la société civile a dressé un bilan peu obscure de la situation sécuritaire de dernières semaines.
D’après Dieudonné Lossa, la situation reste sombre au cours de deux dernières semaines malgré l’état de siège qui est sensé en finir avec l’activisme des groupes armés, auteurs de massacres contre les civils.


Dieudonné Lossa indique que le territoire d’Irumu est particulièrement touché par cette situation caractérisée par une série de violations et d’exactions dont des cas de tueries, de kidnappings des civils, des incendies de maisons et des pillages de bétails, par des rebelles de la CODECO des miliciens ADF ainsi que de la FPIC.
Dans son bilan, la société civile dénombre plus 30 civils massacrés par des ADF dans les villages de Luna-Samboko, Ichilemba et Tibomaki, dans le territoire d’Irumu la semaine dernière.
Plusieurs autres cas d’enlèvements de civils par des ADF ont été enregistrés durant cette période, dont celui de onze enfants âgés de 9 à 17 ans.

Face à ce bilan, Dieudonné Lossa a sollicité auprès du Chef de l’Etat, le renforcement des troupes de FARDC déployées sur différents fronts ainsi que leurs équipements en armements et munitions afin qu’ils atteignent leur objectif.
Malgré l’état de siège instauré depuis quatre mois, les attaques perpétrées contre des civils par des groupes armés se poursuivent dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu en proie aux conflits.
Selon les données recueillies par le Baromètre sécuritaire du Kivu, une initiative conjointe de Human Rights Watch et du Groupe d’étude sur le Congo, depuis l’entrée en vigueur de l’état de siège le 6 mai jusqu’au 10 septembre, au moins 672 civils ont été tués par les groupes dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu.


"« L’état de siège ne sera levé que quand les circonstances qui l’ont motivé disparaîtront », (F. Tshisekedi) - 21 septembre2021
= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2021/09/21/letat-de-siege-ne-sera-leve-que-quand-les-circonstances-qui-lont-motive-disparaitront-f-tshisekedi.html/93334/


"RDC-Etat de siège : Vers une 9è prorogation ou insulte des victimes ? -SEP 21, 2021
= https://laclocherdc.info/2021/09/21/rdc-etat-de-siege-vers-une-9e-prorogation-ou-insulte-des-victimes/
« Plusieurs langues se délient désormais pour demander la levée de l’Etat de siège, ce régime militaire instauré à l’EST du pays et qui a largement montré ses limites. On ne peut pas espérer à un autre résultat en faisant la même chose. »
C’est la lecture de l’hon Jules VAYIKEHYA, député honoraire et élu du territoire de Beni. Selon lui, ce régime militaire instauré à l’EST du pays n’a pas été à mesure de restaurer ou mieux d’imposer la paix à l’EST comme prévu dans l’ordonnance instaurant ce régime spécial. A la même source d’ajouter que ce régime spéciale à montrer qu’à son quatrième mois que c’est une stratégie qui n’a pas produit ses résultats et les assaillants ne cessent de progresser, les villages abandonnés s’accroissent et les pillages ou incendies des véhicules et maisons sont encore loin de dire le dernier mot dans cette région soue état de siège. Même le symbole du pouvoir coutumier subit des sabotages sans pareil, ce qui prouve en suffisance que la solution est ailleurs dit-il.

Et quelle est cette solution ?

Jules VAYIKEHYA ne passe pas par le dos de la cuillère pour proposer une éventuelle solution à la question de Beni après la levée de l’état de siège, ce régime militaire exceptionnel. L’homme estime qu’avec les mêmes troupes militaires déployées à l’EST, la solution reste utopique. La plus part ont été anciens rebelles qui opéraient dans cette région et qui se sont intégrés grâce au mixage et brassage. Parmi eux, notre source cite plusieurs infiltrés au sein de l’armée et qui sont auteurs ou complices des tueries dans cette région. Plusieurs fois, il a été prouvé que notre armée est infiltrée mais rien n’est fait sur terrain dans ce sens regrette-t-il. Même si on peut proroger 1000 fois l’état de siège sans résoudre ce fléau, il est inadmissible d’espérer avoir la paix conclut-il. Pourquoi ne pas affecter les nouvelles troupes à l’EST pour espérer obtenir un autre résultat alors qu’il y des nouvelles unités qui ont même récemment finies la formation s’interroge-t-il ?"

= https://actualite.cd/2021/09/18/rdc-felix-tshisekedi-promulgue-la-loi-prorogeant-pour-la-huitieme-fois-letat-de-siege
= https://actualite.cd/2021/09/17/etat-de-siege-au-nord-kivu-et-en-ituri-sans-attendre-les-conclusions-de-levaluation-le


"RDC : à son tour, le Sénat va entamer l'évaluation de l'état de siège en cours en Ituri et au Nord-Kivu
= https://actualite.cd/2021/09/17/rdc-son-tour-le-senat-va-entamer-levaluation-de-letat-de-siege-en-cours-en-ituri-et-au

"État de siège : Félix Tshisekedi instruit le gouvernement de mettre « tout le nécessaire » à la disposition des militaires au front - 15/09/2021
= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2021/09/15/etat-de-siege-felix-tshisekedi-instruit-le-gouvernement-de-mettre-tout-le-necessaire-a-la-disposition-des-militaires-au-front.html/92741/

"Assemblée nationale : Jean-Baptiste Kasekwa accuse le bureau Mboso de manœuvrer pour retarder l'examen du rapport d'évaluation de l'état de siège - 18 septembre 2021
= https://actualite.cd/2021/09/18/assemblee-nationale-jean-baptiste-kasekwa-accuse-le-bureau-mboso-de-manoeuvrer-pour

= https://actualite.cd/2021/09/18/rdc-le-depute-muhindo-kasekwa-exige-du-gouvernement-un-plan-de-sortie-de-letat-de-siege
= https://actualite.cd/2021/09/17/etat-de-siege-en-ituri-les-miliciens-toujours-actifs-djugu-deux-civils-tues-dans-le
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/09/20/etat-de-siege-le-maire-de-beni-presente-son-bilan-positif-a-mi-parcours.html/93221/

"État de siège: la MONUSCO salue l’amélioration du partenariat avec les FARDC - 19 septembre 2021
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/09/19/etat-de-siege-la-monusco-salue-lamelioration-du-partenariat-avec-les-fardc.html/93208/

"Etat de siège : le député Jadot Mangwengwe propose une « nouvelle formule » face à la persistance de l’insécurité -21/09/2021
= https://www.radiookapi.net/2021/09/21/actualite/securite/etat-de-siege-le-depute-jadot-mangwengwe-propose-une-nouvelle-formule

"Conflit dans l'Est de la RDC: les "approches militaires" de Tshisekedi critiquées - 17 septembre 2021
= https://actualite.cd/2021/09/17/conflit-dans-lest-de-la-rdc-les-approches-militaires-de-tshisekedi-critiquees


"Ituri : le Gouverneur annonce la deuxième phase des opérations de traque des groupes armés - 19/09/2021
= https://www.radiookapi.net/2021/09/19/actualite/securite/ituri-le-gouverneur-annonce-la-deuxieme-phase-des-operations-de-traque

"RDC : Sama Lukonde désigne les ministres qui vont évaluer l’état de siège au Sénat - 18/09/2021
= https://www.radiookapi.net/2021/09/18/actualite/securite/rdc-sama-lukonde-designe-les-ministres-qui-vont-evaluer-letat-de-siege

"Ituri : la situation sécuritaire est « sombre » malgré l’état de siège (Société civile) - 17/09/2021
= https://www.radiookapi.net/2021/09/17/actualite/securite/ituri-la-situation-securitaire-est-sombre-malgre-letat-de-siege
= https://www.radiookapi.net/2021/09/17/actualite/politique/rdc-lassemblee-nationale-autorise-la-8e-prorogation-de-letat-de-siege

"RDC : environ 740 civils tués depuis l'instauration de l'état de siège (HRW) - 16/09/2021
= https://www.radiookapi.net/2021/09/16/actualite/securite/rdc-environ-740-civils-tues-depuis-linstauration-de-letat-de-siege-hrw


"Le Sénat saisit le premier ministre pour évaluer l’état de siège - 20.09.2021
= https://www.forumdesas.net/2021/09/le-senat-saisit-le-premier-ministre-pour-evaluer-letat-de-siege/
= https://www.mediacongo.net/article-actualite-93436_senat_vers_l_evaluation_de_l_etat_de_siege.html

"RDC: deuxième journée ville morte à Beni contre l'insécurité, l'état de siège renouvelé - 14/09/2021
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210914-rdc-2e-journ%C3%A9e-ville-morte-%C3%A0-b%C3%A9ni-contre-l-ins%C3%A9curit%C3%A9-l-%C3%A9tat-de-si%C3%A8ge-renouvel%C3%A9

"Etat de siège : le gouvernement justifie la 8e prorogation par la multiplicité des actions de l'ennemi -19 septembre 2021
= https://actualite.cd/index.php/2021/09/19/etat-de-siege-le-gouvernement-justifie-la-8e-prorogation-par-la-multiplicite-des-actions

= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2021/09/20/ituri-les-fardc-liberent-15-civils-otages-des-adf.html/93239/

"FARDC: qu’est-ce qui bloque une plus grande implication américaine dans l’Est de la RDC? La réponse de Mike Hammer - 18 septembre 2021
= https://actualite.cd/index.php/2021/09/18/fardc-quest-ce-qui-bloque-une-plus-grande-implication-americaine-dans-lest-de-la-rdc-la


"De retour en Ituri, le Gouverneur N’kashama annonce “une nouvelle phase décisive” d’opérations militaires - 18 septembre 2021
= https://www.politico.cd/encontinu/2021/09/18/de-retour-en-ituri-le-gouverneur-nkashama-annonce-une-nouvelle-phase-decisive-doperations-militaires.html/93118/


"Etat de siège: le chef de l’Etat donne des orientations sur les opérations en Ituri et au Nord-Kivu - 15 septembre 2021
= http://www.congoindependant.com/etat-de-siege-le-chef-de-letat-donne-des-orientations-sur-les-operations-en-ituri-et-au-nord-kivu/

"RDC : sous l'état de siège, 672 civils ont été tués dont 67 par les forces de sécurité en Ituri et au Nord-Kivu (HRW) - 15 septembre 2021
= https://actualite.cd/2021/09/15/rdc-sous-etat-de-siege-672-civils-ont-ete-tues-dont-67-par-les-forces-de-securite-en

"RDC : des voix se lèvent pour réclamer la fin de l’état de siège en Ituri et au Nord-Kivu  -14 septembre 202115
= https://www.afrik.com/rdc-des-voix-se-levent-pour-reclamer-la-fin-de-l-etat-de-siege-en-ituri-et-au-nord-kivu

"État de siège en RDC : la commission défense de l’Assemblée favorable à un « plan de sortie » - 14 septembre 2021
= https://www.jeuneafrique.com/1233571/politique/etat-de-siege-en-rdc-la-commission-defense-de-lassemblee-favorable-a-un-plan-de-sortie/

"RDC : plus de 1.200 civils tués et 1.100 cas viols enregistrés en 2021 au Nord-Kivu et en Ituri - 11 septembre 2021
= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2021/09/11/rdc-plus-de-1-200-civils-tues-et-1-100-cas-viols-enregistres-en-2021-au-nord-kivu-et-en-ituri.html/92266/
= https://afrique.lalibre.be/63527/plus-d1-million-de-deplaces-dans-lest-de-la-rdc-depuis-janvier/

"RDC: deuxième journée ville morte à Beni contre l'insécurité, l'état de siège renouvelé - 14/09/2021
= https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210914-rdc-2e-journ%C3%A9e-ville-morte-%C3%A0-b%C3%A9ni-contre-l-ins%C3%A9curit%C3%A9-l-%C3%A9tat-de-si%C3%A8ge-renouvel%C3%A9

"RDC : Les mêmes lignes rouges pour l’ambassadeur américain Mike Hammer et Moïse Katumbi - 9 septembre 2021
= https://afrique.lalibre.be/63497/rdc-les-memes-lignes-rouges-pour-lambassadeur-americain-mike-hammer-et-moise-katumbi/

"RDC : plus de 1.200 civils tués et 1.100 cas viols enregistrés en 2021 au Nord-Kivu et en Ituri - 11 septembre 2021
= https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2021/09/11/rdc-plus-de-1-200-civils-tues-et-1-100-cas-viols-enregistres-en-2021-au-nord-kivu-et-en-ituri.html/92266/
= https://afrique.lalibre.be/63527/plus-d1-million-de-deplaces-dans-lest-de-la-rdc-depuis-janvier/


"RDC : Motion de censure contre le président de l’Assemblée nationale - 9 septembre 2021
= https://afrique.lalibre.be/63515/rdc-motion-de-censure-contre-le-president-de-lassemblee-nationale/

"Est de la RDC : État de siège, un aveu d’échec ? [TRIBUNE] - mai 4, 2021
= https://congoreformes.com/2021/05/04/est-de-la-rdc-etat-de-siege-un-aveux-dechec-tribune/


"RDC : le bilan de l’état de siège est négatif à la suite de détournement de fonds (Gratien Iracan) - 09/08/2021
= https://www.radiookapi.net/2021/08/09/actualite/securite/rdc-le-bilan-de-letat-de-siege-est-negatif-la-suite-de-detournement-de


Compatriotiquement! 


# Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul # # Que faisait Dieu avant la création ? De toute éternité, il préparait d'épouvantables supplices pour celui qui poserait cette question. #

ndonzwau


Revenir en haut Aller en bas

ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...  Empty Re: ENFIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NOUS EST NE, CELUI DE TSHISEKEDI, CELUI DE L'UNION SACREE DE LA NATION. IL NE PRESENTE PAS SI MAL, ATTENDONS CE QU'IL VA NOUS DONNER...

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum