Bosco Ntaganda s’est réfugié à l’ambassade américaine à Kigali

Page 4 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Bosco Ntaganda s’est réfugié à l’ambassade américaine à Kigali

Message  Jim KK le 21/3/2013, 7:54 pm

C´est ca la question !

Peut-être que je me trompe, je crois que jusqu´à présent aucun parti politique de la RDC (opposition et majorité) s´est prononcé sur cette affaire. C´est bizarre ! Shocked Shocked Shocked





Mwana Ya Lola a écrit:
Jim KK a écrit:Pour question de visibilité, celui qui a posté cet article devrait "aussi" mentionné que c´est un article de mai 2012

Peut-être que le PPRD et son secrétaire ont changé déjà de position !!!


link a écrit:RDC: le PPRD s’oppose au transfert de Bosco Ntaganda à la CPI

http://radiookapi.net/actualite/2012/05/03/rdc-le-pprd-soppose-au-transfert-de-bosco-ntaganda-la-cpi/

Devant les journalistes, Evariste Boshab a expliqué la position de son parti sur le cas Ntaganda :

«Déférer un concitoyen par devant la CPI ne se fait pas de manière automatique. Nous avons nos juridictions. Le PPRD a toujours privilégié les juridictions nationales, parce que la justice doit pouvoir faire son travail.»


Pourquoi ne le font-ils pas savoir ? Ce silence de la part des autorités et du parti au pouvoir est pour le moins suspect.

En outre, pourquoi ne demandent-ils pas l'extradition de Runiga et des autres membres du M23 qui avaient fui la semaine passée au Rwanda ?

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bosco Ntaganda s’est réfugié à l’ambassade américaine à Kigali

Message  Mathilde le 21/3/2013, 8:00 pm

La CPI confirme que Ntanganda est un citoyen Rwandais naturalisé par le pouvoir de Kabila




RDC: Bosco Ntaganda transféré à La Haye «dans les deux jours»

Les Etats-Unis espèrent l'aide du Rwanda pour transférer Bosco Ntaganda devant la Cour pénale internationale (CPI) qui le réclame. Le général rebelle est réfugié depuis lundi 18 mars à l'ambassade américaine à Kigali. Selon le responsable Afrique du département d'Etat américain, une équipe de la CPI est partie, mercredi 20 mars, pour le Rwanda. La procureure de la CPI, Fatou Bensouda, a quant à elle déclaré que Bosco Ntaganda pourrait être livré à La Haye « dans les deux jours ».

« Nous travaillons étroitement avec ceux qui peuvent faciliter son transfert dans le délai le plus court possible », a déclaré, mercredi 20 mars, Fatou Bensouda, procureure de la CPI, lors d'une conférence à Paris. Elle a par ailleurs estimé que Ntaganda sera transféré à La Haye « dans les deux jours ».

Bosco Ntaganda, âgé d'environ 40 ans, est recherché par la CPI pour des meurtres, viols, pillages et enrôlements d'enfants-soldats commis par les Forces patriotiques pour la libération du Congo (FPLC) dans l'est de la RDC, en 2002 et 2003.

Joint par RFI, Paul Madidi, porte-parole de la représentation de la CPI à Kinshasa, rappelle d'abord que l'ancien rebelle, devenu général dans l'armée nationale congolaise de 2007 à 2012, devra répondre de ces crimes commis en Ituri il y a dix ans et que les violences récentes dans le Nord-Kivu ne sont pas en cause pour le moment.

_________________
Le deuil, c’est pour la vie. Ca ne s’en va jamais, ça fait progressivement partie de vous, à chaque pas, à chaque souffle.”

Jandy Nelson,  

Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bosco Ntaganda s’est réfugié à l’ambassade américaine à Kigali

Message  Mwana Ya Lola le 21/3/2013, 8:08 pm

ET ben ! Bosco est rwandais ?

Comment se fait-il que le patriotique RAIS ait pu nommer un rwandais au grade de général de l'armée congolaise ?

Si il y a Bosco, surement il y en a d'autres...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bosco Ntaganda s’est réfugié à l’ambassade américaine à Kigali

Message  link le 21/3/2013, 8:45 pm

La façon dont il a ensuite rejoint l’ambassade américaine à Kigali, quelque 150 km plus loin, reste inconnue.

“Il n’aurait pas pu arriver à Kigali sans que personne ne le sache, d’autant plus que le Rwanda est un petit pays très contrôlé par les autorités” commente Carina Tertsakian, de Human Rights Watch, sans toutefois en conclure que “les autorités l’ont livré à l’ambassade américaine”.

Pour Thierry Vircoulon, de l’International Crisis Group, Ntaganda a bien été pris en charge par l’armée rwandaise à son arrivée à la frontière. Après, les choses sont moins claires: l’a-t-elle escorté jusqu’à l’ambassade ou s’est-il échappé pour la rejoindre par ses propres moyens ?

“A-t-il été menacé ? Y a-t-il eu un deal ? Je ne sais pas. Mais il a été livré sous pression ou incitation du gouvernement rwandais qui l’avait récupéré après sa défaite”, estime Gérard Prunier, spécialiste des Grands Lacs.


Revenir en haut Aller en bas

Re: Bosco Ntaganda s’est réfugié à l’ambassade américaine à Kigali

Message  ndonzwau le 21/3/2013, 9:00 pm

Mathilde a écrit:La CPI confirme que Ntanganda est un citoyen Rwandais naturalisé par le pouvoir de Kabila


ndonzwau a écrit:Il y a, à mon avis, un point qui ne semble pas avoir intéresser les divers analystes; peut-être qu'il a bien moins d'importance que je ne lui accorde : Ntaganda est officiellement "rwandais" dans le dossier de la CPI !

Je disais ailleurs que le Rwanda de Kagame qui normalement se serait empressé de le couvrir comme "rwandais" (voir Mutebisi, Nkundabatware...) = tutsi, né au Rwanda, a servi dans l'APR avant 1994, leur homme de main commis officiellement et logistiquement infiltré de choix à l'Est du Congo depuis..., le décrète ici "Congolais" pour les besoins de leur cause !
"Rwandais" à la CPI (sur quelles bases ?) et la nuit à Kigali; "Congolais" le jour à Léo, Goma... jusqu'à devenir général de l'armée Congolaise; n'y a-t-il pas dessus autre malice qui risque encore de se retourner contre nous demain ?

Mauvaise gouvernance,manque de vigilance, complicité... passe tant que c'est contre Kanambe mais si ça justifie en même temps la ruse diabolique de Kagame, c'est bien de nos accusations qui nous lâcheront en tant que pays souverain...

Autre curiosité : le premier stratagème soigneusement négocié entre Ntaganda, le Rwanda et les Usa était de nous vendre sans honte que le criminel (Congolais ?) s'est présenté de lui-même à l'ambassade pour demander son transfert à la Cpi !
Pourquoi ces sanguinaires prêts à tout pour leurs plans ne l'ont pas simplement sacrifié en le faisant taire ad vitam aeternam ?
Je crains que les Congolais ne soient pas encore au bout de leurs surprises...


Non, je divague; et ce sera bien mieux en le prenant comme çà !

Compatriotiquement!

"La CPI confirme que Ntanganda est un citoyen Rwandais naturalisé par le pouvoir de Kabila !
Des sujets rwandais devenus Congolais par la volonté de Kabila !"
C’est ainsi que titre Ma Mathy (et "Congomikili") son posting en se référant à une vidéo de Congomikili qui la fonde lui-même sur un postcast de Rfi dans lequel le porte-parole de la Cpi à Léo répond à une question !

Pour être tout à fait exact lorsqu’on l’écoute, ce dernier ne s’aventure pas à confirmer la "naturalisation" Congolaise de Ntaganda mais affirme que selon leurs informations (leur dossier) à la CPI ce dernier est de nationalité rwandaise ; cela est publique, ajoute-t-il !
La déduction parait juste mais rendons à César............ ; on est ainsi mieux blindé pour accuser !

Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bosco Ntaganda s’est réfugié à l’ambassade américaine à Kigali

Message  ndonzwau le 21/3/2013, 9:36 pm

ndonzwau a écrit:
link a écrit:RDC: le PPRD s’oppose au transfert de Bosco Ntaganda à la CPI

http://radiookapi.net/actualite/2012/05/03/rdc-le-pprd-soppose-au-transfert-de-bosco-ntaganda-la-cpi/

Devant les journalistes, Evariste Boshab a expliqué la position de son parti sur le cas Ntaganda :

«Déférer un concitoyen par devant la CPI ne se fait pas de manière automatique. Nous avons nos juridictions. Le PPRD a toujours privilégié les juridictions nationales, parce que la justice doit pouvoir faire son travail.»
Leur cirque recommence : quelle est la position du pouvoir Congolais ?

A entendre Mende vents debout pour la justice (internationale) en cours et la position frileuse hypocritement souverainiste (il pense aux risques d'un déballage assassin pour son chef et le régime) de Butshabu, ce n'est pas la même chanson !
Quand j'entends ici des voix d'outre-tombes débiter que l'ex-général de pacotille nommé par notre génie de général de Kingakati ne présente aucune ménance, je pleure pour mon Congo !

Pauvre pays !!!
Méritons-nous vraiment ces guignols cupides ?


Compatriotiquement
C'est vrai l'info date de mai 2012 : ça change un peu la donne !

Ça m'étonnait un peu tant ce "brave" Butshabu s'est curieusement inscrit aux abonnés absents depuis des lustres !!!
En l'absence des prises de position officielles du PM Matata ou du Ministre des AE Tshibanda (la mutité du PR Kanambe bien pathologique ne nous étonne plus !), contentons-nous des péroraisons de notre Tchaku National, l’inénarrable Mende !


Compatriotiquement!


PS
J'apprends sur Rfi la tenue d'une rencontre ce jour à Brazza réunissant Sassou, Kanambe, Kagame, Museveni, Dos Santos : nul doute qu'ils parlent de Ntaganda...
Pour quel bénéfice des Congolais avec ce Kanambe ?

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bosco Ntaganda s’est réfugié à l’ambassade américaine à Kigali

Message  Arafat le 22/3/2013, 9:55 am

En ce qui concerne justement la nationalité de ce rebelle, j´ai lu hier une bande passante sur France 24 qui disait que Kagame s´était declaré prêt à coopérer pour faciliter le tranfèrement de Ntanganda devant la CPI, étant donné que le Rwanda n´extrade pas ses sujets, doit-on comprendre à travers cette intention de Kagame que Ntanganda n´est pas un citoyen rwandais?

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bosco Ntaganda s’est réfugié à l’ambassade américaine à Kigali

Message  FLEUR DE LYS le 22/3/2013, 10:44 am

Arafat a écrit:En ce qui concerne justement la nationalité de ce rebelle, j´ai lu hier une bande passante sur France 24 qui disait que Kagame s´était declaré prêt à coopérer pour faciliter le tranfèrement de Ntanganda devant la CPI, étant donné que le Rwanda n´extrade pas ses sujets, doit-on comprendre à travers cette intention de Kagame que Ntanganda n´est pas un citoyen rwandais?

Noko Arafat,

topesa temps na temps pona toyanola motuna na yo d'ici mardi ou au plus tard vendredi prochain mon cher...

salut..

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bosco Ntaganda s’est réfugié à l’ambassade américaine à Kigali

Message  Troll le 22/3/2013, 1:33 pm

Idea Mbuta Arafat

Motuna Question Le Rwanda accepte-t-il la "double nationalité" Question Si nous trouvons la bonne réponse alors on peut comprendre comment James Kabarere est "congolais"..était "congolais" puis ezongi, a komi rwandais...

Selon la CPI, Ntanganda est un citoyen rwandais..même s´il est un "général" des FARDC..exactement comme James Kabarere, Nkunda, Mutebutsi...Makenga, Mirindi ect..

Si un dialogue peut se tenir au Congo, nous aurons la longue liste des "rwandais" qui ont la nationalité congolaise sans l´avoir demandée ni même passer par un processus juridique pour l´obtenir

KAGAME

Comme dans les films de la Maffia, Kagame est la Capo di tuti Capo, le Parrain..qui a toujours assuré la protection des Tutsis Like a Star @ heaven Livrer Ntanganda aux USA.. Very Happy a été le premier pas..où nous allons voir des changements dans cette fonction mytique de Kagame.. Idea
Ntanganda ne sera pas le dernier..si les USA continuent á faire pression et surtout si le mandat de la MONUSCO change..nous allons voir un grand nombre des "officiers et militaires" Rwandais retraverser la frontière Evil or Very Mad Evil or Very Mad

La suite? Rien qu´avec 600 hommes de Bosco, Kagame a de la migraine..car après Bosco á la CPI..il faudra bien qu´il retourne les 600 rebelles du M23 au Congo..ou á la CPI.. Evil or Very Mad Shocked Shocked

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bosco Ntaganda s’est réfugié à l’ambassade américaine à Kigali

Message  KOTA le 22/3/2013, 3:35 pm

LU SUR LE SITE DE RFI ET POINT DE VUE COMPLETEMENT PARTAGE: LES CHEFS DE GUERRE EN RDC SONT DES EPIPHENOMENES QUI PASSENT ALORS QUE LES PROBLEMES ET LA MENACE D LA SECURITE DEMEURE
C’est un grand pas pour le processus de justice en RDC. Par contre, c’est un petit, très petit pas pour le processus de paix. On s’est focalisé depuis des années sur l’arrêt de grands chefs de guerre comme Bosco Ntaganda. Avant, c’était Laurent Nkunda. Avant, il y en a eu d’autres. Et à chaque fois qu’on a géré le problème de ces grands chefs de guerre, cela n’a rien résolu en fait. Les problèmes ont continué avec un nouveau chef de guerre qui a juste remplacé l’ancien.
Ces grands chefs de guerre sont juste un épiphénomène, alors qu'il y a des problèmes beaucoup plus complexes. Les vrais enjeux ne tournent pas autour d’une personne ou d’un petit groupe d’élites, mais sur les thèmes que l’accord-cadre a essayé de régler – c'est-à-dire l'ingérence étrangère et la gouvernance à la tête de l’Etat congolais – mais aussi beaucoup de conflits locaux. Des conflits autour de la terre, du statut de certaines communautés, autour des ressources économiques locales.
Et tous ces conflits locaux ne sont absolument pas pris en compte dans le processus de paix actuel. Ils ne sont pas discutés dans l’accord-cadre ou dans les négociations entre le M23 et le gouvernement congolais, d’après ce que je sais. Donc, ce n’est pas avec la reddition de Bosco Ntaganda et ce n’est pas en continuant à avoir un accord-cadre qui se focalise sur les intérêts d’un petit groupe d’élites, qu’on va vraiment avoir une chance de ramener une paix durable à l’est du Congo.


Twisted Evil

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bosco Ntaganda s’est réfugié à l’ambassade américaine à Kigali

Message  KOTA le 22/3/2013, 4:26 pm

« Reddition de Bosco Ntaganda: les chefs de guerre sont un «épiphénomène» en RDC


par mpp le 22 mars 2013
<blockquote>



Evil or Very Mad
« Reddition de Bosco Ntaganda: les chefs de guerre sont un «épiphénomène» en RDC

http://wp.me/p18AQh-1vb

</blockquote>

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bosco Ntaganda s’est réfugié à l’ambassade américaine à Kigali

Message  Admin le 22/3/2013, 8:16 pm


Bosco Ntagdanga vient de décoller de Kigali et se trouve entre les mains de responsables de la CPI, a annoncé sur Twitter la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo.
L’ambassade américaine à Kigali a confirmé que le rebelle avait quitté ses locaux et était en route vers la CPI avec des responsables de la Cour.
Depuis La Haye, la CPI a aussi confirmé l’information.
« Il est actuellement en détention et accompagné par une délégation de la CPI qui a quitté Kigali (Rwanda) vers le quartier pénitentiaire de la CPI à La Haye (Pays-Bas) », a indiqué la Cour dans un communiqué.

http://radiookapi.net/actualite/2013/03/22/bosco-ntangada-quitte-le-rwanda-pour-la-cpi/#more-146311
avatar
Admin
Admin
Admin


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bosco Ntaganda s’est réfugié à l’ambassade américaine à Kigali

Message  Jim KK le 22/3/2013, 9:25 pm

La dernière cavale de Terminator

http://blog.lesoir.be/colette-braeckman/2013/03/22/la-derniere-cavale-de-terminator/

"Désireux de conclure la paix avec Kabila et d’écarter Laurent Nkunda, j’ai proposé Bosco pour le remplacer »…James Kabarebe, le ministre rwandais de la Défense, qui est resté le vrai patron des deux hommes, nous expliquera plus tard comment, en 2009, il plaça Bosco Ntaganda à la tête des 3000 hommes du CNDP qui avaient accepté leur intégration dans l’armée congolaise."

James Kabarebe: le chef de toutes les rébellions en RDC Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad

Congo mawa

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bosco Ntaganda s’est réfugié à l’ambassade américaine à Kigali

Message  mongo elombe le 23/3/2013, 12:04 am

Qui sauvera la RDC de kabila et sa bande??? MAWA PLEIN.........































.









Comment Kabarebe a convaincu Ntaganda pour se rendre


Vendredi, 22 Mars 2013 17:






Des officiers proches de Bosco Ntaganda ont pris de l’avance sur le nouveau chef du M-23, le Colonel Sulutani Makenga. Pendant que celui-ci négocie encore les conditions de sa réintégration et ses hommes dans les FARDC, le major ntagandiste Kiroko et le capitaine Sadiki de la même obédience séjournent déjà à Kinshasa où ils ont pris langue avec les autorités.

Les deux hommes sont comptés parmi les officiers ntagandistes qui s’étaient rendus à la MONUSCO. Ils sont arrivés, selon des sources recoupées, dans la capitale, il y a 72 heures. Ils ont été logés la première nuit au Grand Hôtel Kinshasa, puis une superbe villa a été mise à leur disposition. Pour l’heure, leur séjour est agréable, agrémenté qu’il est avec viatique et autre nécessaire. Le troisième, le Colonel Masozera s’est rétracté à la dernière minute pour faire le voyage avec ses compagnons. “Douglas Kiroko est un officier très influent dans les rangs des officiers et des hommes de Bosco Ntaganda.

Nul doute que Kinshasa cherchera à l’utiliser pour persuader les autres de réintégrer les FARDC”, explique un ancien officier ex-CNDP reconverti dans la Police. Peut-être que les choses pourront aller vite de ce côté. De l’autre côté avec Makenga, les négociations piétinaient. La partie rebelle a monté les enchères vraisemblablement à l’instigation de Kigali passé maître dans l’art de souffler le chaud et le froid. Cas typique, le revirement de Paul Kagame pour coopérer au transfèrement de Ntaganda à La Haye après avoir affirmé que cela ne dépendait que des Américains. Ntaganda lui-même a été victime de la même politique de la part de ses parrains rwandais.
Ses proches rapportent que c’est tard qu’il a compris que le Rwanda était entrain de monter les officiers du M-23 les uns contre les autres. Quand il l’apprend, il commet l’erreur d’appeler James Kaberebe, ministre de la Défense du Rwanda, à qui il a dit qu’il rendra ce qu’ils sont entrain de lui faire. C’était le mot de trop.

Une menace pas assez voilée pour amener l’autre partie à se convaincre que le protégé est devenu incontrâble, donc dangereux. Déjà que, selon les mêmes sources, Ntaganda envisageait au pire des cas de passer une alliance avec le Général Cheka, à la tête d’un groupe armé mêlé des FDLR et des Maï Maï.
Tout comme il pouvait être tenté de pactiser avec le mouvement pro-Kayumba encore à un stade embryonnaire. Une sérieuse menace face à laquelle les autres n’ont pas trouvé d’autre parade qu’anéantir un homme devenu encombrant avec un mandat de la CPI sur le dos. D’où la consolidation décidée de l’aile de Makenga avec des renforts venus de l’autre côté de la frontière.

Les hommes de Ntaganda se retrouveront encerclés avec seule issue de battre en re-traite au Rwanda. Lui-même s’est échappé juste en compagnie de quelques proches, notamment Nzimurinda, Kagabo pour se cacher dans la forêt avec quelques 36 hommes de troupe seulement. C’est alors que Muhire de la Sécurité extérieure du Rwanda a pris contact avec lui pour lui faire entendre raison. C’est le même Muhire qui est venu le chercher avec ses compagnons pour les convoyer jusqu’au Kanombe à Kigali.

Là, un autre officier rwandais en scène, le Général Charles Kayonga. Il embarque Bosco Ntaganda à bord de sa Jeep Lexus type Land-Cruiser. Pour un tête à tête avec James Kaberebe. Qui se met à expliquer Ntaganda qu’avec tout ce qu’il a fait, il ne mérite de se réduire à une vie d’hermite dans la forêt où il risque de connaître une mort sans gloire. Puis il donne des assurances.

Comme quoi que son gouvernement a examiné, avec le concours des Américains, son dossier CPI sous toutes les coutures et qu’il n’y a pas trouvé de quoi l’inculper. Lui Bosco n’était que la troisième personnalité de l’UPC, donc un simple exécutant aux ordres des politiques. Si son chef Thomas Lubanga s’en est tiré avec quelques 14 ans d’emprisonnement dont plus de la moitié déjà purgé en détention et que Matthieu Ngodjulu a été simplement et purement acquitté, il y a donc lieu d’envisager un non-lieu pour le tombeur de Laurent Nkunda à qui ses mentors se réservent aujourd’hui quasiment le même sort. Au passge, d’autres garanties ont consisté à le rassurer que sa femme et ses enfants ne seront pas délaissés dans l’entre-temps. Aussi qu’il allait être mis à disposition les meilleurs avocats et que le Rwanda mettre tout en œuvre pour qu’il ne se fasse pas condamner.

En tout cas pas lourdement. Bosco Ntaganda a-t-il dit oui expressément ou n’avait-il plus le choix? Sur ces entrefaites, un appel a été donné au conseiller militaire de l’ambassade des Etats-Unis à Kigali pour concrétiser la démarche. A bord du même 4x4 du Général Kayonga, Bosco Ntaganda a effectué le voyage pour son lieu d’asile.

Sa capitulation forcée a beaucoup affecté des officiers rebelles chez les Ntagandistes comme les Makengistes. Les uns et les autres ont compris qu’ils ont le dindon de la farce. Un instrument que le Rwanda utilise pour s’en débarrasser très vite et sans remords lorsque la donne change.

Qu’importe si ceux qui se tirent dessus sont des cous¬ins germains comme Bau¬douin Birinda et son ancien chef Makenga. A Kinshasa de tirer parti de cet état d’esprit pour une ouvrir une nouvelle perspective avec tous ces professionnels de la guerre inféodés au Rwanda. Pendant que nous allions sous presse, la rédaction de “-CONGONE¬WS” a appris d’une source digne de foi que Baudoin Birinda, ex-second de Maken¬ga, Nzimurinda et les autres cantonnés au Camp Kanombe étaient acheminés, dans le Sud du Rwanda, Gikongoro.
PAUL MULAND Copié sur
7sur7.cd | Le plus grand site d'infos RD Congolaises

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bosco Ntaganda s’est réfugié à l’ambassade américaine à Kigali

Message  ndonzwau le 23/3/2013, 1:35 am

En quelle langue voulez-vous qu'on vous le dise comme le clamait un jour, mi-sérieux mi-amusé comme à son habitude notre LDK National ?
Ce sont les diaboliques rwandais et le plus malheureux dans l'affaire Ntaganda, méfiez-vous, n'est pas Kagame !


Déjà qu'il va se vanter que depuis le temps qu'ils s'en occupaient, les incapables Congolais et la révisionniste Monusco, ils pataugeaient et à lui il ne lui a fallu que 72 heures pour le leur livrer entier ! Déjà mardi prochain sa première comparution à la Haye !

Quant à cette affaire de nationalité comment ne pouvez-vous comprendre que Kagame en use et en abuse au gré de ses besoins et continuera à le faire même dans sa défense dans l'affaire Ntaganda !
Il est constitutionnellement rwandais (lisez leur Constitution) et peut même être en même temps Congolais mais ce n'est pas lui qui l'a nommé "général" dans l'armée Congolaise...
Sentez-vous ou pas le souffle de la bombe à retardement en amorce ?


ndonzwau a écrit: Le Jeu 21 Mars - 0:27
Il y a, à mon avis, un point qui ne semble pas avoir intéresser les divers analystes; peut-être qu'il a bien moins d'importance que je ne lui accorde : Ntaganda est officiellement "rwandais" dans le dossier de la CPI !

Je disais ailleurs que le Rwanda de Kagame qui normalement se serait empressé de le couvrir comme "rwandais" (voir Mutebisi, Nkundabatware...) = tutsi, né au Rwanda, a servi dans l'APR avant 1994, leur homme de main commis officiellement et logistiquement infiltré de choix à l'Est du Congo depuis..., le décrète ici "Congolais" pour les besoins de leur cause !
"Rwandais" à la CPI (sur quelles bases ?) et la nuit à Kigali; "Congolais" le jour à Léo, Goma... jusqu'à devenir général de l'armée Congolaise; n'y a-t-il pas dessus autre malice qui risque encore de se retourner contre nous demain ?

Mauvaise gouvernance,manque de vigilance, complicité... passe tant que c'est contre Kanambe mais si ça justifie en même temps la ruse diabolique de Kagame, c'est bien de nos accusations qui nous lâcheront en tant que pays souverain...

Autre curiosité : le premier stratagème soigneusement négocié entre Ntaganda, le Rwanda et les Usa était de nous vendre sans honte que le criminel (Congolais ?) s'est présenté de lui-même à l'ambassade pour demander son transfert à la Cpi !
Pourquoi ces sanguinaires prêts à tout pour leurs plans ne l'ont pas simplement sacrifié en le faisant taire ad vitam aeternam ?
Je crains que les Congolais ne soient pas encore au bout de leurs surprises...


Non, je divague; et ce sera bien mieux en le prenant comme çà !
Compatriotiquement!

Compatriotiquement!


Dernière édition par ndonzwau le 23/3/2013, 2:23 am, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bosco Ntaganda s’est réfugié à l’ambassade américaine à Kigali

Message  ndonzwau le 23/3/2013, 2:15 am

Précisions !!!
ndonzwau a écrit:(...)PS
J'apprends sur Rfi la tenue d'une rencontre ce jour à Brazza réunissant Sassou, Kanambe, Kagame, Museveni, (Dos Santos ?) : nul doute qu'ils parlent de Ntaganda...
Pour quel bénéfice des Congolais avec ce Kanambe ?
"RDC : sommet quadripartite chez Sassou Nguesso-Mali actualité
° http://radiookapi.net/lu-sur-le-web/2013/03/22/rdc-sommet-quadripartite-chez-sassou-nguesso-mali-actualite/
Un sommet doit regrouper dimanche a Oyo, au nord de Brazzaville, les présidents ougandais, rwandais, congolais et de la République démocratique du Congo, apprend on de source officielle vendredi à Brazzaville.
Selon M. André Ondele, directeur de la presse présidentielle, ce sommet devrait permettre de débattre de la paix dans la région des Grands Lacs, notamment à l’est de la RDC.
Le président Denis Sassou Nguesso du Congo accueillera dans sa ville natale de Oyo, à 400 kilomètres au nord de Brazzaville ses homologues Joseph Kabila de la RDC, Paul Kagame du Rwanda et Yoweri Museveni de l’Ouganda.
« Ils vont débattre de la situation qui prévaut a l’est de la RDC à la suite des accords conclus dernièrement sur la RDC a Addis Abeba » a ajouté M. Ondele.
Le président congolais a déjà reçu tour à tour Joseph Kabila en janvier a Brazzaville et Paul Kagame en février à Oyo. Lu sur maliactu.net "
Compatriotiquement!


Dernière édition par ndonzwau le 24/3/2013, 12:54 am, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bosco Ntaganda s’est réfugié à l’ambassade américaine à Kigali

Message  ndonzwau le 24/3/2013, 12:48 am

Dans quelques échanges sur ce sujet (et personnellement aussi ailleurs), nous avons évoqué la politique africaine de l'administration notamment en spéculant de mon côté sur son possible revirement ! En fait plus qu'une simple spéculation, il semble qu'Obama ait dans son agenda la résolution de la crise des Grands Lacs !

Voici de la plume d'un Professeur américain (d'origine Congolaise), S.N. Sangmpam, un long plaidoyer argumenté en faveur d'un changement de cette politique !


"Le Congo, le Rwanda et pourquoi Obama devrait se défaire de la politique Clinton
° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=7886
Un élément dominant de la vie politique américaine après la réélection du président Obama a été l’opposition des sénateurs républicains John McCain et Lindsay Graham à la nomination présumée de Susan Rice, ambassadrice aux Nations Unies, pour la fonction de secrétaire d’Etat. Ils soutiennent qu’elle a induit le public en erreur concernant l’attaque du consulat américain à Benghazi, en Lybie, qui a tué quatre diplomates américains. L’affirmation des sénateurs selon laquelle l’administration aurait délibérément trompé le public est sans preuve. Elle est en fait le simple produit de querelles politiques partisanes. Qu’importe ! Sous pression, Susan Rice a retiré sa candidature présumée au poste de secrétaire d’Etat, et Obama a nommé le sénateur démocrate John Kerry à sa place. Il a promis de retenir Rice dans son cabinet comme sa conseillère principale. Bien que Rice ait perdu le poste de secrétaire d’Etat, il est donc certain qu’en ce qui concerne le Congo Obama poursuivra la politique Clinton soutenue par Rice et ses collègues qui ont œuvré sous les époux Clinton. Cette politique a des conséquences néfastes pour le Congo. Pourtant, la politique américaine n’assume qu’une responsabilité partielle. Le Congo est responsable de ses propres malheurs. Afin d’éclairer le sujet, quelques mots concernant l’élection et la réélection d’Obama sont de rigueur.

Les prédictions sur les résultats des élections présidentielles sont un élément de base de la politique aux États-Unis. La plupart d’entre elles sont basées sur des analyses de sondages et d’enquêtes qui se fondent sur des tendances de comportements électoraux à long terme. Seulement peu d’entre elles sont en fait exactes. Il existe une autre manière de prédire précisément le résultat d’une élection et qui ne nécessite pas d’analyses sophistiquées de sondages. Il s’agit de ce que j’appelle « prédiction par indice de personnalité ». Je l’ai utilisée à deux reprises, tout d’abord en 2007 puis en 2011 pour prédire la victoire d’Obama. J’ai été à chaque fois correcte. En 2007, j’avais fait ce pronostic lors de mon cours bien avant le Caucus de l’Iowa, à une époque où personne ne donnait à Obama une chance (cf Huffington Post, 24 Novembre 2008). C’était encore durant le même cours à l’université en 2011 lorsqu’Obama était sur la défensive sous les attaques incessantes du Tea Party et de ses alliés réactionnaires au cœur des débats sur la sécurité sociale, la dette publique, et les retombées du renflouement par le gouvernement des entreprises ayant fait faillite sous la récession. Un étudiant clairement troublé m’a interrogé quant aux chances qu’avait Obama d’être réélu face aux attaques de l’opposition. Je lui ai dit de prendre note qu’Obama serait réélu en 2012.

J’ai prédit cela bien qu’ayant personnellement été déçu par les performances d’Obama en tant que président. Je n’étais pas seul dans ma déception. Dans l’article de 2008 du Huffington Post j’avais invité tous les Américains à soutenir la présidence d’Obama parce qu’elle avait des chances d’être un régime politique réellement transformateur. La plupart de ses principaux partisans n’en attendaient pas moins. Ce n’est cependant pas ce que nous avons obtenu. Le résultat a été qu’à l’apogée du mouvement du Tea Party, quand Obama avait réellement besoin d’un stimulus de la part de ses supporters, leur enthousiasme est retombé. Ce qui a par la suite été appelé l’«enthusiasm gap in the Obama camp » était en fait réel. Le support pour un second mandat d’Obama n’était pas seulement en baisse à cause du taux de chômage qui était resté élevé – la plupart des gens avait compris que la chute économique était principalement due aux politiques de Bush qui ont mené à la récession. Le sentiment qu’Obama avait trahi est ce qui a causé sa perte de soutien. La plupart de ceux qui ont voté pour lui aux primaires de 2008 comme figure transformatrice face à Clinton ont, contre toute attente, obtenu Clinton. La Maison Blanche et l’administration d’Obama durant son premier mandat étaient plus ou moins une réplique de l’administration Clinton en terme de personnel et de politique. Par bien des aspects, c’est ce soutien pour Obama en baisse qui a encouragé le camp Romney à croire qu’il pouvait remporter les élections de 2012. Romney et les Républicains avaient raison sur un point : beaucoup de partisans d’Obama auraient très bien pu voter pour Romney si ce n’avait pas été pour le fait qu’il représentait la pire des alternatives possibles sur de nombreux fronts.

Malgré la déception, ma prédiction de 2011 pour une réélection d’Obama était basée sur son indice de personnalité qui était supérieur à celui de n’importe quel autre candidat républicain qui l’affronterait lors des élections générales de 2012. Obama, au chagrin de l’ancien gouverneur du New Hampshire, John Sununu, et Donald Trump, est le président le plus intelligent des soixante cinq dernières années, le plus crédible des dernières trente deux années, et le plus attaché à la cohésion sociale des Américains quelle que soit leur ethnicité et origine. Cet indice de personnalité lui a donné l’avantage face à l’alternative représentée par Romney.

L’indice de personnalité d’Obama a eu aussi des effets à l’extérieur. En effet, nul autre candidat à la présidence des États-Unis – mis à part peut-être Kennedy en 1960 – n’a jamais suscité autant d’intérêt dans le monde entier qu’Obama au cours de ses deux campagnes et victoires électorales successives. A chaque reprise, la majorité de l’opinion mondiale préférait Obama à ses concurrents. Toutes choses égales par ailleurs, le charme d’Obama découle de ses héritages multiples, cet attribut qui le rend attirant aux yeux des ses compatriotes américains. Le monde entier, peut être plus vaguement et de manière plus diffuse, voit aussi Obama comme un leader qui réussit le seul et principal test d’être dévoué de façon crédible aux multiples groupes et héritages auxquels il appartient; il est dévoué aux États-Unis de par sa naissance et sa citoyenneté et au reste du monde par ses origines kenyanes (et indonésiennes). Ses racines kenyanes sont une métaphore pour de meilleures relations entre la superpuissance et le reste du monde, et plus précisément le monde non-occidental.

Il est donc clair qu’aux États-Unis comme à l’étranger, l’indice de personnalité d’Obama lui a rendu bon service. Mais ça n’aidera pas son héritage en tant qu’homme d’Etat appartenant potentiellement au petit club de grands présidents des États-Unis – et pas seulement comme le président avec la meilleure organisation de campagne qui a remporté deux élections – s’il laisse cet indice de personnalité être, encore une fois, enterré sous le poids de Clinton durant son second mandat. J’ai récemment reçu une enquête de la campagne d’Obama sollicitant une contribution quant à la direction que devrait adopter Obama dans sa politique. Voici donc ma contribution. Une manière pour Obama de ne pas être enfoui sous le poids de Clinton en politique étrangère est de ne pas nommer les partisans de Clinton, dont Rice, ou de suivre leur politique. Le cas du Congo milite particulièrement contre cette politique – pas parce qu’Obama doit une quelconque allégeance à l’Afrique ou au Congo. Il est président américain avant tout, et il nomme en fonction des intérêts nationaux. C’est plutôt parce que les États-Unis n’ont pas seulement des intérêts nationaux, ils ont aussi des intérêts de superpuissance qui imposent de plus grandes obligations. Et c’est au Congo que les politiques de Clinton ont eu leurs effets les plus nuisibles aux dépens d’autres intérêts de la superpuissance américaine.

Ce que je propose ci-après est que Susan Rice et ses pairs étaient architectes des politiques de Clinton envers le Rwanda après le génocide de 1994. Ces politiques ont été profondément néfastes pour le Congo. Elles sont susceptibles d’encore plus affaiblir le Congo sous leur tutelle. Leur confier la direction de la politique américaine en Afrique non seulement perpétue les conséquences néfastes des politiques de Clinton mais aussi glorifie les Clinton au détriment des attentes mondiales de grandeur présidentielle d’Obama. Mais le Rwanda n’est pas le seul coupable, le Congo a la grosse part de responsabilité. C’est ce sur quoi je vais d’abord porter mon attention.

Le Congo – appelé « République Démocratique » par une cruelle ironie de l’histoire – est aujourd’hui un marécage social. Un paradoxe de proportion massive : un pays énorme et naturellement bien doté avec une population terriblement pauvre. Les signaux indicateurs du marécage sont facilement repérables. Il y a des guerres qui n’en finissent plus depuis 1997, avec des millions de morts. Les Congolais ont connu de flagrantes violations des droits de l’homme par leur gouvernement dont les services secrets et escadrons de la mort arrêtent, torturent, et assassinent sans aucune peur de représailles. Ils ont été témoins d’une fraude électorale massive lors des élections présidentielles et législatives et 2011. Et puis il y a l’écœurante escroquerie économique et financière, qui inclue le pillage illicite des ressources minérales du pays, des détournements de fonds et de la corruption étalée. Les agents gouvernementaux, de la présidence au plus petit employé, sont tous corrupteurs, corrompus et corruptibles. Ils ont des alliés dans l’escroquerie : des étrangers qui, comme des sangsues dans le marécage, cherchent à se faire de l’argent. Les contingents des Nations Unies ne sont pas épargnés non plus, l’appât de la richesse minérale étant irrésistible. Le point culminant de tout cela est l’indice de pauvreté des populations qui endurent des conditions sociales infernales dans tous les aspects de leur vie. Celles-ci incluent un chômage endémique, un manque de nourriture et de la malnutrition, des infrastructures de santé et de transport dilapidées et inexistantes, la prolifération de charlatans sous la forme d’«Eglises » et de « pasteurs », le nombre croissant de réfugiés et personnes en situation irrégulière à travers le monde, et, peut-être plus criminel encore, la régression totale du système d’éducation en dépit de la profusion d’écoles et « universités » qui en réalité n’éduquent pas. Il n’est alors pas surprenant que sur 168 pays étudiés, le Congo soit classé dernier dans le rapport sur le Développement Humain des Nations Unies.

Le Congo partage certaines des causes structurelles de cette situation avec d’autres pays en voie de développement. Cependant, pour ce qui est de la période la plus récente, les causes de la misère croissante du Congo sont internes. Elles sont liées à la nature clientéliste des trois régimes politiques qui se sont succédé les uns aux autres depuis 1965, de Mobutu aux deux Kabila. Un réseau de clientélisme dans lequel le président, ses proches et membres de sa tribu, et des alliés proches méticuleusement sélectionnés sont les patrons. Leurs clients sont des officiels, ministres, officiers militaires, « professeurs », musiciens et journalistes sélectionnés, et hommes d’affaire nationaux ou étrangers. La survie matérielle de ces clients dépend presque entièrement des patrons, qui exercent un contrôle étroit sur toutes les ressources économiques et politiques majeures. Cette relation clientéliste est basée sur la réciprocité. Les patrons apportent aux clients des ressources financières, économiques et autres, dont l’attribution de certaines fonctions et l’autorisation de voler et piller sans aucune peur de sanction par la loi. Les clients en retour apportent aux patrons un soutien politique sous la forme de répression des masses, vile propagande pour le régime, et fraude électorale. Ce réseau interne de clientélisme est soutenu par des puissances étrangères qui fournissent aux patrons et au régime des ressources économiques, militaires et autres en échange de la mise en avant de leur intérêts stratégiques pour certains et de l’exploitation des ressources naturelles pour d’autres. La liste de puissances étrangères varie selon le régime, mais elle inclue presque toujours la Belgique, la France, les États-Unis, et le Canada marginalement. La Chine et l’Inde ont rejoint ce réseau sous Joseph Kabila. Erigé et perfectionné par Mobutu, hérité et modifié par Laurent Kabila, le réseau du clientélisme a été élargi par Joseph Kabila. Cela explique le haut niveau de pillage, détournement et diversion des ressources du pays, l’enrichissement obscène des patrons et clients aux dépens de la population, l’incompétence à tous les niveaux de l’Etat comme le montre le cauchemardesque recul des services publics, les violations des droits de l’homme, et l’inertie et la démobilisation politiques des masses.

Pour sortir de la misère, les Congolais doivent démanteler par l’intérieur le réseau clientéliste qui les gouverne. Cependant, une telle tâche est rendue plus difficile par un facteur extérieur : l’implication profonde de l’Ouganda, du Burundi, et surtout du Rwanda dans les affaires du Congo. Les raisons de l’invasion du Congo par le Rwanda sont le besoin d’espace pour sa surpopulation et le génocide ethnique de 1994 qui a pour la plupart tué énormément de Tutsis (des milliers de Hutus ont aussi été massacrés durant le génocide et les représailles qui s’en sont suivi). En revanche, le succès des invasions est dû à la nature clientéliste des régimes politiques au Congo et au support reçu par le Rwanda de la part de puissances étrangères. A la fois sous Mobutu et les deux Kabila, le clientélisme a rendu les institutions étatiques, dont l’armée, complètement inaptes. Par conséquent, le gouvernement Congolais a été incapable d’empêcher les invasions ou de déloger l’armée et les groupes armés rwandais de son territoire. D’autre part, le soutien étranger pour le Rwanda de Kagame a aidé le régime à financer ses aventures militaires et à éviter l’ostracisme dans les institutions et les forums internationaux.

Les ambitions territoriales du Rwanda et le génocide ont eu quatre conséquences mortelles pour le Congo. Premièrement, ils ont amené le Rwanda et d’autres pays dans la région, notamment l’Ouganda, à aider Laurent Kabila à renverser militairement Mobutu en 1997. Encore que Mobutu l’ait hautement mérité.

Deuxièmement, lorsque les ambitions territoriales à peine dissimulées du Rwanda au Congo se sont heurtées au nationalisme incompétent de Laurent Kabila, le résultat a été une nouvelle invasion et la guerre attenante entre le Congo et le Rwanda, dans laquelle presque tous les pays de la région ont été impliqués de 1998 à 2003. Des millions de morts et de déplacements de population en ont découlé. Un des résultats de ce conflit a été l’assassinat de Laurent Kabila – suspecté presque unanimement d’avoir été orchestré par le Rwanda. Troisièmement, sous Joseph Kabila, qui a remplacé Laurent Kabila par un procédé plutôt mystérieux en 2001, le Rwanda a financé et soutenu militairement des mouvements Tutsis (CNDP et M-23) qui ont déclaré une guerre par procuration au Kivu. Cela a été fait sous le prétexte de sécuriser la « minorité » Tutsi dans la province et de combattre les génocidaires de 1994 qui se sont enfuis au Congo. Ces mouvements sont composés de soldats Tutsis qui ont servi soit dans l’armée rwandaise soit dans la force d’élite financée par le Rwanda qui a renversé Mobutu. Ils ont été intégrés dans l’armée congolaise après les négociations de 2003 seulement pour la déserter par la suite pour défendre leurs intérêts tribaux.
Quatrièmement, le Rwanda a bénéficié de l’incompétence et/ou complicité de Joseph Kabila de par sa descendance Tutsi soupçonnée. Cette complicité et la pression militaire exercée par les mouvements de procuration du Rwanda ont permis à ce dernier d’extraire de grandes concessions de la part du Congo, dont la nomination de Tutsis à des postes de direction dans l’armée, la police, les services secrets, et le gouvernement. Plus il y a des guerres, plus des concessions sont obtenues par le biais de négociations. Cette « infiltration » a permis au Rwanda (et à l’Ouganda) d’utiliser le réseau clientéliste du régime de Joseph Kabila à son avantage. Pour le Rwanda, les avantages sont l’exploitation des ressources du Congo (coltan, or, diamants, etc…), le partage de ce dépouillement avec des compagnies et autres prédateurs étrangers qui accèdent aux minéraux du Congo par le Rwanda, et la consolidation progressive des droits de propriété des terres par le CNDP et le M-23 dans leurs « territoires libérés ».

Donc même si le Rwanda n’est pas la cause principale de la misère du Congo, il a une grande part de responsabilité pour la période récente. Qu’est ce qui, dans ce cas, rend le Rwanda « fort » vis-à-vis du Congo ? Cela me ramène à la politique de Clinton dans la région des Grands Lacs. Le fondement de la politique américaine envers le Rwanda est la culpabilité ressentie par le Président Bill Clinton après qu’il ait failli à sa mission de protéger les Tutsis contre le génocide en 1994 même si les États-Unis, la France et les Nations Unies étaient conscients des massacres imminents. Tout comme dans le cas de la relation de l’Allemagne avec Israël, la culpabilité a façonné la politique de Clinton, et Rice et ses collègues ont joué un rôle crucial dans son élaboration. Dans le cas de Rice, tout d’abord dans la section des Affaires Africaines du Conseil National de Sécurité dans la Maison Blanche de Clinton puis comme secrétaire assistante pour les Affaires Africaines au Département d’Etat. En fait, à l’instar de Clinton, Rice avait ouvertement exprimé sa culpabilité à propos de leur échec à protéger les Tutsis et avait fait vœu de se placer du côté des victimes la prochaine fois. Cette politique menée par culpabilité a continué sous l’administration d’Obama grâce à Hillary Clinton comme secrétaire d’Etat. Son principe central est de « dorloter » le Rwanda et de le laisser faire comme il l’entend.

Ce principe explique pourquoi l’implication directe de Kagame dans le déclenchement du génocide en abattant l’avion du président Hutu de l’époque, Habyarimana, est ignoré même si des recherches crédibles, des services français, et l’ancienne main droite de Kagame et ambassadeur à Washington nous en informent ; pourquoi le génocide de représailles de Kagame au fin fond du Congo est ignoré ; pourquoi les États-Unis ont fourni des armes au régime de Kagame pour qu’il fasse la guerre contre Laurent Kabila en 1998 avec d’horribles conséquences pour les populations du Congo ; pourquoi le règne autocratique et pro-Tutsi de Kagame est glorifié et le Rwanda de Kagame vu comme un pays « émergent » sur lequel les États-Unis comptent pour la provision de soldats qui servent dans des opérations militaires en Afrique sponsorisées par les États-Unis ; pourquoi il y a un afflux d’investissements et d’aide au Rwanda et pourquoi la Fondation Clinton soutient les investissements dans l’éducation et la santé au Rwanda, incluant des intérêts commerciaux pas complètement déconnectés de la proximité et facilité d’accès du Rwanda aux minéraux du Congo. Cette politique de dorlotage explique pourquoi la sponsorisation du CNDP et du M-23 par le Rwanda et leur violence et ravages au Congo restent impunis. Non seulement le Rwanda supporte-t-il le M-23, mais son armée a aussi dirigé les attaques militaires pour l’occupation de Goma. Les observateurs des Nations Unies nous en ont eux mêmes informé. En tant qu’ambassadrice des États-Unis aux Nations Unies, Rice a maintenu cette politique de dorlotage du Rwanda. Il n’est alors pas surprenant que, même au vu de toutes ces contraventions à la loi internationale, le Rwanda ait été autorisé à être l’un des membres du Conseil de Sécurité de l’ONU. Ces politiques contribuent à la misère des populations du Congo. C’est ironique car, comme sénateur, Obama avait sponsorisé le « Democratic Republic of the Congo Relief, Security, and Democracy Promotion Act of 2006 » qui refuse l’assistance à un pays étranger qui déstabiliserait le Congo.

La focalisation américaine sur le Rwanda est éphémère ; elle n’est pas durable sur le long terme. Le Rwanda n’est pas Israël. Si le Congo est maintenu dans sa situation chaotique actuelle, le chaos va finir par s’étendre au Rwanda et à ses voisins. Il est probable que la guerre perpétuelle prévale entre ces deux pays. Il n’est pas certifié que le Congo soit toujours, à moyen et long termes, plus faible que le Rwanda militairement. Une cohorte de Congolais de plus en plus radicaux au Congo et à l’étranger, surtout en Europe, croit avec raison que la complicité entre les régimes de Kabila et de Kagame, aidée par les politiques étrangères américaines et britanniques envers le Rwanda, est la cause de la misère du Congo. Leur ton est dangereusement celui d’une violente revanche contre un groupe ethnique spécifique, les Tutsis. L’administration d’Obama doit éviter cette violente incitation ethnique et ses retombées imprévues et imprévisibles. Les intérêts nationaux et de superpuissance des États-Unis sont en jeu.

L’ambassadrice Rice et ses collègues sont profondément partiaux au Rwanda. Ils ont un parti pris de par leur implication dans la formulation des politiques Clinton envers le Rwanda et le Congo. Ils sont aveuglés par leurs engagements pour ces politiques et leur culpabilité. En fait, ils en tirent d’énormes bénéfices financiers puisque le Rwanda de Kagame est le client de leur bureau d’études qui collecte des sommes colossales de Kagame pour défendre le Rwanda à Washington. Rice et ses collègues ne sont pas capables d’empêcher la haine tribale grandissante. Au contraire, leurs politiques biaisées vont l’enflammer. Leurs politiques pro-Rwanda contre la toile de fond des ambitions territoriales du Rwanda sont susceptibles de renforcer la suspicion congolaise selon laquelle les États-Unis cherchent à « balkaniser » le Congo en faveur du Rwanda. Il existe un point de référence pour cela : Walter Kansteiner, le successeur de Rice au département d’Etat sous l’administration de Bush, et Herman Cohen, qui l’a précédée, avaient proposé le morcellement du Congo comme solution au conflit avec le Rwanda. Maintenant qu’Obama a nommé le Sénateur John Kerry pour le poste de secrétaire d’Etat, il doit changer les orientations de sa politique dans les Grands Lacs. Pour cela, il doit se défaire des conseils de Rice et ses collègues de l’administration Clinton. Dans la mesure où John Kerry maintient des relations avec les Clinton, je suggère qu’Obama s’entoure de gens comme Zbigniew Brezinski, l’ancien conseiller à la sécurité nationale de Jimmy Carter. Bien que vieillissant, il apporterait son grand intellect et son impartialité à la formulation de la politique d’Obama dans la région. Le Rwanda doit être rendu responsable et devrait répondre de ses actions. Cela permettrait aux habitants du Congo de s’atteler à la tâche interne et urgente de démanteler leur régime clientéliste.

Emanciper Obama de la politique extérieure de Clinton réaffirme la prééminence de l’indice de personnalité d’Obama et augmente ses chances d’être un grand président. Cela lui permet aussi d’être à la hauteur de son appellation de métaphore pour de meilleures relations entre la superpuissance et les pays non-occidentaux.

S.N. Sangmpam, Professeur, Université Syracuse
(USA)"


"The Congo and Why Obama Should not Appoint Susan Rice Secretary of State"
° http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=7705
Compatriotiquement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bosco Ntaganda s’est réfugié à l’ambassade américaine à Kigali

Message  Mathilde le 25/3/2013, 10:01 am


_________________
Le deuil, c’est pour la vie. Ca ne s’en va jamais, ça fait progressivement partie de vous, à chaque pas, à chaque souffle.”

Jandy Nelson,  

Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bosco Ntaganda s’est réfugié à l’ambassade américaine à Kigali

Message  djino le 25/3/2013, 12:25 pm

Je reste tout de même perplexe et un peu dubitatif.. Il me parait compliqué comme situation ... Bosco NTANGANDA sujet Rwandais, bombardé Général en République démocratique du Congo Neutral ...

Comment se fait il que des Rwandais deviennent Officier dans l'armée Congolaise, et prestent comme tel avec la double nationalité ... La Nationalité Congolaise n'est - elle pas [b]exclusive
? Le Président de la République a t - il le droit de "nommer" sans consulter son gouvernement de l'intégration ou Non des Elements Rwandais en FARDC en grade d'officiers ..

Kabila a t- il Consulté les deux chambres ? Le Sénat , le parlement ? Ou les l'état Major des FARDC sont ils au courant et pourquoi ce léthargie, ce mutisme, ce silence assourdissant sur ces actes de trahison .

Que peux t - il faire l'opposition face à ce grand silence complice et coupable de TOUTE les institutions du Pays face à cette tricherie ?

Que peuvent faire Les FAC, l'UDPS, les Combattants et la société Civile Quand Kabila décide de faire ce qu'il VEUX, OU IL VEUX et QUAND il veux en RDC sans que les personnes qui sont sensées protéger les Institutions, la constitution bref la République sont "complices" des faits des "Rwandais" en laissant Kabila FAIRE par leur silence ?

Que peuvent faire les manifestations de la diaspora face à la "Complicité passive" de l’intérieur des Congolais qui sont sensés nous protéger de l'intérieur !!!

j'ai eu un haut le Cœur quand j'ai entendu une amie pourtant "Juriste" me dire :

"Il faudrait que BOSCO arrive à PROUVER CE Qu’il va dire à Charge contre Kabila " ....J'ai eu le tournis et j'ai très mal dormis : Quels autres preuves que les Congolais Veulent Avoir pour démontrer la Trahison de Kabila ..... What a Face

Le temps : Ce cas ressemble étrangement à Celui de Jean Pierre BEMBA :Si BOSCO est déclaré Coupable et condamné Paul KAGAME devra être inculpé , comme c'est le Cas avec BEMBA ???Les USA iront ils jusqu'à Condmaner Paul Kagame ????

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bosco Ntaganda s’est réfugié à l’ambassade américaine à Kigali

Message  link le 25/3/2013, 1:09 pm

M. Kerry sur la reddition attendue du rebelle congolais Ntaganda à La Haye

http://iipdigital.usembassy.gov/st/french/texttrans/2013/03/20130322144705.html#axzz2OX7K0Gj4

DÉPARTEMENT D’ÉTAT DES ÉTATS-UNIS
Bureau de la porte-parole
Le 22 mars 2013



Les États-Unis accueillent avec satisfaction le départ de l’un des rebelles les plus notoires et les plus brutaux en République démocratique du Congo, Bosco Ntaganda, du Rwanda vers la Cour pénale internationale à La Haye. C’est un moment important pour tous ceux qui croient en la justice et en la reddition de comptes. Pendant près de sept ans, Ntaganda était un fugitif de la justice, fuyant sa responsabilité dans des violations présumées du droit humanitaire international et des atrocités en masse contre des civils innocents, notamment des viols, des meurtres et le recrutement forcé de milliers d’enfants soldats congolais. Il y a maintenant l’espoir que justice sera faite.
Au final, la paix et la stabilité en RDC et dans la région des Grands Lacs nécessiteront le retour à l’ordre civil, la justice et la responsabilité. La comparution attendue de Bosco Ntaganda devant la Cour pénale internationale à La Haye contribuera envers cet objectif, et enverra également le message fort que tous les auteurs d’atrocités seront tenus responsables de leurs crimes.
Les États-Unis sont particulièrement reconnaissants aux gouvernements rwandais, néerlandais et britannique pour leur coopération en facilitant le départ de Bosco Ntaganda du Rwanda et sa reddition prévue à La Haye.


Revenir en haut Aller en bas

Re: Bosco Ntaganda s’est réfugié à l’ambassade américaine à Kigali

Message  djino le 25/3/2013, 2:04 pm

link a écrit:M. Kerry sur la reddition attendue du rebelle congolais Ntaganda à La Haye

http://iipdigital.usembassy.gov/st/french/texttrans/2013/03/20130322144705.html#axzz2OX7K0Gj4
[/i]

Ils sont térribles ces Américains : Ils continuent de "Considérer" NTANGANDA comme Citoyens CONGOLAIS alors qu'il Comparaîtra comme RWANDAIS ! Qui peux m'aider à comprendre
...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bosco Ntaganda s’est réfugié à l’ambassade américaine à Kigali

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum